Le Monde diplomatique

Nasrallah

dimanche 27 août 2006, par Alain Gresh

L’autobiographie de Nasrallah que j’ai traduite sur mon blog du 22 août a suscité beaucoup de commentaires et de questions. Pour ceux qui veulent en savoir plus, je signale que la chaîne Al-Jazira a diffusé un documentaire sur le dirigeant du Hezbollah, le 15 août, dont voici le résumé en anglais (je n’ai pas le temps de le traduire, mais si un internaute veut le faire, je mettrai la traduction sur le blog).

Al-Jazeera TV airs documentary on life of Hezbollah’s Hasan Nasrallah

Text of report by Qatari Al-Jazeera satellite TV on 15 August

Doha Al-Jazeera Satellite Channel Television in Arabic - Independent Television station financed by the Qatari Government, at 2110 gmt on 15 August carries a documentary programme entitled "Hasan Nasrallah : The principle of resistance or the changes of politics ?" The documentary is produced by One World for Media Productions and presented by Ahmad Fakhuri. It reviews the background and rise of Hasan Nasrallah, citing Nasrallah himself in clips from old interviews and speeches, and various persons’ assessments of him and his political background.

Early influences

The documentary begins with a description of the political and social environment in Lebanon that created Nasrallah. Lebanese Phalangist Party Head Karim Paqraduni says : "Hasan Nasrallah emerged from the poorest environment in Lebanon." Nasrallah’s mother says that for the past 15 years, he has not been close to her. The presenter says Nasrallah was highly influenced by the story of Imam Musa al-Sadr, the leader of the Shi’is in Lebanon in the 1970’s who disappeared during an official visit to Libya in 1978. Paqraduni says Musa al-Sadr "released the Shi’i giant from the magic lamp". Nasrallah grew up with the concepts of "The Movement of the Deprived" founded by Al-Sadr in 1975. Nasrallah says : "I was influenced by his [Al-Sadr’s] intellectual and political thinking." Nasrallah wanted to study Shi’i religious studies, so he travelled to Al-Najaf in Iraq at the age of 15.

Fakhuri says his destiny of escaping death and bombs started as soon as he boarded the plane to Iraq, since there were two people on board carrying a bomb, but he survived. He fled Iraq back to Lebanon only a year and a few months after arrival, because the threat to his life was serious. A video clip shows Nasrallah saying : "I was forced to leave because of Saddam Husayn regime’s pressure at that time. A large number of Lebanese students were arrested and kicked out of the country." He continues to discuss relations between himself and Abbas al-Musawi, with whom he formed strong ties in Iraq and continued the friendship in Lebanon. "Al-Musawi will eventually play an important role in the life of Hasan Nasrallah and his political and party rise," says Fakhuri. Nasrallah says Al-Musawi was an admirer of Al-Sadr, and believed in his thoughts and policy line. He was also close to Imam Muhammad Baqir al-Sadr, which means that "this was almost one school of thought ! that meets over various ideas, views, and lines of progress", which cemented the relationship between the three men.

Nasrallah returned to Lebanon in 1979 and founded a religious school in Ba’labakk together with Abbas al-Musawi, where he was both student and teacher. He became actively involved in the Amal Movement in the Biqa’ area, "where in 1979, he was appointed political official for the Biqa’ region in 1979 and member of the Amal Movement’s Political Bureau when he was only 19 years old". Two incidents influenced Nasrallah’s march and the establishment of Hezbollah : The first was the disappearance of Al-Sadr, the founder of Amal ; and the second was the triumph of the Islamic Revolution in Iran under Imam Ayatollah Khomeyni. Paqraduni analyses the divisions that took place when Al-Sadr disappeared. Two trends emerged : The first was to establish the Islamic Amal Movement, and the second was to establish Hezbollah. Hezbollah had relations with Iran because its founding leaders had studied in Qom, so Iran nurtured these relations. Paqraduni sums up : "So the first thing that happened when Imam al-Sadr disappeared was that the Islamic wing - meaning the Islamic revolution - within the Amal Movement was the one that separated from Amal. Part of it formed the Islamic Amal Movement whose influence remained narrow and contained within the Al-Biqa’ region ; and [the other part formed] Hezbollah which received help from Iran, thus turning it into a big party." Fakhuri explains that the main event that made all these differences become evident to the world was the Israeli invasion of Lebanon, and the means to confront it.

Establishment of Hezbollah

In 1982, the Israeli army, under the then Defence Minister Sharon, invaded Lebanon and the objective was to eliminate the Palestinian resistance based in West Beirut. Nasrallah is seen saying : "After the Israeli invasion of Lebanon, Al-Sayyid and many brothers said it was a time of resistance." The programme reviews the Lebanese political alliances at that time, noting that the Amal Movement Leader Lawyer Nabih Birri joined the Lebanese national salvation group, together with Walid Junblatt, leader of the Lebanese Progressive Socialist Party, and Bashir al-Jumayyil, the then commander of the Lebanese Forces, which angered Iran. Iran considered it to be an American group forced to negotiate with Israel. "Differences ensued within Amal, and some of its cadres and responsible officials withdrew from it, among whom were Shaykh Raghib Harb, Subhi al-Tufayli, Abbas al-Musawi, and Hasan Nasrallah, who then established Hezbollah."

Nasrallah says : "We did not start from scratch, because we had cultural, intellectual, and political activities, and broad relations with popular and activist bases." In addition, the triumph of the Islamic Revolution in Iran was highly influential because "we interacted with that event and important historic development". The Islamic resistance found the Israeli occupation of Lebanon "a target deserving of strikes. The resounding strike was the operation blowing up the headquarters of the Israeli military commander in Tyre". The programme reviews details of how the operation was carried out : A Peugeot car infiltrated the Israeli military command headquarters in Tyre and turned the eight-storey building into rubble. Many Israelis were killed and injured and the perpetrator of the operation remained unknown. On 11 May 1985, Nasrallah revealed in a speech the identity of the perpetrator and assumed Hezbollah’s responsibility for the incident.

Until this point in time, Nasrallah was not in the media limelight and was responsible for Hezbollah in Al-Biqa’ only. In 1985, he moved to Beirut and assumed many responsibilities within his party. "But the importance of the man began to grow when in 1987 he was appointed Executive Secretary-General of Hezbollah and member of the party’s Consultative Council, the highest leading body within the party." In 1986, Hezbollah embarked on an open conflict to control the Shi’i sect. There were various intra-party conflicts such as with the Communist Party, the Syrian Popular Party, and clashes with the Shi’i Amal in Jabal Amil, Al-Nabatiyah, and Iqlim al-Tuffah, resulting in the signing of an agreement in Damascus under Syrian-Iranian sponsorship to divide up Shi’i areas of influence between Hezbollah and Birri-lead Amal who strongly objected to the establishment of an Islamic republic in Lebanon, something that Iran encouraged.

Paqraduni explains the differences between the objectives of Amal and Hezbollah : Amal wanted to integrate the Shi’is within the Lebanese formula -that is, it was a corrective movement ; while Hezbollah was a doctrinal movement whose objective was to change the Lebanese system as a whole from a Lebanese republic to an Islamic republic. In 1989, Nasrallah decided to travel to Iran in search of education and joined the religious school at Qom, but he had to return a year later due to a decision by the Hezbollah Shura Council and the insistence of Hezbollah members. Nasrallah expressed his yearning for studies and the academic life, saying : "I hope one day I will have the opportunity to return to the life of classes and academia. But this is only a wish, no more." Hezbollah elected its first secretary-general, Subhi al-Tufayli, who assumed the position for two years before Abbas al-Musawi was elected as his successor. Nasrallah was extremely affected by the assassi ! nation of his "professor, inspiration, and comrade-in-arms, Abbas al-Musawi". Al-Musawi was assassinated by Israel nine months into his leadership of Hezbollah.

In 1992, Nasrallah was elected secretary-general of Hezbollah. He then worked on putting an end to all internal Shi’i conflicts. Paqraduni explains that Nasrallah discovered Islam and revolution from Iran, but "he discovered politics, interests, the struggle over interests and the Middle East cause, and how to confront Israel from Syria".

Katyusha rockets and the "weapon of martyrdom"

The katyusha rocket was used for the first time by Hezbollah in 1992 and since then, it has been an important weapon in the struggle equation, together with martyrdom, which became one of its basic weapons. George Hawi, secretary-general of the Lebanese Communist Party, says : "The weapon of martyrdom is the weapon of the oppressed person, the weapon of the patriot who has no weapon other than sacrificing himself for the sake of the homeland." Footage of a Nasrallah speech shows him addressing a crowd on the "weapon of martyrdom, which is one of the strongest weapons of the nation". He says : "The United States of America and military technology in the world has found a counter-weapon for every weapon. But so far, when the weapon of martyrdom grips a person, no one can take anything away from him." On 14 September 1997, Nasrallah received the news of the "martyrdom" of his son Hadi in a fierce military confrontation between Hezbollah and the Israeli forces in I ! qlim al-Tuffah. Nasrallah expresses his views on the death of his son, noting that it is a temporary separation with him, until they are re-united.

The documentary goes on to explain that in 1996, Israel executed its Grapes of Wrath Operation in South Lebanon when the first "Qana massacre" took place, leading to the signing of the April Understanding between Hezbollah and Israel, stipulating that residential areas should not be shelled or used in military operations. "But Hezbollah continued to attack the military positions and the Israeli army continued to receive painful blows."

Use of the media - Hezbollah’s video cell

The documentary then reviews Nasrallah’s focus on the media as a weapon. Israel reported in the Israeli army’s magazine that Hezbollah has a "video cell" as part of its Operations’ Support Division, capturing Hezbollah’s military operations on video. Nasrallah explains that Hezbollah carried out operations claiming Israeli lives, which Israel then officially denied. "We set a media ambush for Israel. The next day, we produced the film on television and distributed it to news agencies, showing Hezbollah fighters breaking through Al-Dabshah position and planting the [Hezbollah] flag."

Nasrallah, an eloquent speaker, created a strong relationship with the media and succeeded through Hezbollah’s Al-Manar Television or other media organs to create "a state of military or psychological pressure on Israel, culminating in the Israeli withdrawal from South Lebanon in May 2000." Nasrallah is again shown delivering a fiery speech with the Lebanese flag draped behind him, saying : "This people, this nation, these sacrifices are the sides that for the first time ever have returned an Arab territory in full as a result of the use of power and resistance and inflicted the first historic defeat on this belligerent Zionist enemy."

Relations with Syria and Iran

Moving on to Nasrallah’s relations with Syria and Iran, the documentary notes that although he often stressed that Hezbollah is not an agent of Syria and Iran, Nasrallah always recognized the roles of Syria and Iran in realizing the triumph of Israel’s withdrawal from South Lebanon. Fakhuri adds that the issue of the identity of the Shab’a Farms in South Lebanon continued to be a matter of conflict as to whether these territories are Syrian or Lebanese. Edmond Rizq, a former Lebanese deputy and minister, explains the conflict over the Shab’a Farms. He says Syria acknowledged that these farms are Lebanese territories, but Lebanon and Syria had to reach a formal agreement under the protocols of international law confirming the farms as Lebanese, and demarcating the region. He also wonders why the Lebanese army could not deploy in South Lebanon, since an army is supposed to deploy along the borders and protect its country.

Hezbollah’s role in government

The documentary says Nasrallah was always keen on waging political battles alongside military action. In 1992, the Loyalty to the Resistance Bloc entered the Lebanese parliament after being elected in the first elections after the end of the civil war in Lebanon. In 2005, Hezbollah joined the Lebanese government for the first time by having a number of ministers in Prime Minister Al-Sanyurah’s government. This led to many debates and arguments about Hezbollah’s role in the government together with its allies from Amal. Syrian journalist Michel Kilu analyses Hezbollah’s role in current Lebanese politics. He says Hezbollah played many roles that were acceptable, because they were covered by various agreements. But since the assassination of former Prime Minister Rafiq al-Hariri, these roles have assumed a negative aspect and become more confrontational within Lebanon rather than with the enemies of Lebanon and the Arab World.

Shift from political to military thinking

Nasrallah says Hezbollah has always reiterated that the use of weapons is a method to resist occupation and should be directed at the invading and occupying enemy. "One should not direct one’s weapons at a political foe. There is no justification for directing weapons at a political foe. So long as you believe that you are right, that you have your own doctrine, thought, line, programme, and credibility, then why should you fear your political foe for you to resort to killing him ?" There remained the issue of the legitimacy of Hezbollah’s weapons in a country with a civil war history and where all other parties discarded their weapons and took up the struggle through political activity. Edmond Rizq explains that Hezbollah liberated the South and it should join the political activity of the rest of the country, as did the Lebanese Forces, for example. Kilu says he notes that Nasrallah has recently been taking unconvincing stances, although he is an intelligent ! person. He seems to be shifting towards military thinking within the party and promoting power and weapons. "If this continues, it will harm Hezbollah’s leadership a great deal, particularly the importance of Hasan Nasrallah."

Hawi says martyrs, prisoners, and the oppressed people are the ones with the "real charisma", the ones who have paid a price for the political victories. "Al-Sayyid Nasrallah’s glory and positive stance is that he is in harmony with this atmosphere and keen on having the cause of liberation triumph." Nasrallah is seen explaining that when they started Hezbollah, the objective was "martyrdom. We always wondered why we were still alive. As a movement, it is not our objective to be martyred, but to triumph. But within the framework of the movement whose objective is victory, martyrdom continues to be a personal wish of the party individual".
The programme concludes by highlighting Nasrallah’s charismatic personality, voice, eloquence, use of rhetoric, and presence. The narrator says the greater the threats and pressures, the more brilliant he becomes in tailoring his speeches and politics. It is as though advancing into the unknown has become his hobby and the unknown has become the title for liberation and resistance.

Source : Al-Jazeera TV, Doha, in Arabic 2110 gmt 15 Aug 06

7 commentaires sur « Nasrallah »

  • permalien ragnvald :
    28 août 2006 @12h14   »

    Bonjour,

    comme je suis demandeur d’infos sur Nasrallah, je vais tenter de traduire ce texte. Sauf si un lecteur s’est déjà mis à l’ouvrage. Comme je ne suis pas un pro de la traduction, il faudra certainement qu’une bonne âme se dévoue pour la relire et la corriger. Je pense en avoir pour la journée !

    En attendant, j’ai trouvé ceci sur le Hezbollah, très intéressant a priori, mais je n’ai pas encore fini de le lire.

    Bien à tous.

  • permalien ragnvald :
    28 août 2006 @19h17   « »

    J’ai terminé la traduction. Vous pouvez m’envoyer un mail pour me dire où vous l’adresser et sous quel format.

  • permalien
    29 août 2006 @12h14   « »

    je n ai pas votre e mail pour vous envoyer le mien. votre adresse ?
    Salutations
    Lemine

  • permalien ragnvald :
    29 août 2006 @15h14   « »

    A quoi sert-il de joindre son adresse e-mail dans la partie optionnelle "Qui êtes-vous ? si le propriétaire du site n’en a pas connaissance ?

  • permalien vvolodia :
    31 août 2006 @22h47   « »

    j’ai pris une traduction automatique, et ce, afin de vous rendre service. J’espère que cette traduction aura votre accord. Bonne lecture.

    Doha la Manche(Canal) Al-Jazeera Satellite la Télévision dans l’arabe - la station Indépendante de Télévision financée par le Gouvernement Qatari, à 2110 GMT le 15 août porte un programme documentaire ayant droit "Hasan Nasrallah : le principe de résistance ou les changements de politique ?" Le documentaire est produit par Un Monde pour des Productions de Médias et présenté par Ahmad Fakhuri. Il passe en revue le contexte(formation) et la hausse d’Hasan Nasrallah, citant Nasrallah lui-même dans des agrafes de vieux interviews(entrevues) et des discours et les évaluations des personnes diverses de lui et son contexte(formation) politique.

    Tôt influences

    Le documentaire commence par une description de l’environnement politique et social au Liban qui a créé Nasrallah. Le tête de Partie(parti) de Libanais Phalangist Karim Paqraduni dit : "Hasan Nasrallah a apparu de l’environnement le plus pauvre au Liban." La mère de Nasrallah dit que pendant les 15 passés ans, il n’a pas été près d’elle. Le présentateur dit que Nasrallah était fortement sous l’influence de l’histoire d’Imam Musa Al-plus triste, le leader du Shi’is au Liban en les années 1970 qui a disparu pendant une visite officielle en Libye en 1978. Paqraduni dit Musa Al-plus triste "sorti le géant Shi’i de la lampe magique". Nasrallah a grandi avec les concepts "du Mouvement du Privé" fondé par Al-plus triste en 1975. Nasrallah dit : "j’étais sous l’influence de son intellectuel [Al-Sadr’s] et la pensée politique." Nasrallah a voulu étudier des études Shi’i religieuses, donc il a voyagé à Al-Najaf en Irak à l’âge 15.

    Fakhuri dit son destin d’échapper la mort et bombarde commencé aussitôt qu’il est monté à bord de l’avion en Irak, depuis il y avait deux personnes portant à bord une bombe, mais il a survécu. Il s’est enfui de l’Irak en arrière au Liban seulement par an et quelques mois après l’arrivée, parce que la menace à sa vie était sérieuse. Un clip vidéo montre l’énonciation de Nasrallah : "j’ai été forcé de partir à cause de la pression du régime de Saddam Husayn à ce temps-là. Un grand nombre d’étudiants libanais a été arrêté et donné un coup de pied du pays." Il continue à discuter des relations entre lui et Abbas Al-Musawi, avec qui il a formé des liens forts en Irak et a continué l’amitié au Liban. " Al-Musawi joueront finalement un rôle important dans la vie de Nasrallah Hasan et son politique et la hausse de partie(parti), "dit Fakhuri. Nasrallah dit Al-Musawi était un admirateur d’Al-plus triste et a cru en ses pensées et la ligne de politique(police). Il était aussi près de l’Imam Muhammad Baqir Al-plus triste, ce qui signifie que" c’était presque une école de pensée ! Cela se rencontre sur des idées diverses, des vues et les lignes de progrès ", qui a cimenté le rapport entre les trois hommes.

    Nasrallah a retourné au Liban en 1979 et a fondé une école religieuse dans Ba’labakk ensemble avec Abbas Al-Musawi, où il était, et étudiant et l’enseignant. Il est devenu activement impliqué dans le Mouvement Amal dans le Biqa ’ le secteur, "où en 1979, il a été nommé le fonctionnaire politique pour le Biqa ’ la région en 1979 et le membre du Bureau Politique du Mouvement Amal quand il avait seulement 19 ans". Deux incidents ont influencé mars de Nasrallah et l’établissement d’Hezbollah : le premier était la disparition d’Al-plus triste, le fondateur d’Amal ; et le deuxième était le triomphe de la Révolution Islamique en Iran sous l’Imam Ayatollah Khomeyni. Paqraduni analyse les désaccords qui ont eu lieu quand Al-plus triste disparu. Deux tendances ont apparu : le premier devait établir le Mouvement Islamique Amal et le deuxième devait établir Hezbollah. Hezbollah avaient des relations avec l’Iran parce que ses leaders de fondation avaient étudié dans Qom, donc l’Iran a élevé ces relations. Paqraduni résume : " Donc la première chose qui est arrivé quand l’Imam Al-plus triste disparu était que l’aile Islamique - la signification de la révolution Islamique - dans le Mouvement Amal était celui qui s’est séparé d’Amal. La partie de cela a formé le Mouvement Islamique Amal dont l’influence est restée étroite et a contenu dans l’Al-Biqa ’ la région ; et [l’autre partie formée] Hezbollah qui a reçu l’aide de l’Iran, le tournant ainsi dans une grande partie(parti). "Fakhuri explique que l’événement principal qui a fait toutes ces différences devient évident pour le monde était l’invasion israélienne du Liban et les moyens de le confronter.

    Établissement d’Hezbollah

    En 1982, l’armée israélienne, sous de ce temps-là Ministre de Défense Sharon, envahie en le Liban et l’objectif devait éliminer la résistance palestinienne basée à l’Ouest le Beyrouth. On voit Nasrallah disant : "après que l’invasion israélienne du Liban, Al-Sayyid et beaucoup de frères a dit que c’était un temps de résistance." Le programme passe en revue les alliances libanaises politiques à ce temps-là, notant que l’Avocat de Leader de Mouvement Amal Nabih Birri a joint(rejoint) le groupe de sauvetage libanais national, ensemble avec Walid Junblatt, le leader de la Partie(parti) libanaise Progressive Socialiste et Bashir Al-Jumayyil, de ce temps-là commandant des Forces libanaises, qui ont irrité l’Iran. L’Iran l’a considéré être un groupe américain obligatoire pour être en pourparlers avec l’Israël. "Les Différences se sont ensuivies dans Amal et certains de ses cadres et les fonctionnaires responsables s’en sont retiré, parmi qui étaient Shaykh Raghib Harb, Soushé Al-Tufayli, Abbas Nasrallah Al-Musawi et Hasan, qui a alors établi Hezbollah."

    Nasrallah dit : "nous n’avons pas commencé à partir de zéro, parce que nous avions des activités culturelles, intellectuelles et politiques et de larges relations avec populaire et des bases d’activiste." De plus, le triomphe de la Révolution Islamique en Iran était fortement influent parce que "nous avons agi réciproquement avec cet événement et le développement important historique". La résistance Islamique a trouvé l’occupation israélienne du Liban "une action de mériter de cible de grèves(coups). La grève(coup) sonore(retentissante) était l’opération faisant sauter le quartier général du commandant israélien militaire dans le Pneu". Le programme passe en revue les détails de comment l’opération a été effectuée : une voiture Peugeot a infiltré le quartier général de commande israélien militaire dans le Pneu et a tourné la construction(bâtiment) de huit étages dans des décombres. Beaucoup d’Israéliens ont été tués et blessés(lésés,blessés) et le criminel de l’opération est resté inconnu. Le 11 mai 1985, Nasrallah a révélé dans un discours l’identité du criminel et a assumé la responsabilité d’Hezbollah de l’incident.

    Jusqu’à ce point à temps, Nasrallah n’était pas dans la publicité de médias et était responsable d’Hezbollah dans Al-Biqa ’ seulement. En 1985, il s’est déplacé au Beyrouth et a assumé beaucoup de responsabilités dans sa partie(parti). "Mais l’importance de l’homme a commencé à grandir quand en 1987 il a été nommé le Secrétaire général Exécutif d’Hezbollah et le membre du Conseil Consultatif de la partie(parti), le corps principal le plus haut dans la partie(parti)." En 1986, Hezbollah s’est embarqué à un conflit ouvert pour contrôler la secte Shi’i. Il y avait des conflits divers au sein du parti comme avec le Parti communiste, la Partie(parti) syrienne Populaire et des heurts avec le Shi’i Amal dans Jabal Amil, Al-Nabatiyah et Iqlim Al-Tuffah, aboutissant à la signature d’un accord à Damas dans le patronage Syrien-iranien pour partager les secteurs Shi’i d’influence entre Hezbollah et Birri-mène(-+pousse) Amal qui a fortement objecté à l’établissement d’une République islamique au Liban, quelque chose cet Iran encouragé.

    Paqraduni explique les différences entre les objectifs d’Amal et Hezbollah : Amal a voulu intégrer le Shi’is dans la formule libanaise - c’est-à-dire c’était un mouvement correctif(rectificatif) ; tandis qu’Hezbollah était un mouvement doctrinal dont l’objectif était de changer le système libanais dans l’ensemble d’une république libanaise à une République islamique. En 1989, Nasrallah a décidé de voyager en Iran dans la recherche d’éducation et a joint(rejoint) l’école religieuse à Qom, mais il a dû rendre une année plus tard en raison d’une décision par Hezbollah Shura le Conseil et l’insistance des membres d’Hezbollah. Nasrallah a exprimé son languissement pour des études et la vie universitaire, l’énonciation : "j’espère un jour que j’aurai l’occasion de rendre à la vie de classes et le monde universitaire. Mais c’est seulement un désir, non plus." Hezbollah a élu son premier secrétaire général, Soushé Al-Tufayli, qui a assumé la position pendant deux ans avant qu’Abbas Al-Musawi n’aient été élu comme son successeur. Nasrallah a été extrêmement affecté par l’assassi ! Nation de son "professeur, inspiration et camarade-dans-bras, Abbas Al-Musawi". Al-Musawi a été assassiné par l’Israël neuf mois dans sa direction d’Hezbollah.

    En 1992, Nasrallah a été élu le secrétaire général d’Hezbollah. Il a alors travaillé sur mettre la fin à tous les conflits de Shi’i internes. Paqraduni explique que Nasrallah l’Islam découvert et la révolution de l’Iran, mais "il a découvert la politique, des intérêts, la lutte sur des intérêts et la cause du Moyen-Orient et comment confronter l’Israël de la Syrie".

    Katyusha monte en flèche et "l’arme de martyr"

    La fusée de katyusha a été employée pour la première fois par Hezbollah en 1992 et depuis lors, cela a été une arme importante dans l’équation de lutte, ensemble avec le martyr, qui est devenu une de ses armes de base. George Hawi, le secrétaire général du Parti communiste libanais, dit : "l’arme de martyr est l’arme de la personne opprimée, l’arme du patriote qui n’a aucune arme d’autre que le sacrifice lui-même pour la patrie." Le Métrage d’un discours de Nasrallah lui montre adressant une foule sur "l’arme de martyr, qui est une des armes les plus fortes de la nation". Il dit : "les Etats-Unis de l’Amérique et la technologie militaire dans le monde ont trouvé une contre-arme pour chaque arme. Mais jusqu’ici, quand l’arme de martyr saisit une personne, personne peut emporter tout de lui." Le 14 septembre 1997, Nasrallah a reçu les nouvelles "du martyr" de son fils Hadi dans une confrontation féroce militaire entre Hezbollah et les forces israéliennes dans moi ! Qlim Al-Tuffah. Nasrallah exprime ses avis sur la mort de son fils, notant que c’est une séparation provisoire avec lui, avant qu’ils ne soient réunis.

    Le documentaire continue à expliquer qu’en 1996, l’Israël a exécuté ses Raisins d’Opération de Colère au Sud le Liban quand le premier "Qana le massacre" a eu lieu, menant à la signature de l’avril Comprenant entre Hezbollah et l’Israël, stipulant que des secteurs résidentiels ne doivent pas être bombardés ou employés dans des opérations militaires. "Mais Hezbollah a continué à attaquer les positions militaires et l’armée israélienne a continué à recevoir des coups douloureux."

    Utilisation des médias - la cellule vidéo d’Hezbollah

    Le documentaire passe alors en revue Nasrallah se concentrent sur les médias comme une arme. L’Israël a annoncé dans le magazine de l’armée israélienne qu’Hezbollah a "une cellule vidéo" comme la partie de la Division d’Appui de ses Opérations, capturant les opérations militaires d’Hezbollah sur le vidéo. Nasrallah explique qu’Hezbollah effectué des opérations revendiquant des vies israéliennes, que l’Israël alors officiellement nié. "Nous mettons une embuscade de médias pour l’Israël. Le jour suivant, nous avons produit le film à la télévision et l’avons distribué aux agences de nouvelles, montrant des lutteurs(avions de chasse) d’Hezbollah se cassant par la position Al-Dabshah et la plantation du drapeau [Hezbollah]."

    Nasrallah, un orateur(speaker) éloquent, a créé un rapport fort avec les médias et a réussi par la Télévision Al-Manar d’Hezbollah ou d’autres organes de médias pour créer "un état de pression militaire ou psychologique sur l’Israël, culminant dans le retrait israélien du Sud le Liban en Mai 2000." On montre de nouveau à Nasrallah livrant un discours ardent avec le drapeau libanais drapé derrière lui, l’énonciation : "ces gens, cette nation, ces sacrifices sont les côtés qui pour la première fois ont jamais rendu un territoire arabe complètement suite à l’utilisation de pouvoir(puissance) et la résistance et ont infligé la première défaite historique sur cet ennemi de Sioniste belligérant."

    Relations avec la Syrie et l’Iran

    En déplaçant sur aux relations de Nasrallah avec la Syrie et l’Iran, le documentaire note que bien qu’il souligne souvent qu’Hezbollah n’est pas un agent de la Syrie et l’Iran, Nasrallah reconnaissait toujours les rôles de la Syrie et l’Iran dans la compréhension du triomphe du retrait de l’Israël du Sud le Liban. Fakhuri ajoute que la question(publication) de l’identité des Fermes de Shab’a au Sud quant à lequel le Liban a continué à être une question de conflit si ces territoires sont syriennes ou libanaises. Edmond Rizq, un ancien député libanais et le ministre, explique le conflit sur les Fermes de Shab’a. Il dit que la Syrie a reconnu que ces fermes sont des territoires libanaises, mais le Liban et la Syrie a dû se atteindre un accord formel sous les protocoles de loi internationale confirmant les fermes comme le Libanais et le délimitant de la région. Il se demande aussi pourquoi l’armée libanaise ne pouvait pas déployer au Sud le Liban, puisque l’on suppose qu’une armée déploie le long des frontières et protègent son pays.

    Le rôle d’Hezbollah dans gouvernement

    Le documentaire dit que Nasrallah tenait toujours au remuement de batailles politiques à côté de l’action militaire. En 1992, la Fidélité au Bloc de Résistance est entrée au Parlement libanais après l’élection dans les premières élections après la fin de la guerre civile au Liban. En 2005, Hezbollah a joint(rejoint) le gouvernement libanais pour la première fois en ayant quelques ministres dans le Premier ministre le gouvernement Al-Sanyurah’s. Cela a mené à beaucoup de débats et arguments du rôle d’Hezbollah dans le gouvernement ensemble avec ses alliés d’Amal. Le journaliste syrien Michel Kilu analyse le rôle d’Hezbollah dans la politique actuelle libanaise. Il dit qu’Hezbollah a joué beaucoup de rôles qui étaient acceptables, parce qu’ils ont été couverts selon des accords divers. Mais depuis l’assassinat d’ancien Premier ministre Rafiq Al-Hariri, ces rôles ont assumé un aspect négatif et sont devenus plus conflictuels dans le Liban plutôt qu’avec les ennemis du Liban et le Monde arabe.

    Changement de politique à pensée militaire

    Nasrallah dit qu’Hezbollah réitérait toujours que l’utilisation d’armes est une méthode de résister à l’occupation et doit être adressée(dirigée) dans l’ennemi d’occupation et l’envahissement. "Il ne faut pas adresser(diriger) ses armes à un adversaire politique. Il n’y a aucune justification pour la direction d’armes à un adversaire politique. Tant que vous croyez que vous êtes justes, que vous votre propre doctrine, avez pensé, la ligne, le programme et la crédibilité, alors pourquoi devez-vous craindre votre adversaire politique pour vous pour recourir au meurtre de lui ?" Est là resté la question(publication) de la légitimité des armes d’Hezbollah dans un pays avec une histoire de guerre civile et où toutes les autres parties(partis) ont renoncé leurs armes et ont pris la lutte par l’activité politique. Edmond Rizq explique qu’Hezbollah a libéré le Sud et il doit joindre(rejoindre) l’activité politique de reste du pays, aussi bien que les Forces libanaises, par exemple. Kilu dit qu’il note que Nasrallah a récemment pris des positions peu convaincantes, bien qu’il soit un intelligent ! Personne. Il semble changer vers la pensée militaire dans la partie(parti) et le pouvoir(puissance) de promotion et des armes. "Si cela continue, il nuira à la direction d’Hezbollah un beaucoup, en particulier l’importance de Nasrallah Hasan."

    Hawi dit des martyrs, des prisonniers et les gens opprimés sont ceux avec "le charisme réel", ceux qui ont payé un prix pour les victoires politiques. "La gloire de Nasrallah Al-Sayyid et la position positive consistent en ce qu’il est dans l’harmonie avec cette atmosphère et aigu en ayant de la cause de triomphe de libération." On voit Nasrallah expliquant que quand ils ont commencé Hezbollah, l’objectif était "le martyr. Nous nous demandions toujours pourquoi nous étions toujours vivants. Comme un mouvement, ce n’est pas notre objectif d’être martyred, mais triompher. Mais dans la structure du mouvement dont l’objectif est la victoire, le martyr continue à être un désir personnel de l’individu de partie(parti)".
    Le programme se conclut(termine) en mettant en évidence la personnalité charismatique de Nasrallah, la voix, l’éloquence, l’utilisation de rhétorique et la présence. Le narrateur dit plus grand les menaces et des pressions, plus brillant il devient dans la couture de ses discours et politique. Il est comme si avançant dans l’inconnu est devenu son passe-temps et l’inconnu est devenu le titre pour la libération et la résistance.

    (vous admirez trôt Nasrallah, je ne pouvais pas vous laisser dans l’ignorance de ce qu’est ce grand homme. Non non, pas merci, c’est normal.)

  • permalien K :
    27 septembre 2006 @01h52   « »

    Un article interessant (ce que n’annonce pourtant pas son titre racoleur, fait pour attirer le chaland) sur Nasrallah, dans le nouvel-obs (Semaine du jeudi 21 septembre 2006).

    Voir en ligne : Du Caire à Peshawar ...

  • permalien
    16 décembre 2010 @13h05   «

    Merci d’avoir ouvert cette ligne du blog sur ce personnage hors du commun

Ajouter un commentaire