En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Peut-on encore critiquer l’islam ?

par Alain Gresh, 1er octobre 2006

Modérer le forum ? Plusieurs lecteurs m’ont fait part de leur désir de voir modérer le forum. Comme je l’ai expliqué précédemment, je dresserai le bilan du blog d’ici une semaine et je ferai un certain nombre de propositions sur sa continuation. Encore un peu de patience...

Palestine, encore... Il est presque fatigant de publier des nouvelles de la situation humanitaire en Palestine, tant la situation semble laisser indifférent les décideurs. Pourtant, il faut répéter encore et encore ce que vit ce peuple. Aujourd’hui, Le Figaro publie une tribune de Jan Egeland, secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence et de Jan Eliasson, ministre suédois des affaires étrangères, « La catastrophe humanitaire de Gaza est une bombe à retardement ».

J’ai fait référence hier au rapport de John Dugard, rapporteur spécial au Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH), sur la situation des droits de l’homme dans les territoires occupés depuis 1967. Pur ceux qui n’auraient pas le temps de lire l’intégral, j’extrais deux passages de la fin du rapport.
« Malgré quelques tentatives de financement de ce genre, il est clair que l‘économie palestinienne, fortement tributaire du financement des donateurs depuis 1994, a énormément souffert des retenues opérées par Israël et par la communauté internationale depuis l‘élection du Hamas. Cette asphyxie économique a eu de lourdes conséquences pour les droits économiques et sociaux du peuple palestinien. Environ un million des 3,5 millions d‘habitants de Palestine sont directement touchés par le non-versement des salaires des quelque 152 000 fonctionnaires (et leur famille), mais l‘ensemble de la population en souffre indirectement. De plus, comme l‘Autorité palestinienne est responsable de plus de 70 % des écoles et de 60 % des services de santé dans le TPO, l‘enseignement et la santé ont subi un sérieux préjudice. » (…)

« En fait, le peuple palestinien est soumis à des sanctions économiques, ce qui est le premier exemple d‘un tel traitement appliqué à un peuple occupé. Cela est difficile à comprendre. Israël viole les grandes résolutions du Conseil de sécurité et de l‘Assemblée générale qui parlent de l‘illégalité des modifications territoriales et de la violation des droits de l‘homme, et n‘a pas donné suite à l‘avis consultatif rendu en 2004 par la Cour internationale de Justice. Pourtant il échappe lui-même aux sanctions. C‘est au contraire le peuple palestinien, et non l‘Autorité palestinienne, qui a été soumis aux formes peut-être les plus rigoureuses de sanctions internationales qu‘aient connues les temps modernes. Il est intéressant de rappeler que les États occidentaux ont refusé d‘imposer à l‘Afrique du Sud des sanctions économiques véritables pour l‘obliger à renoncer à l‘apartheid au motif que cela risquait de nuire aux Noirs d‘Afrique du Sud. Ni le peuple palestinien ni ses droits fondamentaux ne bénéficient de la même sympathie. »

Frontière irako-saoudienne. Devant la montée des tensions en Irak, le gouvernement saoudien a décidé d’accélérer la construction d’une barrière de sécurité le long de sa frontière de 900 kilomètres avec son voisin du nord. Selon une dépêche de l’Associated Press du 28 septembre, Le projet est évalué à 12 milliards de dollars. D’après les responsables américains, les Saoudiens constituent une des cinq principales nationalités des combattants étrangers capturés en Irak. Mais la plupart d’entre eux transitent par la Syrie, la Jordanie ou l’Iran, pas par l’Arabie saoudite.

Peut-on encore critiquer l’islam ?

C’est le titre de Libération du samedi 30 septembre, en Une, avec, en sous-titre, « Un prof menacé, un pape sommé de s’excuser, un opéra déprogrammé, les intégristes utilisent tous les prétextes pour intimider. » Intitulé « Librement », signé Antoine de Gaudemard, l’éditorial du quotidien affirme que les trois affaires du discours du Pape, de la déprogrammation d’un opéra à Berlin et d’un professeur de philosophie (Robert Redeker) obligé de se cacher après un article, « mettent nouveau en lumière la difficulté qu’il y a à parler librement, c’est-à-dire pour le meilleur et pour le pire, de l’islam ». Il se monte ainsi « une sorte d’autocensure née d’une peur diffuse impalpable mais bien réelle ».

Les médias français sont depuis quarante-huit heures pleins de prises de positions et d’articles concernant l’article publié par Robert Redeker dans Le Figaro. J’avais épinglé ce texte le lendemain de sa sortie dans mon blog du 20 septembre. J’écrivais, sous le titre de « Une insulte à la mémoire de Maxime Rodinson » : « Dans Le Figaro du 19 septembre, Robert Redeker signe une tribune intitulée, « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? ». Ce texte suinte la haine et l’islamophobie, mais ce qui est particulièrement inacceptable c’est la tentative d’enrôler le grand orientaliste français Maxime Rodinson sous sa bannière. Utilisant des bouts de citations tirées de l’article écrit par Rodinson dans l’Encyclopédie Universalis sur Mahomet, Redeker prétend réusmer ainsi la vision développée par Rodinson : « Exaltation de la violence : chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame, tel se révèle Mahomet à travers le Coran. » Quiconque connaît un peu l’oeuvre de Rodinson, sait à quel point ce résumé ne reflète absolument pas sa pensée. Rodinson, juif et agnostique, a écrit un livre sur le prophète de l’islam, Mahomet (Points, Le Seuil), dans lequel il tente d’expliquer l’action de Mahomet à travers une grille d’analyse matérialiste. Cet ouvrage, souvent censuré dans le monde musulman, n’en présente pas moins une vision respectueuse de l’homme que fut Mahomet, de son action. Rien à voir avec les raccourcis haineux de Robert Redeker... »

Je persiste et je signe... Même si Robert Redeker a le droit d’écrire ce qu’il veut, et que Le Figaro a le droit de publier ce qu’il veut (dans les limites de la loi), même si la liberté d’expression est garantie en France, y compris pour Jean-Marie Le Pen et pour d’autres encore (et c’est tant mieux, c’est même un principe fondamental de la République), il faut dire et redire que les propos de Robert Redeker sont des raccourcis haineux fondés sur une ignorance sans égale... Ce qui ne l’empêche pas, selon une journaliste de l’International Herad Tribune du 30 septembre (article intitulé :« French critic of Islam flees threats » - un critique français de l’islam fuit les menaces)de déclarer à une radio : « J’ai longuement réfléchi en écrivant ce texte, chaque terme a été mesuré. J’ai fait beaucoup de recherches. J’ai beaucoup lu. » Mais sûrement pas Maxime Rodinson qu’il cite complètement à contresens.

La Ligue des droits de l’homme a publié un communiqué, « La liberté d’expression ne se divise pas », tout à fait équilibré qui conjugue la défense de la liberté d’expression et la prise de distance à l’égard des propos de Robert Redeker. « Le Figaro justifie la publication de cette tribune au nom de la nécessité d’entendre toutes les voix fussent-elles discordantes, se targuant d’accueillir ainsi des débats contradictoires. Dans les faits, Le Figaro a pris, une nouvelle fois, la décision de donner la parole à un discours haineux et de nature à porter atteinte à la paix civile. C’est bien ce qui est en train de se produire puisque M. Redeker fait l’objet de menaces de mort et est contraint d’être sous la protection de la police. Quoi que l’on pense des écrits de M. Redeker, rien ne justifie qu’il subisse un tel traitement. La LDH rappelle que l’on ne saurait admettre que quiconque, fût-ce en raison d’idées nauséabondes, soit l’objet d’intimidations de quelque nature qu’elles soient. On ne combat pas les idées de M. Redeker en le transformant en victime. »

Mais, est-ce qu’il devient en France impossible de critiquer l’islam ? Comme le souligne un éditeur interrogé par Libération, dans un article intitulé « La nouvelle religion des maisons d’édition », critiquer l’islam est, au contraire, devenu « un sport national depuis l’affaire du voile ». Interrogé dans Libération, Olivier Roy, directeur de recherche au CNRS, explique, non sans humour, dans un entretien intitulé « Certains jouent à chatouiller la fatwa » : « Quand on évoque les réactions des musulmans, de quoi parle-t-on exactement ? A Berlin, l’opéra de Mozart a été annulé après seulement un coup de téléphone d’avertissement, et il y a eu quelques dizaines de menaces, notamment sur Internet, contre l’article de Robert Redeker dans le Figaro. L’affaire de la publication des caricatures de Mahomet dans un quotidien danois en septembre 2005 a mis plus de trois mois à démarrer, à l’initiative de deux imams de Copenhague ». (...) « Les problèmes pour la liberté de critique de l’islam sont créés par un certain nombre d’extrémistes. C’est un danger, mais il ne faut pas en exagérer les proportions. Le groupe qui a assassiné le cinéaste néerlandais Theo Van Gogh était tout au plus composé d’une quinzaine de membres. Certes, quinze personnes peuvent s’organiser pour tuer ou saboter un spectacle ou encore lancer un cocktail Molotov dans une réunion. S’il y a bien un risque sécuritaire, il reste limité et se réduit à un problème de police. Je ne suis pas convaincu quant au danger d’une autocensure croissante. On voit au contraire se multiplier des attaques polémiques contre l’islam souvent ignorantes et qui frisent parfois l’imbécillité. Certains jouent délibérément à chatouiller la fatwa. »

Car la vraie question est là. Pourquoi certains journalistes, certains éditeurs, certains intellectuels se plaisent-ils à jeter de l’huile sur le feu ? Pourquoi l’incompétence est-elle une clef pour pouvoir publier des pamphlets approximatifs, non étayés, schématiques ? Les exemples sont multiples de ces nouveaux spécialistes de l’islam intronisés par les médias. On pourrait citer, parmi d’autres, Caroline Fourest ou Mohamed Sifaoui, dont les travaux d’« enquête » sont à la vérité, pour reprendre une formule du chanteur Renaud, « ce que le diable est au bon dieu ». Il suffit de se promener dans n’importe quelle librairie pour mesurer le nombre de livres consacrés aux musulman ou à l’islam. La grande majorité sont très critiques (ce qui est parfois tout à fait légitime, quand cette critique s’appuie sur un vrai savoir).

Le débat autour de l’islam est-il impossible ? inutile ? nuisible ? Sûrement pas. De nombreuses questions se posent sur l’islam, le monde dit musulman, à condition de toujours utiliser le « pluriel » : les musulmans sont au nombre de plus de 1 milliard, ils sont majoritaires dans une soixantaine de pays de plusieurs continents : ils vivent sous des dictatures, des régimes autoritaires, des démocraties ; ils pratiquent leur foi de manière différente et les musulmans ne se réduisent sûrement pas à une foi dont les interprétations sont multiples. Deux conditions sont nécessaires à tout débat : la prise en compte de cette pluralité ; et le rejet de l’anathème, comme l’explique Tariq Ramadan dans son entretien à Libérationintitulé « Les provocations empêchent le débat » : « Nous vivons actuellement une période d’intense sensibilité dans le monde musulman. Les gens ont l’impression d’être l’objet de critiques et de stigmatisations continuelles. Même s’il faut être très prudent avec l’usage du mot "islamophobie", il est clair que beaucoup de musulmans ont le sentiment d’être l’objet d’un nouveau type de racisme. Beaucoup réagissent sur le registre de l’émotion et de la passion, d’où tous ces événements à répétition. Dans toutes les critiques adressées au monde musulman, certaines sont pourtant légitimes, et il faudrait y répondre. Le problème, c’est que des provocations, des attaques grossières, empêchent un débat raisonnable sur l’islam. Elles poussent tout le monde vers l’émotion, vers la perte de contrôle du discours. Je ne vise pas ici la mise en scène d’ Idoménée [à Berlin, ndlr], qui relève de la création artistique : l’opéra n’avait aucune raison d’être déprogrammé. Je vise les intellectuels qui jouent la provocation à dessein. » On lira aussi la réaction de Tariq Ramadan au discours du Pape intitulé « Le Pape et l’islam : la vrai débat »

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur les convictions de Robert Redeker, membre du comité de rédaction des Temps Modernes, une revue que fondèrent Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, on lira avec intérêt son article « Anti-américanisme, la haine injuste », reproduit sur le site d’extrême droite Primo-Europe, « avec l’autorisation du Midi Libre et de l’auteur ». Dans un autre domaine, on pourra lire la défense et illustration de la publicité par Robert Redeker : « L’antipublicité, ou la haine de la gaieté », Le Monde, 11-12 avril 2004 et la réponse de Michael Löwy

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016