En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

La grande crise de 2010 (1) : une fiction réaliste

Les ressources en eau sont massivement polluées depuis des décennies par des rejets d’origine domestique, industrielle et surtout agricole, dont les effets sur la santé humaine demeurent très sous estimés. Les politiques publiques patissent des pressions exercées par les différents lobbies qui sont parvenus à faire obstacle depuis des décennies à toute mesure contrariant leurs intérêts. Plusieurs dizaines de laboratoires de recherche français et européens ont déjà simulé ce qui pourrait se produire si la dégradation accélérée des ressources en eau se poursuit. Le scénario-fiction ci-après s’inspire de leurs travaux.

par Marc Laimé, 17 mars 2007

11 mars 2010

La Cour européenne de justice de Strasbourg est saisie à un mois d’intervalle des recours formulés par deux ressortissants français et danois, qui requièrent, après avoir épuisé les voies de recours interne de leur pays respectifs, la condamnation de la France et du Danemark par la juridiction communautaire, au motif qu’ils sont affectés d’une stérilité qui découlerait, selon eux, d’une lente contamination transmise par l’eau du robinet, contenant des substances chimiques non éliminées par les techniques de production d’eau potable.

On apprend que le plaignant français, résidant à Noyelles-Godault dans le Pas-de-Calais, a vécu quarante ans à proximité d’une usine chimique voisine du site de Metaleurop, fermé en 2003, considéré comme l’un des plus importants foyers de pollution chimique du Nord de la France.

15 août 2010

Une quinzaine de personnes sont hospitalisées d’urgence dans la banlieue de Lyon. Une dizaine d’entre elles décèdent en moins d’une semaine. Le ministère de la Santé publie quelques jours plus tard un communiqué incriminant la présence de cryptosporodium dans l’eau distribuée dans la ville de 2000 habitants dont elles étaient originaires.

Un forum participatif et citoyen est immédiatement ouvert sur le site « Désirs d’Eau » et demande aux français de se mobiliser pour rétablir l’ordre juste de la distribution de l’eau. M. Bill Gates est reçu à l’Elysée par Mme Ségolène Royal et lui offre de mettre à sa disposition toutes les capacités de Microsoft France, afin de renforcer les systèmes informatiques de Désirs d’Eau, qui n’ont malheureusement pu résister à un fantastique élan de solidarité nationale.

Dans une retentissante interview au journal gratuit de M. Bolloré, premier quotidien français, M. Claude Allègre fait son mea culpa et désigne le réchauffement climatique comme le facteur essentiel de la crise de l’eau qui affecte la France.

JPEG - 40.7 ko
« Retenue à la source »

23 août 2010

Cinq cent mille espagnols défilent à Madrid et Barcelone pour protester contre les centaines de morts provoqués par une sécheresse sans précédent qui a provoqué une dramatique pénurie d’eau potable dans le sud et le centre de l’Espagne.

11 octobre 2010

Un attentat détruit de fond en comble le siège de l’Office hydraulique en Corse. Des dizaines de communes s’y sont vu interdire de distribuer de l’eau à leurs ressortissants depuis le printemps, à raison d’un très grave dépassement des normes de potabilité.

3 novembre 2010

La mairie de Paris doit mettre en place un plan d’approvisionnement de secours. Avant l’achèvement des deux unités de potabilisation dont la ville a engagé la construction, la qualité des eaux puisées dans le Loiret et acheminées jusqu’à la capitale par un aqueduc qui a plus d’un siècle d’existence s’est brutalement dégradée. En moins de vingt-quatre heures les stocks d’eau en bonbonne disponibles sont épuisés.

20 novembre 2010

Trois cent scientifiques manifestent à Bruxelles devant les bâtiments de la Commission et exigent l’adoption urgente d’un plan européen de sauvegarde de la qualité de l’eau potable en Europe.

Une violente controverse surgit dans plusieurs pays européens autour de la qualité de l’eau potable et des risques qu’elle pourrait présenter pour la santé humaine. Plusieurs scientifiques déclarent que l’Europe est confrontée à une crise de santé publique majeure.

Dans plusieurs pays européens les minéraliers qui produisent de l’eau en bouteille sont en rupture de stock.

Le gendarme de la Bourse ouvre une enquête sur l’OPA lancée par le fonds d’investissement Carlyle sur l’entreprise française Danone, dont l’action fait l’objet d’une violente spéculation.

La Commission européenne organise une réunion exceptionnelle des ministres européens de la Santé et de l’environnement.

Les directeurs de l’AFSSA et de l’AFSSE, contraints à la démission, dénoncent violemment le laxisme des pouvoirs publics vis à vis des pratiques à l’origine de la pollution de l’eau, qui ont fini par la rendre impropre à la consommation humaine.

10 janvier 2011

Le gouvernement français décrète l’interdiction de l’usage de l’eau du robinet pour la préparation des biberons, la boisson des femmes enceintes et des personnes immunodéprimées. La population concernée par la substitution est de l’ordre de 3 millions de personnes. Le volume global d’eau susbstitué est de l’ordre de 250 000 m3 par an. Soit 0,2% de la consommation globale, qui atteint 6 milliards de m3 par an. Le coût de la mesure est estimé à 375 millions de francs pour la population concernée.

De violents incidents émaillent la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. M. André Santini, député-maire d’Issy-les-Moulineaux, président du Syndicat des eaux d’Ile-de-France et du Comité de bassin Seine-Normandie est expulsé par les huissiers de la Chambre, après en être venu aux mains avec un Secrétaire d’Etat du gouvernement socialo-centriste constitué à l’été 2007, après la victoire aux élections présidentielles de Mme Ségolène Royal.

En moins de trois jours plusieurs dizaines de supermarchés sont pillés par des émeutiers qui s’emparent de palettes d’eau en bouteille qu’ils chargent sur des remorques de tracteurs ou dans des camions.

Les sièges parisiens de Veolia et de Suez, qui étaient pourtant protégés par des forces de police, sont totalement incendiés après avoir été pris d’assaut par des centaines de manifestants. On ne déplore aucune victime dans les rangs des personnels des entreprises, qui s’étaient réfugiés dans des batiments ultra-sécurisés en banlieue.

Lors d’une conférence de presse organisée à la Mutualité les leaders du Parti de l’eau nouvellement constitué, Messieurs Bové, Besancenot, Mmes Voynet et Lepage, déplorent à l’unisson que M. Nicolas Hulot, nouvellement député, ait refusé de s’associer à leur demande de constitution d’une commission d’enquête parlementaire, et lui demandent d’intervenir auprès de TF1 afin qu’y soit diffusé en prime-time le spot réalisé, gracieusement, par l’agence Publicis, intitulé « La maison coule ».

Les décisions les plus contradictoires sont prises par les collectivités qui ont la responsabilité des 16 000 syndicats qui délivrent de l’eau potable en France.

Dans l’Ouest de la France lors d’une conférence de presse le vicomte Villiers du Bois-Jolis annonce la création de milices patriotiques qui surveilleront les chateaux d’eau 24 heures sur 24.

Le site « Sourciers.com » qui vient d’être mis en place par une start-up dont les actionnaires majoritaires sont Messieurs Loïc Le Meur, Alain Madelin, l’Enchanteur des medias et Euro RSCG, est racheté par Google pour 50 millions d’euros.

L’Etat se mobilise mais ne parvient pas dans un premier temps à coordonner l’action des collectivités qui exercent la compétence du service public de l’eau.

On enregistre une croissance fulgurante de la consommation d’eau en bouteilles. L’utilisation de puits et citernes avec des systêmes de traitement individuels pour ceux qui en ont les moyens. La rentabilité du réseau public de distribution d’eau potable n’est plus assurée. L’absence d’eau augmente la gravité des incendies et compromet la salubrité des agglomérations.

Plusieurs accidents mortels surviennent dans des hôpitaux, des écoles et des maisons de retraite brutalement privés d’eau potable.

Dans plusieurs grandes villes, en application d’accords discrètement négociés quelques années auparavant, c’est Coca-Cola qui assure la distribution de l’eau potable. Une eau puisée en Ile-de-France dans la nappe aquifère de l’Albien, à 2000 mètres sous terre, avant d’être mise en bouteille à Clamart.

Des pans entiers de l’économie sont affectés, en raison de l’impossibilité de continuer à utiliser l’eau potable distribuée au robinet dans les process de fabrication de l’industrie alimentaire notamment.

Les autorités de l’ensemble des pays européens, de l’Amérique du Nord et du Sud et des pays asiatiques déconseillent à leurs ressortissants de séjourner en France.

Dans le courant du mois de janvier plusieurs manifestations des professionnels du tourisme sont violemment réprimées par les forces de l’ordre.

8 février 2011

Le conseil des ministres présidé par Mme Ségolène Royal décrète l’état d’urgence. L’armée prend le contrôle de toutes les infrastructures de distribution de l’eau. Des mesures de rationnement sont appliquées sur tout le territoire.

Lire aussi :

La grande crise de 2010 (1) : une fiction réaliste, 17 mars 2007

La grande crise de 2010 (2) : comment en est-on arrivé là ? 23 mars 2007

La grande crise de 2010 (3) : catastrophe ou sursaut ? 29 mars 2007

La grande crise de 2010 (4) : agriculture, environnement et territoires, 6 avril 2007

Marc Laimé

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016