En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Quelle victoire à Nahr Al-Bared ?

par Alain Gresh, 6 septembre 2007

Le camp palestinien de Nahr Al-Bared au Liban est tombé aux mains de l’armée après plus de trois mois de combats->http://blog.mondediplo.net/2007-06-20-A-qui-profite-le-siege-de-Nahr-Al-Bared].

Selon l’AFP (4 septembre), « l’armée libanaise a tué au moins 222
"terroristes" et en a capturé 202 lors de plus de trois mois d’affrontements
dans le camp palestinien de Nahr Al-Bared (nord), a déclaré mardi le ministre
libanais de la Défense Elias Murr »
. « il y a en plus un nombre
indéterminé de tués qui ont été enterrés dans des fosses communes par leurs compagnons", a-t-il précisé »
. « Le ministre a par ailleurs confirmé le bilan de 163 militaires tués dans les combats depuis le 20 mai ». Le ministre a aussi remercié pour leur aide militaire l’Arabie saoudite,
l’Egypte, la Jordanie, les Emirats arabes unis, les Etats-Unis et l’Union
européenne (UE). Les remerciements aux Etats-Unis sont un peu étonnants dans la mesure où le commandant en chef du l’armée a accusé à plusieurs reprises Washington d’avoir refusé de fournir des armes lourdes qui auraient permis à l’armée de l’emporter plus rapidement.

Au cours d’une conférence presse reproduite sur le site du quotidien en anglais The Daily Star (« Murr warns fresh political crisis could mar army’s victory », 5 septembre), le responsable des services de renseignement libanais, le général George Khoury, a affirmé que le groupe Fatah Al-Islam était lié à Al-Qaida. Un autre responsable militaire a indiqué qu’il n’avait « aucune indication que le groupe était lié aux services de renseignement syriens » (contrairement à ce qu’avaient déclaré plusieurs membres de la majorité gouvernementale).

Selon les chiffres de L’Orient Le Jour, repris par le blog de Joshua Landis, 107 prisonniers ont été accusés par les cours libanaises d’appartenir à Fatah Al-Islam, dont 62 Libanais, 36 Palestiniens, 5 Saoudiens, 2 Syriens, 1 Tunisien et 1 Algérien.

Des informations contradictoires circulent sur le sort du chef du groupe Shaker Al-Abssi. Alors que sa femme aurait identifié le corps, les tests ADN n’auraient pas été concluants. Quoi qu’il en soit, l’itinéraire de Abssi est intéressant. Né en 1955 dans un camp de réfugiés palestiniens à Jéricho, il fuit avec sa famille en 1967, quand Israël occupe la Cisjordanie, et rejoint le Fatah de Yasser Arafat dans les années 1970. Il est envoyé en Libye en 1976 pour suivre une formation de pilote. En 1981, il se rend au Nicaragua pour aider les sandinistes à former leurs pilotes. Il combat les forces d’invasion israéliennes en 1982 à Beyrouth. Il s’installe à Damas en 1993 et rompt, semble-t-il, avec l’OLP (il est contre les accords d’Oslo). C’est à la fin des années 1990 qu’il développe ses relations avec Al-Qaida, se serait rendu en Afghanistan et aurait eu des contacts avec Ayman Al-Zawahiri, le numéro 2 de l’organisation. C’est en 2002 que les autorités de Damas le jettent en prison, où il restera jusqu’en 2005. Il s’installe alors au Liban, où il rejoint le groupe Fatah Intifada, avant de créer Fatah Al-Islam puis de s’installer à Nahr Al-Bared, où il dirigera les combats du groupe contre l’armée.

Mouna Naïm, correspondante du journal Le Monde à Beyrouth, écrit un article intitulé « Les réfugiés palestiniens de Nahr Al-Bared sans espoir après la victoire de l’armée libanaise » (4 septembre).

« Tandis que les Libanais continuent de manifester leur joie après l’éviction du camp du groupe djihadiste Fatah Al-Islam, Khalil, lui, n’a pas le cœur à la fête. Comme la plupart des habitants du camp, déplacés vers celui de Baddaoui, tout proche, Khalil sait qu’il ne rentrera pas de sitôt chez lui, si tant est que sa demeure n’ait pas été détruite par les bombardements. »

« Ces réfugiés-déplacés ont le sentiment qu’"une fois de plus, les Palestiniens sont des boucs émissaires", sacrifiés cette fois sur l’autel de la lutte de l’armée libanaise contre les "terroristes" du Fatah Al-Islam, comme le disent en chœur Mohammed, Ghada et Oula, qui ne souhaitent pas dévoiler leurs patronymes. »

La question du "contrôle" des camps est posé une nouvelle fois avec acuité, et nombre de Palestiniens, écrit Mouna Naïm, s’inquiètent de la volonté des autorités libanaises.

« "Nous ne voulons pas que l’Etat libanais et l’armée contrôlent le camp", s’insurge Mohammed, le regard noir de colère. "Nous voulons nous gouverner nous-mêmes, par le biais des brigades de la lutte armée palestinienne [police de l’OLP]", ajoute-t-il, s’insurgeant contre l’annonce par M. Siniora que seules les forces de l’ordre libanaises assureront désormais la sécurité sur tout le territoire libanais. »

« L’avis de Mohammed est partagé par la dizaine d’hommes et de femmes qui l’entourent. Pour eux, le camp de Nahr Al-Bared a été victime d’un "complot" dont l’objectif est d’imposer à tous les camps de réfugiés palestiniens du pays la main de fer de l’Etat libanais. "Comme par hasard, les miliciens du Fatah Al-Islam n’ont prétendument tenté de fuir qu’une fois que le camp était détruit, et que nous avions tout perdu !", s’indigne Ghada. »

La férocité des combats, la détermination des combattants du Fatah Al-Islam, la participation de « combattants étrangers » à leur lutte illustrent la radicalisation qui s’étend au Proche-Orient. L’absence totale de perspective politique en Palestine, la poursuite de l’intervention américaine en Irak et dans la région, l’effondrement des structures étatiques (Irak, Afghanistan, Palestine, Somalie et, dans une certaine mesure le Liban) alimentent les groupes les plus extrémistes et donne un crédit à Al-Qaida.

Election de Rafsandjani

L’ancien président Akbar Hashemi Rafsandjani a été élu le 4 septembre président de l’assemblée iranienne des experts. Il a remplacé l’ayatollah Ali Meskhini, décédé, qui occupait ce poste depuis vingt-sept ans. Il a été élu par 41 voix contre 34 à son concurrent conservateur, Ahmad Jannati. Le rôle de l’assemblée des experts est de nommer le successeur du Guide en cas de mort ou d’empêchement (l’assemblée peut aussi, en principe, démettre le Guide si elle le considère inapte à remplir ses fonctions). Rappelons que le Guide est l’ayatollah Ali Khamenei. Rafsandjani est l’un des principaux dirigeants iraniens ; il avait été battu par Ahmadinejad à l’élection pour la présidence de l’Iran en 2005. Il s’est opposé à la politique de ce dernier, l’accusant notamment d’isoler l’Iran par sa politique extrémiste. Il avait suscité de nouvelles polémiques il y a quelques semaines en affirmant dans ses Mémoires que l’ayatollah Khomeiny s’apprêtait avant sa mort à abandonner le mot d’ordre "mort aux Etats-Unis". Pour plus de détails sur les structures du pouvoir et les luttes internes en Iran, on pourra lire le numéro de Manière de voir, publié par Le Monde diplomatique, « Tempêtes sur l’Iran ».

Asphyxier Gaza

Selon une dépêche de l’AFP du 4 septembre, le numéro 2 israélien a menacé de couper eau, électricité et carburant à Gaza. « Haïm Ramon a menacé mardi de couper l’alimentation en électricité, eau et carburant de la bande de Gaza en riposte aux tirs de roquettes contre Israël. "Il est impensable de continuer à fournir à Gaza électricité, eau et carburant alors que les citoyens d’Israël sont les cibles vivantes des roquettes", a déclaré le ministre israélien au quotidien Yediot Aharonot. » « M. Ramon, grande figure du Kadima, le parti du Premier ministre Ehud Olmert, dont il est très proche, est pourtant connu pour être un homme politique modéré », souligne le journal.

« Le ministre de l’environnement, Gideon Ezra, ancien numéro deux du Shin
Beth, le service de sécurité intérieur d’Israël, s’est également prononcé en
faveur de cette mesure dans une déclaration à la radio publique.
Israël fournit la bande de Gaza en eau et carburant et lui procure 70% de
son électricité. »

Mobilisation contre l’islamo-fascisme aux Etats-Unis

Durant la semaine du 22 au 26 octobre se déroulera une campagne de mobilisation contre l’islamo-fascisme dans 200 universités américaines. Ce mouvement est animé par une organisation conservatrice.

« Le but de cette protestation, écrivent les organisateurs, est aussi simple que crucial : affronter les deux Grands Mensonges de la gauche politique : que George Bush a créé la guerre contre la terreur et que le réchauffement de la planète est un plus grand danger pour les Américains que la menace terroriste. Rien ne peut être plus politiquement incorrect. Mais rien ne peut être plus important à écouter pour les étudiants. Face au plus grand danger que les Américains ont jamais eu à affronter, la gauche universitaire a mobilisé pour susciter des sympathies pour l’ennemi et pour combattre quiconque mobilise les Américains pour se défendre. Selon la gauche américaine, quiconque fait un lien entre le radicalisme islamique et la guerre contre le terrorisme est un "islamophobe". Selon la gauche universitaire, les islamo-fascistes ne nous haïssent pas parce que nous sommes tolérants et libres, mais parce que nous sommes des "oppresseurs". »

Cette campagne américaine s’inscrit dans une vision du monde qui progresse, que le récent discours de Sarkozy a fortifié et qui veut unir tous les Occidentaux contre le "fascisme islamique". Le Monde diplomatique du mois de septembre revient, dans un long article de Mariano Aguirre « Israël, l’antisémitisme et l’ex-président James Carter » (disponible seulement en kiosque), sur la chasse aux sorcières qui vise les universitaires hostiles à la politique israélienne.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016