En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Le Pakistan, l’armée et les islamistes

par Alain Gresh, 17 janvier 2008

Absence

Je serai absent du 18 au 25 janvier, en voyage à l’étranger et sans doute sans contact avec Internet. Je reprendrai donc mon blog à partir du 28 janvier.

Le Pakistan, l’armée et les islamistes

Sur le site de l’International Herald Tribune (15 janvier), une enquête fouillée sur les relations entre les services de renseignement de l’armée pakistanaise et les islamistes radicaux réalisée par Carolotta Gall et David Rohde (« Militant groups slip from Pakistan’s control »).

« La principale agence de renseignement militaire pakistanaise a perdu le contrôle d’un certain nombre de réseaux de militants pakistanais qu’elle avait nourris depuis les années 1980, et elle subit les contrecoups de cette politique. C’est ce qu’ont affirmé deux anciens responsables de cette agence (Inter-Services Intelligence, ISI), ainsi que d’autres officiels proches de ces activités. »

« Comme les militaires se sont retournés contre eux, les groupes militants se sont révoltés contre leurs anciens patrons. En alliance avec d’autres groupes extrémistes, ils se sont attaqués aux forces de sécurité pakistanaises et ont aidé à monter des attaques-suicides, y compris certaines dirigées directement contre l’armée et les services de renseignement, mais aussi contre des responsables politiques, peut-être même Benazir Bhutto. »

Ces informations ont été fournies aux deux journalistes par des officiels proches de l’ISI, qui a joué un rôle central dans les années 1980 pour armer et former les combattants du monde musulman qui allaient combattre les Soviétiques.

« Les deux anciens responsables de haut rang des services ont reconnu que, après le 11-Septembre, quand le président Musharraf s’est publiquement allié avec l’administration Bush, l’ISI n’a pas pu contenir les militants qu’elle avait alimentés depuis des décennies pour exercer une pression sur l’Inde et l’Afghanistan. Après avoir contribué à développer des convictions islamiques dures, l’ISI a dû lutter pour empêcher cette idéologie de se répandre. »

« Un autre responsable a affirmé que des dizaines d’officiers de l’ISI, qui avaient entraîné ces militants, sont devenus des sympathisants de leur cause et ont dû être chassés de l’agence. Il a affirmé que trois purges ont eu lieu depuis la fin des années 1980, et ont même concerné trois directeurs de l’ISI suspectés de sympathies avec les militants. »

Notons que, à l’époque (surtout dans les années 1980), cette politique était fortement encouragée par le président Reagan, qui appelait au soutien des « combattants de la liberté » en Afghanistan.

(...) « "Nous ne pouvions plus les contrôler", affirme un ancien responsable du renseignement. "Nous les avons endoctrinés et nous leur avons dit : "vous irez au paradis". Nous ne pouvions changer si brutalement. »

(...)

« Mais, selon certains responsables américains du renseignement, Musharraf et l’ISI n’ont jamais complètement abandonné leurs protégés militaires, et mènent, en fait, un double jeu. Ils affirment que Musharraf coopère avec les services de renseignement américains pour traquer les combattants américains d’Al-Qaida, tout en gardant les commandants des talibans et les militants du Cachemire en réserve. »

« Pour affaiblir les partis politiques d’opposition, il courtise les conservateurs religieux. Et au lieu de les réprimer, il adopte des demi-mesures. »

Sur les ambiguïtés de la politique pakistanaise, on peut lire Syed Saleem Shahzad, « Al-Qaida contre les talibans », Le Monde diplomatique, juillet 2007.

(...)

« Au contraire, d’anciens responsables pakistanais du renseignement affirment que Musharraf a ordonné une répression contre tous les militants. Mais, disent-ils, cette politique n’a pas été complètement suivie à cause des oppositions au sein du gouvernement et de l’ISI. »

« Un ancien responsable pakistanais a dit que certains officiels au gouvernement et dans l’ISI pensaient que les militants devaient être tenus en réserve comme une "assurance" pour le jour où les Américains et l’OTAN abandonneraient la région et où le Pakistan en aurait besoin comme d’un levier contre l’Inde. »

« "Nous avons une école de pensée qui est favorable à ce que nous gardions ces capacités d’action", confie un ancien responsable du renseignement. D’autres responsables affirment que d’importants ministres et officiels sympathisent avec les militants et les protègent. Mais d’autres favorisent une telle retenue par peur des représailles que pourraient exercer ces militants. »

« Quand des arrestations ont été ordonnées, la police a parfois refusé d’agir jusqu’à ce qu’elle ait des ordres écrits, car elle croyait que les militants disposaient, comme avant, de la protection de l’ISI. »

Quoi qu’il en soit, il est peu probable que l’armée abandonne le pouvoir, et son utilisation des services de renseignement, ne serait-ce que pour préserver son pouvoir économique, mis en lumière dans l’article de Ayesha Siddiqa, « Mainmise des militaires sur les richesses du pays » (Le Monde diplomatique, janvier 2008).

Base française à Abou-Dhabi

Incontestablement, la création d’une base militaire française à Abou Dhabi marque un nouvel infléchissement de la politique de Paris dans la région. Il faudra suivre cette affaire.

Lire l’envoi fait par Philippe Leymarie sur le site du Monde diplomatique, « La France, puissance du Golfe ».

Voici ce qu’écrit Arnaud de La Grange dans Le Figaro du 16 janvier (« La France crée une base militaire face à l’Iran ») :

« Politiquement, la décision est forte, surtout en des temps de confrontation diplomatique avec Téhéran, dossier sur lequel la France a durci sa position depuis que Nicolas Sarkozy est aux affaires. Stratégiquement, elle est tout aussi importante. En cas de conflit dans la région, la France se trouvera quasi automatiquement impliquée dans la bataille. En ce sens, la création de la base permanente s’inscrit dans la droite ligne de l’accord de défense signé en 1995 entre la France et les Émirats arabes unis. « C’est l’accord de défense le plus étroit, le plus contraignant jamais signé par la France, commente une source diplomatique, il est beaucoup plus complet et fort que celui signé avec le Qatar. » »

Une dépêche de l’AFP datée du 17 janvier rapporte :

« Les autorités émiraties financeront les infrastructures de la future base militaire française à Abou Dhabi, a indiqué jeudi le porte-parole du ministère français de la défense, Laurent Teisseire. "Le financement des installations sera pour l’essentiel assuré par les Emiratis, le reste des coûts étant porté normalement par nous", a déclaré M. Teisseire à l’occasion du point presse hebdomadaire du ministère de la défense. »

Un blog du président Bush

Sur le site de la Maison Blanche, on pourra trouver un blog concernant le voyage du président américain au Proche-Orient, intitulé Peace in the Middle East. On y trouvera les différentes déclarations et discours de M. Bush durant sa visite dans la région.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016