En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Le règne de l’information dirigée a-t-il vécu ?

par Marie Bénilde, 24 avril 2008

Sous l’influence des nouveaux médias (chaînes de télévision numérique, sites Internet, blogs, canaux de diffusion mobiles), le concept de média dominant semble avoir du plomb dans l’aile. Google Actualités n’agrège-t-il pas plus de 10 000 sources provenant d’une quinzaine de langues à travers le monde ? La France ne recense-t-elle pas cinq millions de blogueurs touchant plus d’un internaute sur deux ? La révolution numérique ne marque-t-elle pas l’émergence d’une audience participative, d’un « journalisme citoyen » qui concourent à la diversité des contenus ? Ne voit-on pas naître sur la Toile de nouveaux sites d’information indépendants des grands groupes de médias traditionnels ? Enfin, le pluralisme de l’information télévisée n’est-il pas renforcé par la présence de trois chaînes d’information en continu, deux chaînes parlementaires et un canal international ? En attendant, demain, le lancement de la radio numérique ou de la télévision mobile personnelle…

Cette nouvelle ère de foisonnement numérique s’accompagne néanmoins d’une reconfiguration du rôle des médias, où la logique d’audience le dispute à la volonté de conserver ses prérogatives dans la production du discours légitime. Le Nouvel Observateur exhibe un faux SMS portant sur la vie privée du président de la République. Europe 1 annonce à tort la mort d’un animateur de télévision. L’Express fait des escapades sentimentales de Nicolas Sarkozy un filon éditorial. Seul lien entre tous ces débordements de vecteurs d’information faisant autorité : la recherche d’une compétitivité nouvelle à l’heure où Internet plonge les médias dans la nécessité assumée d’une hyperréactivité à l’instantanéité et aux nouvelles émotionnelles. Il est vrai que de l’audience dépend la ressource publicitaire, principal levier de financement dans une nouvelle économie marquée par la gratuité. Sous l’effet combiné de la quête d’audience et de la perte de repères (périodicité, charte éditoriale, conception de l’information), il pourrait bien résulter de cet éclatement des sources un écoulement monolithique d’informations à gros débit, multidiffusé sur la Toile.

Comme la fabrication de programmes destinés à une audience commerciale a transformé la télévision et la radio, le numérique transforme la production de l’information. Comprendre comment sera l’un des objectifs de ce blog.

Marie Bénilde

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016