En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Eau publique : le site de la reconquête

Corporate Europe Observatory et le Transnational Institute, engagés de longue date dans les luttes pour la republicisation de l’eau, en Europe et dans le monde, viennent d’ouvrir le site remunicipalisation.org qui présente une cartographie mondiale des collectivités qui ont repris la maîtrise publique de leurs services d’eau. Alimenté par les contributions des réseaux engagés dans les luttes contre la marchandisation de l’eau, il offre un panorama évolutif d’une reconquête qui s’accélère sur les cinq continents.

par Marc Laimé, 13 juin 2008

Le site du Water Remunicipalisation Tracker présentera les republicisations en cours sur les cinq continents, à l’initiative des villes, régions et pays qui se réapproprient la gestion de leurs services d’eau, des études de cas précisant les différents modus operandi observés, et relaiera les campagnes d’information en cours dans les régions où les opérateurs privés ne remplissent pas leurs engagements (1).

Une démarche d’actualité puisque en France la gestion de l’eau à Paris – siège des deux plus grands opérateurs privés du secteur – est en passe de revenir sous contrôle public (2).

Un nouvel opérateur public y verra le jour en 2009, qui reprendra les missions aujourd’hui dévolues à la Compagnie des eaux de Paris (Veolia Environnement) et à Eau et Force, (filiale de Suez-Lyonnaise des eaux), conformément à l’engagement contracté avant sa réélection par M. Bertrand Delanoë, réélu maire de Paris en mars 2008.

Le projet de la municipalité parisienne de substituer à Suez et Veolia un nouvel opérateur public qui prendra en charge l’intégralité du service, s’inscrit dans un mouvement général de republicisation en cours en France, dont près de 80% des services de production et de distribution d’eau sont gérés par des sociétés privées.

Au delà, plusieurs séminaires regroupant responsables de sociétés publiques, représentants d’ONG et syndicalistes de différents pays européens vont se tenir dans le courant du mois de juin en Espagne, dans le cadre de l’exposition internationale Zaragossa 2008 dédiée à l’eau, inaugurée le 14 juin 2008, et qui prévoit d’accueillir 6,5 millions de visiteurs jusqu’au 14 septembre prochain. Ces séminaires étant consacrés aux alternatives à la privatisation de l’eau.

Pour M. Satoko Kishimoto, de Transnational Institute « La vague de la republicisation se déploie dans le monde à mesure que les communautés réalisent que la privatisation des services n’atteint pas ses objectifs. Elle témoigne que les services d’eau sont mieux gérés sous contrôle public. »

La privatisation des services a fortement été promue depuis une vingtaine d’années par les organisations internationales, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, et même par l’Union européenne, comme la solution permettant d’accroître les investissements requis par les services de l’eau. Mais les cas présentés par le site remunicipalisation.org attestent que la privatisation n’a pas atteint ses objectifs.

Service défaillant, manque d’investissement et augmentation du prix de l’eau sont les reproches récurrents adressés aux services privatisés, de l’Afrique aux Etats-Unis.

A contrario l’alternative publique peut apporter de réelles améliorations, comme le reconnaissent les communautés et les gouvernements concernés. Plusieurs modèles de gestion peuvent être mis en oeuvre, qui accordent une large place à la participation des usagers, qui se substituent de plus en plus nettement aux modèles de management traditionnels.

Quoiqu’il soit de plus en plus évident que le secteur privé a échoué, l’Union européenne, comme l’OCDE, continuent à promouvoir la privatisation des services en Europe, où, comme dans d’autres pays développés, les financements en faveur de la gestion publique sont difficilement mobilisables.

Pour M. Olivier Hoedeman, de Corporate Europe Observatory « Il est temps que l’Union européenne tienne compte des faits et revoie sa politique de l’eau. La privatisation des services accroît les profits des entreprises, mais n’est pas le meilleur moyen de fournir de l’eau aux citoyens européens, pas plus qu’à ceux des pays les plus pauvres. »

Voir le site du Water Remunicipalisation Tracker

Notes :

[1] Le Water Remunicipalisation Tracker est un projet évolutif qui présentera progressivement, tant des études de cas de republicisation déjà effectives, que des processus de remunicipalisation en cours.

[2] Les deux plus grandes entreprises multinationales de services dans le domaine de l’eau, Suez Lyonnaise et Veolia, ont leurs sièges à Paris.

[3] Voir la situation à Paris

Pour plus d’information sur la situation à Paris, contacter Anne Le Strat, adjoint au maire en charge de l’eau :

le_strat@eaudeparis.fr

anne.le_strat@paris.fr

+33 1 40 48 98 13,

+33 1 42 76 44 53

www.remunicipalisation.org est un projet commun de Corporate Europe Observatory et de Transnational Institute (TNI), qui présente une cartographie des alternatives à la privatisation de l’eau.

Pour plus d’information sur les alternatives, voir aussi le site de Waterjustice.

Contact :

Olivier Hoedeman :

Tel. : 31 20 612 7023

Mobile : 31 6 4546 0007

Email : olivier@corporateeurope.org

Marc Laimé

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016