En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

A travers la presse

par Alain Gresh, 5 juillet 2008

Enquête sur le virage de la diplomatie française

Dans Le Monde diplomatique du mois de juillet, je publie une longue enquête sur la diplomatie de M. Nicolas Sarkozy, dont voici la présentation :

« Le 13 juillet s’ouvre à Paris le sommet constitutif de l’Union pour la Méditerranée, un projet aux objectifs ambigus, mais que M. Nicolas Sarkozy présente comme un de ses grands objectifs de politique étrangère. Dans ce domaine plus que jamais réservé, le président a multiplié les initiatives, oubliant les déclarations sur la défense des droits humains qu’il avait martelées durant la campagne électorale et que la nomination de M. Bernard Kouchner au Quai d’Orsay devait concrétiser (lire « “Le Quai d’Orsay, c’est moi !” »). Au-delà des dysfonctionnements liés à l’exercice solitaire du pouvoir par le chef de l’Etat et à la marginalisation du ministère des affaires étrangères, se dégage une conception diplomatique « occidentalo-atlantiste » fondée sur l’alliance avec les Etats-Unis et sur la perception que les transformations du monde sont menaçantes pour l’Occident. Cette vision imprègne la gestion de tous les dossiers, de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) au conflit israélo-palestinien, du nucléaire iranien à la crise libanaise. Mais, parfois, la dure réalité et les intérêts économiques et stratégiques, en Afrique par exemple ramènent le président à une politique plus traditionnelle. »

Cet article est accompagné d’un texte de George Corm, « Foire d’empoigne autour de la Méditerranée » et d’un article de Philippe Leymarie, « Signaux contradictoires sur le continent noir ».

Moins français que les autres ?

M. Nicolas Sarkozy a déclaré qu’il interviendrait auprès du président Bachar Al-Assad pour qu’il aide à faire libérer le soldat franco-israélien Gilad Shalit, prisonnier du Hamas. M. Sarkozy considère que la Syrie, ayant de bonnes relations avec le Hamas, devrait pouvoir jouer un rôle. Excellente initiative ! On peut espérer que le président Assad, en échange, demandera à M. Sarkozy d’user de ses chaleureuses relations avec M. Ehoud Olmert pour obtenir la libération du Franco-palestinien Salah Hamouri, emprisonné depuis trois ans et qui vient d’être condamné à sept ans de prison pour délit d’opinion. Vous n’avez pas entendu parler du cas de Salah Hammouri ? Pourtant, nous savons que le gouvernement français se démène partout pour faire libérer ses citoyens, des inculpés de l’affaire de l’Arche de Zoé à Ingrid Betancourt, en passant par Shalit. Un Franco-palestinien serait-il « moins français que les autres » ?

« Si Mohammed al-Dura est vivant »

« Intifada, cette vidéo qui déchaîne les passions », tel est le titre d’un article d’Alain Barluet et Stéphane Durand-Souffland, dans Le Figaro du 2 juillet. On y trouve cette déclaration hallucinante d’Arlette Chabot, directrice de l’information de France 2 : « Si Mohammed al-Dura est vivant, nous présenterons des excuses au monde entier. » Et si le King (Elvis Presley) est vivant, comme l’affirment des centaines de témoins, que fera Arlette Chabot ?

L’acharnement contre Charles Enderlin d’un obscur adjoint au maire de Neuilly-sur-Seine, désormais relayé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ne doit pourtant rien au hasard. Il s’agit de multiplier les procès contre les journalistes qui rendent compte de l’occupation israélienne et de ses exactions, de créer un climat de peur qui fasse taire toute voix critique de la réalité de la politique israélienne. Or cette réalité, comme l’écrivent les deux journalistes du Figaro, c’est que, au fil des années de l’Intifada, près d’un millier d’enfants palestiniens ont été tués par l’armée.

« Une dose occasionnelle de "laïco-fascisme" »

Dans une tribune de l’International Herald Tribune du 23 juin 2008, « The Fight for Turkey », Roger Cohen revient sur les tentatives des militaires et des juges d’interdire le parti AKP, accusé de violer la laïcité. Et il conclut en lançant un appel à l’Occident pour qu’il aide à maintenir le caractère ouvert de la société et des débats en Turquie, « ce qui peut inclure une dose occasionnelle de "laïco-fascisme” (secular fascism) ».

Un blog sur la géopolitique des religions

Je signale l’excellent blog que tient le journaliste Slimane Zeghidour, Deus ex Machina, pour suivre l’actualité des dérives religieuses, mais qui ne cède jamais à la facilité, et notamment à l’air du temps islamophobe. Avec, ce qui ne gâche rien, un mélange de vraie culture et d’humour corrosif...

Irak-Afghanistan

Pour le deuxième mois consécutif, le nombre de militaires occidentaux tués a été plus grand en Afghanistan qu’en Irak. Ce n’est pas une preuve que les Américains sont en train de gagner la guerre en Irak, mais une confirmation que celle d’Afghanistan est déjà perdue. Et c’est le moment que choisit M. Sarkozy pour envoyer des troupes supplémentaires et voler au secours de la défaite...

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016