Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en Afghanistan

Mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en Afghanistan

jeudi 21 août 2008, par Alain Gresh

Dix soldats français ont trouvé la mort en Afghanistan lors d’une embuscade tendue par les talibans. Ce dramatique incident devrait susciter, dans les semaines qui viennent, un débat sur la présence de la France dans ce pays dans le cadre d’une mission de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). En avril dernier, le président Nicolas Sarkozy avait annoncé l’envoi de plusieurs centaines de soldats supplémentaires. Cette décision s’était faite sans aucun débat sérieux, comme je l’avais rappelé à l’époque (« Nicolas Sarkozy, l’Afghanistan et l’universalisme européen »).

Dans les discours des responsables français, on voit resurgir deux explications à cette présence : en nous battant là-bas, c’est la liberté en France que nous défendrions ; d’autre part, les femmes afghanes opprimées ont besoin de nous.

Le chef de l’Etat a expliqué le 20 août 2008 à Kaboul : « “Je suis venu vous dire que le travail que vous faites ici, il est indispensable”, lance-t-il aux militaires, “parce qu’ici se joue une partie de la liberté du monde, parce qu’ici se mène le combat contre le terrorisme”. » Ce même argument a été utilisé par les Etats-Unis pour justifier leur guerre en Irak, guerre dont une des conséquences a été le renforcement d’Al-Qaida dans ce pays, qui a servi d’aimant à des milliers de combattants étrangers.

Désormais, l’Afghanistan remplace l’Irak dans le discours américain. Et, pour le gouvernement français, c’est aussi « la bonne guerre ». Or, il est plus que douteux qu’un engagement supplémentaire de l’OTAN aboutisse à des résultats pour l’Afghanistan ; au contraire. D’abord, parce que le gouvernement mis en place à Kaboul est largement inefficace, corrompu, otage de tous les chefs de guerre. Ensuite, parce qu’un engagement occidental accru va faire de l’Afghanistan un aimant pour tous les combattants désireux de s’opposer à l’Occident et servir le discours d’Al-Qaida. Enfin, parce que l’histoire a montré, notamment en Afghanistan (les Britanniques et les Soviétiques en savent quelque chose), mais aussi dans le reste du monde, que l’on n’imposait pas la liberté et la démocratie au bout des baïonnettes.

D’autre part, M. Sarkozy, dans son discours à Kaboul, a repris un mensonge sur la femme à qui on avait coupé la main parce qu’elle s’était mis du vernis à ongles. Ce mensonge avait déjà été dénoncé par Christian Salmon dans un article publié par Le Monde, « Le paradoxe du sarkozysme », 2 mai 2008.

« L’histoire circule sur Internet depuis des années dans d’innombrables versions. Parfois la victime est une petite fille de 10 ans. Parfois c’est une femme. Le plus souvent, on rapporte que les talibans se “contentaient”, si l’on ose dire, d’arracher les ongles. Dans la version présidentielle, on a amputé la main. »

« Il est étrange qu’aucune enquête sérieuse ne soit venue questionner les modes de diffusion d’une telle rumeur. Une source semble en être un rapport d’Amnesty International datant de 1997 dont les conclusions étaient bien plus modestes que les commentaires qu’il a inspirés. “Dans un cas au moins, écrivait l’organisation humanitaire, les châtiments infligés ont pris la forme d’une mutilation. En octobre 1996, des talibans auraient sectionné l’extrémité du pouce d’une femme dans le quartier de Khair Khana à Kaboul. Cette “punition” avait apparemment été infligée à cette femme car elle portait du vernis à ongles.” Sam Gardiner, un colonel de l’armée américaine, qui a enquêté sur la communication de guerre des campagnes en Afghanistan et en Irak, a démontré récemment que “l’histoire des ongles arrachés” avait été choisie par Alastair Campbell, le conseiller de M. Anthony Blair, pour illustrer les violences faites aux femmes par les “étudiants en théologie” et diffusée massivement pour convaincre l’opinion publique et les gouvernements européens qui hésitaient à se joindre à la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. »

« La même story fut diffusée à Washington et à Londres, en suivant des scénographies identiques, allant parfois jusqu’à utiliser les mêmes phrases. Dès novembre 2001, a révélé Gardiner, “l’orchestration de la campagne en faveur des femmes afghanes témoignait de similitudes frappantes dans le timing et les scénarios utilisés à Londres et à Washington”. Le 17 novembre 2001, Laura Bush, la première dame des Etats-Unis, déclare : “Seuls les terroristes et les talibans menacent d’arracher les doigts qui ont les ongles vernis.” Et Cherie Blair, son homologue britannique, d’affirmer (à Londres le lendemain) : “En Afghanistan, si vous avez du vernis à ongles, vous pouvez avoir les ongles arrachés.” »

La situation actuelle des femmes sous le régime du président Hamid Karzai est-elle ce que l’on nous décrit ?

Un journaliste du quotidien britannique The Independent publie le 18 août un article « The Afghan women jailed for being victims of rape ». Il s’est rendu dans la prison de Lashkar Gah, une prison aux allures médiévales dont « deux tiers des prisonnières ont été condamnées pour relations sexuelles illégales, mais sont en fait des victimes de viols. (...) Le système ne distingue pas entre entre celles qui ont été violées et celles qui se sont enfuies avec un homme ».

« Assis dans son bureau orné de fleurs en plastique, avec des posters optimistes des Nations unies et des photos du président afghan Hamid Karzai, le colonel Ghulam Ali, un haut responsable régional à la sécurité, explique sévèrement qu’il est d’accord avec les autorités pour condamner les victimes de viol : “En Afghanistan, que ce soit forcé ou non, c’est un crime car les règles musulmanes le disent. Je pense que c’est bien. Il y a beaucoup de maladies qui peuvent être provoquées dans le monde d’aujourd’hui à travers des relations sexuelles illégales, comme le HIV.” »

Suit une série de témoignages qui valent d’être lus...

Si la liberté des femmes en Afghanistan préoccupait tellement l’Occident, on se demande pourquoi celui-ci n’a pas soutenu le régime communiste de Kaboul entre 1978 et 1992. A aucune autre période de l’histoire de ce pays, les femmes n’ont disposé d’autant de droits...

L’idée qu’il faut absolument « riposter » à toute attaque quelle qu’elle soit pour montrer que l’on ne cède pas au terrorisme est mise en doute par des archives américaines qui viennent d’être rendues publiques le 20 août, « 1998 Missile Strikes on Bin Laden May Have Backfired ». Les Etats-Unis avaient, en août 2008, à la suite des attentats d’Al-Qaida contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, envoyé des missiles sur l’Afghanistan. Selon une étude américaine, ces représailles auraient eu des conséquences négatives à long terme pour les intérêts américains et renforcé l’alliance entre les talibans et Al-Qaida.

96 commentaires sur « Mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en Afghanistan »

  • permalien chamil :
    21 août 2008 @16h15   »

    les Britanniques et les Soviétiques en savent quelque chose), mais aussi dans le reste du monde, que l’on n’imposait pas la liberté et la démocratie au bout des baïonnettes.

    Une question Monsieur Gresh : pouvez vous citer un seul endroit où les soviétiques ont voulu "imposer la liberté et la démocratie" ? Est-ce une plaisanterie ou le reflet d’un antiaméricanisme qui ne s’arrête devant plus rien ?

    En Afghanistan, depuis la chute des talibans, il existe des écoles pour femmes, des médias libres, un début de société civile. Que le gouvernement soit corrompu, que l’on écarte les islamistes modérés qui sont pourtant la clé d’une solution politique- comme hélas ailleurs : FIS, frères musulmans en Egypte ou en Syrie, partis chiites en Irak jusqu’en 2003- et que les seigneurs de guerre soient là est tout aussi vrai.

    Mais dans un pays ravagé par la guerre, féodal, corseté dans un islam ultra-conservateur et des traditions médiévales, ce n’est pas du jour au lendemain que l’on verra S.de Beauvoir lue dans les rues de Kaboul, que le modèle politique canadien y régnera et les moeurs sexuelles scandinaves seront goutées chez les Pachtounes.

    Les anglo-saxons sont moins obtus que les français et essaient du moins de combiner héritage musulman et démocratie. En Occident, toutes les réflexions sur cette nécessaire synthèse viennent de chez eux et les intellectuels musulmans ne s’y trompent pas(De qui T.Ramadan était conseiller Mr Gresh ? Vers qui les FM égyptiens ou l’AKP turc se tournent, sinon vers le modèle US ?) C’est cela qui fera évoluer la société afghane.

    Déjà que la France est déjà loin d’être un exemple en matière de féminisme et de démocratie libérale...

  • permalien Haïder :
    21 août 2008 @16h34   « »

    Dénoncer les contradictions des va-t-en-guerre, est-ce là de l’anti-americanisme ? Montrer que les responsables politiques utilisent des mensonges pour entrainer l’opinion publique, est-ce un modèle de démocratie ?
    Vraiment, je ne comprendrai jamis les défenseurs inconditionnels de l’occident, dans ses actes, comme vous cher Chamil.

  • permalien Sardon :
    21 août 2008 @18h26   « »

    Bonjour,

    L’histoire de la femme dont les ongles ont été arrachés (ou la main coupée, selon les versions) parce qu’elle aurait mis du vernis à ongles, a été propagée par Alastair Campbell, le "spin doctor" de Tony Blair. Cette appellation de "spin doctor" est trompeuse ; il ne s’agit ni plus ni moins que de propagande, telle qu’elle a été définie par Edward Bernays (1891-1995), inventeur des "relations publiques", dont son livre "Propaganda" ( http://www.amazon.fr/Propaganda-Com... ). Ce livre, qui date de 1928, et qui a été un des livres de chevets de Joseph Goebbels, a récemment été traduit en français avec une introduction de Normand Baillargeon ( http://nbaillargeon.blogspot.com/20... ).

    L’exemple que M. Gresh relate ici n’est qu’une illustration de plus, que, pour reprendre les mots de Jean Bricmont, "il ne faut jamais opposer au pouvoir la cohérence de son propre discours, ou le fait qu’il ne respecte pas en pratique ses propres valeurs, mais considérer ces discours comme une mystification permanente et tenter de faire partager cette attitude" ( http://socio13.wordpress.com/2008/0... ).

    Quant à la présence française en Afghanistan, elle rend la France complice de l’agression des Etats-Unis contre ce pays ; selon le jugement du tribunal de Nuremberg en 1946, "l’agression est le crime international suprême", car "elle contient en elle tout le mal qui s’ensuit".

  • permalien Observer :
    21 août 2008 @18h58   « »

    La France qui s’ingénie à imposer la Democratie dans les pays "barbares" devrait ballayer devant sa porte. Un journaliste et ecrivain français vient d’etre injustement licencié de la radio publique pour ses position sur le Proche Orient jugées pas assez pro israeliennes. Richard Labeviere vient de subir le rouleau compresseur de la "pensée unique" pourtant apanage des pays sous dev’ qui maltraitent les femmes et qu’on veut civilser malgré eux !

  • permalien K. :
    21 août 2008 @19h31   « »

    Quand des “féministes” occidentales ont une fois demandé aux Afghanes, qui des Talibans ou des “Conservateurs” entravaient le plus leur liberté, la réponse avait permis aux dites féministes de mesurer l’immensité de leur manque de pertinence et de leur impertinence :

    « In Afghanistan, my colleagues ask women what is your main issue ? Is it rising of Talibanisation, is it conservatism ? They say it’s security ; you know, my children aren’t safe, I might want to send my daughters to school but I don’t think they’re safe walking out there. Take care of security, then we’ll talk about our rights, and our constitution, and our body politics. We’re not there yet. »

    (ni les uns ni les autres, notre principal problème c’est la sécurité. Réglez le problème de la sécurité d’abord, et venez-nous parler de nos droits après)

  • permalien Lou :
    21 août 2008 @19h48   « »
  • permalien K. :
    21 août 2008 @20h00   « »

    La Sécurité en Afghanistan vue par des “pro-américains” :

    - Adrien Jaulmes du Figaro parle pudiquement de bavures de l’aviation de l’Otan.

    Bavures.

    - Philippe Juvin (UMP) est plus franc :

    « Ce manque de discernement des américains, qui voient désormais en chaque afghan un insurgé en puissance est tragique. Il va devenir particulièrement difficile de faire comprendre aux afghans que nous sommes là pour leur protection quand chaque jour nous tuons leurs enfants... »

  • permalien farouks :
    21 août 2008 @20h29   « »

    Combien de décennies ,voire de siècles séparent la société afghane des sociétés occidentales ?Comment peut-on prétendre faire faire aux femmes afghanes un bond d’un siècle ou plus sur la voie occidentale ?Qui dit que c’est le meilleur modèle à suivre ?Les Afghanes le veulent-elles ?On peut dire beaucoup de l’URSS ,mais qui peut nier la place des femmes en union Soviétique ?Mêler propagande et grands discours pour justifier la présence de l’OTAN n’est qu’un vernis qui trompe .
    La vérité est ailleurs .Qui a poussé les Talibans
    à s’armer et s’entraîner fin des années 80 .A côté des américains,il y avait les Saoudiens,et c’était pour combattre l’Empire du Mal .La stratégie est ailleurs ;comme si l’on avait besoin de ce Mal pour représenter le Bien ,alors que les intérêts sont ailleurs .Et voilà que Sarkozy se rapproche de l’OTAN et des E-U .L’avenir nous dira pourquoi.

  • permalien
    21 août 2008 @21h01   « »

    « Ahmed Rashid, expert pakistanais du mouvement taliban, analyse "la première double offensive depuis le 11 septembre 2001" »

  • permalien bert :
    21 août 2008 @21h35   « »

    Deux points :
    - il y a une différence essentielle entre la volonté politique d’envoyer des troupes en Afghanistan, qui mérite d’être débattue, et celle des modalités d’envoi desdites troupes. L’armée française a reçu l’ordre de déployer des forces en Afghanistan, elle obéit, jusque là, rien d’anormal ni de discutable. Mais quelles troupes ? Est-ce un effet d’extrême vanité que d’avoir cru prêts au combat en Afghanistan des soldats ayant bénéficié d’un entraînement de quelques mois ? Ou la confiance du commandement militaire français dans la technologie, la supériorité matérielle ou "théorique" ? Est-ce l’erreur, déjà dénoncé 6 siècles avant JC, consistant à sous-estimer l’adversaire ?
    Dans tous les cas, et sans aller jusqu’ à imaginer ce qui a bien pu se passer lors de ce combat, savoir que vont au combat des gamins d’une vingtaine d’années, peu entraînés et peu adaptés aux conditions afghane, face à des taleban souvent aguerris et au fait du terrain est assez étonnant...
    Quand j’entends les journalistes parler de "troupes d’élite, je frémis à l’idée de ce qui ne constitue pas des troupes d’élite...Des territoriaux, comme en 14/18 ? Des réservistes, qui jouent à la guerre quelques semaines par an ?
    J’ai l’impression de vivre en miniature (pour l’instant) la tragédie de la grande guerre, pantalon garance en moins...

    Un autre point : Mettre la défense des droits de la femme en avant dans la mission des occidentaux en afghanistan est en contradiction avec les faits : les taleban furent vus comme une force bénéfique par les USA entre 95 et 98. C’est la question "Bin Laden" qui changea la donne. Le Pakistan, qui fut le seul soutien indéfectible des taleban jusqu’en 2001, et qui bénéficie d’une etonnante complaisance des occidentaux depuis, n’est pas un modèle de défense féministe. De plus, c’est ce pays qui arme, protège et héberge ceux qui tuent des soldats occidentaux en Afghanistan. Enfin, Mr sarkozy lui-même disait il n’y a pas longtemps ;"Sur la condition des femmes, sur la liberté d’expression, l’Arabie saoudite elle aussi s’est mise en mouvement." Il faut en avoir, des trucs à vendre, pour proférer une telle insanité...
    Enfin, donner des leçons de féminisme à l’Afghanistan me paraît assez exagérer venant des pays occidentaux, qui, de publicité en clips musicaux, délivre une image de la femme limitée à une paire de nichons et/ou de fesses. De grâce, en la matière, moins de leçons, plus d’actes.

  • permalien chamil :
    21 août 2008 @22h38   « »

    A Haider :

    En l’occurence, l’incohérence est celle que j’ai relevée, sans que vous la discutiez d’ailleurs... Peut-être n’avez vous pas lu mon propos, ou ne souhaitez pas le lire.

    Quant au reste, je suis d’accord avec Farouks. On ne peut pas décreter le droit des femmes, surtout quand on est dans un pays féodal et adepte d’un islam ultraréactionnaire. La très catholique Malte, à côté de chez nous, nous montre déjà combien la religion est un frein à l’émancipation féminine. Celle-ci un processus long et complexe, qui est dépendante de l’installation d’une démocratie.

    Le féminisme sans liberté politique, c’est un mythe pour communistes attardés ou pour adeptes de la "laïcité autoritaire" type NPNS et admirateurs virils d’Atatatürk.

  • permalien chamil :
    21 août 2008 @22h42   « »

    A Observer : c’est vrai qu’en matière de médias, à peu près toutes les démocraties occidentales peuvent donner des leçons de morale à la France : lèche-bottisme érigé en culture, soumission aux pouvoirs politique et économique, omerta, consanguinité des journalistes avec les décideurs, népotisme et clientélisme des entreprises médiatiques...

    L’affaire Labévière en est hélas une triste illustration.

  • permalien ahmad :
    22 août 2008 @10h11   « »

    c’était quoi les droits de femme ssous le régimes communistes de kaboul ?

  • permalien
    22 août 2008 @10h50   « »

    @ Ahmad

    C’était beaucoup mieux que sous les taleban...A Kaboul...A la campagne, c’était comme avant les communistes. Sauf peut être à Mazar e Sharif...Après, avec les moudjahidin à Kaboul, c’était comme avec les communistes, le voile en plus...A la campagne, pareil...Avec les taleban, c’était l’enfer, à Kaboul, et aussi à la campagne.

  • permalien Un anticons primaire :
    22 août 2008 @12h41   « »

    Le féminisme sans liberté politique, c’est un mythe pour bushistes attardés qui prétendent qu’en engraissant leurs plantes comme le Hamid de Kaboul ça fera rayonner la liberté (en particulier celle des femmes) à travers le monde.

    Malheureusement pour eux ce mythe s’est cassé la gueule avec la chute du Shah (lui aussi un grand adepte du féminisme sans liberté politique) d’Iran unanimement haï par son peuple, n’en déplaise à quelques pahlavistes attardés, et avec la vague de régression sans précédent pour les femmes qui a suivi l’invasion de l’Irak.

    Pas de liberté des femmes sans liberté politique ? C’est ce que les proaméricains primaires devront aller expliquer à Ben Ali (dont les médias louent le féminisme et la laïcité) qui donne un peu plus de liberté aux femmes mais qui étouffe tout son peuple. Il faudra aussi l’expliquer au maire de Kaboul et au nouveaux dictateurs de l’Irak, ainsi qu’aux "bons" islamistes d’Arabie Saoudite, qui outre un solide proméricanisme, présentent l’intéressante particularité de combiner l’absence de liberté politique et l’absence totale de liberté pour les femmes.

    Cela naturellement les proaméricains primaires, qui ne reculent devant rien, même pas défendre un régime de gangsters corrompus, de pantins grassement rémunérées, de trafiquants de drogue, de seigneurs de guerre et d’assassins comme celui de l’Afghanistan, pardon de Kaboul, préfèrent l’ignorer.

  • permalien stella :
    22 août 2008 @12h54   « »

    Elles ont bon dos les femmes afghanes !
    Je vous rappelle qu’avant de se soucier du sort des femmes afghanes, les va-t-en guerre se sont d’abord émus du sort réservé aux statues de Bamiyan...ça en dit long sur leurs motivations.

  • permalien lauraB :
    22 août 2008 @12h59   « »

    lauraB

    Il est évident pour moi aussi que la démocratie par les armes est un non sens... pathétique et bien triste
    Éduquer oui ! construire des écoles où filles et garçons étudient ensemble. Permettre au Temps de faire évoluer les mentalités, en instruisant, en nourrissant, en soignant.
    Privilégier l’Islam modéré, oui ! car c’est respecter la culture de ces contrées.
    Pourquoi cette peur du monde moderne pour l’indépendance d’un Islam modéré ?

    Bien à vous

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @13h18   « »

    Je crois qu’il s’agit surtout qu’une lutte contre le fondamentalisme musulman et d’éviter que l’Afghanistan ne devienne un sanctuaire à terroriste après le 11 septembre 2001.

    Cela dépasse largement les USA, et même l’Occident. En 2001 quasiment tout le monde était soulagé du départ des Taliban, y compris dans le monde arabe.

    Personnellement j’ai soutenu le régime communiste afghan pour bien des raisons, et beaucoup d’anciens communistes afghans ont combattu les taliban, y compris aujourd’hui.

    Non tous ce qui est antiaméricain n’est pas bon à prendre, attaqué les USA ne fait pas forcément de vous un bienfaiteur de l’humanité. Sinon que penser du Japon impérialiste qui bombarda Pearl Harbour après avoir commis d’innombrable crime en Chine.

    Question : comment savoir ce pense la population afghane qui doit être très divisé ?

    Les taliban ont été détesté dans le nord de l’Afghanistan, feu commandant Massoud le montre.

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @13h28   « »

    Quand je parle des fondamentalistes musulmans, je pense aux djiadistes et aux Taliban.

    L’Arabie Saoudite est plûtot un régime de type féodal, concervateur mais anti-djiadiste.

  • permalien bert :
    22 août 2008 @14h28   « »

    @ Sebastien

    Je crains que vous ne vous trompiez sur les "communistes afghans"...On en a retrouvé un très grand nombre dans les rangs taleb dès 1995/1996, et même avant. Najibullah fut massacré par les taleban, mais nombre de ses opposants (comme Tanaï, auteur d’un coup d’état avorté et ensuite pote avec Hekmatyar), ou d’anciens responsables du KHAD/WAD (et donc "collègues" de Najib le taureau), et beaucoup de militaires ont été intégré (parfois imposé par le Pakistan) dans les rangs taleban. Eux seuls savaient manier l’armement lourd, par exemple, ou la manivelle des prisons...
    Le communisme afghan fut un échec dès le commencement, mais après 86, et la décision sovietique de lâcher l’Afghanistan, ce n’était plus qu’opportunisme et compagnie, Najib à la mosquée tous les vendredis, et des retournements de veste à la petite semaine.
    Il y a sûrement eu des sincères, des honnêtes et des "croyants", mais en 89, ils étaient morts ou partis "ailleurs"...

  • permalien K. :
    22 août 2008 @14h57   « »
    HISTOIRE et REALITES

    - Ce sont les Etats-Unis et leurs “alliés” dans la région qui ont permis l’émergence d’Al Qaida et le renforcement des Talibans pour contrer les Soviétiques et les Iraniens. Autrement dit on a assisté à une Instrumentalisation de l’islam à des fins géopolitiques :

    « Cette stratégie est d’abord mise en œuvre, avec l’appui américain et saoudien, en Afghanistan. Devenu Etat du front dans la guerre contre le communisme, le Pakistan de Zia arme et encadre, avec la CIA, les mujahiddins afghans. Les soviétiques défaits, les Etats Unis se désintéressent de l’Afghanistan. Pas Islamabad qui, en quête de « profondeur stratégique », entend bien contrôler le pays. Dans la lutte entre mujahiddins, le poulain pakistanais, Gulbudin Hekmatyar, ne fait pas le poids face à la menace du Commandant Masood, dont l’Alliance du Nord est anti-pakistanaise. Islamabad lance alors dans la course, en 1994, de nouveaux venus : les talibans, étudiants afghans réfugiés des écoles coraniques établies dans la province pachtoune du Pakistan, aux portes de l’Afghanistan. On connaît la suite : l’instauration d’un émirat sous l’autorité religieuse et politique du mollah Omar, qui accueille en 1996 un ancien du jihad anti-soviétique en rupture avec l’Arabie saoudite et les Etats Unis : Osama ben Laden. »

    - Par « où faire sortir ces richesses [en hydrocarbures] récemment découvertes [en Asie Centrale] ? » (Arte 1998)

    « La logique historique voudrait que ces hydrocarbures transitent par le nord, c’est à dire la Russie, passant par les anciens réseaux de l’ex-URSS. Mais les réseaux sont obsolètes, et les pays de la CEI se méfient de toute dépendance vis a vis de la seule Russie. Une logique géographique pousserait à sortir le pétrole par le sud-ouest, par l’Iran. Mais là, c’est le Congrès américain, avec ce qu’on appelle la loi d’Amato, qui fait obstacle à tout commerce et tout investissement avec l’Iran. Reste une troisième logique, une logique politique, c’est la sortie par l’Afghanistan. Par sa position enclavée le pays est un véritable verrou. Or, cette sortie intéresse les compagnies pétrolières américaines, argentines, et surtout pakistanaises, qui cherchent à empêcher toute évacuation par l’Iran, ou par la Russie. »

  • permalien K. :
    22 août 2008 @15h18   « »

    Selon Paul Rogers, la donne “nouvelle et imprévue de 2008-09”, pourrait etre celle de voir Karachi (Pakistan) devenir un “centre d’opérations Taliban/Al-Qaida de grande envergure” :

    Asia Times rapporte que l’organisation Al-Qaida a établi des cellules dans la ville pour pouvoir débuter le processus. Avec sa population concentrée et son réseau routier vulnérable et surpeuplé, Karachi se prête facilement aux attaques (notamment aux attaques-suicide).

    Dans un sens, ce dernier aspect pourrait être le plus important. La technique de ciblage des infrastructures économiques vitales n’a rien de nouveau. "L’asymétrie de la guerre économique" donne de nombreux exemples, l’un des plus efficaces étant la destruction de cibles économiques par l’IRA provisoire en Grande-Bretagne dans les années 1990. Mais quelque chose de presque sans précédent est en train de se passer : la combinaison de destruction de cibles économiques et d’attaques-suicide. L’escalade dans l’utilisation d’attaques-suicide en Afghanistan et au Pakistan, et la reconnaissance de la vulnérabilité des voies d’approvisionnement, rend l’hypothèse de la combinaison de ces deux procédés plus que possible à Karachi.

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @15h42   « »

    k "Ce sont les Etats-Unis et leurs “alliés” dans la région qui ont permis l’émergence d’Al Qaida et le renforcement des Talibans pour contrer les Soviétiques et les Iraniens. Autrement dit on a assisté à une Instrumentalisation de l’islam à des fins géopolitiques :"

    Et alors ??????

    Cela interdit de combatre les Taliban ????

    Un libanais comme vous doit savoir que les alliances changent, comme l’URSS qui a armée les israéliens en 1948, ce qui ne lui à pas interdit par la suite soutenir les pays arabes.

    Pour leurs oléoduc, les USA auraient négocié avec les taliban, car l’on négocie quand l’argent est le probléme principal.

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @15h47   « »

    Ce que vous dites est possible Bert, mais il y a un parti afghan, le Front National Uni, qui regroupe d’anciens compagnons de Massoud et d’anciens communistes comme Dostom.

    Quoi que Dostom semble surtout opportuniste.

    Les alliances changent.....

  • permalien lyric :
    22 août 2008 @16h13   « »

    Toutes les femmes qui se ressentent féministes devraient envoyer des lettres au Ministère de la Défense et à l’Elysée.

    Le féminisme commence d’abord par le respect de la vie humaine. La guerre coloniale en Afghanistan est à l’opposé de toute pensée féministe.

    L’instrumentalisation du féminisme par ces vielles ordures que nous avons au pouvoir, qui sont enthousiastes pour envoyer de tout jeunes gens se faire tuer est à vomir.

  • permalien bert :
    22 août 2008 @16h50   « »

    @ Sebastien

    Une grande partie des membres de ce nouveau "front" est totalement discréditée, malheureusement...
    Dostom, bon sang...Employé dans une raffinerie à la fin des années 70, récupéré par le PC pour fonder une milice d’auto-défense des installation gazière, puis chef de guerre de Najibullah (et l’un des plus sanguinaires), puis allié de Massoud deux jours avant la chute de Kaboul, puis allié de Hekmatyar contre Massoud en 93, puis allié de Massoud contre les taleban en 95, puis allié des taleban contre Massoud en 96, puis neutre, puis roitelet, puis en fuite...Dostom est un joker, pour les ouzbeks, les turcs, les américains, pour lui même et sa famille, surtout !!!!
    Un assassin qui ne peut être que craint.

    Hekmatyar, l’homme lige des pires cercles des services secrets pakistanais et saoudiens, et dont le groupe militaire ne se battait que très rarement contre les soviétiques, mais souvent contre les autres commandants afghans. déjà impliqué dans une affaire de meurtre d’un étudiant maoïste en 75, puis ayant trahi Massoud dès 78, puis conservant ses arsenaux pour bombarder Kaboul en 92, furieux d’avoir été doublé par le même Massoud. Se plaignait des alliances avec d’anciens communistes, lui qui accueillait tanï et d’autres dans ses rangs. Laché par les pakistanais au profit des taleban, récupéré par les iraniens, toujours nuisible, nocif, un autre assassin...
    Rabbani, rusé politique, accroché au pouvoir entre 92 et 94, l’une des principales causes du bain de sang de la même époque, manipulateur, maître de la reptation et des combines...

    J’arrête là ma complainte. la plupart des afghans savent mieux que moi ces biographies, et n’ont plus aucune confiance dans ces hommes aux mains trop sales, en place depuis trop longtemps.

    Kazemi est mort, assassiné, Fahim, Qanouni et Massoud sont "connotés" tadjiks, pas assez de pachtounes représentatifs, ce groupe sera la cible du Pakistan, et toujours rejeté par les extrémistes pachtounes.

    S’il parvient à s’ouvrir aux pachtounes, notamment avec Karzai, et à se débarasser des anciens (notamment les trois premiers cités), alors une lueur d’espoir, oui.

  • permalien Un anticons primaire :
    22 août 2008 @16h54   « »
    @ Sebastien

    Combattre ce que l’on d’abord armé, diaboliser ce que l’on a encensé, maudire ce que l’on a béni est effectivement parfaitement contradictoire et prouve le caractère mensonger des motifs officiellement invoqués (lutte contre le fondamentalisme, guerre contre le terrorisme, liberté des femmes, ...). Ceux qui sont motivés par l’appât du gain n’ont strictement rien à foutre des conséquences sur la population des politiques qu’ils enclenchent, et dont les conséquences réelles sont le plus souvent entièrement contraires à leurs objectifs officiels. Renforcement du terrorisme et du fondamentalisme, voilà le résultat réel des politiques néocoloniales.

    Il faut aussi noter la parfaite absurdité d’une expression néocon comme "guerre contre le terrorisme" : on fait la guerre contre des combattants non contre des "terroristes". Cette expression mélange volontairement les registres policiers et militaires et n’a strictement aucune signification.

    Quant à des "sanctuaires terroristes" servant de base de départ et de repli à des expéditions meurtrières et à des attentats sanguinaires coûtant la vie à des centaines de milliers de civils, il en existe beaucoup, à commencer par les États-Unis d’Amérique !

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @17h05   « »

    Massoud ??????

    Mais il est mort il y 7 ans !

    Mais il semble qu’il avait une réelle popularité en Afghanistan, que son image n’était pas celle d’un chef de guerre comme les autres.

  • permalien K. :
    22 août 2008 @18h57   « »

    Et alors Sébastien, en bon Libanais je sais qu’il ne s’agit surtout pas d’une “lutte contre le fondamentalisme musulman” comme vous l’affirmez. Et votre tentative d’“affiner” votre argumentation en introduisant la notion de “fondamentalisme musulman anti djihadiste” ne fait que détruire encore plus cette argumentation, mais comme d’habitude vous prenez les gens pour des imbéciles.

    Remarquez, tant que la tentative de manipulation n’est pas trop grossière, vous avez des chances d’influencer un ou deux passants qui passent.

  • permalien Edouard :
    22 août 2008 @19h17   « »
    Mourir pour l’atlantisme

    Apparemment il y a ici des experts es-Afghanistan. Très bien. Ca peut servir un jour si les Afghans nous attaquent

    Mais un colon de TARBES à dit ce midi que les « petits gars » qu’il va envoyer, sous les ordres d’un fier capitaine aussi interrogé, savent en arrivant à la caserne qu’ils sont susceptibles de donner leur vie « pour la France ».

    Est-ce vraiment pour défendre ou protéger la France que les petits gars de Castres sont morts ? Apparemment dans un contexte précisément de sous-militarisation puisqu’il manquait des avions et des hélicos pour le soutien des actions au sol

    Les paras tarbais vont y aller pour défendre la femme française ?

    Il ne s’agit pas d’être égoïstes et indifférent au sort de la femme afghane , mais de ne pas mourir non plus pour l’atlantisme servile de notre triste sire présidentiel . Même si l’accuser d’être depuis longtemps un agent de la CIA, comme l’info qui circule sur la Toile, est peut-être excessif.

    Le droit de vote aux femmes afghanes d’accord. Mais si, elles aussi, comme nous, n’ont en fait la possibilité que de voter pour des tristes députés ..... godillots ou pas....

    Une petite info anecdotique : La marionnette Karzaï a été élève de l’école de journalisme de Lille

  • permalien
    22 août 2008 @19h48   « »

    Les serfs-volants de Kaboul... :
    http://bougnoulosophe.blogspot.com/...

  • permalien Sylvain :
    22 août 2008 @20h18   « »
    Mon oeil ,

    « Nous sommes ici pour défendre la liberté du monde contre les terroristes » a dit Sarko à Kaboul.

    Il faut être sérieusement désinformé pour ne pas comprendre que c’est l’agressivité politique usaméricaine qui suscite le "terrorisme" qui n’est aussi souvent que résistance légitime à l’occupant . Voire résistance à la marionnette que l’occupant – visible ou non - a installé ou soutien au pouvoir. Et pas seulement en Afghanistan.

    L’intégrisme religieux "islamiste" est triste et indéfendable évidemment. Mais il est nourri par l’intégrisme religieux du « re-né » de la Maison Blanche qui est aussi une marionnette. Soutenue elle par dautres infantiles intégristes et autres illuminés soi-disant « chrétiens »

  • permalien K. :
    22 août 2008 @21h00   « »

    “Bavure”. La dernière en date (hier) :

    « 76 morts parmi les civils, dont 19 femmes et 50 enfants âgés de moins de 15 ans. »

  • permalien Sébastien :
    22 août 2008 @21h18   « »

    C’est votre droit d’être pour les Taliban et pour les djiadistes, mais pour moi tous ce qui est anti américain n’est pas bon à prendre. Je n’ai pas envie de soutenir des forces vraiment réactionnaires.

    Et arrêtez de penser que les gens sont désinformés, que vous êtes les seuls à être bien informé.

    Des gens peuvent en savoir autant que vous mais penser différemment.

    Avez-vous des preuves K que ce n’est pas une lutte contre le fondamentalisme des djiadistes ?
    On négocie pour le pétrole.

    L’antiaméricanisme deviendrait-il le nouveau socialisme des imbéciles ?

  • permalien bert :
    22 août 2008 @21h19   « »

    @ Sebastien

    Il s’agit de son frère, Zia...

  • permalien bert :
    22 août 2008 @21h37   « »

    Brzezinski a écrit un livre sur "l’échiquier de l’Eurasie" (je cite de mémoire) où il expliquait qu’en Asie centrale, les USA redoutaient l’émergence d’un concurrent...Les pays de cette région sont riches en ressources, et au carrefour de toutes les routes, de tous les pipelines...
    De la Géorgie à la Chine, du Kirghizistan à l’Iran, se mène une guerre, larvée ou non, entre américains et leurs alliés, russes et leurs alliés, chinois et leurs alliés, bref, tout mouvement politique ou religieux, tout pouvoir local est instrumentalisé, récupéré, manipulé, aux fins d’avancer des pions sur l’échiquier. La France joue ses cartes, pas un atout, et donc la nécessité de faire équipe...Avec qui ? Contre qui ? Bien compliqué de s’y retrouver...
    Mais apparemment, les lecteurs de journaux, pour aller voter, y croire encore, ont besoin de références moins matérialistes, plus prestigieuses, alors on parle de droits de l’homme, de la femme, de démocratie et de gloire de la patrie en danger. Refrain connu.
    L’ancien chef de la CIA nous avoue que les USA savaient bien, en armant l’insurrection anti-communiste à Kaboul en 78, qu’ils allaient déclencher le "Viet Nam soviétique" qu’ils espéraient...Mais ils n’ont pas vu la chute du Shah la même année...Ils n’avaient pas assez d’argent pour financer la rebellion dans les années 80, ce sont les saoudiens qui payèrent, et se débarassèrent de leurs trublions par la même occasion...Les pakistanais ne voulaient pas de Massoud en 92, et revendirent leur produit "taleban" aux pétroliers en 94. Naseerulah Babar, leur créateur, était ministre de Benazir Bhutto, alors au pouvoir...Bridas, Unocal, Delta, Total, tout le monde révait du pétrole turkmène dans les années 90, malgré le pouvoir ubuesque de Niazov dans son pays...Et en 2001, ce n’est pas l’appel de Massoud aux occidentaux qui fit bouger les journalistes, mais la destruction des statues de buddha à Bâmyan...

    Une constante : la souffrance des afghans. Tout afghan de moins de trente ans (une grande majorité) n’a connu que la guerre et/ou les camps de réfugiés. mais heureusement, Miss Afghanistan 2001(jeune fille américaine aux vagues origines afghanes) a presque remporté le concours miss monde en 2001 ou 2002...

  • permalien K. :
    23 août 2008 @01h20   « »

    La Maison Blanche a réagi avec scepticisme aux affirmations du ministre afghan de l’Intérieur selon lesquelles 76 civils, en majorité des femmes et des enfants, ont été tués dans un bombardement de la coalition sous commandement américain.

    A suivre.

  • permalien Odile :
    23 août 2008 @08h03   « »
    La femme alibi

    Sans aucun doute, ce n’est pas pour libérer la femme afghane que l’administration américaine est venu contrôlée le pays, sous des couverts démocratiques, et faire tuer ses boys par des Talibans qu’elle avait d’abord jugés bons pour elle (c’est à dire les intérêts politico-économiques surtout du porte-feuille de ses dirigeants ) de fabriquer contre l’agonisante URSS.

    Et vu ce qu’est la réalité démocratique dans tous les pays du monde, avec son culte absurde du vote majoritaire forcément bénéfique, le droit de vote des femmes afghanes ne sera qu’un hochet. Alors que nommer des femmes ministres n’est souvent, pas toujours, qu’un alibi machiste plus ou moins démagogique.

    Que la France donne donc aux femmes seules françaises, les veuves à maigrichonne retraite en particulier, l’argent qu’elle gaspille en Afghanistan … et ailleurs.

  • permalien chamil :
    23 août 2008 @11h02   « »

    Il faut dire que les premiers à avoir justifié l’invasion de l’Afghanistan aussi par le droit des femmes furent les communistes (Confer, pour ceux qui s’en rappellent, les discours de Georges Marchais, entre deux foyers d’immigrés rasés par le PCF). Et que les dirigeants français justifient régulièrement toutes les dictatures militaires du Moyen-orient -Sarkozy l’ayant fait récemment, comme ces prédécesseurs : la rupture se fait attendre !- par "le-régime-qui-est-certes-viril-mais-qui-dévoile-les-femmes".

    Et effectivement, le féminisme sans liberté et sans démocratie- donc sans recul de l’obscurantisme religieux, qu’il soit islamique ou pas et des dictatures quelles qu’elles soient-, c’est impossible. Mais il ne faut pas se leurrer : quand on a été dressé dans une madrassa pendant 8h par jour à s’abrutir sur le coran- de même pour les victimes des autres catéchismes- on ne va pas prôner du jour au lendemain l’IVG, la libération sexuelle des femmes et la parité.

    Quant à l’affirmation d’une "régression sans précédent du droit des femmes en Irak", bien inspirée d’une propagande baathiste encore très présente en France, on rappellera que c’est Saddam Hussein qui a décidé de réislamiser à outrance l’Irak, de décapiter les prostituées en place publique, d’écrire un coran avec son propre sang, et de construire des mosquées partout. Dans la partie de l’Irak qu’il ne tenait plus- le Kurdistan- la situation est comme par hasard meileure. Un héritage baathiste qu’il est bien lourd à digérer pour la société irakienne !

    Comme Saddate en Egypte, les généraux algériens dans les années 1980 et le fils Hariri chez les sunnites libanais qui réintroduisent la religion et se font apparaître ensuite comme de grands laïques en luttant contre les opposants à étiquette religieuse.

  • permalien chamil :
    23 août 2008 @11h09   « »

    De toute façon, seule la France justifie régulièrement et encore l’intervention afghane au nom du droit des femmes- dans la continuité d’une admiration coloniale pour le "féminisme par le haut", surtout en terre d’islam. Il est vrai que s’intéresser aux inégalités hommes/femmes en France même- une situation bien déplorable par rapport à de nombreux voisins européens, Cf. rien qu’à l’Assemblée nationale ou dans les revenus- est trop incorrect pour l’UMP et sa politique de classe.

    Les américains sont tout à fait capables de mettre au pouvoir de "bons musulmans" réactionnaires, du moment qu’ils leur sont proches. Encore une fois, les Frères musulmans et la théorisation d’une "démocratie islamique" sont explicitement inspirés du modèle US de "démocratie religieuse". Et les contacts croissants entre Washington et les FM en sont dans la droite ligne...

  • permalien Daniel :
    23 août 2008 @11h45   « »

    Pour participer à la campagne de soutien au journaliste Richard Labévière, voir : http://www.ipetitions.com/petition/...

    Presque 1 200 signatures rassemblées et consultables à ce jour.

  • permalien Afaf :
    23 août 2008 @16h30   « »

    Peace Be Upon you

    Bon il me semble que je dois clarifier une chose, dans la Charia Islamique la peine de couper la main est réservée uniquement aux vrais voleurs et non pas ceux qui volent pour rester en vie.

    Donc ce mensonge crée de toute pièce est de la manipulation, personne chez les Talibans n’a le droit de couper ou d’arracher des ongles vernis.

    Pour ce qui est de la présence de l’Otan en Afghanistan, l’expérience nous a apprit que toute action bonne ou mauvaise venant de l’Occident est rejeté par l’ensemble des Musulmans de l’Afghanistan ou d’ailleurs.

    Ce que les Occidentaux ne comprendront jamais est que les Musulmans refusent de se conformer aux idéaux des blancs pour la simple raison est que leur religion est assez riche et globale pour régir leur vie.

  • permalien K. :
    23 août 2008 @17h51   « »

    « Daoud Sultanzoy, un député afghan, a déclaré à Al Jazira que lorsque les Taliban sont dans les villages et les secteurs où vivent des civils, il est très difficile de les différencier quand l’OTAN lance ses attaques aériennes. « La leçon la plus importante à tirer de ceci est que nous devons compter davantage sur des troupes au sol, » ajoute-t-il. »

    Le problème est que la notion de « troupes au sol », est rejetée par les Etats-uniens depuis la “Révolution dans les Affaires Militaires” (RMA) qui leur tient lieu jusqu’aujourd’hui de stratégie militaire et qui préconise “la guerre zéro-mort (d’un côté) (..), sans présence militaire terrestre”.

    Et la RMA est très claire dans ses objectifs : "Le rôle de facto des forces armées américaines sera de maintenir le monde comme un lieu sur pour notre économie et un espace ouvert à notre assaut culturel. Pour parvenir à ces fins, nous ferons un bon paquet de massacres (a good amount of killing)"

  • permalien Lou :
    23 août 2008 @19h20   « »
    Vivre pour Gaza

    GAZA (23 August 2008)

    - Two small boats, the SS Free Gaza and the SS Liberty, successfully landed in Gaza early this evening, breaking the Israeli blockade of the Gaza Strip.

    The boats were crewed by a determined group of international human rights workers from the Free Gaza Movement. They had spent two years organizing the effort, raising money by giving small presentations at churches, mosques, synagogues, and in the homes of family, friends, and supporters.

    They left Cyprus on Thursday morning, sailing over 350 kilometers through choppy seas. They made the journey despite threats that the Israeli government would use force to stop them. They continued sailing although they lost almost all communications and navigation systems due to outside jamming by some unknown party. They arrived in Gaza to the cheers and joyful tears of hundreds of Palestinians who came out to the beaches to welcome them.

    Two small boats, 42 determined human rights workers, one simple message : “The world has not forgotten the people of this land. Today, we are all from Gaza.”

  • permalien Lou :
    23 août 2008 @23h23   « »
    Vivre pour Gaza

    Traduction :

    Deux petits bateaux, le Free Gaza et le Liberty sont arrivés avec succès à quai à Gaza au début de cette soirée, brisant le blocus israélien de la bande de Gaza.

    L’équipage des bateaux était un groupe déterminé de travailleurs internationaux des droits de l’homme du Free Gaza Movement. Ils ont passé deux ans d’efforts pour l’organisation , la collecte de fonds en donnant de petites représentations dans des églises, des mosquées, des synagogues, et au domicile des familles, des amis et des soutiens.

    Ils ont quitté Chypre jeudi matin naviguant plus de 350 kilomètres à travers une mer agitée. Ils ont fait le voyage malgré les menaces que le gouvernement israélien usera de la force pour les arrêter. Ils ont continué de naviguer après avoir perdu presque toutes les communications et les systèmes de navigation vers l’extérieur en raison du brouillage par certaine partie inconnue. Ils sont arrivés à Gaza sous les acclamations de joie et les larmes de centaines de Palestiniens qui sont venus sur la plage pour les accueillir.

    Deux petits bateaux, 42 travailleurs déterminés des droits de l’homme , un message simple : "Le monde n’a pas oublié les habitants de cette terre. Aujourd’hui, nous sommes tous de Gaza."

    Ce soir, la joie sera entendue aussi bien à Tel-Aviv qu’à Washington DC

  • permalien K. :
    24 août 2008 @00h42   « »

    Philip S. Golub, 2002 :

    Que l’idée même d’empire soit en décalage radical avec la conception tocquevillienne que les Américains se font traditionnellement d’eux-mêmes - comme exception démocratique parmi les nations modernes - ne semble pas poser de problème insurmontable. Ceux qui ont encore des scrupules - et il y en a de moins en moins - rajoutent les adjectifs « bienveillant » et « douce » aux mots « empire » et « hégémonie ». M. Robert Kagan, du Carnegie Endowment, écrit par exemple : « La vérité est que l’hégémonie bienveillante [benevolent hegemony] exercée par les Etats-Unis est bonne pour une vaste proportion de la population mondiale. Elle est sans aucun doute un meilleur arrangement que toutes les alternatives réalistes . »

    A la recherche d’une sécurité qu’ils espèrent obtenir par la seule force des armes plutôt que par la coopération, les Etats-Unis agissent seuls ou avec des coalitions de circonstance, de façon unilatérale et en fonction d’intérêts nationaux très étroitement définis. Au lieu de s’attaquer aux causes économiques et sociales qui favorisent la reproduction permanente de la violence dans les pays du Sud, ils sont en train de les déstabiliser encore plus en y projetant leurs forces armées. Que l’objectif des Etats-Unis ne soit pas l’acquisition territoriale directe mais le contrôle ne change pas grand-chose à l’affaire : les impérialistes « bienveillants » ou « hésitants » n’en sont pas moins des impérialistes.

    Le choix impérial condamnera les Etats-Unis à consacrer le temps hégémonique qu’il leur reste - quel qu’il soit - à construire des murs autour de la citadelle occidentale. Bref, comme tous les empires qui l’ont précédée, l’Amérique, véritable Extrême-Occident, ne sera occupée, selon l’expression de l’écrivain sud-africain John Michael Coetzee, « que par une seule pensée : comment ne pas finir, comment ne pas mourir, comment prolonger son ère ».

  • permalien K. :
    24 août 2008 @00h51   « »

    Chalmers Johnson, 2004 :

    ...l’un des plus grands défauts de la stratégie de la "cavalerie mondiale", c’est que cela accentue l’impulsion de Washington à appliquer des remèdes militaires inadaptés au terrorisme.

    Comme l’a fait remarqué le célébre historien militaire anglais, Correlli Barnett, les attaques des Etats-Unis en Afghanistan et en Irak n’ont fait qu’augmenter la menace posée par al Qaeda.

    De 1993 aux attaques du 11 septembre 2001, il y a eu 5 attaques majeures d’al Qaeda dans le monde ; dans les deux ans qui ont suivi, il y a eu 17 attentats, inclus les attaques suicide d’Istambul sur le consulat britannique et une banque HSBC. Les opérations militaires contre les terroristes ne sont pas la solution.

    Comme le dit Barnett : "plutôt que de donner des grands coups de pied dans les portes et de bousculer des sociétés complexes anciennes, avec des remèdes de bonne femme tels que " liberté et démocratie" nous avons besoin d’utiliser des tactiques basées sur l’astuce et la subtilité, et sur une profonde compréhension des peuples et cultures auxquels nous avons affaire" – une compréhension qui manque jusqu’à maintenant au sommet des décideurs politiques à Washington, spécialement au Pentagone.

  • permalien K. :
    24 août 2008 @01h09   « »

    Réalisme.

    Cours Science Po, à partir de “The paradox of American power : why the world’s only superpower can’t go it alone”, de Joseph S. Nye (2002) Jr, ancien président du National Intelligence Council et secrétaire adjoint à la défense dans l’administration Clinton :

    « ..si les Etats-Unis pensent agir au profit non seulement de leurs intérêts propres, mais aussi
    de ceux de la communauté internationale, ils ne peuvent se dispenser de demander aux
    autres leur avis, car ils connaissent leurs intérêts mieux que les Etats-Unis les connaît.
     »

  • permalien chamil :
    24 août 2008 @12h55   « »

    Peace Be Upon you

    Bon il me semble que je dois clarifier une chose, dans la Charia Islamique la peine de couper la main est réservée uniquement aux vrais voleurs et non pas ceux qui volent pour rester en vie.

    Et cette peine barbare vous agrée ? Comment fait on la différence entre voler pour vivre et voler pour vivre mieux ? La femme qui avait defrayé la chronique en volant dela viande pour ses enfants en France mériterait l’amputation sous prétexte que smicarde à temps partiel, elle ne mourrait pas encore de faim ?

    Décidément la religion est la chose la plus inhumaine que l’homme ait créée.

  • permalien K. :
    24 août 2008 @18h13   « »

    MAX RODENBECK analyse le récent ouvrage d’un (il faut vraiment le dire très très vite) “faucon repenti”, Kenneth M. Pollack,chercheur du “Sabban Center” de la Brookings Institution, qui se propose de vraiment aider le Moyen-Orient (tenez-vous bien messieurs-dames) :

    Sa proposition d’une Grande stratégie pour atteindre cet objectif, qui serait un effort long, disons d’une génération, d’une ampleur et d’une intensité similaire à l’engagement de l’Amérique en Europe après la Seconde Guerre mondiale, semble ardue, mais pas irrationnelle, étant donné la dépendance de plus en plus grande du monde envers le pétrole du Moyen-Orient. Et Pollack a raison de dire que la violence et la tyrannie ne sont pas inhérents a l’islam, et de conclure que la menace du terrorisme islamiste a été exagérée. Il est également pertinent quand il écrit que les troubles internes dans les Etats du Moyen-Orient sont tout à fait susceptibles de se transformer en une menace stratégique, et que ce danger ne disparaitra pas jusqu’à ce qu’ils parviennent à produire de meilleures écoles, de nouvelles possibilités pour les jeunes, une justice sociale plus large, et un gouvernement plus responsable et plus représentatif. Il est aussi pertinent quand il décrit les régimes actuels de la région comme particulièrement terribles, et même en admettant que George Bush a montré une certaine sagesse quand il a appelé à drainer les marais de l’extrémisme par la promotion de la réforme.

    L’argument faiblit lorsque Pollack tente de prescrire ce que l’Amérique peut faire pour guérir le Moyen-Orient. Une grande partie de son traitement proposé se compose de vagues généralités et autres homélies politiques. Sur près de 500 pages, très peu de mesures concrètes sont décrites sur la manière de réaliser des choses tels que la propagation de la démocratie ou l’amélioration de l’éducation dans un contexte de méfiance des gouvernements par rapport aux réformes et des peuples par rapport a l’Amérique. Entre autres choses, il propose d’augmenter l’aide militaire aux régimes amis. Ceci, dit-il, peut créer une sorte de laisse dorée qui rendra ces gouvernements plus conformes aux souhaits américains.

    ...

  • permalien philachil :
    24 août 2008 @18h23   « »

    Un journal comme le vôtre pourrait-il revenir sur cette émission de Delarue, où on a pu le voir en direct interroger cette femme afghane, voilée, qui était là pour commenter les célèbres images , utilisées par nos médias pour participer à la diabolisation du régime taliban, images représentant l’exécution dans un stade de deux femmes pour adultère nous disait-on alors. Et quand Delarue l’interrogea sur le Commandant Massoud , au lieu des louanges qu’il attendait, cette femme commença par dire que des chefs de guerre c’était (à peu de chose près) le pire et le plus cruel ; la conversation prit immédiatement fin et on ne vit plus notre afghane jusqu’à la fin de l’émission. Ni nulle part ailleurs depuis d’ailleurs...
    Un élément parmi d’autres du mensonge organisé, dont il est regrettable que votre journal ne soit pas plus critique à l’occasion d’un évènement comme celui-ci.

  • permalien Dinah Barzilai :
    24 août 2008 @22h22   « »

    En Afghanistan, aller à l’école représente un danger quotidien pour bien des fillettes et des femmes, que ce soit pour étudier ou enseigner. Leur courage face à de terribles obstacles rappelle que la lutte pour le droit à l’éducation est permanente dans de nombreuses communautés afghanes.

    Dans les régions où règnent le conflit et l’insécurité, nombre de femmes ont peur de sortir de chez elles et d’envoyer leurs filles à l’école. N’ayant qu’une liberté de mouvement restreinte, il leur est difficile de travailler et de prendre part à la vie publique. La terreur engendrée par les attaques des talibans et d’autres groupes armés contre les écoles met en péril le droit à l’éducation de dizaines de milliers d’enfants, et tout particulièrement de jeunes filles. Au cours de l’année 2007, plus de 350 écoles auraient fermé leurs portes dans les provinces du sud du pays.

    Par ailleurs, les femmes continuent d’être victimes des attaques menées par des groupes armés contre des civils ou menées sans discrimination par toutes les parties au conflit. Elles ont été spécifiquement visées à de nombreuses reprises par les talibans et d’autres groupes armés et particuliers. Les membres d’organisations humanitaires et les personnels de santé, les candidates aux élections et les élues, sont systématiquement prises pour cibles et certaines en sont mortes.

    Amnesty International salue les progrès accomplis en matière de promotion des droits des femmes depuis la chute du régime taliban, notamment la création du ministère de la Condition féminine, l’adoption du plan national d’action en faveur des femmes, un meilleur accès à l’éducation et une meilleure représentation des femmes au Parlement. Toutefois, les femmes et les fillettes afghanes continuent d’être en butte à une discrimination généralisée de tous les secteurs de la société, à la violence domestique, aux enlèvements et aux viols imputables à des hommes armés, à la traite, aux mariages forcés – y compris de fillettes de plus en plus jeunes – et aux échanges permettant de régler des litiges et des dettes.

    Amnesty

  • permalien Dinah Barzilai :
    24 août 2008 @23h14   « »

    L’attaque de lundi au cours duquel 10 soldats français ont été tués près de Sarobi (4 d’entre eux ont été exécutés après avoir été capturés) et 21 blessés, a été menée par les combattants fidèles à HI.

    La convention de Genève ne s’applique pas aux prisonniers des talibans.

  • permalien cheikh yassine :
    25 août 2008 @00h53   « »

    il faut liberez les femmes et les enfants de la barbarie, , allez liberés les enfants et les femmes palestiniennes des prisons israeliennes et de la plus grande prison au monde , celle de gaza, guatanamo, et abou ghraib , c est du pipi de chat a coté, mais bon en palestine c est des musulmanes et de surcroit arabe, qui se font massacrer par des democrate

  • permalien K. :
    25 août 2008 @11h12   « »

    Terrorisme

    Dans un rapport confidentiel “l’unité de recherche scientifique” du M15 britannique remet en question l’efficacité du “profilage” (ex : immigré-arabe-musulman-pratiquant-portant-la-barbe-se-rendant-tous-les-jours-à-la-mosquée) comme critère de surveillance préventive d’individus n’ayant strictement rien à se reprocher. Les terroristes n’ont aucun profil particulier dit le M15 et la plupart sont des gens “équilibrés”, menant une vie on ne peut plus ordinaire. Plus encore, ceux dont l’identité religieuse est la plus prononcée, sont les moins à meme de recourir à des actes terroristes.

    Détail savoureux : « La couleur de la peau » (“basané” versus carnation plus claire) n’est pas un critère non plus selon la dite “unité de recherche scientifique”.

    Mais Bush qui, comme tout le monde le sait, ne se “fie qu’à ses tripes” cherche justement aujourd’hui à élargir les prérogatives de la FBI, pour lui permettre de surveiller avant tout acte délictueux des individus selon le profilage sus-cité.

  • permalien terouga :
    25 août 2008 @14h10   « »

    Denis Gorteau explique la guerre :

    Partie 1 : http://fr.youtube.com/watch?v=7GxJ0...

    Partie 2 : http://fr.youtube.com/watch?v=XFrlE...

  • permalien K. :
    25 août 2008 @14h36   « »

    - « Afghanistan : la grosse bavure confirmée »

    - Sarkozy : Comme les Nazis de 1944 (en territoire français), les Talibans (chez eux), « barbares moyenâgeux, terroristes », tuent des innocents (civils dans le premier cas, militaires dans le second).

  • permalien Dinah Barzilai :
    25 août 2008 @15h11   « »

    les talibans ne sont pas tous des afghans, la majorité viennent de l’étranger ; à moins, K, que vous considérez que tout musulman a le droit de se prétendre afghan ?

    La majorité des afghans ne souhaite pas que reviennent les talibans. Les femmes veulent des soins médicaux, avoir le droit au savoir, le droit de travailler, le droit de porter ou ne pas porter la burqa.

    Ceci dit, les américains devraient revoir leur manière de bombarder des positions ennemis. Zéro morts américains dans de telles conditions...

    Les nazis sont comparables aux afghans, pas aux américains. Les américains commettent des bourdes sanglantes, mais ne torturent pas les civils comme le font les talibans.

    Tout le monde se souvient de ces femmes assassinés en plein stade, à Kaboul, de l’interdiction faite aux femmes de fréquenter les stades. La liberté n’est pas talibane.

    beurk

  • permalien Sébastien :
    25 août 2008 @16h27   « »

    Sarkozy ira t-il jusqu’à dire que finalement Marchais avait raison en 1979
    quand il disait que l’intervention des soviets en Afghanistan était une guerre de libération contre les forces obscurantistes

    Sarko ne vient-il pas de redire la même chose 29 ans plus tard ?

  • permalien Byblos :
    25 août 2008 @20h32   « »

    Quelques observations, comme ça, pêle-mêle.

    1- Comment fait-on pour distinguer un taliban d’un patriote afghan résistant à l’occupation de son pays ?

    2- Qui est plus islamiste : un taliban ou ce ministre de Karzaï qui trouve justifiée la peine d’emprisonnement pour une femme qui a été violée ?

    3- N’y a-t-il pas, quelque part en Afghanistan, des projets d’oléoducs et de gazoducs qui sont les vrais justificatifs de cette invasion, infiniment plus sérieusement que la défense de la Démocratie, la lutte au terrorisme, les droits de la femme afghane, ou autres balivernes dont Bush et ses complices se préccupent comme de leur dernière chemise ? Un peu de sérieux !

    4- Le péché capital d’Hitler fut son entreprise de domination de l’Europe. Les dirigeants européens ne prirent la peine de s’en apercevoir qu’après l’invasion de la Pologne.

    La volonté américaine de dominer -non plus l’Europe, mais la planète entière- est manifeste. Il suffit de regarder sur une mappemonde le nombre de bases aériennes US disséminées sous toutes les latitudes, le déploiement des troupes US, des flottes, des agents US qui n’ont plus rien de secret, et qui oeuvrent au grand jour depuis l’Afghanistan jusqu’à la Terre de Feu en passant par le Moyen Orient, l’Afrique, l’Océanie et l’Europe (mais oui : l’Europe !). La différence est dans l’imcomparable dangerosité de l’équipement militaire. Hitler en était encore à l’âge de la fronde et de la sarbacane.

    Alors l’« anti-américanisme primaire », permettez-moi d’appeler ça de la vigilance... Ou de l’honnêteté intellectuelle, plus crûment...

  • permalien K. :
    25 août 2008 @21h32   « »

    Paul Rogers, 15/08/2008 (pour mieux comprendre l’impact potentiel sur l’Afghanistan d’un renforcement Taliban/Al qaida à Karachi au Pakistan) :

    Une estimation fiable donne à penser que jusqu’à 90% de l’ensemble du matériel nécessaire aux opérations de l’OTAN en Afghanistan passent par la ville portuaire pakistanaise de Karachi, la plus grosse partie est destinée à Kaboul et une partie à Kandahar. Alors que certains matériels de grande valeur arrivent par voie aérienne, et de petites quantités de Russie, Karachi est le portail principal, en particulier pour le carburant.

  • permalien K. :
    25 août 2008 @21h58   « »

    Un avenir radieux pour les Talibans afghano/pakistanais grace au comportement ambigu de l’armée et de l’ISI (services secrets) pakistanais ?

    « ...pierre de touche de la « détente » entre New Delhi et Islamabad, le cessez-le-feu de 2003 au Cachemire subit ces dernières semaines des assauts délibérés, hypothéquant à chaque nouveau raid sa viabilité. A dessein, probablement, les experts indiens estimant que cette intensification intentionnelle des incidents n’a d’autres objectifs du côté pakistanais que de lester la poursuite du dialogue bilatéral, et, devant la détérioration de la situation sécuritaire au Cachemire, de faire revenir des troupes régulières dans la région, en les retirant de la fébrile zone frontalière pakistano-afghane où 100 000 soldats sont actuellement déployés pour garantir une certaine imperméabilité de la frontière. Avec le résultat que l’on sait et « l’enthousiasme » qu’Islamabad ne feint désormais plus de simuler. »

    Le contexte de la zone frontalière pakistano-afghane :

    Les combattants pachtounes se déplacent librement entre les deux pays, profitant des provinces tribales autonomes du Pakistan pour se reposer, se réarmer, s’entraîner et faire du recrutement. Pressé par Washington, le gouvernement pakistanais a déployé des dizaines de milliers de soldats dans les provinces frontalières depuis 2002.

    On rappellera que les Talibans ont pu dominé l’Afghanistan grace au Pakistan, ce dernier étant « obsédé par la profondeur stratégique que pourrait lui conférer l’Afghanistan en cas de conflit ouvert avec l’Inde »

  • permalien K. :
    25 août 2008 @22h14   « »

    Le parti de Nawaz Sharif quitte la coalition gouvernementale pakistanaise, Asif Zardari ne tenant pas ses promesses.

    Asif Zardari va-t-il paver le chemin du Pakistan vers l’enfer ?

  • permalien Sardon :
    25 août 2008 @22h34   « »

    Bonjour,

    @ "Byblos" :

    Entièrement d’accord avec vous. Vous oubliez néanmoins une chose : Hitler n’en était pas "à l’âge de la fronde et de la sarbacane". Au contraire, de tous les belligérants de la seconde guerre mondiale, c’était lui qui disposait de l’équipement le plus avancé sur le plan technique. (Par exemple, la firme étast-unienne IBM a fourni au troisième reich un système ultra-moderne pour l’époque de fichage, qui a servi à ficher les Juifs.) S’il a néanmoins perdu la guerre, c’est qu’il a employé cette technique à gazer six millions de juifs au lieu de faire fabriquer des armes et de faire construire des avions et des navires de guerre. D’ailleurs, quand les généraux qui l’entouraient se sont aperçus de l’incompétence d’Hitler, ils ont essayé - sans succès - de l’assassiner le 20 juillet 1944 à Rastenburg. (Il est intéressant de voir qu’on en a fait des héros alors qu’il n’avaient aucune objection de principe au génocide juif, ils ne s’y opposaient que pour des raisons stratégiques.)

    Si les Etats-Uniens ne se servent pas (pour le moment) de leur arsenal, lequel est en effet d’une "incomparable dangerosité", c’est parce qu’ils risqueraient d’entraîner une guerre nucléaire qui effacerait certainement toute trace de vie humaine sur la planète, dont la leur. Néanmoins, on ne doit malheureusement pas exclure un acte de folie de la part de l’administration états-unienne actuelle (comme, par exemple, une frappe nucléaire sur l’Iran), surtout si cette dernière sent qu’elle a définitivement perdu la partie (c’est-à-dire si Barak Obama gagne la prochaine élection). Cf. Noam Chomsky : " (...) Bush-Cheney might decide to go down in a blaze of glory Ð or the fires of Hell — bombing Iran if Obama wins the election, a proposal now circulating in radical nationalist circles (called "neoconservative’). (...) " : interview disponible à http://www.chomsky.info/interviews/...

  • permalien K. :
    25 août 2008 @22h42   « »

    Dedefensa :

    Aujourd’hui, l’Afghanistan est effectivement confirmé comme un point de tension fondamental, mais il l’est désormais selon un autre axe géopolitique. L’Afghanistan (avec la région autour), parce qu’il implique l’OTAN et les USA, mais aussi indirectement la Russie qui a désormais un rôle très essentiel a y jouer (notamment pour créer bien des soucis à l’OTAN et aux USA), devient le point extrême d’un nouvel “arc de crise”, au Nord celui-là, qui va de l’Europe nordique (Pologne et alentour) au Caucase et au sous-continent indien. Aujourd’hui, le lien de l’Europe et du monde transatlantique avec la crise afghane ne passe plus par le Sud et le Moyen-Orient, mais par le Nord, à travers l’Europe, la Russie, le Caucase, jusqu’à l’Afghanistan. La crise afghane où l’“Ouest” ne cesse de s’embourber davantage n’est plus, comme on le présentait, le nouvel épicentre de la crise du Sud, mais le point extrême de la crise du Nord dont l’acteur central est désormais la Russie.

  • permalien Sébastien :
    26 août 2008 @10h22   « »

    En Irak et encor plus en Afghanistan le pétrole est secondaire. Pour le pétrole nous négocirons avec les taliban.

    Le mouvement anti guerre était d’ailleur divisé sur les cause de le guerre en Irak. Monsieur Gresh avait clairement dit qu’il pensait que le pétrole était secondaire en Irak.

    C’est encor plus le cas en Afghanistan, les Taliban et les occidentaux négociraient si le pétrole était le probléme numéro 1.

    Vous faites la guerre pour obtenir une chose que vous ne pouvez pas obtenir par la négociation ou par la politique.

    Pour la petite histoire, question pétrole, l’Irak et les israéliens ont toujours négocié, et durant la Nakbah, alors que l’Irak combatait les israéliens, un oléoduc reliait l’Irak et l’Etat hebreu, il contunua à fonctionner 10 ans, de 1948 à 1958.

  • permalien K. :
    26 août 2008 @14h33   « »
    Langage encore, langage toujours

    - « Les Nations unies annoncent avoir recueilli des preuves convaincantes de la mort de 90 civils afghans, en majorité des enfants, au cours de raids aériens opérés la semaine dernière par la coalition sous commandement américain dans l’ouest de l’Afghanistan. »

    Et pourtant quel est le titre (de Reuters) qui précède ce laius ? : “90 civils auraient été tués par des raids en Afghanistan”

    - « A l’origine, la coalition US avait dit que la bataille avait tué 30 militants, dont un commandant Taliban recherché, mais la porte-parole de la coalition US Rumi Nielson-Green avait dit Samedi que cinq civils – 2 femmes et trois enfants liés (non pas parentés mais, les barbares, “liés”) aux militants [“two women and three children connected to the militants”] – étaient parmi les morts. »

  • permalien K. :
    26 août 2008 @14h46   « »

    La Russie maintient sa coopération avec l’Otan concernant le transit de vivres et d’équipements en Afghanistan, a déclaré mardi le représentant permanent de la Russie auprès de l’Alliance, Dmitri Rogozine.

    "Nous n’allons pas pour l’instant toucher" à cette coopération, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

    "L’Afghanistan, c’est un problème commun, les talibans sont très actifs", a-t-il ajouté.

  • permalien K. :
    26 août 2008 @14h50   « »

    Le ministre de la Défense Hervé Morin annonce mardi le possible envoi "de quelques forces spéciales" en Afghanistan, dans "Le Parisien/Aujourd’hui en France. "Non pas pour mener des opérations militaires, mais pour améliorer le renseignement, afin de permettre à nos troupes de mieux appréhender l’environnement dans lequel elles se trouvent".

  • permalien Ph. Arnaud :
    26 août 2008 @17h48   « »

    @ Sébastien

    Votre message du 22 août à 13 h 18.

    Vous dites : "Sinon que penser du Japon impérialiste qui bombarda Pearl Harbour après avoir commis d’innombrable crime en Chine ?".

    L’attaque de Pearl Harbour aurait-elle eu lieu si, auparavant, les Etats-Unis n’avaient pas décrété, à l’encontre du Japon, l’embargo sur le pétrole et l’hévéa d’Indonésie, ce qui, à court terme, menaçait ce même Japon de paralysie ?

    Montesquieu a dit : celui qui est responsable d’une guerre n’est pas celui qui tire le premier coup de feu, mais celui qui la rend inévitable...

  • permalien D.B. :
    27 août 2008 @09h38   « »

    Monsieur Arnaud, qu’en est-il des crimes du Japon en Chine ? n’est-ce pas de ce moment que l’on peut dater les problèmes du Japon ?
    Quel est la raison de l’embargo américain contre le Japon ?
    Merci de votre réponse.

  • permalien K. :
    27 août 2008 @10h28   « »

    La coalition gouvernementale du Pakistan est donc au bord de l’éclatement.

    Zardari confirme de plus en plus que son opposition à Mousharraf n’était motivée que par ses ambitions personnelles (à n’en pas douter essentiellement pécunières). Il semble aussi peu démocrate que l’ex-président et beaucoup plus apte à obéir aux politiques démentielles de l’administration américaine, contre le désir de la majorité des Pakistanais. Ces derniers, tout en n’ayant aucune sympathie pour les Talibans, veulent que leur gouvernement ouvre des négociations avec ceux-ci, selon un sondage cité par China Hand.

    Le NYT confirme l’alignement total de Zardari sur les politiques américaines :

    Since Saturday, Mr. Zardari’s statements have increasingly coincided with Washington’s policies, particularly on the campaign against terrorism, the United States’ central concern here.

    In the BBC radio interview, Mr. Zardari used unusually strong words against the Taliban, whose presence in Pakistan’s tribal areas has gathered steam in the last year. “The world is losing the war,” he said of the fight against the Taliban. “I think at the moment they definitely have the upper hand.”

  • permalien Sébastien :
    27 août 2008 @11h12   « »

    Pour répondre à Arnaud et à DB l’impérialisme japonais qui voulait contrôler l’Océan Pacifique devait tôt ou tard se heurter aux USA. De plus le président US Roosevelt finançait en 1941 l’économie britannique, en pleine guerre contre l’Allemagne nazie. Les américains évitaient ainsi la faillite de l’Etat britannique.

    Ils, (les USA), avaient donc des raisons d’embêter le Japon, allié de Hitler et de Mussolini.

    Fidel Castro qui n’est pas le larbin des USA a toujours reconnut le rôle du Président Roosevelt dans la lutte contre le fascisme.

  • permalien K. :
    27 août 2008 @16h31   « »

    Il faut absolument lire et comparer deux articles.

    L’un est de Paul Keating, ancien Premier ministre d’Australie de 1991 à 1996. Des propos qui font appel au bon sens le plus élémentaire et pourtant si exceptionnels à notre époque : aujourd’hui la paix ne peut etre qu’“inclusive” et elle ne peut qu’advenir, et il vaut mieux qu’elle advienne par le consentement de tous plutot que, in fine, faute de combattants.

    L’autre est de Francis Fukuyama : Un condensé pseudo rationnel pseudo lyrique de tout l’éventail des argumentaires spécieux, et l’éventail de leurs variantes, dont on nous rabat les oreilles depuis des années. Avec toujours le meme procédé qui consiste à objectiver des problèmes bien réels, mais seulement pour mieux pouvoir s’en “accaparer” les causes et donc les solutions. Un cas d’école vraiment.

  • permalien Jean-Marie :
    27 août 2008 @16h58   « »
    Pour Monsieur Gresh

    Y-a-t-il un moyen automatique de savoir quand vous lancez un nouveau sujet, SVP ?

    Un ou plusieurs à la fois groupés, ce qui peut compliquer le suivi, mais puisque c’est votre volonté

    Merci

  • permalien L’équipe du site :
    27 août 2008 @17h59   « »

    Bonjour,

    Vous pouvez vous tenir au courant des publications sur le blog en vous abonnant au fil RSS (bouton orange en bas de la page).

  • permalien manu :
    28 août 2008 @14h24   « »

    Bonjour,

    Je crois ne decouvrir pas la poudre en affirmant que le discours de M. Sarkozy est semblable à ceux du dix-neuvième siecle qui justifiaient l’occupation colonialiste, l’imperialisme et la "mission civilizatrice"...

  • permalien K. :
    3 septembre 2008 @14h55   « »

    « Le Pakistan accuse les forces étrangères [comprendre les US et leurs alliés et l’OTAN] en Afghanistan d’un raid meurtrier » :

    Le Pakistan a accusé mercredi, pour la première fois depuis le début de la "guerre contre le terrorisme", les forces internationales en Afghanistan d’avoir directement violé sa souveraineté en attaquant un village et tuant 20 personnes, dont des femmes et des enfants.

  • permalien Yannick Comenge :
    5 septembre 2008 @21h05   « »

    Suite aux dissimulations de l’Etat concernant la mort des 10 jeunes soldats en Afghanistan, ne peut on pas considérer que le ministre doit etre démis de ses fonctions ? Les laches doivent ils rester aux responsabilités apres avoir menti et couvert un fiasco ?

  • permalien Laurent :
    5 septembre 2008 @21h44   « »

    Mais que faisons nous la bas ???? je déplore notre présence, elle n’arrangera rien et on ne changera jamais rien la bas par la force...

    Site perso : meteo

  • permalien K. :
    6 septembre 2008 @19h45   « »

    « Zardari, 53 ans, est désormais l’un des civils les plus puissant du pays. Le président a en effet le pouvoir de dissoudre le Parlement, de nommer les chefs des armées, et il siège au sein du comité qui contrôle l’arme nucléaire. »

  • permalien K. :
    7 septembre 2008 @01h30   « »

    "dire que l’avenir du monde et la guerre contre le terrorisme passent par l’Afghanistan, c’est faux. L’Afghanistan n’est pas une machine à faire des terroristes. Plus on les bombarde, et plus il y aura des gens qui vont nous tirer dessus" »

  • permalien K. :
    8 septembre 2008 @18h10   « »

    Des missiles apparemment tirés par des drones américains ont tué lundi 14 militants islamistes et 7 civils, dont des femmes et des enfants, dans le nord-ouest du Pakistan, où les Etats-Unis visent régulièrement Al-Qaïda, selon des responsables de la sécurité.

    Parmi les civils tués, il y a trois femmes et deux enfants, dont un bébé de six mois, a précisé ce responsable.

    Les forces américaines en Afghanistan, mais aussi la CIA, ont intensifié ces derniers mois les tirs de missiles dans les zones tribales, malgré les protestations d’Islamabad. Elles ciblent des combattants d’Al-Qaïda mais n’épargnent pas les civils.

  • permalien K. :
    9 septembre 2008 @19h09   « »

    Rubrique “Bush ne se fie qu’à ses tripes”. (Ou Bush poursuit la “stratégie du chaos” ?)

    Gareth Porter, IPS, 08/09/2008 :

    « Le “National Intelligence Council”, La partie du Renseignement US chargée d’évaluer les développements futurs, avait averti le mois dernier l’administration Bush qu’une décision de lancer des raids US contre des cibles liés à al Qaeda dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan entrainerait un grand risque de déstabilisation supplémentaire de l’armée et du gouvernement Pakistanais, ... »

  • permalien SINÉ-HEBDO N°1 :
    10 septembre 2008 @18h09   « »

    « La libération de la femme afghane est un objectif qui coute cher en femmes afghanes. » - Frédéric Bonnaud page 8

  • permalien K. :
    16 novembre 2008 @09h37   « »

    Fermeture d’une route cruciale [la Passe de Khyber] pour le ravitaillement des troupes alliées entre le Pakistan et l’Afghanistan” :

    Cette décision intervient juste après l’attaque par un groupe d’activistes islamistes d’une dizaine de camions dont certains transportaient des 4X4 militaires destinés aux forces de la coalition en Afghanistan.

    L’attaque a montré la vulnérabilité de cette route de ravitaillement et l’influence grandissante des extrémistes islamistes dans le nord-ouest du Pakistan.

    Apparemment, les Talibans finissent toujours par surmonter les obstacles, et ce assez rapidement.

  • permalien Marie :
    1er décembre 2008 @12h10   « »
    Conseil de lecture sur le sujet

    Je vous conseille un très bon livre qui vient de sortir sur le sujet : "Mourir pour l’Afghanistan" (Ed Jacob-Duvernet). Jean-Dominique Merchet, journaliste à Libération et grand spécialiste des questions militaires, analyse l’embuscade du 18 août 2008 qui a coûté la vie à dix soldats français. On y apprend beaucoup de choses sur l’histoire et la géographie de l’Afghanistan. Un des chapitres est consacré à un article d’un journal afghan qui relate le combat et c’est vraiment intéressant.

  • permalien K. :
    2 décembre 2008 @21h08   « »

    La loi Bush est passée et est appliquée depuis hier : le FBI aura le droit d’espionner tout arabe, tout musulman, du seul fait qu’il est arabe et/ou musulman.

  • permalien Betway :
    17 février 2009 @10h48   « »

    A l’heure où le monde entier semble se féliciter du retour de la démocratie en Irak l’Afghanistan reste une zone de non-droit où l’Otan semble incapable de faire régner l’ordre.

    D’un coté ils veulent nous convaincre que finalement Bush à "bien fait" puisque les canons auraient permis d’installer la démocratie et de l’autre ils se montrent très discret sur l’Afghanistan.

    La liberté et la démocratie n’ont rien de spontanée pour un peuple.
    C’est une culture, une évolution et l’imposer par la force c’est la renier du même coup.

    [Betway->

  • permalien
    17 février 2009 @12h12   « »

    le monde entier semble se féliciter du retour de la démocratie en Irak

    1- Quand est ce qu’il y a eu dans le passé une démocratie en Irak ?

    2- On parlera de démocratie irakienne lorsque des élections non truquées auront lieu sans la présence US.

  • permalien K. :
    9 mars 2009 @17h38   « »

    C’est officiel, il ne s’agit plus de mourir pour la liberté (celle des femmes en particulier) en Afghanistan.

    Les troupes françaises vont donc rentrer au bercail ? Non parce que maintenant il s’agit de combattre le “jihadisme international” dit Kouchner.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

  • permalien acton8 :
    12 mars 2010 @09h26   « »
    Aidez les femmes afghanes

    Rejoignez-nous maintenant pour donner du pouvoir aux femmes afghanes
    www.womeninafghanistan.ning.com

  • permalien K. :
    28 mars 2010 @21h51   « »

    Via le site de Glenn Greenwald.

    WikiLeaks, décrété « menace pour l’armée [US] » par le Pentagone, dévoile un très récent document secretde la CIA qui se félicite de « l’apathie » de l’opinion publique française (et allemande), parce qu’elle permet au gouvernement français d’envoyer des troupes en Afghanistan malgré le sentiment anti-guerre de cette opinion.

    Mais, précise le même document, il n’est pas sage de compter sur cette seule apathie, dans la mesure ou l’été prochain risque d’être particulièrement meurtrier en Afghanistan.

    La CIA demande en conséquence à son Administration de manipuler l’opinion publique en question, et notamment au Président Obama d’user de sa tchatche pour convaincre l’opinion publique française d’accepter de mourir pour ....la liberté des femmes afghanes [SIC], certaines de ces dernières devant appuyer la rhétorique présidentielle, en jurant qu’il est de la plus grande importance pour elles que des troupes occidentales fassent la guerre dans leur pays.

  • permalien K. :
    3 décembre 2011 @19h28   « »

    Hamid Karzai, “FDP” des yankees de son état, a gracié une femme mise en prison pour « avoir eu des relations sexuelles avant le mariage ».... à la suite d’un viol, après qu’elle ait accepté.... d’épouser son violeur.

    Et de nombreuses autre afghanes se trouvent en prison pour le même motif.

    http://latimesblogs.latimes.com/wor...

    Un blog en parle, puis plus rien, puis les yankees seront toujours en Afghanistan pour la liberté des femmes.

  • permalien K. :
    8 mars 2012 @14h55   « »

    Des centaines de milliers de morts de blessés et d’affamés plus tard pour libérer la femme afghane, une des conditions de la paix est l’officialisation du talibanisme par la "communanuté internationale".

  • permalien zorfn67 :
    4 décembre @10h21   «

    capteur pression pneumatique 607


    remorque roady pneu moto pas cher pirelli Faites ce vous éloignez pneu internet mais moto trial vous décrirez pneu pas cher qashqai Alors le jante mad in Seulement ce vous remontez vous priez votre pneu pas cher belgique

Ajouter un commentaire