En kiosques : septembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Un pas dans le dialogue islamo-chrétien

par Alain Gresh, 7 novembre 2008

Dépêche de l’Agence France-Presse : « Le pape Benoît XVI a souligné jeudi 6 novembre l’importance de “la liberté individuelle de conscience” et de la “liberté religieuse”, en recevant les participants du premier forum catholiques-islam réuni au Vatican. Devant les dignitaires musulmans et catholiques du monde entier rassemblés dans la somptueuse salle Clémentine du palais apostolique, le pape a dit son “espoir” “que les droits humains fondamentaux soient garantis à tous et partout”. “Les dirigeants politiques et religieux ont le devoir d’assurer le libre exercice de ces droits dans le plein respect de la liberté individuelle de conscience et de la liberté religieuse”, a-t-il ajouté.

Au nom de la délégation musulmane, l’universitaire américain Seyyed Hossein Nasr avait auparavant souligné que musulmans et chrétiens “croient les uns et les autres à la liberté religieuse”. “Mais nous musulmans n’acceptons pas un prosélytisme agressif qui détruirait notre foi au nom de la liberté, pas plus que les chrétiens ne l’accepteraient s’ils étaient dans notre situation”, a-t-il ajouté. Le mufti de Bosnie, Mustafa Ceric, chef de la délégation est aussi intervenu, concluant son discours par un rappel de la guerre qui a ravagé l’ex-Yougoslavie à la fin du XXe siècle. “Mes frères bosniaques musulmans ont subi un génocide”, a-t-il dit.

Benoît XVI a souligné que le forum catholiques-musulmans “est un signe clair de notre estime mutuelle et du désir de nous écouter avec respect”, “un pas supplémentaire sur la voie d’une meilleure compréhension entre musulmans et chrétiens”.

Ce forum, réuni sur le thème de “l’amour de Dieu” et “l’amour du prochain”, est le fruit d’un appel au dialogue lancé le 13 octobre 2007 aux chrétiens par 138 religieux et intellectuels musulmans du monde entier et de diverses écoles de pensée. Cet appel suivait d’un an le discours prononcé le 11 septembre 2006 par Benoît XVI à Ratisbonne, en Allemagne, jugé offensant pour l’islam, qui avait provoqué une vive émotion dans le monde musulman. »

Le discours du Pape du 6 novembre est disponible en anglais sur le site du quotidien La Croix.

Les participants ont approuvé un message commun, rendu public jeudi 6 novembre au soir et qui tient en trois pages : « une présentation de l’amour de Dieu et du prochain, pour les chrétiens et les musulmans, puis des affirmations sur un certain nombre d’engagements communs dans le monde, en matière de formation de la jeunesse, de développement social et économique, et surtout de liberté. Il comprend aussi, à la demande des musulmans, une affirmation sur le terrorisme, qui n’est pas le fait d’une seule religion, et aussi une condamnation de toute dérision de la religion et de ses symboles. » (« Musulmans et catholiques marquent une nouvelle étape dans leur dialogue », Isabelle De Gaulmyn, La Croix, 6 novembre).

« “Cela ne fut pas évident, avoue cependant un des participants catholiques, plus mitigé après trois jours de discussion. D’abord, on a parfois le sentiment que les musulmans veulent profiter de l’Église pour se donner une image de respectabilité. Et puis, ils cherchent à nous embarquer sur des problèmes politiques, notamment la Palestine. Enfin, il a été difficile de se mettre d’accord sur la liberté religieuse.”

C’est en effet sur le point 5 du message final, sur la liberté de culte, discuté jusqu’à la dernière minute, que les discussions furent le plus tendues. Les musulmans étaient très réticents à introduire la reconnaissance de la liberté de culte en public. Grâce au mufti de Bosnie-Herzégovine, qui a expliqué qu’il fallait aussi le faire pour les musulmans qui vivent en Europe, les catholiques ont eu gain de cause sur ce point. “Nos interlocuteurs musulmans nous ont bien confié qu’ils savaient que ce geste serait très mal perçu par certains de leurs coreligionnaires. C’est de leur part un acte courageux et responsable”, confiait, ému, un participant catholique en sortant du Vatican. Dans le message, les participants sont convenus de se retrouver dans deux ans. »

Dans une tribune publiée le 4 novembre sur le site du Monde, « Dialogue avec le pape Benoît XVI », Tariq Ramadan, qui participe à ce dialogue avec le Pape, écrit :

« Notre dialogue constructif sur les valeurs et les finalités communes est autrement plus important et impératif que nos rivalités sur le nombre de fidèles, le prosélytisme et la compétition stérile quant à la détention exclusive de la Vérité. Les esprits dogmatiques qui, dans les deux religions, s’accaparent la vérité, travaillent somme toute contre les intérêts de leur religion respective. Quiconque affirme qu’il détient seul la vérité et que “le mensonge, c’est les autres”... est déjà dans l’erreur. Notre dialogue doit lutter contre les tentations dogmatiques en s’appuyant sur un dialogue profond, critique et toujours respectueux. Un dialogue dont le sérieux nous impose l’humilité.

Il faut commencer un dialogue sur les civilisations. La peur du présent nous fait parfois lire le passé avec une vision biaisée : le pape avait étonnamment affirmé que les racines de l’Europe étaient grecques et chrétiennes, comme pour conjurer la menace présente de la présence musulmane en Europe. Sa lecture est réductrice et il faut revenir aux faits passés comme à l’histoire des idées.

On s’aperçoit alors que cette opposition entre l’islam et l’Occident est une pure projection, presque un instrument idéologique, destiné à créer des entités que l’on oppose ou que l’on invite à dialoguer. Or, il y a beaucoup d’islam en Occident et beaucoup d’Occident en islam, et il est important que l’on inaugure une réflexion interne et critique : qu’Occident et Europe ouvrent un débat de l’intérieur comme doivent le faire islam et musulmans afin de se réconcilier avec la diversité et la pluralité de leur passé respectif. »

Le quotidien catholique La Croix consacre un dossier sur son site au « dialogue avec l’islam ». On y trouvera notamment les articles publiés dans le journal papier, ainsi que le dossier consacré aux musulmans de France à partir du 19 octobre, dont l’article, « Regain de la pratique
religieuse chez les musulmans de France
 » (19 octobre), un entretien avec Franck Fregosi, « L’islam en France, réalité sociale et religieuse plurielle » (19 octobre) et « Les musulmanes cherchent à réconcilier identité et liberté » (22 octobre) dont cette introduction résume l’esprit : « Nombre de jeunes musulmanes qui choisissent de porter le voile se disent moins prisonnières de la tradition religieuse que des stéréotypes que la société leur renvoie ».

Sur le dialogue islamo-chrétien on pourra consulter l’excellent site du Groupe de recherches islamo-chrétien (Gric).

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016