En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Gaza martyre

par Alain Gresh, 18 novembre 2008

Des blindés israéliens ont pénétré dans le sud de la bande de Gaza. La trêve négociée indirectement entre Israël et le Hamas à travers l’Egypte le 19 juin 2008 est ébranlée depuis le raid israélien contre des militants du Hamas, qui a fait quatre tués dans la nuit du 4 au 5 novembre. Déjà le 11 novembre le premier ministre israélien Ehud Olmert avait annoncé que la confrontation avec le Hamas était inéluctable.

Cette rupture de la trêve a été accompagnée par la fermeture régulière des points de passage vers Gaza par les autorités israéliennes. Cette prison à ciel ouvert dans laquelle vivent plus de 1,5 million de Palestiniens, connaît depuis le début de l’année, « la pire situation humanitaires depuis 1967 ». « Le blocus au quotidien » a contribué à rendre insupportable le lot des populations civiles, prises en otage et soumises à des représailles collectives qui s’apparentent à des crimes de guerre et à des crimes contre l’humanité selon les définitions du droit international. Le droit humanitaire est violé. L’Union européenne a appelé le 14 novembre Israël à rouvrir les points de passage pour permettre la livraison de l’aide humanitaire de base et du carburant, sans succès.

Selon une dépêche de l’AFP du 18 novembre, l’ONU avait repris le même jour la distribution des aides humanitaires à Gaza « après avoir été autorisée par Israël à acheminer des provisions en dérogation à un strict blocus imposé au territoire palestinien. “La distribution se fait à partir des petites quantités que nous avons pu acheminer lundi. Les provisions dureront des jours et non pas des semaines”, a indiqué à l’AFP Chris Gunness, porte-parole de l’Unrwa, l’Agence de secours de l’ONU pour les réfugiés palestiniens.

Israël a autorisé lundi le passage de 33 camions transportant de la
nourriture, des médicaments et des équipements médicaux vers Gaza, entièrement bouclée depuis deux semaines en raison d’un regain de violence. La cargaison de huit de ces camions était destinée à l’Unrwa.
Mardi, les points de passage avec la bande de Gaza sont restés fermés pour la 14e journée consécutive, Israël n’autorisant qu’exceptionnellement depuis le 5 novembre le transfert d’aides humanitaires ou de carburants. »

Avec l’incursion israélienne, les points de passage ont été fermés à nouveau.

Dans Le Monde diplomatique :

  • « Cette “double autorité” qui écartèle les Palestiniens », par Amira Hass, octobre 2008.
    Les négociations israélo-palestiniennes sont dans l’impasse, et la promesse du sommet d’Annapolis de créer un Etat palestinien d’ici à la fin de l’année ne sera pas tenue, d’autant que la division de l’autorité palestinienne entre Gaza et Ramallah favorise l’intransigeance israélienne.
  • « Gaza, “le monde se ferme sur nous” », par Laila Al-Haddad, août 2006.
    A la suite du désengagement de Gaza, au mois d’août 2005, les forces israéliennes ont employé des moyens nouveaux, largement disproportionnés, contre la population civile, comme en témoigne une journaliste gazaouite.

Toujours disponible :

Histoires d’Israël, Manière de voir n° 98, avril-mai 2008.
Israël a soixante ans : retour sur les origines de l’Etat juif, les étapes du conflit avec le monde arabe et les évolutions économiques et sociales.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016