Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Ce que disent les juifs d’Iran

Ce que disent les juifs d’Iran

jeudi 26 février 2009, par Alain Gresh

Les juifs d’Iran sont l’objet de tous les fantasmes, fantasmes alimentés par les déclarations du président Ahmadinejad niant le génocide ou le minimisant. Une exposition de caricatures sur la Shoah, largement négationniste, s’était tenue à Téhéran en décembre 2005. Il est surprenant, dans ces conditions, que les juifs d’Iran soient la principale communauté juive au Proche-Orient (après celle d’Israël, bien évidemment).

Roger Cohen, journaliste au New York Times, a séjourné en Iran. Il en a rapporté plusieurs articles très intéressants dont l’un, publié le 22 février sur le site du journal, s’intitule « What Iran’s Jews Say ».

« Ispahan. Sur la place de la Palestine, en face d’une mosquée appelée Al-Aqsa, il y a une synagogue où les juifs de cette ancienne cité se rassemblent à l’aube. Sur le portique, une bannière : “La communauté juive d’Ispahan salue le 30e anniversaire de la révolution islamique”.

Les juifs d’Iran enlèvent leurs chaussures, attachent les phylactères autour de leur bras, et prennent place. Le murmure des prières en hébreu s’élève à travers la synagogue encombrée de beaux tapis et de plantes tristes. Soleiman Sedighpoor, un marchand d’antiquités au magasin plein de trésors, conduit le service sous un chandelier.

J’avais rendu visite à Sedighpoor, 61 ans, les yeux clairs, le jour précédent dans sa petite échoppe poussiéreuse. Il m’avait vendu, avec réticence, un bracelet de perles avec des miniatures perses. Les pères achètent et les enfants vendent, a-t-il murmuré, avant de m’inviter à la synagogue. J’avais accepté et lui avais demandé ce qu’il pensait des slogans “Mort à Israël” (“Mag bar Esrael”) qui ponctuaient la vie en Iran.

“Laissez-les dire ‘mort à Israël’, a-t-il répondu. Je suis dans cette boutique depuis 43 ans et je n’ai jamais eu de problèmes. J’ai rendu visite à des proches qui habitent en Israël, mais quand je vois ce qui s’est passé à Gaza, je manifeste comme un Iranien.”

Le Proche-Orient est une région inconfortable pour les minorités. (...) Pourtant, 25 000 juifs environ vivent en Iran, la plus grande minorité juive avec celle de Turquie dans le Proche-Orient musulman. Il y a plus d’une dizaine de synagogues à Téhéran. Ici, à Ispahan, quelques-unes accueillent une communauté de 1 200 juifs, descendants d’une communauté vieille de 3 000 ans.

Durant les dernières décennies, depuis la création de l’Etat d’Israël et la révolution islamique de 1979, le nombre de juifs a diminué de 190 000. Mais l’exode n’a pas été comparable à celui des pays arabes, dont 800 000 juifs ont émigré en Israël. En Algérie, en Tunisie, en Egypte et en Irak – des pays où vivaient plus de 485 000 juifs en 1948 –, il en reste moins de 2 000. (...)

Bien sûr, le cycle inachevé des guerres d’Israël se sont déroulées contre des Arabes, non des Perses, ce qui explique en partie cette différence. Et pourtant, un mystère persiste au sujet les juifs iraniens. Il est important de décider ce qui est le plus important : les invectives d’annihilation anti-israéliennes, le déni de l’holocauste et autres provocations, ou le fait que la communauté juive vit, travaille, prie dans une relative tranquillité.

Je préfère sans doute les faits aux mots, mais j’affirme que la réalité de la civilité des Iraniens à l’égard des juifs nous dit plus sur l’Iran – sa sophistication et sa culture – que la rhétorique enflammée.

C’est peut-être parce que je suis juif et que j’ai été traité avec tant de chaleur en Iran. Ou peut-être parce que j’ai été impressionné par le fait que la fureur provoquée par Gaza et relayée par les affiches et la télévision ne se soit jamais transformée en insultes ou en violences contre les juifs. Ou peut-être parce que je suis convaincu que la caricature du “mollah fou” et le parallèle entre tout compromis avec l’Iran et Munich (1938) – une position populaire dans certains cercles américains – sont trompeurs et dangereux.

Je sais que, si de nombreux juifs ont quitté l’Iran, ce n’est pas sans raison. L’hostilité existe. L’accusation d’espionnage en 1999 contre un groupe de juifs de Chiraz, largement rendue publique, a montré la pire face du régime. Les juifs élisent un représentant au parlement, mais peuvent aussi voter pour un musulman s’ils préfèrent. Un musulman, en revanche, ne peut pas voter pour un juif.

Parmi les minorités, les Bahâ’is – sept d’entre eux ont été récemment arrêtés et accusés d’espionnage pour Israël – ont subi un traitement particulièrement brutal.

J’ai demandé à Morris Motamed, qui fut un membre du parlement, s’il se sentait utilisé comme un Quisling. “Non, a-t-il répliqué. En fait, je sens une tolérance profonde ici par rapport aux juifs.” Il a ajouté que le slogan “Mort à Israël” le préoccupe, mais a critiqué le “double standard” qui permet à Israël, au Pakistan et à l’Inde d’avoir la bombe nucléaire, mais pas à l’Iran.

Le double standard ne fonctionne plus, car le Proche-Orient est devenu plus sophistiqué. Une manière de considérer les tirades anti-israéliennes calomnieuses est de les voir comme une manière d’attirer l’attention sur la bombe israélienne, sur les 41 années d’occupation de la Cisjordanie, sur le refus de discuter avec le Hamas, sur l’usage répété par Israël de sa force supérieure. Le langage israélien peut être méprisable, mais toute paix au Proche-Orient – et tout engagement avec Téhéran – devra prendre en compte ces trois points.

“Green Zoneism”, la définition d’une politique proche-orientale sur la base de mondes imaginaires, ne conduit nulle part.

Le réalisme à l’égard de l’Iran doit prendre en compte l’œcuménisme du carrefour Palestine. A la synagogue, Benhur Shemian, 22 ans, m’a dit que Gaza prouvait que le gouvernement israélien était “criminel”, mais qu’il croyait toujours en la paix. A la moquée Al-Aqsa, Monteza Foroughi, 72 ans, a désigné la synagogue et m’a dit : “Ils ont leur prophète, nous avons le nôtre. Et c’est bien comme cela.” »

Israël, guerre ou Terre sainte ?

Sur son blog, Deus Ex Machina, Slimane Zeghidour revient sur Gaza dans un envoi intitulé « Israël, guerre ou Terre sainte ? », le 19 février. Il évoque un document effrayant et la polémique qui s’est enflammée « à propos d’un aspect aussi discret qu’inquiétant de l’opération “Plomb durci” : la distribution par le Rabbinat en Chef des armées d’une brochure spéciale exhortant les soldats entrant dans la bande de Gaza à ne pas s’encombrer de scrupules moraux ou de lois internationales et à combattre “sans pitié” ni merci les Gazaouis, miliciens et civils confondus en “assassins”.

(...) En plus de cette brochure, des tracts ont circulé au sein des unités combattantes. L’un incite ouvertement les soldats à rester indifférents au sort des civils palestiniens tous forcément “coupables”. Et d’invoquer en exemple l’éminent théologien judéo-andalou, Abou Amran Moussa Maïmonide (1135-1204) en extirpant de son célèbre et subtil “Guide des égarés” cette discutable mise en garde aux fidèles juifs : “Il ne faut pas se laisser influencer par la folie des Goys – il s’agit ici des chrétiens – qui éprouvent de la pitié pour leurs ennemis”. »

Qui est marocain ?

Le festival de Carthagena, qui se tient tous les ans en Espagne, a décidé d’exclure, pour sa prochaine édition, Nadia Yassine, leader du mouvement Al-Adl wal Ihsan, et le journaliste Ali Lmrabet. Cette décision a provoqué la démission de Lola López Mondéjar, qui organisait les débats sur le Maroc. Dans une tribune intitulée « Qui est marocain ? », publiée par le quotidien El Pais (Madrid) le 21 février (et traduite en français sur le site du journal), Abdallah Taia annonce aussi son retrait du festival et écrit :

« Pour se défendre, le directeur de ce festival a déclaré la semaine dernière dans El Pais que moi, Abdellah Taia, 35 ans, écrivain et premier Marocain à avoir assumé publiquement son homosexualité, je participerais à ce festival et je parlerais donc librement de tout, y compris de ma sexualité.

Qu’est-ce que cela veut-il bien dire ? Que l’homosexuel marocain est bienvenu en Espagne, mais pas une femme appartenant à un mouvement islamiste, ni un journaliste qui a eu de gros ennuis avec les autorités marocaines ? Je ne peux pas accepter cela. Je ne peux pas me laisser récupérer de cette façon-là. Je ne veux pas qu’on me donne la parole au détriment d’autres Marocains. Quand j’ai parlé au Maroc de mon homosexualité, c’était une nécessité intérieure (et je n’ai eu besoin d’aucune autorisation, d’aucune bénédiction), c’était avant tout un combat pour accéder à l’individualité, mais pas seulement pour moi. »

Israël et la crise de Suez

Dans une étude intitulée « The 1955 Czech-Egyptian Arms Deal and Israeli Intelligence » (The Middle East Journal, Washington, hiver 2009), Guy Laron revient sur la réaction israélienne à l’achat d’armes tchécoslovaques par l’Egypte de Nasser en 1955. Utilisant notamment des rapports soviétiques et tchécoslovaques de l’époque, il confirme que cet accord ne changeait pas du tout les rapports de force dans la région et ne constituait nullement une menace sérieuse pour Israël. Ce que confirment les rapports israéliens de l’époque. En fait, selon lui, la principale motivation de l’entrée en guerre d’Israël en 1956, aux côtés de la France et du Royaume-Uni, tenait aux ambitions territoriales des dirigeants de l’époque (notamment Ben Gourion et Moshe Dayan) et à leur volonté de redessiner la carte du Proche-Orient.

187 commentaires sur « Ce que disent les juifs d’Iran  »

0 | 100

  • permalien Nobo :
    26 février 2009 @12h59   »

    Le Maroc toujours une ardeur d’avance !
    Cette alliance, objective autant qu’assumée, contre une ancienne puissance coloniale, entre un écrivain homosexuel qui a fait son outing il y a peu et une féministe islamiste, voilà qui est un très bon signe… Voilà qui complexifie et approfondit la donne…Comme quoi, il ne faut désespérer de rien, le postcolonial trans-genre est en marche au royaume chérifien ! lol...

  • permalien Yenayer :
    26 février 2009 @13h42   « »

    Notre identité nationale n’est pas à vendre

    http://yenayer.blogspot.com/2009/01...

  • permalien K. :
    26 février 2009 @14h20   « »
    Israël, guerre ou Terre sainte ?

    Yisrael Meir Lau, Rabin en chef de Tel-Aviv, récemment, à de futurs conscrits israéliens :

    "Le roi David a enseigné au peuple de Juda la façon d’utiliser l’arc et la flèche ... notre patriarche Jacob a béni son fils Juda et lui a dit de combattre les ennemis d’Israël, de les attaquer et non pas de les combattre défensivement ... Les descendants de la tribu de Juda feront de même",

  • permalien citoyen marocain :
    26 février 2009 @16h10   « »
    qui est marocain

    Bonjour

    Je pense qu’il est inutile de lire cette lettre ouverte comme une solidarité entre l’homosexualité et le féminisme islamique . ce serait trop réducteur pour une situation qui est en fait plus complexe. Notre cher écrivain qui revendique la marocanité de ses concitoyens est en fait en mal de reconnaissance lui-même car à part les blogs du diplo , cet écrivain marocain n’a pas vraiment une stature médiatique qui puisse tenir devant des poloitiques comme Yassine et Lamrabet. En fait, il n’en revient pas d’avoir été oublié de la censure car la censure au pays de la médicorité politique donne plus de crédibilité. Il ya désormais toute une génération au Maroc qui , soit se jette dans la méditerranée , soit se fait kamikaze, soit se déclare homosexuel pour se trouver une place en Occident même si son roman n’est pas vraiment une réussite literraire , c’est comme cela qu’il faut lire l’affaire. Cet écrivain ne défend finalement que lui-même et si Ali Lamrabet reste silencieux , Nadia Yassine répond à Madame Mondejar qui a démissioné dans une lettre ouverte publiée sur www.oumma.com où elle ne retient absolument pas la solidarité de Tayeh. Non Yassine et Lamrabet sont des politiques reconnus tandis que Tayeh est sur une registre du mal de reconnaissance .
    Cordialement

  • permalien Yamani :
    26 février 2009 @16h57   « »

    Les juifs d’Iran ne se reconnaissent en aucun cas dans l’état d’Israël qu’ils considèrent comme un état dangereux et hostile. Il faut ajouter que l’état d’Israël ne devient plus attractif pour les juifs de par le monde. Concernant l’exposition de caricatures sur la Shoah, ils n’ont eu aucun succès en Iran.

  • permalien lily :
    26 février 2009 @17h09   « »

    @ Anayer et Alain Gresh

    Je connais de tres pres la propagande arabe sur les Juifs vivants en exil. Anayer, ce video, est une pure mise en scene et un vrai scenario.Pour la securite de ces "acteurs", je m’abstiens de tout commentaire.Personne n’a publie un video du groupe innocent de Juifs Iraniens, accuses sois-disant d’espionnage, pendus en plein centre de ville comme des animaux
    J’ai vu aussi il y a quelques annees, ce meme scenario en video, sur les Juifs de Syrie, et la semaine derniere sur les Juifs du Yemen,qui, une semaine apres une famille de 8personnes a pu se sauver clandestinement ,pour enfin atterir en terre sainte !
    N’essayez de tromper personne , on sait qu’ils sont portes comme otages !!!
    Des Iraniens non Juifs, affluent par milliers au Canada et en Californie demandant un statut de refugie,et je vous garantis,que si tous les Perses avaient la possibilite de vivre ailleurs, surtout ces pauvres femmes deguisees avec leurs tchadors, il ne resterait qu’une seule ridicule et satanique personne : Ahmanindjan

  • permalien abouwalou :
    26 février 2009 @17h28   « »

    Qui est marocain :

    Sous JM Aznar, plusieurs tribunes se sont ouvertes aux islamistes marocains, mais il faut croire que depuis les attentats d’Atocha (11 mars) l’espagne considère de manière plus circonspecte les islamistes marocains, quelque soit leur tendance. Il ne faut pas non plus perdre de vu que les islamistes sont les plus en pointe s’agissant des revendications des présides de Sebta et Melilia...quant à Ali lmrabet, il est de notoriété publique qu’il a été démarché par les services espagnoles (CNI). Nombre de ses tribunes ont été méticuleusement démontées et ont clairement mis en lumière son absence d’impartialité, toute à fait compréhensible au regard de ce que le pouvoir marocain lui a fait subir (liquidation de sa publication et interdiction d’exercer).
    Je confirme effectivement que pour bon nombre de personnes, se présenter comme un "opposant" au régime (que l’on soit opposant par les moeurs, les idées, mais surtout quand on se présente comme anti-islamiste, ou mieux comme ayant tourné le dos à l’islam....) est une garantie de la prise en considération de votre sort par les "démocraties occidentales".

  • permalien une bille :
    26 février 2009 @17h33   « »

    Je connais de tres pres la propagande arabe sur les Juifs vivants en exil.

    Par contre lily , vous êtes incollable sur la propagande sioniste islamophobe.

    Est-ce ce serait trop vous demander quand vous faites de telles accusations, de nous citer vos sources, ou est-ce que vous inventez ?

  • permalien Odile :
    26 février 2009 @21h33   « »
    Ce qu’a dit le président de l’Iran

    L’occasion étant offerte sur un plateau, quel est le premier sioniste de garde sur ce blog qui va nous sortir le célèbre "rayer Israël de la carte" ?

    Les paris sont ouverts ;-)

    Ce président, quoiqu’on en pense, et en ce qui me concerne ce n’est pas du bien,
    n’a jamais, en persan, à cette célèbre occasion, prononcé l’équivalent des mots Israël, rayer et carte.

    Alors que, en plus, il ne faisait que citer Khomeiny.

    En commentant l’élection d’Obama, Christian Mallard, par exemple, avait cru devoir ressortir ce mensonge

    On est désinformé ; mais attention, je n’ai pas dit que le sus-dit président (pour encore peu de temps sans doute) ne souhaitait pas, tout comme certains d’entre nous, dont moi, la disparition le plus vite possible de l’entité sioniste et l’avènement de "la Grande Palestine"

    Mais ça ne veut absolument pas dire la mort ou toute autre violence, ni même l’expulsion pacifique des Juifs ou se croyant tels comme certains ultras voudraient faire pour les Palestiniens.

    Ca veut "seulement" dire justice élémentaire pour tous les Palestiniens qui n’auront pas été tués avant.

    Et ce n’est pas parce que des Juifs ou se croyant tels répéteront à l’envie "C’est la terre de nos aïeux que D.ieu nous a donné" que ça deviendra vrai un jour ; et a fortiori prouvable.

  • permalien HouariB :
    26 février 2009 @22h36   « »

    J’étais tombé par hasard sur l’article de Roger Cohen il y a deux jours. Je suis étonné que pour un francophone comme lui et un connaisseur de la France tel que lui il est cité l’Algérie. En effet nous savons bien que les juifs algériens ont pour leur grande part choisi de rester français (décret cremieux) ,après avoir perdu cette nationalité sous Vichy et deux ans après le débarquement,
    et de partir en France.
    Peux de juifs algériens sont partis au moyen orient.

    Bien sur le propriétaire de ce blog n’apprend rien dans les propos ci-dessus ;))

  • permalien Nathan :
    26 février 2009 @23h01   « »

    J’aime bien l’expression "juifs ou se croyant tels" sous la plume d’Odile alors qu’Odile se croit sans doute parfaitement musulmane sans l’ombre d’un doute. Dans ce bas monde, les Inuits sont considérés comme des Inuits, les Ouzbeks comme des Ouzbeks et les Pachtouns pour des Pachtouns, mais les Juifs, attention, méfiance, ils ne sont pas juifs... ils se croient juifs. Ils sont très suspects, les juifs. Odile est aussi très gentille de permettre aux Israéliens juifs de rester sur place s’ils le souhaitent dans la future "grande Palestine" qu’elle appelle de ses voeux. Comment dit-on merci ? On doit payer une dîme, un dhimmi au Calife ? En tout cas, ça promet. Il suffit de constater le grand nombre de juifs qui sont restés dans les merveilleuses démocraties arabes pour conclure que cela ne va pas aller tout seul. Notons au passage que les chrétiens en terre arabe ne vont pas très bien, eux non plus. J’en ai connu quelques-uns originaire d’Alep. ils sont tous partis à l’étranger. N’en peuvent plus.

  • permalien K. :
    26 février 2009 @23h14   « »

    @ Nathan

    Comment savez-vous que Odile est musulman(e) ?

  • permalien Nathan :
    26 février 2009 @23h35   « »

    D’autre part, Ahmadinejad a effectivement dit qu’il fallait rayer Israël de la carte. Il a aussi dit bien d’autres joyeusetés et notamment que l’holocauste était un mythe. Il a organisé à Téhéran deux colloques négationnistes, dont un récemment, auxquels a participé la fine fleur de l’extrême-droite. On se demande pourquoi Ahmadinejad en veut tant à Israël, un pays avec lequel l’Iran n’a aucun contentieux territorial vu que les deux pays n’ont aucune frontière commune. Bien sûr, il y a bien sûr la condition des Palestiniens, mais je vous fiche mon billet qu’il s’en fiche complètement et qu’il les instrumentalise. Ce qu’il reproche surtout à Israël, c’est de faire de l’ombre à l’Iran dans sa volonté de devenir la principale puissance régionale. Ahmadinejad a besoin d’un ennemi bien identifié pour fédérer autour de lui un certain nombre de pays de la région. La confrontation avec Israël lui permet également de faire oublier aux Iraniens leur misère quotidienne.

  • permalien DM :
    27 février 2009 @00h30   « »
    Ce que disent les juifs d’Iran !!

    Monsieur, votre analyse tient un peu de l’Autruchisme. En 1936, en Allemagne, les synagogues étaient pleines ... Par ailleurs, les 3 /4 des Juifs iraniens sont déjà partis ...

    Voulez vous croire que c’est grâce à la politique exceptionnellement accueillante des dirigeants iraniens ? Les Juifs étaient restés après 1948 en Iran du fait de l’occidentalisme du Shah. Après, l’iran avant d’autres chats à fouetter, pardonnez l’expression, avec sa guerre contre l’Irak. Quand son gouvernement dénonce la mainmise "des sionistes et des bahais" sur les dessins animés occidentaux, qu’est-ce que cela vous rappelle ?

    Il est temps d’arrêter de prétendre que les Juifs ne sont pas fait discriminés et/ou persécutés dans les pays Arabes ou de culture musulmane (*) Du million de Juifs en 1948 qui habitaient dans ces pays, ne reste guère que la communauté Iranienne (pour combien de temps ?) , et quelques milliers de vieux au Maroc et Tunisie. Le reste s’est évaporé, pff, disparu (encore un coup du Mossad, non ?). La seule différence, c’est que ces Juifs ont été accueillis, plus ou moins bien il est vrai , en Israel, alors que les Palestiniens sont encore traités en parias dans les pays Arabes (rappelez vous les massacres de Septembre noir et, plus proche de nous, Nahr el Bared - combien de morts ? 600 ? 1000 ?)

    Alors, de grâce, vous n’aimez pas Israel, pour des raisons qui vous sont propres. Mais n’insultez pas l’évidence.

    (*) Ma mémoire familiale garde par exemple le récit des émeutes antijuives au Maghreb, de ma grand mère qui cachait ses enfants pour les soustraire aux émeutiers.

  • permalien Sakhra :
    27 février 2009 @00h40   « »

    @ Houari B ?

    J’ai été étonnée aussi de lire que Roger Cohen citait l’Algérie, parmi les pays arabes, dont les Juifs avaient
    émigré en Israel ?

    La situation des Juifs d’Algérie était particulière : dans leur grande majorité il s’agissait de Juifs Berbères judaisés, et de rescapés de la Reconquista espagnole, qui avaient trouvé refuge dans les villes algériennes.
    Avec l’invasion française de l’Algérie , la citoyenneté française leur avait été accordée par un sénatus-consulte de Napoléon III, à leur demande.(En 1865, une pétition de 10.000 signataires Juifs demandant la naturalisation collective a été remise à Napoléon III, au cours de son voyage en Algérie).
    En 1870, le décret Crémieux remplace ce sénatus-consulte, décret, qui a donné lieu à une campagne antisémite menée par les colons européens.(1897, émeutes antisémites d’ Oran avec saccage de la grande synagogue par les colons) ;l’antisémitisme des colons a été une constante dans l’Algérie française. A partir des années 1930, des associations fascistes sont créees : "Les Amitiés françaises pour organiser la défense contre les Israelites de Constantine" du maire de Constantine.
    En 1940, abrogation de ce décret par Vichy et les Juifs d’Algérie redeviennent des indigènes comme leurs compatriotes Algériens, mais jusqu’en 1943 seulement.

    Mais voici comment José Aboulker, un Résistant antinazi, et juif algérien a décrit le comportement des Algériens durant cette période faschiste :

    "Les Arabes n’ont pas pris partie dans la guerre, ce n’était pas leur guerre.Avec les Juifs, ils ont été parfaits.Non seulement, ils ont refusé la propagande et les actes antijuifs, auxquels les Allemands et Vichy les poussaient, mais ils n’ont pas cédé à la tentation des bénéfices.Alors que les Pieds-Noirs se disputaient les Biens des Juifs, pas un Arabe n’en achetait.

    La consigne en fut donnée dans les mosquées :" Les Juifs sont dans le malheur, ce sont nos frères".

    J.Aboulker a milité pour l’indépendance de l’Algérie, mais d’autres Juifs étaient dans les rangs de l’OAS.

    Lors des négociations et à leur demande, les accords d’Evian ont précisé spécialement que les Juifs d’Algérie seraient considérés comme des Européens.
    En 1961,les Juifs du Sud Algérien ont bénéficié de la citoyenneté française, qu’ils n’avaient pas auparavant.

    En 1962, la très grande majorité des Juifs ,citoyens français ont quitté l’Algérie, avec les Pieds Noirs, ne se reconnaissant pas comme Algériens.Ils se sont installés en France.

    "

  • permalien Sakhra :
    27 février 2009 @01h28   « »

    Les délires de Guitl :

    "Quant aux Juifs d’Afrique du Nord, le pouvoir français les
    avaient (sic) libérés de la condition opprimée du dhimmi que ce soit en leur accordant la citoyenneté ou en neutralisant le dispositif islamique de la condition juive((?).Son retrait à la suite de l’indépendance, signifiait unanimement pour les Juifs la fin de leur liberté"

    L’Algérie indépendante n’a jamais retiré la citoyenneté française octroyée par les colonialistes aux Juifs et à tous les étrangers chrétiens, qui sont venus en Algérie pour fuir leur misère( Espagnols, Italiens, Maltais,etc...° ? Mais l’Algérie indépendante a donné une citoyenneté à ses ressortissants, qui étaient des Etrangers dans leur propre pays.Pour l’Algérie, les Juifs avaient choisi d’être Français et rien d’autre.

    Autre chose , ce n’est pas Alain Gresh qui a écrit l’article sur les Juifs d’Iran, mais bien un Juif : Roger COHEN

    Dès qu’on parle d’Islam, la pauvre Guitl sort son révolver, comme l’autre qui le sortait dès qu’on lui parlait de culture.

    Ah, j’oubliais, José Aboulker, dont je parlais dans mon post précédent est un excellent médecin : faut le consulter Guitl.

  • permalien K. :
    27 février 2009 @02h04   « »

    “Est-ce l’AIPAC qui décide de ce qui doit être classifié ?” écrit Grant F. Smith

    Où l’on reparle de Steve Rosen et Weissman, qui parait-il viennent de remporter une “victoire juridique” en obtenant que le dénommé J. William Leonard, en gros un ancien employé de l’Etat US expert dans les dossiers classifiés, puisse témoigner lors de leur jugement en Avril prochain.

    J. William Leonard serait prêt à témoigner que les dossiers obtenus par les 2 membres de l’AIPAC ne méritaient pas d’être classés top-secret et que, tenez-vous bien, la divulgation des dossiers par les deux compères à Israel, s’est fait pour protéger les Etats-Unis.

    D’après l’auteur, si les 2 sionistes sont innocentés sur ce coup, il faut s’attendre à ce que l’intense propagande pour une attaque contre l’Iran ait toutes les chances de réussir grace à l’accés libre à plusieurs dossiers classifiés :

    We now know that Israel solicited American approval to attack Iran over its civilian nuclear program and sought both overflight rights and advanced munitions from the United States. Both requests were denied on the basis of U.S. national security interests. If Rosen and Weissman’s parallel intelligence-collection project had gone undetected and actually succeeded – the FBI was investigating their movements since at least 1999 – AIPAC might have been able to leverage the NDI [national defense information] through press, pressure, and propaganda into permission for Israeli or even U.S. strikes against Iran. Perhaps with J. William Leonard in tow, AIPAC’s abuse of national defense secrets will succeed the next time around.

  • permalien Karim B., Montréal :
    27 février 2009 @04h52   « »

    Excellente réplique Sakhra et j’ajouterai que les pays arabes n’ont pas donnés leurs Juifs à Hitler comme l’ont fait certains pays européens ni fermer la porte à l’immigration juive comme l’ont fait les USA, le Canada, la GB etc.

    De plus, n’oublions pas que les agents du Mossad ont plantés des bombes dans des synagogues à travers le monde arabe et musulmans lors des années 40 et 50 pour encourager les Juifs a quitter pour Israel.

    Non, ce n’était peut-être pas parfait de vivre en tant que Juifs dans le monde arabomusulman mais c’était sûrement mieux qu’en Europe parce que le sionisme et le projet de l’État d’Israel n’est pas sorti de la tête de Juifs venant du Maroc ou de l’Iran mais d’Autriche et d’Allemagne.

    Die Judenstaat de Herzl fut écrit en allemand et traduit en anglais et en français avant de sortir en hébreux. Celà n’aurait d’ailleurs pas été possible sans que des linguistes israéliens aient reconstitués l’hébreu liturgique qui était resté inchangé depuis l’antiquité.

    Les épouvantails islamiques agités par les sionistes sur ce site web sont semblables à ceux agités par les tenants du choc des civilisations aujourd’hui et au colonialisme hier.

    Ils ne pourront toutefois jamais caché la réalité des crimes israéliens commis contre les autochtones de Palestine.

    Enfin, je rappelerai que Mr Gresh est comme mr Cohen, lui aussi juif.

  • permalien Murmure :
    27 février 2009 @07h03   « »

    Quand je disais que rien de bon ne pouvait émerger de l’Europe, cellule pernicieuse et charge virulente des conflits. En l’occurencence ventriloque d’un état belliqueux.

    Pendant que les étasuniens cherchent le dialogue diplomatique avec l’Iran eux nourissent le chaos, et bien sûr en tête de liste le "death Doctor".

  • permalien Sakhra :
    27 février 2009 @10h24   « »

    @ Karim B,

    J’ai précisé que l’article n’était pas d’Alain Gresh, car Guitl et d’autres s’en sont pris à lui avec une malhonneteté évidente.J’ai aussi précisé que Roger Cohen était juif uniquement parce que c’est en sa qualité de Juif, et il le dit, qu’il témoigne de ce qu’il a constaté en Iran.

    Amicalement.

  • permalien Tête d’épingle :
    27 février 2009 @10h30   « »
    Tous les musulmans ne sont pas non-sionistes, mais tous les non-sionistes sont musulmans ?

    @K,

    Nathan a toujours besoin de croire que son adversaire est musulman, sinon il ne s’interesse pas au probleme. Vous les connaissez, ces antisémites recyclés, qui en plus font l’amalgame arabe=musulman... Enfin, on vient de se rendre compte qu’il parlait couramment le persan, ce cher Nathan... Quel génie !

    Sinon Murmure, l’Europe, pour fêter l’anniversaire de la révolution islamique (avec un peu de retard), vient de nous faire diffuser par les média le témoignage déchirant d’une reine des Mille et Une Nuits, chassée d’Iran par les atroces islamistes, alors qu’elle et son mari, dans leur infinie candeur, ne s’étaient pas douté du terrible projet... Le titre "Pays des Droits de l’Homme" que la France s’octroie sonne depuis bien longtemps à mes oreilles comme à une insulte à la dignité humaine.

  • permalien alourtilani :
    27 février 2009 @10h30   « »

    @ lily

    Comment s’habille les femmes juives orthodoxes ?
    Comment ça se passe dans certains bus en Israël ? Hommes et femmes séparés, non ? ça n’existe pas ?

    http://www.courrierinternational.co...

    Et ces orthodoxes qui vont harceler les commerçants pour fermer à l’heure de Shabbat ? Ce n’est pas en israël non plus ??

    France 2 avait diffusé un excellent reportage sur ces quartiers orthodoxes de Jérusalem dans l’émission "un œil sur la planète" il me semble.

  • permalien in :
    27 février 2009 @10h45   « »

    La division entre Kabyles et en Arabes en Algérie est une
    vieille manoeuvre des colonialistes : diviser pour mieux régner : Le peuple Algérien est d’origine berbère, et de civilisation arabo-musulmane, que celà vous plaise ou non , ma pauvre Guitl.

    Ce n’est pas les chromosomes qui comptent, disait l’Augustinien Marrou, mais la Civilisation, en parlant de Saint Augustin qu’il ne reconnaissait pas comme Berbère, mais comme Romain.

    (Plus tard, son fils est venu nous raconter que les chromosomes, ça compte aussi)

    Pour ma part, les chromosomes comptent autant que la Civilisation.

    Quant à l’histoire de l’Algérie ancienne ou récente, votre ignorance dans ce domaine n’a d’égale que votre mauvaise foi, pour ne pas dire votre haine maladive de tout ce qui touche l’Islam, et le monde Arabe en général.

    Attention, la Haine détruit plus celui qui la porte que celui dont elle est l’objet.

    Sur ce, je ne répondrai plus à vos divagations, comme devraient le faire les intervenants sur ce blog qui ont des choses plus intéressantes et plus enrichissantes à dire.

  • permalien Yann :
    27 février 2009 @10h46   « »
    Chez ces gens-là

    L’homme qui gêne

    (Denis Sieffert, Politis, 26/02/09)

    "(...)

    La technique est connue. Il s’agit de renvoyer l’ennemi palestinien à ce qu’il a de pire. On assimile les Palestiniens au Hamas, et le Hamas à sa charte de 1988 et à Al-Qaïda. Il s’agit de figer les mouvements dans leur passé, dans leurs proclamations les plus bellicistes, et de dissimuler ou de nier tout ce qui procède d’une évolution politique. À toute force, il faut masquer à l’opinion israélienne les signes de politisation du Hamas, son adhésion au plan de paix arabe qui suppose le retour aux frontières de 1967, c’est-à-dire une reconnaissance implicite d’Israël. Vingt ans après l’offensive diplomatique de Yasser Arafat et la « politisation » de l’OLP, Israël rejoue le même scénario. Le Hamas n’étant pas assez crédible dans le rôle de la menace existentielle, il faut évidemment le réduire à un bras armé de l’Iran. Ce qui revient également à nier la véritable implantation, tout à fait « palestinienne », du Hamas, et l’importance de la dégradation des conditions de vie des Gazaouis dans la montée du Hamas. Des conditions de vie sur lesquelles Israël conserve un pouvoir total. Le tout ayant pour seule finalité de gagner du temps pour poursuivre la colonisation de la Cisjordanie, et continuer de pourrir une société palestinienne toujours sous le joug [1].

    Notes

    [1] En témoignent les règlements de comptes auxquels se livrent actuellement des hommes de main du Hamas dans ce qui rappelle chez nous l’épuration à la Libération. Ces événements sordides peuvent être analysés comme le produit de la nature intrinsèque du Hamas. Ils peuvent aussi être comparés, hélas, à toutes les situations d’après-guerre."

  • permalien Nathan :
    27 février 2009 @10h58   « »

    J’ai dit "musulman", j’aurais pu dire "catholique" ou "jaïniste", peu importe... Je m’en prenais uniquement à la formule "Juifs ou se croyant tels..." qu’Odile et d’autres empruntent volontiers. C’est quand même incroyable qu’en 2009, les Juifs (dont je suis, bien que je ne sois pas que cela...) doivent se justifier d’exister. Après tout ce qu’ils ont subi. Après tout ce qu’ils ont donné à l’humanité.

  • permalien Nathan :
    27 février 2009 @11h07   « »

    Ce qui est également incroyable, c’est qu’un site de gauche en vienne à louer, même indirectement, la république des mollahs et constater que somme toute, la condition des juifs n’est pas si mauvaise en Iran. Et la condition des Iraniens ? La gauche aurait-elle oublié que les islamistes iraniens ont liquidé tous les partis laïques et notamment le parti communiste ? Décidément, leur mémoire est courte.

  • permalien K. :
    27 février 2009 @11h58   « »

    @ Murmure

    Est-ce du document révélé par le Financial Times dont vous voulez parler ?

    Quel est le dénominateur commun entre Sarkozy et Kouchner d’une part et les 2 autres compères ? Je ne vois très sincèrement pas.

    Chutzpah : http://www.lefigaro.fr/internationa...

    "Nétanyahou appelle à l’union sacrée contre l’Iran." Au nom du "danger existentiel", non pas pour Israel, mais pour le monde entier, posé par le nucléaire iranien.

    Le couronnement du Chutzpah adviendra quand Israel arrivera à génocider quelques populations de la région, en le présentant, et surtout en le faisant accepter, grace à "l’opinion internationale", comme une mission de sauvetage de l’espèce humaine.

    Je suis intimement convaincu que c’est le désir le plus ardent des doux-dingues qui dirigent Israel.

  • permalien Zulfikar :
    27 février 2009 @12h15   « »
    Nouvelles d’Orient et du Levant (1/2)

    Bonjour à tous,

    Selon John Bolton, l’ancien ambassadeur américain aux Nations unies, les Etats Unis auraient perdu la course contre l’Iran et son programme nucléaire - "confession" faite durant une conférence donnée au Conservative Political Action Conference qui réunit la "crème" des néo-conservateurs actuellement à la recherche d’un second souffle.

    Il semble que nous assistions à un commencement de dégel au Proche-orient :

    Le dégel américano-syrien observé actuellement a pour conséquence un rapprochement entre la Syrie et l’Arabie séoudite : le ministre des affaires étrangères syrien Walid Al-Mouallem a déclaré, en effet, que l’Arabie Séoudite et la Syrie considérent que la question du Tribunal international destiné à juger les assassins de l’ancien premier ministre libanais, Rafik Hariri, était " une affaire libanaise interne" ;autrement dit, ce tribunal est mort-né.

    Selon le site syrien All4Syria, Les Etats-Unis devraient nommer un ambassadeur à Damas d’ici deux mois et Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, devrait se rendre en Syrie dans les six prochains mois.

    Le diplomate en chef de l’Union européenne Javier Solana a entamé vendredi une visite dans la bande de Gaza, sans précédent dans le territoire palestinien depuis la violente prise du pouvoir par les islamistes du Hamas en juin 2007, selon un correspondant de l’AFP sur place.

    Cette visite - comme par hasard ? - fait suite à celle effectuée par le sénateur américain John Kerry le 20 février dernier où il s’est vu remettre lors de sa visite jeudi à Gaza une lettre du mouvement islamiste palestinien Hamas destinée au président Barack Obama, a indiqué vendredi un porte-parole de l’ONU.

    Cette visite de Solana n’aurait pu se faire sans l’aval des Israéliens ; n’oublions pas que deux prix nobel de la paix, Jimmy Carter l’ancien président américain (1977-1981) et Desmond Tutu, l’archevêque sud-africain militant anti-apartheid, furent empêchés d’y accéder durant le blocus.

  • permalien Zulfikar :
    27 février 2009 @12h17   « »
    Nouvelles d’Orient et du Levant (2/2)

    En réalité, cette "magnanimité israélienne" a pour but de déstabiliser le futur gouvernement israélien de Netanyahou qui sera essentiellement le "fruit" d’une alliance avec les partis d’extrême droite israéliens ; ce gouvernement étant "invendable" pour la Communauté internationale puiqu’il est opposé à toute solution de paix et ne permettrait pas d’assurer la pérennité de la comédie : parler de paix et coloniser la Cisjordanie. Tzipi Livni et Ehud Barak ont , pour le moment, écarté toute participation au futur gouvernement.

    Il semblerait que les Iraniens aient acquis les fameux systèmes antiaériens S-300. Mais pour faire bonne figure, la Russie a exclu l’Iran d’une intégration à l’Organisation de coopération de Shangai (l’OSC) : c’est ce qu’a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères russe,Alexei Borodavkin, à l’agence de presse russe RIA Novosti.

    C’est donc l’Iran qui semble devenir la priorité absolue de l’agenda de l’Etat d’Israël.

    A bientôt.

    ايران

  • permalien Murmure :
    27 février 2009 @12h59   « »

    @ k

    C’est bien du "Financial Times".

    Quel est le dénominateur commun entre Sarkozy et Kouchner d’une part et les 2 autres compères ? Je ne vois très sincèrement pas.

    Vous êtes ironique ?

    Sinon, "Death doctor" et le nain de jardin ont une même et unique vision.

    Les deux autres compères Frank-Walter Steinmeier et Karel De Gucht sont des suiveurs pour "l’union".

    C’est bien de ceux là dont vous parlez ?

  • permalien Murmure :
    27 février 2009 @13h29   « »

    L’ex portier déguisé en politicien alias Lieberman, plie sous les pressions américaines et change de langage.

    Rien que du maquignonnage.

  • permalien K. :
    27 février 2009 @13h29   « »

    Premier changement majeur (?) de rhétorique ?

    Susan Rice (ambassadrice US à l’ONU) :

    Les Etats-Unis s’emploieront à empêcher toute ambition nucléaire illicite de l’Iran (alors qu’il s’gissait d’empêcher purement et simplement tout enrichissement nucléaire- sans lequel, rappelons-le, point de production de nucléaire civil).

  • permalien K. :
    27 février 2009 @13h39   « »

    Bénissez les traducteurs... (Michel Serres)

    “Politique de la traduction” Par Rada Ivekovic

  • permalien Ana :
    27 février 2009 @14h17   « »

    "Je connais de tres pres la propagande arabe sur les Juifs vivants en exil." Lily 26 février @17h09

    Qu’est-ce que des ’Juifs vivant en exil’ ? Si ce n’est des gens comme tout le monde, vivant dans un autre pays que celui dans lequel ils sont nés et ont vécu une partie de leur vie.

    Bien des Juifs s’exilent tous les ans en Israël - ils ne sont chassés de nulle part - d’autres, nés en Israël, s’exilent en Europe, au Canada, en Australie, aux Etats-Unis ou ailleurs encore. Les Juifs du monde émigrent à peu près où ils veulent dans le monde, ni plus ni moins que n’importe qui.

    Aucun non-juif par contre n’a les moyens d’émigrer en Israël ni d’obtenir la citoyenneté israélienne s’il ne répond aux critères associés au quart de parenté juive de la Loi du Retour qui permet le retour de Juifs dans un pays où ils n’ont jamais vécu - sauf parfois de courtes vacances - et où n’ont jamais vécu aucun de leurs ascendants.

    Nombre de Juifs qui ont émigré en Israël retournent, déçus, dans leur pays, mettant fin à leur exil volontaire en Israël.

    Les Iraniens juifs vivant en Iran ne sont évidemment pas des exilés, ils y sont nés, n’ont jamais vécu ailleurs que dans leur pays. Ils pensent être là depuis 3 000 ans, mais il y a beaucoup de chance que, convertis sur place, ils soient là depuis bien plus longtemps, comme les autres Iraniens, pardi.

  • permalien
    27 février 2009 @14h36   « »

    http://www.youtube.com/watch?v=mwyDbJGBI60&hl=fr

    200 juifs ont, en 2007, tout abandonné pour quitter l’iran.

  • permalien
    27 février 2009 @14h50   « »

    une bonne façon de redistribuer les bénéfices. Et si tous les présidents de grosses sociétés en faisaient autant ?
    On peut rêver ?

    Obama félicite un généreux banquier juif
    Assis dans la tribune d’honneur non loin de Michelle Obama lors du discours sur l’économie du Président américain devant le Congrès, le banquier Leonard Abess, président d’une grande banque de Miami (Floride) a eu droit à des félicitations publiques pour son geste généreux : conscient de la gravité de la crise économique, il a distribué à ses employés les bonus auxquels il avait droit en tant que président de la banque. Il a ainsi partagé 60 millions de dollars entre 399 employés actuels, et 79 anciens employés ! Selon la tradition juive, il l’a fait de manière anonyme, mais la chose s’est sue, et la nouvelle est arrivée aux oreilles de Barack Obama qui a tenu à lui rendre hommage, en soulignant "son geste grandiose en temps de crise et sa compréhension des difficultés rencontrées en ce moment par les salariés".

  • permalien
    27 février 2009 @14h59   « »

    Ana, plein de goyes russes ont profité de la loi du retour. Ils avaient un parent juif (ou grand-parent), ou un conjoint juif. Et ils conservent leur religion d’origine.
    Et ils sont nationalistes, votent pour Liebermann (celui qui a mis de l’eau dans son vin lol) en majorité.

  • permalien Ana :
    27 février 2009 @15h22   « »

    "Plein de goyes russes ont profité de la loi du retour. Ils avaient un parent juif (ou grand-parent), ou un conjoint juif". 27 février @14h59

    C’est ça, répondre aux critères associés au quart de parenté juive selon les lois de Nuremberg - et de la Halakha, loi juive à laquelle les immigrés laïcs ne croient pas, sauf à profiter ici et maintenant de la non croyance qui sert leur objectif.

    "Et ils (les Russes) sont nationalistes, votent pour Liebermann en majorité."

    Peut-on mieux dire qu’Israël, pour une bonne part, est Russe - et encore, on n’a pas parlé ni de l’antisémitisme comme sport national ni de la Mafia.

    "200 juifs ont, en 2007, tout abandonné pour quitter l’iran."

    Tous les ans, 20 000 Israéliens, peut-être davantage, Juifs pour la plupart, abandonnent tout pour quitter Israël.

  • permalien Yvan :
    27 février 2009 @15h31   « »
    Ce que disent les juifs d’Iran ... et de Russie ?

    L’émigration juive de Russie est pratiquement inexistante aujourd’hui et des communautés juives stables se constituent dans les villes russes. Pourtant, à la charnière des années 80 et 90, on avait l’impression que tout le monde partait. Toutes les familles juives ou presque se posaient la question fatidique : fallait-il ou non partir, et où ?

    Les Juifs soviétiques rejoignaient essentiellement Israël, les Etats-Unis et l’Allemagne. Dans les années 90, c’est même l’Allemagne qui devint la première destination. En 2002, 19 262 juifs des pays de la CEI se sont installés en Allemagne, 18 878 en Israël et moins de 10 000 aux Etats-Unis.

  • permalien lily :
    27 février 2009 @16h06   « »

    @ Alourtilani
    Pas tout le monde en Israel est orthodoxe,voyons !
    Mais le port du tchador en Iran est une obligation,et gare a celle qui refuse de le porter:lapidation assuree en public,pour donner exemple
    Les femmes juives sont aussi obligee de le porter.
    Quelle liberte !!!quelle envie d’aller faire un voyage touristique comme la journaliste Canadienne,nee en Iran, vous souvenez-vous de cette triste histoire,ou voulez-vous que je vous fournisse queques preuves ?????????????

  • permalien Murmure :
    27 février 2009 @16h20   « »

    @ k.

    J’attends, toujours une réponse, pour mieux comprendre.

    blackout total !
    Merci.

     :- ?

  • permalien lily :
    27 février 2009 @17h02   « »

    @ Alain Gresh

    J’espere que vous avez eu l’obligeance d’ouvrir le youtube dans un des precedents commentaires sur les 200 Juifs qui ont quittes l’Iran en 2007,tres tres emouvant !
    Ce qui est encore plus emouvant,c’est de voir leurs visages caches.
    Ce qui veut dire TOUT !

  • permalien Sakhra :
    27 février 2009 @17h07   « »

    @ Citoyen marocain,

    J’ai lu la lettre ouverte de Abdallah Taîa, dans son entier et je vous trouve bien injuste envers lui.

    Au contraire, la solidarité qu’il a manifestée en refusant de participer au Festival de Carthagène à la suite de l’exclusion , à la demande de l’Ambassade Marocaine à Madrid, de Nadia Yassine et de Lamrabet, est une position juste, et peu importe si Nadia Yassine n’a pas relevé ce geste.

    Le combat est le même : revendiquer une citoyenneté à part entière dans son pays, quelque soit les idées des uns et des autres dans tous les domaines.C’est le combat de Nadia Yassine , qui se revendique républicaine et musulmane.
    Sans oublier que dans toute société, il y a des idées qui peuvent être différentes,et même conflictuelles.L’essentiel est d’apprendre à se respecter.

    L’ Imam Malek disait que la diversité des idées et des avis était une bénédiction divine, entendre par là, que celui qui ne pense pas comme moi, n’est pas nécessairement un ennemi,et que le débat contradictoire fait progresser les Hommes.

    Cordialement.

  • permalien
    27 février 2009 @17h33   « »

    Yvan, les allemands afin d’attirer les Juifs d’URSS leurs fournissaient logements et seulement au début de leur installation peut être (j’en ignore la durée) de quoi subsister. Je ne connais pas non plus le montant de la pension mensuel, mais je suis certaine de l’exactitude de ces faits.

    J’avoue qu’il est très rare qu’une nation fasse de tels sacrifice afin d’être le lieu de migration choisi par une communauté. Je ne connais aucun autre exemple dans le monde de tels faits. C’est vrai aussi que ces Juifs russes sont d’un très haut niveau intellectuel.

  • permalien lily :
    27 février 2009 @17h39   « »

    @ Ana
    Desolee,mais les juifs d’Iran,du Yemen et de la Syrie ne sont pas comme tout le monde !!!Jetez un coup d’oeuil dans un des commentaires precedent au sujet des 200juifs qui ont quittes l"Iran CLANDESTINEMENT.Juste ouvrez le youtube

  • permalien Yvan :
    27 février 2009 @17h40   « »

    @Sakhra,

    Les russes on dûs leur offrir plus puisque la plupart sont restés.

    Votre lien sur la maffia des banlieue, c’est à cause de Sarcelles, je suppose ?

  • permalien Yvan :
    27 février 2009 @17h44   « »

    Mon post précédent s’adressait @27 février @17h3

  • permalien Sakhra :
    27 février 2009 @17h46   « »

    @ Yvan,

    Le post concernant les Juifs d’URSS n’est pas de moi, ni le lien de la vidéo.

  • permalien K. :
    27 février 2009 @17h48   « »

    @ Murmure (c’est l’inconvénient - pour moi en tous cas- des posts, je n’avais pas compris que vous attendiez vraiment une réponse).

    Ma question était de comprendre ce qui pouvait unir des communautaristes comme Sarkozy et Kouchner avec la chancelière allemande et le premier ministre britannique dans leur position vis-à-vis de l’Iran.

     :-)

  • permalien Yvan :
    27 février 2009 @17h52   « »

    1000 excuses Sakhra un copier/coller mal "décollé"

  • permalien Murmure :
    27 février 2009 @17h59   « »

    C’est officiel Chas Freeman est nommé au National Intelligence Council (NIC).

    N’en déplaise aux efficients pour qui sonne le glas.

  • permalien K. :
    27 février 2009 @19h25   « »

    - @ Murmure

    Augustus Norton :

    As Laura Rozen notes and as I have anticipated here, the Ross position is far less exalted than his supporters anticipated. There is no question that he will be a voice at the policy table, but others, including Under Secretary William J. Burns, will have direct responsibility for key files like Iran.

    Meantime, intel head Dennis Blair has affirmed the appointment of Chas Freeman as head of the National Intelligence Council (NIC). Freeman is a quick study, a gifted linguist (including fluent Chinese and Arabic), and an independent thinker. With U.S. military involvement in Afghanistan, time running out for a feasible two-state solution in the Israeli-Palestinian conflict, a U.S.-Iranian dialogue being plumbed and a global economic meltdown, the President will be well-served by Ambassador Freeman’s leadership at the NIC.

    - @ Sakhra, "Spanish court to go ahead with war crimes probe against 7 Israeli officials" http://www.haaretz.com/hasen/spages...

    "Spanish Foreign Minister said that Spain would act to amend the legislation that granted [le juge espagnol] Andreu the authority to launch the investigation, promising Israeli Foreign Minister Tzipi Livni that he would take action to prevent such moves in the future.

    "According to Spanish judicial sources, Andreu decided to continue with investigation after reading material handed over to Spain by Israel’s Foreign Ministry, indicating that Israel is not investigating the incident."

  • permalien K. :
    27 février 2009 @19h36   « »

    Gandhi :

    “I do believe that, where there is only a choice between cowardice and violence, I would advise violence… I would rather have India resort to arms in order to defend her honour than that she should, in a cowardly manner, become or remain a helpless witness to her own dishonour…” (2 : Eds. R. K. Rabhu & U. R. Rao, “Between Cowardice and Violence,” The Mind of Mahatma Gandhi, Ahemadabad, India, 1967, p. 3). “Though violence is not lawful, when it is offered in self-defence or for the defence of the defenseless, it is an act of bravery far better than cowardly submission. The latter befits neither man nor woman. Under violence, there are many stages and varieties of bravery. Every man must judge this for himself. No other person can or has the right. (3 : Ibid, pp. 369-70)

  • permalien K. :
    27 février 2009 @19h52   « »

    Pendant qu’Israel prévoit une « extension massive de blocs de colonies en Cisjordanie » (chutzpah israel vous dira que c’est pour punir les manifestations non-violentes de Cisjordanie), chutzpah Ethan BRONNER vous dit que la formation militaire des hommes de Abbas par les Etats-Unis « vise à construire un véritable Etat palestinien ».

  • permalien Odile :
    27 février 2009 @22h17   « »
    Rayer de la carte

    Extrait d’une article de tlaxcala.

    Qu’a donc réellement dit Ahmadinejad ? Commençons par citer ses mots exacts en persan [4] : « Imam ghoft een rezhim-e ishghalgar-e qods bayad az safheh-ye ruzgar mahv shavad. »
    Avant d’en venir à la formule tristement célèbre en elle-même, il est important de noter que la « citation » en question était elle-même une citation – ce sont les mots du défunt Ayatollah Khomeiny, le père de la Révolution Islamique [3].......
    Ce passage ne signifiera rien pour la plupart des gens, mais un mot cependant devrait faire dresser l’oreille : « rezhim-e ». C’est le mot « régime », prononcé comme le mot anglais [« regime », NdT] avec un son supplémentaire – « eh » - à la fin. Ahmadinejad ne se référait pas au pays-Israël ou au territoire-Israël, mais au régime israélien [5]. Il s’agit là d’une distinction cruciale, puisqu’il est impossible de rayer un régime de la carte [6]. Ahmadinejad ne se réfère même pas à Israël par son nom ; à la place, il utilise la périphrase « rezhim-e ishghalgar-e qods » (c’est-à-dire littéralement « régime occupant Jérusalem »).

    NB. Je crois en Dieu et à l’Amour des autres qui est une jouissance , mais ne suis pratiquante d’aucune religion ou secte. Même pas "boubou" (bourgeoise bouddhiste) ;-)

  • permalien
    27 février 2009 @23h39   « »

    34e César : "Valse avec Bachir" meilleur film étranger, Dany Boon débarque
    Il y a 1 heure

    PARIS (AFP) — La 34e soirée des César a distingué à mi-parcours "Valse avec Bachir" de l’Israélien Ari Folman, qui a reçu le prix du meilleur film étranger, lors d’une soirée plus chaleureuse qu’à l’accoutumée, où Dany Boon a fait une apparition aussi insolite qu’inattendue.

    http://www.google.com/hostednews/af...

  • permalien K. :
    27 février 2009 @23h52   « »

    - Despite intense, behind-the-scenes lobbying by some Jewish groups, the Obama administration yesterday tapped veteran diplomat Chas. W. Freeman Jr. to head the National Intelligence Council in what may be its most controversial appointment yet.

    - “Valse avec Bachir”. Ce que même les etatsuniens ont refusé de faire lors des derniers Oscars, la France de Sarkozy l’a fait : récompenser une “honteuse mascarade”.

  • permalien Sigmund :
    27 février 2009 @23h53   « »

    Je signale un lapsus amusant dans la traduction :
    "Le langage israélien peut être méprisable, mais toute paix au Proche-Orient – et tout engagement avec Téhéran – devra prendre en compte ces trois points."
    Le langage israélien peut en effet être méprisable, mais ça n’a pas de sens dans le texte, la version originale dit bien :
    "Iranian language can be vile, but any Middle East peace — and engagement with Tehran — will have to take account of these points."

  • permalien Murmure :
    28 février 2009 @06h07   « »

    @ k.

    Despite intense, behind-the-scenes lobbying by some Jewish groups, the Obama administration yesterday tapped veteran diplomat Chas. W. Freeman Jr. to head the National Intelligence Council in what may be its most controversial appointment yet

    J’ai éprouvé un plaisir immense à lire ces lignes.

    Le lobby « collapse ».

    Du reste, il ne leur reste qu’à minimiser son rôle.

  • permalien Murmure :
    28 février 2009 @07h32   « »

    Durban II Suite...

    Les Etats Unis en bonne voie pour le boycott.

    Quelques résidus de la prépotence subsistent encore.

    Cette phrase est édifiante.

    « White House officials outlined the U.S. policy in a meeting with American Jewish leaders. »

    Entre stratégie et tactique. La partie vient à peine de commencer dans ce jeu d’echec.

  • permalien Zulfikar :
    28 février 2009 @11h41   « »
    Gaza ou Mossoul : les armées du "monde libre" ont les mêmes moeurs

    Bonjour à tous,

    Selon le site irakien Yaqen News Agency, sept soldats américains auraient été kidnappés à Mossoul. L’armée américaine a menacé,en diffusant son message au haut parleur, les habitants du quartier Al-Islah Al-Zira’i, lieu du kidnapping, d’un tapis de bombes si les soldats n’étaient pas libérés. A suivre.

    J’avais oublié de préciser que, tout comme les Palestiniens en janvier 2006 avec le Hamas, les Israéliens auraient eux aussi "mal voté" : la stabilité de la politique israélienne qui tourne traditionnellement autour de deux partis principaux – le Likoud et les Travaillistes –, a été bousculée par l’émergence des partis d’extrême droite.

    Mais les résultats de l’élection israélienne brouille les pistes pour Obama

    Que l’on se rassure, Tel-Aviv ne sera pas soumise à un blocus, et les enfants israéliens pourront dormir tranquillement, dont un tiers sont, parait-il, en surpoids voire obèses. C’est bien connu l’angoisse - des fusées Kassam, sans doute- est une des causes de la boulimie.

    A bientôt.

  • permalien Edouard :
    28 février 2009 @11h43   « »
    Juifs ou se croyant tels

    Nous sommes plusieurs ici et ailleurs à utiliser la formulation « Juifs ou se croyant tels », sans doute parce qu’on fréquente les mêmes sites et que certains se connaissent

    Voici ma justification personnelle
    1/ J’avais entendu parler des Khazars avant le livre de Sand
    2/ Le livre de Sand a enrichi ma connaissance. Mais je déplore que Sand défende la perdurance de l’entité sioniste parce qu’elle serait « l’enfant d’un viol (qui) mérite néanmoins de vivre » (comparaison illogique) et se définisse comme post-sioniste. Autrement dit ce qui a été créé illégitimement (par rapport à l’ONU) et par le meurtre, le vol, le viol, etc. doit perdurer.
    3/ Rares sont les gens (souvent nobles alors) qui peuvent attester de leur ascendance avant le XVI° siècle.
    4/ Certains de nos compatriotes d’origine maghrébine ou antillaise nous surnomment les « Gaulois » , mais en fait ces « Gaulois » seraient bien incapables de prouver qu’ils le sont « pur sucre » depuis l’époque gauloise, disons seulement, de César.

    Comme il est absurde de prétendre connaître l’année de la création du monde pour dater son calendrier officiel, il est absurde de se présenter à titre ethnique comme les descendants et les héritiers, par femme ou par homme, des sujets de l’honni roi Hérode, et a fortiori du mythique chef d’un gros clan David.

    Par contre on a évidemment le droit, et c’est respectable dans ses côtés positifs de s’affirmer héritier de la pensée judaïque religieuse ou d’une culture juive. A supposer même qu’on descendrait de seize arrière- arrière-grand-parents qui se seraient tous convertis au judaïsme.

    Il est donc didactique - et très dérangeant - de souligner que beaucoup de célébrités et/ou politiciens qui se disent juifs (au sens ethnique) « depuis toujours » ne peuvent pas le prouver et ne le sont probablement pas. Et c’est pareil au sens religieux.

  • permalien Nathan :
    28 février 2009 @12h47   « »

    Durban II n’est qu’une vulgaire mascarade comme le fut en son temps Durban I et il serait bien que les pays occidentaux refusent d’y participer. Israël cloué au pilori par de grands démocrates comme Omar al-Bachir, Ahmadinejad ou Kadhafi, c’est un vaudeville digne d’Ubu roi.

  • permalien Nathan :
    28 février 2009 @12h59   « »

    On peut lire ici un florilège des nombreuses diatribes d’Ahmadinejad à propos d’Israël et des juifs.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Mahmou...

  • permalien Yvan :
    28 février 2009 @13h07   « »
    Ce que disent les juifs d’Iran simple comme beit et aleph - BA

    Dans son œuvre de propagande A. Adler veut se persuader (et peut-être nous aussi ?) qu’Israël est dual (toujours ce fameux "eux" et "nous") entre les "culs noirs" et les "Israël Beitenou", les Ashkénazes et les Séfarades, les "laïcs" et les "religieux", il ronronne au milieu de ses contradictions pour finalement nous avouer : « Mieux vaut un Israël confus, un peu hystérique, contradictoire mais uni dans une circonstance aussi grave. », car finalement il a réussi à faire entrer dans sa rhétorique un “eux” fort respectable : « Cette position a ses mérites logiques en temps de paix, mais dans une telle situation de tension régionale créée par la menace nucléaire iranienne et l’avancée politique du Hamas au sein de l’État palestinien en construction, cette posture est extrêmement dangereuse. »

    Autrement dit vive la guerre ! C’est simple comme beit et aleph, BA

  • permalien
    28 février 2009 @13h22   « »

    Yvan, concernant "Israël Beitenou", vous faites une erreur ; les juifs d’origine russe se retrouvent dans ses discours, mais les jeunes israéliens aussi. Et les jeunes israéliens ne connaissent pas ces histoires que vous évoquez concernant les sef et les ashk, tout simplement parce que depuis le temps, plus de 40 ans quand même, les mariages entre communautés existent, l’armée a mis tout le monde dans le même moule, et l’ennemi commun, c’est l’arabe, pas le Juif qui vit à côté de chacun d’eux.

  • permalien Yvan :
    28 février 2009 @13h35   « »

    @28 février @13h22 , d’après son article A. Adler n’est pas au courant.

    Il ne sait pas non plus qu’il y a une importante communauté juive en Iran.

    Ce qui le préoccupe c’est de faire entrer l’univers dans son discours.

  • permalien K. :
    28 février 2009 @13h53   « »

    En 1982, [il] rédige sa thèse, sous la direction de Ievgueni Primakov : « L’envers du décor : les relations secrètes entre le nazisme et le sionisme » dans laquelle il mettra notamment en doute le nombre des victimes de la Shoah. Cette thèse fut vivement critiquée et accusée de négationnisme. Il répliquera et nuancera plus tard en invoquant le contexte : « Nous étions alors en guerre avec Israël. L’holocauste était un terrible, inoubliable crime contre le peuple juif, un crime contre l’humanité qui ne peut être accepté par le genre humain. »

    “Il”, c’est Mahmoud Abbas, qu’Israel trouve aujourd’hui très respectable.

  • permalien K. :
    28 février 2009 @14h20   « »

    Suspend EU-Israel Association Agreement. (Texte en français aussi).

  • permalien K. :
    28 février 2009 @17h36   « »
    La réalité de la Cisjordanie

    Par Moustapha Barghouti :

    En 2008, au cours de l’actuel processus de "paix" d’Annapolis et au milieu de condamnations émanant des États-Unis, la construction de colonies de peuplement en Cisjordanie a augmenté de 30%. Si ces colonies continuent de croître aussi « naturellement », elles vont bientôt dévorer l’ensemble de la Cisjordanie.

    En outre, ce n’est pas seulement les colonies qui constituent l’occupation. En eux-mêmes, leurs habitants n’occupent que 3% de la Cisjordanie, mais les installations publiques et les infrastructures militaires qui les unissent à l’État d’Israël, occupent plus de 40%.

    Le contrôle total de nos frontières et de l’économie se fait par l’intermédiaire de 700 postes de contrôle et de restrictions de la circulation, un réseau racial de routes et de tunnels, un énorme mur de béton, qui est le double de la longueur de nos frontières internationalement reconnues et construit presque entièrement à l’intérieur de la Cisjordanie , et pour clore le tout, nous accueillons près d’un demi-million d’idéologues hostiles qui consomment 80% de nos ressources en eau.

  • permalien K. :
    28 février 2009 @18h30   « »

    Eyal Weizman :

    Les lois humanitaires internationales sont ainsi faites, selon l’auteur, qu’elles finissent par légaliser des pratiques “inhumaines”. Pour cela il faut et il suffit que les pratiques en question soient reproduites par plusieurs pays.

    Ainsi Israel augmenterait progressivement la barbarie de ses attaques pour “permettre” à d’autres pays d’en faire autant, afin que les lois humanitaires internationales soient révisées dans un sens plus permissif.

    The former legal adviser to the Israeli military, Daniel Reisner, told Yotam Feldman that his job was about finding "untapped potential in international law" that would allow military actions in the grey zone : "International law develops through its violation... an act that is forbidden today becomes permissible if executed by enough countries [...] If the same process occurred in private law, the legal speed limit would be 115 kilometers an hour and we would pay income tax of 4 percent." For example, when Israel’s policy of targeted assassinations was given official imprimatur at the end of 2000, most governments and international bodies considered it illegal ; but, Reisner explained, "eight years later [and one attack on the United States in between] it is in the center of the bounds of legitimacy."

  • permalien Yvan :
    28 février 2009 @18h50   « »

    @K

    âmes sensibles au conspirationnisme s’abstenir :

    La réalité sur les États-Unis et Israël par Simon Davies

  • permalien K. :
    28 février 2009 @18h57   « »

    Howard L. Berman, chef du Comité des Affaires Etrangères de la Chambre (US) : Non à un gouvernement d’union nationale palestinien :

    “The U.S. Congress will find it impossible to work constructively with any Palestinian national unity government that fails unequivocally to recognize Israel, to reject terrorism and all forms of violence, and to accept all previous Israeli-Palestinian agreements. In addition, it should be a government of unquestioned integrity, and fully committed to fiscal responsibility and transparency.”

    Howard L. Berman serait “la voix du lobby Israel”.

  • permalien Nathan :
    28 février 2009 @20h17   « »

    Il faudrait qu’Alain Gresh nous explique un jour comment et pourquoi tant de rouges ont viré au brun voire au vert islamique (comme on peut le constater sur ce site et sur bien d’autres sites alter-machins). Cette métamorphose surprenante mériterait une analyse sociologique.

  • permalien Orangerouge :
    28 février 2009 @21h33   « »
    En France si on critique Israël on reçoit des menaces

    Et ce n’est pas la première fois.
    http://www.europalestine.com/spip.p...

    Il y a eu d’autres menaces de ce genre et adressées à des personnes nommément et à leur famille.

    Que font les autorités contre ceux là ???

  • permalien saintyves :
    28 février 2009 @22h29   « »

    De Khomeiny au satellite Omid

    (...)

    ... les témoignages de juifs iraniens harcelés par les lobbys juifs américains pour faire leur « Alya », c’est-à-dire aller peupler la Palestine au détriment de ces habitants au besoin en augmentant la prime de 5000 dollars à 10.000 dollars.

    Mir Javedanfar, un analyste juif d’origine iranienne dont la famille vit depuis huit générations en Israël comprend le refus de ses coreligionnaires de quitter l’Iran :

    « Les juifs accomplissent en toute liberté leurs rituels religieux en Iran ; ils ne se sentent pas concernés par la politique antisioniste de leur gouvernement ; le confort matériel et l’hospitalité de leurs compatriotes les empêchent d’immigrer ».

    Dans un communiqué, l’association des juifs iraniens a tenu à réagir aux mesures incitatives proposées par Israël :

    « Nous, les juifs iraniens, sommes fiers de notre identité nationale et de notre culture iranienne. Cette identité ne s’échange pas avec l’argent ; les juifs constituent l’une des plus anciennes communautés iraniennes et ils aiment leur identité et leur pays et leur culture ». « Ce genre de proposition est tout simplement offensant : il signifie qu’Israël veut acheter ses futurs citoyens » ... le député des juifs iraniens au Parlement, Maurice Motamed.

    Parmi ceux qui ont quitté l’Iran ces dernières décennies, seule une minorité a choisi Israël. Généralement pour rejoindre des proches émigrés dans le passé. Les autres préfèrent les Etats-Unis ou d’autres pays occidentaux

    Qui choisirait de vivre dans un pays dont les dirigeants pratiquent l’apartheid et massacrent des enfants ..... ?

  • permalien Yann :
    28 février 2009 @22h51   « »

    @ K,

    Merci pour vos contributions de qualité à ce blog.

    Je doute qu’Israël puisse faire évoluer négativement le droit international en agissant à la barbare. Par exemple, un attentat ciblé demeure un assassinat (extra-judiciaire), illégal par nature.
    Si je me trompe, alors que reste-t-il ?

  • permalien K. :
    28 février 2009 @23h14   « »

    Merci Yann.

    L’auteur de “la Politique de la Verticalité” n’est pas un spécialiste du droit humanitaire international. C’est ce que je me dis pour me rassurer.

    L’avis d’un spécialiste serait intéressant.

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @00h25   « »
    Chutzpah

    Le fait que les Palestiniens n’arrivent pas à gouverner leurs propres vies à cause des menaces (pour employer un euphémisme) israéliennes, est transformé par Natanyahou en : « Les Palestiniens devraient gouverner leurs propres vies sans menacer les notres. »

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @00h29   « »

    Abbas, une autre voix du lobby Israel ? Un cabinet d’union nationale seulement si le Hamas reconnait israel.

  • permalien saintyves :
    1er mars 2009 @03h14   « »
    Israël, guerre ou Terre sainte ?

    RESISTANCE : LA GREVE OU LES QASSAM

    Les agressions israéliennes contre le peuple palestinien continuent de plus belle, la nouvelle agression contre ce peuple, en l’occurrence ses citoyens de Jérusalem, se concrétise par le vol d’habitation des 1500 citoyens du quartier Al Boustan, la municipalité de Jérusalem leur avait distribué la semaine dernière des préavis d’expropriations pour la démolitions de leur maisons. (source : Al Jazeera)

    L’Autorité d’Abbas, a décrété en guise de protestation contre cette agression, le samedi 28 février 2009, journée de grève générale.

    Cette mesure a suscité chez l’ensemble des habitants de la Cisjordanie un sentiment de colère et de frustration qui les a conduit à suivre en masse ce mouvement.

    Il reste cependant que, la grève est une action de protestation contre une injustice dans un état de droit, un état qui respecte les droits de l’homme, dont la constitution (qui n’existe pas en Isrfael) reconnaît ce droit à ses "citoyens".

    Dans le cas de la Palestine occupée, cette manifestation contre une injustice commise par un état tiers, Israel, occupant de surcroît, doit revêtir une forme de protestation plus appropriée, qui entre dans le cadre de la résistance à l’occupation, surtout que cet état, Israel, ne respecte pas les conventions de Genève relatives aux populations vivant sous occupation, et ne dispose pas de constitution pouvant garantir leurs droits.

    La seule et unique forme de protestation légitime dont dispose les palestiniens, contre toute forme d’agression israélienne, reste la résistance militaire, les Qassam’s …qui évoluent …15, 20, 30, 40, 50 km, …

    Israel ne pourrait survivre que s’il met fin à l’occupation des territoires Palestiniens.

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @09h35   « »

    C’est envers la Syrie comme envers la Palestine :

    Abandonnez les “terroristes” du Hamas et du Hezbollah avant qu’on envisage de commencer à réfléchir au début de l’abandon des sanctions économiques dirigées contre votre pays et au moyen de vous rendre le Golan, dit USIsrael.

    Pour Joshua Landis il n’y a pas de doute, ça revient à vouloir persuader la Syrie qu’elle doit se couper les 2 jambes pour avoir une chance de gagner le record du monde du 100 mètres :

    Were Syria to actually cut relations with Hizbullah, Hamas and Iran before negotiating with Israel, there would be no negotiations. Israel would have won.

  • permalien
    1er mars 2009 @11h24   « »
    Ce que dit Gidéon Levy de "Valse avec Bachir"

    Avant d’encenser le film "Valse avec Bachir" il faut lire la critique sévère qu’en fait très courageux journaliste israélien juif Gidéon Lévy.

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Marco :
    1er mars 2009 @11h57   « »

    "C’est l’histoire d’un juif qui rencontre un autre arabe..."

    Voilà, tout est dit.

  • permalien Bénedicte :
    1er mars 2009 @11h58   « »

    Quand on s’absente, rattraper le retard sur son forum favori, c’est pas du gâteau !

    "Notre M. Gresh" fait une erreur classique, qui est parfois aussi mienne, hélas, rien que dans son titre

    Est-ce que ce sont absolument tous les Juifs d’Iran qui pensent ainsi ?

    C’est aussi parce que depuis trop longtemps on utilise des "LES" globalisants et généralisants qu’il y a tant de misères en France et ailleurs.

    LES Français n’ont pas élus Sarko, mais seulement DES Français

    LES Français n’étaient pas tous derrière leur équipe de tel sport, mais DES Français. (Faut pas tous nous prendre pour des débiles applaudissant des surpayés ; pour certains supporters parfois au prix du malheur de leur famille). Mais ce ne sont, il est vrai, que des exemples et un autre sujet.

    C’est parfois valable aussi pour LE.

    LE hamas , tout comme LE likoud ou LE parti socialiste, n’est pas homogène

    Cette mauvaise utilisation des articles entraîne bien des conceptualisations erronées.

    A part çà, l’émission de Canal + sur l’IRAN ce samedi matin était très intéressante et il y avait justement un sujet sur le député juif iranien et un commerçant juif (pas très pratiquant !).

    Mais j’allais moi aussi écrire " et "LES" (???) Juifs d’Iran" ;-(

  • permalien Murmure :
    1er mars 2009 @12h19   « »
    Qu’en disent les juifs ?

    A Washington, le lobby d’Israël, une nébuleuse d’organisations et d’individus qui pésent de tout leur poids derrière ce qu’ils perçoivent comme les intérêts stratégiques d’Israël, jusqu’à récemment, a bénéficié d’un niveau inégalé d’influence politique.

    Aujourd’hui, son pouvoir est clairement en déclin.

    La nomination du diplomate chevronné et uber-réaliste Chas Freeman, en tant que président de du très influent National Intelligence Council est perçu par beaucoup comme un revers majeur pour le lobby.

  • permalien Zulfikar :
    1er mars 2009 @12h32   « »
    Avigdor Lieberman serait-il une "colombe" qui s’ignore ?

    Bonjour à tous,

    Sur le site Ynet News du Yedioth Ahronot, l’interrogation suivante : est-ce que Liberman devient souple sur l’Iran ?.

    Sur le site du quotidien Haaretz, on peut doucement rigoler en lisant les propos tenus par Lieberman : Je suis prêt à renoncer à ma maison (dans les implantations en Cisjordanie) en échange de la paix

    Arrrghhh !!! j’aurais dû écrire en Judée Samarie.

    Il reconnaît implicitement qu’il s’agit bien de territoires occupés. Il doit se souvenir d’où il vient,apparemment....Adonaï !!! Mais c’est une "catastrophaille"

    Enfin, Lieberman aurait déclaré au Washington Post que la guerre contre l’Iran est inimaginable....

    L’explication de toutes ces déclarations, c’est que visiblement Netanyahu ne pourra pas diriger le futur gouvernement d’union nationale avec Tzipi Livni (Kadima) et devra se résoudre aux "fachos" de service. Pour qu’il soit vendable, ce gouvernement doit faire du "light" et parler de paix...et continuer de coloniser.

    Il n’y a vraiment rien de neuf sous le soleil !, comme dirait l’autre.

    A bientôt.

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @13h40   « »

    Hmm.. ça rappelle étrangement la campagne médiatique qui a précédé les évènements du mois de Mai 2008 au Liban. On se rappelle ici ; ici et ici.

    Mais soyons juste, les auteures n’amputent pas le Liban, comme leur ex-consœur, d’au moins la moitié de sa population quand elles en parlent :

    Aujourd’hui, quand de nombreux Libanais placent leurs espoirs dans le Tribunal spécial et sa capacité à faire la lumière sur les crimes et à en punir les auteurs, beaucoup d’autres s’inquiètent de ce qu’ils dénoncent comme une nouvelle forme d’ingérence occidentale dans les affaires de leur pays.

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @15h45   « »

    Pour ceux que ça intéresse, un blog sur le Maghreb (en anglais).

  • permalien Emy Nona :
    1er mars 2009 @15h51   « »
    @ Ana

    Pourriez-vous, SVP, nous donner des sources en français sur tous ces Juifs ou supposés Juifs qui ont compris qu’il valait mieux aller vivre ailleurs.

    C’est très précieux.

    Merci

  • permalien une bille :
    1er mars 2009 @16h16   « »
    en ettendant Ana

    @Emy Nona

    Israël affiche à présent un solde migratoire proche de zéro, ceux qui partent étant quasiment aussi nombreux que ceux qui arrivent, ajoute DellaPergola. Parmi les nouveaux arrivants se trouvent certes des sionistes convaincus mais aussi de plus en plus souvent des non-Juifs originaires d’Afrique ou d’Asie venus là pour travailler. Ou encore, depuis le moins dernier, une poignée de Juifs de Géorgie fuyant la guerre russo-géorgienne.

    Ou comment relancer une immigration moribonde par de vulgaires avantages fiscaux ...

  • permalien Lou :
    1er mars 2009 @16h32   « »
    18 juillet 2004

    Sharon provoque l’indignation

    En appelant publiquement les juifs de France à venir s’installer en Israël « aussi vite que possible » en raison de l’augmentation de l’antisémitisme dans leur pays, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a provoqué stupeur et indignation en France. Le ministère des Affaires étrangères a immédiatement demandé des « explications » au sujet de ces « propos inacceptables » et les principales institutions juives de France ont dénoncé de telles déclarations.

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @16h50   « »

    Aluf Benn, Ha’aretz ce jour :

    Le Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu refuse de déclarer son soutien à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien. (..)

    Le refus de Natanyahou de faire preuve d’une attitude plus modérée a des raisons politiques évidentes : Cela lui coûterait sa coalition potentielle avec l’aile droite composée de l’Union nationale et de Habayit Hayehudi, et le forcerait a un accord de rotation avec Livni. Mais son opposition à un État palestinien est aussi une question de principe, celui qu’il tient depuis de nombreuses années.

    Natanyahu affirme qu’il ne veut pas régner sur les Palestiniens, et qu’il n’est nullement intéressé par Naplouse, Tulkarem et Jénine ; ils doivent gouverner leur propre vie, tant qu’ils ne menacent pas la sécurité d’Israël, dit-il. Natanyahou cherche à priver les Palestiniens de quatre droits de tout État souverain : le contrôle de son espace aérien, le contrôle de son spectre électromagnétique, le droit de maintenir une armée et de signer des alliances militaires et, surtout, le contrôle du passage de la frontière, où les armes et les terroristes pourraient passer. Natanyahu estime qu’Israël doit conserver l’ensemble de ces éléments.

    Le modèle Natanyahu est basé sur les travaux du professeur de sciences politiques de l’Université Stanford, Stephen Krasner, qui était directeur de la planification des politiques au Département d’État sous l’autorité de Condoleezza Rice. Krasner a élaboré un modèle de « souveraineté limitée » pour les structures d’État problématiques.

    Natanyahu a aussi une raison tactique de s’opposer à un État palestinien (..). Il considère que le processus d’Annapolis (..) est une plaisanterie. A son avis, Israël ne doit pas offrir d’emblée un retrait quasi-total de la Cisjordanie, ce qui, croit-il, ne conduirait à rien si ce n’est à encourager les Palestiniens à exiger davantage.

    Natanyahu estime qu’Israël se doit d’insister sur le maintien de 50 pour cent de la Cisjordanie - les espaces ouverts dans la vallée du Jourdain et le désert de Judée, qui sont essentiels en tant que zone de sécurité. (..) la position de Natanyahu est une farce destinée à tuer les négociations avant même qu’elles ne commencent.

    (PS : certains passages n’ont sciemment pas été traduits, ceux dans lesquels la position de Aluf Benn est une farce destinée à faire croire que Annapolis est autre chose qu’une mascarade et Tzipi Livni un chantre de la paix)

  • permalien K. :
    1er mars 2009 @18h06   « »

    Le modèle Stephen Krasner de Natanyahou :

    Robert Keohane, Joseph Nye et Stephen Krasner sont “d’éminents scientifiques travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement des Etats-Unis”.

    “Keohane, suivant la formule de Krasner, considère que la souveraineté devrait être « démembrée » de manière que « l’idéal-type classique de la souveraineté westphalienne [c’est-à-dire l’autonomie de gouvernement], soit abandonné, même comme chimère »”

    Keohane : « l’abandon » ou « démembrement » ne doit pas être reconnu trop publiquement, et « ne signifie pas que l’Etat devrait être abandonné ou la souveraineté discréditée comme concept [...] D’une certaine manière, nous sommes contraints de reconceptualiser l’Etat en tant qu’unité politique capable de maintenir l’ordre dans la sphère interne et d’entretenir des relations de coopération sur la scène internationale tout en renonçant à faire valoir les droits exclusifs [...] qui sont traditionnellement associés au principe de souveraineté [...] Les mêmes arrangements institutionnels peuvent servir de modèle à la fois pour reconstruire des sociétés en crise qui sont en danger de devenir des ‘Etats faillis’ et pour limiter l’autonomie de ces Etats »

    Krasner :

    « A des fins politiques, il serait mieux de faire référence à la souveraineté partagée en termes de partenariats. Ceci permettrait plus facilement aux responsables politiques de s’engager dans une hypocrisie organisée, de dire une chose et d’en faire une autre. La souveraineté partagée ou le partenariat permettraient aux dirigeants politiques d’englober la souveraineté.

    De la sorte, les accords conclus seraient légitimés par la souveraineté internationale légale des Etats-cibles alors même qu’ils violeraient leur autonomie, le cœur de leur souveraineté [au sens traditionnel...] Cela permettrait aux acteurs d’obscurcir le fait que leur comportement est inconséquent au regard de leurs principes »

  • permalien saintyves :
    1er mars 2009 @23h30   « »

    @ lily :

    "Les sionistes l’ont dépossédés" Mais qui habitait autrefois Gaza ???

    Qu’est ce que tu entends par autrefois ?
    si on considère d0 (années) comme l’instant zéro du déclenchement du Big-bang, ton autrefois serait alors équivalent à quelle date ? d 100, d1000 d1million … ta question est ridicule …

    Par contre, le massacre des enfants de Gaza est bien réel, comme le sont l’occupation et la colonisation de la Palestine, qui constituent une agression permanente de l’état terroriste d’Israel à l’encontre du peuple Palestinien.

    Le projet colonial israélien : « spatiocide » et « biopolitique »

    Sari Hanafi

    Depuis le mythe sioniste « une terre sans peuple pour un peuple sans terre », la politique des
    gouvernements israéliens successifs a consisté à s’approprier des terres en ignorant leurs habitants.

    L’invisibilité institutionnalisée des Palestiniens est entretenue par les pratiques coloniales quotidiennes
    d’Israël, qui équivalent à un « spatiocide » (par opposition à génocide), parce qu’il vise les terres, avec
    pour objectif de provoquer le « transfert volontaire » de la population palestinienne.

    Pour ce faire, Israël déploie une « biopolitique », en classant les Palestiniens en catégories et en instaurant différents « états d’exception ». Un troisième mécanisme s’ajoute à ces mesures, pour parachever le « spatiocide ».

    Il s’agit de l’« état de suspension », celui qu’Israël et les Etats-Unis imposent depuis le début de la seconde Intifada. Suspendre le conflit plutôt que de le résoudre : cessez-le-feu et négociations de sécurité au lieu de fin de l’occupation et négociations politiques.

    Et puis, les habitants de Gaza ne sont arrivés ni de Pologne ni de l’ex URSS, ni des pays arabes, ni d’Allemagne, ni de mars … à l’inverse des israéliens qui sont venus des quatre coins de la planète pour coloniser la Palestine, sous pretexte que leur Dieu la leur avait promise, qu’est ce qu’ils ont en à fouttre les Palestiniens, comme l’avait d’ailleurs signifié Ben Gourion (Sophie) "nous avons pris leur pays. Il est vrai que Dieu nous l’a promise, mais comment cela pourrait-il les concerner ? Notre dieu n’est pas le leur".

  • permalien . :
    2 mars 2009 @00h12   « »

    @ K. , et Yann,

    L’article de Eyal Weizman que cite K.,se termine par une réflexion sur le droit international, qui n’est malheureusement pas fausse aujourd’hui :

    Wiezman écrit ; " la violence et la destruction de Ghaza, est peut-être le vrai visage du droit international" aujourd’hui.

    La dérive du droit international est en marche depuis un certain temps : avec la mondialisation et le néolibéralisme débridé qu’ on a voulu nous vendre comme "la "nouvelle et suprême valeur, et dont on mesure les dégats en ces temps de crise, pour les plus faibles...

    Le droit international , bien que n’étant en réalité que l’expression d’ un rapport de forces, est devenu aujourd’hui : la loi du plus fort,et rien d’autre.Il est au service des grandes puissances, elles-mêmes, au service des grandes multinationales..
    Il est devenu un outil de domination .

    Il faut ajouter à celà la grande trouvaille de "la guerre contre le terrorisme" qui a justifié et légitimé toutes les dérives et toutes les atteintes aux droits de l’ homme et aux traités internationaux, sans qu’aucune définition juridique ne soit jamais fournie pour identifier avec précision en quoi consiste ce terrorisme ?

    Celà a permis l’amalgame nécessaire aux entreprises du nouveau colonialisme, qui ont toujours eu besoin d’un habillage .Cet amalgame a permis à Israel de qualifier les mouvements de résistance à son occupation comme étant des "terroristes" avec la bénédiction de toute sa " banlieue":US, UE , avec les conséquences que l’on sait : nier la légitimité du principe cardinal du droit international : le droit des peuples à l’autodétermination et le droit à la résistance, même armée, à l’oppression .

    Mais, l’opinion publique internationale a aussi son poids dans la définition et l’application des lois internationales et si l’on veut arrêter ces dérives, il faut prendre conscience de l’urgence à réagir, sinon, à cette allure, on va coller le qualificatif de "terroriste" à tous ceux qui oseront contester , ou critiquer les agissements d’Israel,l’épouvantail de l’antisémitisme, ayant perdu de son" pouvoir de dissuation".

    Pour sauver le droit international," Un Tribunal Russell sur la Palestine" , présidé par Stéphane Hessel et Ken Loach, à partir du 4 mars à Bruxelles, pour que la Morale retrouve un peu de son Autorité !Amin !

  • permalien Yvan :
  • permalien Zulfikar :
    2 mars 2009 @12h40   « »
    Un rapprochement de l’"axe des modérés" arabes et la Syrie en vue au détriment de l’Iran

    Bonjour à tous,

    Selon le quotidien libanais Al-Diyar, Le président syrien, Bachar Al-Assad, devrait se rendre en visite en Arabie Saoudite début avril, et la normalisation des relations entre l’Egypte et la Syrie devrait suivre.

    Les conséquences sur la scène libanaise : l’axe "modéré" (Egypte et Arabie Séoudite) donne son accord au principe du tiers de blocage - dont la majorité parlementaire dite du 14 mars avait toujours rejeté le principe. Le principe du tiers de blocage sera acquis à l’opposition, quels que soient les résultats des urnes du 7 juin prochain. La question des armes du Hezbollah devrait connaître un certain apaisement ainsi que le déroulement des élections législatives du 7 juin 2009. Idem pour le tribunal international Hariri : la Syrie ne sera probablement pas inquiétée et la piste de Al-Quaida semble se profiler - piste qui arrangerait tout le monde.

    A mon humble avis, c’est le général Aoun qui risque de payer les frais de ce rapprochement et, par ricochet, le Hezbollah ; le but étant de les affaiblir politiquement. Ce serait le président de la République libanaise, Michel Sleymane, qui devrait émerger comme le nouvel homme fort des Chrétiens maronites, vu qu’il est considéré comme un président consensuel, ce qui cadrerait avec le rapprochement actuel.

    En échange, il est demandé à la Syrie une contrepartie : l’éloignement de l’Iran. Il est demandé à la Syrie de ne plus être l’axe d’intervention de l’Iran et de l’empêcher d’étendre son influence dans le monde arabe.

    A bientôt.

    لبنان

  • permalien K. :
    2 mars 2009 @12h51   « »

    @ Zukfikar

    Un autre son de cloche.

  • permalien K. :
    2 mars 2009 @13h11   « »

    C’est la peste communautaire qui voile le regard d’une partie des Libanais, notamment ceux qui soutiennent le Hezbollah prosyrien.

    laurent joffrin

0 | 100

Ajouter un commentaire