En kiosques : septembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Commenter les commentaires

par la rédaction, 7 avril 2009

Le dimanche 23 juillet 2006, « La guerre a commencé » est publié dans Nouvelles d’Orient. C’est le premier billet des blogs du Monde diplomatique. Des discussions sur la pertinence et la nécessité de faire des « carnets » — ils seront rapidement rebaptisés blogs — ont eu lieu pendant plusieurs mois, mais la guerre du Liban de l’été 2006 donne à ce projet un caractère d’urgence. L’explication viendra plus tard. Un espace spécifique est créé en quelques jours sur le site, qui inclut déjà la possibilité de laisser des commentaires. Cette fonctionnalité n’est pas l’objet de débats : pour les concepteurs du site, comme pour la plupart de leurs confrères, les réactions des internautes font partie de la logique même des blogs.

La présence des commentaires apparaît alors comme une expérience, une sorte de test. Petit à petit, la tentative s’avère concluante : un petit groupe de lecteurs fidèles — et d’opposants farouches — prend au mot la proposition « Ajouter un commentaire » et les réactions affluent. Quelques mois après le premier article, Alain Gresh se livre à un premier bilan dont ressort nettement l’importance des réactions. Son vœu de voir se constituer une « communauté » active sera pleinement exaucé, jusqu’à dépasser son ambition initiale : les commentateurs ne se contentent rapidement plus de réagir aux seuls sujets soulevés par les billets. Ils poursuivent une sorte de discussion ininterrompue, reprise à chaque nouvelle occasion. Longtemps, le record du nombre de commentaires — 336 — sera détenu par « Pause », un article dans lequel Alain Gresh annonce… qu’il part en vacances.

Les modérateurs ne manquent pas de rappeler, dans les forums eux-mêmes, qu’il est tout de même préférable de rester dans le sujet ; ils s’échinent aussi, de temps à temps, à répéter quelques règles élémentaires. Un billet a récemment été entièrement consacré à cette question. Il faisait suite aux flots de commentaires qui ont accompagné les articles concernant la guerre de Gaza, dont les forums sont restés ouverts, contrairement à ceux de nombreux autres journaux en ligne. La censure veille, mais laisse les lecteurs s’exprimer dans la mesure de l’acceptable. Ce qui a permis de nouveaux records : « Libérer les Palestiniens des mensonges de Bernard-Henri Lévy », qui évoquait simultanément le conflit et la personne de Bernard-Henri Lévy, dont l’inimitable charisme inspire généralement de nombreuses réactions, comptabilise 718 commentaires.

Afin de mieux comprendre ces pratiques et ces usages, la sociologue des médias Valérie Jeanne-Perrier — auteure de La presse et l’Internet : approche interdisciplinaire de la relation lecteur-journal, une thèse soutenue en 2008 sur la notion de « cyberjournal », avec l’exemple notamment du site du Monde diplomatique — mène une « étude qualitative » depuis fin 2007 : un premier bilan de ce travail est joint ci-dessous. La seconde partie de l’étude de Valérie Jeanne-Perrier doit s’appuyer sur une série d’entretiens avec un certain nombre de commentateurs : ceux qui souhaitent être interrogés sont donc invités à envoyer leurs e-mails à site@monde-diplomatique.fr

la rédaction

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016