Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Quelques réactions au discours d’Obama au Caire

Quelques réactions au discours d’Obama au Caire

dimanche 7 juin 2009, par Alain Gresh

Incontestablement, le discours du président Barack Obama prononcé le 4 juin au Caire est important. Sa signification réelle, nous la mesurerons dans les prochains mois. Je voudrais ici simplement reprendre quelques réactions et analyses, qui vont de l’enthousiasme au scepticisme, de divers commentateurs et responsables arabes, israéliens et occidentaux. On trouvera le texte intégral du discours en français sur le site de La Paix maintenant.

Daniel Levy, sur son blog (projet conjoint de la New American Foundation et de The Century Foundation) fait dix remarques à chaud sur le discours, « 10 Comments on Obama in Cairo – Still Accumulating, Not Expending Capital ». Il fait dix commentaires dont je retiens les suivants (dans son introduction, Daniel Levy remarque que le président n’a pas prononcé le mot de terrorisme) :

- le discours marque l’acceptation du dialogue avec l’islam politique ; il trace une ligne de démarcation claire entre Al-Qaida et d’autres mouvements politiques, notamment le Hamas dont il affirme qu’il a un rôle à jouer dans l’avenir de la Palestine ;

- même si le discours est important, rien n’a été défini en termes d’analyse concrète ;

- le président a reconnu l’implication des Etats-Unis dans le coup d’Etat de 1953 en Iran (même s’il n’a pas présenté d’excuses) et il a affirmé le droit de l’Iran a l’énergie nucléaire pacifique ;

- il n’a eu aucun mot positif sur le président Moubarak et il a maintenu l’importance du droit des peuples à choisir librement leur gouvernement.

Le journaliste britannique Robert Fisk, qui avait publié le 2 juin un article très négatif sur le discours à venir du président dans le quotidien The independent (« Most Arabs know this speech will make little difference) », semble infléchir sa position le 5 juin dans son texte « Words that could heal wounds of centuries » :

« En l’écoutant, on se dit : Obama ne mentionne pas l’Irak, et ensuite il le fait (“une guerre choisie… nos troupes combattantes partiront”). On se dit il ne mentionne pas l’Afghanistan, et ensuite il le mentionne. » Bien sûr, le président américain omet plusieurs points, l’arme nucléaire israélienne ou la guerre israélienne contre Gaza. Et Robert Fisk de conclure :

« Un type intelligent, cet Obama. Ce n’était ni Gettysburg, ni Churchill, mais pas mal quand même. On peut seulement se rappeler les observations de Churchill, “les mots sont faciles et nombreux, les grandes actions sont difficiles et rares.” »

Le 4 juin, la télévision du Hezbollah, Al-Manar, faisait les commentaires suivants :

« Le discours d’Obama à partir du Caire était plein de signes culturels qui doivent être compris dans le contexte de la défense de son pays. Il a affirmé que son pays donnait le droit aux musulmans de construire leurs mosquées, mais il n’a pas parlé des lois contre le terrorisme qui les ont visé plus que d’autres ces dernières années.

Obama a reconnu la contribution de la culture musulmane à la renaissance occidentale. Il a aussi mis en lumière la contribution des pays musulmans qui sont réconciliés avec l’Amérique mais n’a rien dit des contributions et de la prospérité des pays opposés à l’Amérique.

(...) Il est vrai que le président américain a mentionné la Palestine par son nom, mais il a réduit les droits historiques (des Palestiniens) à la feuille de route qui est une impasse adoptée du temps d’Ariel Sharon. Tout en demandant aux Palestiniens d’abandonner leur résistance à l’occupation, il a blâmé légèrement Israël pour la continuation de sa politique de colonisation et pour la crise à Gaza et en Cisjordanie. »

En conclusion, le rapport précise : « Sur le dossier iranien, Obama a abordé l’histoire mouvementée et tendue des relations entre les deux pays. Il n’a cependant pas fait plus que reconnaître le droit de l’Iran à produire de l’énergie nucléaire pacifique, disant que le pays doit se soumettre à l’ensemble du traité de non prolifération. »

L’ayatollah Ahmad Jannati, le secrétaire général du Conseil des gardiens iraniens, a déclaré lors d’un sermon le 5 juin : « Obama donne certains feux verts et nous espérons que les Etats-Unis reviendront graduellement à la raison, écouteront et répondront à ce que nous disons.

Il a dit qu’il reconnaissait que les Américains avaient renversé un gouvernement démocratiquement élu (en 1953). Il a aussi dit que l’Iran avait commis des actes tels que les prises d’otages. Le résultat de ce qu’il disait était que le passé devait être oublié et que les deux pays devaient devenir plus proches. (...) Il a aussi dit qu’il n’y avait pas de pré-conditions au dialogue (...) Et il a reconnu que l’Iran avait droit à l’énergie nucléaire pacifique, ce qu’ils avaient refusé de dire pendant plusieurs années. Obama a aussi fait référence à la peur que l’Iran développe des armes nucléaires, alors que nous avons dit et répété que nous ne cherchions pas à posséder cette arme. »

Helena Cobban, dont on connaît le blog « Just World News », était à Damas le jour du discours et elle a inteviewé Khaled Mechaal, le chef du bureau politique du Hamas (« US-MIDEAST : Hamas Leader to Obama : Deeds, Not Words »).

Mechaal : « Le discours était intelligemment écrit pour s’adresser au monde musulman et dans la manière dont il a montré du respect pour l’héritage musulman. Mais je pense que ce n’est pas suffisant. Ce dont on a besoin, ce sont des actes, des actes sur le terrain, un changement de politique.

(...) Pourquoi Obama est prêt à dialogue avec l’Iran sans conditions préalables, et pas avec nous. Obama utilise des mots nouveaux en partie différents de ce que nous avons entendu chez Bush, mais en aucun cas nous n’acceptons de préconditions. »

Le dirigeant du Hamas a affirmé qu’il était prêt à prendre un café avec George Mitchell, l’envoyé du président Obama qui doit se rendre dans la région ces jours-ci. Il a rappelé que Mitchell qui avait contribué à la paix en Irlande du Nord devait agir comme il l’avait fait là-bas, parler avec tout le monde, sans conditions préalables.

Enfin, un petit rappel historique, le discours que le président William Clinton avait prononcé à Gaza, le 14 décembre 1998, « Remarks by the president to the members of the palestinian national council and other palestinian organizations ». Le président américain y disait déjà aux Palestiniens : « Je connais les souffrances terribles qui ont résulté de la violence, de la séparation des familles, de la restriction dans la circulation des personnes et des biens. Je comprends votre préoccupation devant la colonisation, la confiscation des terres et la démolition des maisons. » Dix ans plus tard, les mêmes problèmes demeurent...

Alstom et le tramway de Jérusalem

Il apparaît désormais plus clairement que les campagnes sur le désinvestissement et les sanctions contre les sociétés qui travaillent dans les territoires occupés avance. Sur LeMonde.fr, en date du 4 juin, « Veolia, futur exploitant du controversé tramway de Jérusalem, paie son implication », Benjamin Barthe écrit que, impliqués dans la construction du tramway de Jérusalem, Alstom et Veolia sont la cible d’une campagne de boycottage qui « prend de l’ampleur, sous l’impulsion d’une coalition de mouvements propalestiniens. Veolia, qui est aussi impliquée en Cisjordanie dans l’exploitation d’une ligne de bus et d’une décharge à ordures – deux investissements qui profitent aux colonies juives –, est devenue la tête de Turc des activistes, qui ont lancé le mot d’ordre “Derail Veolia” (“Faisons dérailler Veolia”). En début d’année, la multinationale française a perdu la gestion du métro de Stockholm, en Suède, un juteux contrat de 1,9 milliard d’euros, qu’elle détenait jusque-là. Même si les élus assurent que leur décision est le produit de considérations commerciales, le travail de lobbying de l’ONG suédoise Diakonia a indéniablement pesé ».

Dans le quotidien de Dubaï en anglais (Gulf News) du 30 mai, Abbas Al Lawati publie un article intitulé « Palestine urges withdrawal of rail contract ». Il y révèle que les Palestiniens auraient intensifié leurs efforts auprès de l’Arabie saoudite qui a plusieurs contrats en négociation avec Alstom, pour que ce pays fasse pression sur la société française. Interrogé par nos soins, un porte-parole d’Alstom s’est refusé à tout commentaire officiel, se bornant à expliquer, « à titre personnel », que les difficultés rencontrées tenaient à des divisions dans la famille régnante à Riyad et pas à la solidarité avec la Palestine, sous-entendu sans doute, que des membres de cette famille n’étaient pas satisfaits des commissions reçues ?

Marwan Barghouti, l’UMP et le rabbin.

Le dirigeant emprisonné du Fatah, Marwan Barghouti a été nommé citoyen d’honneur d’Ivry, le 28 mai, par le maire communiste Pierre Gosnat, en présence de son épouse Fadwa, de la représentante de la Palestine en France, Hind Khoury, de Gisèle Halimi et Daniel Voguet, deux des avocats de Barghouti, et de Jean-Claude Lefort, député honoraire d’Ivry. Considéré comme un des responsables les plus populaires du Fatah, et l’une des personnalités d’avenir, Barghouti a été condamné à la prison à vie par les autorités israéliennes. Cette décision du conseil a été votée par les communistes, les socialistes, les Verts et les élus 100 % à gauche. Comme l’explique le compte-rendu, seules quatre personnes ont voté contre, « le groupe des élus de droite, centristes et radicaux, dont le président Bruno Castelnau est intervenu, sans autre commentaire, en lisant un communiqué du rabbin de la communauté israélite d’Ivry, manifestant l’inquiétude face à la “décision d’honorer un criminel”. ». Au-delà du vote lui-même, que la droite se contente, comme seule prise de position, de lire un communiqué du rabbin d’Ivry, en dit long sur ceux qui cherchent à importer le conflit en France et à identifier, stupidement, les juifs français à l’Etat d’Israël.

Elections libanaises

Le Monde diplomatique publie un dossier sur « les élections législatives libanaises » qui auront lieu le dimanche 7 juin. Notons aussi un article de Rudolf El-Kareh, « La crise politique et institutionnelle au Liban » dans la Revue internationale et stratégique, qui est la version réactualisée d’un document présenté en introduction à l’audition de l’auteur à la réunion conjointe organisée par la Commission des affaires étrangères (AFET) et la Délégation pour les relations avec les pays du Machrek du Parlement européen, le 28 mai 2008, à Bruxelles.

370 commentaires sur « Quelques réactions au discours d’Obama au Caire »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @00h42   »
    Quelques réactions au discours d’Obama

    Clinton...et même G W Bush en 2002 :

    It is untenable for Palestinians to live in squalor and occupation. And the current situation offers no prospect that life will improve. (...) In the situation the Palestinian people will grow more and more miserable. My vision is two states, living side by side in peace and security.

    ...ou encore, cet hommage au “monde musulman” :

    I have a hope for the people of Muslim countries. Your commitments to morality, and learning, and tolerance led to great historical achievements. And those values are alive in the Islamic world today. You have a rich culture, and you share the aspirations of men and women in every culture.

    Et 7 ans après ce fut pire encore...

  • permalien Yalda :
    7 juin 2009 @00h50   « »
    Quelques réactions au discours d’Obama

    K,c’est ce que l’on appelle "passer de la pommade dans le dos" ; c’est pour mieux vous manger, mon enfant.

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @09h23   « »

    Ce qui frappe dans les réactions au discours, c’est ce sont les plus extrémistes, qui se plaignent qu’Obama ne donne que des paroles et pas d’actions, ceux-là même qui justement étaient victimes des actions de la CIA, comme s’ils craignaient que ce non-interventionnisme leur faisait perdre leur raison d’être.

    La position d’Obama a été précisée dans la conférence de presse de Caen

    "Je ne suis pas en mesure d’imposer ces négociations, je ne peux pas imposer les conditions d’une solution définitive à ces deux parties, c’est à eux qu’il appartient de relever ce défi, de même le président Sarkozy ne saurait imposer la paix dans la région.

    Par compte ce que nous pouvons faire c’est d’être amis avec Israël, et en tant qu’amis, de dire ce qu’il faudra faire."

    Ceux qui ont tout à craindre ce sont ceux qui doivent leur position aux administrations US précédentes, en tant qu’amis, ils auront les conseils de la Maison Blanche.

  • permalien
    7 juin 2009 @10h57   « »

    Par compte ce que nous pouvons faire c’est d’être amis avec Israël, et en tant qu’amis, de dire ce qu’il faudrait faire."

    ce qu’il faudrait - conditionnel - nul n’a la science infuse.

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @11h09   « »

    @ Yvan,

    Vous dites que « ce sont les plus extrémistes qui se plaignent qu’Obama ne donne que des paroles et pas d’actions ».

    Je veux bien croire que certains ont fait du malheur un fonds de commerce, mais étiquetter extrémistes tous ceux qui restent sceptiques alors même que le passé, un trop long passé, justifie largement ce scepticisme, et qu’il n’y a eu jusqu’à présent aucun acte tangible est une position bien extrémiste.

    Vous conviendrez avec moi que l’extrémisme US a conduit à un tel degré de malheur dans “l’arc instable” qu’il va falloir bien plus que des mesures symboliques pour convaincre. Et ce qui est demandé n’est bien sur pas la “disparition d’Israel” (ce n’est bien sur pas à vous que je m’adresse dans cette dernière phrase).

    Pour ceux qui revêtus du manteau de résistance ne seraient que des vampires, il n’y a qu’un moyen de les reconnaitre : des actes effectifs qu’ils repousseraient.

    Mais oseraient-ils les repousser ? Leur assise populaire (qui, je ne vous apprends rien, ne repose que minoritairement sur leur idéologie religieuse) n’a-t-elle pas reposé jusqu’à présent essentiellement sur le sang et les larmes que l’extrémisme US a engendré ? Ces populations ne rêvent que de paix. Je pense vraiment que les extrémistes potentiels seront obligés de s’aligner si les Etats-Unis donnent des preuves de leur sincérité.

    Amicalement

  • permalien canalmoinsplus :
    7 juin 2009 @11h13   « »

    Il n’y a pas mieux, dans un conflit il vaut mieux être l’ami du plus fort

  • permalien yasmina :
    7 juin 2009 @11h19   « »

    @Yvan : Ce qui frappe dans les réactions au discours, c’est ce sont les plus extrémistes, qui se plaignent qu’Obama ne donne que des paroles et pas d’actions, .

    Qui sont les extremistes ? Ceux qui resistent à la convoitise des puissances venues d’au delà des mers et qui ont mis leur région à feu et à sang ?

  • permalien Sakhra :
    7 juin 2009 @11h57   « »

    Interrogé par le magazine américain News Week,sur le discours d’Obama, le ministre des AE séoudien a dit attendre "qu’il soit traduit en actes" : le vilain extrémiste !!!

    Par ailleurs, il a précisé que son pays avait refusé la demande des US de faire des ouvertures diplomatiques envers Israel pour favoriser la reprise des négociations...
    "Nous n’avons rien d’autre à proposer à Israel qu’une normalisation .Et si nous faisons celà avant la restitution des territoires occupés, nous aurons donné la seule carte entre nos mains"..

    C’est faux, les pays arabes ont d’autres cartes entre leurs mains, mais par lâcheté, par compromission, ils refusent de les utiliser, pour peser sur le réglement de la question palestinienne ; encore heureux qu’ils aient refusé la reconnaissance d’Israel avant" la restitution des territoires occupés", là ils auraient risqué gros !

    Mais, il semble que la question du retour des Réfugiés ait été évoquée, également:qu’ont-ils consenti comme concession ? Le "Prince" ne le dit pas.

  • permalien Yann :
    7 juin 2009 @12h00   « »

    LEBANON VOTES — Election Day 2009

    (Qifa Nabki, 07/06/09)

    Les élections libanaises, comme si vous y étiez. (in English)

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @12h10   « »

    @7 juin @10h57

    "de dire ce qu’il faudra faire", voici ma source à 16:00

  • permalien Yann :
    7 juin 2009 @12h45   « »
    Sur Obama

    Listen without illusions ?

    (Rami Zurayk, Land and People, 06/06/09)

    " Friends have asked me what what I thought of Obama’s speech in Cairo. I sent them this article by Slavoj Zizek

    "Days before the election, Noam Chomsky told progressives that they should vote for Obama, but without illusions. I fully share Chomsky’s doubts about the real consequences of Obama’s victory : From a pragmatic-realistic perspective, it is quite possible that Obama will just do some minor face-lifting improvements, turning out to be “Bush with a human face.” He will pursue the same basic politics in a more attractive mode and thus effectively even strengthen U.S. hegemony, which has been severely damaged by the catastrophe of the Bush years." "

  • permalien Murmure :
    7 juin 2009 @12h48   « »

    Yvan, vous parlez peu être de ce genre d’extrémistes :

    The gift that goes on giving

    (...)

    Sauf parmi les jusqu’au boutiste des deux côtés, bien sûr. La frange folle du Parti Républicain a sangloté et a maudit : Obama "faisant des excuses pour l’Amérique" "aux ennemis de l’Amérique" de nouveau.

    (...)

    Rush Limbaugh, hystérique raciste et gras... Affirme qu’Obama était à l’ONU sur le même pied d’égalité avec Al-Qaida pour détruire l’Amérique". Et il y a beaucoup plus dans cette veine.

    De même, les images inversée de Limbaugh sur le côté Musulman n’ont perdu aucun temps pour accuser Obama. En effet trahissant, pour la troisième fois en six mois, leur terreur d’un président américain Afro-américain nommé Barack Hussein Obama), tant Ben Laden que son lieutenant Ayman Zawahiri ont sorti des bandes, un jour avant le discours du Caire d’Obama, avertissant les Musulmans qu’Obama était juste un autre président américain détestant les musulmans comme George Bush.

    En Israël, un législateur de l’Union nationale de droite qui avait la rage qu’Obama puisse comparer la souffrance des réfugiés arabes aux six millions de Juifs assassinés durant l’holocauste.

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @12h51   « »

    @K et @yasmina, quand je parle d’extrémiste, je fais référence à l’article d’A. Gresh, se sont R. Fisk, Khaled Mechal, l’article ne nous parle pas des réactions de Moubarak ou même Sarkozy, qui pourtant n’ont pas été épargnés par le discours, ou de Netanyahou.

    La méfiance est un excellent "symptôme", elle est la preuve qu’un dialogue s’établit, ce qui est nouveau et elle est indispensable.

    Ce qui est intéressant dans les discours d’Obama, c’est qu’il cherche dans tous les conflits à effacer le "paramètre USA", comme s’il considérait, qu’elle fausse les données dans les différentes tentatives de rapprochement. Il semble dire, accordez-vous entre vous et oubliez l’anti-américanisme.

    Le message est reçu en Iran, mais il est angoissant, car il oblige chacun à ce concentrer, sur ses problèmes, en éliminant, le thème, mobilisateur et jusqu’ici justifié, mais parasite, de l’anti-américanisme.

    Son mea culpa sur la chute du régime Mossadegh, en dit long sur ses intentions, et explique sa volonté puissante (et inquiétante) de détruire en AfPak, ce qu’au moment de la guerre froide, la CIA avait créée.

  • permalien yasmina :
    7 juin 2009 @13h08   « »

    Ok Yvan. Pourqoui vous focalisez sur les "extremistes" uniquement. Changer d’angle de vue : le fait que les israéliens paniquent ainsi que les néocons c’est un bon signe. Signe qu’il y a un changement substanciel dans la politique de Washigton. Que des israeliens commencent meme à organiser des manifestations anti-américaines , c’est du jamais vu ! Et c’est le moindre des mérites de ce discour.

    cordialement

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @13h37   « »

    Bah ! Yasmina, quand je met un commentaire sur un article d’A.Gresh, je me focalise sur cet article. Si c’est le mot "extrémiste" qui vous dérange, je veux bien le remplacer par personne-ayant-un-avis-très-tranché, mais je ne trouve pas ça pratique.

    Mais peut-être que quand je dis extrémiste vous entendez terroriste, mais là, je ne peux rien.

    Pensez à nous faire vos commentaires sur les réactions d’Abdallah, Moubarak, Al Nyhan, Sabah ou Saleh.

  • permalien Lou :
    7 juin 2009 @13h47   « »

    la traduction en français par JPP, de l’entretien d’Helena Cobban avec Khaled Meshal

    Khaled Meshal à Obama : « Des actes, pas des paroles »

    (...)En réagissant au discours d’Obama, Meshaal fait allusion aussi au rôle des Etats-Unis dans cette intervention, « Plutôt que les mots doux du président Obama sur la démocratisation, nous aurions préféré que les Etats-Unis commencent par respecter les résultats des élections démocratiques que nous avons déjà tenues. Et plutôt que de parler de démocratisation et de droits de l’homme dans le monde arabe, nous aurions préféré qu’il retire le général Dayton qui est en train de monter un Etat policier en Cisjordanie. »(...)

    à propos du géréral Dayton, l’article de Nahla Chahal (Editorial dans Al Akhbar)

    (...)Si bien que ledit général parle ouvertement et publiquement de sa mission : elle a débuté après de départ d’Arafat, et précisément en mars 2005. Au départ, il s’est employé à entrainer la garde républicaine, « plus sûre », puis il a constitué des unités, actuellement au nombre de 3 (500 hommes au total), qu’il planifie de porter à 10. Les noms des candidats sont soumis aux approbations successives de la CIA, du Shin Bet et des renseignements jordaniens. Leur budget actuel est de 160 millions de dollars, et leur seule mission est « de traiter avec le banditisme et le Hamas » (textuellement). Il est le directeur du team : USSC, ce qui est le diminutif de « United States Security Coordination » qui comporte également des officiers Britanniques et un Turc, mais que Dayton qualifie d’« effort international ». Le 10 mai 2009, il a parlé devant le Washington Institute for Near East Policy, le think tank du lobby sioniste aux EU, et a annoncé le renouvellement de son contrat pour deux ans, le général n’étant pas tributaire des changements dans l’administration, du départ de Bush et de la venue d’Obama. Il est la preuve personnifiée que les EU ne sont quand même pas une république bananière !!

    « Ses nouveaux hommes » comme il les appelle, sont de plus en plus visibles sur la scène de la Cisjordanie. Il y a deux jours, à Qalqilia, ils ont assassiné des hommes appartenant à une cellule du Hamas. Durant les derniers mois, ils ont été vus prenant la suite des unités israéliennes dans des attaques à Naplouse et ses camps de réfugiés. Le général est fier de son exploit : durant les trois semaines des « opérations » sur Gaza, la Cisjordanie est restée calme, ses hommes ont permis des manifestations pacifiques de protestation, bien encadrées, mais interdit qu’elles montrent de la sympathie pour le Hamas. Ses hommes reçoivent des salaires spéciaux (on parle de 2000$ mensuels). Ses hommes ne sont pas infiltrés par le Hamas…(...)

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @14h39   « »

    Agnès Gruda, “La Presse” :

    « Barack Obama n’aura peut-être pas à attendre longtemps la première occasion de traduire en gestes l’appel à la réconciliation qu’il a lancé, jeudi, au monde musulman. »

  • permalien Emy NONA :
    7 juin 2009 @15h08   « »

    Le discours d’Obama ?

    Vraiment ?

    http://libertesinternets.wordpress....

    Il fait où on lui dit de faire

    Yes he can !!!!!

    Il dit très bien, avec une éloquence unanimement reconnue, ce qu’on lui dit de dire

    Et il est assez bien payé pour çà, avec en prime, entres autres, un avion de fonction.

    Quand on lui fera dire ce qu’"il" entend par "état palestinien", on verra.

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @15h58   « »

    - “International Crisis Group”, Beyrouth/Bruxelles, 4 juin 2009 (en français) :

    Ce scrutin a (..) valeur de test pour une communauté internationale qui a montré, à l’occasion de chacune des élections tenues ces dernières années dans la région, une tendance à en accepter sélectivement les résultats. Le défi à relever, cette fois, consiste à rapprocher vainqueurs et vaincus au lieu d’aggraver leurs écarts et risquer de replonger le pays dans le cycle vicieux d’une confrontation sans issue.

    (..)

    La communauté internationale peut et doit faire davantage. Elle devrait soutenir une société civile avide de réformes substantielles, en insistant sur la résurrection d’un Conseil constitutionnel que l’élite politique préfère neutraliser, et en prenant des positions claires et publiques sur les pratiques électorales abusives (achats de voix, absence de bulletins standard, etc.) qui entachent les élections libanaises. Au minimum, le premier suffrage de l’ère post-syrienne doit relever le niveau des exigences pour ceux à venir. Il y a l’occasion de poser quelques bases pour une réforme, quand bien même très graduelle, d’un système politique dont l’occupation syrienne n’excuse plus tous les dysfonctionnements.

    - Traduction en français de l’article : What Obama Didn’t Say in His Cairo Address Speaks Volumes About His Mideast Policy De Noam Chomsky, AlterNet, June 4, 2009. Par emcee.

  • permalien Orangerouge :
    7 juin 2009 @16h23   « »
    @ Monsieur Gresh : les ... bien sûr, mais des ... c’est moins clair

    Monsieur Gresh je suis d’accord avec votre phrase qui prône le refus d’ " identifier, stupidement, les juifs français à l’Etat d’Israël". Je suis d’accord pour les juifs français. Mais...

    Mais il y a des juifs français qui tiennent à s’identifier à l’état d’Israël, et notamment à l’Israël qui s’accapare tout Jérusalem et une écrasante partie de la Palestine.

    Il y a peut-être moins d’intellectuels parmi ceux là (encore que je n’en sache rien). Mais ils existent. Et leur nombre n’est probablement pas complètement négligeable puisque le gouvernement actuel leur donne des droits exorbitants, comme celui de manifester en faveur d’un état, au moment même où cet état est en train de massacrer à grande échelle des civils, et en particulier des enfants.

    J’ai vu sur Guysen TV Joël Mergui, le Président du Consistoire Central de France, affirmant qu’Israël devait garder Jérusalem unie (1) ... Je ne l’ai pas entendu dire un mot sur les plus de mille victimes de Gaza ni sur les quelques 5000 blessés. Je ne l’ai pas entendu dire un mot sur le siège toujours en cours de toute une population à Gaza.

    Il est possible qu’il y ait des doubles nationaux qui aient participé aux massacres barbares de Gaza. Et ce n’est pas sur notre Parquet et sur notre "Justice" (avec d’énormes guillemets) qu’on peut compter pour juger les crimes de guerre, ou la complicité avec des crimes de guerre, s’ils ont été commis pour le compte de l’état israélien.

    Si on veut une France unie à travers son multiculturalisme, il faudrait que la nécessité de respecter les droits de l’homme et de l’enfant les plus élémentaires, s’impose à tous sans exception.

    J’ai vraiment le sentiment que ce n’est pas du tout le cas actuellement en France (et dans beaucoup de pays européens, notamment en Allemagne). Et c’est très grave, pas seulement pour les Palestiniens, mais peut-être surtout pour les Français et les Européens.

    Et c’est graveaussi, car je pense que le soutient apporté par une partie des juifs européens à Israël, de manière inconditionnelle, quels que soient ses crimes, contribue significativement à la poursuite du drame palestinien.

    (1) je crois bien qu’il a dit : "nous comptons sur vous pour cela". (Mais c’est de mémoire)
    Entendre ce Français, responsable communautaire et religieux de haut rang, soutenir publiquement l’un des pires aspects de la politique d’Israël, face à une présentatrice israélienne, sur une télévision israélienne, m’a profondément choquée et mise en rage.

  • permalien Murmure :
    7 juin 2009 @16h42   « »

    Des fois on se demande pourquoi Obama a entamé le dialogue avec la Syrie et bientôt avec l’Iran.

    Parce que certain analyste a l’emporte pièce ne percevaient pas que c’est bien le Hezbollah ou le Hamas qui sont dans la ligne de mire, pour apaiser les tensions.

    Du coup on attend de voir la réaction américaine qui va rejeter in facto le parti élu au Liban et dévoiler le clown qu’est Obama.

    Il aurait du y penser avant son discours, il est d’une bêtise !

    @ Emy NONA

    Prenez un numéro, ça se bouscule au portillon. :-)

    Pourquoi un avion ? Il peut très bien se déplacer à dos d’âne.

    Vous avez raison.

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @16h57   « »

    A ce compte-là, on peut aussi parler des milliers de Français ou de Belges d’origine arabe (ou plus exactement d’origine maghrébine) qui soutiennent le Hamas ou le Hezbollah, comme on a pu s’en rendre compte lors des manifs de janvier dernier, et qui à l’inverse des juifs français ou belges sionistes, n’ont même pas l’excuse d’avoir de la famille ou des proches sur place.

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @16h58   « »
    Quelques autres réactions au discours d’Obama au Caire

    Nétanyahou va répondre à Obama

    Yisraël Katz, le ministre des transports israélien, a expliqué dimanche, avant le conseil des ministres, qu’Israël ne pouvait pas empêcher aux implantations de mener une "vie normale". Il a déclaré qu’il espérait que l’administration américaine respecterait les accords tacites, passés précédemment avec l’ancien président américain George W. Bush, permettant la poursuite d’un minimum de construction dans les colonies.
    Vendredi dernier, Hillary Clinton avait prévenu que le président Obama ne reconnaîtrait aucun accord non officiel passé.
  • permalien une bille :
    7 juin 2009 @17h08   « »

    @Nathan, toujours ces bon vieux réflexes tribaux, ça ne vous gène pas toute cette démocratie autour de vous ?

    Aux manifs contre plomb durci il y avait aussi de juifs, des catholiques des protestants, des athées, des Bretons des Strasbourgeois, des Lyonnais, on y a même aperçu quelques français.

    Laissez donc Papon en enfer et ne réveillez pas les vieux démons !

  • permalien Orangerouge :
    7 juin 2009 @17h12   « »

    Nathan citez moi un responsable communautaire et religieux musulman de haut rang, qui sur une chaine arabo-musulmane, soutienne publiquement le Hamas ou le Hezbollah, et les encouragent à attaquer des colonnies israéliennes illégales.

    Ce serait une tempète médiatique. Ce responsable ne le resterait pas longtemps, et finirait probablement expulsé ou en prison.

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @17h45   « »

    Vous avez raison, Orangerouge. Les institutions musulmanes ne soutiennent pas le Hezbollah ou le Hamas. Rien à voir avec le CRIF qui s’aligne sur les positions israéliennes, avec une petite préférence pour les plus dures et les plus intransigeantes. Comme souvent dans ces cas-là, il s’agit d’un petit groupe d’activistes volontaires et décidés enraînant une masse inerte mais sympathisante derrière eux. Cela dit, dois-je le rappeller, le CRIF ne représente pas, loin s’en faut, l’ensemble des juifs français.

    En Belgique, certains représentants politiques d’origine maghrébine sont beaucoup plus actifs. Dernièrement, sur invitation de quelques députés, une petite délégation de gens proches du Hezbollah a pu tenir une conférence dans une salle du Parlement belge.

  • permalien Yvan :
    7 juin 2009 @18h00   « »
    Quelques toujours autres réactions au discours d’Obama au Caire
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche 7 juin en Conseil des ministres qu’il définirait de façon claire ses projets diplomatiques au cours d’un discours de ‘ paix et de sécurité’ la semaine prochaine.

    « Je voudrais que les choses soient claires : nous voulons parvenir à la paix stable avec les Palestiniens et les pays arabes avec le maximum d’entente de la part des Etats-Unis tout en assurant la sécurité des citoyens d’Israël », a déclaré à la presse Benyamin Netanyahou.

    ... diplomatiques ? ... diplomatique... c’est pas Lieberman, diplomatique ?

    Tout juste nommé ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman a affirmé, mercredi 1er avril, qu’Israël n’était pas lié par les engagements de la conférence d’Annapolis, en novembre 2007, sur la création d’un Etat palestinien. "Il n’y a qu’un seul document qui nous lie et ce n’est pas la conférence d’Annapolis (...) seulement la Feuille de route", a-t-il déclaré lors de la cérémonie de passation de pouvoir avec l’ancienne chef de la diplomatie israélienne, Tzipi Livni. "Le gouvernement israélien et la Knesset n’ont jamais adopté Annapolis", a-t-il martelé.

    C’est la diplomatie de la canonnière ! ... ou un gros poisson ?

  • permalien Jeff :
    7 juin 2009 @18h27   « »
    Help Doctors à Gaza

    Interview de Régis Garrigue, président de l’association Help Doctors, retourné à Gaza récemment (par Siné Hebdo n°39). Extraits :

    SH : A-t-on eu confirmation de l’utilisation de bombes à phosphore blanc par Tsahal ?

    RG : (...) Nous avons soigné quelques blessés au phosphore. Leurs brûlures sont profondes, la peau est creusée. Par ailleurs, la question de l’apparition de cancers est posée, tant par exposition directe, cutanée, que par inhalation des vapeurs toxiques. On sait peu de choses, puisqu’il n’y a toujours pas d’enquête internationale. Enfin, demeurent des interrogations sur la possibilité de pollution des sols. En ce moment, c’est la saison des fraises à Gaza et les gens n’en achètent pas, de peur qu’elles soient contaminées...

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @18h46   « »

    Sacré Paul Salem ! Le voila qui se représente comme une “voix libanaise indépendante” et qu’il nous ressert la même grosse ficelle du 1/3 bloquant “en comptant les voix du Président” en cas de victoire du camp du 14.

    Paul Salem sait parfaitement pourtant que la même proposition avait été catégoriquement refusée par le camp du 8 dans la période péri-“coup d’état” du Hezbollah de Mai 2008. Et il sait pertinemment qu’après l’alliance de facto du Président avec le camp du 14 mars dans la circonscription de Jbeil, le refus serait encore plus catégorique.

    Il pousse son “indépendance” jusqu’à accuser d’avance Michel Aoun de l’éventuel prochain refus du camp du 8 en lui prêtant les motivations les plus puériles.

  • permalien Béatrice :
    7 juin 2009 @18h47   « »
    Erreur Orange rouge

    Même si elle n’est pas "profonde et grossière", elle est néanmoins regrettable et révélatrice.

    « Il est possible qu’il y ait des doubles nationaux »

    C’est absolument impossible : la nationalité israélienne n’existe pas !

    Vous faites là une erreur classique

    Et il en est bien d’autres dans le folklore sioniste soit dont les néga-sionsites sont à l’origine soit fait par r des défenseurs bien intentionnés des Palestiniens.

    Avec des mots pesés, on évite les maux pesants

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @19h11   « »

    une bille : 7 juin @17h08 : "Aux manifs contre plomb durci il y avait aussi des juifs, des catholiques des protestants, des athées, des Bretons des Strasbourgeois, des Lyonnais, on y a même aperçu quelques français."

    Les Français... vous voulez dire des "souchiens"... :-)

    Quoi qu’il en soit, à Bruxelles, les plus excités, ceux qui brandissaient les drapeaux du Hezbollah, qui arboraient des calicots comparant Israël et les nazis, Gaza et Auschwitz (excusez du peu !), c’était bien de jeunes Belges d’origine marocaine. Appelez-vous ça aussi un réflexe tribal ?

    Apparemment, on peut allègrement accuser les juifs ou des juifs français de constituer une sorte de cinquième colonne au profit d’Israël mais lorsque je me permets de faire une petite allusion aux Français ou Belges d’origine maghrébine s’identifiant au Hamas et au Hezbollah, on m’accuse aussitôt de réveiller les "vieux démons".

    Deux poids, deux mesures...

  • permalien une bille :
    7 juin 2009 @19h38   « »

    @Nathan, on connaissait les Untermenschen, not’Nathan nous invente les "souchiens". Pourquoi pas, après toutout.

    Depuis le 17 octobre 1961, les gens qui veulent empêcher les maghrébins de manifester sont plutôt vus de travers, dans mon pays (la France).

    Si le fait qu’une partie de la population française manifeste, vous gène, ne participez pas vous-même à ces manifestations, et vous verrez tout ira mieux.

    Je suppose que vous avez débusqué dans ces manifestations des belges d’origine marocaine, au fait qu’ils avaient mis des frites dans leur turban, mais qui vous dit que ce n’étaient pas des palestiniens déguisés en Belges-Marocains, rien que pour vous faire bisquer, vous, Nathan ?

  • permalien Paul Haimiste :
    7 juin 2009 @20h05   « »
    Une ignorance nathanesque ?

    Rabin a été caricaturé en Hitler par des Israéliens juifs !

    Remrquez que le Général Rabin avait dit à ses soldats "Brisez-leur les bras et les jambes"

    Rien que pour çà, il n’aurait jamais dû être prix Nobel de la Paix

    Tout comme, pour d’autres raisons, ce mythomane d’Elie Wiesel

    Dans certain cas les Prix Nobel, c’est comme la légion de déshonneur

  • permalien Murmure :
    7 juin 2009 @20h15   « »

    Suite au post d’Yvan Nétanyahou va répondre à Obama.

    Sera-t-il influencé par les résultats d’un sondage national dont faisaient état vendredi les journaux israéliens ?

    Q : Nétanyahou doit-il avaliser les demandes d’Obama ou les rejeter même au prix de sanctions ?

    Avaliser — 56 %
    Ne pas avaliser — 40 %

    Q : Israël doit-elle accepter l’établissement d’un État palestinien comme partie prenante d’un accord de paix ?

    Accepter — 55 %
    Ne pas accepter — 41 %

    Q : Israël doit-elle geler la construction des colonies ?

    Oui — 52 %
    Non — 43 %

    Q : Le taux de naissance dans les colonies doit-il être pris en compte et, dans ce cas, permettre la construction au motif de la croissance naturelle ?

    Pour ce que çà vaut un sondage !

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @20h34   « »

    La réponse à la dernière question du sondage israélien a sauté chez Hétu et se retrouve chez Gilles Paris :

    Q : Le taux de naissance dans les colonies doit-il être pris en compte et, dans ce cas, permettre la construction au motif de la croissance naturelle ?

    R : OUI : 54%, Non : 42%.

    “Croissance naturelle” (les branchés disent “vie normale” maintenant) sur une étendue sans limites définies rappelons-le...

  • permalien gongoro :
    7 juin 2009 @20h39   « »

    Voici pourquoi il n’est pas inutile de séparer la gesticulation - avec son formidable pouvoir de méduser - du reste : dans le meme temps à Ankara l’Iran signait avec le pakistan un accord pour la construction d’un gazoduc de 800klms qui sera vite paraphé par le partenaire indien !
    qui dit mieux !
    Alors ?
    chacun sa communauté économique ?

  • permalien Murmure :
    7 juin 2009 @20h53   « »

    K. Et Shimon Peres dit qu’il ont besoin de plus de jardins d’enfants et je ne sais plus qui, j’ai oublié... : “Ils ne sont pas assez intelligents pour bâtir en hauteur.”

  • permalien
    7 juin 2009 @21h16   « »

    Quelqu’un des internautes aurait-il déjà des estimations sur le vote libanais ?

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @21h21   « »

    une bille, il faut vous informer de temps à autre...

    Pour votre gouverne, le terme injurieux de "souchien" n’est pas de moi mais de Houria Bouteldja, "l’indigène de la république". C’est aisi qu’elle qualifie les Français de souche. Sympathique n’est-ce pas ? Donc, vos histoires de über- ou de untermenschen, vous les adressez à elle.

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @21h28   « »

    Quant aux Belges d’origine marocaine, non je ne les ai pas reconnus aux frites dans leur turban mais n’importe quel Belge sait qu’il existe une grande communauté d’origine marocaine vivant à Bruxelles. Par ailleurs, il est difficile d’ignorer le très grand nombre de filles voilées dans les manifs et l’on remarque assez vite qu’il ne s’agit pas de bonnes soeurs de l’ordre des Carmélites.

  • permalien une bille :
    7 juin 2009 @21h50   « »

    « n’est pas de moi mais de Houria Bouteldja, "l’indigène de la république". »

    le troll court après sa queue Nathan... plouf !

  • permalien une bille :
    7 juin 2009 @21h58   « »

    Mais vous êtes complice Nathan !

    Vous avez identifié des Marocains dans des manifs, en qualité de "n’importe quel Belge", et personne ne les arrête ! Quelle horreur ! Vous ne avez donc pas dénoncés ?

    Si on me demande, je ne vous connais pas !

  • permalien
    7 juin 2009 @22h25   « »

    Paul Haimiste :
    7 juin @20h05 «  »
    Une ignorance nathanesque ?

    Rabin a été caricaturé en Hitler par des Israéliens juifs !

    Remrquez que le Général Rabin avait dit à ses soldats "Brisez-leur les bras et les jambes"

    Rien que pour çà, il n’aurait jamais dû être prix Nobel de la Paix

    Tout comme, pour d’autres raisons, ce mythomane d’Elie Wiesel

    Dans certain cas les Prix Nobel, c’est comme la légion de déshonneur

    Elie Wiesel est un narrateur de la Shoa, de l’enfer, duquel il est revenu vivant.

    Seriez-vous négationniste, ce site est-il négationniste ?

  • permalien
    7 juin 2009 @22h28   « »

    permalien une bille :
    7 juin @19h38 «  »

    @Nathan, (...)

    Depuis le 17 octobre 1961, les gens qui veulent empêcher les maghrébins de manifester sont plutôt vus de travers, dans mon pays (la France).

    mal vu par qui ? nous ne devons pas habiter dans le même pays (la France).

  • permalien Nathan :
    7 juin 2009 @22h32   « »

    Vous essayez de noyer le poisson.

    Je ne m’en prenais pas du tout au fait que des Belges d’origine marocaine aient participé aux manifs en faveur des Palestiniens de Gaza, ce que je comprends parfaitement, mais au fait qu’un grand nombre d’entre-eux déployaient des banderoles en faveur du Hamas, du Hezbollah, arboraient des portraits géants de Nasrallah et scandaient des slogans en leur faveur. A ceux qui accusent les juifs français ou belges d’être un peu trop attachés à Israël, je réponds qu’ils ne sont pas seuls à faire preuve d’un "réflexe tribal", et encore, les juifs ont l’excuse d’avoir un lien réel, souvent familial avec Israël alors que le lien des Belges d’origine marocaine avec le Hamas ou le Hezbollah est totalement factice.

  • permalien
    7 juin 2009 @22h37   « »

    Parti antisioniste, 1,3% des suffrages - cette nullitude ne sera pas remboursée de ses frais. Mais il n ’est pas interdit aux admirateurs de se cotiser, bien entendu.

  • permalien Yann :
    7 juin 2009 @22h51   « »
    Elections libanaises en direct

    FPM polling page

    "Jbeil Results : Change and Reform block wins all seats in Jbeil (OTV)"

  • permalien Yann :
    7 juin 2009 @22h54   « »
    Possible victoire du 14 mars

    Qifa Nabki :

    "11:45PM — LBC is reporting what could amount to two major upsets in Zahle and Koura : 7-0 and 3-0, respectively, in favor of March 14. We will have to wait for final numbers, but if these results hold, then we could well be heading for a March 14 victory in these parliamentary elections."

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @22h56   « »

    @ 7 juin @21h16

    le ministre de l’intérieur Ziad Baroud a promis de donner les résultats définitifs d’ici 1 heure et demi environ.

    Vous pouvez avoir des estimations en français, pas toujours très claires pour un étranger, sur ce site.

  • permalien Murmure :
    7 juin 2009 @23h05   « »

    Nathan

    que le lien des Belges d’origine marocaine avec le Hamas ou le Hezbollah est totalement factice.

    Cela s’appelle le monde musulman.

  • permalien une bille :
    7 juin 2009 @23h37   « »

    7 juin @22h28 : « mal vu par qui ? nous ne devons pas habiter dans le même pays (la France). »

    La réponse est évidente, mal vu des Français qui n’ont pas pour habitude de balancer leurs compatriotes dans la Seine.

    Ceux qui aiment tuer les gens voient la nuit des ratonnades plutôt d’un œil bienveillant, mais il ne sont pas la majorité... enfin, je pense... pas vous courageux 7 juin @22h28 ?

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @23h48   « »

    Victoire à priori écrasante du 14 mars (70 versus 58).

  • permalien Yann :
    7 juin 2009 @23h49   « »
    Les jeux sont faits : 14 mars vainqueur

    Qifa Nabki :

    "12:30 PM — LBC is confirming roughly 68 seats for the majority."

  • permalien K. :
    7 juin 2009 @23h51   « »

    Une source éminente du Hezbollah affirme à Reuters : nous avons perdu les élections et nous acceptons ce résultat.

    http://elnashra.com/news2-2-299879.html

  • permalien BRIGITTE :
    8 juin 2009 @05h28   « »

    ENFIN LE LIBAN DANS LA BONNE VOIE, FELICITATIONS POUR EL HARIRI ET QUE DIEU LE PROTEGE.

  • permalien Nathan :
    8 juin 2009 @08h32   « »

    Apparemment, le Hezbollah a perdu les élections. C’est une bonne nouvelle pour le Liban. Cela dit ne nous faisons pas d’illusions. Avec sa milice armée jusqu’aux dents, le Hezbollah reste un Etat dans l’Etat. Si d’aventure, Israël attaquait les installations nucléaires iraniennes, le Hezbollah ne manquera pas de riposter sur Israël et il entraînera le Liban dans une guerre que l’immense majorité des Libanais ne souhaite pas.

    Autre bonne nouvelle, Dieudonné et ses branquignols antisémites ont mordu la poussière. Ouste, du balai !...

  • permalien
    8 juin 2009 @08h57   « »

    pendant trois ans la dream team aoun-berry-nasrallah a empêché le liban de vivre "normalement", occupé puis attaqué beyrouth... et pourquoi ?
    parce que le gouvernement prooccidental et même proisraélien était illégitime et avait volé les élections. L’argument vient de tomber.

    Alors maintenant que vont-ils inventer ?

    Ce qu’il y a de désespérant c’est que cette victoire politique c’est le status quo. donc c’est reparti pour le tiers de blocage, nouvelle règle libanaise, pour les armes de la soi-disant "résistance", pour le dialogue national...

    Le hezbollah va peut-être nous rejouer une petite guerre avec son ennemi préféré, histoire de ramener le débat sur son terrain. les bons amis syriens vont-ils reprendre leurs bons vieux attentats pour faire de la majorité une minorité ?

    Enfin petite consolation oui en effet Beyrouth n’a pas oublié ; je dirais même s’est souvenu de la journée glorieuse du 7 mai 2008. On respire donc un peu mieux ce matin dans cette belle ville.

    Quant au Kesrouan, les maronites devraient demander le séparatisme avec aoun pour chef ; pendant toute la guerre civile, les habitants de kaslik à safra ont su avec une régularité exceptionnelle choisir le pire : gemayel puis aoun et aujourd’hui nasrallah. Enfin le pire pour les autres. car comme le disent les bons militants de aoun, les chiites de toute manière ils vivent entre eux à dakhieh... et puis le siège de beyrouth c’était fun à maammeltein et la guerre de 2006 c’était chouette à la télé et à l’aquamarina.

    bah rien de nouveau au fond.

  • permalien Tête d’épingle :
  • permalien
    8 juin 2009 @10h41   « »

    tête d’épingle c’est un surnom ou votre vrai nom ?

    mais dites-moi et si l’opposition avait remporté les élections... quelles auraient été leurs réactions (et la vôtre) ?

    Bien sûr que Fisk a raison et que le système électoral est pourri. Le problème c’est que cette fois-ci tout le monde en était responsable. Et donc l’actuelle majorité a gagné. Et pour une raison très simple, c’est qu’une majorité des électeurs libanais ne veulent pas d’un Etat hezbollah.

    Mais soyez rassuré ça ne changera pas grand chose : les armes sauront s’il le faut rappeler à tous les Libanais que le hezbollah est intouchable. Manquerait plus que ce soit la police et l’armée libanaises qui fassent régner la loi à dakhieh...

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @10h44   « »

    William Pfaff :

    Si Obama devait appliquer les éléments de son discours de bonnes choses en sortiront.

  • permalien Tête d’épingle :
    8 juin 2009 @10h52   « »

    Tête d’épingle c’est ce qu’on appelle de l’ironie. Et bien entendu, le refus d’un extreme ne signifie pas qu’on en soutient un autre.

    En fait, je considère que cette victoire est plutôt une bonne nouvelle, ca nous empechera une énième guerre dans une région qui n’en a pas besoin. Et le Liban n’est pas mon pays, alors de toute façon mes préférences, on s’en moque.

    Mais si les gus ici connaissent vraiment le résultat des élections, ils devraient arrêter de transformer la réalité ou de raconter que le Hezbollah veut transformer la région à son image, ça vaut mieux pour eux. Enfin, jetez à coup d’oeil aux déclarations sur Al Manar : ils réclament toujours la victoire dans le Sud en prenant l’argument des bastions. Si c’est le discours de défaite, j’aurais du mal à imaginer celui de victoire. C’est pas vraiment mieux.

    Et vous vous attendez à quoi ? Qu’ils aillent voiler les femmes et brûler les juifs ? Ou c’est ce que vous désirez, mon cher ? Parce que les voileurs crameurs de quelques kilometres à droite sont ravis de la défaite du Hezbollah.

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @11h11   « »

    Prof. Dror Ze’evi, (the Department for Middle Eastern Studies, Ben-Gurion University) devrait être très déçu. Il souhaitait la victoire du Hezbollah pour pouvoir bombarder “en toute légalité” les batiments officiels du Liban. Le palais présidentiel, dieu seul sait pourquoi, lui semblait une cible délectable.

  • permalien Ana :
    8 juin 2009 @11h13   « »

    Victoire importante de BDS - Veolia abandonne le tramway de Jérusalem.

  • permalien Ph. Arnaud :
    8 juin 2009 @11h18   « »

    A Nathan

    Vous illustrez magnifiquement la novlangue employée par tous les journalistes de tous les médias dominants. Lorsqu’on écrit « Hezbollah » ou « Hamas », ne jamais oublier de mentionner, comme épithète ou attribut, « soutenu par la Syrie et par l’Iran ».

    En revanche, lorsqu’on évoque les gouvernements libanais de droite ou pro-occidentaux, ou soutenus par l’Arabie saoudite, ne jamais dire – au grand jamais ! – « soutenus par les Etats-Unis ». Ne jamais mentionner l’intervention militaire de 1958. Ni celle de 1982-1984. Ne jamais dire qu’entre les Etats-Unis, d’une part, et la Syrie et l’Iran, d’autre part, le rapport de forces est au moins de 1000 contre 1, pour ne pas suggérer qu’il existe un déséquilibre inverse de celui qu’insinuent les médias bien pensants…

    Ne jamais dire, surtout, que le Hezbollah n’existait pas avant la guerre de 1982. Ne pas dire que les chiites libanais s’étaient réjouis de l’intervention israélienne. Ne surtout pas dire qu’ils ont été à l’origine de l’un des deux échecs militaires humiliants de l’armée israélienne, la guérilla tenace guérilla qu’ils ont menée pour expulser les Israéliens du Liban Sud (l’autre étant la guerre de 2006). Ne surtout pas dire que la « glorieuse armée » israélienne est repartie la queue entre les jambes.

    Ne pas dire non plus que les collaborateurs de l’ALS (Armée du Liban Sud), qui servaient de supplétifs aux Israéliens n’ont pratiquement pas été victimes de mauvais traitements (ni lynchages ni exécutions sommaires) mais remis à la justice libanaise. En bref, présenter le Hezbollah comme le déguisement de brigades internationales iraniennes sans foi ni loi…

  • permalien Paul Haimiste :
    8 juin 2009 @12h01   « »
    Négationniste ?

    Suis-je en train de confondre ? C’est Marek Halter ou Elie Wiesel qui ne « connaissait » pas sa date de naissance, c’est à dire en donnait deux différentes dans deux auto- biographies ?

    On a le droit de ne pas aimer Elie Wiesel après avoir lu un article éclairant sur lui ?

    Le révisionnisme est parfois un ardent devoir, le négationnisme une triste ânerie

    Affirmer que tous les révisionnistes sont des négationnistes qui se cachent ou s’ignorent est un classique néga-sioniste et une super-ânerie de chez Super-ânerie

    Mais c’est un magasin très bien achalandé dans le rayon "néga-sionisme", mille fois hélas pour les patriotes palestiniens.

    En particulier les victimes quotidiennes des mercenaires du Général Dayton

  • permalien Fernand :
    8 juin 2009 @12h28   « »

    A propos du discours de M. Obama, voici les réflexions de Caroline Fourest parues dans le Monde du 5 juin. Il est vrai que les monothéismes modernes sont soumis à une espèce de loi de la gravitation qui les porte vers le fanatisme. Quand je pense qu’avec Voltaire et les autres on avait presque réussi à calmer les chrétiens...

  • permalien Yann :
    8 juin 2009 @12h31   « »

    Ah ! Enfin Ph. Arnaud !

    Amicalement,

  • permalien Nathan :
    8 juin 2009 @12h34   « »

    Ph Arnaud, Tête d’épingle est également satisfait de la défaite du Hezbollah (on peut encore ?) mais lui, vous ne l’accusez pas d’user de la novlangue. Sans doute qu’avec mon pseudo, j’ai la tête de l’emploi. Et pour ma part, c’est user d’une autre novlangue que de prétendre que le Hezbollah n’est pas soutenu financièrement, militairement et idéologiquement par l’Iran.

    De toutes façons, j’ai compris cinq sur cinq votre vision du monde. Il y a la "terre musulmane" imposée une fois pour toutes par une sorte de décret divin (encore que les conquêtes y soient pour quelque chose) et tous les intrus occidentaux qui ont le malheur de s’y trouver doivent soit déguerpir soit faire humblement amende honorable.

    Faire amende honorable, c’est par exemple, pour les juifs israéliens de se dépouiller de leurs oripeaux occidentaux, de renoncer à leur culture, leur industrie, leur technologie, leur acquis et d’accepter humblement le sort des minorités sur cette terre, lequel n’a jamais été de tout repos.

    Je pensais à ça l’autre jour en tombant par hasard sur un article du New York Times mentionnant la percée d’une petite startup israélienne dans le domaine de l’informatique et plus particulièrement des écrans tactiles, laquelle est en train de changer notre rapport aux ordinateurs. Je passe sur le fait que cette pousse est composée d’ingénieurs ayant fait leurs études à Stanford, que cette petite boîte à signé un contrat avec Microsoft ou qu’elle a des bureaux en Inde et en Chine, toutes choses dont vous vous fichez royalement (je note cependant que vous utilisez un ordinateur et que vous ne mésestimez pas Internet).

    Je me demande ce que ces gens sont censés devenir dans le cadre de votre vision du monde. Doivent-ils renoncer à ce qu’ils sont, ce qu’ils font ? Et pour faire quoi ? Je n’ai toujours pas compris...

  • permalien une Bille :
    8 juin 2009 @12h42   « »
    Quelques réactions au discours d’Obama au Caire ?

    "Au début était l’action puis vint le verbe", Netanyahu est-il en train de revisiter le Genèse ?

    Alors que les choffars claironnaient hier dimanche, sur les remparts de Tel Aviv une importante communication où le 1er ministre israélien révèlerait au monde haletant ses "projets diplomatiques de paix au cours d’un discours de paix

    et de sécurité"

    Accrochage meurtrier dans la bande de Gaza

    ... la routine quoi !

  • permalien une Bille :
    8 juin 2009 @12h58   « »
    Quelques réactions étonnantes au discours d’Obama au Caire

    « Autre bonne nouvelle, Dieudonné et ses branquignols antisémites ont mordu la poussière. Ouste, du balai !... »

    C’est la catastrophe, la France ne serait plus antisémite, le stock d’appartements invendus va augmenter dans les implantations, les arabes vont tout racheter.

    D’une manière étonnante, dans un temps où l’Islam tente de conquérir la planète, nous assistons aujourd’hui à l’aggravation d’une détestation d’Israël, sous les pressions internationales. Israël représente une gêne pour tout le monde... Il semble si important pour le Président Obama d’empêcher les Israéliens de construire des maisons en Judée-Samarie alors que le monde est menacé d’un cataclysme nucléaire par la Corée du Nord et l’Iran...

  • permalien Ph. Arnaud :
    8 juin 2009 @14h03   « »

    A Nathan

    Que vient faire votre pseudo avec la novlangue ? Que le Hezbollah soit soutenu par l’Iran, qu’est-ce que cela fait ? Je vous signale que c’est le même ragot qu’on entendait, jadis, à l’encontre du parti communiste (soutenu, financièrement et idéologiquement par l’URSS). Et alors, qu’est-ce que ça faisait ? En quoi cela empêchait-il le P.C. d’être enraciné dans la société française, comptant de très nombreux élus, peuplé d’adhérents qui n’avaient en vue que la justice sociale, qui étaient d’un dévouement et d’un militantisme à toute épreuve (ce que leur reconnaissaient même leurs adversaires), et parti promoteur de nombre d’avancées sociales ?

    Qu’est-ce qui empêche le Hezbollah d’être peuplé d’abord de Libanais, enraciné parmi les Libanais, fondé par des Libanais ? Et autre chose qu’une marionnette de l’Iran ? Et qu’est-ce qui empêche la partie adverse d’être soutenue par un parrain mille fois plus fort ? Vous n’avez ni le sens des rapports de force, ni celui des proportions…

    Où ai-je parlé d’amende honorable ? Comme d’habitude, vous m’inventez des propos pour les besoins de votre cause. J’ai dit que les juifs ont toute leur place là où ils se trouvent (comme les chrétiens irakiens, d’une ancienneté bien plus grande que leurs compatriotes musulmans, ont toute leur place en Irak). Mais comme juifs ! Pas comme Occidentaux…

    La question de la délimitation des aires entre Occident et Islam autour du bassin méditerranéen a été tranchée dès les croisades, par l’expulsion définitive de la prothèse occidentale qui s’y était incrustée. Elle a aussi été réglée, au XXe siècle, par les longues luttes de décolonisation, l’indépendance des pays du Maghreb, la lutte du peuple algérien et la nationalisation du canal de Suez. Pourquoi voudriez-vous que les Arabes considèrent l’entreprise israélienne autrement que comme une intrusion, une colonisation effectuée au rebours du sens de l’Histoire ?

    Et cessez de présenter les Israéliens comme une minuscule poignée de gens vaillants, intelligents et vertueux face à une marée de fanatiques, ignorants, méchants et paresseux. Le rapport des forces est tout l’inverse : Israël est la partie émergée d’un énorme iceberg, lestée par la monstrueuse masse immergée de l’Occident tout entier. Les Arabes, à côté, ne sont qu’un tout petit rafiot…

  • permalien Ph. Arnaud :
    8 juin 2009 @14h44   « »

    Merci Yvan, cordialement aussi...

  • permalien Murmure :
    8 juin 2009 @14h46   « »

    Suite aux différentes élections. Une évidence est entrain de se dessiner par petit bout, si on les collait ensemble cela donnerai :

    Une Amérique plus mature et circonspecte dans sa gestion des dossiers brûlant.

    Une Europe de plus en plus à droite et le plus souvent à l’extrême.

    Un Moyen-Orient lénifié imperceptiblement de plus en plus, aspirant à la paix, et à une souveraineté indéniable.

    Bien sûr abstraction faite du pays occidental au Moyen-Orient qu’est Israël.

    Je connais très peu la politique interne de ce joyau qu’est le Liban, mais j’emet un vœux pieux : Dépasser les clivages et aplanir les dissidences afin de travailler en bonne intelligence.

    L’Iran est peut être sur le même chemin avec un Mousavi ou un Karoubi .

    Finalement les extrémistes fanatique ne sont pas là ou en pense qu’il sont. Ces multiples élections ont démontré d’une manière irréfragable les chroniques scandaleuse véhiculés sans cesse par les médias occidentaux.

    En attendant :

    L’effet Obama

    Dans un autre genre, les États-Unis et l’Iran tentent de se rapprocher. Après 30 ans de rupture diplomatique, l’élection de Barack Obama a amorcé une reprise de dialogue. Et, comme souvent, le sport sert d’exemple. Le week-end dernier, la Fédération iranienne et états-unienne de football se sont mises d’accord pour organiser deux matches amicaux. Le premier match aura lieu à Téhéran le 10 octobre prochain, tandis que la seconde manche se déroulera un mois plus tard, le 14 novembre

    @ Une bille, comment avez vous pu aller au delà du 1er paragraphe de l’article posté à 12h58 ? Je n’ai pas pu.

  • permalien Orangerouge :
    8 juin 2009 @14h46   « »
    Chomsky : les omissions éloquentes du discours d’Obama au Caire

    Traduction de l’article de Noam Chomsky sur le site : http://blog.emceebeulogue.fr/post/2...
    Extraits :

    ……Si on ne s’en tient qu’à ce qu’il a dit au sujet d’Israël et de la Palestine (il n’y avait rien d’essentiel sur tout le reste), Obama a appelé les Arabes et les Israéliens, à ne pas se "montrer du doigt" ou "à ne pas considérer ce conflit sous un seul angle". Il y a pourtant un troisième angle, celui des Etats-Unis, qui ont joué un rôle décisif en soutenant le conflit actuel. Obama n’a donné aucune indication que leur rôle devait changer.

    Ceux qui connaissent bien cette histoire en concluront rationnellement alors qu’Obama poursuivra sur la voie du réjectionisme unilatéral US.

    Une fois de plus, Obama a fait l’éloge de l’Initiative de Paix arabe, …… Obama et ses conseillers sont sûrement conscients que cette initiative ne fait que reprendre l’ancien accord international qui appelait à la création de deux états indépendants avec les frontières définies par la communauté internationale (donc d’avant juin 1967), …. jusqu’à ce qu’il rompe brutalement dans les années 70 avec l’opinion internationale.

    C’est-à-dire quand les Etats-Unis avaient opposé leur veto à une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU ….

    Obama a appelé les états arabes à poursuivre la normalisation, en ignorant soigneusement, cependant, les accords politiques cruciaux qui la conditionnent. Cette initiative ne peut pas être un "point de départ" si les Etats-Unis continuent d’en refuser les principes essentiels, voire de les reconnaître.
    ….
    La position la plus ferme jusqu’à présent de l’administration Obama, c’est qu’Israël devait se conformer à la Phase I de la Feuille de Route de 2003 , qui stipule : "Le gouvernement d’Israël gèle toute activité de colonisation (même lorsqu’il s’agit de l’expansion naturelle des colonies)".

    Toutes les parties affirment accepter cette feuille de Route en fermant toutefois les yeux sur le fait qu’Israël avait immédiatement fait ajouter 14 réserves qui la rendent caduque.

    Ce qui a été négligé dans le débat sur les colonies, c’est que même si Israël devait accepter la Phase I de la Feuille de Route, cela laisserait en place l’ensemble du projet de colonisation qui a déjà été développé, grâce au soutien décisif des Etats-Unis, et qui permet de s’assurer qu’Israël récupèrera bien les terrains précieux qui ont été enclavés par le "mur de séparation" illégal (y compris les ressources en eau de la région), ainsi que la vallée du Jourdain, ce qui engloberait tout le reste, fragmenté en cantons constitués de colonies et d’infrastructures qui s’étendent loin vers l’est.

  • permalien Orangerouge :
    8 juin 2009 @14h48   « »
    Chomsky : les omissions éloquentes du discours d’Obama suite

    Ce dont il n’a pas été question non plus, c’est qu’Israël est en train de s’approprier le Grand Jérusalem….

    Ce qui n’a pas été dit non plus, c’est que tout cela se fait en violation des conventions internationales, telles qu’elles avaient été acceptées par le gouvernement d’Israël après la conquête de 1967, et réaffirmées par les résolutions du Conseil de Sécurité et de la Cour Internationale de Justice.
    ……
    Il est également bon de se rappeler que l’administration Bush est allée plus loin que les discours dans ses critiques contre les projets de colonies illégales d’Israël, à savoir, en refusant de leur apporter un soutien financier.

    En revanche, selon le New York Times (Helene Cooper, 1 juin), les hauts responsables du gouvernement d’Obama ont déclaré que de telles mesures n"’étaient pas à l’ordre du jour" et que les pressions sur Israël pour qu’il se conforme à la Feuille de Route seront "largement symboliques".

    Traduction intégrale du texte : http://blog.emceebeulogue.fr/post/2...

  • permalien BRIGITTE :
    8 juin 2009 @14h54   « »

    Ph,Arnaud :"que le hezbollah soit soutenu par l’Iran,qu’est-ce-que cela fait ? "
    Voila ce que cela se fait :
    Ma moitie de famille(le reste a ete tuee par ces terroristes,oui terriristes !ce mot que vous n’osiez meme pas dire, parce-que vous n’habitez pas le Liban en tant que citoyen chretien)et moi, sommes exiles pas de notre propre gres,helas !
    Tout le parti terroriste du hezbollah est la marrionette de l’Iran. En France le parti communiste, n’a jamais nui aux citoyens francais, peu importe leurs religions.
    a mon avis, quand on ne comprend rien du probleme libanais, mieux vaut s’en abstenir.

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @15h08   « »

    Si la “moité de famille” est morte en tant que “supplétifs” (collabos quoi..) de l’armée israélienne au Liban-Sud avant 2000, il fallait malheureusement s’y attendre... (En 2000 comme signalé par Ph. Arnaud les “supplétifs” ont été remis à l’armée, les plus hauts gradés ayant fui en Israel).

    Sinon des détails sur les circonstances de la tuerie seraient bienvenus.

  • permalien Ph. Arnaud :
    8 juin 2009 @15h23   « »

    A Brigitte

    Que des membres de votre famille aient été tués, j’y compatis sincèrement. Mais nombre de Libanais ont été tués par les chrétiens de toute obédience ou par les sunnites. Tout le monde peut donc dire la même chose que vous d’un ou de plusieurs partis opposés.

  • permalien Emy NONA :
    8 juin 2009 @15h38   « »
    La feuille de route

    On nous ressort la feuille de route

    Les Palestiniens de base, où qu’ils soient, pas les collabos d’une pseudo-autorité sans président légitime (depuis le 9 janvier) attachée à ses avantages matériels, ont-ils étaient consultés ?

    Est-il expressément prévu de les consulter par un référendum clair non biaisé ?

  • permalien Nathan :
    8 juin 2009 @16h16   « »

    Eh oui, c’est comme ça Brigitte... Vous êtes chrétienne du Liban et K. et les autres sont pro-Hezbollah... de Paris. C’est de Paris, France, qu’ils peuvent se permettre de dire que le Hezbollah n’est pas inféodé à l’Iran. Sur place, c’est moins sûr... Mais de Paris, tout s’éclaire... Vous voyez Brigitte, il faut avoir un peu de recul, comme eux, pour comprendre où se trouve la vérité. Vous vivez au Liban, vous êtes trop proche des événements pour garder la tête froide. Il faut venir ici en Europe pour avoir une vision dépassionnée et juste de la situation que vous vivez là-bas. Comprenez-vous ?...

  • permalien Nathan :
    8 juin 2009 @16h25   « »

    Ph. Arnaud, votre comparaison avec les communistes français et l’URSS est pour le moins malheureuse. Le PCF a été sous tutelle stalinienne jusqu’à la mort de Staline et à part l’une ou l’autre petite ruade de circonstance, il a suivi la ligne du PC soviétique jusqu’à la chute du mur de Berlin. Il a même applaudi à l’invasion soviétique en terre musulmane afghane, n’est-ce pas ? Thorez et Duclos étaient aux ordres du Komintern, le PCF a dû avaler la grosse couleuvre du Pacte Molotov-Ribbentrop (lire Nizan à ce sujet) et hormis certains communistes courageux comme ceux de la bande FTP-MOI, les communistes ont attendu sagement l’invasion de l’URSS pour entrer en résistance. Je ne parle pas des électeurs, des sympathisants ou des compagnons de route, mais la nomenklatura du PCF était aux bottes d’une puissance étrangère comme l’est sans doute celle du Hezbollah au Liban.

  • permalien yasmina :
    8 juin 2009 @16h51   « »

    la nomenklatura du PCF était aux bottes d’une puissance
    étrangère comme l’est sans doute celle du Hezbollah au Liban.

    est ce que les catholiques dans le monde entier sont aux bottes du Vatican politiquement parlant ? S’il ya allégeance , elle ne peut etre que spirituelle.

    ensuite, Avez vous jamais entendu qui que soit au hizb reclamer une exigence iranienne ou faire un lien avec l’Iran ? Ce sont des Libanais qui défendent leur cause à eux, bien libanaises Il veulent construire un Liban fort qu’aucune soldatesque ne penetrera à sa guise comme dans un moulin.. Que des Iraniens soient leur alliés et veulent bien les aider c’est légitime et c’est leur droit d’accepter leur aide. Ou est le mal ? Leur ennemi se fait bien aidé par les USA et vous trouvez ça normal !

  • permalien Sakhra :
    8 juin 2009 @17h12   « »

    Ph Arnaud,heureuse de vous lire !

    "Le Problème n’est ni l’Iran, ni le Hezbollah"

    Georges Corm, un Libanais chrétien, qui connait donc son pays, et un ancien ministre de ce pays a déclaré à un journal algérien,( El Watan du 7juin )la veille des élections libanaises :

    "La victoire militaire du Hezbollah en 2006 contre l’armée israélienne a été un évènement historique majeur dans la région.Depuis cette date, il ne s’agit plus que de décrébiliser cette Résistance victorieuse et de lui faire payer le prix d’une telle atteinte de lèse-majesté de l’Etat d’Israel.Il faut aussi porter atteinte au prestige
    du Courant patriotique libre du général Aoun, dontl’alliance avec le Hezbollah, dès avant la guerre de 2006, a assuré la solidité du front interne et conforté la légitimité du Hezbollah,lors de la confrontation avec l’armée israelienne....

    La campagne électorale du courant Hariri et ses alliés a été largement faite par l’étranger ;Des accusations contre le Hezbollah en Egypte, en Allemagne, en Azerbaidjan, aux visites de dirigeants occidentaux dont le vice-président américain et ses menaces à peine voilées, au nombre invraisemblable d’observateurs venus surveiller le scrutin.Sans parler du déchainement contre le général Aoun et des prises de position du patriarche maronite en faveur du 14 mars.Il s’agit d’angoisser et d’effrayer les électeurs et de donner l’impression qu’une victoire de l’opposition serait une catastrophe pour le Liban..En arrière plan, la possibilité d’une répétition d’un scénario des élections palestiniennes de fin 2006 où la victoire du Hamas a entraîné un blocus et un état de guerre civile..."

    Après avoir rappelé les problèmes économiques et sociaux du Liban aujourd’hui:50% de la population vivent sous le , seuil de la pauvreté, dette extérieure en constante augmentation,Corm précise que c’est" le résultat de 17 ans de règne du Haririsme"...

    Il termine : "Le problème n’est ni l’Iran, ni le Hezbollah, mais le fait que depuis 17 ans,sous prétexte de reconstruction, le pays a été mis en coupe réglé au profit de groupes restreints de privilégiés soutenus par l’extérieur."

  • permalien
    8 juin 2009 @17h56   « »

    Tête d’épingle :
    8 juin @10h52 «  »

    Tête d’épingle c’est ce qu’on appelle de l’ironie.

    de l’ironie ? vous vous vantez, ma chère.

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @18h06   « »

    1- Je précise quand même, la plupart des anciens du blog sont au courant, que j’habite au Liban et, accessoirement, que Brigitte s’est présentée comme vivant à l’Etranger ...

    2- Qu’il n’est pas nécessaire d’être un résident du “pays des Cèdres” pour connaitre ses réalités, un journaliste étranger honnête et compétent en sait certainement infiniment plus sur le Liban que beaucoup de ses résidents, pour peu qu’il prenne la peine de venir faire des enquêtes sur place de temps en temps.

    3- Que les moins qualifiés pour parler du Liban sont justement ceux qui ont inlassablement parsemé ce blog de désinformations factuelles et historiques sur ce pays qu’ils soient ou non déja venu sur place...

  • permalien Nathan :
    8 juin 2009 @18h33   « »

    @K Etant relativement nouveau sur ce blog, j’ignorais que vous résidiez au Liban. Quoi qu’il en soit, je m’étonne que personne ne relève ici l’anomalie du Hezbollah dans le jeu démocratique et qui rend d’avance caduc le résultat des élections. En effet, ce parti dispose d’une milice para-militaire plus puissante que l’armée offcielle du pays. Cette hypothèque permanente fausse totalement le jeu et transforme tout exercice démocratique en semi-mascarade. On s’en est aperçu il y a quelques mois. Il lui a fallu pas plus de 24h pour occuper Beyrouth, comme il a suffit de 24h au Hamas pour prendre Gaza d’assaut. On nous dit, oui mais le Hezbollah est le dernier rempart susceptible de protéger le Liban contre une intervention étrangère, nommément israélienne. Sauf qu’on peut parfaitement retourner l’argument : s’il n’y avait pas la présence du Hezbollah armé jusqu’aux dents par l’Iran, dont les ambitions régionales sont clairement affichées, Israel se désintéresserait sans doute du Liban, un pays qu’il a déclaré ne pas vouloir occuper.

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @18h43   « »

    Deux commentaires intéressants dans la blogosphère sur le résultat des élections au Liban, tous deux ayant une relation avec Obama, le premier (un lecteur de Joshua landis) en faisant une conséquence de la rhétorique apaisante du président US (plutot que, ce qui à mon avis est défendable à défaut d’être certain, de retenir l’éventuel role qu’a pu joué le chantage de Biden sur l’électorat chrétien), le second (Juan Cole) espérant justement que les paroles apaisantes se traduisent en actes pour voir Obama modérer le camp du 14 mars pour éviter de voir le pays replonger dans le chaos ayant précédé les accords de Doha.

    L’“intuition” de Joshua Landis lui dit que les choses devraient bien se passer :

    Mon intuition est que toute tentative d’annulation des accords de Doha menace de ramener le Liban à la paralysie et aux jours sombres de l’ère pré-Doha et sera donc abandonnée. Il n’y a pas de volonté pour l’extrémisme aujourd’hui - pas plus à Washington, à Riyad ou à Damas ou Téhéran. L’ère Obama a changé les choses ...”

    Espérons...

  • permalien Edouard :
    8 juin 2009 @18h48   « »
    La réalité libanaise

    Combien de Français ont voté hier en connaissance de cause ?

    Combien de Libanais ont voté hier en connaissance de cause ?

    Quel est le pourcentage de Libanais électoralement non inféodés qui peuvent, par un vote réfléchi et libre, modifier les rapports de force, si seulement ils sont modifiables.

    Il faut cesser de croire que parce qu’une désignation ou une décision est le fruit d’un vote à plus de 50,0001 % de voix, elle est bonne pour l’intéret général

    Quoiqu’il en soit ce résultat est-il bon pour les Palestiniens, oui, j’écris bien les Palestiniens ? .

    Ceux du Liban d’abord ; ceux de toute la Palestine ensuite

    Merci

  • permalien Ph. Arnaud :
    8 juin 2009 @18h50   « »

    A Nathan

    Mon exemple du P.C. n’était pas malheureux mais délibéré. Que le P.C. ait suivi fidèlement la ligne de l’URSS n’a aucune importance : les adhésions et les dévouements qu’il a suscités se sont faites sur une base française, sociale, en fonction des situations locales françaises et des sentiments d’indignation que ressentaient ses électeurs, membres ou sympathisants à l’égard de l’exploitation capitaliste.

    Il n’y a pas plus de sens de dire que le P.C. ait obéi à Moscou que de dire que l’épiscopat français obéit au pape. Le catholicisme n’a pas besoin de Rome pour vivre sa vie en France. Et le Hezbollah n’a pas besoin « d’obéir » à l’Iran pour vivre sa vie au Liban. Le Hezbollah est for-mé de Libanais qui se trouvent, comme cela arrive souvent pour une fraction d’une population, de même religion qu’une population étrangère. En l’occurrence, il s’agit de l’Iran. Et alors ? Quelle importance ?

    Le Hezbollah est né au Liban par suite de l’occupation israélienne. Ce sont des Libanais qui ont lutté et ont pris des risques contre l’armée israélienne, pas des Iraniens ! Ce sont des Libanais qui ont porté de rudes coups aux Israéliens, parce qu’ils étaient sur leur terrain, un terrain de Libanais, pas d’Israéliens ! Et si l’Iran les aide, cela est parfaitement justifié : lorsque vous appelez la police parce qu’un malfaiteur a pénétré chez vous, acceptez-vous qu’on vous dise que vous êtes à la botte de la police ?

  • permalien Tête d’épingle :
    8 juin 2009 @18h53   « »

    Au 8 juin @17h56

    Lisez la suite de ma phrase. Dire que je ne suis pas stupide ne signifie pas forcément que je suis un génie.

  • permalien K. :
    8 juin 2009 @19h05   « »

    Juan Cole (extrait) :

    Bien que le Mouvement du 14 Mars tend à être appelé pro-occidental par notre presse, ces étiquettes n’ont pas beaucoup de sens dans la politique intérieure libanaise.

    Le 14 mars est constitué d’une section des Arabes sunnites, dirigée par Saad Hariri, qui est appuyée par l’Arabie saoudite et qui a vainement tenté de mettre au point sa propre milice avec des fonds saoudiens.

    Un autre élément est le groupe Walid Jumblatt au sein de la minorité druze (une ramification ésotérique de l’islam chiite). Jumblatt est notoirement lunatique et avait été anti-américain avant 2005, et on ne peut pas compter sur lui pour rester dans le mouvement du 14 Mars.

    Ensuite, il y a les Forces Libanaises, qui est une renaissance d’un groupe chrétien de droite, qui a joué un rôle très sombre dans la guerre civile libanaise et, par la suite, a été dirigé par Samir Geagea, qui a été reconnu coupable de terrorisme. (Soit dit en passant, l’entrée Geagea dans Wikipedia est de la propagande pro-Geagea et un exemple montrant que wikipedia est sans valeur quand il s’agit de sujets controversés).

    Le Gen Aoun serait politiquement préférable à Geagea sur pratiquement n’importe quelle dimension qu’une personne normale pourrait choisir.

  • permalien michael :
    8 juin 2009 @19h57   « »

    Obama bla bla...

    pour faire la paix il faut etre 2.
    et on sait que les palestiniens ont refuse tous les plans proposes par Israel par 3 fois deja.
    je sais la verite est dure a entendre sur ce blog

  • permalien
    8 juin 2009 @20h20   « »

    Et vous la tenez d’où cette vérité, Michael ?

    De votre intime conviction ?

    Pas des livres d’histoire apparemment...

  • permalien Shiv7 :
    8 juin 2009 @21h50   « »

    « Autre bonne nouvelle, Dieudonné et ses branquignols antisémites ont mordu la poussière. Ouste, du balai !... »

    Donc OK. J’ai posé la question à quelques Français et constasté sur se blog un certain conscencus : Dieudonné à pêté les plombs, il est antisémite, etc. Je veux bien.

    Et le sionisme (pas sémistisme) dans tous ça ? Quesqu’il devient ?

    Si j’étais à la place d’une majorité de français(qui suit la politique d’assez loin), je me dirais que si c’est "mal" d’être antisioniste (et que cela cache toujours un antisémite) il faut donc être sioniste pour être "bien" ?

    Ou ai-je mal compris ?

    Merci K pour le lien sur l’autre fil et tous mes souhaits de paix pour le Liban.

  • permalien une Bille :
    8 juin 2009 @22h23   « »

    @Shiv7

    Dieudonné est monomane. Même si son discours emprunte tous les raisonnements et l’argumentation de l’anti-sionisme, l’expression irrationnelle de sa monomanie, s’apparente au comportement irrationnel des racistes ou des antisémites.

    C’est le caractère obsessionnel de son anti-sionisme qui de plus en plus fait qu’il perçu comme un antisémite.

  • permalien Yann :
    8 juin 2009 @22h37   « »
    Mots du maître

    Turning Point ?

    (Noam Chomsky, ZNet, 08/06/09)

    "Contrary to much misunderstanding, the Oslo agreements of September 1993 - the "Day of Awe," as the press described it - changed little in this regard. The Declaration of Principles accepted by all participants established that the end point of the process would be realization of the goals of UN 242, which accords no rights to Palestinians. And by then, the US had withdrawn its earlier interpretation of 242 as requiring Israeli withdrawal from the territories conquered in 1967, leaving the matter open.

    (...)

    The pillage of what could become a major source of income for Palestine is surely known to US authorities. It is only reasonable to suppose that the intention to steal Palestine’s limited resources [of natural gas] is the motive for preventing Gaza fishing boats to enter Gaza’s territorial waters. It would also not be a great surprise if we were to discover some day that the same intention was in the background of the criminal US-Israeli attack on Gaza in December 2008.

    (...)

    All of this constitutes what Israeli activist Jeff Halper calls a "matrix of control" to subdue the colonized population, in pursuit of Defense Minister Moshe Dayan’s recommendation to his colleagues shortly after the 1967 conquests that we must tell the Palestinians in the territories that "we have no solution, you shall continue to live like dogs, and whoever wishes may leave, and we will see where this process leads" (Yossi Beilin, Mehiro shel Ihud, 42).

    (...)

    If Obama were serious about opposing settlement expansion, he could easily proceed with concrete measures, for example, by reducing US aid by the amount devoted to this purpose. That would hardly be a radical or courageous move. The Bush I administration did so (reducing loan guarantees), but after the Oslo accord in 1993, President Clinton left calculations to the government of Israel. Unsurprisingly,, there was "no change in the expenditures flowing to the settlements," the Israeli press reported : "[Prime Minister] Rabin will continue not to dry out the settlements," the report concludes. "And the Americans ? They will understand" (Hadashot, Oct. 8 ; Yair Fidel, Hadashot Supplement, Oct. 29, 1993).

    Obama administration officials informed the press that the Bush I measures are "not under discussion," and that pressures will be "largely symbolic" (Helene Cooper, NYT, June 1). In short, Obama "understands."

    (...)

  • permalien Yann :
    8 juin 2009 @22h38   « »

    Obama once again echoed Bush’s advocacy of two states, without saying what he means by the phrase "Palestinian state." His intentions are clarified not only by crucial omission, but also by his one explicit criticism of Israel : "The United States does not accept the legitimacy of continued Israeli settlements. This construction violates previous agreements and undermines efforts to achieve peace. It is time for these settlements to stop" (my emphasis). That is, Israel should live up to Phase I of the 2003 Road Map, though the truth is that Obama has ruled out even steps of the Bush I variety to withdraw from participation in these crimes.

    The operative words are "legitimacy" and "continued." By omission, Obama indicates that he accepts Bush’s "vision" : the vast existing settlement project and infrastructure is "legitimate," thus ensuring that the phrase "Palestinian state" means "fried chicken."

    (...)

    Even-handed, Obama also had an admonition for the Arab States : they "must recognize that the Arab Peace Initiative was an important beginning, but not the end of their responsibilities." Plainly, it cannot be a meaningful "beginning" if Obama continues to reject its core principles : implementation of the international consensus. But to do so is evidently not Washington’s "responsibility" in Obama’s vision, presumably because the US has no responsibilities other than to persist in its traditional vocation of doing good.

    (...)

    It appears, then, that "universality" applies to Iran’s alleged programs, but not to the actual ones of US allies and clients - not to speak of Washington’s own obligations under the NPT.

    (...) There is a considerable difference between research and production, as Article IV [of the nuclear Non-Proliferation Treaty] permits, and "access," which Bush and Obama are willing to permit, meaning access from the outside. That has been the heart of the dispute, and remains so. The Non-aligned Movement, most of the world’s states, has forcefully affirmed Iran’s position (which is also supported by the majority of Americans). The "international community" - a technical term referring to Washington and whoever happens to agree with it - opposes allowing Iran the rights guaranteed to NPT signers, and Obama, by careful choice of misleading words, indicates his continued adherence to this stand.

    (...)

  • permalien Yann :
    8 juin 2009 @22h39   « »

    There is a sensible approach to the threat of nuclear weapons in the region : to join in the overwhelming international support (including a large majority of Americans) for a nuclear-weapons-free zone including Iran, Israel, and US forces deployed there. Adequate verification is by no means impossible. That should mitigate, if not terminate, the regional nuclear weapons threat. But it is not on the agenda.

    (...)

    No one wants Iran - or anyone - to develop nuclear weapons, but it should be recognized that the perceived threat is not that they will be used in a suicide mission, but rather the threat of deterrence of US-Israeli actions to extend their domination of the region. And to repeat, if the concern were Iranian nuclear weapons, there would be sensible ways to proceed - to which, furthermore, the US is officially committed.

    (...) Obama’s "new initiative" is spelled out more fully by John Kerry, (...) now chair of the Senate Foreign Relations Committee (...)

    Kerry is right that we can do more to ensure that West Bank Palestinians are so effectively controlled that they cannot even protest the slaughter in Gaza — let alone move towards meaningful self-determination. For this task, the US can draw on a long history of colonial practice, developed in exquisite detail during the US occupation of the Philippines after the murderous conquest a century ago, then widely applied elsewhere. This sophisticated refinement of traditional imperial practice has been highly successful in US dependencies, while also providing means of population control at home. These matters are spelled out in groundbreaking work by historian Alfred McCoy (Policing America’s Empire, forthcoming). Kerry should be familiar with these techniques from his service in South Vietnam. Applying these measures to Palestine, collaborationist paramilitary forces can be employed to subdue the domestic population with the cooperation of privileged elites, granting the US and Israel free rein to carry forward Bush’s "vision" and Olmert’s Convergence-plus. Gaza can meanwhile be kept under a strangling siege as a prison and occasional shooting gallery.

    .../...

  • permalien Yann :
    8 juin 2009 @22h39   « »

    Washington’s new initiative for Middle East peace, so it is hoped, will integrate Israel among the "moderate" Arab states as a bulwark for US domination of the vital energy-producing regions. It fits well into Obama’s broader programs for Afghanistan and Pakistan, where military operations are escalating and huge "embassies" are being constructed on the model of the city-within-a-city in Baghdad, clearly signaling Obama’s intentions (Saeed Shah and Warren Strobel, McClatchy Newspapers, May 27).

    The "re-conceptualization" is evidently satisfactory to US high tech industry, which continues to enhance its intimate relations with Israel. One striking illustration as a gigantic installation that Intel is constructing in Israel to implement a revolutionary reduction in size of chips, expecting to set a new industry standard and to supply much of the world with parts from its Kiryat Gat facility. Relations between US and Israeli military industry remain particularly close. Israel continues to provide the US with a strategically located overseas military base for prepositioning weapons and other functions. Intelligence cooperation goes back half a century.

    These are among the unparalleled services that Israel provides for US militarism and global dominance. They afford Israel a certain leeway to defy Washington’s orders - though it is skating on thin ice if it tries to push its luck too far, as history has repeatedly shown. So far the jingoist extremism of the current government has been constrained by more sober elements : for example, the shelving of the proposals to require a loyalty oath and to prevent citizens from commemorating the Nakba - the disaster for Palestinians in 1948. But if Israel goes too far, there might indeed erupt a confrontation of the kind that many commentators perceive today, so far, with little basis."

  • permalien Jeff :
    8 juin 2009 @22h45   « »

    Les positions politiques au Liban, bien qu’elles ne puissent se résumer complètement aux identités confessionnelles, sont bien souvent liées au groupe auquel on appartient, et cela même si vous avez des amis très chers dans l’autre camp. C’est un mode de pensée qui se fonde d’abord sur la proximité sociale avec tel ou tel groupe, et qui n’est pas bien compris des élites européennes. (Si j’utilise le mot "élites" c’est à bon escient car cette façon de se situer politiquement est aussi le propre des personnes qui ont le moins de capital culturelle, celles que l’on place vulgairement dans la catégorie "populaire". Il n’y a rien de condescendant ou de raciste (de classe) dans cette observation, car je suis justement issu de ces milieux et les fréquente toujours dans des pays divers (France, Syrie, Liban).)

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire