Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Sortir de l’enlisement en « Afpak »

Sortir de l’enlisement en « Afpak »

jeudi 2 juillet 2009, par Philippe Leymarie

Plusieurs milliers de Marines américains, appuyés par quelques centaines de soldats afghans ont lancé ce jeudi une importante offensive dans la province du Helmand, un des principaux « sanctuaires » taliban. Parallèlement, le gouvernement de Washington lance un nouvel appel à ses alliés européens, pour qu’ils contribuent plus largement à la sécurisation de l’élection présidentielle prévue pour le 20 août prochain, et à la formation des forces armées et de police afghanes. Dans un rapport dont la publication il y a quelques jours est passée inaperçue, les députés français Jean Glavany (PS) et Henri Plagnol (UMP) dressent le bilan de la mission d’information sur « l’environnement géopolitique de l’Afghanistan », qui leur avait été confiée en octobre 2008 par la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Présentant ce rapport « avec beaucoup d’humilité, l’histoire de ce pays complexe incitant à l’évidence à la modestie », les parlementaires français – qui considèrent, contrairement à certains de leurs collègues, qu’un retrait militaire du jour au lendemain est impensable – s’attachent à identifier ce qui pourrait constituer un « chemin pour la paix dans la région », au fil de vingt-cinq propositions dont on trouvera l’essentiel ci-dessous…

« Initialement, expliquent en préambule Jean Glavany et Henri Plagnol, l’intervention en Afghanistan devait permettre de combattre le terrorisme, mais elle a crevé une bulle sociale au Pakistan et révélé des fractures nationalistes tant en Afghanistan qu’au Pakistan ». Si bien que « la guerre de 2001 a amplifié une crise régionale qui frappe toute l’Asie du Sud ». Les parlementaires se réfèrent au chercheur Gilles Kepel, pour qui « c’est le djihad dans l’Afghanistan des années 80, financé par les Etats-Unis et les Etats arabes du Golfe persique pour vaincre l’armée rouge, mais aussi pour offrir une alternative antisoviétique et philoaméricaine à la révolution iranienne en pleine expansion, qui a intégré cette région au Moyen-Orient au sens large. Et ce sont Oussama Ben Laden et Ayman Al Zawahiri, enfants de l’Arabie et de l’Egypte, passés par ce djihad, qui ont relié à leur manière l’Afghanistan, le Golfe, la Palestine avec les Etats-Unis dans le cataclysme du 11 septembre ».

Humilité et modestie n’étant pas résignation, et le conflit en Afghanistan et plus largement en Asie du Sud engageant la paix du monde, les deux parlementaires affirment avoir « préféré prendre le risque d’émettre des propositions qui dégagent une logique de paix, plutôt que de rédiger une énième analyse destinée aux nobles étagères des vieilles institutions républicaines ». Avec un double souci : apporter une contribution au débat qui agite la coalition intervenant en Afghanistan ; et convaincre la représentation nationale ainsi que l’opinion françaises de la nécessité d’un changement de cap.

JPEG - 864.2 ko
Afghanistan-Pakistan, les fronts de l’insurrection
Carte de Cécile Marin, avec la participation d’Alain Gresh. Source : Un monde à l’envers, Atlas 2009 du Monde diplomatique. La télécharger.

Accusation de « croisade »

Tout en reconnaissant que la nouvelle stratégie adoptée par la coalition internationale en Afghanistan – renforcement de l’armée afghane et « afghanisation » de la sécurité, distinction entre les objectifs globaux de la lutte contre le terrorisme et le conflit afghan, intégration de l’outil militaire à une approche globale de la situation, incluant les problèmes politiques, économiques et sociaux – « va dans le bon sens », les députés proposent de la compléter de plusieurs manières :

Proposition n°1 : Accompagner l’intervention de nos forces armées en Afghanistan d’un discours public à usage national et international, articulé comme suit :
- nous ne sommes pas une force d’occupation et nos soldats n’ont pas vocation à rester éternellement en Afghanistan. Nous partirons dès que l’Afghanistan ne sera plus un sanctuaire du terrorisme international.
- nous ne sommes pas, non plus, en croisade contre l’Islam. Celui-ci est la deuxième religion de France et la République laïque en protège le libre exercice.
- nous sommes en Afghanistan pour aider ce pays et ce peuple ami à construire son avenir sur la paix, la démocratie et le développement.

Proposition n°3 : Adresser un message, au sein de la Force internationale d’assistance et de sécurité (FIAS) à l’armée américaine afin d’éviter absolument les bombardements « aveugles » qui font tant de victimes civiles et qui provoquent un sentiment de révolte et de rejet à l’égard de la coalition. Toute destruction doit être suivie le plus rapidement possible d’une phase de reconstruction et d’assistance mettant en valeur l’action de l’armée et de l’Etat Afghan afin de légitimer le gouvernement dans la population.

Proposition n°4 : Imposer d’éviter tout comportement de nature à accréditer le discours taliban sur la « guerre de civilisations ». Par exemple, il faut proscrire toute atteinte à la laïcité du type de la très regrettable « diffusion de bibles » qui a eu lieu il y a quelques semaines.

Proposition n°5 : Donner la priorité à la communication à destination des populations sur le terrain, en investissant davantage sur les modes de transmission traditionnels (« chouras », tracts parachutés dans la langue quotidienne, émetteurs radio sur courte distance, etc…) pour contrer le monopole des talibans dans les villages les plus reculés.

Proposition n°6 : Convaincre davantage de pays de religion musulmane d’envoyer des troupes pour mieux démentir toute accusation de « croisade ».

Talibans modérés

Proposition n°9 : Rayer du langage officiel et diplomatique le concept de « taliban modéré ». Cette expression n’a pas de sens car elle n’a pas de traduction concrète. Nous suggérons de parler des « insurgés » : c’est à eux, dans leur diversité, que doit s’adresser le processus de réconciliation nationale.

Proposition n°10 : Réserver la participation au processus de réconciliation nationale (indispensable pour solidifier les bases afghanes d’un règlement de paix), aux Afghans eux-mêmes, fût-ce par l’entremise d’une médiation extérieure comme la médiation saoudienne. La communauté internationale doit se borner à rappeler des exigences minimales concernant les droits fondamentaux ou la démocratie, notamment l’attention aux droits de la femme afghane (comme en témoigne le triste épisode du vote de la loi chiite). Sans prétendre imposer des « standards occidentaux », nous devons affirmer le droit à l’éducation des jeunes filles afghanes.

Proposition n°11 : Dans le prolongement de la Conférence de Paris, créer un groupe de contact permanent comprenant tous les pays frontaliers de l’Afghanistan ainsi que l’Inde, ayant pour objet de traiter les sujets d’intérêt commun, comme la sécurisation des frontières et des douanes, la lutte contre le trafic de drogue, et les infrastructures de transports de biens, de marchandises et d’énergie.

Proposition n°16 : Maintenir l’écart des salaires entre la fonction publique afghane et les organisations internationales à un rapport de 1 à 2 afin d’éviter la fuite des cerveaux vers les ONG et les organisations internationales.

Proposition n°17 : Aider l’Etat afghan à créer un institut régional d’administration pour former les gouverneurs de province et les cadres territoriaux.

Proposition n°18 : Lancer une mission de l’Inspection Générale de l’Agriculture chargée de définir une action continue et concrète pour aider les agriculteurs à abandonner le pavot, et pour étudier d’autres chantiers de développement rural (micro-projets et politique d’ensemble), qui doivent être lancés en s’adaptant concrètement à la réalité et la spécificité de l’agriculture de montagne afghane.

Guerre contre-insurrectionnelle

Proposition n°20 : Offrir une assistance aux centaines de milliers de personnes déplacées par les conflits dans les zones tribales et de ne pas laisser le monopole des secours aux talibans. Le HCR doit également assurer la scolarisation des enfants des millions de réfugiés en Iran et au Pakistan.

Proposition n°23 : Soumettre l’aide militaire internationale apportée au Pakistan à un régime de conditionnalité liée à son usage véritable. Les échanges entre nos armées et l’armée pakistanaise doivent être intensifiés, notamment en ce qui concerne la formation des officiers supérieurs aux techniques de la guerre contre-insurrectionnelle. La France doit également proposer son savoir-faire pour la sécurisation du nucléaire, militaire et civil.

Proposition n°24 : Adresser un message collectif et officiel « des amis du Pakistan » au gouvernement de ce pays, pour l’avertir que son plus grand ennemi n’est pas, n’est plus l’Inde mais le terrorisme, et qu’il est temps qu’il adapte sa stratégie militaire à cette nouvelle donne. En particulier, il est temps que ses services secrets, l’I.S.I., cessent leur double jeu vis-à-vis des talibans.

Europe défaillante

Les députés Glavany et Plagnol demandent également à l’Onu et à la FIAS de tout faire pour assurer la sécurité et le caractère « libre et loyal » du scrutin présidentiel du 20 août prochain, notamment en garantissant la délégation d’un très grand nombre d’observateurs.

L’Union européenne est invitée à subventionner une Ligue des femmes d’Afghanistan, pour soutenir la participation féminine à cette élection, à mettre un peu d’ordre dans sa politique [1] et à concrétiser rapidement ses engagements concernant l’envoi de gendarmes, afin de permettre la constitution d’un service de sécurité afghan adapté aux réalités des provinces rurales.

Les parlementaires invitent la France à « tenir ses engagements » à l’égard de l’Afghanistan, notamment en pérennisant le dispositif de veille, de médiation et d’animation qui se mettait en place à la faveur de la nomination en février dernier d’un Représentant spécial (de Paris) pour l’Afghanistan et le Pakistan [2].

Dans une de leurs propositions, les députés proposent en outre de « remplacer les références au conflit d’Afghanistan » par celle de « conflit en Afghanistan et Pakistan » tant les deux pays sont liés dans ce drame et tant le « coeur du problème est bien situé à la frontière des deux pays (la ligne Durand) ». Mais en évitant la terminologie « Afpak », selon eux « très mal ressentie par les peuples concernés ».

Notes

[1] Achever rapidement le « livre bleu » recensant l’ensemble des aides européennes, communautaires ou nationales ; désigner un interlocuteur européen unique ; assurer une meilleure visibilité à l’Union européenne, deuxième bailleur de fonds de l’Afghanistan comme du Pakistan, mais qui manque de « pilotage politique », au point – selon les parlementaires – d’être « défaillante ».

[2] Le député Pierre Lellouche, qui assurait cette représentation, vient d’être nommé secrétaire d’Etat aux Affaires européennes.

163 commentaires sur « Sortir de l’enlisement en “Afpak” »

0 | 100

  • permalien Sakhra :
    2 juillet 2009 @19h02   »

    C’est le programme de la" pacification" de l’Algérie des années 6O ? On y retrouve les mêmes ingrédients.

  • permalien K. :
    2 juillet 2009 @19h37   « »

    Comprenne qui pourra,

    Jim Jones, le numéro 1 du NSC : Key in Afghanistan : Economy, Not Military

  • permalien K. :
    2 juillet 2009 @21h19   « »

    Sous l’ère Bush, Paul Rogers écrivait :

    En somme, le plan Etatsunien pour l’Irak est d’établir une série de mécanismes de contrôle politique serré, suivant en cela directement les accords établis par la CAP (Coalition de l’Autorité Provisoire de Paul Bremer) : une énorme structure [de 740 millions USD] présentée comme une ambassade à Bagdad pour surveiller et maintenir ces accords.

    Et sous l’ère Obama ? “Une structure” encore plus “énorme” au Pakistan : “Iraq redux ? Obama seeks funds [1 billion USD SVP] for Pakistan super-embassy

  • permalien Shiv7 :
    2 juillet 2009 @23h02   « »

    Mais en évitant la terminologie « Afpak », selon eux « très mal ressentie par les peuples concernés ».

    Fin de l’article..(ou plutôt de la citation)

    Sortir de l’enlisement en « Afpak »

    Titre de l’article..

    J’espère qu’il n’y aient pas trop d’Afghans, ni de Pakistanais, dans l’assistance..

    C’est le programme de la" pacification" de l’Algérie des années 6O ? On y retrouve les mêmes ingrédients.

    Bien vu Sakhra, c’est une version "améliorée", on à fait des progrès depuis..

    Je crois que le nom juste, dans le cas qui nous occupe est, EPURATION ETNHIQUE, il faut avoir le courage d’appeler les choses par leurs noms. Même si ces ethnies (Pashtoune ou autre)ne sont pas rasées, totalement physiquement, elles le seront par la "pacification" de leurs singularités, qui juste à preuve du contraire ne menace pas le monde.

    Présentant ce rapport « avec beaucoup d’humilité,

    l’histoire de ce pays complexe incitant à l’évidence à la modestie »,

    un « chemin pour la paix dans la région »,

    En ce moment même, la paix (éternelle, il auraient dù préciser..) est absoute par l’assaut US.

    au fil de vingt-cinq propositions

    25 propositions ? une bonne suffit.. Tous le monde rentre à la maison (en évitant de laisser des paramilitaires privés sur place et autres manipulateurs).

    L’Otan, L’US sous toutes ces formes, en un mot l’axe et ses accessoires plies bagages.. (pour que d’autres prennent leurs places..?) Quoi qu’il en soi, pour l’instant, c’est la terreur.

  • permalien Yvan :
    3 juillet 2009 @08h54   « »

    « J’espère qu’il n’y aient pas trop d’Afghans, ni de Pakistanais, dans l’assistance.. »

    Soyez rassuré Shiv7 , ils ne sont ni dans l’assistance ni ailleurs (sauf peut-être dans les délires mentaux de quelques ex-coloniaux britanniques éthyliques).

    Il serait plus juste d’ailleurs d’employer l’expression d’ AfPakCashIn, pour désigner cette zone multi-ethnique, multi-confessionnelle et multi-culturelle, qui regroupe l’Afghanistan, le Pakistan, le Cachemire et l’Inde.

    Guerre et sociétés en Afpak

  • permalien Ph.L. :
    3 juillet 2009 @11h19   « »

    Merci pour ces différents liens, très récents et utiles

  • permalien Ph. Arnaud :
    3 juillet 2009 @12h08   « »

    La première proposition des députés Glavany et Plagnol se présente ainsi :

    « Nous ne sommes pas une force d’occupation et nos soldats n’ont pas vocation à rester éternellement en Afghanistan. Nous partirons dès que l’Afghanistan ne sera plus un sanctuaire du terrorisme international. »

    D’abord, n’y a-t-il pas une double hyperbole (« sanctuaire » et « terrorisme international ») qui, par son excès même, décrédibilise le propos ? N’est-ce pas charger un peu trop la bourrique ?

    Ensuite, que se passera-t-il si, effectivement, l’Afghanistan reste toujours ce sanctuaire ? Parce que l’éternité, c’est long, surtout vers la fin…

  • permalien
    3 juillet 2009 @12h29   « »

    Toujours, dans la première proposition :

    "nous sommes en Afghanistan pour aider ce pays et ce peuple ami à construire son avenir sur la paix, la démocratie et le développement."

    Les Afghans qui reçoivent les bombes en son convaincus !

  • permalien K. :
    3 juillet 2009 @12h44   « »

    Grace au Brig. Gen. US Lawrence Nicholson, tout s’éclaire : l’armée US ne va pas à Helmand pour faire la guerre aux talibans, mais pour boire du Thé- “beaucoup de thé”- et manger de la viande de chèvre avec les paysans afghans.

  • permalien K. :
    3 juillet 2009 @14h26   « »

    En fait le thé et la chèvre ne devraient venir que comme le repos du guerrier, si on en croit ce qui est dit ici et les grabuges qui sont rapportés .

    Même après, les paysans afgans ne seraient pas forcément intéressés à partager leur pitance avec les “libérateurs” selon CARLOTTA GALL du NYT.

    Il est intéressant de noter que l’on ne rend compte partout que des pertes de la “coalition” (d’autant plus volontiers qu’elles seraient très minimes).

  • permalien
    3 juillet 2009 @17h54   « »

    L’opération "Khandjar" = "Coup d’épée", qui a été engagée depuis hier, sera-telle un "coup d’épée dans l’eau ", pour les US, ?

  • permalien K. :
    3 juillet 2009 @19h16   « »

    Chalmers Johnson :

    Quel que soit le coût final [de l’”énorme structure” appelée “ambassade” que les Etats-Unis s’apprête à construire au Pakistan], il ne sera pas inclus dans notre déjà pléthorique budget militaire, bien que aucune de ces structures n’est conçue pour être une véritable ambassade – soit un endroit où les gens viennent pour les visas et où des officiels américains représentent les intérêts commerciaux et diplomatiques de leur pays. Au lieu de cela ces soi-disant ambassades seront en fait des complexes entourés de murs, semblables à des forteresses médiévales, où des espions des soldats, des membres du service de renseignement, et des diplomates américains tenteront de garder un oeil sur des populations hostiles dans une région en guerre. On peut prédire avec certitude qu’elles abriteront un important contingent de Marines et inclueront un toit pour les départs précipités en hélicoptère.

    Si cela peut être rassurant pour les employés du Department d’Etat travaillant dans des endroits dangereux de savoir qu’ils ont une protection physique, il doit également être évident pour eux, ainsi que pour les populations des pays où ils travaillent, qu’ils se positionnent désormais ouvertement comme des éléments de la présence impériale américaine.

    Nous ne devrions pas être surpris lorsque les militants qui combattent les États-Unis considèreront que nos soit-disant ambassades, aussi surveillées soient-elles, constituent une cible plus facile qu’une grande base militaire.

  • permalien Shiv7 :
    3 juillet 2009 @20h57   « »

    @ Yvan

    Soyez rassuré Shiv7 , ils ne sont ni dans l’assistance ni ailleurs (sauf peut-être dans les délires mentaux de quelques ex-coloniaux britanniques éthyliques).

    Il serait plus juste d’ailleurs d’employer l’expression d’ AfPakCashIn, pour désigner cette zone multi-ethnique, multi-confessionnelle et multi-culturelle, qui regroupe l’Afghanistan, le Pakistan, le Cachemire et l’Inde.

    Très juste, surtout quand le découpage national coupe un peuple en deux (comme les Pashtounes, entre autre). Mais il ne faut quand même pas oublier que la majorité des gens de ces pays sont aussi assez nationalistes. Et en outre les désigner comme vous le faites, respecte encore moins leurs identités , puisque vous ne nommer pas leurs ethnies.

    J’ai vécu quelques années en Inde, et pas mal bouger dans les pays autours, ces peuples qu’on extermine sont pour moi des gens bien concrets, jamais je n’aurais pu imaginer à l’époque, qu’un jour ma "civilisation" occuperait ces pays de force pour leurs apprendre à vivre.. (Alors , que personnellement j’avais l’impression, que ces "pauvres" peuples arriérés étaient bien plus riche que moi..)

  • permalien Shiv7 :
    3 juillet 2009 @21h25   « »

    3 juillet @18h46 qlql

    Un coup très dur a été porté aux forces britanniques en Afghanistan qui ont perdu au combat leur officier le plus gradé depuis la guerre des Malouines", Le lieutenant-colonel Rupert Thornelo, 39 ans, commandait une unité galloise de 650 éléments. Il a été tué le 2 juillet dans une explosion dans la province de Helmand, dans le sud du pays.

    Ah bon ? Je croyais que c’était les chefs Talibans qui étaient visés..

    nom ,prenom , photo ,jeune ,beau , ...entouré de ces gamins Il etait en mission humanitaire..et de liberation des femmes en burka...

    C’est tout dire..

    ceux qu’il tuait n’avait ni nom ni prenom ni famille..EUX sont des statistique

    On pourrait ajouter de pays.. comme Yvan le propose..

    AfPakCashIn,

  • permalien une bille :
    3 juillet 2009 @22h11   « »

    @Shiv7

    vu la topologie des contreforts de l’Himalaya (des vallées encaissées sans communications entre elles), ce pays pourrait difficilement constituer un état-nation dans le sens occidental du terme.

    L’organisation tribale de cette région semble particulièrement adaptées aux nécessités géographiques, et son rattachement à des états-nations semble poser plus de problèmes que de solutions.

    La terminologie Afpak désigne une zone d’opération militaire internationale, elle ne concerne pas les plaines ou les agglomérations, mais uniquement les régions où se protègent les Talibans.

    L’acharnement d’Obama sur cette région ne peut s’expliquer que par une volonté de la rendre, quelque soit sa structure politique, dans l’état où elle était avant que la guerre froide ne la bouleverse, (c’est à dire vidée des Talibans) pour les élections présidentielles d’Aout en Afghanistan.

  • permalien Shiv7 :
    3 juillet 2009 @22h17   « »

    @ K

    En Afghanistan :

    Grace au Brig. Gen. US Lawrence Nicholson, tout s’éclaire : l’armée US ne va pas à Helmand pour faire la guerre aux talibans, mais pour boire du Thé- “beaucoup de thé”- et manger de la viande de chèvre avec les paysans afghans

    Au Pakistan :

    Au lieu de cela ces soi-disant ambassades seront en fait des complexes entourés de murs, semblables à des forteresses médiévales,

    Le moyen age version revue et corrigée, inspiration guerre des étoiles. Le plus drôle de tout, c’est que finalement toute la planète finance ce délire totalitaire technologique et multi-formes..), les US vivants sur de l’argent qui n’existe pas.. si ce n’est celui qu’il retire des peuples qu’il opprime ou subjure..

    Quant-aux Français, c’est encore pire.. La France n’a pas l’excuse d’un excès de vitalité ou de n’avoir pas été envahie et occupée comme celà est le cas pour les Yankees. Il y a aussi l’histoire de la France, on va pas y revenir.. Enfin bref, la France déçoit..

  • permalien Shiv7 :
    3 juillet 2009 @23h15   « »

    Une Bille

    vu la topologie des contreforts de l’Himalaya (des vallées encaissées sans communications entre elles), ce pays pourrait difficilement constituer un état-nation dans le sens occidental du terme.

    Je suis d’accord, n’étant du reste pas du tout attaché à la notion d’état nation occidentale, dont à vrai dire je n’ai jamais compris le sens profond..(devant l’invraisenblance du découpage de pas mal de pays de la planète..)

    L’organisation tribale de cette région semble particulièrement adaptées aux nécessités géographiques, et son rattachement à des états-nations semble poser plus de problèmes que de solutions.

    Je ne suis pas contre au contraire, tout ce qui peut donner un sentiment d’unité réellement partagée et donner lieu à un territoire partagé et gouverné par des gens que l’on a désignés ou reconnu. Encore faut-il être acceptés, c’est une question que beaucoups de peuples se posent (j’en connais beaucoup en Asie du sud-Est Là où je vis une bonne partie de l’année)

    La terminologie Afpak désigne une zone d’opération militaire internationale, elle ne concerne pas les plaines ou les agglomérations, mais uniquement les régions où se protègent les Talibans.

    Je veux bien, mais jusqu’a preuve du contraire il s’agit de régions dans deux pays différent que l’on (par une terminonolgie innocente..Revoir 1984 , très intéressant à cet égard) réduit à un mot tactique-pratique. Le Jour où les Pakistanais et les Afghans, ne voudront plus de leurs pays, ils n’auront pas besoins de nous pour se défaire..

    L’acharnement d’Obama sur cette région ne peut s’expliquer que par une volonté de la rendre, quelque soit sa structure politique, dans l’état où elle était avant que la guerre froide ne la bouleverse, (c’est à dire vidée des Talibans) pour les élections présidentielles d’Aout en Afghanistan.

    C’est une mauvaise plaisanterie. Vous savez très bien que les Talibans sont en fait des Pashtounes(Etnie majoritaire dont certain radicaux), né avec USSR mais encore vivant pour résister aux occupants actuels OTAN-US.. Quant aux "élections", il est trop ridicule d’y accorder le moindre crédit, vu le contexte.

  • permalien K. :
    4 juillet 2009 @00h45   « »

    Un autre rapport, celui de la « Nouvelle stratégie du Royaume-Uni pour l’Afghanistan », est commenté par Rory Stewart dans le LRB :

    Dans la nouvelle stratégie du Royaume-Uni pour l’Afghanistan, certaines combinaisons d’adjectifs et de substantifs apparaîtront encore et encore dans les 32 pages : séparés par quelques pages, vous trouverez "Un Etat légitime et responsable", "Un gouvernement légitime et responsable", "Un Etat efficace et responsable" et "une gouvernance efficace et responsable". Gordon Brown affirme que "tout comme les Afghans ont besoin de prendre le contrôle de leur propre sécurité, ils ont besoin de construire une gouvernance légitime".

    Quelle est cette chose, la "gouvernance", que les Afghans (ou nous) doivent construire, et qui peut également être transparente, stable, règlementée, compétente, représentative, capable de se faire respecter ? Un fait national, une qualité morale, un remède contre la corruption, un processus ? À certains moments, "état" et "gouvernement" et "gouvernance", semblent être des mots différents pour désigner la même chose. Parfois, "gouvernance" semble faire partie d’un duo, "gouvernance et primauté du droit" ; parfois d’une trilogie, "sécurité, développement économique et gouvernance", qui doit être abordée par une approche globale des "3 d", "défense, diplomatie et développement"- ce qui implique que "gouvernance" est quelque chose qui a rapport avec un service étranger.

    Un autre passage (celui-ci légèrement revu et corrigé par mes soins :-) -Cf encadrés) est intéressant :

    Une indication de la force persistante [des prétextes occidentaux] [l’auteur dit « des hypothèses occidentales de base* »] est qu’[ils] sont exactement ce[ux] qui ont été émis en 1868 par Sir Henry Rawlinson, un célèbre et expérimenté membre du conseil de l’Inde, concernant la menace d’une présence russe en Afghanistan :

    « Dans l’intérêt de la paix, dans l’intérêt du commerce, dans l’intérêt de la morale et de l’amélioration matérielle, il peut être affirmé que l’intervention en Afghanistan est devenu un devoir » ...

    * « Les hypothèses de base restent que un Afghanistan sans gouvernement ou hostile est une menace pour la sécurité mondiale ; que l’Occident a la capacité de répondre à la menace et d’apporter prospérité et sécurité ; que ceci est justifié et que c’est une obligation morale ; que le développement économique et l’ordre en Afghanistan contribueront à la stabilité mondiale ; que ces différents objectifs se renforcent les uns les autres ; et qu’il n’y a pas de véritable alternative. »

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @00h54   « »

    Shiv7 : « C’est une mauvaise plaisanterie. Vous savez très bien que les Talibans sont en fait des Pashtounes(Etnie majoritaire dont certain radicaux) »

    Mais les Pachtounes ne sont pas les talibans. Les talibans sont des fondamentalistes religieux dont l’objectif est l’instauration d’un état islamique, depuis octobre 1994 qui sont apparus pendant la guerre contre l’URSS, grâce à des financements pakistanais et US et ceci dans le cadre d’une guerre que se livraient les USA et l’URSS au travers de pays ou d’organisations tiers. Cette Guerre à cause de l’absence de combats entre les protagonistes s’est appelée la "guerre froide".

    L’URSS a été dissoute en 1991, les USA ne sont toujours pas dissous. Les USA font le ménage, à la demande des gouvernements Pakistanais et Afghan avec l’aide d’une coalition internationale mandatée par l’ONU. On ne va pas s’en plaindre.

    Mis à part la destruction des champs de pavots cette coalition à ma connaissance n’a pas d’autres intérêts dans ce pays, mais vous avez connaissance d’autres objectifs, ne les gardez pas cachés, je ne faisais qu’émettre une hypothèse.

  • permalien
    4 juillet 2009 @08h24   « »

    La coalition n’a pas d’autres intérêts en Afghanistan, à part détruire les champs de pavot ?

    C’est l’Armée du Salut ?

    Un article à lire de toute urgence pour ceux qui se posent des questions.

    [Info-Palestine] - Les guerres de Bush pour le pétrole : l’Afghanistan. Par Hocine MALTI ;

    [Info-Palestine] - Les guerres de Bush pour le pétrole : l’Afghanistan

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @09h31   « »
    Sortir de l’enlisement en « Afpak » 1/2

    @ 4 juillet @08h24 seulement si votre nom de famille est 2009.

    Un article à lire de toute urgence pour ceux qui se posent des questions.

    Merci pour vos informations très documentées, permettez-moi en remerciement vous en adressez d’autres :

    - depuis le 20 janvier 2009 Bush n’est plus président des USA, il a été remplacé par Obama (ici la prestation de serment du nouveau président).

    Effectivement quand on contemple les richesses de l’Afghanistan, l’ Armée du Salut semble êtres le corps d’armée le plus approprié à la région.

    L’Afghanistan est le quatrième ou cinquième pays le plus pauvre du monde, selon les sources. Voici les principales données de son économie, qu’elle soit légale et illégale, selon des estimations établies en 2008.
    - OPIUM.- Valeur de la production : 730 millions de dollars. Valeur potentielle à l’exportation (opium, morphine et héroïne) : 3,4 milliards de dollars. Production de pavot : environ 90 % de la production mondiale (ONU).
    - PIB.- Le PIB officiel est de 12,06 milliards de dollars selon le FMI, 10,2 milliards selon l’ONU. Le PIB « réel » total - c’est-à-dire le PIB légal auquel on ajoute la valeur de la production d’opium à l’exportation et la valeur des trafics et de la contrebande - est estimé à environ 16 milliards de dollars.
    - CROISSANCE.- 3,4 %, contre 12,1 % en 2007 (FMI).
    - INFLATION.- 27 %, selon le FMI.
    - REVENU ANNUEL PAR HABITANT.- entre 530 et 615 dollars, selon un calcul de l’Agence France Presse. 42 % des Afghans vivent avec moins d’un dollar par jour, selon USAID.
    - ESPÉRANCE DE VIE.- 44,6 ans, selon l’ONU.
    - PIB LÉGAL.- Agriculture 31 %, services 43 %, industrie 26 %, selon la CIA.

    Les Etats-Unis y ont envoyé ces deux derniers mois 8.500 soldats. Il s’agit de la vague de renforts la plus importante depuis que l’administration Obama a décidé de plus que doubler le contingent américain en Afghanistan pour le faire passer en fin d’année à 68.000.

    La province d’Helmand est l’un des fiefs des taliban. On y produit la plus grande partie de l’opium du pays, qui fournit 90% du marché mondial de l’héroïne.

    D’après le général De Kruif, les combattants taliban seraient entre 10.000 et 18.000 dans le Sud.

    Si je vous ai bien compris, si on ajoute à ce palmarès les investissements pétroliers des Bush, l’Afghanistan c’est le Pérou.

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @09h34   « »
    Sortir de l’enlisement en « Afpak » 2/2

    Derrière l’ Afghanistan, le véritable enjeu :le Pakistan

    L’enjeu c’est le Pakistan : c’est le spectre des talibans marchant sur Islamabad et des islamistes accédant à l’arme nucléaire. Mais l’emprise des insurgés dans des zones stratégiques, le grignotage idéologique taliban au sein des grandes villes pakistanaises, et le risque d’un trafic de matières fissiles, le nucléaire du pauvre, ont à prendre plus au sérieux. Or, le pouvoir d’Amid Karzaï est à peu près inexistant, puisque 40 % est inaccessible au gouvernement comme aux ONG. Or, comme le soulignait récemment Gérard Chaliand, les talibans n’ont cessé d’accentuer leur avance.

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @10h44   « »

    @ Une bille

    Mis à part la destruction des champs de pavots cette coalition à ma connaissance n’a pas d’autres intérêts dans ce pays, mais vous avez connaissance d’autres objectifs, ne les gardez pas cachés, je ne faisais qu’émettre une hypothèse.

    Vous avez oublié libérer les femmes de la Burka et aller boire du thé avec les chefs..(et surtout amener la civilisation avec tous ces biens..)

    Décidément vous me faites bien rire, mais malheureusemwent il n’y a pas de quoi.. Vous voulez des hypothèses, je crois que vous savez faire marcher votre moteur de recherche,mais j’ai l’impression que ce n’est pas suffisant.. Je ne peux que vous conseiller d’aller vivre un peu avec les peuples du tiers-monde pour vous faire une meilleure idée de la question..

    Les USA font le ménage, à la demande des gouvernements Pakistanais et Afghan

    Vraiment ? Savez-vous qui gouverne(réellement) ces deux états ? Vous avez décidément le sens de l’humour déplacé.

    Effectivement quand on contemple les richesses de l’Afghanistan, l’ Armée du Salut semble êtres le corps d’armée le plus approprié à la région.

    Vous oubliez de préciser, qu’eux n’ont pas encore "vendu" leurs âmes à l’axe du bien(ce qui n’est pas le cas de l’occident), dans ce contexte, parler de pauvres, me parait incongru.

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @11h00   « »

    @Shiv7

    Excusez-moi, mais je ne comprends pas très bien le sens de votre dernier post.

    J’ai cru y voir un ressentiment de principe de votre part vis à vis de tout ce qui est US d’une façon globale, j’ai bien compris que vous trouviez mes interrogations ridicules et stupides, parce que vous êtes un spécialiste de la région et que le pourquoi de tout ça est réservé aux-dits spécialistes, et que pour des raisons mystérieuses, ils ne peuvent rien révéler...

    Mais ce que je ne comprend pas c’est ce qui vous pousse à perdre du temps à l’écrire sur un blog.

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @12h46   « »

    @ Une bille

    J’ai cru y voir un ressentiment de principe de votre part vis à vis de tout ce qui est US d’une façon globale, j’ai bien compris que vous trouviez mes interrogations ridicules et stupides, parce que vous êtes un spécialiste de la région et que le pourquoi de tout ça est réservé aux-dits spécialistes, et que pour des raisons mystérieuses, ils ne peuvent rien révéler...

    Je ne suis pas contre ce qui est US (n’oublions pas l’otan) en tant que tel, seulement il se trouve qu’ils sont à beaucoup d’endroits où ils ne sont pas les bienvenus, donc du momemt où ils rentre chez eux, je n’aurais plus rien à dire..(si celà serait quelqu’un d’autre que les US, ma conclusion serait la même.)

    Je suis loins d’être un "spécialiste" de la région, je connais simplement les gens qui y habitent et je souffre de ce qu’îls subissent. Il n’est pas question de raisons mystérieuses que je ne voudrais divulger, mais simplement, que je suppose que vous connaissez déjà tous les liens et explications que je pourrais donner. (vous n’avez que regarder les infos et liens de K, qui bien souvent "entrecroise" mes affirmations).

    Je m’exuses d’avoir rigolé de vos interrogations, mais c’est vrai que je suis un peu étonné de certaines de vos conclusions.

    Pour moi, en résumer, tous celà n’est qu’une affaire stratégique servant les intérets des occupants. Si l’excroissance Talibane d’identité Pashtoune est un problème, je fais confiances aux peuples concernés, si on leurs laisse le temps, de s’en occuper eux-mêmes. Les occidentaux n’ont rien à amener à ces gens si ce n’est de la discorde supplémentaire.

    Mais ce que je ne comprend pas c’est ce qui vous pousse à perdre du temps à l’écrire sur un blog.

    Du moment que je perds que mon temps ce n’est pas trop grave.. Surtout si je peux faire prendre conscience, même dans une faible mesure, que les Talibans, sont avant tout, que des résistants qui défendes leurs territoire, et non pas du bétail que l’on doit éliminer à coup de drones.

    Salutations

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @13h09   « »

    @Shiv7,

    si je vous ai bien compris vous souhaiteriez, que la FIAS, cesse son activité en Afghanistan. Mais pour ça il faudrait une résolution de l’ONU pour interrompre son mandat.

    Hors la priorité de l’ONU est justement l’Afghanistan

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @15h35   « »

    @Une Bille

    Il est vrai que si c’est l’onu qui le justifie, tout ce que j’ai dit tombe à l’eau, car il serait réellement "déplacé" de remettre en question ces décisions, découlant d’un consencus (presque) mondial et démocratique..

    A votre avis, pourquoi les US s’empresses parfois de mettre les résolutions de cette dernière en vigueur, alors qu’elles les ignorent souverainement dans d’autres cas ?

    Si vous devriez choisir entre l’onu et l’us, pour savoir qui à finalement le dernier mot, que diriez-vous ?

    Es-ce que l’onu détermine plus la politique des usa ou l’inverse ?

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @15h41   « »

    @Shiv7

    A votre avis, pourquoi les US s’empresses parfois de mettre les résolutions de cette dernière en vigueur, alors qu’elles les ignorent souverainement dans d’autres cas ?

    Vous pensez à des résolutions particulières qu’Obama aurait ignoré (lesquelles ?), ou est-ce encore de votre part une posture de principe ?

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @15h55   « »

    Suite.

    Votre lien :
    A la défence de l’onu on pourrait dire quelle ne prend pas parti pour dire si le problème est Taliban ou forces internationales..

    Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a promis mercredi que l’Afghanistan serait une "priorité" de l’ONU en 2009, au cours d’une brève visite surprise dans ce pays qui s’enfonce dans les combats entre talibans et forces internationales et est affligé par une grave sécheresse.

    La meilleure preuve que la présence étrangère est contreproductive :

    ce pays en proie depuis fin 2001 à une insurrection des talibans qui s’est considérablement intensifiée depuis deux ans malgré la présence de quelque 70.000 soldats des forces américaines et de l’OTAN

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @16h14   « »

    Vous avez quelque chose contre les principes ? Vous croyez qu’ils altèrent le jugement ? Pourtant tout jugements, procède de certains principes, dès lors quel sont les meilleurs ?

    J’ignore si Obama à été contre certaines résolutions (si c’est le cas, des gens mieux informés politiquement que moi vous le feront certainement savoir..), mais en réalité je parlais des Us et pas de Obama en particulier. (pour moi il n’y a pas de cassure, si ce n’est superficielle, entre avant et après).

  • permalien une bille :
    4 juillet 2009 @16h15   « »

    Voici un autre lien qui vous expliquera que l’OTAN, est en Afghanistan sous mandat de l’ONU.

    Le rôle de l’OTAN en Afghanistan

    Je vous avais poser 2 questions

    - 1 - pensez-vous que la FIAS doivent interrompre son mandat en Afghanistan ?
    - 2 - quelles les résolutions de l’ONU qu’Obama n’a pas pas respectées ?

    Sans réponse

    Visiblement vous êtes dans la pure fiction.

    fin de la communication

  • permalien Shiv7 :
    4 juillet 2009 @17h37   « »

    A votre avis, pourquoi les US s’empresses parfois de mettre les résolutions de cette dernière en vigueur, alors qu’elles les ignorent souverainement dans d’autres cas ?

    Si vous devriez choisir entre l’onu et l’us, pour savoir qui à finalement le dernier mot, que diriez-vous ?

    Es-ce que l’onu détermine plus la politique des usa ou l’inverse

    Vous n’avez vous-même pas répondu à mes questions, vous avez en outre détourné la question des résolution, des US à Obama, quant à votre première question :

    - pensez-vous que la FIAS doivent interrompre son mand1 at en Afghanistan ?

    Je crois que j’y avais répondu implicitement en demandant à chacun de renter chez soi. On pourrait s’amuser à dénomber le nombres de "groupements" occidentaux impliqués dans cet assertions. je laisse celà aux gens qualifiés

    Visiblement vous êtes dans la pure fiction.

    Ah bon ? Demander que des peuples puissent disposer de leurs pays est de la fiction ? Si c’est le cas, je préfère ma fiction à votre réalité informationnelle.

  • permalien Afshin :
    5 juillet 2009 @08h41   « »

    Le porte parole du Président Karzai s’est étonné le 30 juin que l’Ambassadeur US rende visite à des challengers aux élections présidentielles du 20 aout... Le Président Karzai avait en outre demandé la vieille l’arrestation immédiate et la traduction en justice des 2 agents de sécurité privés employés par la coalition qui ont ouvert le feu à Kandahar dans les bureaux du Procureur de la province de Kandahar, tuant le Chef de la police et 3 autres officiers... Ca fait désordre tout ça, quand on se veut les apôtres de la démocratie !

  • permalien une bille :
    5 juillet 2009 @09h11   « »

    Je crois que j’y avais répondu implicitement en demandant à chacun de renter chez soi. On pourrait s’amuser à dénomber le nombres de "groupements" occidentaux impliqués dans cet assertions. je laisse celà aux gens qualifiés

    et les Afghans ils rentreront où ? Chez le président Karzaï ou chez le mollah Omar ?

    ... et si Karzaï et Omar faisaient partie des « "groupements" occidentaux impliqués dans cet assertions » ?

  • permalien
    5 juillet 2009 @10h36   « »

    Les Afghans sont eux en Afghanistan, vous semblez l’ignorer, ma pauvre Bille.

    Ils ont le droit, tout comme vous de choisir, qui les représente , ce n’est pas à vous à décider.

    Contrairement à ce que vous essayez de faire croire, l’Afghanistan est la "priorité " d ’ Obama, , alors l’ONU, "aux ordres" suit..

  • permalien Shiv7 :
    5 juillet 2009 @10h53   « »

    Concernant le premier celà ne fait pas de doute. (est-il nécessaire que je mettes des liens où que je développes le sujet ?)

    Pour le 2ème c’est déjà plus compliqué..( je sais relativement comment et pourquoi les Talibans sont apparus, ce qui en est aujourdui de leurs instrumentalisations je l’ignore)

    Dans mon "assertion" je pensais aussi aux grandes sociétés marchandes, ce qui complique encore un peu plus le problème.

    Bien sur tout celà relève, comme vous le dites pertinement, d’une déclaration de principe, qui dans la réalité se heute à des intérets et contingences multiples et entrecroisées dont les peuples de la région font les frais. Dès lors la relative liberté de ces peuples, vu la complication du cas, parait assez illusoire pour ne pas dire utopique, sauf en cas de grand bouleversement mondial qui démolirait "l’ordre" actuel de ce dernier.

  • permalien une bille :
    5 juillet 2009 @10h54   « »

    Mon pauvre 5 juillet @10h36, vous pensez bien que si je le décidais je ne vous poserais pas la question, puisque malgré les élections (passées et à venir) vous semblez ne pas partager l’avis des Afghans.

  • permalien une bille :
    5 juillet 2009 @11h19   « »

    @Shiv7

    Sur son blog, M-F Calle a défini toute l’ambiguité de l’exercice :

    Dans ce contexte, les élections présidentielles du 20 août, qui devraient reconduire au pouvoir à Kaboul, un Hamid Karzaï plus impopulaire que jamais, ne sont pas de très bon augure. Même si c’est en partie pour que ce scrutin à hauts risques se déroule dans les meilleures conditions possibles que les troupes américaines ont été déployées au sud du pays. La réélection d’un président peu apprécié des Afghans, qui a choisi, de surcroît, pour co-listiers deux anciens chefs de guerre - le Tadjik Mohammad Qasi Fahim et l’Hazara Karim Khalili - pourrait être contreproductive et ralentir la mise en oeuvre de cette fameuse "bonne gouvernance" indispensable à la stabilité et à la sécurité du pays.

  • permalien une bille :
    5 juillet 2009 @11h26   « »

    Le liens de ma citation précédente : Les talibans ou l’art d’esquiver les combats

  • permalien Afshin :
    5 juillet 2009 @11h38   « »

    Dans ce contexte, les élections présidentielles du 20 août, qui devraient reconduire au pouvoir à Kaboul, un Hamid Karzaï plus impopulaire que jamais, ne sont pas de très bon augure.

    Le Président Karzai est impopulaire à Washington DC, pas en Afghanistan !

  • permalien K. :
    5 juillet 2009 @11h44   « »

    @ 5 juillet @10h36. Je crois que dans un cas comme celui-ci, qui voit une discussion intéressante entre deux internautes se dérouler, il vaut mieux signer (nom ou pseudo) un post comme le votre. Enfin, c’est mon avis...

  • permalien une bille :
    5 juillet 2009 @11h48   « »

    Hamid karzaï est aujourd’hui plus populaire à l’étranger que dans son propre pays. Si sa prestance et sa vivacité d’esprit continuent de charmer à l’extérieur de l’Afghanistan, son charisme n’opère plus de la même façon auprès de ses compatriotes. Sept ans après la chute des talibans, Karzaï paie de sa popularité les espoirs déçus d’un pays qui n’est pas parvenu à rompre avec la guerre.

  • permalien Shiv7 :
    5 juillet 2009 @12h12   « »

    Oui le problème n’est pas simple, mais vous l’aurez compris, pour moi l’occident ne parviendra pas à ces fins, instituant le contraire des buts recherchés (c’est pas sûr..quel sont les réels buts ?) et finalement s’épuisant dans un combat perdu d’avance. Dès lors pourquoi insister ?

    En outre, votre dernier liens, qui démontre la tactique Talibanes, prouve bien que l’on a faire avec des résistants (pas des extrémistes), ces derniers disparraissants dans le (leur) peuple qui les soutients, comme c’est le cas de tous les résistants du monde à toutes les époques.

    En outre, une particularité de la résistance Afgane, c’est qu’elle se défend sur deux fronts : Combat pour son intégrité territoriale, et combat (contre réaction) idéologique, qui prend l’allure d’un extrémisme en réaction au totalitarisme de la modernité. Il est possible (simple supposition) que tout les intégrismes (musulman et autres) ne soient que des "réactions" à notre totalitarisme de l’axe du bien. On pourrait même aller jusqu’à estimer qu’il s’agit d’une réaction "saine" devant l’abération d’un pouvoir faussement universel. Bien sur ces déductions ne reposent pas particulièrement sur des infos (politiques d’actualité) mais plutôt sur une approche soit sociologique, soit métaphysiques de la question. C’est en se sens qu’il faut comprendre ma participation à ce blog. Je pense que d’avoir ce type d’appropche peut être complémentaire à l’approche purement politique, voir sentimentale, des sujet développés dans cette actualité.

    Salutations

  • permalien K. :
    5 juillet 2009 @14h42   « »

    Un article de Robert Skidelsky dans le New York Review of Books (via Contre-Info) :

    Il faudra un énorme réalignement mental des États-Unis.

    Extraits (1/2) :

    Les accords de Bretton Woods de 1944 avaient adopté la proposition des taux fixes mais ajustables, mais se sont révélés incapables de fournir un remède contre les pays qui accumulaient des excédents commerciaux ou thésaurisaient des réserves. Dans la pratique, le problème a été résolu par les États-Unis prenant la place qui fut celle de la Grande-Bretagne au dix-neuvième siècle comme principal fournisseur de fonds d’investissement étrangers. L’exode de l’épargne américaine a permis de reconstruire l’Europe après la guerre, et a maintenu une demande mondiale soutenue tout au long de l’ère de Bretton Woods.
    Le dollar a remplacé l’or comme principale monnaie de réserve du monde.

    Cela a permis aux États-Unis d’imprimer des dollars pour couvrir son déficit commercial croissant. L’arrangement convenait à la fois aux Européens et aux États-Unis, car non seulement il permettait aux Européens d’exporter vers l’Amérique avec des taux de change sous-évalués, mais il couvrait également le coût de la défense de l’Europe occidentale et de l’Asie de l’Est non-chinois par l’Amérique contre le communisme.

    En d’autres termes, le « privilège exorbitant » du dollar des États-Unis a permis de poursuivre une mission impériale qui, à l’époque de la guerre froide, satisfaisait largement ses partenaires et alliés.

    La position privilégiée du dollar survécut à l’effondrement du régime des taux de change fixes de Bretton Woods, en 1971. En théorie, le système résultant des taux de change flottants supprime complètement le besoin de toute réserve, car l’ajustement des déséquilibres des comptes courants est censé être automatique. Mais la nécessité de réserves survécut de façon inattendue, principalement pour se prémunir contre les mouvements spéculatifs des investissements à court terme -"hot money"-, qui pouvaient entrainer les taux de change hors de leur valeur d’équilibre.

  • permalien K. :
    5 juillet 2009 @14h46   « »

    Robert Skidelsky (2/2) :

    A partir des années 1990, les gouvernements d’Asie de l’Est érigèrent unilatéralement un « Bretton Woods II », liant leur monnaie au dollar, et tenant leurs réserves en dollars. Cela a reproduit à la fois les avantages et les défauts de Bretton Woods I : cela a évité une déflation mondiale, mais a compromis la crédibilité à long terme du dollar comme monnaie de réserve mondiale.

    Le nouveau dispositif permit aux États-Unis de continuer à profiter d’avantages politiques "seigneuriales" -le droit d’acquérir des ressources réelles par l’impression d’argent. Les ressources "gratuites" ne concernaient pas seulement les biens de consommation importés, mais aussi la capacité de déployer de grandes forces militaires outre-mer sans avoir à taxer ses propres citoyens.

    Tout historien sait qu’une monnaie hégémonique fait partie d’un système impérial des relations politiques. Les Américains ont approuvé le déséquilibre des relations économiques engagées par les gouvernements d’Asie de l’Est, par la sous-évaluation de leurs monnaies, car cela assurait la persistance du déséquilibre des relations politiques.

    La volonté du gouvernement américain de mettre fin à des déséquilibres macro-économiques dépend donc de sa volonté d’accepter un monde plus pluriel dans lequel d’autres centres de pouvoir en Europe, en Chine, au Japon, en Amérique latine, au Moyen-Orient, assument la responsabilité de leur propre sécurité, et dans lequel les règles du jeu pour un ordre mondial qui peut préserver la paix tout en abordant les problèmes posés par le terrorisme, le changement climatique, et l’abus des droits de l’homme sont négociés et non imposés.

    La question de savoir si, même sous Obama, les Etats-Unis sont disposés à accepter une telle politique de rééquilibrage du monde est loin d’être évidente. Il faudra un énorme réalignement mental des États-Unis. La crise financière a révélé la nécessité d’une réorganisation économique. Mais cela ne sera pas le cas jusqu’à ce que les États-Unis renonce à sa mission impériale.

  • permalien Shiv7 :
    5 juillet 2009 @15h48   « »

    K. Merci excellent lien, qui démontre bien la nature "féodale" (mais à l’échelle mondiale) du système économique et qui, du même coup, relativise les "progrès" de la modernité. Celà démontre aussi la fragilité du système, qui dépend complètement de ceux là même qu’il exploite(comme dans tout système), dès lors que ceux ci "ne participe plus ou au minimum", à la Ghandi, tout le système s’écroule.. Celà m’étonnerait que les US parvienne à changer "leur façon de voir" sans que quelque chose les contraignes à le faire.

  • permalien pako :
    6 juillet 2009 @10h06   « »

    Sur la proposition 5 :

    "tracts parachutés dans la langue quotidienne"

    totalement inutile, voir meme contre productif...
    comment prendre au serieux un interlocuteur qui ne prend meme pas la peine de venir en personne !
    alors que les "talibans" sont présent au quotidien eux.

  • permalien K. :
    7 juillet 2009 @22h48   « »

    Enième mort paisible d’un énième criminel de guerre.

    “What makes it immoral if you lose and not immoral if you win ?”

  • permalien Afshin :
    8 juillet 2009 @16h13   « »

    Des chiffres des pertes US ont été publiés hier : (No comment...)

    - Iraq : 4 322 militaires US morts depuis mars 2003
    - Afghanistan : 646 militaires US morts depuis oct. 2001

  • permalien K. :
    8 juillet 2009 @18h00   « »

    Pour certains l’opération US n’aurait fait que déplacer (géographiquement) le problème taliban. Ces derniers auraient très précocement abandonné leurs positions dans la province de Helmand pour se replier ailleurs, (ce qui peut expliquer le relativement petit nombre de victimes “rebelles”, les “sacrés combats” signalés par les soldats US- voir lien “grabuge” dans un post précédent- semblant fortement exagérés) Les autres membres de “l’axe du bien”, ceux qui voient les taliban s’inviter dans leurs zones, ne seraient pas contents :

    The movement of the Taliban into those areas has prompted complaints from German and Italian commanders, whose troops operate there, and have prompted questions about whether the United States has enough troops to pursue the Taliban while at the same time carrying out Army Gen. Stanley McChrystal’s plan to "clear, hold and build" in areas wrested from Taliban control.

    Par ailleurs un mano a mano survenu le lendemain du début de l’offensive fournit une raison purement humanitaire de se réjouir de ce retrait des taliban. En effet les “nouvelles règles d’engagement” de l’ISAF pour éviter les “dégâts collatéraux”, en particulier la « limitation du recours à l’appui aérien au sol » sont, comme toutes les précédentes et pour rester dans l’euphémisme, très relatives :

    The stiffest resistance occurred in the district of Garmser, where Taliban fighters holed up in a walled housing compound engaged in an eight-hour gun battle with troops from the 2nd Battalion of the 8th Marine Regiment. The Marines eventually requested a Harrier fighter jet to drop a 500-pound bomb on the compound, which was believed to have killed all fighters inside.

    William Lind, en spécialiste de stratégie militaire, n’en est pas étonné mais est comme perplexe :

    ... it seems to have resulted from an all-too-frequent problem with American infantry, a narrow tactical repertoire that offers few options.

    Anybody out there ever hear of a siege ? That housing compound might not have had infinite supplies of food or water. Must we be in such a hurry to resolve every situation that sieges are not an option ? They are, after all, one of the oldest techniques in war (read the Iliad).

  • permalien K. :
    8 juillet 2009 @19h56   « »

    “Sacrés combats”, ’hell of a fight’

  • permalien Shiv7 :
    8 juillet 2009 @21h52   « »

    Bonsoir K

    Je n’arrive pas à croire que les US-Otan croyent pouvoir gagner, en réalité, je ne crois pas qu’ils peuvent y croire, en tous cas en haut-lieu.

    Des fois, j’ai l’impression d’assister à un "Top-Model"(feuilleton tv US interminable et de l’ordre des opiacés..), version les "croisades du xxi siècles", où les robots (drones) se battent pour défendre les valeurs humaines (sic), contre les vestiges dépassés(même plus humain, puiqu’on les tues dans l’anonymat total avec des machines !) de ce que était un homme au sens traditionel de ce terme, à savoir un être en harmonie avec ce qui l’entoure (physiquement et spirituellement).

    Hier encore des Pashtounes sont tombés sous les robots..

  • permalien K. :
    8 juillet 2009 @22h36   « »

    Shiv,

    ...gardez cela à l’esprit (..) : Pour les Américains, la vie d’un Afghan ne vaut pas un cent, (..).

    De retour de [la guerre du] Vietnam, le général William Westmoreland, interviewé par le réalisateur Peter Davis pour les besoins de son film Hearts and Minds qui remportera l’Oscar, a dit : "L’Oriental n’accorde pas un prix aussi élevé à la vie qu’un Occidental. La vie est abondante. La vie est bon marché en Orient."

    Ainsi pour un Américain quand Michael Jackson meurt la vie en est bouleversée. Une célébration de mariage afghan, ou cinq, sont rayées de la carte [par des robots volants], et même un haussement d’épaules est trop d’effort

  • permalien K. :
    8 juillet 2009 @22h57   « »

    @ Shiv7

    Rory Stewart est aussi de votre avis,

    Il est peu probable que nous soyons en mesure de vaincre les talibans. Les ingrédients du succès des campagnes anti-insurrectionnelles dans des endroits comme la Malaisie - le contrôle des frontières, un grand nombre de troupes par rapport à la population, un soutien fort de la majorité des groupes ethniques, un engagement à long terme et un gouvernement local crédible – n’existent pas en Afghanistan.

  • permalien Afshin :
    9 juillet 2009 @06h01   « »

    [°°°] Il est peu probable que nous soyons en mesure de vaincre les talibans. [°°°]

    Cela fait des années déjà, que la plupart des militaires qui ont tenu des fonctions de haut commandement en Afghanistan, qu’ils soient britanniques, français, et autres, disent que cette guerre est vouée à l’échec. Il n’y a pas longtemps, des vétérans russes ont aussi tenté d’alerter les occidentaux, en leur disant qu’ils allaient droit dans le mur, et ils savent de quoi ils parlent. A cet égar la position de Baraq Obama me semble incompréhensible...

  • permalien Sakhra :
    9 juillet 2009 @12h10   « »

    Apparemment, la coalition renonce aux seuls intérêts qui étaient les siens en Afghanistan : détruire les champs de pavot ? Ils ne veulent plus détruire ces champs, pour "conquérir les cœurs des populations"....

    Les Talibans ,eux ,avaient au moins réussi à limiter la production du pavot,....

    Quels sont alors les intérêts à défendre maintenant pour les "Occidentaux" dans cette expédition gigantesque : "la Démocratie" à imposer ?

    Les expéditions coloniales du 19ème siècle, se faisaient au nom de la "mission civilisatrice" des Occidentaux, qui avaient décidé eux-mêmes et une fois pour toutes qu’ils étaient "La Civilisation"et que les peuples à coloniser eux étaient partie négligeable : étaient-ils seulement des êtres humains, ces "barbares" ?

    La "mission civilisatrice " a justifié les pires crimes contre l’humanité sur lesquels, le plus grand silence a été observé, et a servi de leurre à l’accaparement des ressources des pays colonisés, qui était le vrai but des expéditions. (En Algérie, à la veille de l’insurection, 10% seulement des enfants algériens étaient scolarisés : vous avez dit mission civilisatrice ?, mais la plus grande majorité des meilleures terres étaient entre les mains des colons (10% de la population totale )

    Variation sur un même thème : le discours de l’impérialisme aujourd’hui : la "démocratie".et derrière, l’accès au gaz et au pétrole des républiques d’Asie centrale, accès par l’Afghanistan, avant que la Chine n’y arrive ?

    L’impérialisme ne finira jamais de "prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages" ?

    Quant à l’ONU, que n’a-telle pas été capable de faire respecter ses résolutions concernant la Palestine, elle aurait été plus crédible .

  • permalien Afshin :
    10 juillet 2009 @01h09   « »

    Une déclaration du Colonel US David Haight en charge de deux régions stratégiquement vitales du sud de Kaboul, dans un style assez particulier, est intéressante :

    "Je pense que les gens ici sont mécontents du gouvernement parce qu’il y a le sentiment, regardez, « Je suis juste au sud, je glande à 65 kilomètres de là et vous ne pourriez pas m’aider ? » ".

    "Je pense que l’apathie va se transformer en colère parce que lorsque l’administration ne change pas, et je ne pense pas que quiconque croit maintenant que Karzai va perdre ... je pense qu’il va y avoir de la frustration pour ceux qui vont réaliser, qu’il n’y aura pas de changement. Au bout du compte, ils vont penser : « quatre ans de plus de cette merde ? »"

    Colonel David Haight

    C’est Hamid Karzai qui va être content encore, et il n’aura pas tort.

  • permalien K. :
    11 juillet 2009 @12h08   « »

    Pour Paul Rogers la situation de la “coalition” en AfPak, déja difficile du fait que les taliban ne combattent pas de la manière dont le voudrait la dite coalition, risque de très sérieusement s’aggraver à cause d’un approfondissement récent des relations entre l’Afghanistan et l’Inde. Ce rapprochement inquiéterait au plus haut point le Pakistan, qui pourrait dés lors rechigner à traquer les taliban (Un Pakistan d’ailleurs réticent, malgré les apparences, depuis le début de sa nouvelle “pleine” coopération avec la coalition selon l’auteur) :

    The scale of the United States and British effort in Helmand notwithstanding, there is little indication that Taliban militias are seeking to engage in open conflict. (..). More significant, however, is that local Taliban commanders are quite prepared to engage foreign forces directly when circumstances favour them [l’auteur donne l’exemple de l’épisode décrit dans un précédent post- épisode qui en fait n’avait pas eu lieu dans la province de Helmand et qui avait été provoqué par les taliban eux-mêmes dans une zone frontalière sous la surveillance de l’armée pakistanaise].

    The incident demonstrates the ability of the paramilitaries to fight where they choose, as well as (in the Los Angeles Times’s words) "militant groups’ continuing capability to stage sophisticated, multipronged attacks in Afghanistan’s eastern border zone, despite the Pakistani army’s efforts in recent weeks to rein in insurgents who use the tribal areas in Pakistan as a staging ground."

    This assessment raises the broader issue of the extent of support that Pakistan is actually offering. There are clear indications that United States-Pakistani cooperation in the key border areas is actually far more limited than is usually assumed.

    Such cooperation depends very much on good relations between Pakistan and Afghanistan, but these cannot be assumed. Instead, it appears that relations may actually be deteriorating at precisely the time - with the US operations in Helmand underway - when the opposite is most needed.

    In an unfortunate piece of timing, there are signs of a considerable increase in collaboration between the Afghan and Indian governments - precisely the trend most likely to upset Islamabad and make cooperation with the US more difficult.

  • permalien Afshin :
    11 juillet 2009 @14h33   « »

    Rectificatif pour l’Afghanistan :

    - 732 militaires US morts depuis oct. 2001
    - 504 militaires autres morts depuis oct. 2001

  • permalien Afshin :
    11 juillet 2009 @22h00   « »

    Gordon Brown a déclaré aujourd’hui, que "la tactique employée en Afghanistan était la bonne"... Quand on sait que les Britanniques ont perdu 15 soldats en 10 jours, et que leurs pertes en Afghanistan atteind 184 militaires, (Sans parler des 179 autres en Iraq) c’est faire preuve d’un bel optimisme.................

  • permalien K. :
    13 juillet 2009 @00h20   « »

    Tandis que Stanley McChrystal appelle à renforcer numériquement la police afghane, l’Afghan lambda “libéré” par les troupes de la coalition, supplie ces dernières de ne pas ramener la « brutale et corrompue » police afghane dont les avait débarrassé les taliban, de ce fait « accueillis en libérateurs ».

  • permalien Murmure :
    13 juillet 2009 @10h58   « »

    Obama ordonne une enquête sur de possibles crimes de guerre soutenus par les Etats-Unis en Afghanistan

    (...)

    Barack Obama réagissait à un article du "New York Times" publié vendredi qui, citant des responsables gouvernementaux et d’organisations humanitaires, accuse l’administration Bush de ne pas avoir enquêté sur l’exécution de centaines, voire de milliers, de prisonniers talibans en novembre 2001.

    Le "New York Times" souligne les liens entre l’armée américaine et la CIA et le général afghan Abdul Rashid Dostum, accusé par certaines ONG d’avoir ordonné ces exécutions. Selon le quotidien, ni le département de la Défense ni le FBI n’ont enquêté sur ces accusations.

    (...)

  • permalien K. :
    13 juillet 2009 @19h20   « »

    Selon Syed Saleem Shahzad de Asia Times, après une période de flottement le Mollah Omar serait parvenu à reprendre le commandement central, à réorganiser solidement ses troupes, et prévoit, en étroite alliance avec Al Qaeda, une guerre contre la coalition « jusqu’à la victoire ». Et les Taliban persistent et signent : les seules négociations auxquelles ils seraient prêts seraient celles discutant du départ des troupes de la coalition.

    Et les Talibans seraient réellement loins d’être affaiblis :

    Autour de Kaboul, les Taliban ont de nouveau une prise ferme sur les provinces essentielles que sont Ghazni, Logar et Wardak, paralysant pratiquement l’influence des administrations locales.

    Samedi [dernier], le gouverneur de la province de Ghazni a de très peu échappé à une attaque menée par les Taliban. Dans les provinces frontières telles que Kounar et Nouristan, où il y a seulement quelques mois l’OTAN et les forces de sécurité pakistanaises (Mohmand et Bajaur du côté pakistanais) avaient déclaré victoire dans leur bataille contre les Taliban à l’issue de l’opération Coeur de Lion, les Taliban sont résurgents.

  • permalien K. :
    14 juillet 2009 @15h29   « »

    « Les femmes et les enfants étaient les premières victimes et les plus importantes et il y a encore beaucoup de violences à leur égard », explique Joya dans un entretien avec l’agence IPS. « Et la raison principale est que les fondamentalistes de l’Alliance du Nord sont toujours au pouvoir à Kaboul. Mentalement, ils sont comme les talibans. »

    "Mais ce sont nos fils de pute..."

  • permalien Afshin :
    14 juillet 2009 @21h28   « »

    Un papier intéressant de Geoge Friedman à lire sur le sujet :

    Strategic Calculus and the Afghan War

  • permalien Shiv7 :
    14 juillet 2009 @21h47   « »

    @14 juillet 11h16

    Rien que de penser qu’il est entré dans le Guiness World Record book pour avoir donné la somme de 500 millions de dollars pour des oeuvres de charité. Ça arrêterai là, Les comparaisons des abrutis.

    Ca veut dire quoi ? Que pour 500 milions de dollars on peut se permettre de raser à coup de drône, un convois de mariage Afghan ? (parce qu’ils ne dances , ni ne chante pas aussi bien, que Jackson ?) Question comparaisons idiotes, vous êtes notre maître à tous, vous avez beaucoup à apporter à se blog en ce sens..

    Voyez-vous, bien qu’étant amateur (et également auteur, compositeur et interprète à l’occasion) de musique rock, et celà depuis plus de 35 ans, il ne me viendrais pas à l’idée d’avoir votre raisonnement. K à très justement comparé que la mort de Jackson, hyper-médiatisée, un des plus grands évènement de tous les temps, (mort de surdose de médicaments), pendant qu’au même moment, des familles Afganes entières, chez elles, à des mariages, des enterrements,etc. sont rayées du mondes des vivants (par des procédés inqualifiables), ceci dans l’anonymat presque complet.. Et tout ceci émanent du même pays..Le contraste est rude, suivant qui meurt..

    Dans les enfants et bébé Afghans qui sont morts, peut-être y avait-il un, qui, si on lui avait laissé le temps, aurait peut êtres donné "plus" au monde que Jackson..(ce qui est facilement concevable, surtout si on ne considère pas que la musique). Vous qui avez l’air d’aimer la surdose de sucre, méditer sur la question, ça devrait vous plaire..

    Je profite de remercier K. dont j’apprécie toujours,le fond et la forme, des interventions. (je me répètes..)

  • permalien K. :
    17 juillet 2009 @01h34   « »

    Ann Jones présente la situation en Afghanistan à travers l’histoire du (feu) pachtoune Ajmal, qui fixait des rendez-vous (le “fixateur”) avec les talibans pour le compte de journalistes occidentaux.

    ... travaillant pour le journaliste italien Daniele Mastrogiacomo, Ajmal fixe un rendez-vous mortel avec le commandant taliban mollah Dadullah (...) Les Italiens, qui entrent en pourparlers ouverts avec les preneurs d’otage, persuadent Karzai d’échanger cinq prisonniers talibans contre Mastrogiacomo et Ajmal. Dans l’excitation de la libération, cependant, Mastrogiacomo oublie son fixateur. Les Taliban voient là une occasion de reprendre Ajmal et d’exiger la libération de deux prisonniers supplémentaires. Karzai et son ministre des affaires étrangères, ayant libéré l’étranger, invoquent alors des arguments moraux, refusant de négocier avec des terroristes. Des ordres viennent du Pakistan pour tuer Ajmal — le 8 avril 2007 – afin de décrédibiliser Karzai aux yeux de ses propres administrés. Le mollah Dadullah envoie une vidéo de la décapitation.

    Le père bouleversé de Ajmal demande, "Quel sorte de gouvernement ne protège pas ses propres citoyens ?" ; La réponse est : un gouvernement qui est acheté, payé, et docile envers des étrangers, un gouvernement qui n’a ni l’obligation ni l’envie de s’occuper de ses citoyens. Comme Karzai l’explique, "Les Italiens nous ont construits une route."

    C’est le gouvernement pour qui la communauté internationale dépense maintenant plus de $500 millions pour le faire réélire. (..). Les fonctionnaires internationaux des élections, naturellement, sont neutres — si neutres qu’ils regardent ailleurs pendant que Karzai fait des affaires avec des seigneurs de guerre rivaux pour assurer sa réélection. Un par un ils se rangent de son côté, et les rumeurs vont bon train sur les ministères qu’il leur a promis (..)

    Comme l’exprime le père affligé du fixateur "Notre gouvernement est une marionnette des étrangers. C’est pourquoi nous n’en attendons rien." Pendant que j’écris, 4.000 soldats de la marine nouvellement arrivés des États-Unis marchent lourdement sous la chaleur étouffante de la province de Helmand pour repousser les Taliban afin que les Pashtounes locaux puissent voter le mois prochain pour Karzai, également Pashtun.

    Qu’est ce qui cloche avec cette nouvelle stratégie d’Obama ? Le fait que dans certains secteurs la population Pashtun du pays s’est mise à lutter contre les envahisseurs étrangers, côte à côte avec les Talibans (qui, faut-il le rappeler, sont le plus souvent des Pashtuns du cru). Ils sont aussi remontés que quiconque contre la marionnette Karzai. Comme des millions d’autres Afghans, ils disent que Karzai n’a fait rien pour les gens. Mais, mis en selle par l’histoire, Karzai reste le cheval que les États-Unis ont choisi de monter.

  • permalien Afshin :
    17 juillet 2009 @13h23   « »

    Le chef d’état-major des armées des USA, l’Amiral Michael Mullen interrogé jeudi par la BBC, répond à la question de savoir combien de temps la guerre peut durer en Afghanistan :

    « Je ne sais pas combien de temps. Je sais que c’est progressivement devenu pire encore depuis les trois dernières années, trois ans et demi, depuis 2006, et les Talibans, ont beaucoup progressés ».

    « Les Talibans ont été beaucoup plus violents, beaucoup plus organisés, et donc il va y avoir des combats en relation avec ceci. »

  • permalien Afshin :
    19 juillet 2009 @12h12   « »

    Le temps de repenser la stratégie en Afghanistan
    Vendredi 17 Juillet 2009
    Patrick Seale

    En toute comptabilité lucides, la politique occidentale en Afghanistan est un échec. Les Talibans, sous le commandement de leur chef le mollah Omar, ont rejeté toutes les tentatives visant à les attirer dans des négociations. Leur objectif déclaré est de conduire les forces étrangères hors du pays et de proclamer la victoire. Le militantisme jihadiste - une combinaison mortelle d’extrémisme islamiste et de xénophobie tribale, - que l’Occident a armé et encouragé pour défaire les Soviétiques s’est maintenant retourné avec force, contre lui.

    Dans les circonstances, les objectifs occidentaux pour l’Afghanistan - pour vaincre les talibans, construire un Etat d’Afghanistan démocratique et effectif, - semblent de plus en plus irréalistes. Le nombre de victimes américaines et britanniques s’envole ; l’activité économique dans le pays ravagé par la guerre est à l’arrêt et l’autorité du gouvernement du président Hamid Karzaï corrompu et incompétent peine à aller au-delà de Kaboul.

    Un nouveau facteur important est que l’opinion publique occidentale, notamment en Grande-Bretagne mais aussi en Allemagne, se tourne contre la guerre. Le temps d’une profonde remise en cause de la stratégie peut approcher.

    Mis au pouvoir avec le soutien occidental, il y a plus sept ans de cela, Karzaï espère obtenir un troisième mandat présidentiel à l’occasion des élections du 20 août. Il fait face à une vive concurrence de quelques 40 concurrents, y compris un ancien ministre des Affaires étrangères, Abdallah Abdallah, et un ancien ministre des Finances, Ashraf Ghani. Ce dernier, en particulier, a appelé à une période de trois ans de cessez-le-feu avec les Talibans comme un mouvement pour mettre fin à la guerre.

    Ayant perdu une grande partie de l’appui de l’Ouest qu’il avait précédemment connu, Karzaï a promis cette semaine que, s’il était réélu, lui aussi, tenterait de négocier avec les Talibans. Mais il n’y a aucune preuve que, avec le vent en poupe, les Talibans répondraient favorablement à une telle ouverture.

    La récente proposition de Karzaï de ramener le général Abdul Rashid Dostum, un ancien ministre de la Défense à controverse, au poste de chef de son état-major militaire, ne sera pas pour rassurer les Talibans de ses bonnes intentions. Dostum, un ancien chef de guerre qui était appointé par la CIA, est considéré comme responsable du massacre de centaines, peut-être de milliers de prisonniers Talibans au cours de l’invasion de 2001. [°°°]

  • permalien Afshin :
    19 juillet 2009 @12h14   « »

    [°°°] Des erreurs fondamentales - pour lesquelles les puissances occidentales, les Irakiens et les Afghans ont payé très cher - ont été commises par l’ancien Président américain, George W Bush. Après les attaques par Al-Qaïda du 11 Septembre 2001 à New York, Bush a décidé d’envahir l’Afghanistan pour renverser le gouvernement Taliban, puis en 2003 de passer l’effort de guerre de l’Amérique sur Irak, sur la charge frauduleuse que Saddam Hussein aurait eu des liens avec Al-Qaïda et aurait mis au point des armes de destruction massive. Mais c’est Al-Qaïda qui a monté les attaques terroristes du 11 / 09, pas les Afghans ou les Irakiens.

    Ce qui aurait dû être une opération contre-terroriste étroitement ciblée - par des forces spéciales, des agences de renseignement et de police - qui visant exclusivement à mettre à Al-Qaïda hors d’action, s’est tourné en deux grandes guerres, et deux longues occupations, qui ont ravagé l’Afghanistan et de l’Iraq, et déstabilisé le Pakistan. Pendant ce temps, Oussama Ben Laden et de ses collaborateurs les plus proches sont toujours en fuite.

    Le Président Barack Obama opposé à la guerre en Irak est clairement déterminé à retirer toutes les troupes américaines de ce pays. Mais en Afghanistan, il semble aggraver l’erreur de Bush - avec des conséquences tragiques pour le Pakistan. Il a envoyé plus de troupes américaines en Afghanistan et, avec l’aide de la Grande-Bretagne, a lancé une vaste offensive contre les bastions des Talibans dans le sud et l’est du pays. Dans le même temps, le Pakistan a été poussé à faire la guerre contre les tribus de la province du nord-ouest, provoquant un exode massif de plus de deux millions de personnes démunies et terrifiés.

    Est-ce la meilleure façon, on peut se le demander, de vaincre Al-Qaïda ? Ou la stratégie est-elle totalement contre-productive ? En effet, au lieu de séparer Al-Qaïda des Talibans - et de la concurrence féroce des tribus pachtounes des deux côtés de la frontière pakistano-afghane où les Talibans tirent la plupart de leurs recrues - la politique de l’Ouest a permis de fusionner les Talibans, les Pachtounes et Al-Qaïda en un seul ennemi.

    Le problème est particulièrement aigu pour les forces armées à rude épreuve de la Grande-Bretagne, pour les des finances du pays de épuisées, et pour le Premier ministre Gordon Brown assiégé. Les effectifs de l’armée de la Grande-Bretagne comptent 187000 hommes et femmes, financés par un budget militaire actuel de 38 de livres sterling, incluant 9 milliards pour l’armement et l’équipement.

    La pression est forte pour des coupes dans le budget de la défense, et pour le sacrifice de certains éléments principaux d’équipement, juste au moment où les critiques affirment que les troupes britanniques en Afghanistan sont en sous-nombre et sous-équipées pour la tâche qu’il leur a été donnée. [°°°]

  • permalien Afshin :
    19 juillet 2009 @12h15   « »

    [°°°] La Grande-Bretagne a 9.000 soldats en Afghanistan, la deuxième plus grande présence de troupes après les États-Unis. Elle a perdu 185 soldats en Afghanistan, six de plus que le total des pertes en Irak. Les États-Unis ont perdu 742 soldats en Afghanistan et en Iraq en 4326. Pour quelle noble cause, peuvent se demander les critiques, ces jeunes hommes ont-ils été envoyés à leur mort ?

    L’opposition conservatrice, dirigée par David Cameron - qui semble bien placée pour remporter les prochaines élections générales britanniques, en 2010 - a promis de procéder à une nouvelle révision de la défense stratégique, ce qui doit inévitablement occasionner des retards, voire des coupures dans certains programmes militaires, comme les deux porte-avions, d’un coût estimé à 4 milliards de livres sterling, mais qui ne devraient actuellement pas entrer en service avant 2018 – si tant est. Un autre point qui pourrait bien être retardé ou subir une coupe est le remplacement de plusieurs milliards de livres sterling des missiles Trident de fabrication américaine dans les sous-marins nucléaires de la Grande-Bretagne.

    Les autres principaux points de l’équipement qui ont été retardés comprennent un véhicule blindé d’infanterie nommé FRES (Future Rapid Effect System), une nouvelle génération d’avions de reconnaissance maritime Nimrod, et des destroyers Type 45 pour la Royal Navy. Sur six de ces navires, prévue à l’origine, un seul sera mis en service en Décembre 2009. Le Joint Strike Fighter, que les Britanniques développent avec l’Américain Lockeed Martin, a également été soumis à de graves retards.

    À ce moment douloureux de rigueur financière, quand le produit intérieur brut de la Grande-Bretagne devrait baisser de 3,5 pour cent pour l’année en cours, la pression monte dans le public, les politiciens et les chefs militaires, pour une réduction de l’effort de guerre de la Grande-Bretagne en Afghanistan.

    Mais en dehors de l’évidente nécessité de réaliser des économies, est-il réellement exact, comme Barack Obama et Gordon Brown l’ont affirmé à maintes reprises, qu’à défaut de défaire les Taliban en Afghanistan et au Pakistan, le monde serait exposé à la terreur d’Al-Qaïda ?

    Les armées occidentales peuvent-elles vraiment avoir l’espoir de créer un État centralisé viable, et bien gouverné, en Afghanistan, un pays de montagnes pratiquement infranchissables et de tribus farouchement indépendantes ? Plutôt que de financer de grandes opérations militaires, ne serait-il pas plus sage pour l’Amérique et ses alliés de revenir à une stratégie plus ciblées de lutte contre le terrorisme ?

    Au lieu de rendre le monde plus sûr, les guerres en Afghanistan et au Pakistan semblent en danger de créer encore plus d’ennemis pour l’Occident.

  • permalien K. :
    20 juillet 2009 @09h23   « »

    Gates : Nous ne combattons pas actuellement pour gagner mais pour savoir, d’ici un an, si nous pouvons gagner. Les critères de “gagnabilité” ne sont pas abordés.

    Même verbalement, les US ont du mal à se débarasser de l’héritage Bush. Le GWOT s’impose largement à l’OCO. Il n’y qu’à voir ce discours de H Clinton.

  • permalien Afshin :
    20 juillet 2009 @11h46   « »

    le Secrétaire à la Défense Robert Gates a aussi exprimé des doutes dans cette interview d’hier :

    « Après l’expérience de l’Irak, personne n’est disposé à faire un long coup où il n’est pas évident que nous fassions des progrès. »

  • permalien Afshin :
    20 juillet 2009 @12h54   « »

    Sinon, je suis surpris que personne ne commente l’article précité :

    Le temps de repenser la stratégie en Afghanistan

    Patrick Seale

    Je trouve pour ma part son analyse extrêmement pertinente, mais peut-être est-ce comme on dit, que “qui ne dit mot consent”, qui sait ?!

  • permalien Afshin :
    22 juillet 2009 @12h12   « »

    Petite mise à jour A/C 22/07/2009 :

    - U.S. -747
    - Autres -513 (Dont U.K. -187)
    - Total Afghanistan -1260

    - U.S. -4327
    - U.K. -179
    - Autres -139
    - Total Iraq -4645

  • permalien Yasmina :
    22 juillet 2009 @14h52   « »

    Avant d’aborder l’interview proprement dite, M. Webster G. Tarpley, auteur entre autres de l’extraordinaire ouvrage La Terreur Fabriquée, Made in USA [1] nous a demandé de complèter son interview avec le paragraphe suivant.

    « Le principal projet américano-britannique du moment est de balkaniser le Pakistan, de façon à ce qu’il ne puisse devenir un corridor énergétique pour la Chine, l’Iran, et le reste du Moyen-Orient, comme on le voit avec le port de Gwadar. La folle escalade de violence en Afghanistan, qui porte la marque d’Obama, n’a de sens que si l’on comprend que le but est de détruire le gouvernement central du Pakistan et de provoquer l’éclatement de ce pays en cinq parties selon le prolongement du plan de Bernard Lewis.

    Le Pakistan est un objectif bien plus important que l’Iran. Il y a également un plan américano-britannique pour détruire la chaîne des pays prochinois le long de l’océan Indien. Mais le Sri Lanka a évacué l’armée de la terreur (soutenue par) les États-Unis et le Royaume-Uni : des terroristes ayant leurs quartiers généraux à Londres et connus sous le nom des Tigres tamouls. Comme il était grotesque de voir Kouchner et Milliband (les ministres des Affaires étrangères français et britannique) tenter désespérément de sauver les Tigres tamouls, pour que les bouchers puissent combattre encore !
    Les endroits comme le Zimbabwe, le Soudan, la Thaïlande, le Cambodge, le Bengladesh et divers groupes d’îles sont aujourd’hui un champ de bataille entre (l’alliance) États-Unis/Royaume-Uni et la Chine, cette dernière faisant pression en faveur d’un commerce et d’un développement pacifique, et l’alliance États-Unis/Grande-Bretagne tentant de les saborder et de maintenir le Consensus discrédité de Washington contre l’émergence du consensus de Beijing qui rejette l’intimidation impérialiste de type FMI-Banque Mondiale-OMC. »

    http://www.mondialisation.ca/index....

  • permalien Shiv7 :
    22 juillet 2009 @16h04   « »

    Bien que l’article dâte de 07, il prend une certaine actualité vu ce qui se passe au Pakistan, (entre autre) :

    http://www.voxnr.com/cc/di_antiamer...

  • permalien Afshin :
    22 juillet 2009 @16h26   « »

    Je précise pour ceux qui auraient du mal à se représenter ce que ça représente 5905 morts, que en poids de cadavres, à la louche ça correspond à 443 tonnes de barbaque et d’os ; comme cela on imagine tout de suite mieux...

    Il est en outre à noter que les blessés ne sont pas officiellement recensés, dans cette guerre il ne faut pas oublier que l’Ouest applique une doctrine militaire "zero mort", et il y parvient assez correctement, avec un super équipement personnel, des moyens de transport sophistiqués, que ce soit par véhicules blindés, ou par hélicos, etc. mais ceci ne protège en rien des blessures, bien au contraire, et les blessures sont gravissimes...

  • permalien Shiv7 :
    22 juillet 2009 @17h37   « »

    @ Afshin

    Je précise pour ceux qui auraient du mal à se représenter ce que ça représente 5905 morts, que en poids de cadavres, à la louche ça correspond à 443 tonnes de barbaque et d’os ;

    Me connaissant un peu, vous savez que je suis loin de défendre Us-Otan and Co. Mais malgré celà je trouve votre comparaison pour le moins limite d’autant quelle n’amène pas du tout à celà :

    comme cela on imagine tout de suite mieux...

    Dès lors votre "trouvaille", qui sent le steak faisandé, est purement provocatrice et mal venue. Elle démontre le même manque de respect de l’homme, que l’Us-Otan face aux Afghans..

    Devenir comme l’ennemi, c’est perdre.

  • permalien Afshin :
    22 juillet 2009 @18h38   « »

    Shiv7 :

    « [°°°] Me connaissant un peu, vous savez que je suis loin de défendre Us-Otan and Co. Mais malgré celà je trouve votre comparaison pour le moins limite [°°°] »

    Ah, si vous voulez de la poésie à propos de la guerre, ça va être très dur...

    Il ne s’agit pas d’une comparaison, mais d’un fait, une autre façon de dire les choses, plus parlante, même si pour ce qui vous concerne, vous semblez fâché avec la physique.

  • permalien Shiv7 :
    22 juillet 2009 @20h42   « »

    Ah, si vous voulez de la poésie à propos de la guerre, ça va être très dur...

    Oh, pas temps que ça, Afshin, il y a une riche littérature (poétique-épique)chez presque tous les peuples du monde.

    Il ne s’agit pas d’une comparaison, mais d’un fait,

    Un fait ?où avez vous vu cet amoncellement de "viande" ? Le mot "fait" prend avec vous une acceptation très large.. (évidement avec un "si" celà serait plus facile, mais je sais que vous réprouvez ce mot, puisque vous me l’avez reprochez dans un post précédent, que dois-je en conclure ?)

    une autre façon de dire les choses, plus parlante,

    ça représente 5905 morts, que en poids de cadavres, à la louche ça correspond à 443 tonnes de barbaque et d’os ;

    Je vois pas, à part pour les bouchers ou cuisiniers professionnel(et encore), en quoi celà est plus parlant, peut être es-ce votre profession ? Dans ce cas vous pourrez nous dire , combient celà fait de louches ou de repas ? Celà sera plus "parlants", pour tout le monde, ce qui est votre but, non ?

    même si pour ce qui vous concerne, vous semblez fâché avec la physique.

    Je vous rassures je ne suis pas "faché" avec cette dernière(du moment qu’elle sait où se situer par raport à la métaphysique), si par contre vous deviez en être le transmetteur, j’aurais quelque doutes sur l’objectivité de l’enseignement.

  • permalien K. :
    22 juillet 2009 @21h19   « »

    Entre les talibans et les US ça va être un “Chiken Game” sans “Chicken” à la fin prédit Syed Saleem Shahzad :

    A mighty collision is inevitable.

  • permalien Yasmina :
    23 juillet 2009 @15h28   « »

    Dès lors votre "trouvaille", qui sent le steak faisandé, est purement provocatrice et mal venue. Elle démontre le même manque de respect de l’homme, que l’Us-Otan face aux Afghans..

    Devenir comme l’ennemi, c’est perdre.

    Shiv7 : je pense comme vous.

    Afshin, Il ne s’agit pas d’imiter la phraséologie des cyniques ni de perdre son humanité. En plus ça fait rustre mal dégrossi. C’est une horreur votre "parabole"

  • permalien Afshin :
    23 juillet 2009 @17h14   « »

    Yasmina :

    « Afshin, Il ne s’agit pas d’imiter la phraséologie des cyniques ni de perdre son humanité. En plus ça fait rustre mal dégrossi. »

    Vous me flattez en me qualifiant de rustre, ce furent aussi des rustres qui firent de la France un modèle en 1793, mon grand père n’était pas Prof. à l’université, il élevait des vaches, des moutons et des chevaux, ça n’en était pas moins un grand esprit.

    La guerre est asseptisée à l’Ouest aujourd’hui, elle est présentée comme une chose propre, normale, on cache les cerceuils qui rentrent dans des boites, on cache les invalides qui rentrent avec leur vie brisée, mais ce n’est pas le cas, la guerre est une horreur, je ne vois pas quel cynisme il y aurait à le dire, cacher la réalité n’est pas une solution bien au contraire, la guerre est une atrocité et il faut le dire !

    Yasmina :

    « C’est une horreur votre "parabole" »

    Aha ! C’était peut-être le but...

  • permalien Afshin :
    23 juillet 2009 @17h30   « »

    “les cadavres qui rentrent dans des boites”
    Pardon...

  • permalien Yasmina :
    23 juillet 2009 @18h33   « »

    oui Afshin la guerre est une horreur. Pas la peine d’en rajouter. C’était maladroit votre comparaison. Les morts ont droit au respects.

    sans rancune. Yasmina

  • permalien Afshin :
    24 juillet 2009 @00h52   « »

    Yasmina :

    oui Afshin la guerre est une horreur. Pas la peine d’en rajouter. C’était maladroit votre comparaison. Les morts ont droit au respects.

    sans rancune. Yasmina

    Sans rancune, Yasmina bien entendu.

  • permalien Afshin :
    25 juillet 2009 @16h29   « »

    Alors que des sondages récents révèlent que 53% des Britanniques sont favorables à un retrait des troupes du U.K. d’Afghanistan et que 51% sont opposés à l’envoi de renforts, le Secrétaire à la défense vient d’annoncer l’envoi de 125 soldats supplémentaires............

    Il est à noter qu’aujourd’hui encore un militaire britannique a été tué, portant le nombre de morts de ce mois ci à 20 soit 189 depuis 2001. Le nombre total atteint 1268 depuis le début de l’invasion de l’Afghanistan.

    Les soldats U.S. tombent aussi comme des mouches, toutes nationalités confondues 67 militaires occidentaux ont été tués depuis le début du mois de juillet et les blessés se comptent par douzaines.

    La résistance afghane s’était réjouie de l’envoi de forces U.S. supplémentaire, indiquant que plus il y aurait de soldats étrangers, plus il y aurait de morts, on peut voir qu’ils ne bluffaient pas...

  • permalien Afshin :
    25 juillet 2009 @23h19   « »

    Les Yankee sont en train de découvrir que les Afghans savent se battre férocement :

    Iraq Veterans Find Afghan Enemy Even Bolder

    Les British aussi d’ailleurs :

    Relentless Taliban just keep coming

    Ils devraient peut être écouter cerains responsables militaires sur le terrain, comme Carleton-Smith, qui commande la 16ème Air Assault Brigade britannique, qui disait en octobre dernier :

    « We’re not going to win this war. »

    Ca semble en effet un constat lucide...

  • permalien Afshin :
    27 juillet 2009 @16h32   « »

    Humour britannique : (?)

    UK declares success in pre-vote Afghan offensive

    On peut le présenter comme ça... Aha !!!

  • permalien Afshin :
    27 juillet 2009 @19h20   « »

    ... D’autant que 2 autres militaires britanniques viennent encore d’être tués aujourd’hui en Afghanistan, soit 22 depuis le début du mois, 191 depuis le début de la guerre. (69 en juillet & 1270 A/C 2001 toutes nationalités confondues)

  • permalien Afshin :
    27 juillet 2009 @23h05   « »

    Ai¨ ! Il n’y a pas que les morts et les blessés, il y a le porte monnaie aussi qui fait mal à vos amis britanniques :

    Revealed : £12bn hidden costs of Afghan war

    Quand tout va mal, tout va mal, une étude vient de sortir, indiquant que le coût publique de l’intervention en Afghanistan atteint 12 milliards de Livres Sterling, soit 190 Livres Sterling pour chaque homme, femme et enfant du U.K. (°°°)

  • permalien Shiv7 :
    28 juillet 2009 @08h59   « »

    Il semblerait qu’une partie des Anglais aient lus le décompte de Afshin..(sur les morts Us-Otan)

    Plus de la moitié des Britanniques estiment que la guerre en Afghanistan ne peut être gagnée et que leurs troupes devraient être retirées sur le champ de ce pays, indique un sondage publié mardi par The Independent.

    Lien :
    http://www.lemonde.fr/international...

  • permalien Afshin :
    28 juillet 2009 @11h15   « »

    Petite mise à jour nécrologique habituelle, un militaire U.S. vient s’ajouter à la liste portant le total de tués à 1271 dont 755 U.S. depuis l’invasion de l’Afghanistan de 2001.

  • permalien Afshin :
    30 juillet 2009 @19h27   « »

    On savait les Britanniques des quasi extraterrestres, sympathiques et polis au demeurant, mais là j’ai l’impression que cela dépasse toutes les bornes :

    Iraq war inquiry to take evidence in Iraq

    Alors qu’ils sont quasiment sortis d’Iraq, il vont enquêter sur l’engagement du U.K. dans cette guerre, alors que tout le monde sait pertinemment que Tony Blair les a bernés, et qu’au même moment ils sont en train de se prendre une déculottée dans une autre guerre en Afghanistan.............

    Sinon toujours dans la presse British, exemple de média en guerre, en l’occurence la BBC :

    Saving lives in Afghanistan’s A&E

    On notera que même derrière la propagande de guerre, ça craint pour eux ces derniers temps..............

  • permalien Afshin :
    31 juillet 2009 @03h07   « »

    Version plus réaliste de la situation :

    30 July 2009 20.54 BST Le Ministère de la Défense a déclaré que 57 soldats britanniques, un nombre sensiblement plus élevé que celui des totaux mensuels précédents, ont été blessés en action en Afghanistan au cours des deux premières semaines de Juillet, tandis que 22 soldats britanniques ont été tués dans cette même période. Seize de ces blessés ont été décrits par le Ministère de la défense comme sérieusement ou très grièvement blessés.

    Les chiffres montrent que 199 soldats britanniques ont été blessés dans l’action jusqu’à présent cette année. Depuis 2001, un total de 753 ont été blessés dans l’action, tandis que 191 soldats britanniques ont été tués en Afghanistan depuis 2001.

    Ce mois ci, les équipes chirurgicales britanniques de l’hôpital de campagne principal en Afghanistan, ont en outre dû demander de l’aide à leurs confrères américains, ne pouvant faire face seul devant l’afflux de blessés graves à opérer et à soigner, a déclaré à la presse le Chirurgien Sous Amiral Lionel Jarvis, précisant qu’ils avaient dû travailler 24 heures sur 24.

  • permalien Afshin :
    31 juillet 2009 @11h25   « »

    3 militaires U.S. et un militaire de la coalition viennent s’ajouter aujourd’hui 31/07/2009 à la liste portant le total de tués à 1275 dont 758 U.S. depuis l’invasion de l’Afghanistan de 2001.

  • permalien Afshin :
    1er août 2009 @01h22   « »

    Erratum :

    Lire : “dont 759 U.S.”

  • permalien Afshin :
    2 août 2009 @11h44   « »

    Petite mise à jour nécrologique habituelle, 5 militaires U.S. viennent s’ajouter à la liste ce jour 02/08/2009 portant le total de tués à 1280 dont 763 U.S. depuis l’invasion de l’Afghanistan de 2001.

  • permalien Afshin :
    3 août 2009 @01h53   « »

    CARRY ON PRIVATE ATKINS, CARRY ON !

    (« Continue Private Atkins, continue ! »
    Private Atkins est un soldat U.S. connu pour, fait rarissime, être mort de nostalgie, ou "du mal du pays" si on préfère)

0 | 100

Ajouter un commentaire