Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Afghanistan, fraude avérée et bavures persistantes

Afghanistan, fraude avérée et bavures persistantes

jeudi 10 septembre 2009, par Alain Gresh

Dans son discours devant les ambassadeurs, fin août, le président Nicolas Sarkozy déclarait : « En Afghanistan, je partage l’analyse de Bernard Kouchner : la campagne électorale s’est bien déroulée, en dépit des pires menaces. En votant, les Afghans ont dit non à la barbarie et au terrorisme. Aller voter, c’est aller mettre votre doigt dans l’encre indélébile quand des gens à longueur de journée vous disent que ceux qui auront de l’encre sur les doigts, on leur coupera la main… Et les talibans sont crédibles quand ils disent cela compte tenu de ce qu’est leur bilan. Et malgré cela, des millions de gens se sont rendus aux urnes. Ils méritent qu’on les aide. Dans l’attente des résultats, la France appelle les candidats et leurs partisans à faire preuve d’un très grand sens des responsabilités. »

Pourtant tout le monde savait déjà, sauf, semble-t-il, MM. Sarkozy et Kouchner, que ces élections avaient été massivement truquées. « L’Afghanistan en pleine confusion post-électorale », titre lemonde.fr, le 9 septembre, un article de son envoyé spécial Frédéric Bobin :

« La confusion restait extrême à Kaboul, mardi 8 septembre, alors que la commission électorale dite “indépendante” tirait sa dernière salve de résultats partiels portant sur 91,6 % des suffrages exprimés. M. Karzaï en recueille 54,1 % et son principal rival, Abdullah Abdullah, 28,3 %. Les résultats portant sur l’intégralité des bulletins devraient être annoncés dans les prochains jours. Mais les allégations de fraude – bourrage des urnes en faveur de M. Karzaï – sont telles que les chiffres rendus publics par la commission électorale vont faire l’objet de corrections, rendant du coup aléatoire une réélection du président sortant dès le premier tour. La formidable épreuve de force qui enfièvre actuellement Kaboul porte sur la mise en scène des réajustements à venir. Quelle instance devra les annoncer ? La question est d’importance, car elle va conditionner le processus politique qui suivra.

La stratégie de M. Karzaï a gagné en clarté. Le chef de l’Etat a exercé une intense pression sur la commission électorale dont il a nommé le président – Azizullah Lodin, un ancien conseiller -, afin qu’elle annonce des résultats bruts de toute correction, c’est-à-dire proclame sa victoire dès le premier tour. La tactique semble de “refiler le mistigri” – selon la formule d’un diplomate occidental – des inévitables réajustements à une seconde instance, la commission des plaintes, mandatée pour examiner les allégations de fraudes et donc habilitée à annuler les bulletins les plus suspects. »

Ce que la presse internationale souligne, c’est l’ampleur des fraudes en faveur de Karzaï. « Fake Afghan Poll Sites Favored Karzai, Officials Assert », expliquent Dexter Filkins and Carlotta Gall dans le New York Times du 8 septembre, qui font parler divers observateurs dont l’un affirme que 15 % des bureaux de vote n’ont jamais ouvert et ont pourtant transmis des résultats favorables à Karzaï. Par ailleurs, 800 bureaux, ouverts ceux-là, ont été pris en main par des partisans de Karzaï qui ont bourré les urnes. Selon les journalistes, les Etats-Unis ont transmis un message clair à Karzaï : ne vous proclamez pas vainqueurs.

Ces tensions entre l’administration Obama et Karzaï ne sont pas nouvelles. Le président Obama a hérité de l’homme mis en place par le président George W. Bush, mais il ne sait comment s’en dépêtrer. C’est sans doute pourquoi le président Karzaï prétend que c’est parce qu’il est indépendant que les Etats-Unis lui en veulent !

Dans un entretien au Figaro du 7 septembre, le président Karzaï affirme, sans rire, « Je ne serai pas une marionnette des États-Unis » :

« Très décevante est la manière dont les médias britanniques et américains ont manqué de respect à l’égard de ces élections. Songez aux 22 collaborateurs de la Commission électorale qui ont trouvé la mort dans ce processus démocratique honni par les talibans ! Songez aux policiers afghans et aux soldats de l’Otan qui ont été tués ! Ces journalistes cherchent à délégitimer le futur gouvernement afghan. Si cette manipulation médiatique a pour but d’installer un gouvernement de marionnettes, cela ne marchera pas. En Afghanistan, les marionnettes n’ont jamais porté chance à leurs maîtres étrangers. Par le passé, les empires britannique et soviétique ont essayé. Cela a échoué lamentablement ! J’espère que les Américains n’essaieront pas la même chose, car ils s’exposeraient au même destin ! »

Si l’ampleur des fraudes soulève débat dans l’administration américaine, la France, elle, reste bien silencieuse. Le 7 septembre, le porte-parole du Quai d’Orsay déclarait : « Alors que les élections en cours devraient permettre de franchir une nouvelle étape dans l’histoire de l’Afghanistan, il est naturel de faire évoluer les modalités de la relation entre la communauté internationale et les prochaines autorités afghanes. Celles-ci devront assumer progressivement davantage de responsabilités dans la stabilisation et le développement du pays. » Quelques jours plus tard, Paris confirmait la tenue d’une conférence internationale sur l’Afghanistan pour consolider les succès !

Parmi les « succès », la poursuite des bavures, que l’OTAN regrette chaque fois et qu’elle recommence régulièrement. « L’OTAN admet que le raid dans la région de Kunduz a tué des civils » titre lemonde.fr le 8 septembre. Ce raid a fait une centaine de morts, dont un nombre indéterminé de civils. Ordonné par un officier allemand, cette action de l’aviation a soulevé un grand débat en Allemagne. « La CDU et le SPD font cause commune sur l’Afghanistan » (lemonde.fr, 9 septembre, Marie de Vergès) :

« Voilà déjà plusieurs mois que le déploiement sur les contreforts de l’Hindou Kouch bat des records d’impopularité : près des deux tiers des Allemands souhaitent le retrait des 4 200 soldats engagés sur place. Seul parti à demander ouvertement le départ des troupes, la gauche radicale, Die Linke, a réclamé la démission de M. Jung. « L’engagement ne sert pas la paix et n’est pas approprié pour combattre le terrorisme international », a attaqué, mardi, son chef de file, Oskar Lafontaine.

La polémique ne devrait en tout cas pas contribuer à départager la CDU du SPD. Liés au gouvernement depuis 2005, les deux partis font front commun. Agacée par les critiques émises ces derniers jours par plusieurs pays européens, y compris la France, Mme Merkel a demandé, mardi, d’attendre que l’enquête soit bouclée. “Nous n’acceptons pas les jugements hâtifs (...) que ce soit ici ou à l’étranger”, a-t-elle décrété, soutenue par son propre challenger aux élections législatives, le ministre des affaires étrangères et chef du SPD, Frank-Walter Steinmeier. A l’unisson, les deux adversaires ont défendu le bien-fondé de la mission en Afghanistan. Et refusé, l’un comme l’autre, de se prononcer sur un calendrier précis de retrait des troupes. »

Le problème c’est que les « bavures » sont la conséquence inéluctable des guerres coloniales. (Lire « Afghanistan, Irak, quand la mort vient du ciel »). Des armées étrangères qui sont coupées des populations locales, qui n’ont souvent que des informations de seconde ou troisième main, et qui, de plus, rechignent à se déployer sur le terrain de peur de perdre des soldats et d’aggraver le rejet du conflit par les opinions publiques occidentales, ne peuvent faire autrement que de « bombarder de loin ».

Quoiqu’il en soit, un véritable débat s’est engagé aux Etats-Unis sur l’utilité de cette guerre. Eric Schmitt et Scott Shane, dans le New York Times du 7 septembre y reviennent sous le titre « Crux of Afghan Debate : Will More Troops Curb Terror ? ». On lira aussi, Richard Haas, un ancien haut responsable de l’administration Bush (père), président du Council of Foreign Relations, qui affirme que la guerre en Afghanistan n’est pas un guerre « de nécessité » mais une « guerre de choix », choix qu’il accepte jusqu’à un certain point (« In Afghanistan, the Choice Is Ours, », The New York Times, 20 août). A quand un tel débat en France ?

310 commentaires sur « Afghanistan, fraude avérée et bavures persistantes  »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien Yvan :
    10 septembre 2009 @17h10   »

    Finalement cette réélection de Karzaï est plutôt une bonne nouvelle pour l’OTAN, comme le souligne peut-être un peu cyniquement le quai d’Orsay, après cette victoire démocratique les troupes vont pouvoir préparer leur retour ?

    - L’inquiétude monte aux Etats-Unis concernant la parodie d’élections en Afghanistan par Barry Grey
    - Les bombes utilisées par les Taliban proviennent des USA, pas d’Iran Par Gareth Porter

  • permalien Bonny :
    10 septembre 2009 @17h26   « »

    Comme contre les Soviets,les Afghans finiront par chasser la coalition néo-colonialiste.Ce n’est qu’une question de temps ! Ces crimes contre l’humanité qui sont commis à répétition sur un peuple innocent constituera un leitmotiv pour rejoindre la résistance.

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @17h34   « »

    “Crux of Afghan Debate : Will More Troops Curb Terror ?”

    Le moins qu’on puisse dire est que ,

    1- le cadre du débat est très étroit : nul n’envisage que la mise en place de vrais patriotes locaux puisse être la seule arme efficace contre le terrorisme. (Soit dit en passant si Karzai n’est pas sympathique à obama, nous n’avons pas le moindre signe que ce dernier soit à la recherche d’un "vrai patriote")

    2- la majorité des intervenants, cohérents avec eux-mêmes d’ailleurs (un vrai patriote ne voudra pas brader les ressources de son pays en échange du “respect” de la “communauté internationale” et du gonflement de son compte en banque), discutent du meilleur moyen de faire la guerre ("à fond" ou à distance) et pas du tout d’un véritable retrait,

    3- Si Daniel L. Byman est en faveur d’un véritable retrait, rien dans ses propos rapportés par le NYT ne permet de l’affirmer.

    Un célèbre (mais dont je ne me rappelle pas le nom...) Tyran grec de l’antiquité dont l’empire se voyait menacer aurait confié à son homme de confiance (également célèbre mais guère mieux point de vue mémoire personnelle) que si l’empire était un mal, la perte de cet empire était un mal encore plus grand. Je me demande si les US ne sont pas dans cet état d’esprit.

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @17h56   « »

    Robert Dreyfuss on 08/26/2009

    Hier après-midi à la Brookings Institution, quatre analystes ont dépeint une vision sombre et terrifiante de l’état actuel des choses en Afghanistan dans la foulée de l’élection présidentielle. Tous les quatre étaient des faucons, ce qui reflète un consensus croissant dans l’establishment de Washington que la guerre en Afghanistan ne fait que commencer.

    Leurs conclusions : (1) Une escalade importante de la guerre va être nécessaire pour éviter une défaite totale. (2) Même si des dizaines de milliers de soldats sont ajoutés à l’occupation américaine, il ne sera pas possible de déterminer si les efforts US et de l’OTAN ont des chances de réussir avant dix-huit mois. (3) Même si les États-Unis arrivent a inverser les choses en Afghanistan, aucun retrait significatif des forces américaines n’aura lieu avant cinq ans.

    Les experts du panel étaient Bruce Riedel, un vétéran de la CIA et conseiller de quatre présidents, qui a preside au groupe de travail afghan [Afghan task force] du Président Obama, Michael O’Hanlon, un expert militaire et conseiller du général David Petraeus, Tony Cordesman, un expert militaire conservateur au Center for Strategic and International Studies, et Kim Kagan, chef du Institute for the Study of War.

    Aucun des experts n’a remis en uestion les buts ou objectifs de la guerre afghane. Pa un seul n’a envisagé une solution politique à la guerre, des négociations, ou l’utilisation de la diplomatie. Aucun n’a remis en question la viabilité d’un engagement guerrier à durée indéterminée. Et aucun d’entre eux n’avait des doutes sur la nécessité stratégique de vaincre les talibans et leurs alliés. (..). O’Hanlon, un ultra-faucon démocrate bien introduit qui a soutenu la guerre en Irak, a déclaré que les chances que Harry Reid et Nancy Pelosi puissent diriger l’opposition du Congrès à la guerre en Afghanistan en 2009-2010 sont nulles. "Le Congrès ne coupera pas l’herbe sous les pieds de Barack Obama devant les élections de la mi-terme", at-il affirmé, qualifiant l’idée meme d’impensable et de suicide politique.

    (..)

  • permalien Emir :
    10 septembre 2009 @18h27   « »

    Vous notterez le silence des grands médias sur cette fraude , alors qu’il y a quelques semaines, ils nous bombardaient de dépêches, sur l’Iran ...

    Merci les médias traditionnelles pour vote sérieux et votre intégrité .

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @19h44   « »

    Le tyran grec (athénien) était Périclès et son “homme de confiance” (en fait je ne sais pas s’il l’était), l’historien Thucydide. Je ne suis pas arrivé à retrouver la phrase exacte et la manière dont je l’ai rapporté est très probablement approximative.

    Pour ceux que ça intéresse, on peut lire ici « La grande différence, selon [Gregory Nagy], entre les modèles de la démocratie impérialiste à Athènes autrefois et aux Etats-Unis aujourd’hui... »

  • permalien Yann :
    10 septembre 2009 @20h01   « »
    Misérabilisme et humanisme des faibles

    Les Etats-Unis resteront en Afghanistan tant qu’ils le pourront. Comme la France était restée en Algérie.
    Pas de morale là-dedans, la propagande bat son plein.
    Le 11 septembre servira longtemps d’alibi.
    Obama, Sarko, même combat.
    L’armée occidentale d’occupation, dernier rempart contre l’hégémonie économique chinoise annoncée ?
    Il s’agit ici de gros sous, de pouvoir, de géopolitique, pas de misérabilisme ni d’humanisme.
    "On" est dans le camp des forts, ça se mérite.

  • permalien Afshin :
    10 septembre 2009 @20h13   « »

    C’est amusant que nos amis français parlent de fraude concernant l’Afghanistan ou l’iran, mais pas concernant le Gabon ou le Liban ... C’est encore plus amusant quand nos amis français n’ont pas pu parler de fraude concernant les dernières élections législatives palestiniennes, mais n’ont pas pour autant accepté le suffrage populaire, s’alignant comme des lopes sur les positions sionistes, qui sont les bouffons dans l’affaire ?

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @20h32   « »

    Pour rester dans les comparaisons historiques :-)

    Pour Bret Stephens, deux comme Yann :-) et c’est l’enfer et la désolation pour l’Occident :

    Une défaite dans cette guerre serait pour les Etats-Unis l’équivalent de ce qu’a été la bataille d’Adrianople en 378 de notre ère — lire — pour l’empire Romain. Les choses ont ensuite mal tourné pour la civilisation occidentale dans les 1100 années qui ont suivi.

  • permalien Afshin :
    10 septembre 2009 @21h14   « »

    Ceci dit je m’inquiète que notre ami Alain Gresh ait depuis quelques papiers la révérence un peu facile pour "le président Nicolas Sarkozy", il ne ne nous avait pas jusqu’à présent habitué à cela, ça surprend un peu ............... Alors à moins que la France ne soit devenue un pays où la reptation serait devenue une condition sine qua non à toute forme d’expression, il ne me semble pas très sain que des journalistes dignes de ce nom acceptent de passer ainsi la brosse à reluire au pouvoir ................

  • permalien Yann :
    10 septembre 2009 @21h27   « »
    Lamentable et gratuit

    @ Afshin,

    "je m’inquiète que notre ami Alain Gresh ait depuis quelques papiers la révérence un peu facile"

    Ah bon ? Expliquez-moi sur quoi vous vous appuyez pour déclarer cela.

    Décidément, les ennemis de mes ennemis...

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @21h27   « »

    C’est la faute au 9/11 ? Les Etats-Unis en dernière position dans la prévention des morts évitables parmi 19 industrialisés (La France en première position).

  • permalien Yann :
    10 septembre 2009 @21h41   « »

    Non, K. !
    Suivez un peu, s’il vous plaît...
    C’est grâce à... mon président. Le président. Le président Ni co las Sarkozy.
    Merci qui ???
    Merci kiki. Kiki, le kiki de tous les kikis.

  • permalien K. :
    10 septembre 2009 @22h07   « »

    La présence italienne en Afghanistan couterait au contribuable italien 1000 euros à la minute d’après un article de Pepe Escobar.

  • permalien vvolodia :
    10 septembre 2009 @22h51   « »

    Afshin, et peut être que Monsieur Gresh est tout simplement poli ? vous savez, "bien élevé" ? dans nos cultures nous n’avons pas pour habitude d’insulter gratuitement autrui, même si c’est un président de la République.
    Et puis d’abord, il y a le respect de la fonction, ce qui n’empêche pas l’opposition : toujours avec l’idée "qu’en termes galants ces choses la sont dites".
    Je sais, ce sont des concepts d’un autre âge. Incompréhensibles pour vous.

  • permalien vvolodia :
    10 septembre 2009 @23h14   « »

    K, vous êtes contre l’intervention occidentale en Afghanistan ; je sais que ce n’est pas dans le but de secourir ces dames emprisonnées dans leurs burqas que les occidentaux agissent.
    Mais à votre avis, si les résistances afghanes gagnaient la partie, que serait le sort de l’Afghanistan ? de ces femmes, des possibilités d’éducation, d’études supérieures, de leur liberté de porter ou non la burqa ?
    Qui dirigerait le pays, sous quel régime ?
    Est-ce que les diverses tribus accepteraient d’obéir à un seul homme, et issu de quelle tribu ?

    Les français dans l ’ensemble ne comprennent rien à ce conflit, et les journalistes ne réfléchissent à ce conflit qu’à travers leur idéologie. C’est un peu court.

  • permalien Yann :
    10 septembre 2009 @23h53   « »
    Il a pas déserté, celui-là...

    "si les résistances afghanes [belle paraphrase, pour un sioniste...] gagnaient la partie, que serait le sort de l’Afghanistan ? de ces femmes [soit belle et tais-toi], des possibilités d’éducation [Aujourd’hui, nous allons apprendre la gran-deur de la fRANCE], d’études supérieures [Combien sont réellement éducables ??], de leur liberté de porter ou non la burqa [ou le string qui dépasse] ?"

    Le respect de la fonction ? Pouah !!!

    @ K., Lou, Orangerouge, Philippe, Saintyves, Ana & co : Pardon pour mes deux derniers messages, je me calme et redeviens sérieux.

  • permalien Nobo :
    11 septembre 2009 @00h00   « »

    Les « bavures » lorsqu’elles deviennent persistantes porte un autre nom, si nous disions « barbarie » dans le sens d’inhumanité. Le problème c’est que à ce petit jeu, on finit toujours par être la victime soi-même… :

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/...

  • permalien DLR :
    11 septembre 2009 @00h01   « »

    C’est amusant que nos amis français parlent de fraude concernant l’Afghanistan ou l’iran, mais pas concernant le Gabon ou le Liban ... C’est encore plus amusant quand nos amis français n’ont pas pu parler de fraude concernant les dernières élections législatives palestiniennes, mais n’ont pas pour autant accepté le suffrage populaire, s’alignant comme des lopes sur les positions sionistes, qui sont les bouffons dans l’affaire ?

    C’est effectivement amusant, mais je crois qu’en terme de fraude, nos amis iraniens n’ont pas non plus à nous donner trop de leçons...

  • permalien Orangerouge :
    11 septembre 2009 @00h06   « »
    Sarkozy est complètement discrédité

    Son Ministre de l’Intérieur (celui qu’il avait chargé il y a quelques temps de "l’Indentité nationale" française... ) vient d’être enregistré proférant des paroles racistes :

    http://www.lemonde.fr/politique/vid...

    Après la scandaleuse affaire Pérol, ça commence à en faire des casseroles....

    Pendant ce temps, d’après le Quotidien d’Oran, Lieberman cherche des soutiens en Afrique :

    http://www.lequotidien-oran.com/ind...

  • permalien Ph. Arnaud :
    11 septembre 2009 @00h37   « »

    A Afshin

    C’est la marque de fabrique du Monde diplomatique que d’allier la rigueur (voire la sévéri-té) des jugements à l’élégance et à la correction de la forme. Ainsi ne l’ai-je jamais vu écrire (comme un vulgaire Libé) « Bill Clinton » mais « le président William Clinton » ou M. An-thony Blair (et non Tony Blair). Ainsi les sigles (OCDE, CGT, UMP…) sont-ils toujours dé-veloppés, comme si le Diplo écrivait pour des lecteurs de l’an 2500…

    Cette correction, cette recherche dans la forme renforcent ce qui est exprimé sur le fond. Le Monde diplomatique assassine, mais en manches de dentelles…

  • permalien une bille :
    11 septembre 2009 @06h45   « »

    Vvolodia : « Les français dans l ’ensemble ne comprennent rien à ce conflit, et les journalistes ne réfléchissent à ce conflit qu’à travers leur idéologie. C’est un peu court. »

    Les Français ne comprennent surtout pas ce qu’ils y foutent, ce qui les rend un peu moins cons.

  • permalien Afshin :
    11 septembre 2009 @08h22   « »

    Ph. Arnaud :

    C’est la marque de fabrique du Monde diplomatique que d’allier la rigueur (voire la sévéri-té) des jugements à l’élégance et à la correction de la forme. Ainsi ne l’ai-je jamais vu écrire (comme un vulgaire Libé) « Bill Clinton » mais « le président William Clinton » ou M. An-thony Blair (et non Tony Blair). Ainsi les sigles (OCDE, CGT, UMP…) sont-ils toujours dé-veloppés, comme si le Diplo écrivait pour des lecteurs de l’an 2500…

    [°°°]

    Ah ... OK, dans ces conditions effectivement cela pourrait se comprendre, mais attention tout de même à ne pas se conformer à un culte de la personnalité (Pathologique) qui semble plus que dans l’air du temps chez vous ..................................

  • permalien Afshin :
    11 septembre 2009 @08h29   « »

    DLR :

    C’est effectivement amusant, mais je crois qu’en terme de fraude, nos amis iraniens n’ont pas non plus à nous donner trop de leçons...

    Ah si le coup du TCE c’est vous qui l’avez fait, c’est pas nous ! Vous êtes très mal placé pour parler de démocratie, vous ne l’appliquez même pas chez vous !!!

  • permalien Nathan :
    11 septembre 2009 @08h29   « »

    Afshin : 11 septembre @08h22
    OK, dans ces conditions effectivement cela pourrait se comprendre, mais attention tout de même à ne pas se conformer à un culte de la personnalité (Pathologique) qui semble plus que dans l’air du temps chez vous

    Je suis entièrement d’accord avec Afshin. En effet, pourquoi dire le Guide Suprême de la révolution islamique d’Iran Ali Khamenei alors qu’il suffit de dire le sinistre barbu en chef qui dirige la dictature islamique iranienne pour se faire comprendre.

  • permalien Afshin :
    11 septembre 2009 @08h35   « »

    Yann :

    Ah bon ? Expliquez-moi sur quoi vous vous appuyez pour déclarer cela.

    Eh bien tout simplement je lis correctement le français, ce n’est pas plus compliqué que cela ...

  • permalien Nathan :
    11 septembre 2009 @09h07   « »

    Ph. Arnaud : 11 septembre @00h37
    Cette correction, cette recherche dans la forme renforcent ce qui est exprimé sur le fond. Le Monde diplomatique assassine, mais en manches de dentelles…

    Sur ce point aussi, il faut apporter un correctif. Certes, "le Monde diplomatique assassine" mais il assassine toujours les mêmes et limite ses critiques acerbes à l’action des puissances occidentales. Lorsqu’il s’agit des dictatures du "tiers-monde", on le voit soudainement beaucoup plus timoré. Mais dans ce cas aussi, il a une magnifique porte de sortie. Plutôt que de condamner ces dictatures pour leurs nombreux forfaits sanglants, - un jugement généralement expédié en une ou deux phrases,- elle s’étend longuement sur ceux qui arment le bras de ces dictatures et soutiennent leur politique lorsqu’il s’agit des puissances occidentales. Voyez-vous, le Monde diplomatique est le spécialiste de l’indignation sélective.

  • permalien Nathan :
    11 septembre 2009 @09h24   « »

    C’est ainsi que le Monde diplomatique préfère parler des fraudes en Afghanistan plutôt que des fraudes en Iran. La raison en est simple. Les élections en Afghanistan sont une initiative d’un gouvernement pro-occidental et les fraudes avérées permettent au Monde diplomatique à la fois de critiquer l’occupation de l’Afghanistan par des troupes occidentales et de se moquer des leçons de démocratie (à géométrie variable) que les Occidentaux prétendent importer en Afghanistan. Peut lui chaut, au Monde diplomatique, de savoir qu’il y a pire que des élections frauduleuses, à savoir le retour de la dictature talibane. Si par malheur, la dictature talibane revient au pouvoir, le Monde diplomatique s’en lavera les mains en laissant couler deux trois larmes de crocodile pour la circonstance. Si on lui fera remarquer que le nouveau régime est une dictacture sanglante, le Monde diplomatique trouvera bien quelques intérêts américains derrière tout ça ou vous rappellera opportunément que les talibans sont une créature de la CIA.

  • permalien Yasmina :
    11 septembre 2009 @09h55   « »

    Cette correction, cette recherche dans la forme renforcent ce qui est exprimé sur le fond. Le Monde diplomatique assassine, mais en manches de dentelles

    belle image, Monsieur Arnaud !

  • permalien gloc :
    11 septembre 2009 @09h57   « »

    C’est ainsi que le Monde diplomatique préfère parler des fraudes en Afghanistan plutôt que des fraudes en Iran. La raison en est simple.

    ... c’est que Nathan qui n’en n’ai plus à une ânerie près a décidé qu’il en serait ainsi.

    Tensions et fraudes en Iran

    (ce post n’est là qu’à titre hygiénique)

  • permalien K. :
    11 septembre 2009 @10h52   « »

    Tom Engelhardt :

    Je me souviens de ma propre première réaction, aujourd’hui embarrassante, au 9/11 (..). Elle était étonnamment inappropriée, compte tenu de la réaction américaine qui allait s’en suivre. J’avais pensé que, peut-être, l’horreur de ces actes de destruction et de meurtres de masse dans ma propre ville sensibiliserait les Américains au genre de douleur que tant d’autres dans le monde avaient ressenti- parfois, en fait, de nos propres mains....

  • permalien Yasmina :
    11 septembre 2009 @10h54   « »

    Vvlodia Mais à votre avis, si les résistances afghanes gagnaient la partie, que serait le sort de l’Afghanistan ? de ces femmes, des possibilités d’éducation, d’études supérieures, de leur liberté de porter ou non la burqa ?
    Qui dirigerait le pays, sous quel régime ?
    Est-ce que les diverses tribus accepteraient d’obéir à un seul homme, et issu de quelle tribu ?

    En quoi ça vous regarde ? C’est leur pays, laissez-les se démerder tout seuls. arretez vos ingérences.

    NathanC’est ainsi que le Monde diplomatique préfère parler des fraudes en Afghanistan plutôt que des fraudes en Iran. La raison en est simple. Les élections en Afghanistan sont une initiative d’un gouvernement pro-occidental et les fraudes avérées permettent au Monde diplomatique à la fois de critiquer l’occupation de l’Afghanistan par des troupes occidentales et de se moquer des leçons de démocratie (à géométrie variable) que les Occidentaux prétendent importer en Afghanistan. Peut lui chaut, au Monde diplomatique, de savoir qu’il y a pire que des élections frauduleuses, à savoir le retour de la dictature talibane. Si par malheur, la dictature talibane revient au pouvoir, le Monde diplomatique s’en lavera les mains en laissant couler deux trois larmes de crocodile pour la circonstance. Si on lui fera remarquer que le nouveau régime est une dictacture sanglante, le Monde diplomatique trouvera bien quelques intérêts américains derrière tout ça ou vous rappellera opportunément que les talibans sont une créature de la CIA.

    Et reste cette inoxydable bonne consciences de l’Occident qui continue à distribuer bon point ici, blâme ailleurs, sans se demander-à de trés rare exceptions près( par exemple Le Monde Diplomatique)- de quel droit il pouvait exercer ce magistère ???!!!

  • permalien Orangerouge :
    11 septembre 2009 @11h27   « »

    @Nathan,

    Le Monde Diplomatique est un journal français, il est important de s’inquiéter d’abord de l’éthique politique du côté où la France porte des responsabilités (Vous pourriez vous en inspirez...). C’est la logique même, et c’est tout à l’honneur de ceux qui le font.

    D’autant plus que c’est actuellement de ces côtés là que l’information est la plus allusive, lacunaire, et que fleurit la propagande des médias du gouvernement français.

    Balayons tous d’abord devant notre porte. Quand elle sera bien nette (de cadavres...), nous serons alors légitimes pour faire la leçon aux autres.

    Par ailleurs Alain Gresh ne nous cache pas les crimes commis par les pays qui sont critiqués et attaqués par le gouvernement français. Mais il ne faut pas surestimer notre capacité à avoir suffisamment d’information et à comprendre rapidement les enjeux de sociétés différentes des nôtres. Plaquer sans précautions nos systèmes de valeurs donne rarement de bons résultats.

  • permalien K. :
    11 septembre 2009 @11h44   « »

    Si par malheur, la dictature talibane revient au pouvoir,...

    .... cela serait certainement très dommageable pour une certaine catégorie d’institutions et de personnes mais cela serait-il pire pour les Afghans que la présence US ? Il ne faut pas rigoler, la réponse est très certainement non seulement non, mais au contraire. Si les US voulaient vraiment aider ils appuieraient ceux qui aiment vraiment leur pays.

    Si on lui fera remarquer que le nouveau régime est une dictacture sanglante...

    ...encore une fois certainement et infiniment moins sanglante que l’occupation US,

    Les US ont chassé les talibans en 2001. En 2009 les néotalibans seraient présents partout et souvent en position de force.

    Quand est-ce que tout cela devrait finir...?

  • permalien vvolodia :
    11 septembre 2009 @12h03   « »

    Yasmina j’en ai autant à votre service ; cessez vos ingérences en Palestine et en Israël, et occupez vous de ce qui vous regarde.

  • permalien Orangerouge :
    11 septembre 2009 @12h08   « »
    Agir

    Rejoignez la Campagne de Récolte des Olives 2009 :

    http://www.ism-france.org/news/arti...

    Avec les niveaux de violence des colons qui augmentent sans cesse, leMouvement International de Solidarité (ISM) lance un appel urgent auxvolontaires pour participer à la Campagne de Récolte des Olives 2009.

    L’olivier est un symbole national pour les Palestiniens. Alors que desmilliers d’oliviers ont été détruits au bulldozer, arrachés et incendiéspar l’armée israélienne et les colons, la récolte des olives est devenueplus qu’une source de revenus : c’est une forme de la résistancepalestinienne.

    La récolte des olives est l’affirmation annuelle du lien historique,spirituel et économique des Palestiniens à leur terre, et leur révoltecontre l’acharnement israélien à s’en saisir.

    Les communautés palestiniennes invitent les internationaux à soutenircette résistance et à montrer leur solidarité en travaillant avec eux dansles oliveraies.

    En étant à leurs côtés, les activistes peuvent réduire lerisque de violence extrême des colons israéliens ou de l’armée par leurs
    interventions non violentes et leurs témoignages.

    La Campagne commencera le 3 octobre 2009 et durera environ 6-8 semaines,selon la taille de la récolte. Nous demandons aux volontaires unengagement de 2 semaines.

  • permalien Nathan :
    11 septembre 2009 @12h55   « »

    @ Orangerouge, je suis d’accord que le sujet de l’Afghanistan concerne les Français car des troupes françaises y sont engagées et que l’on est en droit de se demander ce que l’on fait là-bas. A l’origine, c’était pour lutter contre les terroristes d’al-Qaida, logés, nourris et choyés par les talibans, et qui se sont invités en Occident de la plus terrible manière. Aujourd’hui, on peut se poser des questions sur la nécessité de la présence occidentale. De là à dire, comme le fait K. et Yasmina (qui hier, à la suite d’Elbé, a déclaré approuver les actions terroristes contre des civils, c’est dire..) que le peuple afghan serait mieux loti sous un régime taliban, il y a de la marge, mais je dois dire que leurs positions entièrement dictées par leur appartenance religieuse et communautaire et dénuées de tout recul critique ne m’étonnent pas.

  • permalien Ph. Arnaud :
    11 septembre 2009 @14h21   « »

    A Afshin et à Yasmina

    Il faut bien saisir, pour comprendre le prestige du Diplo – et la fidélité que lui vouent ses lecteurs – une chose essentielle : sa forme. Forme d’abord matérielle, en ce que le journal s’est refusé à adopter le format du tabloïd, gardant le format traditionnel, presque, si j’ose dire, « volontairement » incommode, à la manière des livres de José Corti, où le lecteur doit, au coupe-papier, découvrir – mériter – chaque page…

    Forme aussi dans l’iconographie, qui n’accompagne pas, qui « n’illustre » pas les articles, mais naît avec eux, s’incorpore à eux, à la manière du froid dans une glace, qui ne s’ajoute pas à la saveur, mais la porte à son point d’excellence…

    Forme enfin, bien entendu, dans la prose elle-même, qui, outre la correction, joue, dans l’atticisme, des subtilités de la litote et de l’euphémisme…

    Un célèbre mouvement religieux a dû son durable succès à cette alliance particulière d’érudition, de rigueur de la pensée, de hauteur de vues, de tenue morale et de talent littéraire : le jansénisme. D’ailleurs, avant de connaître les journalistes du Diplo, je n’étais pas loin de me les imaginer comme les lointains émules du susdit mouvement : tout de gris vêtus, maigres, austères, chlorotiques, se nourrissant de salades cuites et de carottes à l’eau.

    L’élégance de la forme, voire la courtoisie, renforcent même – par contraste – la rigueur du propos. Voici par exemple ce qu’écrivait (en français !) le général Moltke au général Trochu, gouverneur de Paris durant le siège de cette ville en 1870 :

    « Il pourrait être utile d’informer Votre Excellence que l’armée de la Loire a été défaite hier près d’Orléans et que cette ville est réoccupée par les troupes allemandes.
    Si toutefois Votre Excellence jugeait à propos de s’en convaincre par un de ses officiers, je ne manquerai pas de le munir d’un sauf-conduit pour aller et venir.
    Agréez, mon général, l’expression de la haute considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être Votre très humble et très obéissant serviteur. »

    Cette « obéissance », cette « humilité » n’empêchèrent toutefois pas Moltke, quelques semaines plus tard, de faire pilonner Paris au canon de gros calibre…

  • permalien vvolodia :
    11 septembre 2009 @14h46   « »

    K, pensez vous que le refus des occidentaux d’appuyer le commandant Massoud était une faute, pensez-vous qu’il existe en Afghanistan une autre force capable de fédérer les tribus ?
    J’avoue ne pas comprendre ce que font les occidentaux dans ce pays ; la lutte contre Ben Laden ? il est camouflé dans ces montagnes inaccessibles, le seul moyen de le toucher était d’avoir le peuple afghan avec soi, c’est à dire les tribus.
    Les américains n’ont pas, je pense, la prétention d’apporter la démocratie aux afghans, et puis à chacun sa culture.

  • permalien Lou :
    11 septembre 2009 @16h59   « »

    Et que pensent les élus français de la guerre de l’armée française contre les Afghans ?

    Quand en débattent-ils ?

    Et les français, on ne nous gave pas de sondages à ce propos , juste une allusion en fin d’article :

    En France, un sondage publié le 19 août révélait que 64% des Français sont désormais hostiles à une présence en Afghanistan. La dirigeante du Parti socialiste, Martine Aubry, demande "un vrai débat" et estime que la France ne peut pas "continuer dans un tel bourbier".

    je tente le lien :
    http://www.france24.com/fr/20090909...

  • permalien Lou :
    11 septembre 2009 @17h00   « »

    Et que pensent les élus français de la guerre de l’armée française contre les Afghans ?

    Quand en débattent-ils ?

    Et les français, on ne nous gave pas de sondages à ce propos , juste une allusion en fin d’article :

    En France, un sondage publié le 19 août révélait que 64% des Français sont désormais hostiles à une présence en Afghanistan. La dirigeante du Parti socialiste, Martine Aubry, demande "un vrai débat" et estime que la France ne peut pas "continuer dans un tel bourbier".

    le lien est sur France 24 point com et la suite :

    /fr/20090909-afghanistan-lopinion-occidentale-fait-pression-desengagement-militaire

  • permalien vvolodia :
    11 septembre 2009 @17h42   « »

    Depuis quand doit-on demander au peuple ce qu’il pense des engagements militaires de la nation ? Nous n’avons pas toutes les cartes en main, et les français n’ont surtout pas confiance dans leurs médias ; nous avons élu un président à la tête de la France, nous devons lui faire confiance. Le sort de la France ne se règlera pas sur les forums des médias qu’ils soient de gauche ou de droite.

    Concernant les soldats français morts au combat, c’est bien entendu fort regrettable ; mais un ex-collègue m’avait fait ironiquement remarquer que ces soldats sont des engagés volontaires, qu’ils connaissaient les risques du métier. La France est engagée dans d’autres combats, et personne n’y trouve à redire ; seul celui en Afghanistan dérange sur ce blog ; parce qu’il est engagé contre des musulmans ?

    Je suis plus dérangée par le refus américain de zéro morts de leur côté, qui fait des victimes civils parmi la population ; mais il ne faut pas oublier que lorsqu’ils ont délivré la France de l’occupation allemande, les villes côtières ont subit de plein fouet d’intenses bombardements.
    Nous nous en sommes remis, parce que c’était le prix de notre liberté.
    Le problème est de savoir si les afghans estiment que les soldats de l’Alliance sont un bien pour eux, et cela m’étonnerait.

  • permalien K. :
    11 septembre 2009 @18h01   « »

    Pourquoi les taliban, vrais terroristes et obscurantistes en diable ne sont-ils pas combattus par leurs populations, alors même que les Etats-Unis sont prêts à leur fournir les armes nécessaires ?

    C’est la question que se poserait Nathan s’il ne tenait pas tant à mourrir idiot.

    Taliban Exploit Class Rifts in Pakistan

    The Task Force’s aim is for it be filled by the private sector, not insurgents.

  • permalien Nathan :
    11 septembre 2009 @18h16   « »

    K. : 11 septembre @18h01
    Pourquoi les taliban, vrais terroristes et obscurantistes en diable ne sont-ils pas combattus par leurs populations

    Une réponse qui vient naturellement à l’esprit, c’est que les populations sont aussi obscurantistes qu’eux. Il suffit de voir un reportage sur ce qui se passe dans une madrassa. Les enfants obligés d’ânonner à longueur de journée des versets du Coran. Bien sûr, la misère dans laquelle croupissent ces populations joue aussi un très grand rôle. La misère et le manque d’instruction, voilà les deux principaux alliés des fanatiques de tout poil.

  • permalien une bille :
    11 septembre 2009 @18h21   « »

    Vvolodia : nous avons élu un président à la tête de la France, nous devons lui faire confiance.

    Nicolas Srkozy : « Aucune armée étrangère n’a réussi dans un pays qui n’est pas le sien »

    Nous avons élu un président et nous nous retrouvons avec un autre et vous voudriez qu’on lui fasse confiance ?

  • permalien Orangerouge :
    11 septembre 2009 @18h41   « »

    Le pire, c’est quand les obscurantistes n’ont ni l’excuse de la misère, ni celle du manque d’instruction : Hortefeux, Sarkozy, Bush, Berlusconi... et tant d’autres.

    Alors que des gens clairvoyants, même pauvres et sans éducation, on peut en rencontrer (et même parmi des gens qui croient en Dieu !).

    En matière humaine, les idées simplistes ont peu de chance d’être proches de la réalité.

    C’est une athée qui signe.

  • permalien Orangerouge :
    11 septembre 2009 @18h55   « »
    Venez à notre secours les Afghans !

    Les institutions françaises sont prises en otage par des obscurantistes racistes très agressifs.

    http://oumma.com/Neuf-deputes-UMP-d...

    http://www.plumedepresse.com/spip.p...

  • permalien Shiv7 :
    11 septembre 2009 @19h08   « »

    @ Nathan

    La misère et le manque d’instruction, voilà les deux principaux alliés des fanatiques de tout poil.

    L’acoutumance flasque et le bourrage de crâne, voilà les deux mamelles des pantins de toutes catégories.

    C’est un "septique" qui parle. Je ne pourrai personnellement jamais dire(on sait jamais) si je suis athée ou croyant, l’affirmation comme la dénégation d’un principe qui par définition est "indéfinissable" me parraissant pas très vraissemblable..

  • permalien K. :
    11 septembre 2009 @21h01   « »

    Conn Hallinan : Une défaite de la première opération extérieure de l’OTAN, en Afghanistan, risque de voir celle-ci se désagréger...

    Désagrégation qui est une menace pour l’empire.

  • permalien K. :
    11 septembre 2009 @21h13   « »

    ... l’OCS (..) dont l’objectif consiste de plus en plus à contrôler et à protéger non seulement les approvisionnements énergétiques régionaux, mais le Pipelineistan dans toutes les directions. C’est évidemment le rôle que les élites de Washington aimeraient que l’OTAN joue dans toute l’Eurasie. Etant donné que la Russie et la Chine espèrent de leur côté que l’OCS jouera un rôle similaire à travers l’Asie, diverses sortes de confrontations sont inévitables.

  • permalien Afshin :
    11 septembre 2009 @23h27   « »

    Concernant Hamid Kazai, bien que l’on pourra difficilement me soupçonner d’en être un fanatique, mon coeur penchant bien évidemment pour les Moudjahidin, je pense qu’il faut lui reconnaître une vertu, c’est de vouloir tenir debout comme on dit en anglais, force est de constater que les Occidentaux ont un comportement indigne à son égard, il semble évident que nos démocrates soient prêts à tout pour le priver de sa victoire, pour y substituer une marionnette, c’est tout simplement une honte !

  • permalien Lou :
    11 septembre 2009 @23h34   « »
    après l’Afghanistan et avant l’Iran

    Une pensée pour les personnes mortes le 11 septembre 2001 , sacrifiées sur quel autel ?

    Le 11 Septembre : Attentat ou Aubaine ?

    dailymotion point com et ensuite : /video/x7ekeu_le-11-septembre-attentat-ou-aubaine_news

  • permalien Afshin :
    11 septembre 2009 @23h51   « »

    Lou :

    Une pensée pour les personnes mortes le 11 septembre 2001 [°°°]

    Ah non ! Et une pensée pour les victimes de la guerre de Corée ? Et une pensée pour les victimes de la guerre du Vietnam ?

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @00h27   « »

    @ Shiv7, sceptique s’écrit avec un sc (du grec skepticos, "qui examine") tandis que septique, comme dans "fosse septique" vient du latin septicus, issu du grec sepsis, qui signifie "putréfaction" et par analogie, ce qui est corrompu ou infecté.

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @00h40   « »

    Nathan :

    [°°°] tandis que septique, comme dans "fosse septique" vient du latin septicus, issu du grec sepsis, qui signifie "putréfaction" et par analogie, ce qui est corrompu ou infecté.

    Septique comme sioniste quoi ........... Aha !

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @01h18   « »

    Ceci dit concernant le 09/11, si on lit ce qu’un des principaux protagonistes en dit :

    « En dépit du fait que l’Amérique soit la plus grande puissance économique et possède l’arsenal militaire le plus puissant et le plus à jour aussi bien ; et en dépit que ses dépenses dans cette guerre soient plus importantes que ce que le monde entier dépense pour ses armées ; et en dépit qu’elle soit l’État principal influençant les politiques du monde, comme il a par exemple un monopole injuste de droit de veto ; en dépit de tout ceci, 19 jeunes hommes ont pu - par la grâce d’Allah, le plus grand - changer la direction de sa boussole. »

    Comme le dit Noam Chomsky, il s’agirait peut être de se demander pourquoi ces fous furieux s’attaquent à uncle Sam ... Force est de constater qu’ils ont toutes les raisons pour ce faire, et qu’il s’agirait peut être d’en supprimer, histoire qu’ils ne remettent pas ça un de ces quatre ...

  • permalien saintyves :
    12 septembre 2009 @03h19   « »

    Afghanistan, fraude avérée et bavures persistantes

    Afghanistan : Orgies Des Gardes De L’Ambassade US

    photos visibles ici

    Afghans Carbonisés, Soldats Français Tués Par Des Mines De La CIA Pendants que des soldats français mais aussi britanniques, canadiens, allemands.... sautent sur des mines italiennes fournies par la CIA aux Afghans pour combattre les Soviétiques et reconverties en engins explosifs, des gardes privés de l’ambassade US organisent des soirées d’orgies. Sarko verse une larme de crocodile lors du rapatriement des corps de ceux "Morts Pour Les Etats Unis" mais réaffirme le bien fondé de la présence de l’armée française en Afghanistan, et le PS demande timidement que soit organisée une "réflexion" sur le sujet.

    STOP aux gesticulations politiques méprisantes, obscènes des uns et des autres, exigeons le rapatriement immediat des troupes françaises d’Afghanistan

    Cette guerre ne sert qu’à destabiliser le Pakistan, qui represente par sa bombe et par la radicalisation de sa population, une vraie menace pour les sionistes, Sarkozy n’a t il pas confié une mission à cet effet à Pierre Lellouche, le sioniste notoire de la bande "Sarko and Kouchner"

    la volonté occidentale de faire deborder sur le territoire pakistanais la guerre contre les Talibans, trahi cette détermination, à mon humble avis, c’est le Pakistan qui se trouve sur la ligne de mir des stratèges du Congres etasuniens et du gouvernement Sarkozy, prosionistes jusqu’à la moelle

  • permalien Murmure :
    12 septembre 2009 @07h39   « »

    19 jeunes hommes ont pu - par la grâce d’Allah, le plus grand - changer la direction de sa boussole. »

    Oui grâce à Allah comme tu le rapportes, la boussole a changé de direction, quelques dizaines de milliers de victimes ( Afghanistan, Irak) plus tard, être arabe ou musulman devient une malédiction, que dis-je une un insulte suprême qu’on humilie, on tue, on torture et on stigmatise d’une façon abominable.

    Oui, ils ont réussi, a diriger tous les musulmans à être -non dans- mais l’œil du cyclone, la ligne de mire du plus minable des sniper armé de mots, caricature, film odieux, loi discriminatoire... Ou fusil d’assaut.

    L’extrême droite, la xénophobie fleurit telle une Grassette partout dans le monde.

    Comme le dit Noam Chomsky, il s’agirait peut être de se demander pourquoi ces fous furieux s’attaquent à uncle Sam ... Force est de constater qu’ils ont toutes les raisons pour ce faire, et qu’il s’agirait peut être d’en supprimer, histoire qu’ils ne remettent pas ça un de ces quatre ...

    Ne remettent pas ça.

    Quel esprit tordu ! inconscient, vide, déconnecté, dépourvu de sens critique au vu de ce qui s’est passé depuis ce funeste jour.

    Les musulmans de toute la planète payent et payent encore, et encore... Jusqu’à la dernière goutte de leur sang et transfigurent leur rire en râle.

    Afshin ton asthénie n’a d’égale que ton insanité.

  • permalien Murmure :
    12 septembre 2009 @08h01   « »

    @ saintyves :

    la volonté occidentale de faire deborder sur le territoire pakistanais la guerre contre les Talibans, trahi cette détermination, à mon humble avis, c’est le Pakistan qui se trouve sur la ligne de mir des stratèges du Congres etasuniens et du gouvernement Sarkozy, prosionistes jusqu’à la moelle

    Le Pakistan est le coeur du problème comme le rapporte si bien Ahmed Rashid dans le Monde Diplomatique de novembre 1999.

    Des écoles déobanties (madrassas) furent alors établies en Afghanistan, mais sans susciter une grande adhésion populaire. En revanche, elles se développèrent rapidement au Pakistan après la partition de l’Inde en 1947 : les déobantis y créèrent un parti politique, le Jamiat-Ulema-e-Islami (JUI), qui jouira d’une certaine influence dans les années 90.
    Le JUI n’a pas joué de rôle direct dans la guerre d’Afghanistan. Il a cependant profité du conflit pour établir des centaines d’écoles le long de la ceinture pachtoune pakistanaise, dans la Province de la frontière nord-ouest (NWFP) et au Baloutchistan. Là, il offrit des structures sociales, une éducation gratuite, de la nourriture, un toit, mais aussi un entraînement militaire aux jeunes Pakistanais et aux réfugiés afghans. Ces madrassas déobanties étaient dirigées par des mollahs souvent quasi analphabètes et qui méconnaissaient l’enseignement originel de leur secte. Grâce aux bourses et aux fonds saoudiens, leur idéologie s’est peu à peu rapprochée du wahhabisme

    Et la suite, on peut la lire sur :

    questionscritiques.free.fr/edito/AsiaTimesOnline/Syed_Saleem_Shahzad/a­ccord_Pakistan_Taliban_010307.htm

    L’establishment pakistanais a passé un accord avec les Taliban par l’intermédiaire d’un commandant Taliban haut placé. Cet accord étendra l’influence d’Islamabad dans le sud-ouest afghan et renforcera la résistance [afghane] de façon significative, dans sa poussée pour prendre Kaboul.

    Le Mollah unijambiste, Dadullah, sera l’homme fort du Pakistan dans un couloir allant des provinces afghanes de Zâbol, Orozgân, Kandahar et Helmand, jusque de l’autre côté de la frontière dans la province pakistanaise du Baloutchistan. C’est ce que disent les Taliban et cela a été confirmé par les contacts de l’Asia Times Online au sein d’al-Qaïda. Utilisant le territoire pakistanais avec le soutien d’Islamabad, les Taliban pourront déplacer en toute sécurité dans le sud-ouest afghan hommes, armes et provisions.

    Les stratèges Étasuniens ont bien raison d’impliquer le Pakistan dans cette guerre, sans lui, nul paix ne peut être pensée.

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @09h08   « »

    Afshin : 11 septembre @23h47
    "... le Leader ne menace personne..."

    Dans son sermon du vendredi, le Leader vient de menacer explicitement Moussavi et Karroubi. Il paraît que les documents d’arrestation de Karroubi sont déjà signés.

    http://www.nytimes.com/2009/09/12/w...

  • permalien Sylvain :
    12 septembre 2009 @10h46   « »

    La société "politique" afghane n’est pas très présentable

    Si j’étais afghan, je ne me serais pas dérangé pour aller voter ; Karzaï était gagnant d’avance.

    En plus cette pléthore de candidats n’arrangeait rien.

    Mieux valait, malheureusement, laisser les Afghans avec leurs chefs de guerre se débrouiller tout seul,

    1/ sauf si le pays faisait partie des pays "incontournables " pour un projet du contrôle d’un nouveau pipeline

    2/ sauf s’il fallait un terrain d’expérimentation pour de nouvelles armes, tout en permettant aux sociétés loueuses de mercenaires d’augmenter leurs chiffres d’affaire

    Et les soldats américains tués, comme en Iran ?

    Bof ! De la chair à canon composée en bonne partie d’étrangers désireux d’obtenir à la fin de leur service la nationalité usaméricaine !

    Et les pauvres femmes afghanes opprimées par leur mari ? Un bon "habillage" hypocrite pour féministes et autres naïves ;-))) Ou naïfs ;-)))

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @10h49   « »

    Nathan :

    Dans son sermon du vendredi, le Leader vient de menacer explicitement Moussavi et Karroubi. Il paraît que les documents d’arrestation de Karroubi sont déjà signés.

    Il s’agit d’une interprétation paranoïde et abusive de ses propos, d’abord il n’a cité personne, donc déjà pour ton "explicitement " tu repasseras, ensuite il a au contraire dit que le régime était ouvert à toute critique constructive et allant dans le sens de la justice, mais que ceux qui s’opposent à l’establishment islamique deviennent naturellement des ennemis, y compris bien entendu ceux qui servent des intérêts étrangers.

    "Those who clash with the establishment and turn their backs on the Islamic establishment become enemies,"

    "Of course, if someone has a different opinion but leaves the system to itself, then the establishment has nothing against him or her."

    Seyyed Ali Khamenei

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @11h09   « »

    Murmure :

    [°°°] Afshin ton asthénie n’a d’égale que ton insanité.

    Mort de rire ! Ce n’est pas parce que je citais Ossama Bin Laden que je serais d’accord avec lui ! Je disais précisément l’inverse d’ailleurs, par contre je suis d’accord avec Chomsky ... Pour ce qui s’agirait d’insanités c’est du délire !!!

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @11h26   « »

    Sylvain :

    La société "politique" afghane n’est pas très présentable [°°°]

    Et la société "politique" française, elle est présentable ? Aha !

    Sylvain :

    [°°°] Et les soldats américains tués, comme en Iran ? [°°°]

    Quels soldats américains tués en Iran ?????????????????

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @11h37   « »

    @ Nathan

    @ Shiv7, sceptique s’écrit avec un sc (du grec skepticos, "qui examine") tandis que septique, comme dans "fosse septique" vient du latin septicus, issu du grec sepsis, qui signifie "putréfaction" et par analogie, ce qui est corrompu ou infecté.

    Merci pour la leçon.. Du coup je me demande si il y a pas raport entre les deux. En effet, j’ai toujours dit que le scepticisme était une sorte de maladie, une "corruption " de l’esprit qui l’empêche de se fixer sur une certitude..
    Je vous rassure Nathan, vous, vous n’êtes pas malade (ce qui vous empêche du reste pas de puer, comme le dit si joliment Afshin), vous êtes au contraire proprement..un anti-sceptique..(et un pro-septique) Certain que vous êtes, de votre esprit très limité. Vous voyez votre leçon porte ses fruits..

    En outre vous êtes la preuve vivante qu’il ne suffit pas d’être cultivé(quantité) pour être intelligent(qualité), ce qui est du reste d’autant moins pardonable. (On pourrait du reste tirer un parallèle entre les "moyens",armes-cultures.. qu’utilisent L’Us-Otan contre la résistance Afganes, c’est toujours le plus contre le moins..quantitatif bien sur)

    J’ai aussi remarqué une chose, c’est que la pluspart de ceux qui dénoncent les erreurs de formes (l’ortographe,etc) sont ceux qui n’on rien à dire..( je ne dis pas ça pour justifier les nombreuses fautes, qui apparraissent dans mes textes, et dont je m’excuse auprès de ceux que celà heurte)

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @12h04   « »

    Comme le dit Noam Chomsky, il s’agirait peut être de se demander pourquoi ces fous furieux s’attaquent à uncle Sam ...

    Baudrillard développe la thèse que le terrorisme (n’importe lequel) est une réaction naturelle et irréverssible contre le totalitarisme qui est imposé à la planète. Ce qui veut dire que si ça ne serait pas L’islam, ça serait quelqu’un d’autre.. Vu sous cet angle et en supposant que le 11sept. soit bien le fait de Bin Laden, on pourrait en conclure que ce dernier à fait preuve de salubrité publique. Si ce n’est pas le cas et qu’il s’agit d’une instrumentalisation Us, elle pourrait bien avoir les mêmes causes mais inversées ; verrouiller le monde pour essayer de contenir cette "réaction" naturelle et irréverssible de révolte. Voeux utopiste s’il en est, car la "vie" meure ou se libère, mais ne se laisse pas enfermer à perpépuité. La résistance Afgane en étant un bon exemple.

  • permalien MUNA :
    12 septembre 2009 @12h21   « »

    Les occidentaux ne comprennent la portée de leurs actions coloniales et leurs effets destructifs sur les populations civiles que si on leur porte l’estocade dans leurs propres chaumieres,eglises et metro.

    Par vos bavures à repetition vous alimentez et justifiez les bavures talibanes du 11 SEPT, du METRO de madrid etc...

    Il est temps que les opinions publiques occidentales s’impregnent de courage, de civisme et d’humanisme pour denoncer vigoureusement la destruction de l’irak, de la palestine et de l’afghanistan.
    Des crimes contre l’humanité sont commis en leur nom propre !
    La reaction des damnées de la terre est un peu plus imprévue.

  • permalien adrien :
    12 septembre 2009 @12h25   « »

    Et que pensent les élus français de la guerre de l’armée française contre les Afghans ?

    Quand en débattent-ils ?

    @ Lou

    C’est vrai qu’ils n’en débattent pas beaucoup, néanmoins, si cela vous intéresse, vous pouvez trouver quelques comptes rendus sur le site de l’assemblée nationale. Il y existe en effet une "commission de la défense nationale et des forces armées" qui effectue des auditions et des rapports sur les questions de défense, et donc parmi elles l’intervention en Afghanistan. C’est à ce titre l’une des principales interfaces entre le politique et le militaire au niveau parlementaire. Voici le lien :

    http://www.assemblee-nationale.fr/c...

    Vous trouverez ici la publication de leur travaux pour l’année 2008-2009.

    http://www.assemblee-nationale.fr/1...

    Bien à vous.

  • permalien qlq1 :
    12 septembre 2009 @12h29   « »

    Le sort des musulmans était il mieux avant le 11/09 ...

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @12h30   « »

    Contexte, tout le contexte : l’Arabie saoudite n’est pas seule en cause dans le fondamentalisme religieux bigleux du Pakistan, qui a atteint son apogée avec le Général Muhammad Zia-ul-Haq, président du Pakistan à partir du 16 septembre 1978. Les Etats-Unis y ont joué un role éminent, toujours au nom de la sacro-sainte lutte contre le communisme.

    Charles Amjad-Ali, un pakistanais chrétien fort intéressant, le rappelle dans une interview donnée au quotidien Pakistanais “Dawn” et, le hasard faisant bien les choses, publiée aujourd’hui :

    It must be remembered that the Islamisation of the society, culture, polity and economics grew in fits and starts between 1956-1977. However, in 1977 things changed radically with the martial law of General Zia-ul-Haq and at this point Islam begins to dominate the state. Here the need for Zia to justify his regime on other than democratic grounds, coincided with the needs of the US and Saudi Arabia to refute the Iranian revolution and the Soviet invasion of Afghanistan, both in 1979. There was already a precursor of this confluence in the refutation of socialism, and even of Zulfiqar Ali Bhutto. So the Islamisation process was not just an endogenously produced element but was fully aided, abetted, and even engendered exogenously by the US and Saudi Arabia as well.

    La vraie question est la suivante : les politiques US actuelles en AfPak vont-elles dans le sens d’un Pakistan démocratique et libre qui verrait ce fondamentalisme d’un autre age, aujourd’hui ennemi déclaré des Etats-Unis, et l’agressivité des ISI/armée pakistanaise s’étioler progressivement d’eux-mêmes ? Force est de reconnaitre qu’il n’existe absolument rein qui puisse le prouver.

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @12h38   « »

    Shiv7 :

    [°°°] en supposant que le 11sept. soit bien le fait de Bin Laden [°°°]

    C’est ce qu’il dit tout au moins :

    « Pourtant malgré cela, vous avez permis à [George W.] Bush d’accomplir son premier mandat, et plus étrange encore, l’avez choisi pour un deuxième mandat, qui lui a donné un mandat clair de votre part - avec votre pleine connaissance et votre consentement - pour continuer à assassiner notre peuple en Irak et en Afghanistan.

    Alors vous prétendez être innocent ! Cette innocence de votre part est comme mon innocence du sang de vos fils pour le 11 [Septembre 2001] – ai-je prétendu une telle chose ? »

  • permalien adrien :
    12 septembre 2009 @12h43   « »

    mais que ceux qui s’opposent à l’establishment islamique deviennent naturellement des ennemis, y compris bien entendu ceux qui servent des intérêts étrangers.

    Mais votre phrase pose quand même question. Si je lis bien ce que vous écrivez que dois-je en comprendre ? Que le régime est "ouvert" à la critique, mais que ceux qui remettent en cause la version officielle de ce régime, donc qui s’opposent à celui-ci, en deviennent des ennemis "naturels". Cela me paraît quelque peu paradoxal.

    Ensuite, je suis dubitatif face à l’expression qui ressort toujours in fine, "les intérêts de l’étranger". C’est commode de s’en référer continuellement et sans jamais les définir expressément aux "intérêts de l’étranger" pour expliquer et stigmatiser tout mouvement de contestation interne.

    Enfin, je vous vois sur ce blog critiquer et pester sans relâche la politique américaine, française, israélienne en l’essentialisant à un Occident que vous fantasmez plus qu’il n’existe, réclamant des comptes à n’en plus que faire. Votre position est certes légitime, mais elle aurait sans doute plus de force si jamais vous acceptiez vous aussi certaines critiques qu’ont pu faire certains interlocuteurs et moi-même sur, par exemple, certaines dérives que l’on peut observer en Iran.

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @13h00   « »

    adrien :

    Mais votre phrase pose quand même question. Si je lis bien ce que vous écrivez que dois-je en comprendre ? Que le régime est "ouvert" à la critique, mais que ceux qui remettent en cause la version officielle de ce régime, donc qui s’opposent à celui-ci, en deviennent des ennemis "naturels". Cela me paraît quelque peu paradoxal. [°°°]

    Vous lisez mal ! Il n’y a rien de paradoxal ni dans ma phrase ni dans les propos de Seyyed Ali Khamenei, il dit que le régime est ouvert aux critiques d’une opposition qui accepte les institutions de l’Iran, ça n’a rien de très original ...........................

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 septembre 2009 @14h53   « »

    Adrien

    La révolution iranienne de 1979 aurait-elle eu lieu si, depuis la guerre (1945), les Anglais et les Américains ne s’étaient comportés en Iran comme en pays conquis ? Aurait-elle eu lieu si les Occidentaux n’avaient soutenu la tyrannie du Shah, entraîné la Savak à la torture, renversé Mossadegh et humilié le sentiment national ?

    Cette révolution aurait-elle été religieuse si les Américains (et tous les Occidentaux) n’avaient tout fait pour écraser les mouvements marxistes, communistes ou nationalistes, en s’appuyant, précisément, pour leur faire pièce, sur les mouvements religieux – et, souvent, les plus rétrogrades d’entre eux ?

    Cette révolution aurait-elle pris un tour si radical, et si radicalement anti-occidental si ces mê-mes Occidentaux, durant huit ans (deux fois la guerre de 14) n’avaient entrepris, par Saddam Hus-sein interposé, une guerre atroce contre la République islamique ? Aurait-elle été si radicale si, au sortir de cette guerre le croiseur U.S. Vincennes n’avait pulvérisé en plein vol un avion de ligne iranien ? Aurait-elle été si radicale si les Occidentaux n’avaient soutenu tous les mouvements locaux de contestation ? Aurait-elle été si radicale si, après le renversement des talibans en 2001 et de Saddam Hussein en 2003, les Iraniens, qui avaient fourni une aide précieuse aux Américains (en permettant, notamment, le survol de leur espace aérien) n’avaient reçu en récompense que rebuffades et menaces ?

    Comment ne pas devenir méfiant à l’égard d’un pays qui, depuis 30 ans, vous poursuit de sa haine implacable ?

    Et puis, ne perdez pas de vue cette donnée fondamentale : la disproportion énorme des forces. Israël, à lui seul, possède, avec son armement nucléaire, ses fusées et ses avions, une puissance supérieure à celle du monde musulman (pas seulement arabe) tout entier. Et Israël est assuré, derrière, du soutien inconditionnel des Etats-Unis, incomparablement plus puissants que lui (sans préjudice de l’ensemble des pays de l’OTAN). Que pèse l’Iran face à ça ? Même pas des bribes de clopinettes…

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @15h02   « »

    Shiv7 : 12 septembre @12h04

    Une dizaine de lignes, une bonne demi-douzaines d’âneries…

    Une généralisation vague et abusive. "Le terrorisme (n’importe lequel) est une réaction naturelle et irréversible contre le totalitarisme". De quel "totalitarisme" parle-t-on ? Il s’agit typiquement d’un concept fourre-tout (on l’a reproché à l’époque à Hannah Arendt). Depuis, ça ne s’est pas arrangé. Le "totalitarisme" tel que Baudrillard le conçoit est une notion faible, au contours imprécis. On peut tout imaginer sous cette rubrique : l’empire américain, le complexe militaro-industriel, le capitalisme, le marché, l’agent rationnel des économistes, l’empire des images, le virtuel, la raison instrumentale, les technologies (de contrôle), la domination du quantitatif, etc. Tout fait farine au moulin du concept de "totalitarisme".

    Une alternative hypothétique et opportune : "Ce qui veut dire que si ça ne serait pas l’islam, ça serait quelqu’un d’autre..". Avant de gloser sur les autres formes que la "réaction naturelle au totalitarisme" pourrait emprunter, penchons-nous sur le terrorisme tel qu’on le connaît aujourd’hui et qui lui, s’inspire essentiellement de l’islam. Il serait intéressant de savoir pourquoi.

    Un bobard conspirationniste. "Vu sous cet angle et en supposant que le 11sept. soit bien le fait de Bin Laden… ". L’hypothèse complotiste glissée ici en douce a pour seul objectif d’exonérer les islamistes (qui par postulat essentialiste, ne peuvent pas avoir commis ce forfait) de leur crime et de reporter directement ou indirectement la responsabilité de l’action terroriste sur le pays qui en a été victime.

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @15h09   « »

    (suite)

    Une justification ignominieuse : "… on pourrait en conclure que ce dernier (Ben Laden) à fait preuve de salubrité publique". On en revient ici à la case précédente qui consiste à justifier le meurtre de civils, qualifié de surcroît d’entreprise de salubrité publique.

    Une analogie délirante. "Voeux utopiste s’il en est, car la "vie" meure ou se libère, mais ne se laisse pas enfermer à perpépuité. La résistance Afgane en étant un bon exemple." Autrement dit, ce qui s’oppose au totalitarisme (terme vague et jamais défini) c’est donc "la vie". Et la résistance talibane serait l’incarnation par excellence de la "vie" résistant à l’ordre totalitaire. Passons sur le fait que la "vie" est ici incarnée par des gens qui sèment la mort, y compris et surtout au sein de leur propre population. Mais il est utile de savoir que la promotion idéologique de la "vie", c’est-à-dire le vitalisme, a précisément caractérisé le pire des totalitarismes, à savoir le nazisme. C’est au nom des puissances vitales, qu’ils prétendaient incarner, que les nazis ont pu commettre leurs crimes barbares.

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @15h43   « »

    Ph. Arnaud : 12 septembre @14h53

    Les Israéliens possèdent (sans le reconnaître) un arsenal nucléaire depuis 40 ans mais ils ne l’ont jamais utilisé alors que leur territoire a été envahi en 1973 par les troupes syriennes et que Saddam Hussein y a envoyé ses Scuds en 1991.

    Certains estiment que la bombe iranienne serait une bonne chose car elle instaurerait un équilibre de la terreur dans la région. Mais rien n’est moins sûr. D’abord nous n’avons pas été très loin d’un cataclysme à l’occasion de l’affaire de Cuba, en dépit de l’équilibre de la terreur. Ensuite, cette région est une vraie pétaudière et la haine du régime iranien à l’égard d’Israël a quelque chose d’irrationnel, d’autant plus qu’aucun contentieux territorial oppose ces pays. Avec le Hezbollah sur la frontière nord, il suffirait de trois fois rien pour déclencher les hostilités. Souvenons-nous que les puissances européennes ne voulaient pas d’une guerre en 1914 mais qu’un engrenage fatal (et une politique d’alliances) ont quand même conduit à la boucherie que l’on sait.

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @15h52   « »

    Merci à Ph. Arnaud pour son dernier post, antidote contre les approches pseudo-équilibrées.

    Concernant l’embarras de l’administration US vis-à-vis du truand Hamid Karzai, John Nichols décrit la quadrature du cercle : L’empire peut-il se perpétuer en mettant en place des locaux fondamentalement différents de Karzai ?

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @16h18   « »

    Nathan :

    [°°°] la haine du régime iranien à l’égard d’Israël a quelque chose d’irrationnel, [°°°]

    Tu serais Palestinien ou Libanais, crois-tu que tu trouverais ça irrationnel ? Moi je ne pense pas ! L’Iran est solidaire des Palestiniens et des Libanais, ça n’a rien d’irrationnel, ce qui est irrationnel c’est la complicité des régimes européens et U.S. ! De plus ce n’est pas un pays que l’Iran critique (Il ne le reconnaît pas de toute façon) mais un régime colonialiste, raciste et belliciste !!! L’Iran n’a jamais parlé de faire la guerre à l’entité sioniste que je sache ................................... (Bien que l’Iran ait menacé de répliquer en cas d’attaque bien entendu...)

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @16h22   « »

    K. :

    Merci à Ph. Arnaud pour son dernier post, antidote contre les approches pseudo-équilibrées. [°°°]

    En effet ! Je m’associe à tes remerciements !

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @16h26   « »

    Toujours concernant l’embarras de l’administration US vis-à-vis de Hamid Karzai, quand on sait que Bruce Riedel, qui a présidé au groupe de travail sur l’Afghanistan [Afghan task force] du Président Obama, a déclaré après les élections afghanes au NYT que, “We have a fundamental interest in building up the legitimacy of the Karzai government.” (nous avons fondamentalement intérêt à promouvoir la légitimité du gouvernement Karzai), on comprend que cet embarras ne soit que très relatif.

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 septembre 2009 @16h43   « »

    A Nathan

    Ni la guerre de 1973 ni celle de 2001 ne requéraient l’usage de l’arme nucléaire. En 1973, seuls le plateau du Golan et la partie d’Israël située juste à l’est du canal de Suez furent touchés par les offensives syrienne et égyptienne. Or, il s’agissait, dans l’un et l’autre cas, de territoires dé-robés à la Syrie et à l’Egypte : de quel droit Israël aurait-il employé une arme aussi meurtrière pour disputer des territoires à leurs légitimes possesseurs ?

    Par ailleurs, les forces conventionnelles dont disposait Israël étaient plus que suffisantes pour venir à bout de ces offensives. C’est effectivement ce qui s’est passé dans les deux cas, au bout de très peu de temps, et sans que même l’ensemble des forces israéliennes aient été jetées dans la ba-taille.

    Quant aux Scuds de 1991, leur petit nombre et leur peu de létalité ne justifiaient certainement pas une riposte aussi disproportionnée que l’arme nucléaire. Au demeurant, l’absence de riposte des Israéliens tenait aux pressions des Américains, qui ne voulaient absolument pas que vole en éclats l’ensemble de pays arabes qui s’étaient joints à la coalition contre Saddam Hussein.

    Aucun contentieux territorial n’oppose non plus les Etats-Unis à l’Iran et les Etats-Unis n’ont absolument rien à faire dans cette région (non plus, d’ailleurs, qu’en aucune autre région du monde – terrestre, maritime ou aérienne - qui ne soit pas strictement leur territoire national).

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @16h47   « »

    Ph. Arnaud : 12 septembre @14h53
    Cette révolution aurait-elle pris un tour si radical, et si radicalement anti-occidental si ces mê-mes Occidentaux, durant huit ans (deux fois la guerre de 14) n’avaient entrepris, par Saddam Hus-sein interposé, une guerre atroce contre la République islamique ?

    Nous avons là un parfait exemple d’une figure de rhétorique à la sauce "Monde diplo" : l’inversion actancielle. Elle correspond à un schéma mental : l’inversion entre la cause et l’effet. En effet, c’est Saddam Hussein qui a déclenché ce conflit, pas les Occidentaux, même si certaines puissances l’ont ensuite soutenu et armé car cette guerre servait également leurs intérêts. Alors qu’il reviendrait logiquement à l’initiateur du conflit d’avoir la place du sujet, la phrase est construite de manière à faire de lui un acteur secondaire, voire un simple observateur ("par Saddam Hussein interposé"). On a l’impression que cette guerre s’est presque déroulée à son corps défendant.

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @16h52   « »

    Il me semble que des troupes syriennes ont bien pénétré en Galilée en 1973. Je vous signale que c’était Yom Kippour et que les Israéliens ont vraiment été pris de court. En ce qui concerne les Scuds, personne ne savait au départ s’ils étaient létaux. Cela dit, je suis d’accord, le territoire israélien n’était pas menacé au point de justifier l’emploi d’un arme aussi dévastatrice. Mais qu’en sera-t-il demain si les Iraniens disposent de la bombe ? Vous n’avez pas répondu sur ce sujet alors que vous me semblez un spécialiste des questions militaires.

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 septembre 2009 @17h20   « »

    A Nathan

    Pensez-vous - sans rire - que Saddam Hussein se serait lancé dans la guerre contre l’Iran s’il n’avait été assuré du soutien des Occidentaux ? Pensez-vous que ceux-ci aient été pris de court par son offensive ? Pensez-vous qu’ils se soient dit : « Tiens, on n’y avait pas pensé : et si on le soutenait ? » ?

    Si, demain, les Iraniens possèdent la bombe, les Américains y regarderont à deux fois avant de faire leurs magouilles. Le problème n’est pas la bombe des Iraniens c’est celle des Américains…

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @18h13   « »

    @ Nathan

    Une généralisation vague et abusive......Tout fait farine au moulin du concept de "totalitarisme".

    Effectivement on peut mettre n’importe quoi dedans, mais il ne faut pas oublier qu’un système "total" essaye de controler le plus d’aspects possible de notre société, ce qui fait que la liste que vous citiez, ne doit pas être très loins de la réalité. En outre le définir précisément serait justement "abusif" du fait qu’il ne se présente bien sur pas en tant que tel, que son "essence" est en quelque sorte "occulte".

    Une alternative hypothétique et opportune : "Ce qui veut dire que si ça ne serait pas l’islam, ça serait quelqu’un d’autre..".
    le terrorisme tel qu’on le connaît aujourd’hui et qui lui, s’inspire essentiellement de l’islam. Il serait intéressant de savoir pourquoi.

    D’une part parce qu’on les envahis et d’autre part, ils ne se laissent pas marcher sur les pieds. Ils vous faut d’autres raisons ?

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @18h15   « »

    @ Nathan

    Un bobard conspirationniste. "Vu sous cet angle et en supposant que le 11sept. soit bien le fait de Bin Laden… ".

    La simple supposition est déjà conspirationniste pour vous ? (j’espère que vous ne serez jamais ministre de la censure..)

    L’hypothèse complotiste glissée ici en douce a pour seul objectif d’exonérer les islamistes

    Pas vraiment, puisque pour certain(Bin Laden) il y revendication et fierté.

    Une justification ignominieuse : "… on pourrait en conclure que ce dernier (Ben Laden) à fait preuve de salubrité publique".

    Oui un peu comme L’Us-Otan Là où vous savez. Cette prospension qu’on les gens d’aller faire le ménage chez les autres, me parait à moi aussi pour le moins déplacée. J’ai déjà de la peine à faire le ménage chez moi..

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @18h16   « »

    @ Nathan

    Une analogie délirante.....
    Mais il est utile de savoir que la promotion idéologique de la "vie", c’est-à-dire le vitalisme, a précisément caractérisé le pire des totalitarismes,

    Ce qu’il y a de délirant c’est de comparer l’instinc de conservation des Afghans avec la volonté de puissance des Nazis et de tout mettre ça sous la dénomination de vitalisme. Du coup se dernier parait encore plus vague que le mot totalitarisme..

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @18h20   « »

    @ Afshin :

    L’Iran est solidaire des Palestiniens et des Libanais

    L’Iran est surtout, comme tous les pays du monde, solidaire d’elle-même. Nous ne sommes pas dans un blog de Walt Disney.

    J’aurais préféré que vous insistiez un peu plus sur la hasbara à quatre sous qui veut que les dirigeants iraniens soient irrationnels au point de balancer une bombe nucléaire sur Israel et voir leur pays disparaitre de la carte quelques secondes plus tard.

    Vous auriez pu par exemple citer “l’alliance des minorités” entre Israel et l’Iran au temps même de Khomeyni.

    Et si la reconnaissance de cette alliance de fait vous est insupportable, vous auriez pu au moins dire que si les dirigeants d’Iran étaient aussi irrationnels que les hasbaristes le disent ils auraient envoyé les missiles capables d’atteindre Dimona dont ils disposent.

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @18h44   « »

    K. :

    L’Iran est solidaire des Palestiniens et des Libanais

    L’Iran est surtout, comme tous les pays du monde, solidaire d’elle-même. Nous ne sommes pas dans un blog de Walt Disney. [°°°]

    Non je le pense sincèrement, et je pense que Seyyed Ali Khamenei est aussi sincère que moi quand il déclarait il y a deux jours :

    "La Journée d’Al-Quds est l’incarnation même de l’unité de la nation iranienne"

    "Unie et soudée, la grande nation iranienne se rassemblera, vendredi prochain en héraut de tous les peuples qui luttent contre l’iniquité, elle hissera l’étendard de la solidarité aux côtés du peuple palestinien opprimé"

    Je suis surpris que vous puissiez douter que l’on milite pour une cause juste, il fut un temps la France était réputée pour cela non ? Il est vrai que c’était il y a bien longtemps .........................

  • permalien une bille :
    12 septembre 2009 @19h29   « »

    « C’est ce qu’il dit tout au moins »

    Cinquante questions sur le 11/9 Par Pepe Escobar

  • permalien Nathan :
    12 septembre 2009 @19h51   « »

    Ph. Arnaud : 12 septembre @17h20 «  »
    Si, demain, les Iraniens possèdent la bombe, les Américains y regarderont à deux fois avant de faire leurs magouilles. Le problème n’est pas la bombe des Iraniens c’est celle des Américains…

    Pour les Israéliens, le problème c’est la bombe des Iraniens, pas l’arsenal des Américains. Et l’exemple de la guerre de 14-18 montre que même si les acteurs n’ont pas des intentions suicidaires, ceux-ci peuvent être entraînés dans un engrenage fatal. Surtout si l’on tient compte du complexe de Massada des Israéliens (le sentiment d’être dans une forteresse assiégée) d’une part et de la haine irrationnelle du régime iranien envers Israël d’autre part.

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @20h02   « »

    ... la haine irrationnelle du régime iranien envers Israël d’autre part.

    Vous voyez où mène votre propagande primaire Afshin ?

  • permalien Afshin :
    12 septembre 2009 @21h11   « »

    K. :

    Vous voyez où mène votre propagande primaire Afshin ?

    Non ! Si tu crois que Nathan m’a attendu pour reprendre la propagande “israélienne” c’est me faire trop d’honneur, tu te trompes, lui-même te le confirmerais j’imagine, tout au moins s’il était franc ... (Je me permets de te tutoyer, d’une part par sympathie et par habitude anglophone ... N’y vois pas de malice de ma part)

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @21h20   « »

    À lire M K Bhadrakumar le seul problème des US par rapport à Karzai est que celui-ci puisse jouer la carte de “l’afghanisation”, c’est à dire d’un règlement du conflit en donnant à chacune des parties afghanes sa part du gateau.

    Ce qui gènerait les US ne serait pas du tout que des criminels de guerre puissent ainsi être récompensés :

    La priorité de Washington est que les Taliban continuent de déstabiliser l’Asie centrale, le Caucase du Nord ainsi que la province chinoise du Xinjiang et de subvertir les régions orientales de l’Iran. Un paradigme utile de la sécurité s’est développé selon lequel la stabilité régionale est menacée par la guerre, ce qui sert à justifier la longue, indéfinie, présence de l’OTAN en Afghanistan. Manifestement, l’« afghanisation » ne rentre pas dans ce paradigme.

  • permalien K. :
    12 septembre 2009 @21h36   « »

    Le silence de Adrien, toujours prompt à relever le conspirationnisme des non-occidentaux, devant la hasbara primaire de Nathan, est éloquent.

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 septembre 2009 @22h09   « »

    A Nathan

    Pour quelle raison, au Proche-Orient, le problème nucléaire devrait-il être imputable aux Iraniens, et non aux Israéliens, compte tenu que les premiers ont zéro bombes atomiques et les seconds… deux cents ? Qui menace l’autre : celui qui a ou celui qui n’a pas ? Et pour quelle raison l’existence des Iraniens serait-elle moins précieuse que celle des Israéliens ?

    Et au nom de quoi jugez-vous que les Iraniens éprouvent de la « haine » ( ?) envers les Israéliens et que cette haine, de surcroît, serait « irrationnelle » ? Quelle est cette manie de supposer que les ennemis des Israéliens (ou des Américains) seraient tous des fanatiques irrationnels ?

  • permalien Shiv7 :
    12 septembre 2009 @22h15   « »

    @ K

    La priorité de Washington est que les Taliban continuent de déstabiliser l’Asie centrale, le Caucase du Nord ainsi que la province chinoise du Xinjiang et de subvertir les régions orientales de l’Iran.

    C’est vrai que comme ça on comprend mieux, finalement si les Us-Otan sont là bas, c’est pour éviter que les "talibans" s’émoussent.. Ils font ainsi d’une pierre deux coups, ils ont un champs d’essai pour leurs armes à hautes définitions et d’autre part ils maintiennes des forces Talibane vigoustes. Eclairé de cette façon les résultats de ce conflit ainsi que certains faits prennent tout leurs sens. (comme le financement des Talibans, l’augmentation de ses derniers, la durée du conflit, l’innéfficacité stratégique apparente, etc.)

    On a en somme l’impression (raccourcit,certe très rapide..) que Bin Laden (au sens large..)n’a jamais arrèté de travailler pour les Us.. Doit-on comprendre celà ?

  • permalien Lou :
    12 septembre 2009 @22h27   « »

    Merci Adrien pour les liens.

    Que fait-on en Afghanistan ?

    M. Jean de Ponton d’Amécourt, ambassadeur de France en Afghanistan y répond presque en parlant de Pierre lellouche :

    En sa présence, je peux confirmer qu’il accomplit un travail remarquable et que sa nomination a été très importante pour nous.
    M. Richard Holbrooke, avec énergie et talent, a imprimé sa marque sur la politique américaine en Afghanistan et a constitué autour de lui un véritable parlement de représentants spéciaux. Pierre Lellouche est le seul, parmi ceux-ci, à être un homme politique. De par son énergie et sa connaissance du dossier, il est parfaitement à la hauteur du représentant américain.

  • permalien Lou :
    12 septembre 2009 @22h42   « »

    Sur Questions Critiques

    Cinquante questions sur le 11/9
    Par Pepe Escobar
    Asia Time Online, publié le 12 septembre 2009

    « J’ai dit aux Etats-Unis de parler aux Taliban. Ils m’ont mis en prison »
    Par Kim Sengupta
    The Independent, samedi 12 septembre 2009

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire