Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Islamophobie savante, islamophobie politique

Islamophobie savante, islamophobie politique

jeudi 17 septembre 2009, par Alain Gresh

Nous vivons les temps de l’islamophobie. Chaque jour apporte sa pierre à l’édification d’une machine de guerre d’autant plus efficace qu’elle ne relève d’aucun complot et qu’elle enrôle sous sa bannière des responsables de gauche et de droite, des intellectuels de gauche et de droite, des « savants » de gauche et de droite. Burqa, affaire Vincent Geisser – que j’ai eu tort de ne pas évoquer avant sur ce blog –, femmes afghanes, pratique du ramadan, etc, tout est bon, non pour critiquer l’islam (« Peut-on critiquer l’islam ? »), mais pour stigmatiser les musulmans et, surtout, créer une atmosphère de troisième guerre mondiale.

C’est en mars 2006 que Charlie-Hebdo publie « Le manifeste des douze : ensemble contre le nouveau totalitarisme », L’Express, 2 mars 2006, où l’on retrouve les incontournables Bernard-Henri Lévy, Caroline Fourest, Philippe Val, Antoine Sfeir :

« Après avoir vaincu le fascisme, le nazisme et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme. Nous, écrivains, journalistes, intellectuels, appelons à la résistance au totalitarisme religieux et à la promotion de la liberté, de l’égalité des chances et de la laïcité pour tous. » Nous restons dans cette atmosphère malsaine.

La publication par Le Seuil du livre « Aristote au Mont Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, » de Sylvain Gouguenheim avait suscité, au début 2008, une puissante polémique. (« Un historien au service de l’islamophobie » 7 mai 2008). Sous la direction de Max Lejbowicz, L’islam médiéval en terres chrétiennes (Presses universitaires Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2009), sous-titré « Science et idéologie », avait constitué une première riposte des « savants ». Le livre publié chez Fayard sous la direction de Philippe Büttgen, Alain de Libera, Marwan Rashed et Irène Rosier-Catach, Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante, est une nouvelle charge contre les impostures.

Les coordinateurs écrivent dans leur préface :

« Aristote au Mont-Saint-Michel développe une vision du monde qui s’insère très précisément dans la philosophie de l’histoire sarkozyste à la rencontre de trois axes majeurs : (1) exaltation de la France toute chrétienne, celui du “long manteau de l’Eglise” jeté sur nos campagnes ; (2) revendication assumée de l’“oeuvre positive” de la colonisation – puisque la science est, par essence, européenne ; (3) volonté de “liquider” définitivement Mai 68. Et l’on se trouve confronté à ce paradoxe, typique de notre temps, où l’auteur le plus en phase avec la doxa des idéologues officiels – on songe à celui qui, aux premiers jours de la Restauration (26 juillet 2007), composa l’inoubliable discours de Dakar – est décrit comme un parangon d’indépendance et de courage par diverses crécelles médiatiques. (...)

Les Arabes sont des Arabes, dit l’islamophobie savante, de peur qu’eux aussi ne soient grecs, comme nous le soutiendrons. Cela ne se dit qu’à la troisième personne : “eux les Arabes”, ceux qu’on désigne de loin, des banlieues aux universités, sur tout le trajet de l’islamophobie savante. Qui aujourd’hui peut dire : “Nous les Arabes” sans s’attirer les pires soupçons ? Raison de plus, aujourd’hui, pour que nous le fassions. Les Grecs, les Arabes. Et nous ? Nous les Grecs, bien sûr. Nous les Arabes pas moins. Mais nous les Latins, aussi bien que nous les juifs, nous tous les absents de la nouvelle Restauration, nous tous les autres, nous qui n’entrons pas dans les “synthèses”, “hélléno-chrétiennes” ou celles qu’on voudra, nous les composites. »

N’allez surtout pas dire aux membres de la mission d’information sur la burqa que nous sommes composites. Ils en tomberaient de leur fauteuil, eux comme les invités soigneusement triés. Prenez le temps de lire les témoignages et les réactions des députés, ils reflètent, malheureusement, l’état d’une opinion désinformée. Le 9 septembre, la mission a auditionné Mme Sihem Habchi, présidente de l’association Ni putes ni soumises et Mme Élisabeth Badinter, philosophe.

Rappelons que l’association Ni putes ni soumises est largement financée par les pouvoirs publics et les pouvoirs locaux, toutes tendances confondues. Et elle reçoit des aides d’autant plus importantes qu’elle ne dispose d’aucune base militante et qu’elle est absente de ces banlieues dont elle prétend vouloir défendre les jeunes filles. Sa présence dans les médias lui donne une légitimité que son audience sur le terrain ne lui permet guère.

Qu’explique sa présidente ? que « l’inconscience politique a, au bout du bout, permis les pires des exactions contre les femmes. J’ai encore devant les yeux le portrait de Sohane, brûlée vive dans un local à poubelles pour avoir dit non. Je me rappelle de Samira Bellil, qui a été victime de nombreux viols collectifs et nous a quittés il y a cinq ans. Me reviennent également en mémoire Erim, Malika et tant d’autres qui ont été victimes de mariages forcés, Diaryatou Bah qui a été victime d’excision qui l’a contrainte à faire trois fausses couches, Myriam qui, pour avoir simplement effleuré le bras d’un garçon a décidé d’en finir avec l’oppression familiale et s’est défenestrée en juin dernier. Si certaines ne sont plus parmi nous, d’autres restent debout pour faire en sorte que leurs sœurs ne soient pas mortes pour rien ». Ainsi, la violence contre les femmes qui, en France tue une demi douzaine de personnes par mois, serait le fait des seuls musulmans ? Pourquoi ne dit-elle rien sur la violence faite, aussi, aux femmes française « de souche » ? Pourquoi ne dénonce-t-elle pas l’attitude des médias : quand un homme français de souche tue sa compagne, il s’agit d’un crime passionnel, quand il s’agit d’un musulman, il s’agit d’une violence religieuse ou ethnique, on ne sait pas très bien.

En fait, ce que son discours sous-entend, ou même affirme clairement, comme celui de Mme Badinter c’est que nous pouvons parler des souffrances des femmes et même nous réclamer du féminisme – terme qui fut longtemps proscrit, mal vu, y compris à gauche (et le reste quand il s’agit de dénoncer les féministes américaines) – à condition de parler des femmes musulmanes. Dénoncer leur sort nous permet de dire que « nous » ne sommes pas comme « eux », nous ne sommes pas des arabes ou des musulmans, nous sommes les descendants de la civilisation grecque.

Il y a un moment fortement comique dans cette déposition, quand Mme Habchi affirme, sans rire, que « le chemin le plus court pour l’Asemblée nationale n’est ni le voile ni la burqa ». Cette dame sait-elle que, dans cette assemblée, il n’y a pas 15% de femmes députées ? Le fait qu’elles ne portent pas de foulard ne semble pas leur ouvrir les portes du pouvoir. (Rappelons que, jusque dans les années 1960, il y a eu des députés prêtres qui venaient en tenue au parlement ; le dernier, à ma connaissance, fut le chanoine Kir, maire de Dijon ; la République était pourtant laïque, mais, il est vrai, qu’elle n’était pas menacée par l’islam).

Je ne reviendrai pas longuement sur les déclarations de Mme Badinter, mais un principe sous-tend son intervention : « ils », les musulmans, doivent se conformer aux lois du pays dans lequel ils s’installent. Le seul problème c’est qu’ils ne s’installent pas, « ils » sont là, ils sont français et « ils » vont rester et faire la France. A moins qu’on ne veuille les déchoir de la nationalité, comme le pouvoir de Vichy l’a fait avec les juifs. Tout le monde s’est réjouit que l’on ait refusé la nationalité française à une femme musulmane qui portait la burqa. Fallait-il, dans les années 1930, refuser la nationalité à des juifs Loubavitch qui ne s’habillaient pas comme tout le monde et avaient de drôle de papillotes ?

871 commentaires sur « Islamophobie savante, islamophobie politique »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700 | 800

  • permalien Yann :
    17 septembre 2009 @19h26   »

    Merci encore M. Gresh.

    Votre texte me fait froid dans le dos. Vous êtes quelqu’un de mesuré mais ce que vous dîtes est terrible.

    Savez-vous qu’il est parfois extrêmement difficile pour les Algériens de venir en France, même seulement d’y passer en transit. La "raison d’état" est alors invoquée.

    La ségrégation "nous" va si bien.

    Et "eux" font tellement pire, "nous" sommes bien obligés d’agir ainsi pour défendre notre culture, nos valeurs, notre peau.

    Payer ses impôts en France devient un acte d’une grande lâcheté. C’est comme dire amen à toute cette politique qui "nous" détruit tous, à plus ou moins petit feu.

  • permalien Laurent :
    17 septembre 2009 @19h35   « »

    Cher Alain,

    On sent dans votre ton toute l’émotion et sans doute la colère que suscite ce que vous qualifiez de guerre. Sachez que je partage votre indignation, mais devons nous réellement entrer en guerre ? Vu l’état des médias, de l’opinion et de la représentation nationale, cela semble inévitable même si c’est faire beaucoup de cas des déclarations haineuses, trop nombreuses il est vrai, d’intellectuels médiatiques.

    Si nous entrons en guerre cela ne doit pas se faire au détriment de notre rigueur d’analyse et surtout, nous devons nous montrer prudent tant il est facile aujourd’hui de détourner et marginaliser notre pensée qui, bien sûr, doit demeurer notre seule arme.

    A bientôt sur le champ de bataille !

  • permalien Orangerouge :
    17 septembre 2009 @20h21   « »
    Elizabeth Badinter

    Elizabeth Badinter, à l’époque où l’on manifestait pour les droits de femmes, où l’égalité des sexes n’était pas passé dans le discours occidental dominant, s’opposait aux féministes et leur faisait la leçon : elle prônait de "rester femme", de "ne pas abandonner sa féminité".

    Quand les vents ont tourné, que l’égalité est devenu le discours dominant, Elizabeth Badinter s’est mise à publier des "essais" (un bien grand mot) à tonalité féministe. Elle s’adapte quoi !

    Alors je ne suis absolument pas surprise de la voir courir vers le prochain conformisme en attaquant l’islam.

    Alors que moi ce que j’admire c’est la capacité des musulmans français à interroger leur valeurs, à travailler leur culture et à évoluer, plus vite manifestement que d’autres compartiments de la société française.

  • permalien processor blablamov :
    17 septembre 2009 @21h23   « »

    Il ne manque plus qu’un taux de suicide élevé chez les fds : que les organisateurs de ce suicide n’y comptent pas trop ; tacite disait : ne pas les démentir c’est les laisser croire qu’ils ont raison ; ex ? :"quand un homme français de souche tue sa compagne, il s’agit d’un crime passionnel, quand il s’agit d’un musulman, il s’agit d’une violence religieuse ou ethnique, on ne sait pas très bien." quand des originocrates liquident un fds en général , personne n’en parle ! dans le cas contraire .....
    l’antirac et l’antifa : le stade suprème de l’impérialisme ! les tests adn ? la communauté d’origine immigrée et ses faux amis ont raté une occasion de manifester leur besoin de cohésion nationale par un symbole fort en direction des français d’origine française qui réfléchissent aussi sur l’actualité du colonialisme et des colonies d’implantation !

  • permalien K. :
    17 septembre 2009 @22h43   « »

    Quelle meilleure occasion pour prendre connaissance du merveilleux blog de Amin Maalouf ?

  • permalien
    17 septembre 2009 @23h28   « »

    Merci infiniment pour ce texte. Tout est dit. Et puis même si tout n’est pas dit, ça fait du bien de voir ces tartuffes, pseudo-historien-ne-s et néo-féministes, traité-e-s comme ce qu’ils et elles sont : des racistes.
    On dira : Gresh ne s’est pas trompé de camp.

  • permalien Yvan :
    17 septembre 2009 @23h42   « »

    Ce que la burqa voile , "Là-bas si j’y suis".

  • permalien Djac Baweur :
    18 septembre 2009 @00h18   « »

    Et ce qui est éreintant, M.Gresh, c’est que dès qu’on cherche à relayer vos arguments (ou ceux de Mona Chollet par exemple), on a tout d’un coup en face de soi une violence verbale inouïe qui fait front - en même temps qu’un fantasme héroïque (on défend les "valeurs" de la laïcité, sonnez trompettes, flottez étendards, tari-taraaaa !).

    On nous sort des discours très rodés, comme quoi ce n’est pas du racisme - car on combat aussi le racisme et toutes les formes de discriminations, et justement regardez la burqa, c’est bien de la discrimination ! À bas tous les communautarismes, c’est l’ennemi public numéro 1 !
    J’ai beau tenter d’expliquer que plus on stigmatise les musulmans et plus on aura des problèmes de style burqa qui fleuriront, pas moyen - on m’a même traité de "sous-homme" et de "collabo"...

    Et le nec plus ultra, l’arme fatale qui met fin à tout discours : Gresh a fait des conférences avec Tariq Ramadan !!! Mon Dieu Mon Dieu !!!
    Alors, ça, dès qu’on approche Ramadan à moins d’un mètre, apparemment, c’est fatal, hop, vous êtes de facto contaminé et devenez un pro-taliban de la pire espèce (ou au mieux, un naïf qui ne voit pas le péril islamique avancer et se laisse bercer par de douces paroles et par un coupable laisser-faire). Peu importe, évidemment, de se référer à ce que dit et écrit M.Gresh... Pour quoi, faire, hein ?

    Ça me laisse pantois de voir comment la raison s’envole et laisse place à une émotivité intense dès qu’il s’agit de l’islam en France.
    Alors même que les réactions sont bien plus distantes, goguenardes ou encore désabusées quand il s’agit de la crise de la finance - alors même que voilà une menace très directe d’une instance qui a un réel pouvoir sur nos vies.

    Mais non, la cause est entendue : le péril, c’est l’islam, qui vient jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes...
    Décourageant.

  • permalien saintyves :
    18 septembre 2009 @01h09   « »

    Le féminisme islamique revisité

    par Margot Badran professeur au Prince Alwaleed Talla Center for Muslim-Christian Undertanding de Georgetown University.

    Un article très instructif et révélateur d’une évolution de la réflexion sur le "féminisme" islamique (quoique je n’apprécie pas la sémantique), l’auteur essaye de dégager à travers une approche spatiotemporelle les difficultés que rencontrent des chercheurs à vouloir isoler les préceptes purement coraniques qui traitent de l’égalité homme femme en tant qu’"Inssan" (humain) et les pratiques et traditions hérités de société patriarcale musulmanes.

  • permalien Lou :
    18 septembre 2009 @01h10   « »

    <<"La patrie" pour un shekel, "Tous les arabes" pour rien>> annonce le crieur de journaux dans les rues de Nazareth dans le film d’Elia Suleiman "Le temps qu’il reste"

    Tous les arabes pour rien, pas besoin de compter les Afghans morts sous les bombardements des démocraties occidentales, et pour ceux qui parviennent à fuir jusqu’à Calais, le ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Eric Besson ouvre la chasse.

    La terre afghane , elle, supporte les soldats français.

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @02h00   « »

    Merci Mr Gresh,

    On sent votre émotion,votre colère aussi. Elle fait du bien. Là ,où tous ou presque, tapent avec impunité sur les musulmans, ( large consensus entre la gauche et la droite !) , cela met du baume au coeur d’entendre une voix différente. Se focaliser sur l’Islam, C’est le truc à la mode, qui ne coûte rien et peut faire gagner des élections.Ce qui me fait "marrer", c’est que le féminisme dont les politiques français parlaient avec goguenardise, est comme par hasard redevenu respectable quand il "défend" les musulmanes.Tout d’un coup,quel ton déférent ,avec des trémolos dans la voix chez ces hommes vis à vis des droits des femmes !
    Pour l’instant,comme voix médiatique, seul Cohn -Bendit semble garder raison. Les autres ,ont-ils tous perdu la tête ou manquent-ils de courage ? De peur d’être taxés de pro-islamiste, d’anti-laïc, et partant, de mauvais français (cela rappelle certaines choses,non ?) ,d’éventuels réfractaires à ce lynchage,préfèrent se tairent.

  • permalien G :
    18 septembre 2009 @02h14   « »

    Se taire, ou quitter la France.

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @02h17   « »

    @ K. ,

    Merci pour le lien d’Amin Maalouf. J’apprécie cet écrivain depuis toujours. Tous ses livres sont bons.Entre autres, je conseille à ceux qui s’interrogent sur ce qu’est l’identité multiple, comment elle est vécue, comment elle est perçue, comment on peut dépassionner cette perception (etc...), ce livre de lui :

    Les identités meurtrières.

    Pour se réconcilier,avec son humanité et celle des autres.

    @ Djac Baweur ,

    J’aime beaucoup ce que vous dites.

  • permalien Nobo :
    18 septembre 2009 @02h21   « »

    Le mystère s’épaissit :

    Qui sont-ils ?

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @02h21   « »

    @ G,

    C’est à ce point là ? Les nazis aussi obligeaient à penser comme eux...

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @02h26   « »

    @ Nobo,

    excellentissime !

  • permalien G :
    18 septembre 2009 @02h46   « »

    @elbé

    Je suis bien trop jeune pour avoir connu les nazis (et je suis honnêtement surpris de susciter aussi facilement un point Godwin). Mais oui, j’ai senti émergée cette police de la pensée quelque peu avant l’élection du nain à talonnettes. Et, "La France, tu l’aimes ou tu la quittes", je l’ai pris au sens littéral. Je suis assez dépité de voir que l’ÉNS, qui représente la France que j’aime, produise régulièrement des BHL, des Caroline Fourrest, qui en sont franchement l’antithèse.

    Mais peut-être n’a-t’on que ce qu’on mérite : le désir de se taper mutuellement dessus, qui est selon moi le programme électoral du nain, ne vise pas que les arabes.

    Et dès qu’il s’agit du voile, je ne peux m’empêcher de mentionner l’épître au Corinthiens... Elle est pas bien belle, la France.

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @04h18   « »

    Quant à l’influence de la pensée grecque sur la civilisation occidentale,si elle est réelle (mais pas unique)elle n’aurait pas été possible sans les fameux passeurs qu’ont été les arabes !

    Selon l’adage coranique qui recommande de s’instruire et de rechercher la science, car la science serait, non seulement, pas contradictoire avec la foi,mais en serait le corollaire et la conforterait, les musulmans ont donc cherché tous azimut.

    Ils ont ainsi sauvés de l’oubli,les philosophes,médecins,mathématiciens ,astronomes grecs (mais aussi les persans, indiens et chinois) en retrouvant , en traduisant leurs ouvrages. Ils ont aussi apportés leurs propre pierre en les enrichissant de leurs découvertes. En les enseignant dans leurs facultés ,en particulier en Espagne,ils ont permis aux savants européens de s’y abreuver ( ce qui leur était interdit dans leurs pays,par l’Eglise toute puissante) .

    Selon Eva de Vitray-Meyerovitch- (p’tit clin d’oeil avec ma sympathie à Yasmina)- :

    "On a pu aussi voir chez les anglicans (non soumis à Rome),toute une tradition d’hermétisme,les alchimistes.Et aussi, cet extraordinaire personnage que fut le cardinal de Cues. Ce cardinal allemand qui, dès 1437, préconisait la réunion d’un concile entre juifs, chrétiens et musulmans. Il lisait le Coran en arabe et il a écrit des pages absolument ahurissantes.

    Il y a eu aussi Marcile Ficin (philosophe florentin), Arnaud de Villeneuve (médecin, alchimiste etc) qui se trouvaient très proches des principes de l’Islam. Tout ce mouvement a été étouffé au XVe siècle par l’horrible pape Borgia. Malgré tout, ce courant a continué au cours des siècles à cheminer souterrainement pour resurgir à la fin du siècle des lumières et s’épanouir dans le romantisme allemand.---Il y a eu les templiers,les elisabétains, les précurseurs de Shakespeare avec tout cet universalisme qui a été occulté. "

    Eva de Vitray-Meyerovitch constate aussi qu’ il y a aujourd’hui une sorte de scandale de pouvoir faire un doctorat de philosophie sans avoir jamais entendu parler des penseurs arabes.

    Un livre sur l’Islam en tant que religion et civilisation peut éclairer beaucoup de néophytes :

    L’Islam à l’usage des incroyants de Lucas Catherine.

    "L’auteur jette un regard insolite sur l’Islam, du prophète jusqu’à Izetbegovic. Il est question aussi de Bonaparte,qui au Caire, donnait ses ordres en arabe ".Ce livre érudit mais accessible,plein d’humour fourmille d’anecdotes, et dégonfle au passage bon nombre de fantasmes" orientalistes"

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @04h22   « »

    Où qu’il est mon post ?

  • permalien elbé :
    18 septembre 2009 @04h44   « »

    Ah l’impatience !

    @ G,

    Je ne savais quel sens donner à votre premier post...S’il était une approbation du discours:la France tu l’aimes ou tu la quitte, ou une critique de celui-ci.J’y vois plus clair.

    Mais dites-moi,à quel passage de l’épitre aux corinthiens,faites-vous allusion ? Celui sur l’impudicité ?

  • permalien Sark Vador :
    18 septembre 2009 @09h57   « »

    Et c’est sous une nuée d’aplaudissements que s’éteint la démocratie...

  • permalien BAMS :
    18 septembre 2009 @09h58   « »

    Je pense que les pseudos feministes,intellectuels et les vrais islamophobes de tous poils veulent faire devier le debat dans des peurs irrationnelles.Ce qui permet de faire voter des loi liberticide et qui vont à l encontre de nos principes.
    Pour ce qui est de l apport de la sciences par le monde musulman je crois que pour toute personne curieuse et objective il n y a plus de doute.

  • permalien Nathan :
    18 septembre 2009 @10h22   « »

    Je ne vois pas en quoi l’interdiction du voile à l’école républicaine, par exemple, constitue une loi "liberticide". Il s’agit, au contraire, d’une loi qui défend la liberté pour chaque enfant d’être accueilli et éduqué en personne, pour lui-même, et dehors de toute distinction religieuse, communautaire ou ethnique.

  • permalien BAMS :
    18 septembre 2009 @10h36   « »

    @ Nathan
    C est une loi liberticide car dans la declaration des droits de l homme si cher à l occident il est dit que nul personne devrait etre inquitée pour sa religion pour ses opinions ...

  • permalien abdelaziz :
    18 septembre 2009 @10h42   « »

    Merci Alain pour cet excellent article et pour ton courage d’aller à contre courant du politiquement correct , comme l’a fait courageusement Daniel Mermet dans son excellente émission "là bas si j’y suis" sur "ce que cache la Burqa". Il faut aller écouter et lire les commentaires suite à cette émission pour se rendre compte que même l’auditoire dit progressiste , démocrate ou humaniste est en train de se lâcher et de bouffer du musulman. Je trouve que les manipulateurs de l’opinion publique sont de véritables criminels ; car d’une part ils induisent en erreur les français et d’autre part ils encouragent le communautarisme et les replis identitaires en détruisant le vivre-ensemble. C’est ce qui nous a amené à créer la Coordination contre leRacisme et l’Islamophobie pour pousser un CRI www.crifrance.com contre ces apprentis sorciers et oeuvrer dans le champ politique pour tenter de tarir cette source, car c’est sur terrain que les islamophobes marquent des buts au niveau français et européen

  • permalien T. :
    18 septembre 2009 @10h47   « »

    "Il s’agit, au contraire, d’une loi qui défend la liberté pour chaque enfant d’être accueilli et éduqué en personne, pour lui-même, et dehors de toute distinction religieuse, communautaire ou ethnique."

    Sauf bien sur pour les enfants voilés, qui effectivement asservis ou pas, n’ont désormais d’autre choix que celui de rester à la maison, le seul lieu possible (l’école) leur permettant une possible émancipation leur étant désormais interdit par la Glorieuse et Très Sage République Française.

  • permalien Afshin :
    18 septembre 2009 @10h55   « »

    abdelaziz :

    Merci Alain pour cet excellent article et pour ton courage d’aller à contre courant du politiquement correct [°°°]

    Je ne suis pas bien sûr que tu te sois relu là, parce que si aujourd’hui en France le “politiquement correct” c’est le racisme et la xénophobie, il serait grand temps de s’en préoccuper sérieusement, non ?

  • permalien Yasmina :
    18 septembre 2009 @11h46   « »

    tres bon fil M. Gresh. Mais qui va entendre votre cri ? Quand la corruption des esprits est erigé en système de valeurs des politiques et des intelectuels que vous dénoncez ?

    Selon Eva de Vitray-Meyerovitch- (p’tit clin d’oeil avec ma sympathie à Yasmina)-

     :

    bonjour Elbé.

    du meme auteur" Ontologie du Soufisme" avec une traduction inédite de l’auteur d’un texte de AL GHAZALI( philosophe musulman et esprit universaliste). C’est aussi à conseiller à Shiv7.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Gha...

    Merci à K. pour son lien sur Amin Maalouf, un de mes auteurs préferés et dont j’ai lu tous les livres.

    Au fait, petite digression :), le mot traduction vient de l’arabe tarjama

  • permalien une bille :
    18 septembre 2009 @12h52   « »

    Il y a un aspect de l’islamophobie, qu’il ne faut pas négliger.

    Depuis les crimes du nazisme, l’antisémitisme, ne peut jouer, décemment, le rôle d’exutoire social qu’il avait jusque là tenu.

    Pendant que le député communiste André Gérin, amusait la galerie, avec la burqa, la représentation nationale votait en douce dans un paquet de lois “fourre-tout”, la dépénalisation des affaires.

    La scientologie peut remercier l’islam.

  • permalien Harko :
    18 septembre 2009 @13h07   « »

    Merci pour ce nouvel article, qui une fois de plus allie lucidité et mesure.

    Pour ma part, je crois qu’on ne dénoncera jamais assez les points communs entre cette islamophobie de plus en plus généralisée (qui s’entremêle voluptueusement avec le racisme anti-arabe), et la judéophobie des années 30.

    A la "juiverie internationale" qui gangrénait l’Europe selon ses plus visqueux idéologues et politiciens il y a 75 ans, s’est substituée "l’islamisation djihadiste" dénoncée par nos plus poisseux médiacrates aujourd’hui. Eurabia remplace Sion dans l’imaginaire paranoïaque et délirant, mais c’est encore et toujours une stigmatisation xénophobe basée sur des propagandes abjectes.

    Il y a bien sûr des divergences entre les deux phénomènes, mais cette fabrication d’un "ennemi de l’intérieur et de l’extérieur" suit exactement les mêmes schèmes.

  • permalien Sébastien :
    18 septembre 2009 @13h16   « »

    Pour une fois je suis d’accord sur l’essentiel avec Alain Gresh.

    L’histoire ne doit pas être instrumentalisée par les politiques, elle devrait rester scientifique.

    Autant il est aberrant d’ignorer l’importance de moines copiste, et de l’Eglise en général, autant il est aberrant de nier les apports de la civilisation islamique.

    Nos mathématiques sont arabes.

    Grâce aux arabes j’écris le 18/09/2009 et nom le XVIII/IX/MMIX.

  • permalien Emir :
    18 septembre 2009 @13h20   « »

    Merci M. Gresh.

    Après la lecture de votre article, je ne sais vraiment pas si j’ai envi de rire ou de pleurer, de parler ou de me taire.

    Je me rappelle d’un rapport de l’ONU il n’y a pas si longtemps qui concluait que les femmes musulmanes les plus pratiquantes, voilées, étaient beaucoup plus libres, instruites et actives dans la société que le reste des femmes. Oui celles là même stigmatisées en France aujourd’hui.

    Je pense aussi qui’il faut appeler un chat, un chat .L’élite française est pleine de racistes et d’islamophobes qui préfèrent la violence que l’appaisement .Elle est pleine d’ignorants, cela me fait penser à l’époque de l’age d’or de l’ISLAM. L’histoire va t’elle se répéter ?

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @13h31   « »

    Article intéressant, mais plus un article récapitulatif car on n’en apprend plus trop trop...

    Il faudrait aussi éviter de mentionner les années 30, qui apporte un sous-entendu un peu trop lourd (et bien trop invraisemblable) sur la décennie qui suivra. Le racisme n’a pas existé qu’à cette période, et pas seulement contre les juifs.

    Et puis, elle est bien loin l’époque où l’Europe pouvait faire ce qu’elle voulait tranquillement...

  • permalien Yasmina :
    18 septembre 2009 @13h32   « »

    Puis, en 1989, lorsque l’URSS vacilla, le rêve mondialiste redressa la tête et poussa l’Amérique à accélérer son déploiement mondial. Un nouvel ennemi global, sur le cadavre du communisme, fournissait un nouveau prétexte à la projection globale : le terrorisme islamiste. Durant la Guerre froide, les Américains avaient fait croître cet ennemi, pour qu’il barre la route à des révolutions socialistes qui se seraient tournées vers la Russie soviétique. L’islamisme sunnite avait été l’allié des Américains contre la Russie soviétique en Afghanistan. Ce fut le premier creuset de formation de combattants islamistes sunnites, la matrice d’Al Qaida comme celle des islamistes algériens... Puis il y eut la révolution fondamentaliste chiite et l’abandon par les Américains du Shah d’Iran en 1979. Le calcul de Washington fut que l’Iran fondamentaliste chiite ne s’allierait pas à l’URSS, contrairement à une révolution marxiste, et qu’il offrirait un contrepoids aux fondamentalistes sunnites. Dans le monde arabe, ce furent les Frères musulmans qui, d’Egypte à la Syrie, furent encouragés. Washington poussa l’Irak contre l’Iran, et inversement, suivant le principe du « let them kill themselves (laissez-les s’entretuer) » déjà appliqué aux peuples russe et allemand, afin de détruire un nationalisme arabe en contradiction avec les intérêts d’Israël. L’alliance perdura après la chute de l’URSS. Elle fut à l’œuvre dans la démolition de l’édifice yougoslave et la création de deux Etats musulmans en Europe, la Bosnie-Herzégovine puis le Kosovo.

    L’islamisme a toujours été utile aux Américains, ......

    la suite sur le site mondialisation.ca

    http://www.mondialisation.ca/index....

  • permalien Nathan :
    18 septembre 2009 @13h34   « »

    Je trouve que le politiquement correct, c’est de se "voiler la face" et de ne pas admettre qu’il puisse exister des conflits de valeurs entre systèmes culturels et religieux différents. Le politiquement correct consiste aussi à brandir l’accusation d’islamophobie et de "racisme" pour faire reculer ceux qui défendent une certaine conception de la république et les empêcher de mettre un certain nombre de questions sur la place publique. C’est du côté d’Alain Gresh et de ses amis-commentateurs que se trouve le politiquement correct.

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @13h34   « »

    Petit coup de gueule aussi contre le suffixe "phobie", qui est selon moi inadéquat, et même prétentieux : cela sous-entendrait que l’autre, contrairement à moi, est hostile car il ne connait pas, à la manière d’un enfant. Il existe des personnes instruites sur l’Islam et qui y sont hostiles, pas par "phobie", mais simplement à cause du vide laissé par le dernier Grand Ennemi. Ceux-là sont-ils "islamophobes" ?

    PS : Mot non reconnu par mon vérificateur d’orthographe, il doit être raciste :o)

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @13h41   « »

    Je trouve que le politiquement correct, c’est de se "voiler la face" et de ne pas admettre qu’il puisse exister des conflits de valeurs entre systèmes culturels et religieux différents.

    Fait pourtant supposé être aberrant pour une République "métissée", "universaliste", "née des mélanges", "Mère des Libertés" et j’en passe, qui nous ennuie à nous expliquer non pas que son système de Civilisation est supérieur, mais qu’il est le VRAI, tandis qu’elle s’amuse à vampiriser et à s’immiscer dans les affaires de pays qui n’étaient que trop contents de la voir partir... avant de se rendre compte qu’elle était toujours là.

  • permalien BAMS :
    18 septembre 2009 @13h55   « »

    @ EMIR
    Peut tu me dire si le rapport de l onu existe en francais avec ses references.

  • permalien Afshin :
    18 septembre 2009 @14h07   « »

    Il est tout à fait inutile Nathan de nous dire que tu es partisan du “politiquement incorrect”, on avait remarqué vois-tu, et venant d’un supporter d’un régime inique qui pratique l’apartheid quoi d’étonnant ?

  • permalien une bille :
    18 septembre 2009 @14h28   « »

    @Nathan,

    affirmer que la lutte contre l’antisémitisme est politiquement correct est incorrect. En ramenant l’islamophobie à une saine confrontation culturelle vous faite du négationnisme.

    L’antisémitisme était déjà de l’antisémitisme avant la solution finale. Ceux qui luttaient contre à cette époque passaient pour "politiquement corrects" l’histoire à apris en plus qu’ils avaient raison et qu’ils étaient tout simplement "corrects".

  • permalien najib :
    18 septembre 2009 @14h35   « »

    un texte éclairé

  • permalien Afshin :
    18 septembre 2009 @14h57   « »

    une bille :

    @Nathan,

    affirmer que la lutte contre l’antisémitisme est politiquement correct est incorrect. [°°°]

    - 1) Nathan n’a jamais dit ça .........

    - 2) Explique-nous un peu pourquoi la lutte contre l’antisémitisme serait “politiquement incorrect” !!!???

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @15h07   « »

    Tariq Ramadan me fait penser à Savonarole, en bien plus chanceux. Mais j’ai beaucoup plus de sympathie et de compassion pour Giordano Bruno, auquel Tariq Ramadan ne ressemble pas, que pour Savonarole.

    Les juifs à papillotes dans le Paris des années 30 ne devaient pas courir les rues ; personne de ma famille en âge d’avoir des souvenirs d’avant-guerre ne se souvient en avoir vus. Par contre des femmes voilées, on en trouve aujourd’hui à tous les coins de rues, j’ai même vu quelques niqabs au marché.

  • permalien Afshin :
    18 septembre 2009 @15h17   « »

    La Vouivre :

    Tariq Ramadan me fait penser à Savonarole, en bien plus chanceux. Mais j’ai beaucoup plus de sympathie et de compassion pour Giordano Bruno, auquel Tariq Ramadan ne ressemble pas, que pour Savonarole. [°°°]

    Avec des jugements de valeurs comme ceux là on va loin ................
    Et qu’est qu’auraient donc de commun Tariq Ramadan et Savonarole ?????????????

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @15h37   « »

    Tariq Ramadan me fait penser à Savonarole, en bien plus chanceux.

    Une voix dissidente auprès des savants musulmans ? Ou bien... autre chose ?

    C’est un exemple assez mal choisi. Expliquez-vous, si vous ne voulez pas que certains ici fassent de conclusions "hâtives".

  • permalien une bille :
    18 septembre 2009 @15h49   « »

    Afshin : - 1) Nathan n’a jamais dit ça .........

    vous avez raison, vous l’avez copier/coller à partir de mon post.

    Afshin : - 2) Explique-nous un peu pourquoi la lutte contre l’antisémitisme serait “politiquement incorrect” !!!???

    j’en serais bien incapable, j’ai écrit dans ce n’était pas "politiquement correct".

    Le contraire de "politiquement correct", ce n’est pas "politiquement incorrect", mais "correct".

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @15h52   « »

    @ Afshin
    Et bien mais, Savonarole était à son époque le tenant de ce qu’on appellerait aujourd’hui une république théocratique. Un réformateur des mœurs, un apôtre de la décence.
    N’en est-il pas de même de Tariq Ramadan ? N’était-ce pas lui qui parlait il n’y a pas si longtemps de couvrir les statues dont les attributs visibles offensent la vision des croyants ?
    Quand on pense qu’il a fallu 4 siècles pour que les feuilles de vigne imposées par la Contre-Réforme soient ôtées des fresques de Michel-Ange ou Masaccio restaurées il n’y a que quelques années, on est subjugué par la modernité de Tariq Ramadan.

  • permalien abdelaziz :
    18 septembre 2009 @15h53   « »

    Reponse à Nathan
    les valeurs de la république et la laïcité sont connues et claires et ni Gresh ni ses amis ne les ont remises en cause, mais Gresh et certains de ses amis se sont donnés la peine d’aller au delà des apparences et se sont décentrés culturellement et psychologiquement pour mieux comprendre l’AUTRE, et comprendre l’autre ne veut pas dire remettre en cause les principes républicains mais seulement contribuer à la construction d’un vivre-ensemble qui soit à l’image de ceux qui le composent et non pas à l’image des représentations néo-coloniales racistes ou islamophobes de certains qui ont aujourd’hui le vent en poupe, mais ça finira un jour d’une manière ou d’une autre

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @15h54   « »

    @ tete d’épingle
    Non, je trouve l’exemple parfaitement concordant.

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @16h03   « »

    @ abdelaziz
    "mais seulement contribuer à la construction d’un vivre-ensemble qui soit à l’image de ceux qui le composent"
    J’imagine la douceur du vivre-ensemble selon les principes édictés par Tariq Ramadan. Cela donne follement envie de vivre la douceur de cette nouvelle composition. Un peu comme du temps de Savonarole en somme, mais avec la téléphonie mobile et l’informatique ; certes, il faut vivre avec son temps.

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @16h22   « »

    N’en est-il pas de même de Tariq Ramadan ? N’était-ce pas lui qui parlait il n’y a pas si longtemps de couvrir les statues dont les attributs visibles offensent la vision des croyants ?

    J’ai du mal à comprendre ? Le fait que Ramadan ait des moeurs qui privilégient la "décence" au culte du corps est son droit le plus élémentaire, pourquoi devrait-il obéir à la "modernité" ?

  • permalien Nathan :
    18 septembre 2009 @16h33   « »

    Personne ne demande à Tariq Ramadan d’accepter la modernité, du moment qu’il n’oblige pas les autres à obéir à ses conceptions au nom du "vivre-ensemble". En d’autres termes, si Ramadan a l’insondable malheur de passer devant une statue nue, je lui conseillerais de fermer ses yeux tartufesques et de ne pas nous emmerder avec un "cachez ce sein que je ne saurais voir" (Molière, immense écrivain français et politiquement incorrect).

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @16h38   « »

    La démocratie est la capacité de chacun à s’exprimer. Emmerder le monde est son droit. Si la majorité de la population n’est pas d’accord avec lui, sa proposition ne passera jamais.

    Voila. C’est magique.

  • permalien G :
    18 septembre 2009 @16h40   « »

    @elbé :

    Corinthiens 11.6 :

    Car si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux. Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile.

    Corinthiens 11.10 :

    C’est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend.

    Corinthiens 11.13 :

    Jugez-en vous-mêmes : est-il convenable qu’une femme prie Dieu sans être voilée ?

    Comme quoi le concept n’est pas une invention de Momo...

  • permalien
    18 septembre 2009 @16h58   « »

    @ Afshin

    L’expression Politiquement correct n’a pas le sens que vous lui accordez. Faites des recherches.

  • permalien Orangerouge :
    18 septembre 2009 @17h25   « »
    Des « barbares » bombardés à Gaza. Construire l’ennemi

    Qu’elle était naïve, décidément, cette idée selon laquelle, avec l’expansion des moyens de communication, il ne serait plus possible de commettre une exaction sans que l’opinion internationale, aussitôt alertée, réagisse par une protestation unanime... Alors que, pour compenser ce rétrécissement spectaculaire de la planète, il suffisait d’intensifier en proportion les efforts de propagande.

    La suite ici : http://peripheries.net/article321.html

    Ce texte de Mona Chollet paru le 1er janvier 2009, pendant le pilonnage de Gaza, m’a particulièrement touchée. Je l’avais diffusé sur mon lieu de travail à l’époque, sans le moindre retour des chers collègues...

    La sortie du rapport de l’ONU lui donne une perspective particulière qui permettra peut-être qu’il soit enfin largement diffusé.

  • permalien Emir :
    18 septembre 2009 @18h06   « »

    BAMS

    Le raport de l’ONU disait que les musulmanes pratiquantes voilées étaient bien plus intégrées et épanouies socialment que le reste des femmes, par la vie associatives et intellectuelles qu’elles menaient. Ce rapport fut le sujet d’un article de M. Gresh sur ce blog même. J’ai essayé de le retrouver mais en vain. Quelqu’un aurait il des références ?

  • permalien
    18 septembre 2009 @18h08   « »

    @Emir
    merci qu en meme et si tu le retrouve fais moi signe.

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @18h18   « »

    @ Tête d’épingle

    Voilà. Et comme Erasme se retournait dans sa tombe en l’entendant pérorer du haut de sa chaire au nom de l’humanisme, la majorité des hollandais en a eu marre et lui a retiré son pupitre. C’est bien la démocratie quand même.

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @18h26   « »

    C’est sûr que l’hypocrisie de certains illuminés fait toujours plaisir à voir. C’est le peuple hollandais qui l’a viré ? Ne me faites pas rire. Les Universitaires qui ont tous protesté contre sa démise étaient forcément barbus. L’Université est un lieu de liberté d’expression, et celui qui n’est pas d’accord peut parfaitement faire avancer sa Vérité et condamner sa patrie si ça le chante.

    Ne vous déplaise, si Ramadan a du succès, c’est qu’il est plus profond qu’un couvreur de statues.

  • permalien qlq1 :
    18 septembre 2009 @18h35   « »

    Quel est le point commun entre les deux femmes les plus vénérer par les chrétiens...Marie la sainte vierge ; Mère Theresa ..et Marwa el-Sherbini (assassinée ds un tribunal en Allemagne..)

    Toute les trois porte le voile !!

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @18h39   « »

    "ils sont français et "ils" vont rester et faire la France".

    Je suis toujours ébahie en lisant ce genre de phrase dans laquelle on sent une jubilation profonde à l’idée de casser, tordre, détruire, plier, raboter, réduire, enfin anéantir tout ceux qui de près ou de loin peuvent être de "souche", depuis des générations, façonnés par une histoire millénaire dans laquelle se reconnaissent tous ceux qui savent encore exactement dans quelle maison de quel hameau de quelle province française sont nés, et enterrés, leurs arrières-arrières grands parents, qui retrouvent les traces de leurs patronymes en remontant des siècles en arrière, ou pour le moins jusqu’à la Révolution qui dresse l’état civil des citoyens, comme c’est très fréquent pour nombre d’entre nous.

    Pour le substituer par... par quoi exactement ? Un hypothétique "vivre-ensemble" dont on perçoit mal de quoi il serait fait, ni ce qui serait désormais "français" et ce qui ne le serait plus.

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @18h43   « »

    @ Tête d’épingle
    Mais il est très chanceux, comme je disais précédemment, il est accueilli aux USA, on lui souhaite bon voyage et d’y rester longtemps. Ces admirateurs devraient l’accompagner.

  • permalien Djac Baweur :
    18 septembre 2009 @18h50   « »

    >Nathan : "en personne, pour lui-même, et dehors de toute distinction religieuse, communautaire ou ethnique."

    Un être qui ne vit que pour lui-même, sans connexion religieuse, communautaire ou ethnique, est un être abstrait et artificiel. C’est l’Homme libéral par excellence, individualiste.

    Il s’agit en fait d’échapper aux deux alternatives libérales : soit chacun vit en lui-même en dehors de tout lien de communauté, et pour cela il faut sans cesse combattre et interdire tout signe distinctif (ou plutôt que l’on croit distinctif par rapport à d’autres qui ne le seraient pas, alors même que ce n’est pas la réalité : les hommes et les femmes s’habillent différemment, les riches et les pauvres s’habillent différemment, etc... Bref, les signes distinctifs, ça court les rues, mais ça ne gêne que dans certains cas.) ; soit chacun vit en communautés qu’on tolère les unes à côté des autres, mais qui s’ignorent. La France est plutôt dans le premier cas, les pays anglo-saxons dans le second.

    Or, pour sortir de cette alternative, on peut désirer qu’on respecte les communautés et tout à la fois qu’on fonde ensemble des valeurs communes. Faire partie de sa communauté propre (ne serait-ce que sa famille) et en même temps à la communauté plus vaste qu’est le pays.
    Rejeter les filles voilées de l’école c’est se refuser d’emblée un tel projet, et refuser d’emblée tout dialogue. C’est évidemment le début des problèmes, et en continuant comme ça, on n’a pas finit d’en voir...

  • permalien gongoro :
    18 septembre 2009 @20h12   « »

    "l’antirac et l’antifa : le stade suprème de l’impérialisme ! les tests adn ? la communauté d’origine immigrée et ses faux amis ont raté une occasion de manifester leur besoin de cohésion nationale par un symbole fort en direction des français d’origine française qui réfléchissent aussi sur l’actualité du colonialisme et des colonies d’implantation !" un commentaire précédent assez pertinent : oui il semble régner une certaine cécité sur l’instrumentalisation de l’islam et de l’anti racisme dans le processus de colonisation de la france et d’autres pays européen ; le multi national populisme ne manque pas d’assistants pour vilifier tout ce qui ne se prète pas à l’extension des colonies d’implantation dans l’hexagone ,

  • permalien Nathan :
    18 septembre 2009 @20h45   « »

    Djac Baweur : 18 septembre @18h50

    Un être qui ne vit que pour lui-même, sans connexion religieuse, communautaire ou ethnique, est un être abstrait et artificiel. C’est l’Homme libéral par excellence, individualiste.

    Personne ne prétend qu’il faut se couper de ses racines et renoncer à son identité ou plutôt à ses identités. Sauf que l’école, l’espace scolaire, permet à l’élève de suspendre provisoirement ses liens identitaires afin d’accéder à une formation et des connaissances. Les liens identitaires, c’est comme la famille. C’est à la fois un hâvre où l’on se réfugie et un lieu où l’on étouffe. L’école républicaine permet à l’enfant de vivre et de faire l’expérience d’un espace autre où son existence ne se résume pas à ses prédicats identitaires. Si chacun doit trimballer avec lui en permamence comme des casseroles les signes de son appartenance à une religion ou à communauté, c’est l’horreur. C’est moi Tarzan, toi Jane. Moi arabe, toi feuj avec les étiquettes collées sur le front.

    A propos de voile à l’école, je suis tombé sur un article assez déplaisant, je dois le dire, de notre hôte Alain Gresh, rédigé à l’époque de la commission Stasi. On en retire l’impression que pour lui, les gens qui s’opposaient au voile à l’école, étaient tous mus par des pulsions xénophobes. Ça ne pouvait être que des racistes. C’est comme si ces gens ne pouvaient pas défendre de bonne foi les valeurs auxquelles ils étaient attachés, notamment celles de la république. Ça ne lui était pas venu à l’esprit.

    Cinq ans plus tard, c’est toujours la même chanson. Quand on pense à tous ces hommes et ces femmes, laïques, de gauche, qui s’opposent courageusement à l’intégrisme dans les pays arabes, il est triste de voir ici d’autres gens de gauche - mais est-ce la même gauche, j’en doute - frayer avec le communautarisme le plus rétrograde au nom de la défense des opprimés et des humiliés.

  • permalien Hébé Didon :
    18 septembre 2009 @21h13   « »

    On en retire l’impression que pour lui, les gens qui s’opposaient au voile à l’école, étaient tous mus par des pulsions xénophobes. Ça ne pouvait être que des racistes. C’est comme si ces gens ne pouvaient pas défendre de bonne foi les valeurs auxquelles ils étaient attachés, notamment celles de la république. Ça ne lui était pas venu à l’esprit.

    Et pourquoi ne donnez-vous pas les références du texte pour que chacun puisse en juger ?

  • permalien A la vôtre :
    18 septembre 2009 @21h15   « »

    Je dirais même mon cher Nathan, exactement la même chose que vous.

    En fait, devant les cris d’orfraie contre "l’islamophobie", il y a la fois confusion de genre, mauvaise foi caractérisee et n’importe quoi pur et simple. A quoi il faudrait charitablement ajouter peut-etre une espece de foi du convaincu de sa bonne cause.

    Car le probleme (qui est le meme chez les vrais racistes) est l’assimilation entre islamistes et musulmans. Il n’y a pas de confusion a priori, jusqu’a ce qu’on prononce le mot d’islamophobie derriere leur mentor Frere Tariq.

    Ainsi : toute critique de l’intergrisme musulman (l’islamisme) est assimilé a du racisme anti-musulman ou anti-arabe.

    Ce qui courcicuite momentanement toute possibilite de defense vigoureuse du droit des musulmans.

    C’est une triste histoire.
    En attendant, tout basané ou apparenté musul se fait harcelé par la police ou l’administration, et en attendant les barbus regnent par endroits, et nul ne peut critiquer leur pouvoir sans etre taxé d’occidental dogmatique, raciste, eurocentrique et phalocrate.

  • permalien Ph. Arnaud :
    18 septembre 2009 @22h08   « »

    A tous

    Il faut lire « Les Grecs, les Arabes et nous ». Pour 24 euros, il offre 372 pages très érudites – et souvent très difficiles. Les 118 premières pages sont consacrées à passer Gouguenheim à la moulinette : les auteurs ont lu son bouquin à la loupe. On lit ces passages avec allégresse en comptant les coups !

  • permalien Serge ULESKI :
    18 septembre 2009 @22h12   « »
    L’heure du soupçon a sonné !

    Mahmoud Ahmadinejad serait un agent du Mossad qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Car, enfin, à qui profite ses déclarations tonitruantes contre l’Etat d’Israël sinon, à ce même Etat !

    Vraiment, on est en droit de se poser des questions au sujet de ce président « hors de propos » et d’une bêtise sans nom, sans stratégie, sans tactique ; et pour quel résultat ?

    Tous unis derrière l’Etat Israël : Europe, Etats-Unis et même l’ONU.

    Il serait temps de revoir vos analyses. L’heure du soupçon a sonné.

    (sourire)

  • permalien La Vouivre :
    18 septembre 2009 @22h49   « »

    Dépenser 24 € pour lire que nous, les composites gallo-romains de culture gréco-latine sommes en fait arabes sans le savoir, non merci sans façons.

    C’est quelque chose que je ne m’explique pas, que nous devrions tous nous sentir impromptu arabo-musulmans parce qu’une minorité arabo- musulmane vit parmi nous depuis... moins de 40 ans.

  • permalien K. :
    18 septembre 2009 @23h02   « »

    @ Orangerouge. Tu as écrit,

    La sortie du rapport de l’ONU donne [au texte de Mona Chollet] une perspective particulière qui permettra peut-être qu’il soit enfin largement diffusé.

    Je ne crois malheureusement pas que ce rapport aura la moindre incidence dans la mesure ou les gens ne liront pas le rapport lui-même mais le compte-rendu qu’en font les médias. Je te rapelle ce qui a été écrit par AG dans son précédent envoi :

    A écouter les commentateurs des médias, à lire la presse, on a l’impression que le rapport renvoie dos à dos les deux protagonistes, Israël et le Hamas.

  • permalien Yann :
    18 septembre 2009 @23h07   « »
    Islamophobie savante, islamophobie politique vs

    Merci Serge.

    NIAC :

    "To be absolutely clear, he is wrong and people have every right to be upset that he would try to deny the murder of six million Jews. But Ahmadinejad’s comments are an obvious attempt to change the subject. The media shouldn’t play his game, and should continue focusing on the human rights abuses taking place. Anything else is a victory for him."

    De la lecture en perspective. Quoi d’autre ?

    Amicalement nôtre Aha

  • permalien Tête d’épingle :
    18 septembre 2009 @23h20   « »

    C’est quelque chose que je ne m’explique pas, que nous devrions tous nous sentir impromptu arabo-musulmans

    Heureusement que vous n’avez pas à le faire.

  • permalien Shiv7 :
    18 septembre 2009 @23h30   « »
    Islamophobie

    Yasmina

    du meme auteur" Ontologie du Soufisme" avec une traduction inédite de l’auteur d’un texte de AL GHAZALI( philosophe musulman et esprit universaliste). C’est aussi à conseiller à Shiv7.

    Je voulait justement vous en parler à vous et Helbé, car je viens de recevoir 4 livres de E.V-M. de ma biblio. Il s’agit surtout de traductions (ex. le Livre du Dedans De Rûmî.) , il y aussi une Anthologie du Soufisme par laquelle je vais commencer. Merci encore pour l’info.

  • permalien Ph. Arnaud :
    18 septembre 2009 @23h39   « »

    A La Vouivre

    Si vous vous donniez la peine d’ouvrir au moins le bouquin en question, vous vous apercevriez que cela n’a rien à voir avec ce que vous imaginez. Il s’agit d’un livre érudit, qui parle de tout autre chose. Et, quitte à dépenser votre argent, achetez plutôt celui-ci que celui de Gouguenheim…

    Par ailleurs, les arabo-musulmans (comme vous le dites de façon si malveillante) ne sont pas parmi nous depuis 40 ans mais depuis bien plus longtemps. Au moins depuis 1870, où on a commencé à les envoyer se faire tuer à Wissembourg et à Spicheren. Puis, plus tard, dans les tranchées de Verdun (pour récupérer l’Alsace et la Lorraine, ce qui, comme vous vous en doutez, les concernait au premier chef…), puis dans les mines et divers travaux pour remplacer les Français partis au front, puis dans l’armée d’Afrique, puis pour réprimer les révoltes d’Indochine…

    « Nous sommes de culture gréco-latine » ? Oui, et alors ? Pourquoi cela devrait-il durer ? Où est-il écrit que la France devrait le rester ? Et quand bien même elle s’arabiserait, en quoi en serait-elle moins la France ? Montrez-moi, dans la Constitution, les articles qui interdisent à la France de devenir – culturellement – majoritairement musulmane ? Qu’est-ce que cette islamophobie rampante que vous distillez ?

  • permalien Nathan :
    18 septembre 2009 @23h59   « »

    Ph. Arnaud : 18 septembre @23h39 « 

    « Nous sommes de culture gréco-latine » ? Oui, et alors ? Pourquoi cela devrait-il durer ? Où est-il écrit que la France devrait le rester ? Et quand bien même elle s’arabiserait, en quoi en serait-elle moins la France ? Montrez-moi, dans la Constitution, les articles qui interdisent à la France de devenir – culturellement – majoritairement musulmane ?

    En revanche, on notera que pour Philippe Arnaud, la terre musulmane doit rester musulmane et qu’en aucun cas, elle ne doit s’occidentaliser. La France peut s’arabiser mais pas l’inverse. Ce n’est pas réversible. Pile je gagne, face tu perds.

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h08   « »
    Islamophobie savante, islamophobie politique vs nous

    Mes envois ne passent pas... Liberté virtuelle !

    "Israel offered to freeze West Bank settlement construction for 9 months. Mitchell wanted a one-year freeze (...)"

    [Israël a offert un gel de des constructions d’occupation en Cisjordanie pour neuf mois. Mitchell voulait un gel d’une année ...]

    (et malgré cela, les autres discriminent aussi.)

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h16   « »

    injuste :

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h17   « »

    and that’s a filter, too ???

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h22   « »

    haaretz.com/hasen/spages/1115659.html

  • permalien Ph. Arnaud :
    19 septembre 2009 @00h32   « »

    A Nathan

    Vous comparez deux choses totalement différentes : l’arrivée de musulmans en France s’est faite de façon pacifique et elle est tout à fait légitime. Elle est corrélative de la conquête de l’Algérie, qui a été violente et illégitime. La France n’avait pas à être ou à rester en Algérie : en revanche, à partir du moment où elle considérait ce territoire comme sien, les Algériens – puis, plus tard, les Tunisiens et Marocains – étaient (et le sont toujours) parfaitement légitimes à rester chez nous.

    Même chose pour Israël. Et votre verbe est caractéristique : vous avez dit, du Proche-Orient, « s’occidentaliser » et non « se judaïser ». « Se judaïser » ou « se christianiser », je n’ai rien contre. Il y a toujours eu, depuis Hadrien, des juifs en Palestine, et il y a des communautés chrétiennes partout au Proche-Orient, depuis les temps bibliques et les uns et les autres y ont leur place à 100 %.

    L’occidentalisation, en revanche, est violente et illégitime. Les croisades, c’est la conquête de l’Algérie, 830 ans avant. La création d’Israël, c’est la dernière grande colonisation européenne, menée dans les années 1880 à 1920, et achevée en 1948, de la manière violente qu’on sait.

    Les règles que j’établis pour moi, Nathan, ne sont pas valables pour vous. Tant que vous n’aurez pas admis que les Israéliens sont d’abord, et à titre principal, des Européens et, ensuite, mais à titre accessoire, des juifs, vous passerez à côté de la question. Des Israéliens avec un niveau de vie de Palestiniens, une économie de Jordaniens, une culture proche-orientale, des alliances militaires conclues avec leurs voisins musulmans et dirigées prioritairement contre les Etats-Unis et l’Europe, me conviennent parfaitement, j’y applaudis des deux mains (avec rappels).

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h33   « »
    Islamophobie savante, islamophobie politique vs freecable enfin

    Amira Hass :

    [Une seule chose est pire que le déni : c’est d’admettre que l’armée israélienne a commis ce qui a été décrit [dans le rapport Goldstone] mais que ces actes sont à la fois normaux et appropriés.]

    http://www.haaretz.com/hasen/spages...

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @00h36   « »
    Islamophobie savante, islamophobie politique vs freecable enfin

    Amira Hass

    [Une seule chose est pire que le déni : c’est d’admettre que l’armée israélienne a commis ce qui a été décrit [dans le rapport Goldstone] mais que ces actes sont à la fois normaux et appropriés.]

    haaretz.com/hasen/spages/1115232.html

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @02h15   « »
    Misanthropie vs message décousu

    injuste unfair

    CIA director : Karzai appears to have won Afghan poll

    Manifestation montre en Iran : pros ou anti (-quoi ?) la revendiquent.

    Est-ce seulement le Conseil de sécurité des Nations unies qui peut en appeler à la Cour internationale de Justice ? Ou est-ce seulement celui-ci qui peut valider sa décision ?

    Mais l’urgence reste de stopper le massacre contre la population palestinienne. Le reste pourrait suivre s’il existe alors une volonté d’inclusion.

    Qui consomme le plus de nucléaire par habitant ? Le tiercé dans le désordre...

    Les lectures, j’aime mais je ne trouve pas quoi faire d’autre ? Lâcheté.

  • permalien Yann :
    19 septembre 2009 @02h22   « »

    @ Ph. Arnaud,

    Je suis heureux de pouvoir continuer à vous lire.

  • permalien elbé :
    19 septembre 2009 @03h03   « »

    @ Philippe Arnaud,

    « Nous sommes de culture gréco-latine »

    Oui,grâce aux arabes ! La vouivre va pas s’en remettre...

  • permalien elbé :
    19 septembre 2009 @03h24   « »

    Pauvre vouivre qui ne sait pas qu’elle compte en arabe avec des chiffres inspirés de l’Inde,qu’elle se fait soigner dans des hopitaux dont l’idée est perse,que l’extraction et l’utilisation du pétrole vient de Chine (ainsi que les pâtes qu’elle doit aussi manger) et j’en passe...

    Mais bon,sans doute aurait-elle préféré vivre encore dans une hutte gauloise.

  • permalien elbé :
    19 septembre 2009 @03h32   « »

    @ G,

    Merci pour ces passages de l’épitre aux corinthiens. Effectivement ,le voile n’est pas une exclusivité musulmane.

  • permalien elbé :
    19 septembre 2009 @04h50   « »

    Mr Gresh dit que l’islamophobie n’est pas due à un complot. Effectivement, il est ridicule d’imaginer des gens de diverses sensibilités et de pays différents se réunir pour en décider. Cela ressemblerait par trop à un nouveau faux protocole des sages de Sion. Faux , fabriqué dans l’intention exclusive de salir une religion, sans aucun autre objectif que d’insulter et d’exclure. Bref, du racisme pur et simple.

    Mais rien n’empêche de penser que dans le cadre d’une propagande, en vue d’avantages guerriers, territoriaux, économiques, il n’y ait pas une volonté de discriminer l’Islam.

    Tout comme a existé dans le cadre de la guerre froide, une propagande dans les deux camps, utilisant des images négatives. Le communiste, un couteau entre les dents, l’impérialiste américain,un cigare dans la bouche,assis sur ses dollars et une bombe à la main.

    Et tout comme pour l’Islam , on a surfé sur des réalités objectives. Hier , par exemple, sur les goulags pour les communistes, sur les discriminations économiques aux Usa .Aujourd’hui sur l’intégrisme musulman. Réalités pouvant donner crédit aux assertions. (Faire de la propagande, c’est non seulement mentir mais aussi exagérer la réalité,tout en omettant la sienne propre.)

    Alors pour cet intégrisme, il existe peut-être des directives pour le faire naitre là où il n’existe pas ou prou,(allumer le feu) , l’exciter là où il est prégnant (souffler sur les braises) , l’exploiter en l’alimentant.

    Dans le but de justifier les guerres qui sont menées actuellement.

    Je n’aime pas non plus ce mot d’islamisme pour désigner l’intégrisme musulman. Comme si il était inhérent à l’Islam. Et ne pas voir ou vouloir distinguer entre l’Islam , comme religion, de ses pratiquants les plus intolérants. C’est une confusion qui renvoie aux mots judaïsme et christianisme ,alors que pour ceux ci on parle d’intégrisme (ou de fondamentalisme ) juif ou chrétien. C’est un terme qui, malheureusement est rentré dans le vocabulaire courant. Mais les mots ont un sens.

  • permalien elbé :
    19 septembre 2009 @05h06   « »

    @ Yasmina,

    Merci pour le titre d’Eva de V.M. Avec le bouquin recommandé par Ph.Arnaud (merci aussi à lui) ,je sens que je ne vais pas m’ennuyer...

    @ Shiv.7,

    Vous faites fort ! Je n’ai pas eu le courage de m’attaquer à Rumi. J’ai essayé Ibn Arabi, j’avoue ne pas y avoir compris grand-chose. Alors j’essaie d’aborder tout cela par des "simplificateurs" qui les mettent davantage à ma portée.

  • permalien bluerider :
    19 septembre 2009 @05h29   « »

    j’ai des amis américains, conservateurs. Je leur disais que l’affaire du 11 septembre n’était peut-être pas si simple que cela... ils ont ri, et m’ont répondu : "Peu importe que notre gouvernement y ait été pour quelquechose, car il fallait "leur" mettre les points sur les i." islamophobie avez-vous dit ?

    La messe était dite.

    M. Gresh, que sont vos remarques, certes justes, face aux ravages mondiaux et durables produits en quelques heures par ces attentats islamophobes (car c’est bien de cela qu’il s’agit au final, non ? ) dont cette année vous n’avez pas parlé, alors que les révelations furent nombreuses : John Farmer, Sibel Edmonds, Barry Sonnenfeld, le chauffeur de Ben Laden, la NYCCAN qui connaitra son sort le 29 septembre prochain, le cabinet noir de Cheney par Seymour Hersh etc..

    Les 2 tours sur fond de ciel immaculé furent le golgotha des reborn. la croisade bat son plein depuis à grands frais, et nos enfants meurent en Afghanistan pour RIEN.

  • permalien Noor :
    19 septembre 2009 @06h58   « »

    Islamophobie quand tu nous tiens... j’en veux pour preuve cette volonté vigoureuse et soutenue de légiférer sur le problème posé par le port de la burqa, qui cela dit en passant ne serait (dixit les RG) portée que par 367 femmes en France... eh oui, après deux notes de police à ce sujet, André Gérin (à l’origine de cette "cabale anti-burqa") est monté au créneau et s’est offusqué de ces chiffres selon lui improbables, pour donner sa réalité à lui : « Je ne veux pas faire la bataille des chiffres mais, enfin, tous les échos que j’ai, dans la région lyonnaise ou dans la région parisienne, m’incitent à penser qu’il y en a beaucoup plus » ... on se tord de rire !
    il ne lui reste plus qu’à ajouter un "c’est bien connu, tout le monde le sait" et nous voilà dans une discussion café de commerce.... Pour quelqu’un qui conteste des chiffres visités par les RG, on a envie de lui lancer un petit "be more specific !!!".
    Cher Vouivre, vous nous faites savoir que les membres de votre famille ont peu ou prou vu de juifs à papillotes dans les années 30, mais qu’en revanche, aujourd’hui, vous voyez des voilées à tous les coins de rue... Je ne pense pas vous faire un procès d’intention en vous disant que si vous les voyez partout c’est tout simplement parce qu’elles vous dérangent. Et pour votre complète info, sachez que de mon côté de Paris (10ème et 19ème), nombreux sont les juifs loubavitch que l’on peut croiser, mais ceux là manifestement vous ne les voyez pas, surement parce qu’ils ne vous dérangent pas. Du reste moi non plus...
    Merci M. Gresh pour cet article

  • permalien Yvan :
    19 septembre 2009 @07h06   « »

    Les promoteurs de l’origine greco-latine des cultures européennes qui exclurait l’apport indo-arabe , pour raison de "choc des civilisations", devraient lire un ouvrage intéressant, d’un certain Jules César (la Guerre des Gaules), qui bien sûr comme Thomas Moore avec l’Utopie, ou Jonantan Swift avec les Voyages de Gulliver, ou encore Rabelais, décrit un monde totalement théorique de culture celto-germanique absolument virtuelle et bien sûr totalement étrangère à l’Europe.

    Réduire l’histoire de l’Europe à la Renaissance , c’est non seulement faire preuve d’une pseudo-érudition, mais c’est une négation de la réalité de l’histoire, et de l’essence syncrétique des cultures et c’est aussi condamner l’Europe a rester une construction hypothétique.

    ... ou c’est peut-être la forme de racisme la plus bornée.

  • permalien Yvan :
    19 septembre 2009 @07h39   « »

    Le président [Obama] a bien fait, pour de nombreuses raisons. La psychose américo-iranienne, vieille de 30, ans est un dangereux héritage, où la logique a bien peu de place. Quand Obama a réuni ses conseillers sur l’Iran après les élections de juin afin d’effectuer une revue des informations disponibles en provenance des services de renseignement, les résultats étaient suffisamment minces pour que le président s’exclame « c’est tout ce que vous avez ? » L’ignorance engendre une incompréhension dommageable.

    Apprendre à dialoguer avec l’Iran, par Roger Cohen

  • permalien Nathan :
    19 septembre 2009 @09h09   « »

    Ouais, apprendre à dialoguer avec l’Iran dont le président vient une nouvelle fois de nier le génocide des juifs en Europe... Et Yvan, en citant Roger Cohen, n’a même pas la "présence d’esprit" de mentionner ce fait. Qui plus est, Ahmadinejad nie l’histoire de son pays car pour ne citer qu’un épidode, 800 enfants juifs sauvés des griffes des nazis ont transité par Téhéran avant de rejoindre la Palestine. Cet épisode, (dont les à-côtés ne furent pas très reluisants pour les sionistes) est racontée dans l’excellent livre de Tom Segev : "Le septième million".

  • permalien Nathan :
    19 septembre 2009 @09h25   « »

    Personne ne cherche à réduire l’histoire de l’Europe à la seule Renaissance mais l’essor de la civilisation occidentale date quand même de cette époque. Alain Gresh cite ici le débat autour du livre de Sylvain Gougenheim et comme je suis ignorant en la matière, je me garderai bien de mettre le doigt dans ce débat. Mais enfin, Aristote, traduit ou non par les Arabes, c’est bien loin tout ça... Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts. On en est actuellement à la théorie des super-cordes et aux dernières nouvelles, l’espace a 11 dimensions et l’univers ressemble à un hologramme. En fondant la physique moderne, Galilée a dû faire des efforts surhumains pour s’extraire de ce boulet (génial) que fut la pensée d’Aristote ("Les somnambules" d’Arthur Koestler raconte ça très bien). L’Age d’Or des mathématiciens et des astronomes arabes, c’est très loin, ça remonte à près de 10 siècles et il est permis de se demander pourquoi les Arabes n’ont pas participé depuis à l’essor et au développement des sciences, sans parler du reste.

  • permalien
    19 septembre 2009 @09h52   « »

    L’Europe moderne date bien de la Renaissance, comme le fait remarquer Nathan. Mais les racines culturelles de l’Europe de l’Europe sont bien plus anciennes, et même antérieures au christianisme, mais n’ont rien d’arabe, nulle part, et les apports arabes sont vraiment minimes, d’autant que ce qu’on appelle, à tort, les "chiffres arabes" n’ont été que véhiculés par eux depuis l’Inde et certainement pas inventés par eux. Les indiens eurent de grands mathématiciens, oui, d’ailleurs le concept du zéro fut inventé par Brama Gupta, qui était indien. Du reste, la transcription moderne et occidentale des chiffres indiens n’a rien à voir avec celle des arabes : ٠١٢٣٤٥٦٧٨٩ / 0123456789 ,pas vraiment ressemblant, n’est-il pas ?

  • permalien Ph. Arnaud :
    19 septembre 2009 @09h58   « »

    A Nathan

    Vous dites : « Personne ne cherche à réduire l’histoire de l’Europe à la seule Renaissance mais l’essor de la civilisation occidentale date quand même de cette époque. »

    Vous en êtes encore à l’image traditionnelle du Moyen Age (formulation d’ailleurs non innocente) comme époque de ténèbres. Pour vous édifier là-dessus, si vous avez 45 €, achetez le « Dictionnaire du Moyen Age », collection Quadrige, aux P.U.F. (je vous indique l’édition de poche). Cet ouvrage monumental (il fait 1548 pages) a été coordonné par Alain de Libera (avec Claude Gauvard et Michel Zink), le même de Libera qui vient aussi (avec trois autres universitaires) de coordonner « Les Grecs, les Arabes et nous. Enquête sur l’islamophobie savante ». Vous y verrez que « l’essor » de la civilisation occidentale n’a pas démarré comme ça, par génération spontanée, en 1500…

    Et ce que vous dites des Arabes s’applique aussi aux Grecs : depuis la Renaissance (entendue au sens de Renaissance française) qu’est-ce que les Grecs ont apporté à la science et à la philosophie occidentales ? Quel est leur apport en Nobel scientifiques des depuis la création de ces prix ? Des clopinettes… Pour reprendre votre phrase, « il est permis de se demander pourquoi les Grecs n’ont pas participé depuis à l’essor et au développement des sciences, sans parler du reste… »

  • permalien Ph. Arnaud :
    19 septembre 2009 @10h01   « »

    Au contributeur anonyme de 9 h 52

    Avant de d’asséner ce que vous dictent vos préjugés, commencez par lire le bouquin coordonné (entre autres) par Alain de Libera…

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700 | 800

Ajouter un commentaire