En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

La géographie en fête à Saint-Dié-des-Vosges

Comme tous les ans depuis vingt ans, tous les géographes (ou presque) de France se réunissent du 1er au 4 octobre 2009 dans la petite ville de Saint-Dié-des-Vosges pour venir à la rencontre du grand public, mais aussi des étudiants, professeurs, amateurs, amoureux de la discipline — quelques dizaines de milliers de personnes qui courent d’un bout à l’autre de la ville pour assister à des centaines de débats, conférences ou expositions. Saint-Dié est toujours un moment géographique enthousiasmant, l’atmosphère y est simple, amicale et plutôt informelle (ce qui est rare pour une manifestation de cette ampleur). Le savoir s’y transmet sans retenue.

par Philippe Rekacewicz, 2 octobre 2009

Cette vingtième édition du Festival international de géographie (FIG) est consacrée à la mer et aux océans. Le pays invité est l’Espagne. Le programme détaillé est disponible en format PDF sur le site Internet du festival.

Pour bien préparer votre venue, vous pourrez utilement lire ou relire les articles suivants parus dans le Monde diplomatique ou sur le site Internet du journal :

Mer et migrations

 « Réfugiés de la faim » par Jean Ziegler.

 « Migrations, sauvetage en mer et droits humains » par Philippe Rekacewicz.

 « Des morts par milliers aux portes de l’Europe » par Olivier Clochard et Ph. Re.

 « Scènes de la vie quotidienne entre Sète et Tanger : à bord du “Marrakech Express”, les Marocains rentrent au pays » par Aurel et Pierre Daum.

A noter deux conférences dimanche 4 octobre 2009 : les migrants et la mer, avec Patrick Delouvin, responsable du Pôle Action d’Amnesty International pour la France. 9h à 10h, IUT, amphithéâtre et l’immigration aux Canaries : drames et problèmes de fond par Maria Sierra Florez, Pr Icod, Ténérife. 10h15 à 11h15 Lycée Beau-Jardin.

Mer, ressources et tourisme

 « Les ressources menacées de l’océan mondial », Atlas 2006 du Monde diplomatique. Un texte et trois cartes. Télécharger le fichier PDF (1,8 Mo) :

PDF - 1.8 Mo

Mer et géopolitique

 « Rivalités militaires en Asie : la Chine affirme ses ambitions navales » par Olivier Zajec.

 « Bateaux capturés, touristes rançonnés : flottes occidentales contre pirates somaliens et Coups et contrecoups » par Philippe Leymarie.

 « Convoitises sur les ressources stratégiques de l’Arctique :
début de guerre froide sur la banquise
 » par Dominique Kopp.

 « Ex-URSS - Mer caspienne - Kara-Bogaz : l’or blanc de la gueule noire »
(Ph. Re).

 « Prétentions grecques et turques sur la mer Egée » (Ph. Re).

 « Espace Pacifique sous influence des grandes puissances » (Ph. Re).

 « Tensions en mer de Chine » et « Appétits rivaux en mer de Chine » (Ph. Re).

A noter une conférence samedi 3 octobre 2009 : mer Noire et Caspienne : les mers source de développement concerté ? par Jean Radvanyi, directeur du Centre d’études francorusse à Moscou, et collaborateur du Monde diplomatique.

Mer, pollution, désastres naturels et changement climatique

 Ieva Rucevska et Ph. Re, Vital Caspian Graphics : Challenges beyond caviar, PNUE/GRID-Arendal, 2006. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la mer Caspienne sans jamais oser le demander. Télécharger le fichier PDF (16,8 Mo) :

PDF - 16.8 Mo

 « Un phénomène systématiquement sous-estimé : cette glace qui fond en Antarctique » par Daniel Tanuro.

 « Le delta du Nil menacé par les eaux : petite histoire d’une étude cartographique » par Otto Simonett et Ph. Re.

 « La mort aime bien les pauvres : tsunamis, cyclones, inondations, des catastrophes si peu naturelles... » par Frédéric Durand.

 « Ceux que la mer menace » (Ph. Re).

 « L’Arctique nucléaire » (Ph. Re).

Mer, histoire et grandes explorations

 « Quand les géographes cherchaient leur chemin... L’exploration de la Terre, entre mythes et réalité » par Bruno Lecoquierre.

 « Mémoire de la traite négrière : une approche globale du commerce triangulaire » par Marcel Dorigny.

... et enfin, l’Espagne

 La crise vue d’Espagne : des vies sous « hypothèque » à Madrid par Raúl Guillén.

 « Quand la pierre se transformait en or... La fièvre de la brique espagnole » par José García Montalvo.

Le FIG propose cette année d’organiser les quelques centaines de conférences, tables rondes, cafés géographiques et cartographiques en sept itinéraires thématiques (les descriptions suivantes sont extraites du FIG-infos, Mers et océans : les géographes prennent le large) :

- Mers, océans… entre mystère, fascination et peur : les abysses, autant que l’immensité des océans ont toujours fasciné les hommes. Les premiers navigateurs confrontés à l’inconnu, au blanc des cartes, aux découvertes, mais également les écrivains, qui tels Jules Verne, peuplaient les profondeurs de créatures monstrueuses. Quel est l’apport des géographes dans la connaissance du monde océanique ? Comment se sont développées les techniques sous-marines ? En quoi contribuent-elles à notre développement mondialisé ? Comment avons-nous apprivoisé le blanc des cartes, des premières cartes marines aux images satellites actuelles ?

- Mers et océans tels qu’ils sont, tels qu’ils vont : les hommes et les océans sont face à une vulnérabilité partagée. Sans l’homme ou avec l’homme, comment évoluent les milieux marins ? Que connaissons-nous réellement du fonctionnement des mers et des océans ?
Océans poubelles, pollutions, mais qui répare, qui paie ? Ressources halieutiques : épuisement ou régulation ? Quel avenir pour l’aquaculture ? La mer peut-elle nourrir les hommes ? Ressources sous-marines, rêve ou réalité ? Partage du butin ou affrontement ? Energies renouvelables ou exploitation des énergies fossiles off-shore ? Changement climatique Global : quand les trait de côte actuels vont disparaître, où vont aller les hommes ? Comment adapter les littoraux aménagés ? Comment protéger les littoraux menacés ?

- Les océans dans le cyclone de la mondialisation : si les océans séparent, ils constituent aussi de formidables espaces de transport et présentent des ressources encore mal évaluées. Comment gère-t-on ces différentes formes de développement ? Un monde de flux, comment les transports maritimes redessinent la carte du monde ? Les grands ports dans le monde, interface incontournable de la mondialisation ? Développement comparé des grands ports du monde, la France a-t-elle sa chance ? La pêche dans le monde, un pillage sans fin ? Quelles tensions, quelles solutions autour des réserves halieutiques ? Les réserves sous-marines rêve ou réalité ? A qui appartiennent ces ressources ? Les énergies renouvelables ou le développement off-shore des énergies fossiles ?

- Les océans : espaces de paix, enjeux de guerre : les océans sans partage ? La piraterie moderne, réminiscences anciennes ou conséquence d’une mondialisation effrénée ? Comment la France a-t-elle réussi à devenir le deuxième territoire maritime dans le monde ? A qui appartient la haute-mer ? Et les grands fonds, les hautes latitudes : à qui appartiennent les ressources une fois ces frontières franchies ? Les grandes puissances maritimes du globe, quels nouveaux arrivants, quelles logiques, quelles perspectives ? Comment émergent des puissances maritimes sous pavillons de complaisance ?

- Le tourisme et la mer : un couple infernal ? : le développement touristique balnéaire est ambigu, comment aborder sereinement cette question ? Entre concentration touristique, sélection et sanctuarisation, quelles complémentarités ? Le développement du tourisme insulaire, opportunité ou aliénation ? Les sports de glisse, les grandes courses au large, la mer passion. Les croisières, la mer, mais où accoster ?

- Mers et océans, traits d’union ou barrières ? : de l’Océanie à la mer Méditerranée, comment envisager des mers qui réunissent plus qu’elles n’isolent ? Tour du monde des océans et des mers…

- Espagne : faits et réalités : L’Espagne s’est très fortement transformée au cours de ces dernières années. Elle s’est enrichie et son développement économique si rapide a jusqu’à la crise de 2008, forcé l’admiration. Les évolutions sociétales mais aussi ses paysages, tant urbains que ruraux, témoignent de l’importance, parfois de la brutalité, de ces mutations. S’appuyant notamment sur ce bilan économique et sur la puissance universelle de sa langue, l’Espagne en a profité pour revendiquer une nouvelle place dans les affaires du monde. La crise s’annonce sévère ; n’est-elle que le prélude à l’enterrement d’une parenthèse de croissance économique ou alors est-ce aussi le moment pour les Espagnols d’interroger en profondeur la nature de leur développement et de mettre à profit ce qu’il reste de cette croissance ? Répondre à ces questions difficiles, implique
d’introduire dans le débat une autre temporalité où il s’agit d’envisager sur un temps plus long le rapport de ce pays avec la modernité.

A noter : une présentation de l’Atlas du Monde diplomatique 2010, éditions Armand Colin, par Ph. Re. De 15 h 30 à 16 h, Centre Robert-Schuman, salle de conférences.

Philippe Rekacewicz

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016