Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Antoine Sfeir, propagandiste intéressé du régime tunisien

Antoine Sfeir, propagandiste intéressé du régime tunisien

vendredi 23 octobre 2009, par Alain Gresh

Pauvre M. Ben Ali. Voici un homme au pouvoir depuis plus de vingt ans, qui a tout fait pour le développement de son pays, dont la femme s’associe activement à la gestion économique et qui est incompris par les Occidentaux. Le peuple tunisien unanime s’apprête à le réélire une cinquième fois le 25 octobre et, malgré ce soutien interne unanime, il est l’objet de campagnes de calomnies, de dénigrement. Heureusement, il reste quelques courageux défenseurs de M. Ben Ali, qui, à contre-courant, osent s’élever contre ces calomnies. Habitué des plateaux de télévision français, se présentant comme un démocrate, Antoine Sfeir n’hésite pas. Il est déjà monté au créneau à plusieurs reprises. Il récidive dans Le Figaro du 23 octobre, « La Tunisie, rempart contre la déferlante intégriste dans la région » :

(...) « La Tunisie a certainement un long chemin devant elle, personne le conteste. Pourtant, force est de reconnaître que le pays progresse régulièrement depuis l’arrivée au pouvoir de Ben Ali. C’est un fait dont tous les organismes internationaux font état dans leurs rapports. C’est cette ouverture et cet assainissement progressifs de la vie publique que je souhaite évoquer aujourd’hui, sans pour autant me voiler la face sur les problèmes qu’il reste à résoudre.

(...)

La condition des femmes est également à mettre au crédit du président sortant : avec 25 % de femmes au Parlement, la Tunisie fait mieux que la France. Comme autrefois la Turquie, qui avait accordé aux femmes le droit de vote dix ans avant la France… Et tout le monde connaît le rôle actif des députés tunisiens, hommes ou femmes !

En outre, la Tunisie a clairement choisi son camp dans la lutte contre l’intégrisme religieux. Le régime est intransigeant vis-à-vis de tout embryon de prosélytisme islamiste, mais mène parallèlement à sa politique répressive une vaste campagne de pédagogie, appuyée sur une pratique sereine et modérée de la religion. C’est pour cette raison que le pays constitue véritablement un rempart contre la déferlante intégriste dans la région ; c’est pour cette raison également que la Tunisie est un enjeu crucial, et une cible de choix pour l’islamisme et le terrorisme. Si elle venait à tomber, il faudrait craindre à nouveau pour l’Algérie, mais également le Maroc, la Libye et peut-être même l’Égypte, tous menacés par un effet de dominos.

(...) Arrêtons-nous un moment de parler de la Tunisie pour regarder les Tunisiens, qui, eux, agissent », écrit notre courageux intellectuel. Il ne ménage pas sa peine et défend la Tunisie partout où il peut.

Ainsi à Genève, au club de la presse où « la Tunisie présente ses beaux atours » (sic !), écrit, sur le site de La Tribune de Genève, Gorgui Ndoye dans son blog Continent Premier, qui donne, paraît-il , « une autre information sur l’Afrique ».

« Antoine Sfeir, le patron de la revue d’études et de réflexion sur le monde arabe et musulman, l’auteur de Tunisie, terre des paradoxes, paru en 2006 aux éditions de l’Archipel, ouvrait le dernier Les Cahiers de l’Orient, la revue est consacrée au pays de Ben Ali sous le titre “L’exception tunisienne”. Six grands textes aux titres suggestifs ont l’ambition de présenter “les progrès (qui) ont été accomplis sur la voie d’une démocratisation et d’un assainissement de la vie publique”, selon l’éditorial même de Antoine Sfeir, “Manger le raisin”. Ainsi peut-on lire : Un rempart contre l’intégrisme, La Tunisie dans la cité, Patrimoine archéologique et renouveau culturel, Des succès économiques confirmés, Les instruments de solidarité.

Antoine Sfeir, déclare que Les Cahiers de l’Orient, de l’hiver 2010, “cherche à montrer à quel point le peuple tunisien occupe, de plus en plus, une place à part dans l’espace arabe, et apparaît comme un exemple pour toute la région”. Un exemple pour le monde arabe mais aussi pour l’Afrique. C’est du moins, ce que croient certains journalistes africains. En effet,quelques jours auparavant, des journalistes africains co-auteurs du livre “La Tunisie émergente : une voie pour l’Afrique ?”, publié aux éditions Médiane à Paris, présentaient à Paris leur ouvrage de 262 pages, rassemblant dix-huit contributions de journalistes et personnalités africaines de diverses spécialités. »

Sfeir présentait son point de vue aux côtés de François Béchet, auteur d’un autre livre d’apologie de M. Ben Ali (que Sfeir a préfacé).

On comprend, dans ces conditions difficiles, que les livres de Sfeir et de Béchet, ainsi que Les Cahiers de l’Orient, soient massivement achetés par la Tunisie, qui n’a d’ailleurs pas le monopole de ces pratiques, plusieurs autres grands démocrates africains finançant des livres à la gloire de leur très démocratique république.

Ces livres et revues sont encensés sur tous les sites du régime. Et les propos de Sfeir et consorts sont largement repris, comme sur le site du journal La Presse, « La classe moyenne au cœur du projet de société initié par le Président Ben Ali » (23 octobre), qui loue le dernier numéro de la revue de Sfeir, Les Cahiers de l’Orient, consacré à la Tunisie et qui écrit que « cette revue trimestrielle d’études et de réflexion sur le monde arabe et musulman souligne, dans son éditorial, l’osmose qui existe entre le pouvoir et le peuple tunisien ».

Evidemment, il ne faut pas lésiner sur l’argent et les moyens quand on doit combattre une propagande menée par tous les agents de l’intégrisme en Europe, de tous ceux qui préféreraient voir au pouvoir à Tunis un régime islamiste antidémocratique plutôt que le grand démocrate qu’est Ben Ali.

Voici quelques exemples de cette propagande hostile, qu’il faut éviter à tout prix :

Sur les soi-disant atteintes aux droits de la personne, en dehors d’Amnesty International et de Human Rights Watch, il existe un site particulièrement nocif, celui du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHHT).

Il faut aussi dénoncer la journaliste du Monde, Florence Beaugé, justement refoulée de Tunisie le 21 octobre, mais qui continue à publier : « En Tunisie, une réussite économique mal partagée » (23 octobre).

Enfin, Le Monde diplomatique lui-même participe à ces campagnes de dénigrement : « Révolte du “peuple des mines” en Tunisie », de Karine Gantin et Omeyya Seddik, juillet 2008.

Heureusement, jusqu’à nouvel ordre, Le Monde et Le Monde diplomatique sont interdits d’entrée en Tunisie. Quel citoyen tunisien, tout à son admiration inconditionnelle pour le grand dirigeant, achèterait de telles feuilles ?

322 commentaires sur « Antoine Sfeir, propagandiste intéressé du régime tunisien »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien
    23 octobre 2009 @22h34   »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Autre article de Florence Beaugé

    En Tunisie, "il y a ceux qui profitent du système et ceux qui enragent d’en être exclus"
    LE MONDE | 22.10.09 | 14h25 • Mis à jour le 23.10.09 | 07h46

  • permalien
    23 octobre 2009 @23h18   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    En résumé, ce climat antidémocratique et répressif, ce bâillonnement des voix libres, ajouté à l’absence de presse libre, de culture - disparition des ciné-clubs, des maisons de la culture -, de débats contradictoires, fait le lit du fondamentalisme islamiste. Ce dernier gagne de plus en plus de terrain, occupe l’espace et relève la tête.

    Rien d’étonnant que de plus en plus de jeunes soient attirés par l’islamisme et que le voile islamique soit de plus en plus présent dans la société tunisienne. De ce fait, le régime tunisien que l’on présente comme un rempart contre l’islamisme n’est qu’une fiction », conclut-il.

    “La régente de Carthage” : des extraits du livre.

  • permalien Yann :
    24 octobre 2009 @02h50   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Quel style géopoétique !

  • permalien une bille :
    24 octobre 2009 @07h20   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Au pays des "Plus-Grands-Président-Du-Monde", la démocratie c’est une question de temps et la médecine le plus grand ennemi des libertés.

  • permalien Gerard :
    24 octobre 2009 @09h47   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A ces livres plutôt polémiques, il faut ajouter ’La force de l’obéissance’ de Béatrice Hibou, qui tente d’avoir une approche sociologique du système tunisien en montrant les interactions des contrôles économique, policier, juridique, associatif permettent une maitrise quasi totale de la vie sociale.

    Extrait de la couverture : ’(ce livre) permet aussi d’éclairer les mécanismes de la domination dans les Etats que l’on considère comme démocratiques’.
    Le fait que ce soit une sociologue Française qui fasse ce genre d’analyse est peut-être significatif.

  • permalien Murmure :
    24 octobre 2009 @09h53   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    La Tunisie n’est pas un pays démocratique.

    Sfeir est un pisse-copie aussi illustre que BHL.

    Les droits des Homo sapiens sont bafoués.

    Les valeurs occidentales qu’on veut inculquer à l’Afrique et ailleurs, la Tunisie s’assoit dessus.

    So what ? On va lui faire la guerre.

    Florence Beaugé, comme tout journaliste de passage à l’écoute de quelques personnes est incapable de saisir la réalité de la majorité des tunisiens.

    , de culture - disparition des ciné-clubs, des maisons de la culture

    Encore un cliché véhiculé sans réel savoir.

    Faux, la culture se bat et s’impose et réussit à passer son message.

    Par ailleurs, ce qui importe au citoyen lambda, jeune et moins jeune, c’est de vivre, consommer, s’amuser... Et payer ces innombrables dettes... Pour sûr... 80 % des familles tunisiennes sont propriétaires.

    L’analyse foireuse de l’islamise qui fait son lit est foireuse.

    C’est l’un des rares pays arabe qui réussit à jongler avec la liberté du culte, et de la coulpe.

    Et un pays comme les autres, où règne la corruption, le chômage, la pauvreté, la délinquance, les ripoux, les bavures, etc. Rien de plus terrible qu’ailleurs où trône la démocratie libératrice.

    La différence est que les Le Pen de France ont droit d’inoculer leur venin, et se font élire. En Tunisie, ils sont bâillonnés.

    Que les propagandistes apologistes et les raisonneurs zélés se calment.

    Quand à ce qui est bon pour la Tunisie, Laissez le tunisien décider.

  • permalien cpa :
    24 octobre 2009 @10h23   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Très bon site pour une autre information sur la Tunisie, pays qui abrite le forum de l’information mais multiplie les entraves à internet :
    http://www.nawaat.org/portail/

  • permalien Numide :
    24 octobre 2009 @11h55   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Bonjour,
    Je suis tunisien et je vis en Tunisie. Je ne suis pas un agent du régime et je ne l’ai jamais été. Je tiens à le préciser au cas ou ...
    J’ai vécu 11 longues années en France et c’est là que j’ai commencé à lire le monde diplo !!
    Et en France on apprend que les droits de l’homme ne sont pas faites pour les tunisens ni pour les algériens encore moins pour les africains d’Afrique noire. J’étais déçu par l’accueil qui m’étais réservé à la préfecture. Par l’humiliante attente sans fin dans l’aile Afrique Maghreb de la préfecture de Paris. "Ca sonne un peu comme les noirs & et les arabes dans cet ordre pour bien faire la liaison !!!"
    J’ai vu les Français changer, devenir de plus en plus haineux, tout le monde a applaudi des deux mains quand Sarkozy est arrivé au pouvoir !!! Le problème de l’immigration !!! Oui nous n’étions plus humains nous sommes un problème !!

    Bref, j’en suis dégouté et je suis rentré en Tunisie. Je suis un professeur univercitaire (certes faché avec l’orthographe mais bon ...) et je l’étais déjà en France !! (Je vous laisse imaginer si j’étais un chomeur en France l’accueil qui me serait réservé).

    Tout ca pour vous dire que le respect des droits de l’homme est relatif partout et vis à vis de tous. Ca n’a jamais été tout blanc ou tout noir mais les gens ici ne se plaignent pas !!
    Je ne roule pas sur l’or loin de là !! Mais ici on est conscient de la chance qu’on a. C’est quasiment le seul pays en afrique oul’éducation est obligatoire et gratuite (la gratuité est même à la fac !!!) Le gouvernement donne des bourses d’études dès la fin du bac pour l’étranger (aucun pays ne fait ça !!!)
    Le système de santé public est quasiment gratuit. Il est ce qu’il est mais la gratuité est là (j’ai eu malheureusement l’occasion de fréquenté un établissement de santé public en france et c’est largement comparable ....)
    Les gens ne dorment pas dans les rues et ne meurent pas de froid tout l’hiver...
    La tunisie est un pays pauvre qui s’en sort plutôt bien. C’est le pays sans richesse naturelle qui s’en sort le mieux en Afrique et même en Amérique latine. C’est pas toujours rose de vivre ici mais c’est loin d’être un enfer...
    Un dernier point le Monde n’est pas interdit en Tunisie, je viens d’acheter celui d’hier (délais d’acheminement ....)

  • permalien Sakhra :
    24 octobre 2009 @12h23   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    La Prière de l’Absent"

    "Le gominé éclipsa tous les autres. Il périmait les plus modernes, déclassait les plus élégants, condamnait ses successeurs à n’être que des ayants droit.

    Le président Ben Ali a mutilé l’organe le plus précieux des Tunisois : la langue.

    Plus de cris ni de chuchotements, juste des grognements de muets. L’âme de Tunis a été brisée sur un récif d’acier. Il n’y a plus de théâtre, plus de poésie, plus de roman, plus de musique, plus de danse. Un nulle part au sud. Qu’est devenu Mohamed Guerfi, le plus grand musicien tunisien, l’égal des frères Rahabani ? Interdit de festival pour son franc parler légendaire. Depuis six ans, il ne vit plus de sa musique. Il est contraint de brader ses biens pour survivre.

    Qu’est devenue cette conscience morale qu’était la troupe du Nouveau Théâtre de Fadel Jaïbi et Fadel Jaziri ? A chaque nouvelle représentation, elle attirait des spectateurs de Suède, du Liban, du Maroc, d’Egypte. Qu’est devenu le plasticien Habib Chebil ? Qu’est devenu Ouled Ahmed, le poète du vin et de l’amour ? Il n’écrit plus.

    Mais qui écrit encore à Tunis ? Se balader du côté des bars, des cafés tels que l’Univers, le Florence, la Rotonde, le Kilt, c’est entrer dans le monde des ex. Ex-journalistes, ex-écrivains, ex-comédiens. Les anciens temples de la parole et de l’écriture ont été brûlés en fumée de pétard. Les survivants de cette fellouja ont vendu leur âme ou se sont exilés dans d’autres langues.

    Ce Tunis doit tout à Ben Ali. Il est son professeur et lui a appris à se déposséder de sa mémoire. Et c’est la fin de la fin, le coup de grâce. Seules des silhouettes immobiles animent encore cet univers de cénotaphe. Des femmes au sourire de marbre, des vierges à l’abdomen de carton, empaillées. La nature achève le travail du temps et tord le cou à ces frêles beautés. Mais alors, dites-moi, que nous reste-t-il de ce Tunis disparu ?

    Quelque chose qui, assurément, est plus beau que la gloire de ces époques si vite enfouies, plus beau que la vie même : la prière de l’absent."

    Taoufik Ben Brik.

    Taoufik Ben Brik est journaliste et écrivain tunisien.

  • permalien
    24 octobre 2009 @12h39   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Il y a en Tunisie « une montée des courants radicaux, en particulier un courant salafiste, voire djihadiste, qui échappe à tout contrôle » selon Khemaïs Chammari, ex- secrétaire général de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH).

    Pascal Ménoret :

    On peut grossièrement distinguer trois grands discours de pouvoir : le premier est destiné aux peuples arabes, le second aux bailleurs de fond et le troisième aux partenaires sécuritaires. A l’intérieur, les élites en place se caractérisent par leur maniement constant de la référence islamique – au point qu’il n’est pas inexact d’affirmer que les premiers inventeurs de ce qu’on nomme en Europe « fondamentalisme islamique » sont les Etats arabes [“modérés” et “laics” le plus souvent]. De la re-création, en 1987, du Comité des grands oulémas par la très « laïque » république tunisienne à l’instrumentalisation quotidienne de leurs Grands muftis par l’Egypte ou l’Arabie Saoudite, les élites gouvernementales arabes pratiquent un « islam officiel » qui, le plus souvent formaliste et superficiel, est destiné à légitimer leur position hégémonique dans les espaces nationaux (..)

    L’exemple de l’Arabie Saoudite :

    Comme le résume Pascal Ménoret : « l’islamisme est une révolte contre la mauvaise distribution des richesses pétrolières » ; le pouvoir va donc être confronté à une contestation, fondée sur cette même religion qu’il avait instrumentalisée avec l’appui d’oulémas soumis pour asseoir son pouvoir. La religion officielle contrôlée par la monarchie est battue en brèche par des mouvements intellectuels de plus en plus politisés, dont une minorité évoluera vers la lutte armée. C’est dans ce maelström politico-religieux que Ben Laden va trouver son inspiration.

  • permalien
    24 octobre 2009 @12h42   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    tout petit dans mon pays :

    a la maison : parle

    à l’ecole : parle

    dans la rue : parle

    j’ai appris à parler !!!

    à l’age adulte j’ai commence à parler !

    on me reproche que je parle trop, tu dois apprendre à te taire...

  • permalien
    24 octobre 2009 @12h44   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Le wahhabisme est un mouvement puritaniste, religion officielle de l’Arabie Saoudite. Avec l’accroissement considérable de ses revenus dans les années 1970 dû à la rente pétrolière, l’Arabie Saoudite lance la prédication wahhabite dans le monde musulman pour combattre l’arabisme. Le roi Faysal fait des villes saintes de l’islam des centres de formation religieuse, et il entreprend une politique de subvention des oeuvres religieuses (construction de mosquées dans le monde entier).

    Depuis les années 1960, les Etats-Unis soutiennent cette politique de prédication qui leur apparaît comme un excellent moyen de combattre l’arabisme révolutionnaire et le communisme. Le wahhabisme n’ayant pas pour ambition de bouleverser l’ordre social, il est considéré par les Américains comme un facteur de stabilité politique au Moyen-Orient, ce qui légitime aux yeux des Etats-Unis le soutien inconditionnel à l’un des pires régimes liberticides au monde.

  • permalien Lou :
    24 octobre 2009 @12h48   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    La police tunisienne a voulu piéger le journaliste Ben Brik

    par Pierre Haski | Rue89 | 23/10/2009

    On peut entendre le témoignage de Taoufik Ben Brik :

    rue89.com/2009/10/23/la-police-tunisienne-a-voulu-pieger-le-journaliste-ben-brik-123054

  • permalien Lou :
    24 octobre 2009 @12h57   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Sihem Bensédrine, Taoufik Ben Brik, deux voix contre le régime tunisien
    15 Octobre 2009 Par Taoufik Ben Brik

    Taoufik Ben Brik, journaliste imprécateur et premier opposant au président tunisien Ben Ali, a rencontré Sihem Bensédrine, première opposante au même président et porte-parole du Conseil national pour les libertés. Tous deux évoquent les élections du 25 octobre en Tunisie, où Ben Ali postule un cinquième mandat présidentiel. Scrutin qu’il est déjà certain d’emporter.

    mediapart.fr/club/blog/taoufik-ben-brik/151009/sihem-bensedrine-taoufik-ben-brik-deux-voix-contre-le-regime-tunis

  • permalien Murmure :
    24 octobre 2009 @13h27   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Qu’est devenue cette conscience morale qu’était la troupe du Nouveau Théâtre de Fadel Jaïbi et Fadel Jaziri

    Encore une litanie truffée de faussetés.

    Après une tournée à l’étranger.

    “Khamsoun” l’excellentissime pièce de théâtre de Fadel Jaîbi, pas plus tard que le 2 Octobre 2009 était jouée à la salle du “Mondial” en plein centre de Tunis. Après qu’elle le fût au “Theâtre Municipal de Tunis” en 2007 ou 2008, pas très sûre.

    Et à l’amphithéâtre romain de carthage le 10 aout 2008.

    (...)

    Khamsoun ou Corps Otages qui a eu les honneurs de clôturer la saison théâtrale de l’Odéon (vivier de l’anti-comédie française à Paris) 2006 et que la presse française a généreusement saluée,

    (...)

    Ici Baccar et Jaïbi ont parfaitement réussi. Ils ont su mettre le doigt sur l’origine du mal et crever même l’abcès du mutisme, du repli sur soi, de l’abandon. Ici, tout a été dit. Nous avons entendu tout ce qu’on raconte à huis-clos ou qu’on murmure derrière les murs. Ici, on pense chaque mot et à haute voix, on brise le silence et on le dit. Crûment. Cruellement car l’oreille du Tunisien a perdu le sens de l’écoute.

    (...)

    Mais comme rien n’est facile, Jaîbi s’est battu bec et ongles pour sa pièce et a réussi à l’imposer. Et je ne parle même pas de son succès phénoménal en Tunisie. (Élite intellectuelle ou masse populaire... C’est... Kif kif.)

    Et les Brick et confrères qui jouent aux journalistes dissidents et engagés pour s’attirer la bénédiction de la meute française
    bien pensante. Devrait cesser de ramper pour ces maîtres, et en prendre de la graine.

    Véhiculer l’image " Tunisie martyre" en travestissant grossièrement la vérité et la réalité ne fait de lui, ni plus ni moins qu’un vulgaire jacasse.

    Et les autres, éviter de parler de ce qu’ils ne connaissent pas.

  • permalien Lou :
    24 octobre 2009 @14h14   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    ou écouter Fadhel Jaïbi

    culturebox.france3.fr/all/5662/Fadhel-Ja%C3%AFbi-pr%C3%A9sente-

  • permalien Murmure :
    24 octobre 2009 @14h23   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Lou

    J’ai déjà précisé :

    Jaîbi s’est battu bec et ongles pour sa pièce et a réussi à l’imposer.

    Les tunisiens préfèrent de loin les Jaîbi aux Brick et Ben Sedrine en mal de gloire...

    Et si une voix finit par triompher, ce serait celle des Jaîbi et nul autre “simili-engagés”.

    P.s. : Ma dernière phrase ne s’adressait pas à vous.

  • permalien Jeff :
    24 octobre 2009 @14h32   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Lou

    Si vous avez des difficultés pour rendre actifs vos liens vers des pages internet en passant par la barre d’outils du blog, avez-vous déjà essayé d’y ajouter directement les balises HTML (pour rappel < link > au début et < /link > à la fin de l’adresse - sans les espaces après < et avant > en réalité) ?

  • permalien Murmure :
    24 octobre 2009 @14h39   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Etes-vous toujours aussi contestataire que par le passé ?

    Un artiste libre ne s’arrête pas de contester. La contestation est inhérente à l’acte artistique de la même façon que l’acte artistique est indissociable à l’acte de citoyenneté, et nous sommes citoyens avant d’être artistes.

    Contester c’est remettre en question un corps saint et en sursis de maladie, c’est aussi relever des anomalies. Un corps social, c’est pareil ; une cité, un pays, des Institutions, des lois, ...tout cela doit être passé au crible tous les jours...Contester, n’est pas détruire, c’est interroger !

    Nous sommes conscients et fiers de la responsabilité qui est la nôtre. Il n’est pas donné à tout le monde de monter sur une tribune et de s’adresser à son prochain. Le théâtre est un art extrêmement redoutable parce qu’il implique une prise de parole et une audience et on ne peut pas se permettre de prendre une parole sans en mesurer les conséquences.

    Fadhel Jaïbi

  • permalien kalouz :
    24 octobre 2009 @14h51   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    En parlant de Tunisie, me vient toujours à l’esprit, le sketch de l’excellent humoriste marocain, Bziz, sur le président ben ali.
    donc la scène (que vous pouvez retrouver sur internet, mais en arabe) se passe lors d’un sommet de la ligue arabe, avec donc, tous nos illustres chefs d’état monarques, et là, il y a le "mystique" khadafi qui prend la parole, et il propose tout simplement de trouver un autre Etat pour ben ali, car comme il dit " ben ali, c’est un grand dictateur, pour un si petit pays" donc, les dirigeants du monde arabe voulaient lui trouver un nouveau pays, en signe de reconnaissance pour son "œuvre" et le choix au dernières nouvelles se porterait carrément sur l’Australie...
    Le problème aujourd’hui, c’est que l’on veut nous faire croire, qu’il est difficile (pour nous en occident), voire impossible ( pour les autres pays, surtout d’Afrique) de trouver mieux que les dirigeants incompétents et médiocres que l’on se trimballe aujourd’hui. Mon avis, se trouve dans ce questionnement.
    Salem. Paix.

  • permalien tutune :
    24 octobre 2009 @15h00   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Tout cela est ridicule, c’est le paroxysme de l’hypocrisie !

  • permalien Nobo :
    24 octobre 2009 @16h58   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A tout seigneur, tout honneur :

    Sachons saluer les grands hommes !

  • permalien Samuel :
    24 octobre 2009 @22h12   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Un petit mot peut être sur sur la revue Afrique-Asie, qui fait régulièrement sa une à la gloire du régime tunisien ?

    http://www.afrique-asie.fr/home.php

  • permalien K. :
    24 octobre 2009 @22h49   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Document - Tunisia : Routine muzzling of dissent mars upcoming presidential elections
    AMNESTY INTERNATIONAL
    MEDIA BRIEFING
    23rd October 2009

    Le gouvernement tunisien fait de grands efforts au niveau international pour représenter le pays comme une société ouverte et tolérante dans laquelle l’état de droit est respecté.

    La réalité, cependant, est nettement différente. Derrière la façade, il y a un climat de répression solidement ancré dans lequel les partis politiques opposés au gouvernement demeurent interdits ou gravement entravés par les restrictions à l’exercice des droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

    Les critiques du gouvernement, y compris les défenseurs des droits de l’homme, sont soumis à une surveillance oppressive, aux menaces, au harcèlement et aux violences physiques par des officiels ou des personnes agissant en leur nom.

    Les médias restent en grande partie propriété de l’État, ou sous son contrôle ou son influence et les journalistes qui critiquent le gouvernement ou rapportent les cas de corruption présumée dans les milieux officiels sont victimes de harcèlement, d’intimidation et d’emprisonnement.

    (..)

    En 2003, la loi anti-terrorisme a été utilisée pour l’arrestation de nombreux jeunes et jeunes hommes soupçonnés d’avoir des opinions islamistes parce qu’ils (..) exprimaient des préoccupations sur les événements en Irak ou dans les Territoires occupés palestiniens.

    ..

  • permalien Vautour :
    25 octobre 2009 @03h58   « »
    la démocratie c’est une question de temps

    ... et la médecine le plus grand ennemi des libertés.
    Jolie phrase de Une Bille...
    J’attend avec la patience du vautour que la santé de Ben Ali se détériore, je ne retournerai pas en Tunisie de son vivant.
    On his dead body !!

  • permalien Sakhra :
    25 octobre 2009 @06h49   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    "Véhiculer l’image " Tunisie martyre" en travestissant grossièrement la vérité et la réalité ne fait de lui, ni plus ni moins qu’un vulgaire jacasse."

    Appel de Radhia NASRAOUI ? présidente de l’Association Tunisienne contre la Torture :

    http://www.hns-info.net/spip.php?ar...

    Encore "une jacasse" !!!

    Les thiruféraires du Général Ben Ali, de Chirac et autre Obama, et "Grandes Savantes" en toute matière vous le diront :

    ,... ce qui importe au citoyen lambda, jeune et moins jeune, c’est de vivre, consommer, s’amuser... Et payer ces innombrables dettes... Pour sûr... 80 % des familles tunisiennes sont propriétaires"

    On croirait entendre Chirac....

    C’est vrai, quoi ! Qu’ont-ils besoin de vouloir "ouvrir leur gueule" ces "jacasses", la politique n’est pas leur affaire, voyons !Il y a BenAli et sa maffia pour décider seul de ce qui est bien pour la Tunisie.

    La torture(pire qu’en Algérie dans ses méthodes), le musellement des syndicats, des associations, qui ne font pas allégeance, la détention sans jugement de près de 1000 citoyens, le musellement de la presse , les atteintes aux droits de la défense, la Justice mise au pas.., la dictature, le régime policier...., vous êtes invités à ne pas en parler," parce que vous n’y connaissez rien "

    C’est valable aussi pour A Gresh ?

    Quant aux accointances de ce "rempart contre l’Islamisme", avec le sionisme, là c’est du délire" !

    http://www.rezoweb.com/forum/politi...
    http://www.tunezine.com/breve.php3?...

    Quel score aujourd’hui pour le "rempart contre l’islamisme" : 99, 99 ?...

  • permalien Murmure :
    25 octobre 2009 @08h54   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Warning : Il faut poster deux fois ici pour que le message passage, pas sûr. L’amalgame est le maître mot.

    La Tunisie n’est pas un pays démocratique.

    Les droits des Homo sapiens sont bafoués.

    Les valeurs occidentales qu’on veut inculquer à l’Afrique et ailleurs, la Tunisie s’assoit dessus.

    Et un pays comme les autres, où règne la corruption, le chômage, la pauvreté, la délinquance, les ripoux, les bavures, etc. Rien de plus terrible qu’ailleurs où trône la démocratie libératrice.

    La différence est que les Le Pen de France ont droit d’inoculer leur venin, et se font élire. En Tunisie, ils sont bâillonnés.

    Quand à ce qui est bon pour la Tunisie, laissez le tunisien décider.

    L’Iran est un paradis de démocratie, la torture et les crimes des dissidents n’existe pas, parce qu’il dit non à l’occident, la Tunisie avec toute sa perversité et encore plus perverse, elle dit oui à l’occident.

  • permalien Mi-ton :
    25 octobre 2009 @09h36   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Relativisme de café de commerce.

  • permalien Murmure :
    25 octobre 2009 @09h43   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Mi-ton :
    25 octobre @09h36 « 

    Relativisme de café de commerce.

    C’est celui de certains contributeurs de ce blog, si vous suiviez depuis longtemps, vous auriez compris l’ironie.

  • permalien Jean-Marie :
    25 octobre 2009 @09h49   « »
    A NOUVEAU TRES INQUIETANT

    Alain Gresh « Heureusement, jusqu’à nouvel ordre, Le Monde et Le Monde diplomatique, sont interdits d’entrée en Tunisie. Quel citoyen tunisien, tout à son admiration inconditionnelle pour le grand dirigeant, achèterait de telles feuilles ? »

    NUMIDE 24 octobre @11h55 (8ième intervention si vous vérifiez)

    Bonjour,
    Je suis tunisien et je vis en Tunisie. Je ne suis pas un agent du régime et je ne l’ai jamais été. Je tiens à le préciser au cas ou ...

    Et termine son intervention ainsi

    Un dernier point le Monde n’est pas interdit en Tunisie, je viens d’acheter celui d’hier (délais d’acheminement ....)

    "Calomniez ou ignorez , il en restera toujours quelque chose"

    Précisions : je ne porte absolument aucune estime à Ben Ali

    Mais je m’interroge à nouveau, comme malheureusement peut-être même pas « les deux tiers des présents* » de ce blog

    * L’intéressé me comprendra !

    PS. A Numide : Pour le Monde, c’est clair, mais pour le Diplo est-il vendu à Tunis ? Merci

  • permalien Alain Gresh :
    25 octobre 2009 @10h41   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Jean-Marie

    Je vous confirme que Le Monde et Le Monde diplomatique ont été officiellement informés qu’ils ne seraient plus distribués jusqu’à nouvel ordre en Tunisie. Et je doute fort que les derniers numéros du quotidien avec les articles de Florence Beaugé, qui a été refoulée de ce pays, soient en vente.

  • permalien Lou :
    25 octobre 2009 @10h43   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Et que veulent les Palestiniens ?
    Manifestation hier à Gaza appelant à mettre fin à la division entre le Hamas et le Fatah :

    fr.news.yahoo.com/photos/diaporama/israel-palestine.html ?imageUrl=/ap/20091024/r_p_ap_wl_israel/pwl-mideast-israel-palestin-52d2476246e3&sp=-1

    fr.news.yahoo.com/photos/diaporama/israel-palestine.html ?imageUrl=/ap/20091024/r_p_ap_wl_israel/pwl-mideast-israel-palestin-c2dab02549db&sp=-1

    à Jeff, merci votre intérêt pour les liens bleu , j’ai pris un cours sur les balises et le < link >, j’ai essayé mais cela ne passe pas non plus.

  • permalien gloc :
    25 octobre 2009 @10h59   « »
    oxymore

    Bonjour,
    Je suis tunisien et je vis en Tunisie. Je ne suis pas un agent du régime et je ne l’ai jamais été. Je tiens à le préciser au cas ou ...

    Bonjour,
    Je suis Français et je vis en France. Je ne suis pas un agent du régime et je ne l’ai jamais été. Je tiens à le préciser au cas ou ...

  • permalien jack le tunisien :
    25 octobre 2009 @11h04   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    La tunisie de ben ali est devenu est Etat policier et corrompu. on n’a jamais imaginé une situation pareille. il s’agit d’un pays gouverné par la peure et la famine. cela veut dire que tous ceux et celles qui osent léver la tete seront condamnés, torturés, et par la suite privés de droit de travailler et de gagner dignement leur vie. socioolgiquement parlant on assiste à une espèce d’esclavagisme moderne où les âmes et les esprits, et parfois, les corps, font la possession et la propriété de ben ali, de sa femme laila et de leurs familles et clons. c’est la tunisie de la honte , de l’humiliation et de misère. c’est encore pire que fait subir les sionsites aux palestiniens.

  • permalien Mademoiselle M :
    25 octobre 2009 @11h47   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Tu y vas un peu fort Jacky ... aucune comparaison n’est logiquement valable entre la situation en Tunisie et celle dans les territoires palestiniens ...

    Il ya beaucoup d’articles nuancés qui laissent croire que le niveau de vie en Tunisie est supérieur à celui de ses voisins du maghreb ? quelqu’un pourrait apporter plus de précisions ( pertinentes) sur ce sujet ? ( et pas des infos du style : revenu par habitant car je trouve que ce n’est pas du tout représentatif)
    Merci !

  • permalien Jean-Marie :
    25 octobre 2009 @11h52   « »
    TRES INQUIETANT

    Alain Gresh : « Heureusement, jusqu’à nouvel ordre, Le Monde et Le Monde diplomatique, sont interdits d’entrée en Tunisie. Quel citoyen tunisien, tout à son admiration inconditionnelle pour le grand dirigeant, achèterait de telles feuilles ? »

    NUMIDE 24 octobre @11h55 (8ième intervention si vous vérifiez)

    Bonjour,
    Je suis tunisien et je vis en Tunisie. Je ne suis pas un agent du régime et je ne l’ai jamais été. Je tiens à le préciser au cas ou ...

    Et termine son intervention ainsi

    Un dernier point le Monde n’est pas interdit en Tunisie, je viens d’acheter celui d’hier (délais d’acheminement ....)

    Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose

    Précisions : je ne porte absolument aucune estime à Ben Ali

    Mais je m’interroge à nouveau, comme malheureusement peut-être même pas « les deux tiers des présents* » de ce blog

    * L’intéressé me comprendra !

  • permalien Yann :
    25 octobre 2009 @12h41   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Rocé :

    L’esprit n’est pas prêt à tout recevoir mais exerçons le à ce déséquilibre, aux contrastes, aux paradoxes, à des statuts différents et une posture non alignée. Je pense qu’il faut s’y risquer et s’y perdre pour se trouver, se construire. L’importance qu’il y a à se défendre de la douce agression qu’est la culture d’aujourd’hui, est qu’à force de l’avaler, bouche béante et yeux à demi clos, nous finissons par ne plus savoir exprimer nos idées, surtout dès qu’elles atteignent un certain degré de complexité, d’abstraction. L’expression langagière frustrée, nous crachons cette frustration de manière émotionnelle, animale. Dans un monde où le divertissement de masse nous aspire, les idées inexprimables ne nous épanouissent pas, ne nous laissent pas indifférents non plus mais nous écrasent.
    Une société vivant sur le cliché est une société morte. Car le problème du cliché, du clin d’œil, est qu’il n’invente rien, il ne peut que faire allusion ou caricaturer quelque chose de déjà existant. Il est « passif », il ne se nourrit que du passé, d’un passé qu’il découpe et simplifie faussement. Et tout ce qui reste indéfini (genre artistique comme genre humain) est laissé à l’abandon.

    roce.ka.free.fr/cliche.htm

  • permalien Nathan :
    25 octobre 2009 @13h13   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Il est amusant de constater que âne-nonime, qui passe son temps à déligitimer l’Etat d’Israël et à croire à toutes les fadaises conspirationnistes (Bilderberg etc) trouve finalement un certain charme au régime de Ben Ali. Même qu’elle se demande si les Tunisiens n’ont pas un niveau de vue supérieur à leurs voisins (ce qui devrait les inciter à fermer leur gueule). J’avais avancé la même chose, mais plus subtilement tout de même, à propos des Arabes israéliens (lesquels un niveau de vie supérieur à leurs voisins) et ça m’a valu de recevoir une volée de bois vert de la part de Ph. Arnaud pour avoir osé évoquer cet argument. Mais ici, ça passe comme une lettre à la poste.

  • permalien Jeff :
    25 octobre 2009 @15h09   « »
    Rachel de Simone Bitton

    En ce moment sur France Inter, l’émission de Cosmopolitaine consacre une interview avec Simone Bitton sur son film "Rachel".

  • permalien Nathan :
    25 octobre 2009 @16h23   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Un mini-Gaza aujourd’hui à Bagdad. Un double attentat islamiste à tué 150 civils et fait près de mille blessés, soit 1/5ème de ce que l’armée israélienne a mis 17 jours à produire avec ses F16, ses hélicoptères Apache, ses bombes au phosphore, ses tanks Merkava et ses fantassins. Et il ne se trouvera pas un(e) seul (e) sur ce blog pour avoir le courage d’appeler ça un crime. Tout ce qu’on entend ici, c’est un grand silence complice.

  • permalien Tête d’épingle :
    25 octobre 2009 @16h42   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Ça pour sûr, c’est le droit des terroristes à se défendre. (Puis bon, s’il n’y a pas de Juifs à blâmer, le jeu n’en vaut pas la chandelle...)

    Bon allez, je vais être sympa pour une fois, un petit article sur Al Jazeera English sur ce que les Pakistanais ressentent par rapport aux attentats islamistes. Pour l’Irak, il faudra certainement prendre cette réaction et la multiplier par mille...

  • permalien Jeff :
    25 octobre 2009 @17h10   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Nathan

    Dénoncer les attentats en Irak, c’est très bien. Mais ensuite, on fait quoi pour y remédier ? Qui faut-il juger ? Qu’est-ce qui rétablira la paix dans ce pays ? Qui doit partir ?

    Si vous avez une solution, n’hésitez pas à la présenter.

    Concernant le conflit israélo-palestinien, les solutions existent et sont discutées depuis longtemps sur ce blog. Mais montrer du doigt les crimes qui se déroulent dans d’autres pays arabes en les comparant cyniquement avec Gaza n’en est pas une.

  • permalien Ph. Arnaud :
    25 octobre 2009 @17h38   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Nathan (message de 16 h 23)

    Il n’y aurait pas d’attentats à Bagdad s’il n’y avait pas eu d’invasion américaine…

  • permalien Karim :
    25 octobre 2009 @17h39   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Monsieur Alain Gresh

    Pour revenir au sujet initial, la réaction complaisante que suscite Ben Ali en France n’est-elle pas ausi liée à une autre explication, l’imaginaire colonial qui persiste en France ? Celui qui faisait dire à Jacques Chirac à propos des arabes que le premier droit de l’homme est celui de manger ?

    Pour certains responsables politiques et diplomatiques français, les Arabes ne peuvent pas vraiment vivre en démocratie, ils ont besoin d’un "régime à poigne" ( dixit Chevènement sur l’Irak). D’ailleurs, l’équation qui est posée sans aucune discussion est "soit un dirigeant autoritaire supposément laïque soit les islamistes". Sans discuter le fait précisément que l’autoritarisme tunisien contrôle la religion en la finançant et que les islamistes ne sont peut être pas si puissants que ça (difficile de juger avec des élections à 99%...)

    N’oublions pas il n’y a pas si longtemps le soutien quasi-unanime en France pour Saddam Hussein, boucher certes mais "laïque", pour les généraux algériens, kleptocrates sanguinaires mais "laïques", et aujourd’hui pour Moubarak ou Ben Ali, un peu dictateurs mais oh combien "rassurants" pour les investisseurs et le Quai d’Orsay...

  • permalien une bille :
    25 octobre 2009 @17h40   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Nathan : Tout ce qu’on entend ici, c’est un grand silence complice.

    Il se chuchote dans les couloirs du palais que la France serait en guerre... le saviez-vous ?

    Officiellement, il n’y a plus de guerre... Comment les citoyens sont bernés

  • permalien Nathan :
    25 octobre 2009 @18h04   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Je signale à Ph. Arnaud que 1. Les Américains ont annoncé leur départ d’Irak et que ce genre d’attentat aveugle aura pour conséquence non pas de les faire partir plus vite mais de les faire rester plus longtemps. 2. Les attentats n’ont pour ainsi dire fait que des victimes civiles. Le seul objectif de ceux qui l’ont commis est de plonger le pays dans le chaos, comme on le constate également au Pakistan et en Afghanistan. Ces gens-là n’ont aucun autre objectif politique sinon celui d’imposer une dictature féroce. Rappelons que les victimes sont des musulmans comme quoi l’amour immodéré de Ph. Arnaud pour tout ce qui touche à l’islam a manifestement des limites. Comme il a coutume de le dire avec beaucoup d’élégance : "Je m’asseois dessus".

  • permalien une bille :
    25 octobre 2009 @18h50   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @Nathan, permettez-moi, pour une fois d’abonder dans votre sens quant aux résultats des attentas en Irak.

    Vous faites très justement remarquer que :
    - ces attentats ne touchent que des civils
    - ils ont pour résultats de retenir les troupes de la coalition.

    Notre accord s’arrête là, car je me refuse comme vous de schématiser comme vous le faite en zaméricains et en zarabes.

    Voici pourquoi : Vous ne le savez peut-être pas mais il y a un très gros différent qui sépare le général Petraeus et Obama. Ce différent ne date pas d’hiers, ça a commencé quand le sénateur de l’Illinois pilonnais le "surge" de Petraeus en Irak.

    Ce pilonnage s’est fait de façon très subtile. Obama a bien insisté sur le fait que ce n’était pas Petraeus qui était responsable, mais celui qui lui avait donné des ordres. Quand on sait que Petraeus est un des membre les plus influent du complexe militaro-industriel, et que la responsabilité réelle dans la prise de décision de Bush, a atteint son sommet au moment de mâcher son bretzel, ce rappel à l’obéissance du sénateur est aussi un rappel aux principes démocratique.

    Aujourd’hui, Obama est président et Petraeus en bon stratège s’est mis à couvert, envoyant son estafette McCrystal avec une boite de bretzel.

    L’intérêt du complexe militaro-industriel c’est de développer un sentiment d’insécurité, en Afhanistan et en Irak, pour relancer le "buiseness". Il n’est pas difficile de comprendre qu’en privé le discours tenu à Petraeus par Obama, après l’échec de ces derniers 8 mois, est du même accabi que celui qu’il avait tenu pour le surge d’Irak.

  • permalien Jean-Marie :
    25 octobre 2009 @19h10   « »
    @ Monsieur Gresh

    Merci de m’avoir répondu

    Donc Numide est un menteur ?

    Je vous prie de bien vouloir m’excuser, SVP

    Je n’ai pas voulu dire que vous calomniez, en évoquant maladroitement la célèbre formule mais que vous affirmiez étrangement une chose, alors qu’un Tunisien sur place affirme le contraire.

    C’est surprenant, mais c’est nettement moins grave et fondamental que "les deux tiers des états présents" qui m’interrogent toujours et m’inquiètent , y compris sur la connaissance de vos lecteurs sur ce point "essentiel de chez Essentiel" pour nos amis palestiniens et la paix au moins du Moyen-Orient, sinon du monde musulman, voire de la planète Terre..

  • permalien Gilles :
    25 octobre 2009 @19h41   « »
    So what ?

    Oui, Ben Ali est un dictateur à l’aune des instruments de mesure occidentaux.

    Allez, continuez à chercher dans le coin, il y a d’autres dictateurs - et bien pires - dont votre blog n’a pas trop parlé, ou bien pas très fort.

    Allez, je vous donne quelques pistes pour vos prochains articles : Khadafi, Bouteflicka, et surtout, le pire de tous : Omar El-Béchir.

  • permalien Ph. Arnaud :
    25 octobre 2009 @19h45   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Nathan (message de 18 h 04)

    Les Américains portent l’entière responsabilité des attentats en Irak. Ils ont démantelé l’Etat, licencié massivement l’armée et la police (même s’ils ont essayé de rattraper le coup après, le mal était irrémédiable). Ils ont décrédibilisé et ridiculisé le gouvernement irakien en le traitant en marionnette…

    Ils ont monté les communautés (chiites, sunnites, kurdes) les unes contre les autres, selon le bon principe de « diviser pour régner ». Ils ont d’abord appuyé les chiites, puis ont encouragé les « purifications ethniques » à l’intérieur de Bagdad et des grandes villes. Ils ont, ensuite, armé à gogo les sunnites et les ont payés pour lutter contre Al Qaida. L’anarchie, les morts et les attentats en Irak leur sont imputables à 100 %.

  • permalien Ph. Arnaud :
    25 octobre 2009 @20h08   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Gilles

    Vous dites : « Allez, continuez à chercher dans le coin, il y a d’autres dictateurs - et bien pires - dont votre blog n’a pas trop parlé, ou bien pas très fort. Allez, je vous donne quelques pistes pour vos prochains articles : Khadafi, Bouteflika, et surtout, le pire de tous : Omar El-Béchir ».

    Aucun intérêt. Votre propos, en effet, n’est pas de vous en prendre à des dictateurs, comme vous le prétendez, mais à des dirigeants de pays que les Occidentaux considèrent comme leurs bêtes noires…

  • permalien Hannibal :
    25 octobre 2009 @20h10   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Franchement, pour une fois qu’il y ait un forum sur la Tunisie, est-ce que les obsédés du conflit israelo-palestinien qui veulent absolument tout ramener à ce sujet ne peuvent pas aller blogger sur les multiples entrées qui concerne cette tragédie ou au moins essayer de relier ces deux sujet - je suppose que les Hasbaras sont payés en fonction du nombre de postes qu’ils produisent et c’est vrai que la vie est de plus en plus chère, alors voici quelques propositions : le bombardement du QG de l’OPL à Hammam Lif par les Israeliens (85 morts dont presque tous des civils tunisiens), l’assasinat de Abu Jihad et de Abu Iyad etc. Vous voyez, les sujets ne manquent pas.

  • permalien Jeff :
    25 octobre 2009 @20h21   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Gilles

    Bien évidemment que les dictateurs ne manquent pas.

    Mais ce que l’article souligne, c’est la complaisance et le "deux poids deux mesures" de la diplomatie française vis-à-vis de certains pays.

    - Satisfécit général quant il s’agit de la Tunisie (on ferme les yeux sur les atteintes à la liberté d’expression).

    - Méfiance quant il s’agit de l’Iran par exemple.

    Ou pire : diabolisation du Vénézuela qui, "à l’aune des instruments de mesure occidentaux" comme vous dîtes, est pourtant une démocratie.

  • permalien K. :
    25 octobre 2009 @20h28   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    - Pour rappel, le rapport “top-secret”, révélé par Bob Woodward du New York Times, concernant les objectifs Américains devant guider tous les départements et agences du gouvernement, signé par le Président George W. Bush le 29 août 2002 et intitulé "Irak : Buts, objectifs et stratégie,"

    Buts : Libérer l’Irak afin d’éliminer les armes de destruction massive irakiennes, leurs modes de livraison et les programmes associés, empêcher l’Irak de sortir de la retenue et de devenir une menace plus dangereuse pour la région et au-delà. Terminer les menaces irakiennes envers ses voisins, cesser la tyrannie du gouvernement irakien envers sa propre population, couper les liens irakiens avec le patronage du terrorisme international, maintenir l’unité de l’Irak et son intégrité territoriale. Libérer les irakiens de la tyrannie, et les aider en créant une société basée sur la modération, le pluralisme et la démocratie….

    Objectifs : conduire la politique d’une manière qui réduit au minimum la possibilité d’une attaque par des armes de destruction massive contre les Etats-Unis, les équipes Américaines sur le terrain, nos alliés et nos amis. Réduire au minimum le danger des instabilités régionales. Décourager l’Iran et la Syrie d’aider l’Irak. Et réduire au minimum la rupture de pétrole sur les marchés internationaux. »

    Source : Mark Danner : Iraq : The War of the Imagination ; The New York Review of Books, Volume 53, Number 20 · December 21, 2006.

    Pour une traduction française substantielle de cet article (et accessoirement pour se rendre compte de l’ineptie des arguments du hasbariste de service) voir à partir d’ici.

    - On va expliquer à Gilles : Contrairement à ce qui est pour Ben Ali, il n’y a pas un jour qui passe sans que Khadafi et Bachir soient très abondamment dénoncés par pratiquement tous les journaux de référence occidentaux. Bouteflika l’est de moins en moins parce qu’il se “modère” de plus en plus, ce dont selon toute vraisemblance vous ne semblez pas au courant puisque vous n’avez pas proposer de dénoncer les “modérés” Moubarak d’Egypte ou Abdallah d’Arabie Saoudite.

    Je vous rappelle un des objectifs déclarés de ce blog :

    Essayer de faire passer une autre information

  • permalien Yvan :
    25 octobre 2009 @20h40   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Les juifs tunisiens soutiennent Ben Ali

    L’Association des Juifs de Tunisie en France, basée à Paris, vient d’exprimer son soutien à la candidature du président Zine El Abidine Ben Ali à l’élection présidentielle du 25 octobre 2009, en sa qualité de meilleur garant de la poursuite de la politique de tolérance menée en Tunisie et afin que la Tunisie progresse davantage et demeure, à jamais, un havre de paix et de prospérité.

  • permalien K. :
    25 octobre 2009 @21h22   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Pour info,

    ..un éditorial du Washington Post inspiré par cette question d’un lecteur :

    « Pourquoi est-il O.K. de s’endetter pour financer les guerres, mais pas pour payer pour les soins de santé ? »

  • permalien Murmure :
    25 octobre 2009 @21h34   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Des fois, c’est comme même fort, en mauvaise foi !

    A chaque fois, que l’occasion se présente les médias occidentaux (à l’exception de quelques uns à l’image du timoré Sfeir et sa cohorte) tombent à bras raccourcis sur le régime tunisien. Les droits de l’homme en particulier.

    Lors d’une visite officielle à Paris ou Élection comme ces jours-ci.

    Non, on ne l’a jamais ménagé.

    Regardez dans Google actualité, 203 articles : “Mascarade” et “farce” deux mots qui reviennent quasiment dans tous les articles, sous cette forme ou une autre.

    Toutes les deux semaines, peut être un peu plus. On a droit à Ben Sedrine qui se lamente sur France 24 au lieu de descendre militer dans la rue tunisienne. Non ! Madame préfère les plateaux-télé occidentaux. C’est tellement porteur.

    Et puis de quel droit la France, qui n’a aucun contentieux avec la Tunisie, va t-elle en faire son ennemie et vice versa.

    Libérer encore une fois le peuple tunisien ?

    Ce serait L’indépendance n°2 !

    Non ! mes des fois qu’est ce qu’il ne faudrait pas lire !

  • permalien saintyves :
    25 octobre 2009 @23h32   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Lire "Maha Chtourou" au lieux de "Maha Chatour"

  • permalien une bille :
    26 octobre 2009 @07h46   « »
    Je t’aime encore plus quand tu n’es pas là... ♫

    Le Président Zine El Abidine Ben Ali :

    - Nombre de voix à l’échelle nationale : 3.964.157
    - Pourcentage : 89,28%
    - Nombre de voix au niveau des centres de vote à l’étranger : 274.554
    - Pourcentage : 94,85%
    - Total des voix : 4.238.711
    - Pourcentage global : 89,62%

    Soit 10,38% d’opposants, d’analphabètes, de non-voyants et d’étourdis.

  • permalien Murmure :
    26 octobre 2009 @08h38   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A une bille :

    Soit 10,38% d’opposants, d’analphabètes, de non-voyants et d’étourdis

    Ou :

    Samira, professeur dans un Institut supérieur de gestion :

    « Longtemps, les Tunisiens ont accepté de sacrifier leurs libertés sur l’autel du niveau de vie »

    Ou

    Le vide sidéral d’un réel leader politique.

  • permalien gloc :
    26 octobre 2009 @08h45   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Jean-Marie : "Donc Numide est un menteur ?"

    Dommage Jean-Marie que vous passiez directement à la conclusion de votre réflexion sans nous faire connaitre ni thèse si antithèse.

    Je ne vous cache pas que pour ma part , en employant votre procédé, la conclusion est "donc le régime tunisien est liberticide".

    Pour vous aider a aboutir à cette conclusion, je vous fais part d’un article de wipikedia spécialement dédié à la censure en Tunisie.

  • permalien Karim :
    26 octobre 2009 @09h21   « »
    A P.Arnaud

    Ils ont monté les communautés (chiites, sunnites, kurdes) les unes contre les autres, selon le bon principe de « diviser pour régner ». Ils ont d’abord appuyé les chiites, puis ont encouragé les « purifications ethniques » à l’intérieur de Bagdad et des grandes villes. Ils ont, ensuite, armé à gogo les sunnites et les ont payés pour lutter contre Al Qaida. L’anarchie, les morts et les attentats en Irak leur sont imputables à 100 %.

    Venant du Moyen-orient, je peux vous dire que vous semblez sous-estimer la haine délirante que vouent les sunnites wahabbites aux "hérétiques" chiites.
    L’Arabie Saoudite et les familles régnantes du Golfe ont fait monter un climat de détestation, de négation et d’appel au meurtre contre les chiites qui a eu des conséquences lourdes, que ce soit les massacres anti-chiites en Irak depuis 2003- qui ont entraîné une réponse barbare, mais prévisible- ou la diabolisation de l’Iran et du Hezbollah.

    Les affrontements sectaires au Liban doivent ainsi beaucoup à l’action saoudienne et au mouvement de Saad Hariri.
    N’oubliez pas aussi qu’une partie importante des kamikazes anti-chiites en Irak venait d’Arabie Saoudite et que les groupes sunnites sectaires étaient/sont toujours financés par le biais de réseaux wahabbites ou FM (association des Oulémas d’Irak par exemple). Les Etats-Unis utilisent cette réalité - par exemple vis à vis de l’Iran ou du Hezbollah- mais ne l’ont pas créée.

    Cordialement

  • permalien Karim :
    26 octobre 2009 @09h24   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A chaque fois, que l’occasion se présente les médias occidentaux (à l’exception de quelques uns à l’image du timoré Sfeir et sa cohorte) tombent à bras raccourcis sur le régime tunisien. Les droits de l’homme en particulier.

    Lors d’une visite officielle à Paris ou Élection comme ces jours-ci.

    Non, on ne l’a jamais ménagé.

    On ne peut pas dire que les dictateurs pro-occidentaux du monde arabe soient diabolisés en France. Même si je vous accorde que Ben Ali est relativement bénin en termes de massacres, de répression et de terreur comparé aux dirigeants saoudiens, soudanais, libyens ou algériens qui sont nos "grands amis".

  • permalien Laurent :
    26 octobre 2009 @09h48   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Je m’étais fait cette réflexion il y a environ 5 ans de cela. Encore étudiant et revenant d’un stage en Tunisie, je devais préparé un exposé je crois, et j’étais tombé sur les cahiers de l’orient surpris de voir qu’une revue pouvait relayer ainsi la propagande du régime (ça commençait sur la fibre sociale Ben Ali). Bref, autant dire que la revue a fini direct à la poubelle. Plus tard j’ai vu Antoine Sfeir faire régulièrement l’apologie de la Tunisie notamment dans l’émission C dans l’air.
    Vous apportez un éclairage à ce curieux phénomène : le régime achète ces revues mais est-ce la seule explication ? Quelle proximité idéologique, politique existe-t-il entre le régime et cette revue ?

  • permalien Murmure :
    26 octobre 2009 @09h51   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    On ne peut pas dire que les dictateurs pro-occidentaux du monde arabe soient diabolisés en France.

    Pour cause, je parle juste de la Tunisie, Militairement insignifiant, position géostratégique dans le grand jeu, tout aussi insignifiant.

    Même si je vous accorde que Ben Ali est relativement bénin en termes de massacres

    Je n’ai jamais écrit que c’était bénin, c’est assez important pour le dénoncer à hauteur d’homme.

  • permalien deMontigny :
    26 octobre 2009 @13h38   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Administration

    J’ai posté un lien vers un site nommé Géostratégie.com hier. Ce matin j’ouvre le blog et mon message ainsi que mon lien ont été enlevés. Je peux en connaître la raison.

  • permalien Orangerouge :
    26 octobre 2009 @15h02   « »
    Communautarisme et microcommunautarisme

    "L’Association des Juifs de Tunisie en France" soutient Ben Ali... (post de Yann 20h40)

    Ils représentent combien de personnes ces gens là, par rapport à la population tunisienne ou par rapport à la population française ?

    Mais peut-être, puisqu’un journaliste en parle, certains d’entre eux, représentent-ils un pouvoir économique ...

  • permalien Ph. Arnaud :
    26 octobre 2009 @15h46   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Karim (message de 9 h 21)

    Par rapport au christianisme, l’Islam a six siècles de moins. Mutatis mutandis, l’Islam se trouve donc, comme être collectif, au stade où se trouvait le christianisme au début du XVe siècle, au moment du Grand Schisme, avant la révolte hussite, et, bien entendu, avant la Réforme.

    Peut-être allez-vous répondre que le schisme sunnisme/chiisme est bien antérieur, dans le temps (relativement et absolument), a ce que fut la Réforme dans le monde chrétien (qui est un phénomène récent). Néanmoins, au moins en valeur numérique, l’affrontement entre le catholicisme et le protestantisme, en Europe occidentale, a eu lieu entre des blocs bien plus équilibrés qu’au sein de l’Islam.

    Du coup, dans l’Europe moyenne (c’est-à-dire excluant la Scandinavie protestante et les péninsules et îles méditerranéennes catholiques), l’affrontement a davantage lassé les protagonistes, et a sans doute, par son acharnement même, contribué au mouvement de déchristianisation du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, on présente, en Europe de l’ouest, les musulmans comme des barbares parce qu’ils s’étripent pour des causes qui laissent de marbre les Européens chrétiens.

    Mais les musulmans pourraient rétorquer que cette « tolérance », que cette « modération », ne sont que l’autre face de l’exténuation du christianisme, de la perte de son élan, qui se traduit, par exemple, par une désertification des églises, par un tarissement des séminaires et, conséquence de tout cela, par un âge moyen des prêtres approchant plutôt les 75 ans…

    Il y a une cinquantaine d’années, avant le concile (attention ! je n’en rends pas le concile responsable), le sentiment anti protestant et même anti juif (pas antisémite) était encore fortement enraciné parmi les catholiques (et pas seulement parmi les clercs). L’affaire Finaly venait juste d’en témoigner. Mais, d’un autre côté, les églises étaient pleines et une paroisse correspondait, en gros, à un ou deux villages (alors qu’aujourd’hui, cela tournerait plutôt autour de 15 ou 20). Dans les années 1950, dans mon village de l’Allier, le curé avait en charge trois villages. En 2009, ce vil-lage est au sein d’une paroisse regroupant… 27 villages !

    Je ne regrette pas ce temps-là, sauf peut-être par la disparition d’un élément de sociabilité (au même titre que la poste ou un certain nombre de bistrots - qui ne concerne d’ailleurs pas que les campagnes). L’agressivité d’une institution me paraît aller de pair avec sa vitalité…

    Cordialement

  • permalien Yvan :
    26 octobre 2009 @15h52   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @Orangerouge :
    C’est dans l’article :

    Les juifs de Tunisie ont constitué pendant des siècles l’une des plus anciennes communautés de la diaspora, jouant un rôle de carrefour, attirant et assimilant les apports ethniques de tous les horizons. La population juive de Tunisie se réduit à quelque 3 000 âmes à l’heure actuelle. Les originaires de ce pays se sont dirigés les uns vers Israël (50 000), les autres vers la France (35 000). Partagés entre ces deux pays où ils se sont donnés une nouvelle vie, ils sont restés liés à la Tunisie par 2000 ans d’histoire.

    C’est tout le grand sud tunisien (Djerba compris).

  • permalien gloc :
    26 octobre 2009 @16h10   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Aujourd’hui, on présente, en Europe de l’ouest, les musulmans comme des barbares parce qu’ils s’étripent pour des causes qui laissent de marbre les Européens chrétiens.

    Radovan Karadžić se prétendait poête... lui aussi... et pas que de marbre !

  • permalien Sakhra :
    26 octobre 2009 @16h18   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Orangerouge,

    L’association des Juifs tunisiens était présidée( elle l’est peut-être encore) par le milliardaire Pierre Besnaînou, français, originaire de Tunisie,qui est aujourd’hui Président du Congrès mondial Juif.C’est un intime de Ben Ali.

    C’est ce même Besnaînou , qui avait financé , le site proche.orient.info, un relais de la politique israélienne, et où "sévissaient" les "mercenaires intellectuels" comme Sfeir, entre autres.

  • permalien Nathan :
    26 octobre 2009 @17h01   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    C’est très symptomatique. On insiste ici lourdement sur le soutien des juifs tunisiens (de l’extérieur) à Ben Ali mais on ne parle pas du plébiscite de 90% de Tunisiens (non-juifs, eux) à Ben Ali. Au lieu d’analyser les causes de ce vote massif (et de l’absence de démocratie en Tunisie ainsi que dans tous les pays arabes), on préfère s’en prendre à l’inévitable bouc émissaire, qui dans le contexte tunisien ne représente strictement rien. Mais balayez devant vos portes au lieu de vous en prendre à d’autres !

    Sans doute que les juifs tunisiens préfèrent tout simplement Ben Ali à la peste islamiste (qui a commis l’attentat contre la synagogue de Djerba).

  • permalien gloc :
    26 octobre 2009 @17h51   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    l’attentat contre la synagogue de Djerba

    C’est à ce genre de détail que les trolls se trahissent.

    Il y a rien qu’à Djerba une dizaine de synagogues parmi les plus anciennes du judaïsme.

  • permalien Murmure :
    26 octobre 2009 @18h01   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Orangerouge :

    Mais peut-être, puisqu’un journaliste en parle, certains d’entre eux, représentent-ils un pouvoir économique ...

    Aucun, ni economique ni autre... Ils vivent en harmonie avec les tunisiens, ils sont tunisiens avant d’être juifs, comme c’est le cas depuis des lustres.

    L’economie est dans les mains d’autres protagonistes... Et c’est tout une autre histoire...

  • permalien Sakhra :
    26 octobre 2009 @19h21   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    "Le Monde, accusé "d’appel au meurtre " en Tunisie : pas moins !

    http://www.lemonde.fr/afrique/react...

  • permalien K. :
    26 octobre 2009 @19h54   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Sans doute que les juifs tunisiens préfèrent tout simplement Ben Ali à la peste islamiste (qui a commis l’attentat contre la [sic] synagogue de Djerba).

    La grossière hasbara des sionistes primaires veut absolument convaincre qu’il n’y a d’autre choix pour les Arabes que la moins pire : la dictature sinon les “islamistes”. Il ne faut surtout pas envisager que les Arabes puissent mériter mieux que, et Ben Ali et les “Islamistes”. Si vous ne tenez pas un arabe en laisse c’est pillage, viols et meurtres assurés.

    L’infiniment grossier argumentaire sioniste veut absolument convaincre que les “islamistes” forment un bloc monolithique, occultant par exemple que l’actuel gouvernement turc est composé essentiellement d’anciens islamistes qui n’ont rien à voir avec l’idéologie de AQ.

  • permalien Nathan :
    26 octobre 2009 @20h33   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    En ce qui me concerne, l’islam politique, c’est-à-dire la politisation de l’islam, c’est de l’islamisme, point barre. Le reste est une différence de degré, pas de nature.

    Et en effet, dans les pays arabes, il n’existe souvent pas d’autre alternative que la dictature (militaire, féodale etc) ou l’islamisme. L’Algérie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite en sont de bons exemples.

    Le hasbariste de service trouve aussi que même sur ce sujet, pourtant fort éloigné de ses préoccupations, on parvient encore à impliquer de méchants juifs (très riches, bien sûr) alors qu’il n’en reste quasiment plus en Tunisie. On a réussi à rendre la Tunisie Judenrein alors que les juifs y vivaient bien avant que Mohammed ne soit né. Ça devrait vous suffire. Apparemment, non. Le hasbariste de service se demande quand K. et les siens vont se décider à balayer devant leur porte au lieu de faire porter le chapeau aux autres de tous les malheurs qui leur arrivent.

  • permalien K. :
    26 octobre 2009 @20h42   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    ...les gouvernants autoritaires (..) semblent si soucieux de conserver [le pouvoir] que l’on peut envisager les politiques de libéralisation plutôt comme une restructuration de l’autoritarisme que comme la première étape d’une transition vers la démocratie. Ceci nous invite à reporter notre intérêt sur l’autoritarisme et son organisation. C’est clairement ce que propose l’ouvrage de Michel Camau et Vincent Geisser [Michel Camau et Vincent Geisser. Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali].

    L’autoritarisme n’est pas, au demeurant, une espèce politique particulière : si l’on observe (..) les régimes du monde arabe – on s’aperçoit que la quasi-totalité de ces derniers possède les mêmes institutions politiques que les régimes démocratiques, c’est-à-dire des institutions constitutionnelles représentatives. De ce point de vue, l’autoritarisme semble un mode d’organisation des institutions représentatives plutôt qu’une organisation propre, possédant sa propre logique institutionnelle.

    (..) Ceci tient, pour l’essentiel, à la manipulation du vote et à la présence d’un parti, sinon unique, du moins dominant ou, dans certains cas, à l’absence de parti dominant avec une manipulation du vote destinée à produire une forte fragmentation de la représentation. Il s’agit, dans l’un ou l’autre cas, de faire en sorte que les opposants ne puissent pas constituer une majorité alternative, à même de s’opposer politiquement aux gouvernants.

    De ce point de vue, le développement de la société civile apparaît bien différent de la mise en place d’un contrepoids. Au contraire, il témoigne de la reconversion dans l’action civile des opposants, c’est-à-dire de leur volonté – formée en faisant de nécessité vertu – de ne jouer un rôle public qu’à l’intérieur de la légalité des régimes.

    (..) Quoi qu’il en soit, [ce choix des opposants] témoigne non pas d’une fragilisation, mais d’une évidente consolidation des régimes qui, après avoir réussi à éliminer leurs opposants résolus, peuvent envisager d’accepter une libéralisation dans laquelle les moins mutins d’entre eux occuperaient une place reconnue.

    Ce qu’il nous faut donc penser, comme le souligne ici Michel Camau, c’est bel et bien la consolidation de l’autoritarisme dans une forme alliant l’assurance de son renouvellement à l’apparence de son aggiornamento. Cette apparence, au demeurant, n’est pas dénuée de réalité, puisque les régimes autoritaires procèdent effectivement à des transformations – se modernisent en quelque sorte – mais dans le seul but d’augmenter leur efficacité compte tenu des circonstances.

  • permalien Ph. Arnaud :
    26 octobre 2009 @20h56   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A Nathan

    Pourquoi employez-vous, à propos de la Tunisie, cette expression de « Judenrein », qui fleure son nazi à dix kilomètres ? Pouvez-vous mentionner les documents – lois, décrets – attestant, chez les Tunisiens, la volonté de traiter les juifs comme les nazis les ont traités ? Où sont les documents doctrinaux – équivalents à « Mein Kampf » - sur lesquels s’appuie cette volonté ?

    Je suppose que les juifs qui vivent encore en Tunisie croupissent dans des camps de concentration (dont je vous saurais gré de m’indiquer les lieux et les emplacements), ou, à tout le moins, qu’ils ont été assujettis à des mesures discriminatoires et vexatoires, comme l’interdiction du droit de vote, l’interdiction de fréquenter des lieux publics, la privation du droit de vote ou des interdictions professionnelles (des « Berufsverbote », pour employer votre expression).

    J’espère au moins qu’ils sont astreints au port de l’étoile jaune…

  • permalien K. :
    26 octobre 2009 @20h58   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Concernant l’ouvrage de Michel Camau et Vincent Geisser :

    Le lecteur constatera que les conclusions de [l]’approche [de l’autoritarisme par l’ouvrage] laissent hélas peu de place à l’optimisme. Faute de résurrection de la société civile, la Tunisie resterait figée dans un autoritarisme que conforte, à l’intérieur comme à l’extérieur, la lutte contre l’islamisme.

  • permalien K. :
    26 octobre 2009 @21h25   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Pourquoi les régimes autoritaires arabes sont-ils appréciés par les régimes occidentaux ? L’exemple de la Tunisie (lien aujourd’hui désactivé) :

    La référence démocratique du régime est généralement imputée à des considérations tactiques. Néanmoins, elle revêt une dimension stratégique, voire géostratégique, liée à la politique de libéralisation économique.

    La Tunisie a été le premier pays tiers-méditerranéen à passer avec l’Union européenne un accord de libre échange, en juillet 1995, à la veille de la Conférence de Barcelone. Celui-ci, entré en vigueur en janvier 1996, prévoit la suppression progressive des protections douanières. (..)

    Dans ce contexte, pour relever le défi de la compétitivité et des gains de productivité, le gouvernement tunisien est engagé, avec l’UE et le soutien d’organismes tels que la Banque mondiale, dans des programmes de mise à niveau concernant les entreprises et l’administration… Mise à niveau démocratique du régime ? La question mérite d’être posée dans la mesure où le scénario sous-jacent au projet euro-méditerranéen ne manque pas d’ambiguïté à cet égard.

    .. l’Union européenne (..) est encline à considérer que l’ouverture des marchés et le contrôle des flux migratoires passent par la stabilité politique. De la libéralisation économique, elle attend sans doute la démocratisation, mais sur le long terme. À défaut d’alternatives crédibles ou souhaitables, les gouvernements en place demeureraient, quoi qu’on en pense, des partenaires incontournables. Ils seraient suffisamment stables et pragmatiques pour permettre à leurs sociétés de faire face, sans secousses ni coûts majeurs, au démantèlement des dispositifs de protection des marchés. Une fois franchi le seuil critique de la réforme, la libération des initiatives sociales par les avancées de l’économie de marché favoriserait une redistribution des cartes du jeu politique.

    Cette approche relève, par certains aspects, du pari : pari sur les conditions de réalisation de la libéralisation économique, pari sur ses effets d’entraînement dans la sphère politique. Elle fait l’impasse sur les possibilités d’adaptation de l’autoritarisme à la libéralisation et, partant, sur les manipulations du marché par l’État dans le cadre d’une consolidation autoritaire.

  • permalien K. :
    26 octobre 2009 @22h59   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Le représentant de l’Association algérienne de lutte contre la corruption, Djilali Hadjadj, met en exergue les complicités des responsables algériens avec les pays du Nord. L’Algérie n’a pas de relations économiques avec les dix pays les mieux classés de l’Indice de perception de la corruption (IPC).

  • permalien Jean-Marie :
    27 octobre 2009 @07h02   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Ayant pas mal dérangé au sein de l’Educastration nationale, je sais que bien lire est une chose peu répandue à cause de cette foutue méthode syllabique ou la fausse globale.

    Ma question impliquant Numide , vous deviez la lire , c’est à dire comprendre, ainsi

    "Numide a-t-il menti en disant qu’il venait d’acheter le Monde en Tunisie , alors que M. Gresh écrit qu’il est interdit d’entrer ?".

    Un point c’est tout

    A part çà, vu les réactions ci-dessus, comment mettre "hors d’état de nuire", pas physiquement évidemment, tous les Antoine Sfeir français, en particulier quand on parle du Moyen-Orient ?

    Les points de vue contradictoires enrichissent théoriquement la réflexion, mais seulement quand ils sont honnêtes et pas contraires à l’évidence ou "financés"

  • permalien gloc :
    27 octobre 2009 @07h26   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    « Le Monde diplomatique ont été officiellement informés qu’ils ne seraient plus distribués jusqu’à nouvel ordre en Tunisie. » A. Gresh

    Jean Marie : « je sais que bien lire est une chose peu répandue à cause de cette foutue méthode syllabique ou la fausse globale. »

    ... ce n’est pas une excuse.

    A aucun moment A. Gresh n’a fait allusion aux mensonges de qui que ce soit. Le fait qu’un journal ne soit pas distribué ne signifie pas qu’il ne soit pas en vente dans le pays. Ce n’est pas parce que les Tunisiens sont inderdits de "Monde Diplomatique" et de plages à touristes, que les riches clients de la boutique Tunisie sont privés de leur confort.

  • permalien Murmure :
    27 octobre 2009 @09h56   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Nicolas Sarkozy a appelé au téléphone son homologue tunisien Zine El Abidine Ben Ali pour lui adresser "ses plus vives félicitations à l’occasion de sa réélection" pour un cinquième mandat, a-t-on appris lundi de source officielle à Tunis. Le président français lui a "souhaité succès et réussite" et à la Tunisie "davantage de progrès et de prospérité".

    L’administration américaine a, elle, fait part de sa préoccupation quant à l’équité de l’élection présidentielle.

    "Le gouvernement de Tunisie n’a pas autorisé une surveillance internationale de l’élection (...) A notre connaissance, aucune autorisation n’a été accordée à aucun observateur international crédible", a déclaré le porte-parole du département d’Etat Ian Kelly, précisant toutefois que Washington était prêt à travailler avec les autorités tunisiennes.

    Et vlan... !

    A t’il des petits souliers ?

  • permalien Sébastien :
    27 octobre 2009 @12h13   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Pardonnez mon ignorence, mais peut-on m’indiquer les relations entre la Tunisie de ben Ali et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, et le nombre de résolutions de ce même conseil condamnant le régime tunisien.

  • permalien Sébastien :
    27 octobre 2009 @12h21   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Bon la Tunisie a déja siégé au Conseil des droits de l’hommes de l’ONU, c’était entre 2006 et 2007.

  • permalien Murmure :
    27 octobre 2009 @13h21   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Qu’en est-il de la probité de Madame Florence Beaugé et du “Le Monde” quand il s’agit de l’Algérie.

  • permalien Mike :
    27 octobre 2009 @14h36   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Certes la Tunisie est un simulacre de démocratie, le Maroc, la Lybie, l’Egypte, la plupart des pays africains également, et ne parlons pas de l’Arabie Saoudite, des Emirats etc. mais quels sont aujourd’hui les pays qui peuvent se vanter d’être de vraies démocratie ? L’Islande, la Suisse, les pays progressistes d’Amérique du sud peut être ? Mais certainement pas les USA, l’UE, la Russie, la Chine, Israël ! C’est facile et franchement malhonnête de stigmatiser des pays que l’Europe a pillé, et continue de le faire par des régimes néocoloniaux mis en place par l’Occident pour défendre leurs intérêts et s’assurer le contrôle de leurs ressources naturelles quand ils en ont. On notera en outre que ce sont toujours les mêmes que l’on fustige, à savoir des pays musulmans que l’Occident ne cesse de dépouiller depuis au moins deux siècles et de leur mener une guerre de civilisation basée sur des préjugés racistes, au mépris des faits historiques.

  • permalien Jean-Marie :
    27 octobre 2009 @18h01   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    • «  je sais que bien lire est une chose peu répandue à cause de cette foutue méthode syllabique ou la fausse globale. »

    ... ce n’est pas une excuse.

    Pourquoi refusez-vous, gloc, que je vous trouve charitablement une excuse ?

    « A aucun moment A. Gresh n’a fait allusion aux mensonges de qui que ce soit »

    Ai-je écrit qu’il l’avait fait ?

    J’ignorais qu’un journal (aussi bas soit-il descendu), pouvait être non distribué dans un pays et néanmoins vendu dans ce même pays. Son « interdit d’entrée », ou votre « non distribué » ne signifie donc pas par conséquent non achetable et non vendu ?

    Mille excuses encore à M. Gresh alors.

    NB. Nous avons un contentieux bien plus sérieux et conséquent que çà ; je ne voudrais surtout pas en ajouter un autre non valable.

  • permalien Jean-Marie :
    27 octobre 2009 @18h29   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    " je sais que bien lire est une chose peu répandue à cause de cette foutue méthode syllabique ou la fausse globale. »...

    ce n’est pas une excuse.

    Pourquoi refusez-vous que je vous trouve charitablement une excuse ?

    « A aucun moment A. Gresh n’a fait allusion aux mensonges de qui que ce soit »

    Ai-je écrit qu’il l’avait fait ?

    J’ignorais qu’un journal ( aussi bas soit-il descendu), pouvait être non distribué dans un pays et néanmoins vendu dans ce même pays. Son « interdit d’entrée », ou votre « non distribué » ne signifie donc pas par conséquent non achetable et non vendu ?

    Mille excuses encore à M. Gresh alors.

    NB. Pour faire plaisir à Anastasie je ne précise plus ici que j’ai un grops différent avec M. Gresh ;-)))

  • permalien Jean-Marie :
    27 octobre 2009 @18h33   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Désolé pour le raté.

    Ca n’était pas Anastasie.

    Pour la culture des jeunes : au début de sa parution, le Canard enchainé appelait la censure (en temps de guerre ! 1914-1918) qui l’obligeait à mettre du blanc sur certaines colonnes, Anastasie

  • permalien gloc :
    27 octobre 2009 @19h24   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    J’ignorais qu’un journal ( aussi bas soit-il descendu), pouvait être non distribué dans un pays et néanmoins vendu dans ce même pays. Son « interdit d’entrée », ou votre « non distribué » ne signifie donc pas par conséquent non achetable et non vendu ?

    Si, c’est très possible Jean-Marie.

    Quand la principale source de revenu est le tourisme, il est normal que les hôtels, les aéroports et lieux touristiques vendent les journaux du pays d’origine des clients.

    Par contre quand ces journaux donnent des informations désobligeantes pour le pouvoir, si ce pouvoir est dictatorial, il ne voudra pas que les "électeurs" aient ces informations.

    Ce que l’éducation nationale ne vous a pas appris Jean-Marie, c’est que des pays comme la Tunisie ou le Maroc pratiquent un apartheid, nationaux/touristes, qui limite les contacts à la domesticité.

    Si en tant que touriste, vous quittez votre hôtel, la plage de l’hôtel, la boite de nuit de l’hôtel, le hammam de l’hôtel, le restaurant de l’hôtel, le club hyppique de l’hôtel, le golf de l’hôtel et que vous mélangez avec la population en dehors des zones touristique, vous êtes automatiquement assimilé à un "national" par des messieurs qu’on reconnait grâce à leurs chaussures toujours neuves, et là vos vacances de rêve peuvent très rapidement se transformer en cauchemar.

  • permalien Orangerouge :
    27 octobre 2009 @19h49   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    A propos de corruption... du rôle de la France en Afrique...

    De la prison ferme pour un ancien ministre français impliqué dans le trafic d’armes en Afrique, c’est pas tous les jours que la justice française arrive à faire un peu son travail.

    http://www.letemps.ch/Page/Uuid/420...

    Evidemment "Le Monde" des élites corrompues titre : "des jugements particulièrement sévères".

    Parce que pour le Monde alimenter les guerres en Afrique pour faire son beurre c’est une peccadille...

  • permalien Jeff :
    27 octobre 2009 @19h58   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    En compléments des Nouvelles d’Orient et du Monde Diplo, pour celles et ceux qui sont intéressé(e)s par l’actualité artistique, littéraire et politique des pays méditerranéens, je conseille la lecture du journal web "Babelmed" (on peut s’abonner à la newsletter pour être tenu au courant des régulières parutions), c’est gratuit.

    Parmi les dossiers du jour :

    - A la pêche aux balles

    Les pêcheurs de Gaza sont confrontés à une tâche impossible pour gagner leur vie, dans la mesure où Israël ne leur accorde en mer que 3 milles, suite au blocus qui a complètement paralysé la bande de Gaza.

    - Jérusalem-Est : l’autre ombre de la ville

    L’exposition « The Other Shadow of the City » à Jérusalem-Est propose une géographie de l’occupation telle que vue par les artistes contemporains palestiniens et étrangers.

    Bonne lecture

  • permalien Orangerouge :
    27 octobre 2009 @20h48   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Murmure 26 octobre 18h01 a-t-elle lu Sakhra même date 16h18 ?

    Ce que dit Sakhra donne un éclairage particulier au fait que le site d’un journaliste se donne la peine de relayer l’opinion de représentants d’une micro-communauté.

    Je précise, Murmure que je ne souhaite faire aucune guerre à la Tunisie. Et je lis avec intérêt vos posts sur ce pays que vous semblez connaître bien (contrairement à moi).

    J’aimerais juste que les dirigeants français évitent de porter aux nues un régime qui ne supporte pas d’avoir des opposants (c’est Chirac, il me semble qui avait cette attitude, Sarko je ne sais pas).

  • permalien Orangerouge :
    27 octobre 2009 @20h49   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    @ Sakhra, saurais tu d’où vient la fortune de cet ami de Ben Ali, ce français Pierre Besnaînou ?

  • permalien Orangerouge :
    27 octobre 2009 @20h55   « »
    Israël prive d’eau les Palestiniens

    C’est Amnesty Internationale qui lance l’alarme :

    Selon Amnesty, entre 180 000 et 200 000 Palestiniens dans les collectivités rurales de la Cisjordanie n’ont pas accès à l’eau courante, tandis que les robinets dans d’autres zones sont souvent à sec.

    Le rapport d’Amnesty dit qu’Israël utilise plus de 80 pour cent de l’eau puisée dans la nappe aquifère et alors qu’Israël dispose encore d’autres sources en eau, cette nappe est la seule que possède la Cisjordanie.

    Le rapport d’Amnesty dit aussi que la nappe aquifère côtière de Gaza, sa seule ressource en eau douce, a été polluée par des infiltrations d’eau de mer et des eaux usées, et dégradées par une sur-exploitation.

    La situation de l’eau à Gaza a maintenant atteint un « point critique », avec 90 à 95 pour cent de l’approvisionnement en eau qui est contaminé et impropre à la consommation, dit encore Rovera.

    Extraits traduits du rapport d’Amnesty :
    http://www.info-palestine.net/artic...

    Rapport d’Amnesty en anglais :

    http://www.amnesty.org/en/news-and-...

    Mais Obama le Beau va nous dire que ces jugements d’Amnesty sont déséquilibrés...

  • permalien adrien :
    27 octobre 2009 @21h09   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    C’est facile et franchement malhonnête de stigmatiser des pays que l’Europe a pillé, et continue de le faire par des régimes néocoloniaux mis en place par l’Occident pour défendre leurs intérêts et s’assurer le contrôle de leurs ressources naturelles quand ils en ont. On notera en outre que ce sont toujours les mêmes que l’on fustige, à savoir des pays musulmans que l’Occident ne cesse de dépouiller depuis au moins deux siècles et de leur mener une guerre de civilisation basée sur des préjugés racistes, au mépris des faits historiques.

    La Chine, la Russie, c’est aussi l’Occident pour vous ? Parce qu’au niveau de l’exploitation du Moyen-Orient et de l’Afrique ils n’y vont pas de main morte non plus. Est- ce éthiquement plus justifiable ? Ici on ne stigmatise pas la Tunisie en tant que pays, mais justement le régime de Ben Ali...

  • permalien Ana :
    27 octobre 2009 @21h12   « »
    Un propagandiste intéressé du régime tunisien

    Bonsoir à K., bonsoir à Yann, à Jeff, à Orangerouge, à Lou, bonsoir à Zulficar, à Ph. Arnaud, bonsoir à toutes et tous.

    Une autre interview d’Amira Hass, cette fois par Riz Khan, ancien journaliste de la BBC et de CNN travaillant actuellement pour Al-Jazira en anglais : "Covering the other side".

    — Partie 1 sur Al-Jazira,

    — Partie 2 sur You Tube.

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire