Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Bouclier israélo-américain

Bouclier israélo-américain

vendredi 23 octobre 2009, par Philippe Leymarie

« Juniper Cobra » : ces manœuvres anti-missiles israélo-américaines, qui viennent d’entrer dans leur phase active et vont durer deux semaines, sont les cinquièmes du genre. Mais - selon la plupart des chroniqueurs militaires israéliens - elles sont les plus importantes de l’histoire de la coopération militaire entre Israël et les Etats-Unis. Il s’agit de simuler une attaque aérienne massive, et de tester l’interopérabilité entre plusieurs systèmes anti-missiles israéliens et américains. Ces manœuvres supervisées par l’amiral Mark Fitzgerald, commandant la 6ème flotte US en Méditerranée, interviennent dans un contexte tendu : les négociations sur le programme nucléaire iranien, la polémique sur le rapport Goldstone (Onu), et l’énième blocage du règlement de la question palestinienne.

Bien que cet exercice soit prévu de longue date, et non connecté à une situation géopolitique particulière, il est clair — selon par exemple le quotidien Haaretz — que le scénario est surtout construit autour d’une attaque de missiles iraniens sur Israël, pour tester le système de défense de ce pays , ainsi que la capacité de l’armée américaine à lui venir en aide en cas de besoin.

Selon certaines rumeurs, le gouvernement américain pourrait d’ailleurs décider — après la fin de ces manoeuvres, le 3 novembre — de laisser en territoire israélien les batteries Patriot-Pac3, et en Méditerranée orientale ou en mer Rouge quelques bâtiments équipés du système antimissile Aegis, préfiguration de la nouvelle forme que pourrait prendre le « bouclier » anciennement envisagé en Pologne et en République tchèque.

Au large des ports israéliens de Haïfa et Ashdod, on peut voir ces jours-ci certains des dix-sept navires de l’US Navy entrés pour l’occasion dans les eaux israéliennes [1]. Un millier de soldats américains sont mobilisés, et autant côté israélien. Du matériel a été acheminé ces dernières semaines par une quinzaine de gros porteurs militaires US.

Grandeur nature

Ce test grandeur nature des défenses israéliennes est bien sûr simulé, avec projectiles à blanc tirés depuis des navires ou des avions de chasse. Ou de simples coups numériques virtuels, d’ordinateur à ordinateur. L’exercice a rendu nécessaire l’activation de tout ce que les forces armées israéliennes ( IDF ou Tsahal) comptent de radars, capteurs, et batteries de contre-missiles, ainsi qu’un imposant arsenal américain. Sont concernés :

- le bouclier antimissile de théâtre israélien Arrow2 (ou Hetz), couplé à des radars Green Pine (Pin vert) ;
- le dispositif antimissile américain Aegis (déployé à bord de bâtiments de l’US Navy) ;
- le système américain THAAD (Theater High Altitude Area Defense), d’interception en haute altitude ;
- les batteries Hawk, et Patriot, dans leur version la plus récente (Pac3) ; [2]
- le radar X-Band américain Joint Tactical Air ground Surveillance (JTAGS) installé depuis l’an dernier dans le Neguev, avec des personnels militaires US.

Tirs barrage

En ligne de mire, la montée en puissance de l’arsenal offensif iranien, et la crainte qu’un jour, ces engins soient pourvus de têtes nucléaires. Le test d’un missile Shihab3 à rayon d’action de 2000 km, le mois dernier, plaçait Israël ainsi que les bases américaines au Proche-Orient à portée des projectiles iraniens.

En avril dernier, Israël avait testé — avec succès, a-t-il été dit — le système Arrow2, spécialement conçu pour faire face à une menace iranienne : le Jerusalem Post explique que ce système prend en compte l’éventuel tir d’une salve de missiles en « barrage », destinée à saturer l’espace et détourner les moyens de détection, qui risqueraient de laisser passer un engin portant éventuellement, un jour, une charge nucléaire.

Une source dans le milieu de la défense avait indiqué à ce journal israélien, en février dernier, que la plupart des missiles balistiques testés actuellement par l’Iran pourraient embarquer des têtes nucléaires, mais que leur destruction en altitude à mi parcours, par le système Arrow, devrait épargner les populations. [3]

L’exercice en cours vise à perfectionner les moyens de discrimination entre missiles (conventionnels ou non), et à raccourcir le processus de prise de décision, pour le déclenchement d’ un tir de destruction. Le radar X-Band, qui porte à plusieurs milliers de kilomètres, donnerait l’alerte six fois plus vite que le radar israélien "Green Pine", et fait espérer une destruction de l’engin intrus à mi-course (sur un parcours total de 11 minutes), avant même qu’il ait quitté le territoire de tir (iranien, par exemple).

Posture défensive

L’Etat israélien a toujours laissé ouverte la possibilité de déclencher des frappes préventives contre les installations nucléaires iraniennes. Mais, en raison de limitations tactiques (le rayon d’action de son aviation militaire) et diplomatiques (la possibilité de survol de la Syrie ou de l’Irak), et surtout des fortes réserves de l’allié américain, Israël est contraint — s’il veut conserver l’indispensable appui militaire de Washington — de privilégier cette posture défensive.

D’autant que, pour la première fois depuis l’accord stratégique conclu en 1996 avec Ankara, la Turquie vient d’exclure l’aviation israélienne des manœuvres annuelles « Aigle anatolien », qui devaient débuter il y a une dizaine de jours, dans l’espace aérien turc : elles étaient couplées, de fait, avec « Juniper Cobra ».

Ce contretemps, intervenu au dernier moment, sur décision politique d’Ankara (pour protester contre le rejet par Israël du rapport Goldstone sur la guerre à Gaza), a retardé d’une semaine le déclenchement de l’exercice israélo-américain. Il prive pour le moment l’aviation israélienne d’une « allonge » qui lui était précieuse, au moins à titre d’entraînement, au dessus d’un pays frontalier de la Syrie et de l’Iran — ses deux adversaires potentiels. Le gouvernement turc, au moment même où il manifestait sa mauvaise humeur à l’égard d’Israël, a envisagé d’étendre sa coopération militaire avec son voisin syrien...

Le Dôme et la Baguette

Les responsables iraniens ont promis à plusieurs reprises de riposter avec vigueur en cas d’attaque israélienne ou américaine : « Même si un missile s’abat sur notre territoire, avant que la poussière (de l’explosion) ne retombe, les missiles iraniens auront fait exploser le coeur d’Israël », a par exemple averti le 9 octobre dernier Mojtaba Zolnour, un religieux proche du Guide suprême iranien Ali Khamenei.

Samy Cohen, directeur de recherche au CERI, qui vient d’enquêter en Israël [4], fait état d’un changement dans la perception de la menace iranienne : la plupart des experts rencontrés « ne croient pas que l’Iran prendra le risque de se faire détruire par une attaque nucléaire israélienne de seconde frappe », prévue à partir de sous-marins. Le doute existe également sur « les capacités opérationnelles de l’armée de l’air de détruire les installations nucléaires iraniennes en une frappe unique », alors que « Tsahal ne cache pas qu’il n’a pas les moyens de parer à une pluie de missiles de type Katioucha ou Graad jusque sur Tel-Aviv ».

En même temps qu’il perfectionne - avec le ferme soutien américain - son système de défense balistique, l’Etat israélien cherche cependant à se prémunir contre les roquettes et missiles à courte portée tirés depuis la bande de Gaza (par les miliciens Hamas), ou à partir du sud-Liban (par le Hezbollah) : c’est le projet « Dôme d’acier », dont les essais seraient encourageants, les premières batteries devant être mises en place en principe l’an prochain. Pour les militaires israéliens, il y a urgence, le Hamas et le Hezbollah ayant eu le temps de reconstituer leurs stocks. Un autre système baptisé « Baguette magique », qui n’est pas plus opérationnel, visera les missiles et roquettes de moyenne portée (70 à 250 km) dont disposent notamment la Syrie et le Hezbollah.

Notes

[1] Au fait, qu’en est-il, ou qu’en sera-t-il, des « eaux palestiniennes » ?

[2] Des batteries Patriot américaines avaient été déployées pour la première fois en Israël en 1991, pour tenter d’arrêter les tirs de Scud irakiens.

[3] Ce qui reste pour le moins à prouver. Et de quelles populations s’agit-il ?

[4] Cf. Le Monde, 20 octobre 2009.

22 commentaires sur « Bouclier israélo-américain »

  • permalien Remi :
    23 octobre 2009 @22h03   »

    Le rapport de l’ONU dont fait mention le journaliste dans son préambule est le rapport Goldstone, et non "Gladstone"...

  • permalien dik :
    23 octobre 2009 @23h48   « »

    La supériorité de l’arsenal militaire n’a jamais suffit à gagner une guerre, sinon aucun mouvement d’indépendance n’aurait jamais réussi. Même les étasuniens en savent quelque chose. Le temps des attaques éclairs est révolu. La seule guerre d’Israël qui vaut la peine d’être citée est celle menée contre les palestiniens depuis plus de 60 ans , et elle n’est pas près d’aboutir, loin s’en faut, alors que les palestiniens n’ont pour se défendre que...des pierres !

    Je crois que c’est Albert Camus qui a dit dans "L’étranger" je suppose : "Plus le couteau est grand, plus on est lâche" ! La lâcheté de nos jours, c’est le mépris du droit, lâcheté aggravée pour Israël par son incapacité à envisager la paix.

  • permalien Charles Martel :
    24 octobre 2009 @00h45   « »

    Si vis pacem, para bellum...

  • permalien Ph.L. :
    24 octobre 2009 @06h23   « »

    Goldstone ... c’est rectifié. Mais c’est fou ce qu’il y a aussi de "Gladstone" sur le net ...

  • permalien Ph. Arnaud :
    24 octobre 2009 @08h53   « »

    A Charles Martel

    Non ! Si vis pacem, para pacem…

  • permalien Nathan :
    24 octobre 2009 @10h09   « »

    On notera que les manoeuvres décrites ici et les armes utilisées sont à but défensif et non offensif.

  • permalien majid :
    24 octobre 2009 @13h27   « »

    "Des articles en ligne sur une étude de l’Agence centrale du Renseignement américain (CIA) ont jeté des doutes sur la survie d’Israël au-delà des deux prochaines décennies.
    Indépendamment de la validité de l’étude, avec ce qu’on sait maintenant sur les coûts en sang et en dollars que la relation US-israélienne a imposé aux Etats-Unis, son allié-clef, Israël pourrait tomber dans les cinq ans.
    Le point focal pour la paix au Moyen-Orient ne doit pas être ces nations qui n’ont pas d’armes nucléaires, mais la seule nation qui les a. Sans pression extérieure, le comportement d’Israël ne changera pas. Sans pression – et vraisemblablement sans la force – exercée par les USA comme étant la nation qui a depuis longtemps permis ce comportement, le sionisme colonial continuera à représenter une menace pour la paix. On ne connaît pas de puissances occupantes qui aient renoncé volontairement aux terres qu’elles occupaient. De même pour leur volonté d’abandonner l’armement nucléaire.
    Par Jeff Gates
    le livre de Jeff G. en dit davantage.

  • permalien Mademoiselle M :
    24 octobre 2009 @15h02   « »
    @Nathan

    ça c’est toi qui le dit...

  • permalien K. :
    24 octobre 2009 @18h18   « »

    Bien entendu, dans la novlangue sioniste, une éventuelle réplique de l’Iran à un bombardement par Israel de ses sites nucléaires (qui ferait des milliers de victimes civiles iraniennes) qui verrait Israel se contenter d’utiliser des missiles de défense serait une preuve de plus que le glorieux tsahal est vraiment l’armée la plus morale au monde.

    Par ailleurs il y en a qui soulèvent des hypothèses : les US n’auraient-ils pas envie de créer une guerre (en Israel comme d’habitude bien sur) juste pour tester leurs nouveaux joujous ? Au cas ou un des missiles “offensifs” (lancés en réponse à un bombardement par Israel de ses sites nucléaires rappelons-le) iraniens échapperait aux missiles “défensifs” pour frapper Tel Aviv, ne serait ce pas là une excellente occasion pour pulvériser l’Iran au nom de la “survie” d’Israel ?

  • permalien Nathan :
    24 octobre 2009 @18h40   « »

    Ce Jeff Gates préconise la disparition de l’Etat d’Israël. Comme dit l’adage, "tout ce qui est exagéré est insignifiant".

  • permalien K. :
    24 octobre 2009 @23h16   « »

    Sans pression – et vraisemblablement sans la force – exercée par les USA

    Cet auteur se rend-t-il compte des énormités qu’il profère ?

    L’avide et bestiale oligarchie étatsunienne passera sans aucun doute beaucoup plus de temps à imaginer des moyens pour habituer son glorieux peuple à patauger encore plus dans la gadoue qu’à refréner ses alter-ego israéliens.

    Le salut des populations de la région ne passe que par eux-mêmes.

  • permalien Pr Makonnen :
    26 octobre 2009 @10h35   « »

    Lorsqu’en France, nous savons et voyons les tests déployer par les Etats Unis pour la défense d’israel nous pouvons nous étonnés des relations de la France avec la syrie, nous pouvons également nous demander ce que deviennent nos relations avec le Hamas et le Hezbollah depuis ces deux dernères années.

    Tous ça me paraît un peu trop qu’en au sujet du nucléaire iranien. La Palestine et Israël repartent dans leurs conflits éternels.

    Il est temps pour l’Europe de prendre réellement en compte les diverses relations quand à "l’ex-axe du mal" avec le projet de Nouvelle Eden de la nation Caraïbe, les relations entretenue en France en ce moment pourrais réellement évoluer et nous pourrions alors nous rendre compte de l’évolution pacifique des relations caraïbéennes. Les tests Américains ne sont en fin de compte qu’une démonstration de l’opérationnabillité des effectifs militaires de l’Otan "parrainé" si je puis me permettre ce terme par les Usa !

    La négociation sur l’importance de l’uranium iranien en France est également une preuve de l’avancer du dialogue pour l’aboutissement de "l’axe de paix" (!le dit ex-axe du mal de l’époque Bush !).

    Il faudrait que le Président de la République Française donne enfin une réponse publique quand aux demandes Caraïbéennes et plus particulièrement du porteur du projet Nouvelle Eden.

  • permalien Pr Makonnen :
    26 octobre 2009 @10h49   « »
    Relations Israelo-Palestiniennes !

    Lorsque l’on connaît la relation entre les deux états, on s’étonne que la solution d’états unique n’est pas été proposer plus tôt, le Projet Nouvel Eden en ayant fait par lors des dernières négociations du processus de paix, paix qui aura duré 18 mois. Nous voyons avec tristesse la reprise des violences dans ces pays, les test de l’armée Américaine étant en cours suite aux nouvelles sur le nucléaire iranien, nous aimerions bien voir enfin l’état des discutions d’unification du peuple de la Palestine et d’Israël. Certains évènements ayant lieu dans ces deux pays auraient été perçut autrement par les populations locales mais également par la scène internationale (acteurs décideurs ou passifs mais intéressés !).

  • permalien fodal :
    26 octobre 2009 @12h46   « »

    Le seul Etat au monde aujourd’hui qui fait peser un danger extrêmt grave sur la région et le monde reste Israël. C’est une puissance nucléaire, aux capacités balistiques qui englobent toute la Méditerranée et l’Europe et en guerre permanente contre ses voisins. Certes elle a beau jeu de hurler qu’elle est victime des terroristes palest. (car tout un peuple est supposé être terroriste), du régime syrien, de la menace iranienne, demain de la menace turque, et j’en passe du cynisme mensonger de cet Etat depuis sa création. Le but réel étant de gagner du temps pour gagner le maximum de territoire tout en gardant sa sature de superpuissance invincible. Avec la nouvelles donne nucléaire iranienne, et bientôt tous les grands pays du PO, les puissances occid ont grand intérêt à sortir la tête du sable, à se débarbouiller les yeux et regarder avec réalisme les menaces qui pèsent sur tout le bassin méditerranéen par leur politique de soutien aveugle à l’Etat hébreu. Après tout c’est bien la France qui a doté cet Etat de ses capacités nuc militaires actuelles. Donc cessons de jouer aux Tartuffe diplomatiques et prenons le taureau par les cornes, tant qu’il est encore temps. Si on n’arrivera pas à faire raisonner Libermann et Netahyahu (pur emphémisme) attendons nous au pire avec les futures générations. Ne nous leurrons pas.

  • permalien antisraelien :
    28 octobre 2009 @15h09   « »

    Ouf bouclier anti missiles !Pourquoi et contre qui ?EVIDEMMENT LE DUO ISRAELO- AMERICAIN EST menacé de l’exterieur non pas de la puissance "soviétique", mais de la montée en force et de l ’émergence nuccléaire iranienne.Conscient du danger du ex projet du bouclier anti-missile pointant du doigt la super et HYPER PUISSANTE RUSSIE,les USA ont changé de cible de provoaction.Car la RUSSIE maitresse de l espace, de l aéraunétique,de la balistique du 21eme siécle n’accordera aucune occasion aux usa d’une moidre provocation arsénaliére.La RUSSIE de POUTINE n’est pas celle de Goovatschev...Et la Rep. ISLAMIQUE est dotée de toute technologie russe et Chinoise 2 concurrents cnfirmés et de taille des USA et de la pauvre et pétite Europe bavarde figée sur une réputation séculière et de technologie militaire vetuste.

  • permalien antisraelien :
    28 octobre 2009 @15h31   « »

    Israelien !Venez sur le chemin de la paix.Le chemin d’Abraham d’Isaac de jacob ;celui de David et de Saloman.Suivez le commandement de la Ste THORAH et de l EVANGILE.Respectez les consignes de Saloman et de Jesus.Le nuccléaire n’est pas la solution.Rappelez vous de DAVID et GOLIAH.
    cOMME C’est décrété la fin d’Israel est annoncée prématurement.
    C’est le tour d’ autres puissances.
    Et d’ailleurs Israel n a jamais gagné une quelconque guerre sans l’avale soutien des USA,de la FRANCE DE La GRDE BRETGNE.
    Le nuccléire israelien est d’origine francaise !
    La guerre de six jours est menée de concert par l aviation française et britannique.Mais on nous cache les vrais réalités des guerres ménées par l’Israel contre le monde arabe.

  • permalien mshe yah :
    28 octobre 2009 @15h40   « »

    que bla guerre du liban nous dise qqchose.la perte de deux cotés.l ’échec israélien n’apas de prix.
    israél contre une milice et non un pays:la syrie ou l egypte à fortiori l IRAN.

  • permalien gholan :
    29 octobre 2009 @07h17   « »

    C’est sûre que c’est du défensif, même après avoir attaquer l’Iran pour détruire ses sites nucléaires, ça sera du défensif.

  • permalien Pr Makonnen :
    29 octobre 2009 @12h52   « »

    La guerre est un echec en lui même, un abondon de l’idée d’une union qui dépasserai l’échelle de l’histoire. Les tests Américains sont une obligation en ce qui concerne le soutient envers Israel et contre l’Iran.
    Le peuple Palestinien de 2010 possède autant de droit que le peuple Israelien. Le travail Européen, invisible, devrait paraïtre au jour afin d’adoucir les relations entre les deux peuples.

  • permalien AB :
    30 octobre 2009 @12h01   « »

    Arme défensive ou offensive a pour but la destruction.
    Les Américains et les Israéliens ont, tous deux, fondés leurs états sur les dépouilles d’autres peuples, par le masscre et le génocide.Et ils continuent
    à détruire en Irak, Afghanistan et au
    Pakistan,directement par leurs avions et leurs agents de Blackwater,et indirectement par l’intermédiaire de leurs Cipayes:l’armée pakistanaise et en Palestine occupée où toute la planète a assisté au massacre au phosphore blanc.
    Une constatation s’impose. Là où les Américains débarquent c’est le chaos.
    Ce fut le cas du Vietnam après le retrait des Français. En Corée où le peuple coréen est divisé entre Nord et Sud. En Somalie,après la guerre du Golf(Désert Storm), où le peuple somalien résiste encore à leurs interventions.

    Une donnée historique permanente:Les colonialistes ont toujours traité les résistants à leur occupation de terroristes, rebelles, fellaghas,barbares, depuis Rome à ce jour.Quand donc comprendront -ils la réaction des peuples envahis.Ou seraient-ils de mauvais élèves selon l’analyse du héros vietnamien Giap.

  • permalien K. :
    30 octobre 2009 @14h48   « »

    Robert Dreyfuss n’est pas certain que « J-Street », le “lobby pro-israélien pour la paix”, soit prêt à payer le prix de la paix :

    Je m’interroge. Lors de l’événement J Street d’hier [27/10/2009], le représentant Wexler, un juif hyper-sioniste membre du Congrès et proche de Obama, a littéralement hurlé dans le micro en abordant le sujet des 1.300 soldats américains qui viennent d’arriver en Israël pour prendre part à un énorme exercice militaire sur les systèmes anti-missiles de défense. Ils y resteront, a-t-il hurlé, "indéfiniment".

  • permalien Pr Makonnen :
    2 novembre 2009 @16h45   «

    Appremement ça ne viendrais pas d’Israel mais de la Palestine et la situation de Mr Abbas avec son gouvernement est plus que litigieuse.
    Une discussion d’union en Cisjordanie pourrais améliorer la situation !!!

Ajouter un commentaire