En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Un documentaire d’Olivier Horn et Anne Riegel

« Shanghai, les années folles »

par Martine Bulard, 24 novembre 2009

Le président Barack Obama a commencé sa première visite en Chine, du 15 au 18 novembre, par Shanghai. C’est dire si cette ville–port demeure le symbole du dynamisme chinois, à la pointe des changements dans l’empire du Milieu. « A Shanghai, on fait de l’argent. C’est la matière première… et dernière », écrivait le grand reporter Albert Londres, en 1934. Une réflexion que rappellent Olivier Horn et Anne Riegel, dans leur documentaire sur Shanghai, les années folles – et qui pourrait s’appliquer aujourd’hui encore. Si ce n’est pas le Shanghai des « années fric », caractéristique de l’ouverture actuelle, que montrent les deux réalisateurs, la plongée dans les années 1920-1930 permet de comprendre la ville contemporaine. Et, au-delà, la Chine dans ses rapports à l’étranger.

Le documentaire s’ouvre sur le bombardement de la ville par l’armée japonaise, en 1937, qui consacre la fin de Shanghai la flamboyante. Puis il remonte dans le temps, à partir des écrits d’Albert Londres et de documents photographiques et cinématographiques de l’époque – dont beaucoup sont inédits. On vit alors au rythme de l’époque. Celle des grandes banques – plus de deux cents, selon Londres - qui ressemblent à des cathédrales. Celle des concessions étrangères, territoires arrachés à la Chine par les vainqueurs des Guerres de l’opium – la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Russie au XIXe siècle. Celle du luxe insolent et de l’impunité où triades chinoises et banquiers occidentaux, trafiquants en tout genre et grandes familles étrangères font des affaires, reçoivent, festoient… et exploitent. Celle des représentants français nouant un pacte avec le parrain de la ville Du Yuesheng, trafiquant en tout genre (et notamment d’opium), toujours honoré de nos jours. Celle de la Chine révolutionnaire qui fait ses premiers pas et subit ses premières répressions sanglantes, sous le feu croisé des hommes de main de Du Yuesheng (encouragés par la France) et du Kuomintang de Chang Kai-shek…

Mais les auteurs ne se contentent pas de montrer. Ils décryptent, aident à comprendre le passé et le présent, grâce notamment à un savant mélange d’images d’hier et d’aujourd’hui.

Mercredi 25 novembre à 20 h 40 sur Arte, dans le cadre des « Mercredis de l’histoire » (80 mn).

Martine Bulard

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016