Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Jérusalem : quand Paris se fait le porte-parole des injonctions (...)

Jérusalem : quand Paris se fait le porte-parole des injonctions israéliennes

samedi 5 décembre 2009, par Alain Gresh

Pour la seule année 2008, Israël a annulé 4577 permis de résidence de Palestiniens – dont 99 mineurs – à Jérusalem, un record puisque, pour la moyenne des années 1970, 1980 et 1990 était entre 100 et 200 par an. Entre 1967 et 2007, le nombre total n’a pas dépassé la moitié de ce chiffre. Ces chiffres ont été obtenus par l’organisation israélienne Hamoked, le Centre pour la défense des droits individuels.

C’est alors que s’intensifie une campagne visant à vider Jérusalem de ses habitants arabes, une campagne que partout on dénoncerait comme un nettoyage ethnique ou comme purement et simplement raciste. Les gouvernements de l’Union européenne se penchent sur la situation de la ville.

Comme le rappelle Laurent Zecchini sur LeMonde.fr (3 décembre), « La situation à Jérusalem-Est pèse sur les relations entre Israël et les Européens » :

« La question de Jérusalem-Est est au centre d’une polémique grandissante entre les autorités israéliennes et l’Union européenne (UE). D’une part, parce que les ministres européens des affaires étrangères s’apprêtent à examiner, le 7 décembre, des conclusions de la présidence suédoise qui — pour la première fois — soulignent que Jérusalem-Est devra être la capitale d’un futur Etat palestinien ; d’autre part, parce qu’un rapport classifié des consulats européens à Jérusalem dresse un bilan extrêmement critique de la politique visant à judaïser la Ville sainte. » (...)

« Selon des sources diplomatiques à Bruxelles, le texte préparé par Stockholm est contesté par plusieurs capitales, et il n’est pas dit que la Suède, dont les relations avec Israël sont difficiles, aura finalement gain de cause. »

« En l’état, le projet de conclusions souligne que l’UE “appelle à une reprise urgente des négociations, qui conduiront, selon un calendrier agréé, à une solution à deux Etats, avec un Etat de Palestine indépendant, démocratique, viable (avec) une continuité territoriale incluant la Cisjordanie et Gaza et avec Jérusalem-Est pour capitale”. »

« Le Conseil de l’UE rappelle, selon ce texte, qu’il “n’a jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-Est”. “S’il doit y avoir une véritable paix, une solution doit être trouvée pour résoudre le statut de Jérusalem comme capitale de deux Etats”, poursuit ce document. Une telle formulation correspond peu ou prou aux positions de principe de nombreux pays européens (dont la France), mais plusieurs capitales, soucieuses de ne pas compliquer leurs relations avec Israël, préféreraient un texte qui ne donne pas l’impression de préempter le résultat de négociations israélo-palestiniennes sur le futur statut de Jérusalem. »

C’est peu dire que Paris est réservé. Dans un entretien accordé au quotidien anglophone The Jerusalem Post (3 décembre), « Paris comes out against Swedish plan », l’ambassadeur de France Christophe Bigot explique les deux réserves de Paris :

« D’abord, la déclaration devrait prendre en compte la décision positive (sic !) de Benyamin Netanyahou d’un gel partiel des constructions de colonies. Nous devrions saluer la décision, même si elle ne répond pas à toutes nos attentes. »

« En deuxième lieu, nous devrions promouvoir la relance du processus de paix. Ce devrait être les deux points qui devraient figurer dans la déclaration. »

En somme, Paris est favorable à une reprise des négociations sans conditions préalables, c’est-à-dire sans aucune chance d’aboutir, puisque le gouvernement israélien refuse de reconnaître le principe défini par les Nations unies, selon lequel l’occupation doit se terminer sur tous les territoires occupés en juin 1967, y compris Jérusalem-Est. (Pour l’entretien intégral, lire « Diplomacy : Franco friendly », par Herb Keinon, 4 décembre). Il permet de mesurer à quel point la politique française au Proche-Orient a changé, à quel point elle est en rupture avec l’héritage gaulliste.

Quant au texte européen, il faudra attendra la réunion du Conseil des ministres des affaires étrangères européens, mardi 8 décembre, pour savoir s’il a été modifié conformément à la volonté israélienne relayée par la France...

Sur la lâcheté de l’Union européenne, on pourra lire Jérusalem, le rapport occulté, présenté par René Backmann (Salvator, 2009). Ou comment on cache un rapport établi pourtant par les consuls européens...

Sur son blog, Gilles Paris, du quotidien Le Monde, posait le 1er décembre la question : « Jérusalem-Est : les Européens oseront-ils ? ». La réponse, malheureusement, semble être non.

217 commentaires sur « Jérusalem : quand Paris se fait le porte-parole des injonctions israéliennes »

0 | 100 | 200

  • permalien Yvan :
    5 décembre 2009 @13h57   »

    Le rapport occulté ici

  • permalien Le Baron Noir :
    5 décembre 2009 @15h46   « »
    lien pourri

    @ Yvan et au Diplo,

    Curieux, le clic sur le lien du message : le rapport occulté "ici"
    fait planter la machine !
    bizarre, vous avez dit bizarre...!

  • permalien Murmure :
    5 décembre 2009 @16h01   « »

    Le Baron Noir

    Ce n’est pas bizarre, si vous naviguez avec Mozilla Firefox, cela ne fonctionne pas, c’est un PDF qu’il ne reconnait pas.

    Essayez un autre navigateur.

    Et laissez Yvan tranquille !

  • permalien Vladimir :
    5 décembre 2009 @17h14   « »

    il marche très bien ce lien.....

    bon c’est de l’anglais :(

  • permalien Yvan :
    5 décembre 2009 @17h22   « »

    @Le Baron Noir,

    Si vous travaillez encore sur un boulier vous pouvez aussi cliquer...

    ...ici → EU HEADS OF MISSION REPORT ON EAST JERUSALEM

  • permalien
    5 décembre 2009 @17h24   « »
    Hélas Jérusalem !

    On n’en serait pas la si l’illégitime résolution 181 avait au moins été respectée.

    Elle contenait la clause - judicieuse au sein d’un texte surréaliste - , de l’internationalisation de Jérusalem. Et la délégation sioniste à New-York avertit explicitement Ben Gourion que c’était la condition pour obtenir le vote « vital » d’un certain nombres de pays, sud-américains en particulier, sous influence catholique ou chrétienne.

    Mais qui, suffisamment cultivé sur cette période de l’Histoire des Palestiniens et de bonne foi, peut nier ici que Ben Gourion n’avait pas plus l’intention de respecter cette clause que les autres ?

    Le résultat, plus de soixante ans après est là.

  • permalien Yvan :
    5 décembre 2009 @17h36   « »
  • permalien Orangerouge :
    5 décembre 2009 @19h01   « »
    Kouchner et Bigot sont des criminels de guerre

    Messieurs vous finirez devant un Tribunal comme complices des crimes de guerre d’Israël et de l’épuration ethnique menée par ce pays.

    Au secours l’ONU ! Au secours la Suède ! Le gouvernement français fait de la France une colonie soumise d’Israël.

  • permalien Caleb Irri :
    5 décembre 2009 @22h53   « »

    bonjour,

    la situation, on le voit bien, ne peut se régler de manière politique, car le problème vient des politiques.

    je suis convaincu que si on laissait les peuples des deux communautés gérer eux-mêmes la situation, elle se débloquerait plus vite qu’en 40 ans...

    pourquoi personne n’évoque-t-il jamais de la possibilité de ne créer qu’un seul Etat, représentant les deux communautés sans distinction ? à partir du moment où les murs tomberaient, où les frontières seraient ouvertes, il se pourrait qu’en peu de temps il soit difficile de faire la distinction entre un palestinien et un israélien... d’autant que pour les terroristes forcenés, cette distinction pourrait le gêner dans leurs actions, du fait de la mixité ainsi produite.

    non ?

    http://calebirri.unblog.fr

  • permalien Orangerouge :
    6 décembre 2009 @00h19   « »

    Calleb Irri, le gouvernement d’extrême droite raciste en Israël, les israéliens se le sont élu il n’y a pas très longtemps.

    La solution à un seul état est effectivement envisagée par plusieurs groupes, dont certains Palestiniens.

    Les Israéliens la refusent comme ils refusent toute solution. La seule situation acceptée par les Israéliens est la situation actuelle : quelques enclaves détruites dans lesquelles les Palestiniens sont enfermés et les Israéliens leurs tirent dessus régulièrement.

    Le problème c’est que Sarkozy, Merkel et Obama trouvent aussi la situation actuelle absolument parfaite même s’ils font de loin en loin une petite remarque de détail de pure forme.

  • permalien Mike :
    6 décembre 2009 @09h06   « »

    Ces rapports seront édulcorés ou même atterriront à la corbeille, cela ne fait aucun doute, l’oligarchie européenne est totalement à la botte des lobbies dont le lobby sioniste. Ces rapports n’ont rien de contestable, tout comme le rapport Goldstone, ils ne font que citer des faits, mais les sionistes nient la réalité et n’en veulent pas, tout comme ils ne veulent pas de la paix, la seule politique qu’ils connaissent c’est celle du fait accompli et de la propagande la plus hypocrite.

  • permalien
    6 décembre 2009 @10h03   « »

    Pour que la solution à un état soit possible, il faudrait que, après avoir consulté les autochtones proches, on trouve en Afrique, en Amérique du Sud, voire aux USA ou pourquoi pas en Australie un territoire peu habité plus grand que l’entité sioniste actuelle dans lequel pourraient venir s’installer, avec armes et bagages et fortune, tous les Juifs israéliens racistes ou simplement arabophobes ; en particulier ceux qui ont voté Natanyaou ou Doberman .

    Mais comment imaginer que l’AIPAC qui co-dirige les USA avec les sionistes chrétiens usaméricain tolère la chose, avant que tous les Palestiniens soient, psychologiquement , pour le moins, détruits ?

    En attendant il faut au moins s’efforcer quotidiennement de démontrer sur un maximum de forum que l’entité sioniste est illégitime et éthiquement inadmissible depuis sa naissance et même sa conception .

    Ca ne se fera pas en écrivant « Une injustice ne peut pas être réparé par une injustice », car ça signifie strictement « Le fruit d’un vol ne peut pas être rendu au volé ».

  • permalien elbé :
    6 décembre 2009 @10h51   « »

    Is espèrent que les palestiniens ,de concessions en concessions, finiront par se résigner à devenir les nouveaux indiens vivants dans les nouvelles réserves de cette nouvelle amérique.
    Impuissants qu’ils seraient,ces pauvres palestiniens à lutter contre le "monde entier".
    "Monde entier" ,représenté par des gouvernements puissants tout acquis à Israel.

    Leurs peuples, pourtant, continuent de veiller. D’où les propagandes médiatiques anti-palestiniennes ,anti-musulmanes et anti-arabes, en direction donc,non des gouvernants mais bien des peuples qui les élisent.
    Avec comme objectif, la domination israelienne dans la région.
    Mais pas seulement. La domination, tout court des "occidentaux"sur tous les pays de l’ancienne route de la soie. Composés, essentiellement de musulmans... La propagande sur la "sauvagerie "musulmane n’est donc pas un hasard et vise ainsi à justifier auprès de leurs peuples, les guerres qui sont menées dans cette région du monde.

    Les autres gouvernants, non occidentaux, pourtant, se rangent aussi de ce côté. Pas toujours élus, ils espèrent ainsi rester au pouvoir. Conscients que regimber ménerait tout droit leurs pays à la déstabilisation. Regimber, ce fut le cas de l’Irak, de l’Iran, (hier avec le Shah qu’ils ont lâchés comme une vieille chaussette dès qu’il a prétendu relever les cours du pétrole et aujourd’hui, pour la prétention de ce pays à l’indépendance énergétique nucléaire).

    La rupture avec le Gaullisme se fait de jour en jour plus évidente. Il avait compris, lui, que les peuples , d’ancienne puissance, en particulier, ne se résignent pas si facilement...Que dans ces conditions, une domination n’est que provisoire. Qu’elle donnera lieu, bien qu’entre-coupées de périodes de paix, à des révoltes successives , porteuses de désolations. Ce n’est bon pour personne. Et certainement pas, quoi qu’ils en pensent, pour l’économie mondiale.

    Que la France de Sarkozy aille toujours plus loin dans le déni d’un futur état palestinien est d’autant plus scandaleux ,qu’il se fait passer pour juste. Ah toutes les contorsions !
    De scandales en scandales, elle entérine les buts réels et enterre la justice.

    On étouffe !

  • permalien Orangerouge :
    6 décembre 2009 @12h30   « »
    La construction occidentale de la barbarie israélienne

    Ce qui se passe en Israël est produit par le travail idéologique qui se fait en occident (au niveau politique et médiatique). Ce que ce texte explique très bien :

    Pour beaucoup, il est même étonnant qu’il n’y ait eu que près de 60% de voix suisses islamophobes ...

    Le matraquage antimusulman est permanent et se décline sur tous les registres des éditorialistes européens.

    Depuis la révolution iranienne et surtout la disparition de l’URSS, l’Islam « bénéficie » du monopole de la détestation. Il est l’épouvantail que l’on agite avec constance et détermination et que l’on désigne de plus en plus franchement à la vindicte populaire.

    L’extrême droite européenne, dont le parti suisse à l’origine de ce référendum, a donc fait son aggiornamento. Traditionnellement antisémite, elle a passé un contrat de respectabilité renouvelée en modifiant la cible de ses haines.

    Dans sa version actuelle, l’extrême droite néoconservatrice n’est plus antisémite, elle est pro-sioniste et anti-arabe.
    (Ecoutez avec attention les paroles d’une Marine Le Pen)

    Cette jonction inédite entre des forces autrefois violemment antagoniques, à l’oeuvre depuis plusieurs années aux Etats-Unis, apparaît de plus en plus crûment en Europe.

    La droite néocoloniale revancharde retrouve voix au chapitre à la faveur du renouvellement du contrat idéologique. Des « bienfaits » de la colonisation aux débats ridicules sur l’identité nationale, en passant par la dénonciation « républicaine » du foulard, le fond de l’air et les références évoquent une époque révolue.

    Si l’histoire ne se répète pas, le néofascisme, lui, reste le même. Dans un contexte de crise, il déborde de ses frontières sociologiques.

    L’extrême droite contamine la droite classique et recrute aussi chez les sociaux-démocrates.

    La crise économique et la croissance vertigineuse des inégalités favorisent les retours décomplexés à la grammaire - élémentaire mais efficace - du populisme démagogique.

    Installer la confusion entre Islam et terrorisme, assimiler les populations basanées à une armée de fanatiques obscurantistes, c’est un élément invariant du discours dominant.

    http://oumma.com/La-nouvelle-Sainte...

  • permalien No Sé :
    6 décembre 2009 @15h19   « »

    Dommage, y’avait de l’idée. Quelle honte ces politiciens français !!!

  • permalien K. :
    6 décembre 2009 @16h54   « »

    Chez les sionistes, l’ignoble est une marque de miséricorde et le vol d’autrui un attribut de la liberté :

    Meir Sheetrit, l’ancien ministre israélien de l’Intérieur, insiste que les Palestiniens qui perdent leur permis de résidence sont toujours les bienvenus pour revenir rendre visite à leurs familles dans Jérusalem en faisant une demande de visa touristique de 3 mois.

    "Chacun et chacune d’entre eux peuvent venir en touristes", dit-il. "Nous sommes un pays libre."

    Israël cesser de voler des maisons palestiniennes à Jérusalem-Est occupée.

  • permalien K. :
    6 décembre 2009 @17h03   « »

    Israël cesser de voler des maisons palestiniennes à Jérusalem-Est occupée.

  • permalien Noval :
    6 décembre 2009 @17h33   « »

    Oui, Paris se fait hélas de plus en plus le parte-parole des injonctions israéliennes ...

    Il est symptomatique de constater qu’il existe, pour le conflit du "Moyen-Orient", une quasi-unanimité léthargique. Car droite et gauche de gouvernement, hors quelques différences politiciennes, agissent dans un bel unanisme largement pro-israélien.

    Pour ne prendre qu’un seul exemple, imagine-t-on les répercussions sur la politique moyen-orientale de la France qu’engendre nécessairement dans un sens favorable à Israël le dîner annuel du CRIF ?

    Imagine-t-on les répercussions que génèrent dans un sens nécessairement favorable à Israël, les relations entre tel homme/femme politique de notre pays lorsqu’il/elle assiste à tel "dîner-débat " régulièrement organisé par une association pro-israélienne ?

    Imagine-t-on la marge de liberté de manoeuvre ou d’appréciation dont bénéficie tel/telle parlementaire lorsqu’il/elle entretient, au niveau de sa circonscription, des relations répétées et suivies avec tel membre délégué du CRIF ?

    Et même si certains manifestent en privé leur perplexité, les mêmes confessent néanmoins (toujours en privé) qu’ils ne peuvent pas faire autrement.

    Car il ne faut jamais l’oublier ; toutes les associations pro-israéliennes (CRIF, UPJF, Amitié France-Israël et autres) ne vivent et n’agissent qu’en considération d’un seul crédo : le soutien inconditionnel à l’Etat d’Israël.

    Notre diplomatie roule à l’envers ; au vu de ses agissements depuis quelques années déjà et de ses atermoiements actuels, c’est à se demander qui vole, spolie, ethnicise et massacre.

  • permalien K. :
    6 décembre 2009 @19h08   « »

    Selon le Ha’aretz (04/12/2009), lors d’une réunion du Quartet qui s’est tenue à la demande des Etats-Unis jeudi dernier, la Russie a fait échouer une tentative occidentale (Etats-Unis, UE mais aussi Ban Ki Moon) d’adoption d’une déclaration qui ignorait purement et simplement les résolutions de l’ONU pour un retour d’Israël sur les lignes de 1967 et insistait au contraire pour que le futur partage se fasse en tenant compte “des changements survenus sur le terrain” depuis 1967.

  • permalien aaron :
    6 décembre 2009 @19h23   « »

    tel des moutons belan "Israel assassin, Israel Assassin" .

    Vous etes dans un petit cocon ou tou le monde est d’accord contre Israel. Confort pour i(pseudo) intellectuel angélique.

    Ayez le gout et le sens de la compléxité, loin du manichéisme ambiant.

    faisons simple coco !

    AH bonne conscience , quant tu nous tiens.

    Shalom

  • permalien Lou :
    6 décembre 2009 @22h06   « »

    La guerre de l’information

    Une nouvelle unité a été formée pour engager la guerre virtuelle de Tsahal : celle des relations publiques. Ligne de front : Facebook, You Tube et Twitter. (...)

    Selon Jonathan Spyer, chercheur politique au centre interdisciplinaire d’Herzliya, la nouvelle unité du porte-parole de l’armée sera plus que "bénéfique" pour les relations diplomatiques de Jérusalem. Depuis le 5 novembre dernier, une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies exhorte l’Etat hébreu à ouvrir des enquêtes indépendantes sur les actions de Tsahal pendant Plomb durci.

  • permalien Lou :
    6 décembre 2009 @22h56   « »

    Danny Ayalon

    L’initiative de l’Union européenne pour soutenir la division de Jérusalem et le statut de Jérusalem-Est comme capitale du futur État palestinien "pourrait nuire aux efforts pour reprendre les négociations de paix," a déclaré dimanche le ministre adjoint, Danny Ayalon, avant le vote de l’UE lundi.

    "Les Européens ne doivent pas dicter l’issue des négociations à l’avance", a dit Ayalon. "Cette déclaration est une initiative dangereuse qui pourrait nuire aux efforts visant à reprendre les négociations entre les parties et va durcir la position palestinienne, at-il ajouté.

    reprend [ ;) ] les arguments de la diplomatie française :

    Mais la France souhaite une version qui, pour la forme, ne préjuge pas du résultat de négociations, estimant que cela bloquerait d’emblée leur relance.

  • permalien Yvan :
  • permalien michael :
    6 décembre 2009 @23h18   « »

    @yvan

    Située sur la plus haute colline de Jérusalem, à 850 m d’altitude, au-delà de la ligne verte, Gilo a été fondé en 1971. Lors de sa construction, aucune instance internationale ne protesta tant il était évident que ce quartier n’était pas construit au cœur d’une population palestinienne et qu’il n’était pas situé à Jérusalem-est. Gilo ne fit presque jamais l’objet de controverses.

    Il est vrai que récemment, la presse française, dont le vocabulaire est particulièrement indigent lorsqu’il s’agit de la réalité israélienne, a signalé le phénomène de la présence de « palestiniens » dans les « colonies » (traduction : on trouve dans des quartiers périphériques de Jérusalem des arabes de nationalité israélienne). Pour Gilo, à l’époque, la presse internationale ne parlait pas en général de colonies ou d’implantations mais bien "d’un quartier au sud de Jérusalem" (tiens, il y a 9 ans, on connaissait la géographie !)

    facile de mettre le feu au poudre

    extrait jm Allafort

  • permalien Lou :
    6 décembre 2009 @23h27   « »

    Netanyahu makes final push to foil Swedish plan to divide Jerusalem

    Netanyahou donne l’assaut final pour faire échouer le plan Suédois de division de Jérusalem

    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a téléphoné à plusieurs dirigeants européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Jose Luis Zapatero, en leur demandant de s’opposer au plan et à la pression de l’Autorité palestinienne pour reprendre les négociations avec Israël.

    Pendant ce temps, dans une tentative de contrer la pression israélienne, le premier ministre palestinien Salam Fayyad a convoqué un groupe de diplomates européens pour leur demander de soutenir la proposition suédoise.(...)

    La Suède, avec le soutien de la Grande-Bretagne, de l’Irlande, de la Belgique et d’un certain nombre d’autres pays, continue à promouvoir sa formulation initiale de la proposition de Jérusalem-Est comme capitale de l’État palestinien. Cependant, la France fait pression pour une formulation qui est conforme à un discours que le président Nicolas Sarkozy a fait à la Knesset il y a deux ans. Sarkozy a déclaré que Jérusalem serait la capitale des deux pays et ne mentionne pas une division de la ville entre l’Est et Jérusalem-Ouest. Les Français tentent également de promouvoir une déclaration plus ferme de soutien pour le gel des constructions.

  • permalien K. :
    7 décembre 2009 @00h20   « »

    Gilo est considéré par l’ONU comme faisant partie de Jerusalem-Est.

    Et pour cause : apres le partage de la Palestine historique par l’ONU, et meme apres la guerre de 1948 qui avait vu la partie arabe se retrecir, Gilo faisait partie de la partie arabe. Gilo a été conquise par Israel en 1967. Les conquetes de 1967 sont considerées comme illegitimes par l’ONU, cette meme ONU à qui Israel doit son existence.

    Ce qui suit est deja plus franc du collet que le hasbarisme chaudronnier :

    Qui a décidé que les frontières de 1967 sont intangibles alors que ce sont les frontières que les anciens colonisateurs avaient imposées à la région ? Israël aussi a le droit de s’émanciper des héritages de l’époque coloniale.

  • permalien Marco :
    7 décembre 2009 @02h29   « »

    Depuis 1945 la France a une dette envers le peuple juif. Ce sentiment de culpabilité occulte une vision claire et objective de la situation.
    Pour le peuple juif, avoir été victime ne donne pas le droit d’ignorer le Droit international, de bafouer les droits de l’Homme dans des territoires occupés illégalement ou de violer les conventions de Genève lors d’offensives militaires. D’autre part que l’on arrête l’hypocrisie : le sionisme est un mouvement raciste visant à promouvoir la race juive et il doit être combattu comme toute autre forme de racisme.

  • permalien
    7 décembre 2009 @05h57   « »
    Non, K, c’est faux

    Israël doit son existence à Truman, Staline (dans un but opposé) , Blum (pour la France) et à 20 autres pays, plus 7 pays "non libres" de leur vote, (Haïti, Libéria, Philippines, Pologne, Biélo-Russie, Ukraien et Tchécoslovaquie) sur un total de 56.

    En fait seulement 27 votes plus ou moins libres

    La même Tchécoslovaquie à qui Staline donna l’ordre le lendemain du vote, soit le 30 novembre 1947, de vendre des armes vitales aux sionistes .

    Vous avez autant tord que lorsqu’on écrit "Les Francais ont élu Sarkozy"

    Pas moi et pas beaucoup d’autres !

    "Le juste mot pour la juste chose"

  • permalien Yvan :
    7 décembre 2009 @07h09   « »
    Jérusalem : des non-démolitions, de non-maisons pour un non-peuple

    En 2008, 125 permis ont été délivrés quand il en faudrait plus de 1000 par an pour combler le manque crucial de logement. La même année, 93 habitations étaient détruites, déplaçant plus de 400 Palestiniens. Quand un avis de destruction est émis, les familles doivent débourser entre 10.000 et 100.000 shekels (entre 1800 et 18.000 euros) en guise de sanction pour s’être installées illégalement. A cela s’ajoute une participation aux frais de démolition de l’habitation. Démolition qui se passe souvent sous leurs yeux impuissants face au bulldozer arrivé à l’improviste quelques minutes avant. "Il n’est pas étonnant de voir des familles palestiniennes détruire elles-mêmes leur logement une fois que le bulldozer est sur place. Cela leur évite des frais supplémentaires", déplore cette blonde aux yeux bleus.

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @10h15   « »
    La réticence à critiquer Israël est construite par les fictions, et les médias dominants

    Le sentiment de dette envers les victimes de l’extermination est légitime. Le problème c’est le sentiment de dette envers un ensemble de gens qui sont bien trop jeunes pour avoir été victimes des nazis et font prospérer à leur profit ce sentiment de dette.

    Regardons un peu les programmations télévisées en France : combien de documentaires et de fictions font-elles référence à la période de la seconde guerre mondiale et à l’antisémitisme ? C’est une période très importante de l’histoire, je suis d’accord, mais de là à en faire la trame d’autant de documentaires et de téléfilm, il faut s’interroger...
    Ensuite dans ces documentaires et fictions, combien montrent un juif dans un rôle négatif ? Infiniment peu.

    Les fictions nous construisent des juifs constamment courageux et bons, des "caucasiens blancs" parfois courageux et bons, parfois lâches ou ignobles, et des "typés arabes" très souvent dans des rôles négatifs.

    Il faut savoir qu’inconsciemment ces représentations qu’on nous serine à longueur d’antenne nous influencent et biaisent considérablement notre jugement.

    La réticence à critiquer Israël elle est construite par les médias dominants.

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @10h20   « »

    et dont un certain nombre font prospérer à leur profit ce sentiment de dette.

  • permalien eriep :
    7 décembre 2009 @11h42   « »

    le corridor de Dantzig ...ça me rappelle ça, cette histoire...

  • permalien
    7 décembre 2009 @15h09   « »
    Paroles réalistes !

    De toute évidence, M. Netanyahou exprime ici le souhait qui est partagé par la plupart sinon par tous les Israéliens. Ils rêvent tous d’ouvrir leurs yeux un beau matin, pour découvrir que tous les Goyim, les Palestiniens, les Arabes et les Musulmans viennent de quitter la région.

    Je tiens à signaler à Netanyahu et à tous les Israéliens qui veulent bien l’entendre que cela ne va pas se passer comme ça. Autant une invasion de « réfugiés » palestiniens est un cauchemar ancré chez les Israélien, il est loin d’être un fantasme palestinien. C’est plutôt une réalité qui attend son heure. Israël a perdu sa chance de se réconcilier avec ses voisins. Il a échoué à régler son conflit avec le peuple autochtone de cette terre. Le sort d’Israël sera déterminé par les « faits sur le terrain » à savoir la démographie. En termes de réconciliation, Israël a passé la zone non-retour. Son sort est scellé. Une Palestine du fleuve à la mer n’est plus une question de ’si’, mais plutôt une question de ’quand’.
    Contrairement à la plupart des Israéliens qui rejettent la cause palestinienne, M. Netanyahou a admis aujourd’hui que les Palestiniens ont effectivement été expulsés. Pour la première fois les « revendications irrédentistes » des Palestiniens sont évoquées par un Premier ministre israélien. Et pourtant, M. Netanyahu et ses gens devraient cesser de se faire des illusions. Ce n’est pas seulement du Néguev et de la Galilée qu’il s’agit. Il s’agit en effet de chaque bout de terre entre le fleuve et la mer : Tel Aviv, Jérusalem, Haïfa, Beer Sheva et chaque village, verger, terrain, rivière et arbre entre les deux. La seule question qui reste ouverte est : combien de temps faudra-t-il pour que le Shekel s’effondre ? Combien de temps faudra-t-il aux Israéliens pour saisir qu’ils habitent sur des terres volées ? Combien de temps faudra-t-il avant que les Israéliens se rendent compte que la bataille est perdue ? Combien de temps faudra-t-il pour que les Israéliens intériorisent le fait évident qu’ils ont une fois de plus réussi à se placer sur le mauvais côté de leurs voisins ?

    [1] Irrédentiste : quelqu’un qui prône la récupération culturelle et historique de son territoire.
    Source : http://www.gilad.co.uk/writings/fro...
    Gilad ATZMON
    Traduit par Fausto Giudice
    URL de cet article sur Tlaxcala : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?refer...
    http://www.tlaxcala.es/pp.asp?lg=fr...

  • permalien
    7 décembre 2009 @15h26   « »
    Ca se discute, Orangerouge

    Si seulement une partie des habitants de certains pays d’Europe a eu une dette vis-à-vis des survivants juifs (au sens ethnique) des camps de concentration, il ne faudrait tout de même pas oublier comment la majorité de ceux d’entre eux qui émigrèrent dans le future entité sioniste (Combien au fait ?) – fut accueillie par les élites sionistes non pacifiques. Car ils ne faut pas mélanger, parmi les sionistes, les Buber et les Magnes avec les Ben Gourion et les Bégin.

    Ceux qui, très délicatement, hors de portée d’Hitler avec qui certains avaient fricoté, dc inventèrent à propos des morts l’insulte de « Juifs savonnettes » comme Warshawski l’évoque au début d’un de ses bouquins. Ceux qui appelaient les Juifs séfarades « du matériel humain ».

  • permalien ben :
    7 décembre 2009 @16h46   « »

    Le probleme c’est que jerusalem est... c’est aussi le quartier ou se situe les murs de lamentations !!! Imposssible !!! Impensable que ce soit les palestiniens qui prenent le pouvoir a jerusalem est... Pourquoi les juifs offiraient leur seul lieu saint ?? Parceque il faut pas se leurrer.. dans cette region chaque pays islamique est tout sauf une democratie.. Rien qu’a gaza la charia est appliqué !!! si le hamas prend le pouvoir a jerusalem est la securité du mur des lamentation sera fortement compromise..

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @18h24   « »
    L’état d’Israël est un état extrêmement agressif et ses soutiens en France le sont aussi

    Mais oui Ben tu nous fais très peur...

    Mais c’est l’état d’Israël surtout qui me fait peur à moi française : armé jusqu’au dents des armes les plus modernes et d’armes nucléaires, Israël a plusieurs fois envahi les pays voisins, n’a pas hésité à pratiquer la torture à grande échelle (Liban 2006), et le massacre de populations civiles en masse (Liban 2006 et Gaza hiver 2008).

    Israël vient l’hiver dernier de pilonner une population civile préalablement assiégée depuis 3 ans, faisant des milliers de victimes, dont des centaines d’enfants, et des milliers de blessés graves.

    Quand l’armée israélienne n’hésite pas à tirer sur des gens désarmés portant un drapeau blanc, quand ses soldats tuent froidement des enfants, quand ils utilisent des boucliers humains, et quand les israéliens et ceux qui les soutiennent (en particulier un paquet de responsables du Judaïsme en France) acceptent cela et refusent de mettre en cause les responsables, c’est terrifiant.

    Même les diplomates français sous Sarkozy (pourtant tellement soumis à Israël) se sont faits tabasser par les soldats israéliens.

    A Jérusalem les religieux de religions autres que juive endurent les signes du plus grand mépris de la part des étudiants des écoles religieuses juives, sans que leurs professeurs ne réagissent.

    Et en France même, les organisations qui soutiennent Israël sous le déguisement de la lutte contre l’antisémitisme, sont des organisations très agressives, qui ont beaucoup de ressources (et attirent peut être des aides des collectivités locales), à consacrer pour empêcher en France la liberté d’expression.

  • permalien Abel :
    7 décembre 2009 @18h43   « »

    Ce developpement a le merite de montrer a nouveau que l’Union Europeenne, dont la France, est au moins aussi active que les Etats Unis et leurs fameux "lobbies juifs" dans le soutien a Israel, dans le plus complet mepris des droits des habitants originaux, les Palestiniens, et du droit international en general.

    Voir par exemple la recente declaration de Javier Solana, ex Haut Representant de l’UE pour la politique etrangere et la securite, lors d’une conference tenue en Israel en octobre : « There is no country outside the European continent that has this type of relationship that Israel has with the European Union," et « Israel, allow me to say, is member of the European Union without being a member of the institution » (cf. Haaretz du 21 octobre ). Curieusement, il ne semble pas que les journaux francais, voire europeens, aient rendu compte de cette declaration, qui fait aussi allusion aux voeux de certains responsables israeliens de voir un jour Israel etre admis dans l’Union Europeenne.

    Dans ces conditions, Israel peut bien evidemment continuer ses politiques de force et d’annexation de territoires etrangers et de martyrisation des population palestiniennes, sans craindre les objections europeennes, et certainement pas celles du gouvernement francais de MM Sarkozy, Levitte et Kouchner.

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @19h09   « »

    Oui Abel, on se demande comment font les médias français (journaux et télévisions "de référence"...!) pour éviter de parler des prises de position des plus hautes autorités de l’Union Européenne concernant les échanges avec Israël ...

    Ces médias passent leur temps à cacher ce qui pourrait gêner leur lobby favori, surtout si c’est important.

  • permalien Lou :
    7 décembre 2009 @20h12   « »

    En effet K.

    L’administration américaine a échoué dans sa tentative d’obtenir le soutien du Quartette au gel de la construction / Barak Ravid – Haaretz

    L’administration américaine a échoué dans sa tentative d’élaborer une déclaration internationale en soutien de la décision israélienne de geler la construction dans les colonies pendant dix mois. Les Américains espéraient pouvoir publier un communiqué exceptionnel au nom des membres du Quartette, les Etats-Unis, la Russie, l’UE et l’ONU, mais la Russie a torpillé cette initiative en émettant des réserves.

    Au cœur de l’opposition russe se trouvent deux clauses du projet de déclaration très bref rédigé par les Américains : l’affirmation de l’identité juive d’Israël et la volonté de tracer la future frontière entre Israël et l’Etat palestinien de manière à ce qu’elle prenne en compte les évolutions sur le terrain.

    Les Américains ont proposé que la déclaration du Quartette se base sur celle publiée par Hillary Clinton la semaine dernière, selon laquelle il faut reprendre les négociations israélo-palestiniennes sans conditions préalables et parvenir à un accord qui permettra « d’aboutir à l’objectif palestinien de créer un Etat indépendant et viable sur la base des lignes de 1967 et d’échanges agréés de territoires, ainsi qu’à l’objectif israélien d’avoir un Etat juif dans des frontières sûres et reconnues qui reflèteront les évolutions sur le terrain et répondront aux exigences israéliennes en termes de sécurité ».

    Les Russes ont répondu qu’ils n’acceptaient pas d’affirmer qu’Israël est un Etat juif ou que les frontières prendront en compte les évolutions sur le terrain, c’est à dire que les blocs d’implantions seront annexés à Israël ; selon eux, il s’agit là d’une tentative de préjuger des résultats des négociations.

    Les tentatives de convaincre les Russes ayant échouées, les Américains ont décidé qu’il serait inutile de publier un communiqué.

  • permalien Lou :
    7 décembre 2009 @20h20   « »

    L’Europe divise Jérusalem / Ben Caspit – Maariv

    Après une longue période de frustration, Abou Mazen peut enfin s’attendre à une victoire diplomatique : La bataille entre Israël et les Palestiniens autour de la réunion des ministres européens des Affaires étrangères aujourd’hui à Bruxelles devrait se conclure par une claire victoire palestinienne.

    Du projet de résolution parvenu hier à Jérusalem, il ressort que les Palestiniens auront droit aujourd’hui à une déclaration européenne sans précédent. Sauf changements de dernière minute, la décision européenne comprendra les éléments suivants : « L’Europe appelle à la création d’un Etat palestinien indépendant, démocratique et continu en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem-est. Jérusalem sera la capitale des deux Etats. La colonisation doit cesser, y compris à Jérusalem-est et y compris pour des besoins de croissance naturelle. L’UE ne reconnaîtra aucun changement des frontières de 1967, sauf si celui-ci est consenti par les deux parties ».

    La décision de geler temporairement la construction dans les territoires devrait être évoquée ainsi : « Le Conseil prend note de manière positive de la décision de gel temporaire et partiel, comme un premier pas ». La déclaration devrait aussi comprendre d’autres éléments pro-palestiniens tels que : « Les colonies et la barrière de séparation, la démolition de maisons et l’expulsion de Palestiniens de leurs maisons sont contraires au droit international et constituent un obstacle à la paix qui menace de rendre irréalisable l’idée de deux Etats. L’Europe n’a jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-est. Le Conseil appelle à la réouverture des institutions fermées à Jérusalem-est et à mettre fin à la discrimination des Palestiniens à Jérusalem-est ».

  • permalien Yann :
    7 décembre 2009 @20h29   « »

    counterpunch.org/shaaban12072009.html

    Bouthaina Shaaban :

    Cette incapacité de l’esprit occidental d’accepter les musulmans en tant que citoyens égaux en droits et en devoirs explique, plus que tout, le silence occidental envers les agissements israéliens - qui sont une honte pour l’humanité - à l’encontre des Palestiniens .

  • permalien K. :
    7 décembre 2009 @20h35   « »

    Mohamad Othman détenu depuis 75 jours par Israel, sans acte d’accusation, sinon celui d’agir de manière non violente, accuse Human Rights Watch :

    "The only reasonable conclusion is that Othman is being punished for his peaceful advocacy...The authorities interrogated him for months, then ordered him held some more, but they won’t say why they are holding him and haven’t accused him of any crime."

    Sarah Leah Whitson, Middle East director.

  • permalien K. :
    7 décembre 2009 @21h12   « »

    Le journaliste israélien Rehaviya Berman avait interviewé le jordano/américain et activiste pro-palestinien Ali Abunimah pour le compte du Ha’aretz, il y a quelques semaines. L’Interview n’a jamais été publiée. Berman a decidé de la publier dans son blog [en hébreu] et Tali Shapiro du blog “Pulse Media” a decidé de la traduire en anglais.

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @22h45   « »
    Une position d’une grande justesse

    K, c’est un sacré beau texte que celui Ali Abunimah. Une position d’une grande justesse.
    Je remets le lien que vous avez mis : http://pulsemedia.org/2009/12/06/th...

    Il faudrait effectivement le diffuser auprès d’un maximum d’Israéliens et même auprès d’un maximum de gens tout court.

    On comprend bien pourquoi le Haaretz préfère le planquer.

    Pour les non anglophones, les outils de traduction de google permettent de se faire une idée (attention au verbe "may" anglais, qui signifie "il y a une possibilité", "pouvoir", que google convertit bizarrement en "mai")

    Ali Abunimah pense que la vraie solution c’est un seul état démocratique et multiethnique. Si j’ai bien compris deux états peuvent pour lui être une étape.

    Le plus important est de reconnaître que les Palestiniens ont été chassés, de reconnaître leurs droits. Tous ne souhaiteront pas revenir en Palestine mais reconnaître leurs droits est essentiel.

    Ali Abunimah est même près à accepter au cas ou le besoin s’en ferait réellement sentir (de nouveau apparition d’un danger réel pour les juifs, je pense) un certain droit de refuge en Palestine pour les juifs de la diaspora.

  • permalien Orangerouge :
    7 décembre 2009 @22h48   « »

    Ali Abunimah est même prêt à accepter au cas où le besoin ...

  • permalien Lou :
    7 décembre 2009 @23h05   « »
    à peu près..

    « Il faut empêcher Israël de demeurer impuni »
    TZIPI LIVNI, ancienne ministre israélienne des Affaires étrangères

    Israël semble de plus en plus près de l’impunité. Que faire ?
    Tzipi Livni. Sur ce dossier, les prises de position du président Sarkozy sont cruciales.

    Le président français a parfaitement compris la nature de la menace . La plupart des pays arabes de la région sont en danger, le monde entier est en danger. Il ne s’agit pas de savoir ce qu’il faudra faire , car ce serait le point de non-retour absolu. Il faut l’empêcher. Et il faut agir tout de suite, si le reste du monde ne se mobilise pas pour l’arrêter. Il doit comprendre qu’on ne le laissera pas faire. La communauté internationale doit cesser de recourir à des compromis. Elle doit prendre des sanctions beaucoup plus efficaces. Et je vois que c’est ce que préconise la France.

  • permalien une bille :
    7 décembre 2009 @23h28   « »

    Lou, il ne faut pas faire des coups comme ça, j’ai failli en avaler mon clavier !

  • permalien Frank :
    8 décembre 2009 @00h19   « »

    Article mensonger, le vrai titre est Alain Gresh se fait le porte-paroles des injonctions arabes de destruction d’Israel et de ses habitants.

  • permalien Orangerouge :
    8 décembre 2009 @00h51   « »
    Alain Gresh commencez par le lire. Je pense que les deux ci-dessus ont pris un peu de retard

    Et les extrémistes ce sont ceux qui envahissent leurs voisins et massacrent : ce sont les Israéliens.

  • permalien
    8 décembre 2009 @09h11   « »

    Face à l’Iran, il semble que la probable future Première ministre ait un discours de principe sur la scène internationale et une position plus pragmatique sur le fond. Elle déclarait en effet à l’Assemblée générale des Nations Unies, en 2006, qu’« il n’y a pas de plus grand défi à nos valeurs que celui posé par les dirigeants iraniens » quand, en 2007, elle affirmait au quotidien Haaretz que la potentialité d’une arme atomique iranienne n’était pas « une menace existentielle pour Israël » et que cette question faisait l’objet d’un « usage exagéré » par M. Olmert.

    Ou alors l’affirmation de 2007 était purement politicienne ?

    Ce qui est sur c’est que la déclaration de 2006, comme celle de 2009, s’inscrit dans la plus pure tradition de la Chutzpah, Chutzpah qui est la seconde nature de Tzipi Livni.

  • permalien michael :
    8 décembre 2009 @10h59   « »

    Facéties palestiniennes

    - Après avoir annoncé successivement et à haute voix la création unilatérale d’un état en 2011, la tenue d’élections générales le 24/01/10, après avoir menacé de démissionner, Mahmoud Abbas est revenu sur ses déclarations en les annulant. Décidément, au lieu de commencer à construire un état, l’Autorité Palestinienne (AP) s’est mise délibérément dans une impasse. Après avoir compté de 1947 à 1979 sur les armées des états arabes pour se débarrasser des Juifs en Palestine, après avoir mené des actions de terreur, suivies de tirs de roquettes et de mortiers sur des civils israéliens de 1979 à 2009, l’AP adopte aujourd’hui de nouvelles méthodes pour rendre illégitime Israël et le détruire, au lieu de négocier avec lui. La résistance passive à la Gandhi n’étant pas adaptée à la mentalité locale, l’AP fait appel à l’antisionisme et à l’antisémitisme au niveau mondial, en faisant revivre de vieux poncifs de complot juif ou en diffusant de nouveaux mythes sur divers sujets et des rumeurs infondées. L’AP fait appel à toutes les organisations internationales dominées par une majorité pro-islamique et aux Ong bienveillantes pour condamner Israël dans diverses instances ou faire modifier des résolutions internationales en sa faveur (cf ONU 242).

    - En Cisjordanie, les abus de pouvoir ainsi que le meurtre, le viol et la torture sont monnaie courante, selon des témoignages rapportés par le Daily Mail. Le Fatah n’est pas en reste par rapport au Hamas sur ce sujet, alors qu’il se plaint auprès des instances de l’Onu d’excès de Tsahal (rapport Goldstone), en fait fictifs et calomnieux.

  • permalien Sakhra :
    8 décembre 2009 @11h46   « »

    excès de Tsahal (rapport Goldstone), en fait fictifs et calomnieux.

    Mais alors, pourquoi tout ce foin, et toute cette mobilisation contre le rapport Golstone, s’il ne contient que des calomnies ?

    Laissez donc le Tribunal Pénal International en juger, et s’ils s’agit de "calomnies", l’entité sioniste pourra exiger des dommages et intérêts.

  • permalien Noval :
    8 décembre 2009 @12h31   « »

    michael - Message du 8 décembre 10 h 59

    " L’AP fait appel à l’antisionisme et à l’antisémitisme au niveau mondial "

    En quoi la critique de la politique de l’Etat d’Israël serait-elle liée à l’antisémitisme ?

    Au lieu de taxer d’antisémites tous ceux qui dénoncent la politique de cet Etat, pouvez-vous nous indiquer pourquoi le racisme doit être combattu partout dans le monde à l’exception de Israël, pays dans lequel il est pourtant institutionnalisé ?

    Laissez un peu de côté le " niveau mondial " et posez-vous cette simple question : pourquoi la France ne dénonce-t-elle pas le racisme institutionnalisé par Israël ?

    " En Cisjordanie, les abus de pouvoir ainsi que le meurtre, le viol et la torture sont monnaie courante "

    Il me semble que sur cette question, vous êtes quelque peu dans l’erreur.

    N’est-ce-pas en Israël que sont emprisonnés des enfants pour le seul fait qu’ils soient Palestiniens ?
    N’est-ce-pas en Israël que l’on retient " administrativement " des mineurs d’âge Palestiniens sans aucun jugement ?
    N’est-ce-pas Israël qui est régulièrement accusé de pratiquer la torture à l’encontre de ses détenus Palestiniens ?

    Quant à " l’abus de pouvoir " dont vous faites état, n’est-ce-pas Israël qui depuis 1948 en use et abuse dans une totale impunité ?

  • permalien Yann :
    8 décembre 2009 @13h02   « »
    C’est génétique, idiot !

    Sarko :

    Les peuples d’Europe sont accueillants, sont tolérants, c’est dans leur nature et dans leur culture.

  • permalien Yann :
    8 décembre 2009 @17h04   « »
    Le grand hypocrite

    le lien (que j’avais oublié de donner - toujours pas de bleu pour moi, snif) :

    lemonde.fr/opinions/article/2009/12/08/m-sarkozy-respecter-ceux-qui-arrivent-respecter-ceux-qui-accueillent_1277422_3232.html#ens_id=1258775

  • permalien K. :
    8 décembre 2009 @17h39   « »

    Tony Judt :

    Israel doit découdre son mythe ethnique.

  • permalien Nathan :
    8 décembre 2009 @18h08   « »

    Israel doit découdre son mythe ethnique.

    Par contre, la cinquantaine d’Etats appartenant à l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) peuvent conserver leur référence à l’islam et à la chari’a. Eux, ils ont le droit. Ils ont tous les droits. Ils sont pas comme nous, eux. Ils sont nés de la cuisse d’Allah ! Par décret divin, ils sont dispensés d’appliquer chez eux ce qu’ils exigent de notre part.

  • permalien même pas moi :
    8 décembre 2009 @18h24   « »
    Balayer avec une frite

    UN PAYS NE PEUT REVENDIQUER TENDRE VERS LA "DéMOCRATIE"

    QUE S’IL N’IMPOSE AUCUNE RELIGION à CES CITOYENS !

    ça vous va, monsieur le Belge ??

  • permalien Sakhra :
    8 décembre 2009 @18h46   « »

    Pour Estrosi, maire de Nice, un débat sur l’identité nationale aurait pu bloquer Hitler....

    Qui dit mieux ?

    http://www.liberation.fr/brut-de-ne...

  • permalien même pas moi :
    8 décembre 2009 @19h02   « »
    Balayer avec une frite

    Pardon monsieur le Belge sioniste :

    à SES CITOYENS

  • permalien Orangerouge :
    8 décembre 2009 @19h37   « »

    K, c’est un bel article que celui de Tony Judt.
    http://www.ft.com/cms/s/0/7f8fafee-...

    En plus c’est paru dans le "Financial Times", en rubrique "Opinion" ... mais quand même ! ;-)

    Si le pouvoir économique choisit de ne pas investir que dans la guerre des civilisations, il y a peut être un tout petit bout d’espoir quelque part.

    Tony Judt en appelle aux juifs de la diaspora pour qu’ils cessent de vouloir qu’Israël soit un état pour les juifs.

    Il fait le parallèle avec d’autres diasporas (Irlandaise, Grecque, Arménienne ou Ukrainienne) dont le rôle a longtemps été d’attiser le nationalisme ethnique étroit du pays d’origine.

    Pour Judt, l’arrêt du soutien apporté par les Irlandais américains aux actions violentes des Catholiques d’Irlande a contribué à l’apaisement du conflit en Irlande.

  • permalien Yann :
    8 décembre 2009 @19h46   « »

    ça y est :

    israelpalestine.blog.lemonde.fr/2009/12/08/jerusalem-future-capitale-de-deux-etats/#xtor=RSS-32280322

    L’ Union européenne déclare :

    (...) une voie doit être trouvée pour résoudre par la négociation le statut de Jérusalem comme future capitale de deux Etats.

    Et tout le blabla habituel.

    Le gouvernement israélien n’a que faire de toutes ces paroles, de tous ces écrits.

    (...) l’Union européenne ne reconnaîtra aucune modification aux frontières d’avant 1967

    Et alors ? Puisqu’Israël est membre de facto de l’Union européenne (dixit Solana) et que les relations commerciales et militaires vont bon train, le reste importe peu.

    Alala ! Obama, Sarko and co. se foutent de nous, des Palestiniens, du peuple en général, et nous, on en redemande !

  • permalien Lou :
    8 décembre 2009 @20h43   « »
    Ah ben mince alors, on fait plus ce qu’on veut ?

    Jérusalem, israélo-palestinienne ?

    Nouvelle provocation. Les ministres européens des Affaires étrangères ont voté une résolution, mardi, selon laquelle les 27 Etats membres de l’Union européenne (UE) reconnaissent Jérusalem comme étant à la fois la capitale d’Israël et d’un futur Etat palestinien. "L’UE ne reconnaîtra aucun changement des frontières définies avant 1967, y compris à Jérusalem", indiquait l’une des premières versions du texte européen transmise à l’Associated Press.

  • permalien K. :
    8 décembre 2009 @21h12   « »

    Andrew Kadi et Aaron Levitt, The Guardian, 08/12/2009 :

    Le mois dernier, une organisation sans but lucratif sise à Brooklyn appelée le Fonds d’Hébron [Hebron Fund], qui soutient les colons juifs dans la ville de Hébron occupée par Israël, a tenu une collecte de fonds au Stade des Mets de New York.

    L’organisation poursuit son activité de collecte malgré les appels à son annulation des organisations de défense des droits des États-Unis, de Palestine et d’Israël. Le fait que le Fonds d’Hébron ait recueilli des centaines de milliers de dollars pour des colons extrémistes israéliens dans un lieu important des Etats-Unis sans réaction publique est un signe inquiétant pour ceux qui espèrent que les États-Unis peuvent jouer un rôle constructif pour parvenir à une paix juste au Moyen - Orient.

    Peut-être plus inquiétant encore, selon l’éditorialiste du Washington Post David Ignatius : "Une recherche des dossiers de l’IRS [organisme gouvernemental US chargé de la collecte des taxes] a identifié 28 groupes de bienfaisance américains qui ont fait un total de 33.4m $ de dons exonérées d’impôt aux colonies [juives] et organisations connexes, entre 2004 et 2007." Certaines des organisations les plus grandes, dont Friends of the Ateret Cohanim et les Friends of Ir David, qui dirigent toutes deux la prise du Jérusalem-Est Palestinien par les colons juifs, sont basées à New York.

    Les colonies de peuplement israéliennes violent la Convention de Genève qui interdit à une puissance occupante de transférer sa population dans le territoire occupé, et l’expansion des colonies israéliennes sont en contradiction directe avec l’appel des Etats-Unis pour un gel des colonies.

  • permalien Lou :
    8 décembre 2009 @21h15   « »
    Jérusalem : Paris s’est fait le porte-parole des injonctions israéliennes

    Israël et Palestiniens satisfaits, mais avec des réserves

    Israéliens et Palestiniens se sont félicités, mais avec des réserves, de la déclaration de l’Union européenne.

    « Compte tenu de la version de départ extrême soumise par la présidence suédoise, nous ne pouvons que nous féliciter qu’au bout du compte, la voix des Etat responsables et équilibrés ait prévalu », a réagi le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué.(...)

    « Compte tenu des efforts du gouvernement israélien pour contribuer à une reprise des négociations, il est regrettable que l’Union européenne ait choisi d’adopter un texte qui ne contribue pas à cette cause », conclut le communiqué israélien.

    De son côté, l’Autorité palestinienne a regretté que le contenu de cette déclaration ait été édulcoré au regard de sa version initiale. « C’est un pas positif même si nous espérions quelque chose de plus fort et de plus clair », a déclaré Nimr Hamad, un conseiller politique du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. « Nous considérons néanmoins cela comme une étape positive », a-t-il ajouté, en critiquant « l’ampleur des pressions exercées par Israël et d’autres, dont des pays européens, pour modifier le texte. »

    les efforts de l’état d’Israël :

    Les Palestiniens sont vus à l’intérieur d’un passage nouvellement construit du côté palestinien du passage d’Erez, au nord de la bande de Gaza, le mardi 8 décembre 2009.(AP Photo/Hatem Moussa)

  • permalien K. :
    8 décembre 2009 @21h46   « »

     :-)

  • permalien même pas moi :
    8 décembre 2009 @22h09   « »

    @ K.,

    Quelle allégorie ! (merci de citer vos sources pour m’aider à comprendre le contexte - une colonie israélienne en arrière-plan ?, lol)

  • permalien K. :
    8 décembre 2009 @22h54   « »

    @ MPM

    Ma réaction a été la votre.

    La source (rien à voir...)

  • permalien Lou :
    8 décembre 2009 @23h04   « »

    Jérusalem “future capitale de deux Etats”

    Gilles Paris montre des cartes avec les frontières de Jerusalem/al Qods 1947-2000

    et aussi l’intégral du communiqué européen en anglais

  • permalien Zulfikar :
    8 décembre 2009 @23h12   « »
    Pourquoi Jérusalem ? l’agenda caché d’Israël (1/2)

    Bonsoir à tous,

    Récemment, Dan Lieberman, rédacteur en chef d’Alternative Insight, a publié un article sur l’importance de Jérusalem pour le gouvernement israélien.

    Pourquoi Jérusalem ? l’agenda caché d’Israël, est une synthèse à la fois historique et politique de Jérusalem.

    D’abord l’auteur rappelle l’absence d’un passé historique vérifiable qui prouverait une présence juive à Jérusalem1.

    Toutefois [écrit l’auteur], en insistant sur le mot « unifiée », Israël masque l’absence d’un passé historique vérifiable qui pourrait le justifier, un passé qui lui donnerait plus de poids pour tout intégrer dans une Grande Jérusalem artificielle à l’intérieur de ses frontières. Cumulée à ses incohérences et ses contradictions, l’impatience d’Israël à créer une Grande Jérusalem sous son contrôle total devient suspecte. Cette concentration intensive sur une Jérusalem « unifiée » révèle un agenda caché qui ternit le regroupement religieux et au contraire accentue la division, la haine et le différend. (…)Le Mur occidental souvent évoqué n’est pas directement lié au second Temple. Rien ne reste du Temple juif qui a été localisé à Jérusalem, pas même une pierre.

    Plus loin, l’auteur évoque un plan directeur consistant à intégrer Jérusalem-Est à Israël. Cela se traduirait, en principe à accepter entre 160 000 et 225 000 palestiniens. Evidemment, c’est hors de question :

    Où iraient-ils ? Les vieux quartiers juifs historiques de Jérusalem-Ouest ont vu leurs spécificités méticuleusement entretenues, ou ont été reconstruits dans leur style original, alors que les vieux quartiers arabes de Jérusalem-Est ont été totalement négligés (tout le Jérusalem-Est arabe est négligé) ou détruits. Combien de dégradations et de destructions les Palestiniens pourront-ils supporter avant de se décider à partir ? Les constructions de maisons juives dans les quartiers arabes de Jérusalem-Est se poursuivent, ainsi que les démolitions de maisons arabes, déclarées construites ou acquises illégalement. Sur 44 dunums (4,4 hectares) de terrain saisis à des familles palestiniennes, une entreprise privée a construit la communauté gardiennée de Nof Zion, et a opportunément séparé le quartier palestinien de Jabal Al-Mukabir des autres secteurs de Jéruselem-Est. Pas la peine pour les Arabes d’y souscrire. Les copropriétés d’un million de dollars sont annoncées pour les actionnaires américains.

  • permalien Zulfikar :
    8 décembre 2009 @23h12   « »
    Pourquoi Jérusalem ? l’agenda caché d’Israël (2/2)

    Tout ceci est prémédité – comme toujours – par les Israéliens.

    L’agenda caché consisterait à unifier Jérusalem pour des raisons à la fois géopolitique (besoin d’une capitale prestigieuse), économique (d’un point de vue touristique) idéologique (Israël serait définitivement le foyer du peuple juif) et politique (En contrôlant tous les lieux saints, Israël s’impose à l’attention des dirigeants musulmans et chrétiens).

    Puis de conclure en rappelant une inscription dans le Musée de la Citadelle de David : « La terre d’Israël est le centre du monde, et Jérusalem est le centre de la terre d’Israël ».

    De ce qui précède, on comprend pourquoi une loi fondamentale israélienne du 30 juillet 1980 fit de Jérusalem la « capitale éternelle » d’Israël et, en dépit des condamnations du Conseil de sécurité de l’ONU.

    Mais, plus grave, en 1995, sous l’administration Clinton2 le Congrès américain a fait passer une loi au Congrès établissant que « Jérusalem devrait être reconnue capitale de l’État d’Israël », et que l’ambassade américaine devrait être déplacée à Jérusalem au plus tard le 31 mai 1999.

    Depuis, le déménagement de l’ambassade a systématiquement été reporté, deux fois par an, par le président américain. Les termes de ces reports précisent cependant que l’administration est engagée dans le processus de déplacement de l’ambassade à Jérusalem. Une des conséquences de la loi de 1995 est que les documents officiels américains abordent Jérusalem comme la capitale d’Israël.

    Sans oublier la caution du président Bush dans sa lettre adressée à Ariel Sharon datée du 14 avril 2004, où il écrivait qu’un « retour aux frontières de juin 1967 est irréaliste ». Obama ne l’a pas remise en cause.

    Salutations à tous. A bientôt.

    Notes
    1. Faut-il rappeler que les fouilles entreprises sur l’esplanade des mosquées (Mont du Temple pour les Juifs) par Benjamin Mazar en 1968, furent celles qui demandèrent le plus grand mouvement de terre en Israël. Les travaux continuèrent jusqu’en 1978.
    Il ne trouva rien. Dix ans pour rien. Margaret Steiner, dans un article paru dans le numéro de juillet/ août 1998 Biblical Archaeology Review conclut : « Ce n’est pas ici » - aucune trace archéologique montrant qu’il y ait eu un quelconque temple de Salomon.

    2. Le président américain qui reprochait à Arafat d’avoir été responsable des échecs des négociations (sic) de l’an 2000 à Camp David.

  • permalien Lou :
    8 décembre 2009 @23h16   « »
    GAZA

    traduction google du point 9

    9. Gravement préoccupé par la situation à Gaza, le Conseil invite instamment à la pleine application de la résolution 1860 et le plein respect du droit international humanitaire. Dans ce contexte, la politique constante de fermeture est inacceptable et politiquement contre-productive. Elle a dévasté l’économie du secteur privé et endommagé l’environnement naturel, notamment l’eau et les autres ressources naturelles. L’UE réaffirme à nouveau sa demande d’une ouverture immédiate, durable et sans condition des points de passage pour le flux de l’aide humanitaire, des marchandises commerciales et des personnes à destination et en provenance de Gaza. Dans ce contexte, le Conseil appelle à la mise en œuvre intégrale de l’Accord réglant les déplacements et l’accès. Bien que les extrémistes ont à gagner de la situation actuelle, la population civile, dont la moitié sont âgés de moins de 18 ans, en souffre. Tout en reconnaissant les besoins de sécurité légitimes d’Israël, le Conseil continue d’appeler à un arrêt complet de toutes les violences et de la contrebande d’armes vers Gaza. Le Conseil demande à ceux qui détiennent le
    soldat israélien enlevé, Gilad Shalit de le libérer sans délai.

    Le conseil ne mentionne pas la vente d’armes à l’armée israélienne ni la libération des milliers de prisonniers palestiniens.

    Entrée interdite à Gaza

    Le gouvernement du Premier ministre Binyamin Netanyahou applique une politique qui, bien qu’elle ne soit pas officielle, interdit de facto l’entrée dans la bande de Gaza à des hommes politiques. (...)

    Le leader républicain d’Irlande du Nord, Gerry Adams, s’y est rendu en avril mais sa visite a eu lieu moins de deux semaines après la mise en place du nouveau gouvernement.

    Depuis, Israël a refusé les requêtes du ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, du ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu et maintenant de Martin. En revanche les diplomates d’un moindre niveau et l’aide humanitaire continuent de circuler.

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @08h45   « »

    Je m’appelle New York Times donc je suis le quatrième pouvoir. NYT : si tu n’arrives pas à éviter les victimes civiles, fais en sorte que cela ne se sache pas.

    Obama must be judicious about expanding [the drones program]. That means three things : extremely careful targeting, no civilian casualties or as few as possible, and no publicity.

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @08h51   « »

    Erreur d’aiguillage..

    L’Israélienne Amira Hass : Si nous n’avions pas saboté et honteusement profité de “Oslo”, nous ne serions pas devenus aussi méprisables.

    … en 1993, nous avons raté une occasion unique de nous développer comme entité, dont le but n’est pas l’expansion territoriale au détriment d’un autre peuple - qui s’était préparé pour des concessions très douloureuses au nom de son indépendance et dans un souci de paix.

    Nous avons manqué une chance de bannir l’acte de dépossession des chromosomes institutionnel et mental de notre État.

  • permalien Ana :
    9 décembre 2009 @11h55   « »

    Le lien menant à l’article d’Amira Hass de ce 9 décembre et cité par K. doit être le suivant : Israel has made settlers of all its citizens.

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @12h09   « »

    Je ne m’étais pas rendu compte que le lien n’était pas fonctionnel.

    Merci Ana.

  • permalien OuLaLA33 :
    9 décembre 2009 @13h09   « »

    Bonjour voici mes premiers pas sur le blog du monde diplo...Avant tout chose j aimerai remercié se journal pour leurs travail d objectivité et un gros travail d analyse sans essayer de prendre un parti pris.

    En tous cas merci et continuez

  • permalien Sinead :
    9 décembre 2009 @14h17   « »

    To Zulfiqar,

    I wouldl like to thank you for your comments. It’s a wonderful blog. Nice people out there.

    J’aime tres beaucoup vos posts.

    This song is for you Zulfiqar :

    http://video.google.fr/videosearch?q=kifak%20inta&hl=fr&ned=fr&tab=nv#q=kifak+inta&hl=fr&ned=fr&tab=nv&qvid=kifak+inta&vid=3022196561400830208

    Keep on fighting.

  • permalien Sinead :
    9 décembre 2009 @14h22   « »
  • permalien Tête d’épingle :
    9 décembre 2009 @14h42   « »

    Iran : C’est pas Meyssan qui l’a dit.

  • permalien Zulfikar :
    9 décembre 2009 @17h47   « »

    Bonsoir à tous,

    Aujourd’hui, la Knesset, réunie en assemblée plénière, a massivement approuvé des amendements à la loi exigeant un référendum sur les retraits des territoires par Israël, y compris les hauteurs du Golan.

    Et dire que le ministre des affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman, est prêt à des discussions avec la Syrie sans médiateurs et sans conditions préalables (sic).

    Quant au sort de Jérusalem, le porte-parole du département d’Etat, Philip Crowley a réagi à l’initiative de l’Union européenne : "Nous pensons qu’en tant que question relevant du statut définitif, c’est dans le cadre d’une négociation formelle entre les parties directement qu’elle sera le mieux traitée".

    En fait, il s’agit de laisser du temps à Israël de remporter " la guerre des berceaux" qui consiste à laisser les Ultras-orthodoxes israéliens au taux de fécondité record de 7 enfants par femme dans la région de massivement coloniser la Cisjordanie et d’imposer, encore une fois, le fait accompli. Sachant que Le taux de fécondité des femmes palestiniennes est aux alentours de 4.5 enfants par femme, il est en baisse constante depuis les années 80.

    Salutations à tous.

    @ Sinead,
    You must be Irish, right ? The wind that shakes the barley.

    Merci pour Fairouz et Ziad. Bises.

  • permalien
    9 décembre 2009 @18h46   « »
    Orangerouge a écrit

    Tous ne souhaiteront pas revenir en Palestine mais reconnaître leurs droits est essentiel.

    Quel pourcentage sur quel total ?

    Pour quelles diverses raisons à votre avis ?

    Tout partisan de deux états définitifs valide les crimes sionistes et nie l’inaliénable droit au retour

    Il ne peut se dire ami sincère des Palestiniens.

    Et son sens éthique laisse beaucoup à désirer, même plus de soixante ans après.

    En ce sens l’UE n’aurait dû reconnaître que les déjà très injustes frontières de la résolution 181 et l’internalisation de Jérusalem

  • permalien Orangerouge :
    9 décembre 2009 @18h57   « »

    A l’anonyme ci-dessus, je ne faisait que citer la position d’ Ali Abunimah.

    Je ne suis pas Palestinienne et je n’ai pas d’éléments de connaissance là dessus, je ne me prononce donc pas sur le fait de savoir s’ils souhaiteraient tous revenir en Palestine, ou bien si certains préfèreraient une compensation financière.

    De toute manière actuellement les occidentaux et Israël dénient tout droit aux Palestiniens, à par celui de prendre une balle ou un obus israélien.

  • permalien Yasmina :
    9 décembre 2009 @19h46   « »

    L’agenda caché consisterait à unifier Jérusalem pour des raisons à la fois géopolitique (besoin d’une capitale prestigieuse), économique (d’un point de vue touristique) idéologique (Israël serait définitivement le foyer du peuple juif) et politique (En contrôlant tous les lieux saints, Israël s’impose à l’attention des dirigeants musulmans et chrétiens

    cher Zulficar,

    Que faut-il en penser ? Que Jerusalem est programmé pour devenir le prochain coeur /monde comme le fut jadis Baghdad ? Le prochain conflit pour le leadership qu’on nous déclare pour le bien de l’humanité sera entre qui et qui ? USA versus Israel ? Du coup, le manifeste du hezb prend une autre dimension...

    amicalement

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @20h42   « »

    @ Zulfi et Yasmina : attention à la sionisation du langage....

    Voila un avant-gout de la “capitale prestigieuse”..“comme le fut jadis Baghdad”

    "À notre grand regret, des ordinateurs contenant toutes sortes de “to’eva” ont été trouvés dans les appartements qui ont été loués aux garçons (étudiants des yeshiva) sans supervision," dit le poster. "Gedolei Yisrael (Les rabbins les plus vénérés de la génération) ont interdit la possession d’ordinateurs par les étudiants des yeshiva, et par conséquent il a été décidé lors d’une réunion des rabbins et des éducateurs du quartier de faire la garde. Pour déposer une plainte, appelez ce numéro…"

  • permalien Lou :
    9 décembre 2009 @20h54   « »
    quand Paris se fait le porte-parole des injonctions israéliennes
  • permalien Lou :
    9 décembre 2009 @21h20   « »

    René Backmann du Nouvel obs publie le rapport confidentiel des diplomates européens sur la colonisation israélienne à Jerusalem-Est

    Le rapport confidentiel de l’Union européenne sur Jerusalem

    Un rapport très factuel

    Le dernier de ces rapports est daté du 23 novembre 2009. Comme les deux précédents il n’est pas destiné à être rendu public, mais le Nouvel Observateur a pu se procurer le texte intégral de ce document de 14 pages, complété par l’examen d’un cas précis (le quartier de Sheikh Jarrah) et un tableau des démolitions de maisons et des déplacements de personnes à Jerusalem-est entre janvier et octobre 2009.
    Selon ce document, dont l’existence a été dévoilée il y a une semaine par le quotidien israélien Haaretz, qui en a cité quelques extraits, "les développements à Jerusalem-est en 2009 ont été caractérisés par l’expansion de la colonisation et un nombre considérable de maisons démolies et de palestiniens expulsés. Israël poursuit activement, par des moyens pratiques, l’annexion illégale de Jerusalem-Est en affaiblissant la communauté palestinienne de la ville, en empêchant le développement urbain des palestiniens et, au bout du compte en séparant Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie". Exemples précis à l’appui, le rapport constate que 30% de la population palestinienne de la Ville sainte a été de facto expulsée et accuse le gouvernement israélien et la municipalité de Jerusalem de changer délibérément l’équilibre démographique de la ville et de soutenir les entreprises de deux organisations d’extrême droite, Ateret Cohanim et Elad qui achètent des maisons dans les quartiers palestiniens de la ville pour augmenter le nombre de colonies juives au cœur du quartier musulman. Dans le faubourg de Silwan, où vivent plus de 30 000 habitants, pour la plupart palestiniens, les habitants n’ont reçu, depuis 1967 que 20 permis de construire de la municipalité de Jerusalem, constate le rapport. Conséquence : la majorité des habitations ont été construites sans permis et sont donc en danger d’être démolies.

  • permalien Nathan :
    9 décembre 2009 @21h29   « »

    L’affichette complaisamment exhibée par le sous-marin du Hezbollah est de celles que l’on voit dans le quartier ultra-religieux de Méa Shéarim. Dans sa grande ignorance, il oublie de dire que ces ultra-orthodoxes sont minoritaires en Israël et que de surcroit, un certain nombre d’entre-eux sont anti-sionistes comme lui.

    Il oublie, bien sûr, de dire qu’Israël est un pays de pointe en informatique, que 120 sociétés israéliennes sont cotées au Nasdaq et qu’il utilise probablement sans le savoir des outils informatiques d’origine israélienne. Pour le reste, ces yeshivas ne sont pas très différentes des écoles coraniques et j’ai l’impression dans celles-ci les ordinateurs et Internet ne doivent pas être très répandus sauf pour les besoins de la propagande, bien entendu.

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @21h51   « »

    Attention, disais-je donc, à la sionisation du langage :

    Le Ministre de la Justice Yaakov Ne’eman a dit Mardi [08/12/2009]que les lois de la Torah devaient être adoptées en Israel.

    S’exprimant lors d’une conference rabbinicale à Jerusalem Ne’eman a dit, "La gloire passée doit être restaurée, laissons les les lois de la Torah devenir les lois de l’Etat d’Israel." Les rabbins ont répondu par un tonnere d’applaudissements et une ovation retentissante.

  • permalien Lou :
    9 décembre 2009 @21h55   « »

    Contentieux sur les biens de l’Eglise : une délégation israélienne au Vatican

    (...)Le Saint-Siège réclame la reconnaissance pleine et entière des droits juridiques et patrimoniaux des congrégations catholiques et la confirmation des exemptions fiscales dont bénéficiait l’Eglise au moment de la naissance d’Israël en mai 1948 et que les Nations unies avaient demandé à l’Etat hébreu d’honorer.(...)

    L’Etat hébreu souhaite garder un droit d’expropriation dans le cas où il serait amené à effectuer des "travaux d’infrastructure" sur les terrains limitrophes de ces sites.

    "Nous allons insister sur notre droit d’expropriation" de propriétés du Vatican en cas de besoin, souligne le communiqué du ministère.

    L’une des questions les plus délicates concerne le Cénacle de Jérusalem, un bâtiment de deux étages situé au sommet du Mont Sion, à l’endroit où se serait déroulée la Cène (le dernier repas du Christ avec ses disciples).

    "Tout ce qui concerne Jérusalem et le Mont Sion va rester sous souveraineté israélienne entière. La question n’est pas négociable", a précisé un responsable israélien.

    Un autre contentieux entre les deux Etats touche l’Hospice des Filles de la charité de Saint-Vincent de Paul à Jérusalem qui s’occupe de Palestiniens handicapés mentaux et physiques et dont la propriété, proche du quartier chrétien de la Vieille Ville, est revendiquée de part et d’autre devant les tribunaux israéliens depuis 1974.

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @22h05   « »

    Il oublie, bien sûr, de dire qu’Israël est un pays de pointe en informatique, que 120 sociétés israéliennes sont cotées au Nasdaq

    Et qu’Israël tressaille de gloire de tuer des enfants qu’elle a préalablement sous-nutri ?

    L’alliance du Sabre et du Goupillon (sioniste) ?

    C’est ça le “prestige” ? Cette régression infecte serait du prestige ?

    Seulement en adoptant le langage sioniste.

  • permalien Zulfikar :
    9 décembre 2009 @22h13   « »
    Guerre des berceaux et Référendum (1/2)

    Bonsoir à tous,

    Bonsoir Yasmina, Bonsoir K.,

    Que faut-il en penser ? Que Jerusalem est programmé pour devenir le prochain coeur /monde comme le fut jadis Baghdad ? Le prochain conflit pour le leadership qu’on nous déclare pour le bien de l’humanité sera entre qui et qui ? USA versus Israel ? Du coup, le manifeste du hezb prend une autre dimension...

    En fait, d’après Azmi Beshara - mais je n’en suis pas tout à fait sûr - le projet serait le suivant : La Mecque serait pour les Musulmans, le Vatican pour les Chrétiens (et on se fout pas mal de ce que peuvent en penser les Chrétiens Orthodoxes entre autres) et, enfin , Jérusalem pour les Juifs.

    Ce que j’ai oublié de dire dans mon post précédent sur le référendum nécessaire, dorénavant, pour le retrait des territoires occupés y compris le Golan syrien, c’est que 80% des suffrages seront nécessaires pour que le référendum soit validé.

    Autrement dit, si 60% des suffrages sont exprimés pour le retrait des territoires occupés, c’est-à-dire une majorité nette et massive, eh bien, cela ne sera pas suffisant.

    Dès lors, sachant que les Juifs ultra-orthodoxes représentent 12 à 15% de la population israélienne et sont foncièrement hostiles à toute idée de retrait et connaissant leur détermination et leur mobilisation qui sont très fortes en période électorale - sans compter que bon nombre d’Israéliens votant à droite y sont également hostiles- , il apparaît clairement que les Ultra-orthodoxes sont de facto une minorité de blocage en cas de référendum.

  • permalien Zulfikar :
    9 décembre 2009 @22h13   « »
    Guerre des berceaux et Référendum (2/2)

    Vu la politique nataliste et la "guerre des berceaux" actuelle, il sera impossible qu’un vote populaire par voie référendaire puisse aboutir au retrait des territoires occupés.

    Dès lors, le droit international est devenu - hélas - un charabia, dont jour après jour, il perd de sa substance à la lumière des faits accomplis sur le terrain.

    Comme je l’ai déjà dit, voilà où la logique de Sadate aboutit 1.

    Plus grave, une mutinerie de soldats a soulevés les inquiétudes en Israël menée par des soldats pro-colons, qui a soulevé les craintes d’une extension des mutineries dans les rangs, dans tout changement futur concernant les colonies.

    Cette mutinerie a eu lieu le mois dernier.

    On appréciera la réaction de Nethanyahou qui est très révélatrice2. Le vote de la Knesset, aujourd’hui, est une capitulation face aux colons.

    Je ne peux que souscrire au combat que mène le Hezbollah car c’est le seul mouvement à avoir réussi à déloger Israël d’un territoire occupé et à le libérer.

    @ K.,

    Cher K.,

    Effectivement, après la judaïsation des noms des villes arabes, place à la sionisation du langage.

    Très amicalement. A bientôt. Petite pause.

    Notes et références
    1. Un sondage datant de mars 2009 indique que 89% des Israéliens souhaitent que leur armée réoccupe le Sinaï..

    2. « Notre sécurité et notre existence dépendent des Forces de Défense d’Israël (IDF), » a indiqué Netanyahu aux journalistes. « Si vous favorisez la désobéissance, vous provoquerez la chute de l’Etat. Il n’y a aucune place pour la désobéissance. »

  • permalien Nathan :
    9 décembre 2009 @22h17   « »

    Même en admettant que Tzipi Livni songe à expulser tous les Palestiniens vivant en Israël vers un Etat palestinien (ce qui est loin d’être prouvé), il est aberrant de parler de "solution finale" au sens des nazis. La solution finale au sens des nazis, c’était l’extermination physique, pas l’expulsion vers un autre territoire. Mais il est vrai que ce genre de nuances échappe sans doute à la bande d’antisionistes fanatisés qui sévissent sur ce blog.

  • permalien Lou :
    9 décembre 2009 @22h17   « »

    « Je souhaite ardemment que l’on trouve un accord de paix au Moyen-Orient. Je pense d’ailleurs que ce n’est pas très difficile, contrairement à ce que tout le monde répète.
    Néanmoins, cet accord ne peut pas être négocié, car ni les dirigeants israéliens ni les responsables palestiniens ne sont en situation de se prononcer pour un compromis.
    Il doit être imposé par la communauté internationale, qui est d’accord sur son contenu. Tous les grands pays extérieurs à cette région savent ce qu’il faut faire, mais ils ne le font pas.
    J’attends le jour où ce sera fait aux Nations unies, et je pense que ce jour-là, il y aurait un immense soulagement du Moyen-Orient et de l’Europe, qui est très proche. »

    Qui a dit ça ?
    Un homme politique français.
    Romancier à ses heures.
    Oui !

  • permalien K. :
    9 décembre 2009 @22h31   « »

    Le sabre et le goupillon, au service de l’indice Nasdac bien sur.

  • permalien Orangerouge :
    9 décembre 2009 @22h31   « »

    Giscard nous dira-t-il pourquoi les politiques occidentaux ne disent ces vérités qu’une fois en fin de carrière, quand ils ne risquent plus de représailles.

  • permalien Nathan :
    9 décembre 2009 @22h37   « »

    J’ai beau lire les articles concernant le projet de loi sur le référendum, je ne vois pas où notre expert auto-proclamé Zulfikar été pécher qu’il fallait réunir 80% des voix populaires pour approuver un accord de paix. Il faut une majorité préalable d’une seule voix à la Knesset (61 voix sur 120) en faveur d’un accord et celui-ci doit être ensuite soumis à un référendum populaire en déans des 80 jours.

    http://www.google.com/hostednews/af...

  • permalien Yvan :
    9 décembre 2009 @22h55   « »

    Nathan : il est aberrant de parler de "solution finale" au sens des nazis.

    Qui parle des nazis ? Ce qui est choquant c’est de parler de "solution national", ou de "croissance naturelle". Une façon délicate de rappeler leur jeunesse aux quelques rescapés.

  • permalien Zulfikar :
    9 décembre 2009 @23h12   « »
    ERRATUM

    Ce que j’ai oublié de dire dans mon post précédent sur le référendum nécessaire, dorénavant, pour le retrait des territoires occupés y compris le Golan syrien, c’est que 80% des suffrages seront nécessaires pour que le référendum soit validé.

    Effectivement, j’ai fait une grande confusion en lisant le fil d’infos sur le site d’Al Jazeera. Et j’en porte l’entière responsabilité.

    Le projet de loi propose que si le gouvernement ou la Knesset venait à prendre la décision d’un retrait de territoire sous souveraineté israélienne totale, tels le Golan ou Jérusalem Est, la question devrait être portée à un referendum national dans un délai de 180 jours après avoir passé la Knesset. Seul un vote de 80 membres de la Knesset ou plus annulerait la nécessité d’un referendum.

    Je présente mes plus humbles excuses à tous les contributeurs du blog.

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire