En kiosques : octobre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Gaza-Berlin

par Alain Gresh, 23 mai 2010

Doha, 23 mai 2010

Le cinquième forum de la télévision Al-Jazeera vient de s’ouvrir à Doha, Qatar. Ici, les nouvelles principales concernent le départ pour Gaza d’une flottille de neuf bateaux afin de briser le blocus et d’apporter du matériel pour aider à la reconstruction, ainsi que du matériel médical et scolaire, à ce petit territoire où s’entassent 1,5 million de Palestiniens, étranglés depuis plusieurs années. Les navires les plus grands viennent de Turquie, mais ils devraient être rejoints par d’autres vaisseaux qui partiront d’Athènes et de Crète (« Aid convoy sets off for Gaza », Al-Jazeera English, 23 mai).

L’opération se place sous l’égide de « The European Campaign to end The Siege on Gaza », sur le site duquel on trouvera tous les détails et le suivi de l’action en cours.

Un des éléments importants est évidemment l’implication des autorités turques dans cette opération. Le premier ministre turc Recip Erdogan s’est personnellement engagé dans cette action. La volonté israélienne d’interdire à la flottille l’accès à Gaza risque de détériorer encore plus les relations entre Israël et un pays musulman qui était, jusqu’à ces dernières années, un de ses principaux alliés.

Le blocus de Gaza dure depuis au moins juin 2007, date qui a marqué la rupture entre le Fatah et le Hamas. Quoi qu’on pense de ces événements, pourquoi la population civile devrait-elle en payer le prix ? Il s’agit, ni plus ni moins, d’une prise d’otage par les autorités israéliennes. Les destructions commises lors de l’agression israélienne de décembre 2008 ont rendu la situation encore plus insupportable, forçant même l’Union européenne et les Etats-Unis à demander la levée du blocus. Mais comme ces déclarations n’ont été suivies d’aucune action, d’aucune sanction, le gouvernement israélien poursuit une politique qui relève du crime de guerre.

Les preuves en sont multiples, notamment un rapport, encore un, des Nations unies (« Un rapport de l’ONU dénonce le blocus israélien dans la bande de Gaza », LeMonde.fr, 23 mai) : « Selon un rapport de l’ONU, le blocus qu’Israël impose à la bande de Gaza continue d’entraver gravement la reconstruction des bâtiments et infrastructures détruits lors de l’offensive israélienne de décembre 2008-janvier 2009. A ce jour, seuls 25 % des dégâts ont pu être réparés, plus d’un an et demi après l’offensive dévastatrice “plomb durci”. »

Cette tentative de briser le blocus fait la Une d’Al-Jazeera, alors qu’il y a fort à parier que les télévisions françaises ou américaines ne lui accordent aucune place. Il ne s’agit pas seulement de différence de perspective ; ici, on y voit une preuve de plus de ce que le discours de l’Europe et des Etats-Unis sur les droits humains n’est que pure propagande.

Pour en revenir au cinquième forum d’Al-Jazira, il a été ouvert par une longue intervention de Robert Fisk, journaliste au quotidien The Independent (Londres), l’un des meilleurs et des plus courageux journalistes couvrant le Proche-Orient. Son allocution est disponible sur l’une des chaînes d’Al-Jazira, mais je n’ai pas été capable de la retrouver, je laisse le soin à un lecteur de le faire et j’ajouterai le lien.

Il intervenait sur les liens entre médias et pouvoir et a surtout développé une analyse des termes que les journalistes emploient et qui, en réalité, sont déjà des prises de position : « processus de paix » pour parler des négociations israélo-palestiniennes ; « combattants étrangers » (en Afghanistan et en Irak), alors que l’on oublie que les principales forces étrangères sont américaines et occidentales ; « parties en conflit », pour occulter que l’on a affaire à un occupant et un occupé.

Sur Gaza, il a dressé une intéressante comparaison. Il fut un temps, dit-il, où il existait un territoire encerclé, soumis à un blocus, menacé par des troupes étrangères et où l’on s’apprêtait à édifier un mur. Il s’agissait de Berlin, en 1948-1949, et le blocus avait été imposé par l’armée soviétique. A l’époque, les Occidentaux étaient intervenus au nom de la démocratie, de la libre circulation des gens, du droit des populations à vivre dignement. Ils avaient même organisé un pont aérien... Il s’agissait alors de défendre « le monde libre ». Mais les Palestiniens ne sont pas des Berlinois, ils ne sont même pas des « Blancs », alors leur sort nous importe bien peu...

PS Selon le quotidien Haaretz, « Israel to Europe : Stop your citizens from sailing to Gaza with aid » (Jack Khoury et Barak Ravid, 17 mai), le gouvernement israélien a demandé aux gouvernements européens d’empêcher leurs citoyens de participer à la tentative de briser le blocus de Gaza. Selon le journal, certains des diplomates ont dit que leur gouvernement s’y emploierait !

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016