Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Comment assimiler les indigènes ?

Comment assimiler les indigènes ?

lundi 12 juillet 2010, par Alain Gresh

Régulièrement, entre deux débats sur la burqa et en attendant la loi qui doit être soumise au Conseil constitutionnel, Eric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, informe la presse que ses services ont refusé la naturalisation française à tel ou tel individu suspect de ne pas avoir assimilé les valeurs essentielles de la République. Selon le site Bladi (9 juillet), ses services ont ainsi refusé la naturalisation d’un Marocain qui refusait de serrer la main aux femmes. Selon le site LePoint.fr du 2 février 2010, « Besson refuse la nationalité française à un homme imposant le voile à sa femme » (il est bien évident que la femme étant un être soumis, c’est l’homme qui lui a imposé le voile).

Eric Besson est dans son rôle de protection de l’identité nationale, cette identité nationale menacée par les nouveaux barbares. Cette pratique est tout sauf nouvelle, et c’est le mérite d’Abdellali Hajjat, docteur en sociologie, de l’éclairer dans un entretien avec Eric Fassin sur le blog Observatoire des questions sexuelles et raciales (« Les normes sociales décryptées par Louis-Georges Tin, Ariel Martín Pérez, Elsa Dorlin et Eric Fassin »). Ce texte, « Burqa : l’assimilation en défaut ? », bien que datant du 26 janvier 2010, mérite qu’on y revienne, car il met en lumière les origines coloniales de la notion d’assimilation.

« La notion de “civilité” est fondamentale pour comprendre les critères de sélection des “naturalisables”. Dans la plupart des colonies de l’empire français, le renoncement au statut personnel “indigène” (musulman, annamite, etc.) était une condition sine qua non pour devenir citoyen français : le reniement de sa religion devait s’effectuer avant d’être soumis au code civil français. A partir des années 1890, les administrations coloniales inventent des “critères de civilisation”. Les candidats doivent maîtriser la langue française (écrit et oral), se détacher au maximum du groupe indigène du point de vue de leurs pratiques culturelles, de leurs fréquentations, etc. »

« Depuis 1927, la définition du “bon assimilé” varie, mais on peut distinguer une constante : quelles que soient les modifications apportées au droit de la nationalité, le profil de l’assimilable ou du naturalisable correspond à la négation du profil de l’immigré, c’est-à-dire l’étranger célibataire, analphabète, pauvre et sans qualification. Ainsi, le célibat, l’analphabétisme, la pauvreté et l’absence de qualification sont implicitement ou explicitement condamnés par l’administration dont l’objectif populationniste est de “produire” de “bons Français” “utiles” à la société. Cette combinaison complexe de critères de naturalisation fait que, depuis les années 2000, une moyenne annuelle de 20% des demandes de naturalisation sont ajournées ou rejetées par l’administration (sans compter les candidats découragés par la procédure et la sélection au guichet). »

Curieusement, souligne le chercheur, les premières victimes, encore une fois, sont les femmes.

« Environ 75% des décisions défavorables (ajournements ou rejets) pour défaut d’assimilation linguistique concernent des femmes. Certains chercheurs considèrent que cette réalité s’explique par des raisons “culturelles”, pour ne pas dire religieuses (enfermement des femmes à la maison, absence de contacts avec la société française, etc.). En fait, les femmes étrangères actuelles sont plus exclues parce qu’elles correspondent au profil des hommes étrangers des années 1950-1960, qui étaient touchés par l’analphabétisme (la même logique administrative exclut le même type de candidat), mais aussi parce que, depuis le début des années 1980, on observe une accentuation du niveau d’exigence de l’administration. Cependant, les attentes linguistiques de l’administration à l’égard des femmes sont différentes : la langue française doit d’autant plus être maîtrisée qu’elles sont censées être chargées de l’éducation de leurs enfants actuels ou futurs qui deviennent eux aussi français par effet collectif. Donc l’enjeu de la mesure de la langue est lié à l’enjeu de la reproduction du corps national français. »

Le port du foulard est-il un défaut d’assimilation ? Dès le début des années 1980, le débat s’engage.

« Il faut attendre 1994 pour qu’apparaisse la première décision jurisprudentielle sur la question (Conseil d’Etat, 23 mars 1994, M. Karshenas Nataf Abadi) : le Conseil d’État annule une décision de refus de naturalisation pour défaut d’assimilation en raison du port du “foulard islamique”, ce qui constitue un camouflet pour la sous-direction des naturalisations et un désaveu de ses pratiques. Ainsi les décisions administratives rejetant ou ajournant un dossier “à cause du comportement vestimentaire”, sans plus de précisions, sont vouées à l’annulation. Par ailleurs, le fait de s’affirmer musulmane de stricte observance et de porter le “foulard islamique” ne constitue pas un motif d’opposition pour défaut d’assimilation, et le fait de porter le “foulard islamique” n’est pas de nature à établir un refus d’adhésion de la requérante aux “valeurs de la République”, et donc un “refus d’intégration”. »

Qu’importe le droit, le gouvernement (de gauche cette fois-ci) va passer outre.

« Malgré la clarté de la jurisprudence du Conseil d’Etat, l’administration va effectuer une distinction entre “bon” foulard et “mauvais” voile. En effet, une circulaire du 12 mai 2000, signée par la ministre socialiste de l’emploi et de la solidarité, Martine Aubry, et le ministre de l’intérieur, Jean-Pierre Chevènement, commande aux agents d’interroger les candidates sur la “signification” de leur hijab. »

Eric Fassin pose alors une question : « En juin 2008, le Conseil d’Etat a confirmé le refus de naturalisation d’une Marocaine, mariée à un Français et mère d’enfants nés en France, dont les médias soulignaient qu’elle portait la “burqa”. Toutefois, ce vêtement n’est pas cité dans la décision : à cette femme, on reprochait plus précisément d’avoir “adopté, au nom d’une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d’égalité des sexes”. Aujourd’hui, c’est le vêtement lui-même qui est en cause. Mais pour justifier l’interdiction systématique, tout en respectant la liberté religieuse, ne faudra-t-il pas, à l’inverse de la décision de 2008, postuler que le “voile intégral” ne relève pas de la religion ? »

« Pour répondre à cette question, il faut d’abord comprendre la logique juridique du Conseil d’Etat et souligner l’importance de la notion de “valeurs essentielles de la communauté française”. Elle a été inventée par l’administration au début des années 1990 pour refuser la naturalisation de candidats dits “islamistes”, puis reprise en 1999 par le Conseil d’Etat pour confirmer une décision défavorable à l’encontre d’un des dirigeants de l’Union des organisations islamiques de France (Conseil d’Etat, 7 juin 1999, Ben Mansour). Le passage par le terrain des “valeurs” permet donc de justifier juridiquement une décision qui, si elle était restée sur le terrain religieux, pourrait être considérée comme une forme de discrimination. Ainsi, la notion de “valeurs essentielles”, jamais définie par la loi, me semble-t-il, est très pratique juridiquement parce que c’est le gouvernement et le juge qui ont le monopole de la définition des “valeurs”. Il n’est donc pas étonnant que le Conseil d’Etat mobilise cette notion pour motiver le refus d’acquisition de la nationalité par mariage. »

« Par contre, si elle a fait ses preuves dans le droit de la nationalité, la notion de refus des “valeurs essentielles” n’est sans doute pas suffisante juridiquement pour motiver l’interdiction systématique dans l’espace public. La notion de “menace à l’ordre public” semble être plus appropriée. Dans tous les cas, le vêtement ne pourra pas être interdit en lui-même : il faut que cette pratique vestimentaire soit mise en relation avec un raisonnement juridique incontestable pour les tribunaux français et européens. »

Sur ce débat concernant la décision de juin 2008, on pourra lire sur le site Arrêt sur images (15 juillet 2008) : « Refus de naturalisation : la faute à la burqa ? Blogs contre journaux, le feuilleton continue ».

Il fut un temps, je peux en témoigner personnellement, où les enquêtes pour naturalisation portaient avant tout sur les opinions politiques des demandeurs, où la police cherchait à débusquer marxistes et autres subversifs étrangers qui menaçaient les « valeurs essentielles » de la République. Désormais, l’ennemi a changé, les pratiques restent les mêmes.

253 commentaires sur « Comment assimiler les indigènes ? »

0 | 100 | 200

  • permalien Marxlamenace :
    12 juillet 2010 @10h59   »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Donc, ’tout le monde il est français’ ?

  • permalien une bille :
    12 juillet 2010 @11h12   « »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Pour la "maitrise de la langue française", il faut admettre qu’il y a un laxisme coupable.

  • permalien Marxlamenace :
    12 juillet 2010 @11h21   « »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Selon vous, la nationalité devrait donc être accordée à toute personne faisant la demande ? Ou y’aurait-il des raisons valables à refuser une naturalisation ? Ou critiquez-vous cette décision uniquement parce que le ressortissant est marocain et musulman ? Pensez-vous honnêtement que refuser de serrer la main d’une femme est un acte parfaitement banal dans la France de 2010 ? Si ce geste n’est pas suffisant pour refuser la nationalité à un étranger qui désire devenir français, quels actes seraient, selon vous, serviraient de justification objective ?

  • permalien Shiv7 :
    12 juillet 2010 @11h45   « »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Marxlamenace : 12 juillet @11h21
    « 

    Pensez-vous honnêtement que refuser de serrer la main d’une femme est un acte parfaitement banal dans la France de 2010 ?

    Moi ce qui me parait pas banal, c’est de refuser la nationalité pour un acte aussi futile, et cela en 2010 et en France..
    Dans le même genre d’idée on pourrait controlé si les futurs requérants sont près à manger un sandwich au jambon avec un verre de rouge, pour les hommes, et pour les femmes se ballader seins nus sur la croisette..

  • permalien une bille :
    12 juillet 2010 @12h48   « »

    Comment un musulman peut-il ne pas transmettre la grippe porcine à la femme de Marxlamenace, sans être déchu de sa nationalité française ?

    Comment évoluent les conventions ? Poignée de mains et grippe A - Rationalité Limitée

  • permalien Paul Laurendeau :
    12 juillet 2010 @13h14   « »

    Assimiler ne marche pas... Sur ces questions d’intégration, il faut doser. Qu’est-ce qu’il faut doser…

    http://ysengrimus.wordpress.com/200...

    Prudence et patience… Et là dessus je trouve que notre mutuelle histoire coloniale fournit un superbe exemple à la réflexion.
    Paul Laurendeau

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @13h21   « »

    La France est une machine à broyer les cultures et les identités, il suffit de se pencher sur son histoire pour voir qu’elle n’a rien d’éternel et que le concept de « Français » est une invention. Ce n’est d’ailleurs pas une spécificité française, le Royaume uni, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, ont procédé plus ou moins de même. Si l’on prend par exemple une région française comme la Cornouaille, elle fait en gros administrativement partie intégrante de la France depuis le Moyen-âge, or dans les faits, jusqu’à il n’y a pas si longtemps de cela, la langue française n’était pas la langue natale de ses populations, la plupart des femmes ne parlaient ni ne comprenaient pas un traitre mot de français, elles avaient vite fait d’oublier ce qu’on leur avait appris pendant leurs quelques années d’école, les hommes l’apprenaient plus ou moins à l’armée et le pratiquaient un peu mieux sans plus. Les femmes ne se vêtaient pas à la française, les habitudes culinaires, culturelles, etc. n’avaient rien à voir avec les canons « français ». Je parle de gens nés à la fin du IXème siècle, de la génération de nos grands parents ou arrière grands parents, pas de Mathusalem et il y avait plein de régions où il en était ainsi. On a brisé leur langue, leur culture, leur religion parfois, pour assoir un pouvoir économique et politique, alors aujourd’hui comment s’étonner que cette même France maltraite à ce point ses immigrés ? Là où cela prêterait presque à sourire si ce n’était pas aussi sordide, c’est quand des Français dont les parents ne l’étaient pas, se font plus royaliste que le roi et viennent nous chanter les valeurs éternelle de « la France »…

  • permalien Yvan :
    12 juillet 2010 @15h48   « »
    Pourquoi assimiler les indigènes ?

    « assimiler les indigènes » - putain de pléonasme !

    A question simple réponse simple :

    On assimile les indigènes en expulsant les allogènes.

  • permalien Tristan :
    12 juillet 2010 @16h23   « »

    joli, Yvan

    Pour moi aussi, un indigène, c’est celui qui est originaire de la terre qu’il habite.

    Je suis, et j’ai pas peur de le dire, un indigène de Suisse et un sale étranger de merde, en Bolivie.

    En Bolivie, par exemple, il faut toujours utiliser le terme d’indigène, pour parler des natifs. Le terme "indien" est fortement raciste et discriminant (mis a à part pour parler des habitants de l’Inde)

    En Bolivie et en Palestine, « Comment assimiler les indigènes ? » pourait avoir un sens, mais en France, j’ai plus de peine.

    Bon, pour les cas boliviens et palestiniens, j’aimerais bien qu’on arrive à trouve une réponse plus complexe que le simpliste :

    On assimile les indigènes en expulsant les allogènes

    En France, la question serait, plutôt :

    comment assimiler les allogènes ?

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @16h53   « »

    Puisque Yvan aime les questions simples, j’en ai une : c’est quoi "un allogène" ?

    A voiloir "expulser les allogènes" vous allez vous retrouver comme à l’âge de bronze, à trois péquins et deux tondus, dans un territoire à peine grand comme la Belgique, en gros en Ile de France, et vous allez expulser des Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, des Jean-Marie Le Pen et autres, originaires d’Europe centrale, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagre, du Maghreb etc.

    Faites attention de ne pas vous expulser vous-même !

  • permalien Shiv7 :
    12 juillet 2010 @17h12   « »

    mezig :
    12 juillet @13h21

    Merci très belle démonstration de la déferlante numérique à travers les ages..

    mezig :
    12 juillet @16h53

    Yvan parlait au second degré, c’est un spécialiste de l’humour noir incompris..

  • permalien Shiv7 :
    12 juillet 2010 @17h23   « »

    Pour répondre à votre question

    c’est quoi "un allogène" ?

    Une bonne façon de définir ce qu’est une chose consiste à dire simplement ce qu’elle n’est pas.. dans le cas présent vous aurez compris que ce qui fait la qualité ou singularité (n’importe laquelle) d’un allogène est simplement qu’il ne soit pas indigène.

  • permalien Shiv7 :
    12 juillet 2010 @17h30   « »

    Correctif

    pas indigène.

    pas un indigène, car indigène, même le passport ne fait pas ce miracle..

  • permalien Cobab :
    12 juillet 2010 @17h51   « »

    Sauf que ce n’est pas l’usage que fit de ce terme l’administration française aux XIXe et XXe siècles : « indigène » désignait tout à fait officiellement les « sujets » de la France, par opposition aux citoyens. Un Kanak ou un Algérien vivant à Paris était un indigène, régi par des lois et règlements spéciaux regroupés, tout à fait officiellement, dans le Code de l’indigénat. Depuis, et jusqu’aujourd’hui, « indigène » désigne celui qui, pour des raisons raciales, a des devoirs mais pas de droits.

    Cela bien sûr, les commentateurs ci-dessus le savent parfaitement, tout aborigènes ou autochtones qu’ils soient. Mais nier ladimension politique, constitutive, du terme est le seul moyen qu’ils trouvent pour dénier le bien-fondé de son usage actuel.

    Pourtant, il suffit d’être passé une demi-journée aux assises de Pontoise ces dernières semaines pour avoir confirmation éclatante que la population française, en métropole même, est divisée par le pouvoir politique (et pas seulement par un racisme individuel plus ou moins résiduel) en citoyens et en indigènes.

  • permalien Yvan :
    12 juillet 2010 @18h45   « »

    Allogène - Wikipédia

    Qui est installé depuis relativement peu de temps sur un territoire, en parlant d’un groupe originaire d’ailleurs, et qui présente encore des caractères nationaux ou ethniques qui le distinguent de la population autochtone.

    * Notre précédente étude a montré quelle est la situation de la seconde ville de France, où une population allogène se superpose ou, pour mieux dire, se substitue à l’ancienne population indigène, ’en voie d’effacement. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @19h12   « »

    Je n’attendais bien évidemment pas de réponse à cette question, et sûrement pas une citation de ce site bidon, c’était une boutade et j’ai la mienne de toute façon. Ce que j’observe, mais je ne suis pas le seul, c’est que nos politiques, complaisamment relayés par des médias aux ordres, manipulent des slogans démagogiques tous droit sortis des poubelles, xénophobie, chauvinisme et autres immondices, il fut un temps où l’Europe inspirait le monde, aujourd’hui c’est le dégoût qu’elle inspire et c’est peu que de le dire...

  • permalien
    12 juillet 2010 @19h18   « »

    Comment d’abord assimiler le titre de ce propos ?

    En Belgique francophone dans les années 50, on pouvait lire sur les étales des bouchers "Viande indigène"

    Ca ne voulait pas dire qu’ils mangeaient des Noirs de leur Congo belge, mais que la viande provenait d’un animal des environs immédiats

    Mais c’était évidemment sujets à plaisanterie

    Sur le fond qu’est-ce que se sentir français ?

    Peut-on encore être fier d’être "par hasard ou non" né français

    Combien d’enfants d’immigrés de première ou seconde génération peuvent sincèrement dire qu’ils aiment "la France" (c’est à dire ?) et pas avant tout ses divers relatifs avantages matériels , voire politiques, par rapport au pays d’origine de leurs aïeux ?

    L’argent de ses avantages ne pouvant être évidemment en même temps utilisé pour sortir de la dèche involontaire des "souchiens" comme on dit ou pour améliorer les services publics au lieu de les restreindre.

    Et si on appelait un chat un chat ?

  • permalien Tristan :
    12 juillet 2010 @21h45   « »

    @mezig

    c’est quoi "un allogène" ?

    Bon, en Bolivie, les allogènes, c’est tous les gens, qui, comme moi, sont venu de l’autre boût du monde, s’instaler sur ces terres, mais qui demandent, souvant, beaucoup plus de droits que les propres indigènes.

    Par exemple, les palestiniens, il faudrait les renvoyer tous chez eux, en Palestine.

    Les descendants des juifs qui avaient fuit les répressions qu’il y avait en Espagne ; qu’ils rentrent chez eux, maintenant.

    Les autres descendants d’espagnols, aussi, dehors, mais qu’ils rendent tout l’argent, avec les interêts composés, qu’ils avaient fait sortir du "Cerro Rico de Potosi".

    Les nazis allemands, croates, hongrois et autres, récupérez-les et faites en ce que vous voulez. Mais surtout, n’essayez pas de nous les renvoyer organiser des assassinats et autres actes de terrorisme

    Je pourrais encore continuer l’énumération de tout ceux qui font partie des "kh’ara", en Bolivie.

    Il y a un groupe allogène, la tribu de nègres qui avait été vendue, avec son roi, pour travailler dans les Yungas, qui sont invité à rester, comme frères de souffrance. Libre à eux de rentrer en Afrique, si ils le désirent, ou de rester. La nouvelle contitution à même décidé de leur donner le même statut juridique que celui des peuples indigènes. En plus, la musique national de Bolivie leur doit beaucoup.

    Ca vous va, comme réponse à votre question ?

    Je sais bien qu’avec cette option, je suis le premier à devoir rentrer chez moi (je suis 100% un indigène de Suisse). Mais bon, je laisse aux indigènes de Bolivie décider du destin de leur pays. J’ai confiance en leur grande générosité et je crois que je serais toujours le bien venu, chez eux. En plus, c’est des gens qui oublient très vite leurs rancoeurs. Ils auraient milles raisons de mettre en place ce programme, mais je suis presque sûre que, même rien qu’aborder ce thême, jamais ils ne le feront.

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @22h51   « »

    @ Tristan

    Je parlais de l’Europe puisque le papier d’Alain Gresh traite de l’Europe, ailleurs c’est différent, je ne connais pas l’Amérique du Sud où les choses sont très certainement complexes et bien spécifiques.

    Je différencie très bien par exemple les autochtones des colons en Afrique méridionale ou en Palestine, mais vous avouerez que ça n’a rien à voir avec l’Europe.

    En Europe, d’une part comme je l’écrivais plus haut la définition d’une population autochtone est loin d’être aussi évidente que certains voudraient le dire ou le croire, les mouvements de populations ont été nombreux, les frontières des états ont fluctué énormément et d’autre part on voudrait nous faire croire que l’immigration récente serait un phénomène nouveau, ce qui est faux. De plus il ne faut pas oublier que les immigrés venus d’Afrique, du Maghreb ou d’extrême Orient ne se sont pas invités, c’est nous qui les avons fait venir, comme esclaves, ou plus tard pour servir de chair à canon, ou pour construire nos autoroutes, nos HLM et nos centrales nucléaires, il s’agirait peut-être de ne pas l’oublier.

  • permalien Deïr Yassin :
    12 juillet 2010 @23h15   « »
    Comment annihiler les indigènes ??

    C’est vrai, il faut être vigilant en laissant trop d’étrangers rentrer dans le pays. Nous avons trop tardé à réagir et maintenant c’est trop tard, nous sommes en pleine colonisation :

    - www.youtube.com/watch ?v=iXsM...

    - www.youtube.com/watch ?v=AbVs...

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @23h20   « »

    Encore pour information M. Naïf, si un étranger vient en France aujourd’hui, ce n’est certainement pas pour y toucher des allocations qu’il ne pourrait de toutes façon pas toucher sans papiers en règle, mais pour y travailler, vu qu’il se trouve toujours "une âme charitable" de patron véreux pour employer des sans-papiers à des salaires de misère.

    Au fait nos colons, ils y étaient allés pour quoi chez eux ? Et les multinationales néocoloniales, elles y vont pourquoi en Afrique aujourd’hui par exemple ?

  • permalien Eusèbe :
    12 juillet 2010 @23h26   « »

    L’article n’épuise malheureusement pas le problème et me semble réducteur. Répondre au titre de l’article par "c’est à cause du passé colonial de la France" me semble un peu réducteur. La remarque "il y a un nouvel ennemi" me semble quant à elle légèrement paranoïaque...Le débat est donc clos par l’auteur d’une façon un peu cavalière !

    Quelqu’un connaîtrait il les conditions d’obtention de nationalité dans des pays n’ayant pas eu de passé colonial ?
    Au hasard, la Suisse...

    Tout le monde peut il devenir français sur simple demande ? Et si la réponse est non, que propose l’auteur comme critère ?
    Faut il adhérer à/respecter certaines valeurs ? Lesquelles ?
    On imagine un peu flou le débat qui s’ensuit et on aurait donc aimé que l’auteur nous donne des pistes.

    On souhaite en tous cas bien du courage au personnel administratif chargé de "l’évaluation de l’assimilation".

  • permalien mezig :
    12 juillet 2010 @23h33   « »

    Plutôt que prendre la Suisse, qui n’est pas un pays d’immigration, il serait certainement plus judicieux de prendre le Canada qui par contre en est un...

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 juillet 2010 @23h34   « »

    A tous

    A propos de maîtrise de la langue française (comme préalable à la naturalisation), j’ai eu connaissance d’une première mouture du rapport du député UMP Jacques-Alain Bénisti sur la prévention de la délinquance, rédigé en 2004.

    Ce document stigmatisait les immigrés en les accusant de parler le patois [sic] du pays à la maison. Dans ses neuf premières pages, il comporte dix-neuf fautes de français…

  • permalien gloc :
    12 juillet 2010 @23h43   « »

    Eusèbe : Au hasard, la Suisse...

    Ne vous fiez pas au hasard : Colonies suisses

    Il n’y a aucune raison qu’un être humain qu’il soit Suisse ou Papou, échappe à la destinée humaine.

  • permalien Eusèbe :
    12 juillet 2010 @23h51   « »

    @"mezig", C’est vrai que la Suisse ne dégage pas une image de pays d’immigration, pourtant :

    "En Europe, la Suisse arrive au 3e rang pour le nombre d’immigrés par habitant. La population étrangère représente 22,9% [de la population]"

    Il faut aussi reconnaître que le Canada et notamment le Québec accueille beaucoup (avec critère linguistique me semble-t-il). J’avais été assez surpris en voyant des "bureau canadien de l’immigration" en Algérie !

    Apparemment, cela se passe en 2 étapes en Suisse, avec une première demande fédérale sous conditions de : "Être intégré à la communauté suisse", "Être accoutumé au mode de vie et aux usages suisses.", "Se conformer à l’ordre juridique suisse", "Ne pas compromettre la sûreté intérieure ou extérieure de la Suisse".

    J’ai l’impression que les fonctionnaires sont encore plus "embarassés" qu’en France !

  • permalien Ph. Arnaud :
    12 juillet 2010 @23h53   « »

    A tous

    Et pourquoi ne devrait-il y avoir « assimilation » qu’en un seul sens ? Pourquoi les Français ne s’arabiseraient-ils pas ? Pourquoi ne s’africaniseraient-ils pas ? Pourquoi ne s’islamiseraient-ils pas ? Pourquoi les valeurs ne devraient-elles circuler que de la France aux immigrés ? Pourquoi pas dans le sens contraire ? Quelle est cette arrogance ?

    Décidément, cinquante après les indépendances, l’imaginaire français reste toujours aussi colonial…

  • permalien Eusèbe :
    12 juillet 2010 @23h56   « »

    @gloc, merci pour le lien, c’est une partie de l’histoire européenne que je ne connaissais pas vraiment (même si cela me semble loin des passés de la France, de l’Angleterre ou de l’Espagne).

  • permalien une bille :
    13 juillet 2010 @00h07   « »

    Ph. Arnaud : Et pourquoi ne devrait-il y avoir « assimilation » qu’en un seul sens ?

    Parce qu’il s"agit du même discours idéologique que celui de la "pacification", et qu’il n’a rien a voir avec la réalité et est construit sur un concept de supériorité raciale.

    La réalité c’est que la consommation du coucous en métropole avait précédé, par les ouvriers de la "reconstruction", l’usage du klaxon des mariages rapporté par les rapatriés. C’est aussi qu’Oum Kaltum a été connue avant Lili Boniche.

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @00h30   « »

    @ Eusèbe

    Au Québec ça à l’air d’être assez cool, ils demandent de savoir parler le français, d’avoir un projet professionnel ou mieux un emploi en vue et de respecter les règles constitutionnelles et légales, c’est tout.

    Ca semble assez correct, il faut dire aussi qu’ils sont demandeurs...

  • permalien Tristan :
    13 juillet 2010 @00h40   « »

    @Eusèbe

    Je sais qu’il y a un certain temps, en Suisse, le conseil communal de nombreuses communes votait pour accepter les nouveaux candidats à la naturalisation, après lecture de l’avis des fonctionnaires et de la commission.

    Dernièrement, on a eu des graves problèmes avec des réactions xénophobes vis-à-vis d’ex-yougoslaves qui avaient des dossiers pour la naturisation très positif. Mais qui avait été refuser par le conseil communal de certaines communes, simplement par vote (bien sûre secret), et sans justifications.

    Mais vous avez raison, la Suisse est assez clairement un pays d’imigration :

    On était très longtemps un pays à majorité protestante, mais avec tous les francais, les italiens, les espagnols et les portugais qu’on a chez nous, dans une ville comme Genève, il y a plus de catholiques que de protestants. Calvin doit se retourner dans sa tombe (mais j’en ai rien à foutre). Genève a, en plus, une grande immigration alogène de valaisans.

    Je crois même qu’on a accepté plus d’ex-yougoslave que la France, quand il y avait la guerre, là-bas.

    Même que nous, on était pas trop ceux qui alliont bombarder là-bas avec les grandes-gueules pour le justifier. Par contre, on a été fortement sollicité pour réparer les dégats causés.

    Bon, ma femme veut demander la nationalité suisse ; peut-être que je pourrais vous donner de plus amples informations sur ce sujet, quand on aura envoyé les papiers et recu les premières réponses

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @00h42   « »

    Enfin ce sont les conditions pour l’immigration, pas pour la naturalisation, mais je crois qu’elles ne sont pas excessives non plus, il faut avoir un job, avoir résidé un certain temps et ne pas avoir eu de soucis avec la justice en gros.

  • permalien Nathan :
    13 juillet 2010 @00h54   « »

    Je trouve en effet que c’est la moindre des choses pour un immigrant en France de parler des rudiments de français, de respecter les principes démocratiques et républicains et d’accepter grosso-modo les coutumes de son nouveau pays. J’ai du mal à comprendre pourquoi un citoyen suisse d’origine turque a tenu à ériger, sans doute par pure provocation, un minaret au dessus de la mosquée d’un village suisse. Ce minaret n’avait aucune fonction religieuse car aucun muezzin ne pouvait appeler à la prière. Le minaret avait donc essentiellement une signification politique et une portée symbolique. Il avait pour but d’afficher la suprématie de l’islam en Suisse. Lorsqu’on a la chance d’être accueilli dans un pays comme la Suisse, le minimum est de respecter certaines règles d’hospitalité et d’éviter de se comporter en conquérant.

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @01h36   « »

    Ça c’est vous qui le dites et dans le registre des jugements de valeurs...

    Je ne suis pas certain non que les clochers d’églises aient "pour but d’afficher la suprématie de la chrétienté" !

    Dans des pays majoritairement musulmans, les clochés d’églises ne sont d’ailleurs pas perçus comme une provocation, les gens sains ça existe aussi grâce à Dieu...

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @01h42   « »

    Je faisais référence dans mon commentaire précédent à ceci :

    "Le minaret avait donc essentiellement une signification politique et une portée symbolique. Il avait pour but d’afficher la suprématie de l’islam en Suisse."

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @09h18   « »

    Et pourquoi ne devrait-il y avoir « assimilation » qu’en un seul sens ? Pourquoi les Français ne s’arabiseraient-ils pas ? Pourquoi ne s’africaniseraient-ils pas ? Pourquoi ne s’islamiseraient-ils pas ? Pourquoi les valeurs ne devraient-elles circuler que de la France aux immigrés ? Pourquoi pas dans le sens contraire ? Quelle est cette arrogance ?

    Le problème de l’occident est qu’il n’a plus de modèle traditionnel à opposer ou à montrer en exemple (si ce n’est superficiellement et dans les musées..) à l’ étranger qui lui par contre, est chargé par le sien.
    Une fois ce constat fait, il est fatal que l’occident doive user (et abuser) de la contrainte et de la fermeture pour se protéger de ses propres faiblesses et manquements.
    C’est bien entendu peine perdue, l’histoire ayant bien démontré que les valeurs pour être adoptées ne s’occupent pas de ce qui est local ou ne l’est pas, mais de leurs pertinences, vérités ou utilités.

    L’arrogance cache toujours une faiblesse.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @09h26   « »

    J’ai l’impression que les fonctionnaires sont encore plus "embarassés" qu’en France !

    Effectivement car en Suisse pour compliquer la donne, on demande aussi l’avis du peuple..

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @09h28   « »

    Dans des pays majoritairement musulmans, les clochés d’églises ne sont d’ailleurs pas perçus comme une provocation, les gens sains ça existe aussi grâce à Dieu...

    J’aurais plutôt dis les gens saints..

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @09h48   « »

    Lorsqu’on a la chance d’être accueilli dans un pays comme la Suisse, le minimum est de respecter certaines règles d’hospitalité et d’éviter de se comporter en conquérant.

    Ne vous en faites pas Nathan, votre solicitude pour la Suisse est touchante (si, si..), mais au risque de vous décevoir, les seuls conquérants que la Suisse subit et s’alliène à tendance à provenir depuis l’autre coté de l’océan atlantique et non pas d’ailleurs..
    Ils sont du reste tellement fort qu’ils n’ont même pas besoins de nous conquérir physiquement..

    D’autre part quand la ville de Lausanne à subventionné la construction d’un temple Boudhiste Siamois (c’est assez voyant comparé à un minaret), personne ne si est opposé.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @10h08   « »

    Il n’y a aucune raison qu’un être humain qu’il soit Suisse ou Papou, échappe à la destinée humaine.

    Très juste, du reste l’indigène à toujours été dabord un allogène et vice versa.

    Par contre ce qu’oublie Gloc, c’est qu’à l’heure actuelle existe une civilisation qui prétend(utopiquement bien entendu) s’échapper de la destinée humaine, ceci expliquant peut être cela..

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @10h38   « »

    Je ne suis pas certain non que les clochers d’églises aient "pour but d’afficher la suprématie de la chrétienté" !

    A priori les clochers d’églises comme les minarets ou comme les stupas bouddhistes etc. ont toujours la même fonction symbolique, à savoir ; Le rappel à l’homme que sa justification sur terre est de s’élever au ciel ou tout au moins s’en rappeler, et comme il n’y a qu’un seul ciel, il ne serait être question de suprématie. Il ne faut pas confondre les chemins (est-il préférable d’escalader un clocher ou un minaret ?) avec le but.

    C’est pour cela que personnellement je peux autant aller me recueillir, dans une église comme dans un temple Hindoux ou une mosquée.

    Que ce symbole (clocher, minaret ou autres) soit utilisé à des buts politiques, comme du reste les religions le sont, est une réalité, mais elle est en quelque sorte secondaire malgré toutes l’horreur qu’elle a pu (ou peut) occasioner.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @10h58   « »

    Personnellement la vue d’un Mc Donald (es-ce aussi politique ?) me heurte plus (je vous rassure ça reste suportable..) que celle d’un minaret..

    Quand on voit un minaret on se dit : Tient ici une partie des gens croient à l’Islam.

    Quand on voit un Mc.Do, on sait que l’entier du pays(il y a des exceptions, mais en général c’est des terroristes..) est soumis à une certaine idéologie très en vogues actuellement..

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @11h16   « »

    Ceci dit les stéréotypes du genre « des minarets menaçants » de notre ami Nathan, aussi ridicules soient-ils, sont intéressants, car ils montrent bien que ce sont toujours les mêmes recettes grossières qui sont utilisées dans ce type de propagande. Que ce soit pour dénoncer "le complot judéo-maçonnique", "le Bolchévique assoiffé de sang", le couteau entre les dents ou "l’Islam jihadiste" qui menace le monde, les procédés consistent toujours à mobiliser les bas instincts de l’homme en excitant la haine de l’autre, la peur, les préjugés de bas étages, du grand classique quoi…

  • permalien Yasmina :
    13 juillet 2010 @12h11   « »

    avoir résidé un certain temps

    au moins 20 ans.

  • permalien Yasmina :
    13 juillet 2010 @12h20   « »

    Le minaret avait donc essentiellement une signification politique et une portée symbolique. Il avait pour but d’afficher la suprématie de l’islam en Suisse.

    pas du tout Nathan. c’était surtout pour attirer l’attention des touristes, riches et gros consommateurs mais pratiquants , Saoudiens et Golfiens. Pour que ces touristes passent leur vacances en pouvant pratiquer leur culte en toute serénité. La conquetes et tout ça ça n’a rien à voir et tout le monde s’en fout. C’est pour des motifs veniels uniquement. Autrement les musulmans" normaux" sont complètement anonymes ......

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @12h29   « »

    Oh non Yasmina ! Pas 20 ans tout de même !

    Il faut être déjà résident canadien, (donc être anglophone ou francophone et avoir un job) et avoir résidé au moins 3 ans au Canada dans les 4 ans précédent la date d’application de la citoyenneté canadienne.

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @12h32   « »

    Lre "résident permanent" & non "résident" tout court.

  • permalien Yasmina :
    13 juillet 2010 @12h40   « »

    Oh non Yasmina ! Pas 20 ans tout de même !

    Il faut être déjà résident canadien, (donc être anglophone ou francophone et avoir un job) et avoir résidé au moins 3 ans au Canada dans les 4 ans précédent la date d’application de la citoyenneté canadienne.

    désolée :)

    Je parlais de la Suisse. Pays que je connais assez bien....

    Pour le Canada c’est 5 ans. Si vous etes medecin, infirmier, pharmacien... on vous fait fait un pond d’or en plus. on vous facilite tout

  • permalien Ph. Arnaud :
    13 juillet 2010 @12h41   « »

    A tous

    Je ne vois pas en quoi et pourquoi une mosquée et un minaret devraient être étrangers ou exotiques en Europe. Cette idée procède de la croyance – infondée – en un passé chrétien dont Jean Delumeau avait déjà dévoilé toute la fausseté. Après le concile de Trente, le clergé contre-réformateur avait été effaré du paganisme de la masse de la population, paganisme bien enraciné sous une petite pellicule de christianisme…

    Et après le concile, c’était déjà fichu. Les efforts contre-réformateurs touchèrent une population désabusée de la religion par les conflits confessionnels et c’est en plein règne de Louis XIV – celui de l’ordre, de l’étiquette, de la hiérarchie, de l’Académie, de la Contre-Réforme catholique, bref de la médiocrité – qu’œuvrait dans l’ombre le curé Meslier, précurseur des athées du XVIIIe siècle…

    De belles mosquées (avec minarets bien entendu), répondant aux meilleurs canons architecturaux, s’intégreraient aussi bien dans le paysage de nos villes que la pyramide de Ieo Ming Pei dans la cour du Louvre ou le musée de Beaubourg dans l’ancien quartier des Halles.

  • permalien mezig :
    13 juillet 2010 @12h46   « »

    Ah OK ! On ne s’est pas compris...

    Mais je confirme que pour le Canada c’est bien 3 ans (1 095 jours).

    Devenir citoyen canadien : Qui peut présenter une demande

  • permalien
    13 juillet 2010 @13h13   « »

    Ph. Arnaud, ce que je retiens de la fin du Moyen-Age, c’est Erasme, John Wyclife et Jan Hus, peu importe le passé chrétien ou prétendu chrétien finalement, c’est plutôt la remise en cause de la toute puissance de L’Eglise et ses excès (déjà...),la très lente conquête de la liberté individuelle, par extension l’intériorisation (pour dire vite) de la croyance, du sentiment religieux.

    La présence de belles mosquées en Europe n’a rien de choquant per se, c’est plutôt la dévotion et la stricte observation des préceptes religieux de la part des musulmans qui ’effraie’, tout du moins dans une Europe déchristianisée, athée. Cette rigueur pratiquante, même si minoritaire parmi les musulmans européens, détonne donc et suscite bien des interrogations.

    Après, qu’elles soient légitimes ou non, c’est un autre problème, mais on ne peut faire l’économie de cette réflexion sous prétexte que ça donne de l’eau au moulin au FN.

  • permalien Ph. Arnaud :
    13 juillet 2010 @14h19   « »

    A l’interlocuteur de 13 h 13

    Votre vision de la fin du moyen âge est élastique : de la naissance de Wyclif à la mort d’Erasme, il s’est écoulé 216 ans, soit le laps de temps qui nous sépare de la Convention. Sans préjudice de l’existence de ce fameux « moyen âge », car quel lien unit une période qui va de Clovis à Louis XI ?

    Les préceptes religieux des musulmans, en Europe, ne menacent personne (sauf ceux qui ne sont pas descendus de cheval depuis les croisades). Et n’inversez pas causes et conséquences : si certains musulmans ont adopté une foi rigoriste, c’est précisément en raison des humiliations que leur ont fait subir les Occidentaux...

  • permalien Sakhra :
    13 juillet 2010 @14h33   « »

    Nathan, l’amnésique ?

    Lorsqu’on a la chance d’être accueilli dans un pays comme la PALESTINE, le minimum est de respecter certaines règles d’hospitalité et d’éviter de se comporter en conquérant

    .

    Ehad Ha’am dans "Vérités de la terre d’Israel" :

    Il nous faut prendre garde à ne pas soulever contre nous la colère du peuple du pays en le provoquant par des actes condamnables.Il nous faut surveiller notre comportement à l’égard d’un peuple étranger au sein duquel nous venons habiter.Il nous faut établir avec lui des relations d’amour et de respect, et, celà va sans dire de justice et d’égalité.Et que font nos frères en terre d’Israel ? Juste le contraire.....

    Ils se comportent avec les Arabes (autochtones) de façon hostile et cruelle, empiètent sur leurs droits sans la moindre justification, les frappent honteusement sans raison, se vantent par dessus le marché de ce comportement, et personne ne se met en travers pour mettre un terme à cette tendance méprisable et dangereuse....."

    Les Turcs musulmans et citoyens Suisses sont loin de ces comportements.....

  • permalien Yvan :
    13 juillet 2010 @15h32   « »

    La question des mosquées n’est pas un problème d’urbanisme ou d’esthétique, ou d’assimilation, c’est avant tout un problème d’intégration.

    Dans la vision christio-chrétienne une église ou un temple, c’est une sorte de cabine téléphonique collective, où un opérateur des communications, le prêtre, met en communication les ouailles avec le Saint Esprit.

    Depuis l’invention du téléphone portable par Mohammed, la cabine téléphonique a perdu de son attrait et est devenue avant tout un lieu de réunion.

    C’est pourquoi la plupart des musulmans restent plutôt dubitatifs quand ils voient l’hystérie chrétienne autour des mosquées.

    Pourtant ils ont tord de garder leur réserve vis à vis de ce phénomène, car les chrétiens jamais en mal de prosélytisme, petit à petit transforment l’islam en une sorte de secte chrétienne en plaçant la mosquée au centre du débat et en la transformant en un une espèce de lieu consacré et la stigmatisent comme si elle était un outil de propagande pour envahisseurs.

    Le judaïsme avait déjà sous Napoléon 1er subit ce genre de transformation, et s’était vu imposer une organisation en consistoire, comme tente de le faire aujourd’hui, l’Islam de France.

    En France, la laïcité est avant tout apostolique et romaine.

  • permalien
    13 juillet 2010 @16h02   « »

    @P. Arnaud : heureusement que j’ai écrit ’pour dire vite’ alors...

    « Et n’inversez pas causes et conséquences : si certains musulmans ont adopté une foi rigoriste, c’est précisément en raison des humiliations que leur ont fait subir les Occidentaux... »

    Gros, très gros raccourci...je crois que les musulmans très rigoristes n’ont pas besoin de justification pour appliquer leur foi de manière stricte.

    Mais vous ayant lu assez souvent ici, je sais que je n’ai aucune chance de vous faire fléchir votre position ne serait-ce que d’un millimètre : tout est de la faute d’Israël et de l’Occident.

  • permalien Ph. Arnaud :
    13 juillet 2010 @16h48   « »

    A l’interlocuteur de 16 h 02

    Certains musulmans ont une conception rigoriste de leur religion, mais qui n’est cependant ni prosélyte, ni tournée vers l’extérieur, mais repliée sur elle-même, comme le sont, dans le christianisme, les chartreux, les carmes, les trappistes ou les anachorètes orthodoxes. Or, à l’égard de ce genre de vie, vous n’avez strictement rien à dire.

    En effet, la manie de la transparence, de la communication, des relations humaines, des échanges et autres fariboles est une des pires tyrannies de notre temps. Le droit de faire la gueule est un trésor…

    Un résidant sur le territoire français n’est tenu que de respecter les lois, d’acquitter ses impôts, de parler en français (ce qui signifie d’abord : surtout pas en anglais !) et – autant que possible – de n’être pas à la charge de la communauté nationale. Le droit, c’est simplement ne pas faire ce qui est interdit, mais strictement rien de plus...

    C’est la raison pour laquelle la loi sur la burqa est du totalitarisme. C’est pourquoi j’espère que les musulmanes la respecteront à la lettre et la tourneront dans l’esprit, soit en portant le foulard le plus couvrant possible, soit en arborant en permanence des lunettes noires, soit en refusant toutes formes d’échange (ne serait-ce que de donner l’heure dans la rue).

    Vous dites : « tout est de la faute d’Israël et de l’Occident. » Parce que vous avez des arguments en sens inverse ? Qu’est-ce que les Occidentaux fichent dans le monde musulman depuis l’expédition d’Egypte ? De quel droit et au nom de quoi les Britanniques ont-ils disposé d’un territoire arabe pour l’offrir comme colonie à des Européens qui lui étaient totalement étrangers ?

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @17h25   « »

    Les préceptes religieux des musulmans, en Europe, ne menacent personne (sauf ceux qui ne sont pas descendus de cheval depuis les croisades).

    Je crois que cela est précisément l’inverse, c’est ceux qui sont descendu de leur cheval (et surtout l’on mangé..) qui se sente menacé aussi bien par les préceptes musulman que chrétien. Du reste si je me trompe pas, lors des votations suisse sur les minarets, les milieux religieux locaux s’opposaient à l’interdiction. Nos laïcs sont plus royaliste que le roi..

    Le danger étant que ceux descendus de cheval auront peut être plus tendance (si le besoin s’en fait sentir) à adopter le portable que la cabine téléphonique. C’est bien connu, on arrête pas le progrès, et dans ce cas là peut-on parler de danger ?

    Ph Arnaud, votre éloge et définition du droit à faire la gueule me va tout à fait.. merci joli résumé

  • permalien Deïr Yassin :
    13 juillet 2010 @17h34   « »
    Comment expulser les indigènes !!

    "C’est la moindre des choses pour un immigrant en France de parler un rudiment de français . . . et d’accepter grosso-modo les coutumes de son nouveau pays"

    ". . . et d’éviter de se comporter en conquérant"

    Ici des ’immigrants’ qui ne respecte pas les coutumes de ’leur nouveau pays’, qui n’ont pas appris des rudiments de la langue et qui de toute évidence se comportent en conquérant.

    - www.youtube.com/watch ?v=cjwI...

    Il y a ceux qui érigent des minarets, et ceux qui érigent des murs.
    Et puis il y a ceux qui n’arrivent même pas à cacher leur racisme.

  • permalien Nathan :
    13 juillet 2010 @17h36   « »

    Shiv7 : 13 juillet @10h58

    Personnellement la vue d’un Mc Donald (es-ce aussi politique ?) me heurte plus (je vous rassure ça reste suportable..) que celle d’un minaret..

    Le mieux serait ni l’un ni l’autre comme l’avait bien théorisé un certain Benjamin Barber dans son remarquable "Djihad vs McWorld". Ni l’enfer ultra-libéral climatisé et formaté, ni le communautarisme religieux et borné. Ni cette pâle copîe de l’universalisme qu’est la globalisation, ni le particularisme intolérant et la régression identitaire.

    Il doit bien y avoir quelque chose d’autre que cette alternative maudite...

  • permalien Raman :
    13 juillet 2010 @18h41   « »

    Marxlamenace : « Pensez-vous honnêtement que refuser de serrer la main d’une femme est un acte parfaitement banal dans la France de 2010 ? »
    Shiv7 : « Moi ce qui me parait pas banal, c’est de refuser la nationalité pour un acte aussi futile, et cela en 2010 et en France.. »

    Il n’y a rien de "futile" à cela : c’est refuser tout à la fois une civilité de base envers la société majoritaire, tout en faisant une affirmation de repli sur soi dans un ghetto religieux (dont les valeurs entrent en contradiction avec toutes les notions de solidarité fraternelle de la société d’accueil).

    - Si j’invite quelqu’un à venir demeurer chez moi, qu’il refuse ensuite de m’adresser la parole et qu’il se met à pisser dans les lavabos, je vais l’inviter à partir.

  • permalien gloc :
    13 juillet 2010 @19h37   « »

    Rectification, ce que vous faites chez vous intéresse le censeur.

    Autant pour moi !

    Alors comme ça vous invitez chez vous des gens qui pissent dans les lavabos.

    Mais c’est passionnant tous ça, est-ce que vous avez pensé inviter des gens qui lapident des femmes, ou qui pendent les homosexuels, ça court les rues en ce moment.

    Vous avez une vie vraiment exaltante merci de nous en faire profiter.

    Vu les amalgames que vous faites, permettez moi quand même de ne pas vous serrez la main (mesure d’hygiène).

  • permalien fernand :
    13 juillet 2010 @19h39   « »
    "Nouvelles d’Orient" ou "Tocsin musulman ?"

    Selon le site Bladi (9 juillet), ses services ont ainsi refusé la naturalisation d’un Marocain qui refusait de serrer la main aux femmes. Selon le site LePoint.fr du 2 février 2010, « Besson refuse la nationalité française à un homme imposant le voile à sa femme » (il est bien évident que la femme étant un être soumis, c’est l’homme qui lui a imposé le voile).

    Dites, le professionnel, vous avez recoupé vos infos ? Ou est-ce superflu dans "l’autre" information ? En outre, l’ironie ne suffit pas à démontrer que l’islam réserve une situation enviable aux femmes.

    Une fois de plus, on se demande ce que vient faire une critique de la politique française dans des "Nouvelles d’Orient". Cette rubrique devrait plutôt s’intituler le Tocsin musulman ou tout au moins, de manière plus neutre, l’Offusqué sélectif.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @20h10   « »

    13 juillet @17h36 Nathan :

    Ni l’enfer ultra-libéral climatisé et formaté, ni le communautarisme religieux et borné. Ni cette pâle copîe de l’universalisme qu’est la globalisation, ni le particularisme intolérant et la régression identitaire.

    Vous comparez deux choses qui en ordre de grandeur et de moyens n’ont aucun raport si ce n’est dans l’imaginaire.. sans parler que la seconde fut démantelée par la première, et que les derniers vestiges qui subsistent de ce communautarisme excacerbé(sous n’importe qu’elles formes) sont soit une réaction, soit carrément une création, de la monadisation uniformisée actuelle.

    Il doit bien y avoir quelque chose d’autre que cette alternative maudite...

    Personnellement je ne vois que la consultation, malheureusement je ne puis guère vous aider, vous avez du remarquer que je suis quelqu’un d’assez fruste, pour le moins. Peut être Gloc saura trouver les mots pour vous soigner, il peut bien faire ça pour vous, puisqu’il le fait bien pour des inconnus, qui invitent des gens à pisser dans leurs lavabos..

  • permalien Sakhra :
    13 juillet 2010 @20h50   « »

    En outre, l’ironie ne suffit pas à démontrer que l’islam réserve une situation enviable aux femmes

    Et, sans ironie, le judaisme et le christianisme réservent certainement une situation très enviable aux femmes.C’est démontré, y a qu’à lire les textes....

    Le tocsin musulman ? le fernand,quelle cloche, y sait pas ,mais y a pas de tocsin chez les musulmans...

    @Shiv7,

    Peut être Gloc saura trouver les mots pour vous soigner, il peut bien faire ça pour vous, puisqu’il le fait bien pour des inconnus, qui invitent des gens à pisser dans leurs lavabos..

    Je viens de piquer un fou rire du diable....Merci Shiv7 et Gloc.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @21h54   « »

    En outre, l’ironie ne suffit pas à démontrer que l’islam réserve une situation enviable aux femmes.

    Parce qu bon article citant des sources sérieuses suffirait à vous le démontrer ?

    Vous n’êtes pas trop difficile..

    Besson refuse la nationalité française à un homme imposant le voile à sa femme

    Dans le cas ci-dessus il ne s’agit pas de démontrer si le sort de la femme est enviable, c’est exactement l’inverse, cela aurait été à Besson de prouver qu’il ne le l’était pas.
    Vous comme Besson partez de l’apriori que la femme musulmane doit être libérée.
    De ce fait vous méprisez autant la femme, en méconnaissant sont pouvoir, que l’homme, en ignorant sa faiblesse, en un mot, vous pensez que l’Islam ne sera pas capable de régler ses problèmes matrimoniaux tous seul..

    C’est très louable mais peut être un peu déplacé.

    Au reste j’allais citer ma belle mère et ma femme, mais Sakhra qui vient d’apparaître ainsi que d’autre pauvres musulmanes sur ce blog se feront un plaisir de démontrer leurs faiblesses..
    Quant aux Afghanes qui ne peuvent malheureusement pas s’exprimer ici, je doute qu’elles préfèrent les drones libérateurs, à une explication familiale..

    Suite

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @22h27   « »

    Suite
    Maintenant un peu d’imagination..

    Imaginons une société où toutes les femmes sont entièrement voilées.

    Si vous êtes femme vous pouvez vous montrer seulement à votre mari et votre famille par contre vous pourrez voir tout le monde.

    Si vous êtes homme vous pouvez vous montrer à tout le monde mais vous ne pourrez voir que votre femme et famille.

    Peut-on prétendre que l’une des deux places soit plus enviables ?
    Le plus piquant de l’affaire, qui du reste la justifie dans le cadre de sa conception, est que la femme aime à être vue et que l’homme aime à voir, donc chacun en prend pour son grade, il n’y a aucun machiste dans cette conception, il y a juste une adéquation propre à la singularité de chaque sexe face une Loi ou Réalité qui les intègres tous les deux.

  • permalien Nathan :
    13 juillet 2010 @22h28   « »

    L’ultra-libéralisme globalisé et le particularisme religieux partagent également une autre caractéristique : ce sont deux formes de pensée unique, chiantes comme la mort. C’est la raison pour laquelle elles s’entendent finalement assez bien pour faire taire les voix dissonantes. On l’a vu avec l’affaire des caricatures. Quelle levée de boucliers pour quelques dessins anodins qui avaient le mérite d’illustrer la dérive intégriste d’une religion, ce que tout le monde peut constater. On se croyait revenu quelques siècles en arrière au nom de je ne sais quelle génuflexion devant les dogmes religieux. Un petit croquis illustrant le prophète de l’islam avec une bombe sous le turban était considéré comme beaucoup plus sacrilège que le fait de massacrer au nom d’Allah (comme hier encore, en Ouganda). Heureusement certains n’ont pas plié devant ce chantage.

    Profitons-en aussi pour applaudir les députés français qui ont voté à la quasi-unanimité pour l’interdiction de cette coutume dégradante qu’est le port du voile intégral. Pour faire plaisir à Ph. Arnaud (courtesy of Nathan from Brussels). "You can fool all the people some of the time, and some of the people all the time, but you cannot fool all the people all the time".

  • permalien Nathan :
    13 juillet 2010 @22h40   « »

    Shiv7 : 13 juillet @22h27

    , il n’y a aucun machiste dans cette conception, il y a juste une adéquation

    Adéquation... qu’avec de mots châtiés tout cela est dit. Une vraie prose de curé. Les curés aussi trouvaient les mots qu’il fallait pour justifier l’abstinence, le célibat ou la patience compatissante de la femme à l’égard du mari un peu volage.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @22h57   « »

    Ph. Arnaud :
    13 juillet @16h48

    En effet, la manie de la transparence, de la communication, des relations humaines, des échanges et autres fariboles est une des pires tyrannies de notre temps.

    Le plus drole étant que cette tyrannie est revendiquée comme un droit et une liberté, alors qu’en fait elle s’avère le seul moyen (il n’y a donc aucun choix) de l’éviter par la nature même de notre temps.

    En effet dans un monde ou chaque individu est potentièlement un grand danger pour ses semblables, moyens technologiques et effets systémiques oblige, suppose un controle sécuritaire à la hauteur..

    Le minimum requis étant bien entendu la transparence, peut être ceci explique la peur irrationnel de la burka, qui à elle seule symbolise, sans le vouloir ou très modestement mais par contre très visiblement(au sens propre), tous les refus de cette sratégie ou plutôt fatalité du dénuements à tous les étages..

  • permalien K. :
    13 juillet 2010 @23h14   « »

    Reportage : Plus de 2 000 Palestiniens seront totalement enfermés dans leur village une fois la construction du mur israélien achevée.

    « Ceux qui apercevront ma maison clôturée par une barrière auront l’impression de voir un zoo avec des animaux en cage », ricane-t-il.

    C’était une illustration de, comme dirait l’Israélien Neve Gordon, l’esprit protofasciste israélien que les sionistes “modérés” voudraient faussement assimiler à du “particularisme religieux" juif.

  • permalien Shiv7 :
    13 juillet 2010 @23h31   « »

    Visiblement je n’ai pas eu les mots qu’ils fallaient

    L’ultra-libéralisme globalisé et le particularisme religieux partagent également une autre caractéristique : ce sont deux formes de pensée unique

    vu que présentement je n’ai plus guère le temps, j’aurais juste une petite méditation nocturne à vous proposez, comment peut-il y avoir deux formes de pensées unique(s) ?

    Adéquation... qu’avec de mots châtiés tout cela est dit. Une vraie prose de curé.

    En l’occurence je ne faisait qu’énoncer des principes (je n’ai pas dit si j’étais pour ou contre), l’essentiel étant que les gens qui y sont réellement assujetis y croient, c’est un droit qui est normalement garantis par la laïcité.

    En outre malgré ma prose, je vous rassure, je n’ai rien d’un curé..

  • permalien Deïr Yassin :
    13 juillet 2010 @23h55   « »

    @ K
    Votre premier lien ne marche pas.

    Pour ’l’esprit protofasciste israélien’, nous avons aussi le ’fascisme religieux juif’, ou Judéofascisme tout court, et contrairement à son frère jumeau ’ismaélien’, il est ouvertement soutenu et subventionné par des démocraties dont ’la seule au Moyen Orient’ :

    - www.youtube.com/watch ?v=Ewrs...

    "On se [croit] revenu quelques siècles en arrière . . . "

    comme vient de nous le faire remarquer très justement Nathan, qui comme toujours trouve ’les mots pour le dire’.

  • permalien Nathan :
    14 juillet 2010 @00h14   « »

    @ Deïr Yassin, vous croyez le contredire mais désolé, je suis tout à fait d’accord avec vous. Ces colons et leurs nombreux soutiens dans ce gouvernement d’extrême-droite sont des fascistes et nous sommes effectivement revenus des siècles en arrière par rapport à l’universalisme prôné autrefois par un grand nombre d’intellectuels juifs.

    Encore une fois, désolé d’être d’accord avec vous.

    NB. A Sheikh Jarrah et à Silwan, des Israéliens manifestent aux côtés des Palestiniens.

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 juillet 2010 @00h51   « »

    A Nathan

    Vous dites : « Profitons-en aussi pour applaudir les députés français qui ont voté à la quasi-unanimité pour l’interdiction de cette coutume dégradante qu’est le port du voile intégral. »

    1. Non. Ce vote n’a pas été acquis à l’unanimité, les députés de gauche s’étant abstenus, à l’exception d’une vingtaine.

    2. En quoi est-ce une coutume dégradante (en dehors de vos préjugés) ? Que répondez-vous à une femme qui revendique le droit de la porter de son plein gré ?

    L’invocation de la « dignité » de la femme est un des prétextes les plus faux-cul jamais sortis de la cervelle tordue d’un législateur. Ce qui pend au nez des Français, c’est une multiplication des litiges et des détournements de l’esprit de la loi, ou des mesures de rétorsion aussi humiliantes, aussi hypocrites, de la part des pays musulmans…

    [Pourquoi m’adressez-vous la phrase de la fin de votre message, vous qui êtes – ce me semble – francophone ? Auriez-vous admis qu’en 1943, des Français, entre eux, et sans que personne ne les y force, se parlent en allemand ?].

  • permalien Deïr Yassin :
    14 juillet 2010 @01h05   « »

    "NB. A Sheikh Jarrah et à Silwan, des Israéliens manifestent aux côtés des Palestiniens"

    C’est très généreux de leur part. Toutefois, je me demande combien le font pour les Palestiniens, et combien pour leur propre ’humanité’, cette qualité dont un grand nombre de vos frères se sent être des détenteurs privilégiés.

    Quand on sais que beaucoup de ces ’grandes âmes’ sont par ailleurs contre la campagne de BDS . . .

    En cette journée de Révolution Française, je les conseille plutôt :

    "Aux armes, citoyens,
    Formez vos bataillons
    Marchons, marchons"

  • permalien K. :
  • permalien Yvan :
    14 juillet 2010 @08h28   « »
    Pourquoi les Auvergnats ?

    Quand les banlieues s’appelaient "faubourgs", les immigrés "Auvergnats", la racaille "Apaches", les délinquants la pègre, et le rap la java.

    Françoise RAISON-JOURDE P110
    La Colonie Auvergnate de Paris

    « A la veille de 1914 et surtout au lendemain de la Première Guerre, la rue de Lappe avait parmi les immigrés [auvergnats] eux-mêmes mauvaise réputation en ce qui concerne les bals musette car ils attiraient de nombreux apaches. Les Auvergnats du quartier se sont toujours défendus d’entretenir avec eux le moindre rapport, mais, aux yeux des Parisiens, une certaine contamination avait joué et faisait dire que le XIè arrondissement était peuplé d’Auvergnats et mal famé. »

    Les bourgeois ont engendré les bourgs et les bourgs les faubourgs, lieux de tous les bannissements

  • permalien Salah :
    14 juillet 2010 @12h06   « »

    Il y a une semaine à Brie-Comte-Robert ,lors d’une table ronde sur la médecine de proximité , le président Sarkozy déclarait ceci : « J’aimerais tellement que le pays se passionne pour les grands problèmes que sont la santé, l’organisation de la santé, les retraites, comment on va créer de la croissance, plutôt que de s’emballer à la première horreur, calomnie qui n’a qu’un seul but, salir sans aucune espèce de réalité…C’est tellement plus important pour moi de passer du temps à dialoguer avec vous, à comprendre pourquoi vous êtes inquiets pour votre profession, qui est une des plus belles professions au monde »

    De la sérénité pure transmise par voie hertzienne et numérique du sommet de l’Etat . Un conseil avisé qui aurait été bel et bien utile pour un certain président de la République ,celui qui n’a cessé d’agiter depuis qu’il occupe le premier poste à responsabilité de l’Etat ,mais qui a préféré faire de la lutte contre le voile intégral : une passion ,un grand problème voire une priorité.

    Mission accomplie puisque la loi a été votée par l’Assemblée mais tout n’est point terminé car cette loi recèle dans sa conception un défaut de constitutionnalité. C’est la marque de fabrique du gouvernement actuel : faire voter une loi tout en sachant qu’elle ne fonctionnera pas pour ensuite l’envoyer au panier du recyclage . Qu’importe après tout ,puisque le débat sur le voile intégral a eu lieu ,il reste ouvert et qu’il n’existe pas une loi qui prive les députés de se faire plaisir le plus longtemps possible avec plus s’il y a affinités.

    L’essentiel c’est le message ! Il est passé cinq sur cinq : Gare à ces gens du Machrek ,assis sur des puits de pétrole qui se croient tout permis ,en traînant leurs guêtres dans les boutiques de luxe, sous prétexte que leurs maris signent des contrats d’achats d’avions qui se chiffrent à des milliards d’Euros. L’équivalent en ressource pour renflouer les caisses de l’Etat a été trouvé .On a la nouvelle loi . Pas de pétrole mais des idées si ! Les contraventions qui seront dressées à l’encontre de celles qui porteront le voile suffiront pour échapper à la crise qui n’a jamais eu lieu officiellement . Ainsi l’économie va redémarrer et on est à la porte du plein emploi puisqu’il va falloir augmenter le nombre d’agents de police qui dresseront les constats.

    La valeur essentielle du gouvernement actuel consiste à savoir reconnaitre les grands problèmes auxquels il faut s’intéresser et trouver la parade pour les faire durer le plus longtemps possible.

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 juillet 2010 @12h25   « »

    A tous

    Les Allemands disent : « Man ist was ißt », soit, « On est ce que l’on mange » ou, pour s’exprimer dans une formule mémorisable : « En ce que tu manges, tu te changes ».

    Un corps social tel que le corps social français (mais cela vaut pour tous les pays) ne peut imaginer « absorber » une immigration venue du Sud et en faire simplement une France plus basanée qui continuerait impertuubablement à cultiver la bourrée auvergnate, la musique de Grétry, les tragédies de Racine ou le folklore de l’Académie française.

    Il est évident – quoi qu’en pensent « les imbéciles qui sont nés quelque part » - que les nouveaux venus apporteront, dans leur pays d’accueil des façons d’être, de penser, de se comporter de leur pays d’origine et que les « de souche », peu à peu, seront bien obligés de s’y adapter… qu’ils le veuillent ou non !

    Le changement, le métissage va dans les deux sens : c’est une banalité de le dire. L’effort d’adaptation ne doit pas seulement être réclamé des arrivants…

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 juillet 2010 @12h28   « »

    A tous

    Erratum. Il fallait lire : « Man ist was man ißt ».

  • permalien Nathan :
    14 juillet 2010 @15h02   « »

    Ph. Arnaud : 14 juillet @00h51

    [Pourquoi m’adressez-vous la phrase de la fin de votre message, vous qui êtes – ce me semble – francophone ? Auriez-vous admis qu’en 1943, des Français, entre eux, et sans que personne ne les y force, se parlent en allemand ?].

    Une comparaison parfaitement grotesque.

    Au demeurant, même au plus fort de la guerre, certains intellectuels, notamment juifs, ont tenu à parler l’allemand par fidélité à la langue de Goethe. C’est en gardant à l’esprit cette grandeur passée qu’un Victor Klemperer a pu décrire et analyser la novlangue nazie dans son célèbre ouvrage LTI.

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 juillet 2010 @15h13   « »

    A Nathan

    Pourquoi « comparaison grotesque » ? Comment pouvez-vous, sans vergogne et sans que rien ne vous y force, utiliser la langue du pays le plus nocif de la planète, porteur d’un genre de vie et d’un modèle économique et social aussi nuisibles ?

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @16h00   « »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Si on en croit Nathan, « l’interdiction de cette coutume dégradante qu’est le port du voile intégral » et une bonne chose.

    Il va de soit que si votre entourage, Nathan, vous forçait à porter le voile, en Belgique ou en France, il est comprésensible que vous vous sentiez soulagé.

    Néanmoins si on se concentre sur les critères vestimentaires imposées par la Première Dame de France, il faut admettre que très peu d’indigènes sont prêtes a être assimilées, quitte à s’accrocher à leurs coutumes, considérées comme dégradantes par le ci-devant Nathan.

  • permalien carnavon :
    14 juillet 2010 @16h30   « »

    Ph ; Arnaud parle de peuple nuisible à propos de l’allemagne... comme les suédois durant la guerre de trente ans furent des dévastateurs et de redoutables brigands. Ces avis "définitifs" sont risibles comme est consternante la condamnation d’une supposée malignité allemande qui fait fi de 1500 ans de culture et de grandeur.
    A moins que mr arnaud ne retienne de l’histoire des peuples que ce qui les accable...

    "On n’est jamais trompé, on se trompe soi-même". Goethe

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @16h40   « »

    @carnavon,

    il est toujours difficile de immiscer dans une conversation quand elle se fait dans une langue étrangère.

  • permalien carnavon :
    14 juillet 2010 @16h46   « »

    A GLOC
    pouvez vous développer je vous prie ?
    merci infiniment

  • permalien Tristan :
    14 juillet 2010 @16h57   « »

    @carnavon

    comme les suédois durant la guerre de trente ans furent des dévastateurs et de redoutables brigands

    Les suisses allemands étaient bien pire et, en plus, ils n’arrêtent pas de coloniser la suisse romande.

    Dehors les allogènes, à part toutes les jeunes fille qui sont venues apprendre le francais et qui se sont mariée avec un des nôtres. Je dis jeune fille, mais je devrais plutôt dire, ex-jeune fille, parce que, la plus part de celles que je connais, sont, actuellement, plusieurs fois grand-mères. (je parle des suissesses-alémaniques qui se sont installées dans notre belle romandie)

    qui fait fi de 1500 ans de culture et de grandeur.

    Mais d’où sortez-vous ce nombre ? Si ils étaient des peuples barbares, avant, qu’est ce qui les auraient fait changer ?

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @17h00   « »

    @carnavon

    Volontier, voilà le topo :

    Ph. Arnaud, c’est le monsieur qui cite un proverbe allemand en allemand : « Man ist was man ißt », en réponse à Nathan qui lui disait : « Pour faire plaisir à Ph. Arnaud (courtesy of Nathan from Brussels). "You can fool all the people some of the time, and some of the people all the time, but you cannot fool all the people all the time" ». Qui est écrit dans la forme anglo-américaine du Germanique, « la langue du pays le plus nocif de la planète, porteur d’un genre de vie et d’un modèle économique et social aussi nuisibles » n’est donc pas l’allemand, mais l’anglo-américain.

  • permalien Deïr Yassin :
    14 juillet 2010 @17h12   « »

    @ carnavon

    Pour Ph. Arnaud, le peuple nuisible est le peuple américain, tous, il ne fait pas de distinction entre sa politique et l’individu. Dans la vision du monde stalinienne de Ph. Arnaud, l’individu n’existe pas, que ’les masses’, il n’a jamais entendu de Woodstock, les ’sit-ins’, il refuse même la langue anglaise, même si personnellement, je pense que c’est parce qu’il ne la connaît pas !

    Par contre il adore l’Autriche et Vienne, on a eu droit à son histoire ici à plusieurs reprises, surtout celle du 17eme siècle, à croire qu’elle a un lien avec le Moyen Orient. Pourtant, ce pays devait être maudit aussi, avec ses fils Adolph et Haider, mais bon, comme Ph. Arnaud connaît l’allemand, il a même traduit des livres . . . qui eux aussi n’ont rien à voir avec le sujet du blog, mais bon, nous cherchons tous notre quart d’heure de gloire comme nous pouvons ;-))

  • permalien carnavon :
    14 juillet 2010 @17h19   « »

    je suis impardonnable !
    C’est bien là la limite de l’exercice d’écriture automatique.
    Ph Arnaud doit glousser dans son salon viennois....
    Merci à GLOC et DEIR YASSIN d’avoir corrigé cette bévue....

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @17h19   « »

    Deïr Yassin, vous pouvez comprendre qu’il y avait un peu de second degré dans cet échange, parce que "wer will,der kann !"

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @17h23   « »

    @carnavon,

    rassurez vous vous êtes totalement pardonnable, j’ai moi-même mis un certain temps avant de comprendre ce dont il s’agissait, c’est pour ça que j’étais fier de la ramener.

    On en est au point, sur ce blog, où les échanges sefont à partir des non-dits.

  • permalien Deïr Yassin :
    14 juillet 2010 @17h27   « »

    @ gloc
    Ich habe Deutch in der Schule gelernt, gibt’s très longtemps, très très longtemps, si longtemps qu’il y avait encore une photo du Führer dans la salle de classe.

    Carnavon, vous avez raison, malgré le rôle de l’Allemagne dans le malheur des Palestiniens, je dois admettre que la culture allemande nous a donné tant de belles choses.

  • permalien Nathan :
    14 juillet 2010 @18h11   « »

    Ph. Arnaud : 14 juillet @15h13

    Comment pouvez-vous, sans vergogne et sans que rien ne vous y force, utiliser la langue du pays le plus nocif de la planète, porteur d’un genre de vie et d’un modèle économique et social aussi nuisibles ?

    ... Ecrit-t-il sur son iMac tournant sur une puce Intel, connecté à la toile via un routeur Cisco et surfant grâce au navigateur Firefox.

    Ces condamnations en bloc d’un peuple, d’une culture multiforme et d’une langue aux ressources infinies sont ridicules et ne méritent pas de réponse. Que voulez-vous répondre à ça ? On a quitté depuis longtemps le registre rationnel.

  • permalien gloc :
    14 juillet 2010 @18h33   « »
    Comment assimiler les indigènes ?

    Pour vous consoler, j’ai dû me taper Ich Hatt’ Einen Kameraden et le pire, c’est que je m’en souviens encore.

    Moralité un indigène est assimilable à tout et à n’importe quoi. Un roulement de tambour, un p’tit coup de zizic et hop, "im gleichen stritt und tritt", roule ma poule, c’est reparti pour 1000 ans de bonheur au Valhalla.

  • permalien Deïr Yassin :
    14 juillet 2010 @18h37   « »

    "On a quitté depuis longtemps le registre rationnel"

    La perle, c’est quand même celle-ci sur la loi de la burqa :

    Ph. Arnaud 13 juillet, 16h48

    "J’espère que les musulmanes la respecteront à la lettre . . . en portant le foulard le plus couvrant possible, soit en arborant en permanence des lunettes noires, soit en refusant toute forme d’échanges (ne serait-ce que de donner l’heure dans la rue)"

    C’est du Pol Pot adapté. Je me demande s’il fait des réunions avec ses voisins arabes - ceux-là qui n’ont pas ’le même niveau socio-culturel que lui’ mais qu’il côtoie quand même - pour leur apprendre sa version de la désobéissance civile.

  • permalien Shiv7 :
    14 juillet 2010 @19h46   « »

    Deir

    Dans la vision du monde stalinienne de Ph. Arnaud, l’individu n’existe pas, que ’les masses’, il n’a jamais entendu de Woodstock,

    Prendre Woodstock comme exemple d’une chose qui ne serait pas une masse(voir E. Canneti, Masse et puissance)n’est pas très pertinent, ou peut être vous ais-je mal comprise ?

    En outre votre défense du peuple américain est fort louable, mais en ce qui me concerne (tout comme Gloc, si je me trompe), je n’ai pas le sentiment que Ph. Arnaud méprise le peuple, il parle simplement en terme générique(chacun étant supposé savoir à quoi il fait allusion), ce que tout le monde a compris (du moins a priori), sauf vous et Nathan.

    je dois admettre que la culture allemande nous a donné tant de belles choses.

    A vous connaissez aussi Ramstein et Nina Hagen ?(Voir Y.T. ou D.M). Trop de violon nuit à l’ensemble..

    une photo du Führer dans la salle de classe.

    Là je dois dire que je ne suis pas surpris, je l’aurais presque même deviné..

    C’est du Pol Pot adapté.

    Votre remarque frise la censure, car si vous connaissiez le Cambodge, 30 ans de guerres, encore aujourd’hui lourdement meurtri, sans parler des mines qui sautent encore tous les jours et j’en passe à des meilleurs..

    Le musée de la torture (sur les lieux mêmes) de Pnom Phen n’a pas grand chose à voir avec ce que préconise Arnaud pour les musulmanes déshabillées de forces. (Il faut appeler un chat un chat..)

    Ce qu’il préconise ressemble à du Gandhisme (paix à son âme), on appelle ça la de la désobéissance civiles, effectivement. C’est personnellement la seule forme de combat que j’approuve quand elle est possible.

    "On a quitté depuis longtemps le registre rationnel"

    Je ne vous le fais pas dire.. Ha Ha

  • permalien L’anonyme de 22h20 :
    14 juillet 2010 @19h56   « »

    A Deir Y

    La perle serait qu’il suggère l’étoile jaune à la place des lunettes noires.

    Sur ce point, Ph.A a au moins raison de ne pas recourir au plagiat ni au mimétisme aussi bête qu’indiscipliné.

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 juillet 2010 @20h03   « »

    A Deir Yassin

    Décidément, vous êtes prompt à me prêter – pour me faire entrer dans votre vision fantasmée – des propos que je n’ai jamais tenus ! Après le « il n’y a que les blancs qui peuvent être racistes », voici que je serais censé avoir stigmatisé ce pauvre « peuple américain »…

    Comme d’habitude, non seulement vous m’inventez des propos mais vous partez dans les pinaillages. Oui, je connais Woodstock, les hippies, les contestataires, Noam Chomsky, Jane Fonda, Joan Baez, Susan Sontag, Ralph Nader. Et alors ? Quelle importance ont-ils eu autre que négligeable ? En quoi ces personnalités, en quoi ces mouvements ont-ils en quoi que ce soit empêché les prédations américaines des années 1960 à nos jours ? En rien…

    Même les barbouzeries et les coups tordus en Amérique latine (qu’ont croyait réservées à un vulgaire Bush) ont repris sous Obama avec le coup d’Etat au Honduras. En quoi l’arrivée de celui-ci au pouvoir a-t-elle représenté un soulagement pour les Afghans et les Pakistanais ? Bien au contraire : les meurtres par drones se sont multipliés de plus belle, au Pakistan, comme ils s’étaient multipliés en 1968-70 au Cambodge sous Nixon…

    En quoi Obama a-t-il réussi à passer la muselière aux banquiers, boursiers, spéculateurs, après la crise de 2008 ? En quoi a-t-il fait plus qu’égratigner la pègre des assureurs, laboratoires pharmaceutiques et médecins, qui rendent les soins hors de prix aux Etats-Unis, spécialement pour les classes moyennes et les pauvres ? En quoi les métastases des quelque 800 bases US à l’étranger ont-elles régressé ? En quoi les incarcérés noirs, latino-américains et pauvres de tout genre ont-ils vu leur nombre réduit de façon significative ? En rien…

    Il en va de même, d’ailleurs, pour la France. Aujourd’hui, il existe une forte opposition à la politique intérieure et extérieure de Sarkozy (et je ne suis pas le dernier à me ranger dans cette opposition). Et alors ? Quelle importance ? Aujourd’hui, depuis trois ans, la direction, la politique, c’est Sarkozy : depuis trois ans, ce n’est que cadeau pour les riches et trique pour les pauvres, et, à l’extérieur, rentrée dans la niche de l’OTAN et suivisme sans vergogne de la politique israélienne. La France, aujourd’hui, c’est ça…

  • permalien Deïr Yassin :
    14 juillet 2010 @20h56   « »

    @ Ph. Arnaud

    Ph. Arnaud 14 juillet 15h13
    "la langue du pays le plus nocif de la planète, porteur d’un genre de vie . . . "

    Une langue appartient à un peuple, et n’est pas imposée par un gouvernement, et ceux qui vous lisent depuis le temps savent que ceci n’est qu’un condensé de votre pensée.

    Je ne devais donc pas m’exprimer en français (mal, oui, je le sais) parce que ce pays est responsable des choses affreuses en Algérie durant 132 années de colonisation. Pour ce qu’elle a fait au Vietnam, en Afrique. Pour toute son oeuvre coloniale.

    On doit aussi boycotter l’Allemand, surtout dans sa version autrichienne, pour avoir élu l’homme qui, en plus, indirectement a scellé le destine du peuple palestinien.

    - La langue russe pour les ravages qu’ont fait les Soviétiques au Caucase et en Asie Centrale. Même si pour vous, il ne s’agit pas de colonialisme. Remarquez, avec vous, les mots prennent un autre sens.

    - Je devais aussi refuser la langue turque pour la responsabilité des Ottomans pour avoir bradé une partie de la terre palestinienne au début de la colonisation sioniste.

    Votre post montre encore une fois votre incapacité de distinguer l’individu de l’ensemble. Qu’est-ce que la politique d’Obama ou l’impérialisme yankee en Amérique Latine a à faire avec votre refus de la langue anglaise, notamment dans sa version américaine. Une langue est un moyen de communication, et on n’a pas besoin de réciter ’Nos ancêtres, les Gaullois’.

    Personne déteste la politique impérialiste américaine plus que moi, elle m’est tombé sur la gueule, non seulement en Palestine mais en Amérique Latine aussi.

    Selon votre logique, vu que la France a eu et a encore une politique étrangère détestable, que vous avec élu un "...!!!" démocratiquement, que vous continuez à vous mêler de ce qui vous regarde en Afrique, nous devons donc boycotter la langue de Molière. Logique, tout cela. Surtout que vous personnellement, avez certainement voté pour le nain à talonnettes.

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire