Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Un été chaud au Proche-Orient (II)

Un été chaud au Proche-Orient (II)

vendredi 30 juillet 2010, par Alain Gresh

Après avoir fait le point sur la situation en Afghanistan, en Irak et en Iran, je voudrais revenir sur deux autres dossiers brûlants, Israël-Palestine et Liban. A la suite de quoi, je suspends mon blog pour le mois d’août et je souhaite à chacun d’entre vous d’excellentes vacances.

Palestine-Israël

Les pressions (notamment des Etats-Unis et de la France) s’accentuent sur l’Autorité palestinienne pour qu’elle ouvre des négociations directes sans conditions préalables avec le gouvernement israélien. « Sans conditions », cela veut dire malgré la poursuite de la colonisation et sans aucune garantie que Benyamin Netanyahou accepte le principe d’un retour aux frontières de 1967. La direction palestinienne reprendrait ainsi un « processus de paix » commencé il y a des années et dont tout le monde sait qu’il se résume à un processus sans paix. Rappelons que, déjà à Annapolis, en novembre 2007, la communauté internationale s’était engagée à relancer un processus de paix qui devait déboucher sur un Etat palestinien avant la fin 2008. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient... On peut aussi noter que le gel de la colonisation décidé par le gouvernement israélien est un pur trompe-l’œil, non seulement parce que celle-ci s’est poursuivie à Jérusalem-Est, mais aussi parce que les 3 000 logements autorisés pendant cette période de « gel » dépassent la moyenne annuelle des logements construits les années antérieures dans les territoires occupés.

La Ligue arabe a adopté le 29 juillet, comme à son habitude, une de ses positions hypocrites, qui consiste à déclarer que les Arabes sont prêts aux pourparlers directs israélo-palestiniens, dès que... Mahmoud Abbas sera d’accord. Pris entre leur volonté de ne pas heurter les Etats-Unis et leurs opinions qui refusent des pourparlers sans contenu, les dirigeants arabes naviguent à vue, plutôt que de tenter de bâtir un rapport de forces qui permettrait de faire reculer Washington et Tel-Aviv. On comprend pourquoi le discours iranien, celui du Hamas et du Hezbollah ont une telle audience dans les opinions publiques.

Un article de Laurent Zecchini dans Le Monde (29 juillet), et curieusement intitulé « La Cisjordanie profite (sic !) de la coordination entre Israéliens et Palestiniens » (non disponible en accès libre sur le site LeMonde.fr), met en lumière l’ampleur de la coopération sécuritaire entre l’Autorité et les services de renseignement israéliens, coopération dont ne profite (sur le plan économique) qu’une petite minorité, notamment à Ramallah (lire Sandy Tolan, « Ramallah, si loin de la Palestine », Le Monde diplomatique, avril 2010). Le fait que l’Autorité palestinienne muselle les voix de l’opposition et tout simplement les voix dissidentes, ou reporte les élections municipales prévues en juillet, ne soulève aucune remarque des bailleurs de fonds européens et américain, il est vrai que ce sont ceux-là même qui ont récusé le résultat des élections de janvier 2006 qui avaient donné la victoire au Hamas. La transformation de l’Autorité en un pseudo-Etat fondé sur la force des moukhabarat (les services de renseignement), à l’image de l’Egypte ou de la Jordanie, ne choque évidemment pas les pays qui défendent le président Moubarak ou le roi Abdallah.

A Gaza, qualifiée de « prison à ciel ouvert » par le premier ministre britannique David Cameron, grâce avant tout à l’action des militants de la flottille de la paix, le blocus a été légèrement allégé, apportant la preuve que des actions déterminées de citoyens peut obtenir des résultats concrets, là où les déclarations lénifiantes des Etats-Unis et de l’Union européenne restent lettre morte. Le passage avec l’Egypte est un peu plus facile, à condition de disposer d’un passeport palestinien : la journaliste Amira Hass nous apprend que l’Autorité palestinienne elle-même, en refusant d’octroyer des passeports palestiniens aux ressortissants de Gaza, contribue à l’enfermement de ce territoire (« The Palestinian Authority is imprisoning Gazans », Haaretz, 28 juillet).

Pendant ce temps, les autorités de Gaza, isolées et boycottées, à tort, comme l’écrit Chris Patten, ancien membre (britannique) de la Commission européenne, dans le Financial Times du 28 juillet (« To avert disaster, stop isolating Hamas »), ne trouvent rien de mieux à faire que de renforcer l’ordre islamique, s’occupant de la manière dont s’habillent les femmes ou leur interdisant de fumer le narguilé dans les cafés.

Sur la flottille, signalons le courageux papier de Roger Cohen dans le New York Times, qui s’interroge sur l’Américain oublié (« The forgotten American », 29 juillet), ce citoyen turco-américain assassiné par les forces israéliennes et dont les médias américains ne se soucient guère. Rappelons l’indignation (tout à fait justifiée) qui avait accompagné le meurtre de Leon Klinghofer, lors de la prise d’otages sur le paquebot Achille Lauro en 1985 par un commando palestinien.

Sur l’usage de la violence, qui a été débattu sur ce blog, l’association israélienne B’Tselem a publié une étude qui montre comment l’armée israélienne s’oppose aux manifestations non-violentes. (« Army uses legal measures to quell demonstrations against the Separation Barrier », 15 juillet 2010).

Autre signe du durcissement intérieur de la politique israélienne, la décision du gouvernement de « prolonge(r) de vingt ans le secret sur les archives de l’Etat », que rapporte LeMonde.fr (28 juillet). « L’historien israélien Tom Segev a dénoncé cette mesure, estimant qu’elle traduisait une “tendance antidémocratique” dans la société israélienne. “S’il est légitime de ne pas dévoiler certains noms et de maintenir le secret sur des sujets ultrasensibles, interdire globalement de publier ou même de consulter ces documents, relève d’une démarche antidémocratique inquiétante et d’une volonté de masquer des fautes, voire des crimes de guerre passés”, a-t-il déclaré à l’AFP. Le maintien du secret a également été dénoncé comme une mesure “arbitraire et injustifiée” par l’Association des droits civiques en Israël. »

Je signale aussi l’appel d’Avraham Burg, ancien président du parlement israélien et auteur d’un livre-bombe sur Israël, qui appelle à créer un nouveau parti judéo-arabe fondé sur un engagement total en faveur de l’égalité, sans aucune trace de discrimination ou de racisme (« A new party of good tidings », Haaretz, 23 juillet).

Je voudrais aussi inciter les lecteurs de ce blog à imprimer et à lire le livre de conversations de Joseph Algazy avec le grand philosophe juif Yechayahou Leibovitz, « La mauvaise conscience d’Israël » ». Ces conversations avaient été publiées en France au milieu des années 1990, mais étaient depuis introuvables.

Enfin, lisez aussi la lettre émouvante de Salah Hamouri (« J’espère que vous lirez cette lettre », 20 juillet), ce prisonnier d’opinion franco-palestinien détenu depuis plus de cinq ans en Israël et dont le sort n’intéresse ni le gouvernement ni les médias.

Liban

Une forte tension est perceptible au Liban et la visite conjointe que doivent y effectuer le président syrien Bachar Al-Assad (la première depuis l’assassinat de Rafic Hariri en 2005) et le roi d’Arabie saoudite Abdallah le vendredi 30 juillet reflète l’inquiétude face aux possibilités de nouvelles explosions.

Il y a eu d’abord, au début du mois de juillet, les tensions entre des villageois du Sud et des éléments de la Finul, notamment le contingent français. La méfiance s’est renforcée parmi la population chiite et dans le Hezbollah à l’égard de la France que l’on soupçonne de collusion avec Israël et de vouloir imposer le désarmement du Hezbollah. Ces incidents reflètent la perte de crédit de Paris dans la région depuis plusieurs années. Le temps n’est plus où la France disposait d’un crédit grâce à sa politique indépendante à l’égard des Etats-Unis et d’Israël... Et les agitations hystériques sur l’islam, le foulard, la burqa ne contribuent pas à rehausser son prestige.

Autre sujet, le Tribunal spécial pour le Liban créé par les Nations unies pour enquêter sur l’assassinat de Rafic Hariri. Selon Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, le tribunal devrait inculper cet automne des membres de son parti (il avait déjà évoqué cette possibilité en mars 2010). Les accusations contre le Hezbollah ne sont pas nouvelles ; elles remontent au moins à octobre 2007 (« Le Hezbollah et l’assassinat de Rafic Hariri » et semblent avoir été relayées très tôt notamment par les services de renseignement français. A titre anecdotique, on pourra lire un des derniers SAS, La liste Hariri, de Gérard De Villiers qui défend cette thèse.

J’ai déjà exposé, dans l’envoi sur le Hezbollah et l’assassinat de Rafic Hariri, les doutes que soulevait cette hypothèse. Remarquons aussi comment les responsables politiques occidentaux et ceux du tribunal accusaient le régime syrien en 2005-2007, affirmant qu’ils disposaient de témoins fiables et de preuves solides. Ces preuves semblent s’être dissoutes et le tribunal refuse d’interroger les témoins sur leurs fausses dépositions.

Il est bien clair que les informations du tribunal lui viennent pour l’essentiel des services de renseignement occidentaux et israéliens. Peut-on vraiment s’y fier ? D’autant que, ces dernières semaines, on apprenait l’arrestation au Liban d’un réseau d’espions israéliens infiltrés dans les télécommunications libanaises, dont deux dans le groupe Alfa, l’un des deux opérateurs de téléphone mobile dans ce pays. Or, semble-t-il, l’essentiel des preuves dont disposerait le tribunal concernent des conversations sur téléphone mobile interceptées (par qui ?).

Au Proche-Orient, comme dans le reste du monde d’ailleurs, tout n’est pas « complot ». Mais il existe aussi des complots et des manipulations. Alors que nous allons vers le vingtième anniversaire de l’invasion irakienne du Koweït (2 août 1990), rappelons combien de mensonges furent relayés par la presse occidentale (avant qu’elle fasse une grande autocritique qui ne l’empêchera pas de sombrer à nouveau pendant la guerre du Kosovo ou l’invasion américaine de l’Irak en 2003).

Un exemple récent est donné par l’affaire du naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan, naufrage imputé à la Corée du Nord. Le 24 juillet, le site Rianovosti publiait une dépêche, « Cheonan : les experts russes hésitent sur les causes du naufrage (amiral) ». Il fallut attendre quatre jours avant que Le Monde reprenne l’information. (« Naufrage de la corvette “Cheonan” : des experts russes avancent une hypothèse dédouanant la Corée du Nord », par Philippe Pons, 29 juillet, non disponible en accès libre sur Internet). A ma connaissance, l’information n’a pas été reprise ailleurs. Même l’AFP ne l’a pas mentionnée.

Le Hezbollah est un obstacle majeur à la politique américaine et israélienne dans la région. Sa force militaire comme le prestige acquis lors de la guerre de 2006 en font une bête à abattre, et les Etats-Unis n’ont pas lésiné sur les moyens. L’inculpation de certains de ses membres par le Tribunal servirait à tenter de jeter le discrédit sur l’organisation, à renforcer la position d’Israël. Faut-il s’étonner que nombre d’observateurs y voient une manipulation ?

649 commentaires sur « Un été chaud au Proche-Orient (II) »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600

  • permalien Yvan :
    30 juillet 2010 @12h53   »

    Les empreintes digitales d’Israël apparaissent dans l’assassinat de Hariri « annie bannie’s Weblog

    Le 16 juillet, dans une allocution télévisée, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyid Hassan Nasrallah, a suggéré que le tribunal utiliserait de l’information obtenue à partir de communications falsifiées par les Israéliens afin d’impliquer à tort son groupe dans l’assassinat du premier ministre :

    « Dans leur analyse de l’inculpation, certains comptent sur des témoignages, dont certains se sont révélés faux, et sur des réseaux de télécommunications qui ont été infiltrés par des espions qui peuvent modifier et manipuler les données.

    « Avant la guerre (de 2006), ces espions ont donné d’importantes informations à l’ennemi israélien et à partir de cette information Israël a bombardé des bâtiments, des maisons, des usines et des institutions. Beaucoup de martyrs sont morts et beaucoup d’autres ont été blessés. Ces espions sont complices de massacres, de crimes, de menaces et de l’exode de personnes.

    Nasrallah a dit que la manipulation du STL est un « projet israélien » visant à semer le trouble au Liban.

    Si la l’infiltration des communications au Liban par le Mossad est si efficace, on peut se demander comment Israël a pu passer à côté de la menace d’attentat, ou pourquoi il n’a pas fourni ses informations avant l’attentat.

    De toute façon une telle intrusion dans la sécurité d’un voisin serait considérée partout ailleurs comme un acte de guerre.

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @14h28   « »

    AG : Le passage avec l’Egypte est un peu plus facile, à condition de disposer d’un passeport palestinien

    Ce serait loin d’être la seule condition d’après Adam Morrow et Khaled Moussa Al-Omrani de IPS :

    Près de deux mois après que l’Egypte ait annoncé qu’il allait rouvrir son terminal frontalier de Rafah avec la bande de Gaza, le fonctionnement du passage reste cruellement limité.

    "Rafah n’a été ouvert qu’aux passagers et certaines fournitures médicales, a déclaré à IPS Hatem el-Boulouk, journaliste domicilié à Al-Arish, situé à quelque 40 kilomètres à l’ouest de Rafah. "Tout le reste, y compris la nourriture et les matériaux de construction, doivent entrer dans la bande via les passages frontaliers sous contrôle israéliens."

    Par ailleurs les “déclarations lénifiantes” des dirigeants européens et étatsuniens seraient un peu moins méprisables si elles n’avaient pas d’autre motivation que celle de servir de narcotique.

    La colère est montée dans les zones palestiniennes en réaction aux rapports disant que des millions de dollars exonérés d’impôt en provenance des États-Unis sont canalisés vers la construction des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens en Cisjordanie - en violation flagrante du droit international.

    Ceci se passe sous le nez de l’administration américaine en dépit de ses déclarations de soutien pour une solution à deux Etats et de ses critiques contre la poursuite des constructions de colonies de peuplement.

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @15h02   « »

    AG : ...les dirigeants arabes naviguent à vue, plutôt que de tenter de bâtir un rapport de forces qui permettrait de faire reculer Washington et Tel-Aviv.

    Comment peut-on imaginer que des dirigeants dont le souci principal est non seulement de bâtir un empire financier
    pour eux et leurs proches, mais aussi d’offrir à leurs protecteurs israéliens et US une bonne partie des ressources des pays qu’ils dirigent, puissent bâtir un rapport de forces ?

  • permalien Yasmina :
    30 juillet 2010 @15h09   « »

    Le Hezbollah est un obstacle majeur à la politique américaine et israélienne dans la région. Sa force militaire comme le prestige acquis lors de la guerre de 2006 en font une bête à abattre, et les Etats-Unis n’ont pas lésiné sur les moyens. L’inculpation de certains de ses membres par le Tribunal servirait à tenter de jeter le discrédit sur l’organisation, à renforcer la position d’Israël. Faut-il s’étonner que nombre d’observateurs y voient une manipulation ?

    Tout à fait. je me demande alors quel credit accorder à ce Tribunal ? Est ce un tribunal ou une girouette ?Est ce la recherche de la verité( sur les vrais meurtriers et commanditaire du meutre de Rafik Harriri) et la justice ou bien l’inculpation de "coupable du moment" suivant les impératifs de la géopolitique des americains et des israeliens ( sachant que la Syrie fut désignée "coupable" de 2005 à 2007....) Peut etre que demain, un autre "coupable " idéal sera designé . ... Bref, si le sujet n’était si grave je dirais que c’est du divertissement( entertainment) ce Tribunal !

    A lire aussi, , en complément
    http://blog.mondediplo.net/2009-12-...

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @16h20   « »

    Obama renouvelle l’ordonnance Bush de sanctions contre les personnes qui travaillent avec le Hezbollah, ou monsieur “yes we can” en pleine action de “huilage" de "la machine”.

    L’ordonnance (“Executive Order”- EO) qui date du 1 août 2007 déclarait :

    ...les menaces contre la stabilité du Liban et les initiatives de la Syrie visant à restaurer son influence dominante représentaient "une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis."

    Obama lui ne parle même plus de “menace pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis.” Seule la stabilité du Liban lui importe :

    Le président Barack Obama a reconduit une mesure d’urgence jeudi pour geler les avoirs des personnes qui travaillent avec le Hezbollah et "portent atteinte" à la stabilité du Liban.

    "Même s’il y a eu certains développements positifs récents dans les relations syro-libanaises, la poursuite des transferts d’armes au Hezbollah qui incluent des systèmes d’armes de plus en plus sophistiqués sert à saper la souveraineté libanaise"

    Réaction de Nicholas Noe :

    Il est difficile d’imaginer ce que les gens d’État pensent, - pour renouveler cet exemple orwellien d’une approche de l’ère Bush qui s’est soldée par un échec.

    Rappelez-vous - le raisonnement sur la question de Feltman était qu’il y avait un danger d’un deuxième gouvernement dirigé par le Hezbollah et le CPL (Courant patriotique libre de Michel Aoun) en 2007 .... Mais ce temps a définitivement disparu en même temps que l’implosion de la politique Bush.

    Si l’équipe Obama n’est même pas capable de bien gérer cette question - l’abrogation de cette ridicule ordonnance - Eh bien, je doute qu’ils aient l’habileté ou le courage d’empêcher cette prochaine guerre et encore moins construire la paix au Moyen-Orient ...

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @16h21   « »

    Obama renouvelle l’ordonnance Bush de sanctions contre les personnes qui travaillent avec le Hezbollah, ou monsieur “yes we can” en pleine action de “huilage" de "la machine”.

    L’ordonnance (“Executive Order”- EO) qui date du 1 août 2007 déclarait :

    ...les menaces contre la stabilité du Liban et les initiatives de la Syrie visant à restaurer son influence dominante représentaient "une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis."

    Obama lui ne parle même plus de “menace pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis.” Seule la stabilité du Liban lui importe :

    Le président Barack Obama a reconduit une mesure d’urgence jeudi pour geler les avoirs des personnes qui travaillent avec le Hezbollah et "portent atteinte" à la stabilité du Liban.

    "Même s’il y a eu certains développements positifs récents dans les relations syro-libanaises, la poursuite des transferts d’armes au Hezbollah qui incluent des systèmes d’armes de plus en plus sophistiqués sert à saper la souveraineté libanaise"

    Réaction de Nicholas Noe :

    Il est difficile d’imaginer ce que les gens d’État pensent, - pour renouveler cet exemple orwellien d’une approche de l’ère Bush qui s’est soldée par un échec.

    Rappelez-vous - le raisonnement sur la question de Feltman était qu’il y avait un danger d’un deuxième gouvernement dirigé par le Hezbollah et le CPL (Courant patriotique libre de Michel Aoun) en 2007 .... Mais ce temps a définitivement disparu en même temps que l’implosion de la politique Bush.

    Si l’équipe Obama n’est même pas capable de bien gérer cette question - l’abrogation de cette ridicule ordonnance - Eh bien, je doute qu’ils aient l’habileté ou le courage d’empêcher cette prochaine guerre et encore moins de construire la paix au Moyen-Orient ...

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @16h25   « »

    Je constate qu’Alain Gresh a décrété sans même attendre les conclusions du TSL que le verdict du tribunal a été manipulé par Israël et les puissances occidentales et qu’il est par conséquent non valide. Gageons que si par aventure, le verdict impliquait Israël, Alain Gresh inverserait rapidement son jugement. Objectivité, quand tu nous tiens....

    En outre, rien ne dit que le verdict se fonde exclusivement sur les résultats d’enregistrements téléphoniques. Il y a peut-être d’autres éléments dans le dossier. Alain Gresh semble aller ici plus vite que la musique.

    D’autre part, l’article russe auquel il nous renvoie dans l’affaire de la frégate sud-coréenne se borne à affirmer que les experts soviétiques sont sceptiques et hésitent à pointer les responsabilités de la Corée du Nord. Cet article n’apporte aucun élément dans un sens ou dans un autre. Je ne vois pas ce que cela apporte à la compréhension de l’assassinat d’Hariri.

  • permalien une bille :
    30 juillet 2010 @16h31   « »

    Le rapport du procureur général des armées israélien Mandelblit, confirme ce que chacun savait déjà, à savoir que les bâtiments de l’ONU à Gaza ont été bombardé au phosphore blanc (page 21).

    Les responsables de Tsahal sont anéantis par cette trahison. [Info-Palestine] - Un rapport de l’armée israélienne qui confirme les conclusions Goldstone est enterré en Israël

    Il est normal qu’après une telle marque de courage de la part d’Israël, les USA et l’UE se tourne vers l’Autorité Palestinienne pour qu’elle se décide à faire un effort vers les négociations.

  • permalien Ph. Arnaud :
    30 juillet 2010 @17h33   « »

    A Nathan

    Vous dites : « Je constate qu’Alain Gresh a décrété sans même attendre les conclusions du TSL que le verdict du tribunal a été manipulé par Israël et les puissances occidentales et qu’il est par conséquent non valide. Gageons que si par aventure, le verdict impliquait Israël, Alain Gresh inverserait rapidement son jugement. Objectivité, quand tu nous tiens… »

    Lorsqu’a eu lieu la tentative d’assassinat du pape Jean-Paul II, la question qui se posait en creux était : à qui le crime ne va-t-il pas profiter ? Et la réponse était : à tous les régimes communistes. A celui de la Pologne, d’abord, qu’on va accuser d’être derrière la main du meurtrier, et dont la population profondément catholique et fanatiquement dévouée au pape, va être encore plus hostile au gouvernement de Varsovie. Et, en second lieu, à l’URSS, qui sera affaiblie psychologiquement et politiquement.

    D’où les efforts de toutes les officines et journaux de droite et pro-américains pour orienter vers des pistes bulgares et du KGB, dont on s’est aperçu, après coup, qu’elles étaient complètement vides (comme celle des accusés de Tarnac). Et qu’il valait mieux chercher dans d’autres directions, parfois complètement opposées…

    A qui l’assassinat de Rafic Hariri ne profite-t-il pas ? A la Syrie et au Hezbollah, bien entendu qui, dans l’affaire, ont des têtes de coupables idéaux. Tellement idéaux, d’ailleurs, que la presse bien pensante ne nous a guère laissé d’autres choix. Mais les « preuves » de leur implication semblent tirées par les cheveux…

  • permalien Les modérateurs :
    30 juillet 2010 @18h23   « »

    Bonjour,

    La discussion sur Thierry Meyssan ayant déjà eu lieu environ 200 fois sur les forums de ce blog depuis son ouverture, nous nous sommes permis de supprimer les messages qui la relançaient, afin de laisser la place à des commentaires plus directement en rapport avec le sujet du billet. Merci de votre compréhension !

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @18h39   « »

    Je constate que les sionistes "modérés" ont déja décrété sans même attendre les conclusions du TSL que le verdict du tribunal impliquera le Hezbollah.

    Ce qui n’a pas été précisé dans cet envoi et qui a été révélé par Hassan Nasrallah lors d’une de ses dernières interventions télévisées sans être démenti par Saad Hariri, c’est que c’est ce dernier qui lui avait appris que des membres “incontrolés” du Hezbollah allaient être accusés par le TSL.

    Une des analyses qui est faite au Liban, qui a au moins le mérite d’avoir comme prémisse le manque total d’envergure politique de l’actuel premier ministre libanais, est la suivante : Ce dernier a été envoyé par “l’axe du bien” pour tater le terrain, tester le Hezbollah, prendre la mesure de la crainte qu’une telle nouvelle entrainerait chez le Hezbollah.

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @18h55   « »

    L’assassinat d’Hariri est une affaire interarabe, comme les autres assassinats et tentatives d’assassinats d’hommes politiques et de journalistes ayant eu lieu au Liban. Et la liste est longue... Ce pays est une poudrière où règnent en permanence la vendetta et le règlement de comptes. Le mossad n’assassine que les ennemis jurés Israël, comme par exemple, le chef militaire du Hezbollah Imad Moughnieh et un homme comme Hariri n’était pas considéré comme un ennemi. Ce sont des Arabes qui ont fait le coup. Lesquels ? C’est votre affaire...

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @18h57   « »

    ’Avant son voyage à Washington [en mai], Saad Hariri [le premier ministre libanais] m’a rendu visite et m’a dit que des membres indisciplinés du Hezbollah seront désignés par l’acte d’accusation’ du TSL, a affirmé le chef du parti lors d’une intervention par vidéoconférence. ’Il m’a dit qu’il était prêt, le cas échéant, à dire en public que le Hezbollah n’avait rien à voir avec l’assassinat et qu’il s’agissait juste de membres indisciplinés, a-t-il précisé.

    Après les premiers membres “indisciplinés”, viendraient d’autres membres “indisciplinés”, jusqu’à ce que l’on soit amener à se dire, comme le dit déja le “libéral” ha’aretz, qu’il est peu probable qu’un parti aussi discipliné que le Hezbollah ait des membres “indisciplinés”.

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @19h07   « »

    K : 30 juillet @18h39

    Une des analyses qui est faite au Liban, qui a au moins le mérite d’avoir comme prémisse le manque total d’envergure politique de l’actuel premier ministre libanais, est la suivante : Ce dernier a été envoyé par “l’axe du bien” pour tater le terrain, tester le Hezbollah, prendre la mesure de la crainte qu’une telle nouvelle entrainerait chez le Hezbollah.

    C’est surtout significatif de la peur qu’inspire cette entité para-militaire et fascisante, armée jusqu’aux dents et aux ordres d’un pays étranger et qui constitue une anomalie dans un Etat qui se prétend démocratique.

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @19h20   « »

    Entre nous soit dit, une frégate sud-coréenne qui coule à proximité du 38ème parallèle et à quelques coudées d’un pays monstrueusement paranoïaque et qui passe son temps à menacer ses voisins, ça serait bien le diable si les Nord-Coréens n’étaient pas dans le coup. Parfois l’explication la plus simple et la plus sensée est la bonne. Pas besoin de se gratter l’oreille gauche avec la main droite. Pas besoin de faire des hypothèses byzantines et superflues. Autrefois, on appelait ça le principe du rasoir d’Occam, n’est-ce pas mon cher Watson ?

  • permalien gloc :
    30 juillet 2010 @19h24   « »

    @Nathan,

    Des interarabes israéliens s’apprétant à assassiner un interarabe palestinien :

  • permalien ue :
    30 juillet 2010 @19h46   « »

    Israel sait tout sur le TSL :

    Une TV israélienne assure connaitre le nom du prochain accusé du hezbollah

    Une autre annonce que c’est HN lui-même qui a ordonné l’assassinat de Rafic Hariri.

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @19h47   « »

    @ gloc. Ils s’agissait d’un ennemi d’Israël et le fait qu’ils s’y sont mis à une trentaine pour faire le coup, utiliser des identités de citoyens non-israéliens et braver les vidéos locales avec tous les risques que ça suppose, prouve que ça ne devait pas être un petit poisson.

    L’assassinat d’Hariri na rien à voir avec ça. C’est une affaire interarabe.

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @19h51   « »

    Le précédent message (ue) est de moi, l’“écriteau” ayant la facheuse tendance à "bondir" pendant que je tape sur le clavier.

  • permalien Shiv7 :
    30 juillet 2010 @21h06   « »

    Ils s’agissait d’un ennemi d’Israël et le fait qu’ils s’y sont mis à une trentaine pour faire le coup, utiliser des identités de citoyens non-israéliens

    No comments

    braver les vidéos locales avec tous les risques que ça suppose,

    No comments

    prouve que ça ne devait pas être un petit poisson.

    ça prouve surtout les méthodes habituelles et normales Israélienne, 30 contre un, fourberie, et des preuves se justifiant d’elle même (car on ne sait rien du gros méchant poisson..).

  • permalien K. :
    30 juillet 2010 @22h25   « »

    Les accusations contre le Hezbollah ne sont pas nouvelles ; elles remontent au moins à octobre 2007

    Nicholas Noe rappelle qu’elles remontent à l’été 2006, alors qu’Israel, comme par hasard, n’arrivait pas à mener la mission que les dirigeants “civilisés” lui avaient confié.

    A ce moment là, poursuit Nicholas Noe,

    [l]e Hezbollah avait appris, et douloureusement, que son ultime combat contre Israël ne pourrait être correctement conduit dans des temps d’effusion de sang interne - comme lors des combats entre Amal (chiite) et le Hezbollah à la fin des années 1980 - et que l’acte d’accusation STL au cours d’une période de déjà haute tension sectaire pourrait faire pencher la balance.

    Aujourd’hui, cependant, le parti a atteint une position de pouvoir politique, diplomatique et militaire fondamentalement différente - et plus sûre -, sans parler de cohérence idéologique. C’est précisément pourquoi il ne faut pas trop insister sur les préoccupations du Hezbollah vis-à-vis de l’actuelle (supposée) voie que prend le STL - sauf si vous êtes un partisan et/ou un polémiste et avez un intérêt dans l’élaboration du cadre du combat.

    Il est peu probable, donc, comme certains hommes politiques et commentateurs libanais l’ont suggéré ces derniers jours, que le Hezbollah soit aujourd’hui gravement préoccupée par sa relation avec une Syrie "exonérée". Ce genre de contre factualisme ignore les intérêts communs que les membres de l’Axe de la Résistance partagent et continueront probablement à partager pour la période à venir, le climat étant en faveur d’une prochaine confrontation plutôt que d’un règlement.

    Il n’est pas non plus probable que le Hezbollah craigne particulierement l’apparition de certains scénarios de "violence sunnite" suite à une mise en accusation de ses membres.

    ...

  • permalien Lou :
    30 juillet 2010 @22h49   « »

    La Hasbara israélienne bat son plein et le Figaro a l’art de renverser les éléments de preuve :

    Au fur et à mesure que l’échéance cruciale s’est rapprochée, Hassan Nasrallah a fait monter la pression. Il a commencé par dénoncer les fuites dans la presse. Il a cherché, ensuite, à décrédibiliser une enquête fondée sur des écoutes téléphoniques « manipulées par Israël », comme l’a fort opportunément montré l’arrestation récente de plusieurs espions pro-israéliens au sein d’un réseau de téléphonie mobile libanais.

    Et à quoi cela aurait servi que le Hezbollah se décarcasse pour créer un réseau téléphonique interne ?

  • permalien Nathan :
    30 juillet 2010 @23h07   « »

    Excellente diversion Shiv7 mais en attendant, et si l’on en croit le Jerusalem Post, c’est sans doute le beau-frère du chef terroriste Imad Moughniyeh qui aurait fait assassiner Hariri.

    Et le fils Hariri, que va-t-il faire devant une telle révélation, si celle-ci s’avère exacte ? Il a l’intention d’écraser ?

    Quel panier à crabes quand on y pense... La seule "démocratie arabe"... Quelle sinistre comédie... Dire que si cette révélation est exacte, le fils de la victime est allé implorer le parti qui a fait assassiner son père de rester calme.

  • permalien Ph. Arnaud :
    31 juillet 2010 @00h59   « »

    A Nathan

    Vous dites : « C’est surtout significatif de la peur qu’inspire cette entité paramilitaire et fascisante, armée jusqu’aux dents et aux ordres d’un pays étranger et qui constitue une anomalie dans un Etat qui se prétend démocratique ».

    1. Vous parlez du Hezbollah exactement comme le gouvernement de Vichy parlait des FFI et FTP ou celui de la IVe République du Vietminh et du FLN, c’est-à-dire dans les termes dont tous les pouvoirs oppresseurs traitent ceux qui leurs résistent, c’est-à-dire en essayant de les discréditer.

    2. Le Hezbollah n’est pas plus au service d’un Etat étranger que les FFI et FTP n’étaient au service des USA, du Royaume-Uni ou de l’URSS : le Hezbollah est un mouvement de résistance proprement national (libanais) qui a chassé Israël au bout de 18 ans de guérilla (et sans se livrer à des excès, après sa victoire, contre les miliciens de l’ALS), puis qui a résisté victorieusement, en 2006, à l’attaque israélienne.

    3. Le Hezbollah ne serait pas ce qu’il est s’il existait une armée libanaise digne de ce nom, c’est-à-dire susceptible de s’opposer à Israël, au lieu d’être au service d’un gouvernement aux ordres des Occidentaux (comme il est de coutume depuis 1958).

  • permalien Yvan :
    31 juillet 2010 @10h16   « »
  • permalien Lou :
    31 juillet 2010 @10h27   « »

    Connivence entre Israël et un cheikh en exil pour un coup d’Etat dans un Emirat du Golfe

    Robert Booth et Ian Ferguson - Guardian

    Israël appuie un cheikh arabe en exil qui est sur les rangs pour prendre le contrôle d’un Emirat du Golfe, stratégiquement important, à seulement 60 km de l’Iran.

    L’ambassadeur israélien à Londres, Ron Prosor, a rencontré le cheikh Khalid fils de Saqr al-Qasimi, et prince héritier en exil du Ras al-Khaimeh (RAK), qui lui a demandé de l’aider dans sa campagne pour évincer les dirigeants de cet Emirat le plus au nord des Emirats arabes unis.

    La rencontre a eu lieu à Londres en mars et fut suivie d’appels téléphoniques, d’appuis et de conseils plus larges, d’après le compte rendu des contacts par le Guardian.

  • permalien Noval :
    31 juillet 2010 @12h28   « »

    Lou - Message du 31 juillet 10h27

    En matière de connivence, comme d’ailleurs d’acoquinement, Israël est un champion hors pair et un farouche partisan de la géométrie utilitaire.

    Un exemple parmi tant d’autres.

    Depuis que Recep Erdogan a fait savoir à Shimon Peres - sommet tenu à Davos en janvier 2009 - que massacrer des êtres humains sans défense n’est pas digne d’un Etat civilisé, les relations entre Israël et la Turquie se sont quelque peu tendues.

    Qu’à cela ne tienne ! Pour preuve de leur humanité très désinteressée et alors qu’Israël a depuis sa création soutenu la Turquie dans la négation du génocide arménien (car il est bien connu qu’un seul génocide est digne de mémoire ...), les dirigeants israéliens ont immédiatement entrepris une opération de séduction diplomatique envers l’Arménie .

    Pour les besoins de la cause, Avigdor Lieberman (qui est un fasciste) a effectué quelques déplacements en Arménie et la Knesset a créé une commission ... visant à la reconnaissance du génocide arménien . Et bien sûr, les dirigeants du CRIF se sont rendus en début d’année chez l’ambassadeur d’Arménie en France pour témoigner, entre autres balivernes, de leur amitié à ce pays ...

    Parce qu’après tout (ou avant tout ...), l’Arménie qui n’est pas loin de l’Iran, peut toujours servir de base avancée ou de repli...

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @12h34   « »

    Monsieur Gresh aurait pu rappeler que le mandat de Mahmoud Abbas a expiré le 9 janvier 2009, que celui-ci était en outre contesté par Hamas en particulier qui a appelé au boycott des élections de 2005, que nombre de parlementaires palestiniens croupissent dans les geôles de l’occupant depuis 2006, que les soi-disant frontières de 1967 sont contestées en particulier par Hamas et que les deux parties à cette mascarade de négociation ne sont pas reconnues légitimes par Hamas en particulier, qui rappelons le a remporté les élections parlementaires de 2006.

    Monsieur Gresh aurait pu également rappeler que le régime occupant n’a jamais eu l’intention de négocier quoi que ce soit depuis plus de soixante ans et s’en tient clairement à une politique du fait accompli.

    Monsieur Gresh aurait également pu rappeler comme le fait fort pertinemment son confrère Philippe Rekacewicz dans son blog "Visions cartographiques" que l’objet de cette parodie de négociation, à savoir une cohabitation de deux états, si tant est qu’elle ait été jamais possible, ne l’est de facto plus de l’avis unanime des personnes ayant pris la peine de se rendre sur place.

    Dès lors parler de "pressions s’accentuant sur l’Autorité palestinienne pour qu’elle ouvre des négociations directes sans conditions préalables" comme le fait Monsieur Gresh n’en revient-il pas à cautionner une rhétorique grotesque purement propagandiste n’ayant aucun rapport avec la réalité ?

  • permalien Tristan :
    31 juillet 2010 @13h25   « »

    @Yannic

    Pourquoi tant de méchancetés, vis-à.vis de M.Gresh ?

    On comprend pourquoi le discours iranien, celui du Hamas et du Hezbollah ont une telle audience dans les opinions publiques.

    Il me semble que M. Gresh n’épargne pas les dirigeants arabes et Mahmoud Abbas, en allant même jusqu’a sous-entendre que si plus de pays arabes étaient des vrais démocraties, le Hamas, le Hezbollah et des partis proche de la RII, gagneraient très facilement de nombreuses élections, un peu comme le "terroriste" de Gaule, en France.

    Mais bon, on ne va pas refaire l’histoire. Pétain et Louis XVI ont été, quand même, les dirigeants légitimes de la France, plusieurs années. Je dis ca, même si j’aime bien plus fêter leur départ du pouvoir (même si un des deux à perdu la tête) et pas du tout leur prise de pouvoir.

  • permalien K. :
    31 juillet 2010 @14h25   « »

    La seule "démocratie arabe"... Quelle sinistre comédie...

    La “comédie” devient bien moins sinistre quand les sionistes “modérés” n’omettent pas sciemment de décontextualiser ce pays :

    5 agressions israéliennes avec de très importantes répercussions humaines, économiques et sociales ;

    Un réseau d’espionnage israélien aidé par des larbins arabes "modérés", travaillant activement pour créer une guerre civile,

    Un environnement régional chauffé à blanc par la volonté à tout prix de l’axe US-Israel de mettre les pays de la région sous la coupe de dirigeants qui leur conviennent, c’est-à-dire qui vont à l’encontre des intérêts des populations et offrent à l’axe en question les ressources des pays.

    Volonté qui va aujourd’hui jusqu’à vouloir balkaniser l’ensemble du M-O sur une base confessionnelle, Israel devant servir d’arbitre entre les différents cantons. (Avoir Israel pour parrain, la très laide et très bestiale Israel, comment ne pas voir d’ici l’enlaidissement et la bestialisation des populations qui en résulterait ? Comment ne pas être saisi de violentes nausées rien qu’a y penser ? )

    Un environnement régional dont les répercussions sont d’autant plus violentes sur le Liban que celui-ci est multiconfessionnel ;

    Un environnement régional dont les répercussions sont d’autant plus violentes sur le Liban que celui-ci souffre d’un statut de “zone-tampon”.

    A coté de ça on a Israel, que l’on qualifie de "seule démocratie au Moyen-Orient", qui est non seulement aidée financièrement, technologiquement, militairement, par les pays les plus riches de la planète, mais aussi par les péquenots qui servent de dirigeants arabes, et qui se comporte quand même extérieurement mais aussi de plus en plus intérieurement de manière laide et bestiale.

    C’est pire qu’un sinistre délire, c’est un délire sioniste.

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @14h40   « »

    Il ne s’agit pas Tristan de méchanceté de ma part lorsque je me contente de rappeler des faits et que je m’étonne (façon de parler) que notre ami Alain Gresh ne le fasse pas. Ces faits sont-ils inexacts ? Qu’il soit cruel de le rappeler ne dénote pas d’une intension de lui nuire, il s’agit d’un simple constat. Je n’oublie pas en outre que Monsieur Gresh est Directeur adjoint du Monde diplomatique si je ne m’abuse, que cette entreprise n’est pas une œuvre de charité, qu’elle a vocation à faire des bénéfices. Pour vendre un produit quel qu’il soit, il faut qu’il soit comestible, aseptisé… Je n’oublie pas non plus que dans la presse française, on ne peut pas écrire n’importe quoi sauf à prendre le risque de mettre la clef sous la porte très rapidement. A supposer qu’un Frédéric Lordon serait partisan des méthodes révolutionnaires sanglantes des années 1789 et suivantes, qu’un Philippe Leymarie serait partisan des mutineries comme le furent certains « poilus » héroïques ou qu’’un Alain Gresh serait lui partisan de renvoyer les colons juifs dans leur foyers en Europe ou ailleurs, je ne pense pas qu’ils pourraient l’écrire ouvertement très longtemps malheureusement…

  • permalien K. :
    31 juillet 2010 @16h20   « »

    @ Yannic,

    1- Il n’est plus vrai, depuis un certain temps déjà, que le Hamas refuse de reconnaitre les frontières de 1967.

    2- Concernant Alain Gresh et pour n’aborder qu’une partie de vos étranges reproches, dans la mesure où il a déjà dit clairement qu’il n’était pas "partisan de renvoyer les colons juifs dans leur foyers en Europe ou ailleurs," vous faites de faux procès.

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @16h37   « »

    1) Facile à dire, plus difficile serait de "sourcer" sérieusement cette affirmation... (saugrenue jusqu’à preuve du contraire)
    2) Nul n’est parfait...

  • permalien Nathan :
    31 juillet 2010 @18h48   « »

    Quand on y pense... Le père Hariri est assassiné et le fils va supplier ses assassins de rester calmes... C’est le monde à l’envers... Et pourquoi cette situation absurde ? Parce qu’au Liban tout le monde à une peur bleue de cette entité fanatique, fascisante et aux bottes d’une puissance étrangère. Tout le monde en a peur...jusqu’à y perdre son sens de l’honneur.

  • permalien Deïr Yassin :
    31 juillet 2010 @19h34   « »
    Un été très chaud à Amman

    Contrairement à ce qu’écrit notre ’agent provocateur’ sous ses pseudos diverses, encore une fois : ses propos au sujet de jeter les Juifs venus en Palestine depuis 1891 à la mer et son obsession à faire croire que le Hamas refuse de reconnaître l’existence de l’Etat d’Israël ne sont que ses rêves personnelles et n’engage en rien ni le Hamas ni le peuple palestinien dans son ensemble.

    Un entretiens très intéressant avec Zvi Sela, le psychologue israélien qui a aussi exprimé sa conviction que Samir Kuntar n’avait pas tué la petite Einat Haran, ici sur ses entretiens avec le Sheikh Yassin et sa reconnaissance implicite, voire explicite, de l’existence de l’Etat d’Israël.

    - http://mondoweiss.net/2010/07/haare...

    Certains feraient mieux de se contenter d’exprimer leurs propres opinions au lieu de prétendre exprimer ceux des autres, qu’il s’agit des partis politiques ou pas.

    Quand on ne fait pas partie de ceux qui sont directement concernés par le conflit, ceux qui souffrent, ceux qui payent le prix de l’occupation quotidiennement, un peu de retenu ne fera pas de mal. Jeter de l’huile sur le feu, être plus royaliste que le roi afin d’assouvir ses propres fantasmes ne sert pas le peuple palestinien. Mais je suppose que le bien-être de celui-ci est le dernier des soucis des jusqu’aux-boutistes qui ont d’autres projets pour la région.

  • permalien Omar TCHEKIKEN :
    31 juillet 2010 @19h49   « »

    Bonjour

    Doit-t-on considerer que l’utilisation de faux passeports occidentaux par des assassins du Mossad est un mépris des pays occidentaux concernés, ou bien, une bienveillance et par conséquent une complicité de ces derniers ?
    Curieusement, les Israeliens se sont abstenus d’utiliser des passeports américains...

  • permalien Deïr Yassin :
    31 juillet 2010 @19h49   « »

    "Tous les points de vue et commentaires sont bienvenus, à condition qu’ils s’appuient sur des faits . . . "

    Les propos fantasmés de notre ’agent secret’ sur le Hamas et sa non-reconnaissance ad vitam aeternam de l’Etat d’Israël ne s’appuient pas sur des faits mais relèvent des voix dans sa tête.

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @20h22   « »

    gloc :
    31 juillet @19h18
    Ce n’était pas une injonction,puisque j’ai employé le conditionnel. (...)

    Hummm...

    gloc :
    31 juillet @18h51
    (...) taisez-vous !

    Chez moi on appelle ça l’impératif aux dernières nouvelles. Pas chez vous ? (moi par contre j’ai bien employé le conditionnel !)

    Deïr Yassin :
    31 juillet @19h49
    (...) à condition qu’ils s’appuient sur des faits (...)

    Eh bien à qui le dites vous ! J’ai déjà dit que j’attendais une source, et j’attends toujours...

  • permalien Nathan :
    31 juillet 2010 @22h36   « »

    31 juillet @14h40 Je n’oublie pas non plus que dans la presse française, on ne peut pas écrire n’importe quoi sauf à prendre le risque de mettre la clef sous la porte très rapidement.

    Tandis que dans la presse iranienne, c’est bombance tous les jours. Un énorme vent de liberté souffle là-bas, à faire décoiffer les tchadors...

    J’ai eu la curiosité d’aller voir la rubrique "culture" de la très officielle agence de presse iranienne (version française).

    Il n’y a rien. Aucun article. Nib de nib.

    C’est vrai que c’est plus facile ainsi. Pas d’articles. Pas de controverses.

    http://www2.irna.ir/fr/news/menu-378/

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @22h59   « »

    Je suis français si ça peut vous éclairer Monsieur Nathan, et comme mon prénom peut le laisser supposer breton et encore plus précisément bigouden, vous saurez tout... Mais je vous avoue ces temps-ci ne pas toujours en être très fier, comme beaucoup de mes compatriotes.

  • permalien Nathan :
    31 juillet 2010 @23h07   « »

    A noter que l’assassin présumé de Rafik Hariri (si l’on en croit le Jerusalem Post) n’en serait pas à son premier coup d’essai car son nom est également cité dans la tentative d’assassinat en 1985 du Cheik Jabir al-Ahmed al-Sabah, l’émir du Koweit.

    http://www.globaljihad.net/view_pag...

  • permalien Yannic :
    31 juillet 2010 @23h29   « »

    C’est étrange que vous sembliez vous indigner de l’assassinat de Rafik Hariri alors que vous justifiez un peu plus haut celui de Mahmoud al-Mabhouh... Qui est donc dans la région le champion toutes catégories des assassinats et va jusqu’à s’en vanter dans la presse ?

  • permalien Wydadi :
    31 juillet 2010 @23h48   « »

    Je crois même savoir qu’il est derrière l’assassinat de JFK.
    Et puisqu’on y est allons-y gaiement !

  • permalien
    1er août 2010 @00h16   « »

    C’est surtout significatif de la peur qu’inspire cette entité para-militaire et fascisante, armée jusqu’aux dents et aux ordres d’un pays étranger et qui constitue une anomalie dans un Etat qui se prétend démocratique. (Mr Nathan)

    Oui je confirme :
    Le Hazbollah possède l’arme atomique, des frégates et sous-marins, des hélicoptères, des F16 et F18, des satellites, des bombes aux phosphore, des bombes à bille, etc...
    Et rien ne se fait de sa part sans l’accord préalable des Etats-Unis.

  • permalien
    1er août 2010 @00h24   « »

    Nathan, ce serait vrai... si le Hezbollah est responsable.
    Que vous le vouliez ou non, il y a une certaine légitimité à se demander si l’affaire n’est pas manipulée à des fins précises par certains états, dont Israel.

    Ce n’est pas comme si Israel (et d’autres, c’est loin d’être une chasse gardée) n’avait pas une histoire de mensonge honteux.

    Dans le cas présent, il semble que l’accusation repose sur des éléments clairement sujets à caution, de part l’implication même d’Israël, apparemment prouvée (réseau d’espionnage agissant dans le secteur dont proviendrait l’essentielle des preuves).

    Des guerres pour des mensonges (dont guerres israéliennes), il y en a déjà eu. Alors, l’utilisation de la justice, c’est crédible, particulièrement dans les circonstances présentes.

  • permalien Lou :
    1er août 2010 @00h57   « »

    Le Liban, Chypre et Israël convoitent le gaz récemmen...

    Les importants champs gaziers découverts récemment en Méditerranée au large des côtes israéliennes suscitent de plus en plus les convoitises. Pour s’assurer du contrôle de ce pactole, évalué, dans un premier temps, à quelque 40 milliards de dollars, le gouvernement israélien s’apprête à faire voter par la Knesset une loi instaurant une « zone économique maritime exclusive » s’étendant sur 210,5 km, soit à équidistance avec Chypre. Cette initiative vise à couper l’herbe sous le pied du Liban, qui revendique la propriété d’une partie des champs découverts récemment par des groupes israéliens et l’américain Noble Energy Company.

    Un de ces champs, surnommé « Leviathan » et situé à 130 km au large du port de Haïfa (dans le nord d’Israël) près de la frontière libanaise, pourrait, selon les dernières études sismiques, receler non seulement d’importantes quantités de gaz, mais aussi des gisements de pétrole, ce qui permettrait de doubler la manne espérée. La montée des enjeux financiers commence d’ailleurs à alimenter des tensions politiques et diplomatiques. Uzi Landau, le ministre israélien des Infrastructures, a ainsi prévenu récemment que son pays n’hésiterait pas à recourir à la force pour défendre ses droits exclusifs sur ces champs gaziers.

  • permalien K. :
    1er août 2010 @11h25   « »

    La seule démocratie du Moyen-Orient

    Après l’élection du Premier ministre Begin, nous avons choisi Yitzhak Shamir, qui avait été l’un des membres du trio de la direction du “Lehi” (acronyme hébreu pour « Combattants pour la liberté d’Israël »). Léhi a fait encore mieux que “Etzel” [un autre groupe terroriste sioniste pré-étatique, responsable de l’attentat de l’Hôtel King David] - non seulement il a tué pour obtenir un état, il a tué aussi après que l’Etat ait été obtenu.

    Le 17 Septembre 1948, les hommes du Lehi à Jérusalem ont abattu le comte Folke Bernadotte, l’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient (qui, en tant que diplomate suédois au cours de la Seconde Guerre mondiale, avait sauvé des milliers de Juifs des camps d’extermination nazis).

    Lors de la célébration du 70e anniversaire du Léhi à Jérusalem le mois dernier, le député du parti [d’extrême-droite] “Union nationale” à la Knesset, Arye Eldad (dont le père, Yisrael, a été l’un des partenaires de Shamir à la direction du Léhi) a dit à la tribune : "Le comte Bernadotte voulait internationaliser Jérusalem. En réponse, le Lehi l’a tué. Avec sa mort, le concept d’éloignement du peuple juif de Jérusalem est mort avec lui."

  • permalien Lucid :
    1er août 2010 @17h22   « »

    Nathan : "Quand on y pense... Le père Hariri est assassiné et le fils va supplier ses assassins de rester calmes... C’est le monde à l’envers... Et pourquoi cette situation absurde ? Parce qu’au Liban tout le monde à une peur bleue de cette entité fanatique, fascisante et aux bottes d’une puissance étrangère. Tout le monde en a peur...jusqu’à y perdre son sens de l’honneur."

    Nathan, avec ses gros sabots, est pleinement dans son rôle d’allumeur de mêche en cherchant à toucher l’honneur des libanais. C’est très enfantin comme méthode de manipulation qui est une reprise de certains médias israéliens. Cela reflète bien la perception péjorative que certains ont à de ces gens là...

  • permalien K. :
    1er août 2010 @17h37   « »

    @ Lucid,

    Perception péjorative

    Perception qui repose surtout sur une réalité, bien qu’à priori c’est vrai, elle soit très peu probable, parce que trop vulgaire, trop laide. Mais comme le disait Baudelaire dans ses “Curiosités Esthétiques”,

    Il y a dans la vie et dans la nature, des choses et des êtres poncifs, c’est-à-dire qui sont le résumé de ces idées vulgaires et banales que l’on se fait de ces choses et de ces êtres.

    Tous les sionistes fanatiques et encore plus “modérés” rentrent dans cette catégorie.

  • permalien Yvan :
    1er août 2010 @17h38   « »

    15/02/2010

    Saad Hariri : Nous devrions prendre au sérieux les menaces d’Israël. Mais cela ne signifie pas pour autant que nous soyons au bord de la guerre. Nous devrions aussi alerter la communauté internationale sur ces menaces israéliennes, car elles doivent être prises en compte. Nous en avons discuté avec des pays arabes qui entretiennent des relations diplomatiques avec Israël pour qu’ils exercent des pressions sur le gouvernement israélien.

  • permalien K. :
    1er août 2010 @19h13   « »

    “Démocratie”, Israel ?

    GENÈVE, 30 Juillet [2010] (Reuters) - Israël doit lever son blocus militaire de la bande de Gaza et inviter une mission indépendante d’établissement des faits pour enquêter sur son raid contre une flottille d’aide à Gaza, a déclaré vendredi [30/07/2010] un organisme des droits humains des Nations Unies.

    Le Comité des droits humains de l’ONU a également dit à Israël de veiller à ce que les Palestiniens dans les territoires occupés puissent jouir des libertés civiles et politiques fondamentales qu’Israël s’était engagée à respecter dans les principaux traités internationaux relatifs aux droits humains.

    Israël soutient que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ne s’applique pas à la Cisjordanie occupée et à Gaza, mais elle dit en même temps que le traité s’applique aux colons juifs qui s’y trouvent, dit Christine Chanet, une membre du comité.

    Il n’y a pas de colons israéliens dans la bande de Gaza même.

    "Dans les réponses écrites d’Israël à la commission, on pouvait voir une discrimination totale dans le sens ou les colons ont bénéficié de ce pacte," a-t-elle déclaré lors d’une réunion avec la presse.

    (..)

    Chanet, une ancienne juge française et experte des droits humains internationaux, a déclaré : "Il est très difficile d’avoir un véritable dialogue (avec Israël)."
    ..

    Pour les amateurs de langage orwellien, le "Principe de nécessité".

  • permalien K. :
    1er août 2010 @19h40   « »

    Israël s’est glissé dans l’Union Européenne sans que personne ne s’en aperçoive
    Par Robert Fisk

    Dans un livre remarquablement détaillé – si ce n’est légèrement exaspéré – qui paraîtra en Novembre, l’infatigable David Cronin présentera une analyse au microscope de « nos » relations avec Israël. Je viens de terminer la lecture du manuscrit. Cela me laisse sans voix.

    Comme il le dit dans sa préface, "Israël a développé des liens politiques et économiques tellement forts avec l’Union Européenne au cours des dix dernières années qu’il est devenu presque un État membre de l’Union sans le dire."

    En effet, c’était Javier Solana, le sordide chef de la politique étrangère de l’UE (anciennement secrétaire général de l’OTAN), qui a effectivement déclaré l’an dernier qu’"Israël, permettez-moi de le dire, est un membre de l’Union Européenne sans être membre de l’institution"

    Une ville prison
    Chris Patten

    GAZA – Il est plus simple de pénétrer une prison sous très haute sécurité que d’entrer dans la bande de terrain (de 45 km de long et environ 8 de large) qu’est le foyer d’1,5 millions de Palestiniens à Gaza.

  • permalien Sakhra :
    1er août 2010 @20h38   « »

    Le Tribunal spécial sur le Liban à l’épreuve de la guerre de l’ombre Part 2/3

    Une parodie de justice, un vaudeville tragique
    Le Liban, banc d’essai de la théorie de la désorientation informative et de la dissension sociale

    Ni le cinéaste américain Mel Brooks, Ni Eddy Murphy, ni aucun autre facétieux d’Hollywood n’aurait imaginé pareil vaudeville tragique. En cinq ans de fonctionnement, le tribunal aura accumulé les faux pas, comme en un comique de répétition, privilégiant, sans craindre la subornation de témoins, une enquête à charge, exclusivement à charge contre la Syrie d’abord, ses alliés au Liban ensuite, incarcérant arbitrairement quatre officiers supérieurs libanais, qu’il sera contraint de relâcher, quatre ans plus tard, faute de preuve. Une désinvolture qui a entraîné une cascade de démission, -cinq en deux ans, deux procureurs et deux greffiers en chef et une porte parole- (7), faisant du Tribunal spécial sur le Liban, unique tribunal ad hoc en la matière, la risée universelle.
    Un magma absolu. Un capharnaüm. Decryptage

    Un article de René Naba à paraitre le 12 aout ....

  • permalien K. :
    1er août 2010 @21h08   « »

    ...naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan imputé à la Corée du Nord

    Barbara Demick et John M. Glionna, Los Angeles Times
    23 Juillet 2010 :

    ... La contestation de la version officielle des événements est en train de venir d’un endroit inattendu : au sein de la Corée du Sud.

  • permalien Yannic :
    1er août 2010 @21h40   « »

    Ni les Chinois ni les Russes ne sont prêts à acheter cette fable, le commandant en chef des forces navales russes, l’amiral Vladimir Vyssotski l’a indiqué le 24 juillet après enquête.

  • permalien Lou :
    1er août 2010 @21h49   « »

    la maladie est contagieuse :

    Le centre - situé à la périphérie de Nijkerk, une ville tranquille néerlandaise – est la domiciliation de Christenen voor Israël (Chrétiens pour Israël), une organisation qui considère la création de l’Etat d’Israël comme l’accomplissement d’une prophétie biblique. "C’est très important que nous, en Hollande, travaillions avec les Eglises pour leur faire savoir qu’Israël est l’un des acteurs importants de la Bible et qu’ils (les Israéliens) sont le peuple élu de Dieu », dit André Groenewegen, un porte-parole du groupe.

  • permalien une bille :
    1er août 2010 @22h06   « »

    @Lou

    La contagion n’a pas fonctionné de le sens que vous croyez. L’église réformée hollandaise à donné 2 présidents aux USA.

  • permalien Yannic :
    1er août 2010 @22h12   « »

    Plutôt que de plagier Jérôme Bosch quand il nous dépeint l’insurrection afghane, Monsieur Nathan serait bien inspiré de lire leur programme politique tel que Mohammad Omar Mujahid l’a rappelé par exemple à l’occasion de l’Eid-ul-Fitre le 3 octobre dernier, quand il cite « la réhabilitation de l’infrastructure sociale et économique, l’avancement et le développement du secteur de l’éducation, l’industrialisation du pays et le développement de l’agriculture », (sic) comme étant leurs objectifs une fois le retrait des forces d’occupation réalisé.

  • permalien Lou :
    1er août 2010 @23h27   « »

    Exercices militaires Israel-Roumanie. Selon certains experts, l’accident d’hélicoptère est survenu au cours d’une simulation d’attaque de tunnels iraniens.

    Le site de renseignements Debka file citant des sources militaires, affirme que l’armée de l’air israélienne procédait à des simulations autour d’excavations situées en sites escarpés semblables à l’environnement des tunnels où l’Iran abrite ses infrastructures nucléaires. Debka explique en effet que suite au report par la Russie de la livraison de système S300, l’Iran a renoncé à la protection antimissiles et sanctuarise ses sites nucléaires en les installant dans de profonds tunnels percés au cœur de montagnes culminant à 2000m (**).

    Depuis la mise en place par Téhéran de cette stratégie d’enfouissement, Debka précise que les aviations américaines et israéliennes auraient développé des tactiques pour échapper aux radars iraniens à très basse altitude et accéder de manière furtive, par des voies étroites, à l’entrée des tunnels. Les exercices Blue Sky se seraient déroulés selon Debka à une altitude et sur un terrain semblable à celui d’une éventuelle attaque en territoire iranien. De telles manœuvres requerraient une virtuosité de pilotage extrême et seraient particulièrement dangereuses. L’accident serait selon cette analyse survenu dans le cadre d’une prise de risque accrue par temps couvert.

    blog de Jacques BENILLOUCHE

    Les services de renseignements laissent entendre que les américains ont permis aux israéliens d’utiliser le base Mikhail Kogalniceanu sur la Mer noire, à proximité de Constanta, ainsi que la base de Bezmer en Bulgarie. La complicité intense avec les américains et le silence persistant du premier ministre israélien sur ses intentions à l’égard de l’Iran tendent à démontrer que l’option militaire n’est pas exclue. Les Etats-majors israélien et américain collaborent de manière intense comme le démontrent les nombreux exercices conjoints qui ont lieu tous les jours. Il semble que la décision finale appartiendra aux militaires lorsqu’ils pourront rassurer les dirigeants politiques sur la réussite de leur expédition.

  • permalien Sakhra :
    2 août 2010 @10h50   « »

    Yves Bonnet et le TSL :

    Tous les tribunaux sont politisés et soumis aux pressions des états puissants exploités par les états puissants et influents ».

    ....

    Il s’agit d’exécuter une nouvelle politique américaine dans la région qui s’appuie sur les guerres civiles internes au lieu de guerres. Israël et les Etats-Unis considèrent que le Hezbollah est le premier obstacle à l’extension de leurs influences, c’est pourquoi la question des enregistrements téléphoniques a été actuellement suscitée » en allusion selon lui à l’infiltration israélienne dans le réseau libanais des communications

    .

  • permalien Nathan :
    2 août 2010 @12h45   « »

    Il faudrait établir la liste de tous les dirigeants arabes assassinés par leurs "frères" : du roi Abdallah de Jordanie au président Sadate en passant par Bechir Gemayel ou Kamal Joumblatt. Celui de Rafik Hariri s’ajoute à une longue cohorte...

  • permalien Lou :
    2 août 2010 @13h19   « »

    toujours l’ancien patron français de la DST, services du contre-espionnage français Yves Bonnet

    « Pourquoi le Hezbollah tuerait-il Hariri ? Pour se mettre la société libanaise sur le dos ? Ou donner au monde un motif pour le combattre ? De plus, Rafic Hariri, aussi important et influent politiquement qu’il était, ne constituait pas de menace pour le Hezbollah sur la scène libanaise. »

    Bonnet s’interroge sur les raisons pour lesquelles la piste israélienne est exclue, pourtant assure-t-il, Israël « possède une longue expérience et une histoire ancrée dans les assassinats politiques, et de plus, les Israéliens possèdent certainement les capacités techniques et les renseignements pour mener cette opération ».

  • permalien Yannic :
    2 août 2010 @13h42   « »

    Monsieur Nathan :

    - 1/ Un traître ce n’est pas précisément ce que l’on peut appeler un frère...
    - 2/ Concernant Rafik Hariri, vous allez un peu vite en besogne en prétendant connaître le coupable ou les commentaires, à ce jour seule Madame Irma les connaît, mais peut-être est-ce une de vos parentes, qui sait ?
    - 3/ Les champions toutes catégories de l’assassinat politique dans la région, ne sont ni Arabes, ni musulmans.

  • permalien Lou :
    2 août 2010 @13h58   « »

    Le « Camp d’été de destruction » : Des lycéens israéliens aident à raser une ville bédouine

    L’un des aspects les plus troublants de la destruction d’al-Arakib était un fait rapporté par CNN que les centaines de policiers israéliens « anti-émeute » qui ont ravagé le village étaient accompagnés de « bus entiers de supporters civils ». Qui étaient ces civils, et pourquoi ni CNN ni aucun autre media n’enquête plus sur cela ?

    L’éditeur d’Arab Negev News, Ata Abu Madyam, m’a fourni une série de photos qu’il a prises des civils en action. Elles représentaient des lycéens israéliens qui semblaient s’être portés volontaires en tant que membres de la garde civile de la police israélienne (je suis en train de travailler sur l’identification de leurs noms). Avant la démolition, les lycéens volontaires ont été envoyés dans les maisons des villageois pour en extraire leurs meubles et leurs effets.

    Un certain nombre de villageois, y compris Madyam, m’ont dit que les bénévoles brisaient les fenêtres et miroirs dans leurs maisons et défiguraient leurs photos de famille par des dessins vulgaires. Ensuite ils traînaient au milieu des meubles des habitants d’al-Arakib sous le nez des propriétaires.

  • permalien Yannic :
    2 août 2010 @19h16   « »

    Erratum : Lire "commanditaires" & non "commentaires" plus haut SVP...

  • permalien K. :
    2 août 2010 @22h11   « »

    Manipulations saoudo/sionistes, avec l’aide yankee,

    Acte 1 : Un sondage de “Al Arabiya” des Saoud (la TV arabe préférée de Obama) : “Etes-vous toujours intéressés par les négociations de paix israélo-palestiniennes ?” “Un retentissant 71% des sondés répondent par la négative”

    Acte 2 : Saleh Qallab de “Asharq al Awsat” des Saoud (le quotidien arabe préféré de Obama) sort son mensonge aussi gros que sa fumisterie : “c’est très inquiétant dans la mesure où il existe un parallélisme entre l’intérêt porté aux négociations et celui porté aux malheurs des Palestiniens.”

    Acte 3 : le sioniste Efraim Karsh (aussi menteur et fumiste qu’un larbin des Saoud peut l’être) déblatère dans le New York Time : “c’est la preuve irréfutable qu’il n’y a pas de parallélisme entre le conflit israélo-palestinien et la paix au Moyen-Orient.”

    Bien entendu quand la bonne question est posée, “la question palestinienne vous importe-t-elle ?” la réponse est sans ambiguité, comme le prouve ce sondage du “think tank” US sioniste Saban Center :

    One consistent question in Telhami’s polls has been, “How important is the issue of Palestine in your priorities ?” In 2002, the first time the question was asked, 73 percent of those surveyed said it was either the single most important issue to them or one of the three top issues most important to them. In 2008, 86 percent ranked the issue either the single most important to them or among the top three.

    Tout le monde l’aura compris, comme le dit Marc Lynch,

    Les Arabes n’accordent pas d’importance aux négociations de paix israélo-palestiniennes parce que qu’ils savent qu’elles ne conduisent à rien.

  • permalien K. :
    2 août 2010 @23h05   « »

    Israel7.com, ce jour (israel7.com/2010/08/liban-nouvelle-arrestation/) :

    La presse libanaise rapporte qu’une nouvelle arrestation vient de se produire, dans l’affaire supposée d’espionnage au profit d’Israël. L’individu, cadre important de l’entreprise de télécommunications libanaise Ogero,

    “L’individu”, 66 ans, se devait de prendre sa retraite l’an dernier, mais son contrat avait été prolongé d’un an, d’après le quotidien libanais As-Safir cité par “Naharnet”.

  • permalien K. :
    2 août 2010 @23h31   « »

    L’insoutenable légèreté des MSM :

    The Economist, ce jour :

    The Economist was a strong supporter of the invasion (see here, for example), not because we thought Saddam Hussein had anything at all to do with 9/11 but because we were afraid that he was going to break out of the box that was built to contain him after the Gulf war of 1991, with hugely dangerous consequences for the region. But we were wrong about his WMD programmes. And we were terribly wrong about the human cost of the war. Had we foreseen that the country would collapse into such bloody mayhem after the invasion we would not have supported it.

  • permalien Yannic :
    2 août 2010 @23h50   « »

    Qu’est-ce que ça signifie SVP "MSM" ?

  • permalien Wydadi :
    2 août 2010 @23h50   « »

    @Nathan

    Il faudrait établir la liste de tous les dirigeants arabes assassinés par leurs "frères" : du roi Abdallah de Jordanie au président Sadate en passant par Bechir Gemayel ou Kamal Joumblatt. Celui de Rafik Hariri s’ajoute à une longue cohorte...

    Les assassinats du roi Abdallah,du président Sadate et de Bachir Gemayel sont tout simplement le fruit de leurs mauvaises fréquentations et de leurs compromissions car en dépit de toute votre mauvaise foi vous savez fort bien qu’on sort rarement indemne d’un pacte conclu avec le diable.Les frêres arabes n’ont rien avoir dans cette histoire,c’est bien la malediction israelienne qui les a tués.

  • permalien K. :
    3 août 2010 @00h30   « »

    MSM : Main Stream Media : les journaux ““sérieux””, ceux pour qui le fait d’avoir dit que Saddam avait participé au 9/11 ou avait des ADM était de simples erreurs, nonobstant les centaines de milliers de victimes civiles qui en ont résulté, mais qu’envisager que le Mossad ait pu commandité l’assassinat de Hariri, n’est que du conspirationnisme de paranoiaques, antisémites de surcroit.

  • permalien Yannic :
    3 août 2010 @00h33   « »

    Ah OK merci ! Mais "mainstream" s’écrit en un seul mot & non deux...

  • permalien deMontigny :
    3 août 2010 @03h32   « »

    Dès 2007, le général italien Fabio Mini re-contextualisait la rhétorique au sujet de l’Iran ;

    “S’installe, par ailleurs, l’idée selon laquelle l’objectif n’est pas tant, ni seulement, celui d’empêcher la formation d’une puissance militaire, mais aussi celui d’éliminer ce pays en tant qu’acteur régional détenteur d’intérêts pétroliers et stratégiques dans toute l’Asie du Centre-Sud. Sur le plan militaire, tout est désormais prêt, et depuis longtemps. Les plans d’attaque sont en vigueur depuis 1979, époque de la crise à l’ambassade des États-Unis en Iran, et ils ont été mis à jour au moyen des nouvelles technologies et structures. La thèse selon laquelle il s’agirait d’une attaque visant essentiellement les structures nucléaires de l’Iran sans dommages collatéraux pour la population civile n’est qu’un fantasme pieux chez ceux qui sont désormais habitués à mentir. Même l’idée qu’elle puisse se limiter au territoire iranien est moins suspecte, parce que le but de l’obstination et de l’ostentation des ayatollahs, d’une part, et des israélo-US, de l’autre, concerne des intérêts et des ambitions qui s’étendent très au-delà du Golfe persique.”

  • permalien deMontigny :
    3 août 2010 @03h58   « »

    2007 Encore, le général russe Léonid Ivashov se permet de présager les prochains pas de la machine de guerre ;

    “Ainsi, les préparatifs d’une nouvelle agression états-unienne ont atteint leur phase de finalisation. Les exécutions de Saddam Hussein et ses associés les plus proches constituaient une partie de ces préparatifs. Leur but était de servir d’ « opération déguisée » pour les efforts des stratèges états-uniens visant à envenimer délibérément la situation à la fois en Iran et dans tout le Moyen-Orient.”

    Et d’ajouter ;

    “Évaluant les conséquences du geste, les États-Unis ont effectivement ordonné la pendaison de l’ancien dirigeant irakien et de ses associés. Cela démontre que les États-Unis ont irréversiblement adopté le plan de partition de l’Irak en trois pseudo-États : chiite, sunnite et kurde. Washington considère qu’une situation de chaos contrôlé l’aidera à dominer l’approvisionnement en pétrole du Golfe persique ainsi que d’autres voies de transport de pétrole stratégiquement importantes.”

  • permalien deMontigny :
    3 août 2010 @04h10   « »

    Un grand merci à Mme Madeleine Albright qui, par l’entremise de sa chère protégée Mlle Condoleeza Rice préconisait “les douleurs d’enfantement du nouveau Moyen-Orient”, certainement façonné par les anglo-saxons et les sionistes. Mais ce sont les barbares incivilisés qui devront endurer les dites douleurs.

    Ivashov se permet de commenter ;

    “L’aspect de plus important de la question est qu’une zone de conflit sanglant sans fin sera créée au cœur du Moyen-Orient, dans laquelle les pays voisins de l’Irak, à savoir l’Iran, la Syrie et la Turquie (via le Kurdistan) seront inévitablement aspirés. Cela résoudra le problème de la complète déstabilisation de la région, une tâche de prime importance pour les États-Unis et particulièrement Israël. La guerre en Irak n’était qu’un pas dans une série d’étapes du processus de déstabilisation régionale. Ce n’était qu’une phase du processus les rapprochant d’un règlement de comptes avec l’Iran et d’autres pays que les États-Unis ont ou vont stigmatiser.”

  • permalien deMontigny :
    3 août 2010 @04h19   « »

    Dès l’été 2005, Le général américain Ralph E. Eberhart étudiait un scénario de bombardement nucléaire de l’Iran :

    “Le bureau du vice-président Cheney étudie actuellement un scénario de risposte nucléaire contre l’Iran à la suite d’attentats majeurs contre les États-Unis, de type 11 septembre, révèle The American Conservative (hebdomadaire de Patrick Buchanan) dans son édition du 1er août 2005. La conception de cette guerre nucléaire a été confiée au général Ralph E. Eberhart. Ce dernier s’était précisémment illustré le 11 septembre 2001 en échouant à intercepter les « avions détournés » et en avait été récompensé en étant promu commandant en chef du Commandement du Nord (NorthCom).

    Nous voilà donc prévenus : des attentats de grande envergure sont possibles aux États-Unis et, avant même qu’ils aient eu lieu, on en connaît les coupables. Ce seront les Iraniens. Le Pentagone pourra bombarder ses populations et confisquer ses puits de pétrole.

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @10h13   « »

    Wydadi : 2 août @23h50

    Les assassinats du roi Abdallah,du président Sadate et de Bachir Gemayel sont tout simplement le fruit de leurs mauvaises fréquentations et de leurs compromissions car en dépit de toute votre mauvaise foi vous savez fort bien qu’on sort rarement indemne d’un pacte conclu avec le diable.

    Donc Wydadi, vous pensez aussi que Rafik Hariri a été assassiné par les services secrets du dictateur Assad et/ou certains cadres du Hezbollah pro-iranien parce qu’il était trop pro-occidental et pro-saoudien à leur goût.

    C’est également mon hypothèse.

  • permalien personne :
    3 août 2010 @11h05   « »

    Merci Monsieur Gresh pour vos articles justes et pertinents que vous nous offrez regulierement sur le blog du diplo.
    Que dire de plus si ce n’est que constater jour apres jour le nauvrage quasi generalisé du monde arabe, entretenu par des regimes hypocrites et autoritaires, illegitimes, issue souvent d’une parodie de democratie, et bien sur soutenu et entretenu par les pays occidantaux, dont l’avidité pour la region et ses ressources n’est plus à demontrée.
    Pauvre monde arabe qui n’en finiit pas de couler, sans encore toucher le fond..
    Que penser d’une telle impasse, d’une situation si desastreuse,dont souffre en premeir lieu les palestiniens et tout les autres peuples épris de liberté ?
    Peut etre esperer que dans ces pays un jour se leve des forces qui ameneront le vent de l’espoir a toutes ces populations, c’est sans doute en premier lieu le deblocage politique qui pourra concretiser de desir de changement, mais comment celui ci peut t’il arriver, tant la boite parait close et hermetique dans de nombreux pays ( Egypte, Jordanie, Arabie Saoudite, Syrie,Lybie, Algerie, etc, etc....)
    En attendant la globalisation et le liberalisme economique de l’empire se poursuivent, etranglant nombre d’economies ici et ailleurs, et etouffant nombre de pays tout juste indepandant.
    De nouvelles frontieres se dessinent a l’interieur meme des pays dit "riches", excluant desormais les personnes en masse d’un bonheur entrevu, mais souvent inaccessible.
    J’ecris ces mots a l’heure ou en France, le president de la repûbique s’adonne ouvertement au racollage de l’extreme droite fascisante, dans une surenchere demagogique et raciste, stigmatisant nombre de francais d’origine etrangere, cela il faut le rappeler apres le debat tres tandancieux sur "l’identite nationale", visant en fait l’islam et les personnes d’origine arabo-musulmane...
    Je me sent touché par tout cela, peut etre plus que la moyenne, et je peut m’empecher de penser que les choses ne s’arrangent decidement pas, jour apres jour..Je me rappele des mots de mon pere , ouvrier immigré, qui me disait petit, que les faibles ont les ecrasent toujours et qu’il fallait donc etre fort, aussi fort que possible pour s’en sortir, mais avec de la conscience et surtout de la determination. Ce principe peut il s’appliquer a la region ?

  • permalien kassou :
    3 août 2010 @11h05   « »

    Donc Wydadi, vous pensez aussi que Rafik Hariri a été assassiné par les services secrets du dictateur Assad et/ou certains cadres du Hezbollah pro-iranien parce qu’il était trop pro-occidental et pro-saoudien à leur goût.

    C’est également mon hypothèseVous pensez mal Nathan. Je me permet de répondre pour Widadi.

    1/ Les mauvaises fréquentations sont sionistes et israéliennes. Rafik Hariri n’était pas un traitre à la cause des Arabes.

    2/ Où est l’interet de la Syrie de le faire assassiner ? Il était Monsieur Bon Office, un "Ministre des Affaires etrangères" bis et tres efficasse de la Syrie !

    3/ Ou est l’interet du Hezbollah ? Malgré les apparences, il était un pote à Hassan Nasrallah et lui servait de paravent aupres des instances internationales. Il a toujours défendu les droits de la Resistance à défendre le Liban.

  • permalien Wydadi :
    3 août 2010 @11h17   « »

    @Nathan

    Donc Wydadi, vous pensez aussi que Rafik Hariri a été assassiné par les services secrets du dictateur Assad et/ou certains cadres du Hezbollah pro-iranien parce qu’il était trop pro-occidental et pro-saoudien à leur goût.

    C’est également mon hypothèse.

    Je suis loin de partager votre hypothèse pour la simple raison que Rafik Hariri n’a jamais-en tout cas pas à ma connaissance-couché avec Israel contrairement aux trois autres.
    Et puis de grace épargnez-nous tous vos clichés comiques genre "le dictateur Assad" ou encore le "Hezbollah pro-iranien" tout droit sortis des journaux "ultra objectif" genre Le Figaro et Le Monde.

    NB:Je vous signale au passage que "Le dictateur Assad" a beaucoup moins de sang sur les mains que "les trés démocrates Sharon,Barak et Netanyahu"

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @13h41   « »

    3 août @11h17

    Et puis de grace épargnez-nous tous vos clichés comiques genre "le dictateur Assad" ou encore le "Hezbollah pro-iranien"

    Ce ne sont pas des "clichés comiques" mais des réalités. Assad est un dictateur comme l’était son père. La Syrie est un Etat policier et une dictature héréditaire comme l’est la Corée du Nord. Il n’y a pas d’élections démocratiques et authentiquement pluralistes en Syrie. Par ailleurs, le père Assad a massacré entre 20.000 et 40.000 islamistes à Hama (un événement qui a suscité moins de commentaires que celui de Sabra & Chatila) et personne n’a manifesté dans les rues de Damas pour protester contre ce massacre.

    Par ailleurs, tout le monde sait que le Hezbollah est soutenu politiquement, financièrement et militairement par l’Iran. La présence de ce mouvement aux ordres de l’Iran constitue une grave menace pour le petit Etat libanais. En 2006, le Hezbollah a précipité le pays dans la guerre suite à une provocation stupide à la frontière avec Israël.

  • permalien Lou :
    3 août 2010 @14h12   « »

    Agression israélienne contre le Sud-Liban:2 martyrs libanais et un israélien tué

    03/08/2010 Deux soldats libanais sont tombés en martyre et cinq autres ont été blessés, dont un grièvement atteint, dans une nouvelle agression contre la localité de Aadaissé, au sud-Liban.

    Selon notre correspondant, les chars de l’occupation israélienne ont lancé quatre obus contre le village de Aadaissé. Un journaliste libanais est tombé en martyre, et une des mosquées de cette localité a été endommagée par les bombardements israéliens.

    L’armée libanaise n’a pas tardé à riposter à cette agression, en ouvrant le feu de ses chars.
    Selon des sources sécuritaires, un officier israélien a été tué et deux autres blessés lors d’échanges de tirs.
    L’armée libanaise a affirmé, dans un communiqué, que les affrontements ont éclaté après que des soldats israéliens eurent tenté d’arracher un arbre du côté libanais".

    Et pourquoi l’armée israélienne voulait arracher un arbre au Liban ?
    Guysen (site israélien ultra sioniste) reprend les infos d’ al Manar

    Selon les informations relayées par ’’Al Manar’’ l’armée libanaise aurait ouvert le feu alors que les israéliens ’’tentaient de déraciner un arbre pour y installer à la place une camera vidéo qui aurait épié tous les faits et gestes de l’armée libanaise’’.

  • permalien Lou :
    3 août 2010 @14h24   « »

    Le Figaro

    A en croire l’armée libanaise, le point de départ de l’incident serait des travaux de soldats du génie israélien. « Ca a commencé quand des soldats israéliens ont tenté d’arracher un arbre du côté libanais, dans le secteur d’Aadaissé », a affirmé un porte-parole. Les Israéliens auraient voulu déraciner l’arbre à l’aide d’une grue car il leur bloquait la vue.

    20 minutes

    La radio publique israélienne, de son côté, a annoncé que deux roquettes tirées depuis le Liban ont explosé en fin de matinée dans le nord d’Israël, sans être en mesure de préciser si ces tirs ont fait des victimes. La police israélienne a par la suite démenti cette information, expliquant qu’aucune roquette n’avait été tirée depuis le Liban vers Israël. La radio a également assuré que les soldats hébreux se trouvaient en territoire israélien lorsque les coups de feux ont éclaté.

    en attendant le prochain démenti ?

  • permalien Noval :
    3 août 2010 @14h28   « »

    Il y a quelques jours, Shimon Pérès, sans doute en réponse à David Cameron qui a " osé " déclarer que Gaza est " une prison à ciel ouvert " a ressorti l’arme fatale .

    Pour Pérès, (je cite de mémoire) les anglais sont antisémites et les dirigeants britanniques courtisent les votes musulmans.

    A ma connaissance, aucun officiel anglais ne l’a invité à s’occuper de ce qui le regarde, ni ne lui a répliqué que les déclarations d’un dirigeant et chantre d’un Etat raciste disqualifient ipso facto et de jure tant les propos tenus que leur auteur .

  • permalien Bazile :
    3 août 2010 @15h06   « »
    Pendant ce temps à Jerusalem

    Vendredi 11 juin. Ziad Joulani, un Palestinien de 41 ans, est abattu comme un chien en pleine rue à Wadi al-Joz, un quartier de Jérusalem-Est, par un soldat israélien. La version officielle relayée par le quotidien Haaretz évoque un « soupçon d’agression terroriste », ce qui est contesté par de nombreux témoins.

    http://cequilfautdetruire.org/spip....

  • permalien Lou :
    3 août 2010 @16h03   « »

    Jpost : Galerie de photos : Les troubles à la frontière

    Le conflit aurait commencé quand une patrouille des FDI a tenté de déraciner un arbre sur le côté libanais de la frontière. Les premiers rapports israéliens ont déclaré que les soldats effectuaient une patrouille de routine, d’opération auprès de la clôture de la frontière, mais à l’intérieur du territoire israélien, la clôture n’est pas toujours exactement parallèle à la frontière.


    et l’armée d’occupation israélienne a le bras long.

  • permalien Yannic :
    3 août 2010 @16h38   « »

    ’Overt, covert operations’

    Notably, the clash erupted after Israeli forces were operating in a border-area enclave in Israeli territory. The army recently said such operations were necessary in order to prevent Hezbollah from taking advantage of vulnerable spots in the region.
    "If we don’t operate within the enclaves on the northern border, we will create a dangerous vacuum that Hezbollah might use," a senior officer at the northern border said recently.
    "Since the conclusion of the Second Lebanon War, the IDF has been operating routinely on the northern border in both overt and covert operations, which include mainly infrastructure work aimed at minimizing the weak spots Hezbollah can utilize. This is exactly what happened four years ago during the abduction of reserve soldiers Eldad Regev and Udi Goldwasser," he added.

    La présentation des faits de Edioth Internet est intéressante, on observera que ne niant pas leur responsabilité, ils ne parlent bien évidemment pas des pertes de leur côté. On notera le concept élastique de souveraineté territoriale, à savoir "une enclave de la zone frontière en territoire israélien" (sic) où ils disent qu’il y serait nécessaire de mener des actions "ouvertes" et d’autres "clandestines" ou "secrètes" ou "cachées" comme vous le voudrez, et pourquoi donc ? Eh bien pour se protéger bien entendu ! (du Hezbollah bien sûr) Par définition, des actions menez chez soi ne sont pas "clandestines" ou "secrètes" ou "cachées", elles sont forcément "ouvertes" ! Mais attention ! Il ne faut pas perdre de vue qu’elles sont opérées dans des "enclaves" ! Alors me dire-vous c’est que c’est du côté libanais et que du coup ce n’est plus le "territoire israélien" ! Ben oui, mais pour eux le temps de faire ce qu’il y a à faire chez le voisin pour se protéger du dit voisin, la frontière bouge ! C’est ça une "enclave" ! C’est élastique une frontière, surtout quand on n’en a pas...

  • permalien titanziz :
    3 août 2010 @17h05   « »

    Nathan
    lorsque je lis vos commentaires, je me demande parfois ( sans tomber dans la paranoïa, je vous rassure), si vous n’êtes tout simplement pas un journaliste du Jerusalempost, car l’essentiel de vos "sources d’informations" proviennent de ce torchon, instrument de propagande pro-israélienne, et donc politiquement pro-sioniste ( attention, c’est un gros mot en France ).

    Le mépris avec lequel vous analyser "VOTRE" version de l’histoire de cette région, ne démontre que votre évidente ignorance en termes d’analyses géopolitiques.
    Si l’on ne peut nier le caractère répressif des pays arabes ( dans un contexte qui fut bien loin de celui des pays occidentaux, dont la supériorité actuelle, repose sur un pillage coloniale de la planète) que vous fustigez, dois-je vous rappeler que le ministre des affaires étrangères israélien (je ne citerai pas son nom, pour ne pas infecter mon clavier), est issu d’un parti qui prône la "SOLUTION FINALE", pour régler la "question palestinienne".
    Aussi, vous devriez relire les articles de M.GRESH,( un journaliste, une espèce rare et non protégée en France), pour comprendre que la politiques israélienne, largement cautionné par l’UE et les USA, consiste tout simplement à systématiquement détruire et envahir les territoires palestiniens, tout en agissant contre tout processus ou tentative de processus de paix.
    S’il est clair que politiquement, la démocratie (a l’occidentale) est quasiment absente dans la région, l’état d’Israël en est le principal responsable, en créant un climat belliqueux politiquement, et en jouant le rôle de gendarme pétrolier de la région (un des fondement de son existence et de sa localisation géographique).
    Je vous invite donc, à tenter de mesurer le degré démocratique réelle de votre idéal, Israël, qui est une dictature sournoisement déguisée en démocratie ( rien que par la stigmatisation de ses propres citoyens, dont même la religion est précisée sur leurs papiers d’identités, sans parler de la conditions des israéliens musulmans et chrétiens, considérés comme des citoyens de deuxième classe), selon les critères de définition Occidentaux.

    Enfin, vous oublier comme cela vous arrange bien, de mentionner que cette région fut occupée, divisée et réorganisée sur la base des accords Sykes-Picot, ( si vous les ignorer, ce qui ne m’étonnerai pas, enfin on peut toujours espérer, je vous invite à vous documenter, en espérant tout autant que vous connaissez ce verbe).

    Votre lecture de la situation est beaucoup trop simpliste, méprisante et même fasciste pour ne donner qu’un semblant de crédit à vos arguments. LE CONTEXTE POLITIQUE NATIONAL DES PAYS ARABES DE LA RÉGION EST PROFONDÉMENT ET IRRÉMÉDIABLEMENT MARQUÉ PAR LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN.

  • permalien Lou :
    3 août 2010 @17h48   « »

    La FINUL en action

    Gestes de la FINUL , forces de maintien de la paix vers la patrouille de soldats israéliens à la clôture de la frontière sud du village Adaisseh au Liban le mardi 3 août 2010.

  • permalien Noval :
    3 août 2010 @18h14   « »

    Au fait, quelqu’un sait-il ce qu’il est advenu du citoyen israélien Uri Brodsky, arrêté début juin à l’aéroport de Varsovie et emprisonné en Pologne dans l’attente de son extradition vers l’Allemagne pour avoir usurpé un passeport allemand avant de s’en aller assassiner un responsable du Hamas à Dubaï ?

    L’Allemagne et la Pologne se sont-elles cotisées pour le renvoyer vers Tel-Aviv et se sont-elles excusées auprès des autorités israéliennes pour avoir osé s’en prendre à ce globe-trotter ?

  • permalien Yannic :
    3 août 2010 @18h26   « »

    La Pologne a refusé de céder aux pressions de Tel-Aviv, il doit si ce n’est déjà fait être extradé en Allemagne, ça a été annoncé dans la presse russe avec une photo de lui au tribunal, se cachant sous un blouson et entouré de soldats des forces spéciales polonaises, encagoulés, armés de fusil d’assaut, à la carrure assez impressionnante, je ne sais pas pourquoi...

    Sinon, merci Lou pour le lien où on trouve par exemple ceci d’intéressant :

    On notera "l’emballage" du corps sur la civière en zoomant bien...

  • permalien Yannic :
    3 août 2010 @19h26   « »

    Ça c’est une reprise en anglais du papier de RIA Novosti :

    Israeli citizen Uri Brodsky, center right, covers his face as he is escorted into court in Warsaw, Poland, on Wednesday, July 7, 2010, where he was ordered to be extradited to Germany, suspected of being a Mossad agent involved in the slaying of a Hamas operative. Warsaw district court Judge Tomasz Calkiewicz on Wednesday ordered that Brodsky be extradited to Germany on charges of forgery, suspected of helping fake a German passport that was used by a member of a hit squad believed to be behind the killing of Mahmoud al-Mabhouh in Dubai in January 2010.

    Je n’ai pas retrouvé mieux...

  • permalien Noval :
    3 août 2010 @19h42   « »

    Yannic - Message du 3 août 19h26

    Merci pour votre lien !

    Affaire à suivre ...

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @19h53   « »

    En tirant sans raisons valables sur des soldats israéliens le long de la frontière israélo-libanaise, l’armée libanaise a pris des risques considérables et joue avec le feu. La supériorité militaire israélienne est écrasante et le Liban ne se relèvera pas d’une autre guerre. Deux raisons peuvent expliquer l’agressivité soudaine des soldats libanais. 1. Le Liban cherche à créer une diversion avant le verdict du TSL, qui impliquera probablement la responsabilité de la Syrie et/ou du Hezbollah dans l’assassinat de Rafik Hariri. 2. Le gouvernement libanais entend donner des gages de "résistance" au Hezbollah et veut montrer à la milice supplétive pro-iranienne qu’il a lui aussi la capacité de s’opposer à Israël.

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @20h09   « »

    titanziz : 3 août @17h05

    dois-je vous rappeler que le ministre des affaires étrangères israélien (je ne citerai pas son nom, pour ne pas infecter mon clavier), est issu d’un parti qui prône la "SOLUTION FINALE", pour régler la "question palestinienne".

    Amalgame grotesque qui prouve que ignorez tout de l’histoire. La solution finale (endlösung) mise en place par les nazis impliquait l’extermination totale des juifs. La mort collective jusqu’au dernier juif.

    La proposition de Lieberman, dont je ne partage pas les idées, consiste à rattacher un certain nombre de villes et villages palestiniens de la Galilée au futur Etat palestinien, si celui-ci voit le jour. Il n’a jamais été question d’extermination.

    En d’autres termes, toute comparaison entre ces deux idées est parfaitement ignoble et dénote une ignorance profonde de la réalité historique.

    S’il est clair que politiquement, la démocratie (a l’occidentale) est quasiment absente dans la région, l’état d’Israël en est le principal responsable, en créant un climat belliqueux politiquement, et en jouant le rôle de gendarme pétrolier de la région (un des fondement de son existence et de sa localisation géographique).

    Quantité de pays arabes qui ne sont pas impliqués par le conflit du Proche-Orient sont également des dictatures : Libye, Algérie, Tunisie, Yemen etc. A croire qu’il est culturellement impossible pour un Etat arabe d’accepter les principes démocratiques : élections pluralistes, possibilité d’une alternative politique, respect des minorités etc.

    De plus, on ne voit pas en quoi Israël jour le rôle d’un "gendarme pétrolier". Au cas où vous l’ignorez, le pétrole se trouve dans les golfes arabique et persique.

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @20h18   « »

    deMontigny : 3 août @03h58

    Encore, le général russe Léonid Ivashov se permet de présager les prochains pas de la machine de guerre ;

    Rappelons que cet obscur général en retraite prétend que les attentats du 11 septembre ont été fomentés par les Américains. Il croit aussi que la plupart des pandémies récentes (grippe mexicaine, grippe aviaire) sont nées dans des laboratoires (américains ou israéliens, bien entendu). Ça situe tout de suite le niveau de crédibilité du personnage.

    Il y a aussi une secte qui croit que la terre est creuse et que son noyau est habité par de petits êtres malfaisants (sans doute des sionistes) qui tirent les ficelles de tous les événements.

  • permalien titanziz :
    3 août 2010 @20h23   « »

    mon pauvre nathan
    une fois de plus tu es complétement à coté du problème
    si tu crois encore en la légitimité du TSL, ainsi que de sa manière, on ne peut plus biaisée d’enquêter, cela montre ton incapacité à analyser précisément la situation, mais évidement, ce n’est pas en lisant ton Jerusalem Post que tu comprendras davantage.
    Les échanges de tirs ont fais suite à une énième intrusion territoriale de l’armée de colonisation israélienne, et l’armée, en rétorquant, n’a pas l’intention de prouver quoique ce soit en terme de rapport de force ou de légitimité vis-à-vis du parti de la résistance libanaise, mais simplement démontré à Israël, que la colonisation et la chasse gardée dans les pays arabe doit cesser, et ce par le bras de l’armée nationale, entre autre.
    Le but du TSL, de par son instrumentalisation, n’est autre que de diviser le pays et de délégitimer la résistance du Hezbollah en menaçant par de fausses accusations, infondées et sans preuves CONCRÈTES, la stabilité politique et communautaire du Liban.
    DOCUMENTE TOI mon pauvre avant d’écrire des mensonges propagandistes. Enfin, si le Hezbolah est instrumentalisé par l’Iran, encore que je suis persuadé que tu affirmes tout ça sans jamais avoir rien lu sur le sujet, que devrait on dire des gouvernements racistes d’Israël qui se sont succédés depuis la CREATION de cette entité, ou même du gouvernement du roi Sarkozy.
    DOCUMENTE TOI BON SANG avant de parler.

  • permalien Deïr Yassin :
    3 août 2010 @20h27   « »
    A propos d’Uri Brodsky

    Yannic, 3 août 19h26
    "Je n’ai pas trouvé mieux"

    Il faut juste enlever la grande coiffe bigouden, taper ’uri brodsky’ et prendre l’info la plus récente qui date de 19 juillet :

    - www.gulfnews.com/news/gulf/u...

    pour apprendre que depuis le jugement d’extradition vers l’Allemagne du 7 juillet, aussi bien les avocats de Brodsky que le procureur ont fait appel, pour des motifs différents, bien sûr, et que le jugement d’appel aura lieu le 5 août.

    PS. On a l’impression à vous lire que cela vous a pris du temps de ’déterrer’ vos infos. Faut pas en faire trop, quand même :-)) Ou peut-être votre accès au net est restreint là où vous vous trouvez ?? Ce qui explique aussi votre ’black-out’ sur le Hamas et son acceptation implicite des frontières de ’67.


    @ K, ya lubnani

    Les Palestiniens sont avec vous. Décidément les Sionistes ont un problème avec les arbres. Par-ci ils les arrachent, par-là ils démolissent des villages pour en planter !!

  • permalien une bille :
    3 août 2010 @20h34   « »
    A propos de la guerre de l’arbre :

    Affrontements à la frontière israélo-libanaise : au moins quatre morts - Monde - Challenges.fr

    Le président libanais Michel Sleimane a de son côté appelé ses troupes à "faire face à toute agression israélienne, quels qu’en soient les sacrifices". Michel Sleimane a affirmé que le tir d’obus israélien était une violation de la résolution des Nations unies qui a mis fin à la guerre entre l’Etat hébreu et le Hezbollah en 2006.

    La situation à la frontière était relativement calme depuis la fin de ce conflit qui avait fait 1.200 morts côté libanais et 160 côté israélien.

    Le chef du Hezbollah, Cheikh Hassan Nasrallah, devait s’adresser par liaison satellite à ses partisans réunis mardi au sud de Beyrouth pour célébrer la "victoire divine" du mouvement chiite sur l’armée israélienne en 2006.

    Heurts à la frontière Liban/Israël : trois Libanais et un Israélien tués, la communauté internationale appelle les deux parties à la retenue - Politique - iloubnan.info

    Le Sud est un fief du Hezbollah, mais le parti chiite armé n’a pas pris part aux affrontements de mardi. Un député du Hezbollah, Nawaf el-Moussaoui, a indiqué à l’AFP que le chef du parti Hassan Nasrallah devait commenter les affrontements lors d’un discours en soirée.

    (aux dernières nouvelles, l’arbre serait toujours debout)

  • permalien Nathan :
    3 août 2010 @21h53   « »

    Voici ce qu’on peut lire dans la presse sérieuse.

    The Israeli military said its soldiers were fired upon inside Israeli territory, just west of the village of Misgav Am. Israel said that its forces were engaged in routine maintenance work in a gap between the so-called Blue Line, the internationally recognized border, and its security fence, and that it had coordinated in advance with the United Nations peacekeeping force in South Lebanon, Unifil.

    http://www.nytimes.com/2010/08/04/w...

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600

Ajouter un commentaire