Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > « Farce » à Washington, ou « Faisons comme si le train avançait (...)

« Farce » à Washington, ou « Faisons comme si le train avançait »

mercredi 1er septembre 2010, par Alain Gresh

Qui croit encore au processus de paix ? Le journal des milieux d’affaire britanniques, le Financial Times, intitulait un éditorial du 23 août 2010 « One final act in the Middle East farce » (« Dernier acte pour la farce du Proche-Orient »). Le scepticisme est général, et on est loin des illusions qui avaient accompagné le sommet d’Annapolis, en 2007, qui prévoyait la création d’un Etat palestinien avant la fin 2008. Seuls les protagonistes du sommet qui s’ouvre le 2 septembre à Washington veulent faire semblant d’y croire et ils ont tous de bonnes raisons pour cela :

— Le roi Abdallah II de Jordanie et le président égyptien Hosni Moubarak, parce qu’ils ont besoin de faire croire à leurs opinions sceptiques que l’on avance vers la paix, au moment même où leur pratique autoritaire vise à empêcher tout débat et toute avancée de l’opposition dans les deux scrutins qui se dérouleront en Egypte et en Jordanie en novembre.

— Le président Obama, qui n’a pas tenu les promesses de son discours du Caire du 4 juin 2009 et qui, engagé dans un conflit difficile au Proche-Orient, veut rassurer ses alliés arabes sans déplaire à son allié israélien.

— L’Union européenne, trop lâche pour définir une politique innovante, qui veut simplement faire croire que les centaines de millions d’euros déversés sur l’Autorité palestinienne servent à autre chose qu’à financer l’occupation.

— Le président Mahmoud Abbas, dont la légitimité est de plus en plus contestée, y compris parmi les siens, et qui veut montrer que son choix d’une négociation peut porter ses fruits. D’autant qu’il n’a pas vraiment le choix, puisque tout l’appareil de l’Autorité palestinienne dépend de la manne internationale : des dizaines de milliers de fonctionnaires vivent grâce à cet argent. Et tant pis pour les Palestiniens qui critiquent la reprise des négociations : ils n’ont même pas le droit de s’exprimer, comme le confirme Benjamin Barthe dans le quotidien Le Monde du 27 août (« L’autorité palestinienne censure les opposants aux négociations avec Israël », article qui n’est pas en accès libre sur le site LeMonde.fr). Il n’y a pas que le Hamas pour avoir des pratiques autoritaires, mais celles de « nos » alliés ne nous gênent pas.

— Le premier ministre israélien Nétanyahou, qui a obtenu ce qu’il voulait, des négociations sans conditions préalables, c’est-à-dire avec la poursuite de la colonisation, notamment à Jérusalem-Est (et ailleurs, comme le prouvent toutes les études sur le terrain), avec la démolition des maisons palestiniennes. Ou, dit autrement, avec les mots d’Akiva Eldar dans le quotidien Haaretz du 23 août (« With a victory like this... »), ces négociations s’ouvrent avec des conditions préalables : celles dictées par Israël.

Ceux qui pensent que la paix est pour demain, qu’un Etat palestinien est en construction, devraient lire un autre article de Benjamin Barthe, « A Ramallah, l’impossible réforme de la poste », dans Le Monde daté du 1er septembre : de l’impossibilité de bâtir un Etat sous occupation. Et aussi, jeter un regard sur cette carte, conçue par Julien Bousac et publiée par Le Monde diplomatique, « L’Archipel de la Palestine orientale ». Un archipel peut-il être un territoire continu ?

Pour résumer l’esprit de la réunion de Washington, il faut rappeler une anecdote que l’on racontait en Union soviétique dans les dernières années de la période de Brejnev :

En 1918, un train dans lequel Lénine est installé est bloqué par la neige. Lénine descend du train, fait un discours sur le prolétariat et la révolution mondiale, mobilise tous les voyageurs qui dégagent la voie, et le train repart.

En 1936, un train dans lequel Staline est installé est bloqué par la neige. Staline descend du train, fait fusiller quinze personnes au hasard et tous les voyageurs terrifiés se mobilisent et dégagent la voie. Le train repart.

En 1978, un train dans lequel Brejnev est installé est bloqué par la neige. Brejnev ne bouge pas. Ses conseillers le voient assis, bougeant simplement d’avant en arrière. L’un d’entre eux ose enfin lui demander pourquoi. Et Brejnev répond : « Faisons comme si le train avançait. »

A Washington, les protagonistes feront pareil. Comme si la paix était en marche...

151 commentaires sur « “Farce” à Washington, ou “Faisons comme si le train avançait” »

0 | 100

  • permalien Yann :
    1er septembre 2010 @21h33   »

    Des farceurs criminels...

    BDS !

  • permalien
    1er septembre 2010 @21h57   « »

    Et alors, qu’est-ce qu’on fait ? On se bat ? Mais il est impossible qu’un seul des deux camps se batte...

  • permalien K. :
    1er septembre 2010 @22h02   « »

    LE CAIRE, 31 août 2010 (IPS) Cam McGrath-

    Un tribunal militaire égyptien a condamné lundi [30/08/2010] huit ouvriers civils qui menaient une protestation contre la détérioration des conditions de sécurité dans une usine appartenant à l’armée.

    (..)

    Les huit travailleurs à “Helwan Industries Engineering Company” ont été accusés d’avoir délibérément arrêter la production, vandaliser les propriétés de la société, et agressé un agent public au cours d’un sit-in le 3 août. La protestation a éclaté après qu’un cylindre d’azote a explosé, tuant un de leurs collègues et en blessant six autres dans l’établissement appartenant à des militaires, juste au sud du Caire.

    (..)

    Les tribunaux militaires traitent normalement les affaires liées à la sécurité nationale ou au terrorisme. Les sentences sont généralement rapides et dures, et ne peuvent pas être portées en appel.

    (..)

  • permalien Shiv7 :
    1er septembre 2010 @22h11   « »

    One final act in the Middle East farce » (« Dernier acte pour la farce du Proche-Orient »).

    Le Financial Times parle d’acte final de la farce, que dois t’on comprendre à part le septicisme ?

    Que va-t-il se passer après la farce ?

  • permalien Yann :
    2 septembre 2010 @01h15   « »

    Mahmoud Darwich :

    La loi de la peur

    L’assassin regarde sans remords le fantôme de la victime, non ses yeux. Il dit à ceux qui l’entourent : Ne me blâmez pas, j’ai peur. J’ai tué parce que j’ai peur et je tuerai encore. Certains spectateurs entraînés à préférer l’analyse psychologique aux fondements de la justice disent : Il ne fait que se défendre. D’autres, admiratifs de la supériorité du progrès sur l’éthique, disent : La justice n’est que ce qui déborde de la générosité de la force. A la victime de s’excuser auprès de son assassin du traumatisme qu’elle lui a causé ! D’autres encore, spécialistes de la distinction entre le réel et la vie, disent : Si un tel incident banal était survenu ailleurs que sur cette Terre sainte, la victime aurait-elle acquis nom et célébrité ? Allons donc réconforter celui qui a peur. Et, alors qu’ils partent en procession de sympathie avec le tueur apeuré, des touristes étrangers passant par là leur demandent : Mais quelle est la faute de l’enfant ? Ils leur répondent : Il grandira et fera peur au fils de l’assassin. Quelle est la faute de la femme ? Ils répondent : Elle enfantera une mémoire. Quelle est la faute de l’arbre ? Et ils disent : Un oiseau vert en sortira. Puis ils se mettent à scander : La peur, non la justice, est le fondement du royaume. Le fantôme de la victime leur apparaît alors dans un ciel limpide, ils lui tirent dessus et, ne voyant pas une goutte de sang couler …, ils prennent peur !

  • permalien K. :
    2 septembre 2010 @01h50   « »

    - Et un farceur de moins à se farcir.

    - “It’s not peace, it’s piece by piece."

    - “Le PIB par Palestinien est inférieur de 30 % à ce qu’il était en 2000.” (Et cette moyenne est d’autant plus trompeuse que Abbas, Fayyad et quelques sous-larbins ont probablement vu leur part multipliée par 1000.)

    [Les] 2,4 milliards de dollars d’aide internationale versés annuellement aux Palestiniens (..) profite[nt] (..)indirectement et en priorité... à Israël.

  • permalien Shahin :
    2 septembre 2010 @03h00   « »

    Bien sûr que cette mise en scène de Washington est une farce, que le collaborateur Mahmoud Abbas est un traître corrompu qui ne représente que lui-même, qu’il n’y a rien à négocier avec des voleurs et des criminels. Je ne partage pas toutefois votre métaphore du train arrêté, le train de ce régime d’occupation de la Palestine avance tout droit vers sa perte, comme tous les autres régimes iniques, il sera sanctionné par l’histoire, plus il se radicalise, plus dure sera sa chute, il est condamné.

  • permalien René Camaubieu :
    2 septembre 2010 @03h26   « »

    Dans cette interminable pantomime à épisodes, à la fois sordide et morbide, dont on cherche toujours l’auteur, sans doute masqué sous un pseudonyme, le metteur en scène en est, cette fois-ci, Barack Obama, Israël et la Palestine n’en sont toujours que les acteurs indomptables, respectivement côté cour et côté jardin, les instances de la Communauté internationale continuent à faire de la figuration et le public, constitué d’abonnés depuis 1948, finit par être totalement blasé, désespérant d’atteindre un dénouement heureux, « a happy end ».
    Mais la révolte gronde chez les trois générations d’intermittents du spectacle, entassés dans la promiscuité des coulisses...

  • permalien une bille :
    2 septembre 2010 @07h29   « »


    Le chat israélo-étasunien aimerait encore bien jouer avec la souris cisjordanienne, pour la galerie, mais la souris n’en peut mais.

  • permalien
    2 septembre 2010 @10h03   « »

    Après s’être occupé très vite de la carrière professionnelle, la première seconde de la carrière politique d’Obama a été mise au point par l’AIPAC comme une enquête d’investigation l’a révélée. .

    N’oubliez pas son premier acte après sa désignation par le congrès démocrate.

    Après s’être montré généreusement prêt aux plus inimaginables preuves de bonne volonté , en fait d’exigence impossible à admettre même par un collabo vieux (Abbas) ou jeune (Dahlan), , l’usamericano-israélien qui est premier ministre de l’illégitime et inadmissible état sioniste n’a que l’embarras du choix.

    Et il ne fera qu’appliquer la stratégie de ses prédécesseurs

    Dayan en 1949 "La paix pas besoin de courir après, il suffit de marcher"

  • permalien jcpress :
    2 septembre 2010 @11h03   « »

    En bref ! Rien de nouveau que l’on ne sût, si ce n’est que la situation au Proche-Orient ne change guère, excepté dans la façon de traiter le sujet, selon la ligne éditoriale des médias, s’entend ; le Monde Diplo étant la référence française par excellence. Quoi !? Vous crûtes tous que la paix entre Palestiniens et Israéliens tenait à quelques pourparlers aux accents politiques ressassant les vertus de la démocratie... libérale ?! Quels naïfs vous faites ! La religion mes amis et uniquement la religion qui entretient et cultive les hostilités entre communautés d’une même entité sémitique vivant ensemble depuis la nuit des temps. La religion n’est pas Dieu ; c’est celle des hommes qui donnent leur propre interprétation de la terre sainte, ou plutôt ceinte entre les murs. Jean Canal de http://wwww.presselibre.fr

  • permalien Lou :
    2 septembre 2010 @12h22   « »

    Bernard Kouchner"L’Europe n’est pas condamnée à être simplement un partenaire financier. Je pense que l’Europe doit jouer un rôle politique, particulièrement d’ailleurs dans la recherche de la paix au Proche-Orient"

    Mohammed Dahlan"J’en appelle aux Européens : qu’ils abandonnent leur rôle d’observateurs, ils ne sont pas de simples bailleurs de fonds, ils doivent s’impliquer. S’ils s’unissent, ils peuvent peser face aux États-Unis et à Israël."

  • permalien Lou :
    2 septembre 2010 @12h57   « »

    Marwan Barghouti"Le problème n’est pas dans le principe de négociations, que nous acceptons, mais sans une base populaire et d’actions sur le terrain qui soutiennent les négociations, ils n’obtiendront pas de résultats", a déclaré Barghouti.

    "L’alternative est la réalisation de la réconciliation nationale et de l’unité dans une plus large participation de la résistance populaire à l’occupation", a-t-il dit.

  • permalien Yann :
    2 septembre 2010 @13h01   « »
    Palestine vivra

    Max Ajl :

    The job of the PA is to prevent resistance. By preventing resistance, the money keeps flowing to Ramallah, keeping the PA elite in a decent standard of living, and they will be permitted to administer the prison called a state that Israel and America will allow through the peace process. The point of the crackdown is to convince Israel that the PA is still a competent collaborator. It shows its competence by jailing the resistance and by ignoring the demands of civil society. It won’t last.

  • permalien Gracchus :
    2 septembre 2010 @17h44   « »

    Comment se prononce "Pétain" en arabe ?

  • permalien Handala :
    2 septembre 2010 @18h50   « »

    Merci Yann pour ce texte de Mahmoud Darwich que je ne connaissais pas. Où peut-on le trouver ?

    Ces "négociations" seraient celles du bradage définitif, de l’enterrement (espoir américano-israélien...?) de tout ce pourquoi les Palestiniens luttent et résistent depuis 48, sans la résistance de la très grande majorité des Palestiniens à cette "farce", qui n’en est pas une, car totalement mortifère dans ses conséquences, si on laisse Abbas, ce non-représentant, dindon et acteur de la farce, devenir le fossoyeur (c’est déjà bien avancé en ce qui le concerne) des droits de son peuple.
    Mais la résistance est, et sera là, et ce, malgré les forces de sécurité du général Dayton et cie. Elle n’a pas fini, je pense, de nous surprendre !
    Oui, la Palestine vivra ! Vraiment présomptueux que de profiler à l’avance son enterrement à la faveur de ces "négociations"-billot (billot de la guillotine...)-coup de grâce ! Je suppose qu’elles avorteront - dans le meilleur des cas - assez rapidemen ; et que va-t-il advenir de Abbas et du cercle restreint autour de lui...?

  • permalien K. :
    2 septembre 2010 @20h11   « »

    Quand Obama dit que les Arabes n’ont jamais fait grand chose pour soutenir la paix, Obama ne veut bien sur pas dire que les (dirigeants) Arabes devraient utiliser leurs atouts pour obliger les Etats-Unis et Israel à ne plus farcer.

    Obama ne veut même pas dire que les (dirigeants) Arabes devraient au moins boycotter les entreprises occidentales qui sont complices du vol des terres palestiniennes selon les frontières de 1967 au lieu de les récompenser à coup de contrats de plusieurs dizaines ou centaines de millions de dollars US.

    Certainement pas.

    Obama veut dire que les (dirigeants) Arabes doivent reconnaitre Israel “sans conditions préalables”, ou plutot selon les conditions israéliennes de perpétuation du vol des ressources palestiniennes, en attendant de voler les ressources d’autres pays voisins.

    Obama veut dire que les (dirigeants) Arabes devraient se montrer encore plus bas, plus veuls, plus méprisables.

    Obama ne dit pas, ce faisant comment il espère éviter aux (dirigeants) Arabes la colère populaire.

    Très probablement en leur offrant des drones pour massacrer ceux qui protesteraient.

    Obama also called on Arab states to back the process, saying that they claimed to want to see an independent Palestine, but did little to support it – his statement implying that the Arab states should move toward recognising Israel.

  • permalien K. :
    2 septembre 2010 @21h59   « »

    L’Etatsunien Chas W. Freeman en Norvège, hier :

    En de rares occasions, comme dans le cas de l’embargo pétrolier arabe de 1973, les Arabes ont fait suivre leur opposition verbale contre Israël d’actes.

    L’Egypte et la Jordanie se sont installées dans une coexistence impopulaire avec Israël qui ne tient aujourd’hui qu’à travers les subventions des États-Unis.

    L’Arabie saoudite a deux fois pris l’initiative d’offrir des concessions diplomatiques à Israël si elle acceptait de conclure des accords de coexistence pacifique avec les Palestiniens.

    Mais, dans l’ensemble, les gouvernements arabes ont récolté le mépris des Palestiniens et de leurs propres populations pour leur manque d’engagement sérieux. Le plus souvent, les dirigeants arabes ont timidement demandé que l’Amérique résout le problème israélo-palestinien à leur place, tout en courtisant obséquieusement la protection américaine contre Israël, contre d’autres Arabes, contre l’Iran, et - dans certains cas - contre leurs propres sujets et citoyens de plus en plus frustrés et en colère.

  • permalien Yann :
    2 septembre 2010 @22h02   « »

    @ Handala,

    Ce poème est extrait du livre La Trace du papillon (Actes Sud, 2009).

    Bien à vous,

  • permalien Lou :
    2 septembre 2010 @22h59   « »

    d’Abbas, je retiendrais Hiam Abbass

  • permalien Yann :
    3 septembre 2010 @00h15   « »
  • permalien freeman :
    3 septembre 2010 @00h33   « »

    Et la Farce continu....

    Les négociations de paix entre les palestiniens et l’état hébreux ont repris sous le giron des américains - neutres bien sur- et en présence de deux témoins arabes, Abdullah II et Moubarak, qui sont là pour compléter le décors et afficher une adhésion arabe à ce processus qui n’a apparemment ni fin ni résultats concluants pour ces pauvres palestiniens ballotes par tout le monde...

    Le scepticisme quant à l’aboutissement de ces négociations trouve déjà ses raisons dans le discours des deux parties concernées : quand le chef palestinien rappelle " la légalité internationale" et énumère les questions à traiter, le représentant de l’état hébreux lui lance à la face l’obligation de reconnaitre cet état comme étant "un état juif" !! Et le sabotage commence dès le début puisque poser cette condition revient à éliminer carrément la question des réfugiés et le "droit au retour " à des centaines de milliers de palestiniens ... Les palestiniens sont dans tous les cas bien farcis, ils n’ont choix qu’à la capitulation ...et on appelle cette mascarade " pourparlers , négociations...." on se moque vraiment du monde !!!

    Je trouve personnellement trois raison à ce fiasco annoncé :

    1- L’état hébreux est foncièrement contre la paix, il ne peut durer que dans une situation trouble de " ni paix, ni guerre", d’autant plus qu’il est certain de ne pas être embête ni par ses alliés , en l’occurrence les américains, ni par ses voisins arabes, les uns tenus par des traités de paix , les autres écrasés par sa supériorité militaire...

    2- Est il logique de parler de négociations quand les deux parties concernées sont en déséquilibre total ?? l’un jouissant d’une puissance militaire ( en classique et en ADM) et de soutiens politiques solides, l’autre luttant encore contre la faim et les maladies et vivant sous un blocus qui ne cesse de durer...encore une fois , on se moque vraiment du monde....il faudrait plutôt parler d’un projet de "diktat"...

    3- Les américains peuvent ils vraiment être crédibles dans le rôle du médiateur alors que leur alliance avec l’état hébreux n’est point à démontrer ?? Cette acrobatie est typiquement américaine...être l’allié du loup et jouer le médiateur entre ce même loup et l’agneau... cela dépasse l’entendement... mais c’est américain... et celà fait rire tout le petit peuple du monde entier !!!!
    Je pense plutôt que les américains déblaient le terrain pour un gros coup dans la région, rappelez vous la question iranienne...pour régler cette question , il faut acquérir le soutien des arabes et quoi de mieux pour les arrimer à ce projet sordide que de raviver l’espoir dans une solution négociée de la question palestinienne ??

    Rappelez vous la célèbre fable " le loup et l’agneau" : " La raison du plus fort est toujours la meilleure, nous l’allons montrer tout à l’heure...." Nous y sommes ...en plein.

  • permalien simple quidam :
    3 septembre 2010 @04h32   « »

    Comme pour ajouter à la mascarade, nos propres médias se voilent la face comme en atteste le refus, par un modérateur, du message suivant que j’avais proposé en commentaire de l’article http://www.lefigaro.fr/internationa...

    "Nétanyahou est allé jusqu’à qualifier le président palestinien Mahmoud Abbas de « partenaire pour la paix »."
    C’est bien la seule approche dans une négociation crédible et fructueuse pour une « Paix juste et durable », même si cela doit faire hurler les extrémistes des deux camps.

    MAIS, il faut que derrière ces bonnes paroles, ces belles intentions, il y ait une attitude, une démarche, des mesures, des concessions, des décisions de véritable partenariat.
    Les extrémistes des deux camps crieront à la trahison mais il faudra, d’un commun accord, les ramener à la raison, de gré ou de force avec le soutien unanime de la Communauté internationale réellement impliquée..

    FAUTE DE QUOI, ce ne serait qu’un marché de dupes, pour amuser la galerie et faire perdurer le status quo, très favorable aux Israéliens, même si leur sécurité restera menacée.
    Le simulacre de paix armée actuel sous la férule de Tsahal n’a conduit, depuis 1948, qu’à une impasse de laquelle il faudra bien sortir par le haut par la "Paix des braves"

  • permalien waki :
    3 septembre 2010 @13h00   « »
    C’est vraiment un très bon résumé

    Quels naïfs vous faites ! La religion mes amis et uniquement la religion qui entretient et cultive les hostilités entre communautés d’une même entité sémitique vivant ensemble depuis la nuit des temps. La religion n’est pas Dieu ; c’est celle des hommes qui donnent leur propre interprétation de la terre sainte, ou plutôt ceinte entre les murs.

  • permalien Lou :
    3 septembre 2010 @14h51   « »
    Compassion à Washington

    Proche-Orient : un dialogue positif, mais toujours beaucoup d’incertitudes

    Le journal pan-arabe Dar Al-Hayat prédisait, jeudi matin 2 septembre, la fin des négociations directes israélo-palestiniennes avant même qu’elles ne commencent.

  • permalien une bille :
    3 septembre 2010 @16h18   « »

    Israël disposé à une partition de Jérusalem, selon Ehud Barak

    "Jérusalem-Ouest et 12 quartiers juifs qui abritent 200.000 habitants seraient à nous. Les quartiers arabes dans lesquels vivent près d’un quart de million de Palestiniens seraient à eux", a ajouté le ministre de la Défense.

    "Un régime spécial serait mis en place basé sur des arrangements convenus (entre les parties) dans la Vieille ville, le mont des Oliviers et la Ville de David" dit encore Ehud Barak.

  • permalien K. :
    3 septembre 2010 @17h46   « »

    Lamis Andoni, 29/08/2010 :

    ...quand Obama a envoyé une lettre à la direction palestinienne le mois dernier, la menaçant de retirer la reconnaissance des États-Unis de l’Autorité Palestinienne, l’AP s’est retrouvée confrontée à la perspective d’un isolement politique et financier [puisque les dirigeants arabes “modérés”, précise bien l’auteure, s’empresseraient d’obéir aux injonctions des yankees]- tout comme celle vécue par Yasser Arafat lorsque les pays arabes et occidentaux l’ont laissé lui et les Palestiniens à la merci d’une invasion et d’un siège israéliens.

    Comme un fonctionnaire de l’OLP qui a demandé à ne pas être nommé m’a dit : « Nous ne craignons pas l’issue des pourparlers. Il n’y a rien que Abou Mazen (Abbas) puisse accepter. Mais aller aux pourparlers a sapé notre bataille pour isoler Israël ».

    Plus de 700 personnalités palestiniennes de Cisjordanie, y compris des dirigeants de toutes les factions de l’OLP, ont signé une déclaration pour s’opposer à la reprise des pourparlers (..). Mais une conférence de presse tenue par les adversaires des pourparlers a été interrompue par les forces de sécurité, dans une vague de répression qui a été largement critiquée et interprétée comme révélatrice de l’ampleur des divisions générées par la décision de participer.

    Abbas a ensuite exprimé son respect pour l’opposition et a ordonné une enquête sur l’incident, mais cette « rébellion » par des personnalités palestiniennes ne va pas disparaître tranquillement. Le chef de l’AP entamera des négociations sans le moindre soutien institutionnel ou populaire, et encore moins un mandat.

    En fait, le seul mandat de Abbas est de dire non si Netanyahu tente d’imposer sa vision d’un Etat palestinien morcelé privés de toute souveraineté réelle sur les terres ou les ressources.

  • permalien K. :
    3 septembre 2010 @17h57   « »

    Les yankees mettent le paquet pour aider la Palestine et imposent un gel temporaire des constructions ... sur la pelouse de la Maison Blanche.

  • permalien K. :
    3 septembre 2010 @18h29   « »

    Lamis Andoni, le 1/09/2010, résume le véritable enjeu des “pourparlers directs” :

    Le risque est de voir Abbas « accepter un autre compromis provisoire qui ne fera que consolider le contrôle politique et militaire israélien sur les Palestiniens. »

    Par exemple, il a été rapporté que les Américains poussent pour une proposition qui verrait Israël étendre un gel partiel [sic] des colonies juives, tout en permettant l’expansion des "principaux blocs de colonies".

    Un tel arrangement signifierait accepter l’annexion israélienne de certaines parties de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Cela aurait des conséquences permanentes et servirait dangereusement la vision de Netanyahu d’un Etat palestinien morcelé dépourvu de toute souveraineté réelle.

    C’est le moment ou jamais, dit l’auteure, pour Abbas de rentrer dans l’Histoire, en refusant l’ignoble fumisterie.

  • permalien Nathan :
    3 septembre 2010 @18h43   « »

    Nasrallah, le chef du Hezbollah, a félicité le Hamas pour avoir assassiné quatre colons israéliens dont une femme enceinte. Voilà le seul moyen de libérer la Palestine, a dit Nasrallah.

    Faut croire qu’ils n’ont pas encore compris les leçons de 2006 et 2008. Ma parole, ils en redemandent !

    http://www.haaretz.com/news/diploma...

    Et pendant ce temps-là, près de 50 chiites pakistanais participant à une manifestation pro-palestinienne se sont fait massacrer par les valeureux combattants talibans. Comprenne qui pourra !

  • permalien K. :
    3 septembre 2010 @18h45   « »

    Mark Perry a dit à Paul Woodward, en faisant référence aux derniers colons israéliens de Hébron tués par des Palestiniens, que « si l’administration US n’était pas piégée par sa propre rhétorique sur le terrorisme, » elle aurait souligné aux Israéliens que plus ils volent des terres palestiniennes et plus le risque de tueries d’Israéliens est grand.

    A mon avis, la réponse serait de toute façon que ça les arrange très bien comme ça, puisque ça leur permet d’alimenter leur obscène victimisation.

  • permalien Handala :
    3 septembre 2010 @18h51   « »

    @Yann,
    Merci pour la référence. Effectivement, La Trace du papillon est un des derniers livres de Mahmoud Darwich, que je n’ai pas lu. Je vais combler cette lacune.
    Merci à vous

  • permalien Handala :
    3 septembre 2010 @19h30   « »

    @Nathan,
    Non Nathan, décidément, les Palestiniens n’ont rien compris et ne comprendrons jamais. Ils ont beau être soumis à l’écrasement quotidien à des massacres sporadiques répétitifs : la résistance est toujours là !
    Les colons n’ont rien à faire à Hébron. Leurs méfaits et leurs crimes envers la population palestinienne sont innombrables. A ma connaissance quelques heures avant l’attentat, des colons avaient tiré sur des jeunes Palestiniens qui travaillaient sur leur terre. Je n’ai pas entendu parler cette fois ci de victimes, mais c’est entre autres, une des routines habituelles des colons pour empêcher les Palestiniens de travailler leurs terres, récolter, etc. Le sang et l’asservissement des Palestiniens ne peuvent pas toujours être gratuit !.
    Les palestiniens devraient en tuer davatange, s’il s’avérait que ce soit la seule solution pour qu’ils quittent Hébron et sa région. C’est hélas ! la loi d’une guerre que les Palestiniens n’ont pas choisi, mais qui leur est imposée très cruellement, jour après jour.

  • permalien Deïr Yassin :
    3 septembre 2010 @19h48   « »

    @ Handala

    Chouette pseudo que vous avez :-) en espérant que nous allons bientôt vous voir de front !!
    A ceux qui ne connaissent pas Handala, le voilà dans son dessin le plus connu :
    - http://reflexblog.filambda.com/wp-c...

    Et ici dans un moment plus philosophique :
    - www.instablogsimages.com/ima...
    [je pense donc je suis]

    Handala, le symbole du réfugié palestinien, a dix ans, l’âge qu’avait son dessinateur Naji al-Ali au moment de la Nakba qui l’a obligé de quitter la région de Nazareth pour le Liban. Handala se retournera que le jour où la Palestine serait libre. Il est devenu le symbole du BDS.

    - www.handala.org/handala/inde...

    Le dessinateur, Naji al-Ali fut assassiné à Londres en 1987. Membre du Front Populaire, beaucoup lui en voulait, particulièrement Arafat lui-même. Le meurtrier, un jeune palestinien, a avoué qu’il travaillait pour le Mossad et les Britanniques ont dû le croire car ils ont expulsé deux diplomates israéliens et fermé les bureaux du Mossad à Londres suite à cette affaire.

  • permalien Shahin :
    3 septembre 2010 @20h21   « »

    Nathan :
    3 septembre @18h43
    (...) Faut croire qu’ils n’ont pas encore compris les leçons de 2006 et 2008. Ma parole, ils en redemandent ! (...)

    Ah ! En effet ! Mais je ne suis pas sûr que l’on parle des mêmes...

    - Été 2006, le Hezbollah a-t-il été éradiqué ? Cette agression barbare et inepte a-t-elle été sans conséquences pour l’agresseur ? Quel a été le bilan des morts de son côté ? Quel a été le bilan des pertes militaires matérielles de son côté ? N’a-t-il pas été obligé d’évacuer une part significative du nord des territoires occupés, et d’y stopper toute l’économie ? A-t-il pu faire intervenir avec succès son infanterie motorisée, après les frappes aériennes ?

    - Décembre 2008 - janvier 2009, le Hamas a-t-il été éradiqué ? Mis à part des centaines de civils, des femmes, des enfants et de vieillards innocents et sans défense, combien ces barbares ont-ils tué de combattants ?

    Quel a été en outre le prix payé par l’agresseur par son image carbonisée dans les yeux de l’opinion publique internationale ?

    Et vous parlez de leçon ? Une leçon oui assurément ! Mais pas pour ceux à qui vous faites référense...

  • permalien
    3 septembre 2010 @21h25   « »

    Naji dit de Hanthala :

    « Handala est né à l’âge de 10 ans et depuis son exil les lois de la nature n’ont aucune emprise sur lui. Il ne recommencera à croître que lors de son retour sur sa terre natale. Il n’est pas un enfant bien portant, heureux, serein et couvé. Il va nu-pieds comme tous les enfants des camps de réfugiés. Ses cheveux sont ceux de l’hérisson qui utilise ses épines comme arme. Bien qu’il soit rude, il a l’odeur de l’ambre. Ses mains, toujours derrière son dos, sont le signe du rejet des solutions porteuses de l’idéologie impérialiste et sioniste. Au début il était un enfant palestinien, mais sa conscience s’est développée pour devenir celle d’une nation puis de l’humanité dans sa totalité. Il a fait la promesse de ne jamais se trahir. Handala veut dire amertume. »

  • permalien Lou :
    3 septembre 2010 @22h41   « »
    « Farce » à Washington,

    à vos marques , prêts

    partez

    et le vainqueur est :

  • permalien Nathan :
    3 septembre 2010 @23h26   « »

    Y a-t-il encore des incursions du Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise. Non, c’est le calme plat depuis 2006. Sauf lorsqu’un dépôt de munitions explose au milieu d’un village libanais. Voit-on encore beaucoup de roquettes tomber sur Sderot ? Non, plus grand-chose. Le Hezbollah et le Hamas sont des forces non significatives, incapables de faire pencher la balance de leur côté. Et comme, ni l’une ni l’autre n’ont de propositions politiques concrètes à formuler, sinon la continuation d’une guerre perdue d’avance, leur influence sur le terrain est limitée. Leur seule capacité de nuisance concerne leur propre camp. En outre, l’une et l’autre sont considérées comme des mouvements terroristes et irrédentistes par la plupart des décideurs occidentaux. Donc je ne vois pas qu’il y ait matière à vous réjouir. Mais bon, c’est comme au loto, l’espoir fait vivre.

  • permalien
    3 septembre 2010 @23h46   « »

    Il faut bien comprendre que pour un sioniste “modéré”, “donner des leçons” ce n’est pas atteindre les objectifs de guerre mais tuer des innocents de tous ages.

    Un sioniste “modéré” c’est comme un général sioniste, s’il ne cogne pas comme un fou-furieux, il se sent menacé existentiellement.

  • permalien Shahin :
    4 septembre 2010 @06h43   « »

    Nathan :
    3 septembre @23h26
    (...) Le Hezbollah et le Hamas sont des forces non significatives, (...)

    Ah bon ? Si le Hezbollah était "une force non significative" pourquoi passez-vous donc vos journées à tenter de le malmener ? Seriez-vous un Don Quichotte à vous battre ainsi contre des moulins ? Vous seriez bien avisé de vous méfier de la prochaine leçon que ces moulins risquent fort de vous donner en cas de nouvelle agression, il semble bien qu’ils aient - eux - tiré les leçons de 2006 et entrepris de se donner les moyens de pouvoir frapper bien plus fort encore le cas échéant. La présomption est une faiblesse qui s’avère généralement tragique a fortiori quand la justice n’est pas de votre côté...

  • permalien Orangerouge :
    4 septembre 2010 @08h17   « »
    ANTIRACISTES EUROPEENS MONTRONS NOUS ET SOYONS NOMBREUX AUJOURD’HUI

    Manifestations aujourd’hui en Europe et partout en France contre la xénophobie de Sarkozy et de ses ministres.

    Depuis les années 30, 40 et Pétain, on sait que ce danger de la stigmatisation de certains groupes par des hommes politiques populistes doit être constamment combattu en France et en Europe.

    http://www.ldh-france.org/Manifesta...

    à Paris : 14h à République

    http://www.educationsansfrontieres....

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

  • permalien K. :
    4 septembre 2010 @09h53   « »

    Y a-t-il encore des incursions du Hezbollah sur la frontière israélo-libanaise. (..). Voit-on encore beaucoup de roquettes tomber sur Sderot ? Non, plus grand-chose. Le Hezbollah et le Hamas sont des forces non significatives, incapables de faire pencher la balance de leur côté

    Ce genre de raisonnement est l’exemple même de la manipulation sionsite avec inversion des causes et des effets et occultation des véritables enjeux.

    Par exemple, comme l’ont démontré plusieurs auteurs, notamment des vrais juifs, dans plus de 95% des cas, les trèves avec le Hamas étaient interrompues par Israel et les roquettes ne tombaient sur Sderot qu’en cas d’agression d’Israel contre Gaza, comme l’a amplement démontré un graphique du site internet du ministère de la défense d’Israel même.

    Le véritable objectif des sionistes aussi bien en Palestine qu’au Liban, celui qu’ils présentent, dans leur infinie et ignoble fumisterie, comme une question “existentielle”, c’est d’éliminer toute opposition à leurs plans de mise en place
    de régimes type Quisling dans ces pays :

    pourquoi les dirigeants d’Israël sont si déterminés à détruire le Hamas ? Parce qu’ils croient que sa direction, contrairement à celle du Fatah, ne peut pas être intimidée pour accepter un accord de paix qui établisse un « Etat » palestinien composé d’entités territorialement déconnectées sur lesquelles Israël pourrait garder un contrôle permanent. Le contrôle de la Cisjordanie a été l’objectif permanent de l’armée, du renseignement et des élites politiques d’Israël depuis la fin de la Guerre des Six-Jour.[*] Ils croient que le Hamas ne permettrait pas un tel cantonisation du territoire palestinien, quelque soit la durée de l’occupation. Ils peuvent avoir tort concernant Abbas et sa cohorte usée, mais ils ont tout à fait raison concernant le Hamas.

    Alors, sur la planète terre, qui est incapable de faire pencher la balance de son côté ?

  • permalien Jeff :
    4 septembre 2010 @10h59   « »

    Conférence israélo-palestinienne de Washington - Occulter une asymétrie infinie, par Vincent Romani.

    Introduction :

    La confusion entre symétrie et impartialité joue parfois de piètres tours aux acteurs et aux observateurs du lancinant « conflit israélo-palestinien ». Au nom de l’impartialité, les observateurs se voient contraints à une symétrie de traitement strictement minutée, quantifiée, pesée. Il faudrait sans fin renvoyer dos à dos Israéliens et Palestiniens, sous peine d’accusation de partialité. Il faudrait analyser symétriquement les deux sociétés et exceller dans la double expertise simultanée d’Israël et des Palestiniens. Et pourtant, l’injonction d’impartialité occulte une asymétrie infinie entre les deux parties sommées de se parler cette semaine à Washington.

    Rappelons ce que représente aujourd’hui Mahmoud Abbas : l’Autorité palestinienne sise à Ramallah est une administration de facto agissant sans légalité interne ni internationale. Conçue pour s’éteindre en mai 1999 en vertu des accords d’Oslo qui l’avaient créée, cette Autorité perdure sous perfusion internationale contrôlée par Israël. Le Conseil législatif palestinien ne légifère plus, au profit d’un gouvernement par décrets d’un pouvoir exécutif inconstitutionnel. Depuis le 13 juillet 2007, le Conseil des ministres palestinien et son président, Salam Fayyad, n’ont jamais reçu l’investiture du Conseil législatif exigée de la Loi fondamentale. Élu président de l’Autorité palestinienne en 2005, Mahmoud Abbas n’est enfin plus constitutionnellement en poste depuis 2009 et demeure, coopté par Israël et les États-Unis.

    La suite sur le site de Le Devoir.

  • permalien Nathan :
    4 septembre 2010 @11h02   « »

    Israël a parfaitement le droit de faire état d’une "question existentielle" puisque les anti-sionistes, notamment ceux de ce blog, s’en prennent à l’existence de cet Etat et ne l’ont jamais accepté.

    Vous pouvez toujours rêver mais surtout, ne vous montez pas trop le bourrichon. Les Israéliens ne sont pas les Américains au Vietnam ou en Irak. Ils défendent leur pays. Le Hamas et le Hezbollah ont appris à leurs dépends que de s’attaquer à Israël pouvait faire très mal. Si d’aventure ils recommencent, - car leur "prestige" est en train de s’étioler petit à petit chez eux, en Palestine et au Liban, - ça pourrait se terminer encore bien plus mal pour eux.

  • permalien Sans-culotte :
    4 septembre 2010 @11h21   « »

    On a pu lire dans la presse que le Commissaire au commerce de l’UE Karel De Gucht, aurait été accusé par le Congrès juif européen, d’avoir tenu des propos "antisémites" lors d’une interview sur la radio belge "Radio 1" consacrée à la mascarade de Washington sur le Moyen-Orient.

    De nombreux médias ne citent même pas ses propos, ce qui est bien pratique et vraiment pas professionnel pour de soi-disant journalistes, d’autres tel le "New York Times" écrivent ceci :

    (...) "Ce n’est pas tant de savoir si ce sont des juifs religieux ou non", a fait valoir M. De Gucht à la radio (...). « Les Juifs laïcs partagent également la même conviction qu’ils ont raison. Il n’est donc pas facile d’avoir, même avec des juifs modérés, une discussion rationnelle sur ce qui se passe réellement au Moyen-Orient. "

    M. De Gucht a également déclaré que la communauté juive exerçait son influence aux États-Unis. "Ne sous-estimez pas la puissance du lobby juif sur la colline du Capitole", a-t-il ajouté. "C’est le groupe de pression le mieux organisé, vous ne devez pas sous-estimer l’emprise qu’il a sur la politique américaine - peu importe qu’il s’agisse de Républicains ou de Démocrates." (...)

    Ceux qui comprennent le néerlandais pourront juger sur pièce, mais pour ce qui est cité par le "New York Times", qu’il y a-t-il donc de répréhensible dans ce qui relève d’un simple constat et d’un truisme ?

    Personnellement je ne vois pas, mais bon peut-être certains vont-ils nous l’expliquer ?

  • permalien Shahin :
    4 septembre 2010 @11h32   « »

    Laissons notre Don Quichotte fanfaronner puisqu’il y tient, tout le monde a le droit de rêver après tout, l’avenir risque fort toutefois de le ramener brutalement à la réalité...

  • permalien Deïr Yassin :
    4 septembre 2010 @12h08   « »

    @ Nathan 11h02

    "Israël a parfaitement le droit de faire état d’une "question existentielle" puisque les anti-sionistes, notamment ceux de ce blog, d’en prennent à l’existence de cet Etat et ne l’ont jamais accepté".

    La paranoïa dans toute sa splendeur. Il faut aller consulter, cela doit être votre fameux ’transfert’.

    Etant donné que l’Etat hébreux a déjà assassiné des gens pour leur plume, notamment Ghassan Kanafani à Beirut, Wael Zuaiter à Rome et Naji al-Ali à Londres, et je me demande si les anti-sionistes du "Nouvelles d’Orient" qui apparemment sont un danger existentiel pour cet Etat-voyou, doivent craindre pour leur vie, même cachés derrière l’anonymat de nos pseudos.

  • permalien Noval :
    4 septembre 2010 @12h30   « »

    Nathan - Message du 4 septembre 11h02

    " Les Israéliens ne sont pas les Américains au Vietnam ou en Irak. Ils défendent leur pays. "

    Les Israéliens défendent leur pays ? Apparemment ils ne sont pas les seuls ; certains Français ... doigts sur la couture du pantalon dès que des sionistes les sollicitent, n’ont aucun scrupule à défendre tel membre d’une armée qui s’est pourtant rendue tristement célèbre dans la commission de crimes de guerre et/ou contre l’humanité :

    http://www.upjf.org/actualitees-upj...

  • permalien une bille :
    4 septembre 2010 @12h32   « »

    Nathan : les anti-sionistes, notamment ceux de ce blog, s’en prennent à l’existence de cet Etat et ne l’ont jamais accepté.

    N’est-ce pas plutôt ceux qui n’en acceptent pas les limites et qui en repoussent éternellement et indéfiniment les frontières, qui n’admettent pas l’existence de l’était d’Israël, c’est à dire les sionistes eux-même ?

    C’est quoi Israël au juste ?

  • permalien Lou :
    4 septembre 2010 @12h57   « »

    Robert Del Naja, artiste et musicien anglais, du groupe "Massive Attack", raconte à William Parry pourquoi il boycotte Israël.

    Certains insistent en affirmant qu’un engagement avec Israël est plus productif – position que rejette Del Naja. « On nous a demandé de jouer en Israël et nous avons refusé. » dit-il. « La question qui nous a été posée : "Si vous n’y jouez pas, comment pouvez-vous y aller et changer les choses ?" ». J’ai répondu : "Ecoutez, je ne peux pas jouer en Israël quand les Palestiniens n’ont pas accès aux mêmes avantages que les Israéliens". Je pense que la meilleure approche est de boycotter un gouvernement qui semble décidé pour des politiques destructrices. Et c’est triste, parce que nous avons rencontré des gens formidables en Israël, et c’est une décision difficile à prendre. »

  • permalien AB :
    4 septembre 2010 @13h19   « »

    Pour une farce c’en est vraiment une .
    Mais le Peuple Palestinien est toujours là.Et,. souvenez -vous du cas de l’Afrique du Sud.Nous savons ce qu’il en est advenu après plus de cinq siècles d’’injustice, d’exploitation , de génocide et d’oppression.
    Le comportement de l’"Etat d’Israël" n’est pas différent du régime
    d’ oppression qui avait cours en Rhodésie (Zimbabwé actuel).Au lieu de mener cette farce grossière les Etats Unis seraient avisés de trouver une solution réelle qui rendrait justice au Peuple Palestinien en le réintégrant dans ses droits et sa Terre dont il a été spolié avec la coplicté, l’appui et la bénédiction des grandes puissances.Qui dit grandes puissances dit Occident.En effet le dramatique sort du Peuple Palestinien est la conséquence des politiques irresponsables des puissances qui en sont à l’origine.
    C’est pour cette raison que le monde aujourd’hui a à combattre le"terrorisme" et ce n’est que le début Et comme les situations ne peuvent être figées à jamais gare ! alors lorsque ce "terrorisme" sera plus fort.

  • permalien K. :
    4 septembre 2010 @13h24   « »

    ...les anti-sionistes, notamment ceux de ce blog, d’en prennent à l’existence de cet Etat et ne l’ont jamais accepté.

    Assimiler les demandes de respect du droit international comme une volonté de s’en prendre à l’existence d’Israel, ça résume très bien et l’essence du sionisme “modéré”, et sa propre (et insane et malsaine et basse et bestiale) définition de l’existence.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 septembre 2010 @13h46   « »

    A propos du post de Noval sur Gilad Shalit.

    J’étais à Rome la semaine dernière, et grande fut ma surprise en montant sur la Capitole, cette place magnifique de Michelangelo où se trouve la Mairie, de me trouver nez à nez avec une photo géante de Gilad Shalit.

    Je savais vaguement qu’il y a eu des manifestations sur place à chaque anniversaire de sa détention, mais de le trouver là sur la plus belle place de Rome, et une des plus visitées aussi. Je me demande le nombre de touristes qui vont rentrer chez eux avec sa tronche sur leur photos.

    Il fut inscrit au-dessous de sa photo : "Roma vuole il suo cittadino SHALIT LIBERO" [Rome veut son citoyen Shalit libre].

    J’étais complètement dégoutée ; j’ai demandé à un gendarme depuis combien de temps qu’il était là (Shalit, et non pas le gendarme), et il m’a dit ’depuis plus d’un an’. J’ai demandé ’pourquoi ?’, et il m’a répondu avec un geste théâtrale : "Mais parce que c’est un otage !". Je lui ai dit que oui, mais que je ne comprenais pas le ’il suo cittadino’ puisque Shalit n’était même pas Italien mais Israélien. ( Pourquoi je ne peux pas fermer ma gueule ?!) Il a changé d’attitude et m’a dit qu’il n’en savait rien et est parti.

    J’ai su par la suite que Shalit a été fait citoyen d’honneur par le nouveau maire néo-fasciste de Rome, Gianni Alemanno, il y a un an et que cela permettrait à l’Italie d’intervenir concernant sa libération. Berlusconi, Sarkozy, Bibi, quelle jolie bande.

    La photo de Shalit sur la Capitole :
    - www.ynetnews.com/articles/0,...

  • permalien Shahin :
    4 septembre 2010 @15h22   « »

    Accepter un fait accompli colonial ? Accepter un régime raciste ? Accepter un régime belliciste ? C’est beaucoup demander là...

  • permalien Noval :
    4 septembre 2010 @16h24   « »

    Nathan - Message du 4 septembre 11h02

    "Les Israéliens ne sont pas les Américains au Vietnam ou en Irak. "

    Pour mesurer le cynisme d’une telle affirmation, faut-il entendre par là que les Israéliens, dans leurs visions guerrières, sont encore plus immoraux que ne le furent les Américains respectivement au Vietnam et en Irak ?

    Est-ce ainsi que vous manifestez votre gratitude à l’égard de cette Amérique qui a mis l’Irak à feu et à sang au nom d’une prétendue mais sacro-sainte " menace existentielle " si chère à votre conception de l’altruisme ?

    Ne vous est-il jamais arrivé, en votre for intérieur, de vous poser cette simple question : que serait Israël sans l’Amérique ?

  • permalien Nathan :
    4 septembre 2010 @16h33   « »

    Deïr Yassin : 4 septembre @12h08

    ... je me demande si les anti-sionistes du "Nouvelles d’Orient" qui apparemment sont un danger existentiel pour cet Etat-voyou, doivent craindre pour leur vie, même cachés derrière l’anonymat de nos pseudos.

    Et c’est moi que vous traitez de parano ? Vous délirez, ma chère. Je n’ai jamais menacé quiconque. Ça doit être une conséquence du jeûne. Vivement l’iftar. De toutes façons, qu’avez-vous besoin de jeûner ? Vous êtes une juste, vous serez sauvée, c’est moi qui vous le dis.

    Je n’ai jamais dit que les intervenants de ce blog ou plutôt la majorité d’entre eux cherchaient à s’en prendre à l’existence physique d’Israël. Certes, il y a l’exemple caricatural de l’intervenant pro-iranien, mais c’est sans doute qu’il parce qu’il tient à jouer au shahid. Passons...

    J’affirme que d’une façon ou d’une autre, pratiquement tous les intervenants mettent en cause, d’une façon ou d’une autre, le principe d’un Etat juif ou à majorité juive, vous incluse. En d’autres termes, la "question existentielle" est effectivement posée, en tout cas du point de vue israélien. Dans votre conception bi-nationale incluant le retour de tous les réfugiés, que se passera-t-il avec la minorité juive ? Vous n’avez jamais répondu à cette question toute simple car vous êtes incapable d’y répondre.

    Pour le reste, posez la question à K., Noval, Sakhra, Yasmina, etc. Tous refusent, - sans oser le dire, car ils sont roublards et cachent bien leur jeu - le principe d’un Etat juif ou à majorité juive, mettons, dans les frontières de 1967. C’est clair, ils n’en veulent pas. Par conséquent, il est tout à fait naturel que les Israéliens considèrent la position des anti-sionistes comme une mise en cause de leur existence, non pas de leur existence physique, en tout cas pas directement, mais comme une remise en question des principes fondamentaux en vertu desquels ils se considèrent israéliens et vivent dans ce pays.

  • permalien Nathan :
    4 septembre 2010 @16h37   « »

    Noval : 4 septembre @16h24

    "Les Israéliens ne sont pas les Américains au Vietnam ou en Irak. "
    Pour mesurer le cynisme d’une telle affirmation, faut-il entendre par là que les Israéliens, dans leurs visions guerrières, sont encore plus immoraux que ne le furent les Américains respectivement au Vietnam et en Irak ?

    Pas du tout. Vous n’avez rien compris et vous déformez mes propos. Je disais simplement que contrairement aux Américains en Irak ou au Vietnam, les Israéliens sont chez eux dans leur pays et qu’il le défendront jusqu’au bout.

  • permalien gloc :
    4 septembre 2010 @17h03   « »

    Nathan : « Vous délirez, ma chère. Je n’ai jamais menacé quiconque. Ça doit être une conséquence du jeûne. »

    Autrement dit vous vous déclarez "juif agnostique" ou "juif athée", mais vous observez tout de même les jeûnes. Pourquoi pas.

    Je ne comprends pas très bien le rapport entre vos jeûnes et vos agressions. Peut-être que le jeûne vous épuise au point que vous êtes moins agressif que d’habitude ?

    Rassurez-vous, ça ne s’entend pas : « Tous refusent, - sans oser le dire, car ils sont roublards et cachent bien leur jeu - »... effectivement vous n’êtes pas paranoïaque... ou si peu.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 septembre 2010 @19h08   « »

    @ Nathan
    Vous écrivez

    "Israël a parfaitement le droit de faire état d’une "question existentielle" puisque les antisionistes, notamment ceux de ce blog . . "

    comme si l’Israélien lambda lisait les "Nouvelles d’Orient" et forgeait son opinion en fonction de nos écrits.

    Et j’ajoutais que si le Mossad, le Shabak ou une autre officine de ce sinistre Etat avait le blog ’sous écoute’ - et vu les antécédents, à savoir liquider des gens rien qu’à cause de leur plume - on risquait effectivement gros.

    C’était de l’humour noire, mais j’aurais dû m’en douter : cela vous échappe totalement !

    Au fond, je ne vois pas très bien en quoi les opinions des antisionistes sur ce blog ou dans la ’vraie vie’ empêchent l’Etat d’Israël de se retirer sur ses frontières de ’67.

    Ne me dites pas que l’occupation, le vol d’eau, des terres et d’autres ressources, l’arrachage des oliviers, l’humiliation quotidienne de l’armée, la violence des colons, que tout cela est à cause de l’analyse que font une poignée d’antisionistes sur la nature intrinsèquement raciste de l’Etat juif. Tout cela, rien que pour nous confirmer nos idées !

    "J’affirme que d’une façon ou d’une autre, pratiquement tous les intervenant mettent en cause, d’une façon ou d’une autre, le principe même d’un Etat juif ou à majorité juive, vous inclus"

    Avec le risque de vous décevoir : je vous ai déjà écrit que les Juifs/juifs ne m’intéressent pas plus que cela, que je trouve la culture Mapuche beaucoup plus intéressante, que par conséquent, l’organisation politique et religieuse des Juifs/juifs m’intéressent autant que celle des Bamileké.

    Le Judaïsme ne m’inspire pas tellement, je n’apprécie pas les sonorités de l’Ivrit, le gefilte Fisch est nul, et franchement les mecs avec téfilines (même en cuir) me laissent totalement indifférente, donc arrêtez de penser que les Juifs/juifs sont le nombril du monde !!

    La seule et unique raison qui m’amène donc à m’intéresser aux Juifs/juifs est le fait qu’ils ont décidé d’installer leur Etat dans MON PAYS. Si des Juifs/juifs sont pour ou contre un Etat pour des raisons théologiques ou autres, cela m’est égal et je vous laisse débattre cela avec les autres membres de votre tribu.

    A propos de votre tribu, voilà quelques descendants péruviens des Incas, convertis au Judaïsme en exprès sous condition de peupler la Cisjordanie :
    - www.guardian.co.uk/world/200...
    - http://endirectdejerusalem.com/word...
    - http://endirectdejerusalem.com/word...

    Je suis sûre qu’ils sont beaucoup de chose à dire sur l’Holocauste, la ’question existentielle’, l’antisémitisme et j’en passe.

    PS. Je pense que si vous demandez à K, il vous dirait que les bombardements et les incursions israéliennes le dérangent uniquement parce que ce sont des Juifs. Que si c’étaient les Japonais ou les Wolofs, cela aurait tout changé !

  • permalien une bille :
    4 septembre 2010 @19h46   « »

    Et j’ajoutais que si le Mossad, le Shabak ou une autre officine de ce sinistre Etat avait le blog ’sous écoute’ - et vu les antécédents, à savoir liquider des gens rien qu’à cause de leur plume - on risquait effectivement gros.


    Un tour du monde des stations d’écoute - Les blogs du Diplo

    Justement, Deïr Yassin, le chauve à lunettes dans le bâtiment au nord est en train de lire votre message.

  • permalien K. :
    4 septembre 2010 @20h23   « »

    Je pense que si vous demandez à K, il vous dirait que les bombardements et les incursions israéliennes le dérangent uniquement parce que ce sont des Juifs. Que si c’étaient les Japonais ou les Wolofs, cela aurait tout changé !

    Tout à fait, un antisémitisme d’autant plus évident que, c’est archi connu ce truc, si c’était les Japonais ou les Wolofs il se précipiterait sous leurs bombes pour rejoindre le paradis d’Allah et ses x vierges.

  • permalien Noval :
    4 septembre 2010 @21h16   « »

    Il y a quelques jours, le Commissaire européen Karel De Gucht, était interviewé sur l’actuelle reprise des pourparlers de paix entre Israéliens et Palestiniens. Il affirmait alors qu’il ne fallait pas sous-estimer l’emprise du lobby juif sur la politique américaine dans le cadre des négociations en cours.

    Comme à l’accoutumée, le résultat fut quasi-immédiat ; Congrès Juif Européen en tête, suivi par tout ce que la vieille Europe compte comme mouvements pro-sionistes ont d’une voix d’une seule chanté à l’unisson cette sempiternelle rengaine qui veut que l’auteur de ces propos est un antisémite et que ses déclarations font partie d’une nouvelle vague d’antisémitisme en Europe .
    Ha ! et Ouf !

    Karel de Gucht n’a pourtant fait, ès-qualités de haut fonctionnaire européen, que rappeler une évidence très banale.
    Mais sans doute eut-il l’outrecuidance de dire tout haut ce que nombre de ses collègues pensent tout bas .

    On se demande décidément ce qu’il faut faire, dire ou ne pas dire, pour qu’une critique de l’Etat d’Israël ou du sionisme ne soit pas considérée, de cause à effet comme relevant de l’antisémitisme, ni ne classe son auteur dans la catégorie " racistes irrécupérables ". Quelqu’un a-t-il la réponse ?

  • permalien K. :
    4 septembre 2010 @22h05   « »

    David Cronin :

    La protégée de Blair, Catherine Ashton, a évidemment appris quelques trucs de passe passe du criminel de guerre qui se fait passer pour un envoyé de paix. En tant que chef de de politique étrangère de l’UE (« haute représentante » dans le jargon de Bruxelles), Ashton a diligemment propagé le mythe qu’elle et d’autres hauts responsables politiques européens ont encore une position équilibrée dans le traitement du conflit israélo-palestinien.

  • permalien Lou :
    4 septembre 2010 @22h14   « »
    Concours de la meilleure« Farce » à Washington,

    L’arbitre était un peu inquiète au départ,

    mais tout se passa bien après que M.A ait raconté sa meilleure farce qui fit bien rire :

    las ! celle de B.N. ne fut pas comprise et ne fit rire personne, il en fut si fort marri que l’arbitre le réconforta chaleureusement en lui promettant que c’était un coup pour rien.

    M.A. jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

  • permalien Alain J. :
    4 septembre 2010 @22h27   « »
    Israël, un Etat illégitime ?

    L’État d’Israël est un État illégitime, non pas du fait qu’il se veut un État juif. Il est légitime pour tout groupement humain de vouloir un État où sa communauté puisse se développer. Mais ce qui reste illégitime, et ce, pour la fin des temps, c’est de réaliser cet État au détriment de populations qui vivent sur les terres convoitées pour l’établissement dudit État. Voilà en quoi précisément l’État d’Israël est un État illégitime.

    Personne de raisonnable ne peut légitimer l’oppression des populations palestiniennes par le « droit à l’existence d’Israël ». L’État d’Israël peut légitimement exister, mais pas en Palestine, car des populations vivaient là, et la négation du droit à l’existence des Palestiniens sur leur terre est un crime contre l’humanité.

    La critique de l’existence de l’État d’Israël n’est donc pas la mise en question d’un État juif, mais c’est la mise en cause d’un État qui terrorise, opprime, extermine des populations pour voler leurs terres, leur eau, leur vie, leur futur en niant leur existence et leur droit à l’existence. Donc oui à un État juif, et non à un État qui opprime les Palestiniens pour leur voler la Palestine. Non à l’injustice.

    Et toute la brutalité de cet État d’Israël et de ses mensonges ne parviendra jamais à effacer cette injustice fondamentale. Je suis du côté de la justice, donc je ne peux pas ne pas être contre tout Israélien et tout partisan de cette injustice criminelle faite aux Palestiniens.

    Non, les Israéliens ne sont pas chez eux en Palestine, ils occupent et colonise la terre palestinienne, en opprimant des populations sans défense. Cette vérité est immortelle.

  • permalien Lou :
    4 septembre 2010 @22h32   « »

    Alain Gresh

    L’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger définissait ironiquement les principes de négociation du gouvernement israélien dans les années 1970 : « Si vous êtes d’accord avec eux à 95 %, c’est que vous êtes un dangereux antisémite. »

  • permalien michel :
    5 septembre 2010 @10h10   « »

    ALAIN J

    QUOI QUE VOUS PENSIEZ ISRAEL EST CHEZ LUI SUR SA TERRE.
    LE RESTE EST QUESTION DE NEGOCIATION.
    CECI EST UNE EVIDENCE SAUF POUR LES NEGATIONNISTES.

  • permalien Nathan :
    5 septembre 2010 @11h09   « »

    Deï Yassin : 4 septembre @19h08

    Avec le risque de vous décevoir : je vous ai déjà écrit que les Juifs/juifs ne m’intéressent pas plus que cela, que je trouve la culture Mapuche beaucoup plus intéressante, que par conséquent, l’organisation politique et religieuse des Juifs/juifs m’intéressent autant que celle des Bamileké.

    Mais je ne vous demande pas votre avis sur le judaïsme ou sur la culture juive religieuse ou traditionnelle. Moi non plus, ça ne m’intéresse pas plus que ça. Par contre, je me préoccupe de l’intégrité physique des juifs (israéliens), ce qu’on appelle leur sécurité. Par conséquent, je trouve que le souci de la "question existentielle" de la part des Israéliens est une préoccupation parfaitement légitime. Et je ne vois toujours pas en quoi votre hypothétique Etat binational à majorité non-juive serait capable de garantir la sécurité de sa minorité juive.

    Le fait de dire que "l’organisation politique des juifs ne vous intéresse pas" est un peu étonnante dès lors que dans votre Etat binational, juifs et Arabes sont censés cohabiter. Est-ce à dire que votre Etat bi-national consiste en deux entités politiques séparées ? Et comment peuvent-elles êtres séparées si elles sont entremêlées géographiquement ?

  • permalien gloc :
    5 septembre 2010 @11h33   « »

    Michel :

    QUOI QUE VOUS PENSIEZ ISRAEL EST CHEZ LUI SUR SA TERRE.
    LE RESTE EST QUESTION DE NEGOCIATION.
    CECI EST UNE EVIDENCE SAUF POUR LES NEGATIONNISTES.

    Ce qui entraine le postulat inverse :

    ISRAEL N’EST PAS CHEZ LUI HORS DE SA TERRE.

    Le négationnisme c’est nier le fait que ceux qui ont prôné, et qui prônent encore comme vous le faite ce genre d’imbécilité n’étaient pas des modèles d’humanisme.

  • permalien Nathan :
    5 septembre 2010 @11h38   « »

    Abbas à Ahmadinejad : "occupe-toi de tes affaires".

    "The one who does not represent the Iranian people, who falsified election results, who oppressed the Iranian people and stole authority has no right to speak about Palestine, its president or its representatives," Abbas spokesman Nabil Abu Rudaineh said about Iranian President Mahmoud Ahmadinejad."

    http://www.haaretz.com/news/interna...

  • permalien Bernard Gadoua :
    5 septembre 2010 @12h29   « »
    Abbas et Ahmaninedjab

    @Nathan

    C’est drôle de voir Abbas critiquer la légitimité de l’élection d’Ahmaninedjab alors que lui-même a tout simplement éliminer les élections. Son mandat étant échu depuis janvier 2009. Poutre et paille...

  • permalien Lou :
    5 septembre 2010 @14h34   « »

    Max Singer, co-fondateur de l’ Hudson Institute, c’est un institut US qui finance l’institut pour les stratégies sionistes (the Institute for Zionist Strategies) et ce monsieur écrivait le 17 juillet dernier :

    "Pour empêcher Obama de porter l’Amérique au-delà de sa vue différente du monde, Israël doit aider les Américains à reconnaître la voie dans laquelle Obama voit les choses différemment . Les vues de la plupart des Américains et de la plupart du monde politique américain sont beaucoup plus proches de la compréhension d’Israël sur les faits du Moyen-Orient que des perceptions d’Obama. Des actions israéliennes peuvent aider des Américains à reconnaître les conflits entre ce qu’ils croient et les politiques locales proposées par Obama. L’élément critique dans la politique d’Israël concernant les EU est le degré auquel Israël peut reconnaître, stimuler et obtenir le soutien des parties du système de la politique américaine qui ne partage pas les idées radicalement différentes sur le monde du Président Obama . Israël ne doit pas agir comme si les avis d’Obama détermineront nécessairement la politique des EU et il ne doit pas certainement pas supposer que les vues actuelles d’Obama domineront la politique américaine pendant des années.

    Israël a le pouvoir, s’il en a la fermeté, d’influencer le degré auquel Obama peut opérer le changement tectonique de la politique américaine qu’il voudrait faire. "

  • permalien Alain J. :
    5 septembre 2010 @14h41   « »

    Non Michel. Les Israéliens ne sont pas chez eux en Palestine. Ils ont volé et continuent de spolier la terre aux Palestiniens. Il n’y a rien à négocier avec des voleurs qui assassinent vos enfants, vos femmes et vous emprisonnent et vous affament. Tous les Israéliens doivent quitter la Palestine, et les Palestiniens rentrer chez eux.

    Ensuite à charge pour l’Europe et les États unis de financer un État juif sur une terre viable où aucune population ne sera spoliée. Une terre sans peuple pour un peuple sans terre. Mais ce n’est pas la Palestine. La Palestine n’était pas une terre sans peuple. Donc, installer un État juif en Palestine est depuis le départ un crime contre l’humanité, puisque le projet sioniste n’est plus « une terre sans peuple pour un peuple sans terre », mais il devient « débarrasser, nettoyer, le peuple qui habite la terre que l’on convoite pour un peuple sans terre ». Bien sûr, on ne débarrasse pas et on ne nettoie pas une terre de sa population, autrement que par la violence illégitime : le crime de masse.

    Le négationnisme consistant à nier les crimes contre l’humanité, je peux dire en toute logique que c’est vous qui participez du négationnisme. Moi, au contraire de vous, je condamne tous les crimes contre l’humanité, et donc celui fait aux Palestiniens. Et toute la propagande israélienne n’est que négationnisme qui consiste à faire croire qu’ils sont chez eux, et donc à scotomiser le crime fondamental du sionisme perverti.

    Mon propos n’a rien négationniste, il est au contraire la justice même.

    Oui, à un État juif, mais non à l’oppression des Palestiniens. La Palestine aux Palestiniens et un État juif, ailleurs qu’en Palestine, sur une terre sans peuple à spolier.

  • permalien K. :
    5 septembre 2010 @16h02   « »

    Qu’est-ce qui est derrière « l’accélération du boycott économique contre Israel » ?

    Personnellement je crois que les gens sentent très fort que s’ils ne font rien, non seulement la bestialité sera la “nouvelle normalité” de demain, mais que cette hyper-régression sera présentée comme la plus grande avancée spirituelle de l’histoire de l’humanité.

    Quant au dépité (les “rouge-verts”- sic- sont les responsables de cette “accélération”) Nehemia Shtrasler, il avance la thèse de la “déception” :

    (..)

    La marée anti-Israël a augmenté juste après l’Opération Plomb Durci, le monde ayant vu Israel bombarder Gaza en direct à la télévision. Aucune machine de relations publiques au monde ne pourrait expliquer la mort de centaines d’enfants, la destruction de quartiers et la misère qui touchent un peuple sous couvre-feu depuis des années. Ils n’ont même pas été autorisés à utiliser des vis pour construire des bancs d’école. Puis vint la flottille, avec des militants de paix de premier plan, qui s’est terminé par neuf morts, de l’huile sur le feu.

    Mais derrière la colère contre Israël se trouve une déception. Depuis la création de l’Etat, et avant, nous avons exigé des conditions particulières du monde. Nous avons joué sur leurs sentiments de culpabilité, motivés par leur immobilisme lorsque six millions de Juifs ont été assassinés.

    David Ben-Gourion nous appelait une lumière pour les nations et nous disions fièrement, nous, le petit David, aurons une position ferme et juste contre le grand méchant Goliath.

    Le monde a apprécié ce message et même, selon la presse étrangère, nous a permis de mettre au point la bombe atomique afin d’empêcher un second Holocauste.

    Puis vint l’occupation, ce qui a fait de nous le méchant Goliath, le cruel oppresseur, une sombre nation. Et maintenant nous payons le prix de nous être présenté comme justes et avoir déçu : le boycott.

  • permalien Yvan :
    5 septembre 2010 @16h52   « »

    Un message de paix comme seul Netanyahu sait en envoyer :

    France24 - Le général Yoav Galant devient chef d’état-major de l’armée

    Le général Yoav Galant est le courageux responsable de l’opération Plomb Durci.

  • permalien K. :
    5 septembre 2010 @21h10   « »
    Les dirigeants arabes "modérés" et les "valeurs occidentales"

    L’histoire a d’autant moins intéressé les MSM occidentaux que ce sont les “islamistes radicaux” qui défendent les “valeurs occidentales”.

    LE CAIRE — Le diplomate égyptien Mohamed ElBaradei, ex-patron de l’AIEA devenu l’opposant le plus en vue en Egypte, a accusé samedi les autorités d’avoir publié sur le réseau social Facebook des photos de sa fille en maillot de bain.

    Dans une déclaration au quotidien indépendant al-Dostour, le prix Nobel de la Paix 2005 a estimé que la diffusion de ces photos sur Facebook, reprises par certains journaux égyptiens, constituait la "seule réponse" que les autorités savaient apporter à ses prises de position politiques.

    "Une telle campagne représente la seule réponse (...) du régime à ceux qui réclament la démocratie", a dit M. ElBaradei.

    Les clichés montrent sa fille Laïla, avocate à Londres, en maillot de bain, et lors de son mariage où du vin est servi.

    La publication de telles photos en Egypte, pays où l’alcool est prohibé par l’islam et où de nombreuses femmes se baignent avec des vêtements recouvrant leur corps, est de nature à choquer dans une société conservatrice.

    Un haut dirigeant des Frères musulmans a toutefois affirmé que le principal groupe d’opposition en Egypte n’était pas intéressé par la vie privée de M. ElBaradei.

    "La défense des libertés et la promotion de la démocratie en Egypte sont plus importants que le bikini de la fille d’El-Baradei."

    Pour les Frères musulmans, il est fort probable que toute cette publicité autour de la famille d’El-Baradei soit une manœuvre des services de renseignement. Ils relèvent qu’il s’agit de ces mêmes services pour qui les droits de l’homme n’existent pas, ce qui est beaucoup plus grave que d’élire un homme dont la fille porte un bikini."

  • permalien Sans-culotte :
    5 septembre 2010 @21h47   « »

    Un papier pas inintéressant sur le site helvétique "Le Temps" à propos des déclarations de Thilo Sarrazin dont je parlais plus haut.

  • permalien Lou :
    5 septembre 2010 @22h41   « »

    actuellement sur France-Culture, Gilbert Achcar à propos de ce livre, Les Arabes et la Shoah : la guerre israélo-arabe des récits Gilbert Achcar Sindbad, 2009

    malgré le débit d’ Abdelwahab Meddeb, il parvient à s’exprimer.

    http://www.franceculture.com/emissi...

  • permalien K. :
    5 septembre 2010 @23h41   « »

    “God cried” de Tony Clifton et Catherine Leroy revu par James G. Abourezk :

    La sélection de photos de Catherine Leroy déplace le lecteur dans Beyrouth depuis le début du siège israélien durant l’été 1982, le départ de l’OLP et les massacres de Sabra et Chatila en Septembre [1983].

    C’est un document qui fera renaître la colère de ceux qui le lisent - colère face à la machine de guerre israélienne et tous ceux qui l’ont soutenue et ont trouvé des excuses pour le massacre horrible pratiqué sur les habitants de Beyrouth-Ouest.

    Bien que Clifton rend un hommage bien mérité à l’excellente photographie de Leroy, c’est sa prose remplie de passion et d’amertume qui porte le livre et le rend une lecture presque obligatoire pour quiconque s’intéresse au Moyen-Orient, ou, en l’occurrence, l’humanité.

    Clifton souligne un point important, avec lequel je suis d’accord, (..). Les massacres de Sabra et Chatila ne sont qu’un exemple des crimes commis par les Israéliens dans leur boucherie sauvagement inhumaine pendant tout l’été.

    Leroy a photographié et Clifton enregistré l’histoire de la famille Assaf d’une manière qu’il me sera impossible d’oublier. Un obus s’est écrasé dans la chambre des enfants dans le milieu de la nuit. Sa mère a trouvé sa file de onze ans Lina Assaf couchée par terre le sang coulant à flots de sa jambe arrachée. A côté d’elle, trempée de sang, se trouvait sa sœur de sept ans, Linda, criant hystériquement. Le traumatisme a emporté l’esprit de Linda et elle reste une infirme mentale à ce jour.

    Depuis, le Hezbollah a pris les armes.

  • permalien Sans-culotte :
    5 septembre 2010 @23h51   « »

    Ça ne serait pas plutôt la preuve - s’il en était encore besoin - du viol constant de l’espace aérien libanais ? En plus la résolution est pourrie, on ne voit rien, c’est nul !

  • permalien Deïr Yassin :
    6 septembre 2010 @00h25   « »

    @ Lou
    Merci beaucoup pour l’interview de Gilbert Achkar. Vous avez raison, qu’est-ce qu’il est pénible, Meddeb. Il adore sa propre voix, on dirait En tout cas, 50 minutes qui sont fortement recommandables à tous ceux qui nous bassinent avec l’antisémitisme du monde arabe. Encore un livre à absolument lire.

  • permalien Phosphore :
    6 septembre 2010 @03h57   « »

    Le chef de dipolmatie d’Israêl a prédit qu’il n’y aura pas d’accord en un an et même pas en une génération. De son coté Nabil Châat a reconnu que sans accord l’Autorité va disparaitre (s’ effondrer), pendant que Netanyahou insiste que la colonisation dans les territoires va reprendre.

    Enfin, les choses vont retrouver le cheminement qu’elles devaient avoir au lieu de toutes ces farces.

  • permalien vinileg :
    6 septembre 2010 @11h34   « »

    N’etes-vous pas lasses par cette sombre mascarade ?
    Pourquoi faut-il que les journalistes et le gouvernement americain nous laissent croire, une enieme fois, en une reelle volonte d’Israel de faire la place aux palestiniens. Cela a t’il jamais ete le cas ? Les palestiniens ont-ils jamais fait parti du projet israelien ? D’ailleurs comment cela serait-il possible ? Israel ne s’est il pas declare Etat juif ? Et cela n’est il pas en soit une definition dangereusement exclusive ?
    Il y a 2 voies possibles : 1. l’humanisme republicain qui vise a transcender une idee de l’homme par dela les ethnies. 2. le tribalisme qui fait valoir la force du puissant sur le faible. Je crains malheureusement que l’humanisme, qui nous vient des "lumieres" du 18eme siecle, n’est pas le vent en poupe. Aura t’il seulement sa chance ?

  • permalien Lou :
    6 septembre 2010 @22h07   « »

    L’analyse de Leïla Shahid, déléguée générale de Palestine auprès de l’UE

  • permalien mkk :
    7 septembre 2010 @10h51   « »

    M.Gresh,

    Je ne partage pas toutes vos analyses, mais elles ont le mérite de relever le niveau général du débat, et en l’état des médias français, vous méritez mes félicitations à plus d’un titre.
    Et je dois avouer attendre la 3ème partie de votre "été chaud". a ce sujet, quelques questions, si vous le permettez :
    1- conviendrez-vous que Zardari le corrompu a fait preuve de son immense incompétence et devrait être remplacé sans attendre par un duo composé par le général Kayani et le juge Chaudhry ?
    2- qu’il n’existe à ce stade aucune réflexion crédible quant à un projet politique en Afghanistan, de sorte à mettre fin à ce conflit perdu sur le plan militaire.("gagnez les coeurs"...quelle foutaise)
    3- que les pseudo négociations n’aboutiront jamais, aucune des deux parties n’ayant le courage politique d’aller in fine exposer à leurs peuples les vrais enjeux, en leur demandant de valider par référendum le renoncement à des thèmes exploités depuis un siècle par leurs propagandes respectives. Un bon ennemi vaut mieux qu’un mauvais ami !
    4- qu’en Iran, l’équilibre des pouvoirs entre les religieux (clergé chiite) et les militaires (pasdarans et bassidjis) continue de basculer en faveur des seconds, transformant la nature du régime et son influence dans la région.
    au plaisir de vous lire

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @13h54   « »

    L’élection de Gamal Moubarak semble nécessiter l’accord préalable d’Israël.

    Elliott Abrams n’est pas aussi certain que le pharaonet qu’il soit désormais possible d’étaler publiquement l’allégeance egyptienne :

    Selon Elliott Abrams, ancien conseiller de sécurité intérieure, à l’époque de l’ancien président George Bush, "le président Moubarak commet une erreur monumentale en se faisant accompagner par son fils".

    Il a ajouté dans des déclarations au journal égyptien almasry alyoum, que "la présence de Jamel dans la délégation égyptienne, alors qu’il n’occupe aucune fonction officielle, pourrait être perçue par un grand nombre d’Egyptiens comme une tentative d’imposer le fils du Président de force sur la scène politique internationale".

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @14h26   « »

    « Un membre éminent » du NDP, le parti du pharaonet, avait déclaré :

    ...n’importe quel futur président egyptien "doit d’abord recevoir l’aval des Etats-Unis et d’Israel"

    Mais pour un autre “membre éminent”, il n’est pas encore possible de dire publiquement ce genre de choses.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 septembre 2010 @15h07   « »

    @ mkk 7 sep 10h51
    Comme M. Gresh ne va probablement pas répondre personnellement à vos interrogations - ceci n’étant pas le but de son blog, je crois - je voudrais faire quelques remarques sur votre troisième point qui concerne le conflit israélo-palestinien, je suppose.
    Vous écrivez :

    "aucune des deux parties n’ayant le courage politique d’aller in fine exposer à leurs peuples les vrais enjeux, en leur demandant de valider par referendum le renoncement à des thèmes exploités depuis un siècle par leur propagande respective"

    Par paresse intellectuelle, cela est toujours plus commode de renvoyer les deux parties dos à dos mais vos propos sont quand même dû soit à une très grande méconnaissance historique soit à une volonté délibérée de désinformation.

    Si vous lisez les auteurs principaux du sionisme politique en commençant par Ben Gourion, vous savez qu’il ne s’agit pas d’une manque de courage politique.
    L’expansion territoriale au-delà des territoires accordées au futur Etat juif par l’ONU en 1947 - dans des circonstances qui furent très controversées et contraire à toute déontologie, si cela existe en politique - l’occupation en 1967 de la Palestine mandataire dans son ensemble, et la volonté d’aller encore bien plus loin pour certains courants, actuellement présent à la Knesset, tout ceci est inscrit dans l’idéologie sioniste même.

    Donc demander aux Palestiniens de faire des renoncements, alors qu’ils n’ont fait que cela depuis 1881, de parler d’un siècle de ’propagande respective’, cela est carrément indécent.
    La seule propagande présente depuis un siècle est celle mise en place par les sionistes, commençant par "une terre sans peuple pour un peuple sans terre", en passant par "l’agression des 5 armées arabes en ’48", "Israël ne fait que se défendre" alors que même des historiens israéliens s’accordent à dire que les guerres israélo-arabes furent toutes, à une exception près et encore, entamées par l’Etat hébreu.

    Le ’courage politique’ que vous demandez aux leaders palestiniens est de signer l’arrêt de mort d’un Etat palestinien digne de ce nom, mais en faisant cela ils signeront leur propre arrêt de mort.
    Le peuple palestinien est très conscient, politiquement, et il n’a pas besoin que ses leaders lui expliquent quoi que ce soit car depuis 1881 il a eu largement le temps de comprendre ce qui n’est pas bon pour lui.

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @17h50   « »

    Rami G. Khouri : « ....un spectacle d’horreur »

    (..)

    Il serait difficile de trouver deux autres pays dans le monde qui aient autant dilapidé leurs énormes ressources potentielles, humaines, politiques, culturelles et économiques , que l’Egypte et la Libye au cours des quatre dernières décennies.

    Sa petite population talentueuse, ses ressources en eau et en terres, et ses immenses richesses pétrolières devraient permettre à la Libye de devenir une locomotive économique modèle.

    L’Egypte – l’étonnante, dynamique, puissante Egypte ! – était le chef de file respecté du monde arabe dans de nombreux domaines lors des premiers trois quarts du 20e siècle, faisant parfois l’histoire et pesant de son poids dans les enceintes internationales comme les Nations unies et le Mouvement des pays non-alignés. Mais c’était il y a longtemps. Dans les quelques dernières décennies, l’Égypte a succombé aux conséquences corrosives, engourdissantes, de la concentration du pouvoir d’Etat entre les mains d’une petite élite qui maintient son monopole sur les prises de décision en raison du soutien de fer des services de sécurité (et des principaux gouvernements étrangers).

    (..) C’est (..) un spectacle d’horreur réel et permanent qui est reproduit dans de nombreux autres pays arabes...

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @18h19   « »

    Mohamed ElBaradei, appelle au boycott des prochaines élections et préconise la désobéissance civile si des réformes ne sont pas adoptées par le gouvernement egyptien.

    Le boycott aurait peu de chances d’être suivi, vu que l’actuel courant dominant, “conservateur”, des Frères Musulmans, parti d’opposition le mieux organisé d’Egypte, voudrait éviter toute confrontation avec le pouvoir.

    Les Frères Musulmans montrent, une fois de plus, que la désaliénation des populations arabes ne passera pas par eux.

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @18h53   « »

    Avoir le “courage” de faire des “concessions” aux Israéliens ?

    ... le nombre de colons israéliens en Cisjordanie - à l’exclusion de la région de Jérusalem, la plus grande colonie de tous - qui avait augmenté jusqu’à 112.000 en 26 ans, depuis le début de l’occupation jusqu’en 1993, a doublé en six ans entre 1994 et 2000, année où le processus d’Oslo a connu une fin explosive, et a augmenté pour atteindre 305.000 depuis lors. Dans le même temps, [l]es cabinets [israéliens] successifs ont construit le mur de séparation, répondant ainsi à la lettre à la vision du Mur de Fer de Jabotinsky.

    Oslo était basé sur des calculs contradictoires. Les dirigeants d’Israël semblent avoir essayé de vérifier si les Palestiniens sont « des sortes d’idiots qui peuvent être trompés par une formulation adoucie de nos objectifs, ou une tribu de grippe-sous qui abandonneront leur droit natal en Palestine pour des gains culturels et économiques. » Face à l’échec de cette croyance, ils ont augmenté leur répression des Palestiniens - en vain.

  • permalien K. :
    7 septembre 2010 @20h59   « »

    Paul Woodward est terrible :

    ..24% [des ados israéliens juifs] ont dit qu’ils refuseraient de faire leur service militaire en Cisjordanie.

    Cela reflète-il une opposition contre l’occupation ? Je ne le crois pas. Plus probablement c’est simplement et essentiellement une autre expression d’une aversion pour les Palestiniens.

  • permalien Lou :
    7 septembre 2010 @22h17   « »
    Les bateaux ,eux, avancent

    "La mère de toutes les flottilles"

    Tsahal sur le qui-vive. L’armée d’Israël se prépare à faire face à "la mère de toutes les flottilles". Il s’agit d’une vingtaine de bateaux, bien décidés à mettre le cap sur la bande de Gaza le mois prochain. Cette flottille a été organisée par une coalition d’ONG d’Europe et des Etats-Unis, dont un groupe qui se fait appeler "Les Juifs européens pour une paix juste".

    "Nous espérons que cette flottille sera deux fois plus grande que la dernière, avec au moins une douzaine de navires et plus d’un millier de personnes", confie Dror Feiler, musicien Israélo-suédois vivant à Stockholm, et organisateur de l’opération.

    Les media ordinaires de la presse française seront aussi sur le qui-vive.
    Comment faire entrer cette flottille dans le schéma binaire classique , avec un Israélo-suédois et "Les Juifs européens pour une paix juste" qui vogueront solidairement avec des Turcs ?

    Le rassemblement autour de ce nouvel effort pour forcer le blocus de Gaza compte dans ses rangs l’IHH turque et le Mouvement de libération de Gaza déjà présents en mai. Leurs revendications : "une abolition complète et immédiate du blocus".

  • permalien Francis Vanden Berghe :
    8 septembre 2010 @10h41   « »

    Des dizaines d’ années de ,,négotiations’’, et toujours plus d’occupation Israelienne. Gagner du temps, créer des faits accomplis, voilà la politique de l’état juif. Paradoxalement, cet état est en train de se détruire en continuant les ,,settlements’’ : cela rend la solution des ,,deux états’’ impossible, et détruira enfin le ,,caractère juif’’ d’Israel (si l’état juif ne procède pas à un autre ,,nettoyage ethnique en chassant la population arabe).

  • permalien Shirin :
    8 septembre 2010 @11h58   « »

    Seul un demeuré pourrait en effet croire à cette mascarade ! Qu’est ce qu’il y aurait donc à négocier ? Négocier avec qui ? Voudrait-on que des Arabes chez eux depuis des millénaires aillent négocier avec des Russes, des Polonais, des Hongrois, etc. qui ont décrété être chez eux au Moyen-Orient et ne cessent depuis plus d’un siècle de piller les biens des autochtones, de les massacrer et les martyriser ? Si des squatters s’installaient chez vous, iriez-vous négocier avec eux vous ? Abbas et sa clique est le Pétain palestinien, Abdallah et Moubarak ne sont que des marionnettes des Occidentaux et de sombres tyrans, Obama et ses valets européens ne sont que des pantins dans les mains de la mafia sioniste. Tout ceci n’est qu’une face tragique comme vous le dites.

  • permalien K. :
    8 septembre 2010 @15h29   « »

    Un article intéressant sur Marwan Barghouti.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 septembre 2010 @16h53   « »

    @ K
    Concernant l’article sur Marwan Barghouti de Gilles Paris.

    C’est peut-être à cela que servent les études d’opinion du "Palestinian Center for Policy and Survey Research’ (PCPSR) dont j’ai connu les ramifications plus que douteuses grâce à vous et l’existence de ce NED très troublant. A discréditer le personnage le plus estimé par les Palestiniens (et je tiens à dire qu’il n’est pas mon choix premier) !

    J’ai toujours eu un sentiment ambigu en lisant le blog de Gilles Paris. Il prend rarement position, ce qui dans le cas du conflit israélo-palestinien est de prendre position en soi, il ajoute souvent des liens vers des sites et cite des personnes que je n’apprécie pas, mais ici il fait très fort.

    - Il cite Khalil Shikaki, le directeur du PCPSR dont je me méfie dorénavant.
    - Il envoie vers the NEFA Foundation créée après le 9/11 pour ’contrer le terrorisme’ ou dans le genre.
    - Il envoie vers MEMRI, et rien que cela vaut toute ma méfiance.

    Marwan Barghouti est très apprécié par beaucoup de monde, aussi loin du FATAH, pour toujours avoir prôné et les négociations et les actions militaires, et je fais plus confiance à ces gens qu’un historien français, Legrain. Après, des années de prison peuvent lui avoir changé/retourné . . .

    Est-ce que Gilles Paris est employé par le NED ? ;-( Est-ce qu’il écrit pour écrire ? Qui a l’intérêt de délégitimer Marwan Barghouti ?

  • permalien Yasmina :
    8 septembre 2010 @17h15   « »

    K. :
    8 septembre @15h29 « 
    Un article intéressant sur Marwan Barghouti.

    K. :
    5 septembre @22h53 «  »

    @ Deir Yassine :

    Vous êtes certaine que le “Palestinian Center for Policy and Survey Research” est sérieux ?

    Personnellement je n’en sais rien, mais ce qui me gêne c’est que ce centre est financé par le “national endownment for democracy”.

    Deïr Yassin :
    5 septembre @21h56 «  »
    En cas que Barghouti serait éligible il les remporterait avec 65% contre Haniyeh avec 29,7

    peut etre qu’Israel veut maintenant le liberer pour en faire son prochain interlocuteur et passer un marché avec lui ???? Une sorte de plan B en reserve ? Abbas trop fade, le Hamas trop decrié au moins Barghouti a la légitimité, une legitimité non par des elections ou genealogiques mais une legitimité patriotique et combattante aupres des palestiniens car est legitime aux yeux des Palestiniens( et de tous les peuples colonisés en general) celui qui dirige le combat contre leur ennemis.

    Qu’en pensez vous ? D’autant plus que Israel ne l’a pas liquidé comme les autres ?

    la legitimité, c’est ce qui permet aux peuples et individus d’accepter, sans contrainte excessive, l’autorité d’une institution, personnifiée par des hommes et considérée comme porteuse de valeurs partagées.

    Amin Maalouf

  • permalien Yasmina :
    8 septembre 2010 @17h29   « »

    J’ai toujours eu un sentiment ambigu en lisant le blog de Gilles Paris. Il prend rarement position, ce qui dans le cas du conflit israélo-palestinien est de prendre position en soi, il ajoute souvent des liens vers des sites et cite des personnes que je n’apprécie pas, mais ici il fait très fort.

    Oui Tout à fait Deir Yassine. c’est ce que je pense aussi. .

    Je ne met pas en doute le patriotisme de Barghouti. Mais je me pose des questions.

  • permalien Nathan :
    8 septembre 2010 @17h39   « »

    Si j’ai bien lu le billet de Gilles Paris, c’est Jean-François Legrain, par ailleurs contributeur du Monde Diplo, qui considère que Barghouti "flotterait un tantinet dans le costume qui lui est taillé".

0 | 100

Ajouter un commentaire