Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Henning Mankell persiste et signe

Henning Mankell persiste et signe

jeudi 21 octobre 2010, par Alain Gresh

Le dernier roman de l’écrivain suédois de romans policiers Henning Mankell sort ces jours-ci en librairie (L’Homme inquiet, Le Seuil). Il s’est rendu célèbre en racontant depuis vingt ans les aventures du commissaire Kurt Wallander et en dévoilant, à travers lui, la face cachée de la Suède : misère sociale, racisme, inégalités...

C’est donc un écrivain engagé, comme l’a montré sa participation à la flottille pour Gaza, en mai 2010. Il a raconté son aventure dans plusieurs publications : « L’intervention israélienne racontée par Henning Mankell », dans le quotidien Dagens Nyheter, reproduit par Courrier international, 3 juin 2010 ; et, longuement, dans un texte reproduit par Libération, « Henning Mankell : récit de l’écrivain embarqué » (5 juin 2010).

Libération (21 octobre) revient sur la sortie du livre et lui demande s’il a le moindre doute sur le sens de son action :

« Je pense qu’à notre petite mesure nous avons changé le monde. On ne peut pas dire que c’est un succès, car des personnes sont mortes. Mais Israël a montré une face arrogante en commettant ce qu’on ne peut appeler qu’un acte de piraterie dans les eaux internationales. Et cela a montré au monde une chose qui le rend terrifiant : comment un peuple opprimé peut aisément devenir un peuple oppresseur. »

A l’époque, il déclarait qu’il voulait interdire ses livres en Israël :

« J’ai réagi comme ça pour montrer ma colère, mais c’était symbolique. Jamais je n’aurais fait ça. »

L’écrivain affirme sa certitude :

« Je suis né la même année qu’Israël. J’ai grandi et vécu avec ce conflit. Ce que l’on voit là-bas est bien le fantôme de l’apartheid. Cette histoire est le symbole du fait qu’aussi longtemps qu’un homme n’est pas libre en ce monde, personne ne l’est. »

L’écrivain a raison de rappeler que la flottille a réussi là où les déclarations de l’Union européenne et des Etats-Unis sur la levée du blocus n’ont rien obtenu : Israël a été contraint de reculer, une preuve supplémentaire que les pressions peuvent donner des résultats.

Dans le même temps, ne surestimons pas ce qui a été fait : le blocus se poursuit (même si le terminal de Rafah est désormais ouvert). Avant le blocus, le nombre moyen de camions se rendant chaque mois à Gaza était de 12 350, soit 400 par jour. Au mois de juillet 2008, ce nombre était tombé à un millier, avant de s’effondrer en novembre à… 23 camions ! Au printemps 2010, il en passait 2 500 par mois, soit moins du quart des besoins estimés. En juillet 2010, suite à l’assouplissement, ce chiffre grimpait à 4 000, bien moins qu’avant le blocus. Sur la situation la plus récente, on pourra lire le rapport de l’Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (Nations unies) entre le 29 septembre et le 5 octobre (PDF). 

Enfin, signalons l’envoi de l’universitaire Juan Cole du 20 octobre qui montre comment les talibans israéliens brûlent des écoles de filles en Cisjordanie sans soulever la moindre protestation en Occident (« Israeli Taliban Torch Palestinian Girls’ School, Destroy Olive Trees »).

P.S. : C’est évidemment tout à fait par hasard que dans les trois pages qu’il consacre à Mankell dans Le Nouvel Observateur du 21 octobre, Serge Raffy oublie totalement d’évoquer les prises de position de l’écrivain sur Gaza.

25 commentaires sur « Henning Mankell persiste et signe »

  • permalien Noval :
    21 octobre 2010 @18h10   »

    Lorsque le Prix Nobel de littérature 2010 s’exprime sur Israël :

    http://questionscritiques.free.fr/e...

  • permalien
    21 octobre 2010 @18h52   « »

    Même point de vue pour le quotidien populaire à grand tirage Yédiot Aharonot, qui qualifie M. Netanyahou de « torpilleur » dans un éditorial de Shimon Shiffer.
    Les médias israéliens accusaient mardi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de saboter le dialogue de paix en proposant aux Palestiniens de troquer un gel de la colonisation en Cisjordanie contre leur reconnaissance d’Israël comme « État-nation du peuple juif ».

    « Prix imbattable pour le judaïsme », titre ironiquement Akiva Eldar dans un éditorial du quotidien de gauche Haaretz.

    « Notre premier vendeur a inventé cette astuce de l’État juif (...) Ça se vend bien à Mahané Yéhouda », marché populaire de Jérusalem et fief de la droite israélienne, écrit-il.

    Un moratoire sur les nouvelles constructions en Cisjordanie s’est achevé le 26 septembre, dont les Palestiniens exigent le renouvellement pour poursuivre les pourparlers de paix avec Israël engagés le 2 septembre à Washington.

    « Bibi (surnom de M. Netanyahu) est loin d’être naïf et sait pertinemment qu’en demandant à Mahmoud Abbas (le président palestinien) de reconnaître Israël comme l’État-nation du peuple juif, il lui offre un suicide politique assisté », ajoute l’éditorial de Haaretz.

    « Il s’agit d’une manoeuvre majeure de diversion » dit-il encore, estimant qu’il s’agirait d’un marché de dupes pour les Palestiniens, qui, s’ils l’acceptaient, renonceraient ipso facto au droit au retour en Israël des réfugiés palestiniens, « un atout trop précieux » pour eux.

    Même point de vue pour le quotidien populaire à grand tirage Yédiot Aharonot, qui qualifie M. Netanyahou de « torpilleur » dans un éditorial de Shimon Shiffer.

    « Il cherche tous les moyens possibles pour coincer les Palestiniens dans une position de refus », écrit-il.

    « Implicitement, cela signifie qu’il va faire tout son possible pour torpiller les négociations avec les Palestiniens à leur stade actuel », ajoute-t-il.

    « Manœuvre tactique dans les négociations, ou changement drastique ? » de M. Netanyahou, se demande pour sa part le journal Maariv (centre-droit). Et de répondre en soulignant que « comme prévu, les Palestiniens se sont empressés de refuser l’offre en la qualifiant de nouvel obstacle aux efforts de paix ».

    Selon Maariv, cette offre inacceptable pour les Palestiniens, ne l’est pas davantage pour les colons de Cisjordanie, qui la considèrent comme « un dangereux zigzag et une capitulation » aux exigences palestiniennes.

  • permalien Sébastien Fontenelle :
    21 octobre 2010 @19h10   « »

    « C’est évidemment tout à fait par hasard que dans les trois pages qu’il consacre à Mankell dans Le Nouvel Observateur du 21 octobre, Serge Raffy oublie totalement d’évoquer les prises de position de l’écrivain sur Gaza. »
    Évidemment.

  • permalien Shiv7 :
    21 octobre 2010 @19h21   « »

    Oh la-la Monsieur Gresh.
    Il faut s’attendre à des vives attaques,..

    A si M. Gresh le dit..

    Vous prendriez pour A.G. ?

    Sinon coté délation, c’est plus fort que vous, sans doute une nostalgie de l’école enfantine..

    Ceci étant si on se donne la peine de lire l’article de J.C. :

    The world reacts in horror when the Taliban in Afghanistan torch girls’ schools. But Israeli squatters just set fire to the store room of a Palestinian girls’ school, and the whole school would have gone up in flames if that warehouse had not been near a water main. The Israeli illegals left behind graffiti saying ‘regards from the hills.’

    Il apparait que le mot taliban à été utilisé juste pour montrer que les Israéliens aussi brulent des écoles et non pas pour faire une assimilation entre l’intégrisme juifs et Pashtoune comme vous le dites :

    le mot "Taliban" pour désigner les Judéo-fascistes illuminés de Torah et de Talmud.

    Dans tout l’article de J.C. il n’est jamais question de Judéo-fascistes illuminés de Torah et de Talmud mais de squatters.

    Votre lecture démontre une fois de plus vos phobies, il est inutile d’interpréter vos arrières pensées, il suffit de vous lire..

    Pour le reste, si vous pouviez cesser vos gamineries (Nathan ne vous suffit pas ?), ça m’arrangerais ainsi que certainement les autres intervenant de ce blog.

    Merci

    PS. En outre que cela soit A.G. ou J.C. ou tout autres qui se complairait à utiliser le mot taliban (faut bien vendre ou se faire lire..) comme synonyme d’intégriste, ne changera pas ce que je penses sur la question(contre productif pour la liberté Afghane) et dont je me suis déjà suffisament expliqué .

  • permalien K. :
    21 octobre 2010 @19h47   « »

    Normalité sioniste : Qui n’appelle pas jour la nuit est un psychopathe.

    JÉRUSALEM, le 20 octobre 2010 (IPS) - Un ancien capitaine de l’aviation israélienne, précédemment un ardent sioniste qui a perdu plusieurs membres de sa famille dans l’Holocauste, a été qualifié de psychopathe et dénoncé par de nombreux Israéliens pour la position morale qu’il a prise contre l’occupation israélienne.

    Yonatan Shapira, 38 ans, a été limogé de son poste, agressé verbalement en public, soumis à des menaces de mort dans les commentaires de lecteurs de journaux, appelé traître par de nombreux Israéliens, faussement accusé d’avoir agressé des forces de sécurité israéliennes, et interrogé par l’agence des services secrets nationaux d’Israël, le Shin Bet.

  • permalien Deïr Yassin :
    21 octobre 2010 @20h16   « »

    @ Shiv7

    "Il apparaît que le mot taliban a été utilisée juste pour montrer que les Israéliens aussi brulent des écoles et non par pour faire une assimilation entre intégrisme juifs et Pashtounes comme vous le dites"

    - Qui à part vous s’obstine à parler de Pashtounes ??

    - Donc vous croyez que Juan Cole ou Alain Gresh utilise le mot ’Taliban’ pour désigner des gens qui brulent des écoles ? Perso, je ne savais même pas que les Talibans brulaient des écoles. Et le destruction des oliviers dont il est question - dans le titre même. Les Talibans détruisent les oliviers aussi. Je n’en savaient même pas qu’il en avait en Afghanistan.

    Vous croyez qu’ils l’utilisent pour remplacer ’squatters’ ? Parce que les Talibans sont des squatters ?

    Pour ce qui est de gaminerie, je vous fais savoir que je n’ai JAMAIS commenté aucun de vos posts ici - qui ne concernent rarement les sujets qui m’amènent à blogguer ici - je me suis contentée de répondre à vos multiples commentaires sur mes posts.

    Des commentaires où vous détournez mes phrases, en les coupant et découpant sur fond blancs pour les faire dire ce que j’ai jamais dit. Votre analyse complétement farfelu de mon utilisation du mot "Taliban’ est encore un exemple. Quand vous réitérez les mêmes ’analyses’ malgré mon explication - l’utilisation de ce mot pour désigner l’intégrisme juif - je réponds voilà tout.

    Quand Monsieur Gresh utilise le mot dans exactement le même sens, quoi de plus normal que de le souligner. Mon utilisation de ce mot vous a quand même amené à faire une analyse à deux balles de mes arrières-pensées.

    La première fois que vous m’avez écrit vous avez voulu savoir plus sur mon parcours pour en faire ’un cas d’école’. Eh bien, vous en êtes un, vous aussi !

  • permalien Deïr Yassin :
    21 octobre 2010 @22h37   « »

    @ Nathan 21h30
    "Ils n’ont même pas un peu de reconnaissance à l’égard du pays d’accueil comme si celui-ci leur était redevable de quelque chose. C’est peut-être aussi pour ça que de plus en plus d’Européens en ont marre"

    dit notre juif franco-polonais en parlant des musulmans.

    La preuve éclatante que l’antisémitisme de hier est l’islamophobie d’aujourd’hui, et les interventions de Nathan confirment le rôle prépondérant que les Juifs y jouent.


    Pour Malmö, une ville jumelée avec Copenhague - les gens vivent souvent dans une ville et travaillent dans l’autre - j’ai quelques proches qui y vivent, j’y vais régulièrement, mais j’ai dû rater des infos dont a accès notre Islamophobe-No-One.

    Pour ce que je sais, la très, très grande majorité des musulmans de Malmö ne sont pas d’origine arabe, mais turque, kurde, somalienne, pakistanaise, des Balkans.
    Les Palestiniens et les Irakiens forment de loin les communautés arabes les plus importantes, et contrairement à ce que laisse entendre le Moule-Frites ils n’ont pas fuit les dictatures arabes. Non, leur présence à Malmö est dûe à l’occupation JUIVE et OCCIDENTALE de leurs terres.

  • permalien Noval :
    22 octobre 2010 @10h12   « »

    Force est de constater qu’aucun, mais alors vraiment aucun, grand écrivain à travers le monde, nobelisé ou pas, n’a à l’époque contemporaine apporté une quelconque caution morale ou intellectuelle au sionisme.

    Bien au contraire ! De José Saramago à Harold Pinter en passant par John Berger (liste non limitative), nombreux sont ceux qui à travers leurs oeuvres et prises de position ont résolument combattu les affres et impasses de cette idéologie.

    Quoi de plus normal ...

  • permalien
    22 octobre 2010 @11h32   « »

    @ Nathan 21h30
    "Ils n’ont même pas un peu de reconnaissance à l’égard du pays d’accueil comme si celui-ci leur était redevable de quelque chose. C’est peut-être aussi pour ça que de plus en plus d’Européens en ont marre"

    @ alain soral, 2004 : "Quand avec un Français, Juif sioniste, tu commences à dire “y a peut être des problèmes qui viennent de chez vous. Vous avez peut-être fait quelques erreurs. Ce n’est pas systématiquement la faute de l’autre, totalement, si personne ne peut vous blairer partout où vous mettez les pieds.” Parce qu’en gros c’est à peu près ça leur histoire, tu vois. Ça fait quand même 2500 ans, où chaque fois où ils mettent les pieds quelque part, au bout de cinquante ans ils se font dérouiller. Il faut se dire, c’est bizarre ! C’est que tout le monde a toujours tort, sauf eux."

    felicitation nathan, tu t’es hissé à la hauteur d’un très grand intellectuel dissedent...

  • permalien Dedieu :
    22 octobre 2010 @20h38   « »

    Bonjour, désolé de faire du hors sujet, mais je voudrais partager ceci.
    J’avais lu, si ma mémoire ne me joue pas des tours, que monsieur Alain écrivait qu’il était "problématique" de lire au sujet du hamas des écrits "palestiniens". C’est un texte ancien probablement monsieur Alain aura été éclairé depuis. Il existe de nos jours un site francophone où il est possible de lire ces paroles http://www.palestine-info.cc/fr/def... et plus particulièrement une série de texte "Hamas : Son histoire de l’intérieur" http://www.palestine-info.cc/Fr/def... .
    Je suis de tradition paysanne charentaise et chrétienne.

  • permalien manu_nadia@yahoo.com :
    22 octobre 2010 @22h09   « »

    Le sionisme fait tant de ravages parmi les juifs occidentaux que certains de ceux-ci non seulement cautionnent, voire orchestrent les campagnes islamophobes, mais ont aussi dénoncé , sur des blogs comme ceux de Yahoo, la présence des Roms en Europe , tenu des propos injurieuz à l’encontre de ces derniers et demandé avec véhémence que l’on s’abstienne de dresser un parallèle entre l’Holocauste et le massacre d’un demi million de tsiganes qui a été perpétré par les Nazis. Cette attitude est réellement affligeante et témoigne de l’influence pernicieuse que les nationalismes et le communautarisme exacerbés peuvent avoir sur les esprits.

    Si les grands écrivains contemporains ont, dans leur immense majorité, pris position contre la politique israelienne , c’est tout simplement parce qu’ils sont honnêtes et intelligents et parce qu’ils refusent de céder au chantage du lobby sioniste ( ``tu attaques Israel, donc tu cautionnes l’Holocauste et tu n’est qu’un horrible antisémite`` ou lorsque la critique vient d’un juif,`tu n’est qu’un traître, un juif honteux``). Malheureusement rares sont ceux qui ont ce courage.
    Manu

  • permalien Wydadi :
    23 octobre 2010 @13h50   « »

    La Hasbara a manifestement de plus en plus de mal à faire passer sa démagogie victimaire :

    http://www.oumma.com/Les-soldats-is...

  • permalien K. :
    23 octobre 2010 @14h47   « »

    Lors de la dernière Assemblée générale annuelle de l’ONU concernant l’examen des situations des droits de l’homme à travers le monde, Richard Falk, rapporteur des droits humains au sein de cette institution, nous donne un aperçu du monde merveilleux de Ban Ki Moon :

    Quand l’ONU ne réagit pas aux interdictions d’Israel de visite de ses représentants dans les territoires occupés pour y enquêter sur des crimes de guerre, ce n’est pas seulement l’impunité d’Israel qui est encouragée, mais également « le manque de volonté politique au sein de l’ONU de prendre au sérieux les obligations du droit international, ou même sa propre charte. »

  • permalien Orangerouge :
    23 octobre 2010 @17h10   « »
    Boycottons les diamants

    http://www.info-palestine.net/artic...

    La plupart ne savent pas qu’Israël est un des premiers producteurs mondiaux de diamants taillés et polis.

    Comme les diamants ne sont pas normalement identifiés, les consommateurs ne peuvent pas faire la distinction entre un diamant israélien et un diamant taillé en Inde, en Belgique, en Afrique du Sud ou ailleurs.

    L’industrie mondiale du diamant et les gouvernements alignés, notamment ceux de l’Union européenne, ont berné les consommateurs en leur faisant croire que le commerce des diamants a été débarrassé de ceux qui financent les violations des droits humains, malgré une réalité étonnamment différente.

    Israël, qui est accusé de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité, de nettoyage ethnique, de génocide, du crime d’apartheid, d’exécutions extrajudiciaires dans le territoire et à l’extérieur de celui qu’il contrôle ainsi que d’infractions graves et persistantes des conventions de Genève - est le principal exportateur mondial de diamants (voir graphique 1 ci-dessous).

    Des sociétés israéliennes importent des diamants bruts pour la taille et le polissage, leur ajoutant une valeur considérable pour les exporter ensuite via les centres de distribution à Anvers, Londres, New York et Mumbai.

    Si Liliane ou Naomi passent par ici ... on sait jamais ...

  • permalien JP :
    24 octobre 2010 @05h16   « »

    Je vous ai écouté avec le plus grand intérêt dans une émission de Radio Orient dans laquelle vous étiez interrogé avec votre confrère Charles Enderlin, j’ai toutefois bondi devant une de vos affirmations qui si je l’ai bien comprise me semble tout à fait erronée. Vous y disiez je crois que dans le conflit de la Palestine deux peuples de sensiblement la même taille étaient en présence.
    D’après ce que je crois savoir les "israéliens" juifs seaient 5 526 548 soit bien moins que les Palestiniens qui seraient 8 548 175, qui se décomposent comme suit :
    - "Israéliens" non juifs : 1 707 153
    - Palestiniens de West Bank : 2 407 681
    - Pajestiniens de Gaza Strip : 1 551 859
    - Palestiniens réfugiés en Jordanie : 1 983 733
    - Palestiniens réfugiés au Liban : 425 640
    - Palestiniens réfugiés en Syrie : 472 109
    On est donc très loin de deux peuples de taille équivalente...

  • permalien Ph. Arnaud :
    24 octobre 2010 @09h50   « »

    A JP

    Les deux peuples sont effectivement équivalents en taille : dans le cadre d’un accord de paix, il est impensable que les Israéliens consentent à inclure d’autres Palestiniens (parmi lesquels vous omettez tous ceux qui se trouvent dans les autres pays arabes, en Europe, en Amérique du Nord et en Océanie).

    Le jeu ne se joue qu’avec les Palestiniens de nationalité israélienne, ceux de Cisjordanie et ceux de Gaza, qui ne sont, au total, que 5 666 693, soit un nombre équivalent aux juifs.

  • permalien Lou :
    24 octobre 2010 @10h13   « »

    le lien de l’émission de Radio Orient avec Alain Gresh et Charles Enderlin

  • permalien JP :
    24 octobre 2010 @10h38   « »

    Ph. Arnaud :
    24 octobre @09h50
    (...)

    Libre à vous d’acheter la propagande sioniste, je m’y refuse pour ma part. Il n’y a aucune raison démographique objective de ne pas comptabiliser les réfugiés palestiniens sauf à les considérer comme des fantômes comme le voudraient bien évidemment certains. Si je n’ai pas cités ceux d’égypte ou d’Arabie saoudite par exemple, c’est qu’ils ne sont pas très nombreux d’une part et que d’autre part pour ceux qui vivent en Arabie saoudite ou dans les émirats et a fortiori en Europe et aux USA il s’agit plutôt de personnes qui ont acquis un bon niveau social dans leur pays d’accueil et que l’on imaginerait assez mal vouloir retourner vivre en Palestine. S’agissant des "israéliens" juifs, on pourrait en outre noter que 32,9% soit 1 818 234 ne sont pas nés au Moyen Orient, et que s’il fallait comptabiliser ceux qui ont une ascendance réelle palestinienne (antérieure aux années 1880) ils ne devraient pas être vraiment nombreux pour le moins que l’on puisse dire...
    Enfin tout cela pour dire que dans la démographie, la politique et a fortiori la propagande n’ont pas leur place, il s’agit jusqu’à preuve du contraire d’une discipline scientifique !

  • permalien JP :
    24 octobre 2010 @10h51   « »

    Lou :
    24 octobre @10h13 «  »
    le lien de l’émission de Radio Orient avec Alain Gresh et Charles Enderlin

    En effet merci !

    PS : Les Egyptiens me pardonneront d’avoir omis ci-dessus une majuscule à leur pays, désolé...

  • permalien Deïr Yassin :
    24 octobre 2010 @12h19   « »

    Quand on parle de deux peuples de plus ou même la même taille, cela est le plus souvent en incluant la diaspora de deux peuples, juif et palestinien.
    Rien qu’au Chili se trouvent 400.000 personnes d’origine palestinienne, la plus grande communauté hors du MO.

    Que les Israéliens le consentent ou pas, les Palestiniens qui ont gardé ’un lien’ avec la région, sont inclus par la résolution 194 sur le retour des réfugiés.

    Ceci dit, je ne sais pas si Gresh a fait référence aux Juifs et Palestiniens dans le monde, ou Israéliens (incluant les Palestiniens de nationalité israélienne) et Palestiniens sur place dans la Palestine mandataire.

  • permalien JP :
    24 octobre 2010 @16h58   « »

    Je précise que dans les chiffres que je cite plus haut, il n’est pas question de "diaspora", j’ai repris les chiffres des réfugiés palestiniens qui ont ce statut officiellement reconnu par l’UNRWA

  • permalien Noval :
    26 octobre 2010 @17h28   « »

    Si Henning Mankell n’a pas été massacré, il le doit à " la retenue " dont ont fait preuve certains :

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien Noval :
    26 octobre 2010 @18h03   « »

    Je reviens sur le lien contenu dans mon post précédent.

    "Vous avez agi de manière professionnelle, héroïque, retenue et éthique, en réagissant face à ceux qui voulaient vous tuer. Ce que vous avez fait était vital, nécessaire, parfaitement légal et de la plus haute importance " a déclaré Benjamin Netanyahou à ceux qui n’ont pas hésité une fraction de seconde à massacrer neuf humanitaires dans les eaux internationales en mai dernier.

    On reste bien entendu confondu face à un tel mépris de la simple morale et du droit que ce personnage non seulement assume, mais revendique .

    Comment dès lors s’étonner que les dirigeants de cet Etat soient officiellement taxés de fascistes ? Et, ce qui est bien plus important, combien de temps va encore durer leur impunité et qui mettra fin une bonne fois pour toutes à cette paranoïa ?

  • permalien K. :
    27 octobre 2010 @14h29   « »

    Les Fumistes Psychopathes en action :

    Le coodinateur spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient demande aux sionistes de faire cesser la terreur exercée par les colons contre les Palestiniens de Cisjordanie, tout comme Israel exige de l’AP qu’elle empêche la terreur palestinienne.

    Réaction indignée des sionistes :
    Le coodinateur spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient omet de parler des attentats-suicides contre des bus israéliens [dont le dernier remonte à plus de deux ans]
    Le coodinateur spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient dit qu’arracher un arbre est l’équivalent d’un attentat-suicide contre des bus israéliens.

  • permalien Lou :
    21 novembre 2010 @00h36   «
    Hommage à Edmond Amran El Maleh, et Abraham Sarfati, l’honneur du judaïsme marocain

    par René Naba | 18.11.2010 | Paris

    Deux personnalités éminentes du combat pro palestinien, qui représentaient l’honneur du judaïsme marocain, l’écrivain Edmond Amran El Maleh, et l’ingénieur Abraham Sarfati viennent de décéder en mois d’une semaine, à trois jours d’intervalle, endeuillant le Maroc, le judaïsme marocain et le combat palestinien.(...)

Ajouter un commentaire