Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Jabal Abou Ghneim, Har Homa et Jérusalem-Est

Jabal Abou Ghneim, Har Homa et Jérusalem-Est

dimanche 14 novembre 2010, par Alain Gresh

L’annonce lundi 8 novembre par le gouvernement israélien de la construction de 1300 logements à « Jérusalem-Est » (à Jabal Abou-Ghneim) a suscité une condamnation unanime des Etats-Unis (« profondément déçus ») et de l’Union européenne. Devant ces soi-disant réactions d’indignation, on est frappé par l’amnésie qui concerne cette extension de la colonisation, amnésie qui concerne à la fois la définition de Jérusalem et l’histoire des constructions dans cette localité.

D’abord, parce que, bien que toutes les agences de presse et les médias parlent de constructions à Jérusalem-Est, il s’agit en fait d’une définition israélienne de Jérusalem : en juin 1967, après la conquête militaire de la ville, Israël a étendu les limites municipales de Jérusalem, annexant des territoires bien éloignés de la Vieille ville, dont Jabal Abou-Ghneim. On lira sur ce thème « Don’t call it East Jersusalem » et « Don’t call it Jérusalem II » (sur le blog Permission to narrate). Et aussi Philippe Rekacewicz et Dominique Vidal, « Comment Israël confisque Jérusalem-Est », Le Monde diplomatique, février 2007.

Ensuite parce que l’histoire de Jabal Abou-Ghneim résume la complicité ou la passivité des Etats-Unis et de l’Union européenne face à la violation permanente de la légalité internationale.

Les plans de construction à Jabal Abou-Ghneim datent de 1994, au moment même où les accords d’Oslo entraient en vigueur ! Mais c’est le gouvernement de droite de Nétanyahou, arrivé au pouvoir après les élections de 1996, qui lança les travaux. Ces mesures furent condamnées par presque toute la communauté internationale, Europe comprise.

« Déclaration de la Présidence au nom de l’Union européenne sur la décision du gouvernement israélien d’approuver des plans de construction pour Har Homa/Djebel Abou Ghneim » (27 février 1997) :

« L’UE déplore profondément la décision du gouvernement israélien d’approuver des plans de construction pour Har Homa/Djebel Abou Ghneim, situés en Cisjordanie, dans la zone de Jérusalem. L’UE a déclaré à plusieurs reprises que les implantations dans les territoires occupés sont contraires au droit international et constituent un obstacle majeur à la paix. »

« L’UE réaffirme une nouvelle fois sa position concernant le statut de Jérusalem. Jérusalem-Est est soumise aux principes énoncés dans la résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU, notamment l’inadmissibilité de l’acquisition de territoires par la force, et elle n’est donc pas sous souveraineté israélienne. L’Union considère que la Quatrième Convention de Genève est pleinement applicable à Jérusalem-Est, comme elle l’est à d’autres territoires occupés. »

« L’UE demande à Israël de respecter les obligations qui lui incombent en vertu du droit international et de s’abstenir de mesures de nature à entamer la confiance nécessaire à la poursuite de la mise en œuvre des accords et à préjuger des résultats des négociations sur le statut permanent. Cette décision est d’autant plus regrettable que la signature du Protocole d’accord sur Hébron a été un événement positif, qui a imprimé une nouvelle dynamique au processus de paix et fait naître l’espoir que de nouvelles mesures constructives seraient prises dans le cadre de ce processus. »

Mais les Etats-Unis mirent leur veto à une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, tandis que l’assemblée générale votait un texte par... 185 voix contre 3 (Etats-Unis, Israël et Micronésie).

En 2010, malgré cette belle unanimité, on comptait 20 000 habitants dans cette colonie illégale. Et Israël a décidé que cela n’était pas suffisant.

Cette fois-ci, les Etats-Unis ont aussi condamné les décisions israéliennes (Condoleezza Rice l’avait déjà fait en 2008 après l’annonce de nouvelles constructions). L’Union européenne a réitéré ses positions. Elle s’est même déclaré « consternée »... Ce qui ne l’empêchera pas de continuer à soutenir le gouvernement israélien et à s’indigner, avec toute une série de responsables politiques, de toutes les propositions de sanctionner cet Etat.

59 commentaires sur « Jabal Abou Ghneim, Har Homa et Jérusalem-Est »

  • permalien Deïr Yassin :
    14 novembre 2010 @13h08   »

    Personne explique ces négociations interminables mieux et plus simplement que Ali Abunimah, le fondateur de ’Electronic Intifada’ avec son déjà légendaire "Middle Eastern Pizza Talk" :

    - www.youtube.com/watch ?v=r-2U...

  • permalien Steph :
    14 novembre 2010 @13h15   « »

    “L’annonce lundi 8 novembre par le gouvernement israélien de la construction de 1300 logements à « Jérusalem-Est » (à Jabal Abou-Ghneim) a suscité une condamnation unanime des Etats-Unis et de l’Union européenne.”

    Une condamnation ? La réaction américaine n’a-t-elle pas été de dire qu’ils étaient “déçus” si j’ai bonne mémoire ? Vous appelez ça une “condamnation” Monsieur Gresh ? Restons sérieux tout de même, les mots ont encore un sens, non ?

  • permalien Yann :
    14 novembre 2010 @13h34   « »

    @Steph,

    L’ennui, avec nos gouvernements corrompus, c’est qu’ils condamnent parfois la colonisation tout en augmentant - sans cesse - les aides matérielles au régime sioniste.

    M. Gresh n’a certainement pas besoin qu’on lui en fasse la démonstration, lui qui a bien plus a nous apprendre sur la question israélo-palestinienne que l’inverse, me semble-t-il.

  • permalien Steph :
    14 novembre 2010 @13h47   « »

    Yann :
    14 novembre @13h34

    @Steph,

    L’ennui, avec nos gouvernements corrompus, c’est qu’ils condamnent parfois la colonisation tout en augmentant - sans cesse - les aides matérielles au régime sioniste.

    Pour souscrire à votre proposition encore faudrait-il qu’ils la condamne, ce qui n’est manifestement pas le cas. Dire qu’on est déçu, que ça ne va pas dans le bon sens ou toutes ces hypocrisies, ce n’est pas condamner ! George Orwell aurait fait breveté son concept de novlang dans son roman d’anticipation (simple anticipation en effet) 1984, ses héritiers seraient les gens les plus riches de la planète à n’en pas douter...

    M. Gresh n’a certainement pas besoin qu’on lui en fasse la démonstration, lui qui a bien plus a nous apprendre sur la question israélo-palestinienne que l’inverse, me semble-t-il.

    Il n’a jamais été dans mes intentions de donner des conseils à qui que ce soit, mais j’ai la faiblesse de supposer que quelqu’un comme Alain Gresh est quelqu’un d’ouvert et sensible à l’avis des autres, pourquoi donc autrement ferait-il ce blog ?

  • permalien K. :
    14 novembre 2010 @17h35   « »

    Il est remarquable de constater que plus le monde s’affaiblit et s’enlaidit, et plus Israel se renforce.

  • permalien elbé :
    14 novembre 2010 @20h34   « »

    Les blas-blas creux des condamnations , sans suite, crédible, de sanctions doit faire bien rire Israel qui n’y voit qu’un blanc seing. Cause donc toujours, tu m’intéresses...
    Toujours la même représentation lassante d’une :

    Commediente, tragediente !

    Plus personne (ou presque) n’est dupe. Cela ne les empêche pas de continuer à nous jouer la même pièce. Jusqu’à quand ? Les peuples vont décider , comme des grands, de quitter la salle. Cela commence par le boycott.

  • permalien Böe :
    15 novembre 2010 @10h04   « »
    Jabal Abu Ghneim, Har Homa et Jérusalem-Est

    Pourquoi même encore en parler ? Voila des décennies que le droit est bafoué en Palestine et que les pires atrocités y sont commises quotidiennement avec la bénédiction de la communauté internationale unanime. "L’UE déplore" cette bonne blague ! Obama quand à lui déclare sans rire : "This kind of activity is never helpful when it comes to peace negotiations." Ah ouais, tu l’as dit puffy ! Ca n’aide pas vraiment à ne serait-ce qu’envisager la fin de cette farce tragique, Monsieur de la Palisse n’aurait pas dit mieux. Au fait de quelles négociations de paix il nous parle ce blue moon ? Je suis de plus en plus persuadée que nos chers dirigeants devraient ralentir très sérieusement leur consommation personnelle d’hallucinogènes, ils ne savent même plus sur quelle planète ils vivent les malheureux. Il faut arrêter cette mascarade, soit on continue à laisser carte blanche à ces barbares du XXIème siècle et ce n’est même pas la peine de faire semblant de s’en émouvoir, soit on leur dit STOP en les menaçant !

  • permalien Robespierre :
    15 novembre 2010 @10h29   « »

    Personne n’est dupe de ces "condamnations". Les Etats-Unis comme l’UE se fichent ouvertement de la gueule des arabes en général et des palestiniens en particulier. Il n’y que les traitres commes Moubarak, Abdallah de Jordanie ou encore le fantoche Abbas pour faire semblant d’y croire.

  • permalien Jeff :
    15 novembre 2010 @17h51   « »

    L’homme qui veut donner des étoiles

    Suleiman BARAKA est un astro-physicien qui s’est fait connaître dans quelques media pendant l’Opération israélienne “PLOMB DURCI” fin 2008-2009. (...)

    Cet astro-physicien était en formation à la NASA à Washington, lorsqu’il apprit que son fils de 11 ans avait été très grièvement blessé lors du bombardement de sa maison à Gaza et était mort de ses blessures. Il avait alors écrit une lettre ouverte complètement déchirante dans laquelle il exprimait son incompréhension et sa douleur. Incompréhension car il découvrait que grâce à l’astrophysique, les missiles israéliens étaient guidés avec précision. Et douleur parce qu’il était loin, qu’il ne pouvait pas retourner à Gaza pour aider sa famille. (...)

    [Plus tard] Suleiman est (...) retourné à Gaza. Il confirme ce que tout le monde (sauf ceux qui croient encore aux pourparlers de paix) sait : Gaza est une prison géante dont il est extrêmement difficile de sortir, même pour lui. (...)

    Les enfants sont les premières victime des souffrances dues à l’enfermement… leur horizon est bouché, ils vivent quotidiennement dans la violence. Pour leur donner du rêve, Suleiman a donc décidé de créer un centre d’astronomie à Gaza. Il affirme avec certitude que se plonger dans l’infiniment grand à l’aide de télescopes entre autres, ne peut que contribuer à ouvrir l’horizon des enfants de Gaza et leur apporter la notion de la liberté, qu’ils ignorent tous depuis leur naissance. (...)

    On lui demande où en sont les tensions entre Hamas et Fatah, comment c’est, de vivre sous l’autorité du Hamas. Il répond qu’il n’y a plus de tensions, et aucun diktat. Les Gazaouis sont libres d’être pratiquants, les femmes de ne pas se voiler, que le Hamas est extrêmement bien organisé parce que tous les membres dirigeants ont fait leurs études en Europe, dans les années 70/80/90. Ils sont loin d’être les “abrutis fous de dieu” décrits par nos médias. D’ailleurs, Suleiman sourit en disant : “avant, c’étaient les Juifs qui étaient disséminés un peu partout en Europe et aus USA, après la création de l’Etat d’Israël, c’est nous qui sommes partis partout et avons pu étudier, donc évoluer“.

    Il continue en affirmant que le Hamas a lui aussi beaucoup évolué, que c’est un parti moderne, dont les membres sont décidés à être des interlocuteurs fiables mais incontournables dans le futur. Le parti a arrondi ses angles politiques.

    On attend avec impatience le commentaire de Nathan qui va nous expliquer que si Suleiman BARAKA écrit du bien du Hamas c’est parce qu’il a un pistolet sur la tempe (ou plutôt le couteau sous la gorge puisqu’il s’agit de barbus).

  • permalien michel :
    15 novembre 2010 @22h46   « »
    JERUSALEM CAPITALE DE L ETAT D ISRAEL

    Une fois de plus, le moindre aménagement à Jérusalem ferait l’objet d’une bataille rangée diplomatique. Ce secteur de la ville appartenait déjà avant la 1ère Guerre Mondiale à 65% à des propriétaires juifs : le site de Homat Shmuel, est situé à l’Ouest de Derek Hébron, au nord de Ramat Rachel et de Tzur Baher, ayant à l’Est son édifice municipal [ce qui signifie que le lieu constructible se situe en-deçà des quartiers centraux de Har Homa déjà développés et qu’il n’y a donc accession à aucun nouveau "territoire" par "conquête immobilière"], et débouchant au Sud sur le désert de Judée, Bethléem et Beit Sahur

  • permalien steph :
    15 novembre 2010 @23h00   « »

    Ah le tout c’est de savoir ce que l’on appelle un "aménagement"... Parce quand il s’agit d’aménagements comme dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie, je ne suis pas certain que ce soit le terme qui convienne... Pas plus qu’à Jérusalem d’ailleurs... On se souviendra en outre qu’il fut un temps l’Afrique du sud c’était super bien "aménagé" aux gouts de certains tout au moins !

  • permalien lg :
    15 novembre 2010 @23h08   « »

    Where justice is denied, where poverty is enforced, where ignorance prevails and where any one class is made to feel that society is in an organized conspiracy to oppress, rob and degrade them, neither persons nor property will be safe.

    Frederick Douglass 1886

  • permalien Jeff :
    15 novembre 2010 @23h14   « »

    @ Deïr Yassin

    Je me permets de vous répondre sur ce post récent d’Alain Gresh à la suite d’un commentaire que vous avez écrit sur "Boycott..." parce qu’il y a plus de chance que vous le lisiez ici (le précédent commençant à dater).

    En Palestine, les idées ne peuvent pas circuler parce que ni les enseignants ni les étudiants ne le peuvent. Un article à lire pour ceux qui s’oppose au boycott académique et culturel de l’Etat d’Israël.

    - http://chronicle.com/article/In-Pal...

    Le site du PACBI (Palestinian Campaign for the Academic & Cultural Boycott of Israel)

    - www.pacbi.org/

    Votre remarque et les liens que vous mettez en lignes sont très intéressants mais sont pour moi un véritable dilemme.

    Si je suis pour le BDS, je ne suis pas forcément pour un boycott culturel et académique total. A vrai dire, autant le boycott économique me satisfait (pour des raisons bien compréhensibles qui sont liées au rôle politique et stratégique de l’argent), autant j’ai du mal à sacrifier, de par ma profession, la culture. Il y a science et science, et celles qui se mettent au service de l’armement, par exemple (cf. mon précédent post sur Suleiman Baraka), n’ont rien (ou peu, je l’espère) à voir avec les sciences sociales.

    Il y a quelques années j’ai organisé avec un autre chercheur un colloque d’archéologie en France avec des spécialistes du Proche-Orient. Outre des Européens et des Américains, nous avions réussi à faire venir, grâce à des subventions diverses, des Turcs, des Palestiniens, des Syriens, des Arméniens, mais aussi des Israéliens. S’il était clair que les premiers cités n’auraient pu participer à cet événement sans aide, nous avons été très surpris d’apprendre que nos collègues israéliens étaient dans la même situation financière.

    Plusieurs raisons expliquent cet état de fait :
    1. L’archéologie, comme ailleurs, est une science peu lucrative.
    2. En dehors de l’archéologie biblique, ce type de recherche ne mérite pas un sou en Israël (tous ceux et celles que je connais sont dans une situation précaire malgré leurs compétences au niveau international).

    Résultat : Boycotter ce type de manifestation scientifique reviendrait à fragiliser tout un domaine de la recherche scientifique où les avancées sont importantes et les protagonistes peu nombreux.

    Qui plus est : les 3/4 des archéologues (autres qu’I. Finkelstein) que je connais sont pro-palestiniens.

    Vous comprendrez donc pourquoi le boycott académique me pose un cas de conscience, ces gens-là étant trop peu nombreux pour peser sur la marche du monde (et ayant de toutes façons tout à perdre au vu de leur situation).

  • permalien K. :
    16 novembre 2010 @00h06   « »

    PSYCHOPATHES

    Avigdor Lieberman, au sujet de l’occupation du Golan : nous sommes fiers d’avoir contrecarré.... l’impérialisme.... de Sykes et Picot....

    It was an imperialist agreement, between Sykes and Picot, between England and France. In 1916 the Golan was transferred to Syria. It was something arbitrary and that’s why I think that, from every perspective, the Golan must stay, must be the entry gate [sic] to Israel. [...]

  • permalien K. :
    16 novembre 2010 @01h13   « »

    Listening to the stories of children from Gaza is often unbearable, but it’s also sad that I can’t watch this clip without imagining the ways in which Zionists are going to distort it so they can use it as propaganda.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 novembre 2010 @01h19   « »

    Michel ou le réaménagement sioniste de l’histoire.

    Si je comprends bien, l’Etat juif fut accordé 55% de la Palestine historique par le Plan de Partage, a conquis 23% supplémentaires durant la guerre de ’48 accompagné de l’expulsion de minimum 800.000 Palestiniens. Quelques milliers de Juifs dont une minorité fut des Juifs de l’ancien Yichouv ont pris la direction inverse vers le nouveau Etat juif.

    Maintenant Michel nous explique que les quartiers concernés par les nouvelles constructions furent majoritairement habitées par des Juifs avant la premières guerre mondiale. On ne va pas polémiquer là-dessus.
    Si les Juifs ont le droit (divin ?) de se réinstaller dans leur foyers ancestraux, je suppose que la même chose est valable pour les Palestiniens.

    D’ailleurs, merci beaucoup pour les photos de Gaza. Je vais vous en donner une autre en contrepartie :

    - http://thehasbarabuster.blogspot.co...

  • permalien René Camaubieu :
    16 novembre 2010 @01h36   « »

    Dans ces conditions, l’exaspération de la population palestinienne spoliée de ses terres, de ses biens, de sa liberté, de sa dignité, cette exaspération qui trouve ses racines dans l’amnésie continuelle dénoncée une fois encore par Alain Gresh, ne peut aller qu’en empirant.
    Et par là-même, la sacro-sainte sécurité d’Israël ne peut qu’en être davantage menacée.
    Quel aveuglement peut-il conduire ainsi les dirigeants israéliens vers une impasse aussi funeste ?
    Une situation vraiment pathétique à tous les égards et dont, à terme tout le monde pâtira.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 novembre 2010 @11h45   « »
    Le réaménagement sioniste de l’histoire

    @ Michel
    Quand vous reprenez mot par mot le texte de quelqu’un d’autre, il est bon ton de citer la référence, on pourrait croire que cela venait de vous.
    Votre commentaire est déjà affiché sur plusieurs sites ultra-extrémistes comme aschkel.info, lessakele, juif.org, desinfos.com, en plus d’être insérée comme commentaire au Figaro. A croire que les sionistes extrémistes sont incapables d’argumenter par eux-mêmes.

    Si je vous comprends bien : les quelques milliers de Juifs qui avant 1948 vivaient dans les 22% de la Palestine historique qui aujourd’hui est reconnu internationalement comme territoire occupée ont tous le droit de retourner dans ’leurs foyers ancestraux’ - seulement une minorité d’eux fut de l’Ancien Yichouv, d’ailleurs - c’est bien cela ??

    Je suppose que la même chose est valable pour les minimum 800.000 Palestiniens ainsi que leurs descendants qui ont dû quitter leurs foyers aussi, n’est-ce pas ?

    Selon les sionistes extrémistes, il suffit que les juifs aient frôlé une terre, reste que quelques années, pour que cette terre soit la leur à toute éternité : il paraît que c’est Dieu qui le dit !

  • permalien Deïr Yassin :
    16 novembre 2010 @13h22   « »

    @ Jeff 15 nov 23h14
    A vrai dire, moi aussi, j’ai des sentiments ambigus sur le boycott académique et culturel.
    Pour le culturel, j’applique un ’boycott hypocrite’, c-à-d je ne vais jamais voir un film israélien au cinéma (même pas Simone Bitton que j’adore) et je n’achète jamais de la littérature israélienne. Je me régale pourtant chaque fois qu’un film israélien passe à la télé ou que je trouve un autre moyen de les voir, et j’emprunte des livres à la bibliothèque.

    Pour le boycott académique, je comprends tout à fait votre point de vue et je suis d’accord avec vous concernant la fragilité et la précarité des recherches en sciences sociales (mon domaine aussi).
    Je suis totalement en faveur du boycott des institutions étatiques israéliennes, universités et autres centres de recherches, ainsi que le boycott de toute manifestation culturelle ou scientifique ayant lieu en Israël. Je suis donc aussi pour une rupture des collaborations inter-universitaires.

    Par contre, sur le plan individuel, cela me pose un problème : je ne pourrais pas boycotter une conférence avec Shlomo Sand ou Neve Gordon, même si ces deux personnes sont embauchés par l’Etat d’Israël. Là, je ferais une distinction entre des intellectuels au service de la propagande ou même le sionisme dans sa forme ’light’ et des intellectuels engagés pour la justice.

    Connaissant la difficulté qu’ont les étudiants et enseignants palestiniens pour circuler, obtenir des visa de sortie et d’entrée, les fermetures aléatoires des universités palestiniennes, les check-point et les couvre-feux qui sont imposées comme par hasard en période d’examens etc etc, je ne peux pas cautionner le moindre contact avec des institutions de l’Etat occupant.

    Les universitaires israéliens, aussi critiques envers la politique israélienne qu’ils soient, font quand-même partie de cette occupation, et le boycott est fait pour faire pression sur ces gens pour qu’ils fassent pressions à leur tour.

    J’admets que je ne suis pas trop sensible aux difficulté des chercheurs israéliens dans cette prise de position. Cela est le point de vue palestinien qui m’importe, et je trouve la stratégie de boycott assez pondérée.

    D’ailleurs, cela m’intéresserait beaucoup si - à l’occasion et quand vous aurez le temps - si vous pourriez nous fournir quelques pistes bibliographiques en archéologie. Depuis le temps que j’ai décidé de m’y mettre, avec un spécialiste sous la main, il faut en profiter. A part le fameux Israel Finkelstein . . . Je suis tombée sur un programme il y a quelques années avec un archéologue israélien très loin du politiquement correct sioniste et qui a dû quitter Israël à cause de ses écrits, un peu comme Ilan Pappe. Je cherche son nom depuis, si jamais cela vous dit quelque chose ?

  • permalien Jeff :
    16 novembre 2010 @13h46   « »

    Un blogueur athée arrêté par l’autorité palestinienne

    Vous avez bien lu : "l’autorité palestinienne", et non le "Hamas".

    Cela se passe en Cisjordanie, et non à Gaza.

    Curieux, non ?

    - "L’autorité palestinienne, c’est bien celle que dirige Abu Mazen, le chouchou d’Israël ?"

    - "Oui, oui, c’est bien ça."

    - "Ah, ok, j’avais comme un doute."

    PS : Il serait intéressait que quelqu’un fasse la traduction de l’article originale en arabe, pour vérification (je n’arrive pas à retrouver la page mais voici la version en anglais).

  • permalien Jeff :
    16 novembre 2010 @14h54   « »

    Merci pour votre réponse, Deïr Yassin.

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faille faire "une distinction entre des intellectuels au service de la propagande ou même le sionisme dans sa forme ’light’ et des intellectuels engagés pour la justice".

    Je le suis moins quand vous écrivez :

    Les universitaires israéliens, aussi critiques envers la politique israélienne qu’ils soient, font quand-même partie de cette occupation, et le boycott est fait pour faire pression sur ces gens pour qu’ils fassent pressions à leur tour.

    Ils font partie de cette occupation mais parfois à leur corps défendant. Les empêcher de s’exprimer ne fera pas bien avancer la défense des Palestiniens, je le crains.

    Le gros inconvénient, avec ce boycott académique, c’est qu’il se retourne parfois sur les défenseurs de la cause palestinienne. En effet, je connais des étudiants et des chercheurs arabes qui, de crainte de se voir taxés de collabos, ne souhaitent pas participer à de grands colloques internationaux où sont inscrits des Israéliens (pas seulement dans le domaine de l’archéologie, bien entendu). Du coup, ils se privent d’une tribune pour présenter leurs travaux et, de fait, les Israéliens leur passent toujours devant. Ce n’est pas la seule raison mais c’est très dommage pour eux au final.

    A propos de l’archéologue israélien qui aurait quitté son pays à cause de ses écrits, je n’en ai malheureusement aucun souvenir, désolé.

  • permalien elbé :
    17 novembre 2010 @11h58   « »

    Le BDS en Israel :
    Des sud-africains ont accepté de jouer un opéra à Tel Aviv, malgré l’avis contraire de Desmond Toutou. Des militants israeliens pro BDS les ont accueillis... Merci à eux. Je vous aime ! Que ne sont-ils suivis en plus grand nombre par les juifs europpéens et les français en particulier, (qui suivent la voie du Crif.)

    http://www.youtube.com/watch?v=wEly...

  • permalien Deïr Yassin :
    17 novembre 2010 @12h27   « »

    La colonie Har Homa sur la colline de Jabal ’abû Ghheïm vue de Bayt Lahm :

    - www.palestineremembered.com/...
    - www.palestineremembered.com/...

  • permalien elbé :
    17 novembre 2010 @12h29   « »

    A Jeff,

    Bien sur qu’un Boycott peut entrainer des dommages pour ceux là même pour qui il est initié, en l’occurence, les palestiniens.

    C’est en pleine conscience pourtant qu’ils le demandent. Pourquoi ?

    Parce qu’il s’agit d’un sacrifice au profit d’une lutte. Celle de la reconnaissance et de l’application de leur droits.
    En effet, sur tous les plans, économique, scientifique et culturel, les palestiniens subissent d’énormes difficultés.
    Qu’ils choisissent volontairement de s’en affliger une, supplémentaire , me semble une preuve de courage. Elle les sort de leur condition de "subissants". Ils deviennent acteurs de leur libération. Où avez-vous vu qu’on puisse se libérer sans en payer quelque chose ?
    Ce prix, ils l’assument et nous devons les y aider. Ces petits sacrifices que nous consentons en pratiquant le Bds n’est rien en regard du leur. Il se trouve aussi qu’en terme de mortalité il est moins gourmand que l’usage de bombes. Bombes qu’au demeurant, Israel utilise massivement.

    Si le BDS peut amener à faire bouger les choses, cela n’aura pas été vain.

  • permalien Deïr Yassin :
    17 novembre 2010 @16h12   « »

    A propos du boycott culturel et académique.

    Shmuel Sermoneta-Gertel, Israélien exilé à Rome, activiste et ’bi-nationaliste’ :

    "BDS is NOT about economic pressure. It is about moral pressure and solidarity. Cultural and academic BDS are thus far more important than economic BDS"

    - http://mondoweiss.net/2010/11/brook...

  • permalien Yann :
    17 novembre 2010 @18h14   « »

    La déclaration pour un Etat en Palestine

  • permalien Lou :
    17 novembre 2010 @20h57   « »

    16.11.10

    Les Grands Rabbins d’Israël appellent la population à prier pour la pluie. Ils ont également décrété un jour de jeûne, jeudi prochain, destiné à laver les Israéliens de leurs péchés, qui seraient la cause de la sécheresse locale, selon eux.

    Actus météorologiques
    Par Frédéric Glassey

    Jeudi, des averses arroseront les côtes occidentales de la Turquie. Partout ailleurs, les conditions météo s’annoncent très calmes et le plus souvent très ensoleillées

  • permalien K. :
    17 novembre 2010 @22h05   « »

    Lou, rendez-nous service, faites comme moi, priez aussi pour qu’il pleuve en Israel, ou on risque de voir ces fumistes psychopathes débarquer chez nous pour “défendre l’Occident contre la barbarie.”

  • permalien Lou :
    18 novembre 2010 @21h14   « »

    Je crains que vous ne vous épuisez pour rien cher K.

    la preuve ...

    Actus météorologiques
    Par Frédéric Glassey

    Vendredi, mis à part quelques averses orageuses ponctuelles vers les côtes, près de la frontière entre l’Arabie Saoudite et le Yémen, cette journée fera une nouvelle fois souvent très largement la part belle au soleil sur l’ensemble de la région. Les températures s’échelonneront entre 19 degrés à Téhéran et 33 à Djeddah en passant par 26 à Damas et Jérusalem.

    Cela fait pourtant longtemps que nous les prions !

  • permalien Lou :
    18 novembre 2010 @22h24   « »

    Une étude inquiétante

    Le taux de mariage mixte chez les Juifs de la diaspora atteint un niveau record

    Les données présentées par le Centre de recherche et d’Information de la Knesset révèle une accroissement très important du nombre de mariages mixtes dans les communautés juives à l’étranger, avec une augmentation de plus de 200 % ces 50 dernières années.

    par Kobi Nahshoni, Yediot Aharonot (entité sioniste) 17 nov. 2010 traduit de l’anglais par Djazaïri

    (...)

    Ces résultats, issus d’une étude conduite il y a deux ans par le Centre, ont été présentés lundi pendant une audition devant la Commission parlementaire pour l’immigration, l’absorption et les affaires de la diaspora, dirigée par son nouveau président, le député Danny danon (Likoud).
    « La crainte de l’assimilation des Juifs de la diaspora est une menace stratégique pour le maintien de l’existence d’Israël, » explique Danon.

  • permalien Lou :
    22 novembre 2010 @20h05   « »

    22/11/2010
    PARIS, 15 nov 2010 (AFP) - Fermée dimanche après une manif, une expo photo sur Gaza va rouvrir mardi

    Une exposition du photographe Kai Wiedenhöfer sur des personnes mutilées à Gaza, fermée dimanche en raison d’une manifestation d’un groupe pro-israélien, va rouvrir mardi dans les locaux du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, a-t-on appris lundi auprès du musée.

    Ouverte le 15 novembre, l’exposition a fermé dimanche en début d’après-midi après l’arrivée d’un groupe qui distribuait des tracts pro-israéliens, selon le musée qui a précisé que le groupe n’avait pas été identifié.

    La distribution de tracts a été revendiquée lundi dans un communiqué par le collectif Europe Israël et le site Drzz.fr, qui ont indiqué qu’une trentaine de personnes y avaient participé, dont des militants de la Ligue de défense juive (LDJ).

    "Cette action a été organisée par Drzz.fr, Europe Israël, et la LDJ afin de permettre au public, par des photos impossibles à réfuter, de constater qu’il existe une autre facette de Gaza, que l’exposition s’était bien gardée de montrer", selon le communiqué.

    L’exposition "Gaza 2010", qui se tient jusqu’au 5 décembre, est réalisée par l’Allemand Kai Wiedenhöfer, lauréat du prix de photojournalisme attribué par Carmignac Gestion.

    Photographie : Gaza sous l’œil de Kai Wiedenhöfer

  • permalien K. :
    23 novembre 2010 @21h21   « »

    Le Ha’aretz dit que le bon et le mauvais, le vulgaire et le noble, n’existent plus. Seuls existent les “détracteurs” et les “partisans” :

    Selon cette législation, adoptée par 65 voix contre 33 et déjà entrée en vigueur, un référendum devra se tenir si le retrait envisagé n’est pas validé par les deux tiers du Parlement. Pour ses détracteurs, ce texte va compliquer les négociations de paix avec les Palestiniens.

    L’Israélien juif Didi Reider fait partie des “détracteurs” :

    La Knesset decapite la solution à deux Etats

  • permalien Lou :
    23 novembre 2010 @23h16   « »

    Abdullah Abu-Rahmeh

    L’armée israélienne a confirmé mardi sa décision de prolonger la détention du militant palestinien Abdullah Abu-Rahmeh, expliquant qu’elle pensait qu’il renouerait avec des actions de protestation violentes en cas de libération.

  • permalien Lou :
    3 décembre 2010 @22h12   « »

    Aide internationale : Bibi remercie Erdogan

    Dans le cadre d’une initiative allemande, a fait savoir le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, la Turquie a accepté d’envoyer deux avions anti-incendie en Israël, ce vendredi matin.

    Le Premier ministre Binyamin Netanyahou a chaleureusement remercié son homologue turc pour ses efforts. "J’apprécie vraiment l’aide de la Turquie. Nous allons trouver un moyen d’exprimer notre reconnaissance", a déclaré Netanyahou vendredi lors d’une visite à l’hôpital Rambam de Haïfa.

    Un avion turc après son arrivée à la base de l’armée de l’air de Ramat David dans le nord d’Israël, venu pour aider à combattre un incendie de forêt, le vendredi 3 décembre 2010.


    Le Mavi Marmara, bateau turc de la flottille pour l’aide internationale à Gaza le 31 mai 2010

  • permalien Lou :
    4 décembre 2010 @23h44   « »

    Israël / Incendie : Netanyahou remercie les Palestiniens pour leur aide.

    AFP
    04/12/2010

    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a remercié aujourd’hui le président palestinien, Mahmoud Abbas, pour l’aide apportée par la protection civile palestinienne dans la lutte contre l’incendie meurtrier qui ravage le nord d’Israël depuis jeudi matin.

    Le président palestinien a "présenté ses condoléances au peuple d’Israël pour les morts de l’incendie et annoncé qu’il était heureux d’apporter toute aide nécessaire", lors d’un entretien téléphonique avec M. Netanyahu, selon un communiqué officiel israélien.

    Le Premier ministre "l’a remercié pour son offre, soulignant que des voisins devaient toujours s’entraider", poursuit le communiqué. M. Netanyahu a informé son interlocuteur palestinien qu’Israël allait "se doter d’une flotille de bombardiers d’eau contre les incendies, qui sera également à la disposition des Palestiniens en cas de besoin".

    A Ramallah (Cisjordanie), la présidence palestinienne a précisé que Mahmoud Abbas avait reçu un appel de M. Netanyahu "exprimant sa gratitude pour l’aide des pompiers palestiniens".

    L’Autorité palestinienne a précisé que trois unités de la Défense civile palestinienne avaient assisté leurs collègues israéliens dans l’extinction de foyers d’incendie qui s’étaient déclenchés vendredi dans des localités arabes israéliennes près de la Cisjordanie.

    (...)soulignant que des voisins devaient toujours s’entraider(...)

  • permalien Lou :
  • permalien Lou :
    7 décembre 2010 @23h07   « »

    UE : la politique d’Israël à Jérusalem "met en danger" une solution à deux Etats

    De Philippe AGRET (AFP)

    JERUSALEM — Les chefs de mission des pays de l’Union européenne (UE) à Jérusalem avertissent que la politique d’Israël dans la ville "met gravement en danger" un règlement israélo-palestinien à deux Etats, dans un rapport obtenu mardi par l’AFP, rejeté par Israël.

    "Si les tendances actuelles ne sont pas arrêtées de manière urgente, la perspective de Jérusalem-Est comme future capitale d’un Etat palestinien devient de plus en plus improbable et impraticable", écrivent les chefs de mission.

    "Ceci met par conséquent en danger les chances d’une paix durable sur la base de deux Etats, avec Jérusalem pour future capitale", selon ce rapport annuel adressé au Comité politique et de sécurité de l’UE (COPS) qui se réunit mercredi pour préparer la prochaine réunion des ministres européens des Affaires étrangères le 13 décembre.

    et alors ?

    En conclusion, ils formulent une série de recommandations, dont la promotion d’une réouverture de la représentation palestinienne à Jérusalem-Est, fermée en 2001, ainsi qu’une "application plus active et plus visible de la politique de l’UE à Jérusalem-Est".

    Ils proposent plusieurs mesures pour manifester l’opposition de l’UE à la colonisation à Jérusalem.

    Ils suggèrent d’empêcher les transactions financières liées à ces activités, y compris par la législation, la publication de notices pour informer les tour-opérateurs et les consommateurs européens, ainsi que de s’assurer que les produits des colonies ne bénéficient pas du régime douanier préférentiel accordé par l’Union à Israël.

    Nom d’un petit bonhomme , l’état israélien va avoir peur !

  • permalien
    7 décembre 2010 @23h33   « »

    Top rabbis move to forbid renting homes to Arabs, say ’racism originated in the Torah’
    By Chaim Levinson - Haaretz 07/12/2010

    A number of leading rabbis who signed on to a religious ruling to forbid renting homes to gentiles – a move particularly aimed against Arabs – (...) the ruling, which comes just months after the chief rabbi of Safed initiated a call urging Jews to refrain from renting or selling apartments to non-Jews.

    Signatories include the chief rabbis of Ramat Hasharon, Ashdod, Kiryat Gat, Rishon Letzion, Carmiel, Gadera, Afula, Nahariya, Herzliya, Nahariya and Pardes Hannah, among a number of other cities.

    "We don’t need to help Arabs set down roots in Israel," Rabbi Shlomo Aviner of the Beit El settlement, said on Tuesday. Aviner explained that he supported the move for two reasons : one, a Jew looking for an apartment should get preference over a gentile ; and two, to keep the growing Arab population from settling too deeply.

    "Racism originated in the Torah," said Rabbi Yosef Scheinen, who heads the Ashdod Yeshiva. "The land of Israel is designated for the people of Israel. This is what the Holy One Blessed Be He intended and that is what the [sage] Rashi interpreted."

    He added that he did not see the move as racist so much as segregationist. "The world is so big and the State of Israel is small, that God intended it for the people of Israel and the whole world covets it. That is the injustice."

    N’est-ce pas clair ?

  • permalien Lou :
    8 décembre 2010 @21h23   « »

    Des Palestiniens enlèvent les décombres d’une maison détruite lors d’un raid aérien israélien durant la nuit du mercredi 8 décembre 2010, à Khan Younis au sud de la bande de Gaza, Les Forces de défense israéliennes ont déclaré que les raids furent en réponse aux tirs de trois roquettes sur les communautés du sud d’Israël au cours des deux derniers jours. (Photo AP / Eyad Baba)


    Colonie juive de Har Roma à proximité de Jérusalem.

  • permalien Lou :
    8 décembre 2010 @22h19   « »

    Un homme palestinien transporte des objets d’une maison qui a été démoli, dans le village de
    Khirbet Tana près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le mercredi 8 décembre 2010. Les Palestiniens disent que l’armée israélienne a rasé leur hameau en Cisjordanie. le leader Atif Hanini dit que les bulldozers israéliens ont abattu les cabanes des résidents, les enclos d’animaux, leur petite école et une clinique médicale mercredi matin. Un porte-parole militaire israélien explique que le hameau entier a été construit illégalement dans une zone que l’armée utilise comme une zone de tir. (Photo AP Nasser Ishtayeh /)


    Les forces israéliennes détruisent une école près de Naplouse

  • permalien Lou :
    9 décembre 2010 @22h54   « »

    Monsieur Ban Ki-moon prend note avec regret

    le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Bernard Valero :

    "Il n’y aura pas de solution sans un arrêt de la colonisation" "entreprise illégale au regard du droit international".

    Prochaine étape ?
    Suppression des accords d’association pour tout pays ne respectant pas le droit international ?

  • permalien Lou :
    10 décembre 2010 @22h24   « »

    26 anciens dirigeants européens appellent à prendre des sanctions contre Israël en raison de la construction dans les colonies / Akiva Eldar - Haaretz

    Vingt-six personnalités qui comptent parmi les plus importants dirigeants européens de cette dernière décennie appellent à prendre des sanctions contre Israël et à suspendre le rehaussement des relations diplomatiques entre l’UE et Israël, en raison de la politique de construction dans les colonies et du refus israélien de respecter le droit international. Les anciens dirigeants réclament en outre que les pays européens mettent fin à l’importation de marchandises provenant des colonies mais qui sont marquées comme étant des produits d’Israël, en violation de la réglementation de l’Union européenne. « Nous jugeons inacceptable que ces marchandises bénéficient des avantages accordés à Israël dans le cadre de ses accords avec l’Union européenne », écrivent les vingt-six personnalités qui accusent ainsi Israël de se soustraire à son obligation de préciser l’origine des produits des colonies et de violer son accord avec l’UE. Dans cette lettre qui a été adressée hier aux responsables de l’Union européenne et à des gouvernements européens, les anciens Premiers ministres, ministres et présidents d’organisations critiquent la politique israélienne. Parmi eux on trouve Javier Solana, ancien Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne, Richard von Weizsäcker, ancien président allemand, Felipe González, ancien Premier ministre espagnol, Romano Prodi, ancien Premier ministre italien et président de la Commission européenne et Mary Robinson, ancienne présidente irlandaise.
    « L’Union européenne a toujours affirmé son opposition aux colonies illégales, mais elle n’a pas indiqué quelles seraient les conséquences de cette expansion continue et systématique de la construction israélienne dans les territoires occupés, y compris à Jérusalem-est », écrivent les signataires de la lettre, avant d’ajouter : « Nous avons la conviction que l’Union européenne doit annoncer que tout élargissement et toute amélioration de l’accord d’association avec Israël, ainsi que d’autres accords et plans mutuels, ne seront pas appliqués tant qu’Israël ne gèlera pas la construction dans les colonies ».

  • permalien Lou :
    10 décembre 2010 @22h39   « »

    Lettre à Ashton pour un rôle accru de l’UE au Proche-Orient

    Des personnalités européennes de haut rang ont invité vendredi l’Union européenne à adopter une approche plus ferme envers Israël dans le processus de paix au Proche-Orient.

    Dans une lettre de sept pages, ces 25 personnalités, parmi lesquelles Hubert Védrine, ancien ministre français des Affaires étrangères, et Chris Patten, ancien ministre britannique et ancien commissaire européen, déclarent que l’UE doit, entre autres, prendre plus fermement position sur l’arrêt par Israël des constructions dans les colonies juives.

    "Il est tout à fait clair que sans une initiative rapide et importante pour arrêter la détérioration en cours de la situation sur le terrain, une solution à deux Etats, qui forme la seule et unique option disponible pour un règlement pacifique de ce conflit, sera de plus en plus difficile à atteindre", dit la lettre.
    (...)
    Catherine Ashton, haute représentante pour les Affaires étrangères de l’UE, a répondu vendredi à la lettre en défendant les efforts déployés par l’UE pour tenter de faire revenir Israël et les Palestiniens à la table de négociations et inciter les deux parties à remplir leurs obligations.

    "L’Union européenne continuera d’être en première ligne des efforts pour faire progresser le processus de paix et discuter tant avec les Palestiniens qu’avec les Israéliens pour trouver un moyen de résoudre le conflit", écrit-elle à Védrine et Patten.

    "La question des colonies reste une source de grande préoccupation. J’ai rencontré des représentants de la société civile à Jérusalem-Est et j’ai constamment souligné la position de l’UE concernant les colonies, y compris à Jérusalem-Est. Il est aussi important de noter que l’UE n’accorde pas de traitement préférentiel aux produits provenant des colonies."
    (...)
    Selon des sources proches de l’UE, bien que la lettre fasse l’objet de discussions lundi, il est peu probable qu’elle soit mise à l’ordre du jour du Conseil européen des 16 et 17 décembre.

  • permalien Lou :
    10 décembre 2010 @23h10   « »

    Des soldats tirent sur un adolescent près de la frontière de Gaza

    GAZA (Ma’an) - Selon des sources médicales, des soldats israéliens ont tiré sur un adolescent palestinien qui collectait des gravats près de la frontière de Gaza vendredi après-midi .

    Le porte-parole des services médicaux de Gaza Adham Abou Salmia dit que l’adolescent de 16 ans a été atteint au nord de Beit Lahiya et transféré à l’hôpital Dar Ash-Shifa dans un état stable.

    Abu Salmia a déclaré que l’incident porte le nombre de travailleurs blessés à la frontière à 96 depuis Mars.

    Les travailleurs palestiniens recueillent des graviers et des gravats à partir des restes des colonies israéliennes près de la frontière pour les vendre à des fins de recyclage.

    Israël a déclaré une « zone tampon » le long de la frontière à l’intérieur de la bande, qui s’étend officiellement de 300 mètres dans l’enclave côtière. Son armée la considère comme une "zone de combat" et fait feu sur les Palestiniens qui entrent dans la zone.

    Une étude de l’ONU en août a constaté que dans la pratique, les Palestiniens ont été empêchés d’accéder à des terres jusqu’à 1500 à l’intérieur de la frontière.

  • permalien Yann :
    10 décembre 2010 @23h25   « »
    Plouf dans l’eau :(

    @ Lou,

    Ces "courageux" anciens dirigeants se réveillent un peu tard...

    C’est lorsqu’ils étaient au pouvoir qu’ils auraient dû agir.

  • permalien Lou :
    10 décembre 2010 @23h46   « »

    Peut-on leur demander d’être à la hauteur d’Evo Morales ?

  • permalien
    10 décembre 2010 @23h59   « »

    C’est trop facile de n’avoir rien fait au mieux, ou d’avoir fait les pires choses quand on était aux commandes, et de jouer ensuite tel des James Earl alias "Jimmy" Carter, William Jefferson alias "Bill" Clinton ou Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev et autres, les défenseurs de la veuve et de l’orphelin...

  • permalien Lou :
    11 décembre 2010 @23h41   « »

    L’ONU adopte plusieurs résolutions condamnant les crimes du régime israélien

    Par la résolution sur l’UNRWA, adoptée par 169 voix pour, l’opposition d’Israël et les abstentions du Cameroun, des États-Unis, des Îles Marshall, de la Micronésie, de Nauru et de Palau, l’Assemblée décide de proroger le mandat de l’Office jusqu’au 30 juin 2014.

    Par la résolution du même nom, adoptée par 167 voix pour, 6 voix contre (États-Unis, Îles Marshall, Israël, Micronésie, Nauru, Palau) et 4 abstentions (Cameroun, Canada, Libéria, Panama), l’Assemblée réaffirme le droit de toutes les personnes déplacées du fait des hostilités de juin 1967 et des hostilités postérieures de regagner leurs foyers ou anciens lieux de résidence dans les territoires occupés par le régime israélien depuis 1967. Elle souligne la nécessité d’un retour accéléré des personnes déplacées.

    CANCUN, Mexique

    - Dans les atolls du Pacifique, le réchauffement climatique pose des questions existentielles. Menacées de disparaître avec la montée des eaux, les Îles Marshall s’interrogent sur leur survie en tant qu’État, tout en essayant de repousser les assauts de l’océan.

  • permalien Deïr Yassin :
    12 décembre 2010 @11h31   « »

    Au sujet des votes à l’ONU qu’a posté Lou.
    Cela est intéressant de voir que le Cameroun a joint l’axe américano-israélien. On se demande comment cela est lié avec le militaire israélien haut-gradé qui fut tué dans un accident d’avion au Cameroun récemment.

  • permalien Lou :
    15 décembre 2010 @21h26   « »
  • permalien K. :
    16 décembre 2010 @15h40   « »

    Au cours de l’année dernière des enquêtes criminelles ont été lancées contre plus de 1 200 mineurs palestiniens de Jérusalem suspectés d’avoir jeté des pierres, selon les statistiques de la police publiées par l’Association des Droits Civils en Israël (ACRI). C’est presque le double des arrestations opérées l’année dernière dans le territoire palestinien (occupé NdT) de Cisjordanie qui est beaucoup plus grand.

    La plupart des arrestations ont eu lieu dans le district de Silwan, tout près de la vieille ville de Jérusalem là où 350 colons ont construit, au milieu des 50 000 habitants palestiniens, des enclaves illégales bénéficiant d’une lourde protection armée.

    Des témoignages rassemblés par des groupes de défense des droits de l’homme dévoilent le schéma répétitif suivant : on arrête les enfants au cours de raids à la faveur de la nuit (qui tombe vers 19H en Israël NdT), on leur met les menottes et on les interroge pendant des heures hors de la présence d’un parent ou d’un homme de loi. Dans de nombreux cas, les enfants ont affirmé avoir subi des violences ou fait l’objet de menaces.

    Par ailleurs le véritablement Honorable Représentant US Brian Baird a écrit le 3/11/2010 une lettre, peu médiatisée bien évidemment, pour faire part de sa préoccupation concernant le fait que l’entité sioniste tire sur les civils de Gaza, en particulier les enfants, comme à l’entrainement.

  • permalien Lou :
    18 décembre 2010 @00h16   « »

    La Bolivie va reconnaître la Palestine comme Etat indépendant

    Le président bolivien, Evo Morales, a annoncé, vendredi 17 décembre, que son pays allait reconnaître la semaine prochaine la Palestine comme un "Etat indépendant", imitant ainsi le Brésil et l’Argentine. "La Bolivie enverra une lettre au président de la Palestine [le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, NDLR] la reconnaissant comme Etat indépendant et souverain", a déclaré le président bolivien lors d’une conférence de presse dans le sud-est du Paraguay.

    "La semaine prochaine, de manière officielle, nous allons envoyer [un courrier] aux organismes internationaux", a ajouté le chef de l’Etat bolivien, accompagné du président paraguayen, Fernando Lugo, et de son homologue uruguayen, José Mujica, avec qui il avait participé vendredi matin à un sommet du Mercosur au Brésil. Evo Morales – qui a rompu les relations diplomatiques avec Israël en janvier 2009 pour protester contre l’offensive militaire dans la bande de Gaza – a aussi accusé l’Etat hébreu de commettre un "génocide dans cette région" et demandé aux "organismes internationaux d’assumer leurs responsabilités pour l’éviter".

  • permalien Lou :
    21 décembre 2010 @20h42   « »

    Israël. quand les officiers brisent le silence

    “Nous avons créé un monstre : l’occupation”

    Paris Match. Justement, pas mal de soldats et d’officiers qui s’expriment semblent traumatisés par ce qu’ils ont dû accomplir. Une souffrance qui perdure.

    Yehuda Shaul. Oui... Enfin, ne nous trompons pas : les victimes, ce sont les Palestiniens qui endurent ce contrôle. Je me souviendrai toujours de la réponse d’un commandant de l’armée lors d’une discussion sur un plateau télé en 2004. Nous avions organisé une expo photo avec une vidéo des témoignages. Il m’a dit : “Je suis d’accord avec ce que vous montrez, mais c’est comme ça, il faut l’accepter, cela s’appelle grandir, devenir adulte.” Je suis resté sans voix.

  • permalien Lou :
    21 décembre 2010 @22h32   « »

    Crainte en Israël : Dix pays d’Europe seraient sur le point de rehausser leurs relations avec l’Autorité palestinienne / Barak Ravid – Haaretz

    En Israël on craint qu’une série de pays européens annoncent le rehaussement de leurs relations diplomatiques avec l’Autorité palestinienne. Selon des informations qui sont parvenues au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, l’Autorité palestinienne mène des contacts en ce sens avec une dizaine de pays membres de l’Union européenne. Hier, des instructions ont été données aux ambassadeurs d’Israël pour qu’ils lancent une campagne urgente destinée à empêcher qu’Israël soit condamné par le Conseil de sécurité des Nations-Unies à cause de la construction dans les colonies.

    Le directeur général par intérim du ministère des Affaires étrangères, Rafaël Barak, a adressé hier un télégramme confidentiel à l’ensemble des ambassades d’Israël dans le monde dans lequel il écrit que les Palestiniens mènent ces jours-ci une activité intensive sur trois fronts : pour obtenir du Conseil de sécurité une résolution condamnant la construction dans les colonies ; pour obtenir la reconnaissance d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 ; et pour rehausser le statut des représentations diplomatiques de l’Autorité palestinienne en Europe, en Asie de l’est et en Amérique latine.

    Les Palestiniens, souligne M. Barak, ont déjà obtenu plusieurs succès diplomatiques et c’est pourquoi les ambassadeurs doivent engager une activité diplomatique « urgente » pour déjouer les démarches palestiniennes et s’adresser pour cela aux ministères des Affaires étrangères, aux chefs de gouvernement, aux parlementaires, aux dirigeants des communautés juives et chrétiennes et aux faiseurs d’opinion.
    (...)
    En ce qui concerne l’Union européenne, Israël ne craint pas la reconnaissance d’un Etat palestinien mais veut empêcher le rehaussement des relations diplomatiques avec l’Autorité palestinienne. Une telle mesure a d’ores et déjà été prise par l’Espagne et la France et on estime que la Grande-Bretagne, la Suède, la Belgique, la Finlande, l’Allemagne, le Danemark, Malte, le Luxembourg, l’Autriche ainsi que d’autres pays envisagent de le faire dans les prochaines semaines pour manifester leur soutien au président de l’Autorité palestinienne, Abou Mazen.

  • permalien Cana :
    21 décembre 2010 @22h56   « »

    merci Lou et K pour ces précieuses informations . car nous avons besoin de savoir non seulement le nombre d’enfant tués , mais leur âge leur nom , où ont-ils été ciblés ? dans quels camps , villes , lieux . dans leur maisons ?, par bombardements via drones qui repèrent EXACTEMENT les cibles familiales et enfantines - pardon j’aurai dû remplacer enfantines par terroristes ou islamistes...- l’expérience de Cana a prouvé en 96 et 2006 que les FID appliquaient la stratégie criminelles infanticide. Ces techniques criminelles existaient avant .
    Pour semer la terreur on sait de quoi était capable les milices sionistes terroristes. Ils ont déblayé le terrain , nettoyé et effacé, non seulement les lieux de vie , mais les lieux où on enterrait les morts.
    Nous avons besoin de savoir les cadastres des noms de lieux et villages effacés de la Palestine. Avec quel genre d’arme on tue , on cible les enfants , quelle genre de bombes ( il y en a tellement ) et qui produisent non pas des cadavres , mais des scories.
    Ces crimes relèvent d’une stratégie génocidaire lente et sûre . Non pas seulement en lien avec l’élimination physique des Palestiniens , mais une destruction , culturellement porté par le sionisme , de tout espoir de croire qu’un enfant palestinien puisses avoir le droit de vivre avec un père et une mère , non détruits.
    celà ne s’appelle-t-il pas génocide ?

  • permalien Lou :
    31 décembre 2010 @00h32   « »

    Barbara Shenstone, elle parle Madame Barbara Shenstone , mais qui c’est ?

    Mais c’est “La Directrice des opérations en Cisjordanie de l’Office de secours et de travaux de l’ONU pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA)"

    Que dit-elle alors madame Barbara Shenstone ?
    Elle a condamné jeudi la démolition de deux maisons de réfugiés palestiniens à Jérusalem-Est. :

    « Ces actes condamnables ont un impact dévastateur. J’appelle les autorités israéliennes à cesser les démolitions et les expulsions dans les zones occupées, qui sont contraire aux obligations internationales d’Israël, notamment à la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant », a-t-elle indiqué, qualifiant ces procédés « d’extrêmement cruels et douloureux », pour des «  familles de réfugiés, déplacées en 1948 », qui « se retrouvent à nouveau sans abri ».

    « Pendant que les enfants du monde entier profitent de la saison des fêtes dans leur foyer, ces enfants palestiniens ont subi le traumatisme et l’humiliation de voir leurs maisons détruites, en présence de leurs parents », a-t-elle ajouté.

    Nous sommes bien d’accord mais qui vous a entendu madame Barbara Shenstone ?

    Devant cette situation, l’UNRWA a fourni aux deux familles une aide alimentaire d’urgence, de l’argent liquide et le soutien psychologique de ses travailleurs sociaux pour les enfants, dont la situation psychologique est préoccupante après le traumatisme vécu. L’un des enfants, âgé de deux ans, aurait ainsi déclaré « vouloir mourir » après avoir assisté à la destruction de sa maison.

    Soutien psychologique vous dîtes ?
    Pour soutenir quoi ?

    Selon l’ONU, les démolitions de résidences de Palestiniens à Jérusalem-Est et dans le reste de la Cisjordanie ont fortement augmenté en 2010, avec 396 structures démolies, contre 275 en 2009, soit une augmentation de près de 45%.

    Conséquence de cette politique, 561 personnes ont été déplacées, dont 280 enfants et les moyens de subsistance de plus de 3.000 personnes ont également été touchés.

  • permalien Lou :
    9 janvier 2011 @23h02   « »

    Jérusalem-Est : Israël démolit un hôtel pour loger ses colons

    L’UE condamne fermement la démolition d’un bâtiment cher aux Palestiniens

    La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a fermement condamné dimanche la destruction par Israël d’un ancien hôtel à Jérusalem-Est, chargé de symbole pour les Palestiniens, réaffirmant que toutes les colonies étaient illégales aux yeux de l’UE.

    AFP - le 09 janvier 2011, 19h24

    La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a fermement condamné dimanche la destruction par Israël d’un ancien hôtel à Jérusalem-Est, chargé de symbole pour les Palestiniens, réaffirmant que toutes les colonies étaient illégales aux yeux de l’UE.

    "Je condamne fermement la destruction ce matin de l’Hôtel Shepherd et la construction prévue d’une nouvelle colonie illégale. Je rappelle que les colonies sont illégales au regard du droit international", a souligné Mme Ashton dans un communiqué.

    Les colonies "minent la confiance entre les parties et constituent un obstacle à la paix", a estimé Mme Ashton, rappelant que "Jérusalem-Est fait partie des territoires palestiniens occupés" par Israël et que "l’UE ne reconnaît pas son annexion".

    Les autorités israéliennes ont commencé à détruire dimanche matin toute une aile de l’ancien hôtel Shepherd dans le quartier palestinien de Cheikh Jarrah, situé dans la partie orientale de Jérusalem annexée après son occupation en 1967. L’objectf est de construire sur le site des logements destinés à des colons juifs.

    Cette démolition sonne le glas des tentatives de reprise des négociations de paix, a estimé l’Autorité palestinienne.

    Mme Ashton se dit également "inquiète" de la récente reprise de la violence dans les territoires occupés et ajoute qu’elle "regrette profondément" les pertes de vies, appelant les parties "à cesser toute violence".

  • permalien Lou :
    10 janvier 2011 @21h55   « »

    Les Européens s’alarment de la politique israélienne à Jérusalem

    Reuters

    La colonisation juive de la partie orientale de Jérusalem sape les chances que celle-ci soit un jour la capitale d’une Palestine indépendante, jugent des diplomates européens dans un rapport confidentiel, qui recommande que la politique de l’UE sur ce sujet soit plus lisible.

    Dans ce document, que Reuters a pu se procurer lundi, les diplomates prônent l’envoi d’observateurs européens sur les sites palestiniens promis à la démolition et l’interdiction d’accès à l’espace européen des colons les plus extrémistes.
    (...)
    Ils prônent une "mise en oeuvre plus active et plus visible de la politique de l’Union européenne sur Jérusalem-Est". La teneur du rapport n’est pas nouvelle, mais un représentant européen s’exprimant sous le sceau de l’anonymat a déclaré que sa divulgation était délibérée, pour la première fois.

    "Il s’agit d’un document interne à l’UE envoyé à Bruxelles et dont nous ignorons s’il sera pris en compte. Les Européens en poste à Jérusalem ont une attitude particulière, qui est bien connue", a réagi un responsable israélien.

    "Garantir une intervention européenne"

    Les consuls-généraux ont eux-mêmes fait savoir qu’ils comptaient se rendre sur les lieux des démolitions dans la ville, et être présents lors des procédures d’éviction "afin de garantir une intervention européenne lorsque des Palestiniens sont arrêtés ou intimidés par les autorités israéliennes alors qu’ils pratiquent des activités culturelles, sociales et politiques à Jérusalem-Est de manière pacifique".

    "La planification et l’aménagement restrictif du territoire, ainsi que les démolitions et évictions systématiques, la politique d’éducation inéquitable, l’accès difficile aux soins de santé et l’approvisionnement inadéquat aux ressources et aux investissements" sont les résultats de la politique israélienne, selon les diplomates européens. "Les tentatives de renforcer exclusivement l’identité juive de Jérusalem menace sa diversité religieuse et radicalise le conflit", ont-ils conclu.

  • permalien Lou :
    12 janvier 2011 @22h40   «

    Un Bédouin palestinien emporte des effets personnels d’une maison, quelques instants avant sa démolition, dans le village de Dakeka, près de la ville d’Hébron en Cisjordanie, le mercredi 12 janvier 2011. Les forces israéliennes ont démoli 13 structures dans les collines au sud d’Hébron qui selon des responsables israéliens ont été construites sans permis . (Photo AP Shiyoukhi Nasser /)

Ajouter un commentaire