Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Egypte-Iran, deux poids deux mesures

Egypte-Iran, deux poids deux mesures

samedi 27 novembre 2010, par Alain Gresh

Des élections législatives se dérouleront en Egypte demain dimanche 28 novembre. Si l’on ignore quel sera le taux de participation, le résultat ne fait aucun doute : le Parti national démocratique du président Hosni Moubarak l’emportera haut la main, permettant à celui-ci de pouvoir affronter l’élection présidentielle sans opposant sérieux (tout candidat à cette élection doit obtenir l’aval d’un nombre substantiel de députés) — à moins qu’il ne désigne son fils pour lui succéder.

La presse française a suivi la campagne et n’a pas manqué de souligner le caractère arrangé du scrutin, la pression contre les candidats d’opposition, notamment ceux des Frères Musulmans.

Ainsi, sur lefigaro.fr, Tangui Salun écrit (« Élections en Égypte : bataille pour l’après-Moubarak », 26 novembre) :

« Les autorités ont pourtant martelé ces dernières semaines leur détermination à organiser un vote “intègre et transparent”. Mais la promesse n’a guère convaincu l’opposition et la société civile. “Il n’y a aucune indication d’un changement de climat politique, bien au contraire”, estime Bahey el-Din Hassan, directeur de l’Institut du Caire pour les droits de l’homme. Et d’énumérer les maux du pays : la loi d’urgence, qui permet d’interdire rassemblements politiques et manifestations ; l’annulation de la supervision des bureaux de vote par les juges, seule garantie, jusqu’alors, d’un minimum de transparence ; le rejet catégorique par les autorités d’observateurs internationaux, demandés par les États-Unis, et les restrictions imposées aux ONG locales ; ou encore l’éviction, ces derniers mois, de journalistes critiques envers le pouvoir. »

Mais, si tous les commentateurs sont d’accord sur l’analyse, on ne sent aucune indignation semblable à celle qui a saisi nos médias lors de l’élection présidentielle de juin 2009 en Iran ; aucune condamnation officielle, alors que le ministère des affaires étrangères dénonce régulièrement les atteintes aux droits de la personne en Iran. Pas de grandes analyses sur la démocratie, les droits humains, la liberté, mais un constant « froid », détaché. Pourquoi cette différence ? Après tout, l’Egypte comme l’Iran sont les deux pays les plus peuplés du Proche-Orient, ceux dont l’avenir pèsera le plus sur les évolutions de la région.

Tous les observateurs ont souligné que les résultats des élections de novembre 2005 en Egypte (qui avaient vu la victoire de 80 députés Frères musulmans) et la victoire du Hamas aux élections palestiniennes avaient mis un terme aux projets américains de démocratisation de la région.

Les arguments qui sont avancés sont toujours les mêmes :

- un gouvernement des islamistes en Palestine empêcherait tout accord de paix avec Israël ;

- pas de liberté pour les ennemis de la liberté : la victoire des islamistes serait sans retour possible ; ils instaureraient une dictature.

Le premier argument ne tient pas une seconde la route, pour deux raisons :

- les négociations de paix, selon les accords d’Oslo, se déroulent entre l’OLP et le gouvernement israélien. La victoire du Hamas ne change rien à la donne et l’OLP peut tout à fait, sans l’accord du gouvernement palestinien, signer un accord ;

- d’autre part, ce raisonnement oublie que le principal obstacle à la paix est le gouvernement israélien (et aussi le parti Kadima, aujourd’hui dans l’opposition, mais responsable des deux guerres du Liban, 2006, et de Gaza, 2008-2009). A plusieurs reprises, le Hamas a fait part de son acceptation de la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza, avec Jérusalem-Est comme capitale. Mais personne ne veut l’entendre.

Caroline Fourest reprend le deuxième argument dans un article du Monde (27 novembre), « Séculariser puis démocratiser ».

Tout au long de son raisonnement, elle tente de se donner une posture « centriste », entre ses anciens amis de Riposte laïque qui fricotent désormais avec tout ce que l’Europe compte d’organisations de droite extrême islamophobe et ceux qu’elle appelle les islamo-gauchistes. Un « centrisme » très relatif cependant venant de quelqu’un qui a signé, avec Bernard-Henri Lévy, Antoine Sfeir, Philippe Val et quelques autres, en mars 2006, « Le manifeste des douze : ensemble contre le nouveau totalitarisme » :

« Après avoir vaincu le fascisme, le nazisme et le stalinisme, le monde fait face à une nouvelle menace globale de type totalitaire : l’islamisme. Nous, écrivains, journalistes, intellectuels, appelons à la résistance au totalitarisme religieux et à la promotion de la liberté, de l’égalité des chances et de la laïcité pour tous. »

Son raisonnement sur les élections égyptiennes reprend tous les lieux communs de la majorité des intellectuels médiatiques occidentaux, en exposant le soi-disant dilemme devant lequel nous serions placés :

« Faut-il souhaiter des élections libres lorsqu’un régime totalitaire menace de triompher par les urnes ? L’élection peut-elle servir à donner les clés d’une démocratie imparfaite aux ennemis de la démocratie ? C’est le dilemme récurrent du monde arabo-musulman. Il s’est posé de façon dramatique en Algérie. Il se pose à la veille de chaque élection en Egypte. S’il était simple à résoudre, il y a longtemps qu’on l’aurait tranché. En théorie, deux tentations abstraites s’affrontent. Celle de la démocratie angélique et celle de la démocratie cynique. »

« L’angélique croit pouvoir réduire l’alpha et l’oméga de la démocratie au fait d’organiser des élections libres. Sans se soucier du résultat. Peu importe que ces élections portent au pouvoir des tyrans, des fascistes... qui ne rendront pas les clés. C’était le danger lorsque le Front islamique du salut (FIS) menaçait de gagner les élections en Algérie. C’est celui que fait peser la victoire d’un mouvement comme les Frères musulmans en Egypte. Leur visage avenant, le fait qu’ils soient martyrisés par le régime égyptien ne doivent tromper personne. Pour eux, la démocratie n’est qu’un moyen... En vue d’achever une révolution culturelle intégriste à vocation expansionniste et totalitaire. »

Notons que Fourest ignore le sens même des élections actuelles en Egypte. Il ne s’agit que d’élections législatives, dans un régime largement présidentiel. A supposer que les Frères musulmans gagnent, il leur faudrait gouverner dans le cadre de ces contraintes (avec, en plus, l’armée en arrière-plan). On pourrait tenir le raisonnement suivant : la popularité des Frères musulmans ne tient-elle pas au fait qu’ils n’ont jamais été confrontés au pouvoir ? Ne serait-il pas temps qu’ils se frottent aux contraintes gouvernementales ? Certains d’entre eux affirment que « l’islam, c’est la solution ». Comment aborderont-ils les problèmes de l’emploi, de l’éducation, des libertés ?

« Les partisans du moindre mal, poursuit Fourest, sont prêts à tout pour leur barrer la route. Quitte à soutenir des gouvernements cyniques ? Sous prétexte de faire barrage, les régimes arabes bâillonnent aussi bien les intégristes que les démocrates laïques. Comme Mohamed El-Baradei, empêché de se présenter à l’élection présidentielle. Ce qui ferme la porte à toute alternative réelle, donc à la démocratie. »

Ces partisans du moindre mal, on s’en rendra compte par la suite, ont exactement la même attitude que Fourest, attendre que les temps soient mûrs pour instaurer la démocratie, un discours qu’ils tiennent depuis des décennies pour le monde arabe. Et rappelons que El-Baradei était prêt à un pacte avec les Frères musulmans.

« Comment en sortir ? La recette magique n’existe pas. Seul le poison est bien connu. Tenter la démocratie sans avoir au préalable sécularisé, comme en Algérie, mène à la dictature religieuse ou à la guerre civile. Séculariser tout en tardant à démocratiser, comme en Turquie, n’évite pas une poussée islamiste, mais sur un mode plus contenu. Son effet semble plutôt démocratique. Même si le risque de voir le gouvernement islamiste turc défaire les contre-pouvoirs laïques, militaires et judiciaires, est loin d’être écarté... Ce processus explique pourquoi l’islamisme de l’AKP (Parti de la justice et du développement) est incontestablement moins dangereux que celui des Frères musulmans en Egypte. »

Il faut donc séculariser les sociétés arabes retardées. Mais qui le fera ? L’époque du colonialisme est terminée où nous voulions libérer les musulmans de leur religion rétrograde (parfois en les convertissant !). Et puis, comment penser une seconde que le pouvoir égyptien, qui n’hésite pas à jouer sur les oppositions entre musulmans et chrétiens, qui utilise la censure contre les textes considérés comme antimusulmans, qui organise des rafles contre les homosexuels quand cela l’arrange, serait le porteur du moindre projet de séculariser la société ? Tous les observateurs de la vie politique égyptienne savent, mais Fourest n’en a cure, que le pouvoir a joué un rôle actif dans l’islamisation de la société — et que ce qui est vrai en Egypte, est vrai dans la plupart des pays arabes.

« C’est aussi une question de calendrier géopolitique. Dans le puzzle des nations, l’Egypte est un foyer historique de l’intégrisme sunnite. Si son triomphe avait lieu avant l’écroulement du régime théocratique iranien, la victoire électorale des Frères musulmans égyptiens pourrait stimuler l’internationale islamiste et encourager la surenchère. Après, elle peut se limiter à la scène nationale et prendre le chemin d’un islamisme à la turque. A condition qu’entre-temps l’Egypte se soit sécularisée... Ce qui est loin d’être encouragé. »

Ainsi donc, il faut attendre que le régime iranien s’effondre pour envisager une évolution en Egypte de crainte de voir une internationale islamiste se mettre en place. Une internationale islamiste qui transcenderait les divisions nationales et confessionnelles (chiites-sunnites) ? Les luttes et les divisions politiques et religieuses en Irak apportent chaque jour la preuve que cette internationale, ce péril islamiste, a plus de réalité dans les cerveaux échauffés d’intellectuels occidentaux que dans la réalité.

« Les observateurs extérieurs doivent accepter la complexité de ce mécanisme s’ils veulent y contribuer sans jouer aux apprentis sorciers. Il n’y a pas à choisir entre un régime autoritaire et un mouvement totalitaire. Le premier se sert de la menace intégriste pour différer la démocratie. Le second prétend incarner l’alternative, mais ne rêve que de dictature au nom de la charia. Etouffés entre les deux, les démocrates laïques sont les seuls à mériter notre solidarité. »

Les observateurs extérieurs à qui Fourest fait la leçon, c’est qui ? Que sait-elle de la complexité de l’Egypte ? Avoir écrit sur la laïcité et le droit des femmes face aux religions semble avoir fait de Fourest une « spécialiste » du monde musulman, du moins c’est ce que croient les médias qui lui donnent régulièrement la parole. Quant aux démocrates laïques dont Fourest parle, il s’agit d’une telle généralisation que l’on en reste pantois : de nombreux courants démocrates au Maroc ou en Turquie défendent des positions en opposition totale avec sa défense soft des dictatures en place.

« Pour les soutenir, il faut accepter que la référence à une valeur supérieure à la démocratie — la théocratie — puisse servir à disqualifier un candidat ou un parti intégriste. Tout en veillant au respect absolu des libertés politiques en dehors de cette restriction. Dans l’espoir que les citoyens du monde arabo-musulman aient un jour un autre choix... que la peste ou le choléra. »

Espérons donc, et en attendant ? La position de Fourest revient à soutenir le statu quo, position qui rejoint celle de nos gouvernants et qui contribue très largement à discréditer le discours occidental sur la démocratie. Au printemps 2006, au lendemain de la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes et après l’adoption par l’Union européenne et les Etats-Unis de sanctions contre un gouvernement élu démocratiquement, j’avais assisté à une réunion de journalistes du monde arabe qui s’était tenue à Dubaï. S’y côtoyaient toutes les tendances de la scène médiatique, des journalistes inféodés aux pouvoirs, des indépendants, des islamistes, des laïques, etc. La réaction fut unanime : l’Occident trahissait, une fois de plus, les valeurs dont il se réclamait ; il alimentait ainsi le discours d’Al-Qaida sur l’hypocrisie des appels occidentaux à la défense des droits humains.

344 commentaires sur « Egypte-Iran, deux poids deux mesures »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien K. :
    27 novembre 2010 @19h19   »

    Ce n’est pas tout à fait le sujet, mais c’est amusant :

    Ahmed Abul-Gheit, ministre des AE d’Egypte :

    L’Iran ne doit pas se mêler des affaires des Etats arabes [sous entendu, du Liban].

    Le même Ahmed Abul-Gheit, en réaction aux accusations de l’Ethiopie disant que l’Egypte se mêle des affaires ethiopiennes :

    ...no country has the ability to isolate Egypt from the rest of the African continent.

    Egypt is the second largest economy, has the biggest
    military and the most active diplomatic power in Africa

  • permalien Sakhra :
    27 novembre 2010 @20h11   « »

    Le discours de Fourest c’est du réchauffé, et les mêmes slogans qui lui servent d’arguments sont servis pour l’Egypte et pour l’Algérie. Un seul mode d’emploi pour tous les "zarrabes", sans distinction , ils interchangeables.

    :En 2.009, elle a été invitée à Alger,par son ami "démocrate"chef du RCD, (un parti fabriqué par les "services" pour contrecarrer les vrais démocrates du Front des Forces Socialistes,)qui n’a pas obtenu un seul siège aux élections de 1991 , qui a déclaré après les résultats,et devant sa déconfiture,qu’il s’était trompé de sociét(sic et resic : pourtant il parlait au nom du peuple algérien) et qui a "courageusement appelé au coup d’Etat de l’armée avec toute la répression sanguinaire qui s’en est suivi.
    Son interview : il parait qu’avec le RCD, elle a beaucoup appris :

    Justement, ne pensez-vous pas que les occidentaux soutiennent les régimes autoritaires au Maghreb et dans le Monde arabe pour défendre leurs propres intérêts économiques ?

    Les régimes occidentaux font avec ce qu’il y a. On ne peut pas leur reprocher à la fois d’être dans une forme de néocolonialisme s’ils s’emmêlent trop, et en même temps de ne pas assez s’en mêler pour changer les choses. En revanche, le gouvernement français n’était certainement pas obligé de féliciter le président algérien pour sa réélection avec autant de chaleur, quand on sait que le scrutin est contesté et qu’il s’est déroulé dans des conditions contestables.Les Etats-Unis ont su faire preuve de plus de réserve... Au niveau des intellectuels, il faut aussi combattre ce fatalisme aboutissant à ne pas être solidaire des opposants à la fois démocrates et laïcs sous prétexte qu’ils ne sont pas représentatifs de l’opinion publique arabe

    http://pldexmdsl.fr.gd/Caroline-Fou...

  • permalien Gaby :
    27 novembre 2010 @21h26   « »

    “Mais, si tous les commentateurs sont d’accord sur l’analyse, on ne sent aucune indignation semblable à celle qui a saisi nos médias lors de l’élection présidentielle de juin 2009 en Iran ; aucune condamnation officielle, alors que le ministère des affaires étrangères dénonce régulièrement les atteintes aux droits de la personne en Iran. Pas de grandes analyses sur la démocratie, les droits humains, la liberté, mais un constant « froid », détaché. Pourquoi cette différence ? Après tout, l’Egypte comme l’Iran sont les deux pays les plus peuplés du Proche-Orient, ceux dont l’avenir pèsera le plus sur les évolutions de la région.”

    C’est étrange en effet, j’avais moi aussi fait le parallèle, cela ne vous étonnera pas j’imagine, nous devons être un certain nombre dans ce cas, et pourtant la République islamique d’Iran ne fait-elle pas presque figure d’un véritable paradis terrestre de la démocratie et des droits humains à comparer avec ce qui se passe en Egypte ? Ce ne sont pas les malheureux qui ont eu à fréquenter les geôles sordides égyptiennes qui diraient le contraire toujours, j’imagine...

  • permalien elbé :
    27 novembre 2010 @21h29   « »

    Avec Fourest, on croit entendre Alexandre Adler. Des partisans avoués de la démocratie à géographie variable : Oui à la démocratie quand ça NOUS arrange, non quand ça ne NOUS arrange pas.
    Du bel ouvrage paternaliste.

    La position de Fourest revient à soutenir le statu quo, position qui rejoint celle de nos gouvernants et qui contribue très largement à discréditer le discours occidental sur la démocratie.

    En effet, comment avoir envie de "la démocratie" quand elle " élit" des gouvernants corrompus ? Qu’ils soient soutenus , par les occidentaux favorise en outre la population à lorgner vers les "intégristes". Qui, eux n’ont pas eu à faire la preuve de leurs compétence ou incompétence à gouverner. Donc encore vierges. La tentation est grande de les essayer.
    A part en Iran. Mais ce pays est si diabolisé par les occidentaux qu’il en prend du coup une image idéalisée.

    Qu’ON favorise donc ce qu’ON prétend combattre.
    Soit l’"occident "est idiot, soit il favorise sciemment la théorie du clash des civilisations. (en s’imaginant ,bien sur, en gagnant , de ce clash.)

    Les gouvernants arabes favoris de l’occident sont, en outre les premiers promoteurs de l’intégrisme. Quand ils exilent, mettent en geole leurs opposants réellement démocrates. Quand ils promouvoient les discriminations à l’égard des femmes. Quand ils luttent contre la littérature et le cinéma qui seraient anti- nationale ou anti-musulmane etc...
    Ils pensent ainsi couper l’herbe sous le pied de leurs intégristes. Ne voyant pas que copier l’original sans les promesses de ceux ci ,d’honneteté et de probité, ne fera que les renforcer dans l’opinion publique.

    Certains gouvernants occidentaux en font d’ailleurs autant ici. Il suffit d’entendre certains discours et de voir certains actes, d’une thématique d’extrème-droite qu’ils reprennent à leur compte. Résultat : Voulant l’éliminer, ils ne feront que la renforcer.

  • permalien Bert :
    27 novembre 2010 @21h54   « »

    L’Iran et son régime sont diabolisés par les "pays occidentaux" depuis 1979. Il serait impossible d’en montrer tous les exemples durant la guerre Iran/Iraq. L’ONU elle même, en refusant durant toute la guerre d’avouer que l’Iraq était l’utilisateur exclusif des gaz de combat, montrait sa partialité. Dans les années 90, alors même que le gouvernement des Etats-Unis n’hésitait pas à négocier avec le régime des taleban, il refusait toujours tout contact direct avec le régime iranien.
    Tous les pays européens, en plus des Etats-Unis, ont eu de nombreux rapports commerciaux et diplomatiques avec le Pakistan, alors même que Musharraf avait pris le pouvoir par un coup d’état et tardait à restaurer la "démocratie".
    Les républiques d’Asie centrale, et notamment l’Ouzbékistan ou le Turkménistan, sont des partenaires dont on ne discute pas les méthodes et politiques depuis plus de vingt ans.
    L’Arabie Saoudite, qui, entre autres, finança le régime taleban et dont ce dernier s’inspira pour créer sa police religieuse, a récemment été montrée comme un "modèle de civilisation" dans un discours du président français que devraient lire ceux qui croient encore au caractère laïc de notre république.

    Bref, la diabolisation de l’Iran a plus de trente ans, et offre aux plus extrémistes du régime iranien un soutien qu’ils seraient incapables d’obtenir par eux mêmes.

    Mais alors, pourquoi, et dans quel but ?

  • permalien Rouzbeh :
    27 novembre 2010 @22h01   « »

    (...Iran ne fait-elle pas presque figure d’un véritable paradis terrestre de la démocratie et des droits humains à comparer avec ce qui se passe en Egypte ? ….)

    Je ne savais pas qu’au paradis terrestre on mettait la tête des détenus (entre autres sortes de tortures)dans les toilettes pour leur faire avouer des « crimes » !!!
    Il est vraiment beau ce paradis terrestre !
    Il faut espérer qu’aucun être humain ne subisse ces pratiques paradisiaques !

  • permalien Gaby :
    27 novembre 2010 @22h07   « »

    Rouzbeh :
    27 novembre @22h01

    Ne feriez-vous pas confusion avec les USA ? Là-bas de telles pratiques ont été jugées publiquement acceptables par les plus hautes autorités fédérales, si j’ai bien suivi... Non ?

  • permalien une bille :
    27 novembre 2010 @22h10   « »

    Caroline Fourest appartient à cette extrême droite de fait, pour qui tout ce qui sort des urnes est suspect, et que la seule démocratie viable se décrète au bout des fusils.

    Disons néo-démocrate.

    Elle juge les évènements à l’aune de ses superstitions, et quand la réalité de nourrit plus ses phantasmes, elle crie "où est ma voix ! où est ma voix !"

  • permalien Yvan :
    27 novembre 2010 @22h21   « »
    Egypte-Iran, deux poids deux mesures... oui, mais les quel ?

    ContreInfo :: Barack Hussein Obama : discours du Caire (traduction) 

    Ce point est important car il y a ceux qui encouragent la démocratie uniquement lorsqu’ils ne sont pas au pouvoir ; et une fois au pouvoir ils sont sans scrupules dans la suppression des droits d’autrui. (Applaudissements) Quel que soit là où il prend forme, le gouvernement du peuple et par le peuple est le seul étalon par lequel on mesure tous ceux qui sont au pouvoir : il faut conserver le pouvoir par le consentement du peuple et non la coercition ; il faut respecter les droits des minorités et participer, dans un esprit de tolérance et de compromis ; il faut mettre les intérêts du peuple et le déroulement légitime du processus politique avant ceux de son parti. Sans ces ingrédients, les élections ne créent pas une vraie démocratie à elles seules.

    ... et le Caire c’est en Égypte...

  • permalien Gaby :
    27 novembre 2010 @22h33   « »

    Peit exemple de procédé électoral "démocratique" chez les grands amis de l’Occident :

    “Egyptian courts ordered the cancellation of Sunday’s parliamentary election in 24 districts after orders to reinstate opposition and independent candidates were ignored, a judicial source said Friday.”

    Ben oui, si il y a aussi des candidats de l’opposition, c’est plus du jeux, on ferme tout !

  • permalien Najih :
    27 novembre 2010 @22h56   « »
    Que reste-t-il de la démocratie ?

    Lorsque le programme politique du parti de Moubarak menacera sérieusement les convoitises des pilleurs de richesses des autres peuples, on verra toute la clique de "démocrates" défiler sur les plateaux de télé et écrire des conneries à la Km sur les Unes des journaux, en gras et en MAJUSCULES, mais là, que forest, BHL et co se rassurent car le régime égyptien ne regarde pas aussi loin que le future proche du fils du président actuel, qui sans doute sera le prochain successeur de Moubarak.

  • permalien Sakhra :
    27 novembre 2010 @22h59   « »

    "Démocratie à la carte occidentale, dictature et" bonne gouvernance".

    En fait, les Etats-Unis classent les pays non occidentaux en quatre grands ensembles. Le premier est celui des démocraties. L’Irak, mais aussi Israël, considérée comme la seule vraie démocratie au Moyen-Orient, selon les Américains, appuyés sur ce point par les autres pays occidentaux d’ailleurs. Cela tient à un formalisme électoral qui apparait souvent futile. Certes, en Israël, les habitants juifs votent très librement pour choisir des dirigeants, à qui est confiée la mission d’occuper le territoire des autres, d’agresser les voisins et de réprimer les Palestiniens, dont les Droits sont bafoués depuis des décennies.

    A l’opposé des « démocraties » labellisées, il y a les dictatures, comme celles de l’axe du Mal. L’Iran en fait partie. Pourtant, en Iran, on retrouve le même formalisme électoral qu’en Irak, la même domination d’une communauté religieuse. Cela va jusqu’à la caricature : les Chiites qui dirigent l’Irak ont longtemps été exilés en Iran, où ils gardent de solides attaches. Cela ne gêne pas pour autant les Américains de porter les uns à bout de bras, et de préparer peut être une guerre contre les autres. Pourquoi ? Parce que les premiers ont abdiqué, et scellé leur sort à l’Amérique, alors que les autres veulent exister.

    Entre les deux, l’invention de la "bonne gouvernance"

    Le concept de bonne gouvernance a été inventé au milieu des années 1990 pour justifier le renoncement à la démocratie. Après avoir utilisé la démocratisation comme slogan et moyen de pression sur de nombreux pays pendant des décennies, les occidentaux ont lancé ce nouveau concept pour signifier à leurs « amis » qu’ils sont prêts à se monter compréhensifs sur les violations des règles démocratiques, pour peu que les affaires marchent et que la domination occidentale soit acceptée. C’était aussi une attitude à la limite du racisme. On admettait en effet que certains pays n’étaient pas aptes à la démocratie, et qu’ils devraient se contenter de progrès économiques, en attendant des temps meilleurs.
    Abed Charef.

    http://www.lequotidien-oran.com/?ar...

  • permalien tike :
    27 novembre 2010 @23h38   « »

    JE CONSEILLE FORTEMENT A MADAME FOURREST DE QUITTER SA BULLE ET DE VOIR LA REALITé EN FACE . NON PAS SA REALITé A ELLE ; TRUFFéE DE MEPRIS ET DE RACISME EN VERS LA COMMUNAUTé MUSULMANE ; mais plutot la vraie realité ; celle que le monde musulman n est pas un ennemi potentiel de l occident meme si l ce dernier utilise cet argument pour s attaquer aux pays arabo-*musulmans .

  • permalien Pacacal Hilout :
    27 novembre 2010 @23h45   « »

    Monsieur Gresh,

    Vous n’avez pas tout saisi : je suis Pascal Hilout, né Mohamed et membre de Riposte Laïque depuis les tous débuts. Votre combat, celui de Caroline Fourest & Consorts contre l’islamisme, l’intégrisme et autres ismes, je vous le laisse volontiers. Vous enfoncez des portes ouvertes.

    C’est l’islam tout court, c’est à dire les prescriptions islamiques les plus basiques et les pratiques les plus quotidiennes héritées de Mahomet que nous condamnons et combattons à Riposte Laïque, parce qu’elles sont sexistes, séparatistes et ségrégationnistes.

    Comme les anciens idiots utiles aux idées totalitaires comme celles de l’islam, vous comprendrez, peut être, un peu plus tard. Ce n’est pas grave, la France et l’Europe connaît bien vos semblables et prédécesseurs.

  • permalien Camilio :
    28 novembre 2010 @00h00   « »

    Au final c’est elle qui a un double discours et sûrement pas Tariq Ramadan. Et ça se dit de gauche.....

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @00h36   « »

    Pacacal Hilout :
    27 novembre @23h45

    Cela ne me semble absolument pas fairplay de votre part de mettre sur le même plan Alain Gresh et cet olibrius de Fourest qu’il critique me semble-t-il fort à propos. J’avoue ne pas connaitre cette dame, mais pour le peu qui en est cité ici, cela ne donne vraiment pas envie, et me semble être clairement une chance. Alain Gresh a soit attaqué votre organisation sur un point précis, pourquoi ne lui répondez-vous donc pas sur ce terrain ? Au lieu de cela vous lui apportez de l’eau à son moulin de toute évidence, par la réponse que vous lui faites...

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    28 novembre 2010 @01h23   « »

    Pascal Hilout, né Mohamed

    Pourrait-on savoir pourquoi avez-vous changé de prénom, M. Hilout ? La loi française ne l’exige pas pourtant...

  • permalien Erasmus Minor :
    28 novembre 2010 @02h48   « »

    Un élément est absent de la réflexion sur l’Egypte qui me semble essentiel pourtant : la situation économique. L’Egypte est un pays où règne avant toute chose la corruption. Et, à cause de cette corruption, la société égyptienne se morfond. Parler de la démocratie, de l’islam, très bien, mais pourquoi jamais de la situation économique ? J’ai vraiment du mal à comprendre.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    28 novembre 2010 @04h43   « »

    @ Pascal // 27-11 /23h45

    "Idiots utiles"

    - faudrait savoir : les "anciens" (utiles aux communiste), ou "les nouveaux" (supposés liés à l’Islam) ? Décidez-vous !

    Ensuite, traiter l’autre d’idiot est une goujaterie qui ne remplace pas un argument (inconnu par vous ?).

    - "l’empilage" incantatoire de ces deux dernières lignes rappelle les formulations du prénommé MENAHEM sur UPJF : ça se formule tout seul, s’assemble sans réfléchir et invoque la trouille de manière vague ("... vous comprendrez plus tard.").

    Enfin, si on examine contenu et cohérence de vos deux dernières lignes, ç’est nul :
    - que faudrait-il "comprendre" (catas véhiculées par l’Islam ?), vous ne le dites même pas ; lors de votre écolage, vos instructeurs de Riposte sont restés vagues et vous n’avez pas demandé de précision ou vous supposez que chacun comprendra le sous-entendu (de manière identique !) et qu’il est inutile de préciser ... alors que précisément vous affirmez "Vous n’avez pas tout saisi" !! c’est le néant le plus vide sur le sujet-même ;
    - Si M Alain GRESH "comprendra plus tard", c’est, je suppose, pcq "l’islam nous aura submergé" (adoptons vos lieux communs), MAIS ALORS, C’EST QUE LA FRANCE ET L’EUROPE SE SERONT LAISSéES PIèGER par les "semblables et prédécesseurs" de M GRESH ;
    - MAIS SI la France et l’Europe sont déjà vaccinées, comment M GRESH pourra-t-il comprendre puisque la cata ne se produira pas !!

    Je vous laisse donc préciser (tiret 1) et résoudre votre contradiction implicite (tirets 2 et 3) que j’espère avoir explicitée. NB, pour la contradiction, sauf en Mécanique Quantique, il est impossible qu’un système (notre société) soit dans un état "superposé" à un instant donné.

    Art 18, Art19 et Art 2 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme

    L’Art 18 de la DUDH garantit la liberté de choisir une religion, d’en changer et d’abandonner toute religion. Vos convictions sont votre affaire. La liberté de manifester vos opinions est garantie par l’Art 19 de la DUDH ; vous avez le droit de proclamer vos convictions et de tenter de convaincre autrui de leur bien-fondé.

    Ce droit d’expression est limité par le respect d’autrui : si je pense "journaliste = pédo", l’Art 19 ne m’autorise pas à le dire. L’Art 2 garantit à chacun un égal respect de ses droits, sans qu’il soit inquiété ou discriminé sur base notamment de sa religion ou de ses convictions. Vos condamnations et actions de combat sont donc tenues par cet article à certaines limites.

    "... portes ouvertes ..."

    Vraiment ? Vous aviez donc noté et relevé tout seul la différence de traitement sur les élections entre Iran et Egypte ?

    Evaluation

    Si j’étais votre instructeur Riposte, j’serais pas fier ...

  • permalien mimi :
    28 novembre 2010 @08h51   « »

    je ne connaissais pas les propos de Me Fourest mais elle parait faire preuve de lucidité ! après avoir été en Egypte et en Syrie , je pense qu’il faut dans ces pays des pouvoirs forts et non islamisés outrancièrement....car les fanatiques ne reviennent jamais dans le giron de la démocratie...méfions-nous de soutenir des ayatollahs ( cf l’Iran ) . evidemment qu’il y a 2 poids 2 mesures et pour cause !

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @09h36   « »

    s=exp(j*pi) :28 novembre @04h43
    (...)
    "Idiots utiles"
    (...)

    Certains mauvais esprits ne manqueront pas de se demander si ceux-là même qui reprennent francisé ce néologisme de maccarthystes et de neocons ne seraient pas les plus beaux exemples de leur petit concept malodorant... Mais enfin, l’idiotie n’est-elle pas pour nos toubibs le stade ultime de l’arriération mentale ? Ceci explique peut-être cela ?

  • permalien bigoodit :
    28 novembre 2010 @10h21   « »

    Les pays occidentaux, de culture démocratique, feraient mieux de s’occuper de leurs oignons : lutter contre l’effacement de la démocratie en Europe et partout où s’est épanouie démocratiquement la culture occidentale. Un effacement de la démocratie organisée par ses "élites" : au sommet par le verrouillage des pouvoir de décision (en Europe la "gouvernance de l’UE) et à la base par le moyen d’une immigration musulmane massive, de tradition théocratique, inégalitaire, sexiste, ségrégationniste, de ce fait antagoniste aux principes démocratiques. Autrement dit : la fin de la démocratie et son remplacement par une théocratie "chariatique" engendrée par la voie démocratique... Selon les propos mêmes d’un ministre des pays-Bas.
    Des traités signés il y a trois décennies par nos "gouvernances" avec les pays de l’OPEP, garantissent les livraisons de pétrole contre l’acceptation de l’islamisation de l’Europe : immigration massive de ressortissants musulmans (malgré l’effondrement de l’emploi dû aux délocalisations), livres scolaires de nos écoles valorisant l’islam et même les prétendues " racines musulmanes de l’Europe" (dixit Chirac), et dévalorisant le christianisme (présenté selon son versant le plus rébarbatif : Inquisition, etc) , expansion exponentielle du halal, officines "anti-racistes" racialistes baillonnant la critique de l’islam au nom de "l’islamophobie" (terme criminalisant la critique de l’islam qu’Alain Gresh manipule depuis aussi longtemps que l’ayatollah Khomeny), etc...
    Que l’Islam se perpétue en terre d’islam si tels sont les voeux de ces populations attachées à leurs traditions (dussent-elles les rendre serviles, malheureuses et peu créatives), soit. Que chacun fasse ce qu’il veut chez soi.
    Mais que les populations occidentales préservent sur leur territoire historique leur culture et leur traditions, leur mode de vie. Qu’elles les fassent respecter par les immigrants musulmans et ne se fassent pas imposer l’islam, culture et mode de vie archaïque, liberticide, sexiste, improductif économiquement et culturellement. Ceci faute de générer une relation au travail négative et d’engendrer de ce fait une économie de prédation et d’expansion coloniale qui se réalise par voie "culturelle" (faute de pouvoir le faire, comme ce fut le cas jadis, par la voie militaire). Boumédienne, l’ayatollah Khomeny, Erdogan, Khadafi ne se sont pas gênés pour l’exprimer dans les termes les plus clairs.
    Tous ceux qui ferment les yeux sur cet état de faits seront un jour jugés pour ce qu’ils sont : les collabos d’un totalitarisme démocraticide, des fossoyeurs de la culture occidentale.

  • permalien Jc :
    28 novembre 2010 @10h26   « »

    Dans la même veine du "deux poids deux mesures", j’avais tenté une comparaison des réactions médiatiques entre les élections en Iran et au Mexique, que l’on peut lire ici :
    http://www.legrandsoir.info/La-diff...

    Amicalement.

  • permalien elbé :
    28 novembre 2010 @10h38   « »

    mimi :
    28 novembre @08h51 «  »
    je ne connaissais pas les propos de Me Fourest mais elle parait faire preuve de lucidité ! après avoir été en Egypte et en Syrie , je pense qu’il faut dans ces pays des pouvoirs forts et non islamisés outrancièrement....car les fanatiques ne reviennent jamais dans le giron de la démocratie...méfions-nous de soutenir des ayatollahs ( cf l’Iran ) . evidemment qu’il y a 2 poids 2 mesures et pour cause !

    - Mimi, vous n’avez pas tout bien lu, ou pas tout compris de l’article de Mr. Gresh. Car sous des propos équilibrés et rationnels, (c’est bien vu puisque vous marchez !) C. Fourest, provoque indirectement un soutien à l’intégrisme.
    Quand on soutient un pouvoir fort (comme vous le dites... ) corrompu, attentatoire aux libertés, qui sont en outre souvent fort peu respectueux des fois minoritaires, ces pouvoirs là sont très près des intégristes qu’ils prétendent combattre.
    Donc, on pousse finalement ces populations à voter intégriste. Pour s’en plaindre ensuite. Ou pour les en empêcher.
    Si vous compreniez mieux ce que dit Alain Gresh, vous verriez aussi la morgue , la certitude et le mépris, des C. Fourest à décreter que s’ils étaient libres de voter, les arabes ne pourraient que voter pour les intégristes. N’est ce pas leur dénier, et leur libre-arbitre, (de quel droit décide t-on ce qui leur parait le mieux pour eux, même si on pense qu’ils se trompent ? ) et leur intelligence ?

    Franchement, vous ne pensez pas que l’extrême-droite en Europe gagne du terrain à cause de la gabegie des gouvernants ? Voudriez-vous supprimer la démocratie ici sous pretexte que l’extrême-droite risque de l’emporter ?
    Ne trouveriez-vous pas intolérable que d’autres pays, en dehors de l’Europe, sous ce pretexte, décrètent et dictent qu’il n’y faut pas d’élections ?
    Outre le mépris que cela suppose, ne pensez-vous pas que cela donnerait encore plus envie aux gens de se tourner vers l’extrême-droite ?

    Vous ne répondriez pas : Et quand bien même ?
    C’est notre choix, bon ou mauvais, mêlez-vous de vos oignons !

    C’est tout ce que réclament les peuples arabes. Rien ne dit, en plus, qu’ils voteraient "mal". Laissez les en décider !

    Quant à ce que vous dites : Les fanatiques ne reviennent jamais dans le giron de la démocratie _ :
    - Ce n’est pas en les soutenant qu’ils y reviendront...

    - C’est oublier un peu vite l’Histoire : Que les peuples savent aussi se rebeller. Ce n’est pas parce qu’ils subissent un certain temps, qu’ils le feront toujours. Peuvent être manipulables , c’est vrai. Mais pas aussi idiots que vous le pensez, quand ils font l’expérience du totalitarisme (si totalitarisme il y a ). Cette expérience, ils ont tout autant que vous, le droit de la faire.

  • permalien Benjamin Wiacek :
    28 novembre 2010 @10h47   « »

    Merci M. Gresh pour cette analyse fort pertinente car il est certain qu’entre ces deux dictatures, le traitement mediatique est loin d’etre le meme ! C’est fort dommage...

    Vous appuyez la ou ca fait mal pour mettre en evidence de violentes contradictions, et comme d’habitude, on vous le reprochera...

    Merci pour votre travail de qualite !!

    Benjamin wiacek
    http://echos-moyenorient.blog.lemon...

  • permalien elbé :
    28 novembre 2010 @10h56   « »

    Mais que les populations occidentales préservent sur leur territoire historique leur culture et leur traditions, leur mode de vie. Qu’elles les fassent respecter par les immigrants musulmans et ne se fassent pas imposer l’islam, culture et mode de vie archaïque, liberticide, sexiste, improductif économiquement et culturellement.

    Si je suis presque d’accord sur le début de votre texte( in extenso), je suis en désaccord profond sur les facteurs qui en seraient les causes. C’est à dire les immigrés et l’Islam.

    D’abord, en préalable :

    La culture est le contraire de ce que vous dites ; : Elle est par essence multiple et un amalgame d’apports divers. Ou elle n’est pas.

    Pour le reste, vous fantasmez. Où avez-vous vu que les musulmans imposent aux non-musulmans (et même aux musulmans) leur pratique religieuse ? Je veux dire dans la réalité des faits. Vous a t-on trainé de force dans un restaurant hallal ? etc...

    Contrairement à ce que vous croyez être ( opposant à l’élite gouvernemental et à la presse), vous êtes en plein dans le discours dominant. Hélas.

  • permalien Gracchus :
    28 novembre 2010 @11h00   « »
    Confusion ?

    On doute m’étreint !

    Quand Super-Caroline parle de "...la référence à une valeur supérieure à la démocratie — la théocratie — ...", c’est d’Israël qu’il s’agit ?

    Vraiment, le doute est permis, notamment après avoir lu sur le site du très droitier Jerusalem Post cet article : "Ah si seulement je n’étais pas juif !"

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    28 novembre 2010 @11h20   « »

    Que l’Islam se perpétue en terre d’islam si tels sont les voeux de ces populations attachées à leurs traditions (dussent-elles les rendre serviles, malheureuses et peu créatives), soit. Que chacun fasse ce qu’il veut chez soi.
    Mais que les populations occidentales préservent sur leur territoire historique leur culture et leur traditions, leur mode de vie.

    Ah bon ! bah, si vous commenciez à retirer vos troupes d’Afghanistan, de l’Irak, de la péninsule arabique, de Palestine (vos mercenaires attitrés) et les bases militaires essaimées un peu partout du Maghreb au Machrek, vous commenceriez à être crédible.

    Ce genre d’énoncés est caractéristique d’une asymétrie visuelle et mentale. On a le sentiment que l’Europe et les Etats-Unis sont sous occupation et que leurs Etats sont sous la coupole d’extrémistes musulmans.

    Bon, de toute façon, ce n’est pas le sujet du fil.

  • permalien Rouzbeh :
    28 novembre 2010 @11h28   « »

    Il est vraiment beau ce paradis terrestre !

    http://fr.globalvoicesonline.org/20...

  • permalien roro :
    28 novembre 2010 @12h12   « »

    bravo monsieur Hilout tout est dit et l’on n’arrive jamais trop tard !mais forcément vous allez vous attirer les foudres de tous les islamos-compatibles
    courage ,les résistants de la 1ere heure au régime nazi n’ont pas dû avoir la vie facile !

  • permalien pajiayue :
    28 novembre 2010 @12h23   « »

    1) Comme d’habitude, Caroline Fourest fait le jeu du sionisme en chargeant l’ "islamisme".. Moi aussi je réprouve la menace qui pèse sur ma culture, mais c’est le fait "des" immigrations. Pour ce qui est de l’Islam, il ne me dérange pas .. chez lui, mais je réprouve autant l’immigration galopante que les massacres sionistes.

    2) L’Egypte, comme la plupart des pays de la Ligue qui achetés tant par les US de directement par Israël. Que dire d’autre, que ces "arabes" n’ont pas la moindre dignité ? c’est pas pire que nos politiques en somme .. Lawrence doit bien rigoler dans sa tombe.

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @12h26   « »

    Rouzbeh :
    28 novembre @11h28

    Qu’un pays victime d’une cyber-guerre menée par ses ennemis de l’étranger, qui ne s’en cachent même pas d’ailleurs, se protège de ces attaques vous étonne-t-il donc ? Vous voudriez peut-être qu’ils leur fassent de la pub pour VOA ?

  • permalien Paul Laurendeau :
    28 novembre 2010 @13h51   « »

    Au chapitre du silence complice versus les protestations de Tartuffes, on peut aussi signaler une analogie Moubarak/Mugabe, pour la date. Ils sont tous les deux en fonction depuis 1979...

  • permalien Rouzbeh :
    28 novembre 2010 @14h55   « »

    Il est vraiment beau ce paradis terrestre !

    Il y a quelque temps un homme a été tué à la place de la Révolution, et deux personnes suspectes ont été arrêtées. Ces deux personnes avouent qu’elles ont participé à la bagarre, mais nient l’assassinat. Après deux ans en prison et à défaut d’un assassin clairement identifié, le juge responsable de ce district 1156 a décidé de faire une étrange loterie : en présence de l’avocat de la famille de la victime, il a écrit leurs deux noms sur deux papiers distincts pour déterminer... qui devrait être puni !!!

    Désolé, le lien est en persan :http://www.vatanemrooz.ir/1389/9/6/...

  • permalien rataplan :
    28 novembre 2010 @15h39   « »

    Partout où il est, l’islam est source de chaos. Population des croyants brimés dans leur liberté de penser, soumission à des interdits de toutes sortes et complètement dépassés ! Fatwas et menaces de mort contre les récalcitrants musulmans et non musulmans etc... Alors Mme Fourest a raison soit on plonge et on fait voter en acceptant que la dictature religieuse s’installe, comme en Iran. Là-bas, les riches mollahs ont tout compris du système capitaliste et des affaires et ils se l’accommodent à la sauce religieuse chiite,en martyrisant une bonne partie de la population, celle qui refuse leur pouvoir religieux ( notamment les femmes). Avez-vous compté les morts de cette dictature là depuis plus de trente ans ? Soit les pouvoirs et hommes politiques en place, musulmans eux-mêmes essaient d’éviter le pire..et alors on se frotte là à des pouvoirs musclés ! Vous faites une grave erreur M Gresh de penser que les islamistes fonctionnent autrement que par le pouvoir de l’argent capitaliste et l’appât du gain, ils ont tout compris à ce système et ils l’appliquent dans les pays de l’islam ! Ils se conduisent de la même manière que les capitalistes américains contre lesquels vous vous insurgez , à juste titre ! Ouvrez les yeux... Ils ont juste le turban en plus et une réelle volonté d’exercer un pouvoir totalitaire et dictatorial ! M Hilout n’a pas tort quand il dit que c’est l’islam le problème.Oui c’est l’islam, qui est surtout un pouvoir hégémonique et politique. Quant à ce que vous pensez des Américains, oui là aussi il y a souvent une volonté hégémonique, elle n’est pas plus grave que l’autre !

  • permalien Deïr Yassin :
    28 novembre 2010 @16h03   « »

    @ "Anonyme" 15h07
    Quand Rouzbeh parle de ’paradis terrestre’ en ironisant, il le fait en réponse à "Gaby" . . qui écrit "Iran ne fait-elle pas presque figure d’un véritable paradis terrestre de la démocratie et de droits humains à comparer avec ce qui se passe en Egypte".

    Il me paraît plutôt comme devoir choisir entre la peste et le choléra.

    Au lieu de traiter Rouzbeh de ’mauvaise foi’, il me parait plus pertinent de s’insurger devant un tel excès, même si cela est une comparaison : ’un véritable paradis terrestre’. Eh, oui, c’est cela. Il fallait l’oser !

    Comme Rouzbeh est apparemment le seul Iranien à commenter ici, irrégulièrement, certes, et malgré de multiples interventions de pseudos-Iraniens, son avis m’intéresse beaucoup, mais cela n’engage que moi. Certains préfèrent apparemment ne pas entendre des voix discordantes sur le régime théocratique de Téhéran. Ennemi commun oblige.

  • permalien chamil :
    28 novembre 2010 @16h04   « »

    Remarquons que Me Fourest ne connaît pas même l’histoire de l’Europe, dans laquelle beaucoup de pays se sont démocratisés avant véritablement de se séculariser voire même sans se séculariser (France, Grande Bretagne, Italie, Irlande, Espagne dans les années 30). De même, une sécularisation autoritaire, comme dans les régimes communistes, n’est pas un gage de bonne santé démocratique.

    De même, si le statu quo était efficace, comment expliquer que les Frères Musulmans soient toujours là, aussi populaires, après près de 30 ans d’Etat d’urgence ? Peut-être qu’au contraire, la démocratisation aurait depuis asséché cette popularité ?

    Bref, du grand n’importe quoi, mais il est vrai que particulièrement en France, on peut raconter n’importe quoi du moment qu’on parle d’Islam. On en arrive presque à regretter Samuel Huntington qui lui du moins faisait réflechir et contre-argumenter.

  • permalien K. :
    28 novembre 2010 @16h34   « »

    La véritable activité des Fourest est de faire de la diversion, d’introduire des faux débats, de tout faire pour que les véritables enjeux soient perdus de vue.

    1- Ce sont les intérêts des oligarchies occidentales, remplacées de plus en plus aujourd’hui par des ploutocraties, avec à leur tête les ploutocrates étatsuniens, qui représentent le principal enjeu.

    2- Ces intérêts sont massivement incompatibles avec le bien-être des populations des pays non occidentaux auxquels on voudrait soit disant éviter le communisme hier et l’islamisme aujourd’hui.

    3- De ce fait, la question de la démocratie est réellement essentielle, mais dans l’autre sens : l’anti-démocratie, magistralement symbolisée par l’actuel régime égyptien, est la condition nécessaire pour assurer les intérêts de cette ploutocratie.

    4- L’“islamisme” est tout à fait toléré, et même loué, tant qu’il permet de servir les mêmes intérêts : voir l’Arabie Saoudite.

    Les projets de modernisation et de développement de Mehmet Ali en Egypte ont été sabotés par les Occidentaux au 19ieme siècle avant l’avènement du communisme et de l’islamisme. Nasser n’était ni un islamiste ni un communiste ; et si on nous rétorque qu’il n’était pas démocrate, on répond que les Occidentaux n’ont pas attendu de savoir si l’Iranien Mossadegh en était un pour le renverser au milieu du siècle dernier alors qu’il n’était lui aussi ni communiste ni islamiste.

    Et il existe des exemples ailleurs que dans la région.
    Du dix-neuvième au vingtiéme siècle n’existe-t-il pas des
    cas similaires en Amérique latine ? Et Patrice Lumumba du Congo ou Nkrumah du Ghana étaient-il communistes ?
    Combien de dirigeants nationalistes du tiers monde ne se
    sont-ils tournés vers l’ex-URSS qu’en désespoir de cause ?

  • permalien K. :
    28 novembre 2010 @16h41   « »

    La véritable activité des Fourest est de faire de la diversion, d’introduire des faux débats, de tout faire pour que les véritables enjeux soient perdus de vue.

    1- Ce sont les intérêts des oligarchies occidentales, remplacées de plus en plus aujourd’hui par des ploutocraties, avec à leur tête les ploutocrates étatsuniens, qui représentent le principal enjeu.

    2- Ces intérêts sont massivement incompatibles avec le bien-être des populations des pays non occidentaux auxquels on voudrait soit disant éviter le communisme hier et l’islamisme aujourd’hui.

    3- De ce fait, la question de la démocratie est réellement essentielle, mais dans l’autre sens : l’anti-démocratie, magistralement symbolisée par l’actuel régime égyptien, est la condition nécessaire pour assurer les intérêts de cette ploutocratie.

    4- L’“islamisme” est tout à fait toléré, et même loué, tant qu’il permet de servir les mêmes intérêts : voir l’Arabie Saoudite.

    Les projets de modernisation et de développement de Mehmet Ali en Egypte ont été sabotés par les Occidentaux au 19ieme siècle avant l’avènement du communisme et de l’islamisme. Nasser n’était ni un islamiste ni un communiste ; et si on nous rétorque qu’il n’était pas démocrate, on répond que les Occidentaux n’ont pas attendu de savoir si l’Iranien Mossadegh en était un pour le renverser au milieu du siècle dernier alors qu’il n’était lui aussi ni communiste ni islamiste.

    Et il existe des exemples ailleurs que dans la région.
    Du dix-neuvième au vingtième siècle n’existe-t-il pas des cas similaires en Amérique latine ? Et Patrice Lumumba du Congo ou Nkrumah du Ghana étaient-il communiste ? Combien de dirigeants nationalistes du tiers monde ne se sont-ils tournés vers l’ex-URSS qu’en désespoir de cause ?

  • permalien Rouzbeh :
    28 novembre 2010 @17h02   « »

    Il est vraiment beau ce paradis terrestre !

    BREAKING NEWS - The Revolutionary Court Holds Second Hearing on Nasrin Sotoudeh’s Case

    http://www.facebook.com/notes/nasri...

    Amitiés à DY, khoda negahdar

  • permalien Michel Staszewski :
    28 novembre 2010 @17h09   « »

    Bravo Monsieur Gresh.

    Vu de Bruxelles, je suis indigné de constater la place qui est donnée dans les grands médias français à ces intellectuels si mal informés des réalités du monde arabe et si influencés par leurs préjugés à l’égard du monde arabe et musulman.

    En rapport avec le contenu de votre billet, je recommande aux lecteurs de ce blog... et à Caroline Fourest, la lecture de votre ouvrage "L’islam, la république et le monde" (Fayard 2004).

    Merci encore pour votre travail si précieux pour la cause de la démocratie et de la justice universelle.

  • permalien K. :
    28 novembre 2010 @17h42   « »

    Concernant Mossadegh et Mehmet Ali, je remets ces mots de Alain gresh :

    ...en Iran dans les années 1950, il (..) s’agit (..) d’une intervention extérieure (britannique et américaine) destinée à renverser le premier ministre (un nationaliste modéré), qui avait commis le terrible crime de nationaliser le pétrole. Le coup d’Etat de 1953 a été organisé par la CIA (tous les documents concernant cet événement ont été publiés, y compris les Mémoires des protagonistes américains). Ce coup d’Etat a permis le retour du chah au pouvoir, l’instauration d’une dictature, la liquidation de toute l’opposition laïque et... a créé les conditions de la victoire de la révolution islamique en 1979.

    Quant à Mehmet Ali, qui fut le premier dirigeant de l’Egypte après l’expédition de Bonaparte, sa tentative de moderniser le pays et d’en faire une grande puissance régionale, économique et militaire, fut brisée par une coalition européenne.

  • permalien Pascal Hilout :
    28 novembre 2010 @17h48   « »

    @s=exp(j*pi), sans nom

    Vous m’invitez, Madame ou Monsieur, à choisir entre les anciens et les nouveaux idiots utiles que je vilipende. Comme je manque d’imagination, je vous laisse le choix et vous réponds : les deux mon adjudant(e) !

    J’ai argumenté, mais il semble que cela reste opaque à votre entendement. Je répète donc avec des mots plus simples : nos idiots utiles à l’islam enfoncent des portes ouvertes en tapant à qui mieux mieux sur les islamistes, sur les intégristes et autres istes pour ne pas cibler le cœur du problème : l’islam et son système totalitaire, tel que je l’ai défini ci-dessus et dont vous pouvez prendre plus ample information sur ce que j’ai écrit dans Riposte Laïque.

    Et comme les anciens idiots utiles n’avaient compris qu’une fois le mur de Berlin effondré, les nouveaux ne comprendront que lorsque l’islam est son système dictatorial aura fait faillite. Vous avez fait de l’exégèse et démontré ainsi que vous n’avez rien compris.

    Et si vous étiez poli(e), vous ne resteriez pas caché(e) derrière un voile.

  • permalien K. :
    28 novembre 2010 @18h21   « »

    En 2001, après le 11 septembre de cette année, l’anthropologue Mahmood Mamdani s’était exprimé :

    Le déplacement du centre de gravité de la guerre froide a été le principal contexte dans lequel les politiques concernant l’Afghanistan ont été élaborées. Mais il n’a pas été le seul contexte. Le contexte mineur a été la révolution iranienne de 1979. L’Ayatollah Khomeini a officiellement qualifié l’Amérique comme le "Grand Satan", et l’islam officiel comme l’islam des États-Unis. " Mais au lieu de traiter également les questions - les sources de ressentiment contre l’Amérique officielle - l’administration Reagan a espéré créer un lobby islamique proaméricain.

    Le grand plan de l’administration Reagan avait deux volets. Tout d’abord, il y avait l’idée de réunir un milliard de musulmans autour d’une guerre sainte, une croisade contre l’"empire du mal" . J’utilise le mot "croisade", et non pas de djihad, parce que la notion de croisade peut transmettre avec précision l’état d’esprit dans lequel cette initiative a été prise.

    Deuxièmement, l’administration Reagan espérait transformer un schisme religieux de l’islam, entre minorité chiite et majorité sunnite, en un schisme politique. De ce fait, il espérait contenir l’influence de la révolution iranienne en la présentant comme un problème de minorité chiite.

    C’est le contexte dans lequel une alliance Américano/Saoudo/Pakistanaise a été forgée, et les madrasas religieuses transformées en écoles politiques pour la formation de cadres. Le monde islamique n’avait pas vu un djihad armé depuis des siècles. Mais maintenant, la CIA était déterminée à en créer un. Elle était déterminée à mettre une des versions de la tradition religieuse au service de certaines politiques.

    On nous a dit que la CIA a recherché un prince saoudien pour le mettre à la tête de cette croisade. Elle n’y a pas réussi. Mais elle a réglé la question en choisissant le deuxième meilleur choix, le fils d’une illustre famille étroitement liée à la famille royale. Ce n’était pas une famille sclérosée dans la pré-modernité, mais une famille cosmopolite. Les membres de la famille Ben Laden sont des mécènes des grandes universités. Ils parrainent des programmes dans des universités comme Harvard et Yale.

    La CIA a créé les moudjahidines et Ben Laden comme une alternative aux nationalismes laïques. De même que, dans un autre contexte, le renseignement israélien a créé le Hamas comme une alternative à l’OLP laïque.

    Le "fondamentalisme" contemporain est un projet moderne, pas le vestige d’une tradition. (..).

  • permalien Tristan :
    28 novembre 2010 @19h16   « »

    @Pacal Hilout

    HA HA HA

    J’ai le malheur de vous annoncer que c’est votre tour de Babel, qui va s’effondrer la première.

    A première vue, vous avez l’air de jouer très bien votre rôle d’idiot utile.

    J’ai très bien compris que, pour vous, Evo Morales est une bête à abattre, car il a le malheur de soutenir, en même temps, un certain socialisme et les religions, comme l’Islam.

    Il se trouve que, étrangement, c’est une des meilleurs personne capable de défendre vraiment la laïcité. J’ai bien peur que le jour de la chute, il sera le seul héritier.

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @20h47   « »

    Les responsables britanniques craignent que les fuites de Wikileaks ne perturbent la politique vis-à-vis de l’Iran
    Dimanche 28 nvembre 2010 – The Telegraph

    (…) une description détaillée du rôle joué par le personnel de l’ambassade britannique et des hommes d’affaires ayant des contacts avec l’ambassade à la suite de la dernière élection présidentielle ‘truquée’ exposerait des individus à des risques de ‘persécution’.

    Huit employés locaux de l’ambassade ont été arrêtés après l’élection l’an dernier. Le gouvernement iranien a accusé le personnel de l’ambassade d’aider à organiser les grandes manifestations qui ont appelé à l’annulation de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad.

    En fait, les autorités britanniques étaient beaucoup plus proches que déclaré de la lutte pour le pouvoir au plus haut niveau du régime islamique entre M. Ahmadinejad, l’ancien président Hashemi Rafsanjani et Ali Larijani, le président du parlement.

    « Nous avons toujours cru que M. Ahmadinejad avait remporté les élections mais que le résultat avait été exagéré. La seule chose gênante pour la Grande-Bretagne serait que la profondeur de l’implication de nos contacts au sein des factions tentant d’évincer Ahmadinejad ne soit révélée. L’ambassade à Téhéran avait fait ses paris sur le mauvais côté gagnant à Téhéran », a déclaré l’officiel.
    (...)
    Le Foreign Office avait toujours soutenu que les accusations d’ingérence étaient injustifiées.

  • permalien Orangerouge :
    28 novembre 2010 @20h53   « »
    Les lâches dirigeants Saoudiens et des émirats ont peur de l’Iran mais surtout peur que l’Iran devienne le préféré des américains

    Le Monde synthétise les documents de Wikileaks :

    http://www.lemonde.fr/international...

    Ils sont pitoyables ces dirigeants !

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    28 novembre 2010 @21h02   « »

    Bonsoir à tous,

    Parmi les premières révélations de Wikileaks : Iran : comment les Israéliens ont poussé Washington à la fermeté

    Bonne soirée. A bientôt.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    28 novembre 2010 @21h16   « »

    @ Pascal Hilout // 28-11 / 17h48

    Mon pseudo vous agace ? Mais c’est une pratique normale ici. Cependant, le pseudo a une signification et aurait pu vous apprendre qq ch sur l’auteur. Zéro en math.

    Mon nom ? Un voile ? Et pq pas mon adresse ? Zéro en savoir-vivre.

    " ... les deux ... !" A choisir entre deux bêtises, vous revendiquez donc les deux ? A propos, ça n’invalide pas ma remarque sur la goujaterie et, vu que je ne lis pas d’excuses dans votre post, Zéro pointé en savoir-vivre.

    "Votre combat, ... contre l’islamisme, l’intégrisme et autres ismes, je vous le laisse ...." Dans les "autres ismes", faut-il englober aussi :
    - le machISME,
    - le capitalISME,
    - le christianISME,
    - le judaISME,
    - le socialISME,
    - le communISME,
    - l’humanISME,
    - le droit-de-l’hommISME,
    - l’athéISME,
    - le racISME,
    - l’antisémitISME,
    - le platonISME,
    - et combien encore d’autres ISME ????
    Ca manque de précision ! A propos, ce qui précède, quoique mené sur le mode ironique, c’est ça, de l’exégèse : recherche du sens caché d’un texte ou des limites des sujets qu’il prétend concerner.

    Mais ainsi donc, vous combattez l’Islam et ses pratiques "... sexistes, séparatistes et ségrégationnistes." Je suppose que vous pouvez nous définir le séparatisme et le ségrégationnisme d’une façon satisfaisante (j’ai entendu parler d’un séparatisme basque, pas d’un tel mouvement côté Islam) ; ensuite vous pourrez dresser un tableau comparatif des "performances" pour les doctrines à l’origine de tous ces "ISMES" dans chaque rubrique (sexisme, séparatisme, ségrégationnisme). Chacun pourra alors juger, non du bien-fondé de votre combat (c’est votre affaire), mais des priorités à attribuer de son point de vue.

    A propos de l’URSS, j’avais une bonne idée dès 1975 (Soljénitsyne / Chalamov / Panine). Soljénitsyne décrit un "personnage-type" auquel vous me faites penser : l’historien-marxiste. Il assemble les slogans à la mode (notez que, comme vous, il les nomme "arguments"), discourt sans tension de l’esprit et sans respect aucun de la réalité ; un exemple criant dans votre cas : votre combat semble radical et absolu, sans nuance, comme si l’Islam était uniforme ... pour un ancien musulman, il faut vraiment manquer d’imagination !

  • permalien elbé :
    28 novembre 2010 @21h44   « »

    K. ,

    La CIA a créé les moudjahidines et Ben Laden comme une alternative aux nationalismes laïques. De même que, dans un autre contexte, le renseignement israélien a créé le Hamas comme une alternative à l’OLP laïque.

    Le "fondamentalisme" contemporain est un projet moderne, pas le vestige d’une tradition. (..).

    - Croyez-vous qu’ils ne se doutaient pas que ces "créations" comme Ben Laden et les talibans, finiraient par se retourner contre l’Amérique ?
    C’est un peu différent pour Israel qui savait déjà, que le Hamas se voulait en lutte déclarée contre Israel.

    Au cas où les américains ne s’en doutaient pas, il s’agit d’une courte-vue. Mais d’un choix de son opposant pour les israeliens. Choix qui dans un premier temps les a servi mais qui pourrait se montrer bien plus redoutable que l’OLP.

    On pourrait aussi supposer que l’Amérique savait déjà aussi que sa création lui échapperait (en vue de se créer une alternative au méchant communiste qu’il fallait bien remplacer) , et qu’il s’agit là aussi d’un choix de leur futur opposant ? Qui pourrait au final, se montrer bien plus redoutable pour eux que les laïques qu’ils ont voulu écarter.

    Mais je crois que là, ce serait peut-être leur prêter une trop grande malignité...

  • permalien
    28 novembre 2010 @22h28   « »

    @ Rouzbeh

    La question n’est pas de savoir si le régime iranien est une théocratie violente et liberticide, car je crois qu’il serait difficile de le nier.
    La question est de comprendre pourquoi les démocraties occidentales traitent le régime iranien différemment (et plus durement) que d’autres théocraties au moins aussi violentes et liberticides, telle l’Égypte, mais aussi, par exemple, l’Arabie Saoudite.

    yek porsesh e sadeh :)

  • permalien qlq1 :
    28 novembre 2010 @22h30   « »

    @ OrangeRouge..

    "Si j’étais un président Arabe.."
    poème de Ahmad Mattar

    الحــــــل

    أنا لو كنت رئيساً عربيا

    لحللت المشكلة…

    و أرحت الشعب مما أثقله…

    ***

    أنا لو كنت رئيساً

    لدعوت الرؤساء…

    ولألقيت خطاباً موجزاً

    عما يعاني شعبنا منه

    و عن سر العناء…

    ولقاطعت جميع الأسئلة…

    وقرأت البسملة…

    وعليهم وعلى نفسي قذفت القنبلة…

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @22h56   « »

    No comment...

    Wednesday, 16 September 2009, 07:34
    S E C R E T SECTION 01 OF 04 PARIS 001254
    NOFORN
    SIPDIS
    EO 12958 DECL : 09/16/2018
    TAGS PREL, PARM, KNNP, BH">BH, SM, MK, GR">GR, FR">FR
    SUBJECT : A/S GORDON’S MEETINGS WITH POLICY-MAKERS IN PARIS :
    A TOUR D’HORIZON OF EUROPE AND AFGHANISTAN
    Classified By : Ambassador Charles Rivkin, for reasons 1.4(b) and (d).
    (...)


    IRAN : NEXT STEPS


    11. (S/NF) Levitte noted that the Iranian response to the overture of President Obama and the West was "a farce," although Russia had received it as a real initiative. The
    current Iranian regime is effectively a fascist state and the time has come to decide on next steps.
    Levitte stated that this is why Paris is advocating a meeting of the EU3 PLUS 3 on the margins of the Pittsburgh G20 meeting. The French hope to approve a two-paragraph statement laying out next steps on negotiations or sanctions. He noted that German Chancellor Angela Merkel shares the view of the French President and is willing to be firm on sanctions, but that FM Steinmeier was more cautious. The Iranian regime must understand that it will be more threatened by economic harm and the attendant social unrest than it would be by negotiating with the West. Unfortunately, the P-3 cannot remain passive until Russia and China finally lose patience ; this is why a high-level political meeting is important to advance this discussion (and Levitte cited President Sarkozy’s frank and direct style, saying that he would pinpoint Medvedev to explain his position). Levitte said that he informed the Chinese FM that if they delay until a possible Israeli raid, then the world will have to deal with a catastrophic energy crisis as well. At the same time, the debate over stopping the flow of gasoline into Iran will be very sensitive and would have to take into account which countries would be only too willing to step in and replace European companies. Levitte informed us that they would like President Sarkozy to talk to President Obama by telephone in the coming days to discuss the G20 and Iran. The French are proposing two possible windows to schedule the call.
    (...)

  • permalien K. :
    28 novembre 2010 @23h10   « »

    Pour Jean-David Levitte, principal conseiller diplomatique de Sarkozy, « l’actuel régime iranien est effectivement un état fasciste »

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @23h19   « »

    Dans le lien du Guardian que j’ai mis, le paragraphe sur l’Afghanistan n’est pas triste non plus...

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    28 novembre 2010 @23h35   « »

    Bonsoir à tous,

    LES DOCUMENTS WIKILEAKS SONT ACCESSIBLES : CLIQUER SUR CE LIEN

    Bonne nuit. A bientôt.

  • permalien Gaby :
    28 novembre 2010 @23h43   « »

    Malheureusement Zulfikar-Ansar :

    “We are currently under a mass distributed denial of service attack.”
    Wikileaks

    Reste par exemple le site du Guardian qui est OK.

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    28 novembre 2010 @23h54   « »

    Juste quelques mots,

    On remarquera que le site qui diffuse les documents WikiLeaks se nomme cablegate.wikileaks.org/ qui rappelle, bien sûr, l’affaire du Watergate qui avait poussé Nixon à démissionner.

    C’est réellement un moment important dont on se souviendra longtemps et qui, à mon humble avis, va écorner durablement toutes les chancelleries du monde et révéler le profond cynisme qui guide leurs politiques.

    Grand coup de chapeau (Hat-trick) à WikiLeaks.

    A bientôt.

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @00h12   « »

    The Times said that after its own redactions, it sent Obama administration officials the cables it planned to post and invited them to challenge publication of any information they deemed would harm the national interest. After reviewing the cables, the officials suggested additional redactions, the Times said. The newspaper said it agreed to some, but not all.

  • permalien
    29 novembre 2010 @00h55   « »

    Friday, 31 August 2007, 12:45
    S E C R E T SECTION 01 OF 05 TEL AVIV 002652
    SIPDIS
    SIPDIS
    EO 12958 DECL : 08/24/2017
    TAGS PREL, PTER, MARR, MASS, KNNP, UNSC, PK, IR, IZ, ZP">ZP,
    JO, EG, RS">RS, CH, LE, SY, IS
    SUBJECT : U/S BURNS’ AUGUST 17 MEETING WITH ISRAELI MOSSAD
    CHIEF MEIR DAGAN
    Classified By : Ambassador Richard H. Jones. Reasons : 1.4 (b)(d).
    (...)


    ----

    IRAN : DAGAN REVIEWS ISRAEL’S FIVE PILLAR STRATEGY


    ----

    12. (S) Dagan clarified that the U.S., Israel and like-minded countries must push on all five pillars at the same time. Some are bearing fruit now ; others would bear fruit in due time, especially if more attention were placed on them. Dagan urged more attention on regime change, asserting that more could be done to develop the identities of ethnic minorities in Iran. He said he was sure that Israel and the U.S. could "change the ruling regime in Iran, and its attitude towards backing terror regimes." He added, "We could also get them to delay their nuclear project. Iran could become a normal state."
    13. (S) Dagan stressed that Iran has weak spots that can be exploited. According to his information, unemployment exceeds 30 percent nationwide, with some towns and villages experiencing 50 percent unemployment, especially among 17-30 year olds. Inflation averages more than 40 percent, and people are criticizing the government for investing in and sponsoring Hamas, saying that they government should invest in Iran itself. "The economy is hurting," he said, "and this is provoking a real crisis among Iran’s leaders." He added that Iran’s minorities are "raising their heads, and are tempted to resort to violence."
    14. (S) Dagan suggested that more could be done to get the Europeans to take a tougher stand against Iran. Under Secretary Burns agreed, and suggested that Israel could help
    SIPDIS by reaching out to the Europeans. Dagan said that Israel is already doing this, and would continue to do so. Dagan reiterated the need to strike at Iran’s heart by engaging with its people directly. Voice of America (VOA) broadcasts are important, but more radio transmissions in Farsi are needed. Coordination with the Gulf states is helpful, but the U.S. should also coordinate with Azerbaijan and countries to the north of Iran, to put pressure on Iran. Russia, he said, would be annoyed, but it would be fitting, as Russia appears bent on showing the U.S. that it cannot act globally without considering Russia.
    (...)

  • permalien Pascal Hilout :
    29 novembre 2010 @01h06   « »

    @s=exp(j*pi)

    Vous tentez de noyer le poisson dans un déluge de mots et oubliez que la concision est possible. Puisque vous voulez que je m’explique sur ma phrase "l’islam est sexiste, séparatiste et ségrégationniste", je vous invite tout simplement à lire ceci :

    Conférence de Pascal Hilout sur les accommodements raisonnables, à l’université du Québec, le 18 février 2010

    Bonne lecture

  • permalien Tristan :
    29 novembre 2010 @02h53   « »

    @Pascal Hilout

    HA HA HA, magnifiques arguments d’un défenseur d’un athéISME le plus radical qui puisse exister. Tous les arguments que vous avancez peuvent être repris de même contre les juifs et tous les groupes chrétiens.

    Mais j’ai bien peur que la croisade que vous êtes prêt à lancer pour mettre en place votre monde parfait "laïc" vous intègre très parfaitement dans le groupe des "idiots utiles".

    Attention de ne pas devenir un monstre, comme beacoup de ceux qui suivent leurs ISMEs trop loin.

    Pour le lien, je pense que c’est celui-là, que vous voulez donner :

    http://www.ripostelaique.com/Confer...

  • permalien Yasmina :
    29 novembre 2010 @08h47   « »

    Grand coup de chapeau (Hat-trick) à WikiLeaks.

    oui Zulficar-Ansar. tout à fait. la revolution internet c’est peut etre ça. : la diffusion de l’information et la prise de conscience des citoyens du monde sur les politiques faites en leur nom et à leur insu.

    Un parrallèle à faire : Quand Johannes Gutenberg

    a découvert l’imprimerie( ou plutôt redécouvert car les Chinois furent les premiers à utiliser ce procédé) a eu pour conséquence la diffusion de la Bible et l’apprentissage de la lecture parmi les gens ordinaires et non plus réservé seulement aux moines dans les Monastères et au clergé de l’Église et autres érudits et découvrir que les curés( chargés de les encadrés) et l’Église leur mentaient ce qui a préparé et fait éclore le schisme de l’Église de Rome et l’apparition du.Protestantisme

  • permalien Yasmina :
    29 novembre 2010 @08h54   « »

    En 2005, Robert Dreyfuss a publié, en anglais, la première enquête complète sur un domaine secret de la politique étrangère des Etats-Unis : le soutien de l’islam fondamentaliste de la Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui. L’Empire britannique s’était déjà servi de l’islam fondamentaliste pour imposer ses intérêts impérialistes. Dreyfuss fonde son exposé critique sur des recherches effectuées dans des archives, sur des interviews d’hommes politiques, d’agents de services secrets et de fonctionnaires des ministères américains de la Défense et des Affaires étrangères.

    Dreyfuss s’y entend pour éveiller l’intérêt de ses lecteurs pour l’histoire agitée du Proche-Orient, de la prise d’influence britannique à la situation d’après-guerre résultant de l’intervention de 2003 en Iraq.

    Résumons quelques aspects de cet ouvrage fondamental.

    L’islam fondamentaliste, instrument de l’Empire britannique
    A la fin du XIXe siècle, la Grande-Bretagne était la plus grande puissance coloniale. L’Inde se trouvait alors sous sa domination et en 1882, les Britanniques s’établirent en Egypte. En Asie centrale, le Tsar russe dut reculer au profit des intérêts britanniques. En 1885, une rencontre importante eut lieu à Londres entre les Services secrets britanniques, des représentants du ministère des Affaires étrangères et un certain Jamal Eddine al-Afghani. On discuta, entre autres, de la formation d’une alliance panislamique, sous le leadership britannique, entre l’Egypte, la Turquie, la Perse et l’Afghanistan, dans le but d’intervenir contre la Russie tsariste.

    http://www.horizons-et-debats.ch/07...

  • permalien Yvan :
    29 novembre 2010 @10h35   « »

    Petit verbatim Weakileaks sur l’Iran :

    Février 2010. Dans une conversation très tendue, le numéro trois du département d’Etat, Bill Burns, presse son homologue turc, Feridun Sinirlioğlu, de faire pression sur l’Iran. Le Turc évoque le rôle de la France et de son président (...) :

    « Sinirlioglu dit que l’adhésion de la Turquie à l’UE a été bloquée par des objections aux motivations politiques, de la part de plusieurs pays dont la France, l’Autriche et Chypre. Il a été particulièrement critique envers le président Sarkozy. Il a accusé la France d’avoir changé les règles du jeu au milieu de la partie. Il déplore que l’opposition à l’adhésion de la Turquie “aggrave le fossé culturel” entre l’Europe chrétienne et le monde musulman : “Une audience plus large suit tout cela.” » P.R.

    Dans un télégramme du 20 avril 2008 (disponible intégralement sur le site du Guardian), rendant compte d’un entretien entre l’ambassadeur des Etats-Unis en Irak, Ryan Crocker, le général David Petraeus, alors commandant des forces américaines en Irak, et d’une forte délégation saoudienne conduite par le roi Abdallah, il fait explicitement référence à une action militaire :

    « Le roi, le ministre des Affaires étrangères, le prince Muqrin, et le prince Nayif, étaient tous d’accord sur le fait de coopérer avec les Etats-Unis pour résister et repousser l’influence et la subversion iraniennes en Irak. Le roi insistait beaucoup sur ce point, et était soutenu par les deux princes.

    Al-Jubeir a rappelé les exhortations répétées du roi aux Etats-Unis pour qu’ils attaquent l’Iran et mettent fin au programme nucléaire iranien militaire. “Il vous a dit de couper la tête du serpent”, a-t-il dit au chargé d’affaires, rappelant que c’était une priorité stratégique pour le roi et son gouvernement de travailler avec les Américains pour repousser l’influence iranienne en Irak ». P.H.

    16 septembre 2009 -Levitte rencontre une délégation américaine et qualifie le président vénézuélien Hugo Chavez de « fou »(...) Au cours du même entretien :

    « Levitte fait remarquer que la réponse iranienne à l’ouverture du président Obama et de l’Occident est une “farce”, bien que les Russes y aient vu une véritable initiative. Le régime iranien est dans les faits un régime fasciste, et il est temps de prendre des decisions pour la suite. (…)

    Il a souligné que la Chancelière Angela Merkel partage la position du président français et est prête à soutenir une position ferme sur les sanctions, mais que le ministre des Affaires étrangères Steimeier est plus prudent. »

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @10h49   « »

    En public, les officiels étatsuniens affirment que l’Iran fournit des armes aux Taliban.

    Ils disent le contraire en privé :

    SecDef [Gates] noted that (..) intelligence indicated there was little lethal material crossing the Afghanistan-Iran border.

  • permalien Robespierre :
    29 novembre 2010 @11h10   « »

    Ce qui intéresse Fourest et ses acolytes ce n’est pas la démocratie mais que l’Egypte soit dirigé par un larbin des Etats-Unis, soutenant ainsi tacitement Israël. Quant à la "sécularisation" mais de quoi se mêle Fourest ? Si les Egyptiens ou les Iraniens n’en veulent pas, cela les regarde.

  • permalien Yvan :
    29 novembre 2010 @11h16   « »

    Les vols d’ordinateurs, se multiplient. Sachant qu’aucune donnée stratégique n’a de raison de trainer sur leurs disques durs, ont peu se demander quel est l’objectif de ces vols/

    Concernant l’Iran, Michel Chossudovsky, a se petite idée :

    IRAN : Les mystérieux « documents de l’ordinateur portatif ».


    Ps : le verbatim sur l’Iran est tiré de Les fuites de WikiLeaks : "Sarkozy est un empereur nu" | Rue89.

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @11h20   « »

    La très officielle “Press TV” iranienne a une vue, disons singulière, des derniers wikileaks :

    ...analysts believe the recent document release is a scenario carefully orchestrated by US intelligence agencies to deflect attention from the United States’ domestic problems, upset the situation in the region and lay the groundwork for military action against Iran.

  • permalien Cana :
    29 novembre 2010 @11h24   « »

    N’est-on pas très proche d’une éventualité de 3éme guerre mondiale ?
    - Wikileaks qui nous livre les intentions claires d’Israêl pour "pousser" les U.S à plus de fermeté vis à vis de l’Iran. Les US bien qu’armant leur allié comme il faut ( avec des bombes spéciales atteignant les bunker souterrains) ne veut pas se mouiller, n’ayant pas les moyens financiers comme avant. et craignant ? pour ses représentants dans le monde ( bien éclaboussés par wikileaks) et ses soldats sur différents fronts.
    ce qui laisse entendre qu’Istaêl pourrait attaquer seul l’Iran , comme il l’avait fait auparavant avant la guerre du Golfe pour l’Irak.
    - en même temps la Corée du Nord attaque la Corée du Sud. pourquoi maintenant ?
    La Chine étant son allié.
    - Au Liban Nasrallah avertit ( hier) de l’intention d’Israêl d’attaquer en pensant être couvert par la farce TSL cherchant à mettre en cause des membres du Hezb. mais ils peuvent passer outre, ils trouveront autre chose.
    malgré le scandale révélé par le ministre des Télécom, que le réseau libanais est introduit par les services secrets israéliens qui ont manipulé dans ce réseau pour falsifier des communications et mettre en cause des membres du Hezb.
    Le Liban servira t-il de tampon pour empêcher une guerre mondiale que les US ne sont pas prêts à mener ? ce qui permettra à Israêl de se redorer le blason dans ce bout de pays , au lieu d’aller attaquer l’Iran ?
    Celà explique-t- il tous ces va et vient de visiteurs importants au Liban ? ( Erdogan et Ahmadinedjab), Hariri en Iran... Un casse tête
    Jusque là les aires géograhiques des guerres menées par les US était séparées . D’un côté l’Asie : le Vietnam, la Corée etc..et maintenant : l’rak l’afghanistan, .. avec la Palestine colonisée...
    Le liban servirait-il à empêcher l’embrasement généralisée que ne souhaite pas les US ?

  • permalien Yvan :
    29 novembre 2010 @11h32   « »

    Lalibre.be - WikiLeaks : Israël a cherché l’appui de l’Egypte et du Fatah pour son offensive à Gaza

    "Barak a expliqué (à la délégation) que le gouvernement israélien avait eu des consultations avec l’Egypte et le Fatah, leur demandant s’ils sont prêts à prendre le contrôle de la bande de Gaza après que le Hamas aura été défait", indique le câble.

    "Barak a reçu une réponse négative, ce qui n’a rien pour surprendre", est-il précisé dans ce texte.

  • permalien
    29 novembre 2010 @11h54   « »

    . En 1885, une rencontre importante eut lieu à Londres entre les Services secrets britanniques, des représentants du ministère des Affaires étrangères et un certain Jamal Eddine al-Afghani. On discuta, entre autres, de la formation d’une alliance panislamique, sous le leadership britannique, entre l’Egypte, la Turquie, la Perse et l’Afghanistan, dans le but d’intervenir contre la Russie tsariste.

    "Jamâl ad-din est bien de ces héros que décrivait le philosophe allemand :"Ils n’ont pas puisé leurs fins et leur vocation dans le seul cours des évènements, tranquille, ordonné, consacré par le système en vigueur, mais à une source dont le contenu restait caché et n’était et pas encore entré dans l’actualité : dans l’esprit intérieur, encore souterrain qui frappe contre l’écorce du monde extérieur et la brise parce qu’elle n’est pas à sa taille...L’esprit qui explore l’avenir est l’âme intérieure de tous les individus, leur infériorité inconsciente que seuls les grands hommes leur rendent consciente.C’est pourquoi les autres suivent ces conducteurs d’âmes ,car ils éprouvent la puissance irrésistible de leur propre esprit intérieur qui vient à leur rencontre".
    L’esprit intérieur ,c’était l’esprit de révolte des des peuples colonisés....Jamâl ad-din- et ce fut là sa grandeur- fut le premier à le comprendre....
    C’était sans doute trop tôt..Le travail en profondeur préalable , nécessaire à tout mouvement, n’était pas commencé....Et Jamâl ad-din récolta surtout des échecs.Il mourut sans doute empiosonné par un de ces souverains sur lequel il cmptait, Abd ûl-hamid....

    Mais au-delà de ces échecs circontanciels, les années devaient lui apporter un bien plus grand succés.Les idées qu’il sema ne devaient pas être perdues.Ses disciples furent légion.Les disciples de ses disciples pullulèrent....Il fut l’ancêtre de toute une chaine de nationalismeet dont le rôle historique fut considérable..

  • permalien Yvan :
    29 novembre 2010 @11h55   « »

    Selon Natalie Nougayrède, Gilles Paris... et Wikileaks :

    La peur des pays arabes face à l’Iran

    Le président de l’Egypte, Hosni Moubarak, "éprouve une haine viscérale pour la République islamique", écrit un diplomate basé au Caire, en février 2009, "il les traite de ’menteurs’", et prévient : "ne croyez pas un seul mot qu’ils prononcent". Le 21 avril 2009, devant l’amiral Mullen, le chef des renseignements égyptiens, Omar Souleyman, constate que l’Iran "est très actif en Egypte", "l’Iran doit ’payer un prix’ pour ses actions", retranscrit un diplomate.
  • permalien Sakhra :
    29 novembre 2010 @12h41   « »

    Jamâl Eddine el Afghani ,suite

    "Peu importe dès lors ses hésitations, ses retournements et ses erreurs.Il lui fallait soulever un monde , une carapace solide et résistante .A la recherche des failles, des contradictions du monde impérialiste, il songea à jouer tantôt de l’un contre l’autre, tantôt de celui-ci, contre le premier.Je pense qu’ainsi s’expliquent ses recours successifs à la Russie, à la Grand-Bretagne, à la France.La Grande-Bretagne lui parut en général l’ennemi primordial.Mais il pouvait être de bonne guerre de s’en servir le cas échéant, en prétendant la servir, pour un objectif limité qui pourrait ébranler quelque peu tout le système.Ceci, sans parler de l’utilisation de l’anticolonialisme d’une partie de l’opinion britannique et notamment de cet étonnant ancêtre des anticolonialistes d’aujourd’hui, Wilfrid Scaw Blunt qui pleura de joie en apprenant que le Mahdi avait pris Khartoum....
    On peut trouver déplaisants ces retournements.Mais il faut bien voir que toute politique que pouvait tenter Jamâl ad-din, à ce moment, était à ce prix, qu’ils dissimulaient une fidélité plus profone à sa cause, fidélité dont rien ne nous permet de douter".

    Extraits de la préface de Maxime Rodinson au livre de de Homa Pakdman ::"Djamal-Ed-dine Assad Abadi dit Afghani".

    @ Yasmina, je préfère le jugement de Maxime Rodinson à celui de
    R.Dreyfuss, que j’avais déjà lu.Faire de Djamâl eddine , un athé, franc-maçon, au service des Anglais me parait aussi une manipulation.Les Français ont fait la même chose avec l’Emir Abdelkader.Dans les écoles coloniales, ceux des Algériens, qui y avaient accés apprenaient que l’Emir était franc-maçon, et qu’il était devenu un "ami de la France", discréditant par là-même toute sa résistance à l’entreprise coloniale.Pour certains Algériens, l’Emir n’était finalement qu’un Harki.

    @ K,c’est sûr que l’Occident a manipulé et continue à le faire , les "fondamentalistes" et autres "islamistes"".Ne faut-il pas se poser la question : pourquoi ces manipulations sont , pourquoi, la grande majorité des peuples suivent et qu’ont fait les "laics"" des
    pays musulmans pour leurs peuples respectifs ?
    Entre les "Occidentalisés" qui ne voient pas d’autre solution que de suivre l’Occident, mesure de toute chose , et qui ont un profond mépris pour "leurs peuples rétrogrades", et ceux qui , peut-être par réaction , et devant l’échec- que personne ne peut nier -des "Etats nations" copiés sur l’Occident , rejettent en bloc tout l’Occident, n’y a-t-il pas place pour autre chose ?

  • permalien Yvan :
    29 novembre 2010 @13h14   « »

    France24 - Le pouvoir verrouille les élections

    A la veille des élections législatives en Égypte, le parti national démocratique du président Moubarak, a déposé une plainte devant la justice visant 52 candidats indépendants. Il les accuse de représenter les Frères musulmans, parti interdit en Égypte.
  • permalien HN :
    29 novembre 2010 @13h39   « »

    En théorie, deux tentations abstraites s’affrontent. Celle de la démocratie angélique et celle de la démocratie cynique.

    Celle qui a l’air la plus naïve et angélique, c’est bien elle, à essayer de (s’auto ?) convaincre que les pays occidentaux supportent des dirigeants autoritaires et corrompus uniquement par amour de la démocratie, des libertés et des droits de l’homme.

    Si de tels dirigeants sont en place, c’est bien parce qu’ils sont manipulables, et surtout sous contrôle. En effet, nos gouvernements ne peuvent se permettre de perdre le contrôle sur des pays aussi influents, ou aussi importants d’un point de vue géostratégique.

    Le discours de Fourest n’est qu’un remâché des arguments bidons de l’agression contre l’Irak : stabilité (on voit ce que ça a donné), démocratie (idem), libertés, droits de l’homme (mmmmh... ben non, pareil) alors que les seules réelles motivations sont bel et bien le contrôle de régions stratégiques et/ou de ressources naturelles.

    On n’est malheureusement pas prêt de voir la source d’experts en moyen-orient se tarir...

  • permalien daim :
    29 novembre 2010 @13h49   « »

    Toujours aussi pertinent Mr Gresh...

  • permalien
    29 novembre 2010 @14h24   « »

    K. :
    29 novembre @11h20
    La très officielle “Press TV” iranienne a une vue, disons singulière, des derniers wikileaks (...)

    Qu’est-ce que cette chaîne d’info aurait donc de plus "officiel" que CNN, France24, la BBC etc. ?

    De plus quand ils écrivent dans leur papier :

    "Toutefois, des analystes pensent que la récente publication de documents serait un scénario soigneusement orchestré par les agences de renseignement étasuniennes pour détourner l’attention des problèmes intérieurs des Etats Unis, (...)"

    En quoi cela serait-il leurs vues et a fortiori des vues officielles ?

  • permalien
    29 novembre 2010 @15h42   « »

    "Nous ne confirmons aucun des propos attribués à des autorités et des diplomates français dans ces documents"

    Bernard Valero - porte-parole du ministère des Affaires étrangères

    C’est pas soucieux Nanard, tout le monde sait que ces documents sont authentiques...

  • permalien koui :
    29 novembre 2010 @16h57   « »
    Perte de reperes

    Il y a bientot 20 ans que les éléctions algériennes ont été annulées avec l’approbation de beaucoup d’intellectuels francais.

    Ils ont oublié les bases de la pensée démocratique : le pouvoir vient du peuple et l’election est la methode qui permet au peuple de s’exprimer. Refuser une election sous pretexte que le peuple n’est pas mur, c’est du léninisme et ça méne au Goulag. Les Fourrest, Adler, BHL, Sarkozy, BHK, Strauss-Kahn, c’est des démocrates-populaires car ils ne sont ni démocrates ni populaires.

    Je me rappelle encore de la propagande sovietique contre les rebelles afghans, il y était question de defendre les femmes contre l’oppression, de crimes barbares des terroristes, des afghans modernes des villes qu’il fallait aider contre les feodaux arriérés des champs, de la drogue que les terroristes vendaient pour acheter des armes.

    A l’époque des "rebelles afghans", nos pseudos-intellos defendaient le droit des peuples a disposer d’eux-mêmes et a vivre leur religion librement. Moi, j’étais d’accord avec eux et j’applique toujours les mêmes catégories sur les evenements actuels. Eux, ne sont même pas capables de se rendre compte que le discours actuel est en contradictions avec l’essence même de la pensée démocratique. Ainsi en va t il du débat sur la peine de mort : Mitterrand aurait bien fait de l’abolir MALGRE l’opinion populaire. De même, le débat sur le referendum europeen a débusqué la pensée non démocratique de nos politiciens&intellos.

    Cette corruption de l’esprit démocratique a donc deja des conséquences sur nos démocraties européénes.

  • permalien Pascal Hilout :
    29 novembre 2010 @17h37   « »

    @ Tristan

    Je vous remercie d’avoir donné un bon lien

    Cordialement

  • permalien Yann :
    29 novembre 2010 @17h52   « »

    La violence plombe les élections en Egypte (Al Jazeera English)

  • permalien
    29 novembre 2010 @20h03   « »
    On est le 29 novembre

    Ca fait déjà 63 ans qu’un vote faussé a validé la RECOMMANDATION 181

    http://www.ism-france.org/news/arti...

  • permalien Serge :
    29 novembre 2010 @20h41   « »

    Il serait vain de se payer de mots, les révélations de Wikileaks ne sont qu’un embarras pour l’oncle Sam et ses valets, factuellement cela ne révèle rien que tous les observateurs avisés ne savaient déjà...

    Alain Gresh nous avait en outre habitué à des articles plus cohérents et mieux construits, partant d’un constat lucide et évident, le papier se poursuit sur des commentaires sans grand intérêt, à propos de positions de dites “personnalités” sans aucun intérêt... Dommage...

  • permalien Rouzbeh :
    29 novembre 2010 @20h48   « »

    @ Dr Jekill et Mr Hyde de 28 novembre @22h28 «  »

    « La question n’est pas de savoir si le régime iranien est une théocratie violente et liberticide, car je crois qu’il serait difficile de le nier. »

    C’est très bien, vous faites des progrès. Bravo, continuez...

    « La question est de comprendre pourquoi les démocraties occidentales traitent le régime iranien différemment (et plus durement) que d’autres théocraties au moins aussi violentes et liberticides, telle l’Égypte, mais aussi, par exemple, l’Arabie Saoudite. »

    Vous avez une pensée binaire, les pro-israéliens pensent exactement comme vous en disant qu’il y a aussi des injustices ailleurs, pourquoi ne dites- vous rien ? Vous voyez...à quel point vous vous ressemblez ? Est-ce que ma réponse était aussi simple que vous le vouliez ?

    (yek porsesh e sadeh : une question simple) en Iran, on ne formule pas cette phrase comme vous l’avez faite...

  • permalien Stolypine :
    29 novembre 2010 @21h22   « »
    Ben oui...

    Il y a quand même une différence de taille entre l’Égypte et l’Iran, certes aucune des deux n’est une démocratie, comme la grande majorité des pays de la région, mais l’Égypte ne menace aucun autre pays de destruction ni ne recherche à acquérir l’arme nucléaire (un pays exportateur n’a pas de besoin en nucléaire civil).

    L’Égypte n’est pas un pays qui soutient des organisations terroristes, en vue de déstabiliser Israël et le Liban. Enfin l’Égypte n’a pas fait posé de bombes en France ou kidnappé des citoyens français et ca aussi c’est une grosse différence.

    Alors oui, il est normal de se préoccuper plus du régime Iranien.

  • permalien Serge :
    29 novembre 2010 @21h47   « »

    Stolypine :
    29 novembre @21h22
    Ben oui...

    Il y a quand même une différence de taille entre l’Égypte et l’Iran, certes aucune des deux n’est une démocratie, comme la grande majorité des pays de la région, mais l’Égypte ne menace aucun autre pays de destruction ni ne recherche à acquérir l’arme nucléaire (un pays exportateur n’a pas de besoin en nucléaire civil).(...)


    - 1) "certes aucune des deux n’est une démocratie" L’affirmer est une chose, mais pourriez vous nous préciser sur quoi vous vous fondez pour l’affirmer.
    - 2) "l’Égypte ne menace aucun autre pays de destruction" L’iran aurait donc menacé un autre pays de destruction, pourriez vous documenter cette affirmation.
    - 3) "ni ne recherche à acquérir l’arme nucléaire" L’Iran rechercherait donc à acquérir l’arme nucléaire, pourriez vous documenter cette affirmation.
    - 4) "un pays exportateur n’a pas de besoin en nucléaire civil" exportateur de pétrole j’imagine, dans l’affirmative pourriez-vous nous dire si ces ressources sont illimitées et si elles sont concurencielles avec le nucléaire pour la production d’électricité.

  • permalien elbé :
    29 novembre 2010 @22h03   « »

    A Sakhra :

    qu’ont fait les "laics"" des
    pays musulmans pour leurs peuples respectifs ?

    - Les laïcs des pays musulmans (encore faut-il savoir lesquels, tant certains sont à côté de la plaque en voulant faire abstraction de l’imprégnation profonde de l’Islam dans la population, vous voyez de qui je veux parler, en Algérie par exemple, Saïd Saadi, le chouchou, comme par hasard de certains français), n’ont justement pas eu le temps de faire quelque chose, puisqu’ils sont systématiquement écartés, soit directement par le pouvoir en place, soit indirectement, par les puissances occidentales qui, quoiqu’elles disent, leur préfèrent des religieux obscurantistes ou des tyrans au visage laïc mais qui n’en sont pas moins promoteurs, directement ou indirectement, d’un islam radical, qu’ils croient ainsi contenir. Bref, ces gens qui sont soutenus pensent d’abord à leur propre interêt financier et à garder le pouvoir indéfiniment. Ils savent que tant qu’ils ne mettront pas en jeu les intérêts des puissances, ils peuvent continuer à ne pas respecter leur peuple. Aucune voix des puissances ne s’élève pour les en condamner.

    Entre les "Occidentalisés" qui ne voient pas d’autre solution que de suivre l’Occident, mesure de toute chose , et qui ont un profond mépris pour "leurs peuples rétrogrades", et ceux qui , peut-être par réaction , et devant l’échec- que personne ne peut nier -des "Etats nations" copiés sur l’Occident , rejettent en bloc tout l’Occident, n’y a-t-il pas place pour autre chose ?

    - J’espère bien que si. Mais je ne sais, tout comme vous ,sans doute, ni quand, ni comment, ni sur quel shème cela se fera. Il reste à l’inventer. Des pistes se sont dessinées toutefois, pas encore équilibrées. Je pense un peu à la Turquie, mais sans parrain trop encombrant.

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @22h17   « »

    Baradei leur avait pourtant bien demandé de boycotter les élections, mais ils n’en voulu en faire qu’à leur tête :

    Le président du groupe parlementaire des Frères, Saad Katatni a confirmé que le bloc qui avait 88 sièges dans l’assemblée sortante, n’avait aucun élu au premier tour. Les résultats ne sont que provisoires, mais ils indiquent que même Saad Katatni, président du groupe parlementaire a été battu dans son fief.

    Selon des observateurs sur place, des partisans des Frères Musulmans ont été empêchés de se rendre dans les bureaux de vote.

    @ Sakhra

    Personnellement, vous pensez bien que si on me demandait de choisir entre les “laics” Ben Ali ou Moubarak, et l’“Islamiste” Erdogan je n’hésiterais pas une seule seconde, tout athée que je suis.

    Je me demande toujours si la République islamique d’Iran n’aurait pas fini par accoucher d’une véritable démocratie, à la manière de l’APK, si, comme cette dernière, elle n’avait pas été entravée par l’Occident. Le nom de Hossein Ali Montazeri me vient immédiatement à l’esprit.

  • permalien gloc :
    29 novembre 2010 @22h26   « »
    Ben non...

    C’est vrai, Stolypine, qu’avec ses guerres de 1947, 1956, 1967 et 1973 contre l’Égypte et celles de 1979, 1982, 1988, 1996, 2006, l’Iran, la démocratie Israélienne méritait bien, votre mise au point.

    Merci de nous le rappeler.

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @22h29   « »

    Les "Occidentalisés" ont d’autant plus tort que « l’Occident ne veut pas qu’on l’imite, [surtout pas serais-je tenté de dire] mais qu’on lui obéisse. »

  • permalien Sakhra :
    29 novembre 2010 @22h30   « »

    Il y a quand même une différence de taille entre l’Égypte et l’Iran, certes aucune des deux n’est une démocratie, comme la grande majorité des pays de la région, mais l’Égypte ne menace aucun autre pays de destruction ni ne recherche à acquérir l’arme nucléaire (un pays exportateur n’a pas de besoin en nucléaire civil).

    L’Egypte de Moubarek, sous état d’urgence depuis 30 ans, qui a verrouillé toute activité politique, pour ne pas remettre en cause sa "capitulation "honteuse devant Israel , qui "collabore" avec l’entité sioniste servilement et est soumise comme une prostituée aus US (les vraies prostituées méritent plus de respect )qui participe au blocus de Ghaza pour le plus bien d’Israel, qui vend son gaz naturel à Israel à perte et qui importe du gaz en bonbonne d’Algérie et qui oublie de le payer...Qui n’a pas besoin de développer son nucléaire civil parce qu’Israel le lui interdit, qui organise une mascarade d’élections,qui réprime toute opposition, quelle soit islamiste ou laique..

    Voyons, faut pas lui chercher des poux à cette Egypte-là : c’est un bon "client" et un allié malléable, pas comme l’Iran.....
    Jusqu’à quand ?......

    http://www.city-dz.com/gaz-l%E2%80%...

  • permalien Bert :
    29 novembre 2010 @22h35   « »

    L’Iran n’a jusqu’à présent menacé aucun pays tiers. Il y a eu une campagne de presse visant à faire croire que Ahmadinejad avait annoncé son intention de "faire disparaitre Israël de la carte", mais il s’agissait d’une traduction erronée d’une citation de Khomeyni, et la ficelle, bien grosse, tient toujours, apparemment.
    L’Iran a manifesté son intention d’acquérir des centrales nucléaires à moyen terme, et la technologie à long terme, aux temps du Shah. Il y avait alors, dans les magazines français, des encarts publicitaires du royaume de l’époque annonçant ces intentions.
    L’affaire du non remboursement des avances faites à la France dans ce cadre expliquait pour une grande part les campagnes terroristes qui ont ensanglanté la France à l’époque.
    Chaque année depuis 15 ans au moins, Israël (ses services secrets, ses officiels, ses "spécialistes") annonce que l’Iran est à "deux ans" d’acquérir la bombe atomique...

    Les dernières "fuites" n’apprennent pas grand chose sur ces sujets. Un infléchissement politique de la France (alignement sur la politique israélienne, soutien des actions des États-Unis, coopération avec les états du golfe) déjà bien documenté. Une volonté forte d’Israël de déclencher une guerre d’agression contre l’Iran, appuyée courageusement par les pétro-monarchies du golfe qui tablent sur leur habituelle neutralité dans ces conflits, et une augmentation du prix du brut, bien utile en ces temps difficiles.
    Le soutien aux mouvements séparatistes iraniens dans l’espoir de déstabiliser le régime en place est aussi évoqué, vieille recette des États-Unis, peu efficace jusqu’à présent, mais sanglante. A ce sujet, il serait intéressant de demander au représentant d’Iran resist et des anciens monarchistes présent sur ce forum ce qu’il pense de ces espoirs.

    bref, rien de neuf, sinon un bel écran de fumée, sûrement pour éviter que la presse n’évoque la calamiteuse défaite de l’équipe de France de rugby...

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @22h44   « »

    surtout pas serais-je tenté de dire” ai-je écrit.

    Ceci est anachronique : concernant les ploutocrates qui servent de dirigeants dans l’Occident d’aujourd’hui, il ne saurait être question de leur obéir qu’en les imitant.

  • permalien K. :
    29 novembre 2010 @22h51   « »

    L’Egypte ou l’état d’urgence perpétuel,

    Par Yves Bourdillon, Les Echos, 29/11/2010

  • permalien s=exp(j*pi) :
    29 novembre 2010 @23h40   « »

    @ Pascal Hilout // 29-11 / 01h06

    Non, non, non ! La question n’était pas de justifier ces aspects pour le seul Islam, mais d’évaluer le "niveau de performance" comparé de qq doctrines à l’origine de divers ISMES sous ces divers aspects. Par exemple, doctrines chrétienne(s ?) et juive(s ?) comparées à l’Islam pour commencer. Vous me renvoyez à un texte qui ne répond pas à cette question, quoiqu’il soit bien long (10 fois plus que mon post !)

    Vous prétendez démontrer le séparatisme avec bien peu d’arguments : les fidèles sont les meilleurs, les autres brûleront en enfer. C’est peu convaincant : les religions qui disent autre chose ne doivent guère être nombreuses. Votre notion de ségrégationnisme, elle, a des conséquences aux relents répugnants : si la femme ne peut évidemment être vue comme la "productrice des croyants", il est tout aussi scandaleux de la considérer en tant que "creuset" de quoi que ce soit fût-ce celui d’une fusion française, statut que vous (ou Riposte ?) lui réservez, semble-t-il.

    Je me demande comment, alors que vous mentionnez dans votre conférence le christianisme et le judaïsme en leur évitant tout examen critique, personne ne vous a posé la question que je vous ai adressée. C’était un public acquis peut-être ? En ce cas, doit-on supposer que l’objectif unanime est d’éliminer des ennemis (des religions) 1 par 1 ou comprendre tout simplement qu’un bouc émissaire (1 religion et 1 seule) a été choisi par votre mouvement ? Mon opinion est faite.

    A propos, si vous perdez votre boulot chez Riposte, recyclez-vous comme humoriste : en exposant comment se pratique l’auto-reproduction "en rond" évoquée dans votre conférence.

    Je vous remercie sincèrement de la minute de fou-rire que cela a déclenché. Vous n’y joignez pas (quel malheur ! quelle lacune !) de schéma explicatif. Vous pourriez ensuite poursuivre votre carrière en traitant de l’auto-reproduction "en carré", "en hexagone" et même "en huit" : vous feriez fortune !!

    Personne n’a pouffé ? Vos auditeurs étaient sourds ou avaient vraiment un grand empire sur eux-mêmes !

  • permalien s=exp(j*pi) :
    30 novembre 2010 @00h07   « »

    @ Tristan // 29-11 / 02h53

    Merci pour le lien. Allez voir : l’auto-reproduction en rond !!

    Le conférencier ne manque pas d’humour involontaire.

  • permalien K. :
    30 novembre 2010 @00h08   « »

    Deux bonnes remarques de Matt Duss du site US “Think Progress” :

    Les premières fuites (il faut rappeller qu’il y en a plus de 250.000 dont aucune n’est “top secret” et “seulement” 7% sont “secrets” d’après “Le Monde”) révélées par les quotidiens se concentrent massivement sur l’Iran. Pourquoi les journaux concernés ont-ils choisi de commencer par là ?

    Il est étonnant de voir combien les dirigeants des pays du Golfe (et leur représentant dans certain pays de la région) insistent auprès des Etats-Unis pour qu’ils frappent l’Iran : sont-ils à ce point inconscients du danger que leur pays respectif courrait si de telles frappes avaient lieu ?

  • permalien Lou :
    30 novembre 2010 @00h25   « »

    Iran : les physiciens nucléaires tués participaient à un programme régional

    AFP | 29.11.10

    Les physiciens nucléaires iraniens Majid Shahriari, tué lundi à Téhéran, et Massoud Ali Mohammadi, assassiné en janvier, étaient impliqués dans un programme de coopération scientifique régionale auquel participe également Israël, ont relevé les médias iraniens.

    MM. Sahriari et Mohammadi, dont les assassinats ont été imputés par Téhéran à Israël et aux Etats-Unis, appartenaient à la représentation de l’Iran au sein du projet SESAME visant à créer au Moyen-Orient un accélérateur de particules international comparable au CERN européen.

    Plusieurs pays arabes, la Turquie mais aussi Israël participent aux côtés de l’Iran à ce projet basé en Jordanie, lancé en janvier 2000 sous l’égide de l’Unesco et avec l’aide de plusieurs pays européens.

    Le projet SESAME a pris du retard, sa viabilité étant menacée à la fois par le manque d’argent et la situation politique régionale.

    Malgré la présence de deux de ses scientifiques au sein de SESAME, Israël lui préfère ESFR (European Synchrotron Radiation Facility), situé à Grenoble, selon des sources diplomatiques européennes.

  • permalien ouisalut :
    30 novembre 2010 @01h19   « »

    Bonjour,
    Comment peut on laisser s’exprimer des dégénérés de Riposte Laïque sur un blog du Diplo ? Ces gens là ont pour seul et unique but d’entretenir une profonde haine des musulmans, détournant ainsi l’attention des citoyens sur notre seul et unique ennemi, la capitalisme. On va me rétorquer (mais on ne me rétorquera rien du tout) que c’est la démocratie, et c’est ce qui nous rend plus forts. Tout comme on ne peut décemment pas empêcher les frères musulmans de se présenter à une élection non truquée, sous prétexte qu’une fois arrivés au pouvoir, ils imposeraient une dictature. Mais je m’en fiche et je n’ai pas envie d’être cohérent. De même que mon manque de culture et ma haine viscérale pour les dégénérés de Riposte Laïque discréditent mon propos, je m’en fiche. Cette exacerbation de le haine contre les musulmans n’est elle comparable à l’exacerbation de la haine contre les juifs par les nazis dans les années trente ? Les juifs n’allaient-ils pas diriger le monde et nous imposer leurs "coutumes" et leurs "traditions" si on ne les combattait pas ? On connais les suites données à ces combats.
    Ne laissons pas la parole aux tarés de riposte laïque et leur laïcisme sélectif !

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire