Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > La prochaine guerre

La prochaine guerre

mercredi 22 décembre 2010, par Alain Gresh

L’incapacité du président Barack Obama à obtenir l’arrêt de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem illustre la partialité de Washington. Elle confirme l’absence de détermination sérieuse des Etats-Unis à imposer la paix sur le front israélo-palestinien. Le risque est grand alors de voir cette « non-paix » se transformer en conflit ouvert, la seule incertitude tenant au lieu de la prochaine guerre : Gaza, le Liban ou l’Iran ?

1er mars 1973. Le président américain Richard Nixon reçoit à Washington la Première ministre israélienne Golda Meir. Il l’informe que le président égyptien Anouar Al-Sadate est prêt à négocier un traité global. Tout en prétendant que son pays veut la paix, Meir répond qu’elle préfère un accord intérimaire, qu’il ne faut pas se fier aux manœuvres du Caire, qui veut d’abord un retrait israélien sur les lignes du 4 juin 1967, ensuite un retour au plan de partage voté par les Nations unies en novembre 1947, et une solution du problème palestinien dont il faudra discuter avec Yasser Arafat et « les terroristes ».

Rapportant cette conversation, à partir des enregistrements des conversations désormais rendus publics, le journaliste israélien Aluf Benn (« Netanyahu is telling Obama what Golda told Nixon », Haaretz, 15 décembre 2010) dresse un parallèle entre la situation à l’époque où le refus israélien allait déboucher sur la guerre d’octobre 1973 et le franchissement du canal de Suez par les troupes égyptiennes, et les réponses dilatoires apportées par M. Benjamin Nétanyahou au président Barack Obama. Il rappelle que le Premier ministre actuel, rentré précipitamment de Boston pour monter au front en octobre 1973, devrait « rafraîchir sa mémoire en écoutant les enregistrements des conversations entre Meir et Nixon et se demander ce qu’il peut faire pour ne pas répéter les mêmes erreurs et pousser son pays aveuglément vers un seconde désastre de Yom Kippour », une guerre qui devait coûter 2 600 soldats à l’armée israélienne.

Le refus de Tel-Aviv d’accepter la proposition du président Barack Obama de geler pour trois mois la colonisation en Cisjordanie (et non à Jérusalem-Est) en échange de promesses sans précédent, que le commentateur Thomas Friedman (« Reality Check », New York Times, 11 décembre 2010), peu suspect de sympathies pour les Arabes, compare à une tentative de corruption pure et simple, a confirmé non seulement l’incapacité du président Obama à exercer une pression sérieuse sur Israël, mais le rejet par M. Nétanyahou du moindre compromis. Bien sûr, comme ses prédécesseurs, il prétend vouloir la paix, mais c’est la paix humiliante imposée par les vainqueurs, une paix fondée sur la négation des droits élémentaires des Palestiniens.

Lors des négociations secrètes avec les Palestiniens durant l’année qui vient de s’écouler, M. Nétanyahou a répété que tout accord nécessitait l’acceptation par les Palestiniens du « concept de sécurité » israélien, ce qui signifiait, entre autres, l’acquiescement à la présence de troupes israéliennes sur le Jourdain et le long du « mur de l’apartheid » (du côté palestinien bien sûr), et la poursuite de l’occupation d’une partie non négligeable de la Cisjordanie (Dan Ephron, « 16 hours in September », Newsweek, 11 décembre 2010). Il n’a fixé aucun terme à cette présence israélienne, sans doute censée durer jusqu’à ce que les Palestiniens deviennent « civilisés »…

Ce blocage sur le front palestinien pousse l’armée israélienne à échafauder les plans de ses nouvelles guerres, fondées sur ce « concept de sécurité » qui veut que tous ceux qui refusent la domination de Tel-Aviv sur la région soient des « terroristes » qu’il faut éliminer. Aucun autre pays, pas même les Etats-Unis, n’a une conception de la sécurité aussi extensive, une conception qui fait d’Israël un fauteur de guerres permanentes. Sur qui va fondre l’armée israélienne, contre qui portera-t-elle ses prochains coups ?

Sur Gaza ? Il y a deux ans, les blindés et l’aviation israélienne réduisaient en cendres des centaines de bâtiments et tuaient des centaines de civils, commettant ce que le rapport Goldstone qualifie de « crimes de guerres » et sans doute de « crimes contre l’humanité ». Pourtant, le Hamas est toujours solidement installé au pouvoir. Combien de temps Tel-Aviv peut-il se résigner à cette situation ?

Sur le Liban ? En juillet-août 2006, l’armée israélienne échouait dans ses tentatives de réduire le Hezbollah, mais réussissait à détruire le pays, au mépris du droit international ; trois ans et demi plus tard, l’organisation est plus puissante que jamais et l’état-major n’écarte pas une opération majeure qui risquerait de conduire à l’occupation d’une partie du Liban (lire Anshel Pfeffer, « Is the IDF prepping for a third war with Lebanon », Haaretz, 19 décembre 2010).

Sur l’Iran ? Au risque de provoquer un conflit majeur qui s’étendrait de l’Irak au Liban, de la Palestine à l’Afghanistan ?

Personne ne peut le dire, mais, au Proche-Orient, l’absence de paix débouche forcément sur la guerre… Contrairement à 1973, c’est Israël qui prendra l’initiative directe du conflit, sauf qu’il se heurtera non seulement à des ennemis bien plus efficaces, mais, comme le signale le militant de la paix israélien Uri Avnery (« Ship of fools 2 », Gush Shalom, 18 décembre 2010), à l’hostilité grandissante de l’opinion mondiale, hostilité dont a témoigné la reconnaissance de l’Etat de Palestine dans les frontières de 1967 par le Brésil, la Bolivie, l’Argentine, ou la lettre de 26 anciens dirigeants européens (Chris Patten, Giuliano Amato, Felipe González, Lionel Jospin, Hubert Védrine, Romano Prodi, Javier Solana, etc.) – tout sauf des extrémistes – appelant l’Union européenne à prendre des sanctions si, d’ici le printemps, le gouvernement israélien ne change pas de politique. L’organisation Human Rights Watch a publié le 19 décembre un rapport (« Israel/West Bank : Separate and Unequal ») qui souligne que les Palestiniens sont victimes de discriminations systématiques et appelle le gouvernement des Etats-Unis à réduire de plus de 1 milliard de dollars son aide annuelle à Israël (soit l’équivalent des investissements israéliens en faveur des colonies).

En conclusion, Avnery note que le soutien américain à Israël relève de l’assistance au suicide. « En Israël, une telle assistance est un crime. En revanche, le suicide ne l’est pas. Ceux que les dieux veulent détruire, ils les rendent d’abord fous. Espérons que nous retrouverons nos esprits avant qu’il ne soit trop tard. »

532 commentaires sur « La prochaine guerre »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

  • permalien Yvan :
    22 décembre 2010 @15h12   »

    Tant que les Israéliens n’auront pas compris qu’ils doivent négocier avec les Palestiniens et personne d’autre, ils resteront dans la nasse... nasse dorée, mais nasse quand même.

  • permalien nam19771 :
    22 décembre 2010 @15h23   « »

    J’avoue manquer de connaissances sur le conflit israelo-palestinien mais j’ai néanmoins tiqué sur les phrases "le Hamas est toujours solidement installé au pouvoir. Combien de temps Tel-Aviv peut-il se résigner à cette situation ?", paragraphe 6.

    Je suis en effet persuadé que le but du gouvernement israélien n’est pas de se débarrasser du Hamas car, comme tout gouvernement orwellien, il lui faut un ennemi pour alimenter sa propagande et fédérer sa population.

  • permalien totoFrancais :
    22 décembre 2010 @15h54   « »
    Israel est arrogant

    Tant que Israel se considère supérieur de tout point de vue, aucune paix ne sera possible.
    Il est evident qu’à long terme, un tel régime basé sur le racisme et le colonialisme, ne peut subsister.

  • permalien
    22 décembre 2010 @16h16   « »

    Le régime sioniste sera le fossoyeur de l’aventure du projet sioniste ; s’ils l’avaient voulu et s’en étaient donnés les moyens il y a de cela plusieurs décennies, un compromis aurait peut-être pu être possible, ce qui aurait constitué une victoire inespérée d’un projet fondamentalement irréalisable, car profondément injuste et artificiel. Au lieu du pragmatisme et de la modestie qui auraient été nécessaires, c’est l’avidité et l’arrogance qui ont prévalu, ce qui les place forcément sur une trajectoire de confrontation permanente et grandissante. Au terme de cette trajectoire de fuite en avant, ils sont assurés de tout perdre, car il est impossible d’assurer le succès d’une cause injuste par la surenchère de la terreur. Plus le régime sioniste se radicalise, plus grandes sont ses chances de disparaitre. Il est probable en effet que des guerres sont à venir et peut-être même pas limitées à la région. Ce régime ne peut tolérer des pays avoisinants forts et indépendants, ils ont par exemple depuis longtemps décrété le Liban comme étant sur la liste de ce qu’ils envisagent de contrôler à terme à 100%, la situation actuelle d’un Liban république bannière minée par les conflits internes n’est qu’un pis aller pour eux. Pour l’Égypte et la Jordanie c’est pareil, la situation actuelle de tyrannies marionnettes ne leur convient que très provisoirement, elle ne fait que reculer l’échéance d’une guerre inéluctable. Ce régime ne peut tenter de survivre que par la coercition, tant que la trajectoire de collision n’aura pas atteint son terme, la région sera un martyr et le monde flirtera avec Armageddon...

  • permalien Reneabel :
    22 décembre 2010 @17h09   « »

    Pour un vieil hébraïsant et admirateur de la religion juive, il est triste de constater que l’image actuelle d’Israël est donnée par le comportement de l’actuel gouvernement d’Israël... Cette image se superpose à l’autre ! Car c’est ainsi : Le sort du peuple palestinien est tragique et l’indifférence des nations dites démocratiques est lamentable ! On n’a jamais pu, nulle part, fonder une paix durable sur l’injustice ! C’est donc la guerre qui est à l’horizon...

  • permalien zahir :
    22 décembre 2010 @17h15   « »

    c’est une situation dangereuse pour le région et pour le monde, car elle est fondée sur un déni de droits à avoir une terre pour les palestiniens.Déni de justice international par non exécution des résolutions pertinentes des nations unies. Ce déni s’exprime en outre par le fait qu’un pays reconnu par la communauté internationale n’a pas de frontières puisque depuis 1945 on assiste à une remise en cause permanente et avec le silence( complice ?) des grandes puissances des frontières pourtant approuvées par elles.
    Que peuvent les Américains ? Ils se trouvent devant des dirigeants qui les défient (le refus de geler les colonies sur Jérusalem Est) et cela depuis la création d’Israel. Mais leur réaction relèvent de la schizofrénie. Ainsi que le note les israéliens conscients, par leur comportement politicien c’est au suicide que cela conduit
    je n’en veux pour preuve que la citation de Mr Averny

  • permalien Christophe Tourcel :
    22 décembre 2010 @17h33   « »

    Ces tristes perspectives ne font que confirmer le constat d’Eyal Shivan (le réalisateur de l’excellent film consacré aux oranges Jaffa) selon lequel Israël est aujourd’hui, dans tout le monde, le seul ennemi des Juifs. Encore faudrait-il que ceux-ci prennent conscience que seule leur religion (et les pratiques symboliques, par conséquent aliénées, qui s’en suivent) les distingue des autres habitants de la terre. Autrement dit, si les risques de guerre sont si grands, c’est qu’Israël réunit les deux piliers de la guerre que sont le capitalisme et la religion.

  • permalien Catlan :
    22 décembre 2010 @18h26   « »
    La prochaine guerre ?

    On peut toujours théoriser sur la fonction de l’absence de frontières reconnues pour la Palestine. L’intérêt vital de l’Israel d’aujourd’hui (qui n’est plus celui de l’Etat-utopie d’il y a cinquante ans)est de réduire à néant toute création d’un Etat avec lequel partager les ressources vitales de cette terre (l’eau douce et les accès maritimes).
    Derrière les conceptions ethno-religieuses, la violence d’un Etat en guerre permanente, l’immigration civile comme arme de conquête du territoire, cet Etat, devenu ultralibéral, antisocial et un non exemple pour cette région du monde, aura besoin de s’inventer un nouveau lebensraum, et de conquérir les territoires comme furent conquis les territoires de l’ouest américains par les Etats-Unis jusqu’en 1848 : par la poussée civile puis par la guerre.

  • permalien SIFO :
    22 décembre 2010 @18h27   « »

    Le monde aujourd’huit assiste en spectateur,pire encore,évite de voir ou de connaitre les soufrances du peuple palestien.Quand le boureau s’apelle Israel,tout le monde dit civilisé ferme les yeux et....la gueule.
    Quand des personnes libres osent critiquer les crimes de guerres commis par cet état"fabriquer"par l’ONU,la machine médiatique mondiale ( que tout le monde ou presque sachent pour qui elle tourne)démarre avec acharnement et lance des accusations de...antisémitisme !!!.
    Ce qui s’opposent à ces crimes barbares n’ont aucun problème avec les juifs,qui sont des êtres humains comme le reste de l’humanité,mais contre cette frange de fous sioniste qui veulent tout brûler sur leurs passage avec la complicité des puissances de ce monde,pourquoi cette lâcheté ?et bien c’est la puissance de feu du célèbre LOBBY juif surtout aux USA.
    Parce que ce peuple valeureux osent lutter et résistent avec les moyens dont il disposent,un embargo féroce est soumis par terre,mer,air et même.....en dessous de terre ( Egypte ) est unique dans son genre pour toute l’histoire qu’à connu l’humanité.
    L’histoire a toujours démontré que les peuples opprimés finissent toujours par vaincre.

  • permalien Noval :
    22 décembre 2010 @18h31   « »

    Remarquable article où l’on apprend notamment comment et pourquoi Israël cible de manière planifiée et délibérée des civils Palestiniens :

    http://www.renenaba.com/?p=3007

  • permalien Rafâa :
    22 décembre 2010 @18h32   « »
    Incapacité chronique américaine, arrogance permanente israélienne

    Aucun Président américain n’a jamais pu imposer quoique ce soit à Israël. C’est au contraire, Israël qui toujours pu et réussi à tout imposer aux États-unis et à leurs présidents successifs.
    Obama, empêtré durant la première moitié de son mandat dans les problèmes de politique intérieure (installation de la nouvelle administration(!), réforme de la santé, etc.) est aujourd’hui en position d’attente après avoir perdu la Chambre de Représentants et failli perdre le Sénat. L’essentiel pour lui est désormais, de parvenir à se maintenir, à se faire réélire et pour cela il est hors de question d’imposer la moindre concession à Israël.
    Israël, toujours fort de sa position sur l’échiquier politique interne américain sait parfaitement que rien ne pourra mettre un terme , voire même freiner son arrogance. Aucune condamnation des EU ne peut l’atteindre. Le bouclier américain continuera à le protége, par la fourniture des armes les plus évoluées et par le véto au Conseil de sécurité.

  • permalien Ahmed JDEY :
    22 décembre 2010 @18h46   « »

    Cette guerre inscrite depuis une longue date dans la logique du capitalisme et du colonialisme ne trouvera sa fin qu’en fonction de nouvelles donnes stratégiques et géo culturelles où arabes, musulmans, juifs et occidentaux se rendent compte de la légitimité de la cause palestinienne.
    Ahmed JDEY, Historien, Tunisie

  • permalien Moh. Dj. Moinfar :
    22 décembre 2010 @18h50   « »

    Bravos pour votre remarquable analyse !
    Bonne continuation !

  • permalien anid :
    22 décembre 2010 @18h54   « »

    Le boulevard est tout droit pour le suicide de l’Etat d’Israel. Les processus générateurs de cette autodestruction sont bien réunis et qui fonctionnent à une vitesse plus rapide que l’on croit. Et cela pour une simple raison : L’Etat d’Israel est fondé sur les crimes contre les palestiniens et les peuples voisins, surtout le Liban. Son idéologie sioniste est décapitée parce qu’elle est fondée sur mensonges et des mythes qui s’évaporent sans arrêt. Une généralisation de la campagne BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanctions) est une urgence et pour sauver le monde de l’aventure hasardeuse des dirigeants criminels de cet Etat et aussi pour sauver les israeliens innoncents. C’est une urgence MORALE absolue.

  • permalien alain.g. :
    22 décembre 2010 @19h09   « »

    L’aveuglement israélien et tous ceux qui l’encouragent et l’impuissance des Etats-Unis sont les pires ennemis d’Israël. Et donc aussi de ses voisins à commencer par ses principales victimes, les Palestiniens. Est-il encore temps pour les colonialistes israéliens de lire Shlomo Sand ? (et quelques autres, rares mais qui existent, qui, en Israël, ont des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et une tête pour réfléchir. A moins que le plan qu’on peut imaginer derrière la politique israélienne : tenir jusqu’à la dissolution du peuple palestinien par mort et désespoir se réalise... Une extermination de plus... La mémoire humaine sait être courte.

  • permalien LUCIDE :
    22 décembre 2010 @19h10   « »

    L’ONU n’a pas encore saisi que la théocratie hébraique qui se targue de démocratie vise un eretz israel que seule la reconnaissance d’un ETAT palestinien dans ses frontiéres de 1967 dont une bonne initiative se dessine en Amerique Latine , pourrait imposer la paix et défier les sionistes ; alors avis aux amateurs épris de justice et de paix internationales.
    Encore bravo à A. GRESH pour la pertinence de ses analyses dont j’ose espèrer qu’elles parviendront aux oreilles des colombes de la paix avant la dramatique issue des augures.

  • permalien Deïr Yassin :
    22 décembre 2010 @19h17   « »

    @ SIFO 22 dec 18h27

    "L’histoire a toujours démontré que les peuples opprimés finissent toujours par vaincre"

    Hélàs que non ! Des centaines de peuples dont certains comptant des millions ont finit génocidés ou au mieux ethnocidés dans leur lutte contre l’occupation étrangère.

    ’inshâ’allâh, le destin du peuple palestiniens sera différent.


    Et à propos de "peuple palestinien", voilà ce que disait Golda Meïr dont Gresh parle en mars 1969 :

    "Comment pourrions-nous rendre les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les rendre",

    ce qui a été suivi trois mois plus tard par son fameux :

    "There is no such thing as Palestinians . . . They do not exist".

    Meïr ou Bibi, Travailliste ou Likud, c’est du pareil au même.

  • permalien Tundanonga :
    22 décembre 2010 @19h54   « »

    Pourquoi une guerre ? Pourquoi envisage-t-on toujours une option pessimiste ? C’est parano ! Le monde ne se résume pas à Israël et à la Palestine. Il y a/il y a eu de guerres extrêmement meutrières comme en République démocratique du Congo, en Iraq, en Afghanistan, à Aceh, en Colombie et j’en passe : quels sont les avis des ennemis d’Israel et des ennemis de la Palestine sur ces guerres ? Et si Israel et la Palestine étaient victimes du syndrome du sparadrad ? Débattre sans a priori, sans parti pris semblent être de qualités les moins appreciés tant par les ennemis d’Israël que de la Palestine.

  • permalien Drareg :
    22 décembre 2010 @19h54   « »

    Merci pour cet article. L’actuel "jeu" trouble d’Israël, conduit par des fous intégristes nationalistes est réellement suicidaire. Et il ne faudra pas s’étonner si Israël déclenche une prochaine guerre, en particulier contre les Palestiniens,que se développent des vagues d’antisémitisme, parce que Israël, et une partie (une partie seulement) des Juifs du monde joue trop à l’association entre judaïsme et Israël.
    Critiquer Israël et Nétanyahou n’est pas plus de l’antisémitisme que critiquer Berlusconi et le gouvernement italien revient à critiquer le catholicisme. Benoît XVI (dont je ne suis pas un fidèle, pas plus que je ne suis juif ou musulman) n’est pas responsable des frasques de Berlusconi, pas plus que le judaïsme (sauf lorsqu’il est mal interprété) n’est responsable de la politique raciste du gouvernement (actuel) israélien.
    Il est regrettable que les "grandes puissances", États-Unis en tête, aient laissé faire Israël depuis si longtemps, mais il n’est pas trop tard pour changer d’attitude vis-à-vis d’Israël ; il n’est pas trop tard pour couper l’aide importante qu’il reçoit de l’extérieur depuis de décennies, de geler ses avoirs un peu partout sur la planète, d’envoyer une force internationale (Casques bleus) s’interposer entre Israël et la Palestine pour empêcher toutes les incursions meurtrières (y compris d’ailleurs les incursions palestiniennes qui visent Israël et qui donnent à ce dernier des alibis) et empêcher le développement de la Palestine. Après tout, la communauté internationale (surtout les puissances occidentales sous couvert de l’ONU) a réussi à séparer le Kosovo de la Serbie, et pourtant, la situation des Kosovars étaient bien moins grave que celle des Palestiniens. Techniquement cela devrait être possible, alors il s’agit bien d’un manque totale de volonté politique, et tant pis pour les futures victimes palestiniennes, libanaises et israéliennes. Et si le président Obama n’a ni le courage ni l’envergure pour tenter d’enrayer la folie de la course en avant israélienne, l’EU ne peut-elle pas reprendre le relais, jouer une fois son rôle politique sur la scène mondiale sans être toujours attentiste et à la remorque du voisin d’Outre-Atlantique ?
    Quant à la menace d’une intervention israélienne contre l’Iran elle n’est malheureusement pas qu’imaginaire. Mais une telle intervention risquerait d’avoir des conséquences gravissimes sur l’ensemble de la planète tout en renforçant en quelques heures seulement le pouvoir et la crédibilité du gouvernement iranien actuel. N’oublions pas que la guerre menée par l’Irak de Saddam Husseïn (aidé par plusieurs pays occidentaux) contre l’Iran de 1980 à 1988 n’a fait que renforcé le pouvoir de la République islamique. L’embrasement régional se propagerait très vite hors de la région, sans oublier, pour revenir au début de ce commentaire, le développement de l’antisémitisme qui en serait une conséquence directe.

  • permalien K. :
    22 décembre 2010 @19h56   « »

    Comme l’explique magistralement Jim Lobe dans un article intitulé "l’incroyable légèreté de Thomas Friedman", il faut bien savoir que ce dernier appelle un jour à une chose, le lendemain à son contraire.

  • permalien Eric Breton :
    22 décembre 2010 @20h03   « »

    Je ne peux m’empêcher de penser à l’arrogance des croisés qui, il y a quelques siècles, ont tenté de contrôler la région tout en restant des étrangers aux peuples locaux et en s’enfermant dans leurs forteresses. On ne peut espérer un avenir rose quand tous nos voisins entretiennent des rancunes qui sont régulièrement nourries à coup de bombes. J’ai peu d’espoir pour tous ces gens animés du désir légitime de ne pas revivre le drame de l’holocauste. Il n’est pas exclu qu’un jour ils seront rejetés à la mer faute de s’être assuré de réels appuis locaux.

  • permalien Orangerouge :
    22 décembre 2010 @20h23   « »
    Le site sioniste Rue89 ne supporte pas la contradiction

    Ce post me vaut un compte bloqué chez Rue89 (je ne peux plus poster, à moins de rouvrir un compte sous un autre nom).

    Le post si insupportable (mais qui recevait beaucoup d’approbations des lecteurs) :

    Chronologie des faits :

    - Hier, mardi :

    L’armée de l’air israélienne a lancé quatre attaques sur Gaza, blessant deux civils palestiniens.

    Trois raids ont ciblé la ville de Khan Younis, au sud de la Bande de Gaza. Il y a deux blessés, dont un grièvement, ont déclaré un médecin et des témoins. L’autre raid a eu lieu contre une ville au nord de la Bande et n’a causé ni victimes ni dommages.

    http://www.ism-france.org/news/arti...

    -Aujourd’hui sur le site du Ministère des Affaires Etrangères (français ?)  :

    Tirs contre Israël en provenance de Gaza (21.12.10)
    La France condamne avec fermeté les tirs de roquette et d’obus intervenus depuis le début de la semaine dans le sud d’Israël, en provenance de la Bande de Gaza.

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/
    dans les brèves du site : Tirs contre Israël en provenance de Gaza (21.12.10)

    Madame Alliot-Marie, censée être notre Ministre des Affaires Etrangères, ne devrait-elle pas être rémunérée par l’état d’Israël, plutôt que par les impôts des français ?

    Faute de pouvoir être publié autement sur ce site, j’avais posté sous un article de Sylvain Malcorps sur les français engagés en Afghanistan.

  • permalien blablamov :
    22 décembre 2010 @20h44   « »

    L’incapacité de la cee a obtenir l’arrêt de la colonisation des centres urbains illustre la partialité du conseil de l’europe .
    Elle confirme l’absence de détermination sérieuse des états européens à garantir l’avenir de la paix sur le front social .
    Le risque est grand alors de voir cette non-paix se transformer en conflit ouvert, la seule incertitude tenant au lieu et à la forme du prochain affrontement !

  • permalien Karim Jbeili :
    22 décembre 2010 @20h46   « »
    La rigidité de la frontière

    Chacune des guerres israélo-palestiniennes ou israélo-arabes avait pour but de stabiliser une frontière. Dès que la frontière était stabilisée, elle n’a plus donné lieu à des guerres.
    On peut même supposer, dans une conception un peu plus psychologique, qu’Israël, en panique devant des frontières imprécises, les traverse, envahit un territoire, et contribue ainsi à stimuler ou à créer une contre-force. Celle-ci, par opposition à l’envahisseur, va le faire reculer jusqu’à la frontière sus-dite et contribuer ainsi à rendre rigide une frontière jusque là élastique.
    56-67 et 73 ont pacifié la frontière avec l’Égypte. 67 et 73 celle avec la Syrie. De 67 à 70 ce fut la Jordanie. 82 la résistance palestinienne. 2006 la frontière libanaise. Et, enfin, 2009 Ghazza.
    On me répondra que toutes les guerres traitent pour l’essentiel de différents frontaliers. J’en conviens, mais il est rare qu’on traverse une frontière pour susciter la grogne d’un ennemi auparavant faible ou inexistant afin de l’amener à rigidifier une frontière. Un autre cas comparable fut celui de la guerre de Corée où les Chinois, après avoir envahi la Corée du Sud, se sont retirés et se sont arrêtés pile à la frontière. Depuis lors, on ne peut trouver frontière plus rigide.
    La seule frontière israélienne qui demeure élastique est celle de Cisjordanie. Les murs de bétons, aussi rigides soient-ils, même s’ils bloquent les Palestiniens, dans un sens, laissent passer les Israéliens, dans l’autre.
    On n’a pas encore trouvé la contre-force qui pourrait faire reculer les Israéliens jusqu’aux frontières de 67. Les Palestiniens ont échoué, la gauche israélienne a échoué, les États-Unis ont échoué. Le Hamas, Le Hezballah, la Syrie et l’Iran sont exclus puisqu’ils n’ont aucune influence sur cette frontière. L’Europe est aussi exclue parce qu’elle ne peut comprendre le problème. Elle qui dissout les frontières ne peut savoir comment les rigidifier.
    Alors qui ?

  • permalien Jcm :
    22 décembre 2010 @21h11   « »

    Depuis la création de l’Etat d’Israël, en1947, la région est en proie à la violence car l’établissement d’Israël est intervenue à partir du cataclysme de la seconde guerre mondiale. Pour autant la crise que subissent aussi bien les israéliens que les palestiniens n’est pas la conséquence de la création d’un Etat dont un peuple victime de la barbarie humaine a voulu se protéger. Les causes actuelles sont le fruit de cette complexité inhérente aux causes que provoquent les conditions géographiques, l’étroitesse de la région qui n’autorise pas une partition équitable entre les deux populations. L’ancienne Palestine celle de l’ancien testament est en fait un réduit géographique qui oppose deux populations et dont les conditions de vie sont elles mêmes à l’origine du conflit. La gestion territoriale et la répartition entre les deux populations ne permet pas une occupation équitable. A cela il faut ajouter le différentiel culturel et démographique qui oppose les deux parties. Les israéliens sont rattachés au monde occidental Amérique/Europe. Les palestiniens sont ancrés dans la sphère arabo-musulmane. Altérité culturelle, religieuse mais aussi politique et bien sûr identitaire. Et pourtant, les deux peuples sont proches car leurs langues l’hébreu et l’arabe sont cousines, sans oublier qu’ils se référent aux mêmes sources religieuses celle de l’ancien testament. Le point d’achoppement reste dans la façon de répartir une présence équitable entre les deux populations,en sachant très bien que l’aspect démographique constitue une source de confrontation car le taux de fécondité n’est pas le même dans la famille israélienne et palestinienne. A cela s’ajoute une problème majeur, qui reste la gestion de l’eau. Sans doute la cause prochaine d’un conflit entre les différents pays de la région le Liban,la Syrie et bien sûr Israël. La façon dont Israël pratique une urbanisation de colonisation fait peut-être la démonstration de sa crainte de voir un pays et sa population réduit à pas grand chose en cas de reconnaissance d’un Etat palestinien. N’oublions pas qu’Israël exerce une certaine domination dans la région et notamment elle constitue un rempart, le cas échéant, contre l’Iran. Israël reste un Etat fragile voire pour les plus extrémistes une chimère, un non sens géopolitique car source du conflit actuel. Et pourtant si ce pays venait à disparaître qu’elle qu’en soit la cause, la face de la région s’en trouverait changée mais aussi la façon dont il conviendrait de régler des conflits territoriaux de même nature. Vers quoi, il faudrait s’attendre si l’Etat d’Israël venait à disparaître de la face du monde, il serait loisible d’imaginer les pires choses à défaut d’y trouver un quelconque satisfecit.

  • permalien
    22 décembre 2010 @21h36   « »

    Reneabel :
    22 décembre @17h09

    Pour un vieil hébraïsant et admirateur de la religion juive, il est triste de constater que l’image actuelle d’Israël est donnée par le comportement de l’actuel gouvernement d’Israël... Cette image se superpose à l’autre ! Car c’est ainsi : Le sort du peuple palestinien est tragique et l’indifférence des nations dites démocratiques est lamentable ! On n’a jamais pu, nulle part, fonder une paix durable sur l’injustice ! C’est donc la guerre qui est à l’horizon...

    J’ai coutume de me présenter comme un marxiste-léniniste agnostique, pour la bonne et simple raison que c’est le cas. En d’autres temps, on aurait tenté de me présenter comme un imposteur juif, ce qui dans leur logique perverse ne serait pas entièrement faux. J’ai exprimé plus haut, ce que m’inspire cette tragédie et ne peux que vous saluer pour y ajouter votre pierre.
    Respects camarade !

  • permalien Pr Rachid Tlemçani :
    22 décembre 2010 @21h52   « »

    Bonsoir,
    Juste une question au gd expert : Pourquoi Israel continue de défier, le dt international, la communauté international, les USA et l’Europe ? Pourquoi Israel poursuit la colonisation en violation du dt international et que même le président Obama, le "musulman", n’ a pu rien faire ? Pourquoi Le Monde ou bien un autre gd journal du "politiquement correct" faisant de la censure dans le cadre des publications des cables diplomatiques de Wikileaks, continue de publier des articles beaucoup plus idéologiques qu’analytiques sur le conflit Israélo-palestinien ? Ce n’est pas parce que le lobby israelien est puissant, c’est beaucoup plus compliqué que cela. Une nouvelle analyse sur cette question s’impose aujourd’hui .
    Bien cordialement

  • permalien Nathan :
    22 décembre 2010 @22h08   « »

    @ DeÏr Yassin

    Vous citez Golda Meir mais vous oubliez de mentionner le "triple non" de Khartoum en septembre 1967.

    - pas de réconciliation avec Israël
    - pas de reconnaissance de cet État
    - pas de négociation avec lui et réaffirmation des droits du peuple palestinien sur son pays.

    Les Israéliens portent l’entière responsabilité de la situation actuelle d’autant plus qu’il existe une direction palestinienne modérée avec laquelle négocier. Mais il me semble que certains intervenants de ce blog en sont également restés au "triple non" de Khartoum.

  • permalien Orangerouge :
    22 décembre 2010 @22h28   « »

    à Pr Rachid Tlemçani,

    Oui, il y a un grand mystère là dessous, donc probablement je dirais beaucoup, beaucoup de pognon.

    Ceci dit je ne dirais pas qu’israël "défie" les Etats-Unis ni l’Europe, tant j’ai le sentiment qu’à la fois les Etats-Unis et l’Europe sont à genoux, et en train de lêcher les pieds d’Israël.

    Pourquoi ?
    A l’évidence il y a des choses bien cachées.

    Même si israël est un garde chiourme au dessus des champs de pétrole du Moyen Orient, ça fait cher le garde chiourme, en armes, en droits de douane non perçus, en financements, et en image (pas la peine de compter les victimes civiles, même les enfants, on a bien compris que tout le monde s’en tape).

  • permalien sam :
    22 décembre 2010 @22h55   « »

    C’est malheureux quau 21eme siecle, le monde devient indifferent a la souffrance de tout un peuple.. mais comme l’histoire nous a fait temoigner a mainte reprise, le jour viendra ou non seulement Israel mais aussi l’Europe et les Etats Unis, payeront cher leur indifference..
    L’injustice finit toujour par des evenements qui feront trombler le monde... car la justice est un droit et les peuples mouriront a la defendre quelqu’en soit le prix...

  • permalien K. :
    22 décembre 2010 @23h07   « »

    Uri Misgav, dans l’édition anglaise du Yedioth Ahronot, écrit :

    L’arrogance, la suffisance, et la myopie [israéliennes] n’ont pas commencé avec l’abandon des avant-postes du canal de Suez, mais par la négligence des signaux de paix désespérés du président Sadate et le dénigrement arrogant des capacités de l’ennemi.

    Et ça continue aujourd’hui, comme on peut le lire dans ce récent article de Reuters, où l’on apprend qu’Ehoud Barak souhaite que la prochaine accusation contre le Hezbollah entraînera ce dernier à prendre le contrôle du Liban afin de fournir à Israël la ““légitimité”” de semer l’enfer et la désolation sur son voisin du nord :

    "Israël ne sait pas comment battre le Hezbollah", a déclaré Giora Eiland, un ex-général de l’armée [israélienne] qui a servi comme conseiller à la sécurité nationale aux anciens premiers ministres Ariel Sharon et Ehoud Olmert.

    "C’est pourquoi une guerre n’opposant Israël qu’au Hezbollah pourrait faire subir de plus grands dommages au Hezbollah, mais le Hezbollah infligerait des dégâts bien pires sur le front intérieur israélien [qu’en 2006]", a-t-il déclaré à Radio Israël.

    Faisant écho aux actuels responsables israéliens, Eiland a déclaré :

    "Notre seul moyen d’éviter la prochaine guerre, et de gagner si elle arrive de toute façon, c’est qu’il soit clair pour tout le monde ... qu’une autre guerre entre nous et le Hezbollah sera une guerre entre Israël et l’Etat du Liban et ravagera l’état libanais."

    "Et comme personne - y compris le Hezbollah, les Syriens ou les Iraniens – n’est intéressé, c’est le meilleur moyen de créer une dissuasion efficace."

    (..) les Israéliens s’attendent à ce que le Hezbollah, s’il devait être nommé lors d’un acte d’accusation imminent de l’ONU sur l’assassinat en 2005 de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, cherchera à consolider son pouvoir à Beyrouth.

    Le ministre de la Défense Israélien Ehoud Barak a fait valoir que la domination du gouvernement du Liban par le Hezbollah rendrait légitime le ciblage du pays [le Liban] dans une guerre future impliquant la milice chiite.

    Eiland a déclaré qu’un tel scénario ferait que "le monde entier implorerait un cessez-le-feu dans les deux jours", ce qui serait plus dans l’intérêt d’Israël "que d’avoir à traiter directement avec chacune des 40.000 roquettes (présumées du Hezbollah)."

  • permalien abf :
    22 décembre 2010 @23h19   « »

    J’ai 45 ans et je suis de plus en plus convaincu que je verrai, la fin d’Israël.
    L’extrémisme des pieds-noirs en Algérie était plus grand, et leurs crimes étaient plus importants, et toute réclamation d’égalité des algériens était finie dans un bain de sang. Mais qui pensait, que tout s’écroule pendant un mois.
    Comme il a dit de Gaulle aux extrémistes des pieds-noirs « La France de Papa est finie », un jour un autre homme dira à ces extrémistes israéliens « l’Amérique de Papa est finie ».
    L’arrogance et extrémisme des pieds-noirs et des Israéliens sont leurs pires ennemis. C’est leurs pièges mortels.

  • permalien Orangerouge :
    22 décembre 2010 @23h40   « »

    Paris Match va publier cette semaine des extraits d’un livre à paraître en janvier "Breaking the Silence", qui repose sur 180 témoignages accablants de cadres de l’armée israélienne révélant les exactions, et les actes illégaux et contraires aux droits de l’homme perpétrés dans les territoires occupés par cette armée.Nous avons créé un monstre l’occupation :

    http://www.parismatch.com/Actu-Matc...

    Les combattants de l’armée israélienne racontent leur intolérable comportement dans les territoires occupés à Gaza :

    http://www.parismatch.com/Actu-Matc...

  • permalien argue :
    22 décembre 2010 @23h54   « »

    vraiment,je trouve absurde le fait de soutenir la politique d’israel contre vent et maree et en meme temps militer en faveur des droits de l’homme en chine ou au soudan.l’occident continue de mener des guerres de rapine desastreuses sous des paravents menteurs en ayant recours a des armes plus meurtrieres que jamais face a des adversaires peu armes comme les enfants de palestine ou les talibans.c’est la debandade,le declin des valeurs humaniste dont se targue un occident hegemonique,obscurantiste et inquisiteur quand les affames du monde continuent a finançer son bien etre et a alimenter son arrogance.

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @00h06   « »

    Gaz : La Turquie a précédemment menacé le Liban mais est beaucoup plus prudent avec Israel, qui elle-même menace aussi le Liban.

    Pourtant,

    ...ces richesses se trouvent dans des zones maritimes contestées....

  • permalien moimoi :
    23 décembre 2010 @00h07   « »

    Personne, aujourd’hui n’est en mesure de s’opposer à l’État d’Israël. Vous l’avez bien souligné ! à travers l’’impuissance de Barak Obama. Que dire aussi de la presse ( excepté bien entendu Le monde Diplo) qui relayent la propagande israélienne par ce vocabulaire scandaleux :
    - terroristes ( au lieu des combattants, résistants palestiniens)
    - Mur de sécurité ( au lieu de mur d’apartheid)
    - territoires occupés ( au lieu de la Palestine colonisée)
    - ....
    Tant que la presse n’ait pas le courage de dénoncer deux poids deux mesures, Le gouvernement israélien ne reculera pas. La colonisation a perduré, son âge n’a malheureusement pas produit de sagesse dans l’esprit des dirigeants.

  • permalien Lou :
    23 décembre 2010 @00h11   « »

    Chappatte


    © Chappatte dans "International Herald Tribune"

  • permalien Lou :
    23 décembre 2010 @00h19   « »

    C’est ce dessin de Chappatte qui ne veut pas s’afficher.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 décembre 2010 @00h28   « »

    @ Pr Rachid Tlemçani // 22-12 / 21h52

    Avis personnel (je ne suis pas spécialiste), il y a qq éléments à examiner concernant chacun de nous :

    - nous sommes incapables de multiplier nos sujets d’intérêt (manque de temps, énergie limitée) ;
    - dès lors, pour la majorité des infos, nous avons peu tendance à faire montre d’esprit critique, à vérifier la cohérence, à recouper les infos (qui ira mettre en doute les infos de Côte d’Ivoire ?) ;
    - dans la majorité des cas, nous avalons donc les infos "tout rond" et par conséquent les bourdes et les tromperies ou les visions partiales qui s’y trouvent parfois ;
    - se gratter le crâne sans que la pédiculose y soit pour qq ch inspire peu la majorité des humains ; si qq’1 a prétendu que le bon sens est la chose au monde la mieux partagée (voire ! voire !), ce n’est certainement pas le cas de la curiosité intellectuelle ("tiens, pq est-ce que la disparition des colonies n’est pas encore abordée en 1995 alors qu’à OSLO, j’avais cru comprendre ..." // pcq j’avais mal compris, comme un imbécile, tiens ! mais ça il faut un peu de temps et de lucidité pour l’admettre) ;
    - pour ce qui les intéresse, un bon nombre des humains réagissent d’abord de manière instinctive ou affective (moi compris) ; très peu se disent qu’ils possèdent non seulement un coeur mais aussi une raison et que, dans certains cas, l’examen par la raison se justifie ou s’impose ; on ne peut faire entièrement confiance à ce qui est affectif (notez c’est pareil pour le raisonnement pur !) ; aussi longtemps que votre raison et votre instinct ne sont pas en accord, c’est que l’un au moins vous trompe ;
    - étant donné que la plupart des questions intéresse peu de monde et que rares sont ceux qui montrent un peu d’esprit critique, les ravages de la langue de bois et des préjugés vis-à-vis de l’inconnu ou du mal connu entrent en jeu ; le journaliste est amené à adopter un point de vue et reprend le vocabulaire déjà utilisé, auquel tout le monde est habitué et que chacun croit comprendre.

    Lorsque la question abordée est un peu complexe, vous comprenez que les limites esquissées ci-dessus ne permettent pas à une fraction significative des "informés" de se faire leur avis par le raisonnement et la critique. En général, nous prendrons parti pour ce qui nous semble le plus proche de nous (c’est naturel) et nous manipuler devient possible.

    Dès lors, nos représentants politiques ne prennent pas de risques en jouant un jeu que l’opinion réprouverait si elle était bien informée.

    Premier combat à mener : celui de l’information. Exposez des faits, appelez les choses par leur nom, c’est un bon moyen de les faire changer, un bon moyen d’enlever le repos aux responsables de saloperies. Les ministres israéliens actuels nomment cela de la déligitimation lorsque cela s’applique à eux ...

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @00h29   « »

    Richard Falk :

    [Le] plan de partition de 1947 (..) a été à l’époque tout à fait raisonnablement rejeté par les Palestiniens et leurs voisins arabes comme un stratagème colonialiste dans lequel la population autochtone était lésée et n’avait jamais été consultée.

    On rappellera quand même que, depuis, les Palestiniens (et les autres Arabes) ont renoncé à leur droit à plus de la moitié du territoire que la résolution de partition de l’ONU leur avait assigné (ne leur laissant plus que 22% (!!) de la Palestine historique), sans que cela n’arrête le vol quotidien de leurs terres par la “civilisée” Israel, ni n’entraine les autres pays “civilisés” à cesser de soutenir le voleur.

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @00h47   « »

    Vous voyez bien, ils ne veulent pas discuter.

  • permalien Ennasri Nabil :
    23 décembre 2010 @01h12   « »

    Excellent article dont la teneur fait froid dans le dos...
    Vraiment merci M. Gresh pour tous vos éclairages.

  • permalien Tristan :
    23 décembre 2010 @03h12   « »

    @Tundanonga

    Pourquoi une guerre ?

    Vous avez raison, c’est un peu comme en 14-18, et 39-45. Parler de guerres, c’est absurde. D’ailleurs, autant ici, en Bolivie, qu’en Suisse, on avait presque rien vu, même si on avait, théoriquement, déclaré la guerre au 3ème Reich.

    C’est que les Francais, et d’autres peuple primitifs, se sentent le centre du monde (et juste pour leur faire plaisir, on veut bien parler de guerres mondiales).

    Mais, je pense que toutes les personnes dotées d’un minimum de raison, ce rendent bien compte que ce n’est que que deux infimes détails de l’histoire du monde.

  • permalien slim b :
    23 décembre 2010 @04h09   « »

    s=exp(j*pi)

    Je vous rejoins entièrement dans votre analyse de la situation.
    Multiplication (perfectionnement ?) des analyses et incompréhension de plus en plus grande
    "LE MOT, VOILA L’ENNEMI. Il n’y a pas d’arbre dans le mot "arbre". Rien n’existe que je doive nommer."
    Léo Ferré
    A bon entendeur...

  • permalien luap :
    23 décembre 2010 @06h47   « »

    Une autre guerre au Proche-Orient ? Et alors ? Qu’est-ce que cela change-t-il sinon à remplir les poches des marchands d’armes !!!

  • permalien une bille :
    23 décembre 2010 @07h56   « »

    La politique de la main distendue :

  • permalien Yasmina :
    23 décembre 2010 @09h53   « »

    trén bon article Monsieur Gresh.

    La conclusion fait froid dans le dos.

    En conclusion, Avnery note que le soutien américain à Israël relève de l’assistance au suicide. « En Israël, une telle assistance est un crime. En revanche, le suicide ne l’est pas. Ceux que les dieux veulent détruire, ils les rendent d’abord fous. Espérons que nous retrouverons nos esprits avant qu’il ne soit trop tard

    Je ne sais pas comment le dire, peut etre que je me trompe mais pour moi le sionisme est une idéologie qui "possede" 3 pays : l’Angleterre, Usa et Israel. Peu importe si l’un disparaisse.

    le premier a "coulé en 1956 à cause de Suez. Ce qui a rendu les USA le pays dominant des trois jusqu’à l’invasion irréfléchie de l’Irak par l’administration de George W. Bush. Actuellement un combat entre USA et Israel pour la domination.

  • permalien Yasmina :
    23 décembre 2010 @09h57   « »

    Un atterrissage en douceur pour les Etats-Unis d’ici quarante ans ? N’y pensez pas ! La disparition des Etats-Unis en tant que superpuissance mondiale pourrait survenir bien plus vite que ce que l’on imagine. Si Washington rêve de 2040 ou de 2050 comme date de fin pour le « Siècle Américain », une estimation plus réaliste des tendances aux Etats-Unis et dans le monde laisse penser qu’en 2025, exactement dans 15 ans, tout pourrait être pratiquement terminé.

    Malgré l’aura d’omnipotence que la plupart des empires projètent, un regard sur leur histoire devrait nous rappeler que ce sont des organismes fragiles. L’écologie de leur pouvoir est si délicate que lorsque les choses commencent à aller vraiment mal, les empires se désagrègent généralement à une vitesse incroyable : juste une année pour le Portugal, deux années pour l’Union Soviétique, 8 pour la France, 11 pour les Ottomans, 17 pour la Grande-Bretagne et, selon toute vraisemblance, 22 ans pour les Etats-Unis, à partir de la cruciale année 2003

    http://www.mondialisation.ca/index....

  • permalien salah :
    23 décembre 2010 @10h14   « »
    Madonna ,Lady Gage ,Obama

    « Ces constructions violent les accords précédents et sapent les efforts consentis pour parvenir à la paix. Il est temps que ces colonies cessent. » dixit Obama dans son discours au Caire en 2009 retransmis en direct par les chaînes arabes.

    Un discours séduisant dans les intentions . Obama disait que les droits des palestiniens ne peuvent pas continuer à être ignorés.
    Il y avait de quoi espérer que le sort des palestiniens ne dépendait plus du seul « Etat » israélien puisque celui qui est à la tête de la première puissance militaire au monde, semblait donner des signes de réveil . Il y avait dans ce discours , de quoi espérer, non pas que les Etats Unis viennent au secours des palestiniens dès qu’un massacre se perpétue par la Tsahal ,mais espérer tout simplement que les Etats Unis se tiennent au moins à l’écart de la guerre . Qu’ils se préservent en étant au moins neutres et ne subventionnent pas la colonisation israélienne . Qu’ils gardent l’argent de leurs contribuables ,qu’ils le distribuent par exemple à leurs homelesses au lieu de subventionner avec un Etat colonisateur qui s’est enfermé depuis des décennies dans une logique de propagation par le feu et le sang .

    Mais tout ça on le savait . On savait que dans le discours d’Obama la générosité des intentions ne dépassaient pas le périmètre du pupitre de la tribune.

    Le seul changement perceptible dans la politique des Etats Unis au moyen orient ,est que maintenant ils savent se payer la tête des arabes depuis leur implantation en Irak et dans les pays du Golfe. Ils savent leur faire écouter la chanson qu’ils aiment entendre tout en mettant la main dans leurs poches et en encaissant le prix du dernier tube .

    Au temps que Madonna Louise Veronica Ciccone ou Stefani Joanne Angelina Germanotta , Obama aussi fait ses tournées à sa manière . Mais ,à la différence de Madonna et Lady Gaga est que ces dames ne promettent rien . Elles restent pudiques !

  • permalien une bille :
    23 décembre 2010 @10h47   « »
    La prochaine guerre

    Pourquoi prochaine ?

    ... terminons déjà celles qui sont en cours !

    France24 - Le Sénat approuve le nouveau traité de réduction des arsenaux nucléaires

  • permalien Nathan :
    23 décembre 2010 @10h47   « »

    Il est paradoxal que certains intervenants ici s’indignent de la politique belliqueuse d’Israël et l’absence d’efforts de paix alors que de l’autre main, ils traitent les Palestiniens modérés de “traitres” et de “vichystes” et appellent à la résistance armée plutôt qu’à la négociation. Eux aussi sont des fauteurs de guerre et leur main droite ignore ce que fait leur main gauche. On ne peut pas à la fois appeler à la guerre et s’en indigner. Cette position me fait penser à ce que Hegel disait de la belle âme : elle se plaint du désordre du monde en ignorant qu’il est le fruit de sa propre action.

  • permalien Nathan :
    23 décembre 2010 @11h03   « »

    Un exemple parmi d’autres :

    Yasmina : 23 décembre @09h53

    Je ne sais pas comment le dire, peut etre que je me trompe mais pour moi le sionisme est une idéologie qui "possede" 3 pays : l’Angleterre, Usa et Israel. Peu importe si l’un disparaisse.

    Ça aussi, ça fait froid dans le dos !!!!!!!!

  • permalien abf :
    23 décembre 2010 @11h14   « »

    à Monsieur K (Richard Falk)
    C’est un mensonge historique de dire que les Israéliens ont accepté le plan de partage de 1947 et les arabes l’on refusé.
    La vérité est que les États arabes ont accepté et ont fait tout pour que les palestiniens acceptent le plan de partage.
    Les palestiniens n’ont pas accepté la création de l’État d’Israël et ils ne comprenaient pas qu’une communauté juive qui ne représente que 5% de la population de la Palestine et ne possède que 3% des terres (voir le site de l’ONU) doivent prendre plus 50% des terres.
    Les Israéliens n’ont pas accepté le plan de partage. La preuve est que la guerre de 1948 n’est pas déroulée sur la partie israélienne mais sur la partie palestinienne, et que le territoire (soit disant israélien) n’a pas cessé de grandir depuis 1948.
    Les Israéliens avait besoin d’un acte de légalité et de reconnaissance de l’ONU. Aussitôt l’ont eu, ils sont devenu le grand ennemi l’ONU.

    Autre mensonge historique ; l’armée israélienne comptée 300.000 soldats, parmi eux beaucoup de généraux (juifs) qui étaient dans les armés des alliés ; tandis que l’armé des États arabes ne dépassait pas les 17000 soldats mal équipés, alors que la propagande israélienne et occidentale ne finie de dire qu’une petite armée a vaincu trois grandes armés arabes.

  • permalien gloc :
    23 décembre 2010 @11h19   « »

    Nathan « Ça aussi, ça fait froid dans le dos !!!!!!!! »

    Décidément vous êtes à sec !

    l’Angleterre, Usa et Israel. Peu importe si l’un disparaisse.

    le premier a "coulé en 1956 à cause de Suez.

    Quand vous parlez de "la politique belliqueuse d’Israël", "Ça aussi, ça fait froid dans le dos !!!!!!!!" !

  • permalien
    23 décembre 2010 @11h32   « »

    Nathan :
    23 décembre @11h03

    (...) Ça aussi, ça fait froid dans le dos !!!!!!!!

    Si la vérité vous fait froid dans le dos, rien ne vous empêche de vous reconvertir dans l’anti-sionisme, l’UJFP est très bien et manque cruellement de monde, vous serez accueillis très chaleureusement !

  • permalien Denys :
    23 décembre 2010 @11h56   « »

    Tiens Alain,

    Votre optimisme partisan de la souffrance des juifs de cette été vous est finalement passé. Comment disiez-vous :"Il faut bien que pour que certains atteingnent le bonheur que d’autres abandonnent leurs espoirs...".

    L’idée de croire que la philosophie à prime abord élitiste du peuple juif, comme peuple ou comme religion, puisse, lorsque cette communauté domine la situation, trouver une solution équitable à long terme, s’avère une utopie.

    Si on veut la justice, on ne peut souffrir une vision, une pensée fondamentalement élitiste. Or, 60 ans d’échecs d’Israel et 3000 milles ans d’histoire du peuple juif nous ont bien montré qu’ils sont et demeureront élitiste.

    Barack Obama est juif, même s’il n’en parle jamais, mais c’est la rasion pour laquelle il a agit comme Néron envers la Palestine dès son élection et la seule solution qu’il trouvera c’est une de soumission du peuple Palestinien, mais qu’il nommera comme une "win-win (gagnant-gagnant)" situation. Exactement comme le marathon de pornographies lesgislatives qu’il vient d’effectuer en fin d’année, ou l’élite médiatique le monte sur le podium en quelques jours et où ils s’est vu cette semaine qualifié de "plus grand que Ronald Regan" ; alors qu’il trahi même toutes ses promesses et n’a travaillé depuis 2 ans qu’à consolider davantage les élites économiques et fiancières de la planète. Barack nous a menti, comme Israel nous ment et nous mentira...

    La seule façon de véritablement changer les choses c’est de pointer du doigt la communauté juive et son leadership mondial, or lorsqu’on le fait, on est "anti-sémite". Et quand ont fait de même avec les élites homosexuelles, qui se font les petits soldats de la visions élitistes et sanglantes du peuple juif dans son désir de globalisation et de domination, on est "Homophobe et Nazi."

    Aussi choqiant et inacceptable que vela puissee vous paraître, il faut allé jusqu’à revoir l’histoire du XXième siècle et d/terminer quelle place le leadership juif a vraiment tenu dans tout les conflits qui ont affligé la planète ; or c’est quelque chose que vous vous refusez de faire.

    Vous me prenez pour un imbécile dangereux et pourtant je sais que j’ai raison.

    Bien à vous,

    Denys Picard

  • permalien
    23 décembre 2010 @12h00   « »

    « Les aspirations sionistes incluent le Liban-sud, le sud de la Syrie, la Jordanie, toute la Cisjordanie et le Sinaï, nous devons expulser les Arabes et prendre leur place. »

    David Ben Gourion


    Qu’y a-t-il à dire de plus sur cette épuration ethnique revendiquée que vos élus cautionnent en votre nom ?

  • permalien Deïr Yassin :
    23 décembre 2010 @13h29   « »

    @ Nathan 22 dec 22h06

    "Vous oubliez de mentionner le "triple non" de Khartoum en sep 1967"

    Je ne vois pas le rapport entre l’arrogance de Golda Meïr concernant le peuple palestinien et ce "triple non". D’autant plus qu’elle n’était pas premier ministre à l’époque du "triple non".

    Pour votre :

    "il me semble que certains intervenants de ce blog sont également restés au "triple non" de Khartoum"

    Comme ce ne sont pas les intervenants de ce blog qui dictent la politique palestinienne, écoutez plutôt ceci :

    "Si j’étais un leader arabe, je ne signerais jamais un accord avec Israël. C’est normal, nous avons pris leur pays. Il est vrai que Dieu nous l’a promise, mais comment cela pourrait-il les concerner ? Notre dieu n’est pas le leur. Il y a eu l’antisémitisme, les Nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voeint qu’une seule chose : Nous sommes venus et nous avons volé leurs terres. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?

    David Ben Gourion, cité par Nahum Goldman dans "Le Paradoxe Juif", p. 121.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 décembre 2010 @13h53   « »

    @ abf 23 dec 11h14

    Cela n’est pas en remplaçant les mensonges sionistes par d’autres que vous servez la cause palestinienne.

    Votre :

    "l’armée israélienne comptait 300.000 soldats . . . tandis que l’armée des Etats arabes ne dépassait pas les 17.000 soldats . . . "

    est faux.

    Vous ferez mieux de réviser vos chiffres.
    Par contre, vous avez raison que beaucoup de généraux juifs avaient de l’expérience acquise durant la deuxième guerre mondiale et contrairement à ce que veut faire croire la propagande sioniste, la proto-armée israélienne fut bien mieux équipée que les armées arabes (qui dans la propagande ne furent pas 3, mais 5, voire même 7).

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 décembre 2010 @13h53   « »

    @ slim b // 23-12 / 04h09

    "LE MOT, VOILA L’ENNEMI. Il n’y a pas d’arbre dans le mot "arbre". Rien n’existe que je doive nommer."
    Léo Ferré

    slim b (citant Ferré)

    Existe d’autre part un tableau de Magritte au titre évocateur "Ceci n’est pas une pipe". Alors :

    "L’IMAGE, MêME MENTALE, VOILA LA TROMPERIE. Il n’y a pas de pipe dans le tableau de MAGRITTE. Rien n’existe que je doive me représenter."

    slim b (par interpolation).

    Notre langage nous sert à communiquer mais surtout à penser d’après Chomsky.

    Imaginons que vous exterminiez le langage mot après mot (mais alors, faut aussi "jeter" les images de toute sorte, même mentales). Vous voilà mal équipé pour penser ou réfléchir si l’on en croit un spécialiste.

    "Je ne peux plus former mes phrases. Je ne pense plus, je ne suis plus. Mieux vaut mourir". Ce devait être l’avis de Hugo CLAUS qui a demandé une assistance à l’euthanasie début 2008. C’était un grand poête belge ; je le comprends et je l’approuve.

    Si vous adoptez un de ces jours la démarche d’Hugo CLAUS, prévenez-nous. Nous garderons un souvenir ému ...

  • permalien sebastien :
    23 décembre 2010 @14h41   « »

    +1 deir Yassine pour votre réponse au chffres de gloc.

    Ben Gourion c’est aussi "plutôt la paix que les territoires".

    http://fr.wrs.yahoo.com/_ylt=A1f4cf...

    Remarquez, Netanyahu lui, préfére les colonies à la paix.
    Oui vous me direz que la colonisation avait commencé des 1967, mais elle était alors pluto limité.
    Et puis si on est pour un seul Etat, on ne peut pas faire du démantelement des colonies une priorité.

  • permalien Nathan :
    23 décembre 2010 @14h49   « »

    Symathique, le Denys Picard de 11h56. Antisémite et homophobe. Décidément, il y a du beau linge ici. Ça sent bon le fumier !

    Il y a aussi des préparatifs de guerre que M. Alain Gresh n’a pas mentionné dans son billet. Un ex-diplomate iranien passé à l’Ouest affirme avoir vu un grand nombre de techniciens nord-coréens en Iran entre 2002 et 2007 afin d’aider les Iraniens à fabriquer leur bombe et leurs missiles (qui pourront bientôt atteindre l’Europe, rappelons-le).

    http://www.telegraph.co.uk/news/wor...

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @14h54   « »

    Il est paradoxal que certains intervenants ici s’indignent de la politique belliqueuse d’Israël et l’absence d’efforts de paix alors que de l’autre main, ils traitent les Palestiniens modérés de “traitres” et de “vichystes” et appellent à la résistance armée plutôt qu’à la négociation.

    1- Que le sionisme appelle à la négociation plutôt qu’à la résistance non violente, n’est bien sur nullement fortuit. Parce que,

    - Négocier pour un sioniste signifie vous saouler de mots sans queue ni tête, pendant que ses compères poursuivent le vol et le détournement des terres et des ressources palestiniennes :

    - « Ce qui est dangereux dans la lutte populaire, c’est qu’il n’est pas possible de la qualifier de terroriste. » (Amira Hass)

    - Entre la résistance non violente et le terrorisme le sioniste préfère de très loin le terrorisme.

    2- Que le sionisme accuse la résistance armée plutôt que les actes terroristes n’est également et bien évidemment nullement fortuit :

    - Entre la résistance armée et le terrorisme le sioniste préfère de loin le terrorisme.

    - Ce qui est dangereux dans la résistance armée c’est qu’à part USisrael elle n’est pas qualifiée de terroriste

    - Sans la résistance armée, Israel et ses collaborateurs locaux contrôleraient encore une partie du Sud-Liban et aujourd’hui des “modérés” contrôleraient entièrement le pays.

  • permalien
    23 décembre 2010 @15h32   « »

    Nathan :
    23 décembre @14h49

    (...) (qui pourront bientôt atteindre l’Europe, rappelons-le)

    Rappelons également que l’addition ou la multiplication de postulats (erronés en l’occurrence, mais peu importe à vrai dire...) n’a pas encore été sérieusement considérée comme une méthode valide de démonstration scientifique, notre ami s=exp(j*pi) pourra, j’en suis convaincu, vous en expliquer abondamment les raisons le cas échéant.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 décembre 2010 @16h25   « »

    @ sebastien 14h41

    Ben Gourion : "La paix plutôt que les territoires"

    Uri Avnery sur Ben Gourion : "De la poudre aux yeux"
    Avant de lancer une opération militaire, il [BG] prononçait un discours se terminant par : "Nous tendons une main pacifique"

    - www.france-palestine.org/art...

    Son "la paix plutôt que les territoires" est en contradiction avec ce qu’il a exprimé par ailleurs :

    "Notre but est d’écraser le Liban . . . Nous y établirons un Etat chrétien, puis nous écraserons la Légion Arabe, nous éliminerons la Transjordanie, la Syrie tombera entre nos mains. Nous bombardons alors et avancerons pour prendre Port-Saïd, Alexandrie et le Sinaï"

    "Il ne s’agit pas de maintenir un statu-quo. Nous devrons créer un Etat dynamique, orienté vers l’expansion"

    "Après la formation d’une grande armée à la suite de l’établissement de l’Etat, nous abolirons la partition et nous nous étendrons sur l’ensemble de la Palestine"

    "L’acceptation de la partition ne nous engage pas à rénoncer à la Cisjordanie. On ne demande pas à quelqu’un de renoncer à sa vision. Nous accepterons un Etat dans les frontière fixées aujourd’hui - mais les frontières des aspirations sionistes sont les affaires des Juifs et aucun facteur externe ne pourra les limiter"

    "S’il était permis de déplacer un Arabe de Galilée vers la Judée,
    pourquoi est-il impossible de déplacer un Arabe d’Hébron vers la Transjordanie, qui est bien plus proche ? Il y a des vastes étendues là-bas et nous sommes surpeuplés"

    Ce qui se passe actuellement en Palestine est inscrit dans l’idéologie sioniste depuis Ben Gourion, rien a changé de ce côté-la.

  • permalien Orangerouge :
    23 décembre 2010 @16h39   « »
    Un tout petit réseau au pouvoir ...

    Est-ce que l’impunité des "Etats-Unis d’Israël" ne tient pas à l’étroitesse du petit monde qui a le pouvoir économico-politico-médiatique en occident ?

    C’est cet article de René Naba sur ce Christian Blanc amateur de cigares et de quelques autres petites choses, qui me fait faire cette remarque : c’est un tout petit monde de la France au Liban, en passant par une grande banque américaine ... Olé !

    Extraits :

    Ancien socialiste de tendance rocardienne, l’homme épousera la gamme des sensibilités de l’échiquier politique français, devenant tour à tour chiraquien, puis centriste, enfin sarkozyste.

    .....

    Christian Blanc, alors président de la filiale française de Merrill Lynch, Chiraquien, à la tête d’Air France, il atterrira, comme par hasard, après son débarquement d’Air France, sur une terre de mission, le Liban, chasse gardée du tandem Jacques Chirac Rafic Hariri, alors à l’apogée de sa puissance, avec pour mission de redynamiser l’aéroport de Beyrouth Khaldé, sinistré par la guerre civile, et la compagnie aérienne vedette de la flotte commerciale arabe, Middle East Airlines.

    ....

    Un des principaux gisements d’emploi du pays, une des principales sources de revenus, l’aéroport de Beyrouth Khaldé, devenu depuis Aéroport Rafic Hariri, à la suite de l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais, est un lieu de trafic par destination et représente à ce titre un enjeu de taille.

    Sa réhabilitation passera sans doute dans la chronique libanaise de la fin du XX me siècle comme un exemple achevé d’instrumentalisation de l’état au service d’intérêts privés, comme une vaste opération de spoliation organisée, à ciel ouvert. Projet grandiose au départ, sa réhabilitation sera l’une des opérations les plus controversées de l’ère Hariri par l’ampleur de ses dérives successives.

    Les modalités d’attribution des contrats de réfection de l’aéroport, tout comme la désignation des bénéficiaires des concessions de la zone franche constituent à cet égard une parfaite illustration de l’affermage arbitraire des services publics.

    http://www.renenaba.com/?p=2931

  • permalien sebastien :
    23 décembre 2010 @17h31   « »

    Deir Yassine vous pouvez faire dire ce que vous voullez avec des phrases sorties de leur contexte.
    Les dirigeant palestiniens et israéliens n’ont pas d’autre choix que de s’accepter. Du moins s’ils parlent serieusement de paix.
    D’accord l’obstacle est surtout Netanyahu.

    Je pourai aussi vous dire que la reconnaissance d’Irsaël par le Hamas n’est que pure maneuvre, pourtant, il est impossible de l’ignorer.

  • permalien
    23 décembre 2010 @17h38   « »

    Un petit aparté linguistique dont nos amis de la sympathique équipe du Blog du Monde Diplomatique ne me tireront peut-être pas trop rigueur ; quand notre ami Nathan parle d’antisémitisme et d’homophobie comme il le fait un peu plus haut, ou de génocide comme il le fait souvent, on sera forcé de remarquer qu’il emploie des mots qui n’existaient tout simplement pas il y a de cela quelques décennies. Quand on parle de mots fussent-ils des néologismes, on parle forcément des concepts qu’ils sous-tendent, et ces concepts n’existaient tout simplement pas il n’y a pas si longtemps de cela. Alors bien sûr, on ne peut raisonnablement pas faire d’amalgame entre ces trois concepts qui n’ont à peu près rien à voir entre eux. Toutefois n’y a-t-il pas quelque chose que ne manquera pas de se demander le premier des quidams venus, pourquoi faudrait-il de nouveaux mots et donc de nouveaux concepts pour défendre quelque cause que se soit, si elle fondée sur des principes de justice et d’équité vieux comme le monde ?

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 décembre 2010 @17h43   « »

    @ anonyme // 23-12 / 15h32

    Figurez-vous qu’à mon avis, Nathan connaît bien l’art et les subtilités du raisonnement. De même qu’il maîtrise bien évidemment les définitions des termes dont il use. Ce n’est pas par hasard mais pour les nécessités de sa démonstration qu’il gauchit comme ça lui convient les choses ici ou là.

    N’oubliez pas qu’il se fixe le but à atteindre avant d’entamer son développement. Les libertés qu’il prend avec les règles de logique ou les définitions sont donc les outils indispensables pour parvenir à son but.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 décembre 2010 @17h55   « »

    @ Nathan // 23-12 / 14h49

    Pour le nommé Picard, vous admettrez que personne ne l’a invité. Quant au parfum dégagé, je suis d’accord avec vous, ... même si je suis tenté de le souligner d’un "p" de surcroît (votre "Sympathique").

    Pour les affirmations du diplomate, vous excuserez mon scepticisme ; il n’y a pas de précision et le lien ne donne pas d’article. Nous savons tous que répéter mille, dix mille fois qq ch finit par le faire vaguement entrer dans les idées de chacun comme possible. Nous en avons vu les terribles résultats avec la guerre d’IRAK. Ce qui se passe autour d l’IRAN ressemble tant à ce qui s’est déroulé pour l’IRAK. La dernière fois que vous avez sonné le tocsin, c’était des missiles de COREE du NORD "dernier cri" ... qui étaient vieux de cinq ans et dont le modèle n’avait jamais été testé ! Mais bon sang, même chez PAGNOL (La Gloire de mon Père), un simple flingot de chasse fait l’objet d’une "épreuve", càd d’un essai, d’un test !

    Enfin, quoi ? Il y avait une "balance" à fléau avec deux bras égaux dans la région, les deux plateaux étant d’un poids fort comparable. Le tout était presque en équilibre l’IRAN d’un côté, l’IRAK de l’autre. Les USA brisent le bras et le plateau IRAK et ils s’attendent à ce que l’autre côté reste facilement sous contrôle ?

    Aujourd’hui, j’ai bien peur que des cinglés envisagent de pulvériser l’IRAN comme l’IRAK l’a été, avec la même absence de motifs sérieux au plan de la menace pour l’Occident. AVNERY a raison sur ce point : ceux qu’il veut perdre, JUPITER les rend d’abord fous.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 décembre 2010 @18h25   « »

    @ sebastien

    "Vous pouvez faire dire ce que vous voulez avec des phrases sorties de leur contexte"

    Vous me faites marrer, vous !

    C’est bien vous qui nous avez servi Ben Gourion et son "la paix plutôt que les territoires" totalement sorti de son contexte.

    J’ai posté un article de Avnery plus 5-6 déclarations du même Ben Gourion pour montrer que son "la paix plutôt que les territoires" est juste pour berner les dupes. Ben Gourion n’a jamais aussi l’intention de se contenter ni des territoires accordées à l’Etat juif par le Plan de Partage ni ceux de l’armistice de 1949. Toutes ses déclarations et sa politique montrent qu’il était un maximaliste, et cette fameuse phrase de juin 1967 était juste de la Hasbara pour la communauté internationale qui ne demande que ça de la part des Israéliens - être dupée. Mauvaise conscience oblige.

  • permalien
    23 décembre 2010 @18h29   « »

    s=exp(j*pi) :
    23 décembre @17h43

    @ anonyme // 23-12 / 15h32

    Figurez-vous qu’à mon avis, Nathan connaît bien l’art et les subtilités du raisonnement. De même qu’il maîtrise bien évidemment les définitions des termes dont il use. Ce n’est pas par hasard mais pour les nécessités de sa démonstration qu’il gauchit comme ça lui convient les choses ici ou là.

    N’oubliez pas qu’il se fixe le but à atteindre avant d’entamer son développement. Les libertés qu’il prend avec les règles de logique ou les définitions sont donc les outils indispensables pour parvenir à son but.

    Ah je suis tout à fait d’accord avec votre vision de la question, Nathan n’est de toute évidence pas un imbécile, même si parfois, rarement en fait, il se laisse aller à se comporter comme tel, “humain trop humain” dirons nous, mais par contre il me semble indéniable qu’il prend très très souvent les gens pour des imbéciles, ce qui manque de chance, n’est pas forcément le cas...

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 décembre 2010 @18h44   « »

    @ Anonyme // 23-12 / 17h43

    J’ai peur de comprendre ce que vous suggérez : pas de nouvelles définitions, pas de délits qui y soient liés, hein ?!

    Ayant le bonheur de disposer d’un Petit Larousse Illustré de ... 1913, je me suis livré à qq recherches.

    On ne trouve pas le terme homophobe, mais homosexuel est absent de la liste aussi (cependant la bonne société savait très bien).

    Y manque "génocide" (il y en avait cependant quelques uns en train).

    On y trouve par contre antisémitisme ! Eh oui !

    (Avec la définition "Doctrine de ceux qui sont opposés à l’influence des juifs", si ça vous intéresse, Nathan.)

    Enfin, comparaison n’est pas raison, mais on n’y trouve pas pédophile ... vous voyez où je veux en venir M l’Ano ?

    A vous suivre, inutile d’introduire de nouveaux concepts. C’est indispensable au contraire tant en science qu’en technique ou dans notre vie en société.

    Si vous souhaitez déculpabiliser l’antisémitisme par ce moyen miteux, c’est loupé : le terme fait un siècle !

    Par contre, vous risqueriez de faire sauter la législation sur la protection des enfants en même temps que celle des homo avec un principe à la con comme celui que vous suggérez. Bien sûr, vous direz que ce n’est pas cela que vous avez voulu, mais c’est à ça qu’on arrive tout droit.

    Ah ! C’est dur, la vie !

  • permalien Deïr Yassin :
    23 décembre 2010 @18h48   « »

    Notre changeur de pseudo/"anonyme" alias . . . . est tout content. Il a trouvé un nouveau arrivé qui réagit à ses commentaires.
    On noterait d’ailleurs que dans son doublon il traite l’équipe du Monde Diplo de ’sympathique’ alors que quand il se fait modérer, il n’hésite pas proférer des insultes.
    Parlant de ’prendre les gens pour les imbéciles’, il est vraiment le premier concerné.

  • permalien Tristan :
    23 décembre 2010 @19h21   « »

    @Denys

    HA HA HA, après avoir été évengéliste d’un secte comme on en trouve des milliers (au USA) puis, musulman, il serait, aujourd’hui, le grand antéchrist juif, attendu par certains ?

    J’ai aucune sympathie pour Obama, mais, quand même, il faut arrêter les délires.

    Dans ma tradition familliale, on a pas de juifs et d’homos, mais, avec le sionisme escathologique du fondamentalisme protestant et des théories scientistes, on est capabler d’être, au moins, aussi élitiste et dangereux, que n’importe quel juif.

    Oui, il y a des juifs et des homos (même des qui sont les deux en même temps), qui font partie de nos élites et qui sont à vomir, mais, vous pensez vraiment que c’est le fait qu’ils soient juif ou homo, qui pose problème ?

    J’ai malheureusement, le devoir de vous dire que vous avez tors.

    La corruption, c’est quelque chose d’humain (de trop humain), et, chercher à mettre la faute de toutes les guerres et les problèmes du monde, sur certaines corruptions vues comme l’exclusivité des juifs et des homos, c’est une chimère. Evidemment, ce serait génial, qu’en tuant tous les juifs et les homos, ca pouvait régler toutes les problèmes du monde. Et si, par hasard, je faisais, aussi, partie d’un groupe humain corrompu, c’est avec plaisir que je m’offrirais, en holocoste, si ca permettrait de bannir la corruption du monde.

    Mais, pour ca, il vous faudrait tuer l’humanité toute entière, et, rien ne nous garanti que, même comme ca, Dieu ne permette pas, à une autre source de corruption, de renaître.

    Je ne sais pas si vous êtes un imbécile danjereux, mais, à première vue, vous défendez des positions qui semblent, au moins aussi folles que celles des sionistes.

  • permalien
    23 décembre 2010 @19h53   « »

    s=exp(j*pi) :
    23 décembre @18h44

    Je crains que vous ne m’ayez pas compris sur ce que je voulais dire, le terme d’antisémitisme ayant beau dater de 1873 sous la plume d’un journaliste allemand, Wilhem Marr, dans un pamphlet intitulé la Victoire du judaïsme sur le germanisme, cela ne dénie en rien l’hostilité qu’ont pu rencontrer les membres de la communauté hébraïque au sein d’une Europe chrétienne profondément hostile et intolérante. Pour traiter de ces sujets, est-il toutefois utile d’user de néologismes ?

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @20h02   « »

    @ s=exp(j*pi) 23 décembre @17h43

    Il y a quatre ou cinq caractéristiques principales communes à la majorité des sionistes (quand il s’agit, comme ils disent, de s’insurger contre la “diabolisation” d’Israel) : la fumisterie (qui me semble correspondre à ce que vous décrivez), le mensonge, le déni et le délire.

    Certains sont certes plus habiles que d’autres, mais le répertoire est identique.

    Le délire sioniste m’intrigue particulièrement.

    Par exemple la discordance entre l’habileté déployée dans les tentatives de manipulation d’une part, et la grossièreté qui consiste à chercher à convaincre autrui à l’aide de mensonges pourtant très apparents d’autre part, ne peut relever pour moi que du délire et me stupéfie toujours.

    Et j’en suis arrivé à la très improbable conclusion que si le sioniste délire c’est que parce qu’il peut tuer et voler impunément.

  • permalien K. :
    23 décembre 2010 @20h37   « »

    Netanyahou :

    Le monde commence à comprendre qu’Israel n’est pas un obstacle à la paix au Moyen-Orient.

    Le pire est qu’il y a de fortes chances qu’il en soit convaincu.

  • permalien Orangerouge :
    23 décembre 2010 @20h52   « »

    "si le sioniste délire c’est que parce qu’il peut tuer et voler impunément."

    Ca c’est certain.

    Ce qui n’est pas bien complètement élucidé c’est l’intérêt pour les pouvoirs occidentaux de cultiver l’impunité d’Israël jusqu’à l’extrême.

  • permalien luap :
    23 décembre 2010 @21h10   « »

    La prochaine guerre, si guerre il y a, sera régionale. Elle sera méticuleusement calculée en fonction de la situation géostratégique de l’empire occidentale qui est nettement en déclin. La guerre économique faisant rage en ce moment, il est à parier que le placement des pions sur l’échiquier de cette région devient de plus en plus risqué et dangereux.

  • permalien Orangerouge :
    23 décembre 2010 @21h50   « »
    Les dessins des enfants de Gaza relatent les horreurs qu’ils ont vécues pendant l’opération Plomb Durci, il y a près de deux ans

    Une image vaut des milliers de mots, et cette vidéo bien plus.

    Elle contient des dessins d’une grande puissance expressive, créés par des enfants à Gaza et qui relatent les horreurs qu’ils ont vécues pendant l’opération Plomb Durci, il y a près de deux ans.

    Ces enfants partagent la dévastation émotionnelle et physique causée par les actions israéliennes.

    Beaucoup de ces jeunes artistes n’échapperont jamais à l’enfer qu’ils ont traversé.

    Cette vidéo s’insère dans un projet plus vaste, l’exposition itinérante "Un regard d’enfant de Gaza," développée par Joyce Ravitz et moi-même après notre visite à Gaza en juin 2009.

    Ayant vu les dessins dans un cours de thérapie par l’art, nous avons senti qu’une exposition de dessins de ce genre devrait être mise en place et présentée aux Etats Unis.

    "Un regard d’enfant de Gaza" était né !

    Je me suis servi d’internet pour trouver des participants et j’ai commencé à rassembler des dessins venant de six institutions de Gaza pour enfants.

    Les dessins ont été créés par des enfants âgés entre 7 et 12 ans.

    Rajie Cook, un graphiste bien connu pour son art contestataire, a créé la vidéo comme outil de communication pour faire venir du public à l’exposition.

    Rajie a attiré dans le projet son vieil ami, le photographe Thomas Francisco. Francisco s’est servi de ses talents musicaux pour sélectionner et mixer la musique. Leur projet achevé est fantastique !

    Nous espérons que certains d’entre vous, en voyant ses dessins, voudront présenter le message communiqué par les enfants et leur art dans leurs propres villes.

    http://mounadil.blogspot.com/

  • permalien chafy :
    23 décembre 2010 @21h56   « »

    les sioniste n’ont fait qu’entrainer des centaines de millions de juifs vers un génocide certain, comme par un passé pas si lointain que ca.
    très peu de juifs réalisent cet état de fait.

  • permalien Nathan :
    23 décembre 2010 @22h00   « »

    @ s=exp(j*pi)

    A moins d’être naïf, faussement naïf ou d’avoir bu quelques chopes d’Orval de trop, tout le monde sait que l’Iran cherche à se doter de la bombe et des missiles porteurs idoines. L’Iran maîtrise le cycle complet qui va de l’extraction de l’uranium qu’il possède dans son sous-sol jusqu’à la production d’uranium enrichi. A cela on rétorque que Khamenei a toujours affirmé que la bombe était contraire aux préceptes de l’islam. Haha ! Il suffit de voir le Pakistan. Et puis le fait de porter un turban, une kippa ou une mitre ne vous prémunit pas nécessairement contre les gros mensonges.

    Il en va de même de la Syrie, qui disposait apparemment d’une centrale en construction avec l’aimable concours des nord-coréens avant que celle-ci ne soit détruite par une escadrille de F-15 et F-16 israéliens (qui ne s’étaient pas déplacés pour faire du tourisme). Même l’AIEA a estimé que ce site était hautement suspect.

    On arborait aussi des moues sceptiques à propos de l’armement de la Corée du Nord et on a vite déchanté. Des gens qui n’avaient pas de quoi bouffer étaient, paraît-il, incapables de fabriquer la bombe. On a vu le résultat. Selon un article récent paru dans le New-York Times, la Corée du Nord disposerait d’un arsenal de 6-12 bombes et bientôt de missiles capables d’atteindre les côtes californiennes pour la plus grande joie de certains. L’Iran prend le même chemin.

    Au fait, pourquoi Alain Gresh garde-t-ilun silence de bon aloi sur les développements militaires de l’Iran, de la Syrie ou du Hezbollah, lequel dispose désormais de milliers de roquettes et de missiles ? Et pourquoi considère-t-il que la tenue d’un exercice militaire israélien devrait inévitablement déboucher sur une guerre contre le Liban ? Il s’agit peut-être seulement d’une démonstration de force destinée à avertir le Hezbollah à ne pas jouer avec le feu comme en 2006.

  • permalien chafy :
    23 décembre 2010 @22h18   « »

    posséder un bombe atomique ne veut pas dire l’utiliser.
    jusqu’ici il n’y a que la zunie qui l’a utilisé, pays de la voyoucratie et de oppression.
    pourquoi Israël a le droit d’en posséder et pas l’Iran ou la Syrie ou le Pakistan ? quel est ce droit qui octroie a un pays d’avoir un arsenal atomique d’environ 200 têtes nucléaires et pas l’Iran, tout le patta caisse contre l’Iran c’est n’est pas le fait d’utiliser une éventuel bombe atomique, mais le fait d’en posséder une, ca dérange l’équilibre de forces, et Israël se retrouvera dans une position fragile face a l’Iran, le président iranien n’a jamais dit qu’il allait anéantir Israël.

  • permalien Noval :
    23 décembre 2010 @22h58   « »

    Pour démontrer que le sionisme est tant rationnel que naturel, le langage utilisé par ses adeptes a depuis longtemps outragé, perverti et détruit jusqu’au sens commun des mots tels que ceux-ci sont entendus et perçus par tout être raisonnable .

    Car un sioniste est profondément convaincu que l’armée qu’il soutient est par nécessité même la plus morale du monde et qu’elle n’a en face d’elle que des êtres qui ne peuvent comprendre que le langage de la brutalité et de la force . Tout comme le même sioniste ne doute pas un seul instant de raison que les dirigeants successifs de l’Etat d’Israël ont été et sont tous de paisibles humanistes représentant un Israël qui veut la paix et que si cette dernière n’a à ce jour pu être réalisée, c’est à cause du problème Palestinien. Un sioniste est profondément convaincu que seule la réalisation d’un Etat juif et démocratique peut mettre fin au problème Palestinien.

  • permalien elbé :
    23 décembre 2010 @23h13   « »

    Le : Tout le monde sait que l’Iran se dote de l’armement nucléaire , de Nathan.
    Qui c’est ce : Tout le monde ?
    Bizarre qu’aucune agence n’ait encore apporté aucunes preuves tangibles de cet armement. Ou bien, va t-on nous en apporter les mêmes "preuves" que pour celles des armes de destruction massive d’Irak ?

    Mais je dirais, quand bien même elles existeraient ces armes, ne serait-ce pas pour se prémunir contre les menaces, bien réelles, elles du seul pays de la région qui possède l’arme atomique ? Israel qui ne parle que de bombarder l’Iran parce que ce pays ne dissimule pas son soutien aux palestiniens. Soutien qui l’honore au vu de la lâcheté des autres pays musulmans.
    Quand on voit ce qu’il risque, l’admiration augmente.

    Ne vouloir "dialoguer" qu’avec les modérés palestiniens qu’adore Nathan, c’est tout bonnement n’accepter d’un palestinien que le déni d’un état palestinien. On les appelle "modérés" quand ils ne s’opposent plus à l’expansion territoriale. On ne les aime que soumis à cette perspective.
    Tant que les israeliens ne trouveront aucune opposition à cette politique , ils continueront à coloniser.
    Ainsi les pieds-noirs qui ne parlaient de négocier des droits aux "arabes" que quand ils avaient peur des "fellaghas". Quand la crainte sonnait à leur porte. Dès que l’armée française obtenait des" résultats" , pffft, envolées les envies de négocier, on reparlait de tenir la dragée haute à ces "sauvages".

    Qui fait peur aux colons israéliens ?
    L’opinion publique !
    Les états du monde laissent faire Israel, non parce qu’ils se font berner par lui mais parce qu’entrent en jeu plusieurs facteurs de lâcheté :

    - L’intérêt économique dans une région à forte teneur en gaz et pétrole. Israel serait le porte-flingue. Mais des voix s’ élevent : cet intérêt n’est pas probant , il représente plutôt une nuisance sur le long terme.

    - Le manque de courage politique. Tenir tête à Israel c’est se mettre à dos toute une frange lobbyiste. Qui va vous mener la vie dure : calomnies dans la presse, chantage au pognon pour les élections etc...
    Quel est l’homme politique prêt à affronter cela ? Et risquer en plus son éviction de la scène politique ?

    - Le fait que ça se passe loin. Leurs propres populations ne sont pas touchées par ce problème.
    Pas touchées dans leurs intérêts économiques, dans leurs intégrités physiques, par la guerre ou guérilla. Car les palestiniens n’en n’ont plus les moyens, ni la volonté.
    Mais les populations du monde peuvent être aussi touchées humainement par le sort fait aux palestiniens, avec probabilités de manifestations, et de chantage au vote si rien n’est fait par leur dirigeant. Avec comme corollaire une campagne BDS pacifique pour peser sur l’économique. D’où la bagarre médiatique pour empêcher, déformer l’information sur ce qui se passe en Palestine.

    C’est la société civile qui pèsera dans ce conflit et rien d’autre.

  • permalien sébastien :
    24 décembre 2010 @00h12   « »

    Deir Yassine la formule "mieux vaut la paix que les territoires" a été dite après la guerre des six jours. Ben Gourion savait que ces territoires occupés allaient devenir un cadeaux empoisonné, un poison mortel.
    Le grand Israël vas se transformé en une grande Palestine, et c’est ce que vous voulez.

    Remarquez cela règle les questions des réfugiés et des colonies.
    Dans le fond, vous aussi, pour des raisons différentes, vous ne voulez pas démanteler les colonies.
    Dans une grande Palestine, les juifs pourront habiter à Ariel ou à Haïfa, à Melame Adoumim, ou à Tel Aviv.

    Qu’importe de démanteler les colonies, et d’évacuer la Cisjordanie.

  • permalien
    24 décembre 2010 @00h30   « »
  • permalien NC :
    24 décembre 2010 @00h35   « »
  • permalien sébastien :
    24 décembre 2010 @00h36   « »

    Je serai pour la disparition d’Israël, je serai, secrètement, pour le maintien des colonies, et de l’occupation de la Cisjordanie.

  • permalien elbé :
    24 décembre 2010 @00h58   « »

    Sébastien,

    Voilà une parole sensée ! Le problème c’est que les gouvernants successifs d’Israel pensent exactement le contraire et en ont convaincus une grande partie des israeliens. Et le racisme est tel que même s’il s’avère qu’un seul état pour tous finisse par se faire, nombre d’israeliens ne l’accepteront jamais. Soit ils se battront jusqu’au bout de la folie, soit ils préfèreront partir.

  • permalien Nathan :
    24 décembre 2010 @09h25   « »

    Ce n’est pas que Noval soit si fermement opposé à l’idée d’un “Etat juif” qui me pose problème vu que moi aussi, je suis en faveur d’un Etat laïque en Israël et que j’estime que la religion n’a pas à se mêler à la politique et ferait mieux de rester dans les chaumières et dans les lieux destinés à sa pratique. Non, ce qui me gêne, c’est qu’on ne l’entend adopter la même attitude sensée lorsqu’il s’agit de l’islam. Un peu comme si l’islam, on ne sait pourquoi, avait droit à un traitement à part.

    Par exemple, on ne l’entend jamais s’opposer à la “république islamique” d’Iran, qui est aussi islamique qu’Israël est juif et alors que cet Etat applique sévèrement la charia sur ses propres sujets. On ne l’entend jamais là dessus et c’est ça qui est suspect. Au moins Badiou, le maître-à-penser de Zulfikar-Ansar - je n’oublie pas d’ajouter la nouvelle particule princière dont il s’est affublé - était plus honnête et rigoureux dans sa démonstration lorsqu’il écrivait ceci dans “Exorcismes 3. Portées du mot “juif”” :

    “Une conséquence plus immédiatement d’actualité est qu’on ne saurait exalter le signifiant “palestinien” ou “arabe” plus qu’on ne consent à le faire du signifiant “juif”. Il en résulte aussitôt que l’issue légitime du conflit au Moyen-Orient ne saurait être l’exécrable institution de deux Etats barbelés. L’issue est la création d’une Palestine laïque et démocratique, soustraite à tout prédicat, et qui, à l’école du juif Paul déclarant qu’au regard de l’universel il n’y a plus “ni juif ni grec”, ou que “la circoncision n’est rien et l’incirconcision n’est rien non plus”, attesterait qu’il est parfaitement possible d’établir dans ces terres un lieu où il n’y a plus, du point de vue politique, et quelle que soit la continuité apolitique des coutumes, “ni arabe, ni juif”.

    Il faudrait ajouter “ni musulman ou islamique”. Il faudrait l’ajouter mais on sait d’avance que les Zulfikar, Yasmina et consorts (avec le soutien complaisant d’un Ph. Arnaud) n’accepteront jamais de se défaire de leur prédicat identitaire, surtout dans un territoire qu’ils considèrent comme “Dar al-Islam”, définitivement conquis par l’islam, et qui n’est pas moins pernicieux que le concept de “grand Israël” prétendument attribué par Dieu à son peuple élu entre tous depuis les temps bibliques.

    Que les Arabes et les musulmans balaient aussi un peu devant leur porte.

  • permalien CASTAGNET Michel :
    24 décembre 2010 @09h55   « »

    "Les meilleurs amis" d’ISRAEL qui gouvernent dans nombre de pays occidentaux ou de prétendants à les gouverner ne se sont pas mis au service de ce pays mais de la clique terroriste qui dénature le projet sioniste depuis l’attentat du King David Hotel à la fin du mandat britannique. Pour quelles raisons ? "Acheter" l’électorat de confession ou de culture juive ? Certes, son nombre est marginal mais souvent les élections se gagnent par des déplacements de voix infinitésimaux. Antisémitisme à long terme consistant à déléguer un nouveau massacre de juifs sans se salir les mains ? Hypothèse hardie autant que hasardeuse, je le concède. Mais les élites juives en occident devraient la prendre en compte et cesser d’apporter inconditionnellement leur soutien aux gouvernements martiaux d’Israël. Ils ne font que donner l’illusion de venger la Shoah qui, il faut le rappeler, a été exécutée par les héritiers de la culture judéo-chrétienne, du rationalisme de la culture gréco-latine et de l’humanisme des Lumières qui découlait de ces deux traditions.

    Un conflit à l’est de la Méditerranée, s’il devenait majeur, ferait sortir "la bête ignoble" de l’antijudaïsme de la tanière où elle hiberne.

  • permalien
    24 décembre 2010 @10h29   « »

    Nathan :
    23 décembre @22h00

    (...) tout le monde sait que l’Iran cherche à se doter de la bombe et des missiles porteurs idoines. (...)

    Ce n’est pas en répétant une contre-vérité notoire qu’elle devra vraie.
    Personne n’a le moindre début de commencement de preuve de cette allégation saugrenue et surréaliste et vous le savez très bien. Les autorités iraniennes ont toujours depuis 1979 exprimé leur opposition aux systèmes d’armes nucléaires, le pays est en outre adhérant au TNP et sous la supervision de l’AIEA qui n’ont jamais constaté la moindre anomalie notoire. Qu’ils maitrise le cycle complet de l’enrichissement de combustible civil est leur droit le plus strict, cela n’a d’ailleurs rien de très original. Ce sont des rumeurs propagandiste diffamatoires que vous colportez, tout le monde sait bien au contraire quel est le seul pays possédant un arsenal nucléaire au Moyen-Orient, des preuves en ont été fournies par Mordechai Vanunu en particulier et ils ne s’en cachent même pas, J’ai déjà cité une conversation entre Avigdor Liberman et Kevin Rudd son homologue autralien à ce sujet...

  • permalien Nathan :
    24 décembre 2010 @10h40   « »

    Quand l’Iran protège des djihadistes d’al-Qaida. Lorsqu’il s’agit de combattre l’Occident, les petites querelles intestines entre chiites et sunnites (à cause d’une sombre histoire familiale qui remonte à la nuit des temps) n’ont plus cours.

    A noter aussi qu’un Pasdaran a été arrêté près de Kandahar. Il acheminait des armes pour les talibans.

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien Nathan :
    24 décembre 2010 @10h49   « »

    Il est tout à fait normal que les Israéliens (qui représentent près de 40% des juifs, un groupe humain ayant subi le plus grand génocide des temps modernes) cherchent à se prémunir contre un nouvel holocauste. L’arsenal nucléaire israélien sert précisément à cela. Cela dit, je suis d’accord qu’une véritable paix dans la région serait autrement plus efficace.

  • permalien gloc :
    24 décembre 2010 @10h56   « »

    Nathan nous fait l’âne pour Noël.

    Après s’être gargarisé avec quelques unes des définitions du mot "juif", puis avoir enchainé avec son sempiternel : "musulman race de traites", il se prépare à nous annoncer que Ravaillac était forcément chiite.


    ✿ ❆ ✜
    ✴✽ Joyeux Noël à Nathan ❁ ❀
    ☪ ✪ ✡

    ... et à tous

  • permalien salah :
    24 décembre 2010 @11h01   « »
    Efforts de trolling sur le sujet abordé

    Nathan ,
    Tant d’efforts pour troller ? Je veux Vous rendre malgré tout hommage car le trolling demande des efforts et que les vôtres ne sont pas restés vains .Je me permets de faire ce commentaire puisqu’on est aux environs du centième .
    Je reprends quelques unes de vos interventions . Elles sont nombreuses et elles donnent des informations sur vos « qualités » pour aborder n’importe quel sujet et quel que soit l’objet de l’article.

    Le 23/12/ à 10h47 :« Il est paradoxal que certains intervenants ici s’indignent de la politique belliqueuse d’Israël et l’absence d’efforts de paix alors que de l’autre main, ils traitent les Palestiniens modérés de “traitres” et de “vichystes”… »
    En matière de troll , cette technique s’appelle : le lancer dans le vide ,sans viser particulièrement une personne et attendre que quelqu’un se sente visée et cherche à y répondre .
    Le 23 /12/ à 4h49 « Il y a aussi des préparatifs de guerre que M. Alain Gresh n’a pas mentionné dans son billet. Un ex-diplomate iranien passé à l’Ouest affirme avoir vu un grand nombre de techniciens nord-coréens en Iran ...  »
    C’est l’appel du pied . On voit que vous mentionnez nommément l’auteur du billet .Monsieur Gresh .C’est la technique du « lancer visé ». Sachant qu’il y a peu d’espoir que l’auteur lui-même se jette dans le piège par hamçonnage , néanmoins il y a de fortes chances que des commentateurs s’engouffrent dans la brèche que vous tente d’ouvrir .
    Le 23/12/ à à 22h00 « A moins d’être naïf, faussement naïf ou d’avoir bu quelques chopes d’Orval de trop, tout le monde sait que l’Iran cherche à se doter de la bombe et des missiles porteurs idoines. »
    On appelle cette technique : « Le dénigrement envers une personne ou envers un groupe ». Elle permet d’orienter le débat sur un autre plan en allant jusqu’à mettre en cause l’état mental des commentateurs qui n’ont pas joué le jeu et qui ont refusé de quitter le sujet du billet.
    Quant aux deux dernières phrases qui suivent ,on appelle ça de « la nourriture pour troll » :
    - « Il en va de même de la Syrie, qui disposait apparemment d’une centrale en construction avec l’aimable concours des nord-coréens … »
    - « Au fait, pourquoi Alain Gresh garde-t-il un silence de bon aloi sur les développements militaires de l’Iran, de la Syrie ou du Hezbollah, lequel dispose désormais de milliers de roquettes et de missiles ? »
    Elles disposent de mille et un sujets et aucun n’a un rapport direct avec le billet.
    Il est à remarquer que vous reprenez vos attaques désespérées contre Monsieur Gresh . Vous lui avez même supprimé le « M » (qui y figurait lors de votre premier commentaire) de Monsieur devant son prénom et son nom puisqu’il « garde le silence » d’après vous .

    Pour tous ces efforts ,je vous dis bravo ! Vous voyez ? moi-même je viens de quitter le sujet.

  • permalien Orangerouge :
    24 décembre 2010 @11h08   « »

    Agissons tous ensemble pour refuser l’innacceptable

    et

    Cette année qui vient verra les Droits des Palestiniens enfin reconnus.

    Ce sera la fin de l’impunité des fabricants d’armes, des états et des gouvernements complices, et ce sera la fin du racisme et du colonialisme institutionnalisé de l’état d’Israël.

  • permalien U.H.M. :
    24 décembre 2010 @11h14   « »

    Nathan, va falloir arrêter une fois pour toutes avec la propagande.

    Tout, dans cet article, et dans les faits constatés depuis les 20 dernières années, confirme le mépris d’Israël pour les règles du droit international. Même le Hamas peut s’enorgueillir d’une élection régulière, saluée à l’époque par Bush Jr. Si les moeurs du Hamas ou du Hezbollah ont de quoi faire frémir les occidentaux, si je n’ai pas de sympathie pour des organisations théocratiques, c’est bien Israël qui est un état terroriste, et qui fait planer la plus grande menace sur la paix. C’est Israël qui prépare déjà sa prochaine agression.

    Je n’ai pas plus de respect, et il n’y a aucun respect supplémentaire à avoir, pour un colon fou de dieu qui vole la terre des Palestiniens, que pour un islamiste bardé d’explosifs qui fauche des vies Israéliennes. Et le second vit sous une occupation incroyable depuis plusieurs décennies, ne l’oubliez pas.

    Il va bien falloir ouvrir les yeux sur ces faits, Nathan, et tous les pro-israël du secteur. Il va bien falloir que la plus grande menace sur la sécurité des israéliens, c’est Israël elle-même. Il va bien falloir admettre que si Israël se lance à nouveau dans une aventure guierrière, se livre à nouveau à ses crimes de guerre, l’opinion basculera un peu plus en faveur du Hezbollah et du Hamas, à l’évidence dans la région, et ici aussi.

    Il va bien falloir comprendre, pour les petits endoctrinés pro-israéliens, qu’à force d’agresser tout le monde au nom de sa propre "sécurité", on finit par comprendre que le fauteur de trouble, c’est bien l’agresseur en question.

    Il va bien falloir comprendre qu’on ne peut pas laisser un état terroriste prospérer, ni même un état colonial. Il va bien falloir comprendre qu’Israël mine tout simplement tout dialogue entre les démocraties occidentales, dont il ne fait pas partie, et les régimes du Moyen-Orient.

    Il va bien falloir mettre au pas cet état renégat, pour sa survie, pour la sécurité de ses habitants, et pour celle des Palestiniens, des Libanais, et de tous les habitants de la région.

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

Ajouter un commentaire