Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie

Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie

mardi 4 janvier 2011, par Alain Gresh

L’attentat contre une Eglise copte à Alexandrie le 31 décembre a suscité des condamnations unanimes. Y compris des instances musulmanes, contrairement à ce qu’écrit Vincent Giret dans l’éditorial du 3 janvier de Libération, « Survie » : « Seules quelques voix isolées dans le monde musulman ont osé protester. » D’Al-Azhar au Hezbollah, de l’Arabie saoudite aux Frères musulmans, des sunnites aux chiites, peu de voix ont manqué. Il n’y a, en revanche, pas eu de grandes manifestations, mais pour une raison simple : les manifestations sont de facto interdites en Egypte comme dans la plupart des pays arabes, que ce soit sur les attentats contre les coptes ou sur la Palestine.

Sans trop développer (Le Monde diplomatique du mois de février reviendra plus en détails sur les chrétiens d’Orient), je voudrais faire quelques remarques générales sur la signification de cet attentat dans l’évolution de la région :

- Les chrétiens d’Orient ne constituent pas une « ethnie » : rien ne les différencie de leurs compatriotes, ni la langue (à quelques exceptions près), ni la culture, ni la plupart des traditions. Ils sont une partie intégrante de l’Orient arabe et ils ont contribué de manière importante aux mouvements de renaissance du XIXe siècle, à la création du nationalisme arabe. L’affaiblissement de ce nationalisme, auquel l’Occident a largement contribué, a favorisé l’émergence d’un discours islamiste, aux tendances multiples, qui a amené chaque minorité à s’organiser sur un mode confessionnel (même s’il faut rappeler que, en Palestine par exemple, nombre de chrétiens ont voté pour le Hamas, y compris à Bethléem et que des non musulmans militent au sein du Hezbollah qu’ils considèrent comme un mouvement de résistance) ;

- leur situation diffère grandement selon les pays. Au Liban, ils sont un acteur important de la vie politique et économique ; en Palestine, ils subissent l’occupation qui, jointe à la crise économique et sociale, pousse un grand nombre à émigrer ; en Irak, ils sont victimes de l’effondrement de l’Etat provoqué par la guerre américaine ; en Syrie, ils vivent sous la protection du régime. Le cas de l’Egypte est un peu à part : d’un côté, le régime se présente comme défenseur des chrétiens, de l’autre il cherche à gagner une légitimité musulmane et il manipule à son profit les tensions confessionnelles pour se présenter comme garant de la stabilité ;

- en même temps, même si les conditions diffèrent d’un pays à l’autre, les attaques contre les minorités, qu’elles soient chrétiennes ou non, est un des aspects d’une crise plus profonde, celle de l’Etat national. Partout, cet Etat fait face à une mise en cause, facilitée par deux facteurs : des régimes antidémocratiques de plus en plus impopulaires et échappant à tout contrôle ; des interventions étrangères et des guerres qui, du Liban à l’Irak, favorisent l’émergence de groupes de résistance non étatiques – cette situation a entraîné un repliement sur soi et des lectures de l’islam de plus en plus conservatrices ;

- on peut alors parler de confessionnalisation sur le modèle libanais. Peu d’observateurs ont insisté sur le fait que le système mis en place par les Etats-Unis à Bagdad était « ethnico-confessionnel » : un président kurde, un premier ministre chiite, un président du parlement sunnite. Cela correspond à une certaine vision américaine que je rappelais dans un envoi précédent : « Ce système confessionnel [en Irak] a été inauguré dès 2003 par le général David Petraeus, à l’époque commandant de la 10e division aéroportée américaine, qui prit le contrôle de Mossoul et instaura un système électoral tribal, avec des urnes différentes pour chaque confession... » ;

- cette vision s’impose aussi chez les politiques européens et dans les médias où l’on parle de plus en plus de défense des chrétiens d’Orient et où l’on somme les musulmans de prendre position, contribuant à l’idée qu’ils sont suspects (et l’on s’indigne ensuite des déclarations de Marine Le Pen). Comme le faisait remarquer l’anthropologue Hosham Dawod dans Le Monde du 10 novembre 2010, « Chrétiens d’Irak : ne choisissons pas nos victimes ! », à propos de l’accueil de réfugiés irakiens chrétiens en France : « La décision prise le 2 novembre d’accueillir sur le sol français 150 chrétiens victimes de l’attentat de Bagdad du 1er novembre (...) est à cet égard emblématique. Sous les traits d’une démarche humanitaire, c’est choisir ses victimes. (...) [Car au même moment], une vingtaine de voitures piégées ont explosé dans divers quartiers de Bagdad, faisant des centaines de victimes. Et, depuis, cela n’a pas provoqué la même compassion. Que l’on soit bien entendu : il faut aider les victimes d’attentats en Irak comme ailleurs, mais qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, kurdes ou arabes, mazdéennes Yazidis ou shabaks. »

- Certains politiques pensent qu’il est du devoir de l’Occident de défendre les chrétiens. Ils oublient qu’une longue histoire aux XIXe et XXe siècles a caractérisé les ingérences européennes dans la région, souvent au nom de la défense des minorités, ce qui rend suspect ce type de discours qui, de plus, tend à accréditer l’idée que ces minorités sont des agents de l’étranger. (Lire « La tragédie des chrétiens d’Orient : la responsabilité de l’Occident », par Abderrahim, 12 novembre, sur le site L’islam en France.)

Après l’attentat, le député UMP Bernard Carayon appelait le 2 janvier les Français musulmans à manifester en masse : « Au nom de l’islam, des “soldats de Dieu” organisent le massacre à petit feu des chrétiens d’Orient. Puisque les organisations musulmanes de France professent un islam modéré, qu’elles le prouvent et ne se contentent pas de communiqués de presse émus et courtois : qu’elles manifestent en masse contre la violence intégriste de leurs coreligionnaires. » Ainsi, dans notre société aussi, chacun serait sommé de prendre position en fonction de ses convictions religieuses : pourquoi alors ne pas demander aux juifs de France de manifester contre l’occupation par « l’Etat juif » de la Palestine ?

Il n’existe pas de solution simple aux problèmes du Proche-Orient. Mais deux conditions sont nécessaires pour que la région s’engage dans une autre voie : la fin des guerres et des oppressions, de l’Irak à la Palestine ; la fin des régimes impopulaires et antidémocratiques. C’est peu dire que l’Occident porte, sur ces deux terrains, une responsabilité. Et ce n’est pas la complaisance dont la France fait preuve à l’égard du régime égyptien ou de celui de la Tunisie (il faut lire les déclarations du porte-parole du Quai d’Orsay sur les manifestations dans ce pays pour mesurer la novlangue qui caractérise parfois notre diplomatie) qui y contribuera.

512 commentaires sur « Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

  • permalien Orangerouge :
    14 janvier 2011 @20h05   « »

    Pour écrire aux responsables de l’ENS :

    http://www.ens.fr/spip.php?article9

  • permalien K. :
    14 janvier 2011 @20h25   « »

    New York Times : Ghannouchi veut prendre le pouvoir. :

    In his speech to the country, Prime Minister Mohamed Ghannouchi said that “as the president of the republic is unable to exercise his functions for the time being, I have assumed, starting now, the powers of the president.”

    Ce passage du même article est typique de la psychopathie US : Tout Tunisien qui souhaite que l’exemple tunisien soit suivi dans les autres pays arabes est un “islamiste”.

    Some critics stressed that because of Tunisia’s broad middle class, relatively secular culture and large number of educated young people with high expectations of their government, the Tunisian uprising was fundamentally different from the kinds of unrest found in neighboring countries, where popular discontent is often expressed in the language of Islam. But some demonstrators said they hoped that other Arab countries would follow their example.

  • permalien K. :
    14 janvier 2011 @20h37   « »
    Tunisie

    Dieu fasse que se vérifie le “pessimisme” des MSM :

    The Americans seem to be trying to get ahead of events. But I suspect events will get ahead of them.

    (Les Américains semblent essayer d’aller au-devant des évènements. Mais je suspecte que les évènements iront au-devant d’eux.)

  • permalien Jeff :
    14 janvier 2011 @20h39   « »

    Nathan :

    ...Espérons qu’il en ira de même pour Bachar el-Assad, Kadhafi et ses amazones, Omar-el Béchir et bien sûr, la clique Ahmadinejad-Khamenei.

    Et pourquoi pas Moubarak, le roi Abdhullah bin Abdel-el-Aziz Aal-Saoud ou le roi Abdhullah II (Jordanie) ?

    Mais bien sûr ! j’oubliais qu’ils étaient les amis d’Israël et des Etats-Unis (contrairement aux autres).

    Bravo et courage au peuple tunisien

  • permalien Yvan :
  • permalien K. :
    14 janvier 2011 @20h48   « »

    Simon Tisdall

    L’Egypte, le pays le plus peuplé du monde arabe, a des problèmes qui dépassent de loin ceux de la Tunisie mais qui sont fondamentalement similaires : La population explose [numériquement], 60% ont moins de 30 ans, le chomage des jeunes monte en flêche, 40% des citoyens vivent avec moins de deux dollars US par jour, et 1/3 est illettrée.

  • permalien Deïr Yassin :
    14 janvier 2011 @20h48   « »

    Si ma mémoire est bonne, et d’habitude elle l’est, Nathan a par le passé riposté - quand on lui a reproché de pas se soucier ni de la dictature tunisienne ni celle en Egypte - que ces régimes-là furent "modérés".
    Cela fait plaisir qu’il a changé d’avis - ou tourné sa veste - même à la dernière minute.

    Je suis bouleversée, c’est magnifique ce qui arrive en Tunisie. Qu’on érige un statue à Mohamed Bouazizi, il n’est pas mort pour rien ....

    Ce soir, nous sommes tous Tunisiens ! Et demain aussi !!

    On se demande si MAM va partir avec Ben Ali, elle qui voulait lui prêter mains forts.

  • permalien Jeff :
    14 janvier 2011 @20h54   « »

    @ Nathan :

    Bachar Al-Assad doit-il payer pour les fautes de son père ?

  • permalien Orangerouge :
    14 janvier 2011 @21h01   « »

    Je lui ai envoyé cela à Madame la Directrice de l’ENS et à ses collègues, pour lui dire que l’on sait ce que c’est, le CRIF (le CRIF d’aujourd’hui qui n’a rien à voir avec les héros d’hier) :

    http://www.crif.org/?page=articles_...

  • permalien Deïr Yassin :
    14 janvier 2011 @21h12   « »

    Cela a déjà commencé, les arrestations, dans l’entourage de la famille mafieuse de Ben Ali. On a passé les menottes à son gendre.

    "Ô tyran oppresseur
    Ami de la nuit, ennemi de la vie
    Tu t’es moqué d’un peuple impuissant
    Alors que ta main est maculée de son sang"
    Abû al-Qâsem al-Châbbî

    Il paraît que Ben Ali va arriver à Bourget à tout moment. On a déjà trop de SDF à loger, qu’on le renvoie à la vindicte populaire . . .

  • permalien Orangerouge :
    14 janvier 2011 @21h59   « »

    La France ne veut pas de Ben Ali. Ouf !

    Des Tunisiens à Paris sont absolument heureux du départ de Ben Ali et évidemment inquiets de la suite.

    Et inquiets des violences actuelles, dans Tunis notamment, quand ils ont des enfants restés là-bas.

  • permalien elbé :
    14 janvier 2011 @22h02   « »

    Je souhaite au peuple tunisien une meilleure gouvernance après Ben Ali.
    Les "occidentaux" s’inquiètent et se réunissent dans leurs conseils ministériels, pour juger de la situation.
    Restez vigilants !
    Pourvu que vous ne tombiez pas de Charybde en scylla.

    Votre réussite dans l’abattement de Ben Ali est observé par tous les arabes. C’est un signal fort qui a été envoyé. Mais la suite le sera aussi.
    Si votre projet démocratique réussit, on peut s’attendre à des évenements similaires ailleurs.

    J’attends donc avec appréhension les tentatives de reprise de la Tunisie par US et affiliés.

    Mais vous avez fait preuve de beaucoup de courage, continuez !

  • permalien Nathan :
    14 janvier 2011 @22h02   « »

    Deïr Yassin : 14 janvier @20h48

    Si ma mémoire est bonne, et d’habitude elle l’est, Nathan a par le passé riposté - quand on lui a reproché de pas se soucier ni de la dictature tunisienne ni celle en Egypte - que ces régimes-là furent "modérés". Cela fait plaisir qu’il a changé d’avis - ou tourné sa veste.

    Permettez. J’ai dit "modéré" sur le plan des relations extérieures (en parlant de l’Egypte) mais j’ai toujours parlé de dictatures arabes. S’il y avait un régime démocratique en Tunisie, j’en serais fort heureux.

    Cela dit, Je n’ai pas envie de jouer au pisse-vinaigre ou au rabat-joie mais si le clan mafieux a quitté le pouvoir, il est en revanche toujours propriétaire de ses biens, c.a.d. une fraction importante de la richesse du pays. Le clan a été contraint de vider les lieux mais c’est peut-être pour mieux conserver le magot, mon enfant. D’ailleurs, tous ces appels au calme venus de France ou d’ailleurs, ces demandes pour que la "transition se fasse en douceur" n’a sans doute d’autre but que de maintenir l’oligarchie en place, même si sa tête à été forcée de quitter le pouvoir.

  • permalien une bille :
    14 janvier 2011 @22h25   « »

    Que MAM propose son "savoir faire" pour aider son camarade idéologique Ben Ali n’a rien de choquant.

    Par contre pour celui qui pensait qu’en réorganisant l’économie de la "zone de sous-traitance" de l’Occident, afin d’augmenter les profits afin de mettre fin à la répression, ainsi que pour celui qui citait l’économie de la Tunisie en exemple, leur prétention d’appartenir à un "parti de pouvoir", peut-être relativisé.

  • permalien Lou :
    14 janvier 2011 @22h46   « »

    Merci à L’équipe du Monde diplomatique pour son explication.

    Elle me semble pourtant partielle, n’y-a-t-il pas aussi des difficultés techniques ?

    Un message sans l’adresse courriel passe sans problème.

    Et maintenant, lorsque j’envoie un message, je retrouve dans la case "Texte de votre message :" le précédent message envoyé, même s’il est passé. Je ne crois pas que cela ait à voir avec la modération.
    Il existe des mystères sur la toile informatique et des déboires.

  • permalien une Tunisienne :
    14 janvier 2011 @22h57   « »

    Ben Ali a quitte avec 4 helico pour Malte avec protection de la Lybie. Ensuite par avion prive cap jusqu a Dubai ou se troue deja son epouse ; son mauvais genie en fait ; depuis fin decembre2009

    une de ses fille Nesrine se trouve deja au Canada depuis quelques temps pour mettre au mmonde son 3eme bebe. C est la nouvelle mode chez les futes mettre au monde son enfant aux USa ou Canada pour avoir la nationalite a la naissance.

    orangerouge je vous trouve un brin condescendante. relisez mon post. Nous ne voulons pplus d autres voleurs et profiteurs. .

  • permalien L’anonyme de 22h20 :
    14 janvier 2011 @23h04   « »

    La venue de Zinochet en France ne serait pas désirée non parce que les officiels français ne veulent pas s’afficher avec un dictateur mais uniquement pour préserver la "tranquillité" des lieux. Il lui reste le Maroc, l’Égypte, le Qatar ou la ...Malaisie.

  • permalien Lou :
    14 janvier 2011 @23h19   « »

    Nicolas Sarkozy en Tunisie en 2008

    Discours de Nicolas Sarkozy, il estime que certains sont bien sévères avec la Tunisie qui fait de réels efforts d’ouverture et de tolérance, même si des progrés sont encore à faire, il en est conscient pour la France. Délégation française avec Rama Yade et Brice HortefeuxGros Plan de Rama Yade, et extrait du discours de Nicolas Sarkozy, "Rama, c’est pas la peine de te cacher, on t’avait vu ! " Applaudissement de l’assemblée et de Brice Hortefeux derrière le Président. Interview de Khadija Cherif (association tunisienne des femmes démocrates) à propos du rôle de Rama Yade, femme motivée mais bloquée par le pouvoir. Lors de la réception, Nicolas Sarkozy et Zine El Abidine Ben Ali se serrent la main.

  • permalien Lou :
    14 janvier 2011 @23h24   « »

    toujours via le rezo des copains

    Dominique Strauss-Kahn en Tunisie en 2008

    En visite le 18 novembre 2008 à Carthage, Dominique Strauss-Kahn n’a pas manqué de féliciter le président Zine El Abidine Ben Ali pour la pertinence de ses choix économiques : « Je m’attends à une forte croissance en Tunisie cette année, la politique économique adoptée ici est une politique saine et constitue le meilleur modèle à suivre pour de nombreux pays émergents.

  • permalien une Tunisienne :
    14 janvier 2011 @23h26   « »

    K merci de vvotre soutien. le MEPI je connais j ai meme ete invite a leur reunion. Quans on m a donne un questionnaire a remplir avec des tas de question j ai eu peur et me suis mefie je ne vais quand meme pas a espionner le pays

    Par rapport a lAlgerie ou Lybie nous n avons leur petrole. Peut etre que cest une chance car depuis l independance la richesse du pays c est la formation du peuple linestissement a ete fait sur l homme. 55 ans apres on a le resultat nous virons le pouvoir en place nous meme car il ne nous convient plus

    je voudrais juste insister pour dire que c est vraiment le peuple qui a fait la révolution. Il n a pas de parti ni societe civile ni ong ni rien Tous lamine par le regime policier de Ben Ali. Maintenant nous avons un peu peur car l Etat s est effondre tres vite. Nous sommes a la merci de n importe quelle attaque. Nous sommes fiers de notre armee nationale et nous voulons qu elle prenne les choses en mains

    Il faut un retour au calme. Que nous puissions retourner travailler que nos enfants retourne a l ecole etc

    Demain il ya un appel pour decendre dans la rue et nettoer les rues et les rendre plus belles qu avant

  • permalien Orangerouge :
    14 janvier 2011 @23h30   « »

    Navrée si vous m’avez trouvée condescendante. Mais je ne vois pas en quoi.

  • permalien X :
    14 janvier 2011 @23h46   « »

    Nathan
    Vous êtes bien gentil de souhaiter le départ des dictateurs arabes, mais je ne pense que vs soyez sinsère. Mais lors que faites de ceux que vous qualifier il n’ya pas si longtemps de fascistes doivent ils être jugés selon vs ? Expliquez nous pourquoi un fasciste ne doit pas payer pour son fascisme.

    Ce qui se passe en Tunisie aujourd’hui ne devrait ps vs réjouir croyez moi.

  • permalien Lou :
    14 janvier 2011 @23h49   « »

    Delanoë 14 janvier 2011 :

    Tunisie : Delanoë (PS) souhaite la tenue d’"élections transparentes"

    on se demande bien pourquoi il demande ça, il y a moins d’un an, cela ne l’effleurait pas :

    Déclaration de presse de Bertrand Delanoë à propos de la Tunisie

    24/03/2010

    La Tunisie « est non seulement sur la bonne voie mais elle réussit mieux que les pays comparables et parfois même mieux que des pays dits développés en terme de croissance », a affirmé M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris.

    Dans une déclaration à la presse, faite à l’occasion de la fête de l’indépendance, le Maire de la capitale française a souligné que la stabilité, les réussites économiques et sociales et la cohésion de la société tunisienne font incontestablement partie des réussites de la Tunisie sous la conduite du Président Ben Ali.

    La Tunisie, a-t-il précisé, "est un pays qui a vraiment enregistré des résultas remarquables sur le plan économique et social, notamment depuis que le Président Ben Ali a pu , à partir de 1987, entamer un certain nombre de réformes".

  • permalien X :
    14 janvier 2011 @23h51   « »

    Qui est le suivant sur ?

  • permalien Orangerouge :
    14 janvier 2011 @23h51   « »

    Sur Twitter on voit que pas mal de gens sont rassurés quand ils entendent des hélicopters de l’armée surveillant les alentours.

    Par contre il semble que les pilleurs comptent beaucoup de policiers. Il y a même une photo de gens avec des sacs allant d’une maison à un fourgon marqué "police" ...

  • permalien jj :
    14 janvier 2011 @23h54   « »

    une Tunisienne :
    14 janvier @23h26

    <...> Il faut un retour au calme. Que nous puissions retourner travailler que nos enfants retourne a l ecole etc <...>

    Ah pour sûr, mais en attendant c’est bien mal parti ; depuis que Zine El Abidin Ben Ali a quitté le pays, c’est l’armée qui a pris le contrôle, ces gens là ne sont pas des humanistes, ils ont montré depuis un mois ce qu’ils pouvaient faire, ne vous réjouissez pas trop vite, jetez donc juste un œil chez vos voisins Algériens pour voir ce que ça peut donner, rien de mieux assurément...

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h00   « »

    Twitte de tout de suite :
    ivanberaud : RT @Sebmauduit : @Hedia

    La police et des milices sèment la terreur dans les quartiers. L’armée essaye de nous protéger. C’est chaud !#tunisie [via Twitter]

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h05   « »

    jj ça dépend quelle armée : au Portugal l’armée a participé à la révolution et assuré la transition vers la démocratie.

    Le problème actuel ce sont apparemment les policiers (très redoutés des Tunisiens) qui, sans doute sentant que le vent tourne, pillent et tirent.

    Les gens ont manifestement confiance dans l’armée.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h11   « »

    Sur Twitter les Tunisiens disent que la police cherche à terroriser les gens, espérant provoquer le retour de Ben Ali.

    La banlieue sud de Tunis serait "une zone de non droit".

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h14   « »

    Rachida Dati cherche à concurrencer Alliot-Marie dans l’abjection.

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @00h15   « »

    K pour l effet d entrainement sur les autres pays en l occurence arabe ma foi j ai des doutes car chaque pays a sa propre specificite et nous autre tunisiens on a eu beaucoup de chance d avoir eu Bourguiba comme president apres l independance en 1955 car il a fait une politique sociale education sante emploi . Savez ous que le premier credit de la Banque Mondiale contracte par la Tunisie independante a ete contracte en 1957 pour mettre en place la politique de leducation nationale les programmes, recrutement denseignat au debut c etait des ccoperants francais et construction decole et meme distribution d un petit dejeune et d un gouter a l ecole.

    sur l aspect religion et discours religieux. Bien sur nous sommes en majorite musulmans sunnite avec une minorite juive et des chretiens europeens qui sont restes apres l independance. Les gens sont plus ou moins pratiquants sans faire d histoire c est vraiment personnel. L ethique musulmane impregne la societe qu on soit pratiquant ou pas.

    Le discours religieux extremiste ne prends plus car juge menteur et en dehors de la Voie de Dieu

    en conclusion ; les americains n ont pas a s inquieter. Nous sommes un peuple paisible amis avec tout le monde la France les USA et les pays arbes. Au fait le drapeau Palestinien etait present lors des manifs et le leader que tous aimons ici est Hassen Nasrallah. Donc l effet d entrainement c est peut etre du Liban qu il est vvenu

  • permalien jj :
    15 janvier 2011 @00h16   « »

    Orangerouge :
    15 janvier @00h05

    <...> Les gens ont manifestement confiance dans l’armée.

    Ouais................... Les morts peut-être. Pour les autres, ça va être dur à mon avis...

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @00h23   « »

    Si "jj" alias . . . avait suivi un peu les événements en Tunisie, il saurait que ce n’est pas l’armée qui a tué des gens depuis un mois, mais la police. L’armée s’est tenu à l’écart de la répression ets’est même interposée pour protéger les manifestants.
    L’Algerie et la Tunisie n’ont pas la même histoire, et les armées n’ont pas du tout la même place.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h23   « »

    Bigdollsboudoir : Numéros mis à dispo par l’armé pour signaler les pillages en Tunisie : 71560241/71560242/71116000 faites tournez #tunisie SOURCE ALJAZEERA [via Twitter

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h26   « »

    pourquoiaps : RT @centsous :

    Aucune info sur la Tunisie, la démission et la fuite de Ben Ali sur les chaînes TV en Algérie et Maroc !!!

    #Tunisie #démoc ... [via Twitter]

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h29   « »

    Fanette__ : RT @yoora501 :

    URGENT : l’organisation mondiale de la santé (O.M.S) en Tunisie indique une rupture de stock pour les poches de sang

    #tunisie [via Twitter]

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @00h30   « »

    jj ça dépend quelle armée : au Portugal l’armée a participé à la révolution et assuré la transition vers la démocratie.

    Le problème actuel ce sont apparemment les policiers (très redoutés des Tunisiens) qui, sans doute sentant que le vent tourne, pillent et tirent.

    Les gens ont manifestement confiance dans l’armée.

    d accord avec vous. les pilleurs sont des policiers et des supplétifs de la milice du parti pour se venger et faire au peu au gens. Le dictateur est parti mais la dictature et les gens de cette dictature pas encore. Je repete pour JJ larmee est cencee nous proteger. Que l armee prenne le pouvoir 6 mois le temps dorganiser des elections. Et puis nous ne sommes pas l Algerie ou l armee a pris le pouvoir depuis lindependance.

    je prefere l exemple de la Turquie a l Algerie

  • permalien s=exp(j*pi) :
    15 janvier 2011 @00h31   « »

    Voici donc qu’un roitelet est avalé par le vieux CRONOS. Il finira peut-être ses jours dans la réprobation générale ainsi qu’il l’a mérité. Il sera jugé, qui sait ? Il nous faut espérer deux choses : qu’il comprenne ses fautes (mais ce serait trop beau) et que le pays et le peuple n’aient pas renversé une dictature pour succomber bientôt sous une autre.

    @ Cana (si elle suit la discussion)

    Ce n’est certes qu’un roitelet qui est tombé aujourd’hui. Mais les plus puissants sont fragiles eux aussi ; pour eux aussi le vent tourne et, s’il paraît plus difficile de les jeter à bas de leur piédestal, leur chute ne les brise pas moins. Vous souvenez-vous de notre échange du 20-11-2010 ? BUSH peut tomber comme BEN ALI si son peuple le décide.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @00h37   « »

    ZorroXTN :

    INFO Militaire 90% pilleurs = policiers, Armée demande gens de rester chez eux,ordre de tirer à vue

    #sidibouzid #tunisie #tunisia RT PLZ [via Twitter]

  • permalien X :
    15 janvier 2011 @00h49   « »
    Tunisie, effet d’entrainnement

    @ une tunisienne

    Lorque les pays de bloc de l’est se sont effeondré l’un après dans les années 90 chaque pays avait aussi sa spécifité mais ça s’est fait.

    Le peuple tunisien vient de redonner à tous les arabes un peu de leur fièrté en recouvrant sa liberté et surtout en faisant lsa preuve que c’est faisable. Les autres peuples ne peuvent pas et ne doivent pas rester les bras croisés. J’en suis persuadé.

    Le pourvoir au Maroc qui, semble t il, vient d’iterdire aux marocians d’exprimer leur soutien au peuple tunisien et en même temps leur joie montre qu’il n’a rien compris de ce qui vient de se passer en Tunisie. Il vient peut être par ce fait présenter sa candidature pour le SUIVANT. À moins que ce soit l’Egypte.

    Au fait régime arabe modéré signifie qui ferme les yeux sur le fascisme en Israel et l’hégémonie de l’occident.

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @01h01   « »

    Dans la compétition du "plus grand tourneur de veste", je donnerai Bertrand Delanoë comme gagnant pour le moment. L’écart entre ce qu’il exprime dans l’article posté par Lou et ce qu’il a dit au Journal de 20 heures sur France 2 et rediffusé sur LCI laisse bouche-bée.

    A l’entendre, on dirait un opposant farouche au régime de Ben Ali. Il a dit que ’ce régime ne pourrait pas tenir . . " et qu’il n’a pas vu Ben Ali depuis plusieurs années, que la dernière fois il avait rendez-vous avec lui, le successeur du Combattant Suprême avait annulé parce qu’il (Delanoë) avait rencontré le Président de la Ligue des Droits de l’Homme. En bon démagogue, il a parlé de "nous, les Tunisiens".

    Il risque cependant d’avoir la concurrence rude, une fois que ce personnage-ci tournera sa veste aussi :
    Dimanche 9 janvier, Frédéric Mitterrand :

    - www.dailymotion.com/video/xg...

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @01h09   « »

    Bigdollsboudoir : RT @AJIB_fr : RT @lamamandismael

    Le mec ça fait 23 ans qu’il lutte contre l’islamisme ... et il part se réfugié en arabie saoudite !

    #tunisie #s ... [via Twitter

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @01h13   « »

    Pillages à Tunis et en province, les habitants appellent au secours :

    TUNIS - De nombreux habitants à Tunis et en province ont lancé des appels par le biais de la télévision demandant l’intervention urgente de l’armée pour les protéger de bandes qui se livraient vendredi soir à des pillages et des destructions en dépit du couvre-feu.

    L’armée a mis à la disposition des citoyens un numéro d’appel pour lui signaler ces attaques, alors que des hélicoptères diffusaient des appels au calme par haut-parleur, et demandait aux habitants de rester chez eux.

    La télévision publique a indiqué que l’hôpital Charles Nicolle, à Tunis, était en train d’être attaqué par des assaillants, ajoutant que des unités de l’armée faisaient mouvement dans sa direction pour le protéger.

    De nombreux témoins imputent l’essentiel de ces violences à des miliciens du parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), mécontents de la fuite de l’ex-président Zine El Abidine Ben Ali et voulant déstabiliser le pays, selon eux.

    Ces individus cagoulés se déplacent en bandes, certains armés de gourdins et de sabres, dans l’intention manifeste de semer la terreur, selon ces témoins.

    Face à cette situation, le président par intérim Mohammed Ghannouchi est intervenu par téléphone sur deux chaînes de télévision pour indiquer que des renforts de l’armée seraient déployés rapidement pour sécuriser les quartiers et protéger la population.

    Plusieurs faubourgs du sud et de l’ouest de la capitale étaient touchés par ces violences selon les appels reçus par les chaînes de télévision.

    En province, des violences ont été signalées dans des villes du nord (Bizerte) du centre (Kairouan) et du sud (Gafsa), dont les habitants ont décrit un état d’insécurité, une population terrorisée et des saccages perpétrés par des individus camouflés en l’absence des forces de sécurité.

    "On les reconnaît bien, ce sont des gens du parti (RCD), ils circulent en voiture, sont organisés, ils cassent et sèment la panique sur leurs passages", a indiqué Ali, un habitant de Kairouan.

    La police a déserté la ville et l’armée tirait en l’air pour tenter de disperser ces pillards, alors que les habitants se mobilisaient pour se défendre, a ajouté ce témoin.

    (©AFP / 15 janvier 2011 00h47)

    http://www.romandie.com/ats/news/11...

  • permalien X :
    15 janvier 2011 @01h28   « »
    Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandr

    Si l’Arabie Saoudite avait refusé il ne lui aurait resté que Tel Aviv .
    Les vsioniste l’auraient accueuilli à bras ouverts.

  • permalien Byblos :
    15 janvier 2011 @06h18   « »

    Tant de compliments des dirigeants français et occidentaux pour Ben Ali. Tant d’hommages rendus par des dirigeants français et occidentaux du plus haut niveau au caractère exemplaire du « système » Ben Ali... Et ce lâchage brutal et impitoyable dès qu’il est tombé. Pas même un refuge ! Un endroit pour se faire oublier !

    Bien évidemment, je n’ai pas plus de sympathie pour Ben Ali, que pour Moubarak ou Bouteflika, et encore moins pour le potentat du Maroc ou pour ceux de la Presqu’Île.

    Mais tous ces « hauts dirigeants » ont un point commun : ils sont tous, sans exception, les bassets qui font le beau ou tendent la patte au premier signal de leurs maîtres.

    Ils devraient tous méditer le sort que ces maîtres réservent à leurs domestiques à la première faiblesse... Et en tirer les conclusions. S’il en était encore temps !!!

  • permalien jj :
    15 janvier 2011 @07h51   « »

    une Tunisienne :
    15 janvier @00h30

    <...> les pilleurs sont des policiers et des supplétifs de la milice du parti pour se venger et faire au peu au gens. Le dictateur est parti mais la dictature et les gens de cette dictature pas encore. Je repete pour JJ larmee est cencee nous proteger. Que l armee prenne le pouvoir 6 mois le temps dorganiser des elections. Et puis nous ne sommes pas l Algerie ou l armee a pris le pouvoir depuis lindependance.

    Ouauis......... Espérons juste que les Tunisiens dans ces conditions trouvent plutôt un Hugo Chavès qu’un Pinochet...

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @08h31   « »

    jj15 janvier @07h36 «  »

    je ne vois pas pourquoi vous vous en prenez a Deir Yassine. ce qu elle a ecrit est une description de la realite.

    peut etre que c est une autre specificite tunisienne oui nous sommes un peuple qui aimons notre armee et lui faisons confiance. savez vous que des diplomes du superieur font carriere dans l armee chez nous surtout dans les carrieres medicales/ Ils s engagent pour 10 ans avec grade de lieutenant et terminent leur specialite.

  • permalien Murmure :
    15 janvier 2011 @08h36   « »

    Étant sur place, j’aimerais avant tout féliciter le peuple tunisien, pour son courage, sa ténacité et sa liberté retrouvée.

    JJ alias... Vos perles gardez les pour l’Iran !

    Le premier peuple arabe qui se soulève, et qui atteint son but. Le tunisien restera un pionnier dans un monde arabe et musulman.

    Le dernier rempart et poncif est tombé ! Sous lesquelles se cachent une certaine rue arabe, à savoir, les sempiternelles occidentaux nous gouvernent en sous-mains et nous avons poing et mains lies.

    La police a tué mais n’a pas pillé ! (certains ont participé au vol des bien public, dans la foulée) Et ceci est la réalité !

    Et ici comme toujours, d’où ma longue défection, les copier/coller érigés en vérité absolu font toujours autant de dégât sur les esprits enflammés par des révolutions utopiques, mais incapables de sortir dans la rue et mourir si besoin est.

    Bonne journée à tous. Et dans l’espoir que les peuples arabes et musulmans se réveillent et sachent enfin qu’il sont capables de changer la face de leur pays et que le politicien occidental est loin d’être le croquemitaine qu’ils croient, mais un pansement à son incapacité d’agir !

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @09h01   « »

    Depuis le départ de Ben Ali, les oligarchies occidentales se mettent en branle pour que tout ce qui pourrait être perçu par leurs chômeurs-consommateurs-débiteurs comme le fonctionnement d’une démocratie soit occulté derrière des fausses préoccupations post-coloniales sur une vacance du pouvoir (la chanson sur "ces grands enfants" pointe son vilain museau).

    La réalité c’est que pendant 23 ans le pouvoir tunisien a été confisqué par une famille à son unique profit avec l’appui, le soutien et la connivence des oligarchies occidentales.

    Les tentatives de reprise de la parole de ceux qui, dans l’espace des donneurs d’ordres aux sous-traitants de l’occident, se veulent les résistants de la derrière heure au régime, serait plaisante si elles n’avaient pas été précédées de 55 ans de collaboration servile et dûment récompensée.

    Hier soir, tandis que Sarkozy et Fillon renvoyaient par le premier charter, ce grand ami de la France, les pingouins de service se succédaient à la TV, pour rapporter qu’un jour Ben Ali les avaient bien regardé de travers.

    Il n’y a pas de vide du pouvoir en Tunisie, il y a une reprise du pouvoir par le peuple tunisien. Si c’est angoissant, si c’est préoccupant, c’est bon signe, la démocratie c’est ça, c’est quand chacun peut enfin exercer sa part de souveraineté.

    Malo periculosam
    libertatem quam quietum servitium
    (Mieux vaut une liberté dangereuse qu’une servitude tranquille.) Rousseau.

    La crainte de voir la fameuse doctrine des dominos se mettre en branle au Moyen Orient est grande, mais elle n’est rien à côté de la panique que suscite l’idée qu’elle puisse s’étendre au monde entier.

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @09h02   « »

    Byblos15 janvier @06h18 «  »

    la reponse c est l ivresse du pouvoir qui deforme la perception de la realite et l avidite la convoitise de l entourage du chef. Si Ben Ali ne s etait pas presente en 2009 pour un 3 eme mandat e s etait retire rien de tout cela ne lui serait arrive. il serait peinard a l heure qu il est chez lui a regarder grandir son fils de 4ans et aurait eu une retraite doree. Les Tunisiens lui auraient pardonner ses excès pour passer a autre chose.

    je me souviens tres bien de sa prise de pouvoir le 7 novembre 1987 Nous etions euphoriques les gens se felicitaient les uns les autres en pleine avenues Bourguiba devant ce meme Ministere de l interieur ou nous etions hier a scander pour son depart.

    nous crions des choses comme Ben Ali notre heros. Il nous avait promis la construction de l etat de droit et des institutions Nous lui faisions confiance car il avait la reputation d etre un homme droit et travailleur. Il n a pas tenu ses promesses contenues dans la declaration solonelle du 7 novembre qui est affichee dans toutes les administrations publiques et enseigne a nos enfants dans le cours dinstruction civique. Quelle deception

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @09h13   « »

    Tunisie, Algérie... la théorie des dominos dans le monde arabe | Slate

    Il est évident que la plupart des régimes arabes sont sous tension face à l’éventualité d’une contagion des émeutes en Tunisie et en Algérie. Les journalistes arabes et les émissions de télé ont fébrilement débattu des réelles causes des manifestations, et de leurs significations, tandis que des alertes sur la répétition d’un « scénario Tunisie » se font entendre de pays en pays. Mais on ne peut pas dire avec autant de certitude si ces émeutes vont réellement se propager, car les régimes en état d’alerte ne seront pas pris par surprise et les situations locales varient du tout au tout.
  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @09h19   « »
  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @10h05   « »

    Les journalistes arabes et les émissions de télé ont fébrilement débattu des réelles causes des manifestations, et de leurs significations, tandis que des alertes sur la répétition d’un « scénario Tunisie » se font entendre de pays en pays. Mais on ne peut pas dire avec autant de certitude si ces émeutes vont réellement se propager

    faudrai alors remonter loin dans l histoire pour comprendre la revolution et ce qui vient de se passer/ Nous meme sommes encore sonnes Tout c est passe tellement vite en a peine une 5 jours car au debut quand le jeune Bouaizi s est suicide la demande c etait des emplois. Ensuite quand le mouvement de solidarite a gagne les regions et suite a la repression et aux martyrs tombes la demande est devenue politique ensuite les 5 derniers jours et en raison du mepris de Ben Ali et ses discours completement a cote ; demande du depart du President

    est ce que la dignite fait partie des calculs des strateges et autres intelectuels qui scruttent notre revolution

    Je ous ai parle du systmene mis en place en 1957 pour leducation natioale et l instruction obligatoire pour tous les enfants de la republique. A cela ajouter le programme social pour l acquisition d un logement/ Au milieu des annees 60 du siecle precedent ;pour encourager les gens a epargner le pays avait besoin de capitaux pour s industrialiser ; un programmme mis en place pr une commission compose de sociologues dconomiste er de psysologues pour la creation d une banque de lHabitat et une societe immobiliere/ Resultats actuellement 80 pour cent des tunisiens sont proprietaires de leur logement.

    Ajouter a cela le statut de la femme vraiment l egale de l homme chez nous etc// Aucun pays arabe ne nous ressemble/ Peut etre le Liban

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @10h48   « »
    Histoire post-coloniale... une fois !

    Malgré la permanence du pouvoir en Tunisie, la Belgique cède aux bons vieux réflexes "métropolitains".

    Tunisie : Thomas Cook et Jetair rapatrient les Belges ce week-end - RTL info

    ... la peur des "barbus" je suppose :

    En Belgique, un début de mobilisation citoyenne face à la crise politique - LeMonde.fr

  • permalien jj :
    15 janvier 2011 @11h12   « »

    Egyptians call for Tunisian-style demos

    Hundreds of Egyptians have gathered outside the Tunisian Embassy in Cairo to show their solidarity with Tunisians and have called for protests similar to those in Tunisia.

    Egyptian activists opposed to President Hosni Mubarak’s three-decade regime also looked to Friday’s events in Tunisia with hope.

    Activists are out on the streets to celebrate the overthrow of Tunisian President Zine el-Abidine Ben Ali, who has fled the country. Anti-government demonstrations drove Ben Ali from power on Friday after 23 years in office.

    The celebrating Egyptians congratulated the Tunisian people over their victory against their government, [as] reported.

    “Ben Ali, tell Mubarak a plane is waiting for him too !” and “We are next, we are next, listen to the Tunisians, it’s your turn Egyptians !" chanted the demonstrators, surrounded by heavy security. Reports say that Egyptian police have fanned out across the capital.

    From Morocco to Egypt to Jordan and beyond, the Arab world was swept by the kind of excitement that augurs epochal change.

    Egyptians, who have complained of economic hardships similar to the situation in Tunisia, are now calling for similar protests in Egypt.

    Cairo has regularly been criticized for failing to lift an emergency law in place for three decades.

    The Egyptian demonstrators said their government has failed to curb high unemployment and to lower food prices. <...>

  • permalien gloc :
    15 janvier 2011 @11h19   « »

    Ouauis......... Espérons juste que les Tunisiens dans ces conditions trouvent plutôt un Hugo Chavès qu’un Pinochet...

    Je suis désolé d’insister auprès du modérateur, mais ce post qui met sur le même plan Chavez et Pinochet, même si c’est pour les opposer et transforme une élection et un des coup d’état les plus sanguinaire en "trouvailles", est une négation, une révision de l’histoire, et un amalgame, qui sont la marque d’une idéologie qui porte le nom de "fascisme".

    Si j’ai employé le mot "facho" ce n’est pas par insulte, mais par justesse, compte tenu que le post en question n’a aucune pertinence quant aux propos auxquels il est supposé réagir et qu’il n’est là pour banaliser des pratiques anti-démocratiques en les amalgamant avec la démocratie.

  • permalien gloc :
    15 janvier 2011 @11h39   « »
  • permalien qlq1 :
    15 janvier 2011 @11h47   « »

    Ajouter a cela le statut de la femme vraiment l egale de l homme chez nous etc//

    un peu plus..puisque avec une gifle ,cette femme policière,
    a fait tomber benali..qui dit mieux ?

    hier soir la chaine " Al arabya" annoncée ben ali au Qatar..un coup bas contre le Qatar et biensur Aljazeera...finalement c’est le gardien des lieux saint qui la hébergé..
    Un dictateur laïque ,chez un dictateur Religieux.. quel est le dénominateur commun !!!

  • permalien gloc :
    15 janvier 2011 @12h01   « »
    Ben Ali c’est bien fini !

    TUNISIE : Le président du Parlement Fouad Mebazaa devient président par intérim (télévision publique)
    Le président du Parlement tunisien, Fouad Mebazaa, a été proclamé président par intérim par le Conseil constitutionnel écartant ainsi la possibilité d’un retour à la tête de l’Etat de Zine El-Abidine Ben Ali qui a fui en Arabie saoudite. Fouad Mebazaa doit organiser une élection présidentielle dans les 60 jours.

  • permalien Moimême :
    15 janvier 2011 @12h07   « »

    Je ne suis pas du tout adepte de la théorie du complot, mais qui est sûr que ce sont des "islamistes" qui ont commis cet attentat ? Je vois mal ce qu’ils y gagneraient à part augmenter encore plus le rejet de la populations de leurs idées. En revanche, mettre en scène des événements allant dans le sens du choc des civilisations en arrange plus d’un, à commencer par les pouvoirs dictatoriaux en place dans les pays arabes qui se posent en "rempart" de "l’islamisme".

  • permalien jj :
    15 janvier 2011 @12h07   « »

    gloc :
    15 janvier @11h39

    "Zinochet" n’est pas le bienvenu en Arabie Saoudite <...>

    Ah bon ? C’est peut être ce qui explique le communiqué officiel saoudien :

    "We have welcomed His Excellency Ben Ali and his family to the kingdom."

    C’est étrange, il dit strictement l’inverse... Et puis s’il n’avait pas été le bienvenu je pense pas qu’il aurait eu d’autorisation d’atterrir, non ?

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @12h08   « »

    @ Une tunisienne
    Je suis tellement heureuse pour la Tunisie et pour vous. Dans mon quartier à Paris (Belleville), cela fut des scènes de liesse toute la soirée hier et on a un peu la gueule de bois ce matin.

    La Tunisie restera pour moi avant tout comme le pays qui a reçu les combattants palestiniens en 1982, et je sais qu’ils gardent tous un souvenir très fort du peuple tunisien et sa générosité sans faille à leurs égards - ce qui n’a pas toujours été le cas ailleurs.

    J’ai passé beaucoup de temps dans votre pays, notamment entre 1986 et 1992, et parmi mes plus belles souvenir beaucoup ont un lien avec la Tunisie : comme par exemple un concert de Marcel Khalifa à Carthage où les gens scandaient : ’Nous sommes tous des Palestiniens’.

    J’ai raté le coup d’Etat en 1987 à une semaine près, mais mon père qui résidait en Tunisie à ce moment m’a parlé de cette liesse. Il faut dire que depuis quelques années Bourguiba n’avait plus sa tête, et que ceux qui lui changeaient les piles, furent des gens médiocres. Je suis convaincue que l’histoire ne se répétera pas cette fois-ci car les Tunisiens ont eux-mêmes renversé le Tyran.

    "La révolution de jasmins" comme on la nomme déjà restera un date marquant dans votre histoire et dans celle du monde arabe en espérant que cela donne des idées ailleurs. J’ai entendu que des Tunisiens célébrant la chute de Ben Ali et les 40 voleurs au Caire furent rejoint pas des Egyptiens réclamant la même chose chez eux. Cela serait magnifiques, mais je pense que les Américains et les Israéliens ne vont laisser faire. Sionisme oblige.

    En attendant de rendre visite à votre pays dès possible, je vous souhaite bonne chance dans la construction d’une vraie démocratie.

    Je remets le lien vers l’ouvrage de Moncef Marzouki : "Les Dictateurs en sursis" qu’on lira avec encore plus d’intérêt aujourd’hui :

    http://ddata.over-blog.com/0/33/43/...

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @12h11   « »
    Discours du Caire...

    Statement by the President on Events in Tunisia | The White House

    « Je condamne et je déplore l’usage de la violence contre les citoyens exprimant pacifiquement leurs opinions en Tunisie, et j’applaudis le courage et la dignité du peuple tunisien.
  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @12h25   « »
    Mumure est revenue

    Vraiment Murmure j’espère que vous resterez.

    Il y a des posts qu’on peut sauter ... on n’est pas obligé de les lire.

    Vous m’avez manquée.

    Vous êtes là-bas ?

    Donnez nous de vos nouvelles un peu

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @13h08   « »

    On peut avoir une petite idée des richesses détournées par le clan Ben Ali en lisant le texte ci-dessous (rédigé en octobre 2010 par un groupe de citoyens tunisiens).

    http://revolutiontunisie.wordpress....

    On notera que les Ben Ali possèdent au moins un (voire plusieurs) hôtels particuliers à Paris. La France les confisquera-t-elle et gèlera-t-elle les avoirs du clan Ben Ali comme l’UE l’a fait pour les biens de Gbagbo ? Qu’en pense le maire de Paris ? Et que deviendront les banques, compagnies aériennes et portuaires, sociétés immobilières, sociétés de distribution etc détenues indument par l’oligarchie locale (souvent en association avec de grands groupes) ?

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @13h11   « »
    Une partie de la famille Ben Ali accueillie en Ile de France

    Une partie de la famille Ben Ali serait dans un hôtel de Disney Land.

    Hortefeux sélectionne pour l’entrée en France les dictateurs tortionaires et crapuleux a dépend des enfants d’Haïti.

    http://www.leparisien.fr/seine-et-m...

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @13h15   « »
    Ceux qui veulent un peu de justice et les autres

    Cécile Duflot et Eva Joly ainsi qu’Arnaud Montebourg ont réclamé la saisie des avoirs de la famille de Ben Ali.

    Le reste de la classe politique française se tait. Reconnaissante de quoi ? En attendant quoi ?

  • permalien sébastien :
    15 janvier 2011 @13h19   « »

    Il y na seulement quelques jours, la chute de Ben Ali semblait utopique, comme quoi Ben Ali était un colosse au pied d’argile.
    De France difficile d’avoir des informations vraiment fiables.
    Wait and see pour l’avenir.

  • permalien jj :
    15 janvier 2011 @13h39   « »

    Will Tunis Succeed in Serving as Red Flag to Middle Eastern Regimes ?

    The witnessed unrest in Tunis serves as a startling red flag for repressive governments across the Middle East region who have continued to disregard warnings that maintaining stability through suppression may one day backfire.

    The witnessed unrest in Tunis serves as a startling red flag for repressive governments across the Middle East who have continued to disregard warnings that maintaining stability through suppression may one day backfire. Political activists in Egypt and the opposition, in particular the Muslim Brotherhood, has suffered the brunt of the ruling regime’s suppression.

    According to a recent article by Dan Murphy cites :

    “The Tunisia protests, combined with the eruption of riots in neighbouring Algeria last week and recent unrest in Jordan, are worrying signs for Cairo. Egypt, the Arab world’s most populous country, also has a bulging youth population that has a far harder time landing jobs than other segments of society, and a tightly managed political system that has left little room for dissent.”

    While the protests are unlikely to bring down any governments in the near future, they foretell trouble ahead if leaders who have ruled with an iron fist for decades, try to keep a tighter lid on a disgruntlement population, rather than creating a safety valve for anger.

    Diaa Rashwan from the Ahram Center for Political and Strategic Studies in Cairo has maintained that trouble in Tunisia should be seen as a warning sign for the Egyptian regime. He doubted, however, that Egypt would pay any attention where Egypt’s trade minister described Egypt’s conditions as different, arguing that Egypt was committed to maintaining food subsidies to keep prices low, stressing that the Tunisian scenario could not play out in Egypt.

    Yet Egypt’s huge youth population, where approximately 60 percent of Egyptians are under 30, are growing restless under the rule of the aging Hosni Mubarak, who has increasingly clamped down on dissent in the past year.

    The Egyptian regime certainly has its work cut out and according to experts the regime will need to carefully manage issues like unemployment and food security especially as global food prices and inflation in Egypt rises. This, and widespread political dissatisfaction, has caused many people to suffer and although they are suffering silently for the moment, at some time things may very well explode into popular anger.

  • permalien Murmure :
    15 janvier 2011 @13h43   « »

    Merci orangerouge

    Cela me va droit au cœur, surtout venant de vous.

    La situation en Tunisie en ce moment ne peut être qualifiée que de chaos. Un chaos à tous les niveaux !

    Hier soir, la police ne prenait plus les appels de la population terrifiées par des bandes qui attaquaient leurs maisons, aucun quartier n’a été épargné, du plus chic au plus pauvre. C’était la terreur pour tous.

    Des milices se sont formées, armés de bâtons, (port et vente d’arme étant interdits) pour protéger leur quartier.
    L’armée et la police disparaissaient et apparaissaient au gré de ? Personne ne le sait !

    Je parlerais de la capitale ou je me trouve en ce moment, tout est porte close du plus petit au plus grand commerce et de la petite à la grande entreprise.

    Les gens ont du mal à se ravitailler, et comme d’habitude dans les pays arabe, l’aliment nécessaire est le pain ! Mais aucun boulanger à l’horizon !

    Non, pas de liesse de là ou je suis, mais une grande désorientation et confusion et un air abasourdi sur presque tous les visages.

    Les commerçants pleurent leurs biens et les potentiels clients pleurent leur denrée.

    Télévision et radios se gargarisent de la liberté d’expression nouvellement acquise et c’est la porte ouverte à toutes les inepties et les ineptes. Et les quelques idées et positions pertinentes sont trop vite noyés dans un galimatias savant.

    Non, pas de liesse, mais tous ont peur de demain ! Ce demain que personne n’a organisé, ni prévu !

    Mon analyse personnelle est que l’armée au début des manifestations s’est interdit de prendre position, a part celle d’aider la population, soit à évacuer leurs morts (pris en otage par l’ex gouvernement dans les hôpitaux) soit de protéger les manifestants contre la police.

    Et ceci prouve que depuis bien longtemps, l’armée n’attendait qu’une occasion pour faire savoir à son chef qu’elle n’est plus à ses ordre. Et qu’elle est contre son gouvernement.

    Je pense que cela a fini par persuader Ben Ali de partir, hier après-midi. Car il n’avait plus aucun pouvoir. Et qu’il serait désormais à la merci du peuple et seulement le peuple.

    C’est assez surprenant et inédit que l’armée joue un rôle déterminant en s’interdisant d’agir !

    La Tunisie enterre encore ses morts, ces morts qui sont au-delà du martyr classique, mais des Arabes, braves et fiers ! Ils ont déclenché tous ce processus. Celui de la fin du totalitarisme. Et je n’oublierai jamais le premier, Mohamed Bouazizi qui avait 26 ans qui s’est immolé par le feu, non seulement par désespoir mais surtout parce qu’il avait reçu un affront insoutenable.

    (pour les aficionados des « ben brik & co », ils étaient pas là, mais c’est fou ce qu’il jacassent après !

    Je reviendrai peut être pour une analyse politique moins sommaire que celle-ci.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @14h03   « »

    Merci vraiment Mumure.

    Cette peur de la population n’est pas relatée par la presse en France.

    Elle était perceptible sur les Twittes. Rue89 avait installé hier soir un accès à Twitter.

    Revenez nous expliquer ce qui se passe. Vous êtes sur place, vous êtes la mieux placée.

    Je suis inquiète aussi, parce que ce genre d’évènement n’est jamais un long flueuve tranquille.

    Une population longtemps préssurée, des policiers qui voient partir ceux auxquels ils ont obéï souvent/parfois pour le pire, et qui n’ont plus vraiment de chefs. La peur de beaucoup.
    Tout cela fait un coktail qui peut engendrer une violence qui ne va pas toucher que les coupables.

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @14h03   « »

    - La police du dictateur en action ;

    The picture below was circulating last night ; it shows a police van parked near a supermarket while the van’s drivers (presumably policemen) robbed the store. This is the legacy left behind by Ben Ali’s police-mafia state.

    - Les milices secrètes du dictateur déchu se chargeraient de semer la terreur pour discréditer la révolution tunisienne.

    - Vu que le Hamas avait été élu démocratiquement par les Palestiniens, on aurait aimé que Obama prenne langue avec ce mouvement, au lieu de le fustiger et d’offrir à Israel des armes qui servent à asservir et assassiner les Palestiniens.

  • permalien gloc :
    15 janvier 2011 @14h24   « »

    Quand Ben Ali faisait le FAI, la mythique "bigeot" avait repris du service.

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @14h26   « »

    Une lecture modeste de la situation
    par Hatem Frikha, vendredi 14 janvier 2011, 20:26
    Une petite lecture modeste de ce qui se passe, inchallah elle nous aide à comprendre la situation :
    L’armée tunisienne a négocié avec Ben Ali son départ immédiat avec quelques membres de sa famille, mais sans les trabelsi. Voici probablement les détails de la négociation :
    Hormis le choix « coup d’état militaire » qui n’en est pas envisable puisque c la volonté du peuple pas de l’armée, 2 choix existent :
    L’article 57 (mort, démission ou incapacité définitive d’exercer) qui signifierait que la présidence passerait entre les mains de Foued Mbazzaa, président de la chambre des députés, 86 ans, malade et incapable de présider le pays.
    L’article 56 (incapacité provisoire de présider) qui donne l’intérim au premier ministre, mais en même temps ne lui permet ni dissolution du parlement (élections législatives), ni le changement du gouvernement, ni l’organisation de nouvelles élections présidentielles. Toutefois, cette solution transitoire a le mérite de mettre au pouvoir un technocrate économiste légitime sur le plan international. Pour contourner cette restriction, il a été négocié la dissolution du gouvernement sauf le premier ministre et la programmation d’élection législative dans 6 mois sigé de la main du président.
    Du coup, Ghannouchi se doit d’appliquer cette décision.
    Par rapport à la présence de Mbazzaa et kallel ce sont les présidents desdeux chambres des députés et des conseillers qui selon l’article 56 ont été prévenu et approuve la vacance provisoire du régime.
    Reste le problème du provisoire !!!
    Au bout de quelques semaines… maximum 3 à 4 mois Ghannouchi ( bien sûr l’armée est derrière lui ainsi que rejel le pays) devra annoncer l’incapacité définitive de Ben Ali à présider, on devra basculer sur l’article 57 et donc Mbazaa..Entre temps les élections législatives seront prêtes et les figures présidentiables seront mises en valeur. On passera par une période transitoire de 2 mois sous la présidence de Mbazaa mais sous le contrôle rapproché de l’armée.
    Voila une petite lecture qui à mon sens est optimiste et tient la route.
    Je vous prie de diffuser au plus large ce message !!!!

  • permalien Murmure :
    15 janvier 2011 @14h26   « »

    Encore une image sortie de son contexte et affublée du même langage propagandiste de certains.

    Je hais les copier/coller aveugles !

    D’abord cette image fait partie d’un petit film réalisé par des internautes, si je trouve le lien, je le poste. Lien sur Facebook, ( j’avais fermé mon compte) car c’était le marché de gros de tout et du n’importe quoi !

    Ce petit film montrait que les mêmes policier qui pillent un magasin, deux secondes avant étaient entrain de matraquer la bande de casseur qui était à l’origine de l’effraction de ce même supermarché. Et dans ce chaos, franchement pourquoi s’en priver, quand on sait que le salaire d’un policier ne va pas plus loin que 300 dollars/par mois !

    Cela me fait sourire ce genre d’amalgame et pseudo milice "benaliste", qui n’a existé qu’au tout début des manifestations et ce dans le sud de la Tunisie.

  • permalien qlq1 :
    15 janvier 2011 @14h27   « »

    @ Murmure &Deiir yassine

    « Je rêve d’être tunisien :
    Ah, être tunisien aujourd’hui ! Car c’est le seul moyen de se sentir algérien en fin de compte....

    http://www.lequotidien-oran.com/?ne...

  • permalien gloc :
    15 janvier 2011 @14h32   « »

    jj &c° :C’est étrange, il dit strictement l’inverse... Et puis s’il n’avait pas été le bienvenu je pense pas qu’il aurait eu d’autorisation d’atterrir, non ?

    Ne perdez pas votre temps à me poser des questions aussi pertinentes, mes réponses sont systématiquement censurées.

  • permalien qlq1 :
    15 janvier 2011 @14h34   « »

    @ tunisienne..

    Le général Rachid Amar général tunisien aurait été limogé par le président tunisien après avoir refusé de tirer sur la foule ...

    http://twitoaster.com/country-es/le...

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @14h38   « »

    CONSTITUTION DE LA TUNISIE

    Article 56. - En cas d’empêchement provisoire, le Président de la République peut déléguer par décret ses attributions au Premier ministre à l’exclusion du pouvoir de dissolution de la chambre de députés.
    Au cours de l’empêchement provisoire du Président de la république, le gouvernement, même s’il est l’objet d’une motion de censure, reste en place jusqu’à la fin de cet empêchement.
    Le Président de la République informe le président de la chambre des députés de la délégation provisoire de ses pouvoirs.

    Article 57. - En cas de vacance du Président de la République pour cause de décès, de démission ou d’empêchement absolu, le Conseil constitutionnel se réunit immédiatement et constate la vacance définitive à la majorité absolue de ses membres. Il adresse une déclaration à ce sujet au président de la Chambre des conseillers et au président de la Chambre des députés qui est immédiatement investi des fonctions de la Présidence de L’Etat par intérim, pour une période variant entre quarante cinq jours au moins et soixante jours au plus. Si la vacance définitive coïncide avec la dissolution de la Chambre des députés, le président de la Chambre des conseillers est investi des fonctions de la Présidence de l’Etat par intérim et pour la même période.
    Le président de la République par intérim prête le serment constitutionnel devant la Chambre des députés et la Chambre des conseillers réunis en séance commune et, le cas échéant, devant les deux bureaux des deux Chambres. Si la vacance définitive coïncide avec la dissolution de la Chambre des députés, le Président de la République par intérim prête le serment constitutionnel devant la Chambre des conseillers et, le cas échéant, devant son bureau.
    Le Président de la République par intérim ne peut présenter sa candidature à la Présidence de la République même en cas de démission.
    Le Président de la République par intérim exerce les attributions dévolues au Président de la République sans, toutefois, pouvoir recourir au référendum, démettre le gouvernement, dissoudre la chambre des députés ou prendre les mesures exceptionnelles prévues par l’article 46.
    Il ne peut être procédé, au cours de la période de la présidence par intérim, ni à la modification de la constitution ni à la présentation d’une motion de censure contre le Gouvernement.
    Durant cette même période des élections présidentielles sont organisées pour élire un nouveau Président de la République pour un mandat de cinq ans.
    Le nouveau Président de la République peut dissoudre la chambre des députés et organiser des élections législatives anticipées conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l’article 63.23 Modifié par la loi constitutionnelle n° 88-88 du 25 juillet 1988.

  • permalien X :
    15 janvier 2011 @14h46   « »

    À aujourd’hui le peuple tunisien veint de dire au monde :

    YES WE CAN.

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @15h03   « »

    Deir Yassine ; Orangerouge ; Quelq1

    tout ce que Murmure ecrtit est la stricte verite. j habite le quartier le Bardo. Hier soir alors que le couvre feu etait en vigueur des malfrats ; on ne sait trop qui ont demoli la porte d une superette Magazin General et l ont vide. J ai telephone au numero mis a notre disposition par l armee qui s est pointe avec helicoptere et soldat vers 11h du soir. heureusement que nous avons des provisions a la maison sinon tous les comerces fermes ou saccages.

    Comme je suis une eternelle optimiste ce matin j ai pris la route pour aller a Monastir ville touristique et universitaire a 160 km de Tunis pour voir mon mari bloque la avec sa maman agee. Sur l autoroute pas de police ni gendarme ni controle. Jai fait un tour a Monastir. Le temps est superbe Des residents francais Belges italiens qui sont nos voisins dans le quartier font leurs emplettes dans une epicerie a Skanes car le centre ville est parait il dangeureux Des energumenes muni de barre de fer y font la loi Ils ont meme brule la prison du coin des prisonniers sont morts ; dautres echappes. tentative de bruler lhopital universitaire. Reussi seulement a bruler le poste de police.

    bon je vais rester car le couvre feu est a 17h Jespere pouvoir rentrer a Tunis Lundi matin .

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @15h10   « »

    Fouad Mebazaâ, qui assure l’intérim, vient d’annoncer qu’un gouvernement d’union nationale, que Ghannouchi est chargé d’initier, doit être constitué.

    L’analyse de Issandr El Amrani faite hier est intéressante :

    Ben Ali est tombé. Un dictateur arabe depuis 24 ans s’est avéré être amovible - non par un parent, un ancien allié ou chef militaire, mais par une insurrection populaire. C’est une première historique pour toute la région ...

    Dans l’intervalle, cependant, nous ne devrions pas supposer que la Tunisie est devenue une démocratie instantanée. (..)

    À l’heure actuelle, il ne semble pas y avoir d’indication que les Tunisiens acceptent tout gouvernement comme légitime.

    La question de savoir quel rôle devrait y avoir des copains de longue date du régime tel que M. Ghanouchi est crucial. (..) lui et d’autres (..) peuvent être considérés comme des gestionnaires qui pourraient ne pas jouer un rôle dans les futurs gouvernements.

    Cependant, l’opinion publique est désormais divisée sur cette question, inquiète que, s’ils demeurent, l’un des principaux griefs contre le régime de Ben Ali - son népotisme et sa corruption - ne sera pas traité. (..) Parce que le réseau Ben Ali était en affaires avec tout le monde, (..) peu sont totalement innocents, notamment parmi les officiels qui ont la capacité de diriger le gouvernement dans le court terme.

    Une autre possibilité, surtout si la violence dure, est que l’armée prenne le relais. Elle semble déjà prendre les devants pour imposer l’ordre, et peut être jouir de l’autorité morale pour mettre fin à la violence si les images de gens embrassant des soldats dans les rues ont une quelconque signification. Mais cela aliènerait aussi certains du mouvement de protestation.

    Ce dont la Tunisie a besoin est un gouvernement de transition capable de rendre les rues plus sûres et d’inspirer confiance sur le fait que le pays s’engagera dans une véritable transition démocratique, et non pas dans un processus de remplacement d’un dictateur par un autre.

  • permalien X :
    15 janvier 2011 @15h25   « »

    Le lien posté par Nathan indique la famille s’est fait voler plusieur millions de $ par le plus grand voleur de l’histoire le sionsite Madoff.
    Les activités de financement d’organisation juive et des colon par Madoff sont bien connues de tous.

    peut avoir une petite idée des richesses détournées par le clan Ben Ali en lisant le texte ci-dessous (rédigé en octobre 2010 par un groupe de citoyens tunisiens).

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @15h32   « »

    encore une chose qu i m a interpelee

    J ai regarde les chaines françaises pour les news. Le nom donne a notre revolution est la revolution du jasmin

    ridicule c est pas une croisière ou une ballade. le jasmin inspire la douceur et dévalorise les tunisiens courageux et les morts en raison de la repression des forces de l ordre. Ensuite ça suggère que c est initie de l etranger comme les autres revolutions colorees et autres cèdres et oeillet.

    Mais c est dune révolution endogame dont en parle et non d un safari.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @15h34   « »

    à "une Tunisienne"

    Merci de ces informations.

    Grace à vous et Murmure, nous percevons ce qui se passe.

    Faîtes attention à vous, toutes les deux

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @15h49   « »

    @ une tunisienne
    Je pense que par "la révolution des jasmin", on fait allusion à la révolution portugaise de 1974 ou la "Révolution des Oeillets".
    Et puis, sans rentrer dans des réflexions orientalistes, je trouve les jasmins sont un emblème super de la Tunisie.

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @15h53   « »

    une Tunisienne : "encore une chose qu i m a interpelee"

    Les révolutions de couleurs®, sont supposées être des révolutions pacifiques dont le but serait de renverser des tyrans de façon pacifique, en vue de promouvoir la démocratie® et les droits de l’homme®.

    Il s’agit bien évidemment d’un label marchand derrière le quel se cachent des officines de propagande du genre NED, qui on un rapport plus étroit avec le secteur marchand étasunien, qu’avec la véritable démocratie.

    C’est grâce à cette promotion de la démocratie que des grands démocrates comme Saakachvili ont pu accéder au pouvoir.

    Le fait qu’un nom de couleur ait été donné à la révolution tunisienne est un très mauvais signe, ça signifie qu’en sous-main les dites officines sont en train de torpiller, la volonté populaire.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @16h05   « »

    Yvan, je pense que les services secrets américanoisraéliens et français sont partout où ces pays pensent qu’ils peuvent piller.

    Mais je ne crois pas que le nom donné aux évènements aient une influence là-dedans.

    Il y a des noms qui "sonnent bien", renvoient à d’autres évènements antérieurs et donc plaisent aux média.

    J’ai bon espoir pour l’évènement de la démocratie en Tunisie. Ils ont peu de matières premières ...

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @16h11   « »

    @ une tunisienne

    La loi électorale tunisienne actuelle permet-elle à tous les opposants au régime de se présenter aux élections présidentielles ?

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @16h16   « »

    @ Yvan
    Je vous trouve très vite avec les interprétations.

    A ma connaissance, le jasmin est une fleur, et non pas une couleur. Le jasmin est en plus un symbole de la Tunisie, il se vend partout, et les hommes le portent à l’oreille.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @16h37   « »

    Publié par Rafik Ouerchefani le 15 janvier 2011 à 13:47

    La nuit passée a connu de nombreux pillages. Selon plusieurs témoignages, il s’agirait de cas isolés. Ce n’est pas du tout un mouvement général. Ces malfaiteurs seraient de deux groupes. L’un est celui des "simples" voleurs. En Tunisie, comme dans tous les pays du monde, il y a des voleurs. Hier soir, c’était une occasion pour eux d’exercer leurs activités.

    L’autre type de malfaiteurs serait bien plus organisé : ce sont les milices de l’ancien pouvoir et de ses proches. Il s’agirait de membres du RCD, incluant des agents de police, dont l’une des missions est la destruction des preuves qui pourraient les inculper dans la nouvelle Tunisie libre et la politique, celle de la terre brûlée.

    Ce document classifié secret, récupéré par un citoyen et posté sur Facebook, est un exemple de ces documents compromettants. C’est une lettre interne de la gendarmerie nationale, dépendante du ministère de l’intérieur et du développement local "concernant quelques membres du parti démocrate progressistes".

    Ces derniers envisageaient un déplacement de Gabes à Ben Guerden et les instructions étaient claires : Les empêcher d’arriver à destination.

    Des documents comme celui là se compteraient par milliers.

    http://www.webdo.tn/2011/01/15/ben-...

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @16h55   « »

    K

    La loi électorale tunisienne actuelle permet-elle à tous les opposants au régime de se présenter aux élections présidentielles ?.

    je crois que non. Ben ali a verouille la loi electorale pour que seuls les gens agrees par le pouvoir puissent se presenter. Il faut que le candidat soit president d un parti legal ensuite il faut un certain nombres de signature de deputes.

    Bref ; deja il faudrait changer la loi electorale

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @17h16   « »

    Deir Yassine

    je vois que vous connaissez bien mon pays et cela me fait vraiment plaisir. Si je pouvais je vous inviterais volontier cet ete chez moi.

    Pour le nom de la revolution jai toujours des reserves. Mais laissons le jasmin pour la promotion touristique du pays utilise par l office du tourisme.

    le plus important ; jasmin ou pas ; c est de ne pas se laisser confisquer par des deals entre grandes puissances cyniques

    merci a tous pour le soutien

    Ps si vous avez des amis tunisiens sur facebook allez y Beaucoup d humour chez les tunisiens et des clips de rap complètement hilarant/ Meme Houmat Al Houma notre hymne national n y echappe pas.

  • permalien une Tunisienne :
    15 janvier 2011 @17h31   « »

    tout a fait Orangerouge. Ce qui explique les incendies des commissariats.

    Mais aussi des recettes municipales et des Finances ou on deplore la destruction de contrats depose pour enregistrements et des PV de penalites en tous genres

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @17h34   « »

    Une Tunisienne : 15 janvier @15h32

    J ai regarde les chaines françaises pour les news. Le nom donne a notre revolution est la revolution du jasmin

    ridicule c est pas une croisière ou une ballade. le jasmin inspire la douceur et dévalorise les tunisiens courageux et les morts en raison de la repression des forces de l ordrer

    Personnellement je ne vois pas ce que cela de si dévalorisant d’être considéré comme un peuple doux et pacifique.

    Tellement pacifique que l’insurrection a commencé avec un homme s’immolant par le feu parce qu’il n’en pouvait plus. Il a préféré retourner la violence sur lui-même. Ça nous change des attentats et surtout des attentats-suicides.

    Un peuple doux, pacifique et qui a de l’humour. Je pense à cette image de manifestants tenant un calicot où il est écrit "Game over". Ça nous change des barbus manifestant dans les rues du Pakistan pour maintenir la peine de mort en cas de blasphème.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @17h48   « »

    Nathan a raison ça change des tanks et drônes américanoisraéliens bombardant des civils en masse.

    Que la douceur tunisienne inspire les assassins Obama, Livni et Netanyahu.

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @18h05   « »

    - Oui, Orangerouge a raison.

    - la Chutzpah de Alliot-Marie, après avoir proposé de prêter main-forte à la police de Ben-Ali sous le prétexte chutpahien que cela éviterait des morts :

    Si [en Tunisie] les médias ont été rouverts, ainsi qu’Internet, c’est peut-être grâce à nous.

    - Le “Arab Network for Human Rights Information” (ANHRI) egyptien :

    Le dictateur déchu de Tunisie trouve refuge chez le dictateur d’Arabie Saoudite.

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @18h06   « »

    @Orangerouge, &@Deïr Yassin

    Je vous trouve très vite avec les interprétations.

    Il ne s’agit pas d’une interprétation de ma part mais du résumé de l’article wikipedia que j’avais mis en ligne.

    Sans porter de de jugement, sur vos choix esthétiques quand à la couleur de la révolution en marche en Tunisie, je faisais une réponse à "une tunisienne", qui trouvait cette dénomination quelque peu incongrue pour un peuple qui a affronté les balles les suicides et maintenant l’incertitude et l’angoisse quant à son avenir.

    Vous pouvez à tout moment sur wikipedia intervenir pour faire part de vos remarques quant la la pertinence des articles face à vos choix esthétiques.

    Révolutions de couleur - Wikipédia

  • permalien Noval :
    15 janvier 2011 @18h09   « »

    En ces jours de lutte pour les libertés fondamentales en Tunisie, qui ont abouti à la fuite de Ben Ali ce vendredi, parler de la liberté d’expression bafouée par un organisme communautaire français peut paraître anecdotique. Reste que si, d’un côté, on ne doit pas crier trop vite à la fin de la politique clanique en Tunisie, on ne peut pas crier non plus, de l’autre, à la fin de la politique communautaire en France…

    http://www.rue89.com/passage-benbas...

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @18h10   « »

    Quand Mickey Mouse vient au secours de la famille du dictateur déchu.

    Des proches de l’ancien président ont toutefois trouvé refuge dans un hôtel de Seine-et-Marne, a-t-on appris samedi d’une source sécuritaire française qui souhaite garder l’anonymat. Ces personnes, dont le nombre n’a pas été précisé, sont logées dans l’un des quartiers VIP du Disneyland Hotel à Marne-la-Vallée, et sont accompagnées de leur propre équipe de sécurité.

    http://www.lemonde.fr/afrique/artic...

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

Ajouter un commentaire