Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie

Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie

mardi 4 janvier 2011, par Alain Gresh

L’attentat contre une Eglise copte à Alexandrie le 31 décembre a suscité des condamnations unanimes. Y compris des instances musulmanes, contrairement à ce qu’écrit Vincent Giret dans l’éditorial du 3 janvier de Libération, « Survie » : « Seules quelques voix isolées dans le monde musulman ont osé protester. » D’Al-Azhar au Hezbollah, de l’Arabie saoudite aux Frères musulmans, des sunnites aux chiites, peu de voix ont manqué. Il n’y a, en revanche, pas eu de grandes manifestations, mais pour une raison simple : les manifestations sont de facto interdites en Egypte comme dans la plupart des pays arabes, que ce soit sur les attentats contre les coptes ou sur la Palestine.

Sans trop développer (Le Monde diplomatique du mois de février reviendra plus en détails sur les chrétiens d’Orient), je voudrais faire quelques remarques générales sur la signification de cet attentat dans l’évolution de la région :

- Les chrétiens d’Orient ne constituent pas une « ethnie » : rien ne les différencie de leurs compatriotes, ni la langue (à quelques exceptions près), ni la culture, ni la plupart des traditions. Ils sont une partie intégrante de l’Orient arabe et ils ont contribué de manière importante aux mouvements de renaissance du XIXe siècle, à la création du nationalisme arabe. L’affaiblissement de ce nationalisme, auquel l’Occident a largement contribué, a favorisé l’émergence d’un discours islamiste, aux tendances multiples, qui a amené chaque minorité à s’organiser sur un mode confessionnel (même s’il faut rappeler que, en Palestine par exemple, nombre de chrétiens ont voté pour le Hamas, y compris à Bethléem et que des non musulmans militent au sein du Hezbollah qu’ils considèrent comme un mouvement de résistance) ;

- leur situation diffère grandement selon les pays. Au Liban, ils sont un acteur important de la vie politique et économique ; en Palestine, ils subissent l’occupation qui, jointe à la crise économique et sociale, pousse un grand nombre à émigrer ; en Irak, ils sont victimes de l’effondrement de l’Etat provoqué par la guerre américaine ; en Syrie, ils vivent sous la protection du régime. Le cas de l’Egypte est un peu à part : d’un côté, le régime se présente comme défenseur des chrétiens, de l’autre il cherche à gagner une légitimité musulmane et il manipule à son profit les tensions confessionnelles pour se présenter comme garant de la stabilité ;

- en même temps, même si les conditions diffèrent d’un pays à l’autre, les attaques contre les minorités, qu’elles soient chrétiennes ou non, est un des aspects d’une crise plus profonde, celle de l’Etat national. Partout, cet Etat fait face à une mise en cause, facilitée par deux facteurs : des régimes antidémocratiques de plus en plus impopulaires et échappant à tout contrôle ; des interventions étrangères et des guerres qui, du Liban à l’Irak, favorisent l’émergence de groupes de résistance non étatiques – cette situation a entraîné un repliement sur soi et des lectures de l’islam de plus en plus conservatrices ;

- on peut alors parler de confessionnalisation sur le modèle libanais. Peu d’observateurs ont insisté sur le fait que le système mis en place par les Etats-Unis à Bagdad était « ethnico-confessionnel » : un président kurde, un premier ministre chiite, un président du parlement sunnite. Cela correspond à une certaine vision américaine que je rappelais dans un envoi précédent : « Ce système confessionnel [en Irak] a été inauguré dès 2003 par le général David Petraeus, à l’époque commandant de la 10e division aéroportée américaine, qui prit le contrôle de Mossoul et instaura un système électoral tribal, avec des urnes différentes pour chaque confession... » ;

- cette vision s’impose aussi chez les politiques européens et dans les médias où l’on parle de plus en plus de défense des chrétiens d’Orient et où l’on somme les musulmans de prendre position, contribuant à l’idée qu’ils sont suspects (et l’on s’indigne ensuite des déclarations de Marine Le Pen). Comme le faisait remarquer l’anthropologue Hosham Dawod dans Le Monde du 10 novembre 2010, « Chrétiens d’Irak : ne choisissons pas nos victimes ! », à propos de l’accueil de réfugiés irakiens chrétiens en France : « La décision prise le 2 novembre d’accueillir sur le sol français 150 chrétiens victimes de l’attentat de Bagdad du 1er novembre (...) est à cet égard emblématique. Sous les traits d’une démarche humanitaire, c’est choisir ses victimes. (...) [Car au même moment], une vingtaine de voitures piégées ont explosé dans divers quartiers de Bagdad, faisant des centaines de victimes. Et, depuis, cela n’a pas provoqué la même compassion. Que l’on soit bien entendu : il faut aider les victimes d’attentats en Irak comme ailleurs, mais qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, kurdes ou arabes, mazdéennes Yazidis ou shabaks. »

- Certains politiques pensent qu’il est du devoir de l’Occident de défendre les chrétiens. Ils oublient qu’une longue histoire aux XIXe et XXe siècles a caractérisé les ingérences européennes dans la région, souvent au nom de la défense des minorités, ce qui rend suspect ce type de discours qui, de plus, tend à accréditer l’idée que ces minorités sont des agents de l’étranger. (Lire « La tragédie des chrétiens d’Orient : la responsabilité de l’Occident », par Abderrahim, 12 novembre, sur le site L’islam en France.)

Après l’attentat, le député UMP Bernard Carayon appelait le 2 janvier les Français musulmans à manifester en masse : « Au nom de l’islam, des “soldats de Dieu” organisent le massacre à petit feu des chrétiens d’Orient. Puisque les organisations musulmanes de France professent un islam modéré, qu’elles le prouvent et ne se contentent pas de communiqués de presse émus et courtois : qu’elles manifestent en masse contre la violence intégriste de leurs coreligionnaires. » Ainsi, dans notre société aussi, chacun serait sommé de prendre position en fonction de ses convictions religieuses : pourquoi alors ne pas demander aux juifs de France de manifester contre l’occupation par « l’Etat juif » de la Palestine ?

Il n’existe pas de solution simple aux problèmes du Proche-Orient. Mais deux conditions sont nécessaires pour que la région s’engage dans une autre voie : la fin des guerres et des oppressions, de l’Irak à la Palestine ; la fin des régimes impopulaires et antidémocratiques. C’est peu dire que l’Occident porte, sur ces deux terrains, une responsabilité. Et ce n’est pas la complaisance dont la France fait preuve à l’égard du régime égyptien ou de celui de la Tunisie (il faut lire les déclarations du porte-parole du Quai d’Orsay sur les manifestations dans ce pays pour mesurer la novlangue qui caractérise parfois notre diplomatie) qui y contribuera.

512 commentaires sur « Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

  • permalien Yvan :
    15 janvier 2011 @18h37   « »

    Encore à propos de la révolte tunisienne, et de son appellation "révolution de jasmin" et pour ceux que ça intéresse, voici une discussion Wikipédia, où il apparait que c’est une traduction de "Jasmin revolts".

    Discussion:Révolution de jasmin - Wikipédia

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @18h44   « »

    On y arrive.

    Sylvain Shalom, le second de Netanyahou, à une radio israélienne : la démocratie arabe menace « notre système ».

    "Je crains que nous nous trouvions maintenant devant une nouvelle phase très critique dans le monde arabe. Si le régime tunisien actuel s’effondre, cela n’affectera pas de façon importante la sécurité nationale actuelle d’Israël. Mais nous pouvons, cependant, supposer que ces développements vont créer un précédent qui pourrait être répété dans d’autres pays, ce qui pourrait affecter directement la stabilité de notre système."

    Shalom a ajouté que si les régimes entourant l’Etat israelien étaient remplacés par des systèmes democratiques, la sécurité nationale d’Israël pourrait être significativement menacée. Les nouveaux systèmes defendraient ou adopteraient des agendas qui sont intrinsèquement opposés à la sécurité nationale d’Israël, a-t-il dit.

    Et “notre système” c’est quoi ? C’est ..

    ...la collaboration directe et indirecte entre Israel et les appareils sécuritaires des pays arabes.

  • permalien sébastien :
    15 janvier 2011 @19h12   « »

    K vous voyez les israéliens partout, vous les imaginez tout puissant, il n’empêche qu’ils n’ont pas empêches la chute de Ben Ali.
    L’avenir dira comment la situation évolua, et quel sera le régime qui remplacera Ben Ali. C’est tout simplement imprévisible.
    Espérons que cette révolution ne sera pas volé, ou détourné.
    Je suis content qu’un peuple prenne son destin en main.

  • permalien Yann :
    15 janvier 2011 @19h45   « »
    Solidarités
  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @19h45   « »

    En octobre dernier :

    Dans un message adréssé au chef de l’Etat Tunsien , le Grand Rabbin de Tunisie, Haïm Bittan, a exhorté le président tunisien Ben Ali à se représenter à la présidentielle de 2014.

    L’appel du Grand Rabbin s’ajoute à d’autres exhortations de même teneur, lancées par plusieurs personnalités tunisiennes de haut rang.

    Selon l’appel, le président Ben Ali est le dirigeant “le plus capable d’assurer le progrès et la prospérité des Tunisiens, grâce, notamment, à sa vision perspicace dans la gestion des affaires du pays et à sa faculté de veiller sur son avenir, en nous faisant profiter de sa politique avant-gardiste”.

    ....

    L’opposition politique en Tunisie – qui regroupe les partis politiques autre que le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) qui est pouvoir – est fonciérement antisémite, démagogue et est animé par un discours virulent.

    ....

    L’Union Démocratique Unioniste (UDU), de M. Ahmed Inoubli quant à elle soutient la lutte armée au Proche Orient et la disparition d’Israel. L’UDU est un parti politique d’opposition et dispose de neuf sièges au parlement tunisien. Dictée par les voix les plus dures du nationalisme arabe, il prône un Etat palestinien dictatorial, intégriste et rongé par le terrorisme.

    http://identitejuive.com/le-grand-r...

    Je trouve que l’ancienne Tunisie avait des ressemblances avec la France du point de vue du poids économique et politique des communautaristes juifs extrémistes.

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @20h19   « »

    Quand on rapporte les propos d’un dirigeant israélien qui dit haut et fort que la démocratie dans les pays arabes est un “danger pour la sécurité nationale” d’Israel (comprendre, un frein à leur capacité de voler et massacrer impunément des citoyens arabes avec la complicité d’acteurs locaux) c’est “voir des Israéliens partout” ?

    J’ai faim “donc” il pleut ?

    Ne venez pas apprendre à un Libanais qu’Israel “n’est pas tout puissant” quand il a suffi 3000 de ses compatriotes pour la tenir en échec pendant 33 jours.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @20h51   « »
    La sécurité d’Israël est-elle compatible, ne serait-ce qu’un peu, avec la sécurité du reste du monde ?

    Finalement, on est amené, en lisant les propos (postés par K plus haut) de Sylvain Shalom, le second de Netanyahou, à se poser la question.

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @20h53   « »

    De nombreux dignitaires religieux ont soutenu Ben Ali mais Orangerouge s’en prend avant tout au grand rabbin. Normal. Parfois, elle oublie de faire la distinction entre juifs et sionistes. Comme dit le proverbe, chassez le naturel, il revient au galop.

    Puisqu’on en est à parler de dignitaires religieux, certaines sources prétendent que Khamenei lui-même en personne du haut de sa grandeur et de sa majesté aurait commandité l’assassinat de Rafik Hariri. Un commentaire peut-être de la part de K.?

  • permalien
    15 janvier 2011 @21h12   « »

    Arab activists hope Tunisia uprising brings change

    Arab activists celebrate the anti-government protests that ousted Tunisian President Zine El Abidine Ben Ali as the uprising raised hopes for similar change in other countries accused of having repressive regimes

    Thousands of messages congratulating the Tunisian people flooded the Internet Friday on Twitter, Facebook and blogs, and many people replaced their profile pictures with red Tunisian flags.

    Dozens of Egyptian activists opposed to President Hosni Mubarak’s three-decade regime danced outside the Tunisian Embassy in Cairo, chanting "Ben Ali, tell Mubarak a plane is waiting for him too !" Mubarak, 82, faces mounting dissatisfaction over the lack of democratic reform and frequent protests over economic woes in the country, a key U.S. ally.

    Egyptian human rights activist Hossam Bahgat said he was glued to the news watching the fall of the Tunisian government and hoped that his countrymen could do the same someday.

    "I feel like we are a giant step closer to our own liberation," he told The Associated Press. "What’s significant about Tunisia is that literally days ago the regime seemed unshakable, and then eventually democracy prevailed without a single Western state lifting a finger." Bahgat said the events in Tunisia would boost the confidence of opposition members in a region where leaders often rule for life.

    "What happened in Tunisia ... will give unimaginable momentum to the cause for change in Egypt," he said.

    Sudanese opposition leader Mariam al-Sadek said she had mixed feelings about the Tunisian riots : excitement the president was overthrown but sadness that her people haven’t done the same.

    <...> "What caused this in Tunisia is so little compared to what we are going through," al-Sadek said. "Our country is being divided ; our sovereignty is lost and we are humiliated, and this is happening in Tunisia ... I feel ashamed." Jordanians also held separate protests Friday in several cities over rising prices for fuel and foodstuffs, although King Abdullah II slashed some prices and taxes earlier this week to try to stanch the public anger and ease the burden on the poor.

    About 200 people, some wearing Tunisian flags as capes, huddled together on Paris’ Place des Invalides after being directed away from the nearby Tunisian Embassy.
    French police closed off the street where the embassy was located to foot and car traffic.

    <...> "It’s like halftime in an important football match, when the home team is up 1-0. We’re happy with our performance so far but are regrouping for the second half. We’ve won the battle but not the war yet," said Nasri, who was wrapped in the red-and-white Tunisian flag.

  • permalien elbé :
    15 janvier 2011 @21h15   « »

    On peut être dictateur et naïf :

    J’ai du mal à comprendre, que malgré leur cynisme meurtrier, leur politique sciemment alignée sur celle des affameurs de leur peuple, les dictateurs sont persuadés qu’ils auront l’aide de leurs alliés, quelles que soient les circonstances :

    Le Shah d’Iran après son départ d’Iran, pensait que les USA l’accueilleraient. Nenni. Il fit donc le tour de tous ses anciens alliés, qui tous se récusèrent pour lui offrir asile.
    Il souffrit beaucoup de la défection de ses "amis" et ne savait plus où aller.
    Seuls, le roi du Maroc, puis Sadate l’égyptien l’invitèrent à s’installer chez eux.
    Personnellement, et nonobstant l’action politique des uns et des autres, je trouve cela charitable . Il y a du panache : on ne tire pas sur un homme à terre ( même si celui ci n’aurait peut-être pas hésité à le faire sur un autre) et répond aux lois de l’hospitalité. Je sens que je vais me faire incendier...
    Mais cette leçon de l’exil du Shah n’a pas été retenue par Ben Ali.
    Son ancien allié français (pas si ancien...) lui a tourné le dos et lui a refusé l’asile.

    Je me demande donc, comment et pourquoi ces dictateurs ont pu croire une seconde à " l’amitié indéfectible" ? Ne savent-ils pas que quand vous êtes à terre, impopulaire partout, chez ces "amis " aussi, vous devenez l’animal malade, à éviter absolument, de peur d’une possible contagion ?
    Comment ne réalisent-ils pas que seuls les intérêts économiques et politiques meuvent ces "amis" ?

    Ah les bels amours !
    Mais je dirais aussi :
    Bien fait pour eux ! Que cela serve de leçons aux autres dictateurs !

    Pourrait-on imaginer un sort semblable à un Nethanyahou, un Moubarak, lachés par USA ?

    Je l’espère.

    Ceux-ci sont-ils aussi" naïfs" que les autres sur l’"amitié" de leurs alliés ?

    Je ne le crois pas.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h25   « »

    Ma conclusion :

    Il faut amener devant un tribunal les communautaristes extrémistes juifs qui mettent en danger l’unité et la sécurité nationales par leur absolu dévouement à un état ethnique et colonial qui ne respecte ni les Droit Humains les plus élémentaires, ni le Droit International.

    Et il faut d’autant plus mettre au Tribunal ces communautaristes extrémistes juifs qu’ils ont des relais auprès des sphères économiques, politiques et médiatiques qui les rendent particulièrement pernicieux.

    Cela ne suffira pas à maîtriser les transferts de valeurs en faveur de la toute petite partie de la population mondiale (qui est multi-ethnique) qui détient plus de la majorité des ressources, cela ne suffira pas à maîtriser la sphère financière qui est l’outil de cette toute petite fraction extrêmement riche pour s’enrichir encore plus.

    Mais c’est un pas indispensable.

    Appelez ma position comme vous voudrez.

    Et pourtant, elle tourne, comme disait l’autre ...

  • permalien elbé :
    15 janvier 2011 @21h25   « »

    Oui , Nathan sur les dignitaires religieux qui ont soutenu Ben Ali. Ils furent de toutes les religions.

    Mais non Nathan, ils n’ont pas tous assimilés l’opposition à des antisémites ou à des intégristes ou que sais-je , ni appelés à la combattre, comme l’a fait le rabbin.
    Certains religieux d’autres confessions se sont bornés à soutenir Ben Ali, (ce qui en soit n’est certes pas valeureux ) mais sans éprouver le besoin de cracher sur l’opposition à ce même Ben Ali.
    Donc le message d’ Orange rouge est pertinent.

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @21h27   « »

    "Je trouve que l’ancienne Tunisie avait des ressemblances avec la France du point de vue du poids économique et politique des communautaristes juifs extrémistes"

    On se demande si Orangerouge connait réellement le poids économique et politique des Juifs en Tunisie, et quel est le pourcentage des extrémistes parmi eux ou si elle se base sur UN seul article et ses fantasmes.

    Ceux que j’ai connu, à Tunis et à Halq al-Wâdî n’étaient pas sionistes, et pour moi, le symbole du Juif tunisien resté en Tunisie n’est pas le Grand Rabbin, mais Georges Adda (le père de Serge Adda, ex-président de Canal+), né et mort à Tunis, communiste et anti-sioniste :

    - http://fr.wikipedia.org/wiki/George...
    - www.dailymotion.com/video/x6...

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h34   « »
  • permalien
    15 janvier 2011 @21h37   « »

    elbé :
    15 janvier @21h15
    <...> Le Shah d’Iran après son départ d’Iran, pensait que les USA l’accueilleraient. Nenni. Il fit donc le tour de tous ses anciens alliés, qui tous se récusèrent pour lui offrir asile. <...>

    Satan l’a accueilli très vite par contre...

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h42   « »

    Et puis pour débattre il faut éviter de déformer les propos des interlocuteurs : je critique "les communautaristes juifs extrémistes".

    Et le grand Rabbin cité plus haut s’autodésigne aisément par ses propos.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h47   « »

    L’ensemble des articles rassemblés par les derniers posts de K et les miens pose bien le problème : Israël pour défendre son existence en tant qu’état ethnique a besoin :

    1 - d’une épuration ethnique continue

    2 - pour la faire "accepter" sans attaques en retour de régimes dictatoriaux totalement coupés de leur peuple et soumis aux Etats-Unis-d’Israël, cette économie de fabrication d’armes de destruction massive.

    3 - d’empêcher la libre expression dans les pays occidentaux développés, qui pourrait mettre à jour cette stratégie. Une réelle montée de l’opinion en opposition, pourrait ébranler les alliances entre castes au pouvoir et pays, nécessaires à la réalisation de cette stratégie.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h51   « »

    Réécriture pour être un peu plus compréhensible :

    2 - pour la faire "accepter" sans attaques en retour, Israël a besoin de régimes dictatoriaux dans les pays arabes, qui soient totalement coupés de leur peuple et soumis aux Etats-Unis-d’Israël, cette économie de fabrication d’armes de destruction massive.

  • permalien
    15 janvier 2011 @21h52   « »

    Bonsoir à tous,

    Des révélations fracassantes ont été révélées par la chaine de télévision New TV : il s’agit d’enregistrements audio de Saad Hariri - le premier ministre libanais - , Zouheir As-saddiq, Wissam al-Hassan et Gerhard Lehmann (l’ex-assistant de Detlev Mehlis chargé d’enquêter par les Nations Unies de l’assassinat de l’ex-Premier ministre libanais Rafic Hariri.)

    Mehlis et Lehmann sont deux falsificateurs ayant fourvoyé l’enquête.

    Saad Hariri prétendait ne pas connaître le faux témoin As-Saddiq. Dans l’enregistrement audio, ils se parlent et ont l’air de s’entendre comme larrons en foire...

    La preuve ici-même (pour les arabophones). Une aubaine pour l’opposition libanaise.

    D’autre part, l’acte d’accusation de Daniel Bellemare est prêt et devrait être rendu public mardi prochain...

    Le but étant de saboter la nomination d’un nouveau premier ministre suite à la démission collective de 11 ministres de l’opposition.

    Après la fin de Ben-Ali suite à la volonté et à la ténacité du grand peuple héroïque tunisien, il faut espérer que Saad Hariri - qui est Saoudien de nationalité puisqu’il voyage toujours avec le passeport du pays où son père a fait fortune - ira tenir compagnie à l’ancien dictateur tunisien Ben Ali. Il est vrai que l’Arabie Saoudite avait également accueilli Amin Dada...

    Vraiment, les Etats-Unis, la France et l’OTAN ne comprennent rien à rien à cette région...ainsi que leurs Sayanim de service qui polluent les blogs.

    Ouais, notre ministre des Affaires Etrangères, Michèle machin chose, voulait faire bénéficier la Tunisie du "savoir-faire [Sic] de (ses) forces de sécurité", afin de "régler des situations sécuritaires de ce type [Re-Sic]", explique la ministre, afin que "le droit de manifester soit assuré, de même que la sécurité". L’"apaisement peut reposer sur des techniques de maintien de l’ordre" [Siiicccc3 à la puissance 3], avait elle ajouté

    Résumons, les Etats-Unis et leurs alliés (l’OTAN) n’ont plus d’influence en Irak, s’embourbent en Afghanistan perdent un régime allié en Tunisie (les bombes lacrymogènes des sbires de Ben Ali étaient israéliennes)....Reste le Liban.

    A bientôt.

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    15 janvier 2011 @21h53   « »

    Le précédent commentaire est de moi

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @21h55   « »

    Zufilkar, t’a oublié le lien

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    15 janvier 2011 @21h57   « »
    Le prochain scandale libanais

    Ci-dessous, l’enregistrement audio (pour les arabophones) de l’entretien entre le faux-témoin Zouheir As-Sadiqq et Saad Hariri

    De vrais larrons en foire

  • permalien elbé :
    15 janvier 2011 @22h06   « »

    Nathan,

    Il faut amener devant un tribunal a dit Orange rouge.
    C’est ça son appel à la violence ?

    Pfff !

    Deïr Yassin,

    Un rabbin a une certaine audience auprès des croyants. Rappeler certains de ces propos n’est donc pas inopportun.
    Il s’agit aussi et bien sûr, de ne pas non plus fantasmer sur tous les juifs tunisiens, qui seraient tous sionistes.
    Mais bon, personne non plus n’ a fait le décompte. Bien que ce ne soit pas toujours le nombre qui fait le poids. Ce qui compte c’est l’audience de celui qui s’exprime et qui pèse dans les décisions politiques.
    Alors, merci du lien que vous avez posté. Maintenant, quelle que soient les opinions des juifs tunisiens, il faut, bien sûr, raison gardée.

  • permalien Noval :
    15 janvier 2011 @22h09   « »

    Nathan - Message du 15 janvier 20h53

    Gilles Bernheim, grand rabbin de France, après avoir, drapeau israélien à la main, témoigné sa solidarité lors d’une manifestation en faveur de l’Etat d’Israël qui venait pourtant de massacrer plus de 1400 Palestiniens au cours de l’hiver 2008/2009, a déclaré : " Ma compassion, comme celle de tous mes coreligionnaires, s’étend aux populations civiles palestiniennes et je regrette que les guerriers du Hamas soient entrés dans une folie meurtrière qui les dépasse et les broie "

    Qui agissait et s’exprimait ainsi ?

    L’homme de religion ou le sioniste ?

  • permalien Rouzbeh :
    15 janvier 2011 @22h10   « »

    « On peut être dictateur et naïf »

    Détrompez-vous, ces dictateurs là ne sont pas naïfs bien au contraire, ils se sentent indestructibles et en même temps indispensables et irremplaçables. Donc si je puis me permettre, je dirai tout simplement qu’ils sont des mégalomanes, coupés des réalités et traîtres à leurs nations et à leurs peuples. Plus simplement : des larbins !

    « Pourrait-on imaginer un sort semblable à un Nethanyahou, un Moubarak, lachés par USA ? »

    Sans aucun souci Moubarak peut être lâché à tout moment, mais concernant Nethanyahou, permettez-moi d’en douter...
    J’ajouterai aussi que dans l’affaire, il n’ y a guère d’amitié !

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @22h10   « »

    @ Elbé
    Je suis entièrement d’accord avec vous. Des ’grands amis’ qui se détournent une fois que vous êtes plus au pouvoir, cela est exécrable. Le Shah, aussi détestable fut-il, méritait au moins une place au chaud chez ses ex-protecteurs. Hassan II et Sadate ont eu raison - sur ce coup-là.

    @ Orangerouge
    Je ne sais pas si vous faites allusion à mon commentaire, mais quand vous écrivez que vous trouvez une "ressemblance entre la France et la Tunisie en ce qui concerne le poids économique et politique des extrémistes juifs", il est normal de se demander si vous en savez quelque chose sur le poids politique et économiques des ces gens-là en Tunisie ? Est-ce que vous connaissez au moins le nombre de Juifs en Tunisie, et quel est le pourcentage des ’extrémistes’ ?
    Je dis d’avance que je n’en connais rien, mais cela m’intéressera de savoir.

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @22h15   « »

    Pour compléter le post de 15 janvier @21h52, l’enregistrement audio dévoilé par la TV libanaise laique et progressiste “Al-Jadid” (ex “New-TV”, bête noire du régime syrien au temps de sa main-mise sur le Liban) a été baptisé “Hakika-Leaks” par la chaine, soit “vérité-Leaks”, probablement en référence au slogan du parti de Hariri : “Badna al hakika” (“Nous voulons la vérité”- sur le meurtre de Hariri père).

    Cet enregistrement audio devrait constituer une véritable bombe, si tant est que la réalité mène encore les choses dans cette enquête.

  • permalien elbé :
    15 janvier 2011 @22h15   « »

    15 janvier @21h37 «  »
    elbé :
    15 janvier @21h15
    <...> Le Shah d’Iran après son départ d’Iran, pensait que les USA l’accueilleraient. Nenni. Il fit donc le tour de tous ses anciens alliés, qui tous se récusèrent pour lui offrir asile. <...>

    Satan l’a accueilli très vite par contre...

    - Vous y étiez ?

    Il y a la justice des hommes, elle est désirable et normale. Mais celle après la mort ne nous concerne plus.

  • permalien Orangerouge :
    15 janvier 2011 @22h18   « »

    Deïr Yassin, si c’était le poids démographique qui comptait, vous ne sauriez même pas que le CRIF existe.

    Ceux qui se considèrent comme juif représente de l’ordre de 1% de la population française (3% de la population parisienne).

    Et tous ces 1% là ne se reconnaissent pas dans le CRIF ...

    Vous voyez bien que l’influence ne tient pas au nombre.

  • permalien Deïr Yassin :
    15 janvier 2011 @22h32   « »

    @ Orangerouge
    Je suis bien d’accord avec vous : les Juifs représente 1% de la population française et le CRIF ne représente qu’une partie de cette population et arrive quand même à museler le débat.
    Cela je ne le conteste pas du tout. En plus, le poids économique et politiques des Juifs en France, toutes idéologies confondues, dépasse largement leur poids démographique, par des raisons multiples dont on a déjà débattu ici à des multiples reprises.

    Mais quand vous dites que cela le même cas en Tunisie, je ne sais pas si vous fantasmez ou si vous vous basez sur des connaissances ? Il y environ 2.000 Juifs en Tunisie - et encore - sur une population de plus de 10 millions, et de penser qu’ils ont le même poids relatif qu’en France, cela n’est pas un article sur le Grand Rabbin qui va me convaincre.

  • permalien elbé :
    15 janvier 2011 @23h00   « »

    Rouzbeh :
    15 janvier @22h10 «  »
    « On peut être dictateur et naïf »

    Détrompez-vous, ces dictateurs là ne sont pas naïfs bien au contraire, ils se sentent indestructibles et en même temps indispensables et irremplaçables. Donc si je puis me permettre, je dirai tout simplement qu’ils sont des mégalomanes, coupés des réalités et traîtres à leurs nations et à leurs peuples. Plus simplement : des larbins !

    - Mais la mégalomanie possède une composante de naïveté !
    Sinon, comment expliquez-vous qu’ils demandent l’asile à leurs anciens alliés ? Ils croient sincèrement qu’ils vont le lui accorder. Sinon, ils ne le demanderait même pas ! Et certains de leurs proches, quand ce ne sont pas eux-même ont témoigné de leur réelle souffrance "amoureuse" quand ils se sont vus abandonnés par ces alliés. Il y a donc bien là une croyance (infondée donc mégalomane, naïve) qu’on les aime !

    « Pourrait-on imaginer un sort semblable à un Nethanyahou, un Moubarak, lachés par USA ? »

    Sans aucun souci Moubarak peut être lâché à tout moment, mais concernant Nethanyahou, permettez-moi d’en douter...

    - J’en doute aussi mais je l’espère quand même. Sait-on jamais...Mais je crois que Nethanyahou, moins naïf, prépare son "indépendance " face à d’éventuels alliés lâcheurs.
    L’espionnage industriel, militaire qu’il n’hésite pas à faire dans les pays alliés me le fait penser.
    Ce qui ne veut pas dire que ce sera suffisant pour assurer sa survie et celle de son état, s’il devait être lâché . Il en dépend encore trop.

    J’ajouterai aussi que dans l’affaire, il n’ y a guère d’amitié !

    - Vous remarquerez que j’ai parfois mis le mot amitié entre guillemets... Il me semblait évident que mon propos visait à laisser entendre qu’effectivement, l’amitié n’existe pas ou plus quand les intérêts sont en jeu. Mais certains tyrans s’y laissent quand même prendre.

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @23h27   « »

    Si on devait juger devant un tribunal populaire tous les juifs diasporiques qui ont un lien avec Israël (sans être pour autant des sionistes purs et durs), ce sont près de 80% de ce groupe humain qu’il faudrait traduire en justice. Si c’est ça que certains veulent, qu’ils sachent que les juifs ne se laisseront pas faire.

    Pour en revenir au grand rabbin de Tunis. D’abord, les rabbins et surtout les rabbins qui occupent un poste officiel (et qui reçoivent un salaire de l’Etat) sont conservateurs et légitimistes. Que le gouvernement soit démocratique ou non. Si le gouvernement est démocratique, tant mieux. S’il ne l’’est pas, ils sont du côté du manche.

    Et puis, on oublie peut-être un peu vite qu’un attentat islamiste contre la ghriba de Djerba a fait une vingtaine de morts. Donc, réalité ou fantasme, ce rabbin avait surtout peur du danger islamiste et à ses yeux, le dictateur Ben Ali avait l’avantage d’avoir toujours protégé la petite communauté juive tunisienne. C’est peut-être une attitude "judéo-centrée" mais qu’attendre d’autre de la part d’un rabbin ?

  • permalien Nathan :
    15 janvier 2011 @23h37   « »

    C’est curieux que personne n’ait mentionné l’attentat islamiste contre la ghriba. Pourquoi ? C’est très simple. Parce que certains discours tenus ici ressemblent étrangement à ceux des tueurs kamikazes. C’est la raison pour laquelle on préfère parler du grand rabbin et lancer des fatwas contre les juifs en général plutôt que d’évoquer les motivations des assassins de Djerba.

  • permalien K. :
    15 janvier 2011 @23h51   « »

    Attentat d’Alexandrie : les autorités egyptiennes n’écartent pas la piste du Mossad

    الشرطة تركز على فرضية تورط الموساد في حادث القديسين

  • permalien
    15 janvier 2011 @23h52   « »

    Ca c’est vous qui le dites Nathan, de la pure hasbara, pourquoi donc 7 millions de juifs environ sont-ils un peu partout dans le monde loin de la Palestine et s’y trouvent manifestement très bien ? Ce n’est pas parce que les lobbies sionistes monopolisent l’expression d’une communauté, qu’ils la représentent. Allez donc traiter de sionistes nombre de ces juifs, ils vont le prendre comme une insulte ! Les juifs n’ont beau pas être nombreux en Europe, figurez-vous qu’on peut tout de même en connaître, ceux qui ne disent pas comme vous, ce seraient des "faux" alors ?

  • permalien une bille :
    15 janvier 2011 @23h59   « »

    Je ne comprends pas tellement les comparaisons d’Orangerouge entre les juifs tunisiens, les juifs français et le CRIF.

    Les juifs tunisiens sont un élément constitutif à la fois de l’identité tunisienne, et du judaïsme dans sont ensemble.

    Leur présence est bien antérieure à la propagation de l’islam et la Tunisie est un lieu chargé d’une part l’histoire du judaïsme, autrement plus avérée qu’Israël.

    Ben Ali comme Saddam Hussein et tous les dirigeants laïcs qui dans le sillage de Nasser et d’Atatürk ont dirigés des pays musulmans ont étés une garantie de sécurité pour les minorités juives et chrétiennes.

    Depuis l’effondrement du bloc soviétique ces pays se sont tournés soit à marche forcée comme l’Irak, soit à force de compromis comme l’Égypte, soit par voie électorale comme la Turquie, vers des structures de plus en plus identitaires, tout en sombrant dans le népotisme.

    Face aux déclarations hostiles à leur minorité, des quelques partis tolérés, qu’y a t-il de monstrueux pour le chef d’une communauté de recommander le vote de celui qui garantit la sécurité de sa communauté ?... surtout quand on voit à Djerba mais aussi en Irak et en Égypte, le résultat de ces replis identitaires, et de l’abandon de l’état laïc.

    Quant au CRIF, je ne comprends pas ce qu’il vient faire là-dedans.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 janvier 2011 @00h12   « »

    @ Natahn
    Comme le Grand Rabbin de Tunisie, vous êtes un Judéocentré invétéré, et en plus vous faites du trolling.
    Depuis hier, le débat tourne autour la révolution tunisienne dite des jasmins - les Tunisiens vont peut-être la donner un autre nom par la suite. Je pense qu’il y a, disons entre 150 et 200 posts sur ce sujet, certains sur la complaisance du régima Ben Ali/Trabelsi avec l’Etat d’Israël, non pas par sionisme, mais par le motto de tous les mafias qui se respectent : "qui se ressemble, s’assemble".

    L’attentat contre le synagogue de Djerba, n’a donc rien à voir avec le sujet que nous avons débattu, et pour s’étonner de son absence du débat, il faut être atteint du nombrilisme ethnique pathologique (NEP), comme c’est votre cas.

    Il y a eu d’autres attentats dans l’histoire de la Tunisie, visant des hôtels touristiques par exemple, mais cela, on n’en a pas parlé non plus.

    Personnellement, je trouve que l’attentat de Djerba n’a aucune importance par rapport au moment historique que vit la Tunisie, mais je suis sûre que si vous allez sur harissa.com - une site communautaristes des Juifs Touensa, ils en discuteraient avec plaisir.

    Pourquoi vous ne nous parlez pas plutôt des propos exécrables de Silvan (ex. Sylvain) Shalom sur la démocratisation du monde arabe comme néfaste pour Israël (mis en lien par K). Cela est beaucoup plus important qu’un "détail de l’histoire" remontant à plusieurs années déjà.

  • permalien Orangerouge :
    16 janvier 2011 @00h14   « »

    Je comprends bien la préoccupation qu’exprime votre post, une bille.

    Le texte du Rabbin est tout de même d’une violence incroyable vis vis des partis d’opposition à Ben Ali (opposition officielle il me semble, donc pas forcément très virulente). Les traiter d’antisémites, ce n’est pas rien !

    Ces partis d’opposition à Ben Ali, à votre connaissance, étaient agressifs envers les juifs ?

  • permalien K. :
    16 janvier 2011 @00h19   « »

    L’attentat islamiste contre la ghriba n’aurait pas eu lieu s’il n’avait pas été mis des batons dans les roues des partis laics progressistes de la région.

    Si vraiment l’Etat sioniste se souciait de ses coreligionnaires dans les pays musulmans, il aiderait [oui je sais, je dis une énormité] les partis laics progressistes des pays arabes à prendre le pouvoir.

    Mais voila, non seulement Israel présente la démocratie dans les pays arabes comme une menace pour sa “sécurité”, mais également elle souhaite ardemment que de tels attentats aient lieu pour voir les juifs des pays arabes rappliquer en israel.

    Voila ce qu’aurait pu dire le grand rabbin de Tunisie si la “sécurité” d’Israel ne lui importait pas plus que la vie de ses ouailles.

  • permalien X :
    16 janvier 2011 @00h44   « »

    On ne voit pas pourquoi on parlerait des attentas contre les juifs alors qu’il y’a eu d’autres attentats contre des musulmans dont on ne parle pas.

    Personellement j’ai l’intime conviction que sans la création injuste d’israel et sans le sutien sans de l’occident aux crimes contre les arabes et à sa volonté de mettre en place et de soutenir des régimes comme celui quivient de s’effondrer il n’y aurait eu des attentats islamistes ni contre les musulman ni contre les chrétiens ni contre les juifs.

    Aujourd’hui Israel (et donc une grande partie des juifs) qui répétait sans cesse, avec mépris que ’’ces gens ne savent pas c’est quoi la démocratie’’ pour justifier plusieur de leurs crimes vient maintenant de lâcher qu’ils ne souhaite pas la démocratie pour ces peuples.

    Alors que presque le monde applaudi ce qui vient de se passer et souhaite bonne chance au peuple tunisien Israel vient exprimer sa haine et son mépris pour ce peuple.

    Au sein du monde arabe les seuls amis des sionistes sont les dictateurs arabes (c’est pour ça que ces relations sont en général secrètes) et innemis de leurs peuples. La démocratie va, je le souhaite s’installer progressivement et ces peuples vont prendre leur destins en main malgré les sionistes et leur puissance maffieuse.

  • permalien X :
    16 janvier 2011 @01h04   « »

    K :

    Attentat d’Alexandrie : les autorités egyptiennes n’écartent pas la piste du Mossad

    C’est gros !
    Est ce confirmé par d’autres sources je n’en ai pas parouvé ?

  • permalien Nathan :
    16 janvier 2011 @01h18   « »

    Deïr Yassin : 16 janvier @00h12

    L’attentat contre le synagogue de Djerba, n’a donc rien à voir avec le sujet que nous avons débattu, et pour s’étonner de son absence du débat, il faut être atteint du nombrilisme ethnique pathologique (NEP), comme c’est votre cas.

    Je n’aurais pas abordé le sujet si Orangerouge n’avait pas cru bon de s’en prendre au Grand Rabbin de Tunis, comme si c’était le seul dignitaire religieux à avoir soutenu Ben Ali. C’est ça qui est pathologique. Vous-même avez parlé de "fantasmes" concernant sa perception de la communauté juive tunisienne. On nous fera bientôt croire que si Ben Ali est resté 23 ans au pouvoir c’est à cause des seuls Juifs tunisiens, des Tunes de l’extérieur et des Israéliens. Quelle foutaise ! Si ce dictateur a pu rester si longtemps au pouvoir, c’est grâce à ses nombreux soutiens tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

  • permalien Orangerouge :
    16 janvier 2011 @01h26   « »

    X, ce n’est pas si gros que ça.

    Des Israéliens ont déjà raconté comment dans le passé ils avaient mené ce genre d’actions pour déstabiliser une pays, notamment l’Egypte.

    Il y a un lien vers un témoignage de ce type sur le fil.

    Bonsoir

  • permalien Nathan :
    16 janvier 2011 @01h26   « »

    K : 16 janvier @00h19

    En somme ce que dit K, c’est que les juifs tunisiens sont responsables de l’attentat de la Ghriba. Quel argument retors et pervers. Et bien sûr, pas un seul mot pour les véritables responsables, à savoir les islamistes. Ça aussi, c’est pathologique !

  • permalien X :
    16 janvier 2011 @01h41   « »

    K, bonsoir,

    Que l’attentat soit l’oeuvre du Massad ne me surprend pas, mais que cela puisse être prouvé c’est pas mal gros.

    Nathan :

    Ça aussi, c’est pathologique !

    Pourquoi aussi  ?.

    Nathan :

  • permalien
    16 janvier 2011 @01h45   « »

    Si ce n’est Nathan que K. n’a pas dit cela, quand de plus vous aurez fini de troller sur des trucs qui n’ont rien à voir avec le sujet : “Le Proche-Orient après l’attentat d’Alexandrie”, faites le savoir ! La piste du Mossad dans l’enquête, c’est intéressant non ? Vous ne trouvez pas ? Un ministre "israélien" qui craint pour la dictature de Moubarak, (ou du monarque jordanien) c’est intéressant non ? Vous ne trouvez pas ? Serait-ce de cela que vous ne voulez pas débattre ? Et pourquoi donc ?

  • permalien
    16 janvier 2011 @01h54   « »

    X :
    16 janvier @01h04

    C’est gros !

    (Re)lisez le câbles Wikileaks de Tel Aviv, vous ne trouverez certainement plus ça si gros que cela...

  • permalien X :
    16 janvier 2011 @02h01   « »

    Comme j’ai écrit à l’intention de K :
    Que cela puisse être prouvé c’est pas mal gros.

    Comme ce fut dans le cas de l’exection d’El Mabhouh.

  • permalien
    16 janvier 2011 @02h52   « »

    Pour l’instant rien n’est prouvé, l’article cité par K. fait juste état de prétendues fuites de policiers égyptiens enquêtant sur cette piste, pas plus. Reste encore à savoir si le pouvoir les laisserait aller jusqu’au bout s’ils trouvaient des preuves, compte tenu de la proximité entre Moubarak et sa clique avec les sionistes. Il serait en effet étonnant que la police et la justice égyptiennes aient les mains libres comme en Iran dans l’affaire de l’assassinat d’un scientifique ou même en Australie où des agents du Mossad ont été condamnés dans le cadre du meurtre d’Al Mabbouh. Déjà en Allemagne il n’est pas sûr que leurs homologues aient réellement les mains libres dans cette dernière enquête, ça traine depuis un an, le suspect a été relâché sous caution, il vient d’être condamné à une amende 60 000€ et un nouvel mandat d’arrêt international vient d’être lancé sans que l’on sache même pourquoi et si ce serait pour la même personne... Mais enfin qui aurait cru que la police de Dubaï aurait fait son job et l’aurait révélé ? (Même si la justice semble n’avoir pas suivi...) Qui sait, les Égyptiens pourraient très bien faire de même, sait-on jamais ? Ca serait après tout un bon moyen de tenter de redorer l’image de la dictature égyptienne vis-à-vis de son opinion publique et d’essayer de leur oter l’envie d’imiter les Tunisiens...

  • permalien une bille :
    16 janvier 2011 @08h58   « »

    Orangerouge : Ces partis d’opposition à Ben Ali, à votre connaissance, étaient agressifs envers les juifs ?

    Déjà, parler de "parti d’opposition à Ben Ali", alors que celui-ci, vient d’être renversé par un mouvement populaire quelques mois après sa réélection à 89,62 % des voix de 89,40 %. des Tunisiens, c’est un oxymore.

    Dans la Tunisie de Ben Ali, il y avait "une opposition", comme il y a des dattes confites au pied des dattiers (je ne parle pas de la réelle opposition interdite, persécutée, pourchassée).

    Dans ces conditions, il ne faut pas être grand clerc, pour comprendre que la critique du régime était interdite, et que l’espace d’expression de cette opposition était restreint et se limitait à des revendication cultuelles et culturelles et les affaires étrangères.

    L’article auquel vous faites référence ne fait pas que citer les paroles du grand rabbin Haïm Bittan, mais, il rappelle dans quel contexte est faite cette déclaration :

    Selon l’appel, le président Ben Ali est le dirigeant “le plus capable d’assurer le progrès et la prospérité des Tunisiens, grâce, notamment, à sa vision perspicace dans la gestion des affaires du pays et à sa faculté de veiller sur son avenir, en nous faisant profiter de sa politique avant-gardiste”.

    Il s’agit d’une formule consacrée à l’époque de Bourguiba, la chanson était "le président Bourguiba est le plus grand président du monde", un mois avant les émeutes du pain.
    Dans un pays ou la police est omniprésente et va jusqu’à fiquer les touristes, il n’est pas compliqué de comprendre qu’un minimum de précautions oratoires sont une question de survie.

    Ftouh Souhail dans son article rappelle que :
    L’UDU se mobilise contre la normalisation avec Israël | Revue de Presse Nationale
    Le parti politique Tunisien PDp veut interdire le pélerinage de la ghriba, aux citoyens Israéliens | Meilleur Blog Tunisien et de Tunisie

    Il est évident aussi que si Ben Ali avait organisé les prochaines élections l’opposition réelle n’aurait pas été représentée plus qu’aujourd’hui, et que ce sont donc ces partis fantoches, qui auraient permis au clan Trabelsi de garder son pouvoir, antisémitisme en sus.

  • permalien une tunisienne :
    16 janvier 2011 @09h42   « »

    Réveillez vous, la Tunisie change
    par Plus Rien À Perdre, samedi 15 janvier 2011, 21:25
    15/01/2011
    C’est ma réponse à France 24, par rapport à une dame Française qui habite dans un quartier résidentiel en Tunisie et qui a relaté une situation apocalyptique il y a maintenant une ou deux heures.

    Le témoignage de la dame qui habite la Tunisie est totalement invraisemblable. Je m’appelle Abdallah (pseudo) et j’habite à Gammarth supérieur à quelques centaines de mètres de la maison des Trabelsis qui a été incendiée dans un quartier résidentiel.
    La situation exacte de notre quartier est la suivante : Des comités de quartiers ont été créées et Nos jeunes se tiennent prêts à intervenir
    - Les hélicoptères survolent le quartier et on l’entend passer toutes les 30 Mn approximativement
    - Des patrouilles régulières sont effectuées par les militaires et des points de contrôles rapprochés ont été établis.
    Ces mesures de sécurité sont communes à tous les quartiers dans toute la Tunisie et indépendamment qu’ils soient populaires ou plus aisés.
    Nos voitures sont dehors et je me sens en parfaite sécurité
    Les deux menaces qui ont pesé en Tunisie depuis la fuite de Ben Ali sont les suivantes :
    1- Le peuple opprimé a attaqué tous les biens et les propriétés des Trabelsis, Ben Ali et leurs familles rapprochées.
    Les biens et les propriétés de certains cadres et dirigeants connus et détestés pour leur tyrannie et abus de pouvoir ont été aussi ciblés par le peuple en colère.
    2- Ben Ali a laissé derrière lui quelques milliers de divers individus armés, appartenant à une milice composée par des fonctionnaires de tous bords. Cette milice s’est toujours occupée des basses besognes de la bande organisée. Cette milice a reçu l’ordre de semer la terreur dans la population afin de faire croire que sans Ben Ali, la Tunisie deviendra une jungle habitée par des sauvages.
    Cette milice a été démasquée depuis hier et tous ses membres en partant du sommet jusqu’à la base sont pourchassés et traqués actuellement par notre armée qui s’est révélée un modèle de droiture et d’honnêteté.
    La première menace a complètement disparu parce que le peuple s’en est donné à coeur joie et il est actuellement apaisé.
    La deuxième menace sera complètement éliminée en quelques jours et elle diminue à vue d’oeuil.
    Le témoignage de la dame que vous avez eu au téléphone est complètement faux et fantaisiste, ou alors la pauvre dame est paranoïaque.
    C’est une véritable révolution qui est arrivée en Tunisie et je vous promet, que nous les jeunes de ce pays que nous aimons de toutes nos forces, veillons au grain et nous ne permettrons plus jamais que notre pays sombre dans la dictature, la tyrannie et la corruption.

  • permalien une tunisienne :
    16 janvier 2011 @09h45   « »

    Cette révolution est peut être l’une des plus douces de l’histoire, il n’y a pas eu de coupure d’électricité, pas de coupure d’eau, les provisions sont disponibles et abondantes et le nombre de victimes, qui sont pour nous les nouveaux martyrs de la liberté reste faible, quoi que, quand on parle de victimes le peu est toujours beaucoup trop.
    La Tunisie va bien, désormais nous prenons définitivement, nous, peuple tunisien, notre avenir en mains.
    Nous serons confrontés à beaucoup d’obstacles et le chemin sera caillouteux, mais nous avons la détermination, la force, l’intelligence, la jeunesse, les compétences et la volonté de devenir l’un des peuples les plus développés dans ce monde.
    Bourguiba a jeté des bases très solides, et les 23 ans de dictature de Ben Ali, les ont peut ébranlées mais nullement fissurées.

    Réveillez vous la Tunisie change.

  • permalien Noval :
    16 janvier 2011 @10h45   « »

    Dans un pays du Moyen-Orient, certains manifestent parce qu’"on ne construit pas une démocratie sur des lois racistes"

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...

    Et dire que certains ont le toupet de traiter de racistes des constructeurs si vaillants et si démocrates :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

  • permalien L’anonyme de 22h20 :
    16 janvier 2011 @10h57   « »

    Imed Trabelsi, neveu de l’épouse du dictateur en fuite Zinochet, a succombé à une blessure à l’arme blanche à l’hôpital militaire de Tunis.
    "Il est mort vendredi" a annoncé cette source qui a demandé à ne pas être identifiée, ajoutant seulement qu’il avait été "poignardé".
    Ce turbulent homme d’affaires était mêlé à un scandale ayant trait aux "vols en bande organisée" pour s’être approprié le prestigieux yacht de Bruno Roger, l’un des dirigeants de la Banque Lazard et proche de l’ex président français Jacques Chirac et de l’actuel chef de l’État français Nicolas Sarkozy.

    http://www.elwatan.com/depeches/un-...

  • permalien une tunisienne :
    16 janvier 2011 @11h11   « »

    le mot de fin

    quand le peuple fait la revolution

    Philadelphie 1776, Paris 1830, Petrograd 1917, Prague 1968, Lisbonne 1974 ...Tunis 2011 :)

  • permalien Orangerouge :
    16 janvier 2011 @11h13   « »

    Noval, à quand une manifestation importante en France contre l’ambassade d’Israël et son représentant le CRIF ?

    Ce qui me frappe c’est la volonté du CRIF de promouvoir l’antisémitisme en France :

    - le dîner très médiatisé dit : regardez nous sommes tellement bien placés dans la société et un tel réseau communautaire que la classe politique vient nous lécher les pieds. Ca ne peut pas rendre sympathique ...

    - la revendication très médiatisée de pouvoir faire interdire Hessel à l’ENS est du même tonneau (ils pouvaient manipuler les politiques sans le crier sur les toits, mais non ...)

    - ce texte mis en ligne un an après "Plomb Durci" donne une image particulièrement sanguinaire des hommes en âge de faire l’armée qui adhèrent au CRIF :
    http://www.crif.org/?page=articles_...

    A quand une prise de conscience claire de cette politique à mon avis délibérée ?

  • permalien une tunisienne :
    16 janvier 2011 @11h34   « »

    Personnellement je ne vois pas ce que cela de si dévalorisant d’être considéré comme un peuple doux et pacifique.

    Tellement pacifique que l’insurrection a commencé avec un homme s’immolant par le feu parce qu’il n’en pouvait plus. Il a préféré retourner la violence sur lui-même. Ça nous change des attentats et surtout des attentats-suicides.

    Un peuple doux, pacifique et qui a de l’humour. Je pense à cette image de manifestants tenant un calicot où il est écrit "Game over". Ça nous change des barbus manifestant dans les rues du Pakistan pour maintenir la peine de mort en cas de blasphème.

    Nathan c est une question de perception/ La moindre des choses est de nous laisser choisir nous meme quel nom donner

    Jasmin ; cest un prenon de fille je n osais pas le dire par pudeur mais le jasmin c est sensuel et aphrodisiaque cest comme cela qu il est percu chez nous.

    Hier sur Al Jazira Abdelbari Atwan nous a fait le plus bel hommage que j ai entendu. Lui aussi es contre t l appellation revolution des jasmins. C est un adjectif pour une revolte de top models d apres lui. Cest plutot la revolution des hommes libres/ Le journaliste tunisien qui animait le talk show aait les yeux brillant de plaisir.

  • permalien Yvan :
    16 janvier 2011 @12h01   « »
  • permalien Rouzbeh :
    16 janvier 2011 @13h05   « »

    elbé :
    15 janvier @23h00

    « Mais la mégalomanie possède une composante de naïveté !
    Sinon, comment expliquez-vous qu’ils demandent l’asile à leurs anciens alliés ? Ils croient sincèrement qu’ils vont le lui accorder. Sinon, ils ne le demanderait même pas ! Et certains de leurs proches, quand ce ne sont pas eux-même ont témoigné de leur réelle souffrance "amoureuse" quand ils se sont vus abandonnés par ces alliés. Il y a donc bien là une croyance (infondée donc mégalomane, naïve) qu’on les aime ! »

    Peut-être que la mégalomanie possède aussi une composante de naïveté, mais j’ai utilisé le mot mégalomane dans le sens de « surestimation de ses capacités », et aussi sa « puissance » immodérée pour ne pas dire absolue. Si « l’espoir [nous] fait vivre », nous les « pauvres mortels », que voulez-vous, les larbins aussi peuvent « espérer »...

    « J’en doute aussi mais je l’espère quand même. Sait-on jamais... »

    Vous comme moi espérons toujours que la justice passe par et pour tout (naïvement peut-être), mais en même temps ce n’est pas tout à fait identique. Je ne sais pas si je suis assez clair ?

    « Mais certains tyrans s’y laissent quand même prendre. »

    Dans le monde des « affaires » il faut s’attendre à tout !

    Bien à vous,
    Rouzbeh

  • permalien Yvan :
    16 janvier 2011 @13h22   « »

    Ben Ali en déshérence à la recherche son "bel ami" a laissé tombé sa chère police :

    Tunisie : que va devenir la police tunisienne pro Ben Ali ? - RTL.fr

    ... le temps des règlements de compte est devant nous !

  • permalien Deïr Yassin :
    16 janvier 2011 @13h57   « »

    A part la mort de Imed Trabelsi - que personne hors de ses proches va regretter - il y a un autre article intéressant dans al-watan de Saïd Sadi qui me paraît intéressant.
    Il parle, entre autre, des infiltrés durant les manifestations en Algérie pour discréditer la cause. Décidément, les méthodes israélienne des ’Mistaravim’ font bonheur : après la France, maintenant l’Algérie.

    - www.elwatan.com/actualite/sa...

    PS. En mettant un article de Sadi, je n’ai pas dit que je votérais pour lui.

  • permalien sébastien :
    16 janvier 2011 @18h58   « »

    K"Si vraiment l’Etat sioniste se souciait de ses coreligionnaires dans les pays musulmans, il aiderait [oui je sais, je dis une énormité] les partis laics progressistes des pays arabes à prendre le pouvoir."
    En quoi ces parti seraient différent des autres, si ces juifs se retrouvaient devant les tribunaux populaires d’Orangerouge ?
    Ces parti dont vous parlez sont de toute façon très faibles.

  • permalien
    16 janvier 2011 @20h02   « »

    The search for evidence

    Two weeks after the New Year’s Eve attack on the Two Saints Church in Alexandria and there is no end in sight to the investigations, reports Mohamed Abdel-Baky

    The perpetrators of the attack on the Two Saints Church have yet to be identified. No one has claimed responsibility for the deadly attack that killed 21 and injured a hundred more.

    Two reports are expected to be submitted to the prosecutor-general by the beginning of next week, one prepared by forensic experts affiliated to the Ministry of Justice, the second by the Ministry of Interior’s Department of Criminal Evidence.

    On Monday investigators in Alexandria finished questioning 85 witnesses, including those injured in the attack and the priest of the Two Saints Church, Father Maqar Fawzi. No one had witnessed the actual blast.

    The investigation has focussed on apartment rentals and hotel occupancy in the immediate vicinity of the bombing over the last three months, as well as examining the whereabouts of defendants in other cases to determine whether they were involved in the attack.

    One lead, centring on a man who had rented an apartment in the town of Dekheila, west of Alexandria, and who frequented a coffee shop and barber close to the bomb attack, has since been discounted.

    The investigation has also taken in a number of young Alexandrian bloggers on the social networking website Facebook who are reported to have predicted a catastrophe at the beginning of the year.

    Security officials say that the manner in which the crime scene was contaminated has made it almost impossible to glean clues from the site of the bombing. There have been reports that investigators only gained access to the scene at 3am because of the actions of angry Copts. Fire engines had also flooded the site of the explosion with water as they attempted to douse the flames caused by the explosion.

    The investigation was further delayed by the discovery of human remains on the roof of the mosque opposite the church eight days after the attack. They are currently being examined by forensic experts who believe they could belong to the bomber.

    The Ministry of Interior has distributed a portrait to the media reconstructed from remains found at the site of the blast. Surgeons were consulted to try to reconstruct the features of the face, thought to belong to a man in his 20s. The drawing is currently being used by Egypt’s immigration authorities and Interpol in the hope it might match with a recent entrant to the country. <...>

  • permalien
    16 janvier 2011 @20h04   « »

    <...> The head of Egypt’s forensic medical authority, Ahmed El-Sebaai, says the authority had nothing to do with the sketch of the suspect released by the Ministry of Interior. He questions the usefulness of such a portrait, pointing out that to be accurate such a reconstruction requires an intact skull. The prosecutor office has also distanced itself from the drawing. "The prosecution office has no information about the photo of the suspected perpetrator published in the media," said a statement released by Alexandria’s Attorney- General Yasser El-Refaai.

    Forensic evidence seems to indicate that the bomber may have detonated the explosive device too early. They may not have intended to kill themselves, or else wanted to enter the crowded church where the number of casualties would have been far greater.

    An electronic circuit and debris collected from the crime scene suggests that the bomber used a school or travel bag loaded with 20-25kg of high explosives, not a belt packed with between 10-15kg of TNT as police previously said.

    Life in the immediate vicinity of the attack is slowly returning to normal. Disturbances have all but stopped as demonstrators responded to calls by both Pope Shenouda III and the government to halt their protests. The street in front of the church is now open to the public.

    The government has allocated LE100 million for the purchase and installation of surveillance cameras across Alexandria and has increased security around churches, particularly during religious feasts.

    "Cameras will monitor all of the city’s access points, public squares and landmarks," said Amin Radi, chairman of parliament’s Defence and National Security Committee.

  • permalien une Tunisienne et fière de l etre :
    17 janvier 2011 @11h16   « »

    Message d’Alain Maratrat, realisateur et acteur francais
    par Moncef Ghachem, lundi 17 janvier 2011, 10:36
    Chers Amis
    C’est un des plus beaux moments de ces cinquante dernières années qu’il nous est permis de savourer avec vous . OUI vous avez gagné, OUI vous êtes la preuve que la détermination des Tunisiens a eu raison de l’injustice, OUI vous venez de donner un exemple au monde entier en faisant la nique à tous ces dirigeants technocrates de l’Europe qui sont restés muets à la main que vous tendiez.
    Vous nous montrez que le désir de votre peuple a permis de hisser haut et fort les valeurs réelles de la Tunisie, au nom de la liberté, au nom de la justice contre la corruption aidée par nos dirigeants complices, et quel bonheur que cet exemple vienne d’un pays musulman qui croit que l’homme est important mais qu’au -dessus de lui sont des valeurs bien plus élevées que ces valeurs matérielles avec lesquelles notre monde capitaliste endort de jour en jour l’âme de millions d’hommes.
    Le monde aura désormais les yeux fixés sur vous ! Vous tenez dans vos mains un joyau sans prix : l’Espoir ! Oui dans le cœur de beaucoup dont je fais partie il y aura maintenant la certitude qu’ il est encore possible de chasser des dirigeants traitres et renégats grâce à la voix d’hommes unis !
    Tout existe dans votre très beau pays pour construire une société plus juste, plus vraie et surtout plus authentique. Vous n’avez pas besoin des recettes de notre continent mourant et amnésique car nous avons la preuve maintenant que cette voie ne mène qu’à la misère humaine !
    Merci de nous avoir réveillés et que votre cœur vous guide pour cette haute tâche.
    Alain Maratrat
    Partager lu sur le facebook de Moncef Ghachem ; poete tunisien

  • permalien Nathan :
    23 janvier 2011 @17h29   « »

    L’Egypte détiendrait des preuves de l’implication d’un mouvement islamiste dans l’attentat contre l’église copte d’Alexandrie. Il s’agirait d’un groupe palestinien extrémiste lié à al-Qaida.

    http://english.aljazeera.net/news/m...

  • permalien bat :
    23 janvier 2011 @17h54   « »

    @ Nathan

    Pures allégations grotesques ! La dictature de Moubarak tente pitoyablement de se blanchir vis-à-vis de ses alliés occidentaux-sionistes, ils seront bien en peine de les étayer leur prétendues "preuves concluantes" fantaisistes, on va rire !
    Bientôt on va attribuer la responsabilité des tsunami, des cyclones, des typhons, des tremblements de terre, des éruptions volcaniques en Islande ou du réchauffement climatique à Army of islam ou au Hezbollah !
    Et la crise financière mondiale, c’est pas eux aussi qui auraient fait le coup non ?

  • permalien Nathan :
    23 janvier 2011 @18h02   « »

    A noter que le chef de ce mouvement islamiste basé à Gaza a nié avoir commis cet attentat mais il tire son chapeau à ceux qui ont massacré une vingtaine de Coptes.

    Mumtaz Doghmosh, the leader of the group’s main faction, told Al Jazeera that the Army of Islam had no connection with the attack, according to spokesman Abu Mousab.

    But the Reuters news agency also quoted a spokesman for the group who said "we praise those who did it".

  • permalien bat :
    23 janvier 2011 @18h22   « »

    @ Nathan

    C’est vrai que comme l’on peut prendre pour vérité scientifique ce qui est écrit dans la bible, on peut aussi prendre pour vérité factuelle ce rapporte Reuters, il sont réputés pour leur neutralité et leur déontologie journalistique d’ailleurs...

  • permalien bat :
    26 janvier 2011 @07h27   « »
    Le Proche-Orient après la révolte populaire tunisienne

    Hilarary Clinton est manifestement une adepte de la méthode Coué, a en croire le refrain de "tout va très bien Mme la marquise" qu’elle a entonné hier lors d’une conférence de presse, déclarant sans rire : "le gouvernement de l’Égypte est stable", stable en effet, mais jusqu’à quand ?

    Des douzaines de milliers de manifestants ont défilé hier au Caire, à Suez et dans plusieurs grandes villes d’Égypte en réponse à un appel national de protestation contre le régime de la dictature Moubarak, manifestations qui se sont poursuivies jusqu’après minuit. Face a eux le régime a déployé des effectifs de police anti-émeutes surréalistes se chiffrant en dizaines de milliers également ! Moubarak est en guerre contre son peuple de toute évidence ! Seulement, contrairement à ce qu’avaient prévu ces fascistes antisociaux, le nombre des manifestants les a dépassé très largement, les photos prises cette nuit en attestent et sont très impressionnantes. Il est a noter que les Frères Musulmans n’ont délibérément pas pris part au mouvement bien que le soutenant, afin de ne pas fournir de prétexte facile au pouvoir. lorsqu’ils vont s’y mettre eux aussi, ça va être quelque chose ! Les organisateurs de ces manifestations appellent à une grève générale de deux jours mercredi et jeudi.

  • permalien Yvan :
    26 janvier 2011 @07h34   « »

    Manifestations en Egypte : les USA appellent Le Caire à agir "pacifiquement"

    "Nous surveillons de près la situation en Egypte. Les Etats-Unis soutiennent le droit fondamental de chacun à la libre expression et au rassemblement", a expliqué Philip Crowley, le porte-parole du département d’Etat dans un communiqué.

    "Toutes les parties devraient faire preuve de retenue et nous appellons les autorités égyptiennes à traiter ces manifestations pacifiquement", a-t-il ajouté.

  • permalien bat :
    26 janvier 2011 @08h38   « »

    @ Yvan

    C’est très mal parti pour ça, deux manifestants ont été tués et plusieurs autres ont été blessés par balles hier et cette nuit...

  • permalien une bille :
    26 janvier 2011 @13h19   « »

    Certains s’imaginent que ces slogans sont en français :


    ... ce n’est pas du français, c’est la langue des patrons du FMI de l’OMC et BCE.

  • permalien bat :
    26 janvier 2011 @14h05   « »

    Calme pesant en Égypte...

    Alors que les affrontements se sont terminés tôt ce matin, de nouvelles manifestations seraient attendues aujourd’hui après midi, le ministère égyptien de l’Intérieur a pour sa part indiqué mercredi qu’il interdisait toute nouvelle manifestation, le site de micro-blogs Twitter a en outre indiqué que son site a été bloqué en Égypte depuis mardi aux environs de 16H00 GMT ainsi que les applications liées à ce service.

    Quelque 200 personnes ont été arrêtées mardi lors des manifestations, dont 70 au Caire, où un policier a été tué, et 50 à Suez, à une centaine de km à l’est de la capitale, où trois manifestants sont morts, selon les services de sécurité.

    Des témoins ont observé l’arrivée massive au Caire de renforts de forces l’ordre dans la matinée de mercredi.

    Le site arabophone Akhbar al-Arab rapporte que le fils du dirigeant égyptien, Gamal Mubarak, son épouse et leur fille auraient quitté le pays mardi pour le Royaume Uni, serait-ce un hasard du calendrier ou un signe du début de la fin ?

    Les manifestations commenceraient à reprendre comme annoncé au Caire et d’autres villes égyptiennes, rapportent les sites de l’opposition égyptienne, qui font états de heurs violents avec les forces de l’ordre.

  • permalien jc :
    26 janvier 2011 @17h13   « »

    D’après ce que rapporte Jack Shenker, le correspondant au Caire du Guardian, qui a lui même été arrêté et battu par la police tôt ce matin, et un site de l’opposition égyptienne, la Birmanie fait figure d’un doux paradis aujourd’hui, en comparaison de l’Égypte. Selon eux simplement circuler dans la rue relève du plus pur héroïsme, la police est déchaînée et tape sur tout ce qui bouge sans motif et sans aucun discernement ! Des femmes, des journalistes, des avocats, des représentants d’ONG ont été sauvagement agressés et arrêtés ! Une chaine de TV a été fermée pour avoir simplement rapporté les manifestations d’hier. Après Twitter hier c’est au tour de Facebook d’avoir été bloqué. Malgré tout cela des égyptiens manifestent dans pas mal de villes et se heurtent aux forces de police !


    Le Caire aujourd’hui (The Guardian)

  • permalien Nathan :
    26 janvier 2011 @17h51   « »

    C’est vrai que le soulèvement populaire en Egypte fait penser à celui qui eut lieu en Iran en 2009. Et la police égyptienne a presque la main aussi lourde que les sinistres bassijis. Jon Leyne, le journaliste de la BBC, qui a l’époque fut gentiment prié de quitter l’Iran par la dictature islamique couvre maintenant les manifestations en Egypte.

    http://www.bbc.co.uk/news/world-afr...

  • permalien jc :
    26 janvier 2011 @18h45   « »

    Si ce n’est qu’en Iran les manifestants étaient les marionnettes des Ricains et qu’en Égypte ce sont les flics qui sont leurs marionnettes ! Mais c’était peut être de l’humour ?

    Dans le registre de l’humour aussi, peut être mal placé mais bon... Au Caire :

    A 3 ou 4 contre 1 le risque c’est de se taper dessus...

  • permalien Yvan :
    26 janvier 2011 @23h17   « »

    Moubarak & fils en train d’être lâchés par la "communauté internationale" :

    Les Occidentaux réagissent après les violentes manifestations contre le régime en Egypte | RFI

    Sans détour, les Etats-Unis exhortent le gouvernement égyptien à écouter les aspirations de sa population et à respecter les droits démocratiques. Le ton du communiqué de la Maison Blanche est inhabituellement ferme et il a été publié quelques heures après un discours du président Obama, qui assure que « les Etats-Unis d’Amérique sont solidaires des Tunisiens et soutiennent les aspirations démocratiques de tous les peuples ».
  • permalien jc :
    26 janvier 2011 @23h38   « »

    J’ai lu aussi cette dépêche de RFI dans laquelle, soit il y a une coquille, soit son rédacteur a quelques faiblesses en géographie à mon sens... Entre la déclaration d’Obama et le titre de la dépêche, le rapport m’échappe !

    M’enfin toujours est-il qu’en Égypte avec la tombée de la nuit on rapporte que les troubles auraient repris pour de bon, c’est à nouveau la guerre comme la nuit dernière, avec une tactique différente des manifestants, mais le même niveau de violence si ce n’est pas pire... Les choses ne s’arrangent pas semble-t-il pour notre bon papy Moubarak !

  • permalien jc :
    27 janvier 2011 @00h02   « »

    Illustration :

  • permalien Yann :
    27 janvier 2011 @01h36   « »

    @ Yvan,

    Les Etats-Unis et leurs laquais européens ne lâcheront Moubarak que s’ils sont sûrs que le dictateur ne leur sert plus à rien.

    Bref, pas avant sa fuite.

  • permalien jc :
    27 janvier 2011 @04h39   « »

    A en juger par ce qu’ils ont fait cette nuit, les jeunes Égyptiens sont vraiment courageux ! Chapeau ! Ils méritent vraiment d’obtenir satisfaction ! Rien que de penser que plus des 3/4 des dirigeants de la planète soutiennent ce régime de brutes barbares depuis 30 ans est à vomir !

  • permalien K. :
    27 janvier 2011 @08h46   « »

    Assaad Abou Khalil :

    C’est au sujet d’Israël, et non de Moubarak.

    La stratégie israélienne au Moyen-Orient a fermement reposé sur la permanence de la dictature Sadate-Moubarak.

    Il en va de la sécurité du terrorisme et de l’occupation israéliennes.

    Les États-Unis le savent, et Moubarak sait que les États-Unis le savent.

  • permalien K. :
    27 janvier 2011 @09h22   « »

    L’autre territoire occupé par Israel, le Congrès US, donne de la voix :

    "All I could say this morning is that Egypt has been an extremely important ally of ours since Anwar Sadat, and we’re all watching these developments in Cairo very carefully,"

    Que Obama puisse s’opposer au “lobby pro-israélien” serait une première d’autant plus étonnante qu’il est en position de faiblesse politique.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @08h19   « »
    Ryad fait des soldes...

    Une occasion à saisir pour ces Messieurs les tyrans !

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @11h30   « »

    Alors que l’Occident unanime nous rejoue les Pons Pilate, la répression du tyran égyptien contre son peuple s’en donne à cœur joie, internet coupé, tous les responsables du Muslim Brotherhood arrêtés, des milliers de manifestants arrêtés arbitrairement sans autre forme de procès, et toutes les forces de répression mobilisées pour mater les manifestations attendues après les offices religieux, des témoins rapporteraient même des mouvements de troupes...
    Quand on a carte blanche et la bénédiction de ces faux culs de Yankee et de leurs valets de UE, pourquoi se gêner ?

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @12h01   « »

    Réseau internet coupé :

    Réseau de téléphonie cellulaire également, la presse et la TV OUT aussi...

    Avant hier soir, ils ont carrément coupé le jus au Caire...

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @15h38   « »

    La situation basculerait en Égypte, la police commencerait à changer de camp
    El-Watan

    Plusieurs sources rapportent que des policiers commencent à se joindre aux manifestants, un peu partour en Egypte, selon le journaliste du guardian sur place, alors que la place Tahrir au Caire a été deserté par la police et occupée par les manifestants.

    Les quatre journalistes français, interpellés vendredi matin au Caire par les autorités égyptiennes, ont été libérés, a déclaré à l’AFP Philippe Gelie, un rédacteur en chef du journal Le Figaro dont un collaborateur figurait parmi les personnes arrêtées

    Selon Al Jazeera, plusieurs véhicules de police en flammes à Alexandrie

    Le président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée, également membre du Parti national démocrate au pouvoir, a appelé vendredi le président Hosni Moubarak à "des réformes sans précédent" pour éviter une "révolution" en Egypte

    Selon Al Arabiya, tous les quartiers du Caire manifestent, soit 10 millions d’habitants.

    Les choses deviennent complètement hors de contrôle à Suez, les manifestant ont brûlé le commissariat d’Al Arbaeen

    Dans la ville de Suez, des manifestants, bien plus nombreux que les policiers, prennent contrôle de la place centrale.

    Les manifestations contre le régime du président égyptien Hosni Moubarak s’étendaient à travers tout le Caire en début d’après-midi, après la prière hebdomadaire du vendredi, au quatrième jour de la mobilisation

    De violents heurts opposent manifestants et forces de police dans la ville de Ariche au nord du Sinaï.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @16h35   « »

    Le site du Muslim Brotherhood rapporte que la ville d’Alexandrie serait sous contrôle de l’insurrection populaire. ( "Libérée" (sic) )

  • permalien qlq1 :
    28 janvier 2011 @17h28   « »

    même si le régime de Barack ne tombe pas par ,un KO il le sera pas points..

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @19h06   « »

    Le site du Muslim Brotherhood rapporte également l’entrée en scène de l’armée, avec des scènes fraternisation avec les foules insurgées, il cite des combats très violents faisant rage entre les insurgés et les forces de sécurité du régime dans la capitale, ainsi que des milices du régime semant le chaos dans plusieurs villes d’Égypte et banlieues du Caire.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @22h34   « »

    Alors que la TV d’état égyptienne vient d’annoncer une déclaration importante imminente, le site du Muslim Brotherhood rapporte que Mubarak aurait jeté l’éponge.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @23h07   « »

    Le site du Muslim Brotherhood rapporte que la famille de Mubarak aurait fui le pays.

  • permalien K. :
    28 janvier 2011 @23h37   « »

    Jc, le discours a pris fin il y a 5 minutes.

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @00h03   « »

    Les commentateurs observent que tout laisse à supposer que le discours de Mubarak était enregistré, fort possiblement d’assez longue date, ce discours a été annoncé — en direct par contre — par le porte parole du parti au pouvoir. Dans ce discours, aucun des derniers développements, couvre-feu, entrée de l’armée au Caire, etc. n’est évoqué, confirmant l’hypothèse des commentateurs que ce discours a été très probablement enregistré — au cas où — il y a déjà pas mal de temps et aurait été diffusé par le parti du pouvoir afin de tenter en dernière extrémité de ne serait-ce que temporiser... Cela n’empêche bien évidemment pas les foules de huler "Mubarak dehors !"...

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @00h18   « »

    Je pense d’ailleurs — comme le Muslim brotherhood — que ce discours TV ne mérite même pas d’être commenté, c’est une pitoyable dernière cartouche médiatique, tentant désespérément de sauver un régime qui est déjà mort.

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @00h23   « »

    @ K.

    Ouais merci ! J’étais en train de l’écouter.

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @00h31   « »

    Un parlementaire du parti du pouvoir, interviewé à propos de ce "discours", indique qu’à titre personnel il n’y croit pas, et n’y voit aucune utilité ! C’est pour dire...

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @01h57   « »

    Pour les amateurs de discours surréalistes :

    - celui de Mubarak
    - celui d’Obama

    "Le Muslim Brotherhodd rejette le discours du dictateur et fait vœu de continuer à soutenir les protestations jusqu’à un changement de régime."

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @05h05   « »

    Certains commentateurs qualifient l’attitude du tyran égyptien de stupide et suicidaire.
    - Il a coupé les réseaux internet et de téléphonie cellulaires poussant les derniers qui ne ne l’étaient pas déjà à descendre dans la rue !
    - Il a ordonné à l’armée de prendre place dans les villes, alors que les manifestants et le Muslim Brotherhood réclamaient leur intervention à corps et à cri !
    - Il a déclaré un couvre-feu alors que la police ne contrôlait plus rien et était en train de se faire lyncher, offrant aux foules déchaînées une preuve inespérée que l’autorité du régime était brisée !
    - Il a fait diffuser à la TV un discours surréaliste où il roule des mécaniques comme du temps où le régime terrorisait son peuple, alors que plus personne n’a peur de ces brutes, galvanisant par cette provocation encore plus la colère du peuple, déjà enhardi par la réussite d’un mouvement auquel ils n’osaient plus croire !

    Espérons pour lui que le vieux tyran, si ce n’est déjà fait, et si c’est encore possible, aura la lucidité de fuir d’urgence le pays, car si la foule lui met la main dessus, ils vont en faire du pâté !

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500

Ajouter un commentaire