Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > La France « ennemi global » au Sahel

La France « ennemi global » au Sahel

lundi 10 janvier 2011, par Philippe Leymarie

Ça passe, mais ça casse ! La nouvelle « leçon » infligée aux kidnappeurs présumés AQMI [1] du Niger débouche dans l’immédiat, une fois encore, sur des pertes en vies humaines, notamment celles des jeunes otages. La France fait figure désormais de « grand Satan » aux yeux des desperados du désert sahélien, avec rang d’« ennemi global », au point que – selon le Quai d’Orsay – « aucun endroit ne peut plus être considéré comme sûr dans le Sahel ». Le rôle de matamore n’est pas pour déplaire au président français Nicolas Sarkozy, qui revendique haut et fort son devoir de fermeté, adoptant volontiers un profil « bushien » face aux terroristes du Sahel comme aux pirates de Somalie ou aux insurgés d’Afghanistan.

Levons tout de suite un préalable : sauf révélation extraordinaire, les deux jeunes Français enlevés vendredi soir, et exécutés le lendemain – dans l’affolement d’une poursuite échevelée – ne peuvent être plus innocents. Les malheureux ont été kidnappés au hasard, avec facilité, tard un soir de week-end, dans un petit restaurant de la capitale nigérienne [2], simplement parce qu’ils étaient blancs, et fréquentaient un établissement français… Et ils ont été éliminés sans pitié.

Sauf à considérer :

- que la perspective du mariage d’un jeune Français avec une Nigérienne serait une agression culturelle (en supposant bien sûr que ce fait aurait été connu des ravisseurs, ce qui est douteux aussi) ;

- que l’existence de ce petit restaurant régional français, « Le Toulousain », dans un quartier de Niamey, serait à elle seule une provocation ;

- que la présence d’étrangers, quels qu’ils soient, dans une capitale comme Niamey, paraîtrait dommageable et insupportable à certains ;

- que des personnels d’ONG (l’un des deux jeunes était employé par Aide médicale internationale) seraient une cible naturelle et légitime pour ceux qui prétendent nettoyer le terrain de tout « croisé »...

... on ne peut que conclure, comme Libération ce lundi, que « la responsabilité de cet assassinat repose sur les assassins ».

Cela va de soi, mais cela va encore mieux en le disant. Un débat – bien sûr légitime ! – sur l’enchaînement des faits, des appréciations et des décisions ne doit pas faire oublier la cause immédiate du drame. De même, le recours à une grille d’analyse globale, s’appuyant sur les causes socio-historiques profondes, établissant des responsabilités à tous les étages, ne peut exonérer de leur action les auteurs de la prise d’otages de ces derniers jours : leurs motivations, et encore plus leurs comportements et modes d’action sont détestables et condamnables. Et basta !

Signal clair et fort

Lundi matin, il y avait une belle unanimité sur ce plan au sein de la classe politique française, du Figaro à François Hollande, où chacun félicitait le pouvoir pour sa fermeté, à un bémol près : « Que ce soit au Sahel ou en Afghanistan, la politique étrangère de la France est-elle en partie responsable des menaces qui pèsent sur ses intérêts ? », s’est interrogé le quotidien communiste L’Humanité.

Mais donc, voilà que dans le Sahel où il était sérieusement pointé du doigt depuis quelques mois, Paris réagit fort et vite, et « assume pleinement » – selon le mot d’un Alain Juppé, ministre de la défense, qui trouve enfin une occasion de s’affirmer, voulant envoyer un « signal fort » : cette dernière expression a souvent été employée ces jours-ci par les décideurs français.

Substance du message : on ne cède pas, ou plus, aux chantages et autres menaces. Et, du coup, on met au second plan dans la réalité des faits la sauvegarde des vies d’otages. On peut d’ailleurs se demander, au passage, si pareille fermeté serait mise en avant au cas où, par exemple, un homme d’affaires, un journaliste, ou un diplomate (et non un petit employé d’une ONG, ou un simple touriste) serait pris en otage.

Samedi, l’ordre d’intervention avait été donné directement par le président Nicolas Sarkozy, avec l’engagement d’avions de patrouille basés à Niamey, ainsi que d’hélicoptères avec les commandos des forces spéciales stationnés au Burkina et au Mali depuis quelques semaines, en vue d’une éventuelle opération de libération des membres du personnel d’Areva déjà détenus en otages. Après l’échec d’une première course-poursuite entamée aussitôt après l’enlèvement par les Forces d’intervention et de sécurité nigériennes (FNIS), qui ont déploré plusieurs morts, ces commandos français ont établi un « bouchon » près de la frontière malienne, sur lequel ont buté les ravisseurs des deux Français samedi soir : en difficulté face aux soldats du COS français qui les poursuivaient jusqu’en territoire malien, ils auraient préféré supprimer les otages plutôt que les relâcher [3].

Feuilleté de vengeances

Les responsables militaires français apprécient de manière contradictoire le bilan de l’opération au Niger. Pour le porte-parole de l’état-major, bien que menée avec le professionnalisme nécessaire, celle-ci ne peut être qualifiée de « succès » puisque son but était avant tout de libérer les otages, et non de « faire du bilan sur l’AQMI ». Mais pour un haut responsable militaire, cité par Jean Guisnel, il convient d’insister au contraire sur le fait que « l’opération d’enlèvement a échoué », le message clair et fort envoyé par les autorités françaises ayant été : « Ça suffit ! Nous vous détruirons malgré les risques que cela comporte pour les otages ». En ce sens, malgré la mort des compatriotes, l’opération aurait été « réussie »

Remarque : ce genre de message « clair et fort » est de nature à calmer quelques ardeurs guerrières en face, mais peut aussi radicaliser certains comportements, l’une ou l’autre katiba (phalange, groupe) d’AQMI ajoutant une couche supplémentaire à l’actuel feuilleté de vengeances qui fait son miel ordinaire. De plus, cette action « claire et forte » n’est pas très rassurante pour le sort ultérieur des cinq Français et du Malgache d’Areva ...

Autre remarque : la rhétorique évoquée plus haut avait déjà été employée, en août 2008, par un officier supérieur français, pour tenter de renverser les critiques des médias après la mort de neuf soldats français dans l’embuscade d’Uzbeen, en Afghanistan, qu’il présentait au contraire comme un succès militaire.

Il s’agissait du général Benoît Puga, chargé à l’époque de la conduite des opérations à l’état-major. Il est aujourd’hui chef d’état-major particulier du président de la République : c’est lui qui coordonne la collecte d’informations et prépare les décisions au sommet, notamment dans les domaines « réservés », comme ces affaires d’otages, dont la gestion est toujours délicate, et pour lesquelles les plus hautes autorités d’un pays ont beaucoup à perdre ou à gagner – c’est selon.

Les moulinets du président

Le chef de l’Etat français, ainsi conseillé, aime à faire le petit coq : il l’a encore prouvé fin décembre, en lançant un ridicule « ultimatum » à Laurent Gbagbo, en Côte d’Ivoire, qui n’a eu aucune suite (comme la plupart des défis que se lancent depuis six semaines les deux parties). Or, si quelqu’un devait faire « profil bas », dans l’affaire ivoirienne, et éviter toute glissade, interprétation, etc., c’est bien la France, qui a quelques épisodes à faire oublier dans ce pays. Et n’avait pas besoin de servir à l’ancien socialiste Gbagbo un argument pour alimenter ses couplets plus ou moins creux de dénonciation du néo-colonisateur, de bataille pour l’indépendance économique, l’africanité, l’ivoirité, etc.

Le président français avait également fait des moulinets lors des prises d’otages au large de la Somalie – Ponant, Tanit – avec, dans ce dernier cas, un assaut donné avant que le voilier concerné ne gagne les eaux territoriales somaliennes. C’est un cas de figure comparable à celui de la poursuite de samedi dernier au Niger : il s’est agi, en décidant d’intervenir, d’empêcher coûte que coûte que ravisseurs et otages ne puissent se réfugier de l’autre côté de la frontière, dans la « zone grise » des confins du Mali (où se trouveraient actuellement les six otages français et malgache d’Areva).

Et Nicolas Sarkozy avait encore poussé le bouchon un peu loin, en juillet dernier, accusant AQMI d’avoir exécuté l’otage Michel Germaneau. Or, d’après les indications que vient de rassembler notre confrère Jean-Dominique Merchet –, il serait mort en fait de maladie, deux semaines avant le raid franco-mauritanien du 22 juillet lancé en territoire malien pour tenter de le récupérer. Mais, bien sûr, on ne prête qu’aux riches …

Porte de l’enfer

Par ailleurs, ce sont donc des commandos français qui ont relancé et cherché à conclure la poursuite, jusqu’en territoire malien, après les tentatives de leurs collègues nigériens. En juillet dernier, des soldats ou agents français avaient également agi de concert avec des Mauritaniens, pour un raid au Mali (qui n’avait pas permis de retrouver Michel Germaneau, mais avait coûté la vie à plusieurs combattants d’AQMI). C’est d’ailleurs ce raid qui semble avoir déclenché le cycle de représailles actuelles : Abdelmalek Droukel, un des hommes forts de cette mouvance, avait alors affirmé que « Sarkozy [avait] ouvert une porte de l’enfer à son peuple » .

En tout cas, des soldats français, dans plusieurs pays du Sahel, sont aujourd’hui en position de se substituer aux moyens, sinon aux autorités locales et régionales. C’est un legs de la colonisation, et de la coopération étroite qui s’en est suivie, notamment sur le plan militaire. Mais cela pose le problème de la souveraineté de ces Etats ; et de la « légitimité » de la présence de certains intérêts étrangers (comme celle d’Areva, la compagnie française qui exploite les mines d’uranium au nord du Niger, dont plusieurs membres du personnel sont détenus par AQMI).

Focalisation antifrançaise

Une note des services français de renseignement, dont la teneur avait été publiée par Le Monde le 21 septembre dernier, recensait les raisons de l’actuelle « focalisation antifrançaise » dans la région du Sahel, due à une conjonction d’éléments, notamment :

- l’expédition franco-mauritanienne contre un camp d’AQMI au Mali le 22 juillet dernier ;

- la présence militaire française qui se poursuit en Afghanistan ;

- le vote le 14 septembre de la loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics ;

- une diplomatie jugée dans l’ensemble plutôt pro-israélienne.

On sait que, défaite pour l’essentiel en Afghanistan et en Irak, pourchassée jusqu’à un certain point au Pakistan, en Arabie saoudite et jusqu’en Tchétchénie, la mouvance Al-Qaida a refait surface :

- au Yémen (où elle est combattue par le gouvernement local, avec le soutien technique de l’armée américaine) ;

- en Somalie (où elle joue sur l’anarchie et les divisions régnant dans ce pays, mais reste sous la menace des soldats américains déployés à Djibouti) ;

- et donc dans le Sahel ouest-africain : l’allégeance de l’ex-Groupe pour la prédication et le combat (GSPC), avec sa demi-douzaine de katibas autonomes, son encadrement en majorité algérien, et ses quelque 400 combattants d’origine mauritanienne ou touarègue (du Mali ou du Niger), font de cette zone des confins sahariens, immense, très peu habitée et administrée, un refuge commode pour les rebelles qui ont surtout survécu grâce à des trafics illégaux : otages, armes, drogues.

Notes

[1] Al-Qaida au Maghreb islamique.

[2] L’un des deux, résidant en République centrafricaine, venait se marier à Niamey ; l’autre n’y était pas arrivé depuis plus de trois heures, et devait être témoin de cette union.

[3] Sous réserve d’une enquête plus approfondie sur les conditions de leur mort.

39 commentaires sur « La France “ennemi global” au Sahel »

  • permalien
    10 janvier 2011 @20h42   »

    Philippe Leymarie :

    <...> force est de conclure, comme Libération ce lundi, que « la responsabilité de cet assassinat repose sur les assassins ». <...>

    Ah pour sûr ! Le tout étant de savoir tout de même qui sont les assassins, ou pour être plus clair qui a tuer ces deux malheureux otages effectivement innocents, et à n’en pas douter victimes, et pour le compte de qui. N’est-ce pas pour le moins étonnant que les médias propagandistes à la botte du pouvoir néo-colonial français aient insisté sur le fait que ce seraient les ravisseurs qui auraient tué les otages ? Et même si c’était exact et que ce ne seraient pas les militaires nigériens agissant pour le compte et avec l’aide de la France, ne serait-ce pas la fanfaronnade imbécile du pouvoir français qui les auraient voués à une mort certaine, les auraient tués pour être clair, tout cela pour des petit intérêts de communication et d’image hexagonale ? Comment en outre s’étonner que les Français mêmes les plus innocents, ni colons, ni militaires, ni missionnaires, deviennent des cibles quand les irresponsables à la tête de leur État accumulent provocation sur provocation, en menaçant des pays pacifiques et en leur faisant une guerre économique ouverte, en s’alliant à des régimes criminels, ou simplement en adoptant des mesures discriminatoires provocatrice vis-à-vis des populations françaises musulmanes ?

  • permalien alahnaf@gmail.com :
    10 janvier 2011 @22h08   « »

    Le cercle vertueux de lutte contre "les barbares" inauguré par Bush et prolongé par son alter ego français(Sarko), montre la stupidité de cette posture et plus grave encore la mise en danger de notre sécurité. La France était préservée jusqu’à 2007 des conséquences désastreuses de la politiques de Bush, Blaire et Aznar. tous ces petits princes ont menti à leurs peuples et ont engagé en leurs noms la plus abjecte des guerres en tuant des enfants, des vieillards et des femmes irakiens. Au moment où ces peuples se sont aperçus de l’ineptie et de la supercherie de leurs dirigeants en adhérant bêtement à une vision apocalyptique de lutte du bien contre le mal, voilà que notre champion nationale leur tend une main secourable pour sauver " l’occident" contre la barbarie... Il réduit la France à un rôle de supplétif, en opérant un retour au sein de l’OTAN, en envoyant nos soldats en Afghanistan, en soutenant la politique agressive et illégale d’Israël, en adoptant une posture communautariste en vociférant contre les voyous des quartiers et en expulsant les Roms et enfin de dénoncer un soi-disant plan d’épuration religieuse contre les coptes d’Égypte.
    On voudrait savoir seulement si ce plan était organisé par son ami et complice Mubarek, surnommé pour les besoins de la cause " la vache qui rit".
    Sarkozy n’est pas seulement un danger pour la sécurité individuelle et nationale des français mais c’est un danger pour la sécurité et la paix mondiale. Ils nous embarquent dans des conflits dont on en a cure et contre productive et dangereuse par dessus du marché.
    Il est vrai que le syndrome autoritaire perceptible à la manière dont Sarkozy exerce le pouvoir, appauvri la démocratie et autorise tous les débordements. Il témoignerait d’une faible teneur idéologique genre, tolérance zéro, lutte contre le terrorisme etc... On ne saurait cependant souscrire à la position du rédacteur de cet article qui impute une certaine légitimité à la position de Sarko concernant l’assassinat des deux jeunes au Niger... Le glissement observé dans les qualifications des responsabilités, décrites amplement par l’auteur, témoignerait d’un consensus voulu sinon subi et traduirait de facto une équanimité avec la position officielle. Cet alignement pour dénoncer la barbarie d’un méchant terroriste face à une sagesse d’un pouvoir constitué relèverait de l’insinuation d’un doute profond qu’une société a d’elle même. Nous refusons les raccourcis Sarkoziens, lequel il croit agir contre le terrorisme en mettant la vie de ses concitoyens en danger, mais en réalité, il s’agite !...
    On est en droit de s’interroger s’il serait capable de déclencher l’assaut ou la poursuite des terroristes s’il s’agissait de son fils ou du fils de Fillon....

  • permalien K. :
    10 janvier 2011 @23h45   « »

    M. Leymarie, vous écrivez :

    au Yémen (où [AQ] est combattue par le gouvernement local, avec le soutien technique de l’armée américaine)..

    Est-ce que la participation directe de l’armée américaine, confirmée par un cable wikileaks, se définit comme du “soutien technique” ?

    Ne serait-il pas utile alors de faire preuve pour les civils du Moyen-Orient de la même compassion que pour les civils français et de préciser ce “soutien technique” est responsable de la mort de civils innocents ?

    Le Yemen est qualifié ici de “nouveau Pakistan”. Il faut savoir que selon un rapport de 2009 de la “Brookings Institute” (1), éminent membre de l’establishment US s’il en est, il faut tuer au moins 10 civils au Pakistan pour tuer un terroriste.

    (1) brookings.edu/opinions/2009/0714_targeted_killings_byman.aspx ?p=1

  • permalien Lou :
    10 janvier 2011 @23h48   « »

    Paul Quilès

    Lundi, l’ancien ministre socialiste de la Défense, Paul Quilès s’est interrogé sur les circonstances de l’opération militaire franco-nigérienne pour tenter de libérer les deux otages, opération soutenue par la grande majorité de la classe politique.
    "Je suis moins affirmatif que tous ceux qui s’expriment avec semble-t-il des certitudes que nous n’avons pas. Quelle certitude avons-nous sur l’origine des ravisseurs ? Sur la façon dont la décision a été prise ? Quel était le risque encouru ?", s’est-il interrogé sur France Inter.
    "De tout ceci, nous ne savons rien. Donc il est difficile de dire de façon péremptoire : oui, c’est cela qu’il fallait faire", a-t-il poursuivi, souhaitant "qu’il y ait des réflexions à froid sur cette question du terrorisme".

  • permalien K. :
    10 janvier 2011 @23h53   « »

    Précision :

    ...il faut, au Pakistan, que l’armée américaine (ou la CIA) tuent au moins 10 civils au Pakistan pour tuer un terroriste.

  • permalien K. :
    11 janvier 2011 @00h15   « »

    Pardon d’insister :

    David Kilcullen est un expert en contre-insurrection qui a travaillé pour le général Petraeus en Irak et est aujourd’hui conseiller du Département d’Etat. Il a montré que 2% pour cent des personnes tuées par les avions-robots au Pakistan sont des jihadistes. Les autres 98 pour cent sont aussi innocents que les victimes du 9/11.

    Et même si réellement il ne s’agissait que d’un soutien technique sans participation directe (ce qui n’est absolument pas le cas), ne serait-il pas bon de préciser qu’à coté pratiquement rien n’est fait pour un soutien au développement de ces pays, soutien qui diminuerait d’autant les recrues de AQ ou au moins inciterait les habitants de la région à les combattre résolument ?

    Les « effets surdimensionné » du Pentagone - par opposition au Département d’Etat - sur la politique étrangère américaine est devenue une préoccupation majeure des défenseurs des droits humains et d’autres critiques qui affirment que les relations de Washington avec la plupart des pays en développement sont devenus de plus en plus « militarisées » depuis le fin de la guerre froide.

  • permalien nico :
    11 janvier 2011 @00h52   « »

    je trouve dommage que l’article n’insiste pas plus sur d’une des raison possible de tout cela, la presence d’areva au Niger. Souvent l’ideologie masque des raisons beaucoup plus terre à terre. Le Niger possede de grande reserve d’uranium. C’est pour moi, en dernier analyse, pour cela que ces 2 francais ont ete tues, pour l’uranium.He oui, on voit plus le petrole dans l’oeil americain que l’uranium dans celui des francais. Mais le schema reste le meme, l’enjeu, au Niger comme en Irak, c’est les ressources et leur controle. Voila ce qu’on peut lire sur le site d’areva : mouraren devrait à terme être la plus importante mine d’uranium à ciel ouvert d’Afrique et la deuxième au monde. La production, prévue pour durer plus de 35 ans, atteindra 5 000 tonnes par an et permettra au Niger de se placer au deuxième rang mondial des pays producteurs d’uranium, en doublant sa production actuelle.

  • permalien Drame Salah :
    11 janvier 2011 @02h22   « »
    En France, combien d’anti-français ?

    Sans vouloir retourner le couteau dans la plaie, je crois que de plus en plus de français résidant en France ne supportent plus la France telle que la représente le pouvoir actuel, et ce même à considérer seulement les français de souche
    Comment pourrait-il en être autrement dans des pays affamés qui fournissent la France en combustibles et/ou minéraux essentiels ? (d’autant plus essentiels que la Chine réduit ses exportations dans certains de ces minéraux)
    En développant son discours contre la repentance à l’usage interne du FN, la présidence française à jeté avec persévérance de l’huile sur le feu de la rancune anticoloniale.
    Le FN choisira son chef dans les semaines qui viennent. Le gouvernement et la présidence glosent sur une année utile pour avant tout favoriser le vote utile en 2012 et éviter un 2002 à l’envers. Gageons que la rhétorique antiterroriste élyséenne va faire des étincelles au Sahel uniquement pour les beaux yeux de l’électorat FN - Nouvelle Droite - pseudo UMP.
    La France s’apprête à se tirer dans le pied, voire dans les deux pieds si c’est possible. On ne peut rien y faire.

  • permalien jj :
    11 janvier 2011 @08h36   « »

    Ce message était de moi, pardonnez-moi pour l’orthographe et la grammaire catastrophiques...

    “<...> force est de conclure, comme Libération ce lundi, que « la responsabilité de cet assassinat repose sur les assassins ».”

    Ah pour sûr ! Le tout étant de savoir tout de même qui sont les assassins, ou pour être plus clair qui a tué ces deux malheureux otages effectivement innocents, et à n’en pas douter victimes, et pour le compte de qui. N’est-ce pas pour le moins étonnant que les médias propagandistes à la botte du pouvoir néocolonial français aient insisté sur le fait que ce seraient les ravisseurs qui auraient tué les otages ? Et même si c’était exact et que ce ne seraient pas les militaires nigériens agissant pour le compte et avec l’aide de la France, ne serait-ce pas la fanfaronnade imbécile du pouvoir français qui les aurait voués à une mort certaine, les aurait tués pour être clair, tout cela pour des petits intérêts de communication et d’image hexagonale ? Comment en outre s’étonner que les Français mêmes les plus innocents, ni colons, ni militaires, ni missionnaires, deviennent des cibles, quand les irresponsables à la tête de leur État accumulent provocations sur provocations, en menaçant des pays pacifiques et en leur faisant une guerre économique ouverte, en s’alliant à des régimes criminels, ou simplement en adoptant des mesures discriminatoires provocatrices vis-à-vis des populations françaises musulmanes ?

  • permalien alahnaf@gmail.com :
    11 janvier 2011 @09h16   « »

    Bonjour,
    Le cercle vertueux de lutte contre "les barbares" inauguré par Bush et prolongé par son alter ego français(Sarko), montre la stupidité de cette posture et plus grave encore la mise en danger de notre sécurité. La France était préservée jusqu’à 2007 des conséquences désastreuses de la politiques de Bush, Blaire et Aznar. tous ces petits princes ont menti à leurs peuples et ont engagé en leurs noms la plus abjecte des guerres en tuant des enfants, des vieillards et des femmes irakiens. Au moment où ces peuples se sont aperçus de l’ineptie et de la supercherie de leurs dirigeants en adhérant bêtement à une vision apocalyptique de lutte du bien contre le mal, voilà que notre champion nationale leur tend une main secourable pour sauver " l’occident" contre la barbarie... Il réduit la France à un rôle de supplétif, en opérant un retour au sein de l’OTAN, en envoyant nos soldats en Afghanistan, en soutenant la politique agressive et illégale d’Israël, en adoptant une posture communautariste en vociférant contre les voyous des quartiers et en expulsant les Roms et enfin de dénoncer un soi-disant plan d’épuration religieuse contre les coptes d’Égypte.
    On voudrait savoir seulement si ce plan était organisé par son ami et complice Mubarek, surnommé pour les besoins de la cause " la vache qui rit".
    Sarkozy n’est pas seulement un danger pour la sécurité individuelle et nationale des français mais c’est un danger pour la sécurité et la paix mondiale. Ils nous embarquent dans des conflits dont on en a cure et contre productive et dangereuse par dessus du marché.
    Il est vrai que le syndrome autoritaire perceptible à la manière dont Sarkozy exerce le pouvoir, appauvri la démocratie et autorise tous les débordements. Il témoignerait d’une faible teneur idéologique, genre, tolérance zéro, lutte contre le terrorisme etc... On ne saurait cependant souscrire à la position du rédacteur de cet article qui impute une certaine légitimité à la position de Sarko concernant l’assassinat des deux jeunes au Niger... Le glissement observé dans les qualifications des responsabilités, décrites amplement par l’auteur, témoignerait d’un consensus voulu sinon subi et traduirait de facto une équanimité avec la position officielle. Cet alignement pour dénoncer la barbarie d’un méchant terroriste face à une sagesse d’un pouvoir constitué relèverait de l’insinuation d’un doute profond qu’une société a d’elle même. Nous refusons les raccourcis Sarkoziens, lequel il croit agir contre le terrorisme en mettant la vie de ses concitoyens en danger, mais en réalité, il s’agite !...
    On est en droit de s’interroger s’il serait capable de déclencher l’assaut ou la poursuite des terroristes s’il s’agissait de son fils ou du fils de Fillon....

  • permalien BIRAO, RCA – mars 2007 :
    11 janvier 2011 @10h23   « »
    BIRAO, RCA – mars 2007

    BIRAO, RCA – mars 2007

  • permalien Nathan :
    11 janvier 2011 @10h30   « »

    Pour abonder dans le sens de Nico, il serait intéressant de connaître les conditions d’exploitation de la mine d’uranium d’Imouraren par la société Areva.

    D’après l’article ci-dessous, l’exploitation de cet immense gisement, le plus grand d’Afrique, ne profiterait pas aux populations en place et serait par ailleurs un désastre écologique ; L’article prétend également que le prix négocié pour l’achat d’uranium serait bien en dessous des cours du marché. Est-ce vrai ? Autre question : la politique industrielle des Chinois en Afrique profite-t-elle davantage aux populations concernées et si c’est le cas, pourquoi la France n’en prend-t-elle pas un peu de la graine ?

    http://www.afrik.com/article16713.html

  • permalien Abdelkader DEHBI :
    11 janvier 2011 @10h51   « »

    Dans le style "noyage de poisson", on ne fait pas mieux. Hormis la citation de l’Huma, qui a posé la seule bonne question qui méritait d’être posée :

    ""chacun félicitait le pouvoir pour sa fermeté, à un bémol près : « Que ce soit au Sahel ou en Afghanistan, la politique étrangère de la France est-elle en partie responsable des menaces qui pèsent sur ses intérêts ? », s’est interrogé le quotidien communiste l’Humanité.""

    Avec celles-ci, accessoirtement :

    Que font les soldats français au Niger précisément, sinon pour "sécuriser" prétendument les mines d’Uranium, pour le compte d’AREVA alors que ces mines n’avaient pas besoin d’être sécurisées avant le démarrage du scénario du 11/9 ?

    Que font les soldats français en Afghanistan, sinon pour servir de supplétifs de seconde zone aux troupes d’occupation des Etats-Unis et de la Grande Bretagne qui sont là elle, aussi bien pour sécuriser les nouvelles routes du pétrole que pour se partager les milliards de dollars annuels des revenus de la drogue ?

    Qui aura le courage en France, de dire haut et fort, une vérité que beaucoup de français auraient envie d’entendre, à savoir que la France de M. Sarkozy est devenue un puissant prolongement d’Israël
    en Europe ?

  • permalien nico :
    11 janvier 2011 @12h56   « »

    « Que ce soit au Sahel ou en Afghanistan, la politique étrangère de la France est-elle en partie responsable des menaces qui pèsent sur ses intérêts ? »,

    voila typiquement un probleme mal pose...

    Au risque de me repeter, je dirais plutot, pour resumer, que les interet de la france et sa politique etrangere c’est une seule et meme chose. Et je trouve tres dommage que l’humanite prenne les chose dans le mauvais sens. Comment peut on serieusement penser qu’une politique etrangere contraire aux interets francais (petrole, uranium etc..) puisse voir le jour... Surtout par rapport a l’uranium. Il faut savoir que c’est en majorite l’uranium du niger qui a fait fonctionner nos centrale depuis plusieur annees. Ces ressources sont vitales pour areva et la cogema.

  • permalien jj :
    11 janvier 2011 @13h55   « »

    « Que ce soit au Sahel ou en Afghanistan, la politique étrangère de la France est-elle en partie responsable des menaces qui pèsent sur ses intérêts ? »

    nico :
    11 janvier @12h56

    voila typiquement un probleme mal pose...
    Au risque de me repeter, je dirais plutot, pour resumer, que <...>


    - 1) La répétition d’un jugement de valeur, fusse-t-elle ad nauseam n’en a jamais fait un argument pertinent.
    - 2) En quoi la question ci-dessus posée par le média l’Humanité serait-elle sur un plan purement factuel non pertinente ? Qu’elle ne convienne pas à votre vision idéologique de la question n’étonnera personne, mais on s’en tape, si vous me passez l’expression, en quoi est-elle non pertinente d’après vous et en fonction de quoi devrait-on souscrire à cette appréciation pour le moins discutable ?

  • permalien le journal des tueursnet :
    11 janvier 2011 @14h49   « »

    Antoine, Vincent et les autres …

    J’aimerai …
    M’acheter les ravisseurs de mon identité
    Mais je n’ai pas assez d’argent
    M’acheter un otage français
    Mais je n’ai pas assez d’argent
    Et puis… et puis… il est mort.

    http://www.tueursnet.com/2011/01/antoine-vincent-et-les-autres/

  • permalien nico :
    11 janvier 2011 @14h52   « »

    Cher jj, en quoi rappeler que la france a d’enormes interet au niger est-il ideologique ?(au fait quel est la mienne d’apres vous ?) d’ailleurs vous le dites vous meme lorsque vous parlez de la guerre economique que mene la france vis a vis de beaucoup de pays d’afrique. ensuite je vois mal la difference entre la politique etrangere de la france et la defense de ses interets, c’est donc ideologique ca ?. Je ne fais aucun jugement de valeur en disant cela. Je ne dis pas que cette politique est bonne ou mauvaise. je ne dis pas que nous sommes les gentils et les autres les mechants, ni le contraire. Ce n’est pas comme ca que je voie les choses. Les motivations ideologiques existent c’est certains mais elles sont souvent la pour rendre plus presentable, en quelque sorte, des motivations purement economique. Pensez vous que nous sommes dans tous ces pays d’afrique ou d’ailleurs riches en ressources pour d’autres raisons que pour la defense des interets des grandes entreprises francaises ? encore une fois je ne porte pas de jugement sur ce fait. expliquons juste aux francais quel sont les vrai raisons de notre presence la bas, cessons de les prendre pour des enfants, et ensuite decidons collectivement et democratiquement du prix a payer pour cela.

    Et meme si, dans le fond, votre avis on s’en fout aussi, expliquez moi tout ca doctement, vous qui maniez si bien les expressions latine...je me coucherai moins bete ce soir.

    ps : j’ecris comme un cochon, pas la peine de me le faire remarquer je le sais deja.

  • permalien jj :
    11 janvier 2011 @16h15   « »

    nico :
    11 janvier @14h52
    Cher jj, en quoi rappeler que la france a d’enormes interet au niger est-il ideologique ? <...>

    Que la France ait des intérêts au Niger ne justifie en rien qu’elle soit en droit de les faire valoir ! Nul ne doute que la France ait eu précédemment des intérêts à mettre sur pied pied l’Empire colonial français, ou même à l’époque de la traite des esclaves africains à la mettre en oeuvre !
    Personne ne doute que le nécolonialisme soit une affaire rentable...
    Les cambrioleurs d’une banque ont aussi de gros intérêts dans cette banque, non ? Je ne vois pas quoi cela les fonderait à procéder à un délit !

  • permalien péon :
    11 janvier 2011 @17h11   « »

    Quand on a choisi son camp : l’Occident ramenard imbu de sa technologie guerrière, gonflé des pectoraux à coup d’EPO et d’autres substances illicites, on ne peut que se lancer à couilles rabattues dans la guerre des civilisations. C’est ce qu’a choisi Nicolas Sarkozy, à la suite de Bush et autres fauteurs de guerre amis. Comme grand amateur de chasses à courre à distance et coups de menton vengeurs, notre grand leader a lié notre pays dans un pacte avec l’OTAN sans demander l’avis de personne, a signé tout seul (ou presque le Traité de Lisbonne, nous a entraîné dans une guerre d’Aghanistan sans fin, sans demander l’avis de personne (en France tout au moins), et s’il avait pu le faire, nous aurait entraînés sans hésiter dans la guerre d’Irak.
    Donc, il n’est pas étonnant du tout que nous en soyons là avec l’Afrique, dans ce merdier incroyable où toutes les bourdes diplomatiques et militaires sont accumulées de semaine en semaine. L’esprit d’ensemble de cette politique, c’est de montrer que la France est déterminée à faire le maximum de dégâts collatéraux, aussi bien auprès des expatriés que des militaires impliqués dans des conflits qu’ils ne comprennent plus, que dans les pays amis en soutenant les oligarchies au pouvoir. Le tout avec l’aplomb du coq claironnant sa supériorité comme dans le discours de Dakar.
    Affligeant et grave de conséquences à venir.

  • permalien Stolypine :
    11 janvier 2011 @20h24   « »

    La censure a encore frappé sur le le monde diplomatique...

  • permalien jj :
    11 janvier 2011 @20h44   « »

    Stolypine :
    11 janvier @20h24

    La censure a encore frappé sur le le monde diplomatique...

    Ah oui ? C’est généralement le genre de truc que disent ceux qui n’ont plus rien à dire ! Si l’on a tort, il faut l’admettre, point barre !

  • permalien nico :
    11 janvier 2011 @20h54   « »

    JJ, je crois qu’on s’est mal compris. vous avez raison quand vous dites que l’argent de la banque de donne pas le droit de l’attaquer.
    Mais je ne cherche pas justifier la politique francaise. Je cherche juste a dire ce qui me semble etre une des raisons majeure du conflit : la presence massive d’uranium au niger et les interets industriels francais qui vont avec. C’est tout, business as usual. tout comme en Afghanistan, en Irak, en Iran...
    pour moi la politique etrangere francaise,comme celle de beaucoup de pays, est dictee en tres grande partie par les interets des grands industriels et banquiers. ils ont une influence plus qu’enorme sur les choix du pays, a l’exterieur, comme a l’interieur.
    Et meme si leurs choix ne sont pas toujours rationnels, j’ai l’impression que ce qui les motive le plus c’est le profit immediat ou futur. pas vous ? et quand c’est plus confortable de voir l’ennemi en barbare, en sous homme, ou a l’inverse de se preter une election divine avant de tout lui piquer...

    sinon t’inquiete peon il demande bien a quelqu’un le leader minimo mais pas a toi, pas a moi, pas a la majorite d’entre nous. il y a trop de chance que l’on dise non. et ca c’est meme pas concevable pour eux..

  • permalien Stolypine :
    11 janvier 2011 @21h42   « »

    Ah oui ? C’est généralement le genre de truc que disent ceux qui n’ont plus rien à dire ! Si l’on a tort, il faut l’admettre, point barre !

    Discuter est une chose, ne pas être d’accord aussi... mais supprimer des post qui exprime une opinion, c’est une censure.

  • permalien mediacideur :
    11 janvier 2011 @22h26   « »

    Qu’est-ce que c’est que ce pensum mal fichu ? J’ai dû me tromper, c’est pas Le Monde Diplomatique c’est Le Monde tout court...

    En tête de cortège on a droit à ceci : "les deux jeunes Français enlevés vendredi soir, et exécutés le lendemain – dans l’affolement d’une poursuite échevelée –" puis ça :
    "Et ils ont été éliminés sans pitié

    ."

    On se dit punaise le mec est vachement sûr de lui, c’est une pointure, il a des infos c’est sûr, il y était sans doute. Patatras ! quelques lignes plus bas cette belle assurance, ce présent qu’on assène, deviennent "ils auraient préféré supprimer les otages plutôt que les relâcher", cette brusque apparition du conditionnel est assortie d’une note bas de page :" Sous réserve d’une enquête plus approfondie sur les conditions de leur mort."
    Dis donc la Marie tu nous prends pour qui ?

    Suit ensuite un "sauf à considérer" en 4 points, hors-sujet mais à grosse ficelle et en forme de prêche (anti-raciste (ça mange pas de paim, et la démagogie c’est excellent ça coco) mais dont l’exorde comporte juste ce qu’il faut d’islamophobie obligée...)

    Toute cette m...élasse enrobée de juste ce qu’il faut d’ anti-sarkozisme pour être pris au sérieux (histoire de donner des gages à son "public" sans doute ou plus sûrement pour fayoter auprès du Diplo -qu’on croyait plus inspiré quant au choix de ses collaborateurs) mais qui pisse pas loin, et qui est là pour mieux faire passer le poison qu’il dissimule : ah faire le coup de "l’ancien socialiste Gbagbo" ! excellent ça ! (comme de ne pas rappeler quoi est l’autre..) comme l’est le fait de rappeler les prises d’otages au large de la Somalie mais c’est pour mieux taire soigneusement la bavure commise...

    Enfin l’inévitable pont-aux-ânes du "on sait que" alors qu’on sait rien du tout si ce n’est que l’auteur tente de nous enfumer...(je reviens pas sur le stupéfiant passage sur le Yémen, storytelling ahurissant et démonté dans un commentaire précédent)

    Bref tout ça fait un peu amateur -excusez l’euphémisme- et media mainstream style RadioRance...
    Sors de ce corps, Alexandre Adler !
    ( hé, ho, Serge Halimi, t’es en vacance ou quoi ?)

  • permalien cyclomal :
    11 janvier 2011 @22h49   « »
    Les croisés

    Pour mieux accuser celui qui n’accepte pas l’exploitation de ses richesses par l’étranger sans contrepartie, ni la corruption du pouvoir qui permet cette confiscation, ni l’arrogance et l’obscénité des corrupteurs à qui ce système profite, ni une misère mise sur le compte de sa nature, on a inventé la légende de la chasse aux croisés.
    Sans doute le mot a t-il été prononcé ou même écrit, mais ne serait-ce pas une provocation facile et désespérée dans un combat inégal ? Si la religion musulmane n’est guère que l’élément commun propre à réunir des combattants plus ou moins pieux ou disposés à s’entendre, on la présente pourtant comme l’une des sources essentielles de barbarie du rebelle, de l’insurgé, cet étranger dans son propre pays. Pays où se pavanent, à l’insu de leur plein gré, d’innocents européens persuadés que la pureté de leurs intentions leur vaudra toute les indulgences et même l’amour de l’indigène reconnaissant. Avoir une attitude outrée dans la surenchère religieuse, c’est déjà résister, dans un tel contexte. Mais ce ne sont pas des croisés qui ont été assassinés au Niger, et les deux parties le savent bien : Ce sont les seules cibles atteignables pour des extrémistes qui s’attribuent volontiers toutes les tares dont on les affublera quoi qu’il arrive. Et c’est le pire qui arrive.

  • permalien observateur :
    11 janvier 2011 @23h25   « »


    o C’est incompréhensible ! On continue à attribuer ces massacres à AQMI ? Est-ce qu’ AQMI existe au moins ? Ce sont les terroristes du polisario à la solde de la junte militaire d’Alger qui se livrent à des actes d’enlèvement et de massacre des français !! Des espagnols aussi avaient été enlevés mais vite relâchés contre rançon !! Alger avait condamné la remise de rançon aux tueurs !! Pourquoi donc relâcher les espagnols et tuer les français ? Ne s’agit-il pas d’un message adressé par Alger à la France qui refuse de s’aligner sur la position algèrienne concernant le sahara marocain ? La junte militaire d’Alger ne pardonnera jamais à la France sa neutralité dans le conflit du sahara marocain !
    Les dirigeants d’Alger n’ont cessé de clamer que l’Europe doit tenir compte du poids énergétique de l’Algèrie. Les espagnols, surtout les dirigeants de la droite, de la gauche unifiée et du PCE avaient vite compris, surtout avec la détermination de la junte militaire d’Alger de déstabiliser le Maroc, qu’il faut se ranger du côté d’Alger, permettre la création d’associations espagnoles de soutien au "peuple sahraoui" et se tenir mobilisés contre le Maroc même d’une manière ridicule. Ces associations sont financées par la SONATRACH et des royalties sont versées à toute personne ou groupes d’individus qui créent une association de soutien au polalgèrien. Les dizaines d’associations espagnoles de soutien au polalgèrien rapportent gros surtout en cette période de crise économique mondiale. Certaines associations crient : "Viva la junta militar de Argelia " "NO hay crisis con los petrodolares y con el gaz gratuito de Argelia".
    Les français ne peuvent emboiter le pas aux espagnols dans ce sens parce que la France est une grande nation et une grande puissance aussi. La France ne peut permettre la création sur son sol d’autres Tindouf" comme en Espagne où certains intellectuels qui ont échappé au joug de la SONATRACH que l’Espagne est devenue une possession algèrienne : partout on trouve des milliers de la milice du polalgèrien, ce qui constitue un sérieux danger pour les civils espagnols.
    o Si les espagnols avaient vite compris c’est aussi parce qu’ils comptent sur le soutien de la junte militaire d’Alger pour la pérennisation de l’occupation des villes et ilôts marocains par l’Espagne. D’ailleurs, en 2002, lors de l’incident de l’ilôt Laîla entre le Maroc et le gouvernement Aznar, l’Algèrie a été le seul pays au monde à avoir soutenu et applaudi l’acte guerrier du gouvernement Aznar. Mme Louisa Hanoune ex-candidate aux "présidentielles algèriennes" avait déclaré devant le "parlement d’Alger" que c’est une honte pour l’Algèrie de soutenir l’occupant espagnol contre un peuple frère. Pour l’Espagne, intérêts communs (algèro-espagnols contre le Maroc) obligent.
    La France n’a pas d’intérêts territoriaux au Maroc

  • permalien jj :
    12 janvier 2011 @08h30   « »

    nico :
    11 janvier @20h54

    <...> Et meme si leurs choix ne sont pas toujours rationnels, j’ai l’impression que ce qui les motive le plus c’est le profit immediat ou futur. pas vous ? <...>

    Pas moi justement ! Non ! Ce qui me motive c’est le droit et la justice et certainement pas le profit. La politique française dans la région est malhonnête, elle abuse d’une position dominante pour piller les ressources de pays pauvres en s’appuyant sur des régimes corrompus. Vous appelez ça des relations commerciales, mais ce n’en sont pas, c’est du vol pur et simple. Pensez-vous que la France pourrait se comporter de la sorte avec un partenaire commercial comme la Suisse par exemple ? Certainement pas ! Les Nigériens s’ils se dotaient d’un régime digne de ce nom seraient bien inspirés de nationaliser manu militari leurs installations minières pou 0 € et de virer les Français qui n’ont rien à faire au Niger, c’est ce qu’on déjà fait d’autres pays et ils ont eu bien raison de le faire !

  • permalien Agate :
    12 janvier 2011 @13h48   « »

    Bonjour

    il y a quelques jours, le 3 janvier j’apprenais que 43 personnes étaient mortes en essayant de migrer de l’Ethiopie vers le Yémen.
    Un 2èmé bateau aurait échoué et les personnes à son bord (35 à 40) auraient disparu.

    Je n’ai pas d’autres informations. Cela faisait quelques lignes dans quelques journaux le 3 janvier. Rien les jours suivants.

    Cela concerne donc entre 40 et 80 personnes, mortes, naufragées. Mais apparemment cela n’intéresse personne. Peut être parce qu’il s’agit d’africains. De migrants. De migrants illégaux de surcroit (comment être un migrant africain légal quand cette possibilité n’existe pas, puisqu’aucun africain n’obtient de visa pour voyager, à moins d’être chef d’etat, milliardaire, voire membre du show bizz).

    Bon, tout cela pour dire que cela n’a pas de rapport, mais cela en a un.

    Deux morts blancs en Afrique (aussi sympathiques soient ils) et c’est analyses sur analyses, communiqués, articles, émissions spéciales....
    Entre 40 et 80 morts africains (on ne saura jamais vu que tout le monde s’en fout royalement) et dès le lendemain plus personne n’en parle.

    Comment ne pas s’indigner ? Comment ne pas vous dire que Monde Diplomatique ou pas Monde Diplomatique je m’en tamponne le coquillard de Aqmi et Aqmo qui sont sur un bateau ? Puisque vous faites comme les autres.

    La "politique migratoire" des gouvernements des pays blancs riches fait plus de morts que tous les soit disant terroristes du monde entier.
    Faites donc des articles là dessus ! Répétez-le ! Au lieu d’aller dans le sens de tous les autres qui n’a d’autre effet que de faire peur, paralyser. Que chacun reste chez soi. Les Africains en Afrique et les blancs au pays des toubabous !

    En 2009 et 2010 je suis allée dans des tas d’endroits "super dangereux" du genre Mauritanie, Sahara Occidental, Mali au Nord de Tombouctou, Burkina et Sahel etc... En 2011 j’ai prévu de continuer : Niger, Tchad, Ethiopie, République Démocratique du Congo etc... Toute seule, et pas en voiture climatisée avec vitres teintées et pare-buffle, croyez-moi. C’est pas pour me vanter. Juste pour vous dire que le terrorisme c’est comme le père noel je n’y crois pas. C’est pas parce qu’il y a des accidents de voiture que je sors plus dans la rue. C’est pas parce qu’il y a des noyés chaque année que je me baigne plus. C’est pas parce que quelqu’un a fait exploser 2 tours à New York il y a 10 ans, que les Etats Unis sont un pays dangereux.
    Alors c’est pas parce que 2 pauvres gars se sont fait prendre en otage au Sahel que je ne retournerai pas au Sahel.

  • permalien komprenonlanarchi :
    12 janvier 2011 @18h57   « »
    pourquoi faire ?

    je suis tout a fait d’accord avec toi agate, les medias (et malheuresement le monde diplomatique) s’empreese d’envahir les journaux la télé ... des evenements qui permettent aux puissances mondiale de continuer sans souci leurs machinations ! ces deux ressortissant francais en sont un exemple de plus helas car ils ne meritaient pas non plus de mourrir. Pendant que des millions d’hommes meurt de faim, que des enfants sont exploités dans les pays oriental, que des guerres ravages des ethnies et des populations ... ; et j’en passe la liste est bien trop longue et dégeulasse. c’est l’expression meme du controle de l’information , c’est l’information controlé qui a plusieurs but :
    contenir les population dans un climat de peur afin de leurs imposer la logique des troupes francaise et du neocolonialisme en afrique et d’imposer des loi "securitaire"(totalitaire ??)
    cela s’avére trés utile pour continuer a exploiter la terre entiére et a la detruire a l’abris du regard des populations !
    ne nous laissons pas duper par la desinformation qui n’a que pour but de nous conditioner dans un climat voulue (j’ai conscience que le monde diplo reste une journal pertinant qui arrive a se sortir a peu prés de la censure mediatique)

  • permalien jj :
    13 janvier 2011 @08h12   « »

    Aï ! Selon l’AFP citant des sources nigériennes on apprend qu’un hélicoptère militaire français aurait fait feu sur le convoi peu de temps avant qu’il ne soit intercepté et qu’un des deux otages serait mort brulé & non par balles... On le sentait bien le coup tordu derrière les fanfaronnades imbéciles !

  • permalien Patrick Rogel :
    13 janvier 2011 @17h58   « »

    En tout cas, des soldats français, dans plusieurs pays du Sahel, sont aujourd’hui en position de se substituer aux moyens, sinon aux autorités locales et régionales. C’est un legs de la colonisation, et de la coopération étroite qui s’en est suivie, notamment sur le plan militaire. Mais cela pose le problème de la souveraineté de ces Etats ; et de la « légitimité » de la présence de certains intérêts étrangers (comme celle d’Areva, la compagnie française qui exploite les mines d’uranium au nord du Niger, dont plusieurs membres du personnel sont détenus par AQMI).

    Je ne vois guère l’Armée de l’air du Niger et ses 3 hélicoptères officiellement en service pouvoir mener le volet aérien d’une opération de ce type. Par ailleurs, je rappelle que, si la France contribue à l’essentiel de l’assistance militaire du Niger, d’autres voisins proches (Maroc, Algérie, Libye) ou plus éloignés (Chine) mettent aussi la main à la poche.

  • permalien HN :
    13 janvier 2011 @17h59   « »

    @agate

    Pour leur défense, voici un article dans les blogs du diplo : "Migrants oubliés du Yémen".

     ;-)

    Cdlmt

  • permalien
    15 janvier 2011 @19h18   « »

    Pourquoi toutes ces contradictions ?

    Les autorités françaises et nigériennes ont livré des informations contradictoires sur l’opération menée contre les ravisseurs des deux Français enlevés le 7 janvier 1011 dernier dans un restaurant à Niamey. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a une cacophonie au sommet en matière de communication sur la gestion de cette affaire. Tandis que le ministre de la Défense, Alain Juppé, qui s’est rendu récemment à Niamey, a dit que deux ravisseurs arrêtés ont été remis aux autorités nigériennes pour les besoins de l’enquête, le ministre nigérien de l’Intérieur, Cissé Ousmane, s’est fendu d’un démenti cinglant. Pour lui, aucun preneur d’otages n’est auditionné par les services nigériens, contrairement à ce qu’a laissé entendre le ministre français. On sait également qu’il y a eu des versions contradictoires sur les causes de la mort des otages. Ont-ils été exécutés par leurs ravisseurs comme le laissent croire les autorités françaises ? Dans ce cas, d’où viennent les traces de brûlures constatées sur le corps par un médecin nigérien ? Seule l’autopsie des corps devra permettre, en principe, d’avoir des éléments de réponse plus clairs. Mais pourquoi donc toutes ces contradictions ?

    Cette cacophonie laisse perplexes les observateurs qui avaient salué, aux premières heures, un relatif succès contre les terroristes. A présent, on se demande ce qui s’est réellement passé dans la traque de ces ravisseurs. L’armée française aurait-elle commis des bavures que les autorités s’emploient à maquiller ? Les ravisseurs ont-ils été vraiment abattus comme les autorités nigériennes l’avaient annoncé ? Sans doute que la situation risque fort de susciter de vives polémiques en France. Toujours est-il qu’on ne saurait parler de succès de cette opération. Ce qui avait été présenté comme une opération conjointe franco-nigérienne a tout d’un raté. Il semble y avoir eu plus de pertes en vies humaines du côté des forces de l’ordre, auxquelles il faut ajouter les otages, que du côté des ravisseurs. Soit, il y a eu un manque de coordination entre les soldats français et leurs collègues nigériens, soit cette coordination a manqué d’efficacité. Les informations discordantes et même contradictoires distillées par les deux partenaires, à l’heure du bilan, confortent cette dernière hypothèse. Les partenaires auraient dû être sur la même longueur d’ondes, ne serait-ce qu’à la phase de débriefing. A moins que toutes ces sorties soient dictées par une peur bleue de représailles de la part d’Al-Qaida au Magreb islamique (AQMI). <...>

  • permalien
    15 janvier 2011 @19h20   « »

    <...> Bien des personnes pensent que chacun des deux pays craint peut-être d’endosser la responsabilité de détenir des ravisseurs appartenant à la nébuleuse terroriste.
    Du reste, une telle responsabilité serait donc une sorte de patate chaude qu’on se refilerait. En tout cas, ces contradictions témoignent, une fois de plus, d’un manque de coordination suffisante et sérieuse entre les différents partenaires dans la lutte anti-terroriste dans le Sahara. Nul doute que si cette situation devait perdurer, c’est AQMI qui s’en frotterait les mains.

  • permalien
    15 janvier 2011 @20h46   « »

    PS :

    J’ai oublié de préciser que ce papier est de notre ami journaliste nigérien Relwendé Auguste Sawadogo. (Le Pays)

  • permalien
    16 janvier 2011 @05h40   « »
    La France « ennemi global » au Sahel ?!

    <...> Dans [un] communiqué, al-Qaïda au Maghreb islamique dit vouloir donner la vraie version des faits. Selon AQMI, en lançant un assaut militaire pour tenter de libérer ses deux ressortissants, la France porte la responsabilité de la mort de Vincent Delory et d’Antoine De Léocour.

    Dans le communiqué mis en ligne au nom du groupe islamiste, on peut ainsi lire qu’en raison des bombardements des avions français sur les véhicules des moudjahidines, les combattants d’AQMI ont emmené l’un des otages loin du véhicule visé mais n’ont pu prendre l’autre qui a été tué par des tirs français. Avant de poursuivre en expliquant, qu’avec les frappes aériennes constantes des troupes françaises, les moudjahidines ont alors pensé qu’ils n’allaient pas s’en tirer. Ils ont alors exécuté le second otage d’une balle dans la tête et ont décidé d’exécuter aussi six soldats nigériens. <...>

  • permalien uTo :
    19 janvier 2011 @04h13   « »

    Je résume : "Ils sont ingrats ces Arabes, ils ne veulent pas qu’on les "civilise" ! Et puis ils sont susceptibles avec ça, il supportent pas que tous nos beaufs les insultent à longueur de journées, après ils se vengent !" J’ai bon ? Enfin sur ce coup là pas sûr que ce soit eux...

  • permalien K. :
    23 janvier 2011 @13h45   « »

    J’avais oublié de donner le lien de l’article du “New York Times” (Aout 2010) qui confirmait la participation directe des Etats-Unis au Yemen :

    Pratiquement aucune des nouvelles étapes agressives menées par le gouvernement américain n’a été publiquement reconnue. En contraste, par exemple, avec le renforcement des troupes en Afghanistan qui est intervenu après des mois de robustes débats, la campagne militaire américaine au Yémen a commencé sans préavis en Décembre [2009] et n’a jamais été officiellement confirmée.

  • permalien Marquetalia :
    9 octobre @18h34   «

    quant à votre "louisa hanoune",elle excelle aussi en matière de thèses conspirationnistes ;l avenir d Alger et des Sahraouis est le Parti Algérien pour la Démocratie et pour le Socialisme.

Ajouter un commentaire