Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Palestine, fausses révélations, inquiétants éclairages

Palestine, fausses révélations, inquiétants éclairages

jeudi 27 janvier 2011, par Alain Gresh

Les documents révélés par la chaîne Al-Jazira sur la Palestine (en collaboration avec le quotidien anglais The Guardian) sous le nom de Palestine Papers, dont la publication a commencé le 24 janvier, ont suscité des commentaires hâtifs et parfois faux. L’Autorité palestinienne aurait accepté des concessions sans précédent sur Jérusalem, sur les réfugiés, sur les frontières. Rien n’est plus éloigné de la vérité. En revanche, ces compte-rendus de réunions, à condition de les prendre pour ce qu’ils sont (des documents qui ne disent pas forcément LA vérité), confirment la faiblesse de l’Autorité, le fait qu’il n’existe pas de partenaire israélien pour la paix, ainsi que l’engagement américain aux côtés d’Israël : rien qui bouleversera les lecteurs de ce blog, mais des précisions utiles. Ils éclairent aussi sous un jour assez sinistre la collaboration, en partie connue, des services de renseignement israéliens et palestiniens – d’autant plus sinistre qu’elle ne s’inscrit nullement dans une dynamique de règlement du conflit.

Pour ceux qui ne l’ont pas lu, Il n’y aura pas d’Etat palestinien (Max Milo, 2010), le livre de Ziyad Clot, raconte l’histoire des négociations de ces dernières années, auxquelles l’auteur a participé, et les raisons profondes de l’échec.

Je ne vais pas refaire ici l’histoire des négociations israélo-palestiniennes telles qu’elles se sont engagées au sommet de Camp David à l’été 2000, entre Yasser Arafat, Ehoud Barak et le président américain William Clinton. Elles se sont poursuivies dans les semaines qui ont suivi, malgré l’éclatement de la seconde Intifada à la fin du mois de septembre. Elles ont culminé avec les négociations de Taba, en janvier 2001, quelques jours avant les élections israéliennes qui ont ramené Ariel Sharon et la droite au pouvoir.

Ces négociations ne se sont pas vraiment achevées par un document précis, mais par des compromis sur des points évoqués par les documents palestiniens et qui sont rappelés dans Les Cent clefs du Proche-Orient (Alain Gresh et Dominique Vidal, Hachette, nouvelle édition à paraître en mars) :

« Les documents élaborés sur les quatre principaux dossiers (territoire, Jérusalem, sécurité, réfugiés) confirment cette appréciation :»

« — La délégation israélienne propose de restituer 94 % de la Cisjordanie (comprenant environ 20 % des colons) et, en échange des 6 % qu’elle annexerait, de céder l’équivalent de 3 % en territoires israéliens, plus 3 % pour le “passage sûr” devant relier la Cisjordanie et Gaza – et qui ne serait pas sous souveraineté israélienne. Elle accepte également le départ des colons du cœur d’Hébron et le démantèlement de Kyriat Arba ainsi que de toutes les colonies en territoire palestinien. Par rapport à Camp David, Israël renonce à la vallée du Jourdain, à Shilo, à l’est d’Ariel, et à quelques points plus isolés comme Kedumim et Bet El, ainsi qu’à une région au nord de la colonie de Modim (qui comprend 50 000 Palestiniens). »

« — La délégation palestinienne consent, elle, à céder 2 % de la Cisjordanie (comprenant environ 65 % des colons), en échange de territoires d’une même valeur (les Israéliens offrent des dunes de sable à Halutza, dans le désert du Néguev, aux confins de Gaza). L’évacuation devrait s’effectuer rapidement – trois ans selon Israël, dix-huit mois selon les Palestiniens. »

« — Les positions se rapprochent aussi sur le partage de souveraineté à Jérusalem-Est, selon le principe du plan Clinton : les quartiers arabes sont intégrés dans l’Etat palestinien, les quartiers juifs annexés par Israël (ce qui entérine la colonisation juive à Jérusalem-Est). Les Palestiniens exigent la souveraineté sur le Haram El-Sharif (l’esplanade des Mosquées), les Israéliens sur l’ensemble du mur occidental (y compris le mur des Lamentations). Les négociateurs envisagent diverses suggestions, dont celle de confier la souveraineté des Lieux saints, pour une période limitée, aux cinq membres du Conseil de sécurité et au Maroc. »

« — Sur la sécurité aussi, les positions convergent. Les Palestiniens concèdent une limitation de l’armement de leur Etat, ainsi que l’installation, sous certaines conditions, de trois stations d’alerte israéliennes. La présence d’une force internationale sur les frontières est acceptée. »

« — La question des plus de 4 millions de réfugiés palestiniens éparpillés entre la Jordanie, la Syrie, le Liban et les territoires autonomes représente la pierre d’achoppement la plus embarrassante. Mais, pour la première fois, Israël reconnaît sa responsabilité dans le drame des réfugiés, accepte de contribuer directement à la solution du problème et affirme que celle-ci doit conduire à l’application de la résolution 194, qui stipule notamment qu’“il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins”. Cinq possibilités seraient offertes aux réfugiés : le retour en Israël ; le retour dans des territoires israéliens cédés par Israël à la Palestine ; le retour dans l’Etat palestinien ; l’installation sur leur lieu de résidence (Jordanie, Syrie, etc.) ; le départ pour un autre pays (plusieurs Etats, dont le Canada, ont déjà fait savoir qu’ils étaient prêts à accepter d’importants contingents de Palestiniens). »

« Israël consent au retour sur son territoire de 40 000 réfugiés. Les Palestiniens estiment, eux, qu’une offre inférieure à 100 000 personnes ne permet pas d’avancer, tout en insistant sur le libre choix des réfugiés et en affirmant qu’ils ne veulent pas remettre en cause le caractère juif de l’Etat d’Israël. Une commission internationale et un fonds international seraient rapidement mis en place pour dédommager les réfugiés. »

Sur cette dernière question, celle des réfugiés, on trouvera dans les archives du blog le document proposé par la délégation israélienne, « Une proposition israélienne oubliée sur les réfugiés palestiniens ».

Bien sûr, entre les propositions du début des années 2000 et celles d’aujourd’hui, il y a des nuances, mais rien de plus. En revanche, le contexte a changé et on se demande, à lire les documents, si l’Autorité en est consciente. La délégation israélienne dirigée par Tzipi Livni, considérée comme plus « modérée » que l’actuel premier ministre, explique clairement qu’il n’est pas question de revenir aux paramètres des années 2000.

C’est ce qu’explique, par exemple, Udi Dekel, lors de la réunion du 29 mai 2008 à Jérusalem (cette réunion se tient après la conférence d’Annapolis qui a promis un Etat palestinien pour la fin de l’année 2008). Il rétorque à la délégation palestinienne, qui met en avant les résultats obtenus lors des négociations de Camp David et de Taba :

« Depuis 2000, des choses sont arrivées et nous ne partons pas du même point. Vous avez commencé une guerre de terreur contre nous et nous avons créé des faits sur le terrain. C’est la réalité avec laquelle nous devons vivre, nous ne pouvons retourner à Camp David. Les circonstances ont énormément changé depuis lors. Les faits ont changé. Nous ne pouvons arrêter le temps et penser que nous sommes en l’an 2000. Le Proche-Orient a changé. »

Quant à la position de l’administration Obama, telle qu’elle se dégage de ces documents, elle est résumée par deux analyses publiées sur le site d’Al-Jazira en anglais : Gregg Carlston, « Deep frustrations with Obama » (24 janvier), et Mark Perry et Ali Abunimah, « The US role as Israel’s enabler » (26 janvier) : non détermination à affronter le gouvernement israélien, sous-estimation de l’importance de Jérusalem, pressions sur les Palestiniens pour qu’ils fassent des concessions, etc.

190 commentaires sur « Palestine, fausses révélations, inquiétants éclairages »

0 | 100

  • permalien une bille :
    27 janvier 2011 @11h25   »

    Certains comme Alain Ménargues, vont plus loin dans la dénonciation des fausses révélations, puisqu’ils vont jusqu’à pointer du doigt Israël.

    Certainement. Je crois que cela est justement fait exprès. Il y a une volonté évidente de cibler les palestiniens ou du moins de protéger les israéliens parce qu’il y a eu des dépêches sur Israël qui n’ont jamais été diffusées et encore faut-il savoir que les médias américains qui traitent ces dépêches ne peuvent, pour des raisons qui restent à déterminer, mettre Israël en cause.

    Il n’aura échappé à personne que le fait de révéler des crimes politiques d’Israël et le refus de toute négociation ne peuvent que servir les intérêts israéliens...

    ... en particulier aux USA, où comme le rappelle Alain Ménargues :

    Vous savez comme moi que le lobby juif aux Etats-Unis, à l’instar de l’Aipac par exemple et les autres organisations sionistes sont très puissantes et bien représentées dans les journaux américains, chacun fait pression et c’est connu. Il suffit de demander pourquoi Aipac et les organisations pro-israéliennes sont si puissantes alors que sur 200 millions américains il y a seulement 12 millions membres de la communauté juive. Douze millions contre 200, c’est donc ils ont un potentiel d’influence et de communication qui est très importante.

    dans un bel amalgame juifs = sionistes = israéliens = complot international.

    L’ex-directeur d’antenne à RFI Alain Menargues à Radioalgerie.dz « Le lobby juif derrière les révélations d’al Jazeera »

  • permalien chamil :
    27 janvier 2011 @11h48   « »

    On ne sait effectivement pas hélas ce qui est le plus triste : la volonté évidente du gouvernement israélien de ne rien négocier et de faire disparaître politiquement la question palestinienne (pourrissement interne, division, émigration de desespoir) ou ce qu’est devenu le Fatah, un parti d’indépendance nationale mué en supplétif du colonisateur.

    Ou peut-être aussi les puissances européennes qui ont capitulé devant Israël, un suicide diplomatique vis à vis du reste du monde et une démission morale sans précédent ?

    Au contraire, il faut diffuser au maximum ces documents et révélations pour faire comprendre combien les palestiniens avaient de raisons pour élire le Hamas, même si nous pouvons ne pas l’aimer et combien est inique le blocus "démocratique" de l’Occident. Le Fatah ne vaut désormais pas plus qu’un vulgaire parti communiste du temps du bloc soviétique, réalisations sociales en moins.

  • permalien Lou :
    27 janvier 2011 @12h01   « »

    L’effet loupe de ces d’informations déjà connues mais grossies par la forme qui concentre ces révélations fait mal et ont déclenché ce genre de réactions qui visent à briser le thermomètre :

    l’immeuble des bureaux d’Al Jazeera à Ramallah vandalisé

    Des loyalistes d’Autorité palestiniens ont vandalisé l’immeuble où sont les bureaux d’Al Jazeera dans Ramallah en réaction à la sortie des Palestine Papers.

    Un petit groupe de protestataires s’était réunidevant le bâtiment sur la place principale de la ville de la Cisjordanie lundi.

    Ils sont ensuite entré dans le bâtiment et sont arrivés devant la porte d’entrée du bureau où ils ont essayé de forcer la serrure. La personne filmant la séquence ci-dessous a été attaquée par le groupe.

  • permalien Noval :
    27 janvier 2011 @12h07   « »

    « Depuis 2000, des choses sont arrivées et nous ne partons pas du même point. Vous avez commencé une guerre de terreur contre nous et nous avons créé des faits sur le terrain. C’est la réalité avec laquelle nous devons vivre, nous ne pouvons retourner à Camp David. Les circonstances ont énormément changé depuis lors. Les faits ont changé. Nous ne pouvons arrêter le temps et penser que nous sommes en l’an 2000. Le Proche-Orient a changé. »

    On aura compris que du point de vue sioniste, la seule réalité qui importe, ce n’est pas " la réalité avec laquelle nous devons vivre ", mais " la réalité avec laquelle vous devez vivre ". Et cette réalité est appelée par Israël et ses soutiens Etatsuniens " processus de paix ". En d’autres termes, un " enfumage " permanent comme l’a si bien dit K. dans certains de ses posts publiés sous d’autres billets.

    En 2007 et déjà bien avant, on qualifiait cela de " politique en no man’s land " :

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien choupchoup :
    27 janvier 2011 @12h13   « »

    Bonjour M.Gresh,

    Merci pour cette piqûre de rappel. En revanche, si je peux me permettre, je ne vois pas pourquoi la situation n’aurait pas évolué depuis 2000.
    Je suis entièrement d’accord avec vous sur le fait que les "révélations" sur Jérusalem-Est et le droit au retour sont fausses. Du moins je l’espère de tout coeur.
    Mais, je dois avouer que le doute s’installe. La colonisation à Jérusalem-Est ne cesse de se poursuivre. Et la situation semble s’approcher du point de non-retour. Quant au droit au retour... il semble tellement loin. Je ne sais quoi en penser.
    Tout ça pour dire que, peut-être, l’AP a, à un moment, pensé à "sauver" au maximum les territoires de la future Palestine et peut-être qu’un jour, dans une conversation, de tels propos ont été tenus... ne pensez-vous pas ?
    Toujours est-il que l’AP va être de plus en plus affaiblie au détriment des pouvoirs extrêmes.
    Merci

  • permalien jc :
    27 janvier 2011 @14h23   « »

    Votre billet, Alain Gresh, me fait penser au papier de Robert Fisk daté d’hier... Avec tout ce qui se passe dans le monde arabe à l’heure d’aujourd’hui, vous ne trouvez tous deux à nous parler, lui que de la situation politique pourrie comme toujours au Liban, et vous que du simulacre de processus de paix en Palestine, mort et enterré depuis une ou deux soixantaines d’années...

  • permalien Ash’kaa :
    27 janvier 2011 @15h16   « »

    Les documents révélaient par Al jazeera et The Gardian nous éclairent sur une chose au moins : l’ex-président de l’Autorité palestinienne et son équipe ne doivent plus être autorisés à négocier au nom du peuple palestinien

  • permalien Yann :
    27 janvier 2011 @15h36   « »

    Alain Gresh :

    L’Autorité palestinienne aurait accepté des concessions sans précédent sur Jérusalem, sur les réfugiés, sur les frontières. Rien n’est plus éloigné de la vérité.

    Ali Abunimah :

    For Palestinian refugees, the concern must be that the PLO appears to be vigorously defending its right to solely decide on the refugee issue with Israel, while at the same time appearing willing to make substantial compromises on the rights of refugees, including effectively giving up the right of return for all but a tiny, symbolic number of Palestinians.

  • permalien
    27 janvier 2011 @16h00   « »
    Walk like an egytpian

    Et en France ?

  • permalien Philippe :
    27 janvier 2011 @16h37   « »

    Le titre de votre article est trompeur et il est dommage que vous ne vous intéressiez pas réellement aux documents révélés par Le Guardian et Al Jazeera.

    La chaîne révèle par exemple aujourd’hui même qu’Israéliens et AP considèrent Al Jazeera comme un obstacle au "processus de paix". Elle ne cache rien de ces critiques, au contraire, c’est le sujet du jour sur la chaîne.

    On relèvera aussi les récents propos du négociateur en chef de l’AP, Saeb Erakat, qui s’inquiète du rôle de la chaîne dans les mouvements en cours dans les pays arabes :

    "Al-Jazira a mis le feu en Tunisie, au Liban et dans divers pays arabes", a-t-il ajouté, en référence aux mouvements de protestation dans ces pays, largement couverts par la chaîne. Sollicitée par l’AFP sur cette volée de critiques, la direction d’Al-Jazira n’a souhaité faire aucun commentaire.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...

    Tout cela en dit long sur la réalité de l’AP et d’une partie de l’élite palestinienne, sans doute lasse de ne pouvoir profiter de la vie insouciante de n’importe quelle classe privilégiée.

    Il est dommage que vous ne saisissiez pas au bond cette opportunité de mettre en exergue la réalité de l’AP comme expression des sentiments profonds de l’oligarchie, ce qui ne va certainement pas dans le sens des intérêts du peuple palestinien.

  • permalien Yvan :
    27 janvier 2011 @17h18   « »

    Elia Suleiman « rêve » de voir la révolution tunisienne s’étendre | Rue89

    « Il y a deux manières de regarder l’Autorité palestinienne, l’une négative, l’autre positive. La négative, c’est qu’il est pathétique qu’une non-autorité tente de faire preuve d’autorité… A qui parlent-ils, et qui croient-ils tromper ?

    La partie positive c’est que, n’ayant aucune autorité, cela laisse de l’espace pour le changement. Cela entraîne une sorte de solidarité avec la vulnérabilité de l’Autorité palestinienne : les gens savent qu’ils peuvent les renverser d’un seul coup, que la rue peut leur dire d’un seul coup “ça suffit ! ” Et les événements de Tunisie ou d’Egypte rendent ce scénario possible.

    L’Autorité n’a d’autorité sur rien, le vrai visage de l’Autorité, c’est évidemment Israël. C’est triste, je connais des membres de cette Autorité et je sais qu’ils ont de bonnes intentions. Avec ces événements, on en revient aux fondamentaux, c’est-à-dire l’occupation qui dure depuis si longtemps.

    On en vient à être jaloux des autres situations dans le monde, il s’est passé tellement de choses, mais pas chez nous, ou chez eux dans mon cas…

    Ce qui vient de se passer est donc très positif, ça recentre le débat : on devrait mettre fin à ces fausses négociations et se retrouver face à Israël et à ceux qui le soutiennent, et de tous les pouvoirs oppressifs. C’est le message des humiliés de ce monde aujourd’hui, il est temps de libérer cette énergie positive. »

  • permalien Noval :
    27 janvier 2011 @20h17   « »

    " Se pourrait-il que le monde Arabe décide de se choisir lui-même ses dirigeants ? "

    http://www.legrandsoir.info/Une-nou...

  • permalien Noval :
    27 janvier 2011 @20h44   « »

    Mais pourquoi, grand Dieu, pourquoi tirent-ils sur un enfant de douze ans ?

    http://www.youtube.com/watch?v=OLfq...

  • permalien Yvan :
    27 janvier 2011 @20h52   « »

    L’Autorité palestinienne en appelle à ses alliés contre la presse [Voltaire]

    L’Autorité palestinienne pense avoir identifié les sources des 1 600 documents confidentiels remis à la chaîne Al-Jazeera. Selon Saëb Erakat, il s’agirait de Clinton Swicher (journaliste de la chaîne qatarie), Alastair Crooke (ex-diplomate britannique qui dirige le Conflicts Forum), et de Ziyad Clot (conseiller de l’émir de Qatar). Les trois hommes sont des militants exemplaires au service de la paix qui ont maintes fois fait la preuve de leur courage et de leur intégrité. Or, ils ont été par le passé en contact avec ces documents, et ils les ont commentés pour la chaîne.

    Les fuites correspondent à des dossiers échangés par les négociateurs au cours des dix dernières années.

  • permalien Nathan :
    27 janvier 2011 @21h07   « »

    Les négociateurs palestiniens étaient sans doute prêts à faire des concessions importantes sur le tracé des frontières, les réfugiés et le statut de Jérusalem mais nous n’avons qu’une vision partielle de ces négociations et au final les parties ne sont tombées d’accord sur rien, ce qui limite notre jugement. Personnellement, à lire ces comptes-rendus, je trouve que Erekat a été courageux et pugnace, embourbé dans une confrontation désespérée avec un interlocuteur qui a tous les atouts en main, qui ne veut absolument rien céder et qui de surcroit est soutenu des deux bras par les Etats-Unis, dont la partialité dans cette négociation est outrageante.

  • permalien K. :
    27 janvier 2011 @22h52   « »

    Robert Dreyfuss, aprés le discours sur “l’état de l’Union” de Obama, ce dernier s’étant auto-décerné la mention excellente en politique étrangère :

    Malheureusement, la politique étrangère d’Obama est en ruines. Nulle part dans le discours a-t-il parlé de son incapacité totale à faire des progrès sur le front israélo-palestinien....

  • permalien K. :
    27 janvier 2011 @23h26   « »

    Qui a dit,

    Cela fait 60 ans que mon pays, les États-Unis, a cherché la stabilité [pour les intérêts d’USisrael] aux dépens de la démocratie [et des conditions socio-économiques] au Moyen-Orient - et nous n’avons obtenu ni l’un ni l’autre.

     ?

    Condoleeza Rice, discours du caire en 2005.

  • permalien Yann :
    27 janvier 2011 @23h40   « »

    Tariq Ali :

    Even [Edward Said] would have been taken aback by the sheer scale of what the PLO leadership agreed to surrender : virtually everything except their own salaries.

  • permalien Lou :
    28 janvier 2011 @00h12   « »
  • permalien Lou :
    28 janvier 2011 @00h27   « »
    Palestine, vrais meurtres,

    Un Palestinien tué par un colon israélien en Cisjordanie

    Un Palestinien de 18 ans a été tué par balle, jeudi 27 janvier, par un colon israélien près de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie occupée.

    La victime s’appelle Oudaï Maher Qadous, a précisé l’hôpital où le corps a été déposé. Les proches de la victime ont indiqué que le jeune homme était mort de blessures par balle à la poitrine.

    ATTAQUÉ ALORS QU’IL TRAVAILLAIT DANS UN CHAMP

    Un cousin, Omar Qadous, témoin de la scène, a raconté qu’il avait été attaqué, avec la victime, par quatre colons qui leur ont tiré dessus d’une colline, alors qu’ils travaillaient dans un champ proche de leur village.

    Medics : Settler kills Palestinian protester

    Ady Maher Qadous, 19 ans

  • permalien Stolypine :
    28 janvier 2011 @06h04   « »

    Article très interressant sur Al-Jazeera et les Palestine papers.

    http://www.causeur.fr/le-souk-des-fuites-diplomatiques,8475

  • permalien Abu Marwan :
    28 janvier 2011 @07h38   « »

    1/2
    Les " revelations" d’ Al Jazira font partie d’ une course effrenee des medias pour presenter au telespectateur des faits ou supposees verites, sans pour autant se donner la peine d’ approfondir l’ analyse. Neanmoins, ces revelations interpellent sur la legitimite de l’ AP, et sur le role qu’ Al Jazira chercher a jouer et les positions ambivalentes du Qatar, miniscule emirat petrolier, sous protection amercaine, et se servant d’ Al Jazira comme instrument pour influer sur le cours des evenements dans le Monde Arabe.

    Il etait connu de tous que les palestiniens depuis Oslo s’ etaient mal prepares aux negotiations ; Edward Said l’ avait clairement explique
    sur les colonnes du Monde ou Monde Diplomatique. On sait aussi qu’
    Camp David des concessions avaient ete faites, mais pas au point de
    satisfaire l’ appetit israelien, ce qui a valu a Arafat son encerclement
    dans la Moqataa jusqu’ a son transfert medical en France.

    L’ AP a t- elle la delegation et la legitimite suffisantes pour faire des
    concessions ? Peut- elle accepter la mise sous tutelle de l’ esplanade
    des mosquees, site sacre pour tous les musulmans ? Peut elle
    legitimiment accepter le droit au retour de seulement 100 000 voire 1 000 000 ? Et le refuser pour tous les autres ? Ou leur proposer une
    indemnisation et / ou un nouvel exil ! Peut- elle accepter les
    concessions sur le territoire ? Dans le contexte actuel de la division
    palestinienne, et apres la defaite du Fatah colonne vertebrale de L’
    OLP et de l’ AP aux dernieres elections, la representativite de cette
    meme autorite est plus que remise en cause. Elle n’ a de legitimite
    que ce que les chancelleries occidentales veulent lui donner ; mais
    pas celle democratique issue d’ elections. Sa popularite est au plus
    bas, et sa representativite, sans le Hamas, une composante
    incontournanle du peuple palestinien, n’est plus acquise. De ce fait
    toutes les gesticulations, negociations qui aboutiraient a des concessions pourraient etre difficilement acceptees et mises en
    application.

  • permalien une bille :
    28 janvier 2011 @08h02   « »

    Il est bien connu que face à la volonté de paix inébranlable des dirigeants israéliens, les Palestiniens n’ont pas grand chose à "offrir". "Ils"ont multipliés les obstacles , il y a eu Arafat, puis Yassin, puis Obama, et maintenant, "ils" ont le culot de ne rien opposer.

    Comment voulez-vous, devant une telle obstination imposer la paix légitime à laquelle tout Israélien aspire ?

    Le Figaro - Flash actu : Israël/paix : Lieberman pessimiste

    "Par conséquent, la politique israélienne doit être basée sur une réalité et non pas une illusion, tout en maintenant le dialogue avec les Palestiniens et en améliorant les arrangements de sécurité et la situation économique des Palestiniens", a ajouté M. Lieberman."C’est le maximum auquel nous pourrons parvenir dans les années à venir", a ajouté M. Lieberman, chef du parti ultranationaliste Israël Beiteinou.
  • permalien qlq1 :
    28 janvier 2011 @09h52   « »

    et un autre tué là....
    mais par Mbarack...
    http://www.youtube.com/watch?v=1d5T...

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @10h13   « »

    Le papier de Robert Fisk que je citais plus haut est traduit ici :

    - Une nouvelle vérité émerge du monde arabe - Robert Fisk

  • permalien chamil :
    28 janvier 2011 @11h23   « »

    L’AP contre Al Jazeera
    Abbas et son administration corrompue rejoignent la meute des anti-al Jazeera, avec G.W.Bush, la mouvance sioniste, les arabophobes, les dictateurs arabes, les pantins et leurs laquais intellectuels.

    Triste épitaphe pour le Fatah, qui fut le parti de la fierté palestinienne au coeur de tous les arabes...

  • permalien Gracchus :
    28 janvier 2011 @11h46   « »

    (1/2)

    Dans son livre, Ziyad Clot met remarquablement en lumière à la fois l’amateurisme, le dilettantisme, des dirigeants de l’Autorité de Ramallah, et la position de faiblesse dans laquelle le soi-disant "processus de paix" les a enfermés (il y ont mis du leur pour en arriver là).

    Le seul fait que ce jeune avocat français, qui voulait enseigner dans une université palestinienne mais n’a pu le faire car sa connaissance de l’arabe laissait à désirer, se soit retrouvé presque malgré lui en première ligne des négociations sur le sort réfugiés en est une preuve.

    Il explique (p.101) :

    J’apprends que le poste de négociateur sur les réfugiés a été proposé à diverses personnalités dont la compétence sur la question est reconnue : Nabil Shaat, Akram Haniyeh, Salim Tamari.
    Tous, un à un, ont décliné l’offre. Ils n’est pas difficile de comprendre pourquoi : toutes les personnes qui suivent de près ce conflit savent que s’il doit y avoir un jour un accord sur la base de deux Etats, l’OLP devra lâcher du lest sur la question des réfugiés. Côté OLP, le droit au retour semble être devenu sujet à compromis même s’il s’agit d’un droit dont chaque Palestinien dispose individuellement : le droit de choisir de retourner chez lui ou de refaire sa vie ailleurs. Les personnes susceptibles de négocier le dossier le savent. Alors que le droit au retour reste au coeur de l’identité palestinienne, personne ne veut porter le chapeau. Personne ne veut devenir le traître qui a vendu les droits des réfugiés palestiniens.

    Il met aussi en évidence le dédain de Saeb Erekat, surtout préoccupé de se montrer sur les plateaux de télé, pour les réfugiés, dont il ignore à peu près tout.

    Il est donc exact que les "Palestine Papers" n’ajoutent pas d’élément bien neuf à propos de la problématique des réfugiés pour ceux qui avaient lu "Il n’y aura pas d’Etat palestinien".

    Sur Jérusalem et les frontières, je ne saisis pas, en revanche en quoi des documents de 2001 démontreraient qu’il n’y a pas eu de capitulation de l’A.P. en 2008.

  • permalien Gracchus :
    28 janvier 2011 @11h46   « »

    (2/2)

    Les "Palestine Papers" ne démontrent-ils pas surtout qu’une petite caste de "Palestiniens de l’extérieur", qui se sont naguère agrégés autour d’un Arafat déclinant, exerce le pouvoir à Ramallah sans plus guère de connexion avec la population dont ils sont, avec les Américains et l’occupant israéliens, les seuls à croire qu’ils la représentent encore (et dont 70% sont des réfugiés) ?

    Ils n’ont plus aucun mandat démocratique et n’osent pas organiser des élections, qu’ils sont certains de perdre (ils n’étaient bien avant qu’Al Jazira s’en mêle). Ils collaborent massivement avec l’occupant sur le plan sécuritaire (en clair : ils font souvent le sale boulot à sa place) et collaborent activement à des exécutions extra-judiciaires qui sont des crimes de guerre.

    C’est donc, finalement, un régime assez similaire à ceux de bien des pays arabes : un régime autoritaire, peu soucieux des besoins et des aspirations de son peuple, porté à bout de bras par l’occident qui comme d’habitude a une politique à courte vue et ne supporte pas, quand des élections ont lieu, que ce ne soient pas ses favoris qui gagnent.

    Avec, en prime, une occupation qui fait des morts tous les jours, que ce soit par l’armée ou par les colons.

    Cela peut-il aboutir à autre chose qu’un bain de sang de plus ?

  • permalien chamil :
    28 janvier 2011 @12h01   « »

    Autre carpette du monde arabe, Boutros Ghali qui nous explique que le cher "président" égyptien est très populaire...

    Interview France Inter

    Pas étonnant qu’avec ces laquais autoritaires, Israël et les Etats-Unis se sentent bien... Le monde arabe, comme le bloc soviétique ou les dictatures latino-américaines, a sécrété des dirigeants en guerre contre leur propre population.

  • permalien Lou :
    28 janvier 2011 @12h44   « »

    IX Négociations Juin-Septembre 2008
    in
    Il n’y aura pas d’Etat palestinien. Journal d’un négociateur en Palestine

    de Ziyad Clot

    page 151

    L’OLP s’est cependant résigné à accepter pour la première fois que certaines colonies ne soient pas démantelées et intègrent les futures frontières d’Israël. Je ne sais pas s’il faut s’en réjouir, mais c’est historique. Les Palestiniens ont mis une carte sur la table : ils sont prêt à accepter que les colonies de French Hill, Ramat Eshkol, Ramot Alon, Ramat Shlomo, Gilo et Talpiot passent en Israël, en plus du quartier juif de la vieille ville de Jérusalem. Cette offre permettrait d’inclure 70% des colons au sein de l’état hébreu.

    Pour Livni, ce n’est pas assez.

  • permalien sébastien :
    28 janvier 2011 @13h42   « »

    Révélations ?
    Je ne sais pas si le terme convient.
    Cela confirme que les positions de l’AP étaient proches de celles du pacte de Genéve de 2003. Et lorsque que vous savez vu des négociateurs de ce pacte sont proche de l’AP, vous comprenez pour qui sait lire entre les lignes.

    Ca montre que l’AP et en son temps Arafat ont su faire preuve de réalisme, qu’il y a un partenaire pour la paix coté palestinien, et pas israélien.

    Soyons clair ne faisons pas dire à l’AP ce quelle n’a dit.

    Ce n’est pas un renoncement au droit au retour, mais un compromis sur la question qui tient compte de l’équilibre démographique d’Israël.

    A Jerusalem est, les quartiers arabes iront à l’Etat palestinien.

    Oui à des échanges de territoires sur la base de 1 pour 1.

    Pas d’abandon d’un Etat palestinen indépendant.

    Appelez cela comme vous voulez, mais pour beaucoup de gens, c’est du réalisme, qui tient compte des rapports de forces.
    Toute autre position est immorale.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @14h35   « »

    Cela confirme surtout que la soi-disant "autorité palestinienne" est une bande de traîtres et de collaborateurs corrompus jusqu’à la moelle et que le régime d’occupation de la Palestine n’a jamais eu la moindre intention de négocier quoi que ce soit, il s’agirait peut être de dire les choses telles qu’elles sont, et d’appeler un chat un chat !

  • permalien sébastien :
    28 janvier 2011 @15h42   « »

    Que proposez-vous JC ?

    Si le fatha n’a pas libéré la Palestine, s’il n’a pas stopé la colonisation en Cisjordanie et à jérusalem-est, le hamas non plus, n’a pas mis fin au blocus de Gaza.

    Ne jamais oublier que le rapport de forces, n’est pas en faveur des palestiniens, qu’ils soient fatah, ou hamas.

  • permalien Orangerouge :
    28 janvier 2011 @15h51   « »

    La force des manifestations est incroyable en Egypte.

    A Alexandrie il y aurait des fraternisations des policiers avec les manifestants.

    http://actualutte.info/?p=1007

    Je crois qu’il n’y a qu’Al Jazeera qui informe correctement.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @16h07   « »

    Je ne propose rien Sébastien, je n’ai pas cette prétention, j’observe et j’attends pour voir. L’Histoire nous enseigne qu’il n’est jamais bon d’être présomptueux, elle nous enseigne aussi que les rapports de forces ne sont pas écrits dans le marbre, que leur évolution peut occasionner de très mauvaise aux présomptueux.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @16h09   « »

    Erratum :

    Lire : "de très mauvaises surprises"

  • permalien sébastien :
    28 janvier 2011 @16h14   « »

    Le Monde Diplo est-il un journal sioniste ?
    c’est ce que pense le réseau voltaire et Pierre Yves Salingue.
    http://www.voltairenet.org/article1...

    "Dominique Vidal-Sephiha est un militant sioniste, collaborateur du « Monde diplomatique », dont il fut rédacteur en chef adjoint jusqu’en 2005. Au cours des deux dernières décennies, son journal en général et lui en particulier, se sont efforcés de ne plus présenter Israël uniquement comme un acteur géopolitique, mais de publier des articles sur la société israélienne et ses contradictions. Ce travail de relations publiques vise à faire aimer les Israéliens par un lectorat réputé pro-palestinien. A terme, il s’agit de conduire les lecteurs du soutien aux droits inaliénables du Peuple palestinien au soutien à la politique de collaboration de l’Autorité palestinienne. "

    Dominique Vidal, colaborateur d’Alain Gresh un sioniste ?

    Deux réponses du principal intéressé :

    "Que le Réseau Voltaire me présente comme un « militant sioniste » chargé de « faire aimer les Israéliens par le lectorat réputé pro-palestinien » du Monde diplomatique est, à vrai dire, plus grotesque que diffamatoire. Comme je l’écrivais hier matin, si le ridicule tuait, Thierry Meyssan serait mort - et j’ajoute : depuis longtemps. Sauf que le responsable de l’articulet me visant a cru utile d’ajouter le nom de mon père (Sephiha) au mien (Vidal) et de publier une photographie où je figure à ses côtés lors de la légation de sa bibliothèque au « Mémorial de l’Holocauste »."

    http://www.google.fr/url?sa=t&s...

    http://www.france-palestine.org/art...

  • permalien Orangerouge :
    28 janvier 2011 @16h44   « »

    Sur euronews des images des manifestations au centre du Caire.

  • permalien une bille :
    28 janvier 2011 @18h22   « »

    Le couple Aljazeera/Guardian semble porter son offensive médiatique, sur l’Égypte aussi.

    Al Jazeera English : Live Stream - Watch Now - Al Jazeera English

    Protests in Egypt - live updates | News | guardian.co.uk

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @18h44   « »

    Quelle offensive ? The Guardian & al-Jazeera font tout simplement leur job, a contrario des médias de reptiles, qui cirent les pompes des puissants & véhiculent leur propagande putride.

  • permalien une bille :
    28 janvier 2011 @18h51   « »

    « The Guardian & al-Jazeera font tout simplement leur job »... au Caire, mais il le font moins simplement à Sanaa.

  • permalien Nathan :
    28 janvier 2011 @19h02   « »

    Impressionnantes photos des manifs en Egypte : http://totallycoolpix.com/2011/01/t...

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @19h23   « »

    @ une bille

    En l’espèce je disais, en d’autres circonstances je n’en sais rien, quand à les mettre dans un même sac, cela me semblerait très abusif, pour ce qui est du Guardian toujours, il me semble difficile de l’attaquer sur ce terrain là, je ne connais pas un seul média sur la planète qui lui arrive à la cheville.

    @ Nathan

    Merci pour nous signaler ces excellentes photos ! Mais ne vous réjouissez pas trop vite, vos mentors ne vont pas du tout apprécier la suite des événements, si elle se déroulait comme je la vois peut-être venir...

  • permalien une bille :
    28 janvier 2011 @20h01   « »

    @jc,

    Je ne disais pas pas ça pour critiquer, personnellement ça me convient, mais il faut se rendre compte que le sort de l’Égypte est beaucoup plus lié au problème palestinien que celui de la Tunisie ou du Yémen.

    D’autre part le style "live" du traitement égyptien dramatise la situation de la même façon que Fox News au moment de l’invasion de l’Irak. Enfin certaines informations, comme le ralliement de policiers aux manifestants, ou des combats entre policiers et militaires demandent tout de même à être manipulés avec précautions.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @20h36   « »

    @ une Bille

    Ouais, peut-être.............. Mais c’est toujours mieux que le blackout des médias hexagonaux, ou leurs commentaires propagandistes à la con, du genre "l’Occident condamne fermement le régime de Mubarak" alors qu’ils ne condamnent rien du tout, se contentant de "d’appeler les deux parties à le retenue", ce qui revient à mettre le coupable et la victime au même niveau...

  • permalien Nathan :
    28 janvier 2011 @21h57   « »

    Est-ce que la police ou l’armée égyptienne aura raison des manifestants comme la sinistre Savak islamique en Iran, l’avenir nous le dira...

    Dommage aussi qu’il n’y ait pas de manifestations en Syrie mais ça peut toujours venir... Il n’y a pas de raison que les dictatures prétendument progressistes soient à l’abri.

  • permalien Karim :
    28 janvier 2011 @22h00   « »

    D’ici, c’est facile à dire.
    Mais parfois, la résistance doit être un principe.

    Quel intérêt d’avoir un état palestinien d’opérette ?
    Avoir une "paix-capitulation" où l’état qui en découle n’aurait aucune souveraineté, excepté de principe.

    Négocier un... Bantoustan ?

    La colonisation a été bien trop loin que pour avoir un état palestinien pleinement souverain.

    Donc, une paix durable ne serait possible que par la mort du caractère exclusivement juif de l’état d’Israël.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @22h09   « »

    @ Nathan

    Pour mémoire la savak n’a pas eu raison des manifestants iraniens en 1979 et l’armée a contribué à la révolution islamique...

    Pour ce qui est de la Syrie, quand vous dites qu’il n’y pas de raison qu’une révolution ne touche pas aussi un régime progressiste, il faut bien de facto croire que si et cela n’a rien d’étonnant, ne prenez pas vos désirs pour des réalités !

  • permalien K. :
    28 janvier 2011 @22h52   « »

    Un soulèvement egyptien qui se terminerait par l’avènement d’un régime populaire, pourrait constituer l’électrochoc qui guérirait rapidement, si ce n’est les dirigeants israéliens, au moins l’opinion publique israélienne de leur délire chronique.

    Qui sait, peut-être même pourrait-on voir un soulèvement populaire en Israel si jamais les psychopathes qui les dirigent s’entêtent à ne rien vouloir comprendre.

  • permalien jc :
    28 janvier 2011 @23h02   « »

    Un type (juif) évoquait cette hypothèse l’autre jour dans la rubrique "opinions" de Haaretz...

  • permalien Laurent Szyster :
    28 janvier 2011 @23h02   « »

    Al-Jazeera c’est le Qatar.

    Et le Qatar c’est ça :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Qatar

    Quasi esclavage des immigrants d’Asie, impossibilité d’acquérir la nationalité pour 80% de la population, impunité des nationaux, on en passe et des meilleures.

    Et bientôt, pour remplacer les baraques de chantier le Qatar aura son premier township, une ville intégrée au milieu de la zone industrielle avec 4,27 mètre quarré de surface pour chaque escl... heu ... travailleur.

    L’immigration choisie par le Qatar scandaliserait même Marine Le Pen.

    Voila un état foncièrement raciste et sectaire qui combine merveilleusement la modernité ultra-libérale et les bonnes vieille tradition esclavagistes.

  • permalien K. :
    28 janvier 2011 @23h32   « »

    Discours Moubarak : promesses et menaces.

    j’apporterais liberté et bien-être matériel au peuple egyptien, les forces de sécurité ont eu raison de réprimer les manifestants, je vais commencer par un remaniement ministériel, maintenant que tout va bien gare à ceux qui ne respectent pas l’ordre publique.

    Du déja vu, et il n’y a pas si longtemps...

  • permalien Orangerouge :
    28 janvier 2011 @23h34   « »

    Heureusement que les journalistes d’Al Jazeera sont là. Ce n’est pas la télé française qui va nous dire en direct ce qui se passe en Egypte.

    Ils sont incapable de comprendre que ce qui se passe hors d’occident puisse être stratégique pour la planète.

    ... Même si Moubarak promettant un nouveau gouvernement pour bientôt c’est pas précisément enthousiasmant ...

  • permalien Deïr Yassin :
    28 janvier 2011 @23h35   « »

    Hosni Mubarak vient de terminer un discours à la télé égyptienne où il a annoncé que demain il formera un nouveau gouvernement, des reformes blahblahblah.
    Selon William Weessa, le rédacteur en chef du service arabe du RFI, Moubarak n’a rien compris, les réformes, il les promets après chaque crise, et Weessa considère le discours comme une insulte envers les manifestants.

  • permalien Yann :
    29 janvier 2011 @01h15   « »
    Demain la Palestine

    Oblabla : ’Il faut des réformes."

    Les Egyptiens, eux, veulent la révolution.

    Obama, dégage !

    Les médias français, étatsuniens ne vont pas travailler contre leurs maîtres...

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @10h11   « »

    Yann : "Obama, dégage"

    Je vous rappelle qu’Obama a été élu démocratiquement.

    Et qu’il sera probablement réélu tout aussi démocratiquement.

    Si vous n’êtes pas capable de faire la différence entre un dictateur et un dirigeant élu à la suite d’un processus démocratique, c’est grave...

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @10h17   « »

    Obama a été élu démocratiquement ... par les Egyptiens ... les Palestiniens ... les Yéménites ... les Français ... les Boliviens ... etc ...

    Le problème est qu’Obama est un caméléon : il y a ce qu’il dit, il y a ce qu’il fait ... Il y a ce qu’il fait publiquement ... ce qu’il fait en coulisse reste inconnu.

    Les discours sont bien mieux que ceux de Bush, les actes ...
    En étant très très tolérants : wait and see ?

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @10h18   « »

    Barak Obama a décidé que la France bombarderait des gens qui ne lui ont rien fait en Afghanistan.

    C’est démocratique ?

  • permalien Gracchus :
    29 janvier 2011 @10h26   « »
    @Nathan

    Obama a été élu démocratiquement président d’Egypte ? Ou du monde entier ? Dites-moi, je brûle de le savoir.

    Je n’ai pas souvenir qu’on m’ait demandé mon avis, en tous cas...

    Quant au caractère démocratique de l’élection du président de l’Empire, il est assez douteux.

  • permalien gloc :
    29 janvier 2011 @10h28   « »

    Barak Obama a décidé que la France bombarderait des gens qui ne lui ont rien fait en Afghanistan.

    C’est démocratique ?

    Il y a vraiment des conneries qui sont difficiles à supporter sur ce blog.

    Sarkozy et ces femmes afghanes aux mains coupées « Le Sarkopithèque

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @10h36   « »

    gloc, es-tu convaincu que Sarkozy aurait envoyé l’armée française en Afghanistan si les Etats-Unis ne lui avaient pas demandé (et de façon pressante) ? Vraiment ?

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @10h36   « »

    Oui mais alors il fallait préciser : "Obama, dégage... de l’Afghanistan".

    Cela dit, le jour où Obama dégagera, les talibans reprendront le pouvoir et imposeront leur joug au peuple afghan.

    Ce jour-là, on ne vous entendra plus. Ça sera "tout va très bien madame la marquise".

    Je rappelle tout de même, pour ceux qui l’auraient oublié, que les djihadistes d’al-Qaida qui s’en sont pris aux Etats-Unis, ont été nourris, blanchis, couvés et choyés par le régime taliban. Ceci explique peut-être cela, ne trouvez-vous pas ?

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @10h38   « »

    @ Nathan

    Obama a été élu "démocratiquement" dans une "démocratie" où seuls les riches peuvent se présenter aux élections, où les pauvres quand ils ne sont pas derrière des barreaux ne votent pas parce qu’ils refusent de choisir entre la peste et le choléra, dans une démocratie où des groupes mafieux au service de l’étranger ayant pignon sur rue peuvent ouvertement acheter les voix des élus détourner l’argent du contribuable pour servir un régime raciste colonialiste à des milliers de kilomètres de là plutôt que servir aux millions de pauvres de cette "démocratie" idéale, etc.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @10h54   « »

    Eh oui Nathan c’est le bon discours des dirigeants occidentaux, tu le retranscris très bien : mieux vaut un dictateur que l’on contrôle et corrompt, et qui nous donne à bon prix ses ressources, qu’un gouvernement élu démocratiquement dont on ne sait pas ce qu’il sera.

    La démocratie donne des résultats incertains, certains ne supportent pas la démocratie à cause de cela.

    Les populations qui votent "mal" seront sacrifiées, c’est un détail. Elle n’ont pas le droit de suivre leur chemin et de faire leurs apprentissages à travers une histoire qui leur soit propre.

    Mieux vaut les mettre sous la chappe d’une bonne dictature choisie par les dirigeants occidentaux, cela parait plus sûr, et surtout on y gagne économiquement beaucoup plus (ressources et rétrocommissions sur les flux de corruption).

    Mais les dictatures peuvent craquer ... donc on n’échappe pas à l’incertitude de toute façon ..!

    Parce que l’incertitude c’est la vie !

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @10h56   « »

    Je trouve au contraire qu’un pays - en dépit de tous ses travers bien connus, notamment celui de se vouloir le gendarme du monde et d’imposer sa vision idéologique à d’autres peuples - un pays qui donne l’occasion à un Noir aux origines modestes de devenir président, n’est pas sans mérite.

  • permalien gloc :
    29 janvier 2011 @11h04   « »

    .... si les Etats-Unis ne lui avaient pas demandé (et de façon pressante) ? Vraiment ?

    Ah bon ? Ce sont les États-Unis, maintenant, ce n’est plus le "caméléon" (je suppose que dans vos phantasmes, c’est celui qui parfois blanc parfois noir).

    Le "caméléon" comme vous dites ça fait deux ans qu’il débarrasse la planète du merdier que son prédécesseur à laissé.

    Quant à votre protégé (celui qui se marre quand on lui ramène ses macchabées), s’il avait été président à ce moment, il nous aurait foutu l’Irak en prime avant même qu’on le lui demande.

    C’est une honte de proférer de telles inepties à un moment historique comme celui que nous vivons en ce moment.

    Il est possible qu’Obama ne corresponde pas à vos critères, mais que ça vous plaise ou non, c’est celui que le peuple américain a choisi pour défendre ses intérêts et il vous faudra bien faire avec ma chère, vous aurez beau cracher tout le venin que vous voudrez, il se passera de votre avis.

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @11h04   « »

    @ Orangerouge

    Je dis simplement que si on remplace une dictature par une autre dictature, qu’elle soit islamique ou prétendument populaire, on n’aura rien gagné au change.

    En Iran, on a remplacé la dictature pro-occidentale du Shah par la dictature anti-occidentale des mollahs. Les Iraniens ont-ils gagné au change ?

    C’est ça le "modèle" que vous voulez pour l’Egypte ?

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @11h10   « »

    Si ce n’est que les "dictatures islamiques" n’existe que dans votre esprit Nathan, par contre ce qui existe bien malheureusement ce sont les monarchies obscurantistes tout droit sorties du Moyen-Age qui plaisent tant à vos amis.

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @11h16   « »

    Dire Gloc que "le peuple américain a choisi Obama" est une contre vérité patente, lisez donc ce qu’en dit Noam Chomsky...

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @11h20   « »

    Il existe de nombreuses dictatures islamiques : l’Arabie saoudite, le Soudan, l’Iran, l’Afghanistan du temps des talibans, la Libye... Tout le monde sait ça...

    Certaines sont soutenues par les Etats-Unis, d’autres s’y opposent... Mais ce sont toujours des dictatures.

    Par ailleurs, nous savons ce qu’il en est des "révolutions". Elles démarrent sous l’action de la "volonté du peuple" mais finissent toujours par être confisquées par une oligarchie mafieuse laquelle invoque à tout bout de champ ladite volonté populaire pour asseoir ses privilèges et ses intérêts.

    En Iran, par exemple, une grande partie du pouvoir économique est au mains des pasdarans. En Algérie, entre les mains des militaires. Etc etc.

    Vieille rengaine.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @11h24   « »

    gloc, je voudrais partager votre confiance en Obama, gloc.

    Ce n’est pas Obama qui risque sa peau dans la rue en Tunisie en Egypte en Algérie au Yemen ...

    Guantanamo : il avait dit qu’il fermerait ce camps où des gens (et beaucoup qui ont défendu leur pays, ou rien fait du tout) sont détenus sans jugement et torturés. Qu’en est-il ?

    Afghanistan : Obama avait dit que l’armée américaine partirait. Il y a envoyé encore plus de soldats. Il y a de plus en plus de drone qui massacrent aveublément.

    En Haïti qu’a-t-il fait à part éviter que les Haïtiens ne puissent migrer aux Etats-Unis ?

    Je suis d’autant plus en colère contre Obama, que j’avais encouragé au moment des Présidentielles sa candidature. Du coup je reçois régulièrement des mails du gouvernement américain, de Michele ...!!! etc ... (Mes réponses sont un peu plus exigeantes qu’ils ne l’espèrent ...)

    Ce n’est pas Obama qui risque sa peau dans la rue en Tunisie en Egypte en Algérie au Yemen.

    Peut-être conseille-t-il aux armées de ces pays de ne pas tirer, personne ne sait s’il leurs conseille de déposer le dictateur. Je pense qu’il ajuste sa position selon le rapport de force imposé par la rue.
    Cela dit c’est mieux que Bush.

    Mais il a encore une très large marge d’amélioration (comme on dit en management) Obama !

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @11h33   « »

    Cela dit, les démocraties sont également - et de plus en plus depuis la montée en puissance de l’idéologie ultra-libérale - sous l’emprise d’intérêts privés hégémoniques. Par exemple, la puissance des lobbies, notamment financiers, aux Etats-Unis constitue une menace grave pour l’esprit démocratique. Si ça continue à ce train-là, la démocratie ne sera plus qu’un vain mot.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @11h35   « »

    gloc si vous pensez que je soutiens Sarkozy, relisez mes posts précédents !... Mais Sarkozy, et cette petite partie répugnante des français riches et avides qu’il représente, ont infiniment moins de pouvoir que les Etats-Unis et Obama.

    Quand à Nathan, vous connaissez l’avenir, vous avez la boule de cristal ! Bravo ! En fait vous avez horreur de la spontanéité des révoltes populaires, c’est le bordel, c’est incertain, ça vous fait peur. Je peux le comprendre.
    Ce que je comprends mal, Nathan c’est qu’une bonne dictature défendue par l’occident vous fasse moins peur qu’une révolution pacifique qui réclame la démocratie !

    Mais ils ne vous demandent pas votre avis et ils n’ont pas le choix pour renverser ces dictatures bien soutenues par les dirigeants occidentaux.

    Eux ils risquent leur peau, pendant que vous tapez des conneries chez vous sur votre ordinateur.

  • permalien gloc :
    29 janvier 2011 @11h37   « »

    @jc : quel Chomsky ? celui au moment de l’élection, ou celui d’un an plus tard, attentez un peu, il va peut-être encore changer d’avis.

    @Orangerouge,

    L’histoire des USA (encore très récente), montre qu’Obama n’a pas besoin d’aller à Tunis pour risquer sa vie.

    Quant au Caire, il l’a déjà fait, et ce n’est pas de sa faute si les Poussi Pachas qui roupillaient en pensant à leurs maitresses, l’avaient vraiment écouté ce jour là :

    ContreInfo :: Barack Hussein Obama : discours du Caire (traduction) 

    Avouez que pour un caméléon, il est vraiment monochrome.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @11h39   « »

    Un site d’information qui m’a l’air très bon. Et pas seulement pour l’Egypte :

    http://actualutte.info/?p=1143

  • permalien Noval :
    29 janvier 2011 @11h42   « »

    Concernant les évènements actuellement en cours en Egypte, on entend guère les dirigeants israéliens. Bizarre, bizarre ... D’autant plus que l’Egypte est pour Israël, un pays " ami " . Enfin, paraît-il ...

    Reste à savoir si Israël est prêt à acceuillir les nouveaux touristes que constitueront sans doute les Egyptiens dès que le niveau de vie et la démocratie auxquels ils aspirent leur permettront de se rendre dans ce pays " ami " si proche.

    Les Israéliens sont-ils prêts à laisser les futurs touristes Egyptiens constater par eux-mêmes de visu et in concreto à quoi ressemble " la seule démocratie au Moyen - Orient " ? ...

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @11h55   « »
    Monsieur Obama, encore quelques efforts

    - Vous avez mis votre veto sur nombre de résolutions de l’ONU condamnant les crimes d’Israël.

    - Vous Obama, vous ne cessez jamais d’armer les Israéliens qui ainsi tuent sans cesse les Palestiniens et maintiennent sous siège la population de Gaza.

    - Vous agravez la guerre meurtrière de civils en Afghanistan
    http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

    - Vous refusez la transparence sur les turiptudes des dirigeants occidentaux :
    http://www.lemonde.fr/technologies/...

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @11h58   « »

    Orangerouge, vous me prêtez des propos et des intentions contraires à ce que je dis. Je n’ai jamais dit qu’une dictature "stable" était préférable à un soulèvement populaire dont on ignore sur quoi il débouchera. Je dis que si les Egyptiens (ou ce que vous voulez) remplacent une dictature par une autre dictature, ils n’auront rien gagné au change. C’est juste un constat.

    Je sais depuis longtemps qu’il ne sert à rien de discuter avec vous car vous êtes de celles qui sont tombés dans la marmite de la vérité à la naissance.

  • permalien chamil :
    29 janvier 2011 @12h01   « »

    Concernant les évènements actuellement en cours en Egypte, on entend guère les dirigeants israéliens. Bizarre, bizarre ... D’autant plus que l’Egypte est pour Israël, un pays " ami " . Enfin, paraît-il ...

    Il est vrai que la "seule démocratie du Moyen Orient" ne souhaite pas perdre ce titre si utile à son marketing colonial ! Surtout pour se retrouver avec des régimes démocratiques (Palestine il y a quelques années, Liban, Irak avec des nuances) qui n’ont rien "d’amis".

    On découvrira probablement qu’Israël aura offert en toute amitié son "expertise sécuritaire" à la dicature répugnante de Moubarak, comme en 1970 auprès de l’autre tyran Hussein de Jordanie.

  • permalien Nathan :
    29 janvier 2011 @12h06   « »

    A propos de dictatures, la Chine a bloqué toute référence à l’Egypte sur les sites de micro-blogging de type Twitter ? Dès fois que ça pourrait donner des idées aux Chinois...

    http://english.aljazeera.net/news/a...

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @12h08   « »

    Les mots ont un sens ne vous déplaise Nathan, l’Iran n’est pas une "dictature islamique", c’est une République islamique bie au contraire, l’Arabie saoudite n’est pas non plus une "dictature islamique" c’est une monarchie absolue, qui n’a rien d’islamique bien au contraire, il n’ont d’islamique que leur bigoterie et n’utilient l’Islam que comme prétexte à leur pratiques médiévales barbares, ils pourraient tout aussi bien se prétendre chrétiens comme l’étaient les nôtres, cela n’y changerait rien !

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @12h17   « »

    El Baradei says that change must come from inside the Egypt.

    Cet homme a fait preuve d’un grand courage et d’une grande résistance face aux mensonges occidentaux sur les armes de destruction massives censées exister en Irak.

    Il sait de quoi il parle et il a fait la preuve qu’il ne se couchait pas face aux intérêts des occidentaux.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @12h21   « »

    El Baradei says that change must come only from inside the Egypt.

  • permalien jc :
    29 janvier 2011 @13h18   « »

    Robert Fisk, que j’égratignais plus haut, se reprend aujourd’hui :

    A people defies its dictator, and a nation’s future is in the balance

    A brutal regime is fighting, bloodily, for its life. Robert Fisk reports from the streets of Cairo

    Saturday, 29 January 2011

    It might be the end. It is certainly the beginning of the end. Across Egypt, tens of thousands of Arabs braved tear gas, water cannons, stun grenades and live fire yesterday to demand the removal of Hosni Mubarak after more than 30 years of dictatorship.

    And as Cairo lay drenched under clouds of tear gas from thousands of canisters fired into dense crowds by riot police, it looked as if his rule was nearing its finish. None of us on the streets of Cairo yesterday even knew where Mubarak – who would later appear on television to dismiss his cabinet – was. And I didn’t find anyone who cared.

    They were brave, largely peaceful, these tens of thousands, but the shocking behaviour of Mubarak’s plainclothes battagi – the word does literally mean "thugs" in Arabic – who beat, bashed and assaulted demonstrators while the cops watched and did nothing, was a disgrace. These men, many of them ex-policemen who are drug addicts, were last night the front line of the Egyptian state. The true representatives of Hosni Mubarak as uniformed cops showered gas on to the crowds.

    Lire la suite°°°

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @15h00   « »

    Avoir le sens de l’histoire :

    "Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a téléphoné samedi au chef de l’Etat égyptien Hosni Moubarak pour exprimer sa "solidarité"."Il a exprimé le souhait que Dieu bénisse l’Egypte et son peuple qui se sont toujours tenus au côté du peuple palestinien", selon un communiqué cité par l’AFP."

  • permalien Yvan :
    29 janvier 2011 @15h10   « »
    Wikileaks

    WikiLeaks : Hosni Moubarak vu par l’ambassade des Etats-Unis au Caire - LeMonde.fr

    "Gamal Moubarak et une poignée de responsables s’occupent de l’économie et du commerce, estime le diplomate américain qui rédige ce câble, mais Moubarak s’opposera à toute nouvelle réforme dès lors qu’il la considèrera comme une menace potentielle pour l’ordre public et la stabilité".

    "Moubarak est un Egyptien classique qui hait l’extrémisme religieux et ses interférences en politique. [Il] veut épargner à son peuple les violences, que provoqueraient selon lui le fait de retirer la bride des libertés civiles et individuelles. Dans l’esprit de Moubarak, il vaut mieux laisser souffrir quelques individus plutôt que de risquer de plonger la société dans le chaos", conclut le télégramme diplomatique.

  • permalien Lou :
    29 janvier 2011 @15h27   « »
    Palestine, fausses révélations, inquiétants éclairages....

    Mahmoud Abbas exprime sa "solidarité" à Moubarak

    Source AFP

    Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a téléphoné samedi au chef de l’État égyptien Hosni Moubarak pour exprimer sa "solidarité" et son espoir que le pays surmonte la contestation sans précédent débutée mardi. "Le président Mahmoud Abbas a appelé le président égyptien Hosni Moubarak et a affirmé sa solidarité avec l’Égypte et son engagement pour sa sécurité et sa stabilité", dit un communiqué du bureau de Mahmoud Abbas.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @15h36   « »

    Oui jc, c’est un salaud. Mais ce que je n’avais pas compris, c’est qu’en plus c’est un crétin. Parce que même pour son propre intérêt ce n’était pas le moment de faire cette déclaration.

    Un autre salaud, plus intelligent dans la gestion de ses intérêts personnels, s’est contenté de déclarations d’eau tiède, bien moins risquées :
    http://aujourdhui.ma/international-...

  • permalien Lou :
    29 janvier 2011 @15h44   « »

    pardon Orangerouge, je n’avais pas vu votre message sur Abbas

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @15h46   « »

    Que l’armée continue de respecter la vie des manifestants !

    Les Egyptiens ont le droit de maîtriser leur avenir et d’empêcher le pouvoir de Moubarak de maîtriser les lieux stratégiques.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @15h55   « »

    Oui jc vous avez raison !

    Lou, deux fois valent mieux qu’une !

    Nous vivons un moment historique tragique à distance (en tout cas pour moi). J’espère que l’armée va continuer à rester du côté des manifestants.
    Il faut que Moubarak ne traîne pas trop à comprendre qu’il n’a pas le choix : il faut qu’il parte vite pour épargner son pays.
    Son retard à comprendre peut être dramatique et aggraverait beaucoup son image.
    S’il me lit ... ;-)))

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @16h00   « »

    Sur Al Jazeera une sorte de petit tank roule tranquillement, couvert de manifestants qui sont montés dessus !

    Alors que le couvre feu est en cours depuis un bon moment ...

    Cela ressemble à la révolution portuguaise. C’est joyeux.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @16h12   « »

    Le Monde a mis en place un très intéressant site où l’on peut suivre des tweets et les commentaires du Monde, qui pour l’essentiel reprennent les informations données par Al Jazeera !

    Le Monde... présenté comme journal de référence ... dépendant du Quatar pour l’information sur l’un des thème les plus stratégiques du début du 21ème siècle ...

     ;-))

  • permalien Karim :
    29 janvier 2011 @16h22   « »

    Pour les morts, c’est moins joyeux.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @16h33   « »

    Bien sûr mais les morts sont pour la plus part provoqués par la police du régime Moubarak.

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @16h53   « »

    Allez Moubarak, il faut te dépêcher d’aller rejoindre tes fistons :

    "Deux fils de Moubarak, Alaa et Gamal, ainsi que leur famille sont arrivés à Londres "

    Je crois que c’est une info de la BBC en arabe.

  • permalien Yvan :
    29 janvier 2011 @16h54   « »

    Omar Suleiman vice président. Moubarak, a choisi l’épreuve.

    Omar Suleiman - Wikipédia

  • permalien pam :
    29 janvier 2011 @16h58   « »

    Omar Suleiman (à gauche)

  • permalien Orangerouge :
    29 janvier 2011 @17h17   « »
    Mon si beau pays, si bien gouverné : la France .... ;-(
  • permalien qlq1 :
    29 janvier 2011 @18h59   « »

    En Iran, on a remplacé la dictature pro-occidentale du Shah par la dictature anti-occidentale des mollahs. Les Iraniens ont-ils gagné au change ?

    Non les iraniens n’ont rien gagné ....MAIS les israéliens ont beaucoup perdu...

    Et maintenant la question :
    Israël risque t’ elle gros si la révolution égyptienne suit les traces de celle de l’Iran ?

    si votre repense est oui... alore ma répense a votre question :

    C’est ça le "modèle" que vous voulez pour l’Egypte ?

    est ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

    http://www.youtube.com/watch?v=BLjO...

0 | 100

Ajouter un commentaire