Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Egypte-monde arabe, la troisième vague

Egypte-monde arabe, la troisième vague

dimanche 30 janvier 2011, par Alain Gresh

« Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé ! » En ce 14 juillet, les habitants sont réveillés par la radio au son de La Marseillaise. Dans les rues, les gens se précipitent et crient « Vive la République, mort au roi ! » Ils ne savent pas encore que le souverain et une partie de sa famille ont été exécutés. Le soir, devant l’ambassade américaine, le grand poète Abdelwahhab Bayati déclame un poème, Fanfare pour les héros :

« Dans ma patrie le soleil se lève

Et les fanfares résonnent pour les héros.

O bien-aimée, réveillez-vous,

Car nous voici libres comme le feu,

Libres comme l’oiseau et comme le jour. »

Bagdad, 1958. L’armée vient de prendre le pouvoir, mais on est loin d’un coup d’Etat traditionnel. Les foules qui défilent montrent un soutien massif au nouveau régime et l’isolement de la monarchie pro-occidentale installée par les baïonnettes britanniques au lendemain de la première guerre mondiale. A l’époque, la France et le Royaume-Uni s’étaient partagé le Proche-Orient, traçant dans le vif des frontières improbables. Pour Paris, le mandat sur ce qui deviendra le Liban et la Syrie ; pour Londres, le contrôle de la Palestine, de la Transjordanie et de l’Irak. Dans les années 1930, puis, à nouveau, après la seconde guerre mondiale, de puissants mouvements nationalistes s’organiseront dans ces pays contre la mainmise coloniale. La révolution irakienne de 1958 marque le point culminant de cette vague qui va secouer le Proche-Orient et le Maghreb, avant de se briser sur la défaite arabe face à Israël en juin 1967.

A cette première vague succédera une seconde, caractérisée avant tout par des coups d’Etat militaires et par l’entrée du monde arabe dans une période de stagnation profonde, qu’est en train d’ébranler le mouvement inauguré par les Tunisiens en ce début d’année 2011.

La première vague, donc, a été marquée par la prise du pouvoir au Caire, le 23 juillet 1952, des « officiers libres » dirigés par Gamal Abdel Nasser. Plusieurs événements ponctuent cette période : la révolution algérienne, déclenchée le 1er novembre 1954 ; l’accession du Maroc et de la Tunisie à l’indépendance ; de puissantes manifestations contre le régime du roi Hussein en Jordanie ; des mouvements sociaux et des tentatives de coups d’Etat en Arabie saoudite. A partir du Caire, la radio La Voix des Arabes galvanise ces mouvements, qui débouchent en 1958 sur la création de la République arabe unie (RAU) regroupant l’Egypte et la Syrie. Puis, le 14 juillet, des officiers renversent la monarchie irakienne. En 1962, le même scénario qu’en Irak se déroule au Yémen, tandis que s’intensifie la lutte contre les Britanniques autour d’Aden et de ce qui deviendra le Yémen du Sud.

Cette vague va s’accompagner d’une volonté de récupérer les richesses nationales, contrôlées par l’étranger. Nasser nationalise la Compagnie du canal de Suez en juillet 1956 ; si la tentative de prise du contrôle du pétrole par le pouvoir de Mossadegh en Iran a échoué à la suite de son renversement en 1953 par un coup d’Etat orchestré par Washington et Londres, la revendication du contrôle de l’or noir s’étend et se renforce.

Cette vague, profondément nationaliste, va se heurter à un rejet, non seulement des puissances coloniales traditionnelles, mais des Etats-Unis, qui, certes, ne sont pas mécontents des difficultés françaises ou britanniques, mais n’acceptent pas la volonté d’indépendance des nouveaux régimes et, surtout, leur refus de s’engager dans des pactes antisoviétiques. Malgré certaines fluctuations, Washington va combattre ces aspirations et devenir la cible des nationalistes, qui se rapprochent de Moscou. Des études historiques ont montré à la fois cette crainte permanente de l’Union soviétique de la part des Occidentaux, qui voient partout au Proche-Orient la « main de Moscou », et le peu de réalité d’une telle peur, dont les conséquences seront pourtant désastreuses, car elle amènera les Occidentaux à tout faire pour affaiblir les mouvements nationalistes, y compris en aidant les mouvements islamistes les plus réactionnaires.

Sur les événements de cette année 1958 – renversement de la monarchie irakienne, débarquement militaire des Etats-Unis au Liban, intervention des parachutistes britanniques en Jordanie – et la mauvaise lecture qu’en font les Occidentaux, on lira Wm. Roger Louis et Owen Roger (sous la direction de), A Revolutionary Year : The Middle East in 1958, I. B. Tauris, Londres, 2002.

Cette vague, nous l’avons dit, se brisera sur la guerre de juin 1967. Les raisons de cet échec sont multiples : interventions occidentales ; incapacité des nouveaux régimes à engager leur pays sur la voie du développement économique ; autoritarisme grandissant au nom de la dénonciation de la « démocratie parlementaire », qui s’accompagne d’une mise au pas des syndicats, d’un système de parti unique, de limitations grandissantes de la liberté d’expression (pour un bilan rapide du nassérisme, lire « Nasser, quarante ans après »).

La deuxième vague de changement va être le contrecoup de la défaite de 1967. Prise du pouvoir du Baas à Bagdad en 1968, de Hafez El-Assad en Syrie en 1970, de Kadhafi en Libye et de Nemeiry au Soudan en 1969 ; au Yémen du Sud, devenu indépendant en novembre 1967, l’aile marxiste du Front de libération nationale triomphe en juin 1969. Ailleurs, les pouvoirs conservateurs se consolident, que ce soit en Arabie saoudite ou au Maroc. Cette période est aussi marquée par le début de l’infitah (ouverture) économique et l’abandon de toute recherche d’une voie socialiste dans le développement. En revanche, elle va voir la récupération par tous les pays de leurs richesses pétrolières, le plus souvent à travers des nationalisations. L’Arabie saoudite en sera la première bénéficiaire, accroissant son rôle régional au détriment de ses rivaux.

D’autre part, ces richesses récupérées se révèleront être plus une malédiction pour ces pays qu’un moyen efficace de développement.

Cette période 1967-2010 est caractérisée par :

- l’enracinement de pouvoirs autoritaires, républicains ou monarchiques, qui ne supportent, au mieux, qu’une opposition officielle ;

- une limitation constante des droits individuels, des droits du citoyen, non seulement à l’expression, mais aussi à une vie digne face à l’arbitraire et à un appareil policier et judiciaire aux ordres ;

- une économie accaparée par une petite minorité qui s’enrichit à l’ombre des pouvoirs et l’aggravation des inégalités et de la pauvreté ;

- la poussée démographique, due notamment à une transition démographique retardée (mais qui est maintenant largement amorcée), voit arriver sur le marché du travail des millions de jeunes sans perspectives, sinon l’émigration vers le Golfe ou vers l’Europe ;

- le maintien de l’occupation de la Palestine et de l’oppression des Palestiniens et la paralysie des pouvoirs en place face aux assauts israéliens, notamment contre Gaza durant l’hiver 2008 (l’interdiction de toute manifestation en faveur des Palestiniens durant ces événements est caractéristique de cette politique, et de la peur des régimes de voir ces manifestations se retourner contre eux). Les régimes perdent ainsi le bénéfice du discours nationaliste de lutte contre l’ennemi israélien, dont ils apparaissent de plus en plus complices ;

- une entrée dans la mondialisation de l’information, à travers les chaînes satellitaires comme Al-Jazira et ensuite Internet.

On ne sait jamais pourquoi les révolutions éclatent à un moment donné. Les ingrédients décrits ci-dessus sont présent depuis des années, et pourtant l’étincelle est venue, comme souvent, d’un incident « mineur », d’un jeune homme qui s’est sacrifié et qui a, de manière inattendue, rallié les Tunisiens de diverses origines sociales et politiques. Les chaînes satellitaires, en rapportant en direct ces événements, ont rendu palpable dans tout le monde arabe ce qui apparaissait encore impossible quelques semaines auparavant : les régimes en place ne sont pas éternels, ils peuvent être renversés. Désormais, un air de liberté souffle sur le monde arabe (lire « De la Tunisie à l’Algérie, un air de liberté », La Valise diplomatique, 28 janvier 2011). Il est trop tôt pour savoir jusqu’où il s’étendra et quels seront les régimes qu’il emportera. Mais on peut déjà présumer qu’il ne sera plus possible pour ceux-là de diriger comme avant, ni de maintenir très longtemps cette « exception arabe » dans le monde. Et les déclarations du roi Abdallah d’Arabie saoudite ou de Mahmoud Abbas en faveur du président Moubarak n’y changeront rien.

Mais les défis à venir ne sont pas minces : allier démocratie, droits de la personne, justice sociale et développement économique sera une tâche ardue, qui nécessitera sûrement de nombreuses luttes.

731 commentaires sur « Egypte-monde arabe, la troisième vague »

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @13h46   »

    ...les défis à venir ne sont pas minces : allier démocratie, droits de la personne, justice sociale et développement économique sera une tâche ardue, qui nécessitera sûrement de nombreuses luttes.

    Très certainement, mais au moins que ces luttes puissent commencer !

    Démocratie, droits de la personne, justice sociale et développement économique étant de plus en plus laminés dans les pays occidentaux, on peut même espérer que ce mouvement d’émancipation s’étende aux citoyens de ces derniers dans une symbiose qui augmentera les chances de tous.

  • permalien Indigné :
    30 janvier 2011 @13h51   « »
    RESISTER C’EST CREER et CREER C’EST RESISTER.

    Merci Mr GRESH.

    Les peuples arabes ont semble-t-il, en cette fin d’année 2010 et début 2011, atteint le maximum du supportable :

    Humiliations imposées par les pouvoirs corrompus en place et maintenues par les amis occidentaux de ceux-là.

  • permalien ALOULOU :
    30 janvier 2011 @14h22   « »

    Reste à savoir si les Etats Unies et l’Union Européenne sont prêts à respecter la volonté des peuples de ces pays ; et mettre en place de nouveaux règles pour gérer les relations avec eux !

  • permalien Toque :
    30 janvier 2011 @14h25   « »

    Quelle formidable réponse à tout ce climat anti-arabe qu’on a vu se développer en Europe et en France.

    Devant ce souffle historique, toute la petite réacaille de bistrot en est maintenant réduite à agiter le chiffon de l’islamisme.

  • permalien Yvan :
    30 janvier 2011 @14h32   « »

    On ne sait jamais pourquoi les révolutions éclatent à un moment donné.

    Tocquelle avait sa petite idée la-dessus.

    Loi de Tocqville (Chapitre IV) :

    Il arrive le plus souvent qu’un peuple qui avait supporté sans se plaindre, et comme s’il ne les sentait pas, les lois les plus accablantes, les rejette violemment dès que le poids s’en allège. Le régime qu’une révolution détruit vaut presque toujours mieux que celui qui l’avait immédiatement précédé, et l’expérience apprend que le moment le plus dangereux pour un mauvais gouvernement est d’ordinaire celui où il commence à se réformer. Il n’y a qu’un grand génie qui puisse sauver un prince qui entreprend de soulager ses sujets après une oppression longue.

    Si elle se vérifie, il nous faudra bien admettre que ce qui se passe au Moyen-Orient, dépasse le Moyen-Orient.

  • permalien Yvan :
    30 janvier 2011 @14h41   « »
    Allons z’enfants...

    Après Alexis de Tocqueville, une autre révolution, un autre 14 juillet, celui de 1889, qui à sa façon a bien a bien hypothéqué l’entrée du Moyen-Orient dans le XXe siècle.

    Le jour de la création des Jeunes Turcs.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h04   « »

    Des avions militaires survolent la place Tahrir à basse altitude.

    Le manifestants crient plus fort pour se donner du courage.

    Armée égyptienne soyez digne de votre peuple, respectez le aidez le, au lieu de l’intimder.

    Tout le monde vous regarde.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h06   « »

    Ce n’est par la peur qu’on peut gouverner en Egypte comme ailleurs.

    TOUT LE MONDE REGARDE L’ARMEE DE L’AIR EGYPTIENNE.

  • permalien Nobo :
    30 janvier 2011 @15h08   « »

    Il est temps de rectifier le tir :

    De la rue arabe !

  • permalien Deïr Yassin :
    30 janvier 2011 @15h09   « »

    Après le vice Premier Ministre Silvan Shalom, d’autres Israéliens expriment leur préoccupation d’une démocratisation éventuelle de l’Egypte.
    Un ministre israélien, demandant l’anonymat, s’exprime dans The Times :

    " . . the Jewish state has faith that the security apparatus of its most formidable Arab neighbour, Egypt, can suppress the demonstrations that threathen the dictatorial rule of President Hosni Mubarak"

    "democracies make better neighbours "because they don’t initiate wars [ ???] . . . [but] I’m not sure the time is right for the Arab region to go through the democratic processes"

    Ignorant et paternaliste, cela correspond à tous les ministres israéliens.

    www.time.com/time/world/arti...

    Haaretz cite l’ancien ambassadeur israélien au Caire, Eli Shaked :

    " . . . it’s in Israel’s interest for Mubarak’s regime to survive since the alternatives, ranging from an Islamic government to the secular opposition, would be far less friendly to the Jewish state"


    - www.haaretz.com/news/diploma...

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h14   « »

    SARKOZY, OBAMA, vous allez l’ouvrir enfin ? Pour protéger ces manifestants égyptiens pacifiques, bande de mafieux déguisés en démocrates !

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h16   « »

    Twitte sur le site du Monde :

    Selon la journaliste du "Monde’" sur place Tahrir, l’armée a tiré à balles réelles. Des manifestants ont été touchés. Une ambulance a pu accéder sur la place. Les personnes touchées ont été évacuées. Notre correspondante n’a pu dire si elles étaient blessées ou mortes.

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @15h21   « »

    @ Orangerouge

    L’arrivée de nouvelles forces militaires au Caire et le ballet des avions de chasse doit plus probablement être un signe de tensions au sein même de l’armée, plutôt qu’un changement global de son attitude vis-à-vis des protestataires, je ne serais pas si surpris que cela qu’ils en arrivent à se mettre sur la gueule entre eux. Il est fort possible qu’il y ait un conflit qui couve depuis plusieurs jours en sous-main au sein de l’armée dont nous n’avons pas connaissance... Si c’était réellement le cas, cela pourrait être tragique...

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h29   « »

    Twitte sur le Monde :

    "Selon une correspondante de l’ONG Human rights watch présente sur la place, il y au moins 20 000 personnes, la foule est très compacte et chante "nous ne partirons pas tant que Moubarak ne partira pas" et "longue vie au Croissant et à la Croix". "Il y a des juges, des journalistes indépendants, des membres des frères musulmans, des jeunes du mouvement du 6 avril, tous ensemble", dit-elle au Guardian."

  • permalien Indigné :
    30 janvier 2011 @15h33   « »

    AL JAZEERA en arabe sur :

    http://www.arab-channels.tv/aljazee...

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @15h34   « »

    Sinon confirmation, le site d’information en temps réel d’al-jazeera sur les événements en Egypte fait bien l’objet d’une cyber attaque massive, il vient de rendre l’âme il y a quelques minutes.

  • permalien Lou :
    30 janvier 2011 @15h36   « »

    Les renseignements israéliens critiqués pour n’avoir rien vu venir

    Interrogé mardi dernier par des membres de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense sur la situation en Egypte, le chef du renseignement militaire, le général Aviv Kochavi, avait assuré qu’"il n’y a pas de danger sur la stabilité" du régime, selon les médias israéliens.

    "Le nouveau chef du Renseignement militaire a échoué à prédire la révolte égyptienne", déplore le quotidien Haaretz tandis que la radio publique ironisait sur ce raté.
    (...)
    Le président de la commission des Affaires étrangères, l’ex-ministre de la Défense Shaul Mofaz, député du Kadima (opposition), a néanmoins défendu la prestation du général Kochavi, estimant dans une interview à la radio militaire qu’il était prématuré d’enterrer le régime Moubarak.

    Il a cependant exprimé son inquiétude devant le risque que les Frères musulmans (opposition) en Egypte ne parviennent finalement au pouvoir après des élections provoquées par les manifestations de rue.

    "Les Frères musulmans sont autant l’ennemi d’Israël que du régime (en place). S’ils prenaient le pouvoir, cela constituerait un changement dramatique dans toute la région avec le risque que l’instabilité ne s’étende à d’autres pays", a-t-il souligné en référence notamment à la Jordanie et aux zones autonomes palestiniennes en Cisjordanie.

    Tiens tiens revoilà le "changement dramatique " .
    Ce sera aux Égyptiens de qualifier ce changement .

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @15h41   « »

    Selon Al-Jazira, le président egyptien de la Ligue arabe Amr Moussa, appelle à une démocratie multi-partite en Egypte.

    source twitte du Monde

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @15h48   « »

    Le pricipal site à l’étranger de l’opposition égyptienne, à nouveau accessible, confirme un conflit au sein de l’armée, il rapporte que les troupes présentes depuis plusieurs jours au Caire ont fait serment de ne pas tirer sur la foule, mais que les troupes blindées arrivées par la banlieue ce matin sont elles fidèles au régime et auraient reçu pour ordre de réprimer dans le sang les protestations.

  • permalien Aissa :
    30 janvier 2011 @15h52   « »

    certes on ne sait jamais comment les révolutions viennent, mais ceci n’empêche pas qu’elles viennent comme conséquence à quelque chose. ce que nous ignorions jusqu’à ce jours ce n’est pas tant le mécanisme par lequel elle viennent mais plutôt le moment où la mêche commence à brûler. Or, on constate malheureuseùent que la meche brûle depuis quelques temps dans plusieurs pays et que quelque chose ralentit l’effet d’explosion. Ce quelque chose c’est l’intêret des puissants. En Tunisie, il fallait que l’armée s’installat avec la bénédiction des américains et de français. En Egypte il fallait donner le temps à l’armée d’assurer la transition tranquille pour préserver les intérêts d’Israél et donc des américains. En Algérie, il faut attendre que l’histoire d’Egypte soit bien écrite pour lâcher les choses. Au Yémen aussi...

    Donc Monsieur Gresh, les révoltuions de nos jours ne sont pas si spontanées qu’elles le semblent et leur aboutissement n’est pas non plus si logique qu’il paraît. La rue est en train de se faire confisquer ses efforts de changement par les puissants.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @16h03   « »

    pam, ce serait gentil de mettre les liens vers vos sources. Tout le monde pourrait en profiter.

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @16h03   « »

    16:03 - Massive Army reinforcements sent to downtown Cairo and Tahrir Square
    15:58 - Confirmed : Army receives orders to shoot at protestors and protect the regime
    15:50 - F-16 fighter jets fly over protestors in Tahrir Sqaure
    15:33 - One Army vehicle burned down in October 6th city, outside Cairo
    15:27 - Army units on outskirts of Cairo are loyal to dictatorial regime, willing to commit massacres
    15:24 - Clashes between Army troops and remnants of criminal police officers in Alexandria
    15:21 - Army troops in midtown Cairo will defy orders to shoot at protestors
    15:20 - Directly from Cairo : Reports of divisions between Army high and mid-level ranks on handling the crisis

    Source : IKHWANWEB

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @16h05   « »

    @ pam ;

    Je visualise en ce moment meme Aljazira en arabe et ce depuis plusieurs heure au moins sans interruption.

    Il suffit de changer les frequences hertziennes selon les consignes de la chaine.

    Sinon sur internet :

    En anglais : http://english.aljazeera.net/watch_now/

  • permalien Deïr Yassin :
    30 janvier 2011 @16h05   « »

    @ "pam" alias ...

    "Le principal site à l’étranger de l’opposition égyptienne . . . confirme un conflit au sein de l’armée"

    Pourriez-vous nous donner le lien ? Je suppose que vous parlez d’un site des Frères Musulmans dont vous avez déjà posté plusieurs infos farfelus sur un autre fil . . .

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @16h05   « »

    Erratum :

    Source : IKHWANWEB

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @16h10   « »

    @ K.

    Ah OK merci !

    Je parlais du fil d’info Live blog 30/1 - Egypt protests qui vient à l’instant d’être à nouveau accessible.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @16h14   « »

    Merci pam. Nous n’avons pas d’exclusives ici, mais c’est utile d’avoir les sources.

    Amicalement

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @16h16   « »

    @ ’Deïr Yassin’ alias...

    Vous ne connaissaisez pas ce dicton : "On ne prend pas les mouches avec du vinaigne."

    @ Orangerouge

    Il n’y a qu’à demander, pas de problème !

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @16h29   « »

    Sur le site du journal britannique "The Guardian" :

    http://www.guardian.co.uk/news/blog...

    The Muslim Brotherhood has called for a "national salvation government". This is very significant according to our Middle East editor Ian Black.

    Sensational political developments in Cairo, with reports that five opposition movements, including the key Muslim Brotherhood, have mandated Mohammed ElBaradei to negotiate over the formation of a temporary "national salvation government."

    Osama Ghazlai Harb of the National Democrsatic Front told BBC Arabic that this would be a transitional administration that would oversee the cancellation of the emergency laws and the release of all political prisoners.

    The powerful Muslim Brotherhood, which has kept a low profile so far, said it was backing the demand along with other four groups.

    It seems unlikely at this stage that the Mubarak government will agree to negotiate with to ElBaradei, but the publication of the demand adds a significant new element to Egypt’s rapidly unfolding political crisis.

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @16h35   « »

    BBC Live : Egypt unrest day six

    14h50 Dans la place Tahrir, le rédacteur Moyen-Orient de la BBC Jeremy Bowen note que les chars et les avions de chasse massés en face des manifestants ont été fournis au gouvernement Moubarak par les États-Unis - chose qui n’arrange pas la popularité des Etats-Unis auprès de ceux qui prennent les rues, surtout si Washington ne s’oppose pas ouvertement à la présidence.

    15h07 Un nouveau commentaire du politicien d’opposition Mohamed ElBaradei, rapporté par l’Agence de presse AFP : Les Etats-Unis "perdent de plus en plus leur crédibilité" en soutenant le régime de Moubarak.

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @16h49   « »

    BBC Live : Egypt unrest day six

    14h 11 Mme Clinton a dit au réseau U.S. ABC, il n’y a eu « aucune discussion » sur un arret de l’aide à l’Égypte, ....

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @16h50   « »

    Une chance ! Robert Fisk a pu se rendre au Caire et publie depuis un papier quotidien sur le site de The Independent sur les événements qui se déroulent en Egypte :

    - A nation’s future is in the balance
    - Egypt : Death throes of a dictatorship

  • permalien Yvan :
    30 janvier 2011 @17h03   « »

    Egypte : "aucune discussion" sur une suspension de l’aide

    Mme Clinton a toutefois souligné que Washington revoyait constamment son aide internationale.

    "Nous examinons et revoyons notre aide en permanence mais pour l’heure nous cherchons à transmettre un message très clair, à savoir que nous souhaitons faire en sorte qu’il n’y ait pas de violence ni aucune provocation qui déboucherait sur des violences", a-t-elle déclaré.

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @17h12   « »

    Pour mémoire :

    Toutefois, cela ne diminue pas mon engagement à l’égard des gouvernements qui reflètent la volonté du peuple. Chaque nation donne naissance à ce principe de sa propre manière, en fonction des traditions de son propre peuple. L’Amérique ne prétend pas savoir ce qui est le mieux pour tout et chacun, tout comme nous ne voudrions pas prétendre décider des résultats d’une élection pacifique. Mais j’ai la ferme conviction que tous les peuples aspirent à certaines choses : la possibilité de s’exprimer et d’avoir une voix dans la façon dont ils sont gouvernés ; la confiance en l’État de droit et l’application équitable de la justice ; un gouvernement qui est transparent et qui ne vole pas ce qui appartient à son peuple ; la liberté de vivre selon leur choix. Il ne s’agit pas simplement d’idéaux américains, il s’agit des droits de l’homme et c’est pourquoi nous les encouragerons dans le monde entier.
    C’est vrai, il n’y a pas de route directe pour honorer cette promesse. Mais une chose est claire, les gouvernements qui défendent ces droits sont à terme plus stables, meilleurs et plus en sécurité. La suppression des idées ne réussit jamais à les éliminer. L’Amérique respecte la liberté d’expression de tous ceux, dans le monde entier, qui sont pacifiques et respectueux de la loi, même si nous ne sommes pas d’accord avec eux. Nous accueillerons tous les gouvernements élus pacifiques – à condition qu’ils gouvernent en respectant toutes leurs populations.
    Ce point est important car il y a ceux qui encouragent la démocratie uniquement lorsqu’ils ne sont pas au pouvoir ; et une fois au pouvoir ils sont sans scrupules dans la suppression des droits d’autrui. Quel que soit là où il prend forme, le gouvernement du peuple et par le peuple est le seul étalon par lequel on mesure tous ceux qui sont au pouvoir : il faut conserver le pouvoir par le consentement du peuple et non la coercition ; il faut respecter les droits des minorités et participer, dans un esprit de tolérance et de compromis ; il faut mettre les intérêts du peuple et le déroulement légitime du processus politique avant ceux de son parti. Sans ces ingrédients, les élections ne créent pas une vraie démocratie à elles seules.

    Barack Obama - le Caire - 4 juin 2009

  • permalien Noval :
    30 janvier 2011 @17h13   « »

    Le peuple égyptien (...) n’a jamais aimé l’accord de paix avec Israël par lequel ce dernier s’était engagé à « respecter les droits légitimes du peuple palestinien » sans jamais garder sa parole. Au lieu de cela, le peuple égyptien a assisté à l’Opération plomb durci.

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @17h24   « »

    Il faut regarder la couverture délirante des évènements les chaines des Saoud tel que “Al Arabiya” et “Moustakbal” (Future- celle de Saad Hariri) : "Hors la loi", "voyous" ("baltaguiya") en parlant des manifestants, interview d’Egyptiens qui s’expriment "spontanément" sur la "fitna" "télécommandée par des agents étrangers" sans lesquels la vie serait un looooong Nil tranquille...

    PS : Saad Hariri doit surement etre reconnaissant envers “SI” HOSNI qui l’avait assuré de son soutien inconditionnel pour la démocratie au Liban, via le grand démocrate Amine Gemayel.

    Responding to a question, Gemayel said Mubarak voiced "full support for democracy in Lebanon."

  • permalien Hamdi :
    30 janvier 2011 @17h25   « »

    Je suis Tunisien et je veux traiter de la question islamiste lors de la révolution Tunisienne, mon discours s’adresse aussi bien à mes compatriotes Tunisiens, mais il s’adresse aussi à une certaine frange de l’opinion occidentale , surtout celle qui s’arroge - par je ne sais quel sacro-saint principe- un droit de regard sur nos affaires internes....Je fais presque quotidiennement le tour des journaux Français en ligne et je suis toujours sidéré par la myopie de la classe politique , de certains intellectuels Français et même de certains citoyens Français ( via les commentaires)...
    D’aucun ne cessent d’agiter le "foulard usé" des islamistes et cela mérite quelques clarifications :
    1- je suis foncièrement anti-integriste mais dites-vous bien messieurs que je défendrais avec ténacité le droit des " islamistes" Tunisiens à s’exprimer et à prendre part en toute liberté à la vie politique dans mon pays, jamais plus d’exclusion...
    mais je défendrais en même temps avec acharnement les acquis "modernistes" de mon pays à savoir la liberté féminine, le droit à un enseignement gratuit et démocratique, les soins sanitaires pour tous...bref un état laïc, un état de droit ou on pourra vivre ensemble dans la diversité, cette même diversité que je considère comme une opportunité à saisir pour édifier notre avenir...
    2- Le prétendu danger "islamiste" a toujours le spectre agité par la dictature qui ne nous laissait aucun choix : la dictature ou l’intégrisme, c’était une approche hypocrite qui ouvrait la voie à l’absence de liberté, à la corruption et au népotisme...
    3- A mes concitoyens qui ont des appréhensions - tout à fait légitimes d’ailleurs - envers les islamistes, je conseille de relire l’histoire de notre pays et de "relire" sa géographie : la Tunisie est un pays ouvert et qui ne s’épanouit que dans l’ouverture, historiquement la décadence était le fait du renfermement sur soi...d’ailleurs , jamais un pouvoir extrémiste n’a pu s’installer dans notre pays, je rappelle ici deux exemples historiques :
    - Les chiites Fatimides ont fini par quitter le pays suite à la résistance passive d’une population sunnite malékite...
    - La révolte de Sahib-al-Himar, le Kharigite au XXI siècle a certes ravagé le pays mais elle n’a pas abouti.
    De toute façon , personnellement je fais confiance à mes compatriotes et surtout à notre jeunesse, courageuse, cultivée, intelligente et créative...jamais plus de brimades, jamais plus d’exclusion...jamais les "intégristes" ne feront main-basse sur la Tunisie !!!

  • permalien alahnaf :
    30 janvier 2011 @18h21   « »

    Primo l’usage, pèle mêle du mot révolution pour caractériser des coups d’état de 1958 en Irak, des révoltes, serait de nature à induire en erreur l’observateur attentif de la région et partant légitimer des interprétations désuetes issues de l’aire nassériste ou baasistes ou même islamistes. Autre imprécision au demeurant minime, Ben Ali règne sans partage depuis le 07 novembre 1987 et non depuis 1989. Le troisième point, c’est de négliger l’impact des deux guerres du golf sur la conscience des populations arabes et surtout les mensonges et manipulations qui ont accompagné l’occupation de l’Irak, les deux poids deux mesures qui caractérisent les prises de position de l’ONU, leur suivi et applications en fonction de l’identité du contrevenant. Les régimes" arabes" issus des indépendances ont signifié l’indépendance de l’Etat par rapport au peuple et non indépendance vis à vis de l’extérieur. Traversés par un déficit chronique et intrinsèque de légitimité, ces régimes ont utilisé le problème palestinien, l’ara-bité et l’Islam pour le résorber : en vain ! puisque aucun des remèdes économiques ou social n’est parvenu à réaliser le mythe de l’accomplissement futur préconisé par ces régimes en contre partie de la docilité de leurs sujets et surtout les plus déshérités. Autre point culminant sur lequel vient se briser les espoirs explicatifs et interprétatifs des politologues , économistes, historiens et stratèges de tout bord. C’est que les révolutions, dans le sens marxiste le plus stricte du terme, sont toujours possibles, n’en déplaise aux promoteurs de la fin des idéologies, et aussi le possible accès à une modernité universelle n’empreintant pas nécessairement la voie occidentale . L’issue de la révolution tunisienne et /ou égyptienne est assurément incertaine mais la fin de l’autoritarisme dans ces deux pays n’annonce pas seulement le commencement d’une ère démocratique, jugée tendancieusement comme horizon indépassable de l’humanité, mais aussi le commencement d’une contestation de la mondialisation financière et mafieuse qui a érigé la compétition injuste, la cupidité et l’égoïsme comme unique moteur de l’histoire au détriment de la solidarité, de l’humain et de l’écologie. la conflagration tunisienne est forcement annonciatrice d’un nouvel ordre mondial plus soucieux de la justice , de l’équité, de la liberté , de la solidarité, de la dignité et du bien être des peuples et des hommes et de leurs cultures. loin des oxymores et des affirmations à l’emporte pièce de la fin de l’histoire( de F), des guerres de civilisations( de Huntington et de Lewis) ces révolutions montrent qu’une révolution est toujours possible et que la jonction universelle au nom de la liberté de la justice et de la dignité transcende les guerres, les clivages et les grilles d’analyses véhiculés depuis plus de cinquante ans par les disciples de Hayek et de Freedman).

  • permalien alahnaf :
    30 janvier 2011 @18h27   « »

    Le syndrome autoritaire qui caractérisait le régime de Ben Ali ou de celui de Hosni Moubarek n’est pas pour autant éradiqué dans le monde y compris dans les démocraties dites avancées, il perdure à travers des procédures( y compris dans les instances internationales) et sous diverses latitudes, en donnant l’impression spectaculaire d’une liberté illusoire formatée le plus souvent par une violence symbolique et traduite par une cervitude volontaire ou joyeuse( c’est la fameuse capture spinozienne bien décrite par f .Lordon). Dans ce contexte, implorer, fustiger ou suggérer, après avoir échouer de prédire le changement révolutionnaire en Tunisie, l’aide de l’Europe à ce pays, relève de l’incantation ou de la rédemption d’une pensée politique aux abois. Michel Camau dans son livre " le syndrome autoritaire" concluait à l’impossibilité d’une transition démocratique par voie révolutionnaire en Tunisie lui préférant le principe de fluidité... Et dans une tribune publiée le 21 janvier 2011, il suggérait à l’Europe d’être plus attentive au changement en cours en Tunisie en concluant non sans ambiguïté à l’usage détourné de la métaphore de Nietzsche lequel affirmait que la démocratie en méditerranée du sud serait une affaire de Tyran. Voulait -il suggérer que l’instauration de la démocratie passerait nécessairement par le concours d’un tyran éclairé soutenu par l’Europe. Si c’est le cas ! les peuples du sud n’ont pas besoin se substituer un dictateur par un autre fut-il éclairé et soutenu par une Europe oublieuse de ses propres valeurs.

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @18h35   « »

    Amos Harel, le porte-parole et propagandiste de tsahal, 29/01/2011 :

    ....

    Si le régime de Moubarak est renversé, la tranquille coordination sécuritaire entre Israël et l’Égypte sera rapidement négativement affectée.

    Cela influera sur les relations du Caire avec le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza, Cela sera préjudiciable aux forces internationales stationnées dans le Sinaï.

    Cela signifiera le refus de l’Égypte de continuer de permettre la circulation des navires israéliens transportant des missiles à travers le canal de Suez, qui avait été autorisée lors des deux dernières années, selon des rapports dans la presse étrangère, afin de lutter contre la contrebande d’armes du Soudan vers Gaza. À long terme, le traité de paix déjà froid de l’Égypte avec Israël deviendra encore plus froid.

    Du point de vue des FDI, les événements vont exiger une réorganisation complète. Pendant les 20 dernières années, l’armée israélienne n’a pas envisagé une grave menace venant d’Égypte dans son plan opérationnel.

    Dans les dernières décennies, la paix avec le Caire a permis l’amincissement progressif des forces, l’abaissement de l’âge maximum des réservistes et le détournement de quantités massives de ressources vers des projets économiques et sociaux.

    Les manoeuvres militaires de l’armée israélienne se sont axées sur le conflit avec le Hezbollah et le Hamas, intégrant au maximum une éventuelle collusion avec la Syrie. Nul ne s’est préparé avec sérieux pour un scénario dans lequel une division égyptienne entrerait dans le Sinai, par exemple.

    Si le régime égyptien tombe en fin de compte, une possibilité qui semblait incroyable il y a seulement deux ou trois jours, les émeutes pourraient facilement déborder vers la Jordanie et menacer le régime hachémite. Sur deux frontières israéliennes longtemps pacifiques prévaudra ensuite une réalité complètement différente.

  • permalien Yvan :
    30 janvier 2011 @19h25   « »
    Egypte-monde arabe, la troisième vague... et les autres
  • permalien Yvan :
  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @19h57   « »

    K les chaines de télé française ne font pas beaucoup mieux que celles qui sont liées au pouvoir Saoudien :

    Sur iTélé un intervenant parlant de la situation en Egypte a cherché à faire peur en soulignant la présence des Frères Musulmans dans le mouvement.

    Comme le présentateur lui faisait remarquer que Mohamed Baradei était assez intelligent pour ne pas se laisser instrumentaliser, l’intervenant a alors sorti : l’action de Mohamed Baradei à la tête de AEIA fait penser qu’il pourrait être lié à l’Iran.

    Déjà la propagande de stigmatisation est en marche.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @20h19   « »

    Charles Enderlin sur France 2, est extrêmement alarmant sur ce qui risque de se passer cette nuit.

    Il dit que la présence de l’armée est massive.

    La répression sur les médias importante (interdiction de la diffusion d’Al Jazeera, séquestration de caméra, déplacement des journalistes etc ..)

    Et la population a peur.

  • permalien Karim :
    30 janvier 2011 @20h22   « »

    La police se redéploierait pour être capable d’intervenir dés demain.

    Est-ce que la présence massive des forces armées n’est pas destinée à permettre se redéploiement ?

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @20h44   « »

    @ Karim

    L’armée n’a rien fait au Caire et à Alexandrie par exemple pour empêcher les insurgés de chasser les sbires de Moubarak de ces villes et de détruire leurs locaux et leurs véhicules dans la foulée, pourquoi voudriez-vous qu’ils changent d’avis ? Le régime de Moubarak est à l’agonie.

  • permalien Karim :
    30 janvier 2011 @20h48   « »

    Parce que l’armée n’est pas forcément un bloc monolithique.
    Et puis, entre les plans de Moubarak et la réalisation, il peut avoir un pont.

  • permalien Indigné :
    30 janvier 2011 @20h58   « »

    Le site d’AL JAZEERA en arabe est KO :

    http://www.arab-channels.tv/aljazee...

  • permalien sébastien :
    30 janvier 2011 @21h24   « »

    Orangerouge
    "SARKOZY, OBAMA, vous allez l’ouvrir enfin ? Pour protéger ces manifestants égyptiens pacifiques, bande de mafieux déguisés en démocrates !"

    Les USA et la France se taisent, vous dites que c’est un silence complice.
    Ils disent vous dites que c’est du paternalisme, de l’ingérence, du néo colonialisme.

    En Tunisie, quoi qu’aurait dit ou fait la France, elle aurait été critiqué en tant qu’ancienne puissance coloniale.
    Après, c’est sur que MAM aurait mieux fait de se taire !

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @21h32   « »

    Vous avez raison sebastien, jusqu’ici la neutralité des Etats-Unis au Moyen Orient est tellement éclatante qu’il faudrait pas glisser vers l’interventionnisme ...

    Quels sont les deux pays les plus aidés par les Etats-Unis ?

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @21h34   « »

    Théophraste avec son style un peu particulier analyse les événements :

    - Egypte : importantes déclarations de la diplomatie US

  • permalien alahnaf :
    30 janvier 2011 @21h35   « »

    Quelque soit la perfection et l’ingéniosité des bourreaux le peuple égyptien triomphera. L’onde de choc parti de la Tunisie balayera les régimes et imposera à l’échelle mondiale le juste échange au lieu du libre-échange actuel.
    Même Sarkozy est conscient de l’ampleur de ce qui se passe en Tunisie et en Egypte... Gageons que les participants à ce blog comprendrons enfin que l’heure a sonné en Europe et en Amérique pour une révolution mondiale contre un pouvoir financier qui écrase les volontés et confisque l’avenir de l’humanité.

  • permalien Orangerouge :
    30 janvier 2011 @21h35   « »

    Les salopards sur la planète s’attaquent aux médias.

    C’est très grave que le site d’Al Jazeera ne fonctionne plus. C’est très alarmant.

    Le regard des populations arabophones sur Moubarak et ses sbires est essentiel et protecteur de ceux qui luttent.

  • permalien Sakhra :
    30 janvier 2011 @21h58   « »

    @ alahnaf,

    11 décembre :

    La servitude volontaire des dirigeants arabes entraîne et entraînera un fatalisme pusillanime de leurs peuples

    .Et de rappeler des propos prêtés à Ibn al AAS, fondateur de Fostat, qu’il n’a jamais tenus.Il valait bien lire l’histoire de l’Egypte et pourquoi, ce pays a accepté l’Islam ....

    Aujourd’hui :

    Quelque soit la perfection et l’ingéniosité des bourreaux le peuple égyptien triomphera

    Les voies du Seigneur sont impénétrables....

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @21h59   « »

    @ Karim

    Si l’armée avait voulu briser l’insurection, elle n’aurait eu aucun mal à le faire, à l’heure qu’il est les morgues seraient pleines et on entendrait voler les mouches au Caire.

  • permalien une bille :
  • permalien Lou :
    30 janvier 2011 @22h20   « »

    Alaa el-Aswani ( L’Immeuble Yacoubian )

    Vous parlez de « révolution » ?

    Oui, par définition ce qui se passe est une révolution. Si on parle des chiffres, des centaines de milliers d’Egyptiens, peut-être des millions, sont sortis dans la rue. Si on parle des demandes, quelles sont-elles ? Nous demandons la fin d’un régime, d’un système, d’arracher toutes les racines de cet ancien régime pour en bâtir un nouveau. C’est donc tout à fait une révolution, la révolution égyptienne.

    L’Egypte est mon pays, j’y vis, j’y écris et travaille depuis longtemps, mais c’est la première fois en Egypte que je sens ce que veut dire le mot « peuple », le sens et la force de ce mot. Des milliers de gens qui n’ont plus peur, qui semblent préparés à tout.

    Dans le rassemblement de samedi place Tahrir, j’ai vu un jeune mourir à 5 ou 6 mètres de moi. Il venait de se faire tirer dessus, devant ses camarades. Ceux-ci ont enlevé le mort, mais n’ont pas reculé d’un centimètre. Ces jeunes sont extrêmement courageux.

    D’ailleurs, il n’y a pas seulement des jeunes : il y a des familles. Un tiers des gens qui sont dans la rue sont des femmes qui, pour beaucoup, emmènent leurs enfants. C’est le peuple dans le vrai sens du terme qui est à l’œuvre. Quand le vrai peuple parle, tout le peuple, on doit lui obéir.

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @22h23   « »

    @ une Bille

    Dans l’hypothèse que j’évoquais vous pourriez ajouter facilement 2 zéros sans parler des unités...

  • permalien qlq1 :
    30 janvier 2011 @22h23   « »

    Trois avions israélien en provenance de l’entité sioniste chargés d’armes interdite par la communauté internationale ont atterrie à l’aéroport du Caire (entre 16h et 17h).
    entre autres des fusils a lunettes snipers, fusils a laser ;gaz toxique ..selon un colonel égyptien a la retraite..et qui craint un bain de sang dans les prochaines.. 48h

    information corroborer par une ONG des droit de l’homme...
    c’etait sur le plateau d’aljazeera 21h gmt

  • permalien alioun :
    30 janvier 2011 @22h33   « »
    Moubarak dictateur, Israel complice

    Selon plusieurs témoins et d’après la chaine qatari deux avions en provenance d’Israel arrivent en Egypte avec à leurs bords des équipements policiers et militaires divers en l’occurrence des fusils de haute précision destinés à chasser quelques organisateurs de cortèges. Si cela se confirme on serait devant un changement qualitatif dangereux de confrontation. Une fois encore le terrorisme israélien se confirme dans le silence honteux et complice des régimes dites "démocrates" !

  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @22h37   « »

    GARY SICK, sur l’Egypte :

    .... dans certains esprits [US], la question concerne surtout Israël. (...) si c’est une question israélienne, alors ce n’est pas seulement un problème de politique étrangère américaine, mais aussi de politique intérieure, en particulier dans la perspective d’une année de campagne électorale présidentielle. L’enjeu, en effet, pourrait être très élevé.

    Dans ce contexte, le simple fait que Mme Clinton abandonne le langage psychotique pourrait sembler relever de l’héroisme....

    La véritable stabilité ne peut relever que d’une participation démocratique qui permet aux gens de sentir qu’ils sont entendus

    ...quand en fait, n’ayant plus les moyens de céder aux chantages de l’Etat sioniste et n’ayant pas de gout particulier pour ses tendances suicidaires, les US sont, à en croire le même Gary Sick, en train de,

    ...commencer à réfléchir sur la façon de réparer ou de reconstruire une structure de sécurité qui était, en toute sécurité, depuis trop longtemps sur pilotage automatique.

  • permalien pam :
    30 janvier 2011 @22h41   « »

    8.31pm : Shots sound like they are coming from the east of the city, Peter Beaumont says. Tracer rounds from heavy calibre weapons suggest they are military. Bursts from the direction of the airport and Heliopolis – where the presidential palace is located. Tanks seen moving fast eastwards.

    8.17pm : Peter Beaumont in Cairo reports hearing bursts of gunfire from several directions, sounds coming from somewhere far beyond Tahrir Square.

    The Guardian

  • permalien K. :
  • permalien K. :
    30 janvier 2011 @23h51   « »

    Le seul citoyen Egyptien obéissant au couvre-feu c’est Hosni Moubarak.

    Prakash K Ray

    En 5 jours je n’ai pas vu d’expression majeure de l’islam politique. Il n’est pas là, experts de salon du « terrorisme ». Circulez.

    Ben Wedeman, CNN

  • permalien K. :
    31 janvier 2011 @00h38   « »

    ANTHONY SHADID :

    For the first time in a generation, it is not religion, nor the adventures of a single leader, nor wars with Israel that have energized the region. Across Egypt and the Middle East, a somewhat nostalgic notion of a common Arab identity, intersecting with a visceral sense of what amounts to a decent life, is driving protests that have bound the region in a sense of a shared destiny.

    ...

    A chant in Egypt put it more bluntly, playing on the longstanding chants of Islamists that “Islam is the solution.” “Tunisia,” they shouted, “is the solution.”

  • permalien Yann :
    31 janvier 2011 @02h49   « »
    Vers la révolution sociale mondiale (pleine égalité)

    La révolution égyptienne nous demande, maintenant, de :

    - Manifester devant les ambassades d’Egypte

    - Mettre la pression sur nos gouvernements pour qu’ils coupent toutes sortes de relations avec le régime de Moubarak.

    Le nombre de morts et de blessés à Suez est énorme.

    Le poste de police (sécurité d’Etat) de Rafah et beaucoup d’autres dans la Sinaï ont été incendiés par les manifestants.

    L’armée, au pouvoir depuis 1952, n’est pas neutre.
    Elle ne protège pas la population.

    La révolution égyptienne ne se fera voler par personne - ni par Baradei (plan B de l’empire).

    Nos gouvernants occidentaux sont des hypocrites et les Egyptiens en sont les premiers conscients.
    Obama, dé-gage !

    (IVECO)

    Sarkozy, dé-gage !

  • permalien X :
    31 janvier 2011 @04h06   « »

    Bonsoir à tous,

    La révolution démocratique est en marche dans les pays arabes. En moins d’un mois la dictature Tunisienne est tombéé et celle d’Egypte est sur le point de l’être. Certains, craintifs de ce mouvement de démocratisation ne voient que l’islamisme comme alternative à ces régimes. Je dirai même que dans les milieux sionistes on doit saliver à l’idée d’avoir des régimes qui vont isoler ces pays, donnant à israel en même temps la liberté d’accroitre ses agressions et lui permattant de justifier ses crimes.

    Personnellement je penses que les partis islamistes ont leur place dans un paysage politique démocratque dans les pays arabes, mais il suffit de regarder les manifestants dans les rues de Tunis et au Caire pour se rendre compte que le spectre dont ils rêvent ne se produira pas. Ces jeunes ont tout simplement soif de liberté.

    Un gouvernement démocratique en egypte, avec ou sans islamiste, devra respecter les ententes conclues avec israel.

    Cependant, dans ses relations avec israel il devra tenir compte qu’il s’agit d’un pays raciste dirigé par des fascistes ( de surcroit élus démocratiquement donc par une majorité fasciste).

    Il devra, par exemple et en conséquence maintenir sa représentation diplomatique au minimum ou la fermer jusqu’à ce que le droit des arabes soit respecté.

    Il devra aussi limiter (ou interdire) les échanges commerciaux et touristiques avec Israel tant que ce pays exerce des actions racistes envers les arabes israeliens et tant qu’il occupe la palestine, construit des colonies en palestine.

    Un gvnmt démocratique en egypte devra travailler à la sécurité du peuple egyptien. Il sortira (avec d’autres pays arabes et musulmans) du traité de non prolifiration tant qu’il y’aura un pays voisin non signataire du traité.

    Il travaillera à l’édification d’une union arabe.

    Je suis certains que se sont là quelques unes des volontés des peuples arabes qui aspirent au respect et à la dignité.

  • permalien Yann :
    31 janvier 2011 @04h42   « »
    Démocratie ou hypocrisie ? Obama, dé-gage ! Sarkozy, dé-gage !

    Sarkozy "aux côtés" de la Tunisie et de l’Egypte :

    Nicolas Sarkozy a assuré, à Addis Abeba,
    devant le sommet de l’Union africaine, que la France se tenait

    "avec amitié et respect aux côtés des Tunisiens et des Egyptiens".

    — > Fourgons IVECO <—

    La France donne également de plus gros camions, de marque IVECO aussi, à l’Egypte.

    "It’s veeery baaad, for my government...!"

    [ça va trèèès maaal, pour mon gouvernement...!]

    (voir l’image fixe à 0’36 seconde)

    Ce fameux vendredi 28 janvier 2011, à la tombée de la nuit,
    les manifestants en ont brulé un, sur le pont du 6 octobre, au Caire,
    en remerciement.

  • permalien Yann :
    31 janvier 2011 @04h44   « »

    Sarkozy "aux côtés" de la Tunisie et de l’Egypte :

    Nicolas Sarkozy a assuré, à Addis Abeba,
    devant le sommet de l’Union africaine, que la France se tenait

    "avec amitié et respect aux côtés des Tunisiens et des Egyptiens".

    — > Fourgons IVECO <—

    La France donne également de plus gros camions, de marque IVECO aussi, à l’Egypte.

    "It’s veeery baaad, for my government...!"

    [ça va trèèès maaal, pour mon gouvernement...!]

    (voir l’image fixe à 0’36 seconde)

    Ce fameux vendredi 28 janvier 2011, à la tombée de la nuit,
    les manifestants en ont brulé un, sur le pont du 6 octobre, au Caire,
    en remerciement.

  • permalien Byblos :
    31 janvier 2011 @05h50   « »

    À moins d’erreur, ce commentaire est le soixante-dixième.
    Aucun, mais AUCUN de ceux qui l’ont précédé n’est signé Nathan. Où est-il donc, lui qui assurait une permanence de 24 heures sur 24, ou presque. Bizarre, non ?

  • permalien le journal de personne :
    31 janvier 2011 @06h29   « »
    Un gage et dégage !

    Il n’est ni musulman… ni persan…
    Il ne connaît pas l’Iran…
    N’a jamais mis un pied en Afghanistan…
    Il ne reconnait pas les Talibans…
    Pour lui la religion n’est pas la bonne ligne de démarcation…
    Je veux parler du héros de mon roman…
    Je n’ai pas fini de le réécrire
    Parce que j’hésite encore sur le statut du narrateur
    Un homme ou une femme ?
    Doit-il se raconter à la première ou à la troisième personne ?
    Je suis… comme ci… ou…il est… comme ça ?
    Et tout compte fait, je vais opter pour personne…
    Pour un journal avec plus de voyelles que de consonnes…
    Des onomatopées qui impressionnent et des pointillés pour laisser au temps, le temps de nous faire basculer…
    De l’autre côté de la Méditerranée… ça vous étonne ?
    Oui je vois ce qui vous désarçonne…
    C’est cette voyelle, en tête du cortège et qui transforme mon récit en leçon de solfège… Ah ! … puis AAAAh !... puis A ? Puis AAAh… puis A !
    Interrogation, exclamation ! Qui sait ?
    Oui, on peut dire ça, mais mon héros ne cherche pas à être drôle, c’est lui qui distribue les rôles…
    C’est lui qui contrôle… en tant qu’auteur et acteur de son propre jeu de rôles.
    Vous êtes séduit par la forme mais c’est le fond qui vous met mal à l’aise ? Subversive et corrosive ? Quoi ? Vous voulez que je renonce à ma thèse ? Y a pas de malaise.
    Je m’en vais publier ailleurs cette foutaise.
    Qu’est-ce que vous voulez que je justifie ?
    Le bien-fondé de mon récit ?
    Vous voulez vraiment que je mette les points sur les i, allons-y !
    Je dis ce que personne ne dit…
    Que les arabes sont de retour… A … rabes
    Ni chiites, ni Sunnites, ni islamistes, ni muslimistes.
    Mais une race à part, qui va au fur et à mesure voler de conquête en conquête… conquérir nos villes et nos campagnes, nos bons vieux idéaux et toutes les tables de nos nouvelles valeurs
    Ce sont des gens fiers et téméraires… qui se sont assoupis quelques siècles et qui vont reprendre le pouvoir à tous ceux qui l’ont usurpé ou souillé.
    Je reprends mon manuscrit… en vous disant :
    Je déserte, si vous voyez ce que je veux dire.
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/01/arabesque/

  • permalien pam :
    31 janvier 2011 @08h40   « »

    Moubarak aujourd’hui, c’est un peu comme Hitler hier dans son bunker de Berlin, il ne se rend absolument pas compte de l’agonie de son régime tyranique. Il a 80 millions d’égyptiens contre lui qui tiennent toutes les villes du pays et même les campagnes, ses milices politiques ont été lynchées par les foules, pratiquement tous les généraux de l’armée l’ont lâché et n’obéissent plus à ses ordres depuis bientôt une semaine, il ne contrôle plus que sa forteresse bunkerisée de Sharm el-Sheikh et la la TV d’état (on se demande bien comment d’ailleurs...) où il continue à faire programmer des fictions surréalistes...

  • permalien Nathan :
    31 janvier 2011 @08h44   « »

    Mais non Byblos, je suis toujours là et je me félicite, bien sûr, du mouvement de démocratisation en Tunisie et en Egypte comme je l’avais fait pour l’Iran en 2009. Pourquoi voulez-vous que je change d’avis ?

    Bien sûr, personne n’est naïf. Les Frères musulmans sont probablement en embuscade derrière El Baradei tout comme le Hezbollah est en embuscade derrière Mikati. On reste bien caché derrière l’effigie en carton-pâte d’un homme raisonnable et consensuel et on attend calmement son heure en espérant que la situation pourrisse.

    En ce qui concerne les relations de l’Egypte avec Israël, la ligne rouge à ne pas franchir serait la dénonciation de l’accord de paix de 1979 - les Frères musulmans ont déjà laissé entendre qu’il serait soumis à référendum - et la militarisation du Sinaï.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @09h11   « »
    L’immonde Nethanyaou n’a aucun droit face à la vie de 80 millions d’Egyptiens

    Dirigeants occidentaux ne vous faites pas corrompre par ce raciste assassin qui ne défend que les intérêts d’une toute petite minorité : les israéliens coloniaux racistes et violents.

  • permalien Deïr Yassin :
    31 janvier 2011 @09h17   « »

    @ Nathan
    "Les Frères Musulmans ont déjà laissé entendre qu’il [l’accord de paix] serait soumis au référendum."

    Quoi de plus normal. Il a été signé par un gouvernement sans la moindre légitimité. Tant mieux pour les Israéliens. Espérons qu’Abdallah de Jordanie tombe aussi. Les Israéliens pensaient que l’accord de paix avec leur deux voisins leur permettrait à faire à leur guise pour toute éternité. Cela fait des décennies qu’ils ne font que se foutre du monde arabe.
    "The Times, they are a-Changing" comme chante votre cousin.

  • permalien Haqqtiviste :
    31 janvier 2011 @09h28   « »

    Muhammad, Messager de Dieu (prière et bénédiction de Dieu sur lui) a dit :

    « La prophétie demeurera parmi vous aussi longtemps qu’Allah le voudra. Puis Allah la reprendra lorsqu’Il voudra et elle sera remplacée par un califat qui suivra le chemin tracé par la prophétie, et qui demeurera aussi longtemps qu’Allah le voudra (30 années de califat avec les 4quatres 1ers califes, ndlr).

    Puis Allah le reprendra lorsqu’Il voudra et il sera remplacé par une monarchie héréditaire qui demeurera aussi longtemps qu’Allah le voudra (différents califats, jusqu’à son abolition en 1924, ndlr) .

    Puis Allah la reprendra lorsqu’Il voudra et elle sera remplacée par un pouvoir tyrannique (Saddam Hussein, Mubarak, Ben Ali, Saoud, Mohammed 6, etc, etc) qui demeurera aussi longtemps qu’Allah le voudra.

    Puis Allah la reprendra lorsqu’Il voudra et elle sera remplacée par un califat qui suivra le chemin tracé par la prophétie. »

    Il faut lire l’histoire selon ce prisme. Bien à vous.

  • permalien K. :
    31 janvier 2011 @10h01   « »

    Les Frères musulmans sont probablement en embuscade derrière El Baradei...

    On leur mettrait au pouvoir Hayfa Wehbé à poil, qu’ils assureraient qu’il s’agit d’un sanguinaire transsexuel islamiste.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @10h14   « »

    qui sait ? elle porte bien un voile ... ;-))

  • permalien pam :
    31 janvier 2011 @10h19   « »

    @ Nathan

    je me félicite, bien sûr, du mouvement de démocratisation en Tunisie et en Egypte comme je l’avais fait pour l’Iran en 2009.

    Vous voulez parler de 1979 j’imagine...

  • permalien Nathan :
    31 janvier 2011 @10h21   « »

    @ Deïr Yassin

    Si l’Egypte dénonce l’accord de paix, les Israéliens en profiteront pour déclarer qu’aucune paix n’est possible avec un pays arabe et avec les Palestiniens. Ça sera la porte ouverte sur une logique de guerre ouverte et vous savez parfaitement qu’il n’y a pas moyen de gagner une guerre contre un pays qui dispose de l’arme nucléaire. Libre à vous d’adopter une logique du pire.

    Contrairement à K, dont les contorsions acrobatiques lors des événements d’Iran n’ont pas été oubliées, je suis en faveur de la démocratisation dans tous les pays quels qu’ils soient, qu’ils soient féodaux, islamistes, pseudo-progressistes, communistes, oligarchiques etc. Je ne fais pas de subtiles distinctions selon que le vent souffle d’ici ou de là.

    Je note aussi qu’il suffit qu’un mouvement authentiquement populaire et démocratique se manifeste dans une dictature arabe, que tout de suite certains en profitent pour virer à l’extrémisme, dénoncer les accord internationaux, évoquer la nation arabe conquérante...

  • permalien une bille :
    31 janvier 2011 @10h30   « »

    Les Frères musulmans en embuscade | France Soir

    Contrairement à leurs "coreligionnaires" européens les chrétiens démocrates qui gouvernent sous l’étendard de la Vierge Marie (la paix soit sur elle).

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @10h41   « »
    Un article sur Al Jazeera

    C’est vrai que sans Al Jazeera, en France, on a essentiellement l’information de la 5ème colonne de l’état d’Israël et des marchands d’armes (les intérêts des deux se confondant souvent).

    http://owni.fr/2011/01/30/al-jazeer...

  • permalien sebastien :
    31 janvier 2011 @10h46   « »

    "Les Frères Musulmans ont déjà laissé entendre qu’il [l’accord de paix] serait soumis au référendum"
    Pourquoi pas ?
    Un référendum est bien demandé par Netanyahu pour tout accord de paix entre les palestiniens et les israéliens.
    Le droit international demande l’évacuation des territoires, et la reconnaissance de l’Etat d’Israël, mais qu’est ce qui empêche que les accords de paix fassent l’objet d’un référendum.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @11h06   « »

    Netanyahou a exprimé son inquiétude : Ce gouvernement israélien d’extrême droite préfèrerais qu’un pays de 80 millions d’habitants reste sous dictature, pour qu’Israël, pays de 7,4 millions d’habitants, puisse continuer à ne rien négocier et à poursuivre son expansion ethniquement purifiée.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @11h23   « »
    Appel de détresse de deux personnalités égyptiennes : risques de massacres

    Quelle est la fiabilité de cette information ? Elle est relayée par Le quotiden d’Algérie et Oumma.com, site sérieux :

    La Chaine Al-Jazeera vient de donner la parole successivement à deux personnalités égyptiennes M. Omar AFIFI, ancien colonel de la police et M. Loï DIB, militant des Droits de l’Homme qui ont demandé à s’exprimer sur une information gravissime :

    Ces deux personnes ont en effet déclaré qu’ils détenaient des informations de première main, aux termes desquelles, 3 avions israéliens en provenance de Chypre, ont atterri tôt ce matin du dimanche 30 Janvier, entre 4h et 5h matin à l’aéroport militaire du Caire. Ces avions ont livré du matériel militaire sophistiqué dont en particulier :

    • des pistolets télescopiques sophistiqués, de fabrication israélienne munis d’un système optique spécialement conçus pour des « snippers » ;
    • des pistolets pour balles explosives à guidage laser ;
    • des caisses de munitions ;
    • des conteneurs de bouteilles de gaz lacrymogène étouffant, internationalement interdits d’usage ;

    Ces personnes ont l’une et l’autre, lancé un appel de détresse en direction de l’opinion publique internationale en avertissant qu’un bain de sang – planifié entre Israël et le régime traitre de Moubarak – était en préparation contre le peuple égyptien pour le punir de s’être soulevé. Ces mêmes personnes ont tenu à rappeler que le chef des « Moukhabarate » le général Omar Suleiman, promu « Vice-Président » par Moubarak, passait plus de temps à Tel-Aviv qu’au Caire…

    Le Quotidien d’Algérie

    http://oumma.com/Des-armes-israeliennes

  • permalien pam :
    31 janvier 2011 @11h25   « »

    Illustration de ce que je disais à 08h40 :

  • permalien Yvan :
    31 janvier 2011 @11h39   « »

    Le dilemme de Frères musulmans :

    FRANCE 24 - Le rôle des Frères musulmans dans la mobilisation

    ... c’est celui de Moubarak.

  • permalien Noval :
    31 janvier 2011 @11h58   « »

    Il paraît que Netanyahou a pris le pouls auprès de l’administration de Barack Obama

    http://www.lalibre.be/actu/internat...

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @13h16   « »
    Arrestation de 5 journalistes d’Al Jazeera en Egypte

    Source : Al Jazeera

    Al Jazeera serait censurée aux Etats-Unis

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @13h18   « »

    Caméra saisies. Six journalistes d’Al Jazeera arrêtés au Caire.

    Source : Al Jazeera

    MANIFESTATIONS AUJOURD’HUI EN FRANCE ET AILLEURS DANS LE MONDE POUR SOUTENIR LES EGYPTIENS

  • permalien Cana :
    31 janvier 2011 @13h27   « »

    merci Lou ( 30/01 à 22h20) de nous transmettre ce bon mot de "PEUPLE" tel que senti par l’écrivain égyptien Alaa El-Aswani :
    "je sens ce que veut dire le peuple - DES MILLIERS DE GENS QUI N’ONT PLUS PEUR, et qui semblent préparés à tout"
    son de cloche qui déplaît profondément à tout régime dictatorial, en particulier à Israêl Etat-colon et fasciste, qui nous brandit l’arme atomique( via son propagandiste devinez qui ?) si l’Egypte est gouverné par les représentants de son PEUPLE. Peut-on trouver meilleure illustration de cette coalition entre Etat colon / Etat dictatorial/ alliés US et UE de ces dictatures ( en Afrique et proche Orient).
    Régner par la force - via chantage à la bombe atomique ne pourrait que nous amener à une destruction planétaire. Hiroshima et ses victimes qu’on n’oubliera jamais- n’est pas comparable aux mondes arabes et musulmans.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @13h38   « »
    Alerte pour l’Egypte

    envoyee special Robert El Gendy et operateur de camera Krzysztof Kołosionek de TVP INFO (Pologne) ont ete arrete par la Police dans leur Hotel a Hurghada c matin ver 10 heure. Ils sont deja libre mais tous les materiaux ont ete effaces. La police a interdit de enregistrer nouveaux materiaux ou de faire des photos (Selon Gazeta.pl)

    Source : Twitte du Monde

    Al Jazeera English ne diffuse plus son Live en France mais un documentaire sur l’histoire de l’Egypte.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @13h58   « »
    Al Jazeera ne diffuse plus qu’un vieux documentaire sur Moubarak

    Que ce soit sur A Jazeera en anglais ou en arabe.

    Cela indique que le chaine est empêchée d’émetttre son live sur l’Egypte. Probablement ses journalistes aux Caire ont été arrêtés par les militaires (peut-être par le gouvernement du Qatar, peut-être par le gouvernement français ou américain)

    Un Twitte du Monde un peu auparavant indiquait qu’Al Jazeera n’était plus reçue aux Etats-Unis.

    Information sur le Twitte du Monde :

    envoyee special Robert El Gendy et operateur de camera Krzysztof Kołosionek de TVP INFO (Pologne) ont ete arrete par la Police dans leur Hotel a Hurghada c matin ver 10 heure. Ils sont deja libre mais tous les materiaux ont ete effaces. La police a interdit de enregistrer nouveaux materiaux ou de faire des photos (Selon Gazeta.pl)

    Tout cela est très inquiétant pour les Egyptiens

    Hier soir sur France 2 Charles Enderlin avait eu des propos très alarmants sur le controle de plus en plus important de l’armée et les forces de l’ordres déplaçant autoritairement les journalistes.

  • permalien X :
    31 janvier 2011 @13h58   « »

    Nathan 10 21,

    De quelle paix parlez vous ?

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @14h07   « »

    Al Jazeera a repris ses émissions normales.

    Six journalistes de la chaine ont été arrêtés et sont détenus par l’armée au Caire. Matériel saisi.

    Faire circuler ces infos merci.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @14h08   « »

    Les bureaux d’Al Jazeera au Caire ont été fermés.

  • permalien K. :
    31 janvier 2011 @14h29   « »

    Al-Jazira anglais : les économistes avertissent que si la crise egyptienne se prolonge, une grave crise économique mondiale se profile.

    Les dirigeants occidentaux n’ont pas 36000 solutions : soit ils font pression sur Moubarak pour démissionner soit ils donnent leur accord tacite pour des massacres à grande échelle, sans que le résultat ne soit garanti.

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @14h35   « »

    Le problème est toujours de savoir jusqu’où Obama est semblable à Bush et vendu aux assassins au pouvoir en Israël.

    Un Wikileaks montre que Bush avait déjà prévu la composition actuelle du "nouveau" gouvernement qui vient dêtre nommé par Moubarak.

    http://oumma.com/Les-Etats-Unis-con...

  • permalien K. :
    31 janvier 2011 @14h36   « »

    Comme je n’ai plus le son, peut-on me dire quel est le message de la petite Joujou à Moubarak ?

  • permalien Orangerouge :
    31 janvier 2011 @14h38   « »

    Les journalistes d’Al Jazeera ont été relachés mais leur matériel (caméras) reste saisi.

0 | 100 | 200 | 300 | 400 | 500 | 600 | 700

Ajouter un commentaire