Le Monde diplomatique
Accueil du site > Visions cartographiques > La Somalie, piraterie et affairisme

Corne de l’Afrique - Somalie - Diaspora

La Somalie, piraterie et affairisme

vendredi 4 février 2011, par Simon Minkowski

La Somalie s’est rappelée à nous ces deux dernières années grâce aux spectaculaires actes de piraterie maritime. Ce pays, complètement échoué depuis 1990, oublié depuis le fiasco américain de la bataille de Mogadiscio en octobre 1993 et le retrait précipité des casques bleus onusiens en mars 1995, incarne aujourd’hui l’échec de la communauté internationale. Pourtant, même sans Etat, la Somalie est l’une des économies les plus dynamiques de la région…

Depuis 2008, l’Union européenne est présente au large des côtes somaliennes à travers l’opération « Atalante » (EUNAVFOR), aux côtés des Etats-Unis et de l’OTAN et de pays présents à titre individuel (Chine, Russie, Inde, Iran, Japon…). Soit une trentaine de navires de guerre couvrant une surface supérieure à celle de la mer Méditerranée. Malgré ce déploiement, les attaques des pirates n’ont jamais été aussi nombreuses qu’en 2010, et les premières semaines de l’année 2011, bien que marquées par quelques interceptions et libérations réussies, ne semblent pas montrer d’inflexion (il y aurait aujourd’hui 1 181 membres d’équipage retenus en otages le long des côtes somaliennes).

JPEG - 269.7 ko
Les dynamiques somaliennes
Cartographie : François Prosper

Les attaques s’effectuent de plus en plus loin du littoral (là où la surveillance maritime s’estompe), jusqu’à 1 500 kilomètres des côtes africaines, soit entre les Seychelles et Maldives vers l’est, et jusqu’au canal du Mozambique au sud. Les groupes de pirates, dont les moyens logistiques sont toujours plus sophistiqués, notamment grâce aux sommes récoltées par les rançons (bateaux rapides, moyens de communication et de géolocalisation modernes), montent maintenant de véritables opérations militaires élaborées, cachant difficilement des soutiens financiers et logistiques régionaux. Désormais, les pirates n’hésitent plus à s’attaquer à des navires de très grande taille, comme le super tanker Maran Centaurus, qui transportait deux millions de barils de brut à destination des Etats-Unis en novembre 2009.

Une « approche globale » pour dépasser la piraterie

Mais la piraterie n’est que la partie la plus visible de la question somalienne. Depuis peu, la communauté internationale commence à repenser la situation en termes d’« approche globale » [1], avec tout un volet concentré sur la situation à terre. Soutenue par l’ONU, l’Union africaine (UA) et les Etats-Unis, l’UE s’est engagée dans une mission de formation de soldats somaliens en Ouganda, au profit du gouvernement fédéral de transition (GFT). Environ 140 formateurs européens, épaulés par une importante logistique américaine, ont commencé en avril 2010 à former deux contingents de 2 000 soldats sur deux sessions de six mois chacune. C’est un tournant dans l’action stratégique menée par les 27 en Somalie.

Il y a en effet urgence. Depuis le retrait des troupes éthiopiennes en janvier 2009, la Somalie est en proie à une grande violence, rarement égalée, même dans les pires moments de la guerre civile. L’influence du GFT du président Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, islamiste modéré, est réduite à quelques quartiers de Mogadiscio, au port maritime et à l’aéroport, sous la protection d’environ 8 000 soldats burundais et ougandais de l’UA. Kampala a d’ailleurs payé chèrement cet engagement, en juillet 2010, avec deux attentats simultanés dans la capitale ougandaise. Le reste de Mogadiscio est sous contrôle d’une nébuleuse de clans opportunistes et de formations islamistes radicales et souvent rivales, dont les Shebab sont l’expression la plus médiatisée.

Quant au reste du pays, il est totalement divisé : au nord, le Somaliland, territoire indépendant depuis 1991 mais non reconnu par la communauté internationale, jouit d’une certaine stabilité et d’un développement remarquable au milieu du chaos somalien (lire Gérard Prunier, « Le Somaliland, une exception africaine », Le Monde diplomatique, octobre 2010). C’est donc assez logiquement qu’il reste sourd aux appels à l’unité nationale lancés par le GFT, aidé en cela par la tenue – exemplaire – de la dernière élection présidentielle de juin 2010. Le futur statut du Sud-Soudan, après le référendum de janvier 2011, pourrait aussi accélérer la reconnaissance officielle de l’indépendance de ce territoire.

Au nord-est, son voisin le Puntland, territoire semi-autonome, a connu ces dernières années une instabilité structurelle propice au développement d’activités illicites. La plupart des gangs de pirates en sont originaires, ainsi que les trafiquants de clandestins à destination du Yémen depuis le port de Bosasso (lire « Migrants oubliés du Yémen », par William Spindler, décembre 2010).

A cette partition de fait, il convient d’ajouter la présence inquiétante, bien qu’embryonnaire encore, de cellules proches d’Al-Qaida et qui pourraient agir dans toute l’Afrique orientale. Ces groupes plus ou moins structurés évoluent actuellement dans ce labyrinthe de petits territoires hétérogènes qu’est le Sud somalien (du Mudug, au centre, au Juba, au sud, à la frontière avec le Kenya).

Enfin, le jeu des puissances des Etats voisins constitue un autre facteur de déstabilisation chronique pour le pays, en particulier avec l’Ethiopie et l’Erythrée qui y reproduisent une sorte de mini-guerre froide régionale (proxy war).

JPEG - 938.5 ko
Corne de l’Afrique, trois décennies de famines et de conflits
Cartographie : Philippe Rekacewicz, « Un monde à l’envers », Atlas du Monde diplomatique 2009.

Le dynamisme « façon somalienne »

Pourtant, en dépit de ce sombre tableau, la Somalie ne se résume pas à un Etat désintégré, sans structure ni avenir. Le pays dispose même d’un certain potentiel et d’atouts qui pourraient constituer un terreau favorable pour la reconstruction.

Malgré ses divisions, la population somalienne montre un certain dynamisme quand il s’agit d’affaires. Les Somali, disséminés dans toute la Corne de l’Afrique, et plus loin au travers de la diaspora, se révèlent de redoutables businessmen, habitués à fonctionner en réseaux de toutes sortes : claniques, communautaires, économiques… avec toutefois une forte propension à l’illicite. L’importante diaspora somalienne, installée principalement dans le Golfe, en Europe du Nord et aux Etats-Unis, envoie chaque année à son pays d’origine environ 2 milliards de dollars, à travers un système de transfert de fonds, les Hawilad, ou Hawala (voir ci-dessous). Modernisé grâce à des réseaux efficaces de téléphonie mobile et d’Internet, ce système traditionnel a donné naissance à de grandes structures spécialisées qui représentent des exemples de réussite commerciale, comme Dahabshiil ou Amal, sociétés somaliennes aujourd’hui basées à Dubaï.

Ce développement des Hawala a permis à la Somalie de se doter d’un réseau très concurrentiel (et donc très bon marché) d’opérateurs de téléphonie mobile et de fournisseurs d’accès à Internet. En l’absence de tout réseau national et public, tous les acteurs en ayant un besoin vital ont intérêt à préserver ces infrastructures de services. Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) parle même de « lifeline » locale (ligne vitale).

La dérégulation totale du marché somalien en fait un espace commercial de premier choix, l’expression ultime de l’ultralibéralisme. Le pays fonctionne comme une large zone détaxée à la jonction de l’Afrique, du Golfe et du Proche-Orient, et voit transiter toutes sortes de marchandises, depuis le bétail (moutons, chameaux) à destination du Proche-Orient et du Golfe jusqu’aux produits manufacturés en provenance de Dubaï et à destination d’Afrique de l’Est, dont une bonne partie pour les pays enclavés des Grands Lacs.

La frontière entre le licite et l’illicite est ténue en Somalie. La multiplication des trafics en tout genre le confirme : arrivages quotidiens de khat depuis le Yémen et l’Ethiopie (prohibé en Somalie par l’Union des tribunaux islamiques), trafic de clandestins vers le Yémen et l’Arabie saoudite, trafic d’armes en provenance du Yémen [2] vers la Somalie ou en transit vers le Kenya et l’Ethiopie...

La Somalie exporte ses propres productions, bananes vers le Kenya et charbon de bois vers le Proche-Orient et le Golfe (ce qui représente le coup de grâce aux maigres forêts d’acacias au sud du pays). Grâce à cette forme particulière de vitalité, et bien que sans banque centrale depuis bientôt vingt ans, le shilling somalien est une monnaie relativement stable, soutenue par la demande et les échanges commerciaux.

Cette exubérance va même jusqu’à déstabiliser les fragiles économies des pays voisins. Ainsi, le Kenya doit faire face à un afflux massif de liquidités, provenant semble-t-il du très lucratif business de la piraterie, véhiculées par la communauté somalienne. Le grand port de Mombasa connaît depuis quelques mois un boom de constructions immobilières ; c’est une des plus grandes lessiveuses de l’argent de la piraterie. Les sommes cumulées des rançons sont estimées à plusieurs centaines de millions de dollars, qu’il faut bien pouvoir blanchir d’une manière ou d’une autre…

Car, bien entendu, le miracle somalien ne vaut que pour ceux qui peuvent y mettre le prix, y faire fonctionner leur réseau, et toujours en bons termes avec les milices et leurs warlords capricieux. La société restant fondamentalement inégalitaire, une très grande partie des Somaliens vivent en marge de ces flux et toujours dans une grande détresse, aussi bien alimentaire que sécuritaire.

La situation somalienne est donc plus complexe que ne le laisse paraître le problème de la piraterie. Elle est paradoxale, à la fois globalisée et micro-locale, informelle et ultra-codifiée, juteuse mais profondément injuste. Les chancelleries occidentales semblent mieux prendre en compte cette réalité plurielle, et révisent leurs approches. Il n’est plus certain que le soutien inconditionnel au GFT soit encore une option pertinente, qu’il s’agisse d’une meilleure articulation de la réponse militaire maritime et terrestre, d’une vision plus précise de la scène islamiste ou d’une lecture davantage « fédéraliste », puisque l’« Etat centralisé » n’est désormais plus qu’une vue de l’esprit.

Simon Minkowski est consultant en intelligence stratégique. François Prosper est graphiste, illustrateur et cartographe.

Les Somaliens de l’extérieur

La diaspora somali représente environ un million de personnes sur une population totale estimée à neuf millions. Elle est principalement localisée dans les pays du Golfe et d’Afrique de l’Est (notamment dans des camps de réfugiés en Ethiopie, au Kenya, à Djibouti et au Yémen), en Australie, en Europe du Nord (Royaume-Uni et pays scandinaves) et en Amérique du Nord (dont une importante communauté à Minneapolis). Diaspora internationale à laquelle il faut ajouter 1,5 million de déplacés (en 2009) à l’intérieur même du pays.

Toutes ces communautés alimentent un vaste réseau de transfert de fonds vers le pays, que ce soit pour soutenir la famille restée sur place ou pour financer une affaire ou un projet local.

La très grande majorité de ces transferts sont effectués par téléphone ou Internet, au moyen de simples messages, dont les échanges sont centralisés par des hawala, des compagnies spécialisées basées pour la plupart à Dubaï. Ces transferts ont pris une importance considérable depuis le début de la guerre civile et l’effondrement de l’économie formelle. Ils représenteraient un volume d’environ 2 milliards de dollars par an, une véritable manne pour le pays. Pourtant, cette source n’alimente pas le pays de manière uniforme : les lignes de fracture claniques se retrouvent ici aussi, au détriment de la reconstruction politique. Les hommes d’affaires investissent dans des projets de développement locaux, subventionnant ainsi au passage leur clan d’origine et sa milice, ce qui correspond rarement avec le calendrier politique et économique du Gouvernement fédéral de transition (GFT).

JPEG - 30.7 ko
La diaspora somalienne
Cartographie : François Prosper

Ce qui est inquiétant, c’est que cette diaspora a une propension à soutenir les éléments les plus radicaux de l’insurrection locale, parmi lesquels les Shebab. En 2009, dans la communauté de Minneapolis, ce sont ainsi plusieurs dizaines de jeunes Américains d’origine somali, parfois mineurs, qui ont quitté le territoire américain, souvent à l’insu de leur famille, pour aller rejoindre un jihad mythifié, vendu par des prêcheurs-recruteurs enkystés au sein de cette communauté.

Une fois à Mogadiscio, la réalité est évidemment bien moins romantique pour ces jeunes dont c’est en général le premier séjour en Somalie. A leur arrivée, ils sont embrigadés et manipulés (leur famille américaine est parfois même rackettée). C’est ainsi qu’on a pu retrouver de jeunes Américains d’origine somali parmi les participants à certains attentats kamikazes perpétrés par les Shebab. Il y a donc un double enjeu pour Washington dans la limitation de la pénétration de cette communauté par des prêcheurs radicaux : éviter le départ de ressortissants pour un jihad fantasmé, mais aussi empêcher que ce terreau sensible ne produise des cellules terroristes actives cette fois-ci sur le sol américain.

Notes

[1] Lire le rapport de M. Jack Lang, conseiller spécial pour les questions juridiques liées à la piraterie au large de la Somalie (téléchargeable sur ce site).

[2] NDLR : Au sujet des trafics d’armes au Yémen, lire les révélations de WikiLeaks rapportées par le blog de Foreign Policy : « What’s a few million Kalashnikovs between friends ? », 3 février 2011.

A consulter

- Le chef de l’ONU appelle à orchestrer la réponse face à la piraterie
Centre d’actualités de l’ONU — 3 février — « La piraterie constitue une menace mondiale. Elle semble être plus forte que les efforts de la communauté internationale pour l’endiguer. C’est pourquoi je salue la décision de l’Organisation maritime internationale (OMI) d’accorder une attention particulière à la piraterie au cours de l’année à venir », a déclaré jeudi le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-mon, à Londres.

- La Somalie au bord d’une crise majeure à cause de la sécheresse
Centre d’actualités de l’ONU — 2 février — Arrivée lundi au Kenya pour une mission de trois jours dans la Corne de l’Afrique, la Secrétaire générale adjointe de l’ONU aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s’est rendue mercredi en Somalie dans la région du Puntland où elle s’est inquiétée de l’impact de la sécheresse qui vient s’ajouter à la guerre. Selon la chef de l’humanitaire de l’ONU, le pays est au bord d’une crise majeure si les pluies d’avril ne tombent pas.

9 commentaires sur « La Somalie, piraterie et affairisme »

  • permalien Marcel :
    4 février 2011 @16h12   »

    A noter aussi les problèmes de la surpêche ainsi que du rejet massif de produits toxiques et nucléaires au large des côtes somaliennes par des compagnies occidentales et asiatiques. Beaucoup de somaliens soutiennent la piraterie au motif que ce n’est qu’un manière de se faire rembourser en partie les dégâts causés en toute illégalité par ces étrangers.

  • permalien
    6 février 2011 @02h36   « »

    Cela fait rire de voir dans ces etudes venues de l’occident ou
    l’homme blanc definit le concept "communaute internatinale".

    Cette definition n’est rien d’autre qu’ une autre forme que l’homme blanc de l’occident utilise pour imposer son pouvoir sur le reste de la planete.

    Les occidentaux (Europeens et Americans) ont ete les voleurs des biens d’autrui pendant plus de deux siecles.

    Chaque fois, Ils utilisent un nouveau subterfuge pour piller et voler.

    La somalie est loin de l’Europe. Les occidentaux ne s’interessent a la Somalie que parce qu’ils ne veulent pas payer le droit de passage dans les eaux territoriales somaliennes.
    Ce sont les occidentaux qui ont pousse pour que les eaux territoriales des pays peuvent s’etendre a 200 Miles de leur cote.

    Ils l’ont fait en premier lieu pour proteger leurs regions des peches des autres.

    Maintenant, que cela vient les mordre au derriere en Somalie. Ils continent a la destabiliser.

    Ils veulent payer le prix en armes pour tuer au lieu de payer le prix de passage.

    Esprit occidental, esprit de voleurs de grand chemins.

  • permalien Stolypine :
    6 février 2011 @17h32   « »

    Quelques frappes aériennes bien ciblés sur les navires amarré dans les ports du Puntland permettraient de réduire cette piraterie.

  • permalien Frédéric :
    7 février 2011 @12h07   « »

    Marcel est littérallement à coté de la plaque avec des propos que même les pirates trouveraient comiques :)

    Même la population locale Somalienne ne veut plus de ces bandes de brigands dans leur villes.

    Ils ont du déja quitter (temporairement) la ville de Garaad suite à leurs exactions,

    Sinon, bon article sur l’économie de ce pays ;)

  • permalien
    7 février 2011 @16h01   « »

    De pêcheur à pirate il n’y a qu’un pas lorsque le poisson manque. Pas d’Etat pour les en empêcher, pas d’Etat pour protéger leur aires de pêche non plus.

    http://english.aljazeera.net/news/a...
    http://www.independent.co.uk/opinio...
    http://articles.chicagotribune.com/...

    Mais bon, on peut aussi continuer à prétendre qu’il ne s’agit que d’un problème de méchants brigands qu’il faut massacrer à vue. On s’en lave les mains, pas vrai ?

  • permalien fj :
    8 février 2011 @12h46   « »

    eh oui encore un des nombreux soi-disant bienfait de la communaute internationnal

  • permalien BENGOUFFA Mustapha :
    13 février 2011 @03h33   « »

    Taoufik Guedouar a publié dans AGISSONS POUR LA LIBERATION DES OTAGES DU HANNIBAL II. Taoufik Guedouar 12 février 15:08

    Le comité de soutien:SAUVONS LE HANNIBALII ET SON EQUIPAGE ,s’est réuni hier vendresi 11 février 2011 à 20h00 .
    Nous saluons la mobilisation des familles des otages en TUNISIE et le soutien politique ,syndical et des médias à notre cause , désormais CAUSE NATIONALE.
    Le comité de soutien appelle à un rassemblement devant le consulat de TUNISIE à PARIS le dimanche 6 mars à 10h00 pour appeler à la libération des 30 otages du HANNIBALII.
    Le communiqué du 1 février 2011 est désormais notre feuille de route pour la suite du mouvement.
    Le comité a confié le suivi de ces dossiers à :
    - le volet juridique à monsieur GUEDOUAR TAOUFIK
    - le volet médiatique à mosieur BENGOUFFA MUSTAPHA
    - le volet traduction des publiction en anglais -pour nos amis anglophones à monsieur MOHAMED TARIQ T : +33664274490
    Prochaine réunion du comité le jeudi 17 février à 20h00 AU RESTAURANT quick à ARGENTEUIL en FRANCE.

    GUEDOUAR TAOUFIK:Membre fondateur du comité de soutien.

  • permalien GUEDOUAR :
    14 août 2011 @16h16   « »

    MOBILISONS-NOUS POUR SAUVER LES 27 MEMBRES D’EQUIPAGE DU -BLIDA- DETENUS EN SOMALIE DEPUIS LE 2 JANVIER 2011

    GUEDOUARTAOUFIK
    MEMRE FONDAEUR DU COMITE DE SOUTIEN :

    POUR LA IBERATION DU NAVIRE ALGERIEN-BLIDA-

  • permalien Speedzritting :
    21 mars 2012 @16h27   «

    Comme d’hab on sert nos propres intérêts, Marcel a parfaitement raison.
    On cherche à occuper nos forces navales,
    Les assurances maritimes se gavent de primes et de zones à risque,
    L’industrie du transport maritime se frotte aussi les mains,
    Par rapport au nombre de navires qui transitent c’est peanuts les attaques,
    On cherche à occuper les routes logistique (c’est de bonne guerre),
    Savez vous combien gagne un marin sur une mission atalante... ah ah
    Moins qu’un pirate...

    Je pense qu’il faut sortir de ses cahiers,
    En Somalie, qui va envoyer de l’argent pour aider les Somaliens ?
    Ce n’est pas en tout cas les 350 000 euros tous maigres de la France...
    En attendant, en 2011, ces conneries ont couté 7 milliards, qui sont bien sur partis dans les poches des bailleurs de fonds sans scrupules entretenus directement ou indirectement par la société occidentale... Faudrait peut être commencer à balancer des noms et vous seriez stupéfaits !

    Les pirates ce n’est pas le problème majeur. Certes la piraterie est un pb dans la mesure ou elle tend à se ramifier avec les groupuscules bien connus...

    Le problèmes c’est nos déchets tox. à ne plus savoir qu’en faire,
    Notre modèle énergétique,
    La misère voulue et planifiée du monde,
    Le foutage de gueule des politiques,
    La spéculation sur les matières premières,
    La mondialisation en laissant des gens sur le carreau comme les Somaliens,

    Mais bon continuons de faire croire aux adeptes du JT de 20H des conneries aussi grotesques... voilà le niveau de culture de la France.

Ajouter un commentaire