Le Monde diplomatique
Accueil du site > Information 2.0 > La révolution arabe, fille de l’Internet ?

La révolution arabe, fille de l’Internet ?

mardi 15 février 2011, par Marie Bénilde

Quel rôle ont joué les nouveaux médias dans la chute des régimes autocratiques de Tunisie et d’Egypte ? Faut-il prêter à Facebook, et aux réseaux sociaux en général, la capacité de mobiliser des foules et de susciter des mouvements d’opposition ? Enseignements politico-médiatiques de révoltes puis de révolutions « en ligne ».

Le régime d’Hosni Moubarak a commis l’acte le plus liberticide du monde au regard de l’accès à Internet, selon le quotidien Libération du 28 janvier. Ni la Birmanie en 2007, ni la Chine en 2008, ni l’Iran en 2009 ne seraient allés aussi loin que l’Egypte face à la contestation sur la toile. Seul le pays du raïs despote a totalement coupé l’accès au réseau, pour les neuf dixième des 23 millions d’internautes égyptiens ayant un accès occasionnel ou régulier au Web — dont cinq millions d’inscrits au réseau social Facebook. Cette coupure n’a pu empêcher la chute d’Hosni Moubarak. La révolution égyptienne, comme celle qui l’a précédée en Tunisie, montre à la fois la puissance des nouveaux médias, la difficulté à leur opposer des forces classiques de contrôle et de répression, et leur articulation, trop souvent minorée, avec les médias traditionnels comme la télévision ou la presse.

L’impossible black-out

Revenons d’abord à cette fameuse coupure d’Internet. Le 2 février, après cinq jours d’interruption, les autorités égyptiennes choisissent de rétablir l’accès au réseau. La veille, Google avait lancé la possibilité de « tweeter » par téléphone, contournant ainsi le blocage. Il suffit aux opposants égyptiens d’appeler un numéro téléphonique pour laisser des messages vocaux, qui sont aussitôt retransmis sur Twitter. L’occultation numérique des événements n’est alors plus possible ; l’arrestation de Wael Ghonim, le responsable marketing de Google au Proche-Orient (qui sera porté en triomphe sur la place Tarhir après sa libération), se révèle vite totalement inadaptée à la situation. Le régime a tenté d’étouffer Internet comme il cherchait à se débarrasser de témoins gênants en mettant au secret les journalistes qui couvraient les manifestations. Mais le réseau des réseaux n’est-il pas, par nature, incontrôlable ? [1]

C’est alors qu’une nouvelle stratégie, plus en phase avec les outils modernes de télécommunication, se met en place. Plutôt que de chercher à censurer massivement — et sans discernement — les messages d’opposants en fermant le robinet numérique, les autorités égyptiennes prennent l’initiative de se servir à leur tour des nouvelles technologies : c’est ainsi que l’armée a investi les bureaux des opérateurs de téléphonie mobile auxquels l’Etat est associé (Mobinil, filiale de France Télécom et Vodafone) pour les obliger à diffuser des textos appelant à la délation ou donnant le lieu et l’heure de manifestations de soutien à Hosni Moubarak. Un SMS de l’armée, quelques jours avant la chute du vieux président, indique que « les forces armées demandent aux hommes honnêtes et loyaux d’Egypte d’affronter les traitres et les criminels et de protéger notre peuple et l’honneur de notre précieuse Egypte [2 ».

Le message peut paraître aujourd’hui ambigu quand on connaît le rôle exercé par l’armée dans le renversement de Moubarak. Il n’en arrive pas moins en appui du pouvoir quand il est diffusé, alors que le raïs s’accroche à son trône. Et il témoigne d’une certaine sophistication de cette ultime phase de la répression en ligne puisqu’il ne s’agit plus seulement d’interdire les blogs ou les sites hostiles au régime — notamment lorsqu’ils diffusent des vidéos de torture dans les commissariats égyptiens — mais aussi de promouvoir la parole gouvernementale sur les réseaux. Seulement, il est déjà trop tard. A l’ère numérique, toute autorité qui s’estime victime de la toile, et plus singulièrement d’un moteur de recherche, se doit de poster sa propre production de contenus en ligne afin d’interférer dans une communication qui lui est hostile. Mais cet usage « proactif » implique de précéder l’événement, non de le suivre.

Réseaux numériques et révolutions

Quelle place accorder maintenant à ces nouveaux outils de communication dans les mouvements de révolte arabes ? La plupart des témoignages s’accordent à dire que les réseaux sociaux ont joué un rôle dans la mobilisation en Egypte comme en Tunisie. Pour exprimer un ras le bol, se regrouper de façon affinitaire ou se conforter dans l’action, des groupes ont été créés sur Facebook ; Twitter était utilisé, de façon plus marginale, pour lancer des alertes, notamment à l’extérieur du pays. Pourtant, comme en attestent les nombreuses arrestations de journalistes ou le brouillage des émissions d’Al Jazira sur un des satellites dépendant de l’Etat égyptien, c’est essentiellement de la télévision et de la presse que les autorités se sont méfiées. Les chaînes d’information en continu ont en effet ce pouvoir de refléter la réalité des manifestations et de grossir le flot de leurs participants (la couverture des événements en Egypte par BBC World a d’ailleurs incité l’Iran à brouiller les émissions de la chaîne, par mesure de précaution).

Faut-il relativiser la vision d’une « révolution 2.0 », comme l’a baptisée le blogueur égyptien Wael Ghonim ? En réalité, nouveaux et anciens médias semblent étroitement liés. Si l’information trouve aujourd’hui le moyen de contourner la censure, d’échapper à tout contingentement et de se diffuser largement, c’est bien entendu grâce à Internet et au partage de liens sur les différentes communautés des réseaux sociaux. Mais la revue Telos, éditée par la fondation Telefonica en Espagne, a montré récemment que 80 % des nouvelles qui circulent sur Internet dans le monde viennent des éditions en ligne de la presse [3]. Il en va de même de la télévision. En Tunisie, Al Jazira — qui était interdite de séjour par le gouvernement de Ben Ali — s’est imposée comme le média audiovisuel libre du pays, au détriment des chaînes nationales et des autres télévisions étrangères, selon l’écrivain Taoufik Ben Brik, tandis que « ce sont surtout les relais traditionnels de la rue survoltée — Internet, Facebook, Twitter, YouTube — qui ont sombré dans l’oubli [4 ». La chaîne d’information s’est notamment distinguée par sa capacité à reprendre sur son antenne des images tournées par des téléphones portables, comme celles des premières manifestations réprimées par la police à Sidi Bouzid.

Dans un article du Monde.fr sur l’influence de la chaîne qatarie dans la révolution tunisienne, le journaliste Benjamin Barthe décrit ainsi le cheminement de ces vidéos amateurs publiées sur des sites alternatifs comme Nawaat ou Takriz, signalées par Twitter, reprises sur les réseaux sociaux (Facebook, YouTube..) et finalement diffusées en masse sur les écrans d’Al Jazira qui leur donneront un véritable écho populaire.

« Al-Jazira s’est fondue dans le nouvel environnement médiatique, en recourant de façon très rapide et très créative aux contenus générés par le public, écrit sur son blog le politologue américain Marc Lynch, spécialiste du monde arabe, cité par Le Monde. D’autres télévisions satellites l’ont imitée. […] Ces plateformes médiatiques et ces contributeurs individuels œuvrent à saper la capacité des Etats à contrôler le flux d’informations. C’est la dernière étape en date dans l’émergence d’un nouvel espace médiatique arabe. »

Pour suivre l’évolution des événements en Egypte, c’est encore Al Jazira que regardent les responsables officiels de la Maison blanche, selon le New York Times, alors même que la chaîne d’information, coupable d’avoir diffusé des cassettes de Ben Laden et stigmatisée pour son « islamisme », est très largement absente des bouquets satellite et du câble aux Etats-Unis.

Enfin, c’est encore au rythme de la télévision égyptienne retransmettant les discours de Moubarak que la révolte égyptienne s’amplifie. Le vieil autocrate y apparaît, dans le décorum suranné de son palais, littéralement déconnecté des aspirations de la jeunesse de son pays (au point que la presse française a pu parler de « mai 1968 » arabe).

Réalités et virtualités

Les nouveaux canaux numériques n’apparaissent finalement qu’au second plan en matière d’information. Mais les réseaux sociaux contributifs (2.0) remplissent une fonction inédite dans l’histoire des médias. Ils permettent aux rédactions occidentales, souvent coupées des réalités de pays qu’elles regardaient avec le même aveuglement que leurs gouvernements respectifs (produit d’une grande indulgence avec les régimes corrompus en place, puissances invitantes pour des politiques comme pour des journalistes français en vue), de mesurer que l’épouvantail islamiste ne pouvait plus suffire à discréditer les soulèvements populaires. Le web 2.0 a cette propriété sans doute magique qu’il supporte mal l’imposition de raccourcis médiatiques malgré la tentative apparue ici ou de jouer sur la fibre de la menace envers Israël ou sur le danger des Frères musulmans. Avec Internet, la parole du peuple devient davantage audible même si elle n’est que partielle.

Bien sûr, il va sans dire que ce n’est pas Internet ou les réseaux sociaux qui font la révolution : les immolations publiques, les manifestations interdites ou l’occupation de la place Tahrir sont avant avant tout des expressions physiques d’un désarroi et d’une contestation populaires. D’ailleurs, comme on l’a vu, l’usage des nouvelles technologies n’est pas l’apanage des forces contestataires — Téhéran s’en était aussi emparé pour traquer ses opposants après les manifestations très connectées de 2009 [5] — et il a même plutôt tendance à canaliser le mécontentement intellectuel au détriment des engagements militants. Au point que l’on peut légitimement se demander quel est l’avenir d’une mobilisation si celle-ci n’est pas accompagnée par un travail de structuration politique qui permet à un rassemblement de masse de se muer en force révolutionnaire agissante.

Et en même temps, le Web participatif est porteur de nouvelles formes d’organisation qui ne sont pas que technologiques et sème le grain de la parole démocratique au vent de l’histoire [6]. Du Proche-Orient à Cuba, en passant par l’Algérie, Internet a à la fois la propriété d’interconnecter les peuples, de permettre à chacun de se compter et d’encourager les initiatives. Face à une information par les grands médias vécue comme une « chape de surplomb » dans la mesure où la réception des nouvelles y était essentiellement passive, les nouveaux médias semblent réussir cette alchimie nouvelle de transformer l’information en participation et la participation en action. Les internautes sont invités à vivre « en partage » avec cette idée nouvelle au Maghreb : la dictature n’est pas le seul horizon politique.

Notes

[1] La question rebondit aux Etats-Unis où un controversé projet de loi de sécurité cybernétique voudrait mettre entre les mains du président américain un interrupteur du Web ("kill switch") pour contrer les cyberattaques provenant de l’étranger.

[2] « Reaching for the kill switch », The Economist, 10 février.

[3] « El 80% del material informativo que circula por la Red procede de la prensa », El Mundo, 2 février 2011.

[4] « En Tunisie, le règne sans partage d’Al Jazeera », Slate.fr, 19 janvier 2011.

[5] Lire à ce sujet « En Iran, Nokia connecte la répression ».

[6] Lire à ce sujet Tunisie, Egypte...Algérie, "inception" de la révolution in Electron libre.

170 commentaires sur « La révolution arabe, fille de l’Internet ? »

0 | 100

  • permalien Calenques :
    15 février 2011 @22h32   »

    Intéressant, mais la révolution n’est-elle pas une idée qui prend du temps à murir dans les esprits ? Comment concilier cette nécessaire maturation avec l’instantanéité propre aux nouveaux réseaux numériques ?

    L’avenir dira s’il s’agit d’un feu de paille qui brûle tous les espoirs d’une génération ou une véritable transformation durable des consciences. En attendant, longue vie aux révolutions tunisienne et égyptienne !

  • permalien рam :
    16 février 2011 @08h20   « »

    La coupure a dure 6 jours plutôt que 5, elle a été effective du 28 janvier au 02 février 2011 inclus soit 6 jours, je crois savoir que le rétablissement effectif s’est fait dans la nuit du 02 au 03 février 2011 d’après ce qui a été rapporté par The Guardian et Al-Jazeera.

  • permalien nksontini@yahoo.fr :
    16 février 2011 @08h46   « »

    En Tunisie, Al Jazira — qui était interdite de séjour par le gouvernement de Ben Ali — s’est imposée comme le média audiovisuel libre du pays, au détriment des chaînes nationales et des autres télévisions étrangères, selon l’écrivain Taoufik Ben Brik, tandis que « ce sont surtout les relais traditionnels de la rue survoltée — Internet, Facebook, Twitter, YouTube — qui ont sombré dans l’oubli [3]

    En voilà un témoignage digne de foi ! Relayé par un Slate, tout aussi digne de foi !

    Vous oubliez le téléphone Arabe ou Perse ! La révolution Iranienne, en 1979, sans Al Jazira, facebook, twitter... Etc !

    L’approche facile de la cause à effet qui impute des évènements à l’information 2.0, supports que l’histoire des peuples n’a cesse d’inscrire en faux, ne sont au demeurant que des accessoires qui ne font que refléter, souvent, à travers un miroir déformant, l’évolution des évènements, et ne seront en aucun cas un déclencheur des révolutions.

    Tiananmen en 1989...

  • permalien рam :
    16 février 2011 @09h06   « »

    En fait c’est documenté précisément sur le site de Arbor Networks, sachant qu’ils indiquent des heures zonées Eastern Standard Time (EST) GMT -5 et que le Caire est zoné Eastern European Time (EET) GMT +2

    Coupure effective :

    - 28/01/2011 01:00 AM - > 02/02/2011 12:00 AM (Heure du Caire)


    Source


    Source

    Mais de facto d’après ce qu’indique The Guardian le trafic ne serait revenu à la normale (sans coupures) que vers minuit du 02 février heure du Caire :

    “(...)This comes as the crisis in Egypt continues and internet and mobile network access remains intermittent and has again been shut off today.” [02/02/2011]

  • permalien рam :
    16 février 2011 @09h28   « »

    Oops ! :-( Merci de supprimer mon doublon SVP !

    Ceci dit que ce soit 5 ou 6 jours peu importe, à la louche on va dire une semaine, merci pour cet excellent article !
    Pour ma part j’en retire que l’internet utiliser comme une arme de propagande pour viser un pays comme en 2009 contre l’Iran ou plus récemment contre la Syrie ne fonctionne de facto pas et c’est très bien ainsi, que dans le cadre d’une insurrection authentique et spontanée par contre comme en Egypte, c’est un bon outil pour les insurgés mais qu’il ne faut pas le surestimer, la coupure d’une semaine a bien montré que cela n’a bien entendu pas arrêté le mouvement... Il ne faut pas non plus oublier que nombre de gens pauvres n’accèdent ni à internet ni aux réseaux téléphoniques cellulaires et qu’ils constituent le gros des troupes des insurrections jusqu’à preuve du contraire.

  • permalien Frantz Fanon :
    16 février 2011 @10h47   « »

    Mme Benilde dit que en iran, les autorités ont brouillé les émissions de la BBC ’par mesure de précaution’.

    (1) Tout d’abord, faut dire que Londres a au préalable fait tout pour difficulter, voire impossible, le travail de la chaîne iranienne press.tv (www.presstv.ir) en Grande Bretagne. Dans ce sens, le gouvernement de M. Ahmadinejad ne fait que répondre aux abus du gouvernement anglais.

    (2) L’on connaît les obstacles que les gouvernements européens posent à la diffusion de Al-Manar TV, la chaîne du Hezbollah libanais, pati politique qui participe au gouvernement du Liban, dans leur pays. L’Iran n’applique que le droit européen aux chaînes européennes.

    (3) L’Iran n’est pas l’Egypte, ni la Tunisie, et M. Ahmadinejad n’est pas Moubarak, Ben Ali, ou l’un de ces grands amis de l’Occident - jusqu’à hier. Il y a une tendance à confondre les choses dans nos médias occidentaux, de créer de la confusion. Je demanderais aux journalistes européens d’être vigilant à ne préparer, une fois de plus, le terrain intellectuel pour une guerre.

    Merci

  • permalien Ismar :
    16 février 2011 @12h31   « »

    Cette journaliste, Marie Bénidle, a raison de dire que les jeunes ont plus appris sur Facebook ou internet de leur capacité de changer les choses que pendant des décennies de coopération culturelle franco-arabe où la France a bien pris soin de donner le change en préservant des espaces (modestes) de liberté, avec l’assentiment des pouvoirs en place...
    Pendant ce temps, business as usual. Et le web est venu perturber un petit jeu politico-affairiste où l’information a été bien cadenassée pour le plus grand profit de quelques-uns

  • permalien Nathan :
    16 février 2011 @12h37   « »

    Hier, des députés à la botte de la sinistre dictature islamique iranienne ont demandé la mise à mort des deux ex-candidats aux élections présidentielles truquées Karroubi et Moussavi.

  • permalien рam :
    16 février 2011 @13h00   « »

    @ Nathan

    Savez-vous que tout le monde n’a pas la mémoire courte, certains se souviennent par exemple du passé d’un certain Mir-Hossein Mousavi Khameneh lorsqu’il occupait le poste de Premier ministre, à l’époque le plus haut poste de l’Etat, celui de Président de la République n’existait pas encore. Certains se souviennent que ce fut sous son autorité que furent exécutés tous les prisonniers politiques dans les prisons, pas seulement les criminels de la Savak et autres nostalgiques de la "lumière des Ariens", mais aussi des Communistes et autres militants de Gauche... Bel exemple d’humanisme que votre champion, non ?

  • permalien рam :
    16 février 2011 @13h36   « »

    PS :

    Pour ce qui est de l’Iran vous avez tort de vous faire............ du souci ! ;-)


    Bushehr ce matin 16 février 2011

  • permalien Nathan :
    16 février 2011 @14h11   « »

    Par les temps qui courent, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour avoir quelques ballons et du jus d’orange gratuitement sans compter le trajet en bus au frais du régime.

    Cela dit, si j’étais iranien, je ne m’approcherais pas trop de Bushehr.

    La virus Stuxnet a sans doute déjà muté et il fait tic-tac-tic-tac....

    http://www.nytimes.com/2011/01/16/w...

  • permalien рam :
    16 février 2011 @14h29   « »

    @ Nathan

    Ah vous confondez Nathan ! Bushehr n’est pas en Belgique ! ;-)

    Le rond-point de la Perle à Manama non plus,

    c’est à Bahrain.

  • permalien рam :
    16 février 2011 @15h10   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Il semblerait bien qu’un petit peu quand même...

    Le rond-point de la Perle, nouvelle place Tahrir ?

    Un millier de manifestants chiites ont passé la nuit de mardi à mercredi installés sous des tentes sur le rond-point de la Perle à Manama, la capitale de Bahreïn. Ils exigent des changements dans le royaume dans le cadre d’une mobilisation inspirée par les révolutions en Tunisie et en Egypte.

    A la tombée de la nuit mardi, le nombre de manifestants dans le campement installé sur le rond-point de la Perle était tombé à environ un millier contre 2000 un peu plus tôt, selon des témoins. Certains espèrent faire du rond-point de la Perle une nouvelle place Tahrir, sur l’exemple égyptien.

  • permalien Abu Marwane :
    16 février 2011 @15h33   « »

    Expliquer les revolutions tunisienne et egyptienne par l’ internet, c’ est forcement reducteur. On oublie que dans ces deux pays, des mouvements sociaux des ONG, des centres de recherche, des intellectuels, des opposants resolus ont travaille pendant des decennies pour denoncer les regimes. Les outils de communication sont venus -en bout de chaine- pour aider a diffuser au plus grand nombre des informations -autre fois- fragmentaires et difusees a un nombre beaucoup plus restreint. Le gros de ceux qui se sont battus en Tunisie contre Ben Ali, ce sont des militants syndicalistes, pas toujours a l’ aise avec l’ internet. En Egypte, beaucoup parmi les manifestants de la place Tahrir n’ ont pas les moyens d’ avoir un PC, une connection internet, ou meme payer des heures de Cybercafe.
    Quant a l’ Iran, force est de constater que les americains, tres
    distants et peu bavards sur les revolutions tunisienne et egyptienne,
    tout au moins au debut, sont des les premiers rassemblements tres
    enthousiastes et depuis les elections de 2009. On ne les a beaucoup
    entendus critiquer les dernieres elections egyptiennes. Il n’ en
    demeure pas moins, que la revendication democratique en Iran est
    legitime, face a un pouvoir de plus en plus sadique et sanguinaire.
    Pour avoir ete souvent dans ce pays, il est clair que les elites
    eduquees et les citadins dans leur grande majorite sont tres hostiles
    au regime. Il reste cependant a ce regime une base populaire qu’ il
    continue a manipuler avec ses slogans nationalistes et religieux, sur la
    puissance nucleaire, la place de la Perse, du Shiisme (par opposition
    a la reaction arabe sunnite et notamment sur la question
    palestinienne) et a lquelle, il continue de promettre un Iran Super
    puissance. L’ avenir de tous ces regimes arabes dictatoriaux et
    iranien est de plus en plus compromis ; ils finiront par tomber, faute
    de pouvoir se reformer fondamentalement.

  • permalien рam :
    16 février 2011 @16h22   « »

    @ Abu Marwane

    Pour avoir ete souvent dans ce pays, il est clair que les elites eduquees et les citadins dans leur grande majorite sont tres hostiles au regime.

    Les impressions de voyages valent ce qu’elles valent... Si on revient en juin 2009 par exemple, où tous les médias occidentaux hurlaient à la falsification et à la tromperie, certains étasuniens pas encore totalement décérébrés par la propagande ambiante, se sont donnés la peine de vérifier s’ils n’y aurait pas eu par exemple des enquêtes d’opinions indépendantes et crédibles effectuées juste avant ce scrutin soi-disant volé, et quelle ne furent pas leur surprise d’en trouver un justement effectué par une ONG U.S. qui donnait une image de l’opinion tout à fait en accord avec les résultats du scrutin... Etrange, non ?

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @16h28   « »

    pour pam

    La veille, Google avait lancé la possibilité de « tweeter » par téléphone, contournant ainsi le blocage. Il suffit aux opposants égyptiens d’appeler un numéro téléphonique pour laisser des messages vocaux, qui sont aussitôt retransmis sur Twitter. L’occultation numérique des événements n’est alors plus possible ; l’arrestation de Wael Ghonim, le responsable marketing de Google au Proche-Orient (qui sera porté

    les blogueurs tunisiens ont relayés les revendications des blogueurs égyptiens pendant cette coupure pour l’a faire connaître au monde entier.

    le bloggeur tunisien Slim Amamou
    sur Global Voices

    You’ve been following the extraordinary events in Egypt. What reading do you make of the Egyptian revolution ? Can you compare both the Tunisian and the Egyptian uprisings : what’s their common denominator (if any) ?They are both one uprising. One World, One Revolution :) Often people think of it in terms of “contagion” or something. But in reality we’ve been ready, we, people of the internetz, for a revolution to start in any part of the Arab world. We’ve been supporting each other and trying hard since long time, and you know how important Internet was for the revolution. Egyptians actively supported the Tunisian Revolution as any Tunisian national did : they launched DDoS attacks, they’ve been demonstrating for Sidibouzid, they shared information, they provided technical support… etc. And now Tunisians are doing the same for Egyptians. It’s really a new citizenship. Egyptians are de facto Tunisian citizens

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @16h29   « »

    http://globalvoicesonline.org/2011/...

    le lien de l’interview de Slim Amamou

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @16h56   « »

    C’est en faisant fi de la politique de neutralité diplomatique de Google que son pdg Eric Schmidt a affirmé que la compagnie est « très, très fière » de Wael Ghonim.

    Ce cadre égyptien a organisé des manifestations dans ce pays où se déroulent présentement de profonds bouleversements politiques. Arrêté et jeté en prison, il en est ressorti 12 jours plus tard.

    Ghonim a affirmé être l’administrateur anonyme de la page Facebook « Nous sommes tous Khaled Saïd » ; une page ayant grandement contribué au soulèvement des foules contre le gouvernement Moubarak. Khaled Saïd a été battu à mort par les forces policières du pays en 2010.

    C’est en s’adressant aux participants du Mobile World Congress de Barcelone que Schmidt a tenu ses propos. « Ils ont utilisé les technologies, dont Facebook, Twitter et de nombreux autres moyens pour réellement exprimer la voie du peuple, et c’est un bon exemple de transparence », rapporte Technaute.

    « C’est la nature de la technologie. Cela change la dynamique du pouvoir entre le gouvernement et les citoyens d’une manière réellement imprévisible ».

    http://www.branchez-vous.com/techno...

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @17h02   « »

    He went on to personally thank Mark Zuckerberg, and said he’d love to meet Facebook’s CEO. Ghonim says that he’s looking forward to getting back to his work at Google but he plans to write a book, “Revolution 2.0″ about the role of social media and the internet in political demonstration. There’s no doubt that social media has changed political activism irrevocably, and this moment will surely be a historic moment for Facebook and Twitter.

    Ghonim and Blitzer ended the conversation back on the topic of Zuckerberg, with Ghonim saying “Ask Zuckerberg to call me !!.” Yeah, or send him a message on Facebook.

    get widgetminimizeCrunchBase Information
    Facebook

    http://techcrunch.com/2011/02/11/wa...

  • permalien рam :
    16 février 2011 @17h29   « »

    @ uneTunisienne

    Concernant l’opération de Google dont vous parlez, je suis pas convaincu qu’elle ait eu un très grand intérêt, ni une très grande utilité, je crois qu’elle a été faite l’avant-veille du rétablissement du trafic internet ; poster des "tweets" que les égyptiens ne pouvaient pas lire me semble assez étrange, et de toute façon les insurgés égyptiens avaient surement bien mieux à faire dans la rue que de "tweeter", non ?
    De plus je crois que c’était un gros coup de pub de Google... ;-)

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @17h47   « »

    De Facebook à internet, puis au monde réel

    nous sommes tous Khaled Said:la plus grande campagne d’activisme en ligne du monde arabe

    http://fr.readwriteweb.com/2010/09/...

    @pam : laissez tomber. Si vous avez regarder hier une emission sur DREAM TV l’emission de Mona chazli avec un beau plateau des bloggeurs qui ont fait la revolution depuis la mobilisation sur la page facebook nous sommes tous Khaled Said jusqu’à la place Tahrir( où justement il ya aussi des choses à faires sur le net d’un appartement proche où les activistes se relayaient) etc. si vous pouvez regarder cette emission . Bien à vous.

  • permalien рam :
    16 février 2011 @18h05   « »

    @ uneTunisienne

    Libre à vous de penser que c’est avec “Facebook” et “Tweeter” ou la TV que l’on pourrait faire une révolution, j’ai justement cru remarquer que vous en aviez une à finir, ou concrétiser comme on voudra, en Tunisie avec le Premier ministre de Ben Ali un certain Mohamed Ghannouchi toujours aux affaires et aux commandes, la constitution écrite sur mesure pour Ben Ali toujours en vigueur, et la classe politico-économique, pour ne pas dire la mafia, de ben Ali toujours aux affaires également... Il vous reste assurément du pain sur la planche ! ;-)

  • permalien uneTunisienne :
    16 février 2011 @18h34   « »

    http://www.youtube.com/watch?v=XNwP...

    le tube de l"eté.

    @pam. non bien sur ce n’est pas suffisant mais ça a fait prendre concience à un maximmum de gens qui par la suite, du fait de l’accumulation et du ras le bol sont descendus dans la rue et se sont soulevé sans peur. Facebook c’est notre espace public de revendication et de prise de conscience et de décorticage des mensonges du Gouvernement et du parti au pouvoir.

    pour le reste de votre post oui nous avons du pain sur la planche et les déçus de Ghannouchi grossissent à vue d’oeil :)

  • permalien Nathan :
    16 février 2011 @18h54   « »

    A 22h20 ce soir, émission spéciale sur ARTE consacrée à Jafar Panahi. La chaîne transmettra son film "Le Cercle" suivie d’un entretien avec le réalisateur, condamné à 6 ans de prison par la dictature islamique iranienne. Voilà ce qu’ils font avec leurs artistes...

    http://www.arte.tv/fr/content/tv/02...

  • permalien X :
    16 février 2011 @19h02   « »

    Nathan’

    Hier, des députés à la botte de la sinistre dictature islamique iranienne ont demandé la mise à mort des deux ex-candidats aux élections présidentielles truquées Karroubi et Moussavi.

    Et c’est ausi hier que :

    Des membres de la Knesset dirrigée par les fascistes (selon les terme du sioniste Narthan) a appelé les Juifs à la « vengeance » du Dr Azmi Bishara, et de suivre et de le kidnapper et l’amener en Israël pour le juger et de l’executer.

    La Knesset avait voté aupravant la suspension la suspension de sa pension.

    Après vos qualificatifs peu élogieux à l’endroit des iraniens comment qualifier vous ceux là. Les contradictions sont généralement révélateurs d’un comportement anormal qu’on essaie de cacher comme être racsiste ou fasciste.

  • permalien рam :
    16 février 2011 @19h44   « »

    @ uneTunisienne

    (...) pour le reste de votre post oui nous avons du pain sur la planche et les déçus de Ghannouchi grossissent à vue d’oeil :)

    Les révolutionnaires Tunisiens authentiques ont toute mon estime, mon respect, & mon admiration, je leur souhaite bon courage du fond du cœur ! ;-)

  • permalien Nathan :
    16 février 2011 @20h49   « »

    @ X

    Ce n’est pas la même chose.

    - Bishara est accusé de haute trahison et d’intelligence avec l’ennemi en temps de guerre. Il aurait fait connaître au Hezbollah certaines positions de l’armée israélienne en 2006.

    - Personne ne demande son exécution. Il a droit à un procès

    - Bishara est en fuite mais son siège est occupé par un autre député du même parti

    A propos du Hezbollah, j’en ai lu une bien bonne aujourd’hui. Nasrallah aurait menacé d’envahir la Galilée en cas de nouvelle guerre. Quand on pense que cet individu est forcé de se terrer dans un bunker depuis 4 ans et qu’il ne peut s’adresser à ses ouailles que par écran interposé, ça m’a l’air un tantinet prétentieux…

  • permalien рəm :
    16 février 2011 @21h27   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Pour ce qui est de l’exemple de Tahrir Square tout au moins semble-t-il :


    Protesters remaining overnight in Pearl Square roundabout in Manama, Bahrain (9:52pm)

  • permalien Nathan :
    16 février 2011 @21h27   « »

    Intéressant article du Guardian sur les méthodes de la dictature islamique d’Iran.

    Elle prétend que l’étudiant Saane Zhaleh mort lundi était un bassiji et qu’il a été tué par les manifestants de l’opposition. Un membre de sa famille affirme au contraire qu’il s’agit d’un opposant et qu’il a été tué par les flics de la dictature. Les parents ont été obligés de souscrire à la version de la dictature sous peine de ne pouvoir enterrer leur enfant.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

  • permalien рəm :
    16 février 2011 @21h39   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Ce qu’on ne peut que remarquer tout de même, c’est que grâce à l’internet, c’est bien la première fois que l’on a des insurrections documentées en images en direct ou quasiment...


    Plus tôt aujourd’hui, les sourires font plaisir à voir ! ;-)

  • permalien X :
    16 février 2011 @23h47   « »

    Nathan,
    Vous le savez très bien Que le crime de bishara est de ne pas être un juif. Et de vouloir s’opposer au gvnt fasciste de netanyahou lieberman.
    Selon vous alors. les arabes qui croupissent ds les prisons israéliennes, parmis lesquels il y a des mineurs et même des bébés, ont tous eu des procès justes. Les lois racistes votées par l’actuel knisset protégent elles les non juifs contre les abus de la justice juive.

    Enfin je pense pourquoi un jour vous avez qualifié le duo liberman netanyahou de fascistes ? À vous lire se sont des anges.

  • permalien Tristan :
    17 février 2011 @00h16   « »

    ha ha ha, la mauvaise foi de Nathan est vraiment extraordinaire :

    Hier, des députés à la botte de la sinistre dictature islamique iranienne ont demandé la mise à mort des deux ex-candidats aux élections présidentielles truquées Karroubi et Moussavi.

    Et, pour le Dr Azmi Bishara, ce serait totallement diférente :

    Personne ne demande son exécution. Il a droit à un procès

    N’importe qui devrait se rendre compte que dans les deux cas, il y a la demande d’un jugement très sévère qui doit donner une condamnation "d’intelligence avec l’ennemi", devant déboucher sur la peine de mort.

    Après, où est la vérité et quel est le poids réel des députés faisant cette demande, c’est une autre question.

    On peut imaginer que la justice, autant en Iran qu’en Israël, est assez indépendante du pouvoir politique, et qu’elle devrait faire son travail, sans chercher à offrir (à tous prix) à quelques députés, demandant les peines les plus lourdes, ce plaisir.

    C’est pas comme en France, quand même, où des juges condamnent volontier des innocents, juste parce que les journeaux aux ordres, ont déjà déclaré le verdict !!!

    Bon, tel n’est pas l’avis du Dr Azmi Bishara, qui a préféré quitter son pays. Karroubi et Moussavi devrait, peut-être, faire de même, si ils sentent que la justice de leur pays commence à être touchée par la même parano qu’en Israël.

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @00h47   « »

    Là c’est vraiment du direct :

    - Live camera feed from Bahrain’s Pearl roundabout

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @00h54   « »

    PS :

    Il est 2 heures plus tard qu’en France là-bas.

  • permalien X :
    17 février 2011 @03h10   « »

    Nathan

    A propos du Hezbollah, j’en ai lu une bien bonne aujourd’hui. Nasrallah aurait menacé d’envahir la Galilée en cas de nouvelle guerre.

    Quelle est votre source pour cette information ?

    Ce que j’ai lu c’est qu’il veut venger le crime de l’assassinat de Moughnia en s’en prenant au dirrigeant que vous avez qualifiez de fascistes. Vous devaez applaudir à moins que préserver le sansg juif pour vous est sacré même s’il appartient à un fasciste.

    Quand on pense que cet individu est forcé de se terrer dans un bunker depuis 4 ans et qu’il ne peut s’adresser à ses ouailles que par écran interposé, ça m’a l’air un tantinet prétentieu

    Cet invudu comme vous dites est forcé de se terrer comme les algériens le faisait lors devant la force inégale de l’occupant français et les juifs devant la force supérier des nazis (c’est humain mon Nathan). Mais soyez sincère est dites moi à force égale qui se terrait ?

    Votre commentaire est tellement méprisant que l’objectif pricipal des peuples arabes est de retrouver leur dignité par l’unité des peuples et la reconstruction de leurs forces armées. Et comme je connais votre réponse je vous dis que les arabes devrait être prêt à ne pas emprunter cette voie si Israel était prête à se desarmer. Ce sont les extrémistes qui ont choisi cette voie. Les arabbes le feront pour se défendre et pour ne plus vous permettre de menacer.

  • permalien Abu Marwane :
    17 février 2011 @03h27   « »

    @pam
    Les impressions de voyage valent ce qu’ elles valent, mais selon ce que cherche le voyageur, son profile, ses connaissances du pays, de la langue, des contacts suffisamment diversifies et surtout la possibilite de visiter plusieurs regions/ villes.

    Toujours est il que la revendication democratique des peuples reste la meme sous tous les cieux. Les Droits de l’ Homme sont les les memes, universels et indivisibles. Faire de la defense des Droits de l’ Homme de maniere selective, a la maniere americaine ou iranienne, n’ est point soutenable, ni durable dans le long terme. Les americains
    se sont bien accomodes des dictatures sud americaines et arabes tant que les regimes defendaient leurs interets. Quant aux dirigeants iraniens, ils ne craignent nullement le ridicule en applaudissant la
    revolution egyptienne, tout en refusant une veritable democratie a
    leurs propres citoyens. Que les americains, Israel ou tout autre
    imperialisme soient embusques derriere une quelconque opposition,
    cela ne fait pas de doute ; cependant, cela ne doit nullement occulter
    la realite, qui est celle d’ une jeunesse qui reve d’ oter le Tchador et de vivre comme elle l’ entend. Quand vous etes a Dubai ou a Kuala Lumpur, la plupart des iraniens que vous rencontrez ne s’ embarassent pas des interdits religieux, du moins dans la sphere privee. Des milliers de saoudiens Interdits de consommer de l’ alcool vont a Bahrain tous les week ends dans le seul but de consommer de l’ alcool et du sexe ! Les etres humains sont ainsi faits, et meme si tous les iraniens ne peuvent avoir une conscience politique claire et
    opposee au regime, ils aspirent, du moins les plus jeunes, a vivre
    leur vie comme les jeunes occudentaux ou des pays arabes ouverts
    (Liban, Maroc, Tunisie...).

    On ne peut maintenir tout un pays mobilise depuis 1979 sous les
    objectifs anti sionistes et anti americains de la republique islamique,
    et dans le strict respect des dogmes de la Wilayat Al Faqih i.e. La
    primaute de religieux sur tous les aspects de la vie politique, sociale,
    voire meme culturelle. Le totalitarisme de type sovietique a echoue
    pour avoir voulu imposer ses modes d’ organisation et de vie a tous ;
    et meme si l’ apres socialisme n’ a pas apporte tout le bonheur
    escompte aux russes, ou autres populations, il les a ouvert sur le
    reste du monde.

  • permalien X :
    17 février 2011 @03h37   « »

    Nathan

    Est ce que votre problème avec le Hezbollah n’est pas qu’il s’oppose à la naturalisation des réfugiés palestiniens ce qui vous permettrait de garder les terres volées. Le Hezbollah défend le droit et vous êtes contre le droit et le Liban ne peut pas intégrer ces réfugié même s’il venaient d’ailleurs. Essayer de ragarder les choses tout simplement de façon lucide. Mais je ne pense que vous soyez en mesure de le faire à la lumière des nombreuses contradictions dans vos qui ne semble vous dérranger. Je suis fasciné car je n’en connais ps d’autres comme vous.

  • permalien Abu Marwane :
    17 février 2011 @04h46   « »

    Sur ce blog, il y a toujours deux groupes qui s’ opposent de la meme maniere, utilisant les memes arguments, en etant surs de n’aboutir a rien, si ce n’ est a occuper le blog. Meme en parlant du Nicaragua, ils trouveront le moyen de s’ opposer sur le conflit israelo - palestinien. Non pas que l’ occupation israelienne nesoit pas reelle, que les luttes du peuple palestinien ne soient pas legitimes ou que le conflit ne soit pas central, mais il est des moments ou l’ on pourrait parler des autres sujets d’ actualite, sans se se recentrer, pour la millionieme fois sur la Palestine.

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @08h20   « »

    Les forces de répressions ont attaqué les protestataires du Rond-point de la Perle de Manama à Barhain vers 3:00 heure locale, les surprenant dans leur sommeil, tirant dans la foule avec des armes de guerre, faisant au moins 2 morts et des douzaines de blessés par balles, les services d’urgence des hôpitaux sont débordés Des véhicules blindés de l’armée auraient depuis investi les lieux.

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @08h33   « »

    @ Abu Marwane

    @pam

    Toujours est il que la revendication democratique des peuples reste la meme sous tous les cieux. Les Droits de l’ Homme sont les les memes, universels et indivisibles.

    Je ne suis ni un idéologue, ni un philosophe, j’observe juste que c’est avec ce type de rhétorique qu’ont été mis en œuvre le colonialisme ou plus récemment le néolibéralisme capitaliste global, et l’hégémonie U.S. qu’il sous-tend, personnellement l’universalisme ne me dit rien de bon, libre à soi de voir les choses à son gout...

  • permalien Nathan :
    17 février 2011 @09h02   « »

    Certains ici soutiennent les manifestants de Bahrein uniquement parce ceux-ci sont chi’ites et qu’ils pourront à l’occasion servir de bras armé à l’impérialisme régional iranien, à l’image du hezbollah au Liban. Ce soutien n’a rien à voir avec la souhait d’avoir des institutions démocratiques car les mêmes ne tarissent pas d’éloges sur la dictature iranienne.

    Personne n’est dupe.

  • permalien K. :
    17 février 2011 @09h48   « »

    Qu’il ne soit pas besoin d’obéir aux ordres de l’Iran ni d’être chiite (les manifestants sont chiito-sunnites et leur proportion respective obéit à l’importance numérique de chacune des deux confessions) pour trouver légitime d’abolir le statut de tête de pont d’USisrael de Bahrein dans la région est ce qu’un sioniste primaire ne reconnaitra jamais.

    L’insane dérangement mental du sionisme primaire est double : celui de croire que refuser de se laisser piller massacrer asservir par lui c’est vouloir le piller le massacrer et l’asservir, et ressentir un intense sentiment de gloire à piller massacrer et asservir les autres.

  • permalien HERVE :
    17 février 2011 @10h25   « »

    A mon avis, couper les accès à internet était la preuve que quelque chose de grave se passait et que le pouvoir était aux abois.

    Ceci dit, la circulation des informations devient très rapide.

    Si vous vous intéressez à l’Egypte, vous pourriez vous intéresser à l’OPC et à Frank Wisner Sr, le père de l’envoyé des USA dans la région.

    Des extraits de livres (en angalis et en français) sont disponibles sur

    http://www.scribd.com/BEGHINSELEN

    Je recommande deux livres récents :

    "America’s Nazi Secret" de John Loftus

    "A Mosque in Munich (...)" de Ian Johnson

    Ces deux auteurs ont des sites internet personnels.

    Le premier livre donne beaucoup d’informations sur l’OPC et sur Frank Wisner Sr.

    Le second mentionne Frank Wisner Sr et décrit l’introduction de l’islamisme en Occident.

    Vour pourriez aussi apprécier la traduction française qui vient de sortir :

    Titre : La Route vers le Nouveau Désordre Mondial.
    Sous titre : 50 ans d’ambitions secrètes des États-Unis
    Auteur : Peter Dale SCOTT

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @10h28   « »

    ’Raid on Bahraini protesters terrorism’

    The head of Bahrain’s main Shia opposition bloc has described the riot police attack on the pro-democracy protesters camping out in central Manama as “real terrorism.”

    “Whoever took the decision to attack the protest was aiming to kill,” said Abdul Jalil Khalil, a parliamentarian with the Wefaq bloc.

    “This is real terrorism,” Reuters quoted him as saying on Thursday.

    At least 2,000 pro-democracy protesters have been occupying the Pearl Square in central Manama since Wednesday, after days of clashes that resulted in two deaths and an apology from Bahrain’s King Hamad bin Isa Al Khalifa.

    On Thursday, the Bahraini riot police tried to disperse the crowd by firing tear gas and rubber bullets at the people.

    Four people were killed and dozens were injured in the incident.

    Witnesses say the nearby roads have almost been cleared of civilian traffic.

    On Wednesday, Bahraini authorities said that they would seek to restore calm in the streets on Thursday, after days of protests inspired by the revolutions in Tunisia and Egypt and intensified by the deaths of two protesters in 24 hours.

    The magnitude of the pro-democracy protests in Bahrain is unprecedented in the history of the kingdom and the authorities’ efforts to quell them have so far been ineffective.

    The demonstrators, mostly Shia, are demanding a new constitution that would move the country toward democracy and limit the king’s powers.

    Bahrain is ruled by a royal family from the country’s Sunni minority, who are blamed for discrimination against the country’s Shia population — comprising 70 percent of the population.

    Protesters have called on the Bahraini to fire his uncle, Khalifa bin Salman al-Khalifa, who has been the country’s prime minister since 1971.

    The US Navy’s Fifth Fleet is based in the kingdom of Bahrain.

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @11h06   « »

    @ Nathan

    Plutôt que faire du mauvais esprit à propos de questions religieuses, pourquoi ne rappelez-vous pas que précédemment au 19ème siècle Bahrain a toujours été un île Perse, avant qu’une famille de despotes ou d’émirs ou de khalifes comme on voudra soient venue d’Arabie instaurer une monarchie féodale et martyriser la population ? Bien sûr que la majorité des Bahrani sont Shiites, ils sont Perses, ils parlent le Farsi !

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @12h12   « »

    Army vehicles enter Manama streets

    More than a dozen army tanks and several military ambulances and trucks have been seen in a main highway in the Bahraini capital, Manama, as pro-democracy protests enter their sixth day.

    At least 2,000 protesters have been occupying the Pearl Square in central Manama since Wednesday, after days of clashes that resulted in two deaths and an apology from Bahrain’s King Hamad bin Isa Al Khalifa.

    On Thursday, the Bahraini riot police tried to disperse the crowd by firing tear gas and rubber bullets at the people.

    Four people were killed and dozens were injured in the incident.

    Witnesses say the nearby roads have almost been cleared of civilian traffic, Reuters reported.

    On Wednesday, Bahraini authorities said that they would seek to restore calm in the streets on Thursday, after days of protests inspired by the revolutions in Tunisia and Egypt and intensified by the deaths of two protesters in 24 hours.

    The magnitude of the pro-democracy protests in Bahrain is unprecedented in the history of the kingdom and the authorities’ efforts to quell them have so far been ineffective.

    The demonstrators, mostly Shia, are demanding a new constitution that would move the country toward democracy and limit the king’s powers.

    Bahrain is ruled by a royal family from the country’s Sunni minority, who are blamed for discrimination against the country’s Shia population — comprising 70 percent of the population.

    Protesters have called on the Bahraini to fire his uncle, Khalifa bin Salman al-Khalifa, who has been the country’s prime minister since 1971.

    Bahrain is home to the US military’s Fifth Fleet.

  • permalien рəm :
    17 février 2011 @13h50   « »

    Tanks in Bahrain block ambulances

    Tanks in the Bahraini capital, Manama, prevent ambulances from taking the victims of clashes to hospitals, as the pro-democracy uprising in the country has entered its fourth day, a report says.

    The report also added that Bahraini security forces attack and beat medical workers who are helping the victims on Thursday.

    Pro-democracy uprising in Bahrain has entered its fourth day, as protesters, inspired by revolutions in Egypt and Tunisia, have taken to the streets to protest against the government’s dictatorial policies.

    More than a dozen army tanks and several military ambulances and trucks are seen in a main highway in the central Manama.

    According to witnesses, the nearby roads have almost been cleared of civilian traffic.

    Security forces have also put up barbed wire around Pearl Square.

  • permalien X :
    17 février 2011 @18h12   « »

    Nathan,

    A propos du Hezbollah, j’en ai lu une bien bonne aujourd’hui. Nasrallah aurait menacé d’envahir la Galilée en cas de nouvelle guerre.

    Merci de nous donner votre source si elle existe vraiment.

  • permalien X :
    17 février 2011 @18h22   « »

    Nathan :

    Certains ici soutiennent les manifestants de Bahrein uniquement parce ceux-ci sont chi’ites et qu’ils pourront à l’occasion servir de bras armé à l’impérialisme régional iranien, à l’image du hezbollah au Liban. Ce soutien n’a rien à voir avec la souhait d’avoir des institutions démocratiques car les mêmes ne tarissent pas d’éloges sur la dictature iranienne.

    Personne n’est dupe.

    Uniquement, vraiment il n’a rien à reprocher au Bahrein.
    Jusqu’à maintenant vous disiez qu’il y avait une démocratie unique dans la région, alors le Bahrein serait la deuxième unique démocratie de la région.

    Ceux qui ont soutenu la chute de Ben Ali c’etait pour quels Chiites ? et en Egypte c’est quoi la vraie raison ? en algérie Lybbie et Yemen rév^ler nous vos secrets. Nous on est un peu dupes.

    Au fait aujourd’hui l’armée israelienne a tué deux pêcheur palestiniens c’est plus que ce qu’à tué Ahmadinejad depuis plusieurs mois. Des réactions Nathan ?

  • permalien K. :
    17 février 2011 @21h05   « »

    Quelle peut être l’efficacité du groupe ’Anonymous’ dans la "correction" des affaires du monde ?

  • permalien m.l :
    17 février 2011 @22h24   « »

    Pourquoi les médias ne signalent pas l’extrême violence de la répression contre les manifestants au Bahreïn.La répression est plus violente que dans tous les autres états Arabes. Nous pouvons voir des images choquantes des victimes sur Al jazeera.Vous pouvez voir les blessures des balles à fragmentation.Un médecin se retrouve presque dans le comas aux urgences.Il y a officiellement 6 morts,12 disparus et 195 blessés.Les États-Unis ont une base navale au Bahreïn ;Est ce pour cette raison qu’ils laissent cet état réprimer les manifestants, avec autant de violence ?Les images sur : http://english.aljazeera.net/watch_now/

  • permalien Samia Lamine :
    17 février 2011 @22h56   « »

    @Nathan :

    « A propos du Hezbollah, j’en ai lu une bien bonne aujourd’hui. Nasrallah aurait menacé d’envahir la Galilée en cas de nouvelle guerre »

    Barak menace d’attaquer le Liban. Quelle réponse attendez-vous d’un libanais libre ? Voulez-vous qu’on l’acceuille avec des roses comme le voulait Bush en Irak ? Le droit de défense oblige.

    @ABU Marwane/
    Je partage ton point de vue. Je vois qu’il n’est pas juste que la révolution de la dignité et de la liberté soit limitée à l’activité des jeunes internautes . Tout un passé de lutte qui a duré cinquante ans, a préparé le champs et l’immolation de Bouaziz a été la dernière goutte qui a fait débordé le verre, a exorcisé la peur et a fait exploser les cris stridents qui ont fait tomber Ben Ali et sa dictature.

    @ L ’honneur des révolutions tunisienne et égyptienne et les dernières qui viennent d’éclore, c’est qu’elles sont locales, authentiques et internes.
    Pour ce qui est du peuple iranien, s’il veut se révolter ,il le fera à temps. Les peuples sont murs et leurs actions n’attendent pas le feu vert des forces étrangères.
    Les USA se sont mêlés de l’Irak et voyons la catastrophe. Au Liban, l’ingérence empêche la stabilité et en Iran, qu’on laisse le peuple décider.
    Samia.

  • permalien X :
    18 février 2011 @00h33   « »

    Nathan ,
    On est intéressé par votre source suer nasrallah qui déclare vouloir envahir la Galilée . Merci d’avance.
    Est ce que d’autres l’aurait vue merci.

  • permalien K. :
    18 février 2011 @01h02   « »

    @ X

    Après les déclarations de Ehud Barak qui demandaient aux soldats israéliens de se tenir “prêts à donner une nouvelle leçon au Hezbollah” (cité par le Ha’aretz- l’ancienne ayant eu lieu, selon le délirant criminel de guerre israélien, en 2006) Nasrallah a réagi en déclarant que si une guerre était imposée au Hezbollah, ses troupes s’empareraient de la galilée.

    En fait c’est juste une façon de rappeler à Israel la leçon qui lui avait été donnée en 2006.

  • permalien apparatchik :
    18 février 2011 @07h58   « »


    Bonne question non ?

  • permalien Nathan :
    18 février 2011 @08h40   « »

    @ X

    J’ai lu la déclaration présomptueuse de Nasrallah sur Haaretz et Netanyahou lui a répondu qu’il n’avait qu’à rester dans son bunker. Pour une fois, il n’a pas dit une connerie.

    Je sais que vous considérez Israël comme une puissance coloniale et une tête de pont occidentale et que vous ne rêvez que de jeter les juifs israéliens à la mer, soit par la force, soit en les incitant à partir. Vu le rapport de forces dans la région, nous en sommes encore loin.

    Au lieu de se livrer à ses rodomontades habituelles, Nasrallah serait bien inspiré de méditer sur le départ précipité d’Arafat de Tripoli.

    Il ferait également mieux de s’occuper du bien-être des Libanais et du développement du Liban. Quelqu’un est-il capable de me citer une seule proposition de loi parlementaire du hezbollah allant dans ce sens ? Merci de m’informer.

  • permalien Deïr Yassin :
    18 février 2011 @09h18   « »

    @ Nathan 18 fevrier 8h40
    "J’ai lu la déclaration présomptueuse de Nasrallah sur Haaretz et Netanyahou lui a répondu qu’il n’avait qu’à rester dans son bunker"

    Comme tout bon sioniste qui se respecte (même s’il dit de ne pas en être un), Nathan renverse CAUSE et EFFET.

    Tout comme ’les armées arabes ont envahi le nouvel Etat d’Israël’, tout comme ’l’armée israélienne a riposté à une attaque palestinienne’, maintenant Bibi a répondu à "une provocation de Nasrallah".

    Que Nasrallah ait répondu à une déclaration de Barak ne compte pas. Quoi qu’il arrive, l’instigateur est TOUJOURS l’Arabe du coin, et les Israéliens ne font que se défendre.

  • permalien apparatchik :
    18 février 2011 @10h12   « »

    Edith Piaf ne regrettait rien, Michèle Alliot-Marie elle regrette tout ! Après ses magouilles de vacances avec le Pinochet de bazar du cru, elle regrette “l’usage excessif de la violence” (sic) à Bahrein maintenant ! On la regrettera Michèle Alliot-Marie quand elle ne sera plus “aux affaires” si j’ose dire !
    Uncle Sam “appelle [toujours] les deux parties à la retenue”, il est très constant et cohérent lui aussi... C’est vrai que si les protestataires Arabes pouvaient hurler un peu moins fort sous les coups de matraques, les coups de fusil, ou la torture, ce serait la moindre des choses quand même, on ne s’entend plus ces temps ci !

  • permalien apparatchik :
    18 février 2011 @11h57   « »

    Internet nous permet de voir ce qu’est “une démocratie” modèle soutenue par l’Occident :

    “As a reporter, you sometimes become numbed to sadness. But it is just plain heartbreaking to be in modern, moderate Bahrain today and watch as a critical American ally uses tanks, troops, guns and clubs to crush a peaceful democracy movement and then lie about it.

    This kind of brutal repression is normally confined to remote and backward nations, but this is Bahrain ! An international banking center. An important American naval base, home of the Fifth Fleet. A wealthy and well-educated nation with a large middle class and cosmopolitan values.”

    Nicolas Kristof, chroniqueur du New York Times actuellement à Bahrain.

    Impressionnant non ?

  • permalien uneTunisienne :
    18 février 2011 @12h32   « »

    Ben Ali, Moubarak, les cartes du château arabe s’écroulent en cascade. Les dirigeants se retournent la nuit dans leur lit. La contagion révolutionnaire sourd au Maghreb et au proche orient. Ses effets vont, probablement dans l’année, affecter le système à l’échelle planétaire mais le jour où l’Arabie Saoudite se réveillera, le monde changera.

    Mais la semaine dernière, quelques heures seulement avant la démission de Moubarak, le roi Abdallah d’Arabie aurait échangé au téléphone des mots de colère avec Obama. Le pacte du Quincy a-t-il du plomb dans l’aile ?
    Tout sépare le jeune Président progressiste qui sait l’islam du monarque octogénaire incapable de tweeter. Les wahhabites, alliés inconditionnels des Bush n’ont plus l’oreille bienveillante de Washington. Pourtant aucun observateur ne scénarise une prochaine insurrection du peuple d’Arabie. Pourquoi et par quel antidote la saoudie échapperait-elle à la crise systémique ?
    Lorsque Barack Hussein Obama dans son discours du Caire de Juin 2009 avait promis de se tenir aux côtés des peuples arabes qui lutteraient pour leur démocratie,
    un anonyme dans la salle s’était levé pour lui crier « on vous aime ! »

    http://hybel.blogspot.com/2011/02/l...

  • permalien uneTunisienne :
    18 février 2011 @13h03   « »

    Wikileaks et la guerre mondiale de l’information
    Pouvoirs, propagandes et prise de conscience politique globale
    par Andrew Gavin Marshall

    La jeunesse du Tiers Monde est particulièrement agitée et irritée. De plus, la révolution démographique est une bombe politique à retardement. A l’exception de l’Europe, du Japon et de l’Amérique, le groupe démographique des tranches d’âge autour de 25 ans est en rapide expansion et est en train de créer une masse énorme de jeunes impatients. Leurs esprits ont été agités par les sons et les images lointains qui amplifient leur désaffection pour tout ce qui les entoure. L’avant-garde d’une révolution potentielle émergera probablement de ces millions d’étudiants concentrés dans les « troisièmes niveaux » intellectuellement douteuses des systèmes éducatifs des pays en voie de développement. Selon la définition des troisièmes niveaux, il y a actuellement entre 80 et 130 millions d’étudiants « d’université ». Typiquement, ils sont originaires des classes moyennes inférieures et sont enflammés par un sentiment de révolte social et ces millions d’étudiants sont des révolutionnaires en puissance, déjà à moitié mobilisés au sein de larges congrégations, connectés par Internet et prépositionnés pour rejouer à une plus grande échelle les événements qui ont eu lieu il y a quelques années à Mexico City ou sur la place Tienanmen. Leur énergie physique et leurs frustrations émotionnelles n’attentent que l’étincelle d’une cause, d’une croyance ou d’une haine pour exploser

    http://www.mondialisation.ca/index....

  • permalien Daniel :
    18 février 2011 @16h19   « »
    La flamme de la résistance sur Facebook

    A Tunis, on voit que les jeunes ne croient plus du tout à la presse qui s’est compromis dans le régime de Ben Ali.
    Ils se méfient des médias français qui ont eu la dent si molle devant les dérives mafieuses du système (à l’exception de Nicolas Beau et de quelques rares journaux dont le Monde Diplo)
    Ce sont eux, ces jeunes qui sont en train d’inventer la société de demain en organisant la démocratie !!

  • permalien apparatchik :
    18 février 2011 @21h05   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    L’internet en est son miroir toujours !

    Pendant que Barack Obama se dit sans rire “gravement préoccupé” (sic !) voici le témoignage d’un médecin du centre hospitalier de Salmaniya à Bahrëin après les tirs d’aujourd’hui contre la foule :

    “We need help ! Our staff is entirely overwhelmed. They are shooting at people’s heads. Not at the legs. People are having their brains blown out !”

    Pour notre Prix Nobel de la Paix, c’est “préoccupant”, ça l’inquiète quoi, sans plus !!!!

  • permalien apparatchik :
    18 février 2011 @22h50   « »


    Un secouriste couvert du sang d’un blessé qu’il a transporté près du rond-point de la Perle dans la capitale de Bahreïn aujourd’hui juste après la fusillade qui atteint une cinquantaine de militants pacifiques.

    A ce propos les autorités britanniques ne se sont pas foulées, en bons laquais de Uncle Sam elles ont repris mot pour mot la déclaration de Barack Obama ! Ils sont “gravement préoccupés” et “suivent attentivement” les événement en cours à Bahreïn !!!!

  • permalien apparatchik :
  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @06h45   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???


    Une bonne illustration peut-être ?

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @07h37   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Pour le Khalife la population est une secte !!!!

    Sheikh Khalid bin Ahmed al-Khalif, membre de la mafia monarchique obscurantiste et Ministre des Affaires étrangères de Bahreïn cette île Perse colonie de l’Arabie des Saouds, a un humour fantastique, non royal devrait-on plutôt dire !

    S’exprimant lors d’une conférence de presse à Manama jeudi, il a expliqué sans rire que l’action de la police était nécessaire afin de rattraper Bahreïn « du bord d’un gouffre sectaire » ! (sic )

    Vous avez bien lu ! Les Bahraini Perses, Chiites, ultra majoritaires bien entendu sont une secte chez eux !!!! C’est un monarque Arabe Sunnite fraîchement débarqué manu militari avec l’aide des Britanniques il y a deux siècle dans une île Perse depuis la nuit des temps qui nous dit ça !!!!

  • permalien uneTunisienne :
    19 février 2011 @11h11   « »

    @x

    au sujet du dernier discour de HS

    En fait, l’annonce du secrétaire général du Hezbollah était prévisible, car à chacun de ses discours, il rappelle qu’il réserve encore de nombreuses surprises aux Israéliens. Après avoir affirmé que son parti ne craignait pas les menaces israéliennes, et après avoir établi un équilibre de la terreur qui repose sur la riposte à l’identique (autrement dit, si Israël bombarde des immeubles, le Hezbollah détruira des immeubles en territoire israélien, s’ils attaquent l’aéroport de Beyrouth, la riposte aura lieu contre l’aéroport Ben-Gourion à Tel-Aviv et ainsi de suite), Hassan Nasrallah est monté mercredi d’un cran, établissant une nouvelle équation, la plus audacieuse depuis des décennies, puisqu’elle annonce une transposition des combats sur la scène israélienne. Pour la première fois dans l’histoire de l’État hébreu, celui-ci doit faire face à une menace à l’intérieur de ses frontières. Même si l’annonce du secrétaire général du Hezbollah ne se concrétise pas (puisqu’elle est conditionnée par une attaque israélienne contre le Liban), celle-ci aura déjà semé le trouble à l’intérieur d’Israël et créé une nouvelle situation dans laquelle la peur aura changé de camp.
    Maniant avec aisance l’art de la guerre psychologique, le chef du Hezbollah a ainsi atteint son objectif, obligeant les responsables israéliens à sortir de leur mutisme et à se retrouver dans la position de devoir rassurer leur population. Depuis le leader égyptien Gamal Abdel Nasser, aucun chef arabe n’avait tenu des propos aussi remplis de défi à l’égard de l’État hébreu. Mais à la différence de Nasser, Hassan Nasrallah parle avec confiance, fort de ce qu’il considère être ses victoires sur Israël. En s’adressant aux responsables israéliens, il parle aussi aux foules arabes qui se soulèvent actuellement dans plusieurs pays de la région en cherchant à rappeler que le sujet central reste le conflit israélo-arabe. Enfin, il s’adresse aussi à l’intérieur libanais pour dire à tous ceux qui souhaitent remettre sur le tapis le dossier des armes du Hezbollah que celui-ci n’a jamais été aussi fort ni aussi mobilisé, et que ce ne sont pas quelques déclarations internes qui pourraient modifier cette équation.
    Même si rien ne se passe et que le statu quo actuel sur « le front sud » continue de régner, le chef du Hezbollah a réussi son coup, créant la surprise et suscitant commentaires et interprétations, tout en faisant passer au second plan la menace que constitue l’acte d’accusation attendu...

    http://www.lorientlejour.com/catego...

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @11h35   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???


    Et vous ?

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @12h52   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    En chiffres maintenant :

    Scores killed in Libya protests
    Sat Feb 19, 2011


    Benghazi, Libya’s second-largest city Friday

    At least 84 protesters have lost their lives and hundreds wounded in Libya in three days of pro-democracy protests in the African country, Human Rights Watch (HRW) says.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @13h46   « »

    Bahrain orders military off streets of capital

    By Barbara Surk
    Saturday, 19 February 2011

    Bahrain today ordered its military off the square in the capital that was the heart of an uprising against the Gulf nation’s rulers, a key demand by the opposition for starting a dialogue in the political crisis.

    Some jubilant Bahrainis honked car horns, waved flags and flashed victory signs as the armored vehicles began moving away from Pearl Square.

    However prominent opposition leader said the withdrawal of army tanks from Bahrain’s capital is not enough to open talks with rulers in the crisis-wracked Gulf nation.

    Ibrahim Sharif, head of the Waad Society, is demanding guarantees that protesters can stage rallies without fear of being attacked. Waad is an umbrella group of protest factions.

    A photographer saw a contingent of riot police fire tear gas at people celebrating the army withdrawal from the square and detain at least 10 people.

    It was not immediately clear if the tanks and other armoured vehicles were headed back to military bases, or just pulling back from the square.

    According to a government statement, the withdrawal order came from Crown Prince Salman bin Hamad Al Khalifa, deputy supreme commander of the armed forces and the member of the royal family who has been designated to open a dialogue with protest leaders.

    The statement said he had ordered "the withdrawal of all military from the streets of Bahrain with immediate effect."

    "The Bahrain police force will continue to oversee law and order," the statement said.

    Thousands of marchers came under fire Friday as they tried to head toward the square. More than 50 were injured in the second consecutive day of clashes. Protesters took over Pearl Square earlier in the week, but they were driven out in a deadly assault Thursday.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @14h13   « »

    Description du courage et de la détermination des protestataires à Bahreïn :

    Robert Fisk in Bahrain : ’They didn’t run away. They faced the bullets head-on’

    After Egypt’s revolution, the people have lost their fear.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @15h02   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    La direction du groupe parlementaire Al-Wefaq rejette toujours toute négociation avec la monarchie, elle avait précédemment exigé outre l’évacuation des forces armées des rues de la capitale de Bahreïn, la démission du gouvernement. Les slogans des protestataires sont encore plus clairs, ils exigent la chute de la monarchie !

    Le syndicat le plus important du pays l’UGBW vient pour sa part d’appeler à une grève générale illimitée à compter d’aujourd’hui en particulier dans la compagnie aérienne nationale.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @16h25   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Ah là c’est du sérieux... Si même le New York Times se met à descendre sa chouchoute Hillary Clinton à propos des événements de Bahreïn, c’est que c’est grave !!!!

    - U.S. Offered Rosy View Before Bahrain Crackdown

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @16h49   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Bahraini police surrenders to protesters !

    Large crowds of Bahraini protesters have returned to Manama’s Pearl Square after being dispersed by the riot police what used force and tear gas earlier in the day.

    Anti-government protesters reoccupy Pearl roundabout streaming back into their former stronghold in Manama.after troops and police withdraw from protest site in capital.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @16h56   « »

    PS :

    J’imagine qu’il faut lire "which used", l’émotion sans doute...

  • permalien K. :
    19 février 2011 @17h51   « »

    Apparatchik : Les Bahraini Perses, Chiites,

    C’est rigoureusement faux.

    Ajam : Ethnic Persians from Shia and Sunni faith

    Baharna : Shia Arabs divided between those indigenous to the islands, and the Hassawis hailing from the Eastern Province, Saudi Arabia.

    Si vous voulez parler du Bahrein il ya un envoi sur le blog Nouvelles d’Orient qui date de 2006.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @18h04   « »

    @ K.

    Merci pour votre remarque, mais une source comme Wikipedia, je trouve cela un petit peu léger, si vous voyez ce que je veux dire, et pour ne pas être désobligeant.... ;-)

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @18h20   « »


    Rond-point de la Perle à Manama, Bahrheïn il y a à peu près deux heures, grosse ambiance !

    Ceci dit K. je forçais le trait, tout le monde l’aura compris...

  • permalien Deïr Yassin :
    19 février 2011 @19h17   « »

    "une ile Perse depuis la nuit des temps"

    En tout cas les premiers habitants de Bahrain sont d’origine de la Péninsule Arabique.

    "The Baharna are the oldest inhabitants of Bahrain . . . The Baharna are descended from Arabian tribes who had lived in the region since pre-islamic times"

    "The Bahrani are the indigenous Shia inhabitants of the archipelago of Bahrain . . . They are ethnic Arabs"

    - http://en.wikipedia.org/wiki/Ethnic...

    Cela n’est pas parce que les autorités iraniennes ont déclaré que Bahrain est la 14ème province d’Iran et a encouragé les Shia de se révolter à plusieurs reprises que la réécriture de l’histoire soit correcte.

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @19h56   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet !!!

    A la TV de Bahreïn le dit Prince Salman bin Hamad al-Khalifa a fait une déclaration surréaliste dans le plus pur style Walt Disney ou Peace and love comme on préfèrera :

    "Brothers and sisters, now we will start a new phase : a phase during which we will discuss all of our concerns with honesty. I want to deliver a message that calm is required at this time so all bodies and parties are able to raise their opinions and concerns and issues in a responsible and productive manner."

    Je ne ne sûr que ça convainque les insurgés qui appellent à la chute de la monarchie... ;-)

  • permalien apparatchik :
    19 février 2011 @21h35   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Oh zut alors ! Une histoire très fâcheuse pour nos amis britanniques :

    How Britain taught Arab police forces all they know

    In the past two years, British police have helped to train their counterparts in Bahrain, Libya, Abu Dhabi, Qatar and Saudi Arabia through schemes run by the National Policing Improvement Agency (NPIA), which organises overseas training. At present, there are three full-time advisers working with the Bahraini police, which was heavily implicated in the violent crackdown on protests in Manama this week.

  • permalien qlq1 :
    19 février 2011 @23h09   « »

    En Libye se déroule un massacre à huis clos

  • permalien apparatchik :
    20 février 2011 @00h19   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Concernant l’Algérie, il y a une question que je me posais ; d’après je que j’ai pu lire dans la presse en ligne locale et en voir sur les photos et les vidéos sur le web, dans les violences qu’il y a eu il n’y pas si longtemps, c’étaient plutôt des gamins et des chômeurs qui en étaient les acteurs, et au bout du compte la répression et la justice leur sont tombés sévèrement dessus, sans que leurs ainés et les classes sociales moins défavorisées ne les suivent ni les soutiennent activement, si j’ai bien compris. Et aujourd’hui on voit que ceux qui manifestent, qui semblent un peu plus âgés et moins désargentés, peinent à mobiliser lors des deux manifestations passées, et se retrouvent à un contre cinq face aux forces de répressions elles plus qu’au complet. Je me demandais s’il n’y avait pas eu un souci de timing, voire même peut-être une erreur, de laisser les jeunes s’en prendre plein la tête, parce que s’ils étaient dans la rue avec leurs aînés aujourd’hui, cela ne se passerait surement pas de la même façon. Peut-être quelqu’un a-t-il des infos vécues là-dessus et un avis sur la question ?

  • permalien apparatchik :
    20 février 2011 @00h54   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    PS :

    Concernant la Tunisie, je crains aussi qu’il y ait peut-être eu un souci de timing voire une erreur, mais différemment ; les citadins qui ont embrayés sur les pauvres de la cambrousse et les jeunes, s’ils réalisaient qu’ils ont arrêté trop top en chemin, avant les derniers cités, il n’est pas dit qu’ils ne se retrouveraient tous seuls au bout du compte, avec une révolution bien commencée mais pas finie, et qui n’en serait pas une de facto ?

  • permalien Nathan :
    20 février 2011 @01h08   « »

    Des dizaines de manifestants tués à Benghazi par la flicaille du sinistre clown Khadafi, qui fut autrefois un héros des cercles progressistes parce qu’il avait l’avantage d’être anti-occidental.

    http://english.aljazeera.net/news/a...

  • permalien apparatchik :
    20 février 2011 @01h24   « »

    @ Nathan

    "Autrefois" alors, il y a très longtemps... L’animal a beaucoup changé ces 3 ou 4 dernières décennies, (& pas en bien...) tout le monde l’aura remarqué...
    Remarquez ceux qui affectionnent les fachos, ils n’ont pas de surprises eux, ils ne s’arrangent jamais ceux-là, hein ?

  • permalien apparatchik :
    20 février 2011 @01h33   « »

    D’ailleurs Nathan il devrait vous plaire Khadafi, aujourd’hui c’est le grand ami de Uncle Sam, de l’UE et des sionistes ! Il n’y a que les Suisses qui ne lui courent pas après...

  • permalien qlq1 :
    20 février 2011 @11h51   « »

    نداء عاجل من شرق ليبيا الى أخوتنا المصريين .. و خاصة الذين في مرسى مطروح .. والسلوم نداء من الثوار الليبيين لأهل مطروح : شرق ليبيا تحت سيطرتنا - الحدود مفتوحة نحتاج امدادات غذائية ودوائية هناك نقص شديد نرجو من أهل محافظة مطروح الأحرار المسارعة بتلبية نداء الثوار وإمدادهم بالمعونات الغذائية والدوائي

    Appel urgent de l’est de la Libye aux Freres Egyptiens ;

    spécialement ceux de Marssa Matrouh et Seloum..
    L’est de la Libye est sous contrôle de la population... NOUS avons besoin de ravitaillement en denrées alimentaire et médicaments..

  • permalien apparatchik :
    20 février 2011 @11h51   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    En Libye pas sûr toujours.... :-(


    Le 19/02/2011 à 02:15 AM EET Muammar al-Gaddafi débrache la prise internet de la Libye

  • permalien qlq1 :
    20 février 2011 @12h02   « »

    @apparatchik :
    Non ,ce n’est peut être pas une erreurs de timing !!
    Mais plutôt, de l’instigateur et de l’objectif voulu !!!
    comme par exemple mettre dans l’embarras un clan du régime ;ou désamorcé une explosion inéluctable..
    "ou bien d’autres choses"

    il est beaucoup plus facile de gérer une émeute(maitrisée),qu’un soulèvement...

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @12h47   « »

    @ qlq1

    Ce qui est à souhaiter toujours c’est que les choses n’en restent pas là :

    Parce qu’à ce petit jeu là, ça peut dûrer longtemps malheureusement... :-(

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @14h00   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Un témoignage de Tripoli en Libye qui date de quelques minutes (02:10 pm EET) :

    “Here is what I know so far. In Zawiya reportedly two prisons were opened by anti-regime crowds, apparently because of low security there. I can confirm that the women’s facility was opened. I also just found out that a friend’s friend (male) who was imprisoned there was let out, so I guess that confirms the other.

    The past few days in Trip have seen only pro-government events. Until yesterday, the biggest crowd was Thursday, when one of Q’s sons and later Q himself showed up. On Friday, some of the Imams spoke against the protests and those ’who would corrupt the country and begin civil war.’ Yesterday, from morning until about midnight, a crowd of easily one or two thousand people gathered in the green square. Several hundred, mostly young men, were on foot, while a few hundred cars packed with men and women continuously circled the square. Trucks would pull up periodically to distribute posters and green flags.

    There was a music group leading chants and songs in favor of Q. Some of the chants were (translated) ’the people want ... colonel muammar’, ’only god, muammar, and libya’ and ’al-jazeera you fool, we want our leader, no one else’.

    In the square, a strong security presence, including firetrucks in various positions, ambulances, and the occasional helicopter.

    Yesterday, the ambulances turned on their sirens and participated in the parades and cheering. In the outskirts, increased military and traffic police stationed. As far as I can tell, there have not been true gunshots, only the sound of fireworks and noisemakers. Until last night, no violent clashes between security and the crowds, nor between anti- and pro- crowds, in the center of Tripoli (this excludes Zawiya). In fact, anti- crowds have yet to be seen at all.

    The attitude in Tripoli contrasts starkly with that in the East. Many people in Tripoli do not believe that what is happening in the East is real, they either attribute it to the ’propaganda’ of al-Jazeera (against which have been directed several slogans) or say that Egyptians and Tunisians have infiltrated the country, that ’real Libyans’ wouldn’t do such things. Historically, the two regions have not been great friends, and now whatever tension there was recently has been sharpening into open hate and disgust towards Eastern Libyans. Some people refer to them as ’Zionists and Israelis’.

    Also, transportation cross-country has been mostly stopped. Planes and cars/buses no longer go to the East, and several foreign companies brought their employees to Tripoli.”

    Sinon, un flux audio/vidéo en diret de Benghazi

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @15h26   « »


    Bon portrait d’un ami d’Obama, Sarközy, Cameron, Netanyahu, etc. grand promoteur de la démocratie, l’humanisme, les doits humain et de l’internet...

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @17h42   « »

    Autre version...

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @18h19   « »

    Tunisia forces fire in air but fail to end rally

    TUNIS — Tens of thousands of people defied security forces on Sunday to rally in the Tunisian capital for the second day to call on Prime Minister Mohamed Ghannouchi to resign and for a new interim government.

    Demonstrators oppose the new government as it still includes figures from the ousted regime. Protesters say they do not want any members of the ruling party in the post-revolution government.

    It was the second straight day of mass protests in the North African country’s main city, in defiance of a government ban on rallies, after a lull following the popular uprising last month which overthrew President Zine al-Abidine Ben Ali.

    As many as 40,000 marchers gathered in front of the prime minister’s building in downtown Tunis shouting slogans such as "Leave !" and "We don’t want the friends of Ben Ali !" Others were demanding pay rises.

    Security forces fired several times in the air, while two military helicopters circled over the rally, a reporter said. The protesters remained in place and there was no sign that anyone had been wounded.

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @18h43   « »

    Thousands of protesters have gathered in the Moroccan capital Sunday to demand the King give up some of his powers, dismiss the government and clamp down on corruption.

    Protesters want the monarch to dismiss the government and dissolve parliament, they are demanding constitutional reforms that would reduce King Mohammed’s powers and make the justice system more independent.

    Human rights and civil groups as well as independent journalists have joined the movement.

    "This is a peaceful protest to push for constitutional reform, restore dignity and end graft and the plundering of public funds," said Mustapha Muchtati of the Baraka group, which helped organise the march.

    "Baraka" means "enough" in colloquial Moroccan Arabic.

    The protest was initiated by a group calling itself the February 20 Movement for Change, which has attracted 20,000 followers on the social networking website Facebook, a figure officials allege included sympathisers of the Polisario Front that seeks independence in the disputed Western Sahara.

    The protesters were joined by youths of the banned Islamist Justice and Charity opposition group, members of opposition parties and Berber militants. The main press union and human rights groups also voiced support for the protest.

    Mohamed Al-Aouni, of the February 20 Movement for Change organising committee, said younger protesters want to stage daily sit-ins.

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @22h19   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    - Yémen : L’opposition parlentaire a annoncer ses joindre au mouvement populaire. (Mieux vaut tard que jamais...)

    - Libye : Le Docteur Mohamed de l’Hôpital Al-Jalaa à Benghazi confirme qu’une partie de l’armée aurait rejoint l’insurrection dans cette ville : “We are still receiving serious injuries, I can confirm 13 deaths in our hospital. However, the good news is that people are cheering and celebrating outside after receiving news that the army is siding with the people ... but there is still a brigade that is against the demonstrators. For the past three days demonstrators have been shot at by this brigade, called Al-Sibyl brigade.

    - Bahreïn : L’opposition a confirmé rejetté toute négociation et demande la destitution du Premier ministre et de son gouvernement.

    - Jordanie : Le conflit et la mobilisation continuent !

  • permalien apparаtchik :
    20 février 2011 @22h55   « »
    La révolution arabe, fille de l’Internet ???

    Un protestataire dans la capitale libyenne s’exprimant par téléphone de Tripoli il y a quelques minutes :

    “About one hour ago, 1500 to 2,000 people gathered and they blocked all roads and they burned anything owned by the government on the way. They are now burning a picture of the president, which is why the noise is so loud and everybody’s happy - there’s a woman on the balcony singing and screaming and loving it.
    We are in Tripoli, there are chants [directed at Gaddafi] : ’Where are you ? Where are you ? Come out if you’re a man.’ I believe we are heading toward Green Square, but to be honest, nobody controls these people and we are just going where we want.
    There are no police, no army, no security forces. Everything is blocked off by protesters - and, as we cross the town - where apartment buildings are filled with people who live here - we are picking people up on the way. Everybody has been waiting for this - and it’s finally happening.”

    Q : “Is Gaddafi trying to impose a curfew in the city ?”

    A : “To be honest with you, no-one is listening to anything he says any more. Apparently, the son was meant to come out and give a speech - and everybody said, you know : ’42 years too late, mate. It’s not going to happen now, we’re not going to listen to you, you better make your move.
    Among the crowd, we obviously have people here who are pro-government who are trying to spread rumours. Somebody will say : ’Al Jazeera just said that Gaddafi has run away from Libya,’ and so everybody thinks : ’Okay, let’s go home,’ and then they make some calls and find it’s just a marketing campaign or something just to make us go home.
    But I don’t think anyone’s ready to go home. To be honest with you now, I don’t think these people are after Gaddafi. More than anything else now, they’re after blood.”

    Q : “How are protesters coordinating ? Do you have access to social media networks or the internet ?”

    A : “There is no internet whatsoever - email can be downloaded to offline inboxes, but internet access is down. Skype was working earlier, but I think that has stopped working now.
    As I’m talking to you now, looking left and right, I can see someone is holding a sword, someone else a baseball bat, pieces of wood with nails in it... People now are coming from the other side. I can see a lot of running right now. I’m not sure where they’re headed. Wait, now I can see they are surrounding a car. We have seen a lot of cars full of Gaddafi supporters driving round in recent days and shooting at random. Now the crowd of people is attacking the car, beating it.”

  • permalien apparаtchik :
    21 février 2011 @00h07   « »

    Les dernières news laissent à penser que la situation serait en train de basculer au profit de l’insurrection en Libye !

0 | 100

Ajouter un commentaire