Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Guerre civile en Libye et options militaires

Guerre civile en Libye et options militaires

vendredi 25 février 2011, par Philippe Leymarie

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU, puis l’Union européenne ont décidé d’un embargo sur les armes et de sanctions contre le régime Kadhafi, la violence de la répression en Libye a incité les pays occidentaux, qui n’envisagent pas d’intervention militaire pour le moment, à entamer une démonstration de force navale, mais en ordre dispersé. Une petite armada converge en direction des côtes libyennes, dans ce qui pourrait, à terme, devenir une véritable opération, mêlant la dissuasion à l’humanitaire, dans des conditions qui restent à préciser.

(actualisé au 2 mars 2011)

Une vingtaine de navires de guerre se rapprochent des eaux libyennes : le porte-avions américain USS Enterprise, le navire de commandement Mount Whitney, ainsi que le porte-hélicoptères USS Kearsarge (avec 400 marines, et un hôpital de 600 lits) et le le transport amphibie Ponce, qui devaient entrer dans le canal de Suez le 2 mars ; la frégate britannique HMS Cumberland, retour d’océan Indien ; les frégates allemandes Brandenburg et Rheinland-Pfalz, avec un ravitailleur ; la frégate grecque Psara ; le néerlandais Hr Ms Tromp, dérouté depuis la mer Rouge ; ainsi que quatre bâtiments italiens, deux turcs, et trois français : le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral, les frégates Georges Leygues et Tourville.

Les navires des flottes de l’UE ou de l’OTAN présents en Méditerranée, voire en mer Rouge, sont donc mis à contribution pour « montrer leur force » dans les parages de la Libye, sans qu’il s’agisse, pour le moment, d’une intervention militaire à proprement parler. Officiellement, chaque pays européen a surtout à cœur de montrer qu’il est prêt à protéger ses propres ressortissants, bien que la plupart aient déjà été évacués [1]).

Cordon de sécurité

Vendredi dernier, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, avait indiqué que l’UE allait prendre des « mesures restrictives » aussi vite que possible pour stopper les violences en Libye. Hilary Clinton, chef du Département d’Etat américain, a indiqué que ce rassemblement naval était motivé par "des raisons humanitaires ou autres". Il faudra plusieurs jours avant que ces forces navales soient - éventuellement - fédérées et placées sous commandement européen ou OTAN.

Des unités de forces spéciales, avec des hélicoptères ou des moyens amphibies, sont ou pourront être prépositionnées sur les bâtiments rassemblés pour l’occasion, et servir en cas d’évolution encore plus dramatique de la situation. Cette présence navale au large, même immobile, peut contribuer à rassurer les populations en butte à la répression du régime, et constituer un moyen de pression parmi d’autres. Les équipages des navires pourraient avoir également à accueillir et sécuriser d’éventuels réfugiés.

Dans la pratique, le déploiement de cette petite armada pourrait également constituer de fait un cordon de sécurité qui découragerait une fuite en masse par la mer de Libyens ou d’immigrés africains vers l’Europe – donnant plus de consistance à l’opération de surveillance « Hermès », entamée (sous la pression notamment de l’Italie, en première ligne) par l’agence européenne Frontex.

Zone d’exclusion

Membre d’un gouvernement qui a beaucoup à se faire pardonner sur ce dossier libyen, le ministre français de la défense d’alors, Alain Juppé, tout en souhaitant « de tout cœur » que M. Kadhafi « vive ses derniers moment de chef d’Etat », avait assuré la semaine dernière qu’une intervention militaire n’était pas d’actualité. Il avait estimé tout de même que, « lorsqu’un gouvernement n’est pas capable de protéger sa population et qu’il l’agresse, la communauté internationale a le devoir d’intervenir ».

Passé aux affaires étrangères, Alain Juppé doute de la pertinence d’une intervention militaire qui serait "mal comprise des masses arabes", et des Libyens eux-mêmes, et qui reviendrait à "faire la guerre", avec "des conséquences à gérer". Il aura sans doute à coeur d’incarner le nouveau cours d’une diplomatie française voulant convaincre qu’elle a (enfin !) pris la mesure du séisme que constitue ce "printemps arabe".

De son côté, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen, avait affirmé la semaine dernière que l’OTAN n’avait pas l’intention non plus d’intervenir, mais en paraissait moins sûr le lendemain. Le Pentagone, comme c’est habituel, a présenté une série d’options militaires au président américain Barack Obama – observation, écoutes, brouillages, actions commando, parachutages, appui aérien, débarquement, etc. – en fonction des priorités déjà formulées par le président US : la protection des ressortissants et des intérêts américains, et la cessation des violences contre les civils. La plupart des responsables du Pentagone seraient peu favorables à l’engagement de forces à terre, en souvenir d’un échec cuisant en Somalie dans les années 1990, et au motif qu’une intervention de type offensif pourrait rendre la répression encore plus dure.

Le Conseil de sécurité, dans la batterie de sanctions adoptées samedi contre le régime libyen - dont une procédure devant la cour internationale de justice pour « crimes contre l’humanité » - n’a pas retenu pour le moment le principe d’une « zone d’exclusion aérienne » : des avions militaires, par exemple européens ou américains, prendraient – sous mandat de l’ONU – le contrôle de l’espace aérien libyen, ce qui pourrait entraver d’éventuels bombardements de la chasse libyenne, mais n’empêcherait pas les combats au sol. Cette mesure demande un consensus politique (qui n’est pas acquis à l’ONU, ni même à l’OTAN), et réclame des préparatifs techniques et juridiques complexes.

Matrice du régime

La guerre civile qui a éclaté en Libye – sur la lancée des mouvements de protestation en Tunisie et en Egypte, ses voisins immédiats – a fait en moins de deux semaines plus de 600 victimes dans la population ; la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, s’inquiètait vendredi de l’intensification « alarmante » de la répression contre la révolte populaire en Libye, qui a peut-être fait « des milliers de tués et blessés ».

Le régime, qui a perdu le contrôle de la Cyrénaïque, dans l’est, et notamment des villes de Benghazi et Tobrouk, mais aussi de plusieurs cités dans l’Ouest, et de quelques quartiers de Tripoli, n’avait pas hésité à bombarder des zones où se trouvaient des civils, et à faire tirer à balles réelles sur les manifestants (lire Alain Gresh, « Faut-il intervenir militairement en Libye ? »). L’attitude définitive de l’armée – restant aux côtés de Kadhafi, ou s’efforçant d’être neutre, ou encore protégeant la population, voire basculant en faveur des insurgés – reste encore une inconnue des prochaines heures, même si les défections et désertions se sont multipliées ces derniers jours (voir plus loin).

Comme en Egypte, l’armée est la matrice de l’actuel régime libyen : en 1969, de jeunes « officiers libres » – pour la plupart des capitaines de moins de 30 ans –, émules de Nasser, avaient déposé le roi Idriss, « à la tête d’une monarchie corrompue et chancelante », et cela, « sans rencontrer une grande résistance » et « sous les yeux des Britanniques et des Américains qui avaient des bases militaires dans le pays [2] ».

Ubu Roi

Autour de Mouammar Kadhafi, qui avait pris la tête du mouvement, il ne reste plus aujourd’hui que trois anciens membres du Conseil de commandement de la révolution formé à l’époque, qui assurent des tâches de représentation. Les autres ont été neutralisés, ou éliminés par celui qui ne se veut plus que « Guide », mais qui est surtout devenu, quarante ans plus tard, une espèce d’Ubu roi, quand ce n’est pas une sorte de « général Tapioca », à la façon des dictatures militaires latino-américaines des années 1950 [3].

Kadhafi s’est toujours méfié des forces armées libyennes. Elles ont été sérieusement épurées, au fil de la vingtaine de tentatives de coups d’Etat dont elles se seraient rendues coupables depuis 1969. Les généraux qui les commandent sont directement rattachés au « Guide », chef suprême des armées, et articulés avec certaines des tribus qui ont soutenu le régime. L’ensemble représente 60 000 hommes pour l’armée de terre, en majorité des conscrits.

Mal aimée

Les sept brigades qui forment les unités d’élite – dont la Garde de Kadhafi – ont été confiées à des fils ou autres membres de la famille de Kadhafi, ou de sa tribu – les Ghedadfas. Elles représentent la moitié de l’effectif de l’armée de terre, et sont équipées avec du matériel récent, d’origine occidentale. Cinq ou six d’entre elles sont actuellement concentrées autour de Tripoli, la capitale ; la septième, à l’est, a fait défection.

La seconde fraction de l’armée a été récemment privée de son chef (placé en résidence surveillée) ; elle est équipée avec du matériel ancien, souvent ex-soviétique, et insuffisamment entraînée. Ses plus hauts faits d’armes se sont limités à des incursions à répétition au Tchad, dans les années 1970 et 1980.

La relative réserve dont elle semble faire preuve dans le conflit actuel tient à ses traditions, et au fait qu’elle se sent la « mal aimée » du régime. Le commandement en est réservé à l’entourage immédiat du dictateur, et elle est, comme toute la société libyenne, sous la surveillance des Comités révolutionnaires et des Comités populaires – instances d’impulsion et contrôle mises en place par le « Guide », et doublées de milices.

Défections en série

Des désertions ont été signalées de toutes parts. Une des plus spectaculaires avait été celle de deux pilotes de Mirage F1, réfugiés à Malte avec leurs appareils, affirmant qu’ils avaient refusé de tirer sur les civils. Des troupes se sont retirées, soit sur ordre, soit sous la pression de la rue ; la plupart des casernes ont été désertées dans les villes de l’Est, laissant parfois sur place des blindés. Il y aurait eu des scènes de « fraternisation », par exemple à Tobrouk. L’armée et la police dans la ville d’Adjabia, située dans l’est du pays, se sont ralliées à l’insurrection. A Benghazi, devant les caméras de journalistes occidentaux, des responsables policiers ont fait allégeance aux nouvelles autorités.

Dans une dépêche datée de Al-Baïda, dans la région orientale riche en pétrole tombée aux mains des opposants, un correspondant de l’AFP rendait compte la semaine dernière de la défection de plusieurs généraux : « J’ai démissionné et je suis venu à Al-Baïda pour être solidaire de mon peuple », assure le général Salah Mathek, un responsable de la police judiciaire, qui a déserté comme une dizaine de généraux et de colonels. « Ils nous ont ordonnés d’attaquer le peuple et j’ai refusé », explique un autre général, Abdel Aziz al-Busta. « On parle de marcher sur Tripoli. Notre objectif est Tripoli, si Tripoli n’arrive pas à se libérer par lui-même », dit un autre officier, cité par l’AFP.

Mercenaires en stock

Le régime semble avoir eu recours aux mercenaires, pour faire le « sale travail » dans les rues : il s’agirait notamment de Tchadiens ou de Soudanais – des combattants enrôlés dans les fronts de libération divers et variés qui parcourent la région, qui sont actuellement désœuvrés, et pourraient avoir été intéressés par les primes et équipements promis par les recruteurs libyens. Quelques cadavres de mercenaires présumés ont été exhibés.

Il y a des précédents : l’ancienne « Légion islamique », engagée notamment au Tchad aux côtés de l’armée régulière libyenne, au sein de laquelle s’étaient enrôlés dans les années 1970-80 des jeunes Touaregs du Niger, hostiles au régime de Niamey.

A Agadez, au Nord du Niger, il était parfois question à nouveau, ces dernières années, d’enrôlement possible dans des unités spéciales libyennes, avec à la clé des possibilités de naturalisation, d’octroi de bourses et autres avantages matériels que l’on fait miroiter aux jeunes Touaregs qui se présenteraient au camp d’entraînement d’Oubari, dans le sud de la Libye. Le tout enrobé politiquement dans le rêve de Kadhafi, formulé en avril 2005 à Tombouctou (Mali), de créer un Etat du « Grand Sahara », regroupant son pays et la partie septentrionale du Mali et du Niger, territoire ancestral des Touaregs.

Notes

[1] Parmi les étrangers bloqués en Libye, il y aurait également 150 000 Asiatiques, dont une partie seulement ont pu quitter le pays.

[2] Abdelaziz Barrouhi, Jeune Afrique, 9 septembre 2009.

[3] Ce personnage des aventures de Tintin, « tyran cruel et vaniteux », a été inspiré au dessinateur Hergé par le dictateur fascisant de la République Dominicaine, Rafaël Trujillo (1891-1961).

57 commentaires sur « Guerre civile en Libye et options militaires »

  • permalien Yvan :
    25 février 2011 @13h24   »

    Il y a aussi l’Iran qui gesticule en Méditerranée.

  • permalien аpparatchik :
    25 février 2011 @14h43   « »

    Philippe Leymarie :

    “Le régime semble avoir eu recours aux mercenaires, pour faire le « sale travail » dans les rues (...)”


    Il semble bien oui... ;-)

    Des militaires gradés passés à l’insurrection, oont en outre déclaré que des transports aériens de mercenaires provenant d’Afrique Sub-Saharienne avaient été organisés, ils savent de quoi ils parlent, ils en étaient des acteurs...

  • permalien Philippe Rekacewicz :
    25 février 2011 @14h56   « »

    A lire absolument

    dans le carnet de Colette Braeckman :

    Les mercenaires de Kadhafi, issus de toutes les guerres africaines

  • permalien R. :
    25 février 2011 @15h38   « »

    En plus, les deux précédents commentaires contiennent des photos ! Donc, ils disent sûrement vrai !!!
    C’est affligeant le décalage entre le sérieux et la profondeur des analyses que nous avons la chance de lire sous la plume des auteurs du Monde diplo ET le niveau des commentaires laissés par ses ’’lecteurs’’ !!!

  • permalien Gaboum :
    25 février 2011 @19h15   « »

    une procédure devant la cour internationale de justice pour « crimes contre l’humanité ”

    Il s’agit de la cour pénale internationale et non de la CIJ.
    Du reste merci de votre article

  • permalien tipanda :
    25 février 2011 @23h05   « »

    Option militaire ? Il faut être conscient de l’engagement, être prêt à le tenir jusqu’au bout, jusqu’au retour à la normale. Taper un grand coup et laisser tout le monde en plan, en cours de route, "on a déjà donné". Si on n’est pas prêt, mieux vaut ne pas commencer.

  • permalien Berlex :
    25 février 2011 @23h27   « »

    Les Européens ont beau jeu de vouloir jouer au gendarme après avoir inonder la Libye d’armes, de gaz et autres saloperies. Lorsqu’on arme un assassin notoire par cupidité on mérite de se retrouver sur le banc des accusés. Le but ici est de voler la victoire au peuple libyen, de mettre la main sur les richesses et d’installer un nouveau dictateur - aux ordres celui là. Les libyens n’ont pas besoin d’ingérence dans leur révolution. Et tant pis pour l’occident si le pétrole part ensuite vers la Chine.

  • permalien francaisRepublicain :
    26 février 2011 @04h49   « »

    Kadhafi est politiquement mort.
    Il vit avec son argent.
    Il n’exporte plus pétrole et sera boycotter bientot. Sans argent, sa durée de vie politique est très courte

  • permalien jacou974 :
    26 février 2011 @08h39   « »
    Douteux

    Ce qui m’inquiète c’est l’unanimité de l’argument de protéger ses ressortissants, qui sous prétexterait une intervention armée. Ha ! on s’empresse moins ailleurs.

  • permalien Villeneuve :
    26 février 2011 @10h37   « »

    Vous avez vu tous ces réfugiés : ce sont des travailleurs immigrés : tunisiens, égyptiens, algériens (y a même des chinois...). Dans les hôpitaux : des médecins français et des infirmières bulgares (pas échaudées par ce qui était arrivé à leurs consoeurs quelques années plus tôt...), tout ce petit monde est payé avec l’argent du pétrole, pour le bien être du peuple libyen. Mouamar est un vieux con sénile qui a perdu la boule depuis longtemps, mais la Libye est un pays où il fait bon vivre et où les gens ne crèvent pas de faim. Maintenant elle va rentrer dans le rang des autres pays du Magreb...
    Quant à Juppé qui prone l’intervention pour protéger le peuple... Tienanmen : 3000 morts au moins : t’as rien fait Alain à l’époque, la Chine est-elle trop forte pour toi ? Tappons sur un pays du tiers monde, comme l’Afgha, c’est quand même moins risqué militairement et politiquement !

  • permalien аpparatchik :
    26 février 2011 @10h46   « »

    @ Berlex

    Les Européens ont beau jeu de vouloir jouer au gendarme après avoir inonder la Libye d’armes, de gaz et autres saloperies. Lorsqu’on arme un assassin notoire par cupidité on mérite de se retrouver sur le banc des accusés. Le but ici est de voler la victoire au peuple libyen, de mettre la main sur les richesses et d’installer un nouveau dictateur - aux ordres celui là. Les libyens n’ont pas besoin d’ingérence dans leur révolution. Et tant pis pour l’occident si le pétrole part ensuite vers la Chine.

    Tout à fait !

    D’autant qu’ils feraient bien de commencer par se sortir du bourbier afghan où leurs soldats tombent régulièrement comme des mouches, sans que personne ne soit même foutu de dire ce qu’ils fichent dans cette galère sans fin...

    Ces histoires d’interventions étrangères en Libye ne sont que de grotesques rodomontades, les Occidentaux ne sont déjà même pas fichus d’évacuer leurs ressortissants, c’est à mourir de rire, leur gesticulations navales ne sont que du vent pour gogos !

  • permalien Nathan :
    26 février 2011 @14h14   « »

    N’importe quoi ! La plupart des pays sont en train d’évacuer leurs ressortissants par air, par terre ou par mer (apparemment, les navires peuvent accoster à Benghazi) comme on peut le lire ici :

    http://www.bbc.co.uk/news/world-mid...

  • permalien Assad :
    26 février 2011 @17h15   « »

    Messieurs, je vous trouve tous bien négatifs et immobilistes...

    On n’est ni en Chine, ni en Afghanistan et quelque soient les contrats de ventes d’armes passés (et l’Europe n’est pas la seule à incriminer, loin de là...), l’heure n’est pas à l’analyse éparpillée ou à l’exercice de style et il est urgent de faire quelque chose.

    Pour "voler la victoire au peuple Libyen", il faudrait déjà qu’il ait une chance de s’en sortir sans endurer un massacre digne du Rwanda en 94.

    "Les libyens n’ont pas besoin d’ingérence dans leur révolution" : on les regarde se faire massacrer sans rien faire et on continue à donner des leçons de civisme sur le Monde Diplo ?
    Pour le pétrole qui partirait vers la Chine, il part tout simplement au plus offrant, c’est la loi du marché.
    D’autre part, les "gesticulations navales" sont peut-être peu de chose, mais c’est au moins un début.

    Pour terminer, le pétrole est, c’est vrai, un facteur qui a son importance dans cette équation difficile et maintenir des approvisionnements suffisants pour tout le monde est une priorité avouée de nos différents gouvernements : je pense que nous serons à nouveau tous dans la rue, lorsque le baril explosera la barre des 200$, avec les prix d’une nourriture importée et des biens de consommation qui flamberont d’autant plus...

    @Villeneuve : En ce qui concerne Tien an Men, pour info, c’était le gouvernement Rocard qui était en fonction, sous la présidence de Mitterrand.

    @ Berlex qui affirme : "Le but ici est de voler la victoire au peuple libyen, de mettre la main sur les richesses et d’installer un nouveau dictateur ". Dieu merci, tout le monde n’a pas une vision aussi simple et colonialiste de l’Afrique que toi : le continent où je vis se développe à grands pas et les peuples ont désormais bien leur mot à dire, même s’ils ont besoin par moment d’une aide extérieure dans des moments critiques comme celui que nous sommes amenés à vivre ces jours-ci.

    Pour résumer mon point de vue :
    1 - On ne laisse pas un dirigeant malade massacrer son peuple en toute impunité aux portes de l’Europe
    2 - Tout début d’action engagée par l’union européenne est louable et doit recueillir notre soutien à tous.

    (Et vous en conviendrez, quelque soit l’option retenue : intervention ou inaction, il y aura toujours une cohorte de lecteurs inspirés pour donner la leçon et nous expliquer qu’ils se trompaient tous)

  • permalien Orangerouge :
    26 février 2011 @17h34   « »

    Vous êtes Israélien, Yvan ?

    Ce sont les points de vue que vous exprimez qui m’amènent à vous poser la question : sur un autre blog du Monde Diplo vous lanciez des accusations d’antisémitisme, totalement injustifiées, à un autre posteur, ici vous vous alarmez que des bateaux iraniens fasse route en méditerranée ...

    Ces points de vue se confondent avec ceux du gouvernement de l’état colonial israélien actuel.

    La mer méditerranée n’est la propriété privée d’aucun état, je vous signale.

  • permalien aрparatchik :
    26 février 2011 @17h35   « »

    @ Nathan

    N’importe quoi ! La plupart des pays sont en train d’évacuer leurs ressortissants par air, par terre ou par mer (apparemment, les navires peuvent accoster à Benghazi)

    Sont-ils tous évacués à l’heure qu’il est ? Non ! Ca ce n’est pas n’importe quoi, c’est un fait !

  • permalien aрparatchik :
    26 février 2011 @17h41   « »

    @ Assad

    Pour résumer mon point de vue :
    1 - On ne laisse pas un dirigeant malade massacrer son peuple en toute impunité aux portes de l’Europe
    2 - Tout début d’action engagée par l’union européenne est louable et doit recueillir notre soutien à tous.

    L’usage que vous faites de l’impératif est assez amusant, pour ce qui me concerne je m’autoriserai, ne vous en déplaise, à constater que de facto et jusqu’à preuve du contraire, l’U.E. ne fait de toute façon rien, si ce n’est tenter de récupérer péniblement ses ressortissants...

  • permalien Nathan :
    26 février 2011 @20h01   « »

    Espérons pour la flotte perse que ses navires soient plus costauds que la centrale de Bushehr. Elle est à l’arrêt... Ils doivent remplacer les piles à combustible. C’est moche, tout de même...

    http://www.bbc.co.uk/news/world-mid...

  • permalien Nathan :
    26 février 2011 @20h06   « »

    Machin raconte n’importe quoi, comme à son habitude. La RAF vient d’évacuer 150 ressortissants britanniques de Benghazi.

    Ça a l’air de marcher mieux que la centrale de Bushehr.

    http://www.bbc.co.uk/news/world-mid...

  • permalien арparatchik :
    26 février 2011 @20h44   « »

    @ Nathan 

    Si ce n’est que tous les Britanniques ne disent pas comme vous :

    Evacuation plan stepped up as threat of further violence grows
    (...) David Cameron, whose Government has been accused of incompetence and delay in its response to the crisis, promised yesterday it would do "everything it can" to remove stranded UK nationals.
    (...)
    After days of bitter criticism, Mr Cameron flew back from a four-day tour of the Gulf States to take charge of efforts to reach the remaining stranded Britons. (...)

  • permalien арparatchik :
    26 février 2011 @21h18   « »

    Encore à propos des mercenaires :

    "I knew that the regime had mercenaries before the uprising. The government decided in several meetings to grant citizenship to the [mercenaries] from Chad and Niger. That was something that I objected to."

    Mustafa Abdel-Jalil, former justice minister (The Guardian)

  • permalien chamil :
    26 février 2011 @23h37   « »

    Peu importe qui mettra à bas Kadhafi. Si ce sont des occidentaux ou des martiens qui y contribueront outre le peuple libyen, ils seront à applaudir. Tirer sur son propre peuple est le stade suprème de l’ignominie.

  • permalien арparatchik :
    27 février 2011 @00h17   « »

    @ chamil

    Les Libyens n’ont pas plus besoin des Occidentaux que des Martiens, c’est en train de se faire... ;-)

  • permalien K. :
    27 février 2011 @00h21   « »

    Peu importe qui mettra à bas Kadhafi. Si ce sont des occidentaux ou des martiens qui y contribueront outre le peuple libyen, ils seront à applaudir

    Après la merde noire causée par les “Occidentaux” en Irak pour y “apporter la démocratie”, et en Afghanistan pour y “libérer les femmes”, pourvu que ce soit les martiens ...

  • permalien ibnadjal :
    27 février 2011 @00h30   « »

    Un blog pour vous "lâchez" sur ces évènements " arabes" :

    http://meilleurevieenalgerie.over-b...

  • permalien KarimW :
    27 février 2011 @01h03   « »

    "Computer virus ?

    The BBC’s Tehran correspondent, James Reynolds, says diplomats suggest the entire core of the Bushehr plant is being replaced - potentially a serious problem.

    There has been some speculation that the Stuxnet computer virus may be responsible, our correspondent says. "

    Nathan, une partie de l’article que vous citez.
    Effectivement, si je détruis une partie de l’infrastructure d’un pays, celle-ci ne fonctionne plus. Mais c’est un acte de guerre.

  • permalien арparatchik :
    27 février 2011 @01h11   « »

    @ KarimW

    Le virus dont vous parlez est concu pour perturber le contrôle de centrifugeuses, là ça n’a strictement rien à voir, il s’agit d’une centrale nucléaire de fabrication russe avec du combustible nucléaire russe...

  • permalien арparatchik :
    27 février 2011 @01h31   « »

    PS :

    “Upon Russia’s request fuel will be removed from the core of the reactor in order to conduct a number of tests and [carry out] technical work.

    "After the tests are conducted, [the fuel] will be placed in the core of the reactor once again.

    Iran has always stressed and prioritized the safety of the reactor according to the highest international safety standards.”

    Iran’s envoy to the IAEA Ali Asghar Soltanieh

  • permalien lili :
    27 février 2011 @09h49   « »

    "Dans la pratique, le déploiement de cette petite armada pourrait également constituer un cordon de sécurité afin d’éviter une fuite en masse par la mer de Libyens ou d’immigrés africains vers l’Europe – donnant plus de consistance à l’opération de surveillance « Hermès », entamée (sous la pression notamment de l’Italie, en première ligne) par l’agence européenne Frontex."

    J’espère qu’ils seront vraiment là pour dissuader Khadafi et non pour seulement garder les frontières de l’Europe de "l’invasion" de réfugiés.

  • permalien арparatchik :
    27 février 2011 @10h39   « »
    Guerre civile en Libye et option militaire : Ne pas intervenir !!!!

    - La seule option militaire adéquate est de ne pas intervenir militairement ! Les Libyens sont assez “dans la merde” comme cela pour ne pas en rajouter...
    - La seule option non militaire à entreprendre d’urgence est d’envoyer de l’aide humanitaire aux Libyens, ils manquent cruellement de nourriture, de médicaments et de médecins et équipements médicaux d’urgence...

  • permalien арparatchik :
    27 février 2011 @11h02   « »


    C’est pas clair ?

  • permalien Patrick Rogel :
    27 février 2011 @15h07   « »

    Tout à fait d’accord avec Ivan et Assad : il y a aussi la marine iranienne qui a profité de la mansuétude de l’Egypte pour faire son premier petit tour depuis la Révolution islamiste en Méditerranée. Qu’on surveille donc la frégate et son ravitailleur et, aussi, la réaction de la Syrie, bien muette. Bon, sinon, le Mistral est idéal pour une NCE, comme il l’a montré au Liban ; la présence du Georges Leygues, frégate ASM, est plus curieuse (s’attend-t-on à voir les vieux Romeo et Foxtrot prendre la mer ou est-ce les Kilo algériens qui inquiètent ?). Sinon, il est effectivement fort probable que cette opération mêle dissuasion (être sur place au cas où l’embargo prévu par l’initiative de résolution franco-britannique au Conseil de sécurité devenait effectif) à l’humanitaire.

  • permalien yves cadiou :
    28 février 2011 @04h56   « »

    Commentaire à voir ici :
    http://www.egeablog.net/dotclear/in...

  • permalien joe l indien :
    28 février 2011 @11h50   « »

    http://chavezhugo.wordpress.com/201... une analyse qui tranche avec la désinformation qui cherche a justifier une invasion de la libye par l alliance atlantique !

  • permalien Jean :
    28 février 2011 @23h00   « »

    c’est surréaliste...la présence américaine favorise en tout cas la thèse du complot...

    je me demande qui est le plus ridicule et le moins crédible des dirigeants occidentaux pour la défense des droits de l’homme...

    ils feront de la Lybie ce qu’ils font maintenant avec leur leader..el danse du ventre et après coup de poignard dans le dos.

    on savait les américains fous et prêts à tout pour l’oil qui pue mais la France avec sa diplomatie devenue idiote...folie ou bêtise ??!!
    en tout cas les insurgés, ils aiment bien l’oil aussi...révolution pfffoil ouais...travailleurs lybiens lettrés et bien nourris pareils que les chômeurs tunisiens et égyptiens analphabètes affamés avec l’arabité castrée... si si tout est pareil et les téléspectateurs/internautes des bourricos aussi pareil...c’est ça l’internationale

    et les illuminés d’aljazeera, démocratie au qatar, yi possible ou, could you beleive it, or not pas... allo, what’s next ?... ligne coupée... ah joker. ça si ni pas pareil, lalala

    sérieusement jolies leurs présentatrices en tout cas, allez elles méritent bien une guerre civile pour leur faire plaisir et de l’audimat

  • permalien rouli :
    1er mars 2011 @00h24   « »

    on a du mal à admettre comment un tel président accède au pouvoir,pour se prendre enfin pour le roi des rois africains .|

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    1er mars 2011 @10h45   « »
    "Guerre civile" en Libye et options militaires ???

    N’est ce pas un peu surprenant de parler ne serait ce que dans le titre déjà de "guerre civile" concernant les événements qui se déroulent depuis quelques semaines en Libye ? Ce n’est pas neutre du tout puisque seuls les défenseurs du régime utilisent ce concept et en brandissent la menace. Ne serait-il pas plus professionnel sur un plan journalistique de parler d’insurrection ?

    N’est ce pas un peu étonnant également de parler "d’options militaires" ce qui laisserait à penser que la France ou l’Europe voire l’OTAN seraient naturellement fondés à intervenir d’une manière ou d’une autre ou au moins à se poser la question dans des troubles qui opposent la population d’un pays souverain à son équipe dirigeante ?

    N’est pas pour finir un peu facile de parler aujourd’hui de "dictateur" s’agissant du dirigeant libyen, quand depuis des décennies nos dirigeants politiques et nos élites commerciales et financières entretenaient les meilleures relations du monde avec lui même et son régime, sans que cela ne soulève de vague d’indignation particulière dans les médias et la presse ?

    Les mauvais esprits ne manqueraient surement pas de souligner que tout cela fait un désordre dans un journal qui se voudrait progressiste, dans lequel on ne s’attendrait pas à priori à trouver des accents paternalistes néocoloniaux ou même va-t-en guerre...

  • permalien Gosselent :
    2 mars 2011 @00h14   « »
    Menacer et Secourir

    Pour moi, ce qui est important dans cette démonstration navale, plus qu’une intervention militaire, c’est d’une part de menacer suffisamment le clan Khadafi pour qu’il s’étiole plus rapidement, et d’autre part d’augmenter les capacités d’évacuation.

    Il y a en Libye des milliers d’immigrants ni tunisiens ni égyptiens qui même en l’absence de menaces militaires de la part de Khadafi, sont physiquement menacés parce qu’ils n’ont plus de moyen de subsistance, des visas qui vont expirer (et il n’y a plus de consulats focntionnels ou accessibles), peut-être des papiers perdus, sans doute des problèmes de santé liés à leur travail en Libye (et qui ne seront pas traités si plus personne ne les emploie), et dont ni les pays d’origine ni les familles ne peuvent pas envisager un rapatriement, etc. Si rien n’est fait, ça risque de finir dans un sauve-qui-peut tragique au travers de la Méditerranée.

    Le Clan Khadafi a senti la menace militaire, et a pris contact avec les médias occidentaux. Apparemment Saif Al-Islam n’est pas dupe : il sait que les Médias occidentaux sont en train de manipuler le Clan Khadafi, il sait que les interviews servent à montrer à d’éventuels derniers soutiens de Khadafi qu’il est surtout en guerre avec la réalité.
    Mais justement, le fait que Saif Al-Islam sache pertinemment qu’il est en train de se faire manipuler, et qu’il l’accepte plutôt que de fermer sa porte aux jounalistes en choisissant en baroud d’honneur militaire, ça, c’est probablement la voix de la raison, et le refus du déni.
    C’est peut-être cette menace militaire, et cette offre de dialogue des Médias occidentaux, qui pourra - comme dans une prise d’otages - ramener les preneurs d’otage à la raison.
    Khadafi n’a plus son infirmière, mais il a ses nombreux enfants autour de lui. Contrairement à Mme Goebbels qui avait choisi de suicider ses enfants plutôt que de se rendre, les enfants de Khadafi sauveront sans doute leur père (mais peut-être pas de lui-même, cependant), et d’ailleurs, c’est probablement leur premier souci, avant de se sauver eux-mêmes.
    Il y avait le risque que - comme dans un divorce difficile entre Le Guide et la Mère-Patrie - le Père des Libyens décide de (laisser) tuer ses enfants (au sens large : "sa" population) et de se (faire) suicider ensuite plutôt que de ne pas en avoir la garde, mais je crois que Papa Khadafi n’est pas en position de force dans sa propre famille, et que ses enfants (réels) empêcheront cela.

    Et puis, une crise chassant l’autre, c’est peut-être aussi une bonne chose que Gbagbo constate la cohésion militaro-humanitaire des pays occidentaux en Libye car les risques de massacres en Côte d’Ivoire sont à mon avis passablement plus élevés qu’en Libye.

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    2 mars 2011 @00h38   « »
    @ Gosselent

    Pour l’instant personne n’a menacé officiellement (réellement) le régime libyen, les américains se sont contentés de déclarations vagues disant que toutes les options restaient envisageables, la proposition britannique de contrôle aérien est bloquée par la France, la Russie et la Chine, la seule chose effective ce sont les manœuvres navales américaines officiellement pour pouvoir parer à toute éventualité, humanitaire ou autres, et mettant un peu la pression sur eux ce qui n’est pas une mauvaise chose. Mais en fait de menaces et encore moins de démonstration, pour l’instant il n’y a rien eu, regrouper des navires de guerre en Méditerranée n’a rien d’exceptionnel ni d’un exploit ! A mon avis les dernières déclarations du Kremlin sous couvert d’anonymat ont certainement dû plus les préoccuper.

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    2 mars 2011 @00h47   « »
    @ Gosselent

    Pour l’instant personne n’a menacé officiellement (réellement) le régime libyen, les américains se sont contentés de déclarations vagues disant que toutes les options restaient envisageables, la proposition britannique de contrôle aérien est bloquée par la France, la Russie et la Chine, la seule chose effective ce sont les manœuvres navales américaines officiellement pour pouvoir parer à toute éventualité, humanitaire ou autres, et mettant un peu la pression sur eux ce qui n’est pas une mauvaise chose. Mais en fait de menaces et encore moins de démonstration, pour l’instant il n’y a rien eu, regrouper des navires de guerre en Méditerranée n’a rien d’exceptionnel ni d’un exploit ! A mon avis les dernières déclarations du Kremlin sous couvert d’anonymat ont certainement dû plus les préoccuper...

  • permalien Gosselent :
    2 mars 2011 @02h58   « »

    @ antiparapharmaciste primaire
    Oui, sans doute

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    2 mars 2011 @03h51   « »
    Insurection en Libye et option psychiatrique ?

    « Je pense qu’il est tout à fait évident que Kadhafi est dans un état d’esprit instable et que sa perception de la réalité est déformée.
    Après avoir regardé certains de ses discours à la télévision, ses commentaires et ses discours semblent très erratiques. Ce qu’il dit n’a aucun sens et il est très incohérent.
    Sa suggestion que certains des manifestants en Libye essayant de le renverser, pourraient avoir été intoxiqués avec des drogues hallucinogènes, est une prétention ridicule à dire, et cela suggère qu’il a perdu le contact avec la réalité.
    Lorsque vous lisez ou écoutez ce qu’il a dit, il n’est pas vraiment possible d’en suivre la signification, parce que rien de tout cela n’apporte aucun message cohérent. Il ressemble à une personne souffrante et je suis certain que s’il avait été possible de l’analyser, on l’aurait diagnostiqué comme quelqu’un souffrant d’une sorte de psychose.
    Avant même que la contestation actuelle n’ait commencé, Kadhafi était erratique. Il y a beaucoup de choses curieuses dans ce qu’il disait et faisait qui n’ont aucun sens dans quelque contexte que ce soit. Ce qu’il fait maintenant, est encore pire. Il est évidemment face à des défis sévères en Libye, avec son régime sur le point de s’effondrer, s’il ne l’est pas déjà. Ce qui ne rend pas les choses plus facile pour lui.
    Il est sous une énorme pression de stress et je pense qu’une personne erratique comme lui prendra des décisions erratiques.
    J’ai lu que lorsque Tony Blair, l’a appelé et qu’au cours de leur conversation, il lui a demandé de démissionner, Kadhafi a répondu que le peuple libyen l’aimait, qu’il ne quitterait pas le pouvoir et qu’il allait mourir comme un martyr. C’est une réponse erratique non basée sur la réalité.
    Il est psychotique, peut-être à la frontière de la schizophrénie paranoïde. »

    Le Dr Lars Davidsson est psychiatre consultant et directeur médical de l’Angloeuropean Clinic.

  • permalien Celso Hernandez :
    2 mars 2011 @12h03   « »
    Attention aux interventions "humanitaires"

    Je ne sais pas quoi penser des soulevements dans le monde arabe. S’agit-il reellement des soulevements des "jeunes", des hommes et des femmes entre les 30 et les 40 ans... Dans les pays latinoamericains, les soulevements des annees 80’s ont ete mieux penses. Il ne s’agissait pas seulement de sortir dans la rue et crier pour le renversement des regimes militaires. Sont-ils conscients les "jeunes" arabes et le peuple en general du recul que prendront leurs societes s’ils ne batissent rapidement un projet de futur, ce qu’ils feront dans la lutte contre les problemes sociaux et economiques de leurs pays ? A qui iront les richesses de ces pays ? Ont-ils deja pense a la confiscation des fortunes des entrepeneurs et des militaires qui se sont enrichis pendant les annees des regimes repressifs ? Vont ils demander aux regimes europeens et americain qui ont soutenus les dictateurs de s’expliquer devant les peuples abuses pendant des decennies ? Est-ce que les banques europeennes et americaines vont rapidement rendre les tresors que se trouvent dans leurs comptes aux nouveaux regimes ? Et surtout, gare a l’aide etrangere, surtout americaine et europeenne qui se preparent comme de vautours a agir soit disant a la defense de la democratie et pour de raisons "humanitaires" et autres... Les ennemis de la liberte de presse prone par Assange aujourd’hui se preparent a donner de l’argent pour destabiliser de divers regimes, voir les declarations de Mme. Clinton au sujet de la guerre a travers l’Internet. Les interventions dans les pays arabes ne feront que destabiliser la region et signifiera le retour de l’Europe et de l’Amerique triomphales dans la guerre pour la paix et... pour les ressources petrolieres. Et vive les multinationales. Et quoi dire de ce cordon sanitaire contre les refugies. Ils provoquent les guerres et les conflits internes et a la fois, ils empechent les populations de fuir. J’ai confiance qu’Assange trouvera quelque chose a nous dire et que la verite sur ce printemps arabe fera jour et nous sera montre sur un autre oeil. En attendant, mes condoleances a ce monde arabe que j’admire depuis le Guatemala. Peut-etre les "nouvelles generations" ne sont pas conscientes de cela mais vous allez le connaitres lorsque vous verrez des etrangers venir vous apprendre la dure realite d’une intervention et l’assassinat des meilleurs fils et filles de votre pays. Au Guatemala, les americains reviennent a la charge. En Amerique centrale, ils planifient deja un retour en force sans avant avoir ete juges contres les crimes contre l’humanite dont ils sont responsables dans nos pays. Ils se trouvent a la tete, directe ou indirectement des presque 250,000 morts, assassines, disparus, brules, violees, etc. C’est bien cela qui attend le monde arabe avec l’arrive des troupes du monde libre. Mes condoleances au Monde Arabe. J’espere que lors de l’intervention armee dans vos pays vous prendrez les armes dans la defense de vos pays...

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    2 mars 2011 @13h27   « »
    Insurrection en Libye et opportunité d’interventions militaires ?

    Infos ou propagande ?

    Libyan Rebels, Invoking U.N., May Ask West for Airstrikes
    By KAREEM FAHIM and DAVID D. KIRKPATRICK , The New York Times
    Published : March 1, 2011

    BENGHAZI, Libya — In a sign of mounting frustration among rebel leaders at Colonel Muammar el-Qaddafi’s diminished but unyielding grip on power, the revolutionary council here is debating whether to ask for Western airstrikes on some of the regime’s most important military assets under a United Nations banner, according to four people with knowledge of the council’s deliberations.
    By invoking the United Nations, the council, made up lawyers, academics, judges and other prominent figures, is seeking to draw a distinction between the airstrikes and foreign intervention, which the rebels say they emphatically oppose.
    “He destroyed the army. We have two or three planes,” said Abdel-Hafidh Ghoga, the council’s spokesman, speaking of the rebels’ military disadvantage. He refused to comment on the council’s deliberations or any imminent announcement, but said : “If it is with the United Nations, it is not a foreign intervention.”
    But that distinction is lost on many people, and any call for foreign military help carries great risks. The anti-government protesters in Libya, like their counterparts in Tunisia and Egypt, have drawn broad popular support — and great pride — from their status as homegrown movements that toppled autocrats without outside help. An intervention, even one with the imprimatur of the United Nations, could play into the hands of Colonel Qaddafi, who has called the uprising a foreign plot by Western powers seeking to occupy Libya.
    “If he falls with no intervention, I’d be happy,” said one senior council official. “But if he’s going to commit a massacre, my priority is to save my people.”
    There was no indication that the United Nations Security Council members would approve such a request, or that Libyans seeking to topple Colonel Qaddafi would welcome it. Russia has dismissed talk of a no-fly zone to curb Colonel Qaddafi’s still-active air force, and China has traditionally voted against foreign intervention.
    Even so, the discussions signaled a rebel movement both impatient with a military stalemate that has crippled the country, and out of good options. Those who support the airstrikes hope they might dislodge Colonel Qaddafi from crucial strongholds, including a fortified compound in the capital, Tripoli. The council is only considering strikes against the compound, Bab al-Aziziya and assets like radar stations, according to the people briefed on the discussions, who requested anonymity because no formal decision on the announcement has been made. (…)

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    2 mars 2011 @16h25   « »
    Insurrection en Libye et opportunité d’interventions militaires ?

    Il semblerait que cela se confirme :

    “We call for specific attacks on strongholds of these mercenaries.

    The presence of any foreign forces on Libyan soil is strongly opposed. There is a big difference between this and strategic air strikes.”

    Hafiz Ghoga, spokesman for the National Libyan Council

  • permalien Sakhra :
    2 mars 2011 @18h56   « »

    @ Celso Hernandez,

    En attendant, mes condoleances a ce monde arabe que j’admire depuis le Guatemala. Peut-etre les "nouvelles generations" ne sont pas conscientes de cela mais vous allez le connaitres lorsque vous verrez des etrangers venir vous apprendre la dure realite d’une intervention et l’assassinat des meilleurs fils et filles de votre pays. Au Guatemala, les americains reviennent a la charge

    Merci Celso. La dure réalité nous la connaissons déjà, car nos gouvernants, tous aux ordres des US ne se gênent pas pour assassiner, exiler, emprisonner les meilleurs fils et filles de nos peuples.

    Dans le monde arabe, les US et l’Europe ont soutenu tous nos dictateurs, contre leurs peuples.Aujourd’hui, ils prétendent venir nous aider à nous libérer des tyrans, alors que ces tyrans ne sont que leurs "oeuvres".Les peuples ne sont pas dupes, et ils savent que les tyrans étaient leurs "amis",et quand ils ne servent plus, ils n’hésitent pas à les pendre, à les renvoyer, ou à les"bombarder" (sans doute pour la Libye ) non par "humanisme", mais pour récupérer "les révolutions" arabes et "construire" une démocratie néo-libérale", pour continuer leur pillage et leurs crimes.
    Vous avez raison, il nous faudra nous préparer à continuer le combat.
    Merci, et vive le Guatémala libre !!

  • permalien act :
    2 mars 2011 @19h20   « »
    Onde (et stratégie) de choc

    publié sur www.activista.be /extrait//

    [...]
    L’autre point sur lequel il sera bon de revenir avec quelque recul est le cas libyen où cette fois c’est certain l’empire s’empressera d’intervenir afin d’"empêcher les massacres de civils" qu’il tolère si bien ailleurs ou provoque directement comme en Afghanistan.
    A ce sujet et pour démentir cette autre manipulation symptomatique qui voudrait que "Cuba soutienne Kadhafi", une analyse judicieuse est celle d’el viejo barbudo toujours clairvoyant, dénonçant le plan réel de l’empire : une intervention militaire.
    Et quand circule un hoax télévisé qui voudrait que Kadhafi se serait envolé pour le Vénézuela, pourquoi aucun des médias qui ont relayé ce mensonge pathétique ne corrigent ou signalent le fait que -pure coïncidence- c’est le seul pays d’Amérique du Sud où "Otpor" a ouvert un chapitre, afin d’y combattre une révolution démocratique et son président, l’un des plus plébiscité au monde.(3)

    Car quand on vous assène que la Libye ne représente que 2% de l’approvisionnement mondial demandez-vous pour quelles raisons on vous cache que c’est l’un des pays qui dispose des réserves les plus importantes toujours en terre !
    Ou quand les journalistes de circonstances annoncent une crise humanitaire à la frontière tunisienne, pourquoi taisent-ils le fait que le flux de ces réfugiés n’est pas majoritairement composé de libyens mais de tout le Sud s’engouffrant dans la brèche que Kadhafi refuse à présent de garder pour l’occident ?

    Pour une bonne et simple raison : ils se doivent de travestir, mentir, tenter de contenir, détourner. Car comme leurs maitres-sponsors ils craignent une contagion non contrôlée et que nous réalisions nous aussi que l’impossible arrive ! Qu’il y a quelques mois encore la France, l’Angleterre et bien d’autres étaient sur le même chemin insurrectionnel et pourrait bien le reprendre et déterrer la hache, celle de la guerre des classes, cette grande taquine !
    Les camardes cultivateurs ferrivopathes de Tarnac l’ont bien compris et une fois de plus si joliment écrit.

    En guise de conclusion très provisoire une suggestion aux compatriotes du futur-ex-royaume : prenons garde que certains ne récupèrent celle qui pourrait être bientôt la notre pour la détourner en "gele revolutie" (révolution jaune) nationaliste et séparatiste ; jaune devant, brune derrière...
    [...]

  • permalien said ouannane :
    3 mars 2011 @15h20   « »

    merci le monde diplomatique . mais j ai une question précise :
    - Est ce que l’ US et les pays de l’occident en général cherchent leurs interêts (le petrole à bas prix) ou le sauvetage du peuple lybien ?

  • permalien chamil :
    3 mars 2011 @22h47   « »

    @ apparatchik

    Les Libyens n’ont pas plus besoin des Occidentaux que des Martiens, c’est en train de se faire... ;-)

    Manifestement ce n’est pas si simple...

    Pour ne serait ce que rétablir l’égalité entre un tyran qui amène des mercenaires pour massacrer son peuple et l’opposition, la dernière aurait droit à un soutien extérieur militaire.

    Sans quoi on va assister à un Hama puissance 10. Il ne faut pas que Gadhafi reste au pouvoir sinon cela va être une prime monstrueuse à tous les dictateurs, à commencer par lui. Il va noyer le pays dans le sang s’il survit au soulèvement.

  • permalien chamil :
    3 mars 2011 @22h49   « »

    Est ce que l’ US et les pays de l’occident en général cherchent leurs interêts (le petrole à bas prix) ou le sauvetage du peuple lybien ?

    Ou bien sont ils motivés par les deux (au moins au niveau des populations) ? Ou bien par la peur des flux migratoires (au niveau des élites islamophobes) ?

    C’est plus compliqué que le binaire pétrole/peuple. Après tout l’occident était bien content que le tyran libyen lui assure un approvisionnement "sûr" et ne s’embarasse pas outre mesure de démocratie dans les pays à or noir.

  • permalien antiparapharmaciste primaire :
    5 mars 2011 @11h30   « »
    @ chamil

    J’ai lu récemment un papier dans le Scotsman ou le Telegraph, je ne sais plus, dans lequel l’auteur remarquait que les dirigeants occidentaux sont des hypocrites, des vantards, et des pleutres, je le pense aussi ! Ils ont commencé par faire les fiers à bras pour frimer devant leurs opinions publiques, en roulant des mécaniques comme des gendarmes du monde qu’ils se voudraient être, mais surtout en s’inquiétant pour leurs contrats juteux en Libye, et espérant ainsi faire oublier leur connivences avec ces dictatures et le fait que ce sont eux qui leur vendu toutes ces armes. Maintenant que l’insurrection leur a demandé de frapper les cibles militaires du tyran et de l’empêcher de faire décoller ses avions de chasse et ses hélicoptères de combat, silence radio de l’occident comme de la Ligue Arabe d’ailleurs. Les militaires occidentaux trouvent-ils que leurs missiles de croisière ne feraient pas l’affaire, ou ils sont trop chers ? L’aviation égyptienne ne serait-elle pas capable d’assurer la supériorité aérienne sur leur pays voisin ? Pendant ce temps là ce fou furieux, ouvertement aidé par des pays comme le Kenya, le Niger, le Mali, massacre tranquillement des civils avec des armes lourdes occidentales ou russes... Bravo messieurs !

    Dans le New York Times j’ai lu un “article” dans lequel l’auteur s’inquiétait de l’usage qu’il pourrait être fait de ces armes, ah non pas contre les libyens, ça ils s’en foutent, non contre eux si elles parvenaient dans les mains de “terroristes”... Amusant, non ?

  • permalien chamil :
    6 mars 2011 @13h47   « »

    C’est maintenant que les pays occidentaux peuvent rattraper leur complicité avec Gadhafi, c’est maitenant qu’ils doivent aider les insurgés.

    A ce propos, le Monde diplomatique pourrait-il relayer les éventuelles opérations d’ONG humanitaires en faveur de la population ? Ce serait un moyen pour nous tous d’aider concrètement le peuple libyen.

  • permalien tianes :
    6 mars 2011 @18h30   « »

    Vu la façon dont l’Occident est négativement perçu à juste raison, il il devient difficile d’intervenir : nous sommes soupçonnés de vouloir défendre nos intérêts pétroliers, économiques, impérialistes, de vouloir étendre nos zones d’influence soit européenne, soit américaine. Nous sommes grillés sur la scène internationale...IL faudrait un consensus de l’ONU non obtenu puisque la Chine entre autres bloque. Nous payons avec la Libye, au prix du sang de ses combattants pour la liberté, d’avoir renié les valeurs qui étaient le fondement de nos démocraties. Nous sommes empêtres dans nos contradictions. Surtout les Etats-Unis. Pourtant il faudra bien en finir avec ce tyran...La situation évolue d’heure en heure. La détermination des insurgés vaincra car ils sont dans le droit et la communauté internationale finira d’une façon ou d’une autre par aider à leur victoire. Il ne peut en être autrement. Il n’y a pas de retour en arrière possible.

  • permalien KarimW :
    7 mars 2011 @00h53   « »

    "La détermination des insurgés vaincra car ils sont dans le droit"

    C’est évident, quand on est dans son bon droit, on ne peut que gagner. Enfin, dans la plupart des dessins animés !

  • permalien tianes :
    7 mars 2011 @08h10   « »

    tianes 7 mars 2011 à 8:04 Votre commentaire est en attente de modération.

    Oui, il faut aider l’opposition libyenne. Le temps de la non- intervention est dépassé.Si Khadafi l’emporte nous aurons un terroriste de la pire espèce sur le dos et la responsabilité d’un massacre.Et c’est bien ce qui se dessine : l’opposition perd du terrain. Intervention ou pas l’Occident porte le lourd fardeau de ses errements sur la scène internationale et quoi qu’elle fasse, les reproches ne manqueront pas. Acceptons de reconnaître nos erreurs. Le moment est venu de choisir une autre voie même si nous sommes suspectés de servir uniquement nos intérêts. oui, nos intérêts de paix, plus que jamais. Nous nous serions bien passés de ce tournant de l’Histoire et nous sommes pris dans un double bind comme diraient les psychanalystes, empêtrés que nous sommes dans nos contradictions.Tant pis pour les commentaires. Le temps presse. Si nous laissons passer cet instant, l’avenir nous amènera forcément à des actions plus violentes nécessitant un engagement plus fort au risque de répéter le piège de l’Irak. L’ONU est bien seule habilitée à demander un couloir humanitaire. Même la Chine aurait mauvaise grâce à s’y opposer. Ensuite…Il y a bien dans la charte de 2005 de l’ONU “la responsabilité à protéger”, capable institutionnellement d’autoriser des ripostes ? Espérons que nous sommes sur la bonne voie…La France, dans sa “neutralité bienveillante” vis à vis de l’Espagne a eu des répercussions qu’il vaudrait mieux éviter…Ne rien faire serait faire un boulevard à l’avènement du pire.

  • permalien tianes :
    7 mars 2011 @18h23   « »

    Erreur de frappe : double blind et non double bind. En français : une injonction à double contrainte qui nous paralyse:d’un côté nos intérêts servis par les dictatures qui s’opposent à notre vocation démocratique et le soutien que nous sommes censés apporter aux mouvements qui s’en prévalent.
    Il semble que nous en sortions. ouf ! Il était temps !

  • permalien dd :
    12 mars 2011 @16h32   « »

    Il faut absolument envoyer des missiles antichar Milan aux insurgés, j’ai été formé dessus pendant mon service militaire. C’est très efficace, avec ça, les blindés deviennent des cibles faciles et Kadafi ne pourrait plus les utiliser.

  • permalien mohamet jadhi :
    22 mars 2011 @08h06   «

    Faudra allez jusqu’au bout et dans ce but que kadhafi n’est plus rien et qu’il sois condamné au tribunal international ainsi que le fils : qu’il y a des mort civil ce sont guerriers civiles que kadhafi leur a donné des armes pour que tous la population combattent contre la PAIX et la SECURITE, Ce kadhafi est un véritable provocateur et un terrorisme qui menace en cas de perte de brulé le pétrole exactement comme Saddam Houssein ? Le monde arabes doivent comprendre que Kadhafi n’a pas respecté son peuple de laisser les autres de gouverné pour la démocratie !. Il est bien évident que Kadhafi est une menteur et a réellement peur de tout perdre ? Un vrai lâche mérite d’être condamné pour ses massacres envers le peuple musulmans révolutionnaires !. Il est bien clair par cette exemple d’influence que Kadhafi soutien le terrorisme l’avenir de l’histoire nous le dira d’avantage ?.

Ajouter un commentaire