Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Jupe et string obligatoires

Jupe et string obligatoires

dimanche 20 mars 2011, par Alain Gresh

Il fut un temps, pas si lointain, où les jeunes filles de notre douce France fréquentaient des lycées (non mixtes) en jupe, les pantalons leur étant strictement interdits. Les temps ont bien changé. Aucune tenue ne choque plus personne.

Pourtant, la tenue des jeunes filles semble redevenir un enjeu majeur : à partir de quelle longueur de robe celles-ci sont-elles vraiment « libérées » ? Faut-il montrer ses genoux pour faire la preuve que l’on est « libérée » ? Ou bien la mini-jupe serait-elle le seul signe de « libération » ? Ces angoissantes questions hantent l’administration d’un lycée de la région parisienne.

Comme le rapporte un communique du Collectif contre l’islamophobie en France (« Des lycéennes convoquées pour... port de robe longue unie ! ») :

« Après les propos nauséabonds de Marine le Pen sur les prières musulmanes, après l’ingérence de l’Etat dans les affaires religieuses avec le débat sur l’Islam, après la sortie scandaleuse du ministre de l’Education Nationale sur les mères musulmanes accompagnant les sorties scolaire, c’est au tour du Lycée Auguste Blanqui, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) d’être le théâtre d’un nouveau scandale islamophobe. Depuis quelques jours, plusieurs lycéennes sont convoquées, l’une après l’autre, par la proviseure adjointe et la CPE, parce qu’elles portent…une robe longue unie ! »

Le site Soutien Palestine (« Musulmanes, ôtez cette robe longue qui nous insupporte », 15 mars) rapporte le témoignage de ces jeunes filles :

« Ce mardi matin, une élève de seconde est venue à la rencontre d’une autre jeune fille scolarisée pour sa part en classe de terminale, afin de lui faire part de ce qu’elle avait péniblement vécu vendredi dernier au sein de l’établissement. Celle-ci lui a rapporté avoir été convoquée par la proviseure adjointe du lycée ! L’objet de cette convocation était la ferme condamnation du vêtement portée par cette élève, à savoir une longue robe unie ! La proviseure adjointe lui a signifié qu’au nom du règlement intérieur de l’établissement qui applique le principe de laïcité en vigueur en France, elle ne pouvait pas arriver ainsi vêtue au sein de son établissement scolaire ! Explication de la proviseure : “Cette jupe longue ne peut être considérée que comme un vêtement ostentatoire, un signe religieux manifeste” !!! » (...)

Plus tard, dans la matinée, une jeune fille de terminale a été convoquée alors qu’elle était en cours de philosophie. « Première convocation durant toute sa scolarité au bureau d’un proviseur ! Sont présentes dans le bureau, la proviseure adjointe et la CPE. Motifs avancés ? Les mêmes que ceux présentés la semaine dernière pour la jeune fille de seconde. Le déroulé de cette rencontre : “Si je te convoque, c’est à cause de ton vêtement. Voilà, je te lis le passage du règlement intérieur sur la laïcité.” Mme la proviseure adjointe faisant remarquer que la robe longue de la jeune fille faisait référence à une religion, qu’il permettait de déterminer de quelle religion elle était, et que elle, Mme la proviseure, savait très bien pourquoi elles, toutes ces jeunes filles, portaient ce type de vêtements etc. etc. Et la jeune fille de répondre que non, il ne s’agit pas d’un vêtement religieux. Et la CPE, assez silencieuse pendant tout l’entretien, de reprendre : “Oh que si !” »

« Au cours de cette séance qu’elle a qualifiée de “violente moralement”, la jeune fille a remarqué qu’il y avait devant la proviseure une feuille sur laquelle était écrit une liste de noms de filles, dont le sien, censées subir ce même entretien. La jeune fille a demandé à la proviseure à partir de quels critères cette liste de noms de filles musulmanes avait-elle été constituée ; on lui a répondu que cela ne la regardait pas. La réalité que les jeunes filles nous ont expliquée aujourd’hui est que l’administration surveille de très près les élèves qui portent le voile à l’extérieur de l’établissement et qui sont obligées de l’enlever à l’entrée du lycée ! Similitude frappante et déconcertante avec la surveillance engagée envers les personnes que l’on soupçonnait d’être juives à une certaine époque dans notre pays. » (...)

(...) « Un certain nombre de jeunes filles qui ont eu vent de cette affaire ont refusé d’aller en cours disant que l’urgence était de débattre de ces faits qui ont provoqué chez elles une très grande indignation. Elles se sont rendues en salle de permanence afin de pouvoir en débattre entre elles. Peu de temps après, sont arrivées les trois CPE de l’établissement, la proviseure et la proviseure adjointe. Message envoyé à toutes les rebelles : toutes celles qui étaient en retard à leurs cours ou celles qui avaient décidé de ne pas s’y rendre devaient les suivre ! »

« Les jeunes filles sont donc conduites dans une des salles du lycée ; ce n’est pas un débat qui aura lieu mais bien un “monologue”, selon elles, durant lequel les cheffes auront tout le pouvoir de faire savoir à celles qu’elles qualifient “d’insolentes”, “d’immatures”, ce qu’elles pensent de ces vêtements qualifiés de religieux. “Que signifie donc cette rébellion ?”, “Comment peuvent-elles oser ?” “Ces vêtements sont interdit un point c’est tout ; c’est la laïcité, c’est le règlement… Et être habillées de la sorte est ostentatoire”, a déclaré religieusement Mme la proviseure, nouvelle ambassadrice de la religion laïque au sein de cet établissement. Que “décidément ce n’est pas un style que d’être vêtues de la sorte”. Que “regardez-moi avec ma veste et mon jean”, ça c’est un style !” “Ah bon vous êtes styliste ?”, rétorque, agacée, une des jeunes filles présentes. Silence de la proviseure. Et plus le temps passe, plus les cheffes à cours d’arguments commencent à s’enliser. “Comment ça se passe quand c’est la mode des jupes longues ?” demandent les élèves. “Elles ont droit ou pas le droit, les filles, de les porter ?” “Vous savez bien que ce n’est pas la même chose ! En haut elle porte un petit chemiser, un petit tee-shirt avec des bretelles ; ce n’est pas la même chose !” “C’est ce vêtement tout noir.” “Ah bon ! C’est la couleur maintenant qui vous pose problème ?!”... »

Le lendemain s’est déroulée une autre réunion, avec les parents des élèves, tout aussi hallucinante (« Dis-moi ton prénom, et je te dirai si ta robe longue est ostentatoire ! », 16 mars), d’où il ressort que les jeunes filles concernées seront confinées au CDI, en attendant que la hiérarchie tranche... Exclure, exclure, exclure. Au nom de la laïcité, en plus...

Ce qui indigne l’animatrice du site féministe décapant Les Entrailles de Mademoiselle, qui, dans un billet intitulé « Sois blanche et tais-toi ! » (17 mars), écrit :

« Ne pourrait-on pas demander à ces jeunes femmes de changer de prénom, afin de s’appeler Caroline, “comme tout le monde” ? Ne pourrait-on pas demander à ces jeunes femmes d’arborer un épiderme bien blanc, “comme tout le monde” ? »

« Parce que, comme le dit Môssieur Guéant, “Les Français (...) ne sont pas xénophobes. Ils veulent que la France reste la France.” (Le Monde du 15 mars 2011). »

« Ah, la France éternelle, son pâté, son camembert, ses colonies... »

« Mademoiselle pense donc qu’il faudrait de toute urgence légiférer de manière à rendre obligatoire le port de signes ostensible de francitude. Ainsi, tout(e) lycéen(ne) désireux(se) de montrer son amour de la Patrie et de la Laïcité devrait désormais venir au lycée en arborant :

Un jambon beurre et sa serviette à carreaux »

Dans le climat nauséabond du débat sur l’islam, les mesures de ce type se multiplient et contribuent à créer les conditions d’une progression de Marine Le Pen. N’est-ce pas le ministre de l’éducation Luc Chatel, qui a pris une décision héroïque et a interdit aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires – décision qui sera sans doute contestée devant le Conseil d’Etat (lire Stéphanie Le Bars, « Luc Chatel ne veut pas de mères voilées pour accompagner les sorties scolaires », LeMonde.fr, 3 mars). Cette décision aura au moins un effet positif : renvoyer dans leurs foyers ces femmes qui cherchent à s’intégrer aux activités scolaires, un pas décisif dans la voie de leur émancipation.

Quant à l’égalité hommes-femmes, elle pourra toujours attendre dans un pays où 85% des députés sont des hommes, où l’inégalité des salaires est flagrante, où la violence contre les femmes persiste.

Université populaire

Je suis en train de mettre sur pied une université populaire autour des thèmes abordés sur ce blog. Un certain nombre d’entre vous qui ont contribué au forum de discussion ont déjà été sollicités. Si vous êtes intéressés, vous pouvez écrire à cette adresse : iremmo.up@gmail.com pour obtenir les renseignements nécessaires. Les formations de cette université populaire débuteront en septembre prochain, à Paris. Mais nous consacrerons dès les 13 et 14 mai quatre séances aux « révoltes arabes ».

208 commentaires sur « Jupe et string obligatoires »

0 | 100 | 200

  • permalien Nobo :
    20 mars 2011 @13h52   »

    Au travers des âges le "Musulman" a toujours été très utile :

    De l’usage du Musulman

  • permalien Yvan :
    20 mars 2011 @14h31   « »

    Le "Français de souche" s’appelait autrefois un "cul-terreux"

    Je me sens étranger dans le monde étriqué de Monsieur Guéant.

    Mon pays c’est celui des Lumières et de l’universalisme.

  • permalien marc :
    20 mars 2011 @15h29   « »
    Jupe et string obligatoires .. ok, j’adore parler chiffons avec les copains

    Université populaire - volonté de ne pas exclure ?
    Le rapport des inégalités 8/5, 20/6 est-il de seulement 1,6 ?
    Gratuité pour les chômeurs et ressources-limite ?
    Rapport plus réaliste ?
    Vos avis ?
    Merci d’avance.

  • permalien Orangerouge :
    20 mars 2011 @16h55   « »

    Je ne vois plus aucune différence entre l’UMP et le FN :

    Même absolu racisme qui emprunte de jolis mots pour cacher la même violence envers ceux qui sont fantasmés comme "autre" : on dit "laïcité" et on exclut et stigmatise ceux et celles qui sont musulmans, on dit "droits des femmes "et on exclut et stigmatise ceux et celles qui sont musulmans, on dit "identité nationale" et on exclut et stigmatise ceux et celles qui sont musulmans.

    Il y a une seule différence entre UMP et FN : l’UMP est au pouvoir et nous construit rapidement un système institutionnel criminel qui envoie des malades mourir dans des pays où ils ne peuvent être soignés (déjà un mort connu par cette politique, combien d’ignoré ?), qui s’applique à dresser des Français contre d’autres Français, qui criminalise tous ceux qui luttent pour plus d’humanité et de justice.

  • permalien Orangerouge :
    20 mars 2011 @18h00   « »
    un média français : Arte

    Rions un peu :

    Arte après JC
    « Jérôme part, mais Bernard-Henri reste »

    http://www.arteradio.com/son.html?615940

  • permalien Toto :
    20 mars 2011 @18h11   « »

    Franchement, ca va mal finir ! Ils le cherchent...Le paix civile ne se garantit pas seulement par une quadrillage policier (Comme c’est actuellement le cas) de l’espace public mais aussi par l’attention avec laquelle les responsables politiques se prononcent sur notre vie en société. Là, pas un jour ne passe sans une sortie décomplexée un peu plus xénophobe que celle de la veille ! C’est un signal fort en direction de ceux sur qui jusqu’à présent reposait "la bride républicaine" assurant tant bien que mal le principe de l’égalité de tous devant la loi : Certains vont se sentir pousser des ailes à entendre nos ministres tenir des propos que l’on croyait remiser au placard vichyste des années noires !

  • permalien Ali :
    20 mars 2011 @18h29   « »

    Autant je trouve l’article de M Gresh pertinent et justifié, autant je ne comprends pas ce principe systématique à mettre le "string" en avant lorsqu’il s’agit d’en venir à une discussion sur le voile, la burqa, etc...

    On peut tout à être favorable au port du hijab et trouver tout aussi bien le port du string ou autre tenue sexy chez une femme. Cela ne me paraît pas contradictoire...à moins d’être pour le coup très peu tolérant.

    http://s0.wat.fr/f/1ttx8_480x270_19...

    Le string n’est pas mieux ou moins bien que le hijab... ils sont tous les deux un morceau de tissu...qui mettent en valeur la femme. À ce titre, il revient de les défendre l’un comme l’autre.

  • permalien marc :
    20 mars 2011 @19h15   « »
    j’adore parler chiffons

    Ca va prendre du temps, d’expliquer à Madame Michu ce qu’est une peur irraisonnée et ...
    Quel est le pays des droits de l’homme ?
    Palmarès des trois premiers pays accueillant des réfugiés fuyant les violences de leur contrée d’origine.
    1 : Pakistan (1,8 million de personnes),
    2 : Syrie (1,1 million)
    3 : Iran (980.000).
    source : Olivier Le Cour Grandmaison

    Que certains se ridiculisent en légiférant et réglementant sur des histoires de chiffons ne serait que pitoyable si en d’autres temps, porter un chiffon jaune n’avait été le symbole préludant au pire.
    (cf. photo transmise par Yvan).

    Merci pour les liens à Alain Gresh, Orangerouge, Nobo, Ali.
    Bon dimanche !

  • permalien Baoo :
    20 mars 2011 @19h20   « »

    Laicité ostentatoire ici et là bas.Que dire des strings et hyperdécolletés qui se baladent dans les souks de Marrakech,Agadir,Soussa, Hammamet etc.....

  • permalien Orangerouge :
    20 mars 2011 @19h47   « »

    Pour bien apprécier l’extrait radiophonique de mon post de 18h, concernant la chaine de télévision Arte, il faut savoir que BHL est au Conseil de surveillance d’Arte depui 1993, et qu’il y a été reconduit en 2009 pour 5 ans ...

    http://blogs.lexpress.fr/media/2009...

  • permalien Noella :
    20 mars 2011 @20h08   « »

    Cette escalade de la bêtise est affligeante mais aussi inquiétante :je me souviens d’un réveil au son de la voix hystérique de la "rédactrice" ( je ne suis pas certaine) d’un magazine féminin répondant à la prix nobel de la paix iranienne au sujet du port du voile et j’ai arrêté de me réveiller au son d’un radio-réveil , car cette hystérie ne correspondait pas à une démarche féministe , mais viscéralement à du racisme .. tout comme ces "représentantes de l’Etat" prêtes à faire subir une telle humiliation à ces jeunes filles avec une telle dose de bonne conscience ou plutôt d’inconscience .Nous parlions de la représentation de la place de la femme et de l’homme avec mes élèves de 6ème à partir de de l’Odyssée et de la persistance de cette représentation dans notre société .. et il y avait plus d’intelligence dans leurs interrogations que chez ces femmes .Nous avons parlé aussi du foulard et de religions et de cette "stigmatisation" sur ce seul bout de tissus qui cachait bien plus de problèmes pour la condition féminine chez nous autant que dans le monde .Les questions des élèves sont bien plus ouvertes que ceux de nos politiques .Il n’empêche que j’éprouvais une réelle tristesse en pensant aux mères de certaines de mes élèves , très impliquées dans les études de leurs enfants, filles et garçons et au mal que l’intention de Luc Chatel a pu leur faire .Si nous avions une population sikh , que ferions- nous ?Obligerions-nous les garçons à se couper les cheveux et à ne pas se les cacher pour qu’ils puissent avoir accès à l’école publique et laïque ?

  • permalien Rémi :
    20 mars 2011 @22h09   « »

    On pourra rétorquer que les faits ne concernent que ces quelques responsables d’établissement. Engagée dans une chasse obsessionnelle, de ce qu’elles croient être une atteinte à la république.

    Sont-elles vraiment représentatives de la majorité des enseignants ?
    On essaiera de se rassurer en pensant que non !

    Quelle réplique sera apportée à cette violence sur mineur ?
    La loi de 2004, que nous dénonçons, mais qui existe, autorise-t-elle pou autant ces abus ?
    Ces faits paraissent rocambolesques, mais les tourner en ridicule me paraît insuffisant.
    Les jeunes filles ont subi une discrimination, une violence morale qui doit être dénoncée et réparée.

  • permalien marc :
    21 mars 2011 @00h17   « »
    Bonne nuit, Laïcité.

    Je veux vous parler d’un homme
    qui me revient souvent en mémoire.
    Un Instituteur des classes CE2/CM1
    dans une petite ville de banlieue.

    De Monsieur Fromonteil, je ne sais rien
    De sa foi que je j’imagine, des ses opinions
    que je suppose, je ne saurai rien dire,
    Sauf que c’était un Instituteur Républicain.

    Calmement, sereinement il nous appris
    à lire, écrire, compter. Nous n’étions pas des tendres
    mais il savait, par je ne sais quelle recette,
    se faire respecter.

    Je revois son écriture, claire, lisible,
    j’entend encore sa voix calme et ferme.
    Et au seuil de la viellesse il est encore l’homme
    auquel j’aimerai ressembler.

    S’il reste aujourd’hui des Justes
    Il faut les chercher parmi ceux qui refusent les palmes,
    qui luttent au quotidien dans l’Ecole laïque
    contre l’injustice, l’exclusion, pour la Liberté.

    Bonne nuit, Laïcité.

  • permalien Cana :
    21 mars 2011 @01h30   « »

    Encore une fois la construction des leurres est biens savante .
    Comment rendre visible ce qui saute aux yeux . le discours médiatique et publicitaire nous matraque d’images montrant un modéle de femme à"consommer". Images de femmes idéales de minceur souvent dénudées et bien sûre "belles". Dont la beauté visible montre des corps plutôt anorexiques. On peut se demander à qui appartient le corps des filles de l’institution républicaine ?
    Quant à la tête des musulmanes , appartient -elle à l’Etat ?

  • permalien Toit de chaume :
    21 mars 2011 @02h31   « »

    @Yvan : "Mon pays c’est celui des Lumières et de l’universalisme."

    Quel bobo vous faites...votre pays aujourd’hui c’est ça :

    http://www.youtube.com/watch?v=kspv...

    http://www.yabiladi.com/forum/islam...

    Votre pays c’est une dette enorme,5 millions de chômeurs,
    6 millions de "salariés" gagnant moins de 700 euros par mois,
    25 % d’intention de vote pour le Pen et une gauche si previsible et formatée qu’elle ne sait que repeter
    "indignation","nauséabond" & "relents"dés que quelqu’un critique les degats d’une immigration massive (mais future base electorale du PS).

    Je vous passe les clichés sur le "Vivre ensemble" (arnaque semantique pour quartiers majoritairement musulmans) et tout le catechisme republicain recité ad-nauseam (les valeurs,le socle commun,zzzzzzzzzzz )

    Et pour votre information les "lumières et l’universalisme" n’ont jamais été qu’un fantasme de la bourgeoisie parisienne de l’epoque.
    (La colonisation a d’ailleurs été faite sous ces beaux auspices)

    Quand a l’eternel rabachage sur les années 30,a force d’etre repeté (a vide) c’est devenu un cliché qui s’est completement retourné,plus du tout crédible :

    http://www.enquete-debat.fr/archive...

    Par contre oui les crises capitalistes font monter les extremes,
    marché vs démocratie au fond c’est la seule chose qui importe
    (avec le droit des peuples a vouloir -tres legitimement- rester eux meme)

  • permalien Yvan :
    21 mars 2011 @07h01   « »

    @Toit de chaume :

    Quel cul-terreux vous faites, vous ne connaissez pas mon pays... vous ne connaitrez jamais mon pays... vous radotez votre ignorance, vous avez des angoisses de petits vieux accrochés à leur pension... vous êtes en exile intérieur.

  • permalien Camster :
    21 mars 2011 @09h37   « »

    Voir ce que ferait Madame le Proviseur si des jeunes filles d’origine "française" ou "européenne" décidaient à partir de demain de fréquenter les cours en jupe longue, de diverses coupes et couleurs, y compris "islamistes"...

    Ce genre de loi et de règlement est, au mieux un redoutable casse-gueule, au pire une atteinte intolérable à la liberté des gens (en l’occurrence des jeunes filles, comme c’est le plus souvent le cas.)

  • permalien Nathan :
    21 mars 2011 @09h45   « »

    Le string est-il "obligatoire" dans les écoles ? Est-il seulement autorisé ? Et peut-on parler d’une religion du string ?

    Par ailleurs, on peut à bon droit critiquer l’intérêt de certains proviseurs pour la longueur des jupes des jeunes filles (musulmanes) mais on peut également s’interroger sur l’importance que les religions (et notamment l’islam) attachent aux corps des femmes. Pourquoi tous ces curés, imams et rabbins attachent tellement d’importance à ces chevilles que l’on ne saurait voir ? Seraient-ils un peu fétichistes ?

  • permalien claia :
    21 mars 2011 @10h06   « »

    La démarche du proviseur a été maladroite et un dialogue préalable aurait été préferable. Néanmoins les robes en question répondent strictement aux prescriptions de certains imams très influents, les jeunes filles en question n’ont pas appelé la halde mais un imam.
    Jusqu’au mouvement de protestation des autres filles seule des j.f. voilées à l’extérieur portaient ces robes très proches des jilbab religieux.

  • permalien chamil :
    21 mars 2011 @10h41   « »

    La circulaire Jean Zay de 1937 sur les signes religieux et politiques à l’école, l’avis du CE de 1989 relatif à l’affaire de Creil, ainsi que la loi de mars 2004 sur les signes ostentatoires posent effectivement un problème de fond : comment définir un signe/vêtement religieux ?

    Sauf à jouer l’autruche, il est évident qu’une jeune fille pratiquante aura tendance à ne pas découvrir son corps, au nom de l’anti-féminisme de tous les monothéismes. Cependant, le chef d’établissement n’est pas théologien et la jupe longue ne constitue pas, à la différence du foulard, un signe prosélyte ou gênant le bon déroulement des cours (sauf en EPS mais là une sanction dans ce cas serait justifiée).

    L’acharnement contre les seuls élèves musulman(e)s dans l’école publique qui a seule la vocation à accueillir tout le monde, alors que les écoles religieuses sont d plus en plus abreuvées d’argent public tout en maintenant leur "caractère propre" est la seule vraie insulte anti-laïque.

  • permalien Capuche :
    21 mars 2011 @10h56   « »

    La démarche du lycée est assez hallucinante. Pour autant, comme d’autres, je ne vois pas en quoi cela signifierait que le string devient "obligatoire". A mon sens, le rapport avec le string et avec n’importe quel autre vêtement (jupe, jean, survêtement, tailleur ou tout ce que vous pourrez imaginer d’autre -combinaison de plongée ?) est justement que dans le type de logique que semble appliquer le proviseur, et bien d’autres, tout élément vestimentaire devient sujet à interprétation, en lien avec le sexe, l’origine, la classe sociale et l’âge de celui ou celle qui la porte : une femme descendante de migrants du Maghreb est classée prosélyte musulmane si elle porte une robe longue, refusant sa féminité si elle porte un survêtement, provocante si elle porte des vêtements ajustés ou ce fameux string... Je n’ai jamais entendu prôner le port du string au lycée, par contre, ce que j’entends, c’est que quand le ou la "majoritaire" se lance dans le petit jeu de l’interprétation, le ou la "minoritaire" est toujours en tort.

  • permalien wazabooh :
    21 mars 2011 @11h08   « »

    Je me suis déjà imaginée émigrer avec mon amoureux dans une de ces tribus où les femmes ne portent qu’un pagne. Je vous assure que même si je suis accueillie là-bas avec la plus grande convivialité, je ne pourrai pas me promener torse nu aussi facilement que mon compagnon le ferait. Et ça ne serait pas juste une question de religion...
    Autant je déplore que des lois édictent que des femmes (et elles seules, vous aurez noté) doivent se couvrir le corps pour montrer leur attachement à leur religion, autant je regrette que les mêmes femmes soient encore stigmatisées au nom de la laïcité.
    Le débat est déplacé, et de nouveau, ce sont des jeunes filles et des femmes qui font les frais de lois écrites ici et là, par des hommes et d’autres femmes (!) . Ces débats-là devraient avoir lieu entre femmes uniquement. Et ce qui en sortirait devrait être respecté par les hommes, de part et d’autre de la barrière .

  • permalien JoFission :
    21 mars 2011 @11h49   « »

    Je trouve cet article très juste. Il y a en France la volonté d’un débat que je trouve inutile. Il est d’autant plus dangereux qu’il est tout simplement "orienté".

    J’ai l’impression que les politiques profitent d’une mauvaise situation économique et d’un problème de chômage récurent pour essayer de focaliser l’attention des citoyens sur des problèmes auxquels ils peuvent apporter une réponse ; enfin en apparence...

    Ainsi ils espèrent "voler" une partie de l’électorat du FN (raté au vu des dernières élections) et masquer leurs échecs dans les points que je viens d’évoquer en essayant de diaboliser une partie de notre population.

    C’est tout de même plus simple d’interdire le voile à l’école que de résoudre le chômage massif des jeunes.

    Doit-on désespérer d’attendre de nos politiques une hauteur d’esprit ?

  • permalien Marlesh :
    21 mars 2011 @11h59   « »
    Claia

    Un dialogue à propos de quoi ?

    Il n’y a rien à discuter.

    "Néanmoins les robes en question répondent strictement aux prescriptions de certains imams très influents, les jeunes filles en question n’ont pas appelé la halde mais un imam."

    Si les garçons portent la barbe vous allez leur dire de la couper parce que des imams auraient put leur souffler l’idée ?

  • permalien lebreton :
    21 mars 2011 @14h12   « »

    En réponse à un message : il y A une population sikh dans notre pays. Et depuis 2004, les petits garçons sikhs ont effectivement l’interdiction de porter les turbans et les sous-turbans qui marquent leur identité. A sa décharge, si on peut dire, le fameux "législateur", dans sa grande ignorance, ne connaissait pas l’existence de cette population, et a décrété les garçons sikhs des "victimes collatérales" de la loi ; ce qui démontre encore, s’il en était besoin, que c’était bien l’islam et non "les religions" ou "la religion" en général qui étaient visés.

  • permalien Azad :
    21 mars 2011 @14h20   « »

    M.Gresh, il me semble que vous faites erreur dans votre appréciation de ce qui est aujourd’hui permis ou non aux femmes d’Occident(s) lorsque vous écrivez :
    "Aucune tenue ne choque plus personne (...) Ou bien la mini-jupe serait-elle le seul signe de « libération » ?"
    Il est loin le temps oû les femmes pouvaient librement se promener la jupe à ras le bonbon et arborer la magesté de leurs colonnes nues couronnées de sanctuaires si bien suggérés et tellement démocratiques...
    Exit la subliminale innocence de la mini-jupe des années 1960-70.
    Lorsque vous avancez que plus aucune tenue ne choque , vous n’y êtes malheureusement pas : la mini-jupe créerait aujourd’hui des émois révolutionnaires dans nos sociétés "hyper-libérées" (...et à m’imaginer le retour de ce sublime chiffon me viennent des vigueurs que ne m’inspirent aucunement les débandatoires et vulgaires strings).
    N’avez-vous pas constaté, M.Gresh, que depuis ces années 1980 qui virent l’instauration de l’ultralibéralisme, la femme nue ou quelque peu dénudée est objettisée par la publicité tandis que dans la rue les femmes se sont couvertes de tissus en tous genres.
    Désormais les publicitaires seuls semblent être autorisés à montrer la peau des femmes et d’en faire commerce.
    Regardez autour de vous : les jeans sont moulants au possible et les strings parfois dépassent, mais les corps sont dans l’ensemble très couverts -en tous cas bien plus que dans les années 60-70-. L’étalage de peau est désormais du domaine du commerce par le biais de la publicité.

    Des Orients fantasmés aux Occidents mensongers sévit -à des degrés certes différents- une unanime oppression de la femme en tant qu’être égal à l’homme.
    Que les femmes ne perdent pas de vue cette universelle oppression et en discutent entre elles.
    Comme l’écrit Wazabooh :"(...) de nouveau, ce sont des jeunes filles et des femmes qui font les frais de lois écrites ici et là, par des hommes et d’autres femmes (!) . Ces débats-là devraient avoir lieu entre femmes uniquement. Et ce qui en sortirait devrait être respecté par les hommes, de part et d’autre de la barrière ".

    Lorsque vous écrivez :"Pourtant, la tenue des jeunes filles semble redevenir un enjeu majeur..." je répondrais que ce n’est pas nouveau et que rien n’a changé.
    Cela procède de l’antédiluvienne utilisation de la femme pour combattre et détruire l’ennemi réel ou inventé.
    De tout temps, lors des guerres, les femmes furent utilisées pour briser le moral de l’ennemi ou pour en détruire les sociétés (il n’est qu’à considérer la pratique universellement répandue des viols de masse comme arme de guerre).
    Depuis deux décennies , une France qui se croit exclusivement judéo-chrétienne, en voulant oublier -voire en niant- son terreau helléno-romain, utilise la femme de l’Autre pour l’humilier et l’exclure (...)

  • permalien Azad :
    21 mars 2011 @14h21   « »

    (...) Pendant ce temps, grace à de perverses manipulations mercantiles, la France s’astique sa psyché désormais barbelée devant des écrans publicitaires oû la femme voit sa peau vendue au détail et à prix d’or. Et chacun de racheter en espèces sonnantes et trébuchantes ces paradis que l’on nous a volé.

  • permalien Yvan :
  • permalien plop :
    21 mars 2011 @15h39   « »

    Quand j’étais collégien, il n’y a pas si longtemps que cela, les pantalons déchirés étaient interdits en classe, de même que le port de la casquette ou du chapeau.

    Pourtant on n’en faisait pas fait toute une histoire.

  • permalien Dan :
    21 mars 2011 @17h14   « »

    Monsieur Gresh, Les sites dans lesquels vous avez puisé les informations sur cette "affaire" de robes, sont des sites très partiaux en la matière et même assez radicaux pour certains. Vous relayez donc une version de cette histoire.

    Les commentaires de certains lecteurs de votre site sont hallucinants : ce n’est pas le gouvernement (que je désapprouve totalement par ailleurs) qui est à l’origine de la convocation des jeunes filles mais bien la direction du lycée. Les professeurs et personnels de direction de lycées ne sont pas en général des militants du FN ou des nazillons. Il se trouve qu’ils sont quelque peu débordés et excédés par les provocations religieuses qui se multiplient depuis quelques années. Il faut remettre cette regrettable affaire dans un contexte de montée du fondamentalisme et du communautarisme.

    Par ailleurs, contrairement à ce que disent certains internautes, la direction a bien suivi la procédure requise dans ce type de problème puisque l’entretien préalable et obligatoire des élèves avec un représentant de la direction du lycée a bien eu lieu.
    La seule question valable est de savoir si ces robes constituent des signes religieux. Et à moins de faire preuve de la plus grande ignorance ou tartuferie, il s’agit bien de vêtements à connotation religieuse comme en portent certaines jeunes filles musulmanes. Je pense que la direction de l’établissement est donc tout à fait dans son rôle.

    Enfin, à aucun moment, vous n’évoquez les menaces de mort répétées qu’ont eu à subir certains professeurs et membres de l’administration de cet établissement si j’en crois plusieurs internautes réagissant (dans le même sens que moi d’ailleurs) dans quelques uns des sites que vous mentionnez. Preuve de votre manque d’objectivité.

  • permalien August :
    21 mars 2011 @17h25   « »

    - l’étoile jaune était imposée à une minorité qui sans cela n’aurait pas été identifiable, afin de l’exclure ;
    - les déguisements islamiques sont portés pour s’identifier et s’exclure volontairement d’une majorité pour affirmer et imposer des principes religieux.
    - le string n’est imposé par personne

  • permalien wafa :
    21 mars 2011 @17h37   « »

    C’est purement et simplement scandaleux, il règne en ce moment en France un climat islamophobe et qui pour le coup émane des plus hautes sphères de l’Etat ! Ce qui est encore plus surprenant c’est l’ignorance de la part de représentants de l’Education nationale de ce que recouvre la notion de laïcité.
    Nous pouvons remercier nos responsables politiques et en particulier ceux de la majorité d’avoir permis le développement d’un discours islamophobe et xénophobe totalement décomplexé, j’en veux pour preuve l’ intervention de Mme Tasin dans l’émission de Fréderic Taddei qui a qualifié l’islam de religion totalitaire tout en justifiant l’islamophobie. Nous sommes habitués à voir à la veille d’élections ces thématiques ressortir dans le but de conquérir le vote des électeurs du front national, cependant je constate que cela prend des proportions très importantes qui dépasse de loin les seules ambitions électorales de l’UMP.

  • permalien Haruspex :
    21 mars 2011 @17h50   « »

    Je ne discuterai pas de la question de tolérance sous-jacente à ce problème car elle est assez évidente en ces temps de progression du racisme, mais plutôt du caractère profondément méprisant envers les lycéens d’une partie du personnel de ces établissements. En effet, il n’est pas rare pour l’élève -de toute confession ou origine- de ressentir un mépris caché dans un habillement d’autorité et de règlement intérieur. Le jeune est un petit rebelle, un abruti qui ne connaît rien à la société et qu’il faut mater comme au bon vieux temps pour le punir d’être plus jeune que soi. Les personnels avec un tel mode de pensée ne se gêneront pas pour casser les pieds de ceux qui se retrouvent coupables de différence, car ils sont l’Autorité, le Système et ne peuvent avoir tort face à ce public infantilisé.

  • permalien Tristan :
    21 mars 2011 @17h52   « »

    @wazabooh

    Ces débats-là devraient avoir lieu entre femmes uniquement

    Dans cette histoire, malheureusement, c’est bien le cas : il s’agit bien d’une proviseuSE, qui a convoqué les jeune filles.

    Il se trouve que pour faire des jugements de valeur minable sur des gens, en se basant sur les tenues vestimentaires, les femmes sont, au moins (si non plus), aussi terrible que les hommes.

    Moi, quand j’allais à l’école, j’étais en sandale, je sais ce qu’est la stagmatisation, comme, en plus, j’étais fils de paysan.

    Peut-être que la solution, c’est le retour de l’uniforme, à l’école ? Mon fils, en Bolivie, lui, doit être vétu aux couleurs de l’école, là, comme tous ses camarades de classe.

  • permalien Orangerouge :
    21 mars 2011 @18h01   « »

    Des robes longues ne constituent en aucun cas des signes religieux.

    Cela peut être le signe d’une grande pudeur, et même d’une pudeur liée à une certaine culture. Et alors ? Chacun a le droit à sa culture.

    Il faut être complètement malsain pour faire subir cela à des adolsecentes.

    Il y a du sadisme dans le comportement de cette proviseur adjointe et de cette CPE.

    Comment peut-on confier des jeunes à des sadiques pareils ?

  • permalien gloc :
    21 mars 2011 @18h04   « »

    August :

    - l’étoile jaune était imposée à une minorité qui sans cela n’aurait pas été identifiable, afin de l’exclure ;
    - les déguisements islamiques sont portés pour s’identifier et s’exclure volontairement d’une majorité pour affirmer et imposer des principes religieux.


    - la kippa c’est pour s’abriter de la pluie.
    - la croix c’est pour être joli comme un chanteur de tango.

  • permalien
    21 mars 2011 @18h24   « »

    @ yvan
    vous ne voyez pas qu’ici ce n’est pas l’intégrisme catholique qui est en cause mais celui de la laïcité ?! Les filles catholiques portaient exactement ce même genre de jupes aujourd’hui stigmatisée ! alors vos raccourcis antifascistes ultra-usés sont vraiment de mauvaise foi ! et ces comparaisons avec les juifs pendant la guerre, c’est vraiment facile, ça n’a rien d’un argument, est-ce que des trains les attendent pour les déporter peut-être ?! (d’ailleurs en passant vous semblez ignorer que de gaulle était un nationaliste catholique et que lui n’a pas attendu 1941 pour résister, mais ça non c’est oublié, la droite a collaboré et la gauche a résisté !) il n’y a pas un léger paradoxe à associer le FN censé regrouper les catholiques intégristes et cette réaction manifestement laïcarde d’une direction anti-religieuse ! assumez vos positions, avouez, vous haïssez les croyants et ce laïcisme est votre religion, mais c’est tellement plus commode de faire porter le chapeau aux autres ! hélas pour vous la logique n’est pas encore morte et vos paradoxes ne passent pas partout !

  • permalien FLORA :
    21 mars 2011 @18h27   « »

    Je suis bien surprise par ces affirmations, elles sont rapportées sur le site de Cheikh Yassine.
    Comme d’autres je ne vois pas pourquoi le titre est jupe et string. Au moment de la mode des string qui dépassaient du pantalon, des élèves se sont entendus dire que leur avenir étaient sur le trottoir.

    J’espère que le journaliste a vérifier le bien fondé de cette histoire et s’est donné la peine de rencontrer la Direction du Lycée nommé. Le racisme est grave, il ne peut être rapporté que lorsqu’il est avéré.

  • permalien Tanguy :
    21 mars 2011 @20h38   « »

    Une belle photo qui illustre bien votre article.......

    http://guerre.libreinfo.org/index.php?option=com_content&view=article&id=415

  • permalien Yvan :
    21 mars 2011 @20h44   « »

    @21 mars @18h24,

    Je partage votre colère.

    Quand des adultes stigmatisent des enfants à cause d’une hypothétique appartenance de leurs parents à une religion, c’est minable.

    Encore plus quand ces adultes sont des supposés pédagogues d’une école prétendument laïque.

    Et quand ces "pédagogues" comme Adolf Eichmann se retranchent derrière le respect scrupuleux du règlement ça fait frémir.

    Quant aux trains, ne soyez pas impatient, ils arrivent, car comme disait Heinrich Heine :"Là où l’on brûle les livres, on finit par brûler des hommes"

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    21 mars 2011 @21h20   « »
    Les Musulmans de France sont bien intégrés à la société. Création d’un faux problème (1/2)

    Bonsoir à tous,

    J’aimerais verser aux débats cet Article de Maurice T. Maschino, Les Musulmans de France sont bien intégrés à la société. Création d’un faux problème publié le 11 janvier 2011 sur le site Lemonde.fr et qui n’est plus disponible en ligne.


    Hypocondriaque, ou réellement malade, et même gravement ? Régulièrement, la France a la fièvre et gémit : si elle souffre, c’est la faute aux étrangers. Plus précisément, aux musulmans - qui, paraît-il, ne s’"intègrent" pas et, pis, menacent l’"identité nationale".

    Mais que signifie ce diagnostic ? Qu’est-ce qu’un musulman "intégré" ? Un musulman qui parle le français ? C’est le cas de la majorité, qui le parle fort bien, et bien mieux que le président de la République. Un musulman qui boit l’apéro ? Il y en a, comme il y a des Français qui n’en boivent pas. Un musulman qui mange du porc ? Mais bien des Français préfèrent le poulet ou le poisson. Un musulman monogame ? Mais quasiment tous le sont, et de nombreux Français sont officieusement bi- ou trigames, sinon plus...

    Arrêtons cet inventaire absurde : l’intégration n’est qu’un pseudo-concept, ou un concept-prétexte, qui dit autre chose que ce qu’il semble dire. Et quelque chose que, de nos jours, il n’est pas plaisant, il est même dangereux d’avouer : le racisme est un délit. Alors, autant jouer sur les mots, ou avec, et parler d’intégration, ou de non-intégration : une façon, socialement acceptable et politiquement correcte, d’exprimer son rejet de l’autre. Son racisme.

    Même surdiplômé et "bien sous tous rapports", un musulman reste en effet un musulman et, si aucune bizarrerie ne révèle cette "musulmanité", elle est quand même là, en lui, invisible, certes, mais capable, on ne sait jamais, de se manifester : quand on s’appelle Mustapha Kessous, un journaliste du Monde, on n’est pas vraiment "intégré". Ni "intégrable". Et même si l’on sort de Sciences Po, on a du mal à se faire embaucher.

    Reprocher aux musulmans de n’être pas, ou pas assez, intégrés n’a qu’un sens : c’est leur reprocher d’être ce qu’ils sont. Et d’être de trop chez nous. Le rejet des musulmans n’est qu’une variante, la variante actuelle, d’une constante nationale : le rejet de l’étranger, que Montaigne, il y a plus de quatre siècles, dénonçait déjà.

    Un étranger qu’ont représenté les Noirs - longtemps interdits de séjour en "douce France", les Russes ("Grattez le Russe, vous trouvez le Tatar", fait dire Dostoïevski aux Français), les Polonais, auxquels les Lillois et autres "nordiques" reprochaient de n’être pas de "vrais" catholiques, les juifs, expédiés à Auschwitz, les musulmans, confinés dans des cités poubelles : tout au long de leur histoire, les Français, comme bien d’autres peuples, évidemment, se sont inventé des boucs émissaires qu’ils accusaient de tous les maux et badigeonnaient de leurs fantasmes.

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    21 mars 2011 @21h21   « »
    Les Musulmans de France sont bien intégrés à la société. Création d’un faux problème (2/2)

    Parmi ces fantasmes : cette "menace" que les musulmans, assure-t-on, font peser sur "nos valeurs". Mais là encore, lesquelles ? On est ici en plein déni. Et en pleine projection.

    Déni : "Liberté, Egalité, Fraternité" ne sont jamais descendues du frontispice des mairies et moins que jamais elles n’informent ni ne structurent les réalités de la société française. La liberté reste celle du renard dans le poulailler, l’écart ne cesse de croître entre riches et pauvres, de plus en plus de citoyens perdent logement et travail, les classes moyennes ne cessent de s’appauvrir et l’école n’a qu’une fonction : dégager une élite, en laissant en friche des centaines de milliers de potentialités.

    La laïcité bat de l’aile : un curé est mieux placé qu’un instituteur, déclare le président de la République, pour former la conscience des enfants, et la fraternité n’a jamais été qu’un beau rêve. Nos valeurs menacées par les musulmans ? Mais nous sommes les premiers à les bafouer !

    Quant au non-respect des femmes, qu’on leur reproche souvent par projection inconsciente, c’est d’abord notre société qu’il convient d’accuser. Une société toujours très patriarcale, profondément conservatrice et machiste, qui tient la majorité des femmes à la lisière des postes de direction et de représentation.

    Pis, une société incapable de les protéger : chaque jour, 200 femmes sont violées (65 400 en 2010, soit 25 % de plus qu’en 2009), tous les deux jours et demi, une femme meurt d’avoir été battue. Plutôt que de le reconnaître et, surtout, de mettre en œuvre une politique qui protège la vie - le droit à la vie - et l’intégrité de la moitié de la population française, on part en guerre contre la burqa !

    S’indigner, comme le demande Stéphane Hessel ? Sans doute. Et dénoncer. Et s’insurger. Mais, dans l’aboulie générale qui caractérise cette société, où, "à droite comme à gauche, l’enjeu est de servir les droits acquis plutôt que de développer ceux de demain", il est peu probable que se dissipent bientôt les fantasmes à travers lesquels on perçoit les musulmans et à cause desquels on s’interdit de comprendre à quel point la plupart d’entre eux sont parfaitement intégrés dans la société française.

  • permalien Nathan :
    21 mars 2011 @21h28   « »

    Il est tout de même significatif que les parents de ces élèves ont tenu à informer en premier lieu un certain collectif Cheikh Yassine (du nom du fondateur du Hamas qui a ordonné des attentats-suicides contre des civils en Israël), un groupe de fanatiques qui s’en est pris récemment à un imam modéré à Drancy. D’autre part, on notera que la proviseure de l’école s’appelle Aïcha Amghar, peut-être une personne sur laquelle l’emprise de la religion a laissé de mauvais souvenirs.

  • permalien indigné :
    21 mars 2011 @21h57   « »

    Nathan,

    Mais toi, tu en penses quoi ?

  • permalien Marlesh :
    21 mars 2011 @22h31   « »
    Nathan

    "Aïcha Amghar, peut-être une personne sur laquelle l’emprise de la religion a laissé de mauvais souvenirs."

    Ca c’est une supposition qui n’engage que vous. Mais en admettant que vous ayez raison (pourquoi pas après tout), ça ne justifie rien. Personne, parce qu’elle aurait subit de mauvaises expériences, ne doit dans son travail mais surtout dans la vie de tout les jours se défouler sur les autres.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    21 mars 2011 @23h39   « »

    La fripe et la tripe

    Ainsi donc, une étudiante du "public" en France violerait la loi dès qu’il serait possible de suspecter la pratique d’une religion ou de rites communautaires à partir de certains éléments : la consonance des noms, prénoms, "le vêtement", la toilette, la nourriture, ....

    Et un ancien ministre de CHIRAC, Président de groupe à l’Assemblée nationale invité en tant que tel au Salon de l’Agriculture, alors ?

    En date du 02-03-2011, le Canard Enchaîné (n° 4714) évoque dans sa rubrique "La mare aux canards" (5e colonne de la page 2) "un tour de cochon". Qu’on en juge.

    Chirac, nous apprend le Volatile, s’est montré aux petits soins pour un de ses anciens ministres lors de sa dernière visite au Salon de l’Agriculture. Aux petits soins, mais maladroit en diable. Lors de leur halte au rayon "charcuteries et cochonnailles", bâfrant avec son entrain légendaire, il pressait son ancien ministre de l’imiter : "Ben alors, Christian, tu manges pas ?" - "Euh ... je ne peux pas ..." bredouillait l’autre.

    Il m’a fallu quelques instants pour deviner où résidait l’ennui de Christian JACOB.

    "C’est vrai, ça, la charcuterie, c’est la ’France des terroirs’, vantée récemment par le même Jacob !" concluait le Canard, impitoyable et, me semble-t-il, un poil sarcastique.

    Le Canard est allé trop loin, du moins à mon avis. Mais il nous force à nous poser une question : si l’étudiante ne peut afficher ostensiblement sa religion ou ses pratiques communautaires, qu’est-ce que cet ancien ministre et représentant à l’Assemblée nationale a fait d’autre ? Il peut, lui ?

    Et qu’on ne vienne pas me raconter que c’est une affaire privée : il était là comme ancien ministre et comme représentant à l’Assemblée nationale, donc en tant que personnage officiel.

    Pour ceux qui prétendraient que je fais un procès d’intention voire que je suis de mauvaise foi, je réponds : Bien sûr !

    Et pour les étudiantes, il s’agit d’autre chose d’après vous ?

  • permalien ilyass :
    21 mars 2011 @23h55   « »

    ô que merci pour ce titre indéniablement sur mesure.
    en fait, je vois qu’on a omis de décréter un détail d’une grande importance dans cette course frénétique de laicité. Voilà pourquoi ne pas obliger des études à poil si les vêtements sont si contrariants ? c’est la seule garantie pour en finir une fois pour toute avec cette joute houleuse.
    bravo et vive la France libre !

  • permalien faty :
    22 mars 2011 @03h08   « »

    Ils sont vraiment sages les musulmans de France !
    Pourtant ils ont Facebook comme tout le monde : comment se fait-il qu’ils ne s’en soient pas encore servis pour organiser une révolution type "printemps arabe" ? Si ça ne rappelait pas aux gouvernants que la France avait donné l’exemple en 1789, cela servirait au moins à donner une petite frousse à l’UMP et au FN réunis de voir toutes ces masses dans les rues !,,,et allez-y retrouver l’ordre et la séréinité après ça ! Y a qu’a voir ce qui se passe au Yemen ou au Bahrein !...

    .Mais non, au leu de celà, les musulmans de France prennent leur mal en patience et font preuve de stoîcisme, en bons musulmans....Seulement attention ! Même la patience musulmane peut séroder.

    Finalement que sommes nous ? avant d’être musulmans, chrétiens ou juifs, nousne sommes que des homo sapiens, des chasseurs cueilleurs qui se donnent une importance éphémère ;

  • permalien HN :
    22 mars 2011 @09h46   « »

    @August

    les déguisements islamiques sont portés pour s’identifier et s’exclure volontairement d’une majorité pour affirmer et imposer des principes religieux.

    *Ding Ding*. Je crois que nous avons un vainqueur.

    Pourriez-vous m’expliquer comment on va m’imposer de porter un vêtement par le simple fait de s’habiller avec ???
    Des avancées scientifiques dans la psychologie que j’ignorerais ???

    Toujours le même schéma :
    - Quand ce sont les grandes chaînes de fringues occidentales, c’est une mode.
    - Quand ce sont les musulmans qui s’habillent, c’est imposé de force, par prosélytisme...

    Cdlmt

  • permalien L7RayMi :
    22 mars 2011 @13h17   « »

    On change de sujet là !!
    Bon une petite leçon :

    1- Une femme qui porte le voile peut mettre un string.
    2- Une femme qui porte un Blue-Jeans peut mettre un sous-vetement de grand-mère (et des couches si elle veut)

    Si on suit la logique des proviseurs du lycée, voilà ce qu’on peut retenir :

    Sarko est petit de taille ; s’il ne porte pas de talons c’est un signe ostentatoire ou je ne sais quel mot ils ont inventé.

    Si la fille de la proviseur fait un strip tease dans la rue, on ne l’arrête pas. S’il elle met une longue jupe c’est qu’elle ne suit pas la laïcité ?

    Donc si je me balade à poil c’est bon ?

    Le problème n’est pas le voile ou le jean ou le String. Le problème c’est l’exécution d’une loi, qu’il ne savent pas mettre en place. CAR VOS POLITIQUES SONT TOUT SIMPLEMENT ILLETRES ou CONS voire EXTREMEMENT ILLUMINES !! :D

    Donc dans ce cas, je vous demande vous qui êtes concernés par ces trucs là, de demander une liste officielle de vêtements à porter dans la rue, dans le lycée, en boîte de nuit, au café, au boulot etc ...

    Un arabe ...

  • permalien chamil :
    22 mars 2011 @17h12   « »

    A Yvan

    Et quand ces "pédagogues" comme Adolf Eichmann se retranchent derrière le respect scrupuleux du règlement ça fait frémir.

    Quant aux trains, ne soyez pas impatient, ils arrivent, car comme disait Heinrich Heine :"Là où l’on brûle les livres, on finit par brûler des hommes"

    Restons pondérés et mesurés.Même si je suis d’accord avec vous qu’exclure une élève pour un vêtement tout à fait banal est scandaleux, on est loin des chambres à gaz et de la SS. La reductio ad hitlerum est un peu outrée ici (à moins que ce ne soit de l’ironie)

    Soit dit en passant, on mesure le danger du transfert croissant de pouvoir aux chefs d’établissement, dont les moins bons éléments ne sont souvent pas les moins autoritaires et arbitraires.

  • permalien Yvan :
    22 mars 2011 @17h37   « »

    @chamil

    Vous avez raison, la comparaison est un peu, outrée dans la mesure où Eichmann, n’était pas en contact direct avec ses victimes. Donc il pouvait en toute "bonne conscience" appliquer un règlement criminel, sans trop réfléchir à ses conséquences puisque ce n’était pas de sa compétence de juger de ces choses.

    Par contre pour des enseignants en contact permanent avec des enfants, et dont la mission est de leur apporter d’abord les valeurs de la République, mais aussi former leur esprit pour les guider vers leur futur rôle de citoyens éclairés, même si les conséquences ne sont pas aussi dramatique (quoique personne ne peut dire les conséquences d’une telle attitude sur des enfants), ce comportement en dit plus long sur l’état de délitement de la société, que n’importe quel fait divers sur lequel se jetterait notre président pour accélérer un peu plus cette liquidation de la république.

  • permalien arndebian :
    22 mars 2011 @17h40   « »
    Elle a raison !

    Ce proviseur a entièrement raison. Son seul tord a peut été de n’avoir pas afficher la tenue réglementaire avant, genre réglement intérieur.
    Je suggère donc :
    Tenues féminines : Mini jupe 12cm avec bas couture et porte jarretelles plus haut talons 12cm, petit haut sexy semi transparent si possible avec motif ; culotte en dentelle (le string ca fait trop US, on est en France tout de même).

    Mais oui messieurs avouez que ca serais plus sympa ainsi ?
    Allez au japon il y a des exemples instructifs, bon en ce moment il faut voir ça sous la tenue NBC.

    Plus sérieusement le problème n’est pas simple car définir les caractistiques vestimentaire aussi finement en disant quoi mettre ou ne pas quoi mettre (le litige portant sur longueur au cm, la couleur, l’absence de motif, le style, ...) revient à imposer un uniforme de classe.

    Ceci dit cela pourrait se faire.

    Cela couterais cher mais une taxe de 1% sur les benefices des banques qui nous on tant volé pour habiller nos bambins c’est moralement défendable.

  • permalien FLORA :
    22 mars 2011 @17h49   « »

    La lecture de l’ensemble des commentaires m’inquiète, vous prenez cette information pour LA vérité. Cette vérité qui viendrait du site de Cheikh Yassine, puisque c’est à cette source que des élèves ont choisi de s’adresser. Ne pensez vous pas que vous condamnez avec une extrême légèreté ?
    Il me semble qu’il faut réclamer davantage d’informations. Il est vrai que l’on cultive les peurs autour de la religion musulmane, ce n’est pas une raison pour se lancer dans une campagne accusant de racisme des gens qui ne le sont peut être pas, LES FAITS TELS QU’ILS SONT RAPPORTER NE SONT PAS AVERES.
    Comment peut-on condamner sans entendre les intéresséEs ? On peut le faire lorsque l’on est de parti pris.
    Je suis bien surprise par les réactions partisanes des lecteurs des blogs publiés par le Monde Diplomatique...journal que je lis depuis plus de 40 ans (il est vrai avec moins d’enthousiasme maintenant), l’âge peut être ?

  • permalien ricky :
    22 mars 2011 @17h58   « »
    Une "robe longue unie", c’est quoi ?

    Il est difficile de ressentir à sa juste valeur cette histoire incroyable de ce que les Allemands appellent "vorauseilende Gehorsamkeit" (obéissance en amont, expression très caustique et critique), sans vraiment savoir ce que pour ces censeurs est une robe longue noire unie.

    Sans doute leur manquait-il un décolleté vertigineux style robe du soir de festival ?

    Avez une photo ou un modèle de cette robe, rien que pour énerver les censeurs, je me ferais un plaisir de porter.?

    PS. Et si un mec porte une jupe courte, que disent-ils alors ?

    Quand je pense que dans le temps, c’était la jupe au dessus du genou, qui faisait renvoyer les filles.
    En dans les années soixante ? Un jean suffisait.
    Comme quoi, c’est du grand n’importe quoi.

  • permalien chamil :
    22 mars 2011 @17h59   « »

    Vous avez raison, la comparaison est un peu, outrée dans la mesure où Eichmann, n’était pas en contact direct avec ses victimes. Donc il pouvait en toute "bonne conscience" appliquer un règlement criminel, sans trop réfléchir à ses conséquences puisque ce n’était pas de sa compétence de juger de ces choses.

    Je crois que vous comparez deux situations, même à supposer que le récit du groupe "Cheikh Yassine" soit établi, qui n’ont rien à voir et la décence conduit à éviter une telle comparaison. Nazifier ce qui ne nous plaît pas est une facilité qui ne nous élève pas, bien au contraire.

    La proviseure sera retoquée, si l’affaire est avérée, soit par sa hiérarchie, soit par recours de la famille. D’ailleurs la servilité de certains chefs d’établissement les conduit plutôt à éviter les "affaires".

    PS : excellent numéro mars 2011 de la revue l’Histoire sur le procès Eichman

  • permalien Deïr Yassin :
    22 mars 2011 @18h36   « »

    La concernée, Sarah :

    "Parfois, je mets des joggings, parfois des pantalons et parfois cette robe qui n’est pas religieuse. Cela fait trois ans que je la porte de temps en temps. Je n’ai jamais eu de problème"

    http://fr.news.yahoo.com/81/2011032...

    La prochaine fois qu’elle a envie de mettre une robe noire, je lui conseille celle-ci :

    http://shadia-mansour.skyrock.com/p...

    Ah, j’ai oublié : les signes distinctifs politiques sont interdits aussi.

  • permalien Yvan :
    22 mars 2011 @18h44   « »

    @chamil,

    Je ne compare pas deux situations, mais je décris un même processus.

    Je crois que malheureusement les leçons sur la montée du nazisme ont été perdues dans les éternels remaniements des programmes scolaires et en particulier d’histoire.

    Dans le contexte actuel le comportement de ces enseignants est totalement "normal" comme était "normal"celui de la photo montrant des enfants juifs stigmatisés par leurs professeurs devant la classe. Il ne faut pas vous arrêter à la religion de leurs parents, qu’ils soient peut-être juifs ou peut-être musulmans est indifférent au processus.

    Le problème c’est que la "norme" est potentiellement criminelle. Il serait bien de s’interroger avant qu’il ne soit trop tard sur les motivations de ceux qui petit à petit ont imposé cette "norme".

    Je sais bien qu’en parlant ainsi je suis dans la situation du spectateur qui a déjà vu un film, et qui sait que l’assassin est derrière la porte, et qui à beau crier à la future victime de faire attention. Ce ballot de comédien s’obstine cinématographiquement à passer cette maudite porte et à mourir.

    Je sais bien qu’il est plus confortable de pontifier doctement sur ces salauds de nazis une fois la fin du film connue, et qu’il n’y a rien de plus "normal" que d’ouvrir une porte. Mais sur la photo de cette classe, personne ne connaissait la fin du film, et cette scène nous parait insupportable uniquement parce que nous savons.

    Je serais rassuré si certains professeurs et instituteurs adoptaient une attitude un peu moins "normale", et un peut plus critique sur ce que le règlement leur impose de faire.

    Et en tant que témoin, mon rôle n’est pas neutre et j’use du droit d’exprimer mon opinion tant qu’une nouvelle "norme" ne m’oblige pas à fermer mon vilain bec.

  • permalien Indigné :
    22 mars 2011 @21h40   « »

    Extrait :

    "Vendredi matin, en sortant du bureau de la proviseure adjointe, Sarah est « en larmes ». « J’étais celle que personne ne connaissais et je suis devenu celle que tout le monde connait », confie-t-elle à l’ombre des étales de livres du CDI. « Ils m’ont même dit que je n’irai plus en cours et qu’on me ramènera mes devoirs ici, au CDI. C’est de la pure discrimination. "

    Un surveillant vient nous chercher : « On m’a demandé de vous faire sortir de l’établissement. » Devant le lycée, sur un banc, Sarah dit qu’elle « attend la décision du rectorat et qu’elle pourrait porter plainte si la décision ne convient pas ».

    Honte à cette proviseure et à ses souiens.

    L’exclusion des filles et femmes arabes s’intensifie encouragée par les discours et les déclarations de certains politiques, journalistes, "philosophe" et extrémistes de la laicité.

    Que craindre d’une jupe longue pour aller jusqu’à la stigmatisation, l’exclusion et l’humiliation ?

    Est-ce que c’est les jupes longues qui menacent l’education de nos enfants ou c’est la médiocrité intellectuelle et l’inculture d’une partie du corps éducatif ?

    Que doivent-ils évaluer, les comptétences et le sérieux de nos enfants ou la couleur et la longueur de leur habits ?

    Dégouté.

  • permalien Indigné :
    22 mars 2011 @21h57   « »

    http://www.al-kanz.org/2011/03/18/i...

    Pas un jour sans que la basse politique ne vienne éclabousser le débat public de son purin. Pas un jour sans qu’on ne puisse ouvrir un journal, allumer sa télévision, consulter un site d’information sans que l’islamophobie la plus fétide ne vous saute aux visages. Le climat est si délétère que tenir une comptabilité des actes et des propos islamophobes est en passe de devenir une activité à plein temps. La France est malade, malade de ses démagogues qui ont décidé de la séquestrer plutôt que de la soigner, la chérir et l’aimer.

  • permalien Nathan :
    22 mars 2011 @22h07   « »

    indigné : 21 mars @21h57

    Nathan,
    Mais toi, tu en penses quoi ?

    Je pense qu’en l’absence d’une législation en la matière - la longueur des jupes est-elle un signe religieux ? - il serait préférable d’aboutir à un règlement à l’amiable dans cette école.

    Cela dit, quelle régression depuis les années soixante où certains (dont je suis) étaient parvenus à sortir d’un certain nombre de carcans étouffants ! Comme j’ai souvent eu l’occasion de le dire, cela valait la peine bouter dehors une cléricature pour en voir une autre (l’islam) entrer par la fenêtre avec son cortège de contraintes punitives.

    Dans les années ’60, on se serait d’abord demandé pourquoi ces imams s’intéressent tant aux corps des femmes. Aujourd’hui, cette question étant désormais taboue, on préfère s’en prendre aux "racistes" qui empêchent des jeunes filles de cacher leur corps du regard des hommes.

    Enfin, je n’aime pas l’allusion totalement gratuite au string dans le titre de l’article. On a l’impression que son auteur se met dans la peau d’un fondamentaliste et sous-entend que les autres jeunes filles sont toutes des putes.

  • permalien Indigné :
    22 mars 2011 @22h30   « »

    Nathan,

    Les imams ne s’intéressent pas aux corps des femmes.

    Mais des pseudo laiques (des extrémistes se cachant dérrière la laicité et dont le nombre va en croissant) veulent humilier la communauté musulmane par tous les moyens dont celui de harceler et marginaliser leurs filles.

    Le commentaire de AZAD plus haut sur cette page vaut le détour.

  • permalien zaches :
    22 mars 2011 @22h56   « »
    Fatigué

    convoquer la france de l’universalisme et des lumières pour mieux défendre les adeptes d’un monothéisme arriéré et criminel (comme de façon générale tous les monothéismes...), c’est original...
    cela dit d’accord pour dire que l’attitude de la proviseure n’est pas très inspirée, et même franchement contreproductive.

  • permalien Indigné :
    22 mars 2011 @23h32   « »

    Zaches,

    Ou trouver le livre du mono-universalismes-et-lumières  ?
    Quel en est l’auteur (ou les auteurs) ? Parfait, raisonnable et juste ?
    Quel est le peuple (la socièté, le pays) qui s’en est le mieux imprégné et mis en pratique ? (pour nous en inspirer et le suivre)
    Donnerait-il la place à d’autres livres ou serait-il unique ?
    Adaptable aux divers sociétés/peuples ou pas ?
    Evolutif ou pas ?

  • permalien zaches :
    22 mars 2011 @23h42   « »
    hop

    Je pense que tu l’as parfaitement compris, le génie des lumières est d’avoir saisi que la vérité avec un grand V n’existait pas, qu’on ne pouvait précisément pas résumer toute la sagesse du monde dans un livre unique, qu’il n’y avait ni paradis, ni enfer, ni peuple élu et que tout ce qu’on pouvait espérer était parvenir à de lentes améliorations de la condition humaine en faisant appel à la bonne foi et aux capacités de raisonnement des uns et des autres... Avec un peu de bonne foi et en raisonnant, on arrive parfaitement à comprendre que Dieu, si par le plus grand des hasards il existe, n’a rien à faire de savoir que les femmes se couvrent la tête d’un morceau de chiffon, il se moque qu’on mange ou pas du porc, qu’on se confesse tous les dimanches à un type en robe, qu’on se coupe ou non un morceau de prépuce... Quand on en est arrivé à cette conclusion, plus de bûchers, plus de lapidations, plus de déguisements, moins de gens bornés...

  • permalien zaches :
    22 mars 2011 @23h44   « »
    re hop

    il est tout de même dommage que cette proviseure ait oublié que les lumières ont toujours refusé d’utiliser le sermon et le diktat pour sortir les gens de leurs ornières. le raisonnement !...

  • permalien s=exp(j*pi) :
    22 mars 2011 @23h44   « »

    @ Nathan // 22-03 / 22h41

    ... On a raconté les mêmes fadaises à propos de l’Afghanistan. ... ce n’est pas pour s’accaparer des richesses (quasi-inexistantes) que les Américains font la guerre là-bas.

    Ben voyons ! Allez donc voir WIKI !!

    Charbon, gaz, pétrole, cuivre, fer, étain, tantale, et autres, il faudrait plutôt demander ce qu’il n’y a pas. BHL aussi aurait mieux fait d’aller jeter un oeil à wikipédia avant de s’aventurer sur la vie sexuelle d’Emmanuel KANT, ça lui aurait évité le botulisme. A tout hasard, des filons de cuivre à 60%, c’est pas très fréquent.

    Si ce n’est pas encore exploité, ce n’est que plus intéressant. Et le seul moyen d’être le maître absolu de ces richesses est de les tenir sous sa botte. Moyennant quoi, on peut laisser un peu de longe aux défricheurs chinois ; il sera toujours temps de s’imposer après la mise en route.

  • permalien Yvan :
    22 mars 2011 @23h48   « »

    zaches
    convoquer la france de l’universalisme et des lumières pour mieux défendre les adeptes d’un monothéisme arriéré et criminel (comme de façon générale tous les monothéismes...), c’est original...

    Non ce n’est pas original, c’est constitutionnel :
    « En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen. »

  • permalien zaches :
    23 mars 2011 @01h28   « »

    @yvan. bien vu mais pas exact. ce que tu cites est la déclaration des droits de l’homme de 1789. l’actuelle constitution française, celle de 58, fait une allusion claire dans son préambule à la déclaration de 1789 et à ses principes, mais elle n’en reprend pas le texte, et certainement pas la référence à "l’être suprême", très connotée XVIIIe siècle (ou franc-mac, comme on veut) et n’ayant de toute façon aucun rapport avec le Dieu des catholiques, juifs ou musulmans (qui, si j’ai bien compris, est à peu près le même, mais pas tout à fait, etc etc)

  • permalien Yvan :
    23 mars 2011 @07h58   « »

    @zaches

    L’affaire n’est pas mince, et la Constitution de 1958, ne fait pas "allusion" à la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789, mais la désigne comme source de ses principes :

    Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.

    Il ne s’agit pas de tel ou tel passage mais de sa totalité et dans sa forme "tels qu’ils ont été définis". Cette insistance venant d’un grand catholique comme de Gaulle, est évidemment volontaire.

    La reprise de l’entité philosophique "Être Suprême" héritée du XVIIIe siècle (le siècle des Lumières), laisse la possibilité à chacun de croire ou de pas croire en "un" dieu qui, contrairement à ce que les nouveaux cours d’instruction religieuse voudraient nous faire niaisement "croire", n’est pas commun aux religions monothéistes, mais a été a chaque fois "révélé" en opposition au précédent.

    En ce sens la constitution impose une certaine "neutralité" par rapport aux religions et à l’athéisme et devrait, si elle était respectée, maintenir le débat en dehors de ses institutions.

    L’intrusion systématique, à l’occasion d’évènements anecdotiques, d’un débat sur ce que "devrait être" le "bon Français" (comme sur ce que devait être un "bon Aryen"), au cœur même des institutions républicaines, n’a bien sûr pas d’autre finalité que la destruction de la République.

  • permalien HN :
    23 mars 2011 @10h17   « »

    Quand on en est arrivé à cette conclusion, plus de bûchers, plus de lapidations, plus de déguisements, moins de gens bornés...

    Moins bornés ???!!! Pas si sûr.

    Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale

    Quand je vois à quel point dès la première ligne notre Etat bafoue la constitution, je trouve toute cette hypocrisie sur la laïcité et ce féminisme d’un jour vraiment ridicules.

    Cdlmt

  • permalien angélique :
    23 mars 2011 @10h45   « »

    ce lycée est une honte pour la France et les droit de l’homme.
    Je conseil à toutes les autres jeunes filles musulmanes ou non, de toute s’habiller en robe longue noire en signe de solidarité, pour ces jeunes musulmanes... on verra bien si la proviseuse compte renvoyer toute la gente féminine et faire un lycée de garçon.
    Et je tiens à dire que lorsque j’étais au collège, j’étais en classe avec une amie profondemant catholique, elle et ses soeurs, suivaient un code vestimentaire, imposé par leur père au nom de la bible et de jésus... jupe longue, chemisier non décolleté gilet ou pull, chaussures à talons interdit, parfois la seule chose que je voyais dépasser de son chemisier c’était sa chaine en or avec le crucifis.... question mode elle était pas au top, mais personne ne lui à jamais rien dit....
    alors il faudrai quand même arrêter la chasse aux sorcières....

  • permalien zulfikar :
    23 mars 2011 @11h03   « »

    @Zaches,

    le génie des lumières est d’avoir saisi que la vérité avec un grand V n’existait pas

    vous déballez tant de "vérités" pourtant, dans la suite de votre post...

    P.S : Ne pas me confondre avec Zulfikar-Ansar.

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @11h04   « »

    Cette police de la pudeur et de la pensée, appliquée à des adolescentes est profondément répugnante.

    Honte au Lycée Auguste BLANQUI, 93404 Saint-Ouen

  • permalien zaches :
    23 mars 2011 @11h39   « »

    @ yvan
    je ne suis pas juriste, mais je ne suis pas convaincu par tes explications sur "Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme (...) tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789" qui serait une façon sournoise pour De Gaulle, grand catholique, de rendre constitutionnelle une référence à l’Etre suprême - ne serait-ce que parce qu’à l’époque où elle a été faite, cette référence visait clairement à emmerder les catholiques...
    merci de me préciser que les Dieux des religions monothéistes ont été "révélés" successivement en opposition aux précédents ; j’avais cru le comprendre, mais cela m’apprendra à éviter les raccourcis un peu faciles
    d’accord en revanche pour dire que la constitution impose une certaine neutralité par rapport aux religions, mais dans ce cas ton premier post n’a plus de sens : défendre les droits des fidèles d’un monothéisme, arriéré ou non, n’a rien de constitutionnel, cqfd :) et c’est pour tenter de maintenir le débat en-dehors des institutions qu’il ne faudrait voir ni voile, ni vierge marie, ni papillotes dans les écoles publiques...
    d’accord aussi pour dire que les débats nationaux sur la religion des uns ou des autres sont absolument foireux, n’ont aucune justification et doivent être vigoureusement dénoncés.
    ça n’empêche pas qu’à titre personnel on puisse être convaincu qu’il est ridicule de s’imposer de manger du poisson le vendredi, de se laisser pousser la barbe ou les cheveux de telle façon, d’abattre les boeufs ou les moutons selon tels rituels, d’exiger que les femmes soient examinées par des médecins femmes ou d’attendre le retour du messie, pour complaire à un soi-disant Dieu d’amour, de bonté, etc qui vraisemblablement tolère à peu près qu’on assassine son voisin ou qu’on exécute les hérétiques. ce sont des arguments vieux comme l’athéisme, ils n’ont rien de bien original mais je ne vois pas en quoi ils en seraient moins pertinents - au contraire, on a l’impression que c’est une bonne époque pour les rappeler.
    pour finir : encore une fois, histoire d’être bien clair, je considère que les méthodes de cette proviseure sont lamentables. il n’y a pas mort d’homme (et globalement il vaut mieux se faire emmerder pour sa robe à paris que d’être accusée d’adultère à ryad ou à téhéran) mais ça participe d’un climat de crispation un peu minable et qui n’a pas lieu d’être.

  • permalien Michèle :
    23 mars 2011 @15h51   « »

    Tout à fait d’accord avec ce proviseur comme avec ceux qui empêchent les filles voilées ou les mères de famille voilées de fréquenter les enfants.

    Quand on vit en France, on s’intègre , on porte les vêtements normaux. Les hommes sont bien prompts à se saisir de ce problème purement féminin. Ils sont sans doute aussi pour l’excision, pour la lapidation des femmes adultères.

    Un enfant et plus particulièrement un garçon ayant vu sa mère se comporter ainsi n’aura pas de choix. la normalité sera ce qu’il a connu dans son enfance.

    Ces réflexions se s’appliquent bien évidemment qu’à la vie en société, pas à la vie privée ni à la vie religieuse du moment qu’elle se joue dans un lieu clos.

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @16h06   « »

    Je pense que tu l’as parfaitement compris, le génie des lumières est d’avoir saisi que la vérité avec un grand V n’existait pas, qu’on ne pouvait précisément pas résumer toute la sagesse du monde dans un livre unique,

    C’est l’hôpital qui se fout de la charité.. car la déclaration des droits de l’homme n’avait-elle pas vocation d’être universelle (la vérité avec un grand V) sous les hospices de la laïcité, elle même incarnation occulte du Dieu Athée (l’Être suprême étant purement anecdotique dans cette histoire) ?
    Du coup elle était encore plus unique que les précédents livres puisqu’elle prétendait tous les réunir.., du moins d’un point de vue moral, le plus petit dénominateur commun à toutes religion, c’est en effet génial et très lumineux..

  • permalien Tristan :
    23 mars 2011 @16h19   « »

    @zaches

    ni vierge marie

    J’ai peur d’avoir mal compris : est-ce que vous voudriez que couchent toutes les petites "Marie", pour qu’elles puissent avoir le droit de rentrer dans l’école publique ? (petit clin d’oeil sur le titre de l’article)

    il vaut mieux se faire emmerder pour sa robe à paris que d’être accusée d’adultère à ryad ou à téhéran

    La comparaison, là, fait assez sourir. En comparant ce qui est comparable, je dirais, effectivement, que quelques emmerdements vestimantaires, à Paris, Ryad ou à Téhéran, c’est des choses qui ne mériteraient pas autant d’attentions.

    L’adultère et tous les problèmes lié à l’amour, depuit que le monde est monde, par contre, c’est une problématique récurrente et sérieuse (partout dans le monde)

    Ici, en Amérique du Sud, j’ai parlé avec beaucoup de filles qui voudraient bien que le non-accomplissement des promesses faitent dans le but qu’une autre personne tombe amoureuse, soient très fortement puni. Il y a, même, des personnes qui sont prêtent à faire justice elle-même, quand il n’existe pas de moyens légaux capable de traiter l’affaire.

    Là, marié avec une fille du très matriarcal Cochabamba, je peux vous assurer que je ne fais pas le malin, car je connais les risques.

  • permalien albanassim :
    23 mars 2011 @16h20   « »

    Michele

    C’est comment les habits normaux ?

  • permalien Nelson :
    23 mars 2011 @16h20   « »

    Le retour de l’uniforme n’est pas une mauvaise idée, aujourd’hui les enfants se mettent en groupes par la marque vestimentaire, et excluent de facto tout enfant dont les parents ne
    partagent pas le concept, ou n’ont pas simplement les moyens de coller à la mode infantile.

    Certainement que l’uniforme accentuerais l’appartenance à un groupe, à une communauté Française, en dehors de tout concept sociétaux ou religieux.

    Bien loin du "chacun pour soi".

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @17h19   « »

    Quand on vit en France, on s’intègre , on porte les vêtements normaux.

    Normaux ?
    Ainsi une jupe longue n’est pas un vêtement normal, c’est intéressant comme thèse..
    Puis je suggérer une psychanalyse à toutes les jupes longues de France ?

    C’est quoi ton boulot ? Psy pour fripes (le patient n’étant pas très causant, ça doit pas être évident pour le praticien..) fallait y penser, même nos élus qui inventes des métiers invraisemblable pour combattre le chômage n’y auraient pas pensés..).

    Dialogue entre deux jupes ;

    _T’as fini ton analyse ?

    _Ouhai en fouillant mon inconscient avec mon psy on a découvert un traumatisme de jeunesse ; ma mère ayant été passablement raccourcie explique ma phobie du cour, mais maintenant ça va mieux, je me sens redevenue normale.., je passe du reste demain matin chez le couturier me faire raccourcir..

    Ça doit pas être évident pour un vêtement de rentrer dans la norme quand on connait les fluctuations de la mode, ce qui était normal hier ne l’est plus aujourd’hui, mais le sera peut être demain.., les psy pour fripes n’ont pas fini d’avoir du boulot..

    Au fait si la normalité d’un vêtement ou d’une tenue consiste à ne pas afficher d’opinions religieuses ou de point de vue politique il faudra songer à uniformiser tout ça ;
    comme les rastas avec leur dreadlocks et les couleurs éthiopiennes du grand rastafari ou encore nos néonazi rasé avec leurs nombreux signes d’appartenance à qui on sait, sans parler nos de punk du no futur , etc. mais surtout sans oublier la secte la plus nombreuse et la plus détestable de tout ceux qui se soumettent à la dictature des signes de marques mondiales ou du code des cravatés, reflétant l’idéologie politique libérale de consommation vertigineuse et indéfinie.. à mais j’oubliais ces derniers reflètent la normalité..
    (la normalité étant en dernière analyse, la soumission de chacun au règne de la masse et du quantitatif..)

  • permalien zulfikar :
    23 mars 2011 @17h22   « »

    @Tristan

    L’adultère et tous les problèmes lié à l’amour, depuit que le monde est monde, par contre, c’est une problématique récurrente et sérieuse (partout dans le monde)

    Ici, en Amérique du Sud, j’ai parlé avec beaucoup de filles qui voudraient bien que le non-accomplissement des promesses faitent dans le but qu’une autre personne tombe amoureuse, soient très fortement puni. Il y a, même, des personnes qui sont prêtent à faire justice elle-même, quand il n’existe pas de moyens légaux capable de traiter l’affaire.

    .
    Pas mal ! Mais zaches n’est peut-être pas loin de penser que la France est le seul modéle possible et concevable ! Quant aux autres, des attardés ou des barbares...

    Quant à la fin de votre post : Grand éclat de rire... Je compatis...

  • permalien zulfikar :
    23 mars 2011 @17h31   « »

    Salutations à SHIV7 ; Heureux de vous (re)lire !

  • permalien Yes, we can :
    23 mars 2011 @17h41   « »
    Erreur grave sur france 24, journal de 15 heures

    Autre exemple d’erreur grave
    L’expert (Gauthier Ribinsky) invité à intervenir au journal de 15 heures (peu avant 15h15) à propos de la récente explosion d’une bombe à Jérusalem rappele les récents évènements et déclare : "un commendo palestinien a égorgé une famille dans une colonie".

    Cela est totalement INEXACT ; l’enquête n’est pas terminée et les soupçons qui -on pouvait s’y attendre - s’étaient portés initalement sur les Palestiniens s’orientent maintenant sur des travailleurs thaïlandais

    L’erreur n’était sans doute pas voulue mais on peut s’attendre à plus de profresssionalisme de la part des expets de la chaîne car les conséquences sont graves.

    A propos de cet attentat, j’ai à l’esprit ce qui s’est passé en Egypte dont le précédent Ministre de l’intérieur serait responsable de l’incendie de l’église copte qui avait causé beaucoup de morts à Alexandrie

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @17h52   « »

    Cela dit, quelle régression depuis les années soixante où certains (dont je suis) étaient parvenus à sortir d’un certain nombre de carcans étouffants !

    Oui Nathan on avait compris, vous êtes comme les anciens fumeurs qui sont devenus les plus acharnés pourfendeur de fumeurs et d’inhalations passives.
    Vous avez simplement repris à votre compte, en l’inversant, l’intolérances dont vous fûtes victimes, parfait exemple de l’adage soixante huitard qui dit qu’il est interdit d’interdire, sans se rendre compte, que c’est cautionner la plus intransigeante interdiction jamais énoncée dans l’histoire humaine..

    Enfin, je n’aime pas l’allusion totalement gratuite au string dans le titre de l’article.

    Que vous le vouliez ou non le port du string est bel et bien une religion (expurgée du transcendant au profit de l’immanent et du paraître).
    Religion d’aujourd’hui bien sur, toute axée sur la moralité, car il serait immoral de ne pas adhérer au sexe marchandisé,et les dogmes,car une jeunes fille qui ne porte pas le string se sens coupable.

    Les carcans étouffants se portent mieux que jamais..

  • permalien Yes, we can :
    23 mars 2011 @17h56   « »
    Erreur grave sur france 24, journal de 17 heures

    RECTIFICATIF
    Il s’agit du journal de 17 heures

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @17h59   « »

    Merci zulfikar, tout le plaisir est pour moi, j’adore poufendre l’imbécilité..

  • permalien Yes, we can :
    23 mars 2011 @18h39   « »
    Monsieur Gresh, erreur grave journal de 17 heures de france 24

    Monsieur Gresh vous êtes intervenu au journal de 17 heures aujourd’hui qui est passé en boucle plusieurs fois
    Vous y avez répondu à des questions de l’expert (Gauthier Ribinsky)

    Or, faisant un rappel des récents évènements, celui-ci a déclaré quelques minutes plus tard, après votre intervention :Un commando palestinien a égorgé une famille de colons" Ceci est inexact au vu des avancées de l’enquête à ce jour

    Malgré des appels téléphoniques, il n’y a pas encore de rectificatif.

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @18h40   « »

    Etre "normal" pour certain c’est être aussi abruti que ceux qui soutiennent cette inquisition menée contre des mineures.

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @18h42   « »

    Ce qui se fait au Lycée Auguste BLANQUI de Saint-Ouen c’est de la maltraitance psychologique des élèves.

    Cette proviseur adjointe et cette CPE se permettent de d’essayer de pénétrer la pensée et les sentiments de ces jeunes filles : elles les soupçonnent de penser "mal", d’avoir des sentiments "répréhensibles".

    C’est une sorte de viol de l’intimité psychique.

    C’est parce qu’elles sont musulmanes qu’elles sont soupçonnées.

    C’est parce qu’elles sont musulmanes que ces deux adultes n’ont aucun respect pour leur intimité psychique, pour le secret de leurs pensées et de leurs convictions intimes.

    Comme elle n’ont pas les moyens de disséquer les pensées intimes de ces jeunes filles, elles décident que c’est la longueur et la couleur de leurs robes qui dévoilent leurs convictions et leurs attachements secrets.

    C’est épouvantablement violent.

    Il faut traduire en justice cette proviseur adjointe et cette CPE. Pour que cela ne se reproduise jamais plus ailleurs.

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @19h24   « »

    Là, marié avec une fille du très matriarcal Cochabamba, je peux vous assurer que je ne fais pas le malin, car je connais les risques.

    Je vous rassure Tristan, il n’est aucunement nécessaire de vivre sous un régime matriarcal pour courir de grand risques et ne pas faire les malins avec nos femmes..

    Le patriarcat ayant été simplement une sorte de rétablissement de l’égalité des sexes avant l’heure(..!), car il faut bien se faire à l’idée que nos femmes ont toujours été plus fortes que nous..
    La force physique n’étant que la plus faible repésentation de la force humaine dans ces multiples manifestations qui vont bien au delà de son aspect physique.

    Le plus ironique de l’affaire, est que c’est précisément dans l’égalité recherchée actuellemt par les femmes que ces dernières perdent ce qui faisait leur superiorité..

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 mars 2011 @20h08   « »

    @ Michèle // 23-03 / 15h51

    .... Quand on vit en France, on s’intègre , on porte les vêtements normaux. ...

    Ca, c’est pour la fripe avec ces étudiantes. Et pour la tripe, avec un représentant à l’Assemblée nationale, quel est votre avis ?

    Je vous renvoie à mon post du 21 à 23h39. A votre avis, Christian Jacob, il est intégré, lui ? Si oui, pourquoi, si non, pourquoi ?

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @20h44   « »

    n’en faites pas trop Shiv vous explosez le ridicule (qui ne tue toujours pas, en tout cas je vous le souhaite).

  • permalien Tristan :
    23 mars 2011 @21h01   « »

    @Shiv7

    Je vous rassure Tristan, il n’est aucunement nécessaire de vivre sous un régime matriarcal pour courir de grand risques et ne pas faire les malins avec nos femmes..

    Oui, je sais très bien que les problèmes liés à l’amour sont universel, et qu’ils touchent indistinctement hommes et femmes. Certains disent, effectivement, que les femmes résistent mieux à la chose que les hommes. Je ne saurais pas dire si c’est vrai. Mais, à en croire les statistiques des suicides, c’est très probable.

    Le plus ironique de l’affaire, est que c’est précisément dans l’égalité recherchée actuellement par les femmes que ces dernières perdent ce qui faisait leur superiorité..

    C’est vrai que cette recherche de la liberté absolue, en Suisse, est très favorable aux hommes, qui cherchent à s’échapper des responsabilités.

    Avec un nouvel archétype : "l’homme pacha", qui laisse aux femmes le soin de s’occuper de tout (qu’elles travaillent, s’occupent de la maison, des enfants, ect...).

    Et elles le font très bien, au moins aussi bien que n’importe quel homme.

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @21h31   « »
    De nombreux élèves en France portent leur couleur de peau de façon complètement ostentatoire

    Trouvé ailleurs :
    (penser à verser les Droits d’auteurs à Arnulf et à ses héritiers 70 ans après sa mort)

    "La vérité est que de nombreux et nombreuses élèves en France portent une couleur de peau de façon complètement ostentatoire. Tolèrera-t-on longtemps ce communautarisme ?

    Alors que des produits de blanchiment sont aujourd’hui accessibles à tous, porter un teint basané est plus que jamais l’affirmation d’un prosélytisme anti-républicain, anti-laïc et anti-français."

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @22h44   « »

    @Orangerouge :

    n’en faites pas trop Shiv vous explosez le ridicule (qui ne tue toujours pas, en tout cas je vous le souhaite).

    Merci, je n’en attendais pas moins de votre part, humanisme oblige..

    Il est vrai que pour être juste et puisque le ridicule à déjà explosé.., j’aurais du ajouter que si la femme est train de perdre ce qui fait sa supériorité (je ne parle bien sur pas de l’inégalité des salaires ou de ce type de ségrégations dont je serais le premier à dénoncer l’injustice), ce n’est pas pour autant que l’homme lui, s’élève (en supériorité).
    En effet le propre de l’égalité est de réduire le supérieur à l’inférieur et non pas l’inverse, comme par ex. celui qui courre plus (ou n’importe quelle autre sortes de plus) vite réduira sa vitesse afin d’être égal à celui qui courre plus lentement, l’inverse étant ontologiquement et mathématiquement impossible.

    Pour en revenir au rapport homme-femme, si on le considère sous un angle non pas de supériorité de l’un ou de l’autre mais de complémentarité, ce qui à mon sens correspond plus à la réalité, on notera tout de même que l’intrusion du concept d’égalité à pour résultat l’adoption par les deux antagonismes (féminin-masculin en l’occurrence)non pas les qualités de l’autre mais ses défauts, ce qui du coup abaisse les deux singularités de cette complémentarité à une résolution plus basse, comme le démontre bien l’ex. de Tristan à propos des hommes :

    C’est vrai que cette recherche de la liberté absolue, en Suisse, est très favorable aux hommes, qui cherchent à s’échapper des responsabilités.

    Avec un nouvel archétype : "l’homme pacha", qui laisse aux femmes le soin de s’occuper de tout (qu’elles travaillent, s’occupent de la maison, des enfants, etc...).

  • permalien Shiv7 :
    23 mars 2011 @22h47   « »

    @Tristan :

    Oui, je sais très bien que les problèmes liés à l’amour sont universel, et qu’ils touchent indistinctement hommes et femmes.

    Indistinctement hommes et femmes peut être, mais certainement pas pour les mêmes raisons, car cela serait nier la différence des sexes pour aboutir au transgenre (qui abouti non pas à l’hermaphrodite, ce qui pourrait être encore rigolo, mais à l’ange, ou plus platement et concrètement, au clone asexué reproduit en laboratoire..) chers à nos intégristes de l’égalitaire..
    Je n’invente rien, l’extrême gauche féministe américaine et certains mouvement gays réclamant ce genre de solution au nom de l’égalité..

  • permalien Orangerouge :
    23 mars 2011 @23h10   « »
    Que dit la loi

    Gilles Devers réagit à cet article d’Alain Gresh, en commentaire de son Blog :

    Ils disent « on ne veut pas exclure les élèves, c’était juste un rappel à la loi ». La loi ? Très bien, parlons en.

    Les agents du service public sont tenus à un strict devoir de neutralité et ne peuvent se prononcer que dans leur domaine de compétence, défini par référence à des savoirs qualifiés.

    En faisant aux élèves ce « rappel à la loi » , ils commettent trois fautes disciplinaires :

    - Les agents publics, au regard du devoir de neutralité, n’ont aucun droit pour se livrer à des interprétations religieuses qui relèvent de la sphère protégée de la liberté de conscience

    - Un enseignant exerce à partir d’un savoir reconnu, et il ne peut s’avancer sur des domaines pour lesquels il n’a ni formation, ni qualification

    - En voulant imposer sous forme d’un « rappel à la loi » leurs opinions personnelles, ils commettent un abus d’autorité.

    http://lesactualitesdudroit.20minut...

  • permalien Thendra :
    24 mars 2011 @05h51   « »

    Quand je vois ce qui se passe en France, je me dis que j’ai bien fait de partir de ce pays. Et, loin de l’idee de vexer quelqu’un mais au lieu de toujours critiquer la france sur tout ce qui touche a l’immigration, regarder donc comment ca se passe dans d’autres pays, et vous comprendrez que la france a un systeme tres souple.

    Au plaisir.

  • permalien Rames :
    24 mars 2011 @06h00   « »

    Nos lumières pensantes (parti au pouvoir sous influence sioniste) se cachent derrière la laïcité de façade pour s’en prendre à la liberté de culte et soustraire nos regards de l’agonie de la France.
    Que le peuple français s’insurge contre cette bande de loups qui nous tyrannise.

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire