Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Goldstone, la justice et la « recherche de la Palestine »

Goldstone, la justice et la « recherche de la Palestine »

lundi 4 avril 2011, par Alain Gresh

Les révoltes arabes, qui se poursuivent malgré les répressions, au Bahreïn comme en Syrie, ont détourné l’attention de ce qui se passe en Palestine. Blocus de Gaza, bombardements, constructions de colonies, destructions de maisons : les autorités d’occupation poursuivent sans sourciller leur stratégie, qui ne suscite aucune réaction significative, encore moins d’intervention, des puissances qui s’engagent contre la dictature de Kadhafi. Selon les chiffres donnés par l’Unrwa, 76 maisons ont été détruites en Cisjordanie en mars, contre 70 en février et 29 en janvier ; durant ces mois, le nombre de personnes jetées à la rue a été de 158, dont 64 enfants (contre 105 en février et 70 en janvier).

C’est dans ce contexte que le juge sud-africain Richard Goldstone a publié dans le Washington Post une tribune (« Reconsidering the Goldstone Report on Israel and war crimes », 1er avril 2011) dans laquelle il fait machine arrière et se livre à une (auto)critique du rapport qui porte son nom. Il avait coordonné, dans le cadre d’une mission des Nations unies, une enquête sur les crimes commis durant la guerre israélienne contre Gaza (décembre 2008-janvier 2009).

Cette reculade permet à la droite et au gouvernement israéliens de se réjouir. Avigdor Lieberman, le ministre des affaires étrangères fascisant, a été l’un des premiers à le faire. Dans un article du Monde.fr, « Guerre de Gaza : Israël exige l’annulation du rapport Goldstone après les regrets de l’auteur » (3 avril), on peut lire :

« Israël a réclamé dimanche 3 avril l’annulation du rapport du juge sud-africain Richard Goldstone accusant son armée de “crimes de guerre” durant son offensive contre la bande de Gaza à l’hiver 2008-2009, après les regrets exprimés par le magistrat dans une tribune publiée par le Washington Post. »

« “Il faut jeter ce rapport dans les poubelles de l’histoire”, a affirmé le premier ministre Benjamin Netanyahu qui a demandé à des juristes et des experts du ministère des affaires étrangères d’étudier le dossier. “Il faut à présent multiplier les efforts pour que ce rapport soit annulé, et je vais m’y employer”, a renchéri dimanche à la radio militaire le ministre de la défense, Ehud Barak, après avoir demandé au juge Goldstone de “publier ses conclusions actuelles” sans se contenter d’un simple article de presse. »

« Dans sa tribune publiée samedi, le magistrat sud-africain expliquait que des attaques israéliennes contre des civils avaient été classées comme intentionnelles parce qu’aucune autre conclusion n’était possible à l’époque, mais que de nouveaux éléments avaient montré depuis qu’il n’y avait pas eu de politique visant à cibler les civils “de manière intentionnelle”. »

« Cette conclusion s’appuie sur le travail d’enquêteurs israéliens, qui ont examiné “plus de 400 allégations de mauvaises conduites opérationnelles”, selon un comité créé par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU pour assurer le suivi du rapport, explique le juge Goldstone, relevant que le Hamas n’a pour sa part pas mené d’enquête sur ses propres tirs contre des civils. »

Que signifie cette rétractation du juge Goldstone ? Pour une juriste israélienne, cela est clair : « Le point positif pour nos actions dans le futur est que si nous avons besoin de nous défendre encore une fois contre des organisations terroristes, nous pourrons dire qu’il n’y a pas d’autre moyen d’affronter la terreur que celle que nous avons utilisée durant l’opération “Plomb durci”. » (Cité dans Ethan Bronner et Isabel Kershner, « Israel Grapples with Retraction on U.N. Report », The New York Times, 3 avril 2011.)

C’est aussi ce que note le correspondant du Monde à Jérusalem (« Le juge Goldston exonère Israël pour la guerre de Gaza », Le Monde, 5 avril 2011, texte disponible pour les abonnés) :

« L’opération “Plomb durci” étant ainsi partiellement réhabilitée, il sera plus facile à Israël de justifier la nécessité de rétablir sa “dissuasion” vis-à-vis du Hamas, pour une nouvelle opération militaire à Gaza. » Ce « permis de tuer » les terroristes, c’est ce que Nétanyahou exigeait depuis longtemps, affirmant que, contre les barbares, les règles du droit international ne peuvent s’appliquer (« Le chaudron de M. Netanyahou », 16 novembre 2009).

Pourtant, cette rétractation du juge Goldstone pose plusieurs problèmes :

— il faut rappeler la campagne infâme menée contre lui jusqu’au sein de la communauté juive sud-africaine, qui avait envisagé de lui interdire d’assister à la bar-mitzva d’un de ses petits-enfants ;

— Goldstone n’est pas le seul rédacteur du rapport et il est douteux qu’il ait le droit de le « supprimer » (d’autant que d’autres membres de la commission défendaient encore les conclusions du rapport il y a trois mois – lire « Two other members of the Goldstone mission stood by its conclusions as of 3 months ago », par Ed Moloney, 4 avril 2011).

— de nombreux rapports d’autres organisations internationales, notamment Amnesty International et Human Rights Watch, ont confirmé les crimes commis par l’armée israélienne ;

— l’argument avancé par le juge dans son texte au Washington Post selon lequel Israël a ouvert 400 enquêtes sur les faits reprochés est absurde. Désormais, pour calmer la justice internationale, Israël ouvre des enquêtes, mais elles n’aboutissent presque jamais ;

— d’autre part, nombre d’affirmations du juge ne tiennent pas la route. Ainsi, il prétend qu’une enquête a été ouverte sur l’un des pires massacres de cette guerre, celui de la famille al-Samouni (29 morts). Or les Nations unies, dans le rapport cité par le même Goldstone à l’appui de sa thèse, affirment que l’officier responsable n’est pas l’objet d’une enquête judiciaire (lire les excellentes réfutations du récent éditorial du juge Goldstone sur le site Mondoweiss, notamment « Goldstone op-ed praises Israeli investigation of Gaza war crimes, but UN committee paints a different picture », par Adam Horowitz, 2 avril) ;

— enfin, si des points restaient à éclaircir et à confirmer dans le rapport Goldstone, c’est dû au fait que le gouvernement israélien a refusé de collaborer à la commission.

Il est douteux que la pitoyable rétractation du juge modifie l’image du gouvernement israélien. Elle aidera, en revanche, les gouvernements européens à justifier leur silence devant le blocus de Gaza et la colonisation qui continue, alors même que les révoltes arabes risquent de changer la donne. Des manifestations de jeunes se sont déroulées aussi bien à Gaza qu’en Cisjordanie et les deux pouvoirs ont tenté de les réprimer ; on parle pourtant à nouveau de réconciliation entre le Fatah et le Hamas. Mais personne ne peut cacher l’impasse stratégique dans laquelle se trouve le mouvement palestinien.

A la recherche de la Palestine

Dans son nouveau livre, A la recherche de la Palestine. Au-delà des accords d’Oslo (Le Cygne, 2011, 20 euros), Julien Salingue aborde ces problèmes de front. J’ai préfacé ce texte qui me semble important pour le débat.

Demain, la Palestine ?

Les thèses exprimées par Julien Salingue dérangeront. C’est pour cela qu’il faut les lire et y réfléchir, car elles nous forcent à sortir du cadre étroit qu’imposent souvent des médias qui présentent le conflit en Terre sainte comme un affrontement entre deux peuples, entre deux légitimités et qui oublient qu’il met aux prises un occupant et un occupé. Comme de nombreux jeunes Français, Julien Salingue a découvert la Palestine au cours d’un voyage au début des années 2000. Comme beaucoup d’autres, il en a été bouleversé, car ce qu’il y a découvert ne peut laisser personne indifférent, surtout si l’on se réclame de la justice, des droits humains, de l’égalité. On ne sort pas indemne des violations de tous les principes que vivent quotidiennement les Palestiniens, dans un silence souvent complice des autorités occidentales.

On lira donc avec intérêt ses descriptions vivantes de la Palestine, comme ses analyses à contre-courant : la persistance de la question des millions de réfugiés palestiniens et de leurs aspirations ; les compromissions de l’Autorité palestinienne ; la crise interne du Fatah. Son chapitre sur la prise du pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza montre que l’organisation islamiste n’a fait que répondre à une tentative de coup d’Etat orchestré par les Etats-Unis et l’auteur rappelle leur refus (et celui de l’Union européenne) de reconnaître le résultat des élections législatives de janvier 2006, refus qui éclaire d’un jour singulier la conception que l’Occident se fait de la démocratie.

Sur deux points fondamentaux, les thèses de Julien Salingue reprennent des controverses qui agitent le mouvement de solidarité avec la Palestine. Non sur le bilan des accords d’Oslo qui s’est révélé catastrophique, mais sur l’idée que ceux-ci devaient forcément déboucher sur l’échec. On pourrait, en effet, rétorquer, que ce n’est pas parce qu’un événement advient qu’il devait forcément advenir. De nombreux éléments impondérables, que ce soit l’assassinat d’Itzhak Rabin ou les erreurs de la direction palestinienne, ont pu jouer. Bien sûr, ces accords étaient plus qu’imparfaits, mais ne pouvait-on espérer une dynamique différente ? Après tout, en Afrique du Sud, qui aurait parié au début des années 1990 sur une solution politique assurant la victoire de la majorité ? D’autre part, il faut rappeler les conditions dans lesquelles sont signés ces accords en 1993, avec une OLP sortie affaiblie du soutien de Yasser Arafat à Saddam Hussein et menacée de disparition. On regrette parfois que l’auteur ne prenne pas suffisamment en compte les dynamiques politiques régionales et internationales, comme si le problème palestinien et sa solution pouvaient être isolés.

L’autre débat concerne la solution : un Etat palestinien à côté d’Israël ou un seul Etat ? Julien Salingue se prononce sans ambiguïté pour cette seconde solution, prônée par un nombre croissant de Palestiniens, tant la perspective d’un Etat en Cisjordanie et à Gaza apparaît de plus en plus irréaliste, compte tenu notamment de la colonisation et malgré le consensus international en sa faveur. L’Afrique du Sud peut-elle servir d’exemple ? Plein de points rapprochent les deux situations, mais il existe au moins deux différences : le rapport démographique entre « colons » et « colonisés » qui est de un à deux en Palestine (si on inclut les réfugiés) était de un à dix en Afrique du Sud. D’autre part, l’ANC a construit toute sa stratégie, y compris son usage de la violence, sur cette volonté de construire un pays multiracial et d’attirer à elle une partie de la population blanche. Un Etat unique où coexisteraient les Palestiniens et les Israéliens juifs peut-il se construire sans que ces derniers, d’une manière ou d’une autre, ne soient associés au combat ? Ce qui nécessite non seulement des moyens de lutte particuliers, mais aussi des perspectives claires. Le futur Etat sera-t-il un « Etat arabe » ? Sera-t-il binational ou celui de tous ces citoyens ? Quelles seront les garanties constitutionnelles ?

Julien Salingue a terminé son texte alors que déferlait sur le monde arabe une vague de révoltes qui ont abouti à la chute de nombreux dictateurs, en premier lieu en Tunisie et en Egypte. Partout se mêlaient les revendications de réforme politique et de justice sociale, obligeant les gouvernants à multiplier les concessions plus ou moins substantielles. Partout, s’exprimait une même volonté de reconquête d’une dignité bafouées par des pouvoirs qui disposaient à leur guise de leurs citoyens. Si ce « réveil arabe » est un événement historique, on peut s’interroger sur ses retombées en Palestine et en distinguer au moins deux.

En perdant un allié stratégique l’Egypte, les Etats-Unis déjà en déclin (en Irak comme au Liban) perdent de leur influence et de leur capacité à maintenir la fiction du « processus de paix ». L’Autorité palestinienne, jusque-là fortement soutenue par Hosni Moubarak, est plus isolée et aura plus de difficultés à continuer un dialogue avec un gouvernement israélien qui ne cherche qu’à prolonger l’occupation. C’est sans doute l’une des raisons de la relance des tentatives de réconciliation entre le Hamas et le Fatah.

Une autre conséquence concerne les pouvoirs en Palestine, en premier lieu l’Autorité mais aussi celui du Hamas. On l’oublie souvent, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) telle qu’on la connaît s’est affirmée dans le contexte de l’après-guerre de 1967, et a épousé une conception de la politique et de l’autorité qui n’était pas très éloignée de celle des autres pouvoirs dans le monde arabe. Certes, elle devait accepter un certain pluralisme, un débat vif en son sein, mais, en dernière instance, Yasser Arafat et ses successeurs ressemblaient par leurs méthodes aux autres dirigeants arabes. Quant au Hamas, sa structure interne comme le pouvoir qu’il exerce désormais à Gaza, avec les mêmes restrictions aux libertés que celles imposées par Ramallah, il n’échappe pas aux critiques, malgré sa stratégie de résistance à Israël. Ni l’Autorité ni le Hamas n’ont de réelle stratégie politique, à moins de penser que quelques roquettes lancées sur Israël changeront la donne.

Julien Salingue s’interroge, à juste titre, sur « le soulèvement palestinien qui vient ». Les derniers événements régionaux pourraient y contribuer. L’impasse actuelle et l’exemple des autres pays arabes ne conduiront-ils pas la population de la Cisjordanie, comme celle de Gaza, à exprimer ses aspirations à plus de liberté et de dignité ? A inscrire sa lutte dans un cadre de la défense des droits humains et de l’égalité, s’inspirant de l’exemple de l’opposition à l’apartheid en Afrique du Sud ? A se révolter « pacifiquement » à la fois contre ses dirigeants et contre l’occupation (sur la non-violence, on lira le chapitre particulièrement stimulant de Julien Salingue) ? L’armée israélienne, comme le relève un article du Jerusalem Post, se prépare avec crainte à cette éventualité en créant une force de réaction rapide. Et on peut penser qu’elle aura moins de scrupule que celle d’Egypte à tirer sur des citoyens désarmés.

Bordeaux, vendredi 8 avril

Je donnerai une conférence sur « la Palestine après la révolte en Egypte », le vendredi 8 avril à 20 h 30, à la maison cantonale de la Bastide, 42, rue des Nuits.

173 commentaires sur « Goldstone, la justice et la “recherche de la Palestine” »

0 | 100

  • permalien Yvan :
    4 avril 2011 @18h29   »

    Cette réaction, qui en fait traduit le désarroi de la droite Israélienne devant un risque de démocratisation de ses voisins, est une erreur aussi grossière et suicidaire que la communication d’Israël pendant Plomb Durci et un Un Bateau pour Gaza.

    D’une part elle ne peut concerner que l’action de l’armée israélienne, à 1400 morts contre 13, elle réfute de fait aussi les accusations d’exactions contre le Hamas.

    D’autre part en délégitimant encore un peu plus le rôle de l’ONU, elle se délégitime à chaque fois un peu plus puisqu’issue de la résolution 181 de la même ONU.

    Pour le reste cette attitude procédurière et mesquine est très maladroite, car elle ne peut qu’exacerbé les sentiments anti-israéliens, dans la mesure où où le monde entier a été témoin du massacre des civiles palestiniens.

  • permalien Yvan :
    4 avril 2011 @18h38   « »

    Un symbole israélo-palestinien assassiné à Jénine - Guerre ou paix - Blog LeMonde.fr

    Selon l’AFP, ce militant a été assassiné lundi 4 avril dans ce même camp de Jénine par un groupe d’hommes armés.
  • permalien Deïr Yassin :
    4 avril 2011 @18h53   « »

    ’Pitoyable’, cela est bien le mot pour décrire cette "Op-ed" de Goldstone.

    On se demande d’ailleurs ce que le meurtre de la famille Fogel et trois de leurs enfants à Itamar, une colonie habitée par des extrémistes, a à faire dans cette mea culpa de notre juge ex-honorable.

  • permalien K. :
    4 avril 2011 @19h17   « »

    Avram Krengel, président de la Fédération sioniste sud-africaine, a déclaré à Ynet (..) "Nous l’avons rencontré il y a un an, (..). Nous, lui avons dit pourquoi nous étions en colère contre lui."

    Krengel a ajouté que "Goldstone s’est montré très discret par la suite, qu’il s’est engagé peut-être dans une introspection et a compris que ce que nous disions était vrai -. Qu’il y avait un parti pris contre Israël (..)- et puis il a commencé à parler et exprimer des réserves. "

    (..) "Il a beaucoup souffert, en particulier dans sa ville d’origine. Nous avons pris parti contre lui, et nous sommes encouragés de savoir que notre façon de procéder a eu un effet contre les pressions internationales et l’a rendu à la raison et l’a amené à regretter ses propos."

  • permalien Deïr Yassin :
    4 avril 2011 @19h39   « »

    A propos de Juliano Mer-Khamis dont on vient d’apprendre l’assassinat.

    Son portrait vaut vraiment le détour : fils d’une mère juive israélienne et d’un père palestinien de nationalité israélienne, un des leader du Parti Communiste Israélien. Après avoir tout fait pour s’intégrer dans la société israélienne, dont se porter volontaire pour l’IDF et cacher ses origines arabe ne sont qu’une partie, Juliano Mer-Khamis a de plus en plus rompu avec la société israélienne, et se déclarait avec de plus en plus d’insistance "Palestinien".

    C’est d’ailleurs lui qui a fait scandale en se levant durant une projection du film "Avatar" en Californie, l’année dernière, en criant qu’il s’agissait bien d’une métaphore des Palestiniens.

    "Les enfants d’Arna" est un très beau film qu’il a fait sur le travail de sa mère, Arna Mer, dans le camp de Jenine, avec son théâtre pour enfants, et que Juliano Mer-Khamis a continué à gérer après la mort de sa mère. On voit dans ce film plusieurs enfants qui par la suite ont été tué par l’armée israélienne et d’autres qui sont devenus des combattants connus comme Zakaria Zoubeidi, à un moment ’le Palestinien le plus recherché’ par l’Etat d’Israël.

    Juliano Mer-Khamis fut aussi acteur, et a joué dans plusieurs films internationaux. Et puis, il fut très beau ...

    "Arna’s Children" :
    - www.youtube.com/watch ?v=a6EX...

    La version française en 6 épisodes : "Les Enfants d’Arna" :
    - www.dailymotion.com/video/x5...

  • permalien K. :
    4 avril 2011 @20h04   « »

    Alain Gresh : ...ce n’est pas parce qu’un événement advient qu’il devait forcément advenir.

    A quoi on peut rétorquer, en sens inverse, qu’il fallait une sacrée dose d’optimisme pour croire qu’un avènement (celui d’une Palestine) pouvait advenir dans les conditions acceptées par Arafat, conditions qui n’imposaient des conditions qu’à la partie la plus faible- le voleur imposant les conditions de la restitution d’une partie de ses rapines...-, un gel de la colonisation sioniste dans les territoires occupés, ne parlons pas de leur démantèlement, n’étant même pas imposé à l’Etat sioniste.

    Il faut rappeler qu’Israel ne s’est pas privée, sous Rabin même, de poursuivre la colonisation, et s’en est d’autant moins privée que la “communauté internationale” n’a guère attendu qu’il y ait des résultats concrets sur le terrain pour nouer des relations diplomatiques avec l’Etat sioniste, sans compter que le front egyptien était jugulé depuis quelques années.

    Je vois vraiment mal comment l’avènement Palestine pouvait advenir dans ces conditions.

  • permalien Orangerouge :
    4 avril 2011 @20h35   « »

    On ne voit pas ce qui débloquerait la situation maintenant. Je ne vois pas ce qui permettrait de n’être pas entièrement pessimiste.

    La "communauté internationale des dirigeants achetés par les sionistes" est toujours achetée pour ne pas considérer un enfant palestinien comme un enfant, ni un assassinat de Palestinien comme un assassinat.

    Sur le sol européen même, les arabes sont stigmatisés et attaqués dans leur religion par les dirigeants achetés de cette "communauté" des castes au pouvoir dans nos "démocraties" bien malades et abîmées.

    Je ne crois pas que les révolutions arabes changeront quoique ce soit en dehors des pays où elles ont lieu.

    Si Israël mène une épuration ethnique contre les Palestiniens ce n’est pas parce qu’ils ne seraient pas démocrates ...

    Si des soulèvements de Palestiniens démocrates avaient lieu il est hélas trop probable qu’elles soient noyées dans le sang, par Israël et par les tirans locaux qui sont à ses ordres ou ont été générés par lui, sans une seule réaction de la ""communauté internationale"".

  • permalien Orangerouge :
    4 avril 2011 @21h01   « »

    Goldstone a une fille et des petits enfants qui vivent en Israël. On imagine ce qu’ils ont du vivre comme stigmatisation et opprobre.

    Rendre par ses positions, la vie impossible à sa famille proche, je ne le souhaite à personne.

    Compte tenu de ces faits, je trouve que Goldstone a tenu bon longtemps.

  • permalien Laurent Szyster :
    4 avril 2011 @21h12   « »

    Ainsi, les révolutions dans le Monde Arabe "ont détourné l’attention de ce qui se passe en Palestine." Evènements dont il faut, absolument, faire un résumé du bilan gazastrophique.

    Après le rappel de la "ligne directrice" on passe au sujet du jour, à la "pitoyable rétractation du juge Goldstone", ce qu’il faut en dire pour ne pas faire honte à la propalestine.

    En commençant par le soupçon de la coercicion "sioniste". Ensuite en niant les faits. Puis enfin en prenant comme référence morale la Commision pour les Droits de l’Homme auprès des Nations Unies.

    Dans son rapport de Janvier 2011 la même commission avait inclu les félicitations de la Syrie à la Libye sur ses progrès en la matière humanitaire.

    La référence morale de la mort qui tue.

    Et c’est rien de le dire ...

  • permalien Lou :
    4 avril 2011 @21h31   « »

    Qu’est-ce que Goldstone sais maintenant ? - Salah Abdul-Hakim

    Juge à la retraite Richard Goldstone a commencé son texte d’opinion publié vendredi sur le Washington Post en disant : « Nous en savons aujourd’hui beaucoup plus sur ce qui s’est passé dans la guerre de Gaza de 2008-09 que lorsque j’ai présidé la mission d’enquête, nommée par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU , qui a produit ce qui est connu comme le rapport Goldstone. "

    Cependant, étrangement il ne fait aucune référence dans son article à toute nouvelle information qu’il aurait acquise.

    "Si j’avais su alors ce que je sais maintenant, le rapport Goldstone aurait été un autre document," poursuit l’article, et de nouveau il échoue à élaborer même un seul point qui remettrait en question ses propres conclusions.

  • permalien Lou :
    4 avril 2011 @21h38   « »

    Deïr Yassin : "Et puis, il fut très beau ..."


    Juliano Mer-Khamis le fils d’Arna Mer et de Saliba Khamis

  • permalien Deïr Yassin :
    4 avril 2011 @22h01   « »

    @ Lou

    Vous n’avez pas fait justice à sa beauté :-)
    Ici, il y a une dizaine d’années ...
    - www.challenge-mag.com/101/bo...

    Qui a bien pu assassiner cette si belle personne - dans tous les sens du terme ? Je suis assommée .... Maintenant, je pourrais me mettre à boycotter les films d’Amos Gitaï puisqu’il n’y jouera plus :-(

  • permalien sami cité par Orangerouge :
    4 avril 2011 @23h02   « »
    Bon il s’est trompé un point c’est tout, ce M. Goldstone. L’armée israélienne a tué 1400 civils par inadvertance.

    Bon il s’est trompé un point c’est tout, ce M. Goldstone. L’armée israélienne a tué 1400 civils par inadvertance. Heureusement d’ailleurs, je n’ose pas imaginer la situation en cas de meurtres planifiés de civils. Les Palestiniens sont invités à ne pas avoir de rancune, ça peut arriver. On sait seulement que les officiers qui ont provoqué la mort de tant de civils par mégarde sont gravement incompétents et qu’il faut les enfourailler pour qu’iils lavent eux-mêmes leur déshonneur. Yahvé les attend, quelque part là-bas.
    Vous avez raison Robert, il faut tuer les civils palestiniens (par mégarde, naturellement) et ensuite s’excuser en leur imposant un embargo. Car ce sont eux qui troublent l’occupation paisible...

    Ecrit par : sami | 04.04.2011

  • permalien Deïr Yassin :
    5 avril 2011 @00h41   « »
    La Ligue de Défense Juive encore à l’oeuvre

    Ils ont tenté d’empêcher la projection du film "Gaza-Strophe" au Cinéma Espace Saint Michel hier.

    - www.ujfp.org/modules/news/ar...

    On s’imagine si la projection d’un film pro-israélien produit par des Juifs fut attaqué dans pareilles circonstances ...

  • permalien Jerémie :
    5 avril 2011 @08h32   « »

     ». L’Autorité palestinienne,

    C’est une non-autorité

    jusque-là fortement soutenue par Hosni Moubarak,

    comme la corde le pendu

    est plus isolée

    Pas l’aile gauche du Fatah qui doit se réjouir des nouvelles positions égyptiennes

    et aura plus de difficultés à continuer un dialogue avec un gouvernement israélien qui ne cherche qu’à prolonger l’occupation.

    Le grignotage surtout, bien plus que l’occupation en elle-même

    C’est sans doute l’une des raisons de la relance des tentatives de réconciliation entre le Hamas et le Fatah.

    C’est un piège du collabo Abbas imitant ses maîtres : paraître plein de bonne volonté, mais en ajoutant une condtion inacceptable par l’autre.

  • permalien K. :
    5 avril 2011 @10h10   « »

    Dennis Ross, "premier conseiller de Maison Blanche sur le Moyen-Orient," à la dernière conférence annuelle de l’ "Anti Defamation League" : http://www.jpost.com/DiplomacyAndPo...

    Les Etats-Unis sont fermement opposés à une déclaration unilatérale d’indépendance Palestinienne à travers l’ONU, a déclaré lundi le premier conseiller de la Maison Blanche sur le Moyen-Orient.

    "Nous avons toujours dit clairement que la manière de créer un Etat palestinien passe par des négociations, et non pas par des déclarations unilatérales, non pas par l’ONU", a dit Dennis Ross conférence de la Ligue Anti-Defamation annuelle sur le leadership. "Notre opposition a été constante dans ce domaine."

    Constante, en effet.

  • permalien JOKER5 :
    5 avril 2011 @10h50   « »

    Plutôt que de continuer à les exterminer, ce qui n’a pour effet que de les extrêmiser, il serait meilleur de leur donner la liberté démocratique d’exister en tant que citoyen d’un seul et unique Etat juif mais démocratique. Un Israel qui reconnaitrait le palestinien comme un citoyen et non pas comme un terroriste en dhimmitude.

    Plutôt que de les laisser croire aux mirages du Fatah ou du Hamas, il serait meilleur de leur donner tout de suite une certaine liberté de mouvement. Une liberté de penser à leur avenir, et une liberté d’aller vivre où bon leur semble.

    Si le peuple syrien sortait victorieux de son combat pour la démocratie, cet élan de liberté sera un encouragement pour les peuples israelien et palestiniens. Ces deux peuples seront d’avantage tentés par un avenir commun et pacifique, à l’inverse de leurs chefs qui n’ont de cesse de durcir le ton.

  • permalien Laurent Szyster :
    5 avril 2011 @12h20   « »

    Je trouve la préface d’Alain Gresh à l’opuscule de Julien Salingue d’un humour rare.

    Petit exemple :

    "Un Etat unique où coexisteraient les Palestiniens et les Israéliens juifs peut-il se construire sans que ces derniers, d’une manière ou d’une autre, ne soient associés au combat ? Ce qui nécessite non seulement des moyens de lutte particuliers, mais aussi des perspectives claires. Le futur Etat sera-t-il un « Etat arabe » ? Sera-t-il binational ou celui de tous ces citoyens ? Quelles seront les garanties constitutionnelles ?"

    Sachant que l’Autorité Palestinienne répète à l’envi qu’il ne peut y avoir de "sionistes" dans l’état qu’elle s’apprête à proclamer dans les lignes d’armistice de 1949, sachant que le Hamas rêve encore - et bien fort - de rejeter les Juifs à la mer, il faut être un sacré pince-sans-rire pour se poser ce genre de question.

  • permalien Noval :
    5 avril 2011 @12h30   « »

    Comparer le régime d’apartheid alors en vigueur en Afrique du Sud avec ce qui ce passe depuis quelques décennies en Israël/Palestine est certes commode pour l’esprit mais n’explique pas pourquoi ni en quoi le régime sud-africain était considéré par la quasi-totalité de la communauté internationale comme étant incontestablement raciste alors que cette même communauté accepte sans rechigner le racisme qui est au fondement même de l’Etat d’Israël.

    L’apartheid sud-africain se pratiquait en quelque sorte en " vase clos ", sans que les dirigeants de ce pays n’aient besoin de le justifier voire de le légitimer devant le reste du monde comme le font avec une constante frénésie et en toute impunité les responsables israéliens.

    Concernant l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid et Israël :

    - aucun dirigeant sud-africain n’a passé le plus clair de son temps à se rendre de capitale en capitale, d’Europe en Amérique, pour justifier, revendiquer et légitimer les pratiques racistes de son pays. A chaque nouveau crime commis par Israël, ses dirigeants s’empressent de se rendre aux quatre coins de la planète (pays " Arabes " mis à part car d’autres s’en chargent pour eux) et exigent d’être reçus comme des héros.

    - on serait bien en peine de citer ne fut-ce qu’un seul organisme alors implanté dans un quelconque pays de l’hémisphère nord dont le but affiché et ouvertement revendiqué était la défense de l’apartheid en Afrique du Sud. Concernant Israël, d’Amérique en Europe, on a l’embarras du choix quant au nombre d’associations qui d’amont en aval pèsent de tout leur poids sur leurs gouvernements respectifs pour leur faire comprendre que le terme " morale " ne prend sens que s’il est accolé devant ou après celui de sionisme .

    L’Afrique du Sud du temps de l’apartheid savait que les règles de décence et de bienséance diplomatiques prohibent certaines pratiques ; dans le glossaire des termes utilisés dans le domaine des relations internationales figurent depuis bien longtemps les termes " indécence " et " impudicité " . Sionisme oblige.

  • permalien gueoula :
    5 avril 2011 @13h03   « »

    On comprend très bien pourquoi sur le blog du diplo le revirement de golstone fache.
    la vérité est dure a entendre.

  • permalien Jeff :
    5 avril 2011 @13h52   « »

    C’est plutôt la lâcheté qui est dure à entendre.

    Parce que vous pouvez toujours tordre la vérité dans tous les sens, il n’en restera pas moins qu’il y a eu plus de 1400 morts (dont un tiers d’enfants) du côté palestinien et seulement 13 morts côté israélien au cours de la boucherie perpétrée à Gaza en 2006. Vous n’y pouvez rien changer (hélas pour les victimes et leurs familles).

    Mais on ne lui a pas rendu la vie facile, à ce pauvre Goldstone, depuis la sortie du rapport.

  • permalien D. :
    5 avril 2011 @13h58   « »
    Goldstone, les faits et la caution morale

    Il y a une année, Norman Finkelstein publiait « This Time We Went Too Far - Truth and consequences of the Gaza invasion ». Préface :

    Aux côtés de nombreuses autres personnes, j’ai consacré une grande partie de ma vie d’adulte à l’accomplissement d’une paix juste entre Israël et la Palestine. On ne peut pas dire que les Palestiniens vivant sous l’occupation aient beaucoup bénéficié de ces efforts. Le rouleau compresseur israélien s’est avéré irrésistible. Les changements survenus ont seulement empiré la situation. Sous l’apparence de ce qu’on appelle le « processus de paix » , Israël a de facto annexé de grandes portions de la Cisjordanie et mis en pièces l’ossature sociale de la vie palestinienne dans ce territoire et dans la bande de Gaza.

    Cependant, prétendre qu’il n’y a eu aucun progrès serait exagérément pessimiste. La politique d’Israël ne peut plus compter sur un soutien automatique. De par le monde, les sondages d’opinion, non seulement hors des communautés juives mais aussi en leur sein, révèlent un malaise croissant envers le comportement de l’état israélien. Cette évolution est essentiellement due au fait que le public est maintenant beaucoup mieux informé. Les historiens ont démonté nombre des mythes propagés par Israël pour justifier la dépossession et le déplacement de la population indigène de Palestine ; les organisations de défense des droits humains ont exposé au grand jour les mauvais traitements israéliens envers les Palestiniens vivant sous l’occupation ; enfin, il s’est formé dans l’arène légale-diplomatique un consensus autour d’une résolution du conflit préservant les droits élémentaires des Palestiniens.

    ...

  • permalien D. :
    5 avril 2011 @14h00   « »
    Finkelstein suite

    ...

    Le mécontentement latent envers la conduite d’Israël s’est accru avec son invasion de Gaza en décembre 2008. L’assaut israélien sans merci, sur une population civile sans défense, a largement suscité consternation et dégoût. Des fissures profondes se sont ouvertes dans les communautés juives, particulièrement au sein des jeunes générations. Parmi les supporters d’Israël de la première heure n’ayant pas protesté ouvertement, beaucoup ont préféré se taire plutôt que de défendre l’indéfendable.

    La première partie de ce livre analyse les motifs de l’assaut israélien sur Gaza et décrit le déroulement de ce que Amnesty International a appelé « 22 jours de mort et de destruction ». Le moindre de nos devoirs envers les habitants de Gaza est une description correcte des souffrances qu’ils ont endurées. Si personne ne peut faire revenir les morts ou restaurer les vies détruites de ceux qui ont survécu, nous pouvons encore respecter la mémoire de leur sacrifice en la préservant intacte.

    Toutefois, ce livre n’est pas simplement une lamentation ; il expose aussi des raisons d’espérer. La saignée de Gaza a réveillé la conscience mondiale. Les perspectives n’ont jamais été aussi prometteuses pour galvaniser le public afin d’agir plutôt que de se plaindre. Nous avons la vérité de notre côté. Nous avons la justice de notre côté. Celles-ci deviennent des armes puissantes une fois que l’on a appris à s’en servir. Le défi actuel a deux volets : acquérir et transmettre au public une connaissance factuelle et sans vernis des événements à Gaza ; puis mobiliser le public autour d’une résolution du conflit que tous les avis éclairés ont adoptée --- et que Israël et les États-Unis sont virtuellement seuls à avoir rejetée. Mon espoir est que ce livre aidera à accomplir cette tâche et in fine à permettre à tous, Palestiniens et Israéliens, à mener une vie digne.

  • permalien marc :
    5 avril 2011 @14h32   « »
    à l’impossible, nul n’est tenu ...

    @ Deïr Yassin : merci pour le lien.

    Qui peut juger Goldstone alors qu’il était menacé dans sa famille ?
    A ce stade, un simple article, peut on raisonnablement lui en vouloir de protéger les siens, de ne pas être un héros ?
    A moins de considérer que ce que l’on écrit sur ce blog ait une portée internationale décisive ?
    Peut-on ne pas tenir compte des moyens de propagande, de pression, utilisés par les sionistes bellicistes ?
    (Tiens, l’auteur du printemps des sayanim a un blog actif)

    Est cet article de Goldstone qui fâche ?
    Ou est-ce la situation d’oppression subie par les Palestiniens ?

    Bon courage à nos journalistes pour chercher à savoir ce que Goldstone a appris entretemps !

  • permalien Noval :
    5 avril 2011 @14h53   « »

    " Il est douteux que la pitoyable rétractation du juge modifie l’image du gouvernement israélien "

    Cette " pitoyable rétractation " est à porter au crédit (...) de l’activisme de la redoutable puissance de feu des nombreux lobbys pro-israéliens .

    " Pitoyable rétractation " ? Si ce n’était que cela ...

  • permalien Laurent Szyster :
    5 avril 2011 @15h22   « »

    @Jeff,

    Renseignez-vous :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Gaza_W...

    D’après le bilan du PCHR il y avaient 255 mineurs (moins de 18 ans) parmi 1417 victimes palestiniennes de la guerre à Gaza.

    Soit 18% au pire un sixième, pas un tiers.

    De plus, selon les différent bilans de 22% à 8% étaient des enfants (selon qu’on considère ou non comme enfant des mineurs de 16 ans et plus).

    Or à Gaza les enfants de 0 à 14 ans constituent 45% de la population.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Demogr...

    D’autre part je vous ferais remarquer que le Hamas a déclaré avoir perdu 700 combattants, chiffre très proche des 709 avancé par l’armée israélienne.

    La seule conclusion qui s’impose de ces statistiques est que l’armée israélienne n’a pas tiré aveuglément sur les civils, sinon les femmes et les enfants auraient représenté les trois quarts des victimes.

    Rien d’étonnant donc qu’après deux ans de suivi des enquêtes le juge Goldstone ai reconnu que le bilan "sioniste" était plus proche de la réalité que celui fournit à l’époque aux ONG par les "sources médicales palestiniennes".

    Sauf bien sur si on a dans l’honnêteté des propagandistes du Hamas la foi du charbonnier "antisioniste" ...

  • permalien Sakhra :
    5 avril 2011 @16h30   « »

    Rien d’étonnant donc qu’après deux ans de suivi des enquêtes le juge Goldstone ai reconnu que le bilan "sioniste" était plus proche de la réalité que celui fournit à l’époque aux ONG par les "sources médicales palestiniennes

    Comme, un supplicié torturé, Goldstone se rétracte ? ....une victime des tortures sionistes ? ENCORE UNE ?

    .

    Il faut bien lire le texte de Goldstone. C’est un texte remarquable, comme ces mots lâchés par les torturés, par bribes et sous l’effet de l’épuisement. Dans le cas de Goldstone, qui est de confession juive, cette torture a dû être particulièrement éprouvante. Car ce texte équivoque, qui n’est pas vraiment une rétractation, respire clairement la honte d’un homme libre qui se soumet et s’aligne. Il le sait le juge. Il vient d’Afrique du Sud où l’on ne se paye pas de mots pour savoir ce que sont la ségrégation et l’apartheid et où l’on ne ferme pas les yeux quand on les voit appliqués aux Palestiniens.

    Mais le juge Goldstone aurait beau essayer d’introduire de la nuance dans son rapport, cela n’empêchera pas Israël de lui demander de s’humilier davantage devant le monde entier et d’humilier sa raison et son bon sens. L’homme sait parfaitement que son rapport est juste. Ce rapport était inacceptable pour Israël et ses soutiens occidentaux. Israël a le « droit de se défendre », répètent-ils, ce qu’il faut traduire simplement par « droit de massacrer ».

    http://www.lepost.fr/article/2011/0...

  • permalien Jeff :
    5 avril 2011 @16h45   « »

    @ Laurent Szyster

    Vous pouvez ergoter sur les chiffres autant qu’il vous plaira, cela ne changera rien au bilan des victimes.

    Ce que vous ne semblez pas comprendre (vous connaissez le principe d’empathie ?), c’est l’ignominie qui consiste à bombarder des civils mal armés pour se défendre et sans possibilité de fuir dans un territoire minuscule et surpeuplé.

    Autant dire simplement que les chiens ont été lâchés dans un poulailler.

    Le pire c’est quand les chiens s’en vantent ou viennent pleurnicher que ce n’était pas de leur faute si du sang a coulé. Pitoyable hasbara...

  • permalien Deïr Yassin :
    5 avril 2011 @16h58   « »

    Laurent Szyster qui a repris le relais de Nathan sur "Les-700-Combattants-de-Hamas" tués durant ’Plomb Durci’.

    D’ailleurs si Szyster pourrait nous fournir les déclarations de Hamas sur ses 700 combattants. Et de préférence ni de wikipedia ni de MEMRI, ses références préférées.

    - 330 combattants ont été tués
    - 248 officiers de police - et ceux-là ne sont pas considérés comme des combattants. Peut-être que le Lobby ait réussit à faire ’changer d’avis’ le Juge Goldstone mais il n’est pas encore le décideur de ce qui est considéré combattant ou pas !!
    - 320 enfants.

    Le tout est dans le rapport de l’affreux organisation israélienne anti-sémite B’Tselem :

    - www.webcitation.org/5niCUh4K4

    Sinon, vous avez aussi les témoignages recueillis par "Breaking the Silence", autre affreuse organisation israélienne notoirement antisémite :
    - www.palestinemonitor.org/spi...

    On attend d’ailleurs avec impatience que vous avancez aux cours suivants de Hasbara. Les deux mots dont vous usez et abusez "antisioniste" entre guillemets, et ’propalestine’ commencent à dévoiler vos absences d’arguments.

    320 enfants tués, l’envie de Goldstone de retrouver le chemin de sa communauté et sa synagogue ou non !!!

  • permalien Deïr Yassin :
    5 avril 2011 @17h08   « »

    On remarquera d’ailleurs que la Hasbara ne sait pas sur quel pièd danser.
    Szyster essaie avec beaucoup de conviction - et wikipdia, son ami infaillible à l’appui - de nous prouver que les Israéliens n’ont pas tué assez d’enfants, par rapport à leur pourcentage de la population gazaouie.

    D’autres part, la même Hasbara aime nous expliquer que le Hamas se cache dans les écoles, utilise les enfants comme boucliers humains (quand ils ne les mangent pas) etc etc.

    Il faut peut-être que la "Pro-Israël" se mette d’accord pour suivre la même ligne propagandiste.

    Les mensonges sont multiples. Quant à la vérité il y a une seule.

  • permalien Jeff :
    5 avril 2011 @17h24   « »

    Le bourrage de crâne qu’ont subi depuis l’enfance les sionistes qui ne cessent d’excuser l’inexcusable et de justifier l’injustifiable repose sur ce principe que dénonçait Tanya Reinhardt :

    Il semble que tout ce que nous avons intériorisé de la mémoire de l’Holocauste, c’est que tout mal de moindre ampleur est acceptable.

  • permalien Laurent Szyster :
    5 avril 2011 @17h40   « »

    @Jeff,

    Désolé de remettre en doute l’algèbre "antisioniste" où 1/6 = 1/3.

    Mais les faits sont plus têtus que vos préjugés.

    Et les faits nous disent que, même en prenant le bilan fourni au ONG sous la surveillance du Hamas à Gaza, l’armée israélienne n’a pas pu avoir comme politique de viser les civils.

    S’il le fallait, les dernières "opérations héroïques" de la "résistance" en Cisjordanie et à Jérusalem nous ont rappelé qui dans ce conflit a pour politique d’assassiner intentionnellement les civils.

  • permalien K. :
    5 avril 2011 @17h43   « »

    Amos Gilad : Le seul moyen de ne pas agresser Israël est d’accepter de vivre comme un chien errant.

    Le chef du bureau de la sécurité diplomatique d’Israël a mis en garde cette semaine qu’Israël faisait face à un isolement "non moins grave que la guerre" si les Nations Unies reconnaissent la Palestine en tant qu’Etat indépendant ce Septembre.

    Dans ses remarques rapportées par [la chaîne TV israélienne] Canal 10, le général (rés.) Amos Gilad a déclaré à huis-clos que les dirigeants de l’Autorité palestinienne étaient en train d’organiser une "agression internationale contre Israël".

  • permalien gueoula :
    5 avril 2011 @17h56   « »

    Il aura fallu un an et demie au juge Goldstone pour voir ce qui sautait aux yeux de toutes les personnes de bonne foi dès le départ. Il écrit aujourd’hui : « Si j’avais su alors ce que je sais maintenant, le rapport Goldstone aurait été un document différent. » Et poursuit ensuite en notant que « notre rapport a établi des preuves de crimes de guerre potentiels et « peut-être des crimes contre l’humanité » commis par Israël et le Hamas. Que les crimes qui auraient été commis par le Hamas l’ont été intentionnellement, cela va sans dire - ses roquettes ont visé délibérément et aveuglément des cibles civiles. » Quant aux accusations portées contre Israël, le juge admet que les enquêtes menées par l’armée israélienne et prises en compte dans le Rapport, « indiquent... que des civils n’ont pas été délibérément pris pour cible et qu’ils ne l’ont pas été par principe. »

  • permalien Laurent Szyster :
    5 avril 2011 @18h27   « »

    @Deir Yassine,

    Les encyclopédistes ont la dure obligation de citer leur sources.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Gaza_W...

    En ce qui concerne le bilan de 700 combattants revendiqué par le Hamas, l’article de Wikipedia cite cette dépêche de l’AFP du 1 Novembre 2010 :

    http://www.google.com/hostednews/af...

    Dépêche qui reprend les déclarations faite par le "ministre de l’intérieur" Fathi Hammad au journal Al-Hayat.

    Alors, à moins de croire que ce dirigeant du Hamas, le quotidien arabophone, l’AFP et Wikipedia participent ensemble au "complot sioniste", il faut bien constater que le bilan du Hamas correspond effectivement à celui de Tsahal en ce qui concerne les combattants.

    PS : Malgré l’usage criminel d’infrastructures civiles par les milices islamistes à Gaza, l’armée israélienne a réussi à limiter les dommages collatéraux à 50% de victimes civiles d’après le Hamas (39% selon le bilan de Tsahal). La seule contradiction patente ici est entre ces faits établis et vos préjugés rances, entre l’aveuglement angéliste que vous avez pour une prétendue "résistance" et la complaisance que vous nourrissez à l’égard d’un des plus vieux libels "antisionistes".

  • permalien Deïr Yassin :
    5 avril 2011 @21h30   « »

    @ Szyster

    "Les encyclopédies ont la dure obligation de citer leur sources"

    Bien, voyons ! Et la liberté de les détourner à leur guise !

    "Les-700-Combattants-de-Hamas", on nous l’a servi depuis deux ans, et avec la preuve ultime, wikipedia, en plus !

    D’abord sur votre fiche ’wiki’, ni B’Tselem ni le Palestinian Center for Human Right parle de 700 combattants, mais de 330 (cf. leur rapport) et de 236.

    IDF avance le chiffre de 709 avec un bas de page qui nous explique que L’Armée-La-Plus-Morale-Au-Monde considère que la police de Gaza fait partie des combattants.

    Bien, figurez-vous, on s’en tape de ce que considère Tsahal. Il ne décident pas (encore) comment on définit un combattant en loi internationale.

    Pour votre "le bilan de 700 combattants revendiqué par le Hamas", la "source obligatoire" est une dépêche d’AFP dont on a en plus manipulé le contenu  !!

    La dépêche commence bien par

    "A Senior Hamas official admitted Monday that up to 300 fighters were killed ..."

    Citons-le :

    "On the first day of the war Israel targeted police stations and 250 martyrs were killed from Hamas and other factions".

    Ces 250 tués ne sont pas considérés comme des combattants sauf parmi les Ziocanisés.

    "In addition to them, between 200 and 300 fighters from the Al-Qassam Brigade (Hamas’s armed wing) and another 150 security forces were martyred".

    Votre source est donc une dépêche d’AFP manipulé. "Wikipedia", la source de toute connaissance ...
    Cela n’est pas parce qu’un nombre est mentionné dans le titre et repris dans l’article même, qu’il faut les additionner !!

    Vous avez certainement aussi des choses intéressantes à nous apprendre sur Muhammed al-Durra, vit-il à Gaza ou a-t-il été exfiltré ? Comment les sionistes ont-ils fait fleurir le désert ? Et comment cela se fait que ce pays ’avec le plus grand nombre de Prix Nobel, inventeur de l’eau tiède et du hi-tech’, a des agents de PR si minables ???

  • permalien marc :
    5 avril 2011 @21h45   « »

    La proposition suivante : ...

    “L’usage criminel d’infrastructures civiles”

    est-elle une indication qu’il y avait aussi

    un usage légal d’infrastructures militaires

    possible sur le terrain ?

  • permalien
    5 avril 2011 @22h40   « »

    Orangerouge :

    Connaissez vous des blogs, ou des commentaires sur des articles, de Libyens qui regrettent l’intervention militaire et protestent contre elle ?

    "Il est incohérent d’accorder son « plein soutien » à des forces politiques et de refuser en même temps leur principale exigence, à savoir des bombardements sur les troupes qui leur sont opposées. Les rebelles n’ont évidemment pas besoin de grandes déclarations de solidarité faites à Paris, mais d’armes, d’avions, de bombes etc. Notons au passage que cela vaut également pour les combattants afghans, palestiniens, bahreinis etc. Personne n’a besoin d’une « solidarité » purement verbale et n’impliquant aucune action politique concrète."

    Sur la gauche française et la guerre en Libye, Jean Bricmont

  • permalien K. :
    5 avril 2011 @23h28   « »

    Rétrospectivement, il apparait clairement que le juge Goldstone était noué par la peur dès le début.

    Et il apparait encore une fois, que devant un tel Etat, qui bénéficie non seulement d’une impunité mais d’un encouragement, il est vraiment impératif de dire tous les faits.

    Comme le disait Jerome Slater en Janvier 2010, « [l]oin d’attaquer injustement Israël, à plusieurs égards la Commission Goldstone a éludé ou sous-estimé de très importantes critiques légitimes sur son comportement. »

    En effet, les crimes israéliens ne se résument pas aux meurtres délibérés de civils - faits indéniables jusqu’à preuve sérieuse (c’est à dire non tsahalienne) du contraire- à la destruction d’infrastructures civiles de base et à la disproportionnalité, tous crimes de guerre, il y a aussi l’attaque elle-même et le contexte dans lequel elle est survenue :

    ...

    ...[l]a troisième et plus importante erreur de la Commission a été son acceptation plutôt étrange de l’argument voulant que l’attaque israélienne avait une cause juste, celle de la « légitime défense », même si ses méthodes étaient injustes.

    ...le rapport Goldstone occulte le fait que l’alternative évidente à tout usage de la force par Israël est de mettre fin à son occupation et sa répression des Palestiniens. Dans cette optique, Israël n’a pas de "droit" de revendiquer l’auto-défense, car le véritable objectif de son siège et de ses attaques militaires est d’écraser la résistance à l’occupation - ou, comme Henry Siegman l’a dit, "pour protéger le droit [d’Israël] de poursuivre l’étranglement de la population de Gaza."

    Autrement dit, l’attaque israélienne contre Gaza était un crime de guerre en soi - le crime d’agression - même si ses méthodes de guerre n’avaient pas été des crimes de guerre.

    C’est l’occupation israélienne et la répression continues des Palestiniens qui expliquent la plupart, sinon la totalité, des attaques contre Israël.

  • permalien K. :
    5 avril 2011 @23h59   « »

    Est-ce le tour de la Palestine ?
    Samer Araabi, 05/04/2011

    Alors que les révolutions éclataient à travers la Tunisie et l’Egypte, l’une des premières questions qui s’est posée en Occident a été celle des effets des mouvements démocratiques arabes sur l’état d’Israël.

    L’establishment de Washington a généralement accepté l’opinion - promue par des personnes comme Dennis Ross et Elliott Abrams - que les soulèvements ne reposaient que sur des préoccupations nationales et n’avaient aucun lien avec Israël ou les États-Unis. Toutefois, d’autres observateurs, qui ont surveillé attentivement les manifestants, ont remarqué des positions anti-sionistes, pro-palestiniennes fortes et persistantes à travers les bouleversements régionaux.

    Il ne fait aucun doute que le printemps arabe aura un impact considérable sur les calculs régionaux israéliens, y compris sur la viabilité de l’occupation.

    Bien que l’impact ultime de ces développements sera difficile à déterminer avant un certain temps, une question, en particulier, doit être confrontée pour appréhender les effets potentiels à long terme des révolutions arabes sur la paix au Moyen-Orient : que signifient ces révolutions pour la Palestine ?

    (..)

    Les Palestiniens sont directement touchés par les récents troubles régionaux de deux façons importantes. L’effet le plus largement discuté concerne les changements de cap de politique étrangère adoptés par les gouvernements nouvellement installés en Egypte et en Tunisie, ainsi que par les pays voisins désireux d’apaiser leurs peuples. Les populations arabes ont toujours été beaucoup plus disposées à aider la cause palestinienne - et à rejeter la normalisation avec Israël - que leurs dirigeants ...

    Mais les nouveaux élus, tout à coup responsables devant leurs propres administrés, pourraient bien être forcés de prendre une approche plus pro-palestinienne, ce qui pourrait avoir comme résultat de mettre fin au blocus de Gaza, une augmentation de l’aide, et la préconisation d’une plus grande pression régionale sur Israël.

    Alors qu’Israël perd ses alliés dans la région, il peut perdre un important levier stratégique dans la résolution de son conflit avec les Palestiniens selon ses propres termes.

    ..

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @00h00   « »

    Ilan Pappe sur "Goldstone’s Shameful U-Turn" :

    - http://electronicintifada.net/v2/ar...

    Il y fait entre autre une comparaison entre le revirement de Benny Morris et celui-ci de Goldstone.

  • permalien Lou :
    6 avril 2011 @00h13   « »

    Muhammad Ziad Shalha, 22 ans, tué ce matin à 10 heures par l’armée israélienne pour avoir récupérer des gravats de ciment près du passage d’Erez

  • permalien Laurent Szyster :
    6 avril 2011 @01h14   « »

    @Deir Yassine,

    Jeff n’est pas seul a avoir des problème avec les chiffres.

    Il n’y a pas de manipulation, de complot. L’AFP a simplement rapporté ce que le ministre de l’intérieur du Hamas a déclaré à Dar Al Hayat. In extenso :

    "They say the people suffered from this war, but is Hamas not part of the people ? On the first day of the war Israel targeted police stations and 250 martyrs were killed, from Hamas and other factions," he told the paper. "In addition to them, between 200 and 300 fighters from the Al-Qassam Brigades (Hamas’s armed wing) and another 150 security forces were martyred."

    Recomptons.

    250 + 300 + 150 = 700.

    Les chiffres sont sans doute trop rond pour être précis, mais la proportion demeure.

    Et pourquoi ce représentant du gouvernement islamiste à Gaza revendique tous ces martyrs ?

    Pour rappeler que les "résistants" aussi ont payé le prix des décisions des planqués à Damas et des barons des milices. Le rappeler à une population doute des motivation, de la stratégie et des tactiques de ceux qu’ils avaient élus en 2005.

    Lorsqu’il faut indigner le monde les victimes sont au trois quart civiles, plus tard on revendique une moitié de miliciens martyrs pour ne pas passer pour des lâches cyniques.

    Où est la vérité ?

  • permalien gloc :
    6 avril 2011 @05h49   « »

    Vous disiez antisémite ?

    25/01/2010

    Le Figaro - Flash actu : Goldstone : Israël parle d’’’antisémitisme’’

    "Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’antisémitisme se focalise non sur les juifs mais sur Israël et les Israéliens", a estimé le ministre [Youli Edelstein], chargé de la diaspora et de présenter la position d’Israël à l’étranger.

    C’est la première fois qu’une accusation aussi explicite est lancée par un représentant du gouvernement israélien contre le rapport du juge sud-africain Richard Goldstone, lui-même juif et se déclarant ami d’Israël.

    Israël est en train de peaufiner sa réponse à l’ONU pour décrédibiliser le rapport de la commission Goldstone qui l’embarrasse considérablement depuis sa parution en septembre. Commissionné par l’ONU, le rapport Goldstone accuse Israël et les groupes armés palestiniens, dont le mouvement islamiste Hamas, de "crimes de guerre", voire de "crimes contre l’humanité", lors de la dernière guerre à Gaza (27 décembre 2008 - 18 janvier 2009).

    ... voilà des victoires bien dérisoires ! Comment défendre encore un pays avec des dirigeants aussi stupides ?

  • permalien K. :
    6 avril 2011 @09h26   « »

    Jonathan Cook rappelle, entre autres faits occultés, que ce sont des officiels israéliens eux-mêmes qui avaient qualifié l’agression contre Gaza d’application de la "doctrine Dahyé", et écrit :

    La seconde plus importante réévaluation du juge Goldstone, est qu’il a eu tort de conclure dans son rapport qu’Israël avait adopté une politique visant à délibérément cibler des civils (Israel intentionally targeted civilians “as a matter of policy.”)

    Malgré la formulation trompeuse de Goldstone dans l’article, il ne se réfère pas à un ordre israélien d’assassinat intentionnel de civils palestiniens, mais à une politique d’attaques aveugles menées avec un mépris pour les victimes civiles potentielles.

    Après avoir souligné aussi qu’il est étrange que le juge Goldstone s’appuie sur les résultats d’une enquête (de tsahal) qui sont invérifiables puisqu’ils n’ont pas été rendus publiques, Jonathan Cook attire l’attention sur le timing de l’article du WAPO :

    A la fin du mois dernier, le Conseil des droits humains de l’ONU, qui a créé la mission d’enquête, a recommandé que l’Assemblée générale renvoie le rapport Goldstone devant le Conseil de sécurité- étape décisive dans le processus de transfert du rapport vers la Cour pénale internationale.

    Il est prévu que les États-Unis, qui se sont toujours opposés à un tel renvoi, bloqueront une telle démarche, embarrassant encore plus Washington après son dernier veto à l’ONU d’une résolution palestiniens contre les colonies israéliennes.

    Shawan Jabarine, directeur de l’Autorité du groupe palestinien de droits juridiques al-Haq, a déclaré que l’article Goldstone avait fourni à Israël et aux États-Unis une "nouvelle arme" pour discréditer le rapport avant même qu’il n’arrive au Conseil de sécurité.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @11h58   « »

    @ Szyster

    Exactement, recomptons :
    - 250 officiers de police (en effet, 248) > non pas des combattants selon la définition internationale non-sionisée
    - 300 combattants d’Al-Qassam
    - 150 autres des forces de sécurité : non pas des combattants

    TOTAL : 300 combattants. Ce qui est d’ailleurs le nombre que donne Fathi Hammad lui-même ainsi que B’Tselem.

    La manipulation ne vient pas d’AFP mais de vous et tous vos collègues de la Hasbara qui ont certainement aussi fournit ’les sources obligatoire’ à wikipedia - à savoir ici une dépêche à qui on fait dire ce qu’elle dit pas.

    Vous voulez que je vous poste encore des informations sur l’officine ultra-sioniste CAMERA et ses multiples interventions sur ’wikipedia’ ??

    "Et pourquoi ce représentant du gouvernement islamiste à Gaza revendique tous ces martyrs ?"

    Ya rabbi ! Il ne les revendique pas !!!! C’est vous et vos collègues qui veulent absolument compter 700 combattants du Hamas parmi les morts. Avec en plus vos commentaires totalement hallucinants sur le pourcentage des enfants tués par rapport à leur poids démographique pour encore nous montrer la moralité des Israéliens.

    700 combattants ferait environ la moitié des morts, et avec votre propagande sur "les-combattants-qui-se-cachent-parmi-les-civils-et-utilisent-les-enfants-comme-boucliers-humains" etc etc, vous tentez de faire paraitre le Tsahal comme L’Armée-La-Plus-Morale-Au-Monde ! Vous perdez votre temps.

    Si Fathi Hammad revendiquait tous ces martyrs comme vous postulez, vous pourriez peut-être m’expliquer pourquoi la dépêche commence par :

    "A senior official admitted Monday that up to 300 fighters were killed ..."

    Entre ’admettre’ et ’revendiquer’ il n’y pas de différence dans la propagande pro-israélienne, ’up to’ > jusqu’à , 300 fighters > 300 combattants.

    C’est d’ailleurs incroyable comme une seule petite dépêche d’AFP peut être mise à toute les sauces. Je me demande si elle a été la base de tout un séminaire au Ministère de la Propagande.

    Je suis désolée : je ne peux plus rien pour vous. Même en CM2, on ne décortique pas des textes plus que cela !

    Continuez à tourner en rond. Vous ne convaincrez que vous-même, et encore. Je me demande si vous croyez vraiment à ce que vous racontez ....

  • permalien X :
    6 avril 2011 @14h08   « »

    Je me demande si Szyster a fait une analyse statistique de la dizaine et qq de sioniste morts pendant cette guerre sur Gaza. Quel est le poucentage d’enfants, de femmes, et de civils ? Comment ça se compare avec les statistique de la population en Israël ?

  • permalien
    6 avril 2011 @14h24   « »

    Je vous rappelle une chose :

    -  D’abord Mr Goldstone n’est pas le seul a préparé le rapport, il était tout simplement le président de la commission chargée de rédiger le rapport ;

    Depuis que le rapport a été remis a qui de droit, toute l’équipe dont fait partis Goldstone n’a plus aucun droit de faire une proposition ou d’émettre un commentaire sur le rapport ;

    Si Goldstone est sous pression, ses commentaires sur le rapport n’ont plus aucune valeur juridique.

    Mam

  • permalien Laurent Szyster :
    6 avril 2011 @15h44   « »

    @Deir Yassine,

    Je ne vais pas m’épuiser à refaire encore une fois le même calcul.

    Ni a vous demandez pourquoi le ministre de l’intérieur du Hamastan a précisé que les 248 policiers étaient "from Hamas and other factions".

    Ni à savoir par quelle magie 150 miliciens des "autres forces de sécurité" ne seraient pas des combattants.

    On a très bien compris que pour vous les islamistes disposent de martyrs à géométrie variable. Civils un fois, combattants l’autre. En fonction des besoins de la propagande externe ou interne.

    Mais il se trouve que ma compréhension de cette déclaration du Hamas est la même que celle du juge Goldstone :

    “The Israeli military’s numbers have turned out to be similar to those recently furnished by Hamas.”

    Cette compréhension se base sur les faits, le recoupement des témoignages, le droit international et sa jurisprudence en matière de définition des "combattants" dans un conflit.

    A lire de toute urgence :

    http://ejil.oxfordjournals.org/cont...

    D’autre part je ne vois ce qu’il y a d’hallucinant à se demander pourquoi le bilan des victimes ne reflète pas la démographie à Gaza si Tsahal avait effectivement eu pour politique de viser les civils (comme vous le prétendez).

    Par contre je trouve fantastique qu’on puisse accorder le moindre crédit à une Commission des Droits de l’Homme qui, en Janvier de cette année encore, a accepté d’inclure dans son rapport les félicitation faite par la Syrie à la Libye en la matière humanitaire.

    Il s’agit d’un organe politique où les tyrans de la planète disposent d’une majorité automatique. Une mascarade de tribunal qui a inscrit à l’ordre du jour de chaque réunion le rôle de bouc émissaire dévolu à l’état Juif. Et qui bien sur "n’osa trop approfondir les moins pardonnables offenses" de ses membres.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 avril 2011 @16h41   « »

    @X,

    Durant la guerre de Gaza, les roquettes et mortiers tirés par les milices palestiniennes sur Israël on fait 3 victimes, toutes civiles parce que les tirs aveugle des islamistes ne visent que les civils.

    Les 10 autres sont morts au combat à Gaza. Tous militaires, parce que les soldats d’Israël ne changent pas de statut en fonction des besoin de la propagande. Et aucun enfants parmi eux parce que Tsahal ne recrute pas les mineurs d’âge.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @17h46   « »

    @ Szyster)

    Encore une fois : les 248 policiers ainsi que les 150 autres des force de sécurité ne sont pas considérés des combattants.
    Que vous collez ’miliciens’ aux 150 - ce qui n’est pas dans votre source infaillible d’AFP - montre votre malhonnêteté innée.

    Par contre, si le lobby sioniste s’y mette, je suis convaincue que vous arrivez à faire changer la définition de ’combattants’ en sorte qu’elle englobe tous les Palestiniens dès leur naissance, et ainsi, d’ici quelques années vous allez réussir à faire croire à tous les dupes - vous-mêmes avant tout - que les victimes de Plomb Durci furent tous des terroristes et qu’il s’agissait d’une guerre défensive pour la survie des Juifs.

    Vous pouvez donc tourner et détourner les mots tout ce que vous souhaitez. Reste que votre source commence par "A senior official admitted that up to 300 fighters were killed .." Faut peut-être trouver une autre ’source’ à manipuler !

    Vous citez Goldstone maintenant ? Celui avant ou après l’autodafé communautaire ?

    Je ne vois pas ce que la Commission des Droits de l’Homme a à faire dans votre comptage de combattants. Qu’elle a félicité la Libye ou la Syrie relève bien entendu d’une farce. Si mes souvenirs sont bons, le FMI et son directeur DSK avait fait pareil, sans oublier la Tunisie et l’Egypte. Il faut surtout se rappeler en 2012 si DSK se présente.

    Le groupe d’expert nommé par le Haut Commisariat aux Droits de l’Homme est présidé par Mary McGowan Davis, juge à la Cour Suprême de l’Etat de New York depuis 20 ans, donc ni Islamo-fasciste ni membre du Hamas. Qu’est ce que vous voulez ? Qu’on nomme Dershowitz pour présider une commission traitant d’Israël ?

    Vos tentatives de propagande ressemble à celui-ci :
    - www.youtube.com/watch ?v=XMd_...
    Ses propos sur le Hamas - dans les deux versions - à la fin vaut le détour. C’est à peine exagéré tellement que la Hasbara est ridicule !

    - Parmi les 10 Israéliens morts au combat à Gaza, vous avez oublié de spécifier que 4 furent tués par des tirs amis.

    - Comme disait un responsable du Hamas : "Donnez nous des armements de haute précision, et nous ferons en sorte de cibler que des militaires" (je cite de mémoire) Sans oublier que la grande majorité de la population israélienne adulte peut être considérée ’cible légitime’ étant donné qu’ils font presque tous leurs service de réserve.

    - A suivre votre raisonnement, des colons qui s’installent dans les TO comme ceux d’Itamar sont donc pleinement responsable de la mort de leurs enfants.

    Causes toujours ...

  • permalien une bille :
    6 avril 2011 @17h51   « »
    Goldstone, au boulot !

    Un nouveau job pour le juge :

    Khartoum accuse Israël d’un raid aérien meurtrier à Port-Soudan - LeMonde.fr

    Des journaux israéliens ont également imputé mercredi ce raid à l’armée israélienne. "L’armée israélienne a mené une attaque au Soudan", titre notamment le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot. "Les appareils venus de la mer Rouge ont liquidé des hommes recherchés en Afrique", a-t-il précisé en citant prudemment des médias étrangers. Israël HaYom, quotidien gratuit proche du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, annonce quant à lui : "Liquidation au Soudan". Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire.

    Des raids similaires en 2009 au Soudan contre de présumés convois d’armes à destination du mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, avaient été attribués à l’armée israélienne.

    (on a vu des voitures suspectes du côté du 55 rue du Faubourg St Honoré à Paris... merci !)

  • permalien sebastien :
    6 avril 2011 @18h22   « »

    Pour les 248 policiers tués, et les 150miliciens, ils ne peuvent être considérés comme des non combatants que s’ils ne participent pas au combat.
    Or la police palestinienne a déja tiré sur l’armée israélienne, et à participé à des combats inter palestiniens.

    C’était donc bien une menace pour les israéliens.

  • permalien Tristan :
    6 avril 2011 @18h56   « »

    @Laurent Szyster

    les tirs aveugle des islamistes ne visent que les civils

    Là, c’est vraiment à mourir de rire, comme formulation, même si l’histoire est tragique.

    Mais, d’un autre côté, cette formulation est un lapsus révélateur trop pertinant pour que je ne puisse pas le remarquer :

    Nous savons très bien que : "les tirs des sionistes visent que les civils", mais, bien plus intéressant que cela, c’est l’aveuglement évident des sionistes, vis-à-vis de leurs actions et de leurs cibles.

    Ils sont aveugles, mais ne le savent pas. Ca explique toutes les confusions. Peu importe ce qu’un aveugle croit viser.

    L’aveugle et le voyant ne sont pas égaux, et ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres ne peuvent être comparés à celui qui fait le mal

  • permalien X :
    6 avril 2011 @18h56   « »

    Szylser

    Durant la guerre de Gaza, les roquettes et mortiers tirés par les milices palestiniennes sur Israël on fait 3 victimes, toutes civiles parce que les tirs aveugle des islamistes ne visent que les civils.

    Donc pas d’enfants parmis les colons tués (0 %) et peut être pas de femme non plus.

    Et 3 civils sur 13 soit environ 23 % des tués.

    Le nombe de militaire tués par les combatants de la liberté palestiniens est de 6 soit 46 % des tués. Les autres étant tués par d’autres sionistes.

    On peut conclure que malgé que leurs tirs étaient comme vous dites aveugle ils ont fait proposrtinnellement moins de morts parmis les civils que les soldats bien équipé d’Israel.

    En conclusion l’armée d’Israel mieu équipée a tiré plus aveuglement que les tirs aveugle des palestiniens. Et donc il s’agit bel et bien de massacre volontaire et donc de crime de guerre.

    Vous êtes en train de manipuler les chiffres pour démontrer qu’étant donné qu’il y’avait propotionnellement moins d’enfants que dans l’ensemble de la population pour dire que l’armée a ciblé les combattants. Votre raosonnement est mauvais voici le bon :

    Les chiffre sont :

    300 combattants d’Al-Qassam

    250 officiers de police civil
    150 autres des forces de sécurité : non pas des combattants
    320 enfants des civils
    580 autres civils

    En résumé

    300 combattanbt de la liberté et
    1100 civils.

    En admettant que l’assassinat des combttants était partie des combats, dans 300 cas ils ont utilisé leurs viseurs, pour les 1100 restant ils ont été tué délibéremment et hasard.

    Le pourcentage d’enfants assassinés (320 / 1100) est de 29 % soit à peu de chose près le pourcentage cité par Szylser.

    Pour ces 1100 assassinat l’armée a tiré sur des femmes, des enfants et des civils non armés. C’est ça qui qui constitue un crime de guerre et contre l’humanité pour lequel ceux qui ont donné des ordres doivent et vont payer tôt ou tard.

    Des militaires sionistes ont reconnus avoir reçu des ordres pour tirer sur tout ce qui bouge. N’essayer pas de réinventer l’hisoire.

  • permalien Noval :
    6 avril 2011 @19h10   « »

    C’est délibérément et avec application qu’Israël tue froidement des victimes civiles ciblées :

    http://www.france-palestine.org/imp...

  • permalien X :
    6 avril 2011 @19h10   « »

    Sébastien

    Pour les 248 policiers tués, et les 150miliciens, ils ne peuvent être considérés comme des non combatants que s’ils ne participent pas au combat.
    Or la police palestinienne a déja tiré sur l’armée israélienne, et à participé à des combats inter palestiniens.

    C’était donc bien une menace pour les israéliens.

    Tiens vous êtes de retour, ils vous restaient qq questions ss réponse.

    Des policiers qui font la circulation sont pour vous une menace celle là elle est vraiment bonne. On ne mourra pas idiots. D’où vous tenez ce trésor d’information ? Dites le à l’autre fasciste Szylser qui a du mal à justifier ses chiffres mais qui n’a pas osé cette connerie.

    Est ce qu’on peut dire que les colons sont une menace réelle pour les palestieneins et donc ils sont des cibles légétimes. Et les policiers israelien ils ne sont pas une menace. Le grand homme de paix Lieberman, que votre collegue Nathan décrit comme fasciste et son gvnmt ne sont pas une menace ?

    Une dernière question existe t il un arabe qui n’est pas une menace pour Israel ? (à part les partants Moubarak et co). Alors qu’est ce que vs attendez ?

  • permalien K. :
    6 avril 2011 @19h17   « »

    Le Juriste sud-africain Richard Goldstone a déclaré mardi qu’il n’avait pas l’intention de demander l’annulation de son rapport onusien très critique envers Israël concernant l’offensive 2008-2009 dans la bande de Gaza et a affirmé que les allégations du contraire par le ministre de l’Intérieur d’Israël Eli Yishai étaient fausses.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @19h58   « »

    @ Sebastien

    Vous faites marrer quand vous vous transformez en juriste !!

    Selon la loi internationale, des officiers de police sont des civils sauf s’ils prennent part aux hostilités. Les 248 policiers furent tués le premier jour des bombardements dans leurs stations de police dont 42 - principalement des secouristes - pendant la remise de leur diplômes.

    Ici un article ’grand public’ qui reprend les principaux lignes sur la distinction entre ’combattant’ et ’non-combattant’ ainsi que la définition de ’cible légitime’ :

    - http://news.bbc.co.uk/2/hi/7811386.stm

    On remarquera le chutzpah inouïe d’Israël : Ils essaient de détourner le Protocol 1 de la Convention de Genève qui définit un cible légitime alors que La-Seule-Démocratie-Au-Moyens-Orient n’a même pas signé les Convention de Genève !!!

    Je suggère que vous contactez Szyster, l’autre grand juriste ici, et que vous adressez vos critiques aux instances internationales qui définissent la notion de "combattant".

    Entre les compétences juridiques de B’Tselem et Human Right Watch et celles de Sebastien, Szyster & Ltd., mon coeur balance ...

    Et puis le mot "milicien" est une invention de Szyster. Il n’est pas dans sa source.

    Vivement, le prochain cours de Hasbara. Qu’est-ce qu’on va bien nous servir ? J’ai comme l’impression que le Rapport Goldstone aura une place prépondérante.

  • permalien Sorgi :
    6 avril 2011 @20h48   « »

    Deïr Yassine a écrit :

    Encore une fois : les 248 policiers ainsi que les 150 autres des force de sécurité ne sont pas considérés des combattants.
    Que vous collez ’miliciens’ aux 150 - ce qui n’est pas dans votre source infaillible d’AFP - montre votre malhonnêteté innée .

    Je comprends que les déclarations d’un des dirigeants du Hamas validant le décompte des combattants djihadistes morts durant l’opération dite « Plomb durci » effectué par l’armée israélienne n’arrange pas les affaires des militants anti-israéliens dont vous êtes, et vous fait enrager, mais je trouve que votre expression « malhonnêteté innée » est plus que malheureuse et très signifiante.
    Le fait que 700 civils soient tombés lors de ces combats est effectivement insupportable et beaucoup aurait bien sûr aimé que cette opération n’est pas eu lieu. Mais n’est-il pas de la responsabilité des dirigeants djihadistes de préserver la sécurité de la population civile qu’ils gouvernent ?

    Golstone, au vue des éléments dont il dispose aujourd’hui, admet que Tsahal n’a pas visé intentionnellement des civils. Bon, bien sûr cela n’arrange encore pas vos affaires mais est-ce une raison suffisante pour que Golstone renonce à avouer qu’il n’aurait pas rédiger le même rapport aujourd’hui ?

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @21h49   « »

    @ Sorgi

    On ne va pas reposter nos commentaires chaque fois qu’un nouveau Hasbariste se ramène !

    Donc si vous demandez à quelqu’un de vous lire à haute voix tous les commentaires précédents en vous expliquant les mots difficiles, vous arrivez certainement à comprendre qu’aucun dirigeants de Hamas - en effet, personne - a validé le décompte de Tsahal.

    Si je parle de malhonnêteté innée de votre collègue, ce que je le croise ailleurs, notre grand consommateur de MEMRI et ’wiki’.

    Pour Goldstone et ses changements d’humeurs, vous perdez votre temps.

    Je commence même à me poser la question si ce Op-ed ne va pas encore tenir à l’image d’Israël. Personne, absolument personne qui n’a pas le nez dans la Ziocaïne est dupe à cet égard. Certains dubitatifs réalisent enfin à quel point la contrainte communautaire est invivable pour tout Juif qui sort du chemin battu.

  • permalien X :
    6 avril 2011 @22h56   « »

    Sorgi,

    Le fait que 700 civils soient tombés lors de ces combats est effectivement insupportable et beaucoup aurait bien sûr aimé que cette opération n’est pas eu lieu.

    Tiens, un autre. On dirait que c’est la distributions des chèques aujourd’hui. Vous aussi vpous aviez des questions en suspend de l’autre fil.

    Ce sont 1100 civils qui attendent justice et réparation. Les combattants vont se venger aussi. je ne vous crois pas quand vous disez que le fait des civils soient tombés est insupportable vous n’êtes pas du genre à avoir ces sentiments à travers vos précèdents messages. Spoyez hônnete si celà vous est possible.

    Golstone, au vue des éléments dont il dispose aujourd’hui, admet que Tsahal n’a pas visé intentionnellement des civils.

    Vous devriez écrire Goldstone au vue de la pression de sa communauté et de l’isollement dont il est l’objet de la communauté juive admet que ...............

    Les autres auteurs non juifs n’ont n’ont pas la même pression mafieuse ?

    Pour l’instant :

    South African jurist Richard Goldstone said Tuesday that he did not plan to seek nullification of his highly critical U.N. report on Israel’s 2008-2009 offensive in the Gaza Strip and asserted that claims to the contrary by Israeli Interior Minister Eli Yishai were false...........

    La Hamas avait mis en doute la crédibilité du juge lors de sa nomintaion pour se rétracter après. Comme quoi le Hamas a tjr raison. Même quand ils pensent avoir tord ils raison.

  • permalien K. :
    6 avril 2011 @23h01   « »

    Dans l’ordre.

    1- L’occupation puis le vol de la Palestine, le siège ignoble de Gaza, antérieurs à la “guerre” 2008-2009 d’Israel, sont des crimes. Les roquettes du Hamas visant des civils sont criminelles mais elles n’existeraient pas si les faits sus-cités n’existaient pas.

    2- Israel a provoqué la “guerre” de Gaza, comme dans la quasi-totalité des “guerres” d’Israel.

    « ...des 25 périodes de non-violence ayant duré plus d’une semaine, Israël en a unilatéralement interrompu 24, soit 96%, et il a unilatéralement interrompu 100% des 14 périodes de non-violence ayant duré plus de 9 jours. »

    3- Il n’y a peut-être pas eu un ordre officiel d’assassinat intentionnel de civils palestiniens lors de la “guerre” 2008-2009, mais il y a bien eu assassinat intentionnel de civils palestiniens : voir le lien Amnesty international donné par A.G et ce lien HRW. Et là il s’agit de crimes de bourreau, pas de victime.

    4- Il y a par contre eu une politique officielle d’attaques sans considération pour les victimes civiles potentielles. C’est un crime de guerre.

  • permalien sadek :
    6 avril 2011 @23h03   « »

    .il ya un reveil de la nation arabo musulmane que le probleme de la palestine doit etre regler par les armes et le sang il n ya pas d autre solution et cela est palpable si on regarde de pres la conversion de millier de sunnite au chiisme qui est la frange combatante et contestataire qui s articule au tour de l iran le et le hezb allah.quand hassan nassr allah ou ahmadi najad intrvien dans un discour tout les cafes dans les rues des capitales arabes sont plein a craquer comme pour un match de football on aplaudit on est fiere.car il refletent la voix des peuples opprimes par l imperialisme mondiale et ses institutions ainsi que ses complices traitre parmis les pouvoir arabe(pays du golf arabie saoudite en tete)l egypte dont le despote est tomber ext......c est ce qui pousse les jeunes musulmans a ce convertire au chiisme meme des oulemas comme hassan chehata grand mufti d el azzhar,ainsi que de l armee egyptienne qui viens d etre liberer de prison il joue un role decisif dans le passage des musulmans du sunnisme au chiisme et c est ce qui inquiette au plus haut degres l amerique israel et les rois traitre de la nation comme la dit le nouveau ministre de la defense israelienne a la knessete il ya quelque mois,il faudrais que les sunnites et israel sunissent pour contrer l invasion chiite au proche orient qui menace l existence meme d israel et des sunnites une alliance diabolique qui est en train de se materialiser au bahrain donc la guerre contre les chiite a commencer,de l autre cote le travail est dans la propagation du chiisme parmis la jeunesse arabe et laissez moi vous dire que vous n en avez aucune idee a quelle vitesse cela se concretise surtout apres la chute de saddaam hussein. alors,goldstone,tpi israel,ONU,OTAN,droit de l homme,democratie,justice,sa ne veux plus rien dire pour les peuples arabomusulmans.donc arretons de dennoncer pour denoncer,c est l imperialisme mondial qui reviens le fusil a la main et il trouvera le fusil en face il nous ont pas laissez le choix.l avenir nous le dira

  • permalien Deïr Yassin :
    6 avril 2011 @23h28   « »
    Le dernier voyage de Juliano Mer-Khamis

    Des milliers ont participé aujourd’hui à la procession funéraire de Juliano Mer-Khamis.

    Son cercueil a été exposé ce matin au théâtre al-Maidan à Haifa où il a vécu longtemps. Le cercueil a par la suite été transféré à travers le checkpoint de Jalame pour arriver à Jenine où des milliers de Palestiniens ont participé à la procession avant qu’il soit transféré au kibboutz de Ramot Menashe où il reposera à côté de sa mère.

    - www.alternativenews.org/engl...

    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Il y aura un hommage à Juliano Mer-Khamis, lundi le 11 Avril à Paris aux Ateliers Varan, 6 Impasse Mont-Louis dans le 11ème, M° Philippe Auguste à 19 H avec la projection de son film "Les enfants d’Arna".

  • permalien Lou :
    6 avril 2011 @23h42   « »

    Le reniement honteux de Goldstone (The Electronic Intifada)
    Ilan PAPPE

    Les lecteurs peuvent se demander "Quelle importance cela a-t-il ?" et "Pourquoi Goldstone n’a-t-il pas été capable de résister à la pression ?" Ce sont de bonnes questions mais hélas, la sionisation des communautés juives et l’identification erronée du fait d’être juif avec le sionisme constitue un obstacle si grand qu’il empêche les Juifs libéraux de dénoncer activement les crimes d’Israël.

    De temps en temps, de nombreux Juifs libéraux donnent l’impression de se libérer de ce joug et d’écouter leur conscience plutôt que leur peur. Cependant les convictions universalistes de la plupart semblent être incapables de résister longtemps quand il s’agit d’Israël. Le risque d’être traité de "Juif qui a la haine de soi" avec tout ce qu’une telle accusation implique, est une perspective trop effrayante pour eux. Il faut être à leur place pour comprendre à quel point c’est terrifiant.

    Il y a seulement quelques semaines, les services secrets israéliens ont annoncé la création d’une unité spéciale dont la mission est d’espionner les individus ou organismes soupçonnés de "délégitimer" Israël pour leur demander des comptes et peut-être même les traquer. Cette nouvelle a peut-être convaincu un certain nombre de ceux qui n’étaient pas vraiment déterminés que cela ne valait pas la peine de tenir tête à Israël.

    On aurait dû se rendre compte que Golstone était l’un d’entre eux lorsqu’il a affirmé que, en dépit de son rapport, il demeurait sioniste. Ce qualificatif de "sioniste" a beaucoup plus de sens et de poids qu’on ne le croit habituellement. On ne peut pas se dire sioniste et s’opposer à l’état d’apartheid d’Israël. On peut rester sioniste par contre si on se contente de critiquer cet état pour une certaine politique criminelle en omettant de faire le lien entre l’idéologie et la politique. "Je suis un sioniste" est une déclaration d’adhésion à des manières de penser qui sont antinomiques avec le rapport Godstone de 2009. On peut soit être sioniste soit accuser Israël de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité -celui qui fait les deux ensemble, ne tiendra pas longtemps le coup.

  • permalien K. :
    7 avril 2011 @00h10   « »

    Ban Ki Moon bientot soumis à une rude épreuve :

    Peres to ask UN chief to cancel Goldstone report, sources say

  • permalien K. :
    7 avril 2011 @00h41   « »

    Noam Chomsky, (..) vous avez dit dans une récente analyse que l’attaque contre les populations civiles a été la politique israélienne presque depuis la fondation de l’État. Pourriez-vous expliquer ?

    Noam Chomsky :

    C’est eux qui le disent. Je ne faisais que citer le chef d’état-major, c’était il y a trente ans, avec pratiquement pas de terrorisme palestinien en Israël, pratiquement pas. Il a déclaré : "Notre politique a été d’attaquer les civils." Et la raison a été expliquée (..) par Abba Eban, l’éminent homme d’État, qui a dit : "Oui, c’est ce que nous avons fait et nous l’avons fait pour une bonne raison."

    Il y avait une perspective rationnelle que si on attaque la population civile et lui causons suffisamment de mal, elle ferait pression pour une, ce qu’il a appelé, "une cessation des hostilités." C’est un euphémisme signifiant la cessation de la résistance contre la prise par Israël des territoires occupés. Alors, bien sûr -"Nous allons en tuer assez, afin qu’ils fassent pression en faveur du calme pour nous permettre de continuer ce que nous faisons."

    La guerre d’Israël contre le Hamas a été lancé, en grande partie, pour envoyer un message à ses adversaires : ayez peur. Toute attaque contre l’Etat juif sera traitée par une force énorme, même brutale. Les lieux traditionnellement non ciblés, comme les mosquées et les hôpitaux ne serviront pas de cachettes. Les chefs ennemis seront pourchassés et tués - même s’ils sont entourés de leurs enfants et épouses.

    Les dirigeants israéliens estiment qu’ils ont accompli cette tâche. « La vision arabe est maintenant qu’Israël est un animal fou, enfermé dans une cage, piaffant d’impatience," a dit, approbateur, un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères. "Maintenant, c’est la responsabilité du leadership arabes de maintenir l’animal dans la cage, de ne pas le provoquer."

    Dans le même temps, ces dirigeants insistent que chacune des frappes dans ces représailles massives, même sauvages en apparence, contre le Hamas ont été lancées avec le plus grand soin ; des milliers d’attaques pointues, en réponse aux milliers de roquettes du Hamas qui pleuvent indistinctement sur Israël.

  • permalien sadek :
    7 avril 2011 @05h24   « »

    pour repondre a k bien au contraire israel a prouver son incapacite a mettre a genoux un peuple armee de courage et de pierre et sa lachete car la deculotte et l humiliation subi contre le hizb allah en 2006 est predicatrice de leur fin.le probleme qui se pose c est que celui qui voudra combattre le mal soniste devra combattre contre L ONU et companie et cela sa se prepare.L algerie a aracher son independance apres 132 ans,la palestine n en est qu a 60 je pense le reste est largement sufisant pour nous debarasser de ce concret qui ronge la paix dans le monde.car l histoire nous a appris que le mal ne vaincra jamais,jamais,jamais.c est science exact.patience et longueur de temp telle est la devise

  • permalien sebastien :
    7 avril 2011 @11h15   « »

    je persiste, il est déja arrivé que des policiers palestiniens tirent sur l’armée israélienne, et ces mêmes policiers ont déja participés à des combats.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 avril 2011 @13h36   « »

    @ Sebastien

    Vous persistez tant que vous voudrez. Un policier ’au repos’ ou dans sa caserne, ou réglementant la circulation n’est pas à compter parmi les ’combattants’. Même s’il passe ses week-ends à tirer des roquettes Cela n’est pas ni vous ni moi qui décide cela.

    Lisez l’article de la BBC ou le rapport de B’Tselem que j’ai posté hier et qui en parle longuement.

    Et 42 jeunes secouristes bombardés pendant leur remise de diplôme ne sont pas des combattants non plus.

    Et Shehadeh - tué dans son sommeil avec plusieurs de ses enfants par une bombe de plus d’une tonne pour être sûr de ne pas le rater - n’est pas un ’combattant’ non plus. C’est comme cela, il faut faire du lobbying si vous n’êtes pas content.

    Avec votre logique, il faut voir si parmi les trois civils Israéliens tués pendant Plomb Durci, il n’y avait pas des réservistes et donc des ’combattants’.

  • permalien X :
    7 avril 2011 @13h39   « »

    Sébastien,

    C’est bien la preuve qu’il s’agit de cutines de hure et de crime contre l’humanité : un policier a tiré sur un armée d’ occuption : tout les policiers peuvent être assassinés. Un garçon jette des pierres sur un soldat tout les enfants palestiniens peuvent être assassinés, un palestinien se bat pour sa liberté : tous les pestiniens méritent d’être assassinés. C’est bien ce que l’armée a fait tirer sur le tat . Et ça s’appelle crime contre l’humanité. C’est ce le connard de Goldstone avait conclu avant de subir la pression mafieuse des sionistes. Il fait honte à sa race.

  • permalien
    7 avril 2011 @13h43   « »

    A Deîr Yassin

    Donc si vous demandez à quelqu’un de vous lire à haute voix tous les commentaires précédents en vous expliquant les mots difficiles, vous arrivez certainement à comprendre qu’aucun dirigeants de Hamas - en effet, personne - a validé le décompte de Tsahal.

    Je vous remercie de votre sollicitude mais je pense pouvoir y arriver tout seul. Bien sûr, je n’ai pas votre intelligence mais je ferai des efforts.
    Il faut être borné ou de très mauvaise fois pour ne pas admettre que ce sont 700 combattants djihadistes qii ont péri durant cette guerre comme l’a formellement et benoîtement reconnu un dirigeant militaire du Hamas. Bien sûr, cette déclaration ne satisfait pas ceux qui veulent criminaliser et délégitimer l’état d’Israël.
    Quant aux conventions internationales, les djihadistes ne les respectent pas.
    La vérité serait-elle unique, comme vous le soutenez. Je dirais qu’il n’y a pas de vérité ; juste des interprétations.

    Goldstone fait preuve d’honnêteté.

  • permalien X :
    7 avril 2011 @13h50   « »

    sadek,

    Je partage votre avis le rapport ne donnera rien aux palestiniens au mieu il sera bloqué par un ou plusieurs vétos. Mais celà va faire augmenter la mobilisation des peuples arabes contre l’apartheid et alliés. La liberté s’obtient par la force et les sacrifices. J’espère que le 15 mai date de lancement de la 3e intifada connaitra une grande mbilisation en Palestine et partout dans les capitales arabes.

  • permalien Laurent Szyster :
    7 avril 2011 @14h37   « »

    @Deir Yassine,

    Vous pouvez rajoutez la radio Al Quds et Human Right Watch dans le complot sioniste qui remet en cause les "informations" fournies à la presse par le Hamas :

    http://www.hrw.org/en/news/2011/04/...

    "In another case, a reporter for the Al Quds radio station told Human Rights Watch that on March 27 Hamas police threatened, insulted, and detained him for more than an hour immediately after he had broadcast a report criticizing Hamas health officials. Security forces accosted him in a morgue where he had reported on a man, supposedly killed by an Israeli military attack, who was discovered still to be alive."

  • permalien Deïr Yassin :
    7 avril 2011 @14h59   « »

    @ Szyster)
    Je n’ai vraiment aucune idée de quoi vous parlez. De quelles informations du Hamas à la presse parlez vous ? Et quand est-ce que j’ai soutenu des informations du Hamas à la presse ??
    Cela fait partie des votre manoeuvre habituel ? L’enfumage !

    Cela n’est pas parce que je n’aime pas, mais alors pas du tout, la vision du monde et le projet sociétal du Hamas, que je ne reconnais ni leur victoire électorale ni leur résistance sans concession envers l’Etat hébreux. Et je n’aime pas les manipulations à leur égard !!

    Vous parlez encore de vos fameux 7OO combattants ? Dans ce cas, cela n’est pas le Hamas qui décide du statut internationalement reconnu de qui est combattant et qui ne l’est pas.

    Essayez de calmer vos esprit au lieu de tirer sur tout ce qui bouge !

  • permalien une bille :
    7 avril 2011 @15h19   « »
    Goldstone, au boulot !

    FRANCE 24 - Une centaine de Palestiniennes arrêtées par Tsahal

    Une centaine de Palestiniennes ont été arrêtées par Israël ce jeudi près de Naplouse, en Cisjordanie. Tsahal recherche les responsables de l’assassinat d’une famille de colons israéliens le 11 mars dernier

  • permalien Noval :
    7 avril 2011 @16h57   « »

    Lorsque l’on bafoue, viole, outrage et raille le droit international depuis des décennies, l’on n’est plus à une avanie près.

    Alors pourquoi se priver ?

    http://fr.jpost.com/servlet/Satelli...

  • permalien Laurent Szyster :
    7 avril 2011 @18h59   « »

    @Deir Yassine,

    Vous pouvez ajouter Amnesty International aux "Sages de Sion" spécialisés dans la hasbara :

    http://www.amnestyusa.org/document....

    “Amnesty International has not argued that the Israel Defense Forces (IDF) targeted Palestinian civilians ‘as a matter of policy’, but rather that IDF rules of engagement and actions during the conflict failed to take sufficient precautions to minimize civilian casualties.”

    Vous pouvez aussi confirmer Human Right Watch comme "agent de la propagande sioniste" :

    http://www.guardian.co.uk/commentis...

    "Deeply troubling as these cases were, they were too isolated for us to conclude that the misconduct of individual soldiers reflected a wider policy decision to target civilians."

    Bien sur AI et HRW continuent quand même d’exiger des "enquêtes indépendantes" de tous les incidents rapportés à la Commission des Droits de l’Homme auprès de l’ONU.

    Mais ils prétendent, avec une certaine mauvaise foi, ne jamais avoir affirmé que viser les civils ai été une politique du gouvernement israélien.

    Désolé de vous décevoir encore une fois mais Goldstone n’est pas le seul a mettre de l’eau dans son vin à ce sujet ...

  • permalien K. :
    7 avril 2011 @19h47   « »

    Le procédé est immuable : alors que le fond du problème est de savoir pourquoi les crimes répétés d’Israel restent impunis, le “débat” est dévié sur le fait de savoir si Israel a commis des crimes ou pas.

    La hasbara consiste à faire dire à AI et HRW ce qu’ils n’ont jamais dit :

    ...l’accusation principale adressée à Israël, c’est que lors de son assaut contre Gaza, elle a utilisé la force sans discernement dans des zones densément peuplées et que les conséquences prévisibles de ses actions lui était indifférentes.

    En ce qui concerne le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, c’est un crime de guerre d’attaquer intentionnellement une population civile (article 8 (2) (b) (i)). Une telle intention n’a pas à être préméditée (..) (article 30)

    Article 30 : ÉLÉMENT PSYCHOLOGIQUE

    1. Sauf disposition contraire, nul n’est pénalement responsable et ne peut être puni à raison d’un crime relevant de la compétence de la Cour que si l’élément matériel du crime s’accompagne d’intention et de connaissance.

    2. Il y a intention au sens du présent article lorsque :

    a) Relativement à un comportement, une personne entend adopter ce comportement ;

    b) Relativement à une conséquence, une personne entend causer cette conséquence ou est consciente que celle-ci adviendra dans le cours normal des événements.

    3. Il y a connaissance, au sens du présent article, lorsqu’une personne est consciente qu’une circonstance existe ou qu’une conséquence adviendra dans le cours normal des événements. Savoir et connaître s’interprètent en conséquence.

  • permalien Yann :
    7 avril 2011 @21h04   « »

    Voilà ce que Goldstone savait probablement avant de publier son article :

    Gaza TV News
    Israel have just announced that "Operation Scorching Summer" will resume tonight. The UN have evacuted all their staff, and 1.5 million people are preparing for another massacre.

  • permalien Lou :
    7 avril 2011 @21h26   « »

    Des tirs de riposte israéliens font trois morts à Gaza

    Trois Palestiniens ont été tués dans des pilonnages israéliens contre certains objectifs de la bande de Gaza, jeudi, ont rapporté des médecins palestiniens.

    Ces tirs ont été menés en riposte à celui d’un obus antichar venant de l’enclave côtière, qui a fait deux blessés, dont un dans un état grave, à bord d’un car scolaire israélien.

    Blindés, avions et hélicoptères israéliens sont entrés en action jeudi après, selon l’armée israélienne, le tir de 45 roquettes et obus de mortier de la bande de Gaza vers le territoire israélien en l’espace de trois heures, soit la salve la plus intense en quinze jours.(...)

    Outre les trois Palestiniens tués, dont un jeune de 17 ans, au moins huit autres personnes, dont une fillette de quatre ans, ont été blessées dans les tirs de riposte israéliens sur la bande de Gaza, ont précisé les médecins palestiniens.

  • permalien Orangerouge :
    7 avril 2011 @21h31   « »
    Le prétendu revirement de Goldstone !

    En réalité Goldstone dit : "je n’ai pas de raison de croire qu’aucune partie du rapport doive être reconsidérée aujourd’hui."

    http://mondoweiss.net/2011/04/golds...

    Il n’apporte que de légères nuances sur son appréciation d’alors.

  • permalien Lou :
    7 avril 2011 @21h57   « »

    La cible : le successeur de Mahmoud al-Mabhouh / Amit Cohen – Maariv

    Le gouvernement soudanais continuait hier à rester vague sur les circonstances du bombardement d’une voiture privée, intervenu dans la nuit de mardi près de Port Soudan. Dans le cadre de leurs tentatives de cacher les faits, les médias soudanais ont rapporté que les deux morts étaient des Soudanais, sans préciser leurs noms. Cependant, interviewé par la télévision locale, un commentateur militaire soudanais a confié que le ministre soudanais des Affaires étrangères lui avait confirmé l’identité palestinienne des deux victimes.

    La chaîne de télévision arabe Al-Arabiya a rapporté que l’un des morts serait le responsable du dispositif d’armement du Hamas, un homme de nationalité arabe. Des responsables palestiniens de la sécurité ont confirmé au Maariv que l’attaque au Soudan visait le dispositif de trafic d’armes du Hamas. Celui qui dirige ce dispositif est Abd a-Latif Ashkar, le successeur de Mahmoud al-Mabhouh qui avait été lui éliminé au Dubaï il y a un an. Selon les responsables palestiniens cités, il est possible qu’Ashkar ait été la cible de l’attaque au Soudan et qu’il ait été tué.

    Par ailleurs, le Soudan a imputé hier officiellement à Israël cette élimination. « Nous possédons des preuves selon lesquelles c’est bien Israël qui a commis l’attaque », a affirmé le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ali Karti, avant d’ajouter : « nous en sommes sûrs, mais nous n’en connaissons pas la raison ». Selon lui, le Soudan envisage de saisir le Conseil de sécurité de l’ONU suite à cet incident. « Israël essaie de nuire aux contacts que nous menons avec Washington dans le but de faire retirer le nom du Soudan de la liste des pays soutenant le terrorisme », a-t-il accusé.

  • permalien Lou :
    7 avril 2011 @22h33   « »

    Ilan PAPPE

    (...) il [Richard Goldstone] croit que cela le fera échapper à la fureur vengeresse d’Israël. Il se trompe lourdement, très lourdement. Peu de temps après la parution de l’article, le ministre de la Défense d’Israël, Ehud Barak, le premier ministre Benjamin Netanyahu et bien sur le lauréat du prix Nobel de la Paix, Shimon Perez, exigeaient de Goldsone un autre service : aller de campus en campus et d’une conférence à une autre au service d’un nouvel Israël, noble et pieux. Il peut refuser ; mais alors il lui sera sans doute interdit d’aller à la bar mitzvah de son petit fils par mesure de rétorsion.(...)

    Goldstone : des avocats américains déposent une plainte/ Jerusalem Post

    Des avocats juifs prévoient d’intenter un procès civil en recours collectif contre le juge sud-africain Richard Goldstone, la semaine prochaine aux Etats-Unis.
    (...)
    Dans cette plainte en recours collectif, les poursuivants déclarent avoir été "victimes de calomnie à travers des allégations et des déformations, publiquement relatées" dans le rapport Goldstone.
    (...)
    "L’image déformée de l’Etat d’Israël produite par Goldstone a causé du tort, en cause et continuera à nuire à Israël et à ses citoyens, pour des décennies. Des excuses publiques permettront de réduire les dégâts causés."

    Ilan PAPPE

    Goldstone n’a pas encore adhéré au groupe le plus fou d’ultra-sionistes comme l’a fait Morris. Mais s’il ne se méfie pas, ce qui l’attend c’est sans doute, une vie d’agréables déplacements en compagnie de gens comme Morris, Alan Dershowitz (qui a déjà qualifié Goldstone de "Juif repentant") des meetings annuels des rottweilers (race de chiens de berger NdT) de l’AIPAC aux conventions farfelues des chrétiens sionistes. Il se rendra vite compte qu’une fois qu’on a capitulé devant les sionistes, ils s’attendent à ce qu’on aille jusqu’au bout et qu’on revienne à l’endroit même qu’on croyait avoir réussi à dépasser.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 avril 2011 @22h46   « »
    5 tuées, 40 blessés dont un enfant en bas âge : certainement un "combattant" selon la définition sioniste

    Et c’est reparti pour un tour de punition collective à Gaza de la part de L’Armée-La-Plus-Morale-Au-Monde :

    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

  • permalien Deïr Yassin :
    8 avril 2011 @00h48   « »
    Plus hypocrite que ça, tu meurs !

    "We believe that the awakening of the Arab world is a great opportunity and that all of us should do whatever we can to help those seeking freedom and dignity in their lives"


    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

  • permalien Laurent Szyster :
    8 avril 2011 @10h42   « »

    Publié par Haaretz, le journal de Gidéon Levy et Amira Hass :

    http://www.haaretz.com/print-editio...

    "A 16-year-old Israeli was critically injured on Thursday when an anti-tank missile fired from the Gaza Strip hit a school bus near Kibbutz Sa’ad. The missile attack was followed by additional mortar shelling from Gaza. The launch occurred just four to five kilometers from the target, from a point where it was clear students were on board and it was possible to keep the bus within sight."

    En visant intentionnellement un bus scolaire les miliciens du Hamas font vraiment tout ce qu’ils peuvent ... pour déclencher une autre guerre.

  • permalien dik :
    8 avril 2011 @10h52   « »

    L. Szyster
    les miliciens du Hamas font vraiment tout ce qu’ils peuvent ... pour déclencher une autre guerre.

    C’est ça : Israël tue le palestinien à satiété, chaque jour que Dieu fait, sans la moindre riposte faute de moyen, mais dès qu’il y a possibilité d’une réaction, si dérisoire soit-elle, c’est une guerre qui pourrait être déclenchée. Y en a marre, vraiment marre des israéliens, du sionisme et même de l’Amérique !!

  • permalien Yvan :
    8 avril 2011 @10h52   « »

    Reconsidérer le rapport Goldstone | Charles Enderlin

    Goldstone, affirme donc, en tête de son article : « Si j’avais su à l’époque ce que je sais maintenant, le rapport Goldstone aurait été différent » En d’autres termes si Israël avait collaboré avec les enquêteurs de ce juge sud-africain il n’aurait pas évoqué le soupçon de « crimes de guerre ». Cela dit, dans son article Richard Goldstone n’écrit pas qu’il s’est trompé ou qu’il regrettait son rapport comme l’affirme la presse israélienne. A-t-il finit par céder aux pressions ?… En partie, du moins, Yediot Aharonot le laisse entendre. Depuis la publication de son rapport, Goldstone était ostracisé par une partie de la communauté juive. Dans sa synagogue, en Afrique du Sud, on ne voulait pas l’appeler à la Torah lors de la Bar Mitzva de son petit fils . Ce qui, visiblement l’a poussé à publier sa mise au point, c’est le rapport définitif de l’ONU, qui a suivi ses recommandations… Rédigé sous la houlette de la juge Mary McGowan Davis, cette commission d’experts a disposé des enquêtes israélienne qui lui avait été refusées. Malgré tout cela, tout en n’étant pas « intentionnelles » les bavures relevées durant l’opération Plomb durci sont inacceptables.
  • permalien Yvan :
    8 avril 2011 @11h58   « »
    Goldstone, ou les "préjugés" d’un juge.

    Goldstone : « Finalement, demander au Hamas, de mener ses enquêtes peut avoir été une entreprise erronée. De même le Conseil des Droits de l’Homme devrait condamner le récent massacre de sang froid, d’un couple israélien et de leurs trois enfants dans leur lit. »

    Voilà d’étranges propos dans la bouche d’un juge. Après avoir regretté le manque de coopération israélienne, le voilà qu’il reproche au Hamas de ne pas avoir refait l’enquête qu’il avait lui même dirigé avec, de son aveux, la pleine et entière coopération du Hamas. Autrement dit il reproche au Hamas de ne pas pas avoir été comme Israël "juge et parti" (pour le coup c’est je juge qui est parti au profit du sioniste).

    L’évocation de l’assassinat de la famille Fogel immédiatement après ce "déjugé", ne peut qu’entrainer une cascade d’interprétations accusant le Hamas d’être le coupable, surtout qu’il commence sa phrase par "So too", la liant irréversiblement a la précédente et en créant une relation de cause à effet entre ses erreurs, l’assassinat et le Hamas.

    Ces deux phrases indiquent clairement que le juge Glodstone sait des choses sur l’assassinat de la famille Fogel, mais qu’il n’en dira pas plus, bien que l’enquête soit en cours, en représaille peut-être au manque de coopération d’ Israël à sa propre enquête.

  • permalien Orangerouge :
    8 avril 2011 @13h12   « »
    Goldstone a ouvert a la voie à une seconde attaque de Gaza

    Tout à coup les derniers doutes ont disparu et les points d’interrogation sont devenus des points d’exclamation.

    Dr Ezzeldeen Abu Al-Aish a écrit un petit livre dans lequel il a inventé le meurtre de ses trois filles.

    Les 29 morts de la famille Al-Simoni sont maintenant en vacances dans les Caraïbes.

    Le phosphore blanc n’a été que les feux d’artifices d’un film de guerre.

    Les porteurs de drapeau-blanc qui ont été abattus étaient un mirage dans le désert, de même que les rapports sur le meurtre de centaines de civils, femmes et enfants compris.

    « Plomb durci » est redevenu une phrase dans une chanson pour enfants de Hanoucca.

    Gideon Levy dans le Haaretz
    http://www.haaretz.com/print-editio...

  • permalien Deïr Yassin :
    8 avril 2011 @13h36   « »

    "En visant intentionnellement un bus scolaire les miliciens du Hamas font vraiment tout ce qu’ils peuvent ....pour déclencher une nouvelle guerre"

    Comme tout bon sioniste qui se respecte, Szyster n’a aucun problème à renverser la chronologie : les tirs de roquettes du Hamas fut une réponse à la meurtre de trois de ses membres par l’IDF. Cela ne compte bien sûr pas. Dans la narrative sioniste, la riposte est toujours israélienne, et l’agression première palestinienne. C’est pour cela que dans la narrative sioniste, au tout début en 1882,, les Palestiniens ont été chercher les Juifs en Europe, les ont amené en Palestine de force pour les y harceler.

    Notre sioniste a de toute évidence pas beaucoup d’idée sur la précision des roquettes du Hamas. S’il pense qu’ils peuvent intentionnellement viser un bus scolaire, ce qu’il est trop c..
    S’ils avaient une telle précision, je vous assure qu’ils auraient visé des militaires, tout un bus ...


    La famille de Gaza s’appelle al-Samouni. Enfin, peut-être Simoni pour ceux qui ont été exfiltré vers l’Italie et maintenant se la coulent douce sur le Lido di Jesolo :- (

  • permalien Deïr Yassin :
    8 avril 2011 @13h42   « »

    Des nouvelles frappes sur Gaza. Dix tués depuis hier :
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

  • permalien Laurent Szyster :
    8 avril 2011 @17h01   « »

    @Deir Yassine,

    Les missiles antichar pour fantassins ont une portée de plusieurs kilomètre et son fait pour atteindre des véhicules en mouvement.

    Par exemple le RAAD ou Toophan 2, 3 ou 4 iranien, des missiles téléguidés copiés des modèle de base soviétique et américain :

    http://en.wikipedia.org/wiki/RAAD_(...)

    http://en.wikipedia.org/wiki/Toophan

    On en a trouvé sur le Karine-A et le Hezbollah les a déjà utilisés, ils ont une portée de 400m à quelque kilomètres (3, 4, et plus).

    Quand on utilise ce genre d’arme, on vise.

    Ce n’est pas par "chance" que les miliciens du Hamas ont touché un véhicule qu’ils pouvaient parfaitement voir depuis leur point de tir. Ils ne l’ont pas confondu avec un tank merkava, ils ont visé un beau gros bus scolaire jaune.

    Touché à l’arrière, le pare brise avant a été soufflés par la violence de l’explosion. Le seul élève qui s’y trouvait a été grièvement blessé et le chauffeur ne s’en remettra pas de si tôt.

    Le but de cet attentat, comme celui de Jérusalem ou d’Itamar n’est pas d’affaiblir militairement l’état d’Israël.

    Le but est de relancer le cycle de violence.

    Parce que les miliciens du Hamas obéissent plus à leurs fournisseurs d’arme iraniens et syriens qu’à leurs dirigeants politiques. Parce que la fin du blocus a été une mauvaise affaire pour les juteux traffics qu’ils "protègent". Parce que la perspective d’une victoire électorale de Fayyad est un prélude au règlement définitif du conflit qui les priverait du pouvoir.

    PS : Je trouve votre sous-estimation des capacités militaires palestiniennes assez, comment dire ... orientaliste au sens d’Edward Saïd. Que ce préjugé essentialiste soit mis au service de votre dialectique propalestinienne voila qui offre un merveilleux example de double-pensée.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 avril 2011 @18h48   « »

    Lilian Thuram va rendre visite au camp d’UNRWA à Qalandia ce lundi. Vive ce grand monsieur.
    Et Zizou, c’est pour quand ? Ah, trop cher ...

    - http://palestineembassyuk.com/?p=6752

  • permalien K. :
    8 avril 2011 @19h59   « »

    Israel se dit ravie du degré actuel de collaboration de l’ “élite” militaire egyptienne.

    Les officiers egyptiens présents dans la manifestation d’aujourd’hui sur la Place Tahrir demandent à Tantawi de démissionner.

    Et les citoyens egyptiens manifestent devant l’ambassade israélienne au Caire pour protester contre les nouveaux massacres d’habitants de Gaza.

  • permalien K. :
    8 avril 2011 @20h41   « »

    Via “Angry Arab”, qui précise que le titre du Yedioth Ahronot a été changé depuis.

  • permalien K. :
    8 avril 2011 @21h57   « »

    Netanyahou a répété aujourd’hui (vu sur al-Jazira) la sempiternelle fumisterie hasbariste : que lorsque Israel tend la main, comme lors de son “retrait” de Gaza, les Arabes réagissent en agressant Israel.

    Le “retrait” en question :

    Entrer et sortir de Gaza, c’est déjà un acte de violence, c’est déjà une série d’humiliations, de mise en situation d’extrême vulnérabilité qui raconte ce qu’est Gaza. Lorsqu’au seul point d’accès à la bande, s’élève ce mur immensément haut, immensément long, surplombé de miradors et de barbelés, il est impossible de ne pas voir en cette terrible construction ce qui saute aux yeux : La bande de Gaza est une prison à ciel ouvert, une cocotte minute à l’intérieur de laquelle on n’a pas envie d’entrer de peur de ne pas pouvoir en sortir indemne.

  • permalien Shiv7 :
    8 avril 2011 @22h26   « »

    PS : Je trouve votre sous-estimation des capacités militaires palestiniennes assez, comment dire ... orientaliste au sens d’Edward Saïd. Que ce préjugé essentialiste soit mis au service de votre dialectique propalestinienne voila qui offre un merveilleux example de double-pensée.

    Vous vous foutez de la gueule de qui ?
    Votre dialectique d’émoulu de campus, elle, elle sert quoi ?
    A force de circonvolutions vous savez encore dans quel sens vous planer ?
    C’est plus de la double pensée, c’est le monde à l’envers !

    Ce faire le porte parole d’une des armées les plus moderne et équipée du monde, et chipoter sur les préjugés essentialiste-orientaliste *,oh les beaux mots.. du camps opposé..
    Ce dernier vivant avec les moyens que l’on sait, soit moitié dans un tiers monde éclaté (ou en diaspora), et moitié dans un bidon ville prison, et , (am stram gramme ni vu , ni connu,), mettre tout ça au service d’une dialectique cultivée qui en arrive à ( essayer de faire) oublier les réelles forces en présences..
    C’est cela la double pensée, (au point que la phrase ci-dessus trouverais aisément sa place dans 1984), mais plus que cela, il y a une réelle perversion, car quand l’intelligence en arrive à nié le réel, il faut quelle y croit pour de vrai , et c’est cela la perversion ; être tellement sur de ce que l’on croit, que l’on ne croit plus ce que l’on voit.
    (Et dans ce cas, aucune intelligence n’en vient à bout puisque qu’elle en est le principe moteur, ça ne peux que s’aggraver, c’est là que le sens de ce qu’on appel les effets pervers, prend toute sa mesure.)

    *Ou sur la nature précise de l’état civil des morts de Plomb durci, comme si la simple constatation de la disproportionnalité des pertes ne suffisait pas à clore tout débats, par l’évidence, qu’une réelle exécution de masse à eu lieu volontairement, dans la mesure où ne serais-ce que la géographie urbaine, sociale et militaire de Gaza l’imposait, stratégiquement parlant.

0 | 100

Ajouter un commentaire