Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Silence sur Bahreïn

Silence sur Bahreïn

mercredi 13 avril 2011, par Alain Gresh

Les images sur Al-Jazira se répètent et le monde arabe semble en suspens, hésitant entre révolution et contre-révolution. Des dizaines de milliers de manifestants et de manifestantes au Yémen, dont de nombreuses portant la burqa, réclament le départ du président et la démocratie. En Syrie, le feu éclate ici et là, et le régime semble incapable de répondre par autre chose qu’une répression brutale. En Egypte, le président et ses deux fils ont été arrêtés et interrogés par la police et le premier hospitalisé après une crise cardiaque ; l’enquête prouve au moins que le mouvement n’a pas été stoppé et, pas à pas, arrive à imposer des changements. En Libye, une sorte d’équilibre s’est établie entre les forces du colonel Kadhafi et celles des rebelles. Ces incertitudes ne doivent pas masquer l’essentiel : le mouvement déclenché par les Tunisiens a atteint tous les pays arabes – des blogueurs ont même été arrêtés aux Emirats arabes unis – et la région en sera profondément modifiée, même si les puissances occidentales n’arrivent pas à mesurer ce qui s’est passé (lire Marwan Bishara, « It’s Arab and it’s personal », Al Jazeera English, 12 avril). Nous non plus, sans doute, tellement ce tremblement de terre ébranle tous les paradigmes à travers lesquels on comprenait la région.

Il peut paraître étrange, dans ces conditions, et surtout à partir de Ramallah, d’écrire quelques lignes sur un petit émirat qui ne fait pas la Une, et au sujet duquel les dirigeants occidentaux, si prompts à dénoncer les répressions, semblent privés de parole. Pourtant, c’est là que la contre-révolution se déploie avec brutalité, menant une guerre confessionnelle. Les autorités de Bahreïn ont confirmé que Karim Fakhrawi était mort en détention : c’était un homme d’affaires, membre de l’organisation Al-Wefaq, qui disposait de 18 sièges sur 40 au Parlement élu (« Bahrain opposition figure ’dies in custody’ », Al Jazeera English, 12 avril). Il est difficile de se faire une idée de qui se passe, les autorités maintenant un grand silence et les arrestations arbitraires se multipliant : on évalue à plusieurs centaines de personnes, voire à un millier, le nombre de personnes incarcérées et au moins quatre sont mortes, sans doute sous la torture — pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970, quand des conseillers britanniques encadraient la police locale. Les rapports de Human Rights Watch ou des articles de presse, comme celui paru dans The New York Times du 12 avril, jettent pourtant une lumière inquiétante sur ce qui se passe : Clifford Krauss (« Hospital Is Drawn Into Bahrain Strife ») : on y voit les autorités arrêter des médecins, entrer dans un hôpital, confisquer des dossiers médicaux de gens qui ont été soignés à la suite de la répression... En revanche, on peut noter le profil bas d’Al-Jazira, prise dans les relations complexes entre Qatar et l’Arabie saoudite.

Rappelons que le royaume est dirigé par une dynastie sunnite tandis que la majorité de la population est chiite.

La campagne de répression et l’intervention des troupes saoudiennes et du Golfe ont mis fin à toute idée de dialogue national. Pour les autorités, la majorité de la population chiite est désormais suspecte et accusée de collaborer avec Téhéran. Dans un entretien donné au quotidien Al-Sharq Al-Awsat le 20 mars, cheikh Abdalatif Al-Mahmoud, le leader du Rassemblement de l’unité nationale (dont le nom est bien trompeur, il ne représente qu’une partie des sunnites), affirme que les chiites avaient un plan pour s’emparer du pouvoir et organiser un coup d’Etat. Il divise les chiites bahreinis en trois catégories : ceux qui travaillent avec l’Iran, ceux qui attendent le résultat de la confrontation et ceux qui soutiennent le régime. Il affirme que ces derniers représentent 20% des chiites — une manière de reconnaitre que la majorité de la population du royaume s’oppose au régime. Rarement a-t-on vu quelqu’un dénoncer la majorité de son propre peuple comme des agents de l’étranger (je ne sais pas si c’est le caractère scandaleux des propos qui a amené le journal à ne pas traduire cet entretien sur le site en anglais).

La situation à Bahreïn est certes compliquée, et la dimension confessionnelle ne peut être négligée, mais le mouvement qui a débuté en février exigeait une constitution démocratique et la transformation de la monarchie en monarchie constitutionnelle. Bien des sunnites ont participé aux rassemblements. Pour connaître les détails de ce mouvement, et aussi les calculs des uns et des autres, on lira le rapport de l’International Crisis Goup, « The Bahrein Revolt », 6 avril 2011).

Ce sont les éléments les plus réactionnaires dans la famille royale qui ont à la fois utilisé la violence en faisant tuer des manifestants pacifiques et avivé le caractère confessionnel du conflit. La brutalité des forces de l’ordre, toutes sunnites, souvent composées d’étrangers naturalisés pour la seule raison qu’ils étaient sunnites, a pu se déployer encore plus avec l’entrée des troupes saoudiennes sous le drapeau de « Bouclier du désert », l’organisation commune de défense du Conseil de coopération du Golfe (CCG), composé de l’Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar, les Emirats arabes unis, le Koweït et Oman. Mais, rien ne prévoit une telle intervention, si ce n’est une menace extérieure, qui n’existait évidemment pas à Bahreïn, même si le CCG dénonce l’Iran.

Les effectifs totaux des forces sous le commandement intégré s’élèvent à 40 000 hommes ; elles disposent d’une base permanente à Hafar Al-Batin (Arabie saoudite). En fait, c’est Riyad qui mène le jeu et des tensions se sont fait sentir au sein du CCG depuis l’intervention, Qatar regrettant que seule soit mise en œuvre la répression, alors qu’il faudrait relancer les tentatives de dialogue national. Pour Riyad, l’installation d’un régime démocratique à ses frontières (l’île est reliée à l’Arabie par un pont de 26 kilomètres) est d’autant plus inacceptable que Bahreïn jouxte la province est du royaume, où sont concentrées les ressources pétrolières et la minorité chiite saoudienne.

On lira une interview du commandant en chef de « Bouclier du désert » dans Al-Sharq Al-Awsat, 27 mars (traduit en anglais le 28 mars sur le site du journal, « A talk with Peninsula Shield force commander Mutlaq Bin Salem al-Azima »). La complaisance des questions est à la mesure de l’alignement du quotidien sur la politique saoudienne (lire Mohammed El-Oifi, « Voyage au cœur des quotidiens panarabes », Le Monde diplomatique, décembre 2006). Le commandant en chef affirme que la force intervenue à Bahreïn représente 10% des effectifs des forces de « Bouclier du désert », soit 4 000 hommes (et non 1 500, comme l’a rapporté la presse).

Bahreïn est le siège de la Ve flotte américaine et du commandement de la composante navale du Centcom et il offre aux avions américains une base (à Issa) ainsi que l’utilisation de l’aéroport international. La base contribue à 1% du PNB du royaume et Washington a décidé d’investir plus d’un demi-milliard de dollars d’ici 2015 pour en doubler les capacités (lire Alexander Cooley et Daniel H. Nexon, « Bahrein’s Base Politics. The Arab Spring and America’s Military Bases », Foreign Affairs, 5 avril.)

Bien que les Etats-Unis aient au départ été réticents face à l’entrée des troupes saoudiennes, ils se sont ralliés depuis à l’idée des ingérences iraniennes qui justifieraient la politique de la famille royale. La visite du secrétaire américain à la défense Robert Gates le 6 avril à Riyad a confirmé cet infléchissement.

S’il est probable qu’il existe des ingérences iraniennes (et aussi saoudiennes, américaines, etc.) et si les autorités de Téhéran ont condamné avec force l’intervention saoudienne, c’est surtout en Irak que les réactions ont été les plus vives, les chiites irakiens et bahreïnis étant très liés – et les relations entre Bagdad et Riyad sont déjà très tendues.

Le résultat sera sans doute l’aggravation des tensions entre chiites et sunnites, un moyen de détourner les révolutions arabes de leur objectif démocratique. La demande des pays du CCG de reporter le sommet arabe qui devait se tenir fin mars à Bagdad en est un signe parmi d’autres.

163 commentaires sur « Silence sur Bahreïn »

0 | 100

  • permalien Yvan :
    13 avril 2011 @18h17   »

    Rue89 se pose aussi de drôles de questions :

    Al Jazeera a perdu la fièvre révolutionnaire à Bahreïn | Rue89

  • permalien Phenix :
    13 avril 2011 @18h24   « »
    Permettez moi d’être un peu hors sujet et de vous addressez un message Mr Gresh

    Salutations Mr Gresh,
    Je suis un grand adepte de vos articles, et j’admire votre lutte contre les injustices dans ce monde, que ce soit dans le terrible conflit Israelo-Palestinien (ce n’est même pas un conflit, c’est juste, vu l’écart des forces, l’agression Israélienne contre les Palestiniens) et votre opposition à l’islamophobie répugnantes qui se répande en France. Ceci-dit cela me parait vous a poussé vers l’autre extrême. S’aligner avec des positions et en faveur de criminels et de sauvages comme le régime Assad et le Hezbollah juste parce que prétendument (et je ne suis pas du tout d’accord) ils s’opposent à israel et à l’impérialisme américain ?!!! Je trouve cela déplorable, d’aller vers cet extrême, ca devient une sorte d’aveuglement semblable à ceux que vous critiqués ! Regardons par exemple vos sources et les liens sur la toile : les journaux as-safir et al-akhbar Libanais qui sont complétement vendus à la cause du régime syrien criminel et du hezbollah, et qui sont les sources des plus grand mensonge et de bassesses, ou ce Mr Landis de syria comment qui est lui aussi complétement vendu à la cause de bashar assad, un des criminels et dictateurs les plus horribles contre son propre peuple(cela se comprend de Mr Landis, vu qu’il est marier à une dame de latikié dont la majorité demeure quand même pros-Assad pour des causes confessionnelles !) et que clairement voie les événements d’un seul œil !! Ou aljazeera qui est, même si elle retransmis bien les événements dans quelques pays parce qu’elle s’en foutait des régimes, reste parmi la horde des médias arabe (et occidentaux d’ailleurs) au service politique d’un certain pouvoir (ici le quatar), critiquant ceux que le prince quatariote n’aime pas, et se voilant la face avec les autres, une des chaines les plus hypocrites : prétendant soutenir la cause des palestiniens, elle oublie de retransmettre la visite de shimon perez (le commanditaire du l’agression contre le Liban en 1996 et notamment du premier massacre de la ville de Qana) au quatar..
    C’est vraiment dommage, vous avez des positions des plus honorables dans ce monde médiatique ou domine l’ignorance et la bêtise, mais de prendre le partie de criminels comme Bashar el Assad et le Hezbollah, ou du moins être conciliant avec eux, c’est plus que déplorable.

    Cordialement.

  • permalien
    13 avril 2011 @19h20   « »

    Phenix :
    13 avril @18h24

    le parfait Libanais d’extrême droite du style"force libanaise" de Samir Geagea, de ceux qui se revendiquent descendant de Phénicien ... Lamentable.

  • permalien Yvan :
  • permalien le journal de personne :
    13 avril 2011 @19h29   « »

    Le plan A, je ne sais pas pourquoi mais il n’est jamais parfait. Et nous n’en sommes jamais satisfaits… parce qu’il y a toujours un plan B, une autre lettre de l’alphabet, la lettre de quelqu’un d’autre qui dispose d’une autre solution.
    Attention ce n’est pas le plan A qui ne passe pas, mais c’est vous qui ne pouvez pas le faire passer.
    Le plan B, si je puis dire, c’est la real- politique… le champ magnétique qui vous permet de protéger vos intérêts.
    Quand ça ne passe pas, vous changez le poids, la vitesse et la masse.
    C’est la désastreuse équation d’Einstein … qui parachève votre imperfection…
    Parce que vous voulez nous faire croire qu’il n’y a pas d’autre issue à la partie.
    J’ai l’impression d’avoir plombé l’ambiance de ce tribunal d’exception…même pas désolée !

    Et un matin on se lève avec l’envie de tout faire cesser.
    Ni A, ni B, c’est la levée de tous les boucliers :
    On vient de réaliser que rien ne sert de vivre ou de mourir, si nous ne sommes pas en mesure de ré-enchanter le monde avec un plan C ! Qui n’a rien de commun avec les deux premiers.
    Quitte à mourir, autant mourir pour une idée.
    C’est la connerie universelle et nécessaire de l’actuel millénaire.
    C comme colis piégé.
    Boum…
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/les-plombes/

  • permalien K. :
    13 avril 2011 @19h51   « »

    Al Jazeera a perdu la fièvre révolutionnaire à Bahreïn
    Par Mohamed El Oifi |

    La position de l’auteur est beaucoup plus nuancée que ne le laisse supposer le titre de l’article.

  • permalien Laurent Szyster :
    13 avril 2011 @20h43   « »

    The devil is in the details.

    En passant je découvre qu’en Egypte "le président et ses deux fils ont été arrêtés et interrogés par la police et le premier hospitalisé après une crise cardiaque ; l’enquête prouve au moins que le mouvement n’a pas été stoppé et, pas à pas, arrive à imposer des changements".

    Ou comment, après une succession mouvementée de la junte militaire égyptienne, un règlement de compte au sommet donne à certains l’illusion du mouvement.

    J’ai du faire un cauchemard, l’armée egyptienne n’a pas tiré sur des manifestants place Tahrir le 9 Avril et un blogueur n’a pas été condamné à trois ans de prisons le 11 Avril pour "avoir insulté l’armée et répandu de fausses nouvelles".

    Deuxième surprise, au détour d’un paragraphe j’apprend qu’au Bahreïn "la torture — pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970, quand des conseillers britanniques encadraient la police locale".

    Et avant 1970 ? Mystère et boulles de gomme. Ce sont les britanniques qui ont introduit la torture dans l’émirat, qu’on se le dise !

    Ensuite je butte sur une parenthèse assassine où Alain Gresh se demande "si c’est le caractère scandaleux des propos qui ont amené le journal à ne pas traduire cet entretien sur le site en anglais."

    Quoi, des journalistes préféreraient ne pas traduire ce que disent des dirigeants arabes quand ils ne sont pas "politiquement corrects", voir carrément immondes ? On nous cache tout, on nous dit rien, je m’indigne !

    Enfin, après un rappel de l’occupation US dans petit émirat, je découvre la raison de tant de méchanceté, sans surprise tout cela est "un moyen de détourner les révolutions arabes de leur objectif démocratique."

    En conclusion si demain les révolutions arabes se détournent de la démocratie ce sera la faute à l’impérialisme américain dans le Golfe, comme la torture dans les commissariat arabes était due à l’impérialisme européen.

    La seule chose vraiment étonnante c’est que, pour une fois, ce n’est pas de la faute des "sionistes" ...

  • permalien zak :
    13 avril 2011 @21h05   « »

    Depuis 3 semaines (la vérité c’est depuis plus de 40 ans) les Syriens subissent l’atrocité du régime dictatorial de Docteur Bachar al-Asad, de son frère Maher al-Asad chef de la garde présidentiel et de son gendre Assef Chawkat et de … En Syrie, le régime emploie les méthodes le plus novatrices pour réprimer les mouvements de protestation et les simples revendications de liberté. On coupe l’électricité et puis on tire sur les manifestants retranchés dans les mosquées ; le lendemain, la télé national, accuse les gangs soutenu par l’étranger et Israël pour déstabiliser l’unité nationale et semer la discorde dans la population... Le régime syrien commet des massacres et des crimes contre l’humanité en l’absence des médias indépendants. Al-Jazzera, bien qu’elle a été également interdite en Egypte pendant la révolution égyptienne, elle a quand même réussi à couvrir les événements. En Syrie et au Bahreïn, elle ne peut faire grand-chose…….
    pour ceux qui veulent savoir plus regarder ces liens :
    http://syrianrevolution.org/
    http://new-syria.com/
    http://www.youtube.com/user/SHAMSNN

  • permalien K. :
    13 avril 2011 @22h07   « »

    Al-Jazira couvre une bonne partie de ses infos à la répression en Syrie.

  • permalien K. :
    13 avril 2011 @22h22   « »

    À nouveau, le 14 Mars libanais importe la stratégie décidée par l’arabie séoudite (..) Pour le Liban, cette stratégie est purement et simplement mortelle.

  • permalien carnavon :
    13 avril 2011 @22h52   « »

    Ah ! Alain Gresh.... vous lire est toujours un plaisir. Comme d’habitude vous venez commenter l’actualité en vous dispensant du moindre regard critique sur vos interminables textes prétendument informés et votre conception gaucho-mondialiste du monde. Vous ne comprenez rien, mais comme monsieur Jourdain, vous en parlez beaucoup.
    Vous étant trompé sur à peu près tout ce qui est geopolitique sur cette planète depuis 1945, gageons que vous prétendrez demain avoir écrit que vous aviez raison avant tout le monde !
    Il vous reste pinochet et les généraux d’extrême droite sud américains... si ! si ! vous n’avez pas encore tout dit ! n’est ce pas là le fond de commerce de votre petite entreprise ?
    Je suis impatient de vous lire.

  • permalien qlq1 :
    14 avril 2011 @00h33   « »

    @ k..,salutations

    Al-Jazira couvre une bonne partie de ses infos à la répression en Syrie.

    idem pour la chaine Al manar,qui ne parle que du Bahreïn..

    malgré ces carences.. je critique mais je continuerai a les soutenir..,je ne peux quand meme pas regarder la seule
    Al arabya

  • permalien Yann :
    14 avril 2011 @00h53   « »

    La situation au Bahreïn est certes compliquée, et la dimension confessionnelle ne peut être négligé

    Compliqué ?
    C’est le régime dictatorial et ses soutiens qui cherchent à confessionnaliser la lutte de libération des Bahreïnis.
    ONE BAHRAIN

    mais le mouvement qui a débuté en février exigeait une constitution démocratique et la transformation de la monarchie en monarchie « constitutionnelle ».
    (...)
    il faudrait relancer les tentatives de dialogue national

    http://printempsarabe.blog.lemonde.fr/2011/04/13 :

    Le cri de détresse d’une blogueuse contre la répression au Bahreïn

    "le régime des Khalifa a déjà prouvé qu’il ne prenait ni nos vies ni nos droits en considération”, explique (...) la blogueuse [Angry Arabiya,] à l’adresse de Barack Obama. “Je vous tiens tout autant responsable que le régime Al-Khalifa. Votre soutien à cette monarchie rend votre gouvernement complice de ce crime"

    Angryarabiya :

    I want to see an end to Alkhalifa regme & king Hamad Alkhalifa on trial

  • permalien uniranien :
    14 avril 2011 @02h33   « »
    Ne soyons pas naif

    Vu certains commentaires assassin et injuste adressé à l’article, je ne peux que constater avec regret l’engagement sioniste à étouffer tout analyse allant à contresens des propagandes média mensongère.
    Cependant j’ai aussi un critique sur cette frase :
    "Bien que les Etats-Unis aient au départ été réticents face à l’entrée des troupes saoudiennes, ils se sont ralliés depuis à l’idée des ingérences iraniennes qui justifieraient la politique de la famille royale"
    Il n’est pas concevable que l’Arabie saoudite intervienne militairement sans l’aval voir l’ordre du pentagone.

  • permalien Daas Djemai :
    14 avril 2011 @04h19   « »

    Les révolutions arabes ne plaisent pas à tout le monde parce qu’initialement elles furent spontanées donc échappant à toute tutelle,ce qui aura pour effet de changer la configuration géopolitique actuelle en libérant ces peuples de leur long silence imposé par des dictateurs inféodés aux puissances hégémoniques que sont les USA et les seconds couteaux que sont l’UE et surtout Israël.Ceux-la feront tout pour maintenir un statut-quo qui leur assurera la main-mise sur le pétrole et la défense de la politique colonialiste d’Israël.A défaut d’être pris par surprise,ils s’activent pour circonscrire la propagation ,mais jusqu’à quant ?Une chose est sure,le monde arabe a franchi le Rubicon et entre de plein-pied dans la modernité et dans une lutte d’émancipation que les autres peuples l’avait cru congénitale-ment impuissant à imaginer.Plut au ciel que leurs dirigeants saisissent cette opportunité pour se rapprocher d’eux et d’en finir avec une vassalité honteuse qui n’a que trop duré.

  • permalien Oualahila Ar Tesninam :
    14 avril 2011 @06h06   « »
    Silence sur Bahreïn...

    Un article pertinent sur la répression sauvage qui sévit à Bahreïn avec la bénédiction hypocrite occidentale : Saoudi Hegemony vs. the Arab Spring - by Tahiyya Lulu

  • permalien K. :
    14 avril 2011 @09h24   « »

    @ qq1,

    Totalement d’accord avec vous. Je vous recommande la chaine libanaise Al-Jadid (New TV).

  • permalien HN :
    14 avril 2011 @10h18   « »

    @L. Szytzer

    Et avant 1970 ? Mystère et boules de gomme. Ce sont les britanniques qui ont introduit la torture dans l’émirat, qu’on se le dise !

    Allons, sous vos airs de je-sais-tout, qui donne des leçons à Alain Gresh, vous n’avez jamais entendu parler des techniques contre-révolutionnaires françaises qui ont été exportées un peu partout dans le monde ?
    Bien sûr que la torture a dû exister avant, il n’empêche que c’est nous les meilleurs...

    Concernant l’influence des USA, là aussi vous faîtes preuve d’une grande naïveté.
    Croyez-vous réellement que l’administration américaine soit totalement désintéressée par ce qui se produit dans le monde arabe, notamment chez ses principaux fournisseurs de pétrole, et même d’un point de vue géostratégique ???
    Pensez-vous que les USA seraient enchantés que les dirigeants des pays producteurs de pétrole augmentent les prix de leurs ressources pour redistribuer les dividendes au peuple ?
    L’histoire montre bien que non.
    Voici en tout cas ce qu’en pense Noam Chomsky ici et ici.
    Il décrit d’ailleurs assez bien le comportement d’Obama (et ses états vassaux) qui a soutenu Moubarak jusqu’à la dernière seconde.

    Que la situation en Egypte ne soit pour l’instant qu’un jeu de chaises musicales entre militaires (dans lequel pas mal de pays occidentaux désirent choisir quel joueur s’assoira sur quel chaise), je vous l’accorde.
    Mais refuser de voir le soutien qu’apportent les pays occidentaux à l’armée afin de trouver une nouvelle tête d’hydre, là c’est plus que de la naïveté.

    Cdlmt

  • permalien Phenix :
    14 avril 2011 @14h07   « »
    @ inconnu lamentable

    ce qui est lamentable c’est toi avec ce commentaire de lâche sans même identifié, qui ne donne aucune argumentation, et dont la seule réponse qu’il apporte c’est des accusations calomnieuse et une discréditation de l’autre. ca ressemble bien au style du régime criminel syria et du hezbollah, tu t’y colle bien..

    bref

  • permalien Leni :
    14 avril 2011 @15h13   « »

    Amnesty International :

    "Les autorités bahreïnites doivent révéler d’urgence le lieu de détention et le statut juridique de plus de 400 militants de l’opposition, principalement chiites, incarcérés au cours de ces dernières semaines, a déclaré Amnesty International le 12 avril, tandis que des informations faisant état de la mort en détention d’au moins trois d’entre eux exacerbent les craintes pour la sécurité de ces détenus."

    La suite sur :

    http://www.amnesty.org/fr/news-and-...

  • permalien K. :
    14 avril 2011 @15h17   « »

    Andrew Hammond de Reuters sur le silence de Al-Jazira concernant non seulement la répression au Bahrein, mais aussi à Oman et en Arabie dite Saoudite.

  • permalien deMontigny :
    14 avril 2011 @17h03   « »

    Att ; L. Sczyster

    Où est M.Nathan ?

    Vous avez du mal à croire que les Anglais non seulement pratiquent, mais enseignent et stipendient la torture... Ou faites-vous uniquement preuve de mauvaise foi. Je vous recommande un entretien avec M. Craig Murray, ambassadeur de Sa Grandiose Majesté dans les ex-républiques soviétiques.

    Vous avez déjà vu à quoi ressemble un homme ébouillanté à vif ?

  • permalien Farasha :
    14 avril 2011 @18h47   « »

    J’approuve tout ce que vous avez dis Mr Gresh , et la répréssion en Bahrein ne peut pas etre justifier par la seule raison que les manifestants sont chiites

  • permalien Laurent Szyster :
    14 avril 2011 @19h52   « »

    @deMontigny,

    Je n’ai aucun mal à concevoir que les policiers Britanniques aient toléré ou même encouragé la torture par la police du Bahreïn.

    Par contre je doute que la torture n’ai pas été pratiquée avant 1970 dans les geôles de l’émirat.

    Or c’est précisément ce qu’implique la formule spécieuse de M. Gresh : "pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970, quand des conseillers britanniques encadraient la police locale".

    Cette vision paranoïaque de l’histoire est la même qui réduit un sectarisme vieux de treize siècle à un "moyen de détourner les révolutions arabes de leur objectif démocratique".

  • permalien K. :
    14 avril 2011 @20h08   « »

    Via Issandr El Amrani,

    Dans le concours de la récupération la plus éhontée du “printemps arabe”, la palme revient à Bob Zoellick, premier responsable de la Banque Mondiale, qui présente Mohammed Bouazizi comme...

    ...un entrepreneur privé qui se battait contre la bureaucratie du secteur public.

  • permalien Ph. Arnaud :
    14 avril 2011 @23h31   « »

    A Laurent Szyster

    C’est quoi, ce « sectarisme vieux de treize siècles » ?

  • permalien Quilombo :
    15 avril 2011 @00h04   « »

    Et silence sur le fait que la majorité de la population résidant à Bahrëin (54%) est d’origine étrangère et n’a pas la citoyanneté bahreïnie. Voir http://goo.gl/Zf3Dc C’est à dire, ils ont encore moins de droits que les chiites bahreïnis. Voir aussi http://goo.gl/5qzF9

  • permalien Orangerouge :
    15 avril 2011 @00h21   « »
    Obama, le tortionnaire au sourire exquis

    Les Etats-Unis torturent aussi à domicile :
    Il a 23 ans, il n’a tué personne, et ce qu’on lui reproche n’est pas prouvé.
    http://www.lefigaro.fr/internationa...

  • permalien Ivan :
    15 avril 2011 @01h06   « »

    Les émirs des émirats arabes unis (aux USA) ne bougent pas le petit doigt sans l’autorisation des USA. Obama, c’est Bush avec le sourire, comme Strauss Kahn sera Sarko avec le sourire "tout changer pour que rien ne bouge" telle est leur devise, mais les peuples sont là. En Egypte comme en Tunisie, rien n’est fini, les révoltes actuelles peuvent encore se transformer en révolutions car il y a dans ces pays d’authentiques révolutionnaires, même si l’impérialisme les a fait assassiner par frères musulmans interposés, créés de toutes pièces par les USA, comme les talibans en Afghanistan.

  • permalien Yvan :
    15 avril 2011 @07h35   « »

    Les salafistes exécutent un otage italien à Gaza - LeMonde.fr

    Le corps de Vittorio Arrigoni, militant pacifiste italien, a été retrouvé quelques heures après l’annonce de son enlèvement, le premier d’un étranger à Gaza depuis que la prise de contrôle du territoire par le Hamas en juin 2007. Il a été découvert dans un quartier du nord-ouest de la ville de Gaza, selon les services de sécurité du mouvement islamiste, qui en ont interdit l’accès aux médias.
  • permalien K. :
    15 avril 2011 @07h40   « »

    Les soulèvements arabes ont fait entrer la région dans une période transitionnelle dont l’issue reste hautement incertaine.

    Celui pour lequel sont en train de se battre très vigoureusement les Saouds et les pseudo-républicains de la région correspond à un renforcement de l’ordre néolibéral allié à une hégémonie absolue d’Israel.

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @07h56   « »

    The Saudis should be aware by now of the following truths :

    First, Israel’s leadership is more loyal to its Arab allies than President Obama. ..

    Comme si le fait d’être “loyal à ses alliés” n’était pas une condition nécessaire pour mettre sous sa botte l’ensemble de la région.

  • permalien L’anonyme de 22h20 :
    15 avril 2011 @08h51   « »

    Laurent Szyster

    Par contre je doute que la torture n’ai pas été pratiquée avant 1970 dans les geôles de l’émirat.

    Le Bahrein est indépendant depuis le 14 août 1971. Comment peut-on torturer dans un émirat qui n’a pas d’existence au sens juridique et nationale ?

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @09h17   « »

    De la dictature locale du “prolétariat” à la dictature globale du “libre-échange.”

    Georges Corm :

    ..

    Les faits sont tranchants, ainsi que le constat qui ressort de l’étude des faits, des chiffres et statistiques, [.. :] les ravages que produit une société de consommation qui est entièrement dirigée par un groupe de personnes qui concentre entre ses mains un pouvoir qui est politique et économique à la fois [est] [c]e qui fait que la démocratie est vidée de son sens.

    (..)

    Certes, (..) le pouvoir, globalisé économiquement et mondialisé politiquement, commence à être partagé avec des Indiens, des Chinois, des Coréens et des Brésilien.. Mais la forme de gestion du monde elle-même – et notamment
    la gestion économique, sociale et culturelle – n’est pas en train de changer. … cette globalisation économique
    provoque partout non seulement des conflits armés, mais également des replies identitaires qui alimentent les tensions et les conflits, d’autant que dans leurs formes extrêmes ils sont producteurs de groupes terroristes.

    (..)

    Aujourd’hui, tous les États nationaux sont asservis, c’est la dictature des marchés, pour faire court.

    (..)

    Je ne crois pas beaucoup à [l’]hypothèse d’un déclin continu de la puissance économique américaine. Je sais que dans le monde arabe tout le monde en rêve, en disant que les États-Unis sont au bord du gouffre ou de l’effondrement.

    À mon avis, ce qui compte plus pour les États-Unis dans ces guerres, c’est de continuer à auto-réaliser les prédictions de chocs de civilisations de Huntington, de jouer du fondamentalisme islamique, de la confusion entre islam et terrorisme qui leur permettent de se maintenir militairement sur tous les continents.

    ..

  • permalien Deïr Yassin :
    15 avril 2011 @09h27   « »

    @ L’anonyme de 22h20
    La date d’indépendance de Bahrein n’était pas sur la fiche "wikipedia’, LA source d’information de Szyster.

  • permalien HN :
    15 avril 2011 @09h47   « »

    @Laurent Szyster

    La phrase que vous citez n’insinue aucunement que la torture n’était pas pratiquée AVANT 1970, elle dit seulement qu’elle était "courante" lors de la présence des britanniques.

    Mais si vous ne voulez pas voir, on ne peut pas vous forcer.

    Cdlmt

  • permalien Laurent Szyster :
    15 avril 2011 @09h58   « »

    @Ph. Arnaud,

    "Shīʻatu ʻAlī", les partisans d’Ali, premier et principal schisme islamique.

    @Ivan,

    Ainsi les "frères musulmans" auraient été "créés de toutes pièces par les USA, comme les talibans en Afghanistan" ?

    On peut rire ?

    @L’anonyme de 22h20,

    Comment peut-on torturer dans un émirat qui n’a pas d’existence au sens juridique et nationale ?

    Exactement comme on pouvait être Palestinien longtemps avant que la Palestine n’ai d’existence juridique ou nationale.

    De facto.

    @Quilombo,

    Dans la pluspart des pays pétrolier du Golfe la majorité de la population est d’origine étrangère. Environ 65% en Arabie Saoudite, plus de 90% aux EAU. Sans aucune possibilité d’acquérir la nationalité, bien sur, condamné à un statut de seconde zone qui confine parfois à l’esclavage de fait.

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @10h07   « »

    Gala Dinner Celebrating the U.S.-Islamic World Forum

    Remarks
    Hillary Rodham Clinton
    Secretary of State
    Hosted by the Brookings Institution and the State of Qatar
    Andrew W. Mellon Auditorium

    Washington, DC

    April 12, 2011

    Le néolibéraslisme et les privatisations qui sont en train d’aliéner de plus en plus les populations des pays occidentaux, Etats-Unis compris, entraineront au contraire des effets socio-économiques mertveilleux sur les populations du Moyen-Orient, assure Mme Clinton.

  • permalien Yvan :
    15 avril 2011 @10h11   « »

    Georges Corm : « À mon avis, ce qui compte plus pour les États-Unis dans ces guerres, c’est de continuer à auto-réaliser les prédictions de chocs de civilisations de Huntington, (...) »

    Comment passer d’une analyse subtile du "softpower" d’Obama, à la dénonciation la plus rustique du "hardpower" de Bush, et les réunir en une même politique ?

    Il est évident que les deux sont à opposer, et que Bush est un aimable "candy", comparé au poison autrement insidieux d’un Obama, car comment résister à un ami qui vous veut du bien ?

    Les néoconservateurs ont montré avec leur pseudo-idéologie, qu’ils n’avaient retenu du livre de Huntington que le titre (il n’en ont même pas lu la barre à code en quatrième de couverture). Mais en réalité, en invitant les américains à prendre conscience du caractère multiculturel de l’humanité et à comprendre les autres cultures pour mieux les manipuler, Huntington n’est pas du tout un générateur de guerre , mais plutôt un marchand de "d’amour et d’harmonie (vaselinées)".

    Les interventions militaires récentes sont plus à considérer comme des échecs du "softpower" que comme une continuation de la politique hégémonique guerrière de Bush.

  • permalien Laurent Szyster :
    15 avril 2011 @10h13   « »

    @HN,

    Le Larousse défini l’adverbe "depuis" comme suit :

    "Indique le début, le point de départ dans le temps d’une action, d’un état qui dure jusqu’au moment où l’on parle. Ex : Depuis son accident, il boite."

    http://www.larousse.fr/dictionnaire...

    Donc, si on affirme que la torture est une "pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970", c’est qu’elle ne l’était pas avant.

  • permalien HN :
    15 avril 2011 @11h02   « »

    Donc, si on affirme que la torture est une "pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970", c’est qu’elle ne l’était pas avant.

    "Pratique courante". La pratique pouvait très bien être effective avant 1970, et devenir courante à partir de là...

     :-p

    On capilotracte légèrement quand même, tout ça pour ne pas parler du fond du problème...

    Cdlmt

  • permalien Shiv7 :
    15 avril 2011 @11h18   « »

    @Laurent Szyster

    HN :
    15 avril @09h47 «  »

    La phrase que vous citez n’insinue aucunement que la torture n’était pas pratiquée AVANT 1970, elle dit seulement qu’elle était "courante" lors de la présence des britanniques.

    Laurent Szyster :
    15 avril @10h13 « 

    ..Donc, si on affirme que la torture est une "pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970", c’est qu’elle ne l’était pas avant.

    Vous avez mis du temps à comprendre..

    Laurent Szyster :
    15 avril @09h58 «  »
    @Ph. Arnaud,

    "Shīʻatu ʻAlī", les partisans d’Ali, premier et principal schisme islamique.

    Traité de secte le premier schisme islamique ne manque pas de piquant, quand on se veut le dépositaire (tout au moins l’avocat) comme vous, d’une tradition qui c’est érigée dès l’origine comme étant un peuple élu comparable à nul autre..

  • permalien Laurent Szyster :
    15 avril 2011 @12h13   « »

    @HN,

    Aucune capilotractation de ma part.

    Le fonds du problème de M. Gresh et son public chéri c’est de voir des complots impérialistes partout où ça dérange de constater l’état politique des sociétés, du discours qui les domine, des rapports de force, etc.

    @Shiv7,

    Relisez mon commentaire, je maintient que l’insinuation de M. Gresh à propos de la torture dans les prisons du Golfe est aussi paranoïaque que sa réduction de l’antagonisme sectaire entre Chiites et Sunnites à "un moyen de détourner les révolutions arabes de leur objectif démocratique".

    Aussi, secte et sectarisme ne sont pas synonymes.

    Sectarisme : Attitude intransigeante de partisans intolérants d’une opinion, d’un parti.

    http://www.larousse.fr/dictionnaire...

    Enfin, vous devriez mieux vous informer sur ce que "peuple élu" veut dire pour les Juifs :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Peuple...)

    Le consensus rabbinique est depuis longtemps que "l’élection crée des obligations exclusives aux Juifs, s’ajoutant aux alliances et responsabilités que les non-Juifs reçoivent de Dieu, comme les lois noahides, sans apporter de récompenses exclusives aux Juifs".

    Cette interprétation s’appuie sur le verset célèbre : « C’est vous seuls que J’ai distingués entre toutes les familles de la terre, c’est pourquoi Je vous demande compte de toutes vos fautes. » (Livre d’Amos 3:2)

  • permalien Caius Gracchus :
    15 avril 2011 @12h49   « »

    Peut être que la référence aux années 70 est-elle simplement celle aux années les années où le Bahreïn a pris son indépendance du Royaume uni... c’est bien aussi de connaître l’histoire...

  • permalien khalil abdoune :
    15 avril 2011 @12h55   « »

    Un grand salut à Alain Grech pour son honnêteté morale et sa vision juste et objective.
    Concernant les évenements au Monde arabe ,le masque est tombé ,cerains medias ( aljazzera , al quds al arabi du "palestinien" abdelbari atwane) ont montré leur vrai visage , soutenir des dictatures sanglantes , pourries au golfe et notamment celle du Bahreine et se porter porte parole du peuple syrien. ça sent l’empreinte de la machination néoconservatrice /sioniste.
    Je m’explique ,certes le régime de Damas est loin de la démocratie habituelle ,des réformes profondes doivent se faire à tous les niveaux et au plus vite mais La Syrie reste un allié des résistances arabes contre l’impérialisme americain et le colonialisme israélien .
    C’est pourquoi ,la contestation populaire a été piégée et minée par un complot à faces multiples ( les dictatures du golfe, la droite libanaise, les americains et bien sûr les israéliens)
    Une mise en scéne trés bien faite avec un support des chaines télévisées finacées par les petrodollars et certains medias occidentaux ( BBC , chaine 24 ,CNN ......)

  • permalien HN :
    15 avril 2011 @13h11   « »

    Le fonds du problème de M. Gresh et son public chéri c’est de voir des complots impérialistes partout où ça dérange de constater l’état politique des sociétés, du discours qui les domine, des rapports de force, etc.

    Ce que vous appelez "rapports de force", est en fait toujours le même rapport de force des super puissants face aux plus faibles, donc l’impérialisme en qqs sortes.
    Qui en pâtit ? Les peuples depuis toujours.
    Maintenant, libre à vous de vous mettre du bon côté du canon.

    Même si "complot" est un bien grand mot (pas tout le temps cependant), on ne peut nier que les puissances occidentales mettent leur nez un peu partout et interfèrent avec des affaires qui ne les regardent en rien, ce qui a souvent pour conséquence (non voulue) de créer des entités relativement moches.

    Mais il n’y a que l’aveuglement typique des républicains américains qui voient une agression contre leurs intérêts et contre leur pays dès lors qu’on veut nationaliser une ressource même si celle-ci ne se trouve pas sur leur territoire (i.e. le territoire américain s’étend au monde entier). Je n’invente pas, j’ai lu ce genre de réplique dans de nombreux livres et articles de Chomsky qui source de manière minutieuse.

    Cdlmt

  • permalien Laurent Szyster :
    15 avril 2011 @13h16   « »

    @Caius Gracchus,

    Si M. Gresh avait fait référence à la décolonisation du Bahrein en 1971, il aurait écrit "pratique courante depuis l’indépendance dans les années 1970".

    Ce qui, convenez-en, a une toute autre implication.

    @khalil abdoune,

    Vous avez parfaitement suivi la ligne de M. Gresh, félicitations !

    L’échec démocratique des révolutions arabes doit dès aujourd’hui être mis au compte de sombres complots américano-sionistes.

    On n’est jamais trop prudent ...

  • permalien khalil abdoune :
    15 avril 2011 @13h30   « »

    Laurent Szyster :
    La ligne d’Alain Gresh est celle de la raison et la justice c’est celle des milliards de gens qui souffrent sous l’emprise de l’mperialisme.
    Qui est derriére les dictatures et les coups d’état en Amérique latine ?
    Qui a assasiné Allende et installé Pinochet ?
    qui soutient des dictateurs centenaires dans des pays du golfe et qui ne respectent même pas les droits élementaires de l’humain ?
    Que l’on veuille ou non les USA et son chien de garde Israel restent les pilliers de l’injustice et l’exploitation de l’homme.

  • permalien Ph. Arnaud :
    15 avril 2011 @14h12   « »

    A Laurent Szyster

    Je ne vois pas en quoi le schisme d’Ali peut être qualifié de sectarisme. Il n’a pas plus à l’être que le schisme de 1054 entre l’Eglise latine et l’Eglise grecque, qui n’a fait qu’engendrer deux versions de la croyance chrétienne initiale.

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @15h00   « »

    Apparemment le “Time” emploie de très jeunes journalistes :

    Bahrain : Is a U.S. Ally Torturing Its People ?
    By Karen Leigh Thursday, Apr. 14, 2011

  • permalien KarimW :
    15 avril 2011 @17h29   « »

    "Or c’est précisément ce qu’implique la formule spécieuse de M. Gresh : "pratique courante dans l’émirat depuis les années 1970, quand des conseillers britanniques encadraient la police locale"."

    Donc, pratique qui ont été systématisée au travers un enseignement (ici, britannique).

    Cela ne signifie pas que ca n’existait pas avant.
    Mais quand on lit avec une telle mauvaise fois...

  • permalien Shiv7 :
    15 avril 2011 @17h33   « »

    @Laurent Szyster :

    Enfin, vous devriez mieux vous informer sur ce que "peuple élu" veut dire pour les Juifs :

    Le consensus rabbinique est depuis longtemps que "l’élection crée des obligations exclusives aux Juifs, s’ajoutant aux alliances et responsabilités que les non-Juifs reçoivent de Dieu, comme les lois noahides, sans apporter de récompenses exclusives aux Juifs".

    En effet très beau texte, qui fait ressortir que le Juif en tant que secte n’a que des obligations exclusives alors que les autres (hors secte) peuvent éventuellement obtenir des responsabilités et des récompenses, les sionistes feraient bien de s’en rappeler un peu plus..

    Du coup je me demande quelle raison il y aurait d’être juif, si de toute manière les récompenses sont distribuées à tout un chacun et que je n’hérite que d’obligations ? (sans parler des malheureux pogroms) C’est encore plus philanthropique que l’ordre de mère Térésa..

    Mais c‘est vrai vous n‘avez pas choisi, (c’est-ce qu’on peut appeler très proprement, un mauvais karma) puisqu’il s’agit d‘une secte d’élection divine..

    Et pour ça vous avez également raison :

    Sectarisme : Attitude intransigeante de partisans intolérants d’une opinion, d’un parti.

    Non seulement le Juif s’est érigé en secte à son origine, ce qui en soi je vous l’accorde n’est pas très grave et peut tout a fait être laissé libre à l’appréciation de ceux qui veulent en faire partie (au fait peut-on se convertir à la religion juive ?), mais par contre la qualification sectarisme (qui n’est finalement que la radicalisation d’une secte), est en effet beaucoup plus adéquate pour définir l’attitude d’une partie des Juifs à travers Israël et le sionisme.

    Bien que je ne sois pas pour les raccourcis trop simpliste, je ne puis m’empêcher de dire ;

    Juif/juif = secte
    En précisant que je suis admiratif devant la force et l’intelligence d’un peuple qui à travers toutes ses épreuves, c’est maintenu à travers les ages.

    Sionisme/Israël = sectarisme
    En précisant que là je ne suis pas du tout admiratif, pour les raisons que vous imaginez, (même ci ceci peut expliquer cela, mais sans l’excuser, bien entendu), je suppose.

    Ai-je bien compris la leçon ?

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @18h15   « »

    Ainsi les "frères musulmans" auraient été "créés de toutes pièces par les USA, comme les talibans en Afghanistan" ?

    On peut rire ?

    Our Secret Connections with the Muslim Brotherhood. March 10, 2011
    Ian Johnson, New York Review of Books

    Traduit en français,

    L’histoire secrète de Washington et de la Confrérie des Frères musulmans

  • permalien jeanne :
    15 avril 2011 @18h41   « »

    on comprend que les gens veulent plus d’argent mais qui à part les sionistes et leurs alliés, y compris tous les petits rois arabes, est contre la Syrie ?

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @19h06   « »

    L’Etasunien Nicholas Noe tient le site “mideastwire.com”, qui traduit en anglais des articles (payants pour la plupart) de la presse arabe (de toutes les tendances).

    Il tient en même temps son propre blog (gratuit), "mideastwire.wordpress.com", dans lequel il analyse certains de ces articles.

    Dans cet envoi, il affirme que les apprentis-sorciers de la région considèrent aujourd’hui que la meilleure manière de faire de la contre-révolution est de jouer encore plus aux apprentis-sorciers :

    Nous traduisons tous les jours des dizaines de d’articles du Moyen-Orient qui traitent de l’ascension des salafistes à des hauteurs jamais vues dans l’histoire moderne de la région .... quand on ajoute à cela le possible support financier et politique saoudien SUPPLEMENTAIRE à une telle ascension ... alors je pense que vous pourriez assister à ce qui sera probablement l’une des grandes tendances des années à venir.

    Préparez-vous – Les plus grands alliés des Etats-Unis ont payé pour ça, perçoivent la chose comme une stratégie utile maintenant .... et croient peut-être que c’est la seule façon de sortir de la terrible ornière qu’ils ont longtemps creusé .... c-à-d creuser plus profondément dans la stratégie vers laquelle ils se sont dirigés depuis longtemps, à la Sadate, RAS [Royaume d’Arabie saoudite], les anti communistes etc ...

    Je me demande - est-ce une menace mortelle pour Israël comme cela a été postulé l’autre jour à la NI ? Cela n’a jamais été le cas dans le passé et a été plutôt le moyen de vaincre Arafat et al .... (Question ouverte peut-être)

    On a l’impression quand-même que Nicholas Noe amalgame Frères-Musulmans et salafistes.

    Toujours est-il qu’au Liban l’atmosphère est aujourd’hui extrèmement tendue : Pour la première fois, Saad Hariri, sans doute encouragé par les difficultés du régime syrien, a rompu tout contact avec celui qui est considéré comme le chiite “modéré”, à savoir Nabih Berri. Ceci est interprété, déclarations publiques tonitruantes de l’intéressé aidant, comme une volonté d’appliquer le programme des Saouds dans la région, c-a-d la confessionnalisation des problèmes.

  • permalien Laurent Szyster :
    15 avril 2011 @19h12   « »

    @Shiv7,

    Le Sionisme n’est ni une religion ni une secte, c’est un mouvement politique qui a pour objectif l’émancipation nationale du peuple Juif.

    Né dans la bourgeoisie juive assimilée d’Europe à la fin du 19ième siècle en réaction à la montée de l’antisémitisme, longtemps minoritaire le sionisme ne s’est imposé qu’après que le génocide nazi ai convaincu la majorité des Juifs que l’internationale ne serait pas le genre humain tout de suite (autant attendre le Messie ...).

    Par définition le sionisme, comme les autres mouvements d’émancipation nationale, ne concerne qu’un peuple. S’il faut accuser les sionistes de sectarisme parce qu’ils ne se battent pas pour l’émancipation des Papous ou des Sahraouis, que dire des autres nationalismes post-coloniaux ?

    PS : Oui, on peut se convertir au Judaïsme. Mais c’est beaucoup plus long que pour la pluspart des autres religions monothéiste. Et assez pénible pour ceux qui ne sont pas déjà circoncis.

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @20h10   « »
  • permalien K. :
    15 avril 2011 @20h55   « »

    ...la bourgeoisie juive assimilée d’Europe

    Absolument. Et dont les souffrances de ses ascendants n’empêche pas certains d’entre eux d’être de pitoyables racistes.

    Labor leadership candidate Isaac Herzog described his rival Amir Peretz as "inexperienced, aggressive and Moroccan," a January 2006 American diplomatic cable suggests.

  • permalien K. :
    15 avril 2011 @22h48   « »

    Les seul intérêt de ce très mauvais article d’IPS News, est la révélation que la NED, via l’IRI, n’élimine pas une assistance aux "frères musulmans" d’Egypte

  • permalien s=exp(j*pi) :
    16 avril 2011 @00h24   « »

    @ HN et Deïr Yassin // Objet : POST de L Szyster 15-04 / 10h13

    Il semble que votre contradicteur soit prêt à analyser chaque expression chaque mot encore et encore afin de noyer sous des flots de définition toute critique de ses opinions. En attendant, notre "philosophe" malmène la nature même des mots : en français, "depuis" n’est pas un adverbe mais une préposition, càd un terme qui exprime une liaison entre deux éléments d’une phrase (dont l’un est parfois sous-entendu).

    La Hasbara ne dispense pas encore de cours d’analyse grammaticale ... et en la matière, Szy** a sacrément besoin de qq
    cours de rattrapage pour éviter le ridicule ...

    Circonstance aggravante, il aurait pu recevoir la leçon sur wiki. Mais peut-être n’y recourt-il que pour citer les extraits rédigés par les propagandistes de son bord.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 avril 2011 @01h02   « »
    Put lipstick on a pig ...

    @ s=exp(j*pi)

    Szyster est un habitué du blog de Gilles Paris où il est le plus ’à gauche’ et le plus ’cultivé’ des Hasbaradim, avec un goût prononcé pour MEMRI.
    Je ne sais pas ce qui l’amène ici, d’autant plus qu’il y critique très sévèrement Alain Gresh, hier, c’était encore les "pseudo-journalistes du Monde-Diplo". Il vient squatter ce blog dont il méprise le propriétaire tout comme les sionistes sont venus squatter la terre des Palestiniens qu’ils méprisent.
    Peut-être qu’il compte remplacer Nathan en tant que représentant de Yuri Edelstein à Bruxelles, mais il est de toute évidence pas au niveau pour défendre l’indéfendable ici.

  • permalien Caius Gracchus :
    16 avril 2011 @09h26   « »

    Si M. Gresh avait fait référence à la décolonisation du Bahrein en 1971, il aurait écrit "pratique courante depuis l’indépendance dans les années 1970".

    Ce qui, convenez-en, a une toute autre implication.

    Vous ne seriez pas ergoteur et un peu de mauvaise foi ?

    Je ne comprend pas les autres implication, je ne comprends pas la fait qu’il s’agirait là d’une vision paranoïaque. La phrase de Gresh est très claire, la torture n’est pas une sorte de folklore local ancestral, mais a été apprise des anciens colonisateurs.... (parangons des droits de l’homme et du droit, comme chacun sait..)

  • permalien Laurent Szyster :
    16 avril 2011 @11h26   « »

    @Caius Gracchus,

    Voila, on est d’accords ... sur ce qu’insinue M. Gresh :

    "La phrase de Gresh est très claire, la torture n’est pas une sorte de folklore local ancestral, mais a été apprise des anciens colonisateurs."

    Et les châtiments corporels, la servitude, l’obscurantisme religieux, l’oppression des minorités confessionnelles, toutes ces caractéristiques d’une société oppressive, c’est aussi les méchants impérialistes qui l’ont appris aux Arabes ?

    La torture est une pratique aussi vieille qu’universellement répandue dans le monde :

    http://gulfnews.com/news/region/egy...

    Prétendre qu’elle n’était pas pratiquée dans le Golfe avant les années 1970 c’est vraiment prendre les gens pour des c...

  • permalien Professor S S Deora :
    16 avril 2011 @11h38   « »

    La situation dans la region qui s`etend de la Mauritanie (le Maghreb al-aqsa) jusq`a le Golfe Persique est tres dangereuse et volatile parce que les enjeux strategiques de diverses natures font les peuples qui demandent leurs legitimes droits d`homme et les menaces percees par les authorites politiques qui sont toujours tres despotiques, par ces mouvements populaires.Vraiment , les enjeux strategiques des Etats-Unis sont lourdes ! Quelle diplmatie faut-il servir les interets de l`humanites qui habite cette regin ?

  • permalien Ph. Arnaud :
    16 avril 2011 @12h13   « »

    A Laurent Szyster

    Bahreïn est sous protectorat britannique depuis 1820, soit pas loin de deux siècles. Les indigènes ont donc eu du temps pour se mettre aux bonnes pratiques.

    N’oubliez pas, non plus, que l’empire ottoman a définitivement perdu la main il y a plus de trois siècles (au traité de Carlowitz), et que, depuis le début du XIXe siècle, le monde musul-man n’a cessé d’être agressé par les Occidentaux et ce sans même le prétexte d’une attaque.

    A commencer par l’incrustation dans l’ex-empire ottoman (et l’implantation Balfour, qui s’est faite sans aucune consultation des populations environnantes). C’est d’ailleurs un trait typique de ces mêmes Occidentaux au XXe siècle : après avoir chassé les Espagnols de Cuba et des Philippines, les Etats-Unis ont enfoncé leurs griffes dans ces deux pays pendant environ 60 et 50 ans !

  • permalien Laurent Szyster :
    16 avril 2011 @13h53   « »

    @Ph Arnaud,

    Merci pour le rappel historique. Et après ?

    @Deir Yassine,

    Si je ne suis pas au bon niveau pour défendre mon point de vue, pourquoi y répondre ? Laissez moi donc m’enfoncer tout seul dans ma défense de l’indéfendable.

    Ma critique ici était celle du fil conducteur de l’article qui va de l’accusation absurde sur l’origine de la torture au Bahrein au blême préventif de l’impérialisme US dans l’échec attendu des révolutions arabes.

    Mais personne ne m’a encore répondu sur la tournure que prend la révolution égyptienne.

    Est-ce une marche vers la démocratie ou ... un règlement de compte interne au régime débouchant sur une alliance de fait entre la junte militaire et les Frères Musulmans sur le modèle de la "démocratie" algérienne ?

  • permalien Caius Gracchus :
    16 avril 2011 @14h18   « »

    Prétendre qu’elle n’était pas pratiquée dans le Golfe avant les années 1970 c’est vraiment prendre les gens pour des c...

    Le problème c’est que visiblement vous ne comprenez pas la différence entre la torture pratiquée par exemple en France sous l’ancien régime et la torture moderne...

    Je vous renvoie aux nombreux ouvrages sur la question, et en particulier sur le rôle que les anglais (avant les américains qui sont allés très loin dans la théorie et les français dans la pratique...). Outre que les châtiments modernes sont très différents(mais pas moins horribles), il ne s’’agit pas, contrairement à la torture médiéval, de faire avouer mais au contraire de faire taire ! Quand aux pays colonisés il y a justement une discontinuité dans la pratique des châtiments. Et ce sont bien de leurs maître colonisateurs que les colonisés ont appris les techniques modernes...

  • permalien Ph. Arnaud :
    16 avril 2011 @14h21   « »

    A Laurent Szyster

    Le « et après » se déduit de lui-même : toute la merde dans les pays musulmans, depuis au moins un siècle, découle des prédations occidentales…

    Y compris, bien entendu, ce que reçoivent ces Occidentaux en retour (attentats, enlèvements, piraterie) et sur quoi, comme des inconscients, ils pleurnichent à longueur de journaux.

  • permalien Shiv7 :
    16 avril 2011 @15h59   « »

    Laurent Szyster : 15 avril @19h12

    Le Sionisme n’est ni une religion ni une secte, c’est un mouvement politique qui a pour objectif l’émancipation nationale du peuple Juif.

    Le sionisme est sectaire dans la mesure où sa revendication “nationale” s’appuie directement sur un a priori religieux qui exclu l’autre.
    En outre toutes le religions dans leur aspect exotérique ont un versant politique.

    On ne peut en outre pas parler de “d’émancipation nationale” car il n’y a pas de territoire préexistant à cette nation (l’histoire par définition, car passée, est caduque).
    Il s’agit d’un colonialisme fondateur, (car il tente de fonder une nouvelle nation et non pas d’en élargir une déjà existante), qui a la particularité de ne pas provenir d’une nation géographique particulière mais d’une multitude d’individus de même religion, (ce qui confirme l’aspect sectaire), réparti en diaspora dans le monde.

    Et les châtiments corporels, la servitude, l’obscurantisme religieux, l’oppression des minorités confessionnelles, toutes ces caractéristiques d’une société oppressive, c’est aussi les méchants impérialistes qui l’ont appris aux Arabes ?

    Personne n’a dit cela, seulement à tout seigneur, tout honneur, l’impérialisme contemporain à seulement élevé toutes ces “belles choses” à un degré de raffinement technique et d’expansion global et totalitaire dont aucune civilisation antérieure (arabe ou autre) ne peut se targuer.
    Et le tout avec le sourire humanitaire et démocratique, c’est-y pas beau ?

  • permalien Laurent Szyster :
    16 avril 2011 @16h13   « »

    @Caius Gracchus,

    Excusez moi de ne pas voir l’immense différence qu’il y a entre le supplice des poucettes pour faire avouer un vol à un croquant et l’usage de gégène pour faire dénoncer ses camarades à un gars du FLN.

    Excusez-moi aussi de rire à vos justifications alambiquées.

    @Ph Arnaud,

    La corruption comme mode de gouvernement, l’arriération obscurantiste du clergé, les tyrannies ubuesques, les violences sectaires, l’oppression sociale et la misogynie obsessionnelle, tout ça c’est la faute aux complots impérialistes ?

    Merci de confirmer aussi clairement votre vision paranoïaque de l’histoire contemporaine du Monde Arabe.

  • permalien X :
    16 avril 2011 @16h24   « »

    Szyster,
    Une junte militaire se dit d’une armée dictatoriale. L’armée égyptienne ne veut pas garder le pouvoir. Vous êtes un menteur.
    Le régime militaire égyptien très provisoire suscite l’admiration et la jalousie de tous les vrais démocrtes. La comparaison avec les fasciste au pouvoir en Israël devrait vous faire honte.
    Il n’y a pas de réglements de comptes c le droit qui se pratique en Égypte aujourd’hui. Les ordres de juger les anciens dirrigeants viennent de la révolution, de la rue. Hasbariste.

    Le régime militaire a fait approuver démocratiquement des changements constitutionels dignes des plus grandes démocraties du monde pour assurer le transfert du pouvoir aux civils et sa transition démocratique par la suite. L’Égypte est désormais un pays qu’on respecte et commence à hausser le ton. Vous pouvez commencez à trembler. Et ce n’est qu’un arrière goût de ce qui vous attends ainsi que le régime d’apartheid juif.

  • permalien Laurent Szyster :
    16 avril 2011 @17h03   « »

    @Shiv7,

    Citer moi un nationalisme qui n’exclu pas l’autre ?

    Le mouvement de libération algérien s’est fait pour les Algériens "de souche", pas pour les Pieds-Noirs qui ont du fuir. Pire, dans les principes cette émancipation n’a concerné que les Musulmans (auxquels la constitution de 63 réserve la nationalité). Et dans les faits elle a aussi exclu les Berbères dont la langue et la culture sont encore largement niée aujourd’hui encore.

    Tous les nationalismes sont par définition exclusif.

    D’où l’attrait de l’internationalisme pour une diaspora.

    Malheureusement, la nature humaine fait que cette idée séduisante n’est guère réaliste. Et les généreux idéaux du Bund ont été enterrés dans les forêts de Bielorussie, poussés dans les ravins d’Ukraine ou sont partis en fumée par les cheminées des camps nazis en Pologne.

    Que le peuple Juif n’ai pas eu de territoire avant 1947 ne le prive pas du droit à l’autodétermination.

    Ce qui explique pourquoi les antisionistes s’acharnent à croire qu’il n’y a pas de peuple Juif malgré les protestations véhémente du peuple en question.

    Les mêmes par contre s’indignent qu’on puisse, pour lui nier ce droit, nier l’existence - même récente - d’un peuple palestinien.

    Voila pour le sionisme.

    En ce qui concerne l’état des sociétés du Monde Arabe, avant, pendant et après la courte domination impérialiste occidentale, il se trouve justement qu’il y a des gens ici qui entretiennent une vision paranoïaque de l’histoire (Ph Arnaud vient d’en donné un exemple limpide).

    Ce n’est pas un hasard, cette paranoïa est systématiquement encouragée par les "analyses" de M. Gresh.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    16 avril 2011 @17h03   « »

    @ HN // POST de Laurent Szy** 15-04 / 12h13 (1/2)

    Dits et non-dits ou théorie officielle et pratique de fait.

    Le consensus rabbinique est depuis longtemps que "l’élection crée des obligations exclusives aux Juifs, s’ajoutant aux alliances et responsabilités que les non-Juifs reçoivent de Dieu, comme les lois noahides, sans apporter de récompenses exclusives aux Juifs".

    Depuis si longtemps sans doute que la plupart des "non-goyim" et de leurs rabbins ont bien perdu de vue ce merveilleux principe !Ainsi, un de leurs rabbins les plus influents, (un de ceux qui ont dû être partie au "consensus rabbinique") se fend d’une déclaration suivant laquelle les goyim n’existent que pour le bénéfice des non-goyim ; ça pue d’autant plus franchement le racisme qu’il met en parallèle le goy d’une part, et d’autre part l’âne et le fric qu’il représente pour son non-goy de proprio.

    Que nous sachions, ça a fait un minimum de scandale sur les ondes (imaginons un ayatollah tenant des propos parallèles) et, si condamnation rabbinique il y eut, ce fut également fort discret.

    http://www.jpost.com/JewishWorld/Je...

    Quant à l’esprit de ceux qui sortent des écoles religieuses en Israël, aussi bien Uri AVNERY que Nourit PELED ELHANAN l’estiment gravement perverti.

    Uri AVNERY nous décrit des hommes repliés tribalement sur eux-mêmes et convaincus de leur supériorité mais qui se sentent des devoirs bien singuliers vis-à-vis des terres sur lesquelles le sionisme a jeté son dévolu : obligation d’expulser les autochtones y compris par la violence.

    Si ces crimes font partie des obligations religieuses des juifs, il n’y a guère besoin de commentaires.

    http://www.france-palestine.org/art...

    Il y a maintenant trois systèmes éducatifs religieux ... financés par l’État .... Les différences entre eux sont faibles ....

    Les anciens élèves typiques de ce système savent que les Juifs sont le peuple élu (et infiniment supérieur), que tous les Goyim sont des antisémites pervers, que Dieu nous a promis ce pays et que personne d’autre n’a de droit sur la moindre parcelle de cette terre. La conclusion naturelle est que les “étrangers” (c’est-à-dire les Arabes qui ont vécu ici depuis au moins treize siècles) doivent être expulsés – sans quoi cela mettrait les Juifs en danger.

    De ce point de vue, il n’y a plus aucune différence entre les orthodoxes et les nationaux-religieux, entre les Ashkénases
    et les Sépharades. Lorsque l’on voit à l’écran les “jeunes des collines” terroriser les Arabes des territoires occupés, on
    ne peut faire aucune distinction entre eux, ...

  • permalien s=exp(j*pi) :
    16 avril 2011 @17h11   « »

    @ HN // POST de Laurent Szy** 15-04 / 12h13 (2/2)

    Et Nourit PELED est tout aussi claire. Les résultats de l’éducation religieuse sont épouvantables et pervertissent très tôt la conscience des enfants. Destruction, accaparement, meurtre y compris des enfants, idée fixe délirante d’un combat contre le monde entier où tout est permis, c’est cela qui occupe leur esprit.

    http://www.alterinfo.net/Analyses-N...

    Aurait-on posé aux enfants israéliens des écoles maternelles la question : » Qu’as-tu appris à l’école cette année mon cher petit garçon ? que beaucoup de réponses différentes auraient pu être données. ...

    Un enfant sioniste-religieux qui va dans un jardin d’enfants entouré d’une clôture et bien gardé dans une colonie pourrait dire : J’ai appris à être un bon Sioniste , à aimer la Terre , à mourir et à tuer pour sa sauvegarde, à en expulser les envahisseurs, à tuer leurs enfants, à détruire leurs maisons et à ne jamais oublier qu’à toutes les générations et à chacune d’entre elles des persécuteurs se lèveront pour nous annihiler et que tous les non- juifs sont les mêmes, qu’ils sont tous des antisémites qui doivent être supprimés. Et le plus important est que le soleil continue à briller que l’amandier continue à fleurir et bientôt, nous irons faire des plantations sur toutes les montagnes de Judée et de Samarie
    et nous garderons bien les jeunes arbres contre ces hordes de bergers qui ont envahi notre pays ...

    Cette année nos enfants ont appris que tuer un non-juif, quel que soit son âge, est un grand commandement. Et cela, ils ne l’ont pas seulement appris des rabbins, mais aussi des soldats qui sans cesse fanfaronnent à propos de ce qu’ils ont fait.

    Et cela été bien exprimé par Damian Kirilik quand la police l’a arrêté et accusé du meurtre de toute la famille Oshrenko. ( 3 ) . Presque tranquillement il a demandé aux enquêteurs de la police : pourquoi faites-vous tant d’histoire pour le meurtre d’enfants ? Damian Kirilik est un nouvel immigrant qui ne comprend pas les nuances sophistiquées des enseignements des rabbins pour tuer les enfants non-juifs. Mais cet assassin du dehors a vite compris l’idée générale, c’est qu’il est arrivé dans un endroit où le meurtre des enfants est pris avec beaucoup de légèreté.

    Notre philosophe invoque à son de trompe les beaux principes et se garde d’exposer les faits et la pratique.

    C’est une affection courante chez les sionistes comme chez les tenants d’autres idéologies.

  • permalien Noval :
    16 avril 2011 @18h10   « »

    " Merci de confirmer aussi clairement votre vision paranoïaque de l’histoire contemporaine du Monde Arabe "

    A part le sionisme, quel autre mouvement politique contribue toujours et encore à forger de manière éminemment paranoïaque " l’histoire contemporaine du Monde Arabe " ?

    Dire à un sioniste qu’il est certainement paranoïaque n’est pas suffisant si l’on ne lui fait pas observer en même temps que bien qu’incurable, une certaine forme de paranoïa politique l’empêche de guérir.

  • permalien Yvan :
    16 avril 2011 @18h20   « »
    Silences des discours en Syrie et en Algérie

    Promis juré...

    FRANCE 24 - "Bouteflika vient de rater sa chance d’entrer dans l’Histoire"

    Jusqu’à présent, seule la levée de l’état d’urgence avait été accordée

    Discours attendu de Bachar al-Assad ce samedi en Syrie | RFI

    La dernière apparition en public de Bachar al-Assad date du 30 mars, quand il s’était exprimé devant le Parlement. Il avait alors dénoncé une « conspiration » contre son pays, mais était resté muet sur les mesures réclamées par les manifestants, comme par exemple la levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 1963.

    si j’mens j’suis en enfer !... alors autant en dire le moins possible...

  • permalien Deïr Yassin :
    16 avril 2011 @18h24   « »
    Silence sur les prisons israéliennes

    Demain, dimanche 17 avril, est la Journée Internationale des Prisonniers Palestiniens.

    Il y a, selon Addameer, 5777 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes actuellement plus bien entendu tous les autres qui sont emprisonnés en ’droit commun’ pour le délit d’être Palestinien :

    - http://addameer.info/?cat=18

    - www.ifamericansknew.org/stat...

    "Ya z’alâma al-sijni" [oh, obscurité de la prison]
    poème écrit par le journaliste et écrivain syrien Najib al-Rayyes, pendant son incarcération dans la prison d’Arwâd durant le Mandat français. Ce poème, ici chanté par Makâdi Nahhas est devenu LA chanson des prisonniers politiques palestiniens :

    - www.youtube.com/watch ?v=ZHi4...

  • permalien Deïr Yassin :
    16 avril 2011 @18h31   « »

    L’Egypte arrête la construction du mur souterrain d’acier :

    - www.france-palestine.org/art...

    Espérons que cela ne soit que le début.

  • permalien Yvan :
    16 avril 2011 @18h41   « »
    "Si vous voulez enterrer un problème, nommez une commission" - Georges Clemenceau

    FRANCE 24 - Bachar al-Assad annonce l’abolition imminente de la loi d’urgence

    "La commission juridique sur la loi d’urgence a élaboré une série de propositions en vue d’une nouvelle législation. Ces propositions seront soumises au gouvernement qui promulguera des lois (...) dans une semaine maximum", a dit le président Assad.

    Bouteflika annonce l’instauration d’une commission constitutionnelle | Algérie - Politique

    Il n’y aura pas de dissolution de l’APN, et encore moins d’élections à une assemblée constituante chargée d’élaborer une nouvelle Constitution.
  • permalien Ph. Arnaud :
    16 avril 2011 @18h51   « »

    A Laurent Szyster

    Revenons sur les faits que vous imputez aux musulmans :

    1. La corruption comme mode de gouvernement ? Le Japon, un des pays technologiquement les plus avancés et un des plus policés est l’un des plus corrompus dans son gouverne-ment, à l’égard des yakusas ou des grandes firmes. Même chose pour l’Italie, où, depuis la guerre, la classe politique de droite (eu moins) a été gangrenée par la mafia et où le sieur Berlusconi concocte des lois à sa guise… [Et, apparemment, les corruptions des sieurs Olmert, Weizmann, Hirchson, Benizri, Lieberman – et j’en passe – ça n’est pas encore arrivé à vos oreilles].

    2. L’arriération obscurantiste du clergé ? Et l’excommunication, au Brésil, de la mère d’une fillette de 9 ans (violée par son beau-père et grosse de ses œuvres) qui l’avait faite avorter ? Et le refus fanatique, par les Eglises catholiques d’Irlande, d’Espagne, du Portugal, de Pologne, d’Italie, de tout avortement et de toute homosexualité ? Et les médecins pratiquant l’IVG aux Etats-Unis, abattus comme des lapins par les fondamentalistes protestants ? Et les Etats américains mettant sur le même pied évolutionnisme et créationnisme ?

    3. Les violences sectaires ? Apparemment, vous n’avez entendu parler ni de la guerre en Irlande du Nord (endémique depuis au moins 40 ans), ni des haines entre Flamands et Wallons, ni de l’assassinat de Rabin, ni des avanies infligées par le clergé grec aux Grecs musulmans, ni des batailles rangées entre Eglises pour la possession du Saint Sépulcre, ni des animosités entre Uniates et orthodoxes, ni, bien sûr des violences infligées par le BJP aux minorités religieuses non hindoues…

    4. L’oppression sociale ? Je ne vois guère ce qu’on peut faire de mieux que l’ultralibéralisme à l’anglo-saxonne, des maquiladoras d’Amérique latine aux déchets déversés par cargos entiers dans le tiers monde, du refus de Big Pharma de laisser copier ses vaccins à l’exploitation sans vergogne, dans tous les pays du tiers monde (parmi lesquels les pays musulmans).

    5. La misogynie obsessionnelle ? Apparemment, vous n’êtes pas au courant des infanticides de filles en Inde et en Chine, qui aboutissent, rien qu’en Inde, à un déficit de 36 millions de femmes. L’Inde et la Chine, ce ne sont pas des peuplades mineures, et je n’ai pas connaissance que les pays musulmans pratiquent de tels infanticides. Vous n’êtes apparemment non plus pas au courant de la prière juive qui commence ainsi : « Merci, mon Dieu, de ne pas m’avoir fait femme… ».

    Sans préjudice que nombre des pays susnommés cumulent deux ou davantage de ces tares (sans parler d’autres, telles que la peine de mort…).

  • permalien Ph. Arnaud :
    16 avril 2011 @19h09   « »

    A Laurent Szyster

    Il paraît que j’ai, de l’histoire des pays musulmans, une vision paranoïaque.

    Et l’expédition d’Egypte de Bonaparte, c’est paranoïaque ? Et la conquête de l’Algérie (875 000 morts sur 3 millions), c’est paranoïaque ? Et le statut de l’indigénat, c’est paranoïaque ? Et la prise de contrôle du canal de Suez par les Anglais, c’est paranoïaque ? Et le bombardement de l’Irak au phosphore par les Anglais, dans les années 1920, c’est paranoïaque ? Et la bataille d’Omdurman, c’est paranoïaque ? Et les massacres de la guerre du Rif, c’est paranoïaque ? Et l’expédition de Suez en 1956, c’est paranoïaque ? Et le bombardement de Bizerte, c’est paranoïaque ? Et le partage des dépouilles de l’empire ottoman, c’est paranoïaque ? Et l’établissement d’une colonie européenne en Palestine par la déclaration Balfour, c’est paranoïaque ? Et le renversement de Mossadegh, c’est paranoïaque ? Et le soutien au shah, c’est paranoïaque ? Et la guerre par procuration de 8 ans contre l’Iran, c’est paranoïaque ? Et les deux guerres du Golfe, c’est paranoïaque ? Et les 500 000 morts des 12 ans de blocus (de 1991 à 2003) contre l’Irak, c’est paranoïaque ? Et l’invasion de l’Afghanistan en 2001, c’est paranoïaque ? Et le bombardement quotidien des civils afghans et pakistanais par des drones, c’est paranoïaque ? Et le soutien servile d’Israël par les Etats-Unis et l’Europe, c’est paranoïaque ?

  • permalien s=exp(j*pi) :
    16 avril 2011 @19h11   « »

    @ Shiv7 // Post Laurent Szy** 15-04 / 19h12
    @ Ph. Arnaud // idem

    Le Sionisme n’est ni une religion ni une secte ...

    En effet, c’est une idéologie : deux idoles (peuple juif et terre d’Israël) et un objectif sacré (la terre d’Israël doit être exclusivement aux mains du peuple juif).

    ... on peut se convertir au Judaïsme. Mais c’est ... assez pénible pour ceux qui ne sont pas déjà circoncis.

    La circoncision, c’est pour les hommes. Et pour les femmes, faut-il ajouter foi à ce que raconte en rigolant Israël SHAHAK qui évoque (horreur) un bain lustral au cours duquel ces dames prétendantes à la conversion subissent l’examen de plusieurs rabbins ?

    Le silence sur ce détail est-il signe que, pour Szy**, seuls comptent les hommes ou qu’il ignore l’épreuve de la conversion dans sa variante féminine ? A moins qu’il ne se rende compte de l’image que cela peut projeter sur la religion et l’arriération obscurantiste du clergé. Tiens, j’ai souvenance d’avoir lu ces derniers mots qq part ...

  • permalien zak :
    16 avril 2011 @19h21   « »

    a Yvan,

    Il y a une différence entre la loi d’urgence et l’état d’urgence. Le président syrien peut s’il le souhaite et tout de suite lever l’état d’urgence en vigueur en Syrie depuis 1963 en promulguant un décret présidentiel. Cependant, il ne veut pas. Il veut tout simplement remplacer la loi d’urgence actuelle par une autre (une loi contre le terrorisme) à l’instar des pays occidentaux comme la France ou les Etats-Unis. Cela lui donne une certaine légitimité vis à vis des pays européens et en même il peut dire que cette loi ( contre le terrorisme) existe même dans des pays démocratique occidentaux.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 avril 2011 @19h35   « »
    Silence sur le ’guet’

    Sur "l’arriération de la religion".

    Je ne peux m’empêcher de reposter cet entretiens avec Sonia-Sarah Lipsyc sur la difficulté de divorce pour les femmes juive orthodoxes, et il s’agit de la France :
    - www.judaicultures.info/pense...

    Les films sur la condition des femmes dans "La-Seule-Démocratie-Au-Moyen-Orient" et le bain rituel, le mikveh, seront pour plus tard.

  • permalien Noval :
    16 avril 2011 @19h49   « »

    " Que le peuple Juif n’ai pas eu de territoire avant 1947 ne le prive pas du droit à l’autodétermination "

    " peuple Juif " figure en bonne place dans la nomenclature des concepts dont raffolent les sionistes .

    Pour ma part, je constate que des personnes de religion et/ou de culture juive n’ont nul besoin d’affirmer leur appartenance au " peuple Juif ", pour et à l’instar de l’ensemble de leurs concitoyens, vivre, s’aimer, procréer et s’épanouir dans leurs différents pays de résidences. Ces citoyens n’ont que faire de l’antienne " peuple Juif " ; parce qu’ils respectent avant toute autre considération l’humanité de leurs prochains, il ne leur viendrait pas à l’idée de s’en aller massacrer des autochtones établis à des milliers de kilomètres de leurs lieux de vie.

    Et depuis quand une prétendue autodétermination permet-elle de chasser, voler, violer, terroriser et massacrer ? Certains ne confondent-ils pas autodétermination et paranoïa ?

    http://www.courrierinternational.co...

  • permalien Sakhra :
    16 avril 2011 @20h02   « »

    Encore, un" attardé colonial", qui use de falsifications et d’approximations, dans le pur style de la hasbara :

    Le mouvement de libération algérien s’est fait pour les Algériens "de souche", pas pour les Pieds-Noirs qui ont du fuir.

    C’était qui "les pieds-noirs", sinon, les indus occupants, d’une terre qui n’étaient la leur....? Les Algériens tout court ont mené une guerre d’indépendance pour libérer leur pays occupé par un colonialisme, qui a beaucoup à voir avec le colonialisme sioniste.
    Ne pas mélanger....

  • permalien KarimW :
    16 avril 2011 @20h37   « »

    To@Ph. Arnaud :

    1- Sur la corruption
    On pourrait citer les USA ou le système est légalement corruptif.
    Les mêmes faits avérés, en Europe, conduirait à des peines de prison.

    3- Sur les violences sectaires
    Citer le conflit Flamand/Wallon me semble déplacé.
    Il n’y a pas (sauf cas spécifique, rare et finalement marginaux) de violence réele (autre que verbale ou via des discriminations...) dont l’essentiel est le fait des nationalistes flamands (ce qui s’explique sans doute par la construction de la Nation Flamande et donc l’exclusion d’autres pour forger cette nation).

    Ceci étant, à force d’être insulté et traité en citoyen de seconde zone, des comportements inquiétants se développent en Wallonie.

  • permalien K. :
    16 avril 2011 @20h50   « »

    Des salafistes d’Egypte sèment la terreur.

    Sulayman bin ’Abdelwahhab demanda un jour à son frère Muhammad [fondateur du Wahhabisme] : "Combien sont les piliers de l’Islam ?" "Cinq", répondit-il. Sulayman répliqua : "Non, tu en as ajouté un sixième, qui dit que ceux qui refusent de te suivre ne sont pas de vrais musulmans. Pour toi, c’est le sixième pilier de l’islam".

    Pascal Ménoret (In “L’Arabie - Des routes de l’encens à l’ère du pétrole” p.53), citant Ibn Zaynî Dahlân

  • permalien Laurent Szyster :
    16 avril 2011 @20h52   « »

    @s=exp(j*pi),

    Vous fumez quoi comme moquette ? C’est fort !

    @Ph Arnaud,

    Même si vos contre-exemples n’étaient pas aussi délirants cela ne diminuerait en rien la gravité des maux qui rongent le Monde Arabe aujourd’hui et cela ne préjugerait en rien que la source de ces maux se trouve dans l’impérialisme occidental du 19eme siècle.

    Je n’impute rien aux Musulmans.

    Au cas où vous l’aviez déjà oublié, les Musulmans du Monde Arabe eux-même manifestent aujourd’hui contre ces oppressions, de Rabat à Damas, car elles sont bien réelles.

    Par contre je crois qu’ils n’atteindront pas les objectifs démocratiques de leurs révolution sans passer par une remise en question de la doctrine islamique et du rôle de la religion dans le gouvernement de la chose publique.

    @Ph Arnaud,

    Ce qui est paranoïaque c’est d’imputer d’avance à l’impérialisme occidental l’échec prévisible demain de certaines révolutions arabes à atteindre leurs objectifs démocratiques pour des raisons endogènes.

    L’Iran par exemple n’a pas atteint ses objectifs démocratiques malgré la non-intervention des USA sous Carter ... parce que les Mollahs et leurs nervis alliés au Bazar ont rapidement mis la société iranienne sous une cloche de totalitarisme et d’affairisme bigot.

    @Deir Yassine,

    D’après B’Tselem il y avait 5.550 Palestinien prisonniers en Israël au mois de Février 2011. Dont 4.540 condamnés qui purgent leurs peines et "seulement" 214 détenus administratifs.

    http://www.btselem.org/English/stat...

    Aucun, je répète aucun, n’est incarcéré pour un fantasmatique "délit d’être Palestinien" qui n’existe nul part dans le code pénal israélien.

    Informez vous sur l’évolution du nombre de prisonniers palestiniens en Israël, c’est édifiant. Leur nombre, qui avait été quasiment multiplié par deux de 2004 à 2006 a ensuite presque diminué de moitié de Juin 2007 à Février 2011. Le nombre de détenus administratifs a lui été divisé par quatre.

    En fait, la poursuite, le jugement et l’incarcération des criminels par Israël après la fin de la seconde Intifada a aidé à l’Autorité Palestinienne à restaurer la paix civile en Cisjordanie depuis 2008.

    Aujourd’hui c’est la police et la justice Palestinienne qui gèrent la criminalité en Cisjordanie, raison pour laquelle les prisons israéliennes se vident. Dans quelque années, quand Salam Fayyad sera le premier premier ministre de l’Etat de Palestine, il ne restera sans doute aucun condamnés Palestiniens en Israël.

    On avance, on avance.

    Vous avez le choix. Continuer à - métaphoriquement - boire l’eau de cette mer où vous rêvez de jeter les "sionistes". Ou avancer avec les Juifs vers une Palestine libre, démocratique et pacifique.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    16 avril 2011 @21h44   « »

    @ Laurent Szyster // 16-04 / 20h52

    Laurent Szyster :

    Vous fumez quoi comme moquette ? C’est fort !

    Si c’est là tout ce que vous avez comme réponse, j’enregistre que vous n’avez pas d’arguments à m’opposer. Et si c’est une tentative pour m’écarter du débat, c’est raté !

    Il y a des jours où ce doit être dur, la pratique de la Hasbara.

  • permalien Rouzbeh :
    16 avril 2011 @21h54   « »

    L’Iran par exemple n’a pas atteint ses objectifs démocratiques malgré la non-intervention des USA sous Carter ... parce que les Mollahs et leurs nervis alliés au Bazar ont rapidement mis la société iranienne sous une cloche de totalitarisme et d’affairisme bigot.

    Par contre Israël a RÉUSSI (où tout le monde a échoué)de créer une société d’apartheid et raciste qui est tout à fait honorifique pour les pro-israéliens !!!
    Continuez comme cela, et vous allez avoir aussi votre « RII », pardon « RJI »...

  • permalien Ph. Arnaud :
    16 avril 2011 @22h00   « »

    A Laurent Szyster

    1. En quoi mes contre-exemples sont-ils délirants ? Pouvez-vous, comme argument, produire autre chose d’un peu moins léger qu’un seul adjectif ?

    2. L’impérialisme occidental à l’égard du monde musulman ne s’est pas cantonné au 19e siècle : il s’est maintenu sans interruption [je souligne] jusqu’à aujourd’hui compris. Exemples : l’invasion de l’Afghanistan, qui dure depuis bientôt 10 ans, l’encerclement de l’Iran et son boycott [depuis 30 ans], l’invasion de l’Irak [depuis 8 ans], le bombardement quotidien des populations pakistanaises par des drones, le bombardement de la Libye et, le dernier mais pas le moindre, l’existence de l’Etat d’Israël…
    3. L’islam n’est pas une doctrine mais une religion, au même titre que le judaïsme ou les diverses branches que le christianisme. Et l’islam n’est pas plus « rétrograde » que ces religions…

    4. Où ai-je parlé de l’échec prévisible des révolutions arabes ? Et où l’ai-je attribué à l’impérialisme occidental ?

    5. Et Salah Hammouri, il est emprisonné pour quoi ? Il n’y a strictement aucune preuve contre lui…

    6. S’il doit y avoir un Etat palestinien, pourquoi faudrait-il attendre plusieurs années ? Et pourquoi pas tout de suite ? Les troupes israéliennes n’ont pas plus à se trouver en Cisjordanie que les troupes allemandes en France entre 1940 et 1945…

  • permalien Deïr Yassin :
    16 avril 2011 @22h03   « »

    @ Szyster)

    Je ne comprend pas bien :
    Quand B’Tselem chiffre à 330 le nombre de combattants tués par l’IDF durant "Plomb Durci", et non pas 700 comme pretendu par Tsahal et les Hasbaradim - dont vous faites partie - vous contestez leur chiffres, mais maintenant qu’ils chiffrent à 5550, et non pas à 5777 comme "Addameer", le nombre de prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes, vous les croyez sans rechigner.

    D’où cette différence de traitement des chiffres d’une même organisation ??

    5550 ou 5777, cela n’a pas d’importance. Ce qui a de l’importance ce que le rapport d’Addameer chiffre aussi le nombre d’enfants, de parlementaires palestiniens, de condamnations à perpétuité etc.

    Je sais que B’Tselem et Addameer travaillent souvent ensemble, et je m’imagine que l’écart dans leur chiffres est dû à des modalités de comptage différentes.

    "Addameer" chiffre à 187, le nombre de prisonniers de 1948 - c-à-d les Palestiniens de nationalité israélienne, et à 191, le nombre de prisonniers de Jérusalem-Est. Je suppose que les premiers ne sont pas comptés dans le rapport de B’Tselem , et les deuxièmes peut-être non plus, vu l’annexion de Jérusalem-Est - bien entendu accepté par personne hors des sionisés.

    Cela n’est pas la peine que vous écrivez une dissertation pour débattre du virgule ou du point virgule. Nous ne sommes pas dupes.

    Pour votre "jeter les "sionistes" à la mer".
    Je suppose que vous mettez sionistes entre guillemets pour insinuer - comme tout bon sioniste - qu’au fond il s’agit de Juifs. Tout comme vous mettez antisioniste entre guillemets pour dire antisémites. Cela ne marche pas ici, vous n’êtes pas sur le blog de Choupi.

    Si vous pourriez lire les centaines de commentaires de votre collègue Nathan et surtout les réponses, vous épargnez et vous NOUS épargnez beaucoup de temps. Quoique, cela donne toujours une occasion de étaler les mensonges sionistes au grand jour.

    Les Juifs qu’on veut jeter à la mer, ce sont ceux-là ?
    - www.life.com/image/50616506

    PS. Quand je parle des centaines, voire de milliers qui sont incarcérés pour "délit d’être Palestinien", je parle de tous ceux qui ont pris des peines de prison pour des faits qui leur auraient causé aucun problème s’ils étaient juif. Vous vous rappelez du Palestinien qui avait été condamné l’année dernière pour avoir couché avec une Juive en lui cachant qu’il était marié. Bien, cela fait partie du "délit d’être Palestinien". La liste est longue, très longue. Elle va du vol d’une bicyclette à ne pas courber l’échine devant l’Ûbermensch (non pas au sens de Nietzsche).

    Causes toujours ...

  • permalien K. :
    16 avril 2011 @22h03   « »

    La “RJI” en marche :

    “it is beginning.”

  • permalien Yann :
    16 avril 2011 @22h26   « »

    Angryarabiya,
    en grève de la fin depuis plusieurs jours
    (son père, militant des drois de l’homme, et trois autres membres de sa famille ont été arrêtés (et torturés ?),
    à Bahreïn :

    Je reçois des appels de la banlieue : les gens sont attaqués à l’instant même par la police anti-émeutes. La souffrance bahreïnie continue.

  • permalien K. :
    16 avril 2011 @22h51   « »

    Les sionistes semblent se relayer effectivement, pour ressasser sans se lasser les mêmes grossièretés.

    La création de l’“Organisation de la conférence islamique” (OCI), "première organisation internationale regroupant des États sur la seule base de leur religion", a été le fait des dirigeants de l’Arabie Saoudite et du Pakistan, amis intimes des dirigeants étatsuniens et britanniques, et avec les vifs encouragements de ces derniers, pour contrecarrer le mouvement, certes laïque mais rebelle à l’ordre occidental, des non-alignés, et le nationalisme arabe, laïque toujours mais non moins rebelle au même ordre.

    A la vue d’un Shah d’Iran en perte de vitesse, les dirigeants étatsuniens et autres dirigeants occidentaux, sans doute appâtés par les exemples pakistanais et saoudiens et quitte à le regretter amèrement ensuite, se sont précipités pour favoriser la prise de pouvoir par les religieux iraniens, de peur que la gauche iranienne, laïque encore mais rebelle elle aussi au même ordre, n’arrive à s’imposer.

  • permalien Yann :
    16 avril 2011 @23h11   « »

    erratum : grève de la faim

    pardon

  • permalien K. :
  • permalien K. :
    17 avril 2011 @00h53   « »

    "Alors que le printemps arabe poursuit son épanouissement, une contre-révolution se déroule dans la région avec l’Arabie saoudite à la barre."

    Par Al-Jazira English. http://english.aljazeera.net/progra...

  • permalien Laurent Szyster :
    17 avril 2011 @01h02   « »

    Oulala, c’est chaud, chaud, chaud !

    La contradiction des dogmes "antisionistes", des tropismes "tiersmondistes" et autres sottises suscite de l’hystérie ici.

    @X,

    Oui, oui, je suis un menteur, j’insulte la glorieuse et très démocratique armée egyptienne, je suis un propagateur de fausses nouvelles, un "agent sioniste" qui mérite d’aller fissa en taule pour ce grave délit d’opinion.

    Comme Maikel Nabil, condamné ce 11 Avril à trois ans de prison par un tribunal ... militaire !

    http://www.google.com/hostednews/af...

    On est tous jaloux de la démocratie egyptienne.

    Je dirais même plus, on l’envie.

    @Deir Yassine,

    Pas de bol, votre exemple de "Palestinien condamné pour avoir couché avec une Juive" est un des plus beau specimen récent de manipulation médiatique :

    http://www.haaretz.com/weekend/week...

    "Since the verdict became public a month and a half ago, the case won Kashur much sympathy in the international media. Based on the fact that it had not been permitted to publish any of the court transcript until now, it seemed justified to call him the victim. Once the complainant’s testimony is actually taken into account, however, it becomes clear that the story is much more complicated, and that the real victim is the woman who Kashur left naked in the stairwell of the building on 13 Ben Hillel Street, in Jerusalem."

    Y’a pas que les Gideon "l’imprécateur" Levy dans Haaretz, il y a aussi des journalistes qui font leur boulot honnêtement.

    Même quand les faits ne plaisent pas à leur public.

    Autre chose.

    Vous parlez de personnes "sionisées" avec emphase (en italique, donc). Le sionisme c’est une maladie contagieuse ? Ou ça s’attrape comme un bronzage à l’exposition ? Est-ce un virus qui menace l’humanité entière comme un capitaine de croisière "humanitaire" l’a affirmé ?

    Franchement, j’ai l’impression que mon intervention "marche" ici comme face à n’importe quelle assemblée de distingués "antisionistes".

    Il n’a pas fallu attendre 100 commentaire pour voir la bile brune se déverser.

    Faut pas vous pousser beaucoup, ça sort tout presque seul ...

0 | 100

Ajouter un commentaire