Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > La mort d’Oussama Ben Laden

La mort d’Oussama Ben Laden

lundi 2 mai 2011, par Alain Gresh

Oussama Ben Laden a été tué au Pakistan par un commando américain. Cette opération a bénéficié de l’aide de la direction pakistanaise. Si les détails ne sont pas encore connus – nous ne reviendrons pas ici sur la légalité de cette opération, ni sur la moralité de l’exécution –, la mort du chef d’Al-Qaida est un sérieux revers pour l’organisation qui voulait incarner la lutte « contre les Juifs et les croisés ». Marginalisée par la révolte arabe, dans laquelle elle ne joue aucun rôle, l’organisation survivra-t-elle à la mort de son chef ? Difficile à dire, car ses différentes sections locales, comme Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) ou ses réseaux au Pakistan, disposent d’une grande autonomie.

Le crédit d’Oussama Ben Laden avait déjà été sérieusement entamé dans le monde musulman, y compris parmi des penseurs islamistes ou des organisations islamistes. Son usage inconsidéré de la violence contre des musulmans, notamment en Irak, avait été condamné. Ainsi, dans une lettre à Oussama Ben Laden, le cheikh saoudien Salman Al-Awdah avait sévèrement mis en cause le leader d’Al-Qaida. D’autre part, une polémique avait opposé le Hamas au numéro 2 de l’organisation, Ayman Al-Zawahiri, qui reprochait à l’organisation palestinienne sa participation aux élections.

Un des meilleurs livres en français sur Al-Qaida est le livre de Jean-Pierre Filiu, La véritable histoire d’Al-Qaida chez Fayard, qui vient d’être édité en poche.

Vous trouverez ci-dessous la biographie d’Oussama Ben Laden parue dans le livre que j’ai écrit avec Dominique Vidal (avec la collaboration d’Emmanuelle Pauly), Les Cent clés du Proche-Orient, Fayard, 2011.

Oussama Ben Laden, 1957-2011

Né en 1957, à Riyad, Oussama Ben Laden appartient à une famille très nombreuse : il compte une cinquantaine de frères, sœurs, demi-frères et demi-sœurs. Son père, originaire du Hadramouth au Yémen, s’installe en Arabie saoudite dans les années 1920. Entrepreneur de travaux publics, il devient proche du roi Ibn Saoud, ce qui lui permet de développer ses activités. La société qu’il crée, dont le siège est à Jeddah et qui porte son nom, emploierait aujourd’hui 35 000 personnes. Cette entreprise a participé à la monumentale rénovation des villes saintes, La Mecque et Médine. En 2000, elle a achevé un gratte-ciel à Jeddah, appelé Al-Faysaliya, et elle a contribué à la construction de l’aéroport de Kuala Lumpur, en Malaisie.

Quand son père meurt dans un accident d’avion en 1967, Oussama n’a que 10 ans. Il intègre une des écoles les plus prestigieuses à Jeddah, avant de poursuivre des études de gestion à l’université du roi Abdelaziz (1974-1978), dont il sort avec un diplôme d’ingénieur. Il est déjà en contact avec les Frères musulmans, très actifs dans le royaume. Le grand tournant de sa vie se produira avec l’invasion soviétique de l’Afghanistan par l’URSS, en décembre 1979. Les Etats-Unis poussent alors le Pakistan et l’Arabie saoudite à organiser un mouvement de volontaires musulmans pour lutter contre l’« empire du Mal ». Ben Laden s’engage et il rencontre le cheikh palestinien Abdallah Azzam, qui jouera un rôle crucial dans sa formation. Il tisse des liens avec les milliers de volontaires musulmans — dont certains deviendront ses proches lieutenants. Il entretient des relations étroites avec les services de renseignement pakistanais et avec la CIA. Il utilise sa fortune personnelle dans ce combat et fait aussi preuve de ses capacités d’organisation en contribuant à l’établissement au Pakistan, en octobre 1984, du Maktab al-Khadamat, le bureau des services, qui aide à enrôler, entraîner et envoyer en Afghanistan des milliers de combattants : ce modèle d’organisation servira à la création d’Al-Qaida. C’est aussi à Peshawar qu’il rencontrera le Dr Ayman Al-Zawahiri, un militant égyptien qui a passé plusieurs années en prison au Caire et qui deviendra son adjoint à la direction d’Al-Qaida. Après le retrait des Soviétiques d’Afghanistan en 1989 — il faudra attendre encore trois ans pour que le régime de Kaboul succombe aux assauts des moudjahidin — ainsi que l’assassinat, non élucidé, du cheikh Azzam avec lequel se sont multipliés les désaccords, Ben Laden rentre en Arabie saoudite. Malgré son prestige, il faut souligner qu’il ne dispose d’aucune « légitimité » religieuse, pas plus d’ailleurs que la plupart des cadres d’Al-Qaida.

C’est en Arabie saoudite que la conquête du Koweït par l’Irak en août 1990 surprend Ben Laden. Il propose alors au prince Sultan, le ministre de la défense, d’organiser une résistance populaire à cette invasion. Son plan n’est pas retenu, et les Saoud préfèrent faire appel aux Etats-Unis. Dick Cheney, à l’époque secrétaire américain à la défense, promet que les troupes américaines ne resteront pas « une minute de plus que nécessaire »… Elles y resteront plus de dix ans après la fin des combats. C’est un autre moment clé dans la trajectoire de Ben Laden : désormais, pour lui, l’ennemi principal, ce sont les Etats-Unis et la famille royale saoudienne mérite d’être renversée — il sera déchu de sa nationalité en 1994. Cette évolution, beaucoup de jeunes Saoudiens la partageront dans la première moitié des années 1990 : une vague de contestation islamiste ébranle le royaume.

Profitant de la présence au pouvoir des islamistes, Ben Laden s’installe au Soudan entre 1992 et 1996, date à laquelle il se réfugie en Afghanistan — selon certaines informations, le régime de Khartoum aurait, à un moment, proposé de le livrer aux Saoudiens. Les moudjahidin afghans ont renversé le régime communiste, mais se déchirent et, quelques mois plus tard, cèdent le pouvoir aux talibans, aidés par les services secrets pakistanais, mais aussi par les Saoudiens, ce qui n’est pas sans inquiéter Ben Laden. Il se rapproche toutefois de leur chef, le mollah Omar avec qui il établit de solides liens (il lui prête d’ailleurs allégeance comme « commandeur des croyants ») et il peut ainsi créer plusieurs camps d’entraînement.

Les attaques du 11 septembre 2001 contre New York et Washington débouchent sur une condamnation unanime des Nations unies — dès le 15 octobre 1999, le Conseil de sécurité avait demandé au gouvernement des talibans de livrer Ben Laden — et sur l’intervention militaire américaine suivie du renversement du régime des talibans. Pourchassé par les Etats-Unis, Ben Laden demeure introuvable, d’autant que l’administration Bush a déjà reporté son attention sur l’Irak qu’elle s’apprête à envahir.

Ben Laden serait réfugié dans les zones tribales à la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan. Disposant d’un réel charisme, il est la seule personnalité de l’époque contemporaine à avoir été capable de fédérer des groupes et des personnes aussi différents et des nationalités aussi multiples. Il intervient publiquement par des messages audio, dont le dernier date d’octobre 2010. Selon certains commentateurs, il serait mort et son adjoint Ayman Al-Zawahiri serait le véritable dirigeant d’Al-Qaida.

Ben Laden a été inculpé par un jury fédéral de New York dès le 4 novembre 1998 et placé sur la liste des personnes les plus recherchées par les Etats-Unis en 1999. Il était accusé de meurtres et de tentatives de meurtres contre des citoyens américains et d’attaques contre des bâtiments américains, mais aussi d’avoir des relations avec l’Iran et d’avoir conclu un pacte de non-agression avec l’Irak. La seule action mentionnée était l’attaque contre les Marines en Somalie en 1993. On ne sait pas grand-chose sur ses ressources financières, si ce n’est que le chiffre de 300 millions de dollars de fortune personnelle est totalement fantaisiste, bien que repris régulièrement dans les médias.

Révoltes arabes. Une université populaire les 13 et 14 mai

Attention : nombre de places limité, inscription obligatoire : iremmo.up@gmail.com – ou 01 43 29 05 65

Vendredi 13 et samedi 14 mai 2011 Siège de l’iReMMO, 5, rue Basse des Carmes, Paris 5e (métro Maubert-Mutualité)

Alors que les peuples se soulèvent de la Tunisie à l’Egypte, du Maroc à la Syrie, de Bahreïn au Yémen, le blog Nouvelles d’Orient et l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (iReMMO) vous proposent un cycle de conférences sur les révoltes et révolutions dans le monde arabe.

Vendredi 13 mai, 18h - 20h
« Place du soulèvement de 2011 dans l’histoire du monde arabe »
- Elizabeth Picard, directrice de recherches au CNRS

Samedi 14 mai, 10h30 - 12h30
« Révolte arabe, unité des aspirations, diversité des situations »
- Alain Gresh, animateur du blog Nouvelles d’Orient

Samedi 14 mai, 14h -16h
« Où ont disparu les islamistes ? »
- Burhan Ghalioun, directeur du Centre d’Etudes sur l’Orient Contemporain

Samedi 14 mai, 16h30-18h30
« Le rôle des armées et des services de sécurité »
- Bassma Kodmani, directrice de l’Arab Reform Initiative

Participation : 8 euros par séance (5 euros pour les étudiants & chômeurs) ou 20 euros pour l’ensemble de la formation (12 euros étudiants & chômeurs) - Règlement sur place.

286 commentaires sur « La mort d’Oussama Ben Laden »

0 | 100 | 200

  • permalien Nathan :
    3 mai 2011 @17h15   « »

    @ Deïr Yassin

    Par ailleurs, si l’un des deux volets promis lors d’un traité de paix manque à l’appel, il faut essayer de l’ajouter et non pas supprimer celui qui existe.

    Est-ce que votre premier ministre, le seul homme d’Etat digne de ce nom dans la région, est d’accord pour dénoncer les accords d’Oslo ? Au moment où il cherche la reconnaissance du monde entier (et j’espère qu’il l’obtiendra) ? Ça m’étonnerait.

  • permalien Noval :
    3 mai 2011 @17h35   « »

    Nathan,

    " je redis que le Hamas a davantage en commun avec al-Qaida qu’avec Israël "

    En d’autres termes, dès que les termes " al-Qaïda " et " Hamas "
    sont prononcés, il faut entendre qu’il s’agit de " terroristes " du même acabit .

    J’ai tout bon ?

    Deïr Yassin

    " Faut dire que les Israéliens ont une longue histoire de prendre le monde entier pour des cons .... "

    Avec votre aimable autorisation, je me permets de substituer " israéliens par " sionistes " ...

    Et pour ce qui concerne l’art et la manière de " prendre le monde entier pour des cons ", le citoyen israélien Benyamin Netanyahou, qui en connaît un sacré rayon dans ce domaine, doit entreprendre cette semaine un voyage en Europe. Au programme : vendre toujours et encore la même évidence qui veut qu’un pacifiste de sa trempe ne saurait discuter avec les " terroristes " du Hamas ...

  • permalien stankok :
    3 mai 2011 @17h49   « »

    Est-il réellement mort ? Sinon c’est la nnième fois qu’on annonce sa mort.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    3 mai 2011 @17h52   « »
    La mort d’Oussama Ben Laden...

    Insolite, il semblerait bien que la propriété de feu l’ennemi public N°1 soit devenue un lieu d’attraction :

  • permalien Shiv7 :
    3 mai 2011 @18h26   « »

    Nathan :3 mai @11h24

    On voit déjà la machine à décerveler se mettre en marche. Si l’on en croit les conspirationnistes, les attentats du 11/9 étaient virtuels. ...... Ben Laden lui-même sera virtuel et même son souvenir sera virtuel. Etc, etc...

    La machine à décerveler que vous voyez se mettre en marche n’est que le répondant à celle qui est en marche depuis le début de cette affaire, l’une n’étant que l’écho de l’autre.
    Dès lors il n’y a aucune raison objective de prétendre que l’une corresponde plus à une certaine réalité que l’autre comme vous semblez le penser, la conspiration est partout et nul part, tout comme notre monde virtuel.

    Du reste votre personnalité pseudonique n’est-elle pas aussi virtuelle ? A la fois ici sur ce blog, c’est à dire nucléarisée sur une infinité d’écrans et en même temps désincarnée dans un lieu géographique de Belgique, donc partout et nul part..

    De ce fait il devient ardu, pour ne pas dire impossible de savoir où se trouve la réalité objective, qu’elle émane d’infos officielles (surtout quand on connait les implication potentielles) ou de l’imagination de n’importe quel quidam, c’est kif-kif et toujours bourico car dans les deux cas on ne sort pas de la réalité virtuelle qui par définition n’a rien à voir avec la vérité réelle et tout à voir avec la simulation, et la simulation (même quand elle simule le réel), est toujours une conspiration..(contre le réel)

    Méfiez vous de ne pas perdre le souvenir de vous même dans les réseaux virtuels, mais peut être est-ce déja fait (à en juger par votre présence sur ce blog à longueur d’année) à l’instar de plus en plus de nos jeunes (et moins jeunes) contemporains..

    Comme le disait fort justement Cioran, l’homme à chuté une première fois de l’éternité dans le temps et une seconde fois du temps lui même , et là où il n’y a plus de temps (le temps réel de l’info virtuelle étant l’abolition radicale du temps) il n’y a plus d’espace non plus (le partout et nul part), et là où il n’y a plus de temps et d’espace il n’y a plus non plus de réalité, juste de la virtualité..

  • permalien Deïr Yassin :
    3 mai 2011 @18h29   « »

    @ Nathan

    "Je constate que depuis l’accord Hamas-Fatah, vous avez tendance à vous radicaliser"

    Moi, je constate qu’au lieu d’analyser les commentaires des intervenants, vous décidez d’avance ce que vous voulez y trouver et vous le trouvez. Mes opinions n’ont pas changé d’un iota, et cela depuis que j’ai 15 ans - en tout cas au sujet de la Palestine.

    "Il y aura jamais un accord avec les Palestiniens ..."

    Parce que qu’avec la traité égypto-israélienne et les Accords d’Oslo, on était sur la voie d’un accord ???

    La reconnaissance d’un Etat palestinien par la communauté internationale n’empêche pas l’Egypte de rompre la traité, non ? Tout ce qui fait pression sur ’ce little shitty country’ est bon à prendre.

    "Dans ce cas votre indépendance..."

    Vous oubliez qu’à titre personnel, je n’ai jamais été pour un Etat sur les frontières de ’67, et selon une connaissance, ex-Israélien et politologue de surcroit, l’Etat d’Israël ne tient pas encore 15 ans ....

    Vous savez aussi bien que moi que la reconnaissance éventuelle de l’automne ne changera rien sur le terrain et restera purement symbolique. Les Israéliens n’accepteront JAMAIS un Etat palestinien sur les frontières de ’67 avec, en plus une souveraineté nationale, digne de ce nom.

    Je tiens encore à vous rappeler que même si Fayyad est un technocrate remarquable il n’a pas été élu par les Palestiniens, et que le mandat de celui qui l’a nommé est expiré. Les Palestiniens n’ont absolument rien gagné par leur reconnaissance de l’Etat d’Israël - au contraire, on veut y ajouter la reconnaissance de cet Etat comme juif et démocratique.
    C’est aux Palestiniens de décider par des élections s’ils veulent retirer cette reconnaissance ou non, et cela sera un sujet majeur dans des élections futures.

    @ Noval.
    Oui, vous avez raison : ’sionistes ’ et non pas ’Israéliens’. D’autant plus que notre nouveau ’preneur-du-monde-pour-des-cons’, Szy*** n’est pas Israélien mais belge.

  • permalien Yvan :
    3 mai 2011 @18h38   « »
    Hé ! hé !

    Les 13 factions palestiniennes signent un accord de paix au Caire - LeMonde.fr

    Nétanyahou reporte une réunion sur la colonisation | Pourparlers de paix

    Ces reports ont été annoncés alors que M. Nétanyahou se rend mardi soir en Europe, d’abord à Londres, où il rencontrera mercredi le Premier ministre David Cameron, puis à Paris jeudi pour s’entretenir avec le président Nicolas Sarkozy. Il doit en outre exposer fin mai devant le Congrès américain à Washington une possible initiative de paix.

    L’annonce « malheureuse » d’un projet de colonisation en pleine visite à Jérusalem du vice-président américain Joe Biden en mars 2010 avait déclenché un tollé international.

  • permalien Yasmina :
    3 mai 2011 @18h51   « »

    Antoine Sfeir , directeur des cahiers de l’orient, a soutenu lundi 2 mai 2011 que Oussama Ben Laden, chef d’Al Qaida, a été immergé en mer, volontairement par les Américains, car "sa dépouille, ainsi mangée par les poissons, ne pourra aller au paradis"

    Ce spécialiste auto-proclamé de l’Islam semble oublier qu’un cadavre enterré, subit le même sort, par les vers de terre. Sfeir a tenu ses propos sur France 5, sur le plateau de l’émission "C’est dans l’air" le lundi 2 mai , animée par le remplaçant d’ Yves Calvi devant un parterre de "spécialistes" constitué de Mohamad Sifaoui et Roland Jacquart.

    Des bonnets d’âne ont dû certainement se perdre dans la mer d’Oman où a été immergé Ben Laden, la mer d’Oman, dont on s’empresse de préciser, avant une nouvelle ânerie de "spécialistes", qui a été choisie non pour ses poissons voraces, mais pour sa proximité avec le Yémen, dont le chef d’Al Qaida est originaire, et l’Arabie saoudite, son pays d’adoption, le théâtre de ses premiers exploits ; la mer d’Oman que tous les géographes anglo-saxons et arabes désignent par "Arabian sea’, "Bahr al arab" mais dont les français par anti-arabisme primaire désigne sous le vocable de "Mer d’Oman", pour gommer tout mérite aux arabes dans l’Histoire du Monde.

    http://oumma.com/Pourquoi-Ben-Laden...

  • permalien Nathan :
    3 mai 2011 @19h02   « »

    @ Shiv7

    Oui je connais, Baudrillard, "La guerre du Golfe n’a pas eu lieu". Tout ne ne parvient que par écrans interposés, de la guerre jusqu’à l’info et du coup, c’est la réalité toute entière qui a sombré. Cela dit, l’autre jour j’étais devant le chantier de Ground Zero, ça fait tout de même un gros trou et même si je le regardais derrière une vitre, il ne m’avait pas l’air virtuel.

    Cela dit, pour une fois je suis d’accord avec vous. Il est de plus en difficile de démêler le fait du commentaire, du mythe, du fantasme collectif, de l’info manipulée. Tout signe peut être trompeur. Toute réalité est interprétation, et encore un peu plus depuis que les professionnels de la communication s’en sont emparés.

  • permalien Shiv7 :
    3 mai 2011 @19h15   « »

    @ L. S.

    ...Soit dit en passant, entre les "Jihad ! Jihad ! Jihad !" éructés par Arafat, la version nationale-islamiste du Hamas et l’islamo-nihilisme de Ben Laden, il n’y a pour moi pas de si grandes différences.

    l’islamo-nihilisme ?
    Pour être nihiliste encore faut-il avoir quelque chose à nié.
    Dans le cas présent il ne peut s’agir que de la négation d’une négation (la non valeur ou plutôt la valeur perdue de ce qu’était l’occident).
    Et comme la négation d’une négation fait une affirmation , votre concept est nul..(à noter que nul + nul est toujours égale à nul)

    "Jihad ! Jihad ! Jihad !"

    Moi ça me fait plutôt penser au" Sion ! Sion ! Sion !" que notre sioniste Belge qui voit son alfa et son omega en Israel et son grand protecteur les USA... .
    Il n’y a que transcription, appauvrissement et dégénérescence d’un imaginaire sacré en un profane, sans doute le fameux retard Islamique ?

    Ceci étant, vous avez raison il n’y a une ressemblance entre Ben Laden et Arafat, les deux luttant pour libérer des territoires occupés ce qui les démarques passablement des sionistes qui eux sont des occupants.

  • permalien le journal de personne :
    3 mai 2011 @19h15   « »

    kill Bin 2

    Le scénario qui sort de l’eau :
    Quelques minutes avant l’irruption des américains dans l’intimité de l’ennemi public numéro 1…
    Oussama écoutait pour la dernière fois sa profession de Foi… à la gloire d’Allah.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/kill-bin-2/

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    3 mai 2011 @19h43   « »
    La mort d’Oussama Ben Laden...

    Les Yankee ont perdu 2 hélicoptères dans leur visite de courtoisie chez les Ben Laden, coût de cette paire de machines : 88 millions de dollars.

    On serait d’ailleurs tenté de dire "que 2" compte tenu des précédents apocalyptiques antérieurs...

  • permalien K. :
    3 mai 2011 @21h08   « »

    Les Etatsuniens Leila Hudson et Johann Chacko- qui affirment (comme Jim Lobe) que les Etats-Unis, échaudés par une tentative antérieure d’assassinat de Ben Laden avortée par les autorités pakistanaises, ont établi leurs plans sans avertir les autorités en question- demandent à leur pays de « ne plus alimenter la bête », la “bête” étant ce Pakistan qui protège les terroristes, qu’il est censé combattre aux cotés des Etats-Unis, afin qu’ils puissent servir ses sombres desseins.

    Malheureusement, jamais dans l’article il n’est avancé d’explication quant au pourquoi de la pérennité de cette “alimentation” et depuis un temps aussi long, alors même que les Etats-Unis sont parfaitement au courant et depuis un certain temps déjà, de la mortelle duplicité des dirigeants pakistanais.

  • permalien Guillouët :
    3 mai 2011 @21h25   « »

    Oussama Ben Laden a été tué au Pakistan par un commando américain.

    …une telle entrée en matière montre bien à quel point le Diplo tient avant tout à conjurer la phobie du complot du 9/11.
    Cette phobie, ou une participation à l’omerta mentale, aveuglement, (…difficile à qualifier,…) ne concerne pas seulement les médias mainstream mais aussi le Diplo. Sa rédaction - si critique sur le sujet de l’honnêteté journalistique, devrait s’en rendre compte.

    Ces "élites" intellectuelles se situent hélas du côté de celui qui proclame, péremptoire, "Justice est faite", repris à la une du Monde de ce lundi 2 mai, une parole qui ne veut pas seulement dire que les plus forts n’ont que faire de la justice, mais surtout qu’il n’y aura pas, dans l’esprit de celui qui profère une telle bêtise, de procès du 11 septembre. Et encore moins d’enquête digne ce nom.
    En inventant (ou en faisant inventer) le scénario qu’on vient d’entendre qui se termine par une "immersion" cultuelle (qui croira une pareille fable ?), Obama a manifestement cherché à se débarrasser de cet encombrante tâche que beaucoup de victimes réclament.

    Mais la peur n’est pas bonne conseillère, ni pour un chef d’état ni pour des journalistes.

    Pour des infos de meilleure qualité (pas difficile…), voir le site français de Reopen911, ou le site américain AE911Truth.

  • permalien L’anonyme de 22h20 :
    3 mai 2011 @21h35   « »

    lu sur le figaro :

    Un coureur de marathon a été arrêté d’un coup de Taser par la police parce qu’il courait nu à Cincinnati (dans l’Ohio), relate un journal local aujourd’hui.

    Le seal aurait très bien pu faire de même pour OBL qui était pourtant habillé en tenue traditionnelle...

  • permalien K. :
    3 mai 2011 @21h38   « »

    Mme Clinton : Que nous ayons pu tuer Ben-Laden prouve l’efficacité de notre “guerre contre le terrorisme” et nous encourage plus que jamais à la poursuivre.

  • permalien Shiv7 :
    3 mai 2011 @22h02   « »

    @ Nathan

    Cela dit, l’autre jour j’étais devant le chantier de Ground Zero, ça fait tout de même un gros trou et même si je le regardais derrière une vitre, il ne m’avait pas l’air virtuel.

    Il est clair que le virtuel à des implications dans l’objectif.. Tout comme le gars qui appuie sur son joy stick dans le Nevada tue bel et bien des Afghans ou comme l’accro du Net (ou du portable) fait disparaître sa présence du maintenant/ici.

    On peut aussi noter que le trou du Ground zéro succédant à l’arrogance des 2 tours fait une belle métaphore symbolique de la disparition du réel au profit du virtuel, (aussi bien par l’appellation Ground zéro que le trou lui même), ce qui n’est que justice car c’est tout de même bien en grande partie aux USA que l’on doit l’essor du virtuel.
    (je précise, vous connaissant.., que ma métaphore n’est aucunement une justification de l’attentat et qu’elle n’est à prendre que pour ce quelle est).

    Dans le genre symbolisme, vous aurez certainement remarquez comme moi que les US sont très fort à ce petit jeu, ne trouvez pas piquant l’appellation Géronimo pour Ben Laden ?
    Que rêver de mieux comme symbolisme métaphorique de l’hégémonie terrestre (faisant suite à celle de l’Amérique elle même) que les USA phantasme d’incarner, il fallait oser.. (Yes we Kill..)

    PS Je note que pour une fois vous avez été d’accord avec moi, va-t-il pleuvoir des Carolus d’or.. (pas virtuelle j’espère)

  • permalien Lou :
    3 mai 2011 @22h36   « »

    Comparer :

    Les précisions sur cette opération d’Eric de la Varenne, notre correspondant à Islamabad
    le quatrième audio de cette page

    et

    L’envoyé spécial de France Info à Abbottabad, Sébastien Paour, a pu approcher la maison présentée comme celle de Ben Laden. Une propriété qui ne donne pas le sentiment d’être le bunker décrit par les Américains. (3’11")

  • permalien Lou :
    3 mai 2011 @22h56   « »

    Alors, récapitulons : on est loin du complexe archi-protégé, sans fenêtre, décrit par les Américains” et Ousama ben Laden n’était pas armé et son épouse n’est pas morte

    Oussama ben Laden n’était pas armé lorsque les commandos américains ont fait irruption dans sa cache du Pakistan a révélé aujourd’hui la Maison blanche. Mais le chef d’Al Qaïda a opposé une résistance avant d’être abattu.
    Selon le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney, l’épouse d’Oussama ben Laden “s’est précipitée au-devant des membres du commando” et a été blessée à la jambe. Elle n’a pas été tuée, contrairement à ce qu’avait affirmé hier un responsable de la Maison blanche.

    mais

    La photo de la dépouille d’Oussama Ben Laden est “atroce”, a affirmé Jay Carney. Le porte-parole de la présidence américaine...

    Alors des "forces spéciales" de la plus grande démocratie du monde vident leurs chargeurs sur un homme désarmé au point de le défigurer de manière atroce ?

    et ils tirent sur une femme qui se précipite sur eux avec un regard, très certainement fort menaçant.

    Qui verse l’huile ?

  • permalien Priam :
    4 mai 2011 @01h19   « »

    Ph. Arnaud :

    Je redis bien « un attentat par ci par là », bien que cela vous choque.

    Vous vous moquez de choquer et moi j’espère que peu de survivants du RER St Michel ou de la rue de Rennes vous lisent.

    A propos des enfants, vous raisonnez individuellement, en vous plaçant du point de vue des victimes occidentales. Moi, je raisonne collectivement...

    J’ai écrit "Aucun meurtre d’enfant n’est jamais de la légitime défense." En prenant soin de surligner "aucun" et "jamais" je pensais éviter les mauvaises interprétations. Mais non, vous choisissez d’y voir un point de vue des victimes occidentales. Votre "jihad" personnel vous aveugle.

    votre remarque même prouve que vous n’avez le sentiment ni de la culpabilité première – et essentielle - des Occidentaux, ni de la disproportion des préjudices.

    Vous dites raisonner "collectivement", alors pourquoi parlez-vous de culpabilité ? Qu’est la culpabilité collective, diluée et impersonnelle ? Tous coupables ? Autant dire personne. Non, si nous devons raisonner collectivement, parlons de reconnaissance, de réparation, mais pas de culpabilité.

    Le terroriste, Priam, c’est celui qui n’a pas de F-18 ou de Rafale pour transporter ses bombes…

    Une mère se moque bien que celui qui a volé la vie de son enfant ait utilisé un vieux couteau rouillé ou un F18 flambant neuf.

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @07h56   « »

    10 mythes sur Ben Laden. Mise au point du Guardian.

    A noter qu’un des mythes, le fait que Ben Laden fut une créature de la CIA, a encore été colporté l’autre jour sur France Culture par Alain Gresh, ce qui lui a valu une rectification de la part de Bruno Tertrais. Le groupe arabe n’aurait jamais reçu directement de l’argent des Américains (qui soutenaient la résistance afghane dans son ensemble face à l’occupant soviétique) et les Arabes n’ont constitué qu’un groupe tout à fait marginal au sein de la résistance afghane.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @08h49   « »

    Pour rajouter une couche à la dimension virtuelle de l’événement, de tout événement médiatique du reste, on observera avec une certaine fascination la photo de l’équipe Obama visionnant l’opération en temps réel dans les sous-sols de la Maison Blanche. On dirait une famille regardant une série américaine genre "24 heures chrono" devant la télé. Il est clair qu’ici, la réalité est désormais vécue comme une fiction par ses commanditaires même. Ce sentiment est encore accentué par la présence probable d’un quartier de pizza devant Hillary Clinton. On notera que le suspense doit être de bonne facture car Obama semble tassé et recroquevillé dans son fauteuil et a l’air plus petit que d’ordinaire.

    Tout comme la cinéma hollywoodien a pu renaître de ses cendres grâce aux innovations majeures que furent le parlant, le cinémascope, la steadycam ou le 3D, la réalité fictionnalisée a pu faire un grand bond avant depuis la naissance du numérique et la miniaturisation. La convergence de ces deux technologies a permis de doter les soldats d’élite de mini-caméras rivées sur le casque, lesquelles permettent désormais de filmer les opéations en direct et de les transmettre instantanément par satellite. Autrement dit, les soldats n’ont même plus besoin d’avoir des reporters embedded à leurs côtés ou de se faire doubler par des journalistes, comme lors du débarquement en Haîti (les journalistes interviewant les marines débarquant sur la plage constitua un moment de haut comique digne d’un film de Woody Allen).

    http://www.bbc.co.uk/news/technolog...

    Reste le problème du scénario et des scénaristes. Comme dans toutes bonnes séries, les scénaristes fonctionnent en équipe, ce qui facilite le travail mais en revanche, donne parfois lieu à des incongruités scénaristiques voire à d’énormes contradictions dans l’intrigue. Nous avons pu nous apercevoir d’un certain flou scénaristique à propos de l’épisode Ben Laden car avant-hier encore, celui-ci était tué parce qu’il était armé et résistait à ses assaillants et que sa femme qui le protégeait de son corps était abattue mais hier, il n’était déjà plus armé du tout et sa femme n’était que blessée. En revanche, le script de Ben Laden offrant une résistance farouche à mains nues face à 10 robocops armés comme Terminator et faisant irruption au milieu de la nuit dans une chambre à coucher, bien que peu vraisemblable, est provisoirement maintenu. Qui aura le dernier mot ? Le président ? Le porte-parole de la Maison-Blanche ? Le secrétaire à la défense ? Le conseiller aux affaires stratégiques ? Des spin doctors ou des scripts doctors dépêchés en hâte pour retravailler le narratif ? Tout dépendra du final cut.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @08h57   « »

    Le petit hasbariste a des difficultés en lecture :

    “He did not receive any direct funding or training from the US during the 1980s. Nor did his followers.”

    Ou si l’on préfère :

    “Il n’a pas reçu de financement direct ou d’entrainement des États-Unis durant les années 1980, pas plus que ses adeptes.”


    - 1) Dire qu’il n’a pas été soutenu directement ne veut pas dire qu’il ne l’a pas été indirectement
    - 2) Par qui ce papier est-il écrit ? Dieu le père ? Un prophète ? Un historien renommé ? Non, non ! Par Jason Burke, un ilustre scribouillard inconnu !

  • permalien
    4 mai 2011 @09h23   « »

    "Dire qu’il n’a pas été soutenu directement ne veut pas dire qu’il ne l’a pas été indirectement"

    ben tiens, et dire que quelqu’un est innocent ne veut pas dire qu’il n’est pas coupable ? Et dire qu’il fait beau ne veut pas dire qu’il ne pleut pas ?

    Mais puisque quiconque n’a pas l’honneur d’être connu par votre haute culture ne peut être cru, renseignez-vous par vous même, et vous pourrez vérifier que la CIA n’a pas aidé OBL directement, et donc que l’article est correct, même si celui qui le signe ne peut se prévaloir d’être connu de votre haute sagesse.

    Et évidemment, tout ce que l’article ne dit pas est possible...
    Lamentable.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @09h45   « »

    PS :

    Concernant vos liens vers des sites anglophones, Monsieur le petit hasbariste. Abstraction faites bien entendu des Québécois, au bas mot les trois quart des francophones, pour être gentil, ne comprennent pas l’anglais et n’essaieront même pas de lire les textes que vous citez, ce qui semble toutefois à l’évidence fort bien vous arranger. Dans ceux restant, en excluant ceux qui ont une pratique scolaire, combien en restera-t-il capables de le lire comme dans leur langue natale ? Alors à supposer que vous-mêmes maîtrisiez bien cette langue, ce dont je ne suis pas du tout convaincu, pourquoi ne traduisez-vous pas ces textes afin que tout le monde comprenne de quoi vous parlez et que les choses soient claires ?
    Si je fais cette remarque, c’est que pour des textes français déjà, vous avez une forte tendance à leur faire dire ce qu’ils ne disent pas, mais dans les références anglaises que vous citez, là ça devient du surréalisme complet, à se demander si vous en avez lu autre chose que le titre, ou si vous prêtez même la moindre importance au contenu du texte, simple prétexte pour vous d’en faire un Reader Digest à votre convenance.
    Ceci dit, il ne faut tout de même prendre les gens pour des billes, tout le monde n’est pas forcément dupe de vos manipulations.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @10h09   « »

    Anonyme :
    4 mai @09h23

    C’est vrai qu’un monde binaire serait beaucoup plus simple, mais les adjectifs ou les adverbes n’ont pas que des fonctions esthétiques dans une phrase...

  • permalien Lou :
    4 mai 2011 @10h46   « »

    22h44. Les Nations Unies veulent savoir. Navi Pillay, la Haute commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, souhaite obtenir plus de détails sur la mort de Ben Laden.

    U.N. rights boss asks U.S. for facts on bin Laden killing

    GENEVE (Reuters) -La responsable des droits humains à l’Organisation des Nations Unies a demandé mardi aux États-Unis de donner les détails à l’ONU sur le meurtre d’Oussama ben Laden et a déclaré que toutes les opérations de lutte contre le terrorisme doivent respecter le droit international.

    Mais Navi Pillay, Haut Commissaire pour les droits de l’homme, a déclaré que le chef d’Al Qaïda, tué dans une opération américaine au Pakistan, avaient commis des crimes contre l’humanité , de son propre aveu comme cerveau des "actes les plus effroyables du terrorisme", y compris le 11 Septembre , 2001 attaques sur l’Amérique. (...)

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @11h03   « »

    On peut préciser que les USA n’aident jamais directement des mouvements subversifs ou terroristes comme on préfèrera, il n’y a qu’à voir le fonctionnement de la National Endowment for Democracy (NED) par exemple.
    S’agissant de l’Afghanistan des années 1980 les acteurs sont encore bien vivants et ils ont la langue bien pendue, exemple :

    Brzezinski : « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes … »
    15/01/1998

    Le Nouvel Observateur : L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires [1] : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de securité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?
    Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est à dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.
    Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaires des Soviétiques.
    Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette opération clandestine. Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?
    Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.
    Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?
    Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.
    Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ? (...)

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @11h07   « »

    Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?
    Le Nouvel Observateur : Quelques excités ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.
    Zbigniew Brzezinski : Sottises. Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. Ç’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. Ç’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qu’y a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Egypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.

    [1] From the Shadows, par Robert Gates, Simon and Schuster.

  • permalien Serpico :
    4 mai 2011 @12h29   « »

    @Laurent Szyster "L’opération visant à l’arrestation de Ben Laden est légale du son propre pays, c’est bien ce que vous suggérez ? point de vue de la justice américaine"

    *********

    Quel aveu !

    Admettre aussi grossièrement que la loi US s’applique sur toute la planète, c’est afficher sa soumission.

    Accepter d’être soumis à la loi d’un pays étranger dans son propre pays, c’est bien ce que vous suggérez ?

    Si un agent US vous demande vos papiers dans votre pays, laissez-vous faire...

    On n’est pas sortis de l’auberge-église dédiée au Dieu US.

  • permalien Yasmina :
    4 mai 2011 @13h04   « »

    Tariq Ramadan clash Itélé sur la mort de BenLaden

    http://www.youtube.com/watch?v=kyQI...

  • permalien Deïr Yassin :
    4 mai 2011 @13h14   « »

    @ Serpico

    Lolo Szyster est le nouveau propagandiste de la droite sioniste sur ce blog, et votre

    "accepter d’être soumis à la loi d’un pays étranger dans son propre pays"

    ne lui pose donc aucun problème, bien au contraire, il trouve qu’on n’y va pas assez fort !

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @13h30   « »

    Des gens ont fait le même genre de remarques lorsque le mossad a kidnappé Eichmann. Fallait le laisser couler des jours heureux en Argentine, bien sûr.

    A noter que Ben Laden vivait à moins d’un kilomètre de la plus grande académie militaire pakistanaise, dans un quartier résidentiel où résident d’anciens cadres des services secrets pakistanais partis à la retraite. Ça doit être un pur hasard. J’ai lu dans The Guardian que leur première réaction fut s’inquiéter des conséquences négatives de ce malheureux épisode sur le prix de l’immobilier dans le quartier.

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @13h35   « »

    Les confidences de Brzeziński ne prouvent en rien que les Américains aient entraîné et armé Ben Laden. Les Américains soutenaient les Mujahidin afghans et en particulier le sinistre Hekmatyar. Il paraît que la brigade arabe n’a jamais dépassé le millier d’hommes. Cette histoire de Ben Laden, créature de la CIA est un mythe. Il s’est fait tout seul. Laissons-lui au moins ça maintenant que son corps nourrit les requins de la mer d’Oman.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @13h42   « »

    A choisir entre votre hasbara du café du commerce et ce qu’en disent des acteurs de cette période historique comme Zbigniew Brzezinski ou encore quelqu’un qui a rencontré Oussama Ben Laden, en l’occurence Robert Fisk, vous me pardonnerez Monsieur le petit hasbariste, mais je n’achèterai pas vos salades... Aha !

  • permalien Ph. Arnaud :
    4 mai 2011 @13h45   « »

    A Priam

    Je vais vous dire les raisons qui m’horripilent lorsque j’écoute (ou que je lis) des pleurnicheries à la Brigitte Bardot (ou autres mémères à chiens écrasés) sur les victimes occidentales [j’insiste bien sur l’adjectif] des attentats islamistes.

    1. Comme il n’existe aucune justification de choisir une victime plutôt qu’une autre (les douleurs étant égales), que, de surcroît, les victimes musulmanes des prédations occidentales sont bien plus nombreuses que les victimes occidentales des attentats islamistes et, qu’enfin, le tort est du côté des Occidentaux, il s’ensuit logiquement que votre option préexiste au motif (les attentats) qui est censé l’avoir fait naître. Ou, en d’autres termes, que vous avez choisi les victimes occidentales pour des raisons idéologiques, mais assurément pas humanitaires…

    2. Mon deuxième motif d’agacement est cette bonne foi ingénue, cette inconscience puérile devant les attentats : « Mais qu’est-ce qu’on leur a fait ? », comme si, depuis l’expédition d’Egypte de Bonaparte, les Etats occidentaux, représentant les nations occidentales (c’est-à-dire tout le monde) ne s’était pas abattu comme des hyènes – sans provocation – sur le monde musulman. Et ce, de la conquête de l’Algérie (875 000 morts) jusqu’à l’assassinat de Ben Laden, en passant par la déclaration Balfour. Il est donc normal que l’opinion musulmane considère l’ensemble des Occidentaux comme des agresseurs.

    3. Mon troisième motif de colère est cette exigence de nanti (issu de l’esprit de caste de la chevalerie), selon laquelle il existerait des manières nobles ou « ignobles » de faire la guerre. Ainsi, les nobles s’indignaient-ils que les vilains attaquent à plusieurs contre un chevalier, qu’ils le prennent par derrière, en traître, etc. Comme s’ils avaient pu l’attaquer de face, seuls à seuls, en combat singulier ! Face à l’écrasante supériorité militaire occidentale, que peuvent faire les résistants du tiers monde ? La conclusion s’impose d’elle-même...

  • permalien Ph. Arnaud :
    4 mai 2011 @13h54   « »

    Nathan

    Vous qui applaudissez à l’assassinat de Ben Laden, vous approuveriez donc que des Algériens viennent en France flinguer Aussaresses ou les autres tortionnaires encore vivants de la guerre d’Algérie, ou les survivants de l’OAS ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @14h01   « »

    Ceci dit affirmer (n fois...) sans même argumenter et contre toute évidence historique que “Cette histoire de Ben Laden, créature de la CIA est un mythe.” (sic) est votre droit le plus strict, certains affirment bien par exemple le plus sérieusement du monde que l’univers aurait été créé il y a quelques millénaires de cela, ou encore avoir vécu des expériences de rencontre avec des extraterrestres qui les auraient investis d’une mission universelle mystique... Pourquoi pas après tout ? Mais enfin sur un blog comme celui de M. Alain Gresh, cela fait un peu désordre tout de même peut-être...

  • permalien Yvan :
    4 mai 2011 @14h09   « »
    La mort d’Oussama Ben Laden...
  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @14h17   « »

    Pour ceux qui s’intéressent sérieusement à la question, on peut citer les travaux incontournables d’Oward Zinn sur ce sujet en particulier, avec par exemple :

    - “A Brief History of Terrorism by the USA” - Howard Zinn - Seven Stories Press 2002

    J’avoue ignorer s’il existe une traduction française...

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @16h14   « »

    Voici ce qu’écrivait notamment Robert Fisk :

    Lors de notre première rencontre, au Soudan en 1994, j’ai convaincu Ben Laden – contre son gré – de me parler de cette époque. Il m’a raconté que, pendant une attaque contre une base offensive russe proche de Jalalabad, dans la province de Nangahar, un obus de mortier était tombé à ses pieds. Dans les fractions de seconde de rationalité qui en ont suivi la chute, il a éprouvé – c’est ce qu’il m’a dit – un grand calme, une impression d’acceptation sereine qu’il a attribuée à Dieu. L’obus (à la grande consternation des Américains aujourd’hui) n’a pas explosé. Quelques années plus tard, à Moscou, j’ai rencontré un ancien officier de renseignements soviétique qui avait passé quelques mois en Afghanistan pour tenter d’organiser la liquidation de Ben Laden – tout comme les Américains tentent de le faire aujourd’hui. D’après lui, il avait échoué parce que les hommes de Ben Laden ne se laissaient pas acheter. Personne ne voulait le trahir. "C’était un homme dangereux, le plus dangereux pour nous", me dit ce Russe. Ben Laden m’a répété qu’il n’avait jamais accepté la moindre balle provenant de l’Occident, qu’il n’avait jamais rencontré d’agent américain ou britannique.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @16h43   « »

    Ah il est amusant le petit hasbariste ! Dans le passage que vous citez de ce papier de Robert Fisk dans Le Monde, l’auteur ne fait que rapporter une affirmation de Ben Laden dont je pense personne n’irait douter. Penser-vous qu’en 1994 Ben Laden aurait eu la bêtise d’affirmer le contraire à un journaliste occidental de renommée mondiale ? L’imaginez-vous se vanter d’avoir été avec ses petits camarades financés par la CIA ou l’ISI pour abattre le régime soviétique ? Aha !

  • permalien adrien :
    4 mai 2011 @18h35   « »

    @ Shiv7

    De ce fait il devient ardu, pour ne pas dire impossible de savoir où se trouve la réalité objective, qu’elle émane d’infos officielles (surtout quand on connait les implication potentielles) ou de l’imagination de n’importe quel quidam, c’est kif-kif et toujours bourico car dans les deux cas on ne sort pas de la réalité virtuelle qui par définition n’a rien à voir avec la vérité réelle et tout à voir avec la simulation, et la simulation (même quand elle simule le réel), est toujours une conspiration..(contre le réel)

    J’ai du mal à vous suivre. La "réalité objective", comme pour le 11 septembre d’ailleurs, c’est la déclassification et l’ouverture des archives. Tout le reste n’est que spéculations plus ou moins fondées.

  • permalien adrien :
    4 mai 2011 @18h37   « »

    @ Ph Arnaud

    Vous qui applaudissez à l’assassinat de Ben Laden, vous approuveriez donc que des Algériens viennent en France flinguer Aussaresses ou les autres tortionnaires encore vivants de la guerre d’Algérie, ou les survivants de l’OAS ?

    Oui.

  • permalien K. :
    4 mai 2011 @18h56   « »

    Les descendants de Géronimo :

    Apparemment, avoir un président afro-américain à la Maison Blanche n’est pas suffisant pour renverser la tradition US de plus de 200 ans, consistant à traiter et à penser les Indiens comme des ennemis des États-Unis.

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @18h58   « »

    @ Ph Arnaud

    Vous qui applaudissez à l’assassinat de Ben Laden, vous approuveriez donc que des Algériens viennent en France flinguer Aussaresses ou les autres tortionnaires encore vivants de la guerre d’Algérie, ou les survivants de l’OAS ?

    Non. Par contre, il aurait dû être jugé par une cour de justice internationale compétente. De même pour Ben Laden. Cela dit, il y une grande différence. Ben Laden avait encore une grande capacité de nuisance. Que les Américains l’aient tué ne me choque pas. A la guerre comme à la guerre !

    Les victimes civiles des attentats islamistes vous remercient de les comparer à des chiens écrasés ou des bébés phoques. Cette métaphore animaiière - pourquoi pas des cancrelats tant qu’on est ? - en dit long sur votre personne.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @19h38   « »

    Nathan :
    4 mai @18h58

    (...) Les victimes civiles des attentats islamistes (...)


    - Question N° 1 : Combien les USA & leurs alliés ont-ils tué de civils en Afghanistan & en Irak depuis le 11 septembre 2001 ?
    - Question N° 1 bis : Combien les USA & leurs alliés ont-ils fait tuer de leurs propres ressortissants (Leurs militaires) en Afghanistan & en Irak depuis le 11 septembre 2001 ?
    - Question N°2 : Combien les USA ont-ils tué de civils entre 1945 & 2001, en Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud, en Afrique & dans la péninsule arabique ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @19h53   « »

    PS :

    Le petit hasbariste pourra noter que je lui fais grâce d’Hiroshima, de Nagazaky, des bombardements incendiaires sur Tokyo & de ceux de Dresde, je suis bon...

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @21h05   « »

    Il paraît que Ben Laden avait deux adresses et un billet de 500 euros cousus dans ses vêtements. En voilà au moins un qui croyait en l’avenir de la monnaie européenne !

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @21h21   « »

    Pour en revenir à votre avant dernière assertion absurde Monsieur le petit hasbariste, on pourrait aussi citer par exemple ce qu’en disait un autre obscur intellectuel dénommé Noam Chomsky, interviewé sur une radio d’ex-Yougoslavie le 18 septembre 2001, à savoir Radio B92 de Belgrad.
    Je ne vous ferai pas l’injure de vous le traduire en français, puisque vous êtes un maître dans la langue de Shakespeare :

    Q : Why do you think these attacks happened ?
    Chomksy : To answer the question we must first identify the perpetrators of the crimes. It is generally assumed, plausibly, that their origin is the Middle East region, and that the attacks probably trace back to the Osama Bin Laden network, a widespread and complex organization, doubtless inspired by Bin Laden but not necessarily acting under his control. Let us assume that this is true. Then to answer your question a sensible person would try to ascertain Bin Laden’s views, and the sentiments of the large reservoir of supporters he has throughout the region. About all of this, we have a great deal of information. Bin Laden has been interviewed extensively over the years by highly reliable Middle East specialists, notably the most eminent correspondent in the region, Robert Fisk (London _Independent_), who has intimate knowledge of the entire region and direct experience over decades. A Saudi Arabian millionaire, Bin Laden became a militant Islamic leader in the war to drive the Russians out of Afghanistan. He was one of the many religious fundamentalist extremists recruited, armed, and financed by the CIA and their allies in Pakistani intelligence to cause maximal harm to the Russians — quite possibly delaying their withdrawal, many analysts suspect — though whether he personally happened to have direct contact with the CIA is unclear, and not particularly important. Not surprisingly, the CIA preferred the most fanatic and cruel fighters they could mobilize. The end result was to "destroy a moderate regime and create a fanatical one, from groups recklessly financed by the Americans" (_London Times_ correspondent Simon Jenkins, also a specialist on the region). These "Afghanis" as they are called (many, like Bin Laden, not from Afghanistan) carried out terror operations across the border in Russia, but they terminated these after Russia withdrew. Their war was not against Russia, which they despise, but against the Russian occupation and Russia’s crimes against Muslims. (…)

  • permalien Noval :
    4 mai 2011 @21h26   « »

    Nathan,

    " Des gens ont fait le même genre de remarques lorsque le mossad a kidnappé Eichmann. Fallait le laisser couler des jours heureux en Argentine, bien sûr "

    Il me semble qu’Adolf Eichmann était un citoyen allemand ayant commis l’ensemble de ses atrocités sur le territoire allemand, ou/et à partir de ce territoire.

    Il me semble également que ce criminel a commis l’intégralité de ses méfaits à une époque où l’Etat d’Israël n’existait pas .

    Il me semble enfin que l’Allemagne avait au moment de l’arrestation d’Eichmann un système juridictionnel parfaitement capable de juger un criminel de la trempe d’un Adolf Eichmann .

    Dès lors, c’est sans doute au nom d’un principe supérieur que l’Etat d’Israël s’est permis de s’asseoir souverainement sur ce que l’on a coutume d’appeler le droit .

    L’ homme-orchestre du procès Eichmann, soit David Ben Gourion (qui est soit dit en passant un criminel de guerre) a parfaitement compris tout le bénéfice qu’il pouvait escompter pour Israël et la cause sioniste du " cas Eichmann ". Le respect du droit et de la souveraineté des Etats était le dernier de ses soucis ; faut dire qu’il a fait quelques émules ...

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @21h26   « »

    The "Afghanis" did not terminate their activities, however. They joined Bosnian Muslim forces in the Balkan Wars ; the US did not object, just as it tolerated Iranian support for them, for complex reasons that we need not pursue here, apart from noting that concern for the grim fate of the Bosnians was not prominent among them. The "Afghanis" are also fighting the Russians in Chechnya, and, quite possibly, are involved in carrying out terrorist attacks in Moscow and elsewhere in Russian territory. Bin Laden and his "Afghanis" turned against the US in 1990 when they established permanent bases in Saudi Arabia — from his point of view, a counterpart to the Russian occupation of Afghanistan, but far more significant because of Saudi Arabia’s special status as the guardian of the holiest shrines.
    Bin Laden is also bitterly opposed to the corrupt and repressive regimes of the region, which he regards as "un-Islamic," including the Saudi Arabian regime, the most extreme Islamic fundamentalist regime in the world, apart from the Taliban, and a close US ally since its origins. Bin Laden despises the US for its support of these regimes. Like others in the region, he is also outraged by long-standing US support for Israel’s brutal military occupation, now in its 35th year : Washington’s decisive diplomatic, military, and economic intervention in support of the killings, the harsh and destructive siege over many years, the daily humiliation to which Palestinians are subjected, the expanding settlements designed to break the occupied territories into Bantustan-like cantons and take control of the resources, the gross violation of the Geneva Conventions, and other actions that are recognized as crimes throughout most of the world, apart from the US, which has prime responsibility for them. And like others, he contrasts Washington’s dedicated support for these crimes with the decade-long US-British assault against the civilian population of Iraq, which has devastated the society and caused hundreds of thousands of deaths while strengthening Saddam Hussein — who was a favored friend and ally of the US and Britain right through his worst atrocities, including the gassing of the Kurds, as people of the region also remember well, even if Westerners prefer to forget the facts. These sentiments are very widely shared. The _Wall Street Journal_ (Sept. 14) published a survey of opinions of wealthy and privileged Muslims in the Gulf region (bankers, professionals, businessmen with close links to the U.S.). They expressed much the same views : resentment of the U.S. policies of supporting Israeli crimes and blocking the international consensus on a diplomatic settlement for many years while devastating Iraqi civilian society, supporting harsh and repressive anti-democratic regimes throughout the region, and imposing barriers against economic development by "propping up oppressive regimes." (...)

  • permalien psychedeclic :
    4 mai 2011 @21h28   « »

    A propos de ce non événement hyper médiatisé de manière outrancière, je me permets deux remarques :
    D’une part, Al Qaida n’est pas mort avec Ben laden mais bien avant. Plus précisément en 2002. Ce fait est rapporté par Alain Chouet - ancien directeur du Service de renseignement de sécurité à la DGSE, et ceci au cours d’une table ronde qui s’est tenue au sénat le 29 janvier 2010 sur le thème "Où en est Al-Qaida". http://www.youtube.com/watch?v=7UfQ... D’autre part, en novembre 2007, peu après avoir été victime d’un attenta, Benazir Bhutto, dans une interview, annonce que Ben laden avait été assassiné. A son tour, courant décembre 2007, elle connut la même fin.
    http://www.youtube.com/watch?v=nFtM...
    A vous de juger si ces deux personnages sont plus crédibles que Brico oba mot digne descendant du célèbre Général Colin.Powell. Celui là même qui en 2003, en pleine séance du conseil de sécurité, exhibe une fiole renfermant, selon lui, des milliards de bactéries de la petite vérole qui proviennent du laboratoire pharmaceutique « Sadam Hussein ». Par la suite on a appris qu’en réalité, le contenu du flacon était un liquide destiné à Examen cytobactériologique des urines. A ce propos C.Powell à été opéré d’un cancer de la prostate le 15 décembre 2003. Comme quoi le contenu du con tenant n’était, effectivement, pas très sain(t)….
    En dernier lieu je remarque que beaucoup se plaisent à dénoncer les conspirationnistes de tous bords sévissant sur le net. Ils estiment que cette catégorie d’individus par leurs doutes et leur (im)pertinence menacent, l’équilibre du monde libre. Ce qu’ils oublient facilement c’est qu’à ma connaissance aucun n’a commis d’acte de violence voire de barbarie pour faire triompher son point de vue. Par contre, eux s’abstiennent de relever les innombrables exactions perpétrées par leurs gouvernants qui, c’est vrai, sont investis de la divine mission de défendre et promouvoir les valeurs démocratiques, même au prix de quelques « menus » mensonges et dommages collatéraux. La belle affaire de dupe : tout un chacun devrait savoir que ces prétextes fallacieux dissimulent des dessins bassement mercantiles, bien loin d’une quelconque morale.
    Pour finir( extrait d’un article paru dans le journal économique « l’expansion » de ce jour à propos de la dette US) : « La limite légale de la dette publique sera atteinte le 16 mai. Si aucun accord n’est trouvé, le pays est bon pour un "Armageddon financier". Les Américains joueraient-ils à se faire peur ? »
    Ceci pourrait accréditer la thèse(conspirationniste) selon laquelle cette mascarade « Ben Ladesque » a été orchestrée pour tenter de « noyer le poisson »
    Quoi qu’il en soit tout ceci ne présage rien de réjouissant pour les années à venir !

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @21h30   « »

    " Among the great majority of people suffering deep poverty and oppression, similar sentiments are far more bitter, and are the source of the fury and despair that has led to suicide bombings, as commonly understood by those who are interested in the facts.
    The U.S., and much of the West, prefers a more comforting story. To quote the lead analysis in the _New York Times_ (Sept. 16), the perpetrators acted out of "hatred for the values cherished in the West as freedom, tolerance, prosperity, religious pluralism and universal suffrage." U.S. actions are irrelevant, and therefore need not even be mentioned (Serge Schmemann). This is a convenient picture, and the general stance is not unfamiliar in intellectual history ; in fact, it is close to the norm. It happens to be completely at variance with everything we know, but has all the merits of self-adulation and uncritical support for power.
    It is also widely recognized that Bin Laden and others like him are praying for "a great assault on Muslim states," which will cause "fanatics to flock to his cause" (Jenkins, and many others.). That too is familiar. The escalating cycle of violence is typically welcomed by the harshest and most brutal elements on both sides, a fact evident enough from the recent history of the Balkans, to cite only one of many cases.

  • permalien hachadi :
    4 mai 2011 @21h41   « »

    le peuple americain exulte a l’annonce de la mort de ben laden.etrange paradoxe’les americains que je connais n’ont pas cette soif aussi maladive pour la vengeance que je sache.dans cette guerre virtuelle tous azimuts contre les arabes et les musulmans les medias occidentaux ont deploye une intense propagande contre l’ecrasante majorite des musulmans qui reprouvent l’extremisme et partant recusent les pratiques d’un ben laden et consorts,ce sont eux qui ont logtemps souffert des affres du terrorisme.les occidentaux sont coupable des crimes perpetres contre les enfants palestiniens,la destuctions de l’irak,la dislocation de l’etat en somalie,la repartition du soudan et l’humiliation des afghans,cherchent par tous les moyens a dresser chiites contre sunistes,entretiennent un climat de tension entre perses et arabes.ils cherchent par tous les moyens en leur disposition a empecher tout rapprochement entre l’egypte et la syrie,a detruire tout equilibre dans la region.c’est une politique criminelle allant a l’encontre de la civilisation.l’islam a ete et demeure une religion forte,le vrai musulman a un sens de l’equite et la justice le plus noble ,ce n’est pas un terroriste potentiel,c’est pourquoi il est toujours refractaire a cet ordre international injuste ou les riches devorent les pauvres.le musulman ne craint pas et ne recule pas devant la mort,il se sent investi d’une mission ici bas la realisation de la justice entre les humains.honte a ceux qui jubilent devant la mort,meme s’il s’agit de leur pire ennemi c’est contraire a l’ethique d’un musulman,honte a cette amerique arrogante avec ses armes stupides dites"intelligentes"ses effet speciaux,son gigantisme fragile et ses presidents mediocres issus de la plus grande democratie censitaire au monde.hommage aux americains humanistes qui osent denoncer les derives et les abus.

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @21h56   « »

    Noval : 4 mai @21h26

    Il me semble enfin que l’Allemagne avait au moment de l’arrestation d’Eichmann un système juridictionnel parfaitement capable de juger un criminel de la trempe d’un Adolf Eichmann.

    Pas du tout. La dénazification n’était pas terminée et il y avait encore pas mal de nazis au sein des instances judiciaires allemandes. La peine de mort était pour ainsi dire abolie. Par ailleurs, des documents attestent que les Allemands savaient depuis le début des années cinquante que Eichmann se cachait en Argentine et ils n’ont rien fait pour le capturer. Si les Israéliens ne s’en étaient pas chargés, personne ne l’aurait fait.

    Il suffit aussi de voir comment les certains historiens allemands revisitent l’histoire de l’extermination des juifs.

    Même si Ben Gourion l’a transformé en une plateforme pour servir les intérêts d’Israël, Eichmann a eu droit à un procès et ce procès, auquel a assisté la philosophe Anna Arendt, a permis de démonter comme jamais la mécanique de la déshumanisation.

    Curieux comme vos scrupules remontent soudainement à la surface lorsqu’il s’agit des droits d’un criminel de cette trempe.

  • permalien Shiv7 :
    4 mai 2011 @22h11   « »

    @ Adrien

    La "réalité objective", comme pour le 11 septembre d’ailleurs, c’est la déclassification et l’ouverture des archives.

    La“ réalité objective” c’est l’évènement là et au moment ou il se passe, le reste, c’est le cas de le dire pour votre exemple, n’est que littérature ou de l’histoire.. qui au même titre que la réalité virtuelle n’est qu’une simulation du réel. (de surcroît cela risque bien de n’être que de la littérature passée au moule de la réalité virtuelle..)

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @22h14   « »

    Pourquoi ne répondez-vous pas à mes deux questions et demi Monsieur le petit hasbariste ?

    Étaient-ce à votre sens des questions portant sur des faits sans importances ?

    Auriez-vous une comptabilité sélective en matière de nombre de victimes civiles ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    4 mai 2011 @22h54   « »

    En français aussi vous avez manifestement des lacunes Monsieur le petit hasbariste :

    exterminer v. tr. Détruire en totalité (des êtres vivants), massacrer. Exterminer un peuple.

  • permalien Ph. Arnaud :
    4 mai 2011 @23h51   « »

    A Nathan

    C’est à dessein que j’ai employé la comparaison que vous relevez. Apparemment, vous ne l’avez encore pas comprise. Je vous l’explique donc en gros caractères.

    Je suis horripilé, ai-je dit, par les pleurnicheries sur les victimes des actions en tout genre (de guérilla ou de terrorisme) des mouvements d’hostilité à l’Occident, que ces mouvements soient musulmans, africains (au sud du Sahara) ou sud-américain.

    Pourquoi suis-je horripilé ? Parce que cette compassion n’est que le prétexte (la couverture psychologique, l’excuse, l’alibi moral) à une hostilité envers le tiers monde qui prend sa source bien en amont des crimes qui sont censés la justifier. Les Occidentaux ont une antipathie à l’égard du tiers monde, qui n’est que la transposition, à l’échelle mondiale, de la haine envers les classes pauvres, les errants, les gitans, les vilains, les gueux, les Jacques de la France d’Ancien Régime… [Les crimes ne viennent qu’après].

    J’éprouve le même agacement qu’à l’égard de tous les larmoyants qui, depuis deux siècles, nous gavent sur le « martyre de l’enfant du Temple » [Louis XVII] ou le lynchage de la prin-cesse de Lamballe. [Alors que les mêmes ouvriront des yeux ébahis quand on leur parlera de la répression des journées de juin 1848 ou de la Semaine sanglante…]

    Et tout ça, parce que les premières victimes avaient de belles mains blanches et maîtrisaient la concordance des temps, tandis que les secondes étaient des rustres sales et mal dégrossis…

    Je n’aime pas cette compassion de classe, qui fait si bon marché de celle des autres…

  • permalien Suonzen :
    5 mai 2011 @00h24   « »

    N’oublions pas de situer tout événement d’actualité dans son contexte historique. Ce petit montage vidéo est très instructif...

  • permalien hachadi :
    5 mai 2011 @00h34   « »

    je ne defend pas un criminel,mais je denonce les cyniques ceux qui defendent le crime systematique au nom de la democratie et des droits de l’homme,ceux qui revendiquent la justice en extirpant un peuple de ses racines.sans vergone,on justifie l’apartheid et le racisme primaire et on continue de diaboliser le monde et de culpabiliser les victimes.ceux qui volent la terre des autres sont les veritables criminels psychopates.c’est honteux.

  • permalien Priam :
    5 mai 2011 @01h01   « »

    Ph. Arnaud, 1/2

    Donc, de mon : « Aucun meurtre d’enfant n’est jamais de la légitime défense », vous tirez :

    [...] il s’ensuit logiquement que votre option préexiste au motif (les attentats) qui est censé l’avoir fait naître. Ou, en d’autres termes, que vous avez choisi les victimes occidentales pour des raisons idéologiques, mais assurément pas humanitaires…

    Non, tout ce qu’il s’ensuit logiquement est que votre moyen divinatoire n’est pas fiable.

    Il est donc normal que l’opinion musulmane considère l’ensemble des Occidentaux comme des agresseurs.

    Déjà qu’abusivement, même si habituellement, vous désignez les dirigeants US et leurs alliés comme "l’ensemble des occidentaux", voilà que maintenant vous vous décrétez porte-parole de "l’opinion musulmane", qui est, comme chacun le sait, consensuelle de l’Algérie à l’Afghanistan, de la Tunisie à l’Iran, du Yémen au Maroc, des Comores à la Turquie, du Sénégal à la Syrie, du Kosovo à l’Indonésie, du Qatar au Kazakhstan et du café du commerce de mon quartier aux salons feutrés de l’ambassade d’Arabie Saoudite de l’avenue Hoche !

    depuis l’expédition d’Egypte de Bonaparte, les Etats occidentaux, représentant les nations occidentales (c’est-à-dire tout le monde) ne s’était pas abattu comme des hyènes – sans provocation – sur le monde musulman.

    Sans aucunement cautionner votre raisonnement de la « légitime vengeance », je me dois de vous rappeler que l’histoire du monde ou celle des conflits entre mondes chrétiens et musulmans ne commence pas au 19ème siècle.

    Je vais vous dire les raisons qui m’horripilent [...]

    Elles sont nombreuses effectivement. Je combat plus volontiers les lamentations "autoflagellantes", qui, drapées sous de faux prétextes humanistes, ne visent qu’a mettre de l’huile sur le feu, attisées les haines, maintenir le statu quo salvateur d’un hideux fond de commerce. Lorsque vous comparez un milliardaire illuminé et désœuvré à un indien paisible chassé de ses terres vous êtes indécent.

    Votre aïeul a commis un crime en 1815, vous vous en sentez coupable, constituez vous donc prisonnier. Vous avez commis des crimes pendant la guerre d’Algérie, reconnaissez, payez, réparez, mais n’en rendez pas coupable votre petit fils né en 2005, c’est injuste, lâche, hypocrite, et ça n’apportera rien aux victimes.

  • permalien Priam :
    5 mai 2011 @01h05   « »

    2/2
    Ph. Arnaud :

    Face à l’écrasante supériorité militaire occidentale, que peuvent faire les résistants du tiers monde ? La conclusion s’impose d’elle-même...

    En guise de conclusion, la preuve en illustration : sous prétexte de défendre ces "résistants du tiers monde", vous les insultez et les incitez à se complaire dans une spirale de haine sans fin. Botter les fesses de leurs dirigeants corrompus, ainsi que celles des multinationales (occidentales ou non) qui les financent, leur serait pourtant plus profitable. Et contrairement à vous qui prétendez les défendre, moi je les en crois capable.

  • permalien saddek :
    5 mai 2011 @07h14   « »

    yasmina
    vous etes tres proche de la realite en reniant el boukhari que les salafistes ont sacraliser mais mohamed talbi est volontairement ou involontairement tres mal informer car la premiere ecole etablie dans l islam est celle de djaafer essadek fils de mohamed el baker fils de ali zine el abidin fils de hussein decapiter a karbala fils de ali et fatima ezzahra fille du prophete mohamed(saas) cette meme ecole qui a former malik et abou hounifa les deux futur madhab mais malheureusement on nous cache cette realite car ils ont devier de cette ecole des decendant du prophete dont il a lui meme conseiller les musulmans a ne pas s en separer dans son dernier sermont lors de son retour de houdjete el wada3 (de l adieu)j ai vous est laissez de poids qui ne se separare jamais si vous vous referez a eux jamais vous ne vous egarerez le livre de dieu et les gens de ma demeure(itrati ahla bayti)que tous les oulemas remplacent par le livre de dieu et ma sunna meme si tous les livres du sunisme sitent le premier hadith et pas le deuxieme (muslim tarmidi,ibn hnbal,ibn kathir,albani,ext........)et c est pour cela que les musulmans ce sont egarer ben laden en tete et que le probleme des musulmans est en nous et pas avec l occident et defi tous lecteur de me demontrer le contraire de ce que je dis mohamed talbi surtout.faite une recherche dans ce sens yasmina

  • permalien mkk :
    5 mai 2011 @07h40   « »

    la mort de Ban Laden ne m’inspire aucun sentiment. Les USA et les Saoudiens l’ont formé, équipé, financé. Il s’est ensuite retourné contre ses maîtres, qui ont fini par l’éliminer.

    Mais il aura eu le mérite pendant 15ans de servir de figure totémique du MAL absolu. Un patronyme facile à marteler sur tous les médias, une image reconnaissable entre toutes (barbu, en tenue locale, armé de son AK47), une mythologie rappelée à tout instant....en clair identifié comme l’ennemi même par le dernier des paysans de l’Arkansas ! Ou comment entretenir une peur diffuse !
    Barack Hussein Obama va avoir du mal à "recruter" dans les 18 mois à venir un successeur, à désigner le nouvel ennemi public numéro 1....Kadhafi, Ahmadinejad et Meeshal ont certes en commun leur haine de l’occident, n’ont pas l’envergure, n’incarnent pas une peur universelle.
    Nous aurons la réponse bientôt, je n’en doute pas

  • permalien max :
    5 mai 2011 @08h51   « »
    Oussama Ben Laden est mort, oui, mais quand ?

    les evenements sont trop radicaux pour ne rien dire, au vu de toute l’affaire OBL, la seul question a la quelle je porte un interet, c’est quand OBL est mort ?

    il est mort, et alors, tout le monde le sait, certain depuis debut 2002, d’autre depuis mi 2004, l’essentielle fin 2005. l’histoire retiendra quelle date ? 2011 ?

    car de cette date, depend énormément de point d’actu. (je pense par ex au fait que obl parle de sarkozy et du nikab en france, en 2007)

    pour rappel, car je reste évidement hyper réservé, non pas qu’en au fait que la maison blanche annonce la mort d OBL, mais au fait que nous somme en 2011, et que l’on a annonce la mort d OBL 10 fois au moins depuis juillet 2000 ou 2001.

    http://www.monde-diplomatique.fr/20...

  • permalien Hogier :
    5 mai 2011 @08h52   « »

    à l’attention de psychédélic

    ne vous fatiguez pas, personne ne vous écoute ici, ils sont tous à parler d’un événement fabriqué, et non pas des faits, que tu rappelles.
    Même si ces "faits" sont incertains, ils valent plus que les "événements" qui désormais ne se renvoient plus à la réalité mais seulement à des images, des bandes vidéeo, etc., évidemment factices.
    La dernière hésitation de la Maison blanche sur montrer-ou-pas les photos du cadavre est pitoyable, mais tout le monde ici y croit.

    Ce qu’il y a de plus gênant, comme dit Guillouët, c’est que le Diplo, Gresh en tête, persiste dans l’aberration, sans qu’on sache si c’est par refus ou mensonge.

  • permalien Sakhra :
    5 mai 2011 @09h40   « »

    La leçon d’Oussama, la leçon d’Obama... Abdique ou meurs comme un chien !

    http://www.maghrebemergent.com/econ...

    Ce n’est pas un bâclage, c’est un message !

    Cette doctrine de guerre totale contre le terrorisme a été une catastrophe pour toute l’humanité. Elle a réduit des territoires entiers de la planète en ennemis obscurs, justifiant l’invasion, la destruction de pays, des centaines de milliers de morts et ce, jusqu’aux tours du World Trade Center. Elle justifie alors la mort de Ben Laden, mais change-t-elle quoi que ce soit aux pièces du puzzle ? Pour l’écrasante majorité des Algériens, Ben Laden est aussi étranger, étrange que pour l’écrasante majorité des Américains, en revanche les Algériens savent où se trouvent la Palestine, L’Irak, l’Afghanistan, Abu Ghraïb, Guantanamo et dans notre imaginaire, ces lieux ne sont pas des territoires libérés de la barbarie par de valeureux GI’S mais des lieux occupés par des puissances économiques et militaires qui se livrent à des batailles aussi vieilles que l’humanité, de domination et de soumission. La disparition de Ben Laden n’est pas un bâclage mais un message. Elle dit aux insoumis et ce, quelles que soient leurs religions : abdique ou meurs comme un chien. Faudra-t-il alors s’étonner si de leur vivant, certains continueront à se métamorphoser en bêtes humaines pour que s’effondre ce monde sans esprit où les criminels sont de toute façon dispensés de justice, qu’ils soient vainqueurs ou vaincus ?

    On apprend donc, que Benladen était désarmé, quand il a été exécuté donc c’est un procès régulier qui aurait permis de faire la lumière sur les liens CIA/BenLaden, qu’il fallait éviter...On nous raconte qu’il s’est servi d’une femme comme bouclier ???,pour justifier l’exécution ? et on nous prend pour des demeurés, en nous racontant que les "civilisés" en jetant son(?) cadavre à la mer, ont eu à coeur de respecter le rite musulman...

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @10h28   « »

    A Priam

    Si mon « moyen divinatoire n’est pas fiable », pourquoi, entre les pays musulmans et les Occidentaux, avez-vous choisi les Occidentaux ? Et, surtout, pourquoi, à aucun moment – ce qui est révélateur – n’avez-vous pris en compte les prédations occidentales ?

    D’abord, il n’y a pas que les dirigeants US à être concernés : en Afghanistan ou en Irak, ce sont la plupart des dirigeants occidentaux qui ont envoyé des troupes. La première guerre du Golfe a été décidée par Mitterrand et la majorité socialiste. L’attaque de l’Afghanistan a été décidée par Jospin et Chirac. A l’égard de la Palestine, l’Europe suit servilement les Etats-Unis et, en Libye, c’est l’OTAN en corps – même si c’est avec réticence pour certains – qui s’est engagée.

    Ensuite, et surtout, ces dirigeants ont été élus, ils nous représentent, ils sont notre émana-tion, même si chacun des électeurs n’est pas là pour approuver chaque décision. Je persiste et je signe : c’est donc bien l’ensemble des Occidentaux qui (nolens, volens) est derrière les décisions de ses dirigeants. Lorsque, entre 1941 et 1945, les alliés faisaient pleuvoir des bombes incendiaires sur les villes allemandes, ils se moquaient pas mal que ces bombes tombent sur des femmes ou des enfants, voire sur des antinazis…

    L’opinion musulmane est consensuelle sur un certain nombre de points, notamment la Palestine, ou les interventions armées des Occidentaux, précisément dans des pays musulmans. Si la Chine ou la Russie n’y sont déjà pas favorables, à plus forte raison les musulmans.

    Que les conflits entre monde musulman et chrétien ne remontent pas au XIXe siècle n’a aucune importance. Le monde musulman avait déjà été barré sur mer à Malte (1565) et Lé-pante (1571). Il avait reçu un coup d’arrêt décisif à la paix de Carlowitz (1699), malgré le se-mi-échec des Autrichiens lors de la guerre de 1735. Donc, bien avant 1800, il était déjà sur la défensive. Au XIXe siècle, l’empire ottoman était qualifié « d’Homme malade ». Donc, les agressions occidentales – d’abord françaises et anglaises – ont donc bien été délibérées.

    La première des réparations, pour les Occidentaux, devrait d’abord de se retirer militairement de tous les pays musulmans, de cesser d’envoyer des armes à leurs dirigeants ou de nouer des alliances et enfin – et surtout ! – de cesser, par tous les moyens, d’aider Israël…

  • permalien gloc :
    5 mai 2011 @11h05   « »

    Ph. Arnaud : « Le monde musulman avait déjà été barré sur mer à Malte (1565) et Lé-pante (1571). »

    Que vous défendiez la théorie du clash des civilisations version néo-conservateurs, c’est votre problème.

    Mais il y a bien un moment où il faut essayer de raccorder le discours aux réalités.

    Ainsi, pour reprendre un de vos trop nombreux exemple, celui de la campagne d’Égypte, qui à vous entendre serait à l’origine des attentats islamistes(?) contre l’Occident.

    Contre qui Napoléon était-il en guerre ?
    - contre les Égyptiens ?
    - contre l’empire ottoman ?
    - contre l’Angleterre ?
    - ... ou contre le Directoire ?

    J’avoue qu’avec l’insistance actuelle de la Turquie à vouloir rentrer dans l’Europe j’ai du mal à expliquer ces attentats... et ne parlons pas de l’alliance Cameron-Sarkozy contre Kadhafi et l’ Obélisque sur la place de la Concorde.

    Je me demande si ce discours abandonné depuis l’élection d’Obama, n’était pas purement idéologique, et que la mort réelle ou symbolique de Ben Laden, n’a pas pour objectif de le conclure.

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @11h52   « »

    A Priam

    Je ne défends pas la théorie du choc des civilisations (notamment en ce qui concerne les rapports de la chrétienté et de l’Islam). Je pense même qu’à tous les sens du terme, pour le monde chrétien, les affrontements avec l’Islam ont été marginaux. Les guerres les plus fréquentes, les plus longues, les plus dévastatrices, les plus inexpiables ont eu lieu entre chrétiens.

    Mieux, même : les affrontements, dans la péninsule ibérique (des années 700 à 1492) ou en Palestine au temps des croisades, ont vu des chrétiens alliés à des musulmans contre d’autres chrétiens. [Ce sont d’ailleurs les Français, qui ont fourni le gros des contingents croisés – et des souverains des Etats de Terre sainte – qui ont, par la suite, été les premiers vaccinés].

    En 1450-1453, peu avant la chute de Constantinople, les Byzantins, par haine des Occiden-taux (suite à la dévastation de 1204) préféraient voir « le turban turc plutôt que la mitre latine ». En 1526, si les paysans hongrois ont laissé tomber les nobles face à Soliman, c’est en raison de l’atroce répression de Georges Dosza, 12 ans auparavant. Pour eux, la victoire des Ottomans a été comme une vengeance de classe sur les nobles. Je me félicite que François Ier se soit objectivement allié à Soliman contre Charles Quint, ce qui a permis et la récupération de la Bourgogne et le développement du protestantisme en Allemagne.

    En 1683, Louis XIV a fait tout ce qu’il pouvait pour inciter Kara Mustapha à attaquer Vienne (afin de favoriser ses Réunions) et à Vienne même, le marquis de Borgomanero, ambassadeur d’Espagne, poussait l’Empereur à céder aux Turcs pour tourner ses armes contre le Roi-Soleil. Je me félicite aussi de l’aide apportée aux Turcs contre les Autrichiens par le comte de Bonneval lors de la guerre de 1735. Et je me félicite du renversement d’alliance, contre la Bulgarie, lors de la deuxième guerre balkanique. N’oubliez pas, enfin, l’alliance de l’Autriche et des Turcs en 1914 (alors qu’ils s’étaient affrontés de 1529 jusqu’à 1878, en y incluant la campagne du général Philippovich en Bosnie).

    Enfin, vous travestissez mes propos en prétendant que je fais de la campagne de Bonaparte en Egypte l’origine des attentats islamistes. Je n’ai pas dit cela ! J’ai dit que les prédations oc-cidentales ont commencé par là, ce qui n’est pas la même chose ! Et si Bonaparte était parti en guerre contre les Anglais, aux Pyramides, ce sont les Egyptiens qui ont morflé. Lors de la répression du Caire, ce ne sont pas les Anglais qui ont été tués, mais les Cairotes…

  • permalien gloc :
    5 mai 2011 @12h00   « »

    Ph. Arnaud : « Enfin, vous travestissez mes propos en prétendant que je fais de la campagne de Bonaparte en Egypte l’origine des attentats islamistes. »

    Tout le monde peut se tromper, je ne suis pas Priam et vous n’avez jamais écrit :

    2. Mon deuxième motif d’agacement est cette bonne foi ingénue, cette inconscience puérile devant les attentats : « Mais qu’est-ce qu’on leur a fait ? », comme si, depuis l’expédition d’Egypte de Bonaparte, les Etats occidentaux, représentant les nations occidentales (c’est-à-dire tout le monde) ne s’était pas abattu comme des hyènes – sans provocation – sur le monde musulman. Et ce, de la conquête de l’Algérie (875 000 morts) jusqu’à l’assassinat de Ben Laden, en passant par la déclaration Balfour. Il est donc normal que l’opinion musulmane considère l’ensemble des Occidentaux comme des agresseurs.

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @12h24   « »

    A Gloc

    Vous travestissez également mes propos. J’ai fait débuter les prédations occidentales contre le monde musulman à l’expédition d’Egypte, un bon siècle après la bataille de Zenta [qui avait mis fin à la désastreuse – pour les Ottomans – guerre de la Sainte Ligue, commencée 14 ans plus tôt]. Ce qui est significatif, c’est qu’après, de la conquête de l’Algérie à la mainmise anglaise sur le canal de Suez, des attaques britanniques sur l’Afghanistan (1839 et 1879), à la bataille d’Omdurman et à la première guerre italo-éthiopienne, les prédations occidentales contre le monde musulman, au XIXe siècle, ont suivi une belle continuité…

  • permalien gloc :
    5 mai 2011 @12h37   « »

    Il n’est pas impossible, Ph. Arnaud, que les familles d’Afghans, de Pakistanais (entre beaucoup d’autres), massacrées aussi par des attentats islamistes se posent aussi la question puérile « Mais qu’est-ce qu’on leur a fait ? », bien que conscient de leur rôle déplorable à la bataille de Zenta.

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @13h18   « »

    A Gloc

    Vous savez très bien que, lors des affrontements internes liés à une agression extérieure, il y a souvent autant (voire plus) de victimes intérieures que de tués de l’agresseur.

    Durant la guerre d’Espagne, communistes, anarchistes et socialistes se sont affrontés avec férocité, et pourtant les coupables, c’étaient Franco et ses alliés Hitler et Mussolini.

    Durant l’Occupation (et l’épuration), FFI et FTP ont largement autant tué de Français que d’Allemands et pourtant, les coupables, c’étaient les Allemands qui avaient envahi la France.

    Durant la guerre d’Algérie, le MNA et le FLN ont tué plus d’Algériens que de Français (civils et pieds noirs confondus), mais le coupable, c’était la France et sa prédation de 130 ans.

    Les Afghans et Pakistanais tués par les attentats islamistes ne l’auraient pas été si, durant la guerre froide, les Occidentaux (et surtout les Américains) n’avaient pas tout fait pour favoriser ces islamistes au détriment des communistes et des nationalistes, s’ils n’avaient pas entretenu la guerre en Afghanistan depuis 1979…

  • permalien Yvan :
    5 mai 2011 @13h37   « »
    La mort d’Oussama Ben Laden... pour

    « Je suis fier de nos boys, je suis fier de notre gouvernement... Ils ont su saisir l’opportunité que je leur ai apporté sur un plateau. » a déclaré un samouraï, Gary Faulkner, arrêté en juin dernier par la police pakistanaise, porteur d’un pistolet, d’un sabre de samouraï et de lunettes de vision nocturne, alors qu’il tentait de débusquer Ben Laden pour venger les victimes du 11/9.

    Selon le psychiatre pakistanais qui l’a examiné au moment de son arrestation, il ne serait pas dangereux.

    Sa requête pour réclamer sa part des 27 millions de dollars indique qu’en plus il n’est pas fou.

  • permalien Yvan :
    5 mai 2011 @13h38   « »

    La source du message précédent : Osama Bin Laden Hunter Wants Part of Reward - ABC News

  • permalien gloc :
    5 mai 2011 @13h46   « »

    Je suis d’accord avec vous, Ph. Arnaud, cette manie de zigouiller à tort et à travers est interne à l’espèce humaine... et tous les prétextes sont "bons" à prendre.

    Enfin une vraie valeur universelle !

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @14h23   « »

    A Gloc

    Ne vous méprenez pas : la férocité de la répression des anarchistes par les communistes, durant la guerre d’Espagne, n’ôte rien à la légitimité du combat républicain et à l’ignominie du putsch franquiste et du régime franquiste.

    Le massacre affreux, voire le lynchage ou les tortures des soupçonnés de Collaboration (qui a laissé subsister nombre de gros poissons, qui, après coup, se sont recyclés dans le patronat ou les avatars du parti gaulliste) n’ôte rien à la légitimité de la Résistance et à la médiocrité et à l’abjection du régime de Vichy.

    Le massacre des harkis par le FLN, en 1962, n’ôte rien à la justesse de la révolte algérienne et à l’injustice fondamentale de la colonisation française.

    Les attentats commis dans tout le monde musulman, par des islamistes, contre d’autres musulmans, n’ôtent rien à la prédation fondamentale exercée par les Occidentaux depuis deux siècles (massacres, exploitation économique et sociale, soutien aux dictateurs et aux forces obscurantistes, coups d’Etats, interventions armées, emprisonnements, tortures, mépris, ra-cisme, etc.) à l’égard de ces mêmes musulmans. Et à la responsabilité première des Occidentaux dans le déclenchement de ces massacres.

    Un autre exemple en est donné par le refus sournois et obstiné (déguisé sous d’hypocrites raisons) des Européens d’admettre la Turquie dans l’Union européenne pour la véritable raison que celle-ci est musulmane – et ce, malgré tous les efforts de la Turquie pour s’agréger à l’Europe.

    [Cette remarque ne préjuge en rien de ce que je pense de l’Union européenne ni de son élargissement. Je dis simplement que, dans l’esprit même de l’Union européenne, les dirigeants européens, à l’égard de la Turquie, sont des faux culs…].

  • permalien Nathan :
    5 mai 2011 @14h34   « »

    Ph. Arnaud : 5 mai @13h18

    Les Afghans et Pakistanais tués par les attentats islamistes ne l’auraient pas été si, durant la guerre froide, les Occidentaux (et surtout les Américains) n’avaient pas tout fait pour favoriser ces islamistes au détriment des communistes et des nationalistes, s’ils n’avaient pas entretenu la guerre en Afghanistan depuis 1979…

    C’est vrai, ça ! En soutenant les Mujahidin en 1980 contre l’invasion soviétique, les Américains auraient dû prévoir que les islamistes, par gratitude, allaient se retourner contre eux dans les années ’90, qu’ils allaient attaquer les Américains sur leur sol en 2001 faisant 3000 victimes au passage et qu’après que les Américains eurent renversé en 2001 le régime taliban favorable aux djihadistes, les talibans allaient semer la terreur parmi les civils afghans et pakistanais dans le seul but de revenir au pouvoir et d’imposer à nouveau leur férule. C’est fou ce qu’il faut prévoir de nos jours...

  • permalien MATSOUA :
    5 mai 2011 @14h46   « »

    la mort de Ben Laden est peut être une bonne chose mais pourquoi n a ton pas des photos qui nous montre l’effectivité de sa mort ?

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @14h52   « »

    A Nathan

    Arrêtez votre laborieuse ironie ! En précipitant l’URSS dans le bourbier afghan avant 1979 (comme Brzezinski l’a cyniquement reconnu), les Américains amorçaient un cycle de guerre qui n’est, aujourd’hui, toujours pas achevé.

    En démettant le roi d’Espagne en 1808, Napoléon ne se doutait pas qu’il allait enclencher une guerre qui s’achèverait par le franchissement des Pyrénées par les troupes anglaises en 1814.

    En chassant Mossadegh par des méthodes de voyou en 1953, les Américains ne se doutaient pas qu’ils se préparaient, 26 ans plus tard, une riposte qui allait leur revenir comme un sandow dans la figure : qui sème le vent, Nathan, récole la tempête ! Gouverner, c’est prévoir : et ça, ça ne date pas d’hier…

  • permalien max :
    5 mai 2011 @17h50   « »
    Djihâd

    Ph arnaud

    Je vous lis, vous parlez d’histoire avec une facilitée .... , pourriez vous m’éclaircir un point, la fameuse guerre sainte, ou Djihâd.

    j’ai a plusieurs reprise lu, que c’est justement au lendemain de la chute de mogadesh, (opération AJAX), qu’aurait été décidé d’introduire le djihad. afin de fanatiser les foules, de retablir la charia, dans le but d’eviter toute contestation.

    La guerre sainte n’est reelement mis en application que, justement, depuis la guerre russo-afghane, car le djihad est extrêmement populaire dans le monde arabe vers 1979.

    en revanche, je ne vois pas comment imposer le djihad ! comment est il arriver ? c’est sur ce point, que je vous demande votre avis, opinion.

    merci

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @19h01   « »

    A Max

    Je vous avoue mon ignorance du monde musulman : si je m’y suis intéressé, c’est indirectement, de l’autre côté (des croisés ou de l’empire habsbourgeois), en regardant d’un peu plus près certains affrontements, comme la campagne de 1664 ou le deuxième siège de Vienne [dont, dans une autre vie, j’ai traduit l’histoire par Thomas Barker].

    Mais, puisque vous m’avez posé la question, je me résigne à être doctus cum libro, en me référant à l’ouvrage classique d’André Miquel (L’Islam et sa civilisation, Armand Colin).

    « Le jihad n’apparaît que comme un ajout aux cinq préceptes de l’Islam, après la prière, le jeûne, le pèlerinage et l’aumône. Et encore n’est-il entendu que comme « l’effort », l’ascèse pour le règne de Dieu. Ce n’est que par extension qu’il est entendu au sens de participation à l’œuvre communautaire par excellence, la lutte armée pour l’expansion ou la défense [je souligne bien ce mot] de l’Islam ». [J’arrête là Miquel et je reprends la parole].

    Ce précepte, au sens guerrier, ne semble guère essentiel car comment peut-il être mis en œuvre pour les lieux, les gens ou les périodes qui ont connu la paix ?

    Cela dit, ce jihad a connu une application capricieuse, même dans la défense (plus impérieuse, plus contraignante que l’attaque). Au cours des deux siècles des croisades, les musulmans n’ont pas toujours été acharnés contre les chrétiens [quand ils n’étaient pas alliés avec eux, comme en Espagne, d’ailleurs].

    Je me méfie de l’usage qui est fait (malhonnêtement, idéologiquement) en Occident de ce terme de jihad. Il en va, en effet, de cet usage comme de n’importe quel écrit auquel on veut faire « coller » la réalité. Dès lors, en effet, qu’on possède les deux bouts de la chaîne – l’écrit et l’événement – on peut faire coller n’importe quoi [c’est le principe des « Chiffres et des lettres »… en plus fantaisiste].

    On voit des exemples de ce « n’importe quoi », dans les centuries de Nostradamus ou les « prophéties » de saint Malachie. L’Islam n’est pas plus guerrier ou expansionniste que le christianisme (et je pense même moins…).

  • permalien K. :
    5 mai 2011 @19h24   « »

    Netanyahou : Après Ben Laden, il ne reste plus que Khamenei à liquider pour que le monde devienne un paradis.

  • permalien Shiv7 :
    5 mai 2011 @19h28   « »

    Virtuel suite ou la seconde démolition des tours.

    la réalité fictionnalisée a pu faire un grand bond avant depuis la naissance du numérique et la miniaturisation. La convergence de ces deux technologies a permis de doter les soldats d’élite de mini-caméras rivées sur le casque, lesquelles permettent désormais de filmer les opéations en direct et de les transmettre instantanément par satellite.

    On peut pousser un peu plus loin et envisager l’hypothèse que non seulement Obama et consort on suivi l’opération en mode virtuel depuis un sous sol de la maison blanche, mais qu’également nos spaces cow-boys à Abotabad dans une sorte de circuit fermé virtuel -ordi,commandement à distance,nerf réactif du soldat- ont vécu* en quelque sorte virtuellement et non objectivement leur propre opération.

    En effet que reste-t-il d’une vision objective de sa réelle situation dans le maintenant/ici, pour un soldat auquel sa vision naturelle est suppléée par la prothèse de l’écran de sa visière intelligente assistée et modifiée par ordinateur alors que son ouie est également coupée du réel soit par des ordres à distance de ses commanditaires soit également par un ordinateur ?
    Quand au sens du touché et de l’odorat il ne doit plus en subsister grand-chose non plus, vu leur équipement.

    A parier qu’ils doivent être les premier à se demander si cette opération à bien eu lieu et s’il s’agissait bien de Ben Laden.. (et que toutes l’opération n’a eu lieu uniquement dans le cinéma de leur écran visières..)

    Ce genre de soldat, où le mot lobotomisé prend tout son sens (que reste-il du 6ème sens, dit mental, de l’homme dans cette orgie technologique ?), est plus proche du drone ou du robot que d’un guerrier humain, mais n’est-ce pas le soldat idéal de tout chef militaire ? (du 3ème millénaire..)

    suite

  • permalien Shiv7 :
    5 mai 2011 @19h28   « »

    Suite

    En face de ça, un gars (qui s’appelait peut être Ben Laden ne change rien à l’affaire) désarmé en pyjama avec sa femme qui en un dernier geste d’amour tente de s’interposer entre les machines tueuses et son mari pendant que leurs enfants voient la scène, et nous dit-on pour faire bonne mesure, qu’il s’agissait d’un cas de légitime défense..

    Suite à cela Oblabla gagne des points dans les sondages, c’est pas beau la civilisation ?

    Merci pour toutes les victimes du 11/09 que ce soit dans les tours ou dans tout le monde musulman, elles serons apprécier à leur juste valeur le sens de la vérité et de la justice US.

    Excuser moi, je dois aller gerber..

    *Dans la mesure où ils ne se font pas abattre qui serait en quelque sorte le seul cas de figure (et le plus petit dénominateur commun de toute notion de combat subsistant, faisant abstraction de tout ce qui faisait la grandeur d‘un combat dit humain), pour eux d’une interface entre la réalité objective et la réalité virtuelle.
    (Quand il ne reste plus rien, il reste la mort, et encore à condition de ne pas se faire congeler pour une virtuelle renaissance en des jours d’une éventuelle immortalité technologique, à l’instar de Walt Disney ..)

  • permalien K. :
    5 mai 2011 @19h53   « »

    Les sionistes vivent décidément dans un monde paralèlle.

    Le Ha’aretz : Israel n’a jamais procédé à des liquidations “ciblées”

    Will bin Laden killing pave way for similar moves by Israel ?

  • permalien Nathan :
    5 mai 2011 @20h02   « »

    2 journalistes hongrois à Damas se faisant passer pour des touristes. Le pays a l’air sympathique mais notez à quel point les gens ont la trouille au ventre, même les djeunes.

    http://www.youtube.com/watch?v=k8ym...

  • permalien Yvan :
    5 mai 2011 @20h21   « »
    L’incapacité d’Oussama Ben Laden de perpétrer des attentats terroriste...

    Pour le Conseil de Sécurité de l’ONU, "Bin Laden is not dead" :

    Déclaration du Conseil de sécurité sur l’annonce officielle de la mort d’Oussama Ben Laden [Réseau Voltaire]

    « Le Conseil de sécurité rappelle ses résolutions relatives à Oussama ben Laden et sa condamnation du réseau Al-Qaida et des groupes terroristes qui lui sont associés, en raison des multiples actes terroristes criminels, destinés à provoquer la mort de nombreux civils innocents et à causer des dégâts matériels.

    Le Conseil rappelle également les abominables attentats terroristes qui ont eu lieu le 11 septembre 2001 à New York, Washington et en Pennsylvanie, ainsi que les nombreux autres attentats perpétrés par ce réseau à travers le monde.

    Dans ce contexte, le Conseil se réjouit d’apprendre le 1er mai 2011 qu’Oussama ben Laden ne sera plus jamais capable de perpétrer de tels attentats terroristes et réaffirme que le terrorisme ne peut et ne saurait être associé à une religion, nationalité, civilisation ni à un groupe, quel qu’ils soient.

    (...)

  • permalien Yvan :
    5 mai 2011 @20h36   « »
    L’incapacité d’Oussama Ben Laden de perpétrer des attentats terroristes...

    Dans la Déclaration du conseil de Sécurité, il est a noté que celui-ci "rappelle" l’attentat du 11/9", sans pour autant désigner nominativement Ben Laden comme responsable.

  • permalien Nathan :
    5 mai 2011 @21h43   « »

    Ph. Arnaud : 5 mai @14h52

    En précipitant l’URSS dans le bourbier afghan avant 1979 (comme Brzezinski l’a cyniquement reconnu), les Américains amorçaient un cycle de guerre qui n’est, aujourd’hui, toujours pas achevé.

    Il faut commencer votre histoire plus tôt et la compléter. Vous oubliez que le coup d’Etat pro-soviétique en Afghanistan date de 1978, donc avant les manoeuvres américaines. Les Soviétiques soutiennent ce régime afin de consolider leur zone d’influence. Le régime pro-soviétique est contesté par une partie de la population afghane et les Soviétiques interviennent pour mater la rébellion.

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 mai 2011 @23h12   « »

    A Nathan

    Non. Il n’était nullement dit que les Soviétiques devaient intervenir : ce sont les Américains qui, en armant progressivement les opposants, ont amené les Soviétiques à augmenter parallèlement la mise, au point, à un certain niveau, de ne plus avoir le choix que de s’y engager eux-mêmes.

    Les Américains étaient parfaitement au courant du processus pour l’avoir expérimenté à leurs dépens, au Vietnam. Et Brzezinski l’a reconnu lui-même cyniquement. Pourquoi voulez-vous donc être plus royaliste que le roi ? Pourquoi, contre vents et marées, défendez-vous les Etats-Unis ? Comment pouvez-vous encore vous faire des illusions sur eux ?

  • permalien Yvan :
    6 mai 2011 @07h50   « »
    La mort d’Oussama Ben Laden...

    Après sa mise à l’abri de poursuites pour meurtres (suivant le principe "pas de cadavre, pas de crime"), les USA s’emploient à démontrer la légitime défense :

    Anniversaire du 11-Septembre : Al-Qaïda envisageait des attentats aux Etats-Unis - Le Point

    "Le département de la Sécurité intérieure a diffusé jeudi un message à ses partenaires fédéraux, dans les Etats, les collectivités, concernant de possibles projets d’Al-Qaïda, datant de février 2010 et visant le secteur ferroviaire américain", a indiqué dans un communiqué Matt Chandler, le porte-parole du département.

    "En février 2010, Al-Qaïda aurait envisagé de mener des opérations terroristes contre des trains à des endroits non spécifiés aux Etats-Unis, le jour du 10e anniversaire du 11 septembre 2001", a indiqué le département de la Sécurité intérieure dans son message obtenu par l’AFP.

    La "wikileakisation" de l’AFP est très tendance.

  • permalien Yvan :
    6 mai 2011 @07h57   « »

    Ben Laden est empêché de témoigner au procès clearstrem.

    Villepin : "Ben Laden a joué un rôle indirect dans Clearstream" - LePost.fr (18:56)

    Selon Dominique de Villepin, Imad Lahoud a fait croire à Philippe Rondot qu’il pouvait récupérer des documents sur Oussama Ben Laden. Une façon pour Imad Lahoud d’obtenir les faveurs du général Rondot, du ministre de la Défense de l’époque, Michèle Alliot-Marie, ainsi que des services secrets français.

    C’est pourquoi, le Franco-Libanais n’aurait pas été inquiété en mars 2004, dans une affaire d’escroquerie, car il avait des liens supposés avec Oussama Ben Laden et pouvait en obtenir des informations. "Il fallait sauver le soldat Lahoud", a conclu Dominique de Villepin.

  • permalien Noval :
    6 mai 2011 @09h25   « »

    Nathan - Message du 4 mai 21h56

    " Curieux comme vos scrupules remontent soudainement à la surface lorsqu’il s’agit des droits d’un criminel de cette trempe "

    Je vous rappelle qu’un certain nombre d’israéliens, auteurs de crimes de guerre et/ou contre l’humanité, continue sans le moindre scrupule à vaquer en toute impunité à leurs occupations.

    Défendre, voire justifier leurs crimes et leur impunité très contemporaines comme vous le faites à longueur de temps sur ce blog en utilisant, au soutien de votre cause, des insinuations très basses, ne vous qualifie pas spécialement pour donner des leçons.

  • permalien Nathan :
    6 mai 2011 @16h00   « »

    Ph. Arnaud : 5 mai @23h12

    Pourquoi voulez-vous donc être plus royaliste que le roi ? Pourquoi, contre vents et marées, défendez-vous les Etats-Unis ? Comment pouvez-vous encore vous faire des illusions sur eux ?

    Je ne me fais pas d’illusions sur leur compte. J’essayais seulement d’inscrire le soutien des USA aux islamistes dans le contexte géopolitique de l’époque, et plus particulièrement dans le cadre de la guerre froide.

  • permalien le journal de personne :
    6 mai 2011 @16h53   « »

    Kill Bin 3 : le trauma d’Obama

    Regardez-le bien, il réfléchit…
    Et pourtant il a tout fait pour en arriver là !
    Mais on dirait qu’il hésite… on dirait qu’il doute…
    On dirait qu’il redoute…
    Quoi ? Qui ?
    Obama a peur de Dieu … et ça crève les yeux…
    Il n’a qu’un mot à dire, mais il ne le dira pas avant de réunir ses témoins de Jéhovah…
    pour ne pas être le seul à le dire, pour ne pas être le seul… à prononcer la terrible sentence…
    Le bourreau pèse soudain plus lourd que ses trois mille victimes.
    Mais il sent bien que les faits ne sont pas interchangeables, ni les raisons comparables, ni les hommes semblables…
    il veut l’achever parce qu’il a été élu pour assumer ce genre de guerre mais… il va hésiter encore…
    un instant, parce que le Nobel de la paix vient de s’apercevoir qu’il n’a pas le droit de se substituer à Dieu !
    La justice a un sens… pas la vengeance…
    Adieu Oussama… mais si Dieu existe… on peut se dire aussi : adieu Obama !
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/kill-bin-3/

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 mai 2011 @17h33   « »

    A Nathan

    Il me souvient d’avoir vu, dans la période antérieure à 1979 (ou légèrement après) des femmes en minijupe (et évidemment sans foulard ni voile) se promener dans Kaboul. Cette particularité vestimentaire n’était que la partie la plus visible d’un statut des femmes, instauré par le régime procommuniste, et qui comprenait également l’accession de celles-ci à l’université ou aux professions ouvertes aux hommes.

    Ce statut - faut-il le préciser ? - n’est nullement celui des femmes dans le Kaboul d’aujourd’hui (et encore moins dans les provinces contrôlées par les seigneurs de la guerre), alors qu’un des buts de guerre affichés de l’invasion de 2001 était précisément l’émancipation de la femme…

    Ce qui remet en place un certain nombre de discours claironnants des Occidentaux sur leurs inclinations envers les droits humains (féminins surtout).

    Remarque 1. Il est possible que si le régime procommuniste s’était maintenu assez longtemps en Afghanistan, on eût assisté à ce qui s’était passé en Russie après Pierre le Grand, en Turquie après Mustapha Kemal ou en Tunisie après Bourguiba, c’est-à-dire qu’en imposant une évolution « moderne » par voie autoritaire, celle-ci finît par entrer dans les mœurs, et qu’on aboutît à un système à peu près proche de celui des Occidentaux.

    Remarque 2. Je suis néanmoins toujours réticent d’imposer une évolution « humanitaire » par la force, d’abord parce la manière de procéder suscite souvent, en retour des réactions très violentes, et ensuite parce que, même si je suis persuadé du bien-fondé de cette « évolution », je ne suis pas certain qu’elle n’apporte que du bien.

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire