Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah

L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah

mardi 3 mai 2011, par Alain Gresh

Le mercredi 4 mai, les représentants de treize factions palestiniennes devaient signer au Caire l’accord auquel elles sont parvenues. Cette cérémonie fait suite à l’entente entre le Hamas et le Fatah survenue quelques jours plus tôt, sous l’égide de l’Egypte.

Le texte prévoit la formation d’un gouvernement de technocrates ou d’indépendants ; la tenue d’élections présidentielle et législative d’ici un an ; la réforme de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et une solution à la division des organes de sécurité. Comme il est prévu par les accords d’Oslo, c’est l’OLP et elle seule qui est habilitée à négocier des solutions de paix avec le gouvernement israélien (lire « Palestinian factions sign reconciliation deal », Al-Jazeera English, 3 mai.)

Ce texte facilitera sans aucun doute la campagne de l’Autorité en faveur de la reconnaissance par l’Assemblée générale des Nations unies d’un Etat palestinien indépendant dans les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. Il a donc suscité un rejet immédiat de la part des Israéliens — qui ont déjà commencé à prendre des mesures de rétorsion, notamment en arrêtant les paiements de taxes qu’ils collectent au nom de l’Autorité palestinienne — et a reçu un accueil très froid de l’administration américaine. Il est encore difficile de savoir comment il sera appliqué, mais le texte reflète les profonds changements qui affectent la région.

L’accord entre le Fatah et le Hamas a pris par surprise tous les observateurs qui regardaient les deux parties négocier depuis des années, sans jamais aboutir. Les raisons de cette entente sont nombreuses, certaines tenant à la situation palestinienne, d’autres à l’évolution régionale du fait, notamment, des changements en Egypte.

Les raisons du Fatah et du Hamas

Les deux partis ont été confrontés, depuis les révolutions dans le monde arabe, à la montée d’un mouvement de contestation, certes limité, mais réel. Ici, le but n’était pas « la chute du régime » mais « la chute (la fin) de la division ». Les deux y ont répondu par un mélange de pressions et de répression, mais aussi en reprenant à leur compte les demandes populaires.

Plus largement, les deux organisations sont dans une impasse stratégique. Le processus de paix est mort et toute la politique de négociations du Fatah et de l’Autorité palestinienne se heurte à un refus sans faille du gouvernement israélien. Celle du Hamas aussi, qui parle de résistance, mais cherche à maintenir un cessez-le-feu avec Israël et même à l’imposer aux autres forces palestiniennes.

La frustration de Mahmoud Abbas est bien illustrée par l’article de Newsweek (Dan Ephron, 24 avril) « The Wrath of Abbas ». Il y raconte notamment sa conversation avec Barack Obama, qui lui demandait de retirer de la discussion du Conseil de sécurité de l’ONU la résolution condamnant la colonisation israélienne. Il dénonce les pressions et même les menaces du président américain. Rappelons que cette résolution a été rejetée par une voix (prépondérante), celle des Etats-Unis, contre quatorze voix de tous les autres Etats. Il est aussi évident que le président palestinien a dû tenir compte des évolutions en Egypte — j’y reviens plus bas.

Le Hamas est aussi en difficulté sur le terrain. En plus de l’impasse stratégique, il doit faire face à des groupes salafistes, certains liés à Al-Qaida, qui lui reprochent à la fois de ne pas résister et de ne pas assez islamiser la société. D’autre part, la poursuite du blocus israélien et les difficultés quotidiennes de la population érodent en partie son influence à Gaza.

Mais d’autres raisons, liées aussi à la révolte arabe, le poussent au compromis. Les manifestations en Syrie et leur violente répression par le régime affaiblissent un de leurs alliés principaux, un allié qui abrite la direction extérieure du Hamas depuis son expulsion de Jordanie. Le fait que le cheikh Youssef Al-Qardhawi, un des prêcheurs les plus populaires de l’islam sunnite, considéré comme lié aux Frères musulmans (dont le Hamas est issu), ait fortement condamné Assad ne peut qu’amener l’organisation à prendre quelque distance, même si elle a démenti toute intention de s’installer ailleurs (sur la situation en Syrie, on lira dans Le Monde diplomatique de mai l’article de Patrick Seale, « Fatal aveuglement de la famille Al-Assad en Syrie »). D’autre part, les événements du Bahreïn, la violente propagande anti-chiite menée par les pays du Golfe, ont aggravé les tensions entre chiites et sunnites dans la région. Or le Hamas est non seulement partie prenante de la mouvance des Frères musulmans, mais une partie de ses fonds vient des riches hommes d’affaire du Golfe, qui ne voient pas d’un bon œil son alliance avec l’Iran. Dans ces conditions, un rapprochement avec le Fatah et surtout avec l’Egypte est une nécessité pour le Hamas.

Changements en Egypte

L’accord entre le Hamas et le Fatah reflète aussi et surtout la nouvelle politique extérieure égyptienne. Le Caire, sans rompre avec les Etats-Unis, sans remettre en cause le traité de paix avec Israël, se dégage de la politique de soumission aux intérêts israéliens et américains. Moubarak s’opposait à l’unité entre le Fatah et le Hamas, notamment parce qu’il craignait l’influence des Frères musulmans dans son pays ; il considérait Gaza comme un problème sécuritaire et participait à son blocus. Alors que les Frères musulmans s’apprêtent à participer aux élections de septembre en Egypte, et peut-être même au gouvernement, ces craintes ne sont plus de mise. D’autant que le climat démocratique en Egypte permet l’expression plus forte de la solidarité avec les Palestiniens et du refus massif du blocus, dont le gouvernement doit tenir compte.

Le ministre des affaires étrangères égyptien a affirmé avec force que le point de passage de Rafah serait ouvert, qualifiant de « honteux » le blocus israélien (lire « Egypt to throw open Rafah border crossing with Gaza », Ahram online, 29 avril). Presque plus importante est la déclaration du chef d’état-major égyptien Sami Anan : celui-ci a mis en garde Israël contre toute tentative d’interférer dans la décision prise par Le Caire (« Egypt warns Israel : Don’t interfere with opening of Gaza border crossing », Haaretz, 30 avril). Une autre source israélienne lui fait dire : « Le gouvernement israélien doit faire preuve de retenue quand il discute des pourparlers de paix. Il doit s’abstenir de s’ingérer dans les affaires intérieures palestiniennes. » (« Egypt to open Rafah crossing », Y-net, 29 avril).

Cette inflexion se traduit dans les relations de l’Egypte avec l’Iran, puisque l’on parle de reprise des relations diplomatiques entre les deux pays. Téhéran, comme Damas, a d’ailleurs salué l’accord interpalestinien. « Il y a un nouveau sentiment en Egypte, que l’Egypte doit être respectée comme une puissance régionale », explique un spécialiste égyptien de relations internationales, cité par David Kirkpatrick, « In Shift, Egypt Warms to Iran and Hamas, Israel’s Foes », New York Times, 28 avril 2011.

161 commentaires sur « L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah »

0 | 100

  • permalien Yvan :
    3 mai 2011 @21h36   »

    Je remets ce lien :

    Nétanyahou reporte une réunion sur la colonisation | Pourparlers de paix

    Selon la radio militaire et le journal en ligne Y-Net, le bureau de M. Nétanyahou a ordonné le report sine die d’une réunion prévue jeudi par la commission de la planification du ministère de l’Intérieur.

    Pour que la "colonisation" qui apparaissait ce matin si urgente aux yeux des Israéliens soit renvoyé sine die, c’est peut-être le signe que Netanyahu est en train de perdre la main.

    Et ceci d’autant plus que comme s’interroge Anis Djaad « La présence de Catherine Ashton, patronne de la diplomatie européenne et celle de Reccep Erdogan aux cérémonies marquant la réconciliation inter-palestinienne, favoriserait-elle le projet de reconnaissance de l’Etat palestinien qui devrait être présenté devant la prochaine assemblée générale de l’Onu ? »

    Comme il le suppose, nul doute qu’après le "triomphe" de l’impérator Obama suite à l’assassinat de Ben Laden, Netanyahu exploitera la réaction du Hamas, pour tirer encore une fois la "carte sécuritaire", « Histoire de susurrer à l’oreille de David Cameron et de Nicolas Sarkozy qu’il ne peut y avoir de dialogue, moins encore d’accord de paix, avec un gouvernement palestinien qui compte dans ses rangs les islamistes du Hamas palestinien ? L’administration américaine a déjà entendu l’appel de « Bibi », elle pourrait revoir ses aides aux Palestiniens. »

  • permalien Lou :
    3 mai 2011 @22h27   « »

    moi itou

    L’Egypte remet de l’ordre au Proche-Orient
    Par M. K. Bhadrakumar
    Asia Times Online, le 3 mai 2011
    Traduction : JFG-QuestionsCritiques

    Le ministre égyptien des affaires étrangères, Nabil el-Araby, a dit aux dirigeants palestiniens qu’il ne voulait pas parler du « processus de paix » mais qu’il voulait à la place parler « de la paix ». De façon assez évidente, la thèse révisionniste selon laquelle l’héritage légitime – ou la « nouvelle grande partie » - du printemps arabe, serait une guerre des Sunnites contre les Chiites, ne s’applique pas à l’Egypte. Le réchauffement simultané de l’Egypte vis-à-vis de l’Iran (chiite) et du Hamas (sunnite) représente un changement tectonique indéniablement « séculier » : il traverse le grand schisme sectaire du monde de l’Islam et il est à des lieues de la géopolitique archaïque construite autour de « l’isolement » de l’Iran dans la région que l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis espéraient perpétuer.

  • permalien Laurent Szyster :
    3 mai 2011 @22h32   « »

    Aux raisons évoquées par M. Gresh on peut ajouter la popularité record du gouvernement de Salam Fayyad chez les Palestiniens de Cisjordanie et Gaza.

    Les caïds corrompus du Fatahs et les émirs bellicistes du Hamas veulent se débarasser au plus vite de ce réaliste pacifique qui recueille 58% d’opinion favorable chez les Palestiniens.

    On verra en Septembre, et peut-être avant, si l’unité de circonstance sera toujours de mise.

    En attendant, le point de passage à Rafah restera ouvert, mais seulement pour ceux qui sont dans les petits papiers des barbus :

    http://www.palpress.co.uk/arabic/?a...

  • permalien K. :
    3 mai 2011 @23h30   « »

    Jim Lobe écrivait récemment que le Congrès US (c’est-à-dire le "lobby pro-israélien" aux Etats-Unis), comme moyen de s’assurer que le nouveau gouvernement egyptien poursuivra la politique de ses prédécesseurs envers Israel, brandissait la menace de l’arrêt de l’aide financière à l’Egypte.

    Le fait que ce nouveau gouvernement agisse aujourd’hui comme
    il le fait semble prouver que, conscient de l’envergure de l’Egypte, il ne prend pas au sérieux la dite menace, et prouve in fine à quel point était servile la soumission de ses prédécesseurs envers Israel.

    Pour tout habitant de la région un tant soit peu sain d’esprit, le fait que “l’Egypte remet de l’ordre au Proche-Orient” est un immense soulagement alors que se profilait le meurtrier « "consensus stratégique" entre Israël et les États sunnites » contre le “croissant chiite.”

    Dans le même article Jim Lobe écrivait :

    Leur [les Etats du CCG et la Jordanie] empressement à accuser Téhéran d’ingérence étrangère dans les affaires intérieures du monde arabe est une musique aux oreilles du puissant "lobby israélien", dont l’idée patiemment cultivée d’un « consensus stratégique » unissant Israël aux États sunnites contre l’Iran semble enfin porter ses fruits grâce à leurs inquiétudes partagées sur les conséquences éventuellement désastreuses pour eux d’une démocratisation de la région.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    3 mai 2011 @23h58   « »

    L Szy*** // 03-05 / 22h32

    En attendant, le point de passage à Rafah restera ouvert, mais seulement pour ceux qui sont dans les petits papiers des barbus

    Vu sur Euronews au journal de 23h00 : Daniel BARENBOIM donnant un concert à Ghaza. Un jeune homme dans la foule "Ah, Il est israélien ? Peu importe, je suis venu pour l’écouter."

    Ah ! La DUPLICITE arabe ou islamiste ou islamique ou musulmane n’a pas de fond ... nous apprend la Hasbara.

    Et la fourberie Goy qui passe le sujet juste au moment où L Szy*** concluait son POST !! C’est au moins anti-chose et peut-être même anti-machin, une pareille inconvenance, vous ne trouvez pas ?

    Imaginez une mauvaise langue, dans le coin : "En attendant, ... il aurait dû ... attendre, L Szy***."

  • permalien Lou :
    4 mai 2011 @00h13   « »

    Daniel Barenboïm donne un concert pour la paix à Gaza

    Daniel Barenboïm est entré dans l’enclave palestinienne à partir de l‘Égypte, par le poste frontière de Rafah, avec 25 musiciens.

    “Oh il est israélien ? Peu importe, je suis venu l‘écouter” s’exclame un jeune garçon.

  • permalien paul :
    4 mai 2011 @00h21   « »

    l’occident sème la zizanie partout mais il y a très peu de différences en fait dans le monde arabo-musulman. Les gens s’en fichent de la démocratie bidon des occidentaux car l’important c’est d’avoir des dirigeants honnêtes pro-arabes. Tous ces conflits fratricides et tensions communautaires peuvent disparaitre du jour au lendemain du Maghreb jusqu’en Asie et surtout si l’occident se calme et qu’israel dégage de tous les territoires volés...

  • permalien Yvan :
    4 mai 2011 @08h24   « »

    Sarkozy prêt à reconnaître le cas échéant un Etat palestinien - LExpress.fr

    "Si le processus de paix reprend durant l’été, la France dira qu’il faut laisser les protagonistes discuter sans bousculer le calendrier. Si, à l’inverse, le processus de paix est toujours au point mort en septembre, la France prendra ses responsabilités sur la question centrale de la reconnaissance de l’Etat palestinien", dit-il. "Il faut conclure."
  • permalien khalil abdoune :
    4 mai 2011 @11h02   « »

    L’objectif de l’accord entre Hamas et Fatah est audelà du conflit israelo-palestinien , les néoconservateurs qui sont les vrais maîtres de la maison blanche ne déséspèrent pas pour atteindre leur objectif créer un état purement juif et pour cela certains étapes sont nécessaires : déstructurer les états arabes en groupes éthniques et religieux ,pousser à un affrontement chiite et sunnite , vider le monde arabe de sa composante chrétienne ,de ce fait le premier pas isoler l’Iran en détruisant le régime syrien ,Hamas qui a son QG à Damas doit changer d’orientation d’où l’accord Hamas-Fatah.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 mai 2011 @11h19   « »

    @ khalil abdoune

    - Si je vous comprend bien les néoconservateurs - pourquoi vous ne le dites pas explicitement : le Lobby sioniste - est derrière la réconciliation Fatah-Hamas ?

    - Si je vous comprends bien, vous prenez effectivement les Palestiniens (Haniyeh et Mesha’al inclut) pour des cons : ils sont tombés dans une piège conspirationniste, et cet accord ne sert que les intérêt d’Israël. Je suppose que la réaction très négative de Bibi & Comparses n’est qu’une simulation pour duper le monde.
    Non, mais parfois ...

  • permalien khalil abdoune :
    4 mai 2011 @12h01   « »

    Deir yassine
    Si vous observez bien la cadence des "révolutions" arabes vous pouvez comprendre le processus ,personne n’est dupe ,il suffit de lire Gene Sharp , l’intégrisme sioniste est trés ancré dans la politique américaine ,la venue du nouveau messie ne peut se faire que sur une terre purement juive ,il faut bien comprendre que la religion juive celle de Moise est innocente de ces phantasmes qui sont derriere toutes les guerres et tous les malheurs.il est intéressant de lire le regretté Abraham Serfaty ( la révolution arabe et la question sioniste ) .

  • permalien Yann :
  • permalien Deïr Yassin :
    4 mai 2011 @12h54   « »

    @ ya khalîl

    Oui, je connais le livre de Serfaty dont vous parlez et il fut un grand homme qu’on regrette profondément, mais la réalité du monde arabe a changé depuis son analyse.
    Sur l’omniprésence et l’omnipotence du Lobby pro-israélien, personne l’a expliqué mieux que Walt & Mearsheimer dans leur déjà classique "Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine".

    Je ne suis pas dupe au sujet des intentions sionistes concernant les Palestiniens ni du poids du lobby sioniste au States, mais selon vous, les révolutions arabes font tous partie d’une stratégie américano-sioniste ? Excusez-moi, mais vous prenez vos frères et soeurs arabes pour des moutons ou quoi ?

    Depuis l’immolation de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid à Deraa en passant par la Place Tahrir et la réconciliation Hamas-Fatah (et je vous fais remarquer que les forces de la gauche révolutionnaire palestinienne seront présentes aujourd’hui à la signature, le Front Populaire et le Front Démocratique ainsi que les ex-communistes du PPP), selon vous, il est question d’une manigance ?

    Parfois, quand on pousse les théories du complot trop loin ... Je n’ose même pas vous demander ce que vous pensez de la liquidation de Oussama Ben Laden, déjà que moi, j’ai des doutes ... ;-)

    En tout cas, personnellement je fais confiance, sinon pas aux cadres du Fatah, au moins à ceux du Hamas - et Dieu sait que ce n’est pas ma tasse de thé - et surtout à toutes les autres formations politiques palestiniennes qui sont au Caire. Personne connait les ficelles, stratagèmes et tromperies des Américains et des Israéliens mieux qu’eux.

     ! Un peublo unido jamàs serà vencido !

  • permalien Deïr Yassin :
    4 mai 2011 @12h57   « »

    Erratum ’Un pueblo’

    Slogan du Chili des années ’70.

  • permalien Yasmina :
    4 mai 2011 @13h18   « »

    En tout cas, personnellement je fais confiance, sinon pas aux cadres du Fatah, au moins à ceux du Hamas - et Dieu sait que ce n’est pas ma tasse de thé - et surtout à toutes les autres formations politiques palestiniennes qui sont au Caire. Personne connait les ficelles, stratagèmes et tromperies des Américains et des Israéliens mieux qu’eux.

    Tout à fait, Deir Yassine.

    permettez- moi de vous feliciter pour cet accord.

  • permalien Nathan :
    4 mai 2011 @13h19   « »

    Deïr Yassin : 4 mai @12h54

    Parfois, quand on pousse les théories du complot trop loin ... Je n’ose même pas vous demander ce que vous pensez de la liquidation de Oussama Ben Laden, déjà que moi, j’ai des doutes ... ;-)

    Et d’ailleurs, à ce propos, j’ai une révélation à faire. Oussama Ben Laden lui-même était juif et faisait partie du lobby sioniste. C’est la concierge de la boulangère de ma belle soeur qui a un cousin au mossad qui me l’a dit.

  • permalien khalil abdoune :
    4 mai 2011 @13h28   « »

    Deïr Yassin
    Israel est un fait colonial , il y a un lien objectif entre la réaction arabe ,Isreal et l’impérialisme , Israel est l’allié objectif des régimes despotiques arabes qui sont le garant des interêts americains ,certes ,le peuple egyptien a fait basculer le régime Moubarak mais en partie car l’armée en tant que pillier du pouvoir et qui est entrainée ,subventionnée par les maericains reste la garantie de la continuité de la stratégie américaine à savoir neutraliser l’egypte en tant que menace potentielle contre Israel ,l’ouverture de l’administration americaine sur les " frères musulmans" confirme les visée américaines ,des régimes islamistes modérés qui renoncent à combattre l’expansionisme israelien à l’instar de la Turquie, et couper court aux mouvements révolutionnaires radicaux .

  • permalien Deïr Yassin :
    4 mai 2011 @13h37   « »

    @ Nathan

    L’embrouille habituelle de la Hasbara.

    "C’est la concierge de la boulangère de ma belle-soeur ...qui me l’a dit"

    Je ne vous crois pas ! Pourquoi est-ce la concierge de la boulangère de votre belle-soeur qui vous l’a dit, et non pas votre belle-soeur elle-même ?

  • permalien layla :
    4 mai 2011 @15h30   « »

    Salam alik ou rahma’tou en ce 4 mai,
    pensées pour H. C.

  • permalien Laurent Szyster :
    4 mai 2011 @16h41   « »

    @Deir Yassine,

    Aucune contradiction entre ceci

    Sur l’omniprésence et l’omnipotence du Lobby pro-israélien, personne l’a expliqué mieux que Walt & Mearsheimer dans leur déjà classique "Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine".

    Et cela ?

    Parfois, quand on pousse les théories du complot trop loin ...

    Si le lobby sioniste est omnipotent et omniprésent, pourquoi ne pas lui faire crédit des révolutions arabes ?

    A moins bien sur que les Sages de Sion ne soient qu’un fantasme bien commode pour raconter tout, son contraire et surtout n’importe quoi ...

  • permalien mondo :
    4 mai 2011 @17h21   « »

    à mon sens, cet accord entre les Palestiniens est plutôt le fruit de circonstances dont la maîtrise leur échappent. Autrement dit, ils y sont forcés plus que convaincus. De part et d’autre, les alliés de hier ne sont plus fiables, voire ne sont plus là. J’ai bien peur que cette réconciliation ne soit un feu de paille, faute d’être endogène.

    L’intervention de Aboumazin au Cair aujourd’hui, jalonnée de digressions intempestives et légères vu l’importance et le sérieux du moment, en disait long sur cette posture de faiblesse qui perdure même lors de moments favorables aux élans de renvendications.....

  • permalien K. :
    4 mai 2011 @19h25   « »

    Toute la laideur et la bestialité et la bassesse et la psychopathie d’Israël exprimées par un des bouchers de Gaza :

    Dans un discours prononcé au Centre Begin-Sadate des Affaires Stratégiques à l’Université Bar-Ilan, le major général Yoav Galant [le commandant du massacre "opération Plomb durci"] a déclaré que la bande de Gaza était une "zone d’entraînement idéal" car il manquait un ennemi puissant qui puisse infliger des pertes sérieuses à Israël.

  • permalien K. :
    4 mai 2011 @21h08   « »

    Daniel Levy, via Issandr El Amrani :

    La question pour tout le monde est de savoir si un Moyen-Orient en mutation changera l’équation (..) Israël-Palestine...

  • permalien K. :
    4 mai 2011 @21h52   « »

    Daniel Levy, sioniste rare :

    ...

    Le rôle de la dernière tentative palestinienne, le Fayyadisme (nommé d’après le Premier ministre Salam Fayyad, et reposant sur l’idée que la bonne gouvernance des Palestiniens induirait le retrait d’Israël ou, au moins, une pression internationale pour forcer ce retrait), est destinée à connaitre une fin ignoble ce Septembre.

    Le programme de deux ans de construction d’un édifice d’État aura réussi, pour seulement se retrouver impuissant devant la réalité de l’inamovible occupation israélienne.

    Les résultats de cette tentative sont définitifs : L’équation accommodationiste de l’OLP n’a pas fonctionnée.

  • permalien amirouche :
    4 mai 2011 @23h57   « »

    Du temps de Yasser ARAFAT, L’unanimité entre les palestiniens était pratiquement totale : Création de l’état de palestine sur les territoires de 67 et retour des réfugiés.
    Avec la disparition de ARAFAT et la colonisation accelerée de Jérusalem et de la Cisjordanie et les tentatives sans succes de démarrer le processus de paix a clairement fait apparaitre deux tendances : La tendance moderée de ABBAS et la tendance dure du HAMAS. La tendance ABBAS de par l’intransigence israellienne et la complicité stupide américaine est donc largement discréditée. La tendance HAMAS se trouvant du coup populaire surtout apres l’agression de GAZA. Les américains continuent de soutenir ABBAS tout en le discréditant devant son peuple à chaque fois qu’elle utilise son véto au conseil de sècurité. Pendant ce temps les sionistes comme en 1930, 1940, 1950, continuent l’entreprise d’épuration ethnique.
    En dépit de sa coloration islamiste, la ligne politique du HAMAS esrt largement partagée par les arabes de tous les pays.

    Au Vu des révolutions arabes, on peut facilement deviner le furur :

    1) L’avenir de ABBAS est compromis et les elections prévues l’année prochaine en palestine veront la victoire du HAMAS.

    2) Les egyptiens ayant acquis la liberté n’hesteront pas à manifester leur solidarité avec les palestiniens. Fini le blocus du terminal du Rafah. Cette solidarité ira-t-elle jusqu’à marcher sur l’ambassade d’ISRAEL ou jusqu’à bruler les drapeaux américains ?

    3) Avec le rétablissemenr des relations diplomatiques entre l’iran et l’égypte et l’implication de la turquie dans la région, une tripartite egypte-iran-turquie est tout à fait envisageable. Elle sera en phase avec les aspirations des peuples de la région. Elle permettra enfin à l’egypte de s’émanciper de l’emprise américaine. Elle permettra de mettre au pas l’état pirate d’ISRAEL.

  • permalien Lou :
    5 mai 2011 @00h01   « »
    Chuutttt....

    ....Un rapport confidentiel du ministère des Affaires étrangères affirme : L’accord de réconciliation est une bonne opportunité pour Israël / Barak Ravid – Haaretz

    Plutôt que de rejeter du tout au tout la mise en place d’un gouvernement d’union nationale, les auteurs du rapport suggèrent qu’Israël adopte « une approche constructive qui renforcera le dilemme auquel seront confrontés les Palestiniens » quant à la plateforme de ce gouvernement et le refus du Hamas de reconnaître Israël.

    Les auteurs du rapport estiment qu’une attitude plus positive de la part d’Israël contribuera à ses relations avec les Etats-Unis : « Israël doit jouer un jeu collectif et coordonner avec le gouvernement américain sa réaction au gouvernement d’union palestinien. Cela renforcera les Etats-Unis et servira les intérêts israéliens ».

    Ils ajoutent que la réaction israélienne à la création du gouvernement d’union nationale se doit d’être mesurée et de prendre en compte la nécessité de faire face à la volonté palestinienne d’obtenir en septembre, lors de l’assemblée générale des Nations-Unies, la reconnaissance internationale d’un Etat. « Il faut s’abstenir de déclarations ou de démarches qui risquent de restreindre la marge de manœuvre d’Israël face aux Palestiniens et sur la scène internationale, surtout en vue des défis stratégiques qui nous attendent cette année », est-il écrit dans le rapport.

    Bon yapuka !

  • permalien Yann :
    5 mai 2011 @07h54   « »

    Préparez-vous pour la 3ème intifada.

  • permalien Barabas :
    5 mai 2011 @08h34   « »

    Tiens les deux hasbaristes belges (Nathan et Szyster) sont de sortie, c’est qu’il y a de l’enjeu, et toujours les mêmes méthodes éculées : racisme feutré et arrogant, manipulation et diversion... Deux caricatures sur patte !

  • permalien Nathan :
    5 mai 2011 @09h08   « »

    Heureusement que l’accord Fatah-Hamas - qui durera ce que durent les roses - et la liquidation de Ben Laden permettent de faire diversion sur la répression féroce et les exactions des satrapes de la dictature Assad. Rappelons que le nombre de civils tués en Syrie doit avoisiner celui de Gaza mais que contrairement à l’opération Plomb durci à propos desquels nous avons eu droit à des milliers de commentaires, les faux-culs de ce blog n’en ont pas parlé. Ah ma p’tite dame, c’est qu’il y va de notre fierté et de notre dignité !

  • permalien HN :
    5 mai 2011 @09h35   « »

    Mais Nathan, il ne tient qu’à vous de faire un blog, ou de poster des liens ici-même sur la situation en Syrie...

    Cdlmt

  • permalien Jeff :
    5 mai 2011 @09h44   « »

    @ Nathan

    La comparaison entre Gaza et la Syrie ne tient pas car, dans ce dernier cas, il s’agit d’une révolte et d’une répression menées en interne, comme en Tunisie ou en Egypte, et non pas d’une agression d’un pays contre un autre comme dans le premier cas.

  • permalien Marlesh :
    5 mai 2011 @10h33   « »
    Les "faux-culs" connaissent probablement la différence entre guerre civile et guerre tout court.

    On peut comparer aussi le nombre de réfugiés je ne suis pas sûr que ça soit plus intelligents.

  • permalien Barabas :
    5 mai 2011 @14h29   « »

    Vous oubliez que le sioniste se croit partout chez lui au Proche-Orient, quand il y fait la guerre c’est toujours une guerre civile...!

  • permalien K. :
    5 mai 2011 @15h20   « »

    D’après Jim Lobe, les Etats-Unis comptent bel et bien annuler leur aide financière à l’Egypte si ceux-ci ne retombent pas dans la servilité, aide financière qui ne devait son existence, assure l’auteur, que grace aux pressions exercées par le “lobby pro-israélien” sur le Congrès.

  • permalien terr2Meknes :
    5 mai 2011 @17h30   « »

    L’État d’Israël à intérêt à revoir complètement sa trajectoire car le vent est en train de tourner et pas des moindres.

    Les changements de régimes dans le monde arabe, bien qu’il ne remettent pas en cause l’équilibre régional à court termes, auront pour effets soit plus de démocraties soit moins de tyrannie. Cela va impliquer forcément moins de vassalité à la politique américaine.

    Les initiatives de la Turkie, le rapprochement entre l’Egypte et l’Iran, l’accord entre le Hamas et le Fatah sont déja des signes annonciateurs de choix politiques fait par des états en fonctions de leurs intérêt nationaux ... lesquels tiennent de plus en plus compte du nouvel équilibre mondial où les Etats-Unis ne sont plus la puissance incontournable.

  • permalien Yvan :
    5 mai 2011 @21h21   « »
    L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah

    Israël essaye de reprendre la main :

    À Paris, Netanyahou réitère la nécessité de relancer les négociations israélo-palestiniennes - FRANCE - ISRAËL - FRANCE 24

    "Une recherche sérieuse de la paix ne peut intervenir que par la négociation, par la négociation entre Israël et les Palestiniens, pas à travers un diktat de l’ONU", a déclaré M. Netanyahu à la presse.
  • permalien K. :
    5 mai 2011 @21h29   « »

    Les élucubrations de Einat Wilf... :

    - L’extrême-droite c’est le centre,

    - « Le "printemps arabe" a (..) montré que l’argument selon lequel la question palestinienne était au centre au cœur des préoccupations arabes était un mensonge. »

    - S’il n’y a pas de paix c’est parce que son processus est mauvais.

    .....Et sa chutzpah : il faut établir les bases d’un nouveau processus, avant de conduire un nouveau processus de paix.

    Pour paraphraser Philippe Thureau-Dangin, les sionistes ne prennent même pas la peine d’inventer de nouvelles histoires

  • permalien Lou :
    5 mai 2011 @22h03   « »

    Oh là ! Quelle audace Monsieur Philippe Thureau-Dangin.

    Sinon il y a un quidam qui délire à la sortie de l’Elysée :

    "La première question est de savoir s’il peut y avoir une majorité automatique au sein de l’ONU, la réponse est oui. Ils peuvent dire que la Terre est plate et ils peuvent adopter" une décision, a-t-il poursuivi.

    "Pourquoi les Palestiniens ne reconnaissent-ils pas tout simplement l’Etat juif ? Après tout, nous, nous sommes disposés à reconnaître un Etat palestinien. Pourquoi ne peuvent-ils pas rendre la pareille s’ils veulent la paix ?", ajoutait-il.

    Il semblerait que la personne chargée de sa médication se soit égarée dans les couloirs de l’Élysée.

  • permalien Lou :
    5 mai 2011 @23h29   « »

    Il s’agirait d’une épidémie, et grave.

    Le monde bouge aussi au Moyen-Orient : quelle évolution pour la Palestine ?

    N.S. -Premièrement, c’était une erreur de mettre la fin de la colonisation comme préalable à la discussion entre Israël et la Palestine. La France est sans ambiguïté contre la colonisation, mais cela n’a pas de sens de mettre son arrêt comme préalable à toute discussion, parce qu’on sait très bien qu’au terme de la négociation, certains territoires pourraient revenir à Israël, d’autres à la Palestine, dans le cadre d’un échange agréé. La question des frontières entre les deux États est donc fondamentale.

    Deuxièmement, ce sont les Israéliens et les Palestiniens qui feront la paix, pas les Occidentaux.

    Troisièmement, la paix ne se fera pas si les États-Unis ne s’impliquent pas davantage.

    Quatrièmement, les Américains ne réussiront pas seuls. La rencontre de septembre à Washington fut une erreur, car il n’y avait ni Dmitri Medvedev, ni Angela Merkel, ni David Cameron, ni la France...

    Cinquièmement, je vais parler cette semaine à Benjamin Netanyahou ; il doit, selon moi, dire plus clairement que les Palestiniens ont droit à leur État et agir en conséquence. La France attend de lui qu’il prenne le risque de la paix.

    D’accord, on reprend :
    - premièrement, il faut continuer la colonisation car les frontières sont fondamentales.
    - Deuxièmement , troisièmement et quatrièmement
    les Israéliens et les Palestiniens doivent s’arranger tous les deux mais il faut plus d’USA sans oublier la Russie, l’Allemagne , l’Angleterre et la France.

  • permalien mkk :
    6 mai 2011 @07h52   « »

    A court terme, les déclarations de B.Netanyahou promouvant les discussions relèvent de la pure communication destinée à gagner du temps.
    L’accord Hamas/fatah n’est pas le premier et ne sera pas le dernier "cessez le feu" temporaire entre les deux organisations.

    En revanche, deux évènements à venir méritent notre attention :
    - la poursuite des troubles en Syrie ne peut avoir que deux issues possibles, soit la chute du parti Baath, soit son durcissement : les conséquences sur leurs deux voisins (Liban et Israël) déprendront de la poursuite du parrainage des différentes organisations armées basées à Damas, Gaza et Beyrouth.
    - la perspective d’élections palestiniennes. Outre le fait que les deux rivaux ne manqueront pas de s’affronter au sens propre comme figuré, encouragés en cela par tous les Etats qui s’ingèrent habituellement dans les affaires du Poche Orient, on doit dès à présent se poser la question de notre positionnement en cas de nouvelle victoire populaire du Hamas.

    Au final, je suis peut-être pessimiste, mais il ne se passera rien pendant l’année à venir (le temps de désigner le successeur de M.Abbas)....et ensuite....faudra attendre la fin de la campagne américaine ! On en revient à mon propos introductif : de la comm’ pour gagner du temps....

  • permalien Yvan :
    6 mai 2011 @08h33   « »

    Bachar Al Assad courtise un grand rabbin… pour amadouer Israël - Un oeil sur la Syrie - Blog LeMonde.fr

    Dans son édition du 1er mai, le Jerusalem Post indiquait que, “dans un timing hautement improbable”, le président syrien Bachar Al-Assad a adressé au rabbin israélien Yeoshiau Pinto une invitation à se rendre en Syrie pour prier sur la tombe de ses parents.
    (...)
    Le choix du moment est en réalité tout à fait judicieux. Du moins du point de vue des Syriens, puisque le rabbin Pinto a eu la sagesse de faire savoir à ses futurs hôtes qu’il répondra volontiers à leur invitation… quand le calme sera revenu chez eux. Pour le régime syrien, que son recours à une violence immodérée a placé dans une situation dont il perçoit qu’il aura de la peine à sortir, il est en effet urgent d’adresser un appel au secours à tous ceux qui pourraient encore lui venir en aide. Et paradoxalement Israël en fait partie.

    Peut-on dire que le Hamas courtise le Fatah ? (« Le texte prévoit la formation d’un gouvernement de technocrates ou d’indépendants, (...) »)

  • permalien Yvan :
    6 mai 2011 @08h42   « »
    L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah... le non-mais de Washington
    Les USA “attendent les détails” pour se prononcer sur l’accord Fatah / Hamas - Le Progrés Égyptien
    Les Etats-Unis vont "attendre de voir les détails" de l’accord de réconciliation palestinien avant de se prononcer à son sujet, a prudemment commenté la secrétaire d’Etat Hillary Clinton hier jeudi à Rome.

    C’est tout vu.

  • permalien K. :
    6 mai 2011 @14h24   « »

    Sur la hasbara/chutzpah “yavait qu’à accepter la partition”

    http://humanprovince.files.wordpres...

    La carte ci-dessus est une carte de l’ONU de 1950 montrant la propriété foncière Arabe et Juive dans la Palestine mandataire en 1945, ainsi que les terres publiques/ collectives. Elle montre qu’il n’existait pas de district ou les terres appartenant à des Juifs formaient une majorité, même relative. Dans tous les districts sauf 4 la majorité [absolue] des terres appartenaient à des Arabes, et dans trois des quatre autres districts, ils possédaient une majorité relative. Dans le désert du sud du Néguev, les Arabes possédaient 15% des terres, 85% étant publiques et moins de 1% juives.

    Mais qu’en est-il des statistiques de populations ? Selon un rapport présenté par le Secrétaire d’Etat britannique aux Colonies, en 1922, les Juifs représentaient environ 11% de la population (83 794 sur 757 182), comparativement à 17% en 1930 (162.069 sur 945.991). En d’autres termes, la population juive était en augmentation constante dans la Palestine mandataire, principalement du fait de l’immigration. Le même document (annexe 22) montre que l’évolution démographique est due majoritairement à l’immigration, avec 81.283 immigrants juifs entrant dans Palestine mandataire entre 1922 et 1930, ce qui représente 92,5% de l’immigration totale dans la Palestine sous mandat.

    Ainsi nous pouvons voir que la grande majorité des propriétés foncières appartenaient aux Arabes et que la grande majorité de la population dans la Palestine mandataire était Arabe. Mais quel était le voeu de ces populations concernant l’avenir de la Palestine après la chute de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale ? Eh bien, il s’est trouvé que pour le savoir les États-Unis avaient envoyé une commission d’enquête [King Crane] pour faire ce qui a représenté l’un des premiers sondages d’opinion dans la région. Ses conclusions étaient très claires :

    ..

    Les temps ont bien changé depuis.

  • permalien Yvan :
    6 mai 2011 @14h50   « »

    L’histoire de la commission King-Crane, est intéressante, car elle montre que tout comme ceux des juifs, les "problèmes" du Moyen Orient prennent leurs racines, pour beaucoup, dans le Traité de Versailles.

    Commission King-Crane - Les clés du Moyen-Orient

    L’Europe a tout à craindre de la prise de conscience de l’aveuglement de ses dirigeants, les USA tout à gagner de la révélation de la clairvoyance des leurs.

  • permalien Zulfikar-Ansar :
    6 mai 2011 @18h25   « »

    C’est mieux, comme ça, mon cher K.,

    Et j’en profite pour insérer un post de K. du 29 décembre 2010 (14h26) sur l’offre de paix palestinienne de septembre 1947 - soit 2 mois avant la partition.

    Texte de Gilbert Achcar

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @18h43   « »

    Proposition de la Ligue Arabe intéressante

    Mais il y a un problème fondamentale, c’est qu’elle met sur le même plan Juifs et Arabe. Or Arabe est une nationalité qui regroupe aussi bien des juifs que des chrétiens et musulmans. Juifs désigne une communauté religieuse et pas nationalité.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 mai 2011 @19h58   « »

    @ Marlesh)

    "Arabe est une nationalité"

    "Juifs désignent une communauté religieuse et pas une nationalité"

    Je trouve que le mot ’nationalité’ est trop connoté, renvoyant à la nationalité politique, c-à-d l’appartenance à un Etat.

    Sinon, de nos jours, il est de bon ton de laisser aux gens de s’autodéfinir, et si la majorité des juifs se sentent Juifs, qui peut décider autrement ?

    Après tout, il y a aussi des gens pour dire que ’les Palestiniens, cela n’existe pas’, et non pas seulement Golda-La-Seule-Homme-Au-Gouvernement-Meir.

    De respecter que les Juifs dans leur immense majorité se sentent appartenir à une destinée commune outre que religieuse ne cautionne aucunement la colonisation de la Palestine, par contre.

  • permalien Lou :
    6 mai 2011 @20h36   « »

    Elle est très éclairante cette carte , merci K., quand on la colle sur une feuille elle remplit tout le format A4.

    J’avais du mal à comprendre et après recherche et adaptation ça donne ça :
    * Majorité absolue, qui se compose de la moitié de la terre + un chouïa ;
    * Majorité relative, qui consiste en la supériorité de la superficie obtenue par un des concurrents.

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @20h53   « »
    Deïr Yassin

    Je trouve que le mot ’nationalité’ est trop connoté, renvoyant à la nationalité politique, c-à-d l’appartenance à un Etat.
    Sinon, de nos jours, il est de bon ton de laisser aux gens de s’autodéfinir, et si la majorité des juifs se sentent Juifs, qui peut décider autrement ?

    Je n’ai pas l’intention d’empêcher les gens de se définir comme il l’entendent. Ca les regardent eux, pas moi. Si quelqu’un veut se définir comme protestant ou comme socialiste c’est lui que ça concerne. Cependant protestants ou communistes ne sont pas des nations.

    Si je parle des Français et à côté me parle des communistes, on parle pas de la même chose et ça aucun rapport. Il n’y a pas un droit de vote pour les communistes. Il y a un droit de vote pour les Français qu’ils soient communistes ou pas.

    C’est comme les druzes ce n’est pas une nationalité, il n’y a pas de Nation druze. C’est une confession.

    Ici dans cette proposition ça donne ça :

    - Un tiers des places parlementaires réservés aux personnes des confessions ou de culture juive
    - et Deux tiers réservés aux Arabes, c’est à dire des personne de culture ou de confession chrétienne, musulmane ou juive.

    Ca n’a absolument aucun sens.

    Bonne soirée

  • permalien K. :
    6 mai 2011 @21h11   « »

    « En droit international, les pays sont reconnus comme existant de facto et de jure, mais leur "droit à exister" est une notion inexistante, et encore moins la reconnaissance par d’autres pays d’un tel droit » affirme dans un très long et très dense article Joseph Massad.

    Le "droit à exister comme Etat juif", variante la plus récente de la revendication du "droit à exister", est aussi la plus étudiée, parce qu’elle « est au cœur même de ce qu’est le projet sioniste depuis sa création », c’est-à-dire au droit « à coloniser les terres palestiniennes, à les occuper, et à discriminer le peuple palestinien non-juif », ajoute l’auteur.

    Par conséquent, dit Massad, l’éventuelle reconnaissance par les Palestiniens d’un tel "droit" à Israel, conduirait non seulement au renoncement de leurs propres droits, internationalement reconnus eux, mais constituerait « la premiere légitimité internationale accordée aux revendications israélienness, et, dans les faits, rien moins que la première reconnaissance internationale des droits auto-arrogés d’Israël. »

    In international law, countries are recognised as existing de facto and de jure, but there is no notion that any country has a "right to exist", let alone that other countries should recognise such a right. Nonetheless, the modification by Israel of its claim that others had to recognise its "right to exist" to their having to recognise "its right to exist as Jewish state" is pushed most forcefully at present, as it goes to the heart of the matter of what the Zionist project has been all about since its inception, and addresses itself to the extant discrepancy between Israel’s own understanding of its rights to realise these Zionist aims and the international community’s differing understanding of them. This is a crucial matter, as all these rights that Israel claims to possess, but which are not recognised internationally, translate into its rights to colonise Palestinian land, to occupy it, and to discriminate against the non-Jewish Palestinian people.

    Negotiations will never restore the internationally-recognised rights of the Palestinians ; on the contrary, the negotiations that the Palestinians entered with Israel two decades ago are ones wherein one party, the Palestinians, must surrender all their internationally recognised rights and recognise instead Israel’s self-arrogated rights, which are not recognised by international law or any other country for that matter. Sixty-three years after the establishment of the Jewish settler-colony, this Palestinian act will not only lend the first international legitimacy to Israeli claims, it will constitute in effect nothing less than the first international recognition of Israel’s self-arrogated rights. Israel need give up nothing in return.

  • permalien Lou :
    6 mai 2011 @21h14   « »

    L’Europe ne s’émeut pas de l’union palestinienne / Eli Berdenstein – Maariv)

    Des responsables politiques israéliens ont indiqué qu’il existe un écart important entre la position de Jérusalem et celle de Londres et Paris concernant le Hamas et qu’on peut craindre que l’Europe « ne se réveille trop tard ». Néanmoins, même si MM. Cameron et Sarkozy n’ont pas le même point de vue que M. Netanyahu quant à la signification de l’accord de réconciliation entre le Hamas et l’Autorité palestinienne, le Premier ministre continue à affirmer que les propos qu’il a pu entendre lors de ses entretiens représentent un progrès important. Le Premier ministre est conscient des limites de l’influence européenne dans ce dossier et il estime qu’en fin de compte, il parviendra au cours des prochains mois à peser sur les positions britanniques et françaises concernant la vraie nature de l’accord palestinien de réconciliation et la reconnaissance d’un Etat palestinien par les instance de l’ONU.

    « Je veux semer le doute dans le monde occidental quant à la situation. Les gens mettent du temps à s’affranchir des vieux préceptes, mais je vous garantis qu’en fin de compte cela pénétrera dans les esprits », a expliqué M. Netanyahu. Hier, la chancelière allemande, Angela Merkel, a rencontré Abou Mazen à Berlin et lui a indiqué que l’Allemagne s’oppose à toute démarche unilatérale auprès des Nations-Unies.

  • permalien Nathan :
    6 mai 2011 @21h18   « »

    Les israéliens (juifs) constituent bien sûr une nation à part entière. Une nation qui a créé un pays moderne et qui a fait renaître une langue antique de ses cendres. Une nation qui a une culture, un mode de vie, des représentations collectives et des références communes. Une nation dont l’armée, authentiquement populaire, a défait à de nombreuses reprises des coalitions ennemies et qui le fera encore probablement à l’avenir. Une nation qui fêtera bientôt son 63ème anniversaire. Tant que les Arabes ne reconnaîtront pas cette réalité, ils resteront à côté de la plaque.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 mai 2011 @21h42   « »

    @ Marlesh

    Je préfère dissocier la discussion de ’qu’est-ce que d’être juif’ de la question palestinienne parce que justement cela est utilisé pour justifier l’établissement d’un foyer national juif en Palestine.

    Si vous concevez les juifs comme rien d’autre qu’une religion, vous faites quoi de ces millions de Juifs qui se considèrent athées et qui pourtant se sentent appartenir au peuple juif ?

    Comme Abraham Serfaty, juif, marocain, athée, nationaliste arabe, anti-sioniste ?

    Selon vous, on peut être Français et juif puisque ’juif’ est une catégorie religieuse. Et Français et Arabe, cela n’est donc pas possible ?

    PS. Là, vous avez vu notre suprémaciste juif Nathan débarquer, qui tout en étant Belge et agnostique, se considère juif et passe son temps à défendre ce ’little shitty country’.
    Cela est bien sûr à cause des juifs, xénophobes, ethnocentriques, racistes de son genre qu’on peut être tenté de réduire les juifs à une religion, voir à rien du tout ...

    Et d’ailleurs il a tout à fait tort, l’Etat d’Israël ne constitue pas une nation selon aucune définition de ce mot. C’est un Etat dont 20% de la population, les Palestiniens, sont considérés des citoyens de deuxième, voire troisième classe, après les Mizrahim et les Falashas. Et si les Juifs Israéliens constituent une nation, il n’en fait pas partie. Il est donc Belge, ... dommage pour le Royaume.

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @21h42   « »
    Nathan

    Les israéliens (juifs) constituent bien sûr une nation à part entière. Une nation qui a créé un pays moderne et qui a fait renaître une langue antique de ses cendres. Une nation qui a une culture, un mode de vie, des représentations collectives et des références communes.

    Un pays moderne, une langue antique certes et après ? C’est hors-sujet. Ce ne sont pas des arguments pour dire que ça en fait une Nation. Et Nathan, il n’y a pas de nationalité israélienne. Aucun pays occidentale reconnaît une nationalité israélienne d’ailleurs.

    Une nation dont l’armée, authentiquement populaire, a défait à de nombreuses reprises des coalitions ennemies et qui le fera encore probablement à l’avenir. Une nation qui fêtera bientôt son 63ème anniversaire. Tant que les Arabes ne reconnaîtront pas cette réalité, ils resteront à côté de la plaque.


    On est jamais éternellement le plus fort. Et le jours où ça arrivera si les Arabes ne reconnaissent toujours pas cette "réalité" il y a du soucis à se faire. Il va falloir penser un jour à trouver autre chose que la force parce qu’elle n’est certes pas un argument de légitimité.

    Bonne soirée

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @21h48   « »
    Deïr Yassin

    Si vous concevez les juifs comme rien d’autre qu’une religion, vous faites quoi de ces millions de Juifs qui se considèrent athées et qui pourtant se sentent appartenir au peuple juif ?

    Je n’ai pas dit que juif était juste une religion. On peut être athée et de culture juive. Dont les parents ont été de confession. Mais ça n’en fait toujours pas une nation. Si vous prenez Falashas, Ashkénazes et les Sérafades. Ils n’ont pas vraiment la même culture bien que de culture juive. Et parfois de confession juive ou parfois athée.

    Bonne soirée

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    6 mai 2011 @21h59   « »

    Nathan :
    6 mai @21h18

    Les israéliens (juifs) constituent bien sûr une nation à part entière. (...)

    Dans vos fantasmes, personne n’en doutera, mais historiquement et ne serait-ce que de facto non ! Ni une nation à part entière, ni même une nation ! Une entité coloniale constituée sur les terres des autochtones, des terres volées, par la terreur pour commencer, puis par un nettoyage ethnique froidement organisé et appliqué, ça ne s’appelle pas une nation, pas plus que la Rhodésie par exemple. Il faut appeler un chat un chat Monsieur le petit hasbariste, vos fantasmes et vos rêves ne valent que pour vous. Aujourd’hui La Cisjordanie et la Bande Gaza sont-ils des Bantoustans par exemple ? Non, c’est pire ! Vos mentors appliquent-ils l’apartheid ? Non, pire que l’apartheid ! La réalité c’est ça, ce ne sont pas vos petits délires suprématistes, si vous ne voulez pas la voir, rassurez-vous, le monde entier la voit.

  • permalien Nathan :
    6 mai 2011 @22h40   « »

    Marlesh : 6 mai @21h42

    Et Nathan, il n’y a pas de nationalité israélienne. Aucun pays occidentale reconnaît une nationalité israélienne d’ailleurs.

    Mais l’Occident reconnaît Israël. Et de nombreux pays arabes sont bien forcés de reconnaître la réalité israélienne. Le reste peut se discuter.

    Une chose est certaine. Les Israéliens juifs, sauf un quarteron de religieux égarés, n’accepteront jamais de vivre sous la férule d’un Khaled Mechaal ou d’un Ismail Haniyeh. C’est qui Khaled Mechaal ? C’est quoi Ismail Haniyeh ? Ceux qui le croient n’ont jamais vu un Israélien de près. Même moi, qui suis juif comme eux, ils me font peur. Ça tient au fait que le sionisme, qu’on le veuille ou non, est une idéologie forte. Les sionistes sont animés par une véritable foi, ils incarnent un projet collectif et ça fait un siècle que ça dure. La seule chose qui pourrait éventuellement édulcorer, voire affaiblir leur résolution, c’est l’idéologie consumériste. Pas la menace extrérieure. Cela dit, si j’étais israélien et que je vois avec quelle facilité certains Arabes sont prêts à revenir sur leur parole, avec quelle facilité certains Arabes massacrent leur propre peuple, j’aurais tendance à rester méfiant.

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @23h07   « »
    Nathan

    Mais l’Occident reconnaît Israël.

    C’est un fait. Mais par contre il n’y a pas de nationalité israélienne. Vous avez une "curieuse" "conception" de la nationalité en Israël qui fait qu’il y a une nationalité juive, une nationalité arabe, une nationalité druze. On ne saurait mieux se tromper sur le concept de Nation.

    Et de nombreux pays arabes sont bien forcés de reconnaître la réalité israélienne.

    Reconnaître le réalité israélienne... La seul réalité qu’ils voient c’est qu’il y a un Etat qui s’appelle Israël. Ca ne va pas au-delà
    Constater ce fait n’implique pas grand chose. Ca ne veut pas dire qu’Israël a une légitimité. Et sans ça effectivement il reste la force, mais la force a ses limite. L’Iran par exemple n’a pas besoin de la force pour exister.

    Une chose est certaine. Les Israéliens juifs, sauf un quarteron de religieux égarés, n’accepteront jamais de vivre sous la férule d’un Khaled Mechaal ou d’un Ismail Haniyeh. C’est qui Khaled Mechaal ? C’est quoi Ismail Haniyeh ? Ceux qui le croient n’ont jamais vu un Israélien de près. Même moi, qui suis juif comme eux, ils me font peur.

    Entre nous le Hamas n’est pas ma tasse de thé à moi non plus.

    Ça tient au fait que le sionisme, qu’on le veuille ou non, est une idéologie forte. Les sionistes sont animés par une véritable foi, ils incarnent un projet collectif et ça fait un siècle que ça dure.

    Le sionisme est une utopie et comme toute les utopies, communisme, nazisme ou autres, non seulement elle est irréalisable mais en plus elle n’apporte que des drames. En 1948 pour obtenir l’utopie d’un Etat pour les Juifs il a fallut chasser ou tuer les Palestiniens non juifs (qui sont aujourd’hui des réfugiés). Aujourd’hui ce n’est toujours pas réalisé parce qu’il y a en plus de la colonisation les deux autres soit-disantes nationalités.
    Heu par contre 63 ans c’est pas un siècle. Les Etats latin d’orient ont vécu plus longtemps en comparaison.

    Cela dit, si j’étais israélien et que je vois avec quelle facilité certains Arabes sont prêts à revenir sur leur parole, avec quelle facilité certains Arabes massacrent leur propre peuple, j’aurais tendance à rester méfiant.

    Nathan vous me faite sourire. Vraiment. Vous qui ne cessez de dire que personne ne dit rien sur le "dictateur féodale" Bachar, vous me parler probablement de la parole de Saddate ?
    Mais je vous l’accorde les relations entre l’Egypte et Israël ne sont pas au beau fixe et j’attend avec impatience non pas la guerre mais la rupture diplomatique.
Un ministre des affaires étrangères qui a déclaré qu’il fallait bombarder le barrage d’Assouan je ne comprend toujours pas comment il a put rentrer en Egypte.

    Bonne soirée

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    6 mai 2011 @23h13   « »

    Nathan :
    6 mai @22h40

    (...) C’est qui Khaled Mechaal ? C’est quoi Ismail Haniyeh ? (...)

    Question facile !
    Ce sont des autochtones, ou si vous préférez ils sont chez eux, eux ! Pourquoi voudriez-vous qu’ils s’intéresse au sort ou à l’avis de colons qui sont venus chez eux et depuis ne cessent de leur pourrir la vie et essayent de les éliminer de la surface du globe par tous les moyens ? Par grandeur d’âme ? par humanisme ? Par bêtise ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    6 mai 2011 @23h21   « »

    Marlesh :
    6 mai @23h07

    C’est un fait. (...)

    Si vous me permettez une remarque, le dirigeants occidentaux sans aucun doute, mais les peuples occidentaux, en êtes-vous si sûr ? Moi pas du tout...

  • permalien Deïr Yassin :
    6 mai 2011 @23h24   « »

    Voilà pour la diversité des Juifs :
    pendant que certains entament le Shabbath, d’autres leur énième dose de Ziocaïne ...

    "C’est qui Khaled Meshaal ? C’est quoi Ismail Haniyeh ?"

    Contrairement à Yvette, le videur de boite de nuit moldave, et Bibi Mileikowsky, fils d’un juif né à Varsovie, Khaled Mesha’al est né à Silwâd, près de Ramallah, et Isma’il Haniyeh est né au camp d’al-Shati à Gaza dans une famille expulsée de Majdal ’asqalân (Ashkelon actuellement) :

    - www.palestineremembered.com/...

    Qu’on les aime ou ne les aime pas, ils ont infiniment plus de droit sur cette terre que des squatters racistes venus d’Europe.

  • permalien Marlesh :
    6 mai 2011 @23h35   « »
    Ouаlahila Ar Tesninam

    La grande majorité des peuples occidentaux reconnaissent Israël.

    Après c’est un sujet lointain pour eux et ils ont, pour la plus part, une connaissance du conflit bien trop vague et c’est probablement pour ça qu’une large majorité reconnait Israël. Pour ça et d’autres facteurs.

    Bonne soirée

  • permalien Nathan :
    6 mai 2011 @23h58   « »

    Et alors ? Rabin est né à Jérusalem. Dayan est né au kibboutz Degania. Igal Allon est né à Kfar Tabor, en Galilée. Tous les trois sont nés en Palestine. Ils sont morts en Israël. Ils ont vécu pour Israël. Vous n’effacerez pas cette réalité.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @00h14   « »

    Nathan :
    6 mai @23h58

    Sont-ils, eux ou leurs parents ou leurs aïeuls, nés en Palestine avant 1881, Monsieur le petit hasbariste ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @00h22   « »

    PS :

    C’est le cas de Shlomo Sand par exemple dont la mère est palestinienne, il vit en Europe aujourd’hui...

  • permalien Deïr Yassin :
    7 mai 2011 @00h44   « »

    @ Oh la la aka Afshin

    "C’est la cas de Shlomo Sand par exemple dont la mère est palestinienne, il vit en Europe aujourd’hui"

    Une fois menteur, toujours menteur, et cela n’est pas vos changements incessants de pseudo qui changent cela !

    Shlomo Sand est né en Autriche en 1946 de deux parents polonais, survivants de l’Holocauste. Il a préparé sa thèse à l’E ;H.E.S.S. à Paris, et depuis 1985, il est prof à l’Université de Tel Aviv.

    Au moins, vous avez écrit son nom correctement.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @01h00   « »

    Deïr Yassin :
    7 mai @00h44

    Inutile de m’insulter et de me baptiser de noms d’oiseaux extraterrestres, mea culpa, mea maxima culpa, je voulais parler d’Avraham Burg...

    On se calme ! Aha ! Je ne suis pas dieu le père, ça m’arrive de me tromper comme tout le monde... En fait j’ai tendance à les confondre tous les deux, ne sais pas pourquoi...

  • permalien deMontignY :
    7 mai 2011 @01h16   « »

    Oh Nathan,

    Votre dissertation est si émouvante qu’elle ne manquerait certainement pas de mettre la larme à l’oeil de tous les imbéciles qui vous prendraient encore au sérieux malgré toutes les balivernes que vous avez racontées au cours des six derniers mois (sans compter votre passage inusité du sionisme pur et dur au sionisme humanitaire philosophique modéré - tous deux des mensonges flagrants). L’état raciste, criminel, xénophobe, manipulateur, hors-la-loi, obtus et illégitime que vous psalmodiez sans honte, n’est en fait que la manifestation des plus grands maux de notre temps ; le capitalisme, la colonisation et l’empire.

  • permalien deMontignY :
    7 mai 2011 @01h33   « »

    Les Anglais ont vu leur empire s’écrouler sous leurs yeux (malgré le fait que certains d’entre eux croient qu’il est encore d’actualité). Les Américains, qui ont hérité d’une joyeuse part de cet empire - en premier lieux les pétro-monarchies - sont maintenant exposés à la possibilité de voir leur pré carré s’évaporer sous leurs yeux. L’état raciste est le dernier vestige, et de le voir dissous sera la confirmation des échecs cumulatifs de ses géniteurs.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 mai 2011 @02h13   « »

    @ Afshin

    "Sont-ils, eux ou leur parents ou leur aïeux, nés en Palestine avant 1881"

    Vous définissez comme Palestiniens, les Juifs dont les origines remonte avant 1881. Auparavant, votre année fatidique était 1892, mais cela a dû changer avec votre pseudo ....
    Maintenant vous dites parler d’Avraham Burg.

    Tout d’abord, Avraham Burg vit toujours en Israël, lui aussi, à Nataf près de Jérusalem, et selon votre propre définition (qui n’est pas forcément la mienne) comment vous savez si sa mère est Palestinienne ou non ?

    La mère de Avraham Burg Rivka Burg née Slonim est née en 1921 à al-Khalîl/Hebron, fille de Rav Yaakov Yosef Slonim, le Rabbin Ashkenaze de la ville. Et lui, il est né où et quand ? En Palestine ou à Varsovie ? S’il est né en Palestine, avant ou après 1881 ?

    C’est vrai que la mère de Burg est Palestinienne selon la définition courante qui n’est pas la vôtre, heureusement d’ailleurs.

  • permalien Yann :
    7 mai 2011 @13h02   « »

    Ali Abunimah :

    La capitulation du Hamas, qui rejoint la coalition Abbas-Netanyahu, est certainement un tournant dans la politique palestinienne.

    Le Boycott Désinvestissement Sanction (BDS) est maintenant le seul mouvement, large et grandissant, dont le but est la libération et l’égalité de tous les Palestiniens, par la lutte éthique.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @14h05   « »

    Bien que la question ne me semble d’une importance fondamentale ni directement en rapport avec le sujet, elle est suffisamment cocasse pour s’y arrêter un petit peu. La pratique de la « Wikiréférence  » bien que très utilisée par certains aujourd’hui, chez de jeunes internautes en particulier, peut rapidement à l’occasion trouver ses limites, des informations non fiables, voire non sincères, souvent lapidaires, orientées, parfois obsolètes ou carrément erronées, peuvent bien évidemment, si on les prend comme parole d’évangile, conduire à soutenir des points de vue saugrenus et quand il s’agit d’élément biographiques d’une personnalité toujours en vie, ça peut être très amusant.
    Pour en revenir en l’occurrence à Avraham Burg, à la suite de son retrait de la vie publique en 2004, de ses déclarations et de ses publications, il n’a cessé de déclencher des polémiques compte tenu de l’importance des responsabilités politiques qu’il assurait. Ayant acquis la nationalité française en 2004 et y vivant depuis lors mais continuant à écrire des articles dans Haaretz par exemple ou s’étant même à la suite des dernières élections législatives réinvesti dans la vie politique en prenant publiquement position, il va sans dire qu’il a pris pour certains les traits du traître idéal, il n’y a qu’à voir des commentaires de ses papiers dans Haaretz où nombreux le somment d’allez se faire voir chez, non pas les Grecs, mais les Français, plutôt que de noircir les page de ce journal par ce qu’ils estiment être des insanités. Enfin quand Avraham Burg, qui a donc la double nationalité et bien évidemment les moyens de justifier d’un domicile dans chaque pays, se déclare « citoyen du monde » (sic) plutôt que de sa nationalité de naissance, qui faudrait-il croire ? Lui-même ou ses biographes de Wikipedia qui se sont empressés en avril 2009 lors de son retour dans l’arène politique à l’occasion des élections législative de ne plus faire mention du fait qu’il vit en France ù il exerce son activité professionnelle et de lui attribuer pour seule adresse, son adresse de Nataf ? S’agissant en outre de ses origines familiales, c’est lui-même aussi qui affirme que sa famille maternelle est originaire de Cisjordanie, s’il l’affirme peut-être est-il tout de même bien placé là encore pour savoir précisément ce qu’il en est !

  • permalien Lou :
    7 mai 2011 @14h26   « »
    L’Egypte premier mai

    1er mai 2011, préparatifs
    par snony

    En exclusivité mondiale sur ce blog (si, si), voici la première apparition publique du parti communiste égyptien sur Tahrir. Les militants n’en sont pas peu fiers, après des années de combat dans l’ombre, voire à l’ombre.

    C’est ce qu’explique le premier secrétaire Saleh Adly à la presse, tandis qu’un jeune responsable, Rami Sobhi est interrogé par des journalistes quant aux positions du parti sur la religion.

    Pendant l’interview un jeune des Frères s’approche et harangue le groupe. Les militants se détournent et ne répondent pas à la provocation.

    1er mai Retour sur actu

    (...)
    La police militaire peinait à contenir les groupes sur la place qui n’avait pas été fermée à la circulation dans un premier temps. Une banderole rappelle au CSFA (qui avait pensé un moment limiter l’usage du droit de grève) que « la grève est légitime, légitime, contre la misère et la faim ». Au pied, les drapeaux palestiniens et un calicot sur Gaza ; on commence à penser qu’une révolution là-bas aussi est possible.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 mai 2011 @14h55   « »

    @ Afshin

    "S’agissant en outre de ses origines familiales, c’est lui-même aussi qui affirme que sa famille maternelle est originaire de Cisjordanie, s’il l’affirme, peut-être est-il tout de même bien placé là encore pour savoir précisément ce qu’il en est !

    C’est bien vous, et ni Avraham Burg ni moi qui conteste la Palestinité de sa mère.

    "Sont-ils, eux ou leur parents ou leur aïeuls, nés en Palestine avant 1881"

    Vous avez en plus à plusieurs reprises prôné l’expulsion de tous les Juifs n’ayant pas des origines remontant avant cette date. Vous avez donc changé d’avis depuis 12 heures et considère actuellement la mère de Burg comme Palestinienne même si son père fut un Ashkenaze. Tant mieux, vous avez donc réalisé qu’est Palestinien celui qui le revendique, sans une date aléatoire qui en décide.

    L’oncle de Burg, Eliezer Slonim, ainsi que toute sa famille sauf un fils, je crois, fut d’ailleurs assassinés durant les massacres d’Hebron en 1929.

    Et on n’a pas forcément ses informations de ’wikipedia’ parce qu’on n’est pas d’accord avec vous. De la même manière que vous avez apparemment des infos tout à fait privilégiées sur la Tunisie, l’Egypte, la Syrie, l’Iran etc etc, d’autres en ont peut-être sur la Palestine.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 mai 2011 @15h10   « »

    Hamas reconnait encore une fois implicitement l’Etat d’Israel et revendique strictement rien d’autre que l’application des résolutions onusiennes : la création d’un Etat palestinien sur les frontières de ’67 avec Jérusalem-Est comme capitale, le retrait de tous les colons, et le ROR comme définit par la résolution 194.
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Khâled Mesh’al dans le Wall Street Journal :
    - http://online.wsj.com/article/SB100...

  • permalien Deïr Yassin :
    7 mai 2011 @15h31   « »

    Selon Bibi, Sarko a exprimé que les Palestiniens doivent reconnaître Israël comme l’Etat du peuple juif. Idem pour Cameron.
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...
    - www.google.com/hostednews/af...

    On attend des explications.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @15h41   « »
    L’Egypte derrière l’accord Hamas-Fatah...

    N’ayant aucun gout particulier pour les pinaillages stériles je ne vois pas l’utilité d’en ajouter. Vous saluerez bien de ma part votre ami Afshin que je n’ai pas l’heure de connaître !

    S’agissant de l’accord Hamas-Fatah, puisque c’est ce dont l’on parle, j’avoue qu’il me laisse perplexe, j’avoue avoir du mal à voir l’intérêt de chaque partie dans cet accord... Toutefois quoiqu’il en soit on ne peut que se réjouir du succès de la médiation égyptienne, même si je ne suis pas certain que la version publique soit réellement celle qui a été conclue... Ce qui semble évident par contre, et c’est une très bonne nouvelle, c’est que l’Égypte semble bien avoir cessé de jouer contre son camp concernant la question palestinienne et qu’une page semble fort avoir été tournée. Ça risque fort de changer considérablement la donne dans cette affaire et c’est heureux car les Palestiniens ont déjà suffisamment d’ennemis, le simple fait qu’ils en aient un de moins si cela se confirme serait un très bon point.

  • permalien Nathan :
    7 mai 2011 @16h08   « »

    La dictature Assad aurait déjà tué 800 manifestants selon les ONG syriennes. C’est davantage que le nombre de civils tués à Gaza par l’armée israélienne. Le nombre de manifestants croupissant depuis quelques semaines dans les geôles d’Assad égale celui de tous les Palestiniens emprisonnés en Israël. Seule différence notable : sur le blog d’Alain Gresh, on n’en parle pas.

    http://www.haaretz.com/news/mideast...

  • permalien Laurent Szyster :
    7 mai 2011 @16h30   « »

    @Deir Yassine,

    Ce que Khaled Meshal veut il le dit clairement :

    We need to achieve the common goal : a Palestinian state with full sovereignty on the 1967 borders with Jerusalem as the capital, no settlers, and we will not give up the right of return.

    http://www.nytimes.com/2011/05/05/w...

    Mais ce n’est pas l’application des résolutions 242 et 194.

    Il manque à ses revendications l’acceptation des contreparties exigées par ces résolutions.

    Pour la 242 :

    II) Termination of all claims or states of belligerency and respect for and acknowledgment of the sovereignty, territorial integrity and political independence of every State in the area and their right to live in peace within secure and recognized boundaries free from threats or acts of force.

    Et pour la 194 :

    the refugees wishing to return to their homes and live at peace with their neighbours

    Le Hamas n’est prêt ni à reconnaître Israël, ni à renoncer à la violence et donc, "vivre en paix avec ses voisins".

    Vous prétendez que les islamistes "ne sont pas votre tasse de thé", mais vous leur servez la soupe avec constance. Ce que Khaled Meshal et compagnie veulent c’est continuer la guerre jusqu’au bout, jusqu’à la disparition de "l’entité sioniste".

    Orwell a inventé un mot pour ce genre de discours et il l’a résumé en trois slogans "War is Peace, Freedom is Slavery, and Ignorance is Strength".

  • permalien gloc :
    7 mai 2011 @16h42   « »

    Nathan : « La dictature Assad aurait déjà tué 800 manifestants selon les ONG syriennes. »

    Vous faites un "hit" entre la dictature d’Assad qui a fait plus de 800 morts sur toute la surface de la Syrie pour défendre son pouvoir, et les 1315 morts de Gaza tués par l’armée la plus morale (et aussi des plus subventionnées) du monde de son voisin, Israël, la seule démocratie de la région.

    En faisant de telles comparaisons, honnêtement qu’espérez-vous qu’on vous réponde ?

    ... que la démocratie c’est de la M....?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @17h14   « »

    Ce qui est ennuyeux c’est que cette version des faits est vigoureusement démentie par les autorités syriennes dont on se garde bien de rapporter les positions, la seule occasion qui leur a été donné de le faire ayant été le débat récent à l’ONU pour lequel les médias occidentaux se bien évidemment gardés de citer la déclaration syrienne ne serait-ce que partiellement. S’agissant de soi-disant ONG de défense des droits de l’homme syriennes, quand on y regarde d’un peu près, on découvre qu’elles n’ont pas grand chose de syrien en fait, voire pas grand chose à voir avec la défense des droits de l’homme. On y voit des conseils d’administration constitués d’exilés politiques syriens un peu partout dans le monde, voire de personnes qui n’ont strictement rien à voir avec la Syrie, ou encore quand c’est le cas de Syriens ayant eu ou ayant maille à partir avec la justice de leur pays. Enfin, toujours est-il que l’on assiste manifestement en pire encore, à un remake de la compagne de déstabilisation qui avait été organisée contre l’Iran à l’occasion des dernières élections présidentielles, espérons aux Syriens qu’ils sachent y résister comme l’ont fait les Iraniens.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @17h27   « »

    Laurent Szyster :
    7 mai @16h30

    (...) Orwell a inventé un mot pour ce genre de discours et il l’a résumé en trois slogans "War is Peace, Freedom is Slavery, and Ignorance is Strength".

    Ah lire quelqu’un se revendiquant du sionisme citer 1984 d’Orwell je trouve ça extrêmement amusant, il fallait l’oser, merci pour la rigolade !

  • permalien Noval :
    7 mai 2011 @18h14   « »

    " La dictature Assad aurait déjà tué 800 manifestants selon les ONG syriennes. C’est davantage que le nombre de civils tués à Gaza par l’armée israélienne "

    Voilà le type même de propos qui n’ont strictement aucun sens et qui ne peuvent provenir que d’un amateur de comptabilités macabres doublé d’un sermonneur à géométrie savamment orientée.

    Ce genre d’affirmation serait crédible si son auteur manifestait la même empathie pour les victimes quelles qu’elles soient et dénonçait avec la même vigueur la barbarie de tous les régimes politiques conduisant à de telles atrocités .

    Rien de tel ici, sauf quelques larmes de crocodiles pour les victimes syriennes pour dissimuler l’ardent souhait de voir la chute prochaine du régime sanguinaire au pouvoir à Damas pour l’unique profit de son seul voisin israélien. Et ce, quel que soit le nombre de victimes syriennes ...

  • permalien s=exp(j*pi) :
    7 mai 2011 @21h07   « »

    @ Deïr Yassin // POSTS L Szy*** et Houlala-***

    L Szy***

    En se référant à ORWELL, L Szy*** a perdu de vue, probablement, que le roman d’ORWELL fournit, dans son annexe introductive à la NOVLANG, une expression tout-à-fait adéquate pour qualifier ses interventions : doubleplus canelangue !

    Et nous avons déjà lu L Szy*** dans sa "minute de la haine" lorsqu’il réagissait aux traitements humiliants infligés, sous prétexte sécuritaire à des parlementaires et à une paralytique : pas joli, le Hasbariste !

    Houlala-***

    Quant à Houlala-***, il aurait dû, sans doute, s’interroger sur la signification de sa plaisanterie :

    ... votre ami Afshin que je n’ai pas l’heure de connaître !

    L’heure est une mesure du temps valant 3600 secondes ! Si par contre il avait écrit :

    "... que je n’ai pas l’heur de connaître !", chacun aurait compris qu’il affirmait n’avoir pas "la chance" de connaître Af***.

    Quel MALheur !! C’est du niveau WIKI, M’sieur Houlala-*** !!

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @22h17   « »

    s=exp(j*pi) :
    7 mai @21h07

    Merci de me reprendre bien à propos sur ce point orthographique, j’avais d’ailleurs eu un gros doute mais j’ai eu la flemme de vérifier, humain trop humain, au temps pour moi !
    Le français est une langue très compliquée que je n’ai pas l’heur de pratiquer parfaitement et de très loin... Aha !
    Pour ce qui est du niveau, je dirais plutôt niveau école élémentaire, non ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @22h23   « »

    PS :

    Ceci dit je ne suis toutefois pas d’accord avec vous, vous me le pardonnerez, à mon sens c’est toujours un bonheur d’apprendre bien au contraire !

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    7 mai 2011 @22h51   « »

    RE RE :

    S’agissant de mon pseudo, un peu long je vous l’accorde, bien que ce soit aussi une interjection il n’a pas grand chose à voir avec "Oh là là !", c’est une expression en tamasheq qui signifie "Oh mon Dieu, vous êtes malheureux’, c’est le titre d’un morceau que j’aime bien de l’album "Anassakoul" du groupe "Tinariwen", vous saurez tout si ce n’est déjà fait !

  • permalien Laurent Szyster :
    8 mai 2011 @03h40   « »

    @Ouаlahila Ar Tesninam,

    Je suis assez content de vous faire rire, c’est déjà ça.

    Je suis plus curieux de savoir ce que vous pensez du genre de "paix" que propose Khaled Meshal.

    Jusqu’à preuve du contraire, il ne s’agit que d’une trêve, la charte du Hamas n’a pas été déclarée "caduque" et les islamistes exigent toujours un "droit au retour" au sein de l’entité sioniste haïe.

    Et il compte faire comment Mr Meshal pour reloger quatre millions de descendants des réfugiés arabes de 1949, pratiquement ?

    Déplacer les camps de l’UNRWA en Israël ?

    Reconstruire à l’identique quatre cents villages qui ne suffiront jamais à faire vivre une population multipliée par six depuis soixante ans ?

    Pratiquement je crois que le Hamas a un plan plus simple, toujours le même, celui du Mufti. Prendre la maison du Juif après l’avoir égorgé, lui, sa femme et ses enfants. Voila le programme pratique de Mr Meshal, voila son fonds de commerce électoral.

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    8 mai 2011 @04h57   « »

    Laurent Szyster :
    8 mai @03h40

    @Ouаlahila Ar Tesninam,

    (...)

    Je suis plus curieux de savoir ce que vous pensez du genre de "paix" que propose Khaled Meshal.

    Jusqu’à preuve du contraire, il ne s’agit que d’une trêve, la charte du Hamas n’a pas été déclarée "caduque" et les islamistes exigent toujours un "droit au retour" au sein de l’entité sioniste haïe. (...)

    Pour ce qui est de la dite "charte du Hamas", l’épouvantail préféré des sionistes, puisqu’il commence a devenir quasi-préhistorique, j’observe qu’il n’est pas pire que le programme d’un certain Vladimir Jabotinsky, qui n’a non plus, non seulement pas été déclaré "caduque", mais qui continue à s’appliquer tous les jours aujourd’hui et jusqu’à preuve du contraire. (A savoir le nettoyage ethnique des populations palestiniennes autochtones comme vous le savez aussi bien que moi) Dans ces conditions quel que soit le programme actuel du Hamas, (je ne le connais pas et ne lui en prête pas un contrairement à certains qui se reconnaîtront) il me semble a priori "de bonne guerre" comme l’on dit.
    N’étant pas sous le crâne de M. Khaled Meshal, ne le connaissant pas personnellement, n’étant pas membre du Hamas, je me garderai bien de vous donner mon avis sur ce que j’ignore, suffisamment le font comme cela !
    Pour ce qui est de mon avis personnel, étant certain qu’il ne va pas vous plaire du tout, il me semble préférable de ne pas vous en faire part, afin que nous restions en termes courtois. Aha !

  • permalien Deïr Yassin :
    8 mai 2011 @10h44   « »

    3 jours de bouclage de la Cisjordanie pour cause d’Indépendance de l’Etat d’Israël.
    Cette année la journée tombe, selon le calendrier juif, lundi le 09.05, et les Palestiniens de Cisjordanie ne peuvent donc plus bouger - festivités des colons obligent - et ceux qui sont citoyens israéliens n’ont pas le droit de montrer leur tristesse.
    Comme quoi, l’établissement d’un Etat colonial ne va pas de soi ...
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

  • permalien Laurent Szyster :
    8 mai 2011 @13h57   « »

    @Ouаlahila Ar Tesninam,

    La charte du Hamas date de 1987, la seule chose de préhistorique à son propos c’est l’éducation de ses auteurs.

    Vous devriez lire le "programme" de Jabotinsky, écrit en 1923 :

    http://www.marxists.de/middleast/ir...

    Cela vous éviterait de faire une équivalence avec la somme de délires génocidaires compilés par les imams incultes du Hamas.

    Si vous êtes un peu curieux, vous devriez aussi lire le discours prononcé par Mr Netanyahou le 15 Juin 2009 au congrès du Likoud :

    http://www.haaretz.com/news/full-te...

    S’il vous reste du temps, vous pouvez me dire ce que vous pensez des articles 13 et 22 de la Charte du Hamas :

    http://middleeast.about.com/od/pale...

    http://middleeast.about.com/od/pale...

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    8 mai 2011 @16h46   « »

    Laurent Szyster :
    8 mai @13h57
    (...)

    Figurez-vous que j’ai bien évidemment lu la littérature nauséabonde de Vladimir Jabotinsky, sinon je n’en parlerais pas...
    Quant à votre mentor Mileikowski, je ne vois vraiment pas l’intérêt de lire ses inepties putrides, les individus d’une telle médiocrité, il n’est pas seul dans ce cas d’ailleurs, les Français en ont trouvé un particulièrement notable aussi, ne m’intéressent pas, autant lire les pensées d’un Bigorneau congelé !

    Vous ne devriez pas faire de la publicité pour ce genre de littérature, vous jouez clairement contre votre camp ce faisant...

  • permalien Laurent Szyster :
    8 mai 2011 @16h59   « »

    Ce que "le climat démocratique en Egypte" permet aussi c’est bruler des églises et tuer des Coptes :

    http://www.france24.com/fr/20110508...

    Ce qui nous vaut le titre euphémique d’usage sur des "affrontements confessionnels" chaque fois qu’une minorité fais les frais de la tolérance musulmane et du pacifisme arabe.

  • permalien Jeff :
    8 mai 2011 @19h04   « »

    Oualahila le Tennisman n’a "pas l’heure de connaître" notre ami Afshin, prétend-il.

    C’est curieux tout de même, les seules fois de ma vie où j’ai lu l’interjection "Aha !" étaient précisément à la fin des commentaires de "l’Iranien" Afshin, de "l’Américain (?)" Mike et du "Tunisien (?)" Oualahila le Tennisman ! (En général en français on écrira "hahaha", "haha", "hihi", "LOL", etc.)

    Sans parler du même style d’écriture et de leur défense commune du régime iranien.

    Vous nous prenez pour des billes, Afshin ?

  • permalien Ouаlahila Ar Tesninam :
    9 mai 2011 @02h11   « »

    Laurent Szyster :
    8 mai @16h59

    Ce que "le climat démocratique en Egypte" permet aussi c’est bruler des églises et tuer des Coptes (...)

    Je n’ai pas l’impression qu’en tant que partisan déclaré d’une idéologie coloniale et xénophobe vous soyez particulièrement bien placé pour pointer du doigt et vous réjouir d’événements de violences inter-confessionnels que tout le monde regrette et réprouve... Vos amis en Palestine occupée ont démontré depuis longtemps qu’en matière de sectarisme et d’intolérance ils n’avaient de leçons à donner à personne de toute évidence !

    Jeff :
    8 mai @19h04
    (...)

    Élémentaire mon cher Jeff !

  • permalien Tristan :
    9 mai 2011 @18h13   « »

    @Laurent Szyster

    Ce que "le climat démocratique en Egypte" permet aussi c’est bruler des églises et tuer des Coptes

    Vraiment très joli moyen de crititiquer la démocratie zarabe.

    Hitler n’aurait pas fait mieux, pour décrire "le climat démocratique en Tchécoslovaquie", permettant de s’attaquer aux minorités allemandes, ou des minorités slovaques, que le IIIème Raich c’était empresser d’aller "libérer", avec le soutien de l’ONU (je veux dire SDN, bien sûre).

    Certe, en prenant Prague, il avait légérement dépasser le mandat que lui avait donné la SDN, mais, quelle importance ?

    J’immagine volontier qu’Hitler avait dû, avec la même ironie que la vôtre, parler de la tolérance et du pacifisme, du "judéo-communisme-maçonnique".

    Il faut dire qu’a l’image de l’Egypte avec l’Iran, la Tchécoslovaquie avait eu la mauvaise idée de raprocher de l’URSS, plutôt que de ne se reposer que sur la sacro-sainte république francaise (le genre de pêché mortel innadmissible).

  • permalien gueoula :
    9 mai 2011 @18h43   « »

    UN BON ANNIVERSAIRE POUR L ÉTAT D ISRAEL

  • permalien K. :
    9 mai 2011 @19h03   « »

    C’est bon, c’est très bon.

    Je lisais les noms des nouvelles équipes de la télévision et radio égyptiennes. Incroyable ce changement radical par rapport à l’ancien régime. Les nouveaux noms sont presque tous de farouches anti-sionistes. (..)

  • permalien Yvan :
    9 mai 2011 @22h17   « »

    Un bateau français fera partie de la flottille pour Gaza - LeMonde.fr

    "La mobilisation en France a grandi car la situation de Gaza est insupportable", a déclaré Claude Léostic, une des porte-parole de la campagne Un bateau français pour Gaza, entourée de militants des campagnes lancées en Espagne, Suède, Norvège, Grèce et Turquie, lors d’une conférence de presse à Paris. "Plusieurs élus français, des personnalités du monde du spectacle et du sport embarqueront à bord du bateau français", a-t-elle ajouté, sans vouloir à ce stade dévoiler leurs identités.
  • permalien Yvan :
    10 mai 2011 @06h43   « »

    Suite à la visite européenne de Netanyahu :

    La France débloque 10 millions d’euros d’aide aux Palestiniens | RFI

    La France a signé ce lundi 9 mai 2011 une convention d’aide budgétaire de 10 millions d’euros à l’Autorité palestinienne. Quelques jours plus tôt, c’est l’Union européenne, premier bailleur de fonds de l’Autorité palestinienne, qui signait un chèque de 85 millions d’euros. Ces versements interviennent alors qu’Israël a récemment gelé des transferts de fonds à l’Autorité palestinienne en réaction à l’accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah.

0 | 100

Ajouter un commentaire