En kiosques : septembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Graphisme - Illustration - Visualisation

Signes politiques

Le 28 mai 2011 se déroulera une grande manifestation en soutien à l’initiative « D’ailleurs nous sommes d’ici » pour lutter contre la montée du racisme en France et pour exiger la régularisation des sans-papiers. Un collectif de graphistes a décidé de s’y associer, et présente une sélection d’affiches sur ce thème.

par Collectif des Graphistes au Travail (lecgt), 24 mai 2011

Ces images sont vendues sous forme de cartes postales au profit de la mobilisation et seront portées bien haut pendant la manifestation. Certaines d’entre elles sont inédites, d’autres ont déjà été utilisées dans des contextes différents, mais toutes gardent leur actualité dans la France de 2011. C’est l’occasion de revenir sur le lien entre graphisme et politique.

On connaît mal le graphisme et son histoire. Cette très riche discipline artistique est ignorée non seulement du grand public, mais aussi des partis politiques, associations ou syndicats dont les archives regorgent pourtant d’images fortes, des constructivistes russes aux Ateliers populaires de Mai 68, de John Heartfield à Roman Cieslewicz, de Gerd Arntz à Grapus.

JPEG - 67.7 ko
« Travailleurs unis »
Atelier populaire, ex-Ecole des Beaux-Arts, Paris, 1968.
JPEG - 60.2 ko
« Battez les Blancs avec le triangle rouge »
El Lissitzky, 1920.
JPEG - 138.7 ko
« Le chœur des industriels de l’armement : une solide forteresse est notre Genève »
John Heartfield, photomontage pour la revue AIZ, 1934.
JPEG - 59.9 ko
« Sans titre »
Roman Cieslewicz, 1975.
JPEG - 46.6 ko
« Pictogrammes »
Gerd Arntz, projet ISOTYPE (International System Of TYpographic Picture Education), 1930.
JPEG - 50.9 ko
« Radio Lorraine cœur d’acier »
Grapus, CGT, 1979.

Avec l’essor des multinationales de la pub, puis l’apparition de l’ordinateur – qui démocratise les outils de conception graphique –, les organisations politiques ont désormais le choix : soit elles produisent leurs affiches en interne, de manière plus ou moins amateur (quand elles n’ont pas de moyens), soit elles s’adressent à des « pros », c’est-à-dire... à des agences de pub qui leur font payer très cher des images lisses accompagnées de slogans convenus.

Les « graphistes auteurs », de leur côté, se sont généralement désintéressés de la politique et produisent – en vase clos – des images et des supports graphiques pour un petit secteur culturel de pointe. Images qui tournent en boucle sans perturber la marche du monde, au sein de festivals et de revues de graphisme dont l’audience reste confidentielle.

Il est essentiel de retrouver ce lien entre les forces du mouvement social et l’art graphique. Non pas une relation de client à prestataire de service, mais un vrai travail de création collective où le politique rencontre le poétique. Non pas une stratégie du « coup », mais un compagnonnage sur la durée, comme l’ont connu par exemple John Heartfield avec le PC allemand, Emory Douglas avec les Black Panthers, ou encore Ne pas plier avec l’APEIS (Association pour l’emploi, l’information, et la solidarité des chômeurs et travailleurs précaires).

JPEG - 115.7 ko
« The Black Panther »
Emory Douglas, 1970.
JPEG - 80.8 ko
« Liberté – Egalité - Fraternité »
Ne pas plier, affiche pour l’Association pour l’emploi, l’information, et la solidarité des chômeurs et travailleurs précaires (APEIS), 1992.

Face aux moyens gigantesques (en termes d’argent, d’espace et de compétences) dont dispose la pub, qui modèle un imaginaire consumériste et individualiste, il nous paraît vital de résister à cette standardisation du symbolique et de proposer une alternative. L’histoire n’est pas finie, celle des signes politiques continue.

A consulter sur la Toile

 D’ailleurs nous sommes d’ici.

Les affiches

JPEG - 78.7 ko
« Income gap » (Ecart de revenus)
Luba Lukova, Etats-Unis, 2008.
JPEG - 79.9 ko
« Privé de »
Anne-Marie Latrémolière, Les Graphistes associés, 1996.
JPEG - 35 ko
« Sans titre »
Elsa Maillot, 2011.
JPEG - 173.2 ko
« Sans titre »
François Miehe, 2011.
JPEG - 127.1 ko
« Sans titre »
Soraya Babaie, école d’art Maryse Éloi, 2011.
JPEG - 27.9 ko
Affiche lauréate du concours « Etudiant, tous à Chaumont » sur le thème « Derrière la révolte des banlieues »
Baptiste Alchourroun, 2006.
JPEG - 121.5 ko
« Il n’y a pas d’étranger »
Pascal Colrat, RDC, 2008.
JPEG - 98.1 ko
« Immigration jetable, non »
Les chats pelés. Affiche pour le collectif « Uni-e-s contre l’immigration jetable », 2006.
JPEG - 67.9 ko
« Liberté de circulation »
Les chats pelés. Affiche réalisée pour le GISTI, 1999.
JPEG - 56.2 ko
« Sans titre »
Nous travaillons ensemble (collectif). Affiche créée pour une exposition photographique sur la frontière entre Etats-Unis et Mexique, 1991.
JPEG - 71.1 ko
Affiche éditée par le collectif « Votation citoyenne »
Thierry Sarfis (réalisation Olivier Cabon, Thotm), 2010.
JPEG - 99.6 ko
« Précis de conjugaisons ordinaires »
David Poullard, 2006.
JPEG - 150.8 ko
« Sans titre »
Formes vives, 2010.
JPEG - 78.8 ko
« Sans titre »
Boris Séméniako, 2007.
JPEG - 102.8 ko
« Affiche éditée par le Collectif des maires d’Ile-de-France soutenant les propositions du Collège des médiateurs des sans-papiers »
Michel Quarez, 1998.
JPEG - 69.7 ko
« Affiche dorée à chaud éditée à l’occasion du bicentenaire de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen »
Grapus, 1989.
JPEG - 86.8 ko
« Seul, nous n’allons nulle part »
Formes vives. Illustration pour la revue Vacarme, 2010.
JPEG - 91.7 ko
« Sans titre »
Boris Séméniako, 2011.
JPEG - 64.8 ko
Affiche réalisée pour l’association Survie
Sébastien Marchal, 2010.

Collectif des Graphistes au Travail (lecgt)

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016