Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Place Tahrir, quatre mois plus tard

La « deuxième révolution » égyptienne

Place Tahrir, quatre mois plus tard

vendredi 27 mai 2011, par Alain Gresh

Vendredi 27 mai. Il est midi, Le Caire s’éveille. Les appels à la prière s’élèvent dans chaque rue, dans chaque mosquée, rassemblant les fidèles. Les rues sont presque vides, mais des jeunes avec des drapeaux convergent par petits groupes vers la place Al-Tahrir. Un service d’ordre jeune examine les pièces d’identité, fouille les personnes qui entrent dans le périmètre de manifestation. Depuis 24 heures, les rumeurs les plus folles courent dans la ville : que les baltagias, ces milices de l’ancien pouvoir, s’apprêtent à attaquer ; que les banques ont reçu des ordres de vider les distributeurs de billets ; que des troubles vont éclater... Le conseil supérieur militaire a fait savoir qu’il ne tirerait pas sur la foule, mais qu’il ne pouvait assurer la sécurité ! Trois jeunes artistes qui, hier, affichaient pour la manifestation ont été arrêtés.

Assurer la sécurité n’est pas une mince affaire sur cette immense place délimitée par de nombreux bâtiments plus ou moins prestigieux : l’immense Mougama’, haut lieu de la bureaucratie et de l’administration du Caire ; le siège de la Ligue arabe ; l’hôtel Nile Ritz Carlton en pleine réfection ; le siège du Parti national démocratique (PND), l’ancien parti officiel dissous, qui porte encore les traces de l’incendie qui l’a ravagé durant la révolution ; et, au fond, le musée du Caire, bien protégé pour que les pillages du mois de janvier ne puissent se reproduire. Sans parler des immeubles d’habitations dont les propriétaires observent avec intérêt, affichant parfois des banderoles de soutien aux manifestants. Nombre de journalistes ont retrouvé l’appartement de Pierre, que la révolution a rendu célèbre, puisqu’il a permis d’assister, du neuvième étage, à ce qui se passait « en bas ».

La prière n’est pas encore terminée et plusieurs milliers de manifestants l’effectuent sur la place, sous la conduite du cheikh Mazhar Chahin. A côté d’eux, nombre d’autres ne la font pas mais respectent les pratiquants. Ici, malgré la chaleur accablante, tout le monde se côtoie dans la bonne humeur, hommes et femmes, jeunes et vieux. Des filles cheveux au vent forment des groupes avec des filles voilées. On aperçoit même quelques femmes avec le niqab qui manifestent pour la démocratie. Nombre de jeunes se font peindre les joues aux couleurs du drapeau égyptien, à la manière des supporteurs de football.

C’est après la fin de la prière que le nombre de manifestants grandit, plusieurs dizaines de milliers de personnes. Dans une atmosphère détendue, se déroule le rassemblement dont les promoteurs souhaitent qu’il soit le début d’une « deuxième révolution ». Les marchands de jus d’orange ou de mangue alternent avec ceux qui proposent les mille et un symboles de la révolution, des casquettes aux couleurs du pays, des drapeaux, des images des martyrs. Un vieil homme propose une brochure sur la torture, tel autre un journal socialiste révolutionnaire. Des familles se promènent avec leurs enfants, brandissant le drapeau égyptien. « Je suis égyptien » s’affiche sur les tee-shirts comme sur les badges, signe d’une fierté retrouvée. La chaleur cède petit à petit alors que s’accumulent les nuages et que quelques gouttes de pluie rafraichissent l’atmosphère.

Sans atteindre, loin de là, le niveau des grandes manifestations de février, cette mobilisation reflète une sourde inquiétude. Dans de nombreuses villes d’Egypte, d’Alexandrie à Suez, d’importants rassemblements ont également eu lieu, exprimant les mêmes craintes. Mais lesquelles ? Et pourquoi les forces qui avaient combattu ensemble se divisent-elles ?

Hosni Moubarak reste la figure haïe, celle dont on demande le procès, voire l’exécution. Il est le symbole de la corruption, de l’autoritarisme, de la violence contre les manifestants. Il est aussi celui de la trahison nationale : « Ô Moubarak, ô traitre, prends un appartement en Israël », scande un groupe. Mais, même s’il est présent, l’ancien président est déjà un homme du passé et ne peut plus servir, comme en janvier-février, de ciment aux opposants.

Pour la première fois, les Frères musulmans ont dénoncé un appel à la manifestation et refusé d’y participer. « La révolution nous appartient et les Frères musulmans nous ont abandonnés », « Les révolutionnaires sont là, où sont les Frères ? », crient des groupes. La jeunesse de l’organisation a, elle, appelé à descendre dans la rue et, dans certaines villes, notamment à Suez, les Frères sont aussi présents (« Brotherhood divided over Friday’s protests », AlMasryalyoum.com, 26 mai). Mais la direction dénonce les manifestants comme contre-révolutionnaires et cherchant à diviser l’armée et le peuple. Et ce refus reflète le désarroi qui touche le mouvement : quels objectifs fixer ? Vers où se diriger ?

Si plusieurs tribunes se côtoient, celle des organisateurs affiche clairement les mots d’ordre : « Report des élections » (les législatives sont prévues pour septembre) ; « pas de loi adoptée unilatéralement » ; « jugement juste et public des symboles du régime précédent » ; « pas de tribunal militaire pour juger des civils » ; « Libération de tous les manifestants arrêtés ».

Les organisateurs ont aussi avancé l’idée d’adopter une nouvelle Constitution avant la tenue des élections. Mais cette revendication soulève quelques problèmes, en raison du fait que, lors d’un référendum en mars, près de 80 % des votants ont voté pour de simples amendements de la Constitution et pour que la future Constitution soit totalement réécrite par une commission nommée par le Parlement élu. Revenir sur cette décision serait porter un coup à la démocratie, au premier vote à peu près transparent tenu en Egypte depuis plus d’un demi-siècle.

Les manifestants semblent l’avoir compris, qui mettent plutôt l’accent sur la nécessité de se débarrasser des responsables restés en poste (notamment ceux de la presse), de juger les criminels et les responsables de la mort de manifestants. Un homme brandit une pancarte, « Le peuple veut le procès du démon », avec un dessin de Moubarak derrière les barreaux. Récupérer l’argent de la corruption. Une grande banderole demande : « Où passent les ressources du canal de Suez ? », exprimant l’idée répandue que la corruption se poursuit et que, si on l’arrêtait, on pourrait financer les besoins du pays.

Des groupes défilent sous un grand drapeau égyptien qui les couvre, en criant que rien n’a changé : la répression est toujours là, les martyrs doivent être vengés. Deux groupes représentent les supporteurs des deux grands clubs de football, Ahly et Zamalek, parfois très jeunes. Ils ont joué un rôle actif durant les manifestations qui précédèrent la chute de Moubarak, faisant bénéficier les manifestants de leur longue expérience d’affrontement avec la police — la jeunesse des Frères musulmans a joué un rôle équivalent.

Les mots d’ordre qui affirment l’unité des chrétiens et des musulmans sont nombreux : « La religion est à Dieu et la patrie est à tout le monde », proclame une banderole, reprenant le grand mot d’ordre de 1919, quand les Egyptiens unis contre l’occupation britannique luttaient pour leur indépendance. « Nous sommes tous égyptiens », affirment aussi les jeunes.

La participation est très mélangée socialement, les étudiants côtoyant des jeunes pauvres (et d’ailleurs, beaucoup d’étudiants sont aussi pauvres), des employés comme des ouvriers. Chacun vient avec ses revendications, les étudiants demandant à se débarrasser des anciennes autorités universitaires, les employés exigent la transparence, les ouvriers le salaire minimum, les journalistes plus de libertés. « Réponds-nous, maréchal [Tantawi, le dirigeant du conseil militaire], où est le changement ? La torture est toujours là ; la corruption aussi ; les journaux n’ont pas changé », scande un groupe particulièrement dynamique.

Et c’est sans doute l’enjeu essentiel : poursuivre le changement, ne pas laisser s’installer un régime Moubarak sans Moubarak. Un manifestant brandit une pancarte : « Si nous arrêtons de rêver, alors mieux vaut mourir, mourir, mourir. » Mais, sur la place Tahrir, on n’en est pas là. Le rêve n’est pas près de s’évanouir. Et les jeunes, armés de balais et de pelles, nettoient la place où ils se donnent rendez-vous vendredi prochain.

Nouveau cycle de l’université populaire

Révoltes et révolutions arabes Samedi 18 juin 2011
5, rue Basse des Carmes, 75005 Paris
(Maubert Mutualité)
01 43 29 05 65 / iremmo.sg@gmail.com

Suite au succès du premier cycle de l’université populaire du 13 et 14 mai, l’iReMMO organise - en partenariat avec le blog Nouvelles d’Orient - une seconde journée.

— 10h30 - 12h30 : « Place du soulèvement de 2011 dans l’histoire du monde arabe », par Elizabeth Picard, directrice de recherches au CNRS.

— 14h - 16h : « Ce que change le réveil arabe dans la géopolitique du Proche-Orient », par Alain Gresh, animateur du blog Nouvelles d’Orient.

— 16h30 - 18h30 : « L’islamisme et le printemps arabe », par François Burgat, directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut français du Proche-Orient (IFPO).

Participation : 20 euros (12 euros étudiants & demandeurs d’emploi)

Le nombre de places étant limité, l’inscription est obligatoire : iremmo.up@gmail.com ; seules seront prises en compte les inscriptions payées par chèque (ordre de iReMMO) et envoyées à l’adresse suivante :

iReMMO (UP), 5 rue Basse des Carmes, 75005 Paris.

178 commentaires sur « Place Tahrir, quatre mois plus tard »

0 | 100

  • permalien Laurent Szyster :
    4 juin 2011 @23h14   « »

    @X,

    Pour vivre le cauchemard arabe, lisez Robert Fisk :

    Truth and reconciliation ? It won’t happen in Syria

    Description sans fard d’un Monde Arabe dominé par des clans mafieux organisés autour du culte d’une personnalité. Vision terrible de trois catégorie sociales : une masse d’affamés aliénés, la nombreuse clientèle du tyrannie perverse, une minorité d’opposants considérés par le reste de la société comme des "imbeciles who believe in principles".

    Les peuples Arabes sont aliénés par des élites mafieuses aussi médiocres qu’impitoyable.

    Robert Fisk just had "a moment of clarity".

    Depuis le temps que les "sionistes" essayent de lui faire comprendre contre quoi ils doivent se battre depuis un siècle pour vivre libre !

  • permalien K. :
    4 juin 2011 @23h28   « »

    ... "l[a] structure et le[s] traditions sociales des [Arabes] sont oppressives[, p]arce qu’ils sont aliénés par un culte qui sanctifie la violence et sacralise la tyrannie à tous les échelons de la société.

    Par culte vous entendez l’islam ?

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @01h59   « »

    Notre apprenti-sociologue bruxellois, Szy***, à tendance nationale-sioniste qui étale ses pseudo-analyses à deux balles sur les Arabes en utilisant des mots dont il ne connait même pas le sens, ferait mieux de soigner sa langue maternelle s’il veut être pris au sérieux.

    Même s’il se prend pour plus intelligent, plus instruit, plus cultivé, la plupart de sauvages non-francophones savent écrire ’cauchemar’ correctement. Deux fois, ce n’est pas une erreur de frappe mais d’instruction - ce dont il se vante pourtant d’avoir plus que d’autres.

    On se demande d’ailleurs si des propos similaires sur les Arabes passeraient la modération.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @02h15   « »

    YOUM AL-NAKSA
    05.06.1967

    - http://en-gb.facebook.com/pages/5th...

    Um Kalthûm & Muhammad Abd al-Wahâb chantent la Palestine,
    ’asbaha ’indî alâna bunduqiyyah, un poème du grand poète syrien Nizâr Qabbânî :

    - www.youtube.com/watch ?v=y5Ex...

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @03h00   « »

    @K,

    Oui, je fais référence à l’opium du peuple.

    Cela vous choque ?

    @Deir Yassine,

    Faut-il censurer ceci aussi ?

    According to historian Farouk Mardam-Bey, for example, Syria is "a tribal regime, which by being a kind of mafia clan and by exercising the cult of personality, can be compared to the Libyan regime", which can never reform itself because reform will bring about the collapse of the Baath party which will always ferociously defend itself.

    Ou cela ?

    In holding on to power, literary critic Subhi Hadidi said rather archly, the Assad regime has divided Syrians into three categories : "The first belongs to those who are too preoccupied in earning their daily bread to involve themselves in any political activity. The second group are the greedy whose loyalty is easy to buy and who can be brought on board and corrupted in a huge network of ’clientelism’. The third are intellectuals and activist opponents of the regime who are regarded as ’imbeciles who believe in principles’."

    Accusez Subhi Hadidi et Farouk Mardam-Bey d’orientalisme (au sens d’Edward Saïd), si ça peut vous aider à nier les réalités qu’ils vivent.

    Mais si vous désirez les censurer, alors vous vous rangerez au côté de la sanglante tyrannie patrimoniale si bien décrite par Burhan Ghalioun :

    Burhan Ghalioun makes the point that "the existence of the regime is like an invasion of the state, a colonisation of society" where "hundreds of intellectuals are forbidden to travel, 150,000 have gone into exile and 17,000 have either disappeared or been imprisoned for expressing their opinion... It is impossible (for President Bashar al-Assad) to say (like Mubarak and Ben Ali) ’I will not prolong or renew my mandate’ like other presidents have pretended to do – because Syria is, for Assad, his private family property, the word ’country’ is not part of the vocabulary."

  • permalien Yann :
    5 juin 2011 @03h09   « »

    country versus Jewish state

    http://www.youtube.com/watch?v=WTO5...

  • permalien gloc :
    5 juin 2011 @05h58   « »

    Pourquoi les Arabes dorment-ils d’un sommeil horrible depuis si longtemps ?

    Probablement parce qu’ils sont les seuls dans la région a avoir un système politique militaro-confessionnel qui dure depuis si longtemps.

    Combien de temps les Israéliens mettront-ils à comprendre qu’ils se sont horriblement arabisés ?

    Univers Torah - Vivre la Torah | Infos : L’armée israélienne et les religieux

    « Ce sont les différents besoins dans les différents climats, qui ont formé les différentes manières de vivre ; et ces différentes manières de vivre ont formé les diverses sortes de lois »

    — Montesquieu, L’Esprit des lois, 3e partie, Livre XIV, chap. X.

    Les sionistes ont voulu faire du Moyen-Orient le foyer du peuple juif. Quoi d’étonnant que les Israéliens se moyen-orientalisent ?

  • permalien K. :
    5 juin 2011 @10h50   « »

    @K,

    Oui, je fais référence à l’opium du peuple.

    Cela vous choque ?

    Cela ne me choque pas du tout, cela ne fait que me confirmer l’étroitesse et la trivialité de l’univers mental de la grande majorité des sionistes.

    Et me confirmer qu’une telle étroitesse et trivialité est la condition nécessaire et suffisante du sentiment de supériorité.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @10h55   « »

    @ Szy**

    "parce que les structures et les traditions sociales sont oppressives. Parce qu’ils sont aliénés par un culte qui sanctifie la violence et sacralise la tyrannie à tous les échelles de la société"

    dites vous en parlant des Arabes. On aurait dit une description de vos frères juifs, colons fanatisés, en Cisjordanie.

    Vous avez le chutzpah de comparer vos médiocrités avec les analyses de Mardam-Bey ou de Burhan Ghalioun ?

    Ils livrent une analyse sur la Syrie, un pays qu’ils connaissent très bien tous les deux, et qu’ils étudient depuis des décennies en tant qu’universitaires, alors que vous nous livrez vos préjugés bas-de-gamme sur le monde arabe en général.

    Parlant d’aliénation, un de vos mots fétiches : cela fait marrer de voir un sioniste utiliser un concept marxiste. Un Belge qui passe son temps à défendre un petit pays merdique, raciste et colonialiste à des milliers de bornes tout en se prétendant moralement supérieur aux autres, ça, c’est l’aliénation dans toute sa splendeur.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @11h01   « »

    Erratum :
    @ 01h59
    Je voulais évidemment poser la question : si des propos similaires sur les Juifs passeraient la modération.

  • permalien K. :
    5 juin 2011 @11h16   « »

    ...trois catégorie sociales : une masse d’affamés aliénés, la nombreuse clientèle d’une tyrannie perverse, une minorité d’opposants considérés par le reste de la société comme des "imbeciles who believe in principles".

    La description n’est pas mauvaise par contre.

  • permalien Jeff :
    5 juin 2011 @12h59   « »

    Un coup de gueule qui fait du bien à lire :

    On peut toutefois se demander si vouloir mettre dans le même sac antisionistes et antisémites en les amalgamant délibérément est une ligne de défense si efficace que ça, l’essentiel de la population comprenant bien qu’on a affaire là à une politique visant à écraser une minorité recluse et enfermée de force et qui n’hésite pas à massacrer du militant pacifique comme elle l’a fait l’année dernière avec la prise d’assaut des navires de volontaires propalestiniens. Malgré une intensive propagande de désinformation et de mensonges de toutes tailles, les faits sont restés dans les esprits : un gouvernement autorise son armée à tirer sur des civils désarmés. Ça fait tache. La réprobation internationale ne faisant hélas que verrouiller encore plus Netanyahou et son gouvernement dans leur fuite en avant, comme l’a montré son discours récent devant le Congrès américain.

    Le tout sous les applaudissements nourris de l’extrême-droite française et affiliés, qui voient d’abord Israël comme un porte-avions anti-arabes ; peut-être ceux-là sont pires encore que le gouvernement déraisonnablement à droite d’Israël par ailleurs, puisque ces derniers partagent le poids d’une Histoire douloureuse et cruelle, qu’ils ne se privent d’ailleurs pas d’instrumentaliser mais qui n’en a pas moins existé : 2000 ans de pogroms, ça vous laisse des traces, forcément...
    Les petites sous-merdes droitardes et réacosphéristes, chez qui l’islamophobie a pris le relais de l’antisémitisme de leurs prédécesseurs historiques, n’ont même pas cette excuse : leur racialisme de petits bourgeois en déliquescence trouve là un prétexte pour s’exprimer à loisir et ce n’est évidemment pas tant qu’ils aiment à ce point Israël qu’ils s’enchantent devant des injustices et des massacres dont ils rêvent qu’ils se perpètrent ici. Sans y participer évidemment eux-mêmes, cette théorie de pétochards chroniques passant son temps à se tripoter la nouille en se fantasmant Défenseurs Immaculés De L’Occident et sont polytraumatisés chaque fois qu’ils prennent le métro. Devant un clavier, on a des Aragorn à plus savoir qu’en faire : privez les de leur Freebox, ils redeviennent des employés de banque aigris.

  • permalien Jeff :
    5 juin 2011 @13h01   « »

    Coup de gueule (suite des extraits) :

    Sionistes : ça faisait longtemps que j’avais envie de vous dire deux ou trois choses. Ca me démangeait depuis un certain temps déjà, mais allez savoir pourquoi... le temps, ou la fainéantise, ou peut-être les deux. Mais si c’est pas maintenant, alors quand ?

    Sionistes : ça fait longtemps que vous me gonflez avec votre histoire de "terre promise". Que de contorsions sémantiques pour qualifier un vol en bonne et due forme.

    Sionistes : ça fait longtemps que vous me gonflez avec votre histoire de "peuple élu". Que de beaux oripeaux pour camoufler votre racisme.

    Sionistes : partout où je vous ai croisés, vous étiez du mauvais côté de la barrière. Aux côtés de l’Afrique du Sud de l’Apartheid, aux côtés des armées assassines du Guatemala... Je n’ai aucun souvenir de vous avoir vus du côté des exclus, des faibles. Pas une seule fois.

    Sionistes : vos gesticulations outrées ne changeront rien au caractère assassin de cet état d’Israël. Et épargnez moi les discours sur la "démocratie israélienne". Qu’est-ce que ça peut bien faire qu’Israël soit une démocratie (ou non), sinon que cela rend une majorité de ses habitants coupable ? Et de même que je ne juge pas un homme sur la façon dont il se traite lui-même, mais sur la façon dont il traite les autres, je ne vais pas applaudir à la "démocratie" israélienne sans considération pour ses actes.

    Alors, Sionistes : je n’en ai rien à faire de vos opérations de relations publiques, de vos images d’une société "moderne" et d’une jeunesse "libre" qui se trémousse en bikini sur les plages de Tel Aviv (par opposition, bien sûr, aux matrones voilées de Gaza qui hurlent leur désespoir).

    Sionistes : vous n’aimez pas que l’on vous rappelle qu’une Assemblée Générale des Nations Unies a déclaré que votre idéologie était une forme de racisme.

    Sionistes : vous crevez d’envie de me voir prononcer le mot "juif" et vous donner ainsi l’occasion de grimper aux rideaux. Peine perdue car, contrairement à vous, je ne suis pas raciste.

    Sionistes : la religion dont vous vous revendiquez est aussi débile qu’une autre.

    Sionistes : je me souviens d’avoir vu interviewer deux de vos fameux "colons" fraîchement débarqués de Bordeaux. Un couple de médiocres qui avaient enfin trouvé quelqu’un à exploiter. Ici ils n’étaient manifestement rien, allez donc savoir pour qui ils se prenaient là-bas. Vos colons sont des caricatures de beaufs accomplis.

    Sionistes : vous avez pompeusement donné un petit nom familier à votre armée d’assassins.

    Sionistes : vous avez l’arme atomique en violation de toutes les conventions internationales.

    Sionistes : à l’instar de vos amis néocons américains, vous avez violé par la même occasion toutes les autres conventions et lois internationales.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @13h19   « »

    La tuerie a déjà commencé dans le Golan :

    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Canal+ viens d’en faire mention dans son journal. La narrative palestinienne commence à faire surface. Est-ce que BHL n’a pas de moyen d’empêcher cela ??

    Je suis d’ailleurs étonnée que Nathan, notre compteur-de-morts-syriens, n’a pas commenté ces tueries encore. Les tués sont probablement des Palestiniens, mais de nationalité syrienne.

    Pourquoi cette silence de notre humaniste ? Il prépare peut-être une communiqué de presse ....
    Assad, Saleh, Bibi, c’est kif-kif.


    Prochain rendez-vous des Palestiniens avec les usurpateurs de leurs terres :
    Le 8 juillet ISM va envoyer des centaines de réfugiés palestiniens du monde entier sur des vol commerciaux vers l’aéroport Ben Gourion.
    Le 8 juillet 2004, la Court Internationale de Justice a déclaré que le Mur est illégal selon le droit international.

  • permalien Lou :
    5 juin 2011 @13h30   « »

    L’armée israélienne tire sur des manifestants à la frontière du Golan

    Trois personnes, dont un enfant, ont été tuées et neuf autres blessées par des tirs israéliens contre des jeunes qui escaladaient les fils barbelés pour entrer dans le Golan occupé par Israël, a annoncé la télévision syrienne dimanche 5 juin. Une information corroborée par un correspondant de l’agence Reuters, qui a indiqué avoir vu l’armée israélienne ouvrir le feu sur manifestants palestiniens venus de Syrie.

    oui, sans doute dans ce cas , la télévision syrienne n’a pas de problème pour rapporter les faits.

    Affrontements lors de la marche des Palestiniens marchent vers le checkpoint de Qalandia

    RAMALLAH (Ma’an) - Des affrontements ont éclaté dimanche, des centaines de Palestiniens ont défilé au checkpoint de Qalandia, entre Ramallah et Jérusalem pour marquer le 44e anniversaire de l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza.

    Les forces israéliennes ont arrosé les manifestants avec des grenades lacrymogènes et des balles en acier recouvert de caoutchouc tandi que les jeunes Palestiniens ont jeté des pierres sur les soldats.

    Au moins deux manifestants ont été grièvement blessés et au moins 37 ont été transportés dans les ambulances pour inhalation de gaz lacrymogène, selon des sources médicales.

    Dans le nord de la bande de Gaza, des manifestants ont défilé à partir de Beit Hanoun vers le passage d’Erez, mais la police du Hamas a érigé des postes de contrôle pour stopper les manifestants avant d’atteindre la frontière d’Israël.

  • permalien Lou :
    5 juin 2011 @14h09   « »

    En Israël manifestation pour la paix et pour deux Etats sur la base des frontières de 1967

    RFI Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    Ce samedi 4 juin 2011, c’était la veille du 44ème anniversaire du déclenchement de la guerre des Six-Jours, le 5 juin 1967. A Tel Aviv, des milliers de personnes ont manifesté contre l’occupation des territoires palestiniens et la colonisation israélienne. Parmi les manifestants, des juifs et des arabes qui ont appelé à la création d’un Etat palestinien dans les lignes du 4 juin 1967, soit celles d’avant les conquêtes territoriales du conflit.

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @14h49   « »

    @Deir Yassine, gloc, Jeff, K et compagnie,

    Visiblement on ne peut pas poser la question de savoir quels sont les facteurs endogènes qui maintiennent les sociétés Arabes et Musulmanes dans la tyrannie politique, l’oppression sociale et l’obscurantisme.

    Comme Ahmed Sheikh, vous refuser d’expliquer les réalités sociales du Monde Arabe par autre chose que vos fantasmes "antisionistes". Pire, vous n’avez même pas le courage intellectuel de voir les réalités qu’il décrit en face.

    En 2006 Ahmed Sheikh conseillait à son fils d’émigrer en Occident pour sauvegarder l’avenir de ses petits-enfants parce qu’il ne croyait pas que les sociétés arabes puissent se transformer pacifiquement et constructivement.

    http://www.worldpoliticsreview.com/...

    How do you see the future of this region in which news of wars, dictators and poverty predominates ?

    The future here looks very bleak.

    Can you explain what you mean by that ?

    By bleak I mean something like "dark." I’ve advised my thirty year old son, who lives in Jordan, that he should leave the region. Just this morning I spoke with him about it. He has a son and we spoke about his son’s education. I’d like my grandson to go to a trilingual private school. The public schools are bad. He should learn English, German, and French — Spanish would also be important. But the private schools are very expensive. That’s why I told my son to emigrate to the West for the sake of my grandson.

    You sound bitter.

    Yes, I am.

    At whom are you angry ?

    It’s not only the lack of democracy in the region that makes me worried. I don’t understand why we don’t develop as quickly and dynamically as the rest of the world. We have to face the challenge and say : enough is enough ! When a President can stay in power for 25 years, like in Egypt, and he is not in a position to implement reforms, we have a problem. Either the man has to change or he has to be replaced. But the society is not dynamic enough to bring about such a change in a peaceful and constructive fashion.

    Si Ahemd Sheikh dit ne pas comprendre pourquoi le Monde Arabe stagne par rapport au reste du monde, il a au moins l’honnêteté intellectuelle de constater que l’état des sociétés arabes y est pour quelque chose.

    Mais dès qu’on aborde ici ce sujet, on a immédiatement droit à un torrent de slogans, d’injure et de haine. Car il faut absolument cacher cette réalité arabe que les tartuffes "antisionistes" ne sauraient voir ...

  • permalien Nathan :
    5 juin 2011 @14h53   « »

    Deïr Yassin : 5 juin @13h19

    Je suis d’ailleurs étonnée que Nathan, notre compteur-de-morts-syriens, n’a pas commenté ces tueries encore.

    Je viens d’apprendre la nouvelle et je trouve ça en effet tout à fait criminel. Je suis sûr que les Palestiniens pouvaient être repoussés sans qu’on fasse usage d’armes à feu. Il s’agit ici une fois de plus d’un acte gratuit qui montre, comme en Syrie, un profond mépris de la vie humaine. Il faut dire que pus rien ne m’étonne de la part de ce gouvernement israélien d’extrême-droite.

    De plus, c’est totalement idiot car le sinistre dictateur Assad, assassin de son propre peuple, n’attendait que ça pour faire diversion et pour qu’on parle d’autre chose que de ses propres crimes. Et bien sûr, Netanyahou, cet imbécile, venu au pouvoir grâce aux attentats-suicides du chmamas, est tombé dans le piège.

    Il parait que des enfants ont été tués ou blessés. On peut tout de même s’étonner que des parents prennent le risque d’emmener leurs progéniture pour braver la soldatesque israélienne dont chacun sait qu’elle a la gâchette facile.

    Cette région est vraiment maudite. Anus mundi !

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @15h31   « »

    @ Szy***

    Vous n’avez pas posé la question de quels sont les facteurs endogènes qui maintiennent blahblahblah.

    Vous avez livré votre propre ’analyse’ - empreint d’essentialisme raciste - certainement basé sur des années d’études de la question : d’où l’immense écart entre vos lumières et les propos de Ghalioun, Hadidi et Mardam-Bey.

    Et puis vous nous servez un article avec Sheikh-Machin qui dans un interview de 2006 explique ceci et cela.

    En cas que vous ne l’aurez pas compris - entre deux sniff de Ziocaïne - mais le monde arabe est changé depuis le 14 janvier, et cela pour jamais.

    Que vous n’avez même pas été capable d’intégrer ça à votre discours xénophobe au bout de plusieurs mois montre que votre plus éduqué, plus instruit, plus intelligent est de toute évidence une usurpation d’identité !!

    Essayez de relire votre :

    "Si Ahmed Sheikh dit ne pas comprendre pourquoi le Monde Arabe stagne par rapport au reste du monde, il a au moins l’honnêteté intellectuelle de constater que l’état des sociétés arabes y est pour quelque chose"

    C’est une tautologie aussi pertinente que ’un mouton est un mouton parce que c’est un mouton’. Le choix de l’animal n’est bien entendu pas fortuit.

  • permalien gloc :
    5 juin 2011 @15h32   « »

    Laurent Szyster et compagnie :« Comme Ahmed Sheikh, vous refuser d’expliquer les réalités sociales du Monde Arabe par autre chose que vos fantasmes "antisionistes". Pire, vous n’avez même pas le courage intellectuel de voir les réalités qu’il décrit en face. »

    Comment voulez-vous qu’on réponde à votre devinette, puisque même si on donne notre langue au chat, vous ne nous donnez pas la réponse.

    A force on finit par se demander si vous la connaissez vous même, puisque vous invoquer le premier prétexte farfelu qui vous passe par la tête pour ne pas répondre :

    « Mais dès qu’on aborde ici ce sujet, on a immédiatement droit à un torrent de slogans, d’injure et de haine. Car il faut absolument cacher cette réalité arabe que les tartuffes "antisionistes" ne sauraient voir ... »

    A force de répèter pertuellement le même message, certains pourraient interpréter ça pour du racisme, alors que tous le monde se rend bien compte que malgré vos moyens maladroits vous faites tout pour sortir les Arabes de leur "long et horrible sommeil".

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @15h58   « »

    @Deir Yassine,

    Vous croyez la télévision syrienne vous ?

    C’est quand même bizarre, parce que d’après ces médias d’état en Syrie il n’y a pas de révolution populaire en ce moment, rien que des brigands et des pillards qui assassinent les braves militaires et fonctionnaires de police.

    Etrange aussi que dans un pays où la troupe tire depuis plus de deux mois sur les manifestants (environ 1200 morts à ce jour) on puisse amener en car des manifestants à la frontière du Golan.

    Moi je fais plus confiance à la BBC et le récit de Kevin Connolly, son reporter sur place :

    Golan : Israel troops fire on pro-Palestinian protesters

    The border on the Golan Heights at the town of Majdal Shams lies in a valley between two hill tops, one in Israel and one in Syria.

    At noon, dozens of Syrian protesters began to edge down the slope in the blazing sunshine towards the newly-dug trenches and freshly-laid coils of razor wire that mark the frontier.

    The demonstrators quickly found themselves pinned down by live gunfire from Israeli army units who said they began shooting at the protesters’ legs only after issuing warnings in Arabic and firing shots in the air to disperse the crowd.

    La BBC refuse de relayer le bilan peu crédible de la télévision syrienne, avec raison.

    Les journalistes britanniques ne sont pas dupes.

    Ils s’informent.

    Excitation des tensions communautaires au Liban :

    Uneasy times in Lebanon as Syrian revolt simmers

    Vague d’attentats terroristes à l’Ouest de l’Irak :

    Deaths as multiple blasts rock western Iraq

    La Turquie s’inquiète et a fait savoir au régime syrien qu’elle interviendrait militairement s’il le fallait :

    What goes on in Syria is a domestic issue for Turkey

    Le régime des Assads allument des contrefeux à toutes ses frontières et vous sautez dans le panneau de l’instrumentalisation des "réfugiés" Palestinien à la frontière du Golan.

    L’antisionisme ça ne rend pas très intelligent ...

  • permalien Cana :
    5 juin 2011 @15h58   « »

    Si la propagande populiste des piaffeurs sionistes de service peut lasser plus d’un , heureusement qu’une poignée de tenaces travailleurs de la pensée occupe le terrain et me permet de poser cette question :
    quelle est la différence entre le fait de
    - ne pas montrer -dans les médias occidentaux- une armée qui tire sur des enfants palestiniens , libanais ( massacres d’enfants à Cana). Enderlin l’a payé cher en brisant le mur du silence en parlant et en montrant ce crime infanticide commis par une INSTITUTION militaire sioniste sur Mohamad Al Durra et bien d’autres )
    - et le fait de montrer une image choquante et insoutenable d’un enfant syrien torturé à mort .
    Rien ne justifie ni n’autorise les meurtres d’enfants . Si dans un cas( la Syrie) le jugement des responsables par leur peuple entraîne la condamnation d’un régime autoritaire et de ses dérives, dans l’autre cas celui de l’Etat Juif , il est étonnant de constater que depuis des décennies ces meurtres infanticides "pour l’exemple" sont commis et forment la matrice depuis les premiers villages martyre de Palestine de l’institution de l’Etat Sioniste.
    Serait- ce parce que la condamnation des gouvernements sionistes pour crime contre l’humanité ( massacres de masse d’enfants en Palestine occupée et au Liban) entraînerait une condamnation de l’Etat colon.
    Le problème est que si la Syrie est un Etat historique qui ne s’est pas fondé sur le crime infanticide et le meurtre de masse d’enfants et d’adultes, son régime actuel règne avec ce recours à la terreur qui est commun à bien des dictateurs arabes, pour la plupart sinon tous complices des puissances occidentales.
    Si le régime sioniste se dit "démocrate" , cette démocratie repose sur les restes d’enfants et de femmes enceintes exécutés par les milices de la hagana et de l’irgoun. Ces meurtres s’inscrivent dans une stratégie ( génocidaire) qui perdure. On continue de commettre ces crimes - autrement- en effaçant les traces ,en rendant invisible la preuve- en inventant une logistique propagandiste - les terroristes- à l’aide de drones c’est plus propre- en affamant le peuple de Gaza- la mort est plus lente...en empêchant les enfants d’aller à l’école ...la liste de cette mise à mort lente( physique , morale , psychique) est longue.
    A moins qu’il s’agisse d’une justice qui fonctionne à la carte comme au restaurant .
    Alors comprenez que le modèle démocrate qui sert de rengaine pour "civiliser" le reste du monde, ne fait que camoufler plus joliment le modèle institutionnel de la colonisation.

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @16h22   « »

    @Deir Yassine,

    Pouvez-vous me citez où et comment ma description des réalités sociales dans le Monde Arabe est empreinte d’essentialisme raciste ?

    Ai-je désigné d’improbables gênes arabes comme causes à la tyrannie politique, à l’oppression sociale ou l’obscurantisme qui domine les sociétés arabes ?

    Non.

    J’ai mis en cause des traditions culturelles, des structures sociales et des normes morales.

    Vous voulez voir du racisme dans mon propos parce que c’est la méthode la plus facile pour le disqualifier et continuer de nier à la fois les problèmes des sociétés en question et leurs causes internes.

    C’est moins fin que les sommes de contradictions produites par Edward Saïd pour échapper aux réalités du Proche Orient, mais le principe reste le même et la fraude intellectuelle aussi patente.

    En inventant une tautologie sur l’essence du mouton à laquelle vous réduisez mon analyse, puis en soulignant que votre choix d’animal n’est pas innocent, vous donnez un merveilleux exemple de cette imposture.

  • permalien Cana :
    5 juin 2011 @16h55   « »

    @ Nathan 5 juin 14h50
    A propos de l’étonnement de Nathan concernant les parents qui laisseraient leur enfants braver cette soldatesque à la gachette facile.
    Ce qui est susurré là est une forme de déni de meurtre . Deux types de déni sont suggérés de manière hypocrite .
    - 1 ce serait la faute aux parents si les soldats israéliens assassinaient leurs enfants. Derrière cette supposition se cache une formule déjà entendue à propos des mères palestiniennes qui exposeraient leur enfants au danger et qui se comporteraient selon certains notamment socialistes, comme des mères monstrueuses. Celà conforterait l’idée que la race palestinienne et arabe est une race qui tue ses propres enfants. Argument déjà entendue depuis belle lurette par une socialiste sioniste et ses acolytes.
    Il n’y a qu’à interdire aux enfants d’aller à l’école , de jouer, de vivre et de leur ordonner de rester enfermés dans leur maison pour être traité comme de bons parents digne de ce nom. Les éduquer pour devenir des êtres soumis prêts à l’abattoir des sionistes , tel serait l’éducation prodiguée par le bon parent civilisé !sic
    A propos de l’acte gratuit
    - 2 Non ces meurtres ne correspondent pas à un acte gratuit. C’est un acte délibéré et réfléchi qui corresponds à une directive militaire.

  • permalien K. :
    5 juin 2011 @17h48   « »

    Visiblement on ne peut pas poser la question de savoir quels sont les facteurs endogènes qui maintiennent les sociétés Arabes et Musulmanes dans la tyrannie politique, l’oppression sociale et l’obscurantisme.

    Il faut vous relire, vous radotez.

    Rappel :

    LS :

    LS : Parce qu’ils se gouvernent mal. Parce que leur structure et leur traditions sociales sont oppressives. Parce qu’ils sont aliénés par un culte qui sanctifie la violence et sacralise la tyrannie à tous les échelons de la société.

    Non seulement vous n’avez pas "posé la question", mais vous avez présenté une explication, une seule (à moins que la présentation des faits soient considérés comme des réponses ce qui revient effectivement à de la tautologie), l’islam, que vous ne connaissez certainement pas sinon à travers le lamentable MEMRI et ses pareils*, et que vous ne pouvez donc que diaboliser (contrairement a ce que veulent le laisser croire les “agitateurs”, le “livre” de chaque religion monothéiste comporte des passages effarants).

    Elle est tellement nullissime que l’on comprend que vous n’en ayez pas avancé d’autres, à moins que, plus nullissime encore, vous ne considériez que c’est la seule explication.

    Au fait, il n’existe pas de facteurs “exogènes” ?

    * Connaissant l’infini sens de la Chutzpah des sionistes, il faut tout de suite ajouter que les pareils du MEMRI ne sont certainement pas les Burhan Ghalioun, au contraire remarquables, dont les propos sont chutpahiennement exploités par les sionistes.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 juin 2011 @18h09   « »

    Selon le Docteur Ali Kanaan, il y a 12 morts, 10 Palestiniens et 2 Syriens. Le plus jeune est un Palestinien de 15 ans nommé Mohammad Issa. 15 ans : pour les Israéliens un Palestinien est adulte à partir de 12 ans.
    http://sg.news.yahoo.com/12-dead-is...

    A part Associated Press, il y a aussi Reuters, la chaîne israélienne Channel 10, mais bon, certains ici pensent encore que Mohammed al-Dura n’a jamais été tué, que sa liquidation fait partie de ce qu’ils appellent Pallywood, et qu’il coule des journées douces à Gaza. Rien ne ressemble plus à un négationniste qu’un sioniste national-sioniste.


    @ Szy***

    Votre extrait sur Ahmed Sheikh que j’avais mis sur fond blanc, vous appelez cela une analyse ?
    J’enlève donc l’analogie du mouton puisque son braillement dérange votre compréhension.
    Selon vous, Ahmed Sheikh ne comprend pas l’état du monde arabe mais il constate que l’état des sociétés arabes y est pour quelque chose.
    Cela n’est pas une tautologie ?? Et que les moutons m’excusent, même eux n’auront pas écrit une connerie avec un non-sens pareil. Vous êtes vraiment sûr de comprendre le mot ’imposture’ ou vous l’avez appris en ’Hasbara’ 102 ?

  • permalien K. :
    5 juin 2011 @19h35   « »

    The Economist, 02/06/2011 :

    A peine l’Egypte avait-elle baissé le pont-levis à Rafah, laissant les habitants de la bande de Gaza accéder en Egypte et, de là, au reste du monde, que son conseil militaire au pouvoir a renouvellé ses restrictions.

    Le 31 mai, le gouvernement de transition de l’Egypte a imposé un quota de 400 passagers par jour au maximum, a insisté pour qu’ils s’inscrivent la veille de leur passage, et a déclaré qu’il rétablissait une liste noire de 5000 habitants de Gaza qui ne seraient pas, pour des raisons de sécurité, autorisés à venir en Egypte.

    Ce nombre réduit est à peine plus élevé que celui qui existait quand Hosni Moubarak coopérait avec Israël pour maintenir la bande de Gaza assiégée.

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @19h44   « »

    @Deir Yassine,

    Par souci de clareté en dehors du contexte de l’interview de Ahmed Sheikh (que vous ne citez pas, bien sur), je rephrase :

    Ahmed Sheikh ne comprend pas le sous-développement du Monde Arabe mais il constate que l’état des sociétés arabes y est pour quelque chose.

    Et je recite Ahmed Sheikh pour clarifier au maximum :

    I don’t understand why we don’t develop as quickly and dynamically as the rest of the world. We have to face the challenge and say : enough is enough ! When a President can stay in power for 25 years, like in Egypt, and he is not in a position to implement reforms, we have a problem. Either the man has to change or he has to be replaced. But the society is not dynamic enough to bring about such a change in a peaceful and constructive fashion.


    A propos des incidents à la frontière du Golan :

    Associated Press

    State-run Syrian TV reported six dead, including a 12-year-old boy, and 15 wounded.

    BBC

    Unconfirmed reports on Syrian state TV said 14 people had been killed and more than 200 wounded.

    Reuter

    Syrian TV said six protesters were killed by Israeli gunfire and 13 injured.

    Aucun journalistes indépendants ne pourra confirmer ces bilans contradictoires de la télévision syrienne, car les derniers ont été chassés du pays par le régime.

    Les militants des droits de l’homme en Syrie sont eux trop occupés à compter leur trop nombreux morts :

    Syria : ’Dozens killed’ as thousands protest in Hama

    More than 60 people were killed in Syria as thousands of anti-government protesters took to the streets after Friday prayers, rights activists say.

    Bilan non rapporté par la télévision d’état en Syrie.

    Il faut dire que le régime blâme des brigands islamistes. Et pour donner du crédit à ses accusations, ses sbires arment les cadavres des manifestants avant de les filmer :

    المقاطع الثلاثة للمجزرة من سطح جامع الكرك - درعا

    Après ça, personne ne peut croire les rapports fantaisistes du ministère syrien de la propagande.

    Personne, sauf les "antisionistes", bien sur ...


    PS : Je remarque que je reste l’indicible Szy***, celui dont on doit censurer jusqu’au nom. Vous avez peur qu’en m’appelant j’apparaisse dans votre salon ?

  • permalien Laurent Szyster :
    5 juin 2011 @20h04   « »

    @K,

    Aux maux des sociétés arabes j’ai avancé trois facteurs endogènes.

    Un mauvais gouvernement.

    Des traditions et des structures sociales oppressives.

    Une religion qui sacralise la tyrannie et sanctifie la violence sectaire.

    Vous n’avez voulu entendre que la dernière pour pouvoir m’accuser d’islamophobie et disqualifier mon propos.

    Mais, finalement, peut-être n’avez vous pas tort d’insister sur la part importante que joue l’obscurantisme dans le maintien d’une structure sociale oppressive et d’un gouvernement tyrannique.

    Je vous laisse le crédit de cette analyse ...

  • permalien K. :
    5 juin 2011 @22h06   « »

    ...pouvoir m’accuser d’islamophobie et disqualifier mon propos.

    Je n’ai pas besoin de vous accuser, vous vous débrouillez très bien tout seul.

    Comme vous n’avez décidément pas l’air de comprendre je vais vous aider : est-ce qu’on peut dire que le judaisme “sacralise la tyrannie et sanctifie la violence sectaire” parce que des crétins font mauvais usage de leur religion ? Non évidemment. Et bien c’est pareil pour toute autre religion.

    Aux maux des sociétés arabes j’ai avancé trois facteurs endogènes.

    Toujours le coup du chaudron.

    1- Vous n’aviez donc pas "soulevé la question de savoir quels sont les facteurs endogènes" mais vous les avez cité.

    2- Vous avez dit : "Les Arabes dorment d’un sommeil horrible parce qu’ils se gouvernent mal." Les Arabes se gouvernent par des gouvernants qu’ils n’ont pas choisi et qu’ils exècrent ? Rassurez-moi, vous vous rendez compte au moins de l’énormité de la chose ?

    3 - Quant aux "traditions et structures sociales oppressives", contrairement à ce que vous essayez obstinément de faire croire personne ne l’a nié mais vous évitez très soigneusement la question du comment et du pourquoi de ces traditions et structures. Le fait d’évoluer dans un environnement aussi délétère ne joue-t-il pas un role ? Une certaine médiocrité humaine aussi ? Certes mais humaine justement : A un moment ou à un autre il a existé des "traditions et structures sociales oppressives" sous tous les cieux.

    Regardez vers Israel.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 juin 2011 @01h52   « »

    @K,

    est-ce qu’on peut dire que le judaisme “sacralise la tyrannie et sanctifie la violence sectaire” ?

    Il y a deux mille ans c’était encore le cas du judaïsme archaïque des Zélotes. Et on en trouve encore des séquelles chez des enragés à Méa Shéarim.

    Zélotes

    Depuis le judaïsme majoritaire a répudié la violence religieuse. Il a continué de commenter, d’interpréter. Et il a assimilé les avancées philosophiques rencontrées en diaspora.

    Haskalah

    c’est pareil pour toute autre religion

    Non, toute les religions ne sont pas pareilles, chacune a son histoire, ses idées.

    Ainsi on peut et on a toujours pu ridiculiser le bouddha sans risquer de déchaîner des foules d’émeutiers de Bangkok à Tokyo. Le concept même du blasphème n’existe pas pour les bouddhistes. Pour les Juifs, seul le nom de Dieu ne peut être évoqué en vain. Chez les Musulmans par contre on peut rire d’Allah mais pas du prophète.

    Attempting to insult the blessed prophet, peace be upon him, is the most serious crime in the eyes of Islamic law. The crime is considered as transgressing the limits and is worse than treason and is a capital offence.

    Sir Iqbal Sacranie, président du très officiel et représentatif British Muslim Council.

    "A question of Leadership" - Sunday 21 August 2005, 22:20 BST on BBC One.

    On attend toujours l’épanouissement d’un Islam séculier qui répudie le jihad, un Islam critique de ses traditions et de ses textes.

    Cet Islam pacifique et émancipé existe déjà chez les minorités Ahmadi ou Baha’i.

    Mais ses membres sont persécuté par l’état, accusés d’apostasie devant les tribunaux, désignés par des imams incultes à la vindicte de la populace.

  • permalien gloc :
    6 juin 2011 @07h01   « »

    Laurent Szyster : « Depuis le judaïsme majoritaire a répudié la violence religieuse. Il a continué de commenter, d’interpréter. Et il a assimilé les avancées philosophiques rencontrées en diaspora. »

    Il serait certainement intéressant pour un spécialiste des sciences rares (du genre pycho-plombier) d’étudier par quels processus neuro-atomique, passent dans votre organisme, les entrées d’un dictionnaire pour aboutir sur votre clavier à cette collection de paradoxes inutilement provocateurs.

    Malheureusement l’expérimentation de confirme jamais vos théories :

    Netanyahu invite Mahmoud Abbas à accepter l’existence d’un Etat juif - The Israel Project

    "Juif ou la guerre" si ce n’est pas du jihad ça qu’est-ce que c’est ? En tout cas ce n’est ni "par le cœur", ni "par le verbe", ni "par la main", c’est donc du "petit jihad", et ce n’est pas le discours de petites sectes minoritaires et obscures, c’est le discours du chef du gouvernement de la seule démocratie de la région.

    Votre argumentation confine au paranormal quand vous nous faites part de votre impatience :

    « On attend toujours l’épanouissement d’un Islam séculier qui répudie le jihad, un Islam critique de ses traditions et de ses textes. »

    Ni "séculier", ni "régulier", aucun clergé. Vous risquez d’attendre longtemps, malheureux car c’est une des spécificité de l’islam, fruit de la critique des traditions et des textes juifs et chrétiens... et de leurs corruptions.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 juin 2011 @10h06   « »

    L’avancée intellectuelle des analyses de Szy**
    - "Fulan est pauvre parce qu’il n’a pas d’argent".
    Il faut plusieurs commentaires pour qu’il comprenne que cela n’est pas une analyse, et il revient avec une nouvelle ’analyse’ :
    - "Fulan est pauvre parce qu’il ne gagne pas d’argent".

    Devant tant d’intelligence, on ne peut que s’incliner.

    Puis je me demande si notre Bruxellois ne connais ni le Judaïsme ni l’Etat d’Israël.
    Il écrit en parlant de la violence religieuse :

    "On en trouve encore des séquelles chez des enragés à Mea Shearim"

    Franchement, c’est à mourir de rire. Cela fait un baille que je n’ai pas été à Jérusalem, mais je n’ai pas le souvenir que les habitants de Mea Shearim furent particulièrement violents. Qu’ils vivaient dans un autre temps, oui, que la modernité ne fait pas partie de leur monde, oui, mais la violence religieuse ? En tout cas, elle n’est rien à côté de celle qui se manifeste ailleurs.

    Notre propagandiste ferait mieux se pencher sur la violence religieuse dans la société israélienne main-stream : parmi les rabbin, Ovadia Yosef, Dov Lior, Eleazar Shapira etc, elle reste peut-être verbale pour le moment, mais parmi les plus de 500.000 colons en TO, des dizaines de milliers sont des véritables mahbouls de la Torah. C’est un AK-47 dans une main et la Torah dans l’autre.

    Et je ne sais pas si la Ligue de Défense Juive n’est pas à classer dans la catégorie "violence religieuse.

    PS. Szy > snoozy> ’le somnoleur’, voir ’dormeur’, je trouve que cela vous va.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 juin 2011 @10h27   « »

    @ Szy
    J’avais oublié ceci :

    "On attend toujours un Islam critique de ses tradition et de ses textes"

    N’étalez pas votre ignorance crasse devant le blogosphère entière. Que cet Islam n’est pas (encore) majoritaire ne veut pas dire qu’il n’existe pas, et je suis convaincue que les révolutions et la démocratisation du monde arabe vont voir les esprits critiques de l’Islam encore plus fleurir.

    Commencez par Malek Chebel - il est à l’apporté de tout le monde puisqu’il a écrit des oevres popularisés sur la question. Cela doit vous aller ! - qui va vous mettre sur la piste d’un Islam critique.

    Sinon Mohamed Arkoun, les Tunisiens Mohammed Talbi, Hicham Djaït ou Abdelwahab Bouhdiba. Vous ne l’aimez certainement pas, mais Tariq Ramadan est un grand esprit critique aussi.
    Ou lisez Ibn Rushd qui a introduit Aristote à l’Occident au 12ème siècle, et qui a donc eu une importance majeure sur la pensée dite laïque.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 juin 2011 @11h20   « »

    @Deir Yassine,

    Continuez de croire qu’il n’y a aucun rapport entre les idées qui mènent le Monde Arabe et sa situation socio-économique, si ça peut soulager votre ego blessé.

    Je constate cependant que vous avez abandonné votre défense des médias d’état syriens, preuve que quand vous voulez comprendre ...

    Enfin, pour nourrir votre réflexion sur les normes instituées par l’Etat Juif au sujet de la violence sectaire, voici un article d’Haaretz :

    Bill granting rabbis immunity for incitement charges shot down

    The ministerial committee on legislation yesterday unanimously voted down a bill that would grant rabbis immunity to prosecution for incitement based on their published opinions on religious matters.

    The bill would have shielded rabbis from criminal responsibility for published works or for both written and oral opinions on their published works.

    L’incitation à la haine sectaire n’est pas tolérée en Israël et les rabbins ne peuvent même pas prétexter de citer la bible pour essayer de se défiler.


    @gloc,

    Votre définition comme un jihad de la demande de reconnaissance d’un état juif est aussi absurde que le reste de votre intervention.

    Pas de clergé en Islam ?

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Islam#...

    Les chiites ont un clergé hiérarchisé comparable à l’église catholique ou anglicane. Les sunnites on un clergé décentralisé un peu comme les protestants évangéliques.

    A quoi faut-il attribuer votre bourde ?

    Méconnaissance de l’Islam ou trop longue habitude du pieux mensonge ? Etant donné votre allusion à la corruption des textes juifs et chrétiens, je penches pour la seconde option.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 juin 2011 @11h41   « »

    @ Szy**

    "Je constate cependant que vous avez abandonné votre défense des médias syriens"

    Vous êtes un menteur, vous. Remarquez ’menteur’ et ’défenseur de l’Etat d’Israél’ est indissociable.

    Je n’ai jamais défendu les médias syriens. Vous pouvez nous épargner votre artillerie Hasbara. Le nombre de douze mort a été confirmé par un médecin présent dans le Golan, le docteur Ali Kana’an. Si vous voulez croire que sur les brancards qu’on a vu - même sur la télévision française - ils étaient tous que blessés, libre à vous.
    Le travail révisionniste, voire négationniste, à petite échelle :
    le nombre de civils morts à Gaza, Muhammmad al-Dura, etc.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 juin 2011 @11h47   « »

    @Deir Yassine,

    Que cet Islam n’est pas (encore) majoritaire ne veut pas dire qu’il n’existe pas (...)

    Quand on veut répondre sans se fourvoyer, il faut tout lire.

    J’avais écrit :

    Cet Islam pacifique et émancipé existe déjà chez les minorités Ahmadi ou Baha’i.

    Dieu merci vous ne niez pas que l’Islam majoritaire soit encore (très) loin des lumières de Malek Chebel.

    Enfin, à propos d’Ibn Rushd :

    Averroès

    Son ouverture d’esprit et sa modernité déplaisent aux autorités musulmanes de l’époque, qui l’exilent comme hérétique, et ordonnent que ses livres soient brûlés.

    Averroès - Postérité

    Par sa capacité à concilier la philosophie aristotélicienne et la foi musulmane, Averroès est considéré comme un des grands penseurs du monde islamique mais en dehors du monde musulman. Ses commentaires de l’œuvre d’Aristote, traduits en latin vers 1230 (Michael Scot) entre autres, ont par ailleurs eu une influence majeure sur les penseurs du monde chrétien médiéval, auprès duquel il a fortement contribué à la diffusion des cultures grecque et arabe.

    La pensée d’Ibn Rushd est bien accueillie en Occident (dès 1225), car elle est fondée sur les idées d’Aristote qui y sont déjà connues, notamment depuis les centres de diffusion culturelle d’Angleterre et de Tolède. Si elle ne crée pas de transfert de connaissances, sa pensée participe à cette diffusion philosophique en Occident.

  • permalien gloc :
    6 juin 2011 @11h51   « »

    Laurent Szyster 6 juin @01h52 « On attend toujours l’épanouissement d’un Islam séculier »

    Laurent Szyster 6 juin @11h20 : « Les chiites ont un clergé hiérarchisé comparable à l’église catholique ou anglicane. Les sunnites on un clergé décentralisé un peu comme les protestants évangéliques.

    A quoi faut-il attribuer votre bourde ? »

    ... n’attendons plus donc...

  • permalien Laurent Szyster :
    6 juin 2011 @13h30   « »

    @Deir Yassine,

    Le bon docteur Ali Kana’an, directeur de l’hopital de Quneitra a confirmé les rapports de la télévision d’état.

    A-t-il le choix ?

    Dans un pays où on assassine et torture sauvagement les opposants survivrait-il à une dénégation ?

    Je n’ai jamais défendu les médias syriens.

    Vous défendez leur crédibilité quand ils rapportent un bilan fantaisiste d’une manifestation orchestrée par le régime pour détourner l’attention des massacres d’opposants que perpètre sa soldatesque.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 juin 2011 @14h29   « »

    Rions un peu avec le ministère syrien de l’information

    دماء 23 شهيدا و350 جريحا على مشارف الجولان المحتل تعلن نهاية زمن النكبات والنكسات

    Phosphore et grenades ... que personne n’a vu.

    Et toujours personne d’autre qu’un directeur d’hopital aux ordres pour confirmer le bilan fantaisiste de la télévision d’état syrienne ...

    Mais, puisque les morgues du régime regorgent d’opposants assassinés, les responsables de la propagande n’auront sans doute guère de difficulté à produire des cadavres pour étayer leur rapports a posteriori.

    Pour un rapport sérieux, lire The Guardian :

    Israeli troops clash on Syrian border with protesters marking six-day war

    Israel acknowledged that at least 12 had been wounded on the Syrian side, but disputed claims by state television in Damascus that 20 demonstrators were killed. Television footage shown live from the scene on Syrian and Lebanese television showed scores of people being carried to waiting ambulances, however there has been no confirmation of the deaths.

    Notez que si morts il y eu, d’après le journal britannique elles sont probablement dues à un "accident de travail" :

    As night fell there were reports that anti-tank mines may have detonated near the Syrian border town of Quinetra, accounting for some deaths.

    The Guardian revient aussi sur les "manifestations" du 15 mai :

    One demonstrator who was wounded that day told the Guardian the Lebanese militia Hezbollah had given him $50 to turn up at the border.

    Voila comment on "organise" la "résistance" et combien vaut une vie de "militant" pour les St Jean Bouche d’Or qui prêchent le martyr.

  • permalien K. :
    6 juin 2011 @23h30   « »

    Le chaudron, le chaudron, vous dis-je !

    Il n’y a pas de morts puisque nous n’avons pas tiré

    Les morts n’ont aucun rapport avec les balles que nous avons tiré pendant des heures, ils se sont tués eux-mêmes.

    So there you have it. Despite having no bodies, alive or dead, from yesterday’s confrontation, despite having no presence on the ground on the Syrian side of the border, Israel is satisfied that the army probably didn’t kill anybody at all during those hours of shooting at unarmed people running toward the border. It looks like the infiltrators accidentally killed themselves.

  • permalien Lou :
    7 juin 2011 @00h56   « »

    Golan : l’armée israélienne ouvre le feu sur les manifestants (Video : The Telegraph, UK)

  • permalien X :
    7 juin 2011 @03h05   « »

    Zyster :

    @X,

    Pour vivre le cauchemard arabe, lisez Robert Fisk

    (Cauchemard comme cauchemarder ?)

    Pour comprendre le cauchemar que cause le printemps arabe aux juifs d’Israel lisez ceci :

    Le printemps arabe vu d’Israël

    Une majorité de la population de l’Etat hébreu s’attend à une dégradation de la situation dans la région. Signes de l’anxiété ambiante, la bourse de Tel-Aviv a baissé de 5% et la demande de passeports étrangers n’a jamais été aussi importante

    Les juifs d’Israel sentent que la soupe commence à devenir trop chaude. Ils demandent le passeport de leur pays (autre qu’israel) afin d’être prêt à retourner chez eux.

    Comme quoi tout il y’a des sionistes qui comprennent meiux ce qui se passe que Zyster.

    À moins qu’il bluffe !

  • permalien X :
    7 juin 2011 @04h13   « »

    Erratum

    Comme quoi il y’a des sionistes qui comprennent meiux que que Zysterce qui se passe.

    Lire aussi :

    Pas moins de la moitié des Juifs d’Israël envisagent de quitter éventuellement la Palestine dans les années proches, si les tendances politiques et sociales perdurent.

    Franklin Lamb, 4 juin 2011

    Les historiens ou les anthropologues qui se penchent sur les sociétés et surveillent le cours des événements humains pourraient peut-être nous citer une terre, autre que la Palestine, où, dans la population coloniale récemment arrivée, une grande proportion de gens s’apprêtent à exercer leur droit à partir, tandis que beaucoup d’autres, ayant de véritables racines millénaires, mais victimes d’un nettoyage ethnique, s’apprêtent à exercer leur droit au retour.

    L’une des nombreuses ironies inhérentes à la colonisation sioniste de la Palestine du 19ème, c’est le fait que ce projet, passé dans la majorité du 20ème siècle pour donner un havre de paix au Moyen-Orient aux Juifs persécutés d’Europe « s’en revenant, » s’effiloche de plus en plus. De ce fait, aujourd’hui, au 21ème siècle, un grand nombre d’occupants usurpatoires des terres palestiniennes considèrent de plus en plus que le havre de retour désiré pour beaucoup de Juifs d’Orient est l’Europe.

    Pour paraphraser le journaliste juif Gideon Levy, « Si nos ancêtres rêvaient d’un passeport israélien pour s’échapper d’Europe, beaucoup d’entre nous en sont dorénavant à rêver d’un second passeport pour s’échapper en Europe. »

    Plusieurs études, une en Israël, une faite par l’AIPAC et une autre du Fonds national juif en Allemagne, montrent que pas moins peut-être de la moitié des Juifs vivant en Israël envisagent de quitter la Palestine dans les prochaines années si les tendances politiques et sociales actuelles se maintiennent. Un sondage, effectué en 2008 par le Centre Menachem Begin Heritage, montrait que 59% des Israéliens se sont adressés ou ont l’intention s’adresser à une ambassade étrangère pour postuler à la citoyenneté et obtenir un passeport ou pour se renseigner à ce sujet. Aujourd’hui, on estime que leur chiffre avoisine les 70%.

    Le nombre d’Israéliens envisageant de quitter la Palestine a grimpé rapidement, selon des chercheurs de l’université Bar-Ilan qui ont mené l’étude « A Different Place, » publiée récemment par Eretz Acheret, une ONG israélienne qui prétend promouvoir le dialogue culturel.

  • permalien Laurent Szyster :
    7 juin 2011 @12h26   « »

    Combien de morts à la frontière du Golan ?

    Au moins huit, mais tués par leur propre bêtise :

    IDF on high alert in Golan Heights in anticipation of further protests

    An initial inquiry found the IDF only fired several dozen sniper bullets at the protesters. A senior officer told Haaretz that only tho se who actively tried to uproot or cut the fence were targeted. The army also said that the IDF had nothing to do with the deaths of at least eight protesters who were killed when demonstrators rolled burning tires and threw Molotov cocktails onto a minefield on the Syrian side of the border, setting off several mines.

    Il ne faut pas foutre le feu à un champ de mine quand on s’y trouve !

    C’est sans doute cet "accident de travail" et le mépris du régime syrien pour sa chair à canon "antisioniste" qui a littéralement enflammé un camp de "réfugiés" palestiniens en Syrie.

    Report : 14 Palestinians shot dead in Syrian refugee camp

    Palestinian security guards reportedly killed 14 Palestinians Monday in the Yarmouk refugee camp in Syria. According to witnesses, an angry crowd of mourners began to charge toward leaders of Palestinian factions, prompting their security guards to open fire.

    The mourners accused the Popular Front for the Liberation of Palestine (PFLP) of endangering their lives during Sunday’s protest on Israel’s border, by encouraging them to put themselves in the line of fire.

    The crowd chanted slogans against Maher al-Taher, PFLP spokesman and politburo member, and set fire to the PFLP headquarters. There are additional reports that Khaled Meshal, Hamas political leader in Damascus, arrived at the camp but was forced to leave.

    Bilan : 14 palestiniens tués par des "militants" palestiniens pour leur apprendre à "résister" dans le bon sens.

  • permalien Laurent Szyster :
    7 juin 2011 @13h20   « »

    Ma’an News publie un article à propos des incidents au camp de Yarmouk.

    Report : 14 Palestinians killed in Syria camp

    Angered over the failure of camp leaders to organize demonstrations marking the Naksa, the anniversary of Israel’s occupation of the West Bank, Gaza, and Golan Heights, an estimated 100,000 mourners were said to have attacked the headquarters of the Popular Front for the Liberation of Palestine - General Command.

    Reports said the party’s leadership refused to participate in the Naksa Day events, but encouraged camp residents to do so. Tensions had already been high in the camp, according to Palestinian sources in the area, because of a divide in the support of leaders for the Syrian regime, and many camp residents who support pro-opposition groups.

    Militants with the PRFL-GC reportedly opened fire on the crowd, who were taken to a local camp hospital for treatment. The report cited hospital staff saying 14 were pronounced dead.

    Notez que Ma’an estime le nombre des morts à la frontière du Golan entre 10 et 23. Le bilan de la télévision syrienne n’est visiblement plus si crédible.

    L’orient Le Jour rapporte aussi l’émeute du camp de Yarmouk, en précisant qu’on y enterrait 9 jeunes et en donnant à ses lecteurs le choix entre deux bilans des incidents.

    Syrie : incidents dans un camp de réfugiés palestiniens lors de funérailles

    Selon Damas, 23 manifestants sont morts et 350 blessés par les tirs israéliens, un bilan contesté par l’armée israélienne pour qui dix personnes sont mortes du fait de l’explosion de mines syriennes.

    On a même une vidéo amateur des tirs au camp de Yarmouk le 6 Juin 2011 :

    الجبهة الشعبية تقتل المتظاهرين بمخيم اليرموك

    Pas besoin d’être ultra lucide pour deviner ce qui s’est passé réellement ces deux derniers jours.

    5 Juin 2011. Le régime syrien "mobilisent" les milices des camps palestiniens pour monter une provocation à la frontière du Golan, sans se soucier de leur dire qu’ils vont manifester dans un champ de mine.

    6 Juin 2011. On enterre à Yarmouk une dizaine de jeunes manifestants palestiniens tués par des mines syriennes. Leurs parents enragent face aux mensonges, à la lâcheté, l’incompétence et le mépris de leur dirigeants. Lesquels doivent faire tirer sur la foule en furie pour sauver leur peau.

  • permalien Yvan :
    7 juin 2011 @16h35   « »

    La France prête à déposer une résolution sur la Syrie à l’ONU | RFI

    Pour Alain Juppé, « Bachar al-Assad a perdu sa légitimité à la tête de la Syrie » où d’après le chef de la diplomatie française, « le processus de réformes est mort ». C’est aussi l’avis de Washington où Barack Obama a d’ailleurs suggéré au président syrien de passer la main.

    Un lapsus qui en dit long sur le comportement du "meilleur d’entre eux" quand il est en représentation : Vidéo Quand Clinton accueille le "président" Juppé de LCIWAT (Actualité - LCIWAT) - wat.tv

  • permalien Deïr Yassin :
    7 juin 2011 @17h22   « »

    La Hasbara diasporique travaille ’overtime’ pour essayer de faire oublier les morts dans le Golan syrien occupé. Selon la Hasbara, pas de morts sauf ceux qui se sont ’tués eux-mêmes’.

    Dimanche, notre Hasbara-en-chef, émettant de Bruxelles, nous fait savoir que "le régime des Assads allument des contrefeux à toutes les frontières" et il nous parle de "instrumentalisation des réfugiés" (5 juin 15h58).

    Hier, on a eu une autre communiqué du secrétaire francophone de Youri Edelstein - qui ne parle que le russe et l’hébreu médiocrement, immigration récente oblige :
    "une manifestation orchestrée par le régime pour détourner l’attention des massacres d’opposants" (6 juin 13h30).

    Aujourd’hui l’émetteur bruxellois change de fréquence et poste plusieurs articles qui font part des tensions inter-palestiniennes, après la mort des manifestants, les uns accusant les autres d’avoir utilisé les jeunes.

    Il faut peut-être que notre propagandiste se met d’accord avec ses supérieurs hiérarchiques de qui accuser afin de faire oublier que, en fin de compte, les manifestants dans le Golan furent tués par L’armée-La-Plus-Morale-Au-Monde.

    "Notez que Ma’an estime le nombre de morts à la frontières du Golan entre 10 et 23. Le bilan de la télévision syrienne n’est visiblement plus si crédible"

    Ici, un exemple typique de la Hasbara : poster le même mensonge à plusieurs reprises peu importe les contestations. Si en plus on peut faire passer les morts par ’un accident de travail’ le travail révisionniste est parfait. Seulement, ici les gens n’ont pas un IQ de 60....
    Et comme nous avons un IQ supérieur à celui d’une moule (sans frites), nous savons que notre propagandiste s’en fout royalement des morts palestiniens à Yarmouk.

  • permalien X :
    7 juin 2011 @18h45   « »

    Nathan reconnait que l’assassinat de civils par l’armée israélienne est criminel acceptera t- il que ceux qui ont commis ou commandé le crime soient jugés ? Je parie que non.

    Son autre drame réside dans le fait que ce gvnmt, qu’il a déjà qualifié de fachiste et aujourd’hui de criminel est représentatif de son peuple. C la démocratie. On ne peut pas dire autant pour Assad heureusement.

    Ce compotement contradictoire et suspect incite à trouver l’érreur. Sauf si le ppal concerné décide de répondre à la question posée déjà à plusieurs reprises un facho juif doit il être jugé ?

  • permalien Nathan :
    7 juin 2011 @19h00   « »

    Deïr Yassin : 7 juin @17h22

    Vous qui savez tout, dites-nous alors ce qui s’est passé au lieu de nous bassiner avec vos moules et vos frites. Combien de victimes directes des tirs de l’armée israélienne ? Y a-t-il eu d’autres victimes, indépendamment de la confrontation avec l’armée israélienne ? On a prétendu que des Palestiniens ont sauté sur des mines. Est-ce vrai ? Combien de victimes ? Basez-vous sur des sources syriennes ou des sources plus ou moins dignes de foi ?

  • permalien Laurent Szyster :
    7 juin 2011 @19h53   « »

    @Deir Yassine,

    Qui a dit que 23 manifestants dans le Golan furent tués par Tsahal ?

    La télévision d’état syrienne.

    Et elle seule.

    Ma’an parle prudement de 10 à 23 victimes. L’Orient Le Jour cite aussi le bilan israélien de 10 victimes de mines syriennes, pour donner le choix à des lecteurs qui ont appris depuis longtemps à lire entre les lignes.

    D’après la Palestine Press Agency Les Palestiniens du camp de Yarmouk ont eux très clairement fait savoir qu’ils n’acceptent plus de servir de chair à canon aux tyrans.

    14 شهيدا برصاص القيادة العامة خلال تشييع شهداء النكسة بمخيم اليرموك

    وبعدها هاجم المشيعون بالآلاف مجمع الخالصة التابع للقيادة العامة في شارع الثلاثيني الواقع في حي الخالصة وقاموا بإحراقه، فأطلق أعضاء القيادة العامة النار على المتظاهرين، حيث سقط عدد من الشهداء والجرحى.
    وأكدت المصادر أن المتظاهرين هتفوا ضد أحمد جبريل وخالد مشعل وقيادات سياسية أخرى مقيمة في دمشق واتهمتهم بالعمالة للنظام السوري الذي يواجه ثورة شعبية منذ حوالي شهر.

    Car à Yarmouk les familles des neufs victimes ont vu les corps déchiquetés, elles refusent de croire à la version officielle, elles en veulent à mort à Khaled Meshal et Ahmed Jibril pour avoir démontré une fois de trop qu’ils ne sont que des hypocrites plus cruels que les soldats ennemis.

    You can fool some people some time, but you can’t fool all the people all the time.

    PS : Mes interventions ici sont publiques et signées, elles ne sont ni rémunérées, ni commanditées. Votre fantasme d’une entreprise de "hasbara diasporique" structurée hiérarchiquement et dirigée depuis Jérusalem en dit long sur la nature de votre "antisionisme".

  • permalien K. :
    7 juin 2011 @22h11   « »
  • permalien s=exp(j*pi) :
    7 juin 2011 @23h27   « »

    @ Deïr Yassin

    L Szy*** se fait du cinéma, vous croyez ?

    L Szy***
    7 juin @19h53

    PS : Mes interventions ici sont publiques et signées, elles ne sont ni rémunérées, ni commanditées. Votre fantasme d’une entreprise de "hasbara diasporique" structurée hiérarchiquement et dirigée depuis Jérusalem en dit long sur la nature de votre "antisionisme".

    A mon avis, on peut parfaitement être hasbariste bénévole, même si certains sites peuvent sans doute s’offrir des collaborateurs payés.

    s=exp(j*pi) :
    5 mai @00h24

    J’espère que les hasbaristes que nous fréquentons ne sont pas payés : on a une petite chance de retourner un fanatique. Par contre, aucune chance de faire taire un juke-box ou de changer l’air de musique aussi longtemps que qq d’autre y glisse des pièces de monnaie ...

    Mais une chose est sûre : LA vérité pour un hasbariste doit être conforme à la doxa sioniste laquelle est formatée par les gouvernements israéliens ; les moyens de transmission sont ceux des autres idéologies : presse, radio, TV et maintenant les sites internet. Soljénitsyne parlait déjà de cette transmission par le biais de la presse de "directives" sur la façon de s’exprimer, les idées à défendre, les expression à utiliser, les accusations à lancer (Pavillon des Cancéreux pex).

  • permalien K. :
    7 juin 2011 @23h32   « »

    La victime imaginaire : Le chaudron, le chaudron, vous-dis-je !

    Joseph Dana :

    If there was clear evidence of armed gunman on the Flotilla there is simply no conceivable way that Israel would have sat on it for a year.

    Et si les Palestiniens s’étaient "tués eux-mêmes", il n’y a aucun doute que les Israéliens en auraient donné la preuve.

    On rappellera que, "infecté par la culture du mensonge," l’establishment sécuritaire d’Israel ment. Jusqu’à preuve du contraire.

  • permalien K. :
    7 juin 2011 @23h51   « »

    Le gnouf pour ceux qui refusent de jouer les victimes imaginaires :

    In the article, Spiro wrote that when settlers carry weapons, they ought to be considered as militiamen and cannot be considered as civilians.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 juin 2011 @01h00   « »

    Ali Abunimah a posté plusieurs vidéos sur son blog des incidents ayant lieu dans le Golan.
    http://electronicintifada.net/blog/...

    Ici on voit clairement les ’suicides collectives’ :
    http://electronicintifada.net/blog/...

    Il y a aussi deux articles sur les tueries à Yarmouk.


    Roger Cukierman à Haaretz en 2001 :

    "Lorsque Sharon est venu en France, je lui ai dit qu’il doit absolument mettre en place un ministère de la propagande"

    L’actuel ministre est Youri Edelstein, immigré de l’ex-URSS. Le ministère s’appelle officiellement "Ministry of Public Diplomacy and Diaspora Affairs". Suivez mon regard ...

    @ s=exp(j*pi)
    J’avais adoré votre ’image du juke-box à sous. Peut-être pour un Hasbariste non-rémunéré émettant les mêmes ’explications’ continuellement, on pourrait s’imaginer un de ces vieux gramophones qui avait un système permettant d’écouter le même disque encore et encore.

  • permalien Laurent Szyster :
    8 juin 2011 @03h04   « »

    @Deir Yassine,

    Si les neuf victimes enterrées à Yarmouk le 6 Juin 2011 ont été tuées par Israël, pourquoi les émeutiers ont-ils voulu lyncher les dirigeants des milices qui "gèrent" le camp ?

    Quel est cet "échec d’organisation" qui a rendu si furieux les habitants du camp ?

    Tant qu’on retient pour les incidents du Golan la thèse de la télévision d’état syrienne, cet accès de fureur populaire est incompréhensible.

    Par contre, si on accepte l’idée que les neuf victimes sont mortes en martyr de la cause mais d’avoir été envoyées manifester dans un champ de mines syriennes pour servir la propagande d’Assad, tout s’explique.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 juin 2011 @11h28   « »

    @ Szy

    Vous êtes obsédé par la télévision syrienne, ses chiffres et ses explications. Vous êtes probablement le seul ici qui y prête attention. Comment cela s’est fait ?

    Ce n’est pas que vous essayez d’opposer deux narratives, israélienne et syrienne, sur ce qui s’est passé sur le Plateau du Golan ? Et que si la syrienne n’est pas fiable, nous devons logiquement croire l’israélienne. Avec votre esprit binaire, rien d’étonnant.
    Je ne connais pas le nombre de victimes et vous non plus, mais vous essayez juste d’établir un scénario pour innocenter l’IDF, rien d’autre.

    Si les neuf jeunes de Yarmouk ont ’sauté sur une mine’, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’autres morts. Qu’ils ont ’sauté sur une mine’ ou qu’ils ont été froidement tués par l’IDF, en quoi cela changerait la colère des familles vis-à-vis des responsables politiques palestiniens en Syrie ? Votre ’théorie’ sur la colère des famille est du n’importe quoi ! Vous êtes apprenti-psychologue maintenant ?

    Je vous rappelle que l’endroit où les manifestants tentaient de franchir les barbelés est exactement le même que sur Youm al-Nakba, il y trois semaines. Je suppose que Assad en personne a miné le terrain en entretemps pour que le scénario soit parfait. Il travaille donc de mèche avec le Tsahal pour tuer les manifestants. Décidément, le régime israélien et syrien, c’est la même merde !! Que Bibi et Assad sautent sur une mine ensemble...

    Un représentant d’Amnesty International était sur place dans le Golan occupé, et il a indiqué que l’IDF tirait entre 11 am et 19pm.

    Larry Defner de JPost parle sur son blog de l’inconsistance du communiqué de l’armée. Dimanche, un officier déclare "[we] tried to avoid casualties, but at the same time, we’re not willing under any circonstances to allow them to damage the fence or cross it". Il ajoute "The use of fire was justified because this is an international border |faux] and souvereignty must be upheld at any cost"

    Le lendemain, lundi, tout d’un coup, l’IDF déclare après vérification que les soldats n’ont utilisé que des balles en caoutchouc.

    Je comprend que cela vous fut un choc de savoir que L’Armée-La-Plus-Morale-Au-Monde a tué des manifestants non armés. D’autant plus que c’est une première .....

    PS. Je suppose que les gens évacués sur le vidéo de Baladee.net travaillent pour Pallywood dans votre ’explication’ (Hasbara).
    Causes toujours ...

  • permalien Laurent Szyster :
    8 juin 2011 @14h28   « »

    @Deir Yassine,

    Vous êtes obsédé par la télévision syrienne, ses chiffres et ses explications.

    Alors, la télévision d’état syrienne, source crédible ou non ?

    Ne vous pressez pas pour répondre, je ne me lasse pas de vous poser la question ...

    Vous êtes probablement le seul ici qui y prête attention. Comment cela s’est fait ?

    Oh j’ai bien ma petite idée la dessus, mais l’évocation d’une "confederation of dunces" vous plaira certainement pas.

    Si les neuf jeunes de Yarmouk ont ’sauté sur une mine’, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’autres morts.

    Est-ce que cela signifie qu’il y en a eu d’autres, des morts ?

    Pas plus.

    Le seul bilan recoupé de ces incidents s’établi pour l’instant à neuf morts tués par des mines syriennes.

    Qu’ils ont ’sauté sur une mine’ ou qu’ils ont été froidement tués par l’IDF, en quoi cela changerait la colère des familles vis-à-vis des responsables politiques palestiniens en Syrie ?

    D’habitude les funéraille de "martyrs" palestiniens ne donnent pas lieu à des émeutes contre les chefs des milices palestiniennes. Etrangement, cette fois ci les endeuillés ont voulu faire la peau à Ahmed Jibril et Khaled Meshal.

    Pourquoi ?

    Si vous avez une idée à ce sujet, ne vous privez pas de la partager.

    Pour rappel, la dernière fois que des funérailles de "martyrs" ont donnée lieu à une manifestation contre des dirigeants de la "résistance" palestinienne, c’était après l’explosion d’un camion chargé de missiles dans un cortège du Hamas à Jalabya.

    Truck Explodes At Gaza Hamas Rally

    Les familles des victimes n’avaient pas appréciés que les responsables se défaussent sur Israël.

    Je vous rappelle que l’endroit où les manifestants tentaient de franchir les barbelés est exactement le même que sur Youm al-Nakba, il y trois semaines. Je suppose que Assad en personne a miné le terrain en entretemps pour que le scénario soit parfait. Il travaille donc de mèche avec le Tsahal pour tuer les manifestants.

    N’attribuez jamais à la malveillance ce qui s’explique très bien par l’incompétence.

    Contrairement à la manifestation précédente, le 5 Juin les "militants" on lancé des cocktail molotov. Dans un champ de mine ça ne pardonne pas.

    Un représentant d’Amnesty International était sur place dans le Golan occupé, et il a indiqué que l’IDF tirait entre 11 am et 19pm.

    Et vous en concluez quoi ?

    Tiens, à propos, y’avait personne d’AI de l’autre côté ?

  • permalien Deïr Yassin :
    8 juin 2011 @15h12   « »

    @ Szy
    Un commentaire énorme pour rien dire : l’enfumage si caractéristique de la Hasbara, qu’elle soit payée ou idéaliste.

  • permalien Laurent Szyster :
    8 juin 2011 @16h58   « »

    @Deir Yassine,

    Résumons donc.

    Pour vous la télévision d’état syrienne est une source d’information crédible, le bilan de Tsahal pour les incidents du 5 Juin 2011 est un tissu de "mensonges sionistes" et la raison de l’émeute à Yarmouk le 6 Juin 2011 est un vague "échec d’organisation de la manifestation" sur le Golan.

    Est-ce assez court ?

  • permalien Nathan :
    8 juin 2011 @18h34   « »

    Deïr Yassin : 8 juin @11h28

    PS. Je suppose que les gens évacués sur le vidéo de Baladee.net travaillent pour Pallywood dans votre ’explication’ (Hasbara).

    Au vu de vos images, rien n’indique que des Palestiniens aient été tués. On voit des manifestants ramener leurs camarades derrière leur tranchée de fortune. Ils sont peut-être seulement blessés (l’armée israélienne ayant déclaré qu’elle avait tiré dans les jambes).

  • permalien K. :
    8 juin 2011 @20h00   « »

    Joseph Massad (Under the cover of democracy- Al Jazeera english 8/6/2011) résume excellement la chose : Le Département du Trésor US et ses pendants veulent absolument faire croire que « ... les peuples d’Egypte et de Tunisie ont fait la révolution essentiellement parce qu’ils exigent un supplément de politiques économiques néolibérales »

    Logique : Si le néolibéralisme dans les pays arabes a créé une infime minorité de riches, davantage de néolibéralisme créera davantage de riches, et plus on appliquera du néolibéralisme et plus on créera de riches.

    Et, autant ne pas faire de demi-mesure, à la grossiérisme grossièreté on présente une grossièreté plus grossiérisme encore : les prêts accordés (sous condition d’application de politiques néolibérales) sont un moyen de se placer "du bon coté de l’histoire."

    Et le Département du Trésor US et ses pendants expliqueront à certaines tranches des populations occidentales indignées que leurs pays prête de l’argent alors qu’eux-mêmes souffrent de la crise économique qu’il s’agit de défendre les "valeurs occidentales."

    Et les peuples de se combattre et se hair pendant que les "élites" "transnationales" se frottent les mains.

  • permalien K. :
    8 juin 2011 @20h09   « »

    Erratum : "à la grossiérisme grossièreté on ajoute [etc...]"

  • permalien K. :
    8 juin 2011 @20h11   « »

    grossiérissime.

    J’éteins.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 juin 2011 @22h44   « »
    Youm al-Naksa dans le Golan

    En attendant que l’IDF nous sorte/fabrique/bricole les images des manifestants jetant des cocktails Molotov, mettant par l’occasion le feu et sautant sur des mines à Quneitra, quelques articles :

    1. Interview avec Salman Fakhreddin, originaire lui-même de Majdal Shams, présent sur le Plateau de Golan, côté syrien. Il parle bien de morts tués par le Tsahal.

    C’est vrai, les Arabes sont des menteurs, selon la formule consacrée israélienne, mais comme Fakhreddin est Druze, et qu’en Israël, les Druzes ne sont pas considérés ’Arabes’ dans leur classification héritée du système d’Apartheid sud-africain, on pourrait peut-être lui accorder un peu de crédibilité.

    http://electronicintifada.net/conte...

    2. Un article très intéressant : "Est-ce que IDF a miné le Golan depuis Youm al-Nakba ?"
    Le rapport de Marian Hunk vaut le détour.

    http://mondoweiss.net/2011/06/wait-...

    Bien entendu, l’IDF n’a visé que les jambes. Ce n’est pas L’Armée-La-Plus-Morale-Au-Monde pour rien ...

  • permalien Deïr Yassin :
    8 juin 2011 @23h13   « »

    Une déconstruction de la narrative israélienne sur les morts dans le Golan :
    http://mondoweiss.net/2011/06/israe...

    Surtout l’article de Max Blumenthal est intéressant :

    http://maxblumenthal.com/2011/06/on...

    On y apprend d’où vient la rumeur sur les manifestants payés par le régime syrien : d’un certain Farid Ghadry, exilé syrien aux States, et accessoirement membre d’AIPAC.

    Il n’est pas prouvé que les Syriens sont derrières l’organisation des manifestations - c’est en effet un postulat israélien qu’on nous a servi ici aussi - et comme le dit Rami Zurayk, interviewé par Blumenthal : "Les Palestiniens n’ont pas besoin des Syriens pour avoir envie de retourner en Palestine"

    Il y a aussi Kevin Connolly du BBC, présent à Majdal Shams :
    - www.bbc.co.uk/news/world-mid...

  • permalien Yasmina :
    9 juin 2011 @11h31   « »

    Deir Yassine à L. S. :
    8 juin @22h44 «  »
    Youm al-Naksa dans le Golan

    En attendant que l’IDF nous sorte/fabrique/bricole les images des manifestants jetant des cocktails Molotov, mettant par l’occasion le feu et sautant sur des mines à Quneitra,

    D’apres News Orient News( Liban) , qui abonde dans votre sens :

    Des soldats israéliens ont perpétré un massacre contre des civils désarmés qui commémoraient, dimanche 5 juin, le 44ème anniversaire de la Naksa, la défaite arabe lors de la guerre des Six-jours, au cours de laquelle Israël a occupé la Cisjordanie, Jérusalem, le Golan et le Sinaï. 19 personne ont été tuées et quelque 325 blessées.
    Le directeur de l’hôpital de Mamdouh Abaza à Quneitra, en Syrie, le Dr. Ali Kanaan, a souligné que les dépouilles de manifestants, âgés de 19 et 22 ans, sont arrivées à l’hôpital, ainsi que des dizaines d’autres blessés par les tirs des forces d’occupation israélienne. L’armée israélienne a utilisé les balles réelles et les bombes lacrymogènes contre les jeunes qui tentaient de rentrer chez eux, dans leur terre occupée. Elle a également mis le feu près de la clôture de fils barbelés pour empêcher les jeunes de s’y approcher, et a tiré sur les équipes des pompiers et sur des ambulances.
    Les Israéliens ont par ailleurs évacué deux de leurs soldats blessés dans l’explosion d’une mine israélienne près du barrage de barbelés dans le Golan.Malgré la violence de la répression israélienne, les jeunes manifestants ont exprimé aux journalistes présents la détermination des Golanais et des Palestiniens à retourner sur leurs terres. « Ou bien nous tombons martyrs ou bien nous retournons à notre terre occupée », a dit l’un d’eux. Un autre a affirmé qu’il est de leur droit légitime de retourner chez eux et que les convois des martyrs continueront à affluer jusqu’à la libération de leur terre.
    « Quiconque essaiera de franchir cette frontière sera tué », avaient prévenu par haut-parleurs les militaires israéliens déployés face à la foule désarmée.
    Rassemblés à nouveau à la suite d’un mot d’ordre diffusé sur le réseau social Facebook, les Palestiniens agitant des drapeaux nationaux ont notamment déferlé d’une colline surplombant le village druze de Majdal Chams pour se diriger vers les barbelés matérialisant la ligne de démarcation, aux confins du Liban, de la Syrie et du Liban.
    C’est à ce moment que des tireurs d’élite israéliens positionnés en retrait ont ouvert le feu, tandis qu’une chaîne de télévision israélienne, Channel 10, transmettait les incidents en direct. « C’était comme un tir aux pigeons », a raconté un agriculteur du village

  • permalien Yasmina :
    9 juin 2011 @11h34   « »

    sur les incidents entre Palestiniens pro et anti regime syrien

    le reportage de RussiaToday :http://arabic.rt.com/news_all_news/...

  • permalien Yasmina :
    9 juin 2011 @11h39   « »

    Sinon d’autres reportages de RT sur la Syrie :

    http://arabic.rt.com/focuses/item/62552/

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @21h13   « »

    Seifedine Ammous, "Financial Times", 07/6/2011, [sur les "aides" du FMI et consorts aux pays arabes.] (1/2)

    ...

    Les milliards d’aide déjà promis à l’Egypte et la Tunisie veront de nouveau des fonctionnaires bien connectés dicter les dépenses.

    ..

    ..Le résultat probable sera une augmentation des taxes et des tarifs, ainsi que des crises financières et du change, les gouvernements devant dévaluer la richesse de leurs peuples pour payer les créanciers internationaux. La souveraineté est rapidement compromise sur l’autel des calendriers de remboursement, comme certains gouvernements parmi les plus riches sont aussi en train de le découvrir.

    Peut-être chose la plus importante, l’aide a un impact politique aussi. Ceux qui préconisent un nouveau soutien semblent oublier que les régimes déposés avaient déjà reçu beaucoup de financements de l’aide internationale.

    Sous l’égide du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, ils ont présidé à des privatisations et des programmes de réforme élaborés, qui ont bénéficié aux proches du pouvoir mais ont peu fait pour aider la population en général. En réalité, les régimes ont tendance à utiliser ce soutien pour renforcer leur domination, créer des dispositifs sécuritaires étatiques et renforcer des gouvernements kleptocratiques n’ayant de comptes à rendre qu’à leurs prêteurs étrangers.

    Aujourd’hui, avec une Tunisie et une Égypte menées par des gouvernements provisoires, le risque est que le pouvoir obtenu à travers le contrôle de ces dépenses mine leurs précaires transitions démocratiques.

    Des programmes d’aide généreux signifient que les dirigeants n’ont pas à plaire leurs citoyens, ou à gagner leur confiance pour s’assurer le pouvoir. Ils peuvent, au contraire, utiliser l’argent des bailleurs de fonds pour construire un état sécuritaire et acheter leur opposition. Alors que sans aides les gouvernements ont plus de mal à construire des réseaux clientélistes corrompus, et doivent plutôt répondre aux exigences de leur peuple.

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @21h16   « »

    Seifedine Ammous, "Financial Times", 07/6/2011. (2/2)

    Une meilleure approche serait que les aides ne se fassent pas avant la fin des élections et la formation de gouvernements élus. Mieux encore, les donateurs devraient être prêts à poser la question du financement au public lors d’un référendum, ce qui permet au peuple de choisir s’il veut vraiment des projets aujourd’hui et des dettes demain.

    En effet, compte tenu de la forte relation entre les donateurs et les régimes déposés, il n’est pas impossible d’imaginer des élections libres produire de nouveaux leaderships qui rejettent un nouveau financement, visant plutôt à réduire ou éliminer l’aide étrangère et les dettes.

    Sans cela, un corps politique dysfonctionnel et un lourd endettement peuvent être tout ce qui sera laissé à la Tunisie et l’Egypte. Pourtant, les populations de la Tunisie et l’Egypte se soulevèrent contre les dictateurs irresponsables aidés par ces largesses mêmes. Maintenant, ils méritent la chance de décider eux-mêmes s’ils veulent la même chose

  • permalien Lou :
    9 juin 2011 @22h49   « »

    Pris au piège dans la bande de Gaza : le passage de Rafah est fermé aux Palestiniens juste après l’engagement égyptien de l’ouvrir

    Le passage de Rafah s’ouvre de nouveau

    Il fut ré-ouvert hier sans que le pouvoir égyptien donne des explications .
    Ouvert de 9 à 17 heures pour 550 personnes par jour.

    alors...

    Israel closes Gaza crossing

    Moussa pour la paix israélo-palestinienne mais "pas à n’importe quel prix"

    09/06/2011

    Le secrétaire général sortant de la Ligue arabe, Amr Moussa, candidat déclaré à la présidentielle égyptienne, a affirmé jeudi sur la chaîne France 24 que s’il était élu il œuvrerait pour la paix entre Israël et les Palestiniens, mais "pas à n’importe quel prix".
    "La position de l’Egypte doit redevenir une position d’influence dans la région, et suivre une politique juste consistant à établir la paix, mais pas à n’importe quel prix, pas juste en tournant autour en participant à des réunions etc." a-t-il déclaré
    (...)
    "Le besoin de paix est aussi un besoin d’équité, et notre engagement en faveur d’un Etat palestinien est inébranlable", a-t-il ajouté.
    Toutefois, rebâtir l’Egypte après la chute du président Hosni Moubarak en février dernier "demande la paix et la stabilité autour de nous, et certainement pas des politiques aventureuses", a-t-il souligné.

    Un engagement inébranlable mais pas aventureux et les Palestiniens comme "variable d’ajustement" ?

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @21h17   « »

    Le programme de promotion de la démocratie dans les pays arabes de "The Economist" : que les Saoud élargissent leur système clientéliste à tous les pays arabes.

    http://www.economist.com/node/18805...

    L’Occident a besoin de la coopération de l’Arabie saoudite pour apporter ne serait-ce qu’un semblant de paix au Yémen et pour traiter de nombreux autres problèmes tests dans le monde arabe. Le royaume peut faire plus que tout autre pays pour fixer le prix du pétrole sur le marché mondial. Il est un allié crucial dans la lutte contre l’extrémisme islamiste violent. Il s’oppose aux ambitions nucléaires de l’Iran. Ses largesses gardent tranquilles les citoyens rétifs du golfe- et sera vitalement nécessaire pour aider à surmonter le craquement des économies de l’Egypte, la Tunisie et la Libye.
    Pourtant, les Saoudiens sont eux-mêmes un problème. Alors que les Arabes ont partout soif de démocratie, (..) les princes vieillissant de l’Arabie saoudite font face à une crise de succession, ne montrent que dédain pour les droits des femmes, côtoient la corruption, se plient aux forces de l’intolérance religieuse, et écrasent leurs propres démocrates et ceux des pays voisins. Tout en leur demandant d’être le stabilisateur de la région, l’Occident doit néanmoins franchement leur dire qu’ils ne peuvent pas résister aux vents de la réforme à jamais, pas plus que leur malheureux et non regretté ancien protégé, M. Saleh.

  • permalien K. :
    11 juin 2011 @19h28   « »

    Sur l’argument qui se veut imparable disant que si les “politiques” néolibérales imposées par le Departement du Tresor US et ses pendants ont échoué dans les pays arabes, c’est parce que les dirigeants de ces pays étaient corrompus (comme si, soit dit en passant, les politiciens étatsuniens n’étaient pas corrompus qui ne peuvent accéder au pouvoir sans l’argent d’institutions qui exigent en retour que des politiques néolibérales soient appliquées), le journaliste egyptien Wael Gamal soulève la question de savoir pourquoi alors les prêteurs ont-ils poursuivi leurs “aides” année après année et pendant des lustres ?

    The caveat that is often put forth is that these experiences were distorted by the context : that the implementation of neoliberal prescriptions was filtered through the corrupt, authoritarian governments and their cronies. Fair enough, except that these observations about the context must have been evident to International Financial Institutions (IFIs) before their prescriptions, loans, funding, conditionalities, support were given/offered to the same crony actors that are blamed for the misapplication in retrospect.

    Et la réponse n’est-elle pas au contraire que la “réussite” des politiques néolibérales est inversement proportionnelle au bien-être de la majorité et ce faisant ne peut avoir lieu qu’avec l’aide de dirigeants corrompus et dictatoriaux ?

    The prescriptions themselves are based on axioms that require serious revision in light of actual experiences and developmental busts—not to mention their performance globally in relation to social justice. This claim of ours holds with or without considering the politics behind IFI’s, which muddles the scene further as it reveals some (and sometimes strong) affinity between authoritarian rule, neoliberalism, and sponsor countries.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    12 juin 2011 @00h41   « »

    @ Nathan, K et à ceux qui s’y intéressent

    Chronique d’AVNERY sur les événements du GOLAN et son avis : pourquoi, comment, vraisemblance des déclarations de l’armée, etc...

    http://zope.gush-shalom.org/home/en...

    On y voit clairement qu’AVNERY est un sioniste : pas de droit au retour pour les palestiniens.

  • permalien K. :
    12 juin 2011 @12h07   « »

    Un article de février 2011 de Walter Ambrust (spécialiste de l’Egypte professeur à Oxford) sur Al Jazeera english traduit de l’anglais par Maurice Lecomte pour "Changement de Société" :

    L’accent mis pour décrire la corruption comme l’exploitation éhontée du système politique à des fins personnelles est l’arbre qui cache la forêt. Une telle exploitation est assurément un attentat contre des citoyens égyptiens, mais la nommer « corruption » suggère qu’il s’agirait d’une aberration dans un système qui par ailleurs fonctionnerait correctement.

    Alors que, explique l’auteur, il s’agit d’un pur (et pratiquement légal) produit du système, comme il peut se voir non seulement dans les "pays en développement" mais également, et surtout, aux Etats-Unis.

    Les passages consacrés à l’establishment militaire egyptien ne sont pas encourageants.

  • permalien Lou :
    21 juin 2011 @00h19   «

    mardi 14 juin 2011
    En Egypte, le gouvernement enquête sur Ilan Grapel, un espion présumé israélien

    Par RFI

    En Egypte, les autorités ont arrêté ce dimanche 12 juin 2011 un homme possédant la double nationalité israélienne et américaine. La presse égyptienne assure que l’homme est un espion israélien. Ce que démentent les autorités de l’Etat hébreu ainsi que les proches du jeune homme.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    Qui est vraiment Ilan Grapel ? Pour la presse égyptienne cela ne fait aucun doute. L’homme est un espion et son arrestation est un coup dur porté au Mossad, les services secrets israéliens. Les journaux du Caire croient savoir que le jeune homme a été envoyé en Egypte « dans le but de porter atteinte aux intérêts économiques et politiques du pays » voire même pour « inciter au chaos et aux affrontements interconfessionnels ».

    Israël dément de même que la famille et les amis d’Ilan Grapel, interrogés par les médias israéliens. D’après les récits et témoignages, Ilan Grapel est né aux Etats-Unis il y a 27 ans. Il a obtenu la nationalité israélienne en 2005 et s’est engagé dans l’armée. Il a combattu en 2006 lors de la seconde guerre du Liban, durant laquelle il a été blessé.

    20-06-2011
    Israël demande la remise de son espion en échange de la libération de 3 égyptiens

    Le quotidien égyptien Al-Akhbar a rapporté dimanche que les autorités israéliennes ont proposé à l’Egypte de libérer l’officier du Mossad Ilan Grapel en échange de la libération de 3 égyptiens détenus en "Israël".

    Selon la même source, l’Egypte répondra à cette proposition dans les prochains jours.

0 | 100

Ajouter un commentaire