Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Hezbollah, « les scouts d’Al-Mahdi »

Hezbollah, « les scouts d’Al-Mahdi »

mercredi 8 juin 2011, par Alain Gresh

La chaîne franco-allemande Arte diffusera, vendredi 10 juin à 23 heures un documentaire intitulé Les Scouts d’Al-Mahdi, réalisé par Bruno Ulmer.

J’ai participé à ce travail et j’ai écrit pour le site d’Arte un petit texte que je reproduis ci-dessous.

« Si vous fâchent les signes, combien vous fâcheront les choses signifiées ? » (Rabelais)

« La plus grande difficulté quand nous abordons une société étrangère est que nous la regardons avec des yeux d’étrangers. Nous la voyons à travers le prisme de notre culture, de notre histoire, de nos traditions et aussi de nos préjugés. »

« Ainsi, des jeunes, des enfants en uniforme ne peuvent que choquer des Européens, nous rappeler de mauvais souvenirs, alors même que le scoutisme a été une tradition européenne, inventée par les Européens, même si elle est en voie de disparition. »

« Ainsi, des jeunes et des enfants à qui l’on enseigne le nécessaire sacrifice pour défendre la patrie ne peuvent que choquer des Européens. Notre continent a tourné la page des guerres, de ces affrontements nationaux où rien n’était plus glorieux que de se sacrifier pour la patrie : les monuments aux morts de la Première et de la Seconde Guerre mondiale nous le rappellent dans le moindre village. Comment regarder alors un pays comme le Liban où la guerre reste omniprésente, où l’ennemi est clairement identifié ? »

« Avec Les scouts d’Al-Mahdi, nous avons voulu donner à voir le monde à travers leurs propres yeux, si l’on peut dire ; comprendre ce qui les fait agir, penser, et aussi rire. Et nous avons voulu passer au-delà du regard dominant sur l’organisation à la réputation sulfureuse à laquelle ils sont liés. Nous devons regarder ces images et ces témoignages avec un esprit critique. Mais celui-ci sera d’autant plus acéré que nous comprendrons mieux le contexte dans lequel ces images ont été tournées. »

Evidemment, le fait que le film parle d’une organisation liée au Hezbollah va créer la polémique. On peut déjà la mesurer dans les commentaires qui accompagnent un article inénarrable intitulé « Tsahal : “Les manifestants ont causé leur propre mort” » (Juif.org, 6 juin 2011). Si l’on comprend bien le titre, les manifestants palestiniens du 5 juin sur le Golan sont responsables de leur mort ! Comme les manifestants morts en Syrie sont responsables de ce qui leur arrive, selon le gouvernement ! Comme les morts sous la torture au Bahreïn sont responsables de leur sort !

179 commentaires sur « Hezbollah, “les scouts d’Al-Mahdi” »

0 | 100

  • permalien Al. Heisenberg :
    8 juin 2011 @17h17   »

    J’attend avec impatience le jour de la diffusion !

  • permalien Laurent Szyster :
    8 juin 2011 @20h05   « »

    Je n’avais pas autant ris depuis si longtemps.

    Résumons.

    Si je dis que les normes sociales arabes sont différentes des normes occidentales, qu’elles sont plus oppressives, qu’elles sont moins émancipées je suis un infâme orientaliste pétris de préjugés racistes.

    Et si je pense à mal quand une milice embrigade des enfants et les gave de propagande "antisioniste" belliqueuse sur le modèle qui a produit de la chair à canon pour 14-18 et 40-45, je vois encore les choses "à travers le prisme de notre culture, de notre histoire, de nos traditions et aussi de nos préjugés" !

    Avant de visionner « les scouts d’Al-Mahdi » M. Gresh prévient les spectateurs qu’ils ne doivent pas penser à mal.

    Ce ne sont que des enfants qui rient et s’amusent à jouer à la guerre contre les ... hum ... "sionistes".

    Car après trois décennies de guerre civile tantôt ouverte tantôt secrete, alors que la guerre de tous contre tous continue à coup de voitures explosives et d’assassinats, "l’ennemi est clairement identifié" au Liban !


    Intervenant dans le débat sur les évènement du 5 Juin 2011 à la frontière du Golan, M. Gresh nous gratifie d’un grand moment de sophisme pour réconforter son public "antisioniste" :

    Si l’on comprend bien le titre, les manifestants palestiniens du 5 juin sur le Golan sont responsables de leur mort ! Comme les manifestants morts en Syrie sont responsables de ce qui leur arrive, selon le gouvernement ! Comme les morts sous la torture au Bahreïn sont responsables de leur sort !

    Trois phrases, trois contre-vérités.

    L’émir du Bahrein n’accuse pas les opposants d’être responsables de leur tortures. Il nie tout simplement qu’il y ai eu des suppliciés.

    Le régime syrien n’accuse pas les manifestants d’être responsables de leur décès. Il nie avoir tué des manifestants pacifiques et n’admet qu’avoir réprimé des brigands islamistes surarmés.

    Enfin, personne n’accuse les neufs manifestants tués par des mines syrienne d’être responsables de leur sort.

    Certainement pas leur familles, qui ont clairement indiqués qui sont pour elles les coupables lors des funérailles au camp de Yarmouk le 6 Juin 2011.

  • permalien vegmep :
    8 juin 2011 @21h00   « »

    Ce camp ressemble au camp d’entrainement des jeunes spartiate, ce enfant deviendrons des guerriers redoutable une fois adulte.

    il n’est pas question d’endoctrinement, les jeunes libanais doivent arriver a faire ce que leur parent n’ont pas fait. Ils ne peuvent pas se permettre d’être des enfant dans leur pays alors qu’ils sont coloniser, bombarder et massacrer en toute impunité. Ils perdrons leur enfance pour que peut être leur enfant a eux puissent vivre dans un pays libre.

  • permalien Laurent Szyster :
    8 juin 2011 @21h22   « »

    @vegmep,

    Ce camp ressemble au camp d’entrainement des jeunes spartiate, ce enfant deviendrons des guerriers redoutable une fois adulte.

    Vous avez vu le documentaire en avant-première, vous avez visité ces camps de jeunesse vous même ou est-ce simplement un fantasme ?

    il n’est pas question d’endoctrinement, les jeunes libanais doivent arriver a faire ce que leur parent n’ont pas fait. Ils ne peuvent pas se permettre d’être des enfant dans leur pays alors qu’ils sont coloniser, bombarder et massacrer en toute impunité. (sic)

    Encore ce fantasme d’enfants transformé de force en robots meurtriers et suicidaires au service de délires revanchards dont les premières victimes sont les Libanais eux-mêmes.

    Tsss, vous n’avez pas lu M. Gresh, vous voyez les scouts d’Al-Madhi "à travers le prisme de notre culture, de notre histoire, de nos traditions et aussi de nos préjugés." !

  • permalien bonhomme :
    8 juin 2011 @21h51   « »

    Je suis avec beaucoup de fidélité votre blog, dont je loue la lucidité ; mais depuis 2 mois j’avoue être extrêmement gêné de votre mutisme quasi complet sur la situation en Syrie, pourtant coeur géographique de votre blog. 1100 morts plus tard c’est toujours motus et bouche cousue... J’ai à nouveau l’impression de me retrouver face au 2 poids / 2 mesures que vous dénoncez par ailleurs si bien à propos du conflit Israël-Palestine et des déformations occidentales sur celui-ci sur de l’Iran et sur l’Islam.
    Mais là, sur la situation intérieure en Syrie, et alors qu’un peuple affronte (et avec quel héroïsme !) un Etat tortionnaire qui rappelle les pires horreurs des dictatures d’Amérique Latine (ou du régime d’Hafez tout simplement !), on a vraiment l’impression qu’il vous est très très difficile d’en rendre compte... et peut-être d’avouer les failles d’un régime dont je ne peux croire que vous ignorez tout... Faisant cela vous participez tristement au black-out actuel précisément orchestré par... Israël, l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis. Je perçois vos craintes éventuelles devant une déstabilisation régionale, mais se taire et rester les bras croisés devant tant de morts et l’inertie internationale actuelle n’est pas admissible. Ne pas décrire et expliquer la révolution syrienne en marche sur un blog consacré à l’Orient, c’est manquer gravement au devoir d’informer.

  • permalien Jordi GRAU :
    8 juin 2011 @22h55   « »

    A Bonhomme

    Je pense qu’Alain Gresh peut très bien se défendre tout seul, néanmoins j’aimerais faire quelques objections à votre message :

    - A. Gresh a écrit sur son blog deux articles parlant de la Syrie depuis mars (cf. les archives, sur cette page). On peut estimer que c’est trop peu. Mais ce n’est pas si mal, dans la mesure où A. Gresh est loin d’écrire un article par jour.

    - Je n’ai pas l’impression que la position d’A. Gresh par rapport au régime de Bachar El Assad soit complaisante. En mars, dans Révoltes en Syrie, il reprenait à son compte les propos sans ambiguïtés du rédacteur en chef d’Al-Quds :

    "Le régime est-il menacé ?

    Il cherche à utiliser sa posture résistante dans le conflit israélo-arabe. Mais, comme le souligne Abdebari Atwan, rédacteur en chef du quotidien arabe Al-Quds (Londres) – un des quotidiens connus pour son franc parler, son soutien aux Palestiniens et son opposition aux ingérences des Etats-Unis –, dans son éditorial du 27 mars (PDF) : « La solidarité avec la résistance libanaise (le Hezbollah), l’accueil des secrétaires généraux des organisations palestiniennes (notamment le Hamas) alors que toutes les capitales arabes leur avaient fermé la porte au nez, sont des positions respectables pour lesquelles nous sommes gré au régime syrien et pour lequel il a payé un prix élevé. Mais nous ne voyons aucune contradiction entre ces positions et la satisfaction des demandes du peuple syrien et, s’il existe une contradiction, nous préférons que le régime suspende son soutien au peuple palestinien et à sa cause et qu’il réponde aux demandes de son peuple d’étendre les libertés et de combattre la corruption (...) Car les peuples opprimés ne sont pas capables de libérer les territoires occupés et les armées des dictatures ne sont pas capables de mener une guerre victorieuse. »"

  • permalien s=exp(j*pi) :
    8 juin 2011 @23h56   « »

    Le 16-12-2010 à 21h11, Nathan interpellait sur l’éducation militaire des gamins du Hezbollah. Il fut contré par Deïr Yassin et votre serviteur qui montrèrent que les gamins du Hezb, décrits par le journaliste de Libé semblaient moins "avancés" que les juifs israéliens d’un âge comparable :

    - pour l’extériorisation de la haine et la violence,
    - pour l’éducation à la violence,
    - et même dans le rôle de boucliers humains.

    Le 20-12 à 9h59, Nathan battait en retraite sur ces sujets derrière un "tir de fumigènes" (changement de sujet).

    @ Vegmep

    Je suis en principe opposé à l’usage de la violence, même si je comprends que certains fassent ce choix et même si je ne peux garantir que je resterais non-violent en toute circonstance. Je suis fermement opposé à l’enseignement de la violence aux enfants. Ce n’est pas une raison pour vous priver d’un petit plaisir.

    Sachez donc que votre censeur, L Szy*** qui se moque de votre orthographe devrait lui-même se payer les services d’un correcteur convenable. On écrit : "Je n’avais pas ri ...". Les ris, pluriel, ça signifie les plaisirs et au singulier, ça concerne la marine à voile ou la boucherie (ris de veau).

    Décidément, l’éducation de ces habaristes laisse à désirer : on ne se hasarde pas à moquer qq’1 lorsqu’on est soi-même faible dans le domaine où on prétend donner la leçon.

  • permalien Laurent Szyster :
    9 juin 2011 @01h01   « »

    @Jordi GRAU,

    Merci d’avoir rappelé à bonhomme comment l’opinion de M. Gresh s’articule pour la révolution en Syrie.

    Abdebari Atwan est en effet un merveilleux contorsionniste qui sait résoudre la quadrature du cercle aussi facilement que l’auteur de ce blog.

    La solidarité avec la résistance libanaise (le Hezbollah), l’accueil des secrétaires généraux des organisations palestiniennes (notamment le Hamas) alors que toutes les capitales arabes leur avaient fermé la porte au nez, sont des positions respectables pour lesquelles nous sommes gré au régime syrien et pour lequel il a payé un prix élevé. Mais nous ne voyons aucune contradiction entre ces positions et la satisfaction des demandes du peuple syrien (...)

    Soutenir le Hezbollah dans sa mise en coupe réglée du Liban et accueillir aujourd’hui les "durs" du Hamas comme ceux du FPLP-GC hier pour qu’ils servent la propagande du régime, ce n’est pas contradictoire avec la demande de liberté des Syriens ?

    Est-il possible de tenir un discours qui ne tolère "aucune voix au dessus du bruit de la bataille" contre Israël et en même temps accorder aux Syriens la liberté de parole, les libertés politiques et le droit à la poursuite du bonheur ?

    Le Hezbollah, la direction en exil du Hamas, les pires mafieux de l’OLP et les mollahs iraniens ne sont pas les amis de la liberté pour les Iraniens, les Libanais ou les Palestiniens.

    Ce sont les amis de la tyrannie partout.

    Revenons à la deuxième partie du texte de Abdebari Atwan cité par M. Gresh.

    Non, non, on ne voit aucune contradiction, mais quand même juste au cas où ...

    et s’il existe une contradiction, nous préférons que le régime suspende son soutien au peuple palestinien et à sa cause et qu’il réponde aux demandes de son peuple d’étendre les libertés et de combattre la corruption (...) Car les peuples opprimés ne sont pas capables de libérer les territoires occupés et les armées des dictatures ne sont pas capables de mener une guerre victorieuse.

    Le rédac chef d’Al Quds nous assure que la poursuite de la guerre pour "libérer" la Palestine - sans préciser laquelle, celle avec ou sans Jaffa - est un objectif compatible avec un gouvernement intègre et démocratique.

    Parce que, c’est bien connu, la liberté et la prospérité s’épanouissent à l’ombre des gros drapeaux, des canons, des défilés martiaux et des discours enflammés.

    Sauf bien sur quand Bush fait claquer la bannière étoilée en Irak pour le bénéfice du complexe militaro-industriel, à ce moment là le fascisme est aux portes de Washington !

    En fait le discours de Abdebari Atwan sur la Syrie est totalement contradictoire, du début à la fin.

    Sa seule constante est l’obsession "antisioniste" à laquelle toute action et pensée politique doit être soumise.

  • permalien Nathan :
    9 juin 2011 @08h54   « »

    L’émission sur les scouts est passée sur la première chaîne belge hier soir. Les Belges pourront ainsi la voir deux fois. J’ai vu les 10 dernières minutes du docu. Des gamines psalmodiant des slogans haineux en commentant des dessins d’enfants. Très beau ! Nul doute que ce documentaire donnera naissance à quelques vocations au sein de la nombreuse population immigrée musulmane de Bruxelles. Lors de la grande manifestation qui a ponctué l’intervention à Gaza, on a pu ainsi voir des dizaines de portraits géants de Nasrallah. Des enfants et petits-enfants d’immigrés - pour la plupart marocains - portant des dizaines de portraits d’un combattant chi’ite libanais. Dans les rues de Bruxelles ! Ah c’est beau l’Oumma ! C’est beau le djihad ! Mes yeux en pleurent encore de joie !

  • permalien Noval :
    9 juin 2011 @10h34   « »

    A quand la diffusion par Arte d’un reportage sur telle association si désintéressée, si douce, si pacifique, si altruiste, si serviable, si vertueuse et d’un dévouement humaniste tel que tout téléspectateur qui se respecte versera nécessairement des larmes de compassion ?

    http://www.ism-france.org/communiqu...

  • permalien Jordi GRAU :
    9 juin 2011 @11h05   « »

    A Laurent Szyster

    Encore une fois, Alain Gresh se défendrait certainement très bien tout seul. Mon but était seulement de montrer à Bonhomme qu’A. Gresh ne se désintéressait pas de la Syrie et qu’il avait pris clairement parti pour la démocratisation du régime et pour la révolte du peuple syrien.

    Cela dit, votre message soulève un problème très intéressant et très difficile : peut-on être à la fois pour la démocratie et soutenir des organisations peu démocratiques comme le Hamas ou le Hezbollah ? Pour ma part, je n’ai pas de réponse absolument satisfaisante à cette question. Je dirai seulement, au sujet du Hamas, qu’il a été choisi par la majorité des Palestiniens, et qu’il est fort peu démocratique de refuser toute légitimité à cette organisation. On peut évidemment reprocher plein de choses au Hamas, mais c’est d’abord aux Palestiniens de décider par qui ils veulent être dirigés.

    Ensuite, il me semble que le réalisme politique n’est pas forcément incompatible avec la morale, même s’il est très souvent difficile de concilier les deux. On peut être partisan de la démocratie et des droits de l’homme et reconnaître une certaine légitimité à des Etats qui violent régulièrement les droits de l’homme, pratiquent la torture, emprisonnent des gens abusivement et apportent un soutien actif à des dictateurs. Je pense à des pays comme les Etats-Unis ou la France (je laisse volontairement de côté Israël, pour ne pas donner un ton trop polémique à ce message), qui à bien des égards ne sont pas plus innocents que le Hamas ou le Hezbollah.

  • permalien Félix :
    9 juin 2011 @11h50   « »

    Je compatis volontiers avec les malheurs des peuples arabes et n’ai guère de sympathie pour la politique extérieure ( et même intérieure ) israélienne, mais des camps d’entrainement pour enfants, c’est de la ***.
    Avec ça, on est sûr de minimiser les chances d’une réflexion à venir. Je sais qu’il est facile, depuis mon salon en France, de parler de réflexion, mais punaise il y a suffisamment d’exemples historiques : ancrer la haine dans le cœur des jeunes ( même une haine qui pourrait sembler légitime ), c’est préparer les horreurs futures.
    Est-il vraiment impossible d’imaginer une lutte ferme mais "raisonnable" ?
    Il me semble que les insurgés de Tunisie, de Libye, d’Égypte ou de Syrie n’ont pas eu besoin d’envoyer leurs enfants dans ce genre d’organisations pour se révolter. Peut-être que je me trompe par manque d’information.
    Peut-être que mon "regard occidental" est biaisé, mais ça m’a l’air d’être une belle saleté cette organisation scout.

  • permalien Nathan :
    9 juin 2011 @13h09   « »

    Ce qui frappe aussi dans les quelques minutes du documentaire que j’ai eu l’occasion de voir, c’est le véritable culte de la personnalité dont jouit Nasrallah. On est ici dans un sorte de délire collectif. Aux yeux de ses fidèles, il s’agit d’un envoyé de Dieu sur terre et on sent bien que toute parole de sa part est reçue comme un ordre. Si Nasrallah leur dit de se jeter dans un précipice, ils le feront le sourire au lèvres, comme l’ont fait les dingues de la secte de Waco ou du Temple Solaire.

  • permalien Laurent Szyster :
    9 juin 2011 @13h20   « »

    @Jordi GRAU,

    Un gouvernement démocratique peut effectivement s’accommoder avec ou soutenir des régimes tyrannique pour défendre les intérêts égoïste de ses électeurs. Les exemples ne manquent pas, en commençant par le commerce occidental avec la Chine.

    Et on peut à la fois être un ami de liberté et être contraint par la force des choses de s’allier avec ses ennemis, cela c’est vu pendant la seconde guerre mondiale quand les démocraties libérales se sont liguées avec la très stalinienne Union Soviétique.

    Mais là ne réside pas la principale contradiction de Abdebari Atwan.

    Pour Abdebari Atwan la démocratie et l’intégrité sont bonnes non pas en soi et pour soi, mais que parce qu’elles devraient permettre de "libérer" la Palestine et gagner la guerre contre Israël !

    Peut-être ne pense-t-il pas vraiment cette énormité ? On peut espérer pour lui qu’il ne s’agit que d’une façon de présenter les choses pour ne pas affronter brutalement les dogmes du discours dominant dans le Monde Arabe.

    Mais c’est alors un bien triste constat.

    Et c’est en cela qu’il y a une contradiction fondamentale entre l’émancipation des citoyens pour eux-mêmes et l’obsession revancharde des partis "antisionistes" toujours mise au service de tyrannie.


    En passant je voudrais aussi commenter ceci.

    Je dirai seulement, au sujet du Hamas, qu’il a été choisi par la majorité des Palestiniens, et qu’il est fort peu démocratique de refuser toute légitimité à cette organisation. On peut évidemment reprocher plein de choses au Hamas, mais c’est d’abord aux Palestiniens de décider par qui ils veulent être dirigés.

    Ce sont les USA et l’UE qui ont forcé l’Autorité Palestinienne à organiser des élections libres en 2005, contre l’avis des Israéliens et des barons du Fatah.

    Et si le résultat a pu déplaire aux Occidentaux, il n’ont coupé les ponts avec le gouvernement du Hamas que lorsque celui ci a refusé d’appliquer les accords passés par les institutions nationales dont les islamistes avaient pris la charge.

    Personne n’a contesté la légitimité des élections palestiniennes en 2005. C’est le Hamas lui même qui s’est délégitimisé en refusant d’assumer ses responsabilités démocratiques une fois au gouvernement.

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @14h30   « »

    Il ne suffit pas de dire que les enfants d’Israel sont élevés dans une véritable haine, il faut ajouter que les enfants d’Israel sont élevés ainsi parce que la “normalité” sioniste par rapport aux habitants du Sud-Liban, cette région directement frontalière d’Israel dont est issue le Hezbollah, est que les dits habitants doivent non seulement se laisser voler leurs ressources, mais également se faire les tirailleurs des sionistes. Ce n’est que lorsqu’ils seraient les carpettes des sionistes qu’il mériteraient les qualificatifs déments de “modérés” ou “pragmatiques”.

    Je dis qu’il faut pudeur garder, je dis que tous ceux qui n’ont pas vu leurs propres enfants, frères, père, mère, amis, aimés, périr sous leurs yeux sous les bombes sionistes depuis des décennies- bien avant l’avènement du Hezbollah- sous l’indifférence si ce n’est les encouragements de la "communauté internationale", ne peuvent pas savoir comment en quoi ils se transformeraient.

  • permalien Deïr Yassin :
    9 juin 2011 @14h40   « »

    On remarquera que Nathan, notre Grand Sage, a pondu deux commentaires sur quelques minutes qu’il a vu d’un documentaire qui dure 80 minutes en tout. Il est donc dans sa lignée habituelle.

    Pour ceux qui n’auront pas l’occasion de voir ce documentaire demain soir, ici quelques extraits :

    1. www.youtube.com/watch ?v=HNVV...
    2. www.youtube.com/watch ?v=4zdl...
    3. www.youtube.com/watch ?v=WDlL...
    - où on voit les scouts rendre visite à des soeurs chrétiennes à
    l’occasion de Noël. Quel fanatisme religieux.

    En attendant un documentaire sur le scoutisme juif. J’ai entendu que les colons, comme à Itamar, sont souvent friand du scoutisme, mais je ne suis pas sur qu’ils font dans l’interreligieux ...

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @14h51   « »

    “...ne peuvent pas savoir comment ils réagiraient, en quoi ils se transformeraient.”

    Ainsi les sionistes, voleurs de terres, expulseurs et massacreurs d’Arabes, éduquant leurs enfants dans la haine et la paranoia, pervertisseur des mots, gardiens de l’abject ordre établi au Moyen-Orient, eux savent trop bien, et devraient être les derniers à donner des leçons, s’ils avaient encore le moindre sens de la pudeur.

  • permalien Deïr Yassin :
    9 juin 2011 @15h16   « »

    @ Szy

    Il ne suffit pas de lire trois lignes d’Abdelbârî Atwân pour faire une conclusion sur sa pensée, celle-ci étant bien plus complexe que la vôtre.

    Si vous l’aviez lu régulièrement, vous ne vous posez pas la question si pour Atwan, la Palestine dont il parle, est sans ou avec Jaffa.

    Abdelbârî Atwân est né dans un camp de réfugié à Gaza au lendemain de la Nakba où ses parents ont dû fuir ’Isdûd.

    Aujourd’hui Isdüd, une des plus anciennes villes du monde se trouve ensablée, et une nouvelle ville, Ashdod, fut fondée en 1956 à 2 kilomètres. Il est donc tout à fait normal qu’Atwân soit ’obsessionnellement antisioniste’.

    Il est par contre beaucoup plus étonnant qu’un Belge comme vous ayez comme seule constante l’obsession "sioniste".

    - www.palestineremembered.com/...

  • permalien deMontigny :
    9 juin 2011 @15h26   « »

    Se mettra certainement en branle "la machine" ; anticipation d’un obstacle potentiel, sa stigmatisation, voir diabolisation et la mobilisation de l’opinion publique en voie de sanctions ou d’une future intervention "humanitaire" pour aider les "victimes". Le moule fait à tout le monde - c’est-à-dire à tous ceux qui ne s’alignent pas de leur plein gré, et ce dans un délai acceptable.

  • permalien Laurent Szyster :
    9 juin 2011 @15h26   « »

    @Deïr Yassin,

    En attendant un documentaire sur le scoutisme juif. J’ai entendu que les colons, comme à Itamar, sont souvent friand du scoutisme, mais je ne suis pas sur qu’ils font dans l’interreligieux ...

    Vous n’avez rien trouvé d’autre pour nier la réalité déplaisante de l’embrigadement d’une jeunesse libanaise dans les délires de Nasrallah ?

    Encore qu’à la réflexion, vous avez mille fois raison de parler d’Itamar à propos de jeunesse décérébrée !

    West Bank court indicts Palestinian teens for murder of Fogel family

    According to a senior Shin Bet official involved in the investigation, despite the suspects’ young age, Hakim and Amjad "described what they did with self-control and did not express regret over their actions at any stage of the investigation."

    Voila le genre de psychopathes que produit le lavage de cerveaux "antisioniste". Ces deux là se revendiquaient vaguement de la version pseudo-marxiste dispensée par le FPLP.

    @K,

    Chaque fois que je vous lis je pense à cette petite vidéo de John Cleese sur l’extrémisme et "the rather sad paranoïd schizo that you really are" :

    John Cleese vs Extremism

  • permalien Yasmina :
    9 juin 2011 @15h46   « »

    Nathan

    il s’agit d’un envoyé de Dieu sur terre et on sent bien que toute parole de sa part est reçue comme un ordre.

    Un rénovateur oui. Surtout il est credible et ne nous mène pas en bateau.

    Si Nasrallah leur dit de se jeter dans un précipice, ils le feront le sourire au lèvres, comme l’ont fait les dingues de la secte de Waco ou du Temple Solaire

    heureusement que Nasrallah est plus sage. Il a une grande concience et un grand respect de la vie humaine pour l’a gaspiller en des futilités. Ce n’est pas le chef d’une secte débile new age mais le chef d’une résistance determinée, intelligente, stoique, patiente, constante, forte, morale, victorieuse et humble( dans la victoire).

  • permalien Cana :
    9 juin 2011 @15h54   « »

    C’est à peine si le mot Hezbollah est prononcé qu’on entend la cacophonie de la haine aveuglante qui se met en branle .
    Je ne discuterai pas avec ces piaffeurs. c’est inutile.
    je n’ai pas tout lu de ce qui est écrit ici. Comme dirait un écrivain célèbre dans l’émission de Taddei : ça donne le vertige.
    je n’ai pas encore vu le docu sur les scouts du Hezb. Mais j’ai lu les articles du réalisateur et de A.Gresh , ainsi que de la journaliste tunisienne cité par Gresh.
    Juste quelques remarques avant que la foudre ne tombe sur la tête des gens :
    - Nulle part je n’ai lu que ces enfants-scouts étaient des enfants orphelins , enfants de martyrs., dont s’occupe le Hezb comme l’a noté la journaliste tunisienne.
    - je n’ai pas lu non plus que le Liban, du moins le Sud du Liban est un pays en guerre ( dans l’article de télérame de la semaine dernière) victime à plusieurs reprises de massacres de masse -à Cana notamment
    Quand les bombes israéliennes ciblent des enfants et leurs familles, on assiste à une forme inédite de massacre( les familles groupées et massacrés ) Voici un aperçu de ce genre de massacres modernes tel que racontée par une survivante de Cana à R.Fisk ( ch. sur le massacre perpétré le 18 avril 1996 )
    "Un homme était au sol, coupé en 2. Il y avait une femme enceinte, et j’ai vu le bras et la jambe de son bébé pas encore né pointer hors de son estomac.Un homme avait la tête criblée d"éclats d’obus...il appelait sa fille à son secours. Il lui demandait de le relever.Je l’ai entendue lui répondre :"attends, je rassemble mon frère, il a le corps coupé en 2".Il y avait un autre frère qui tenait un enfant dans ses bras , mais cet enfant n’avait plus de tête, et le frère était mort aussi."
    Les sociétés qui vivent au 20eme et 21 éme siècle dans ces terreurs-là savent que l’enfance est déjà rendue impossible , voire détruite ou profondément perturbée pour une à deux générations.
    Les orphelins scouts du Hezb témoins et victimes de ces horreurs ne trouvent-t-il pas refuge dans leur formation qui leur permet de penser et croire qu’ils pourraient ne pas être anéantis par les cluster bombs et cie ?

  • permalien Yann :
    9 juin 2011 @16h28   « »

    @ Yasmina,

    Nasrallah qui défend Assad ne vous suffit pas ?

    L’ennemi de mon ennemi...

  • permalien Laurent Szyster :
    9 juin 2011 @16h40   « »

    @Deir Yassin,

    D’ Abdelbari Atwan j’ai commenté un paragraphe de quatre phrases.

    C’est un peu plus que trois lignes.

    Mais surtout, l’extrait commenté a été choisi par M. Gresh et recité par Jordi GRAU pour résumer le soutient ambigu de la Propalestine aux opposants syriens. Ce sont eux qui ont jugé que ce texte résumait bien leur opinion, pas moi.

    Si vous voulez citer d’autres textes d’Abdelbari Atwan ou donner une autre interprétation de celui que j’évoque, vous êtes le bienvenu. Et, puisque vous semblez si bien le connaitre, pour Abdelbari Atwan, sa Palestine c’est avec ou sans Jaffa ?


    Isdud était certe localisé sur les ruines enfouies d’une "des plus ancienne ville au monde". Mais ce n’était qu’un village de brique crue peuplé en 1945 de 4910 habitants qui ignoraient absolument tout de l’histoire antique du Tell.

    Isdud

    Mais plus que le chagrin de la perte d’Isdud par cinq mille Palestiniens, ce qui semble rendre l’ensemble du Monde Arabe "obsessionellement antisioniste" c’est la florissante ville portuaire de 207.800 habitants que les Juifs ont construite un peu plus loin.

    Ashdod

    Comme le disait le rédacteur en chef d’Al Jazeera à un journaliste allemand :

    An Interview With Al-Jazeera Editor-in-Chief Ahmed Sheikh

    Q : Do you mean to say that if Israel did not exist, there would suddenly be democracy in Egypt, that the schools in Morocco would be better, that the public clinics in Jordan would function better ?

    A : I think so.

    Q : Can you please explain to me what the Israeli-Palestinian conflict has to do with these problems ?

    A : The Palestinian cause is central for Arab thinking.

    Q : In the end, is it a matter of feelings of self-esteem ?

    A : Exactly. It’s because we always lose to Israel. It gnaws at the people in the Middle East that such a small country as Israel, with only about 7 million inhabitants, can defeat the Arab nation with its 350 million. That hurts our collective ego. The Palestinian problem is in the genes of every Arab. The West’s problem is that it does not understand this.

    Voila la substantifique moelle du discours "antisioniste" matraqué depuis des décennies à 350 millions d’Arabe : "Si vous êtes pauvres et/ou opprimés c’est parce que les Juifs sont riches et libres !".

    C’est ça l’obsession "antisioniste" inculquées aux Arabes par leurs tyrans pour faire taire les dissidents dont les voix veulent "s’élever au dessus du bruit de la bataille".

  • permalien Nathan :
    9 juin 2011 @18h19   « »

    Cana : 9 juin @15h54

    je n’ai pas lu non plus que le Liban, du moins le Sud du Liban est un pays en guerre ( dans l’article de télérame de la semaine dernière) victime à plusieurs reprises de massacres de masse -à Cana notamment

    Le dernier soldat israélien a quitté le Liban en 2000. Il n’y a plus que le Hezbollah à croire et faire croire que le Sud-Liban est encore un pays en guerre et ceci pour plusieurs raisons.

    - Le Hezbollah tient à la fiction d’un état de guerre permanent car il a besoin de faire croire qu’il est un pion indispensable et incontournable au Liban. A cette fin, il a besojn d’entretenir constamment le mythe de la résistance.

    - Il a également besoin de justifier l’existence d’une milice autonome, un véritable Etat dans l’Etat, pour le jour où il jugera utile de prendre le pouvoir.

    - Il sert également les intérêts d’une puissance étrangère particulièrement belliqueuse et revancharde, la dictature islamique d’Iran.

    - Last but not least, le Hezbollah soutient les irrédentistes palestiniens qui n’ont pas renoncé à reconquérir Israël. Car nous le savons bien, ils ne rêvent qu’à récupérer leur pays et si possible à bouter les juifs à la mer. Pour eux, la création d’Israël est un traumatisme énorme, d’abord parce qu’en effet, cela s’est fait au détriment de populations autochtones arabes qui ont été chassées de leur terre ; et ensuite parce que ce pays a été fondé par des juifs. Des juifs. Ça, ils ne l’avalent pas, et ils ne l’avaleront jamais. Il y a là derrière ça une envie et une jalousie de dimension proprement métaphysique.

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @18h56   « »

    - Lettre de Ben Gourion à Moshe Sharett, Premier minis­tre à l’époque, l’incitant à exécuter un plan de démembrement et déstabilisation du Liban. Elle parut dans les mémoi­res de ce der­nier, publiées en 1979 après sa mort, par son fils, malgré les protestations du gouvernement israélien.

    (..)

    ...il est clair que le Liban est le maillon le plus faible dans la chaîne de la Ligue arabe (..)

    Je pense qu’actuellement (..) notre tâche essentielle (c’est Ben Gourion qui souligne) ou tout du moins l’une (idem) des tâches essentielles de notre politique extérieure, [est d’]investir des moyens, du temps, de l’énergie, et agir par tous les moyens de nature à entraîner un changement fondamental au Liban

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @19h13   « »

    http://www.monde-diplomatique.fr/20...

    En envahissant le sud du Liban jusqu’au fleuve Litani en 1978, son armée, conformément au vieux plan de David Ben Gourion, met en place une milice de supplétifs débauchés de l’armée libanaise, avec à sa tête un officier chrétien dissident ; cette milice proclame en avril 1979 un Etat du « Liban libre » sur les 800 km2 que l’armée israélienne occupera jusqu’en 2000, en infraction à la résolution 425 du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU).

    Cette stratégie se concrétise lors de l’invasion de 1982, au cours de laquelle le général Ariel Sharon assiège Beyrouth de juin à fin août, puis installe un pouvoir phalangiste au Liban, avec la caution des Occidentaux, de l’Arabie saoudite et de l’Egypte.

    http://histoire-geo-documents.blogs...

    Le siège de Beyrouth-Ouest durera deux mois. D’une brutalité inouïe, les bombardements israéliens feront des milliers de victimes.

    http://www.wrmea.com/backissues/100...

    God cried

    De quoi un sioniste est-il le nom ?

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @19h31   « »

    Noam Chomsky, (..) vous avez dit dans une récente analyse que l’attaque contre les populations civiles a été la politique israélienne presque depuis la fondation de l’État. Pourriez-vous expliquer ?
    Noam Chomsky :

    C’est eux qui le disent. Je ne faisais que citer le chef d’état-major, c’était il y a trente ans, avec pratiquement pas de terrorisme palestinien en Israël, pratiquement pas. Il a déclaré : "Notre politique a été d’attaquer les civils." Et la raison a été expliquée (..) par Abba Eban, l’éminent homme d’État, qui a dit : "Oui, c’est ce que nous avons fait et nous l’avons fait pour une bonne raison."

    Il y avait une perspective rationnelle que si on attaque la population civile et lui causons suffisamment de mal, elle ferait pression pour une, ce qu’il a appelé, "une cessation des hostilités." C’est un euphémisme signifiant la cessation de la résistance contre la prise par Israël des territoires occupés. Alors, bien sûr -"Nous allons en tuer assez, afin qu’ils fassent pression en faveur du calme pour nous permettre de continuer ce que nous faisons."

  • permalien K. :
    9 juin 2011 @19h40   « »

    Jerome Slater :

    Incroyablement, dans une réponse faite en 1978 face a des critiques israéliennes contre de récentes attaques au Liban, le général Mordechai Gur, alors chef d’état-major d’Israël et plus tard politicien de premier plan du Parti travailliste, a ouvertement reconnu ce qui ne peut être décrit que comme le terrorisme d’état israélien : "je suis dans l’armée depuis trente ans. Pensez-vous que je ne suis pas au courant de ce que nous avons fait toutes ces années ? Qu’avons-nous fait le long de tout le Canal de Suez ? Un million et demi de réfugiés.... Depuis quand la population du Sud Liban est-t-elle sacrée ? Ils savaient très bien ce que les terroristes faisaient .... j’ai eu quatre villages dans le Sud Liban bombardé [sous mon commandement] ... [comme, a-t-il dit, cela a été fait en Jordanie]. "

    L’intervieweur israélien remarque alors,"Vous maintenez que la population civile doit être punie ? " Gur répond, "Et comment ... je n’en ai jamais douté.... Depuis trente ans ... Nous agissons contre une population qui vit dans des villages et des villes." Entretien avec Gur dans "Al Hamishar" [journal israélien], le 10 mai 1978.

    Plusieurs jours après les déclarations de Gur, Zeev Schiff, principal correspondant militaire du Haaretz pendant de nombreuses années, a commenté, "Au Sud Liban nous avons frappé la population civile consciencieusement, parce qu’ils l’ont mérité...." L’importance des remarques de Gur réside dans l’admission du fait que l’Armée israélienne frappait toujours les populations civiles, sciemment et consciencieusement…. Même quand les colonies israéliennes n’étaient pas ciblées". Schiff, Haaretz, 15 Mai 1978.

    http://belfercenter.ksg.harvard.edu...

  • permalien Deïr Yassin :
    9 juin 2011 @20h00   « »

    On est très reconnaissant que Notre Grand Humaniste commence son "raisonnement" sur les irrédentistes Palestiniens par évoquer que la création d’Israël fut un traumatisme, que cela fut au détriment des Palestiniens, mais en le lisant bien on comprend que selon notre Judéocentré pathologique, la vrai raison - plus que la perte de leur patrie - que les Palestiniens s’y opposent est parce que les envahisseurs sont JUIFS. Qu’est-ce que vous voulez ? C’est plus forts que lui.

    En effet, la seule chose qui fait de Nathan un Juif, est la haine imaginaire (Amalek) qu’il perçoit chez l’Autrui.
    Il faut consulter, non pas un psychiatre mais un ethno-psychiatre !

  • permalien Deïr Yassin :
    9 juin 2011 @20h24   « »

    De la même manière que ’l’antisionisme obsessionnelle’ du rédacteur-en-chef de Al-Quds al-Arabi, Abdelbari Atwân, n’a rien à voir avec le fait qu’il soit Palestinien, le discours anti-sioniste du rédacteur-en-chef d’Al-Jazeera, Ahmed Sheikh - que Szy nous sert à toutes les sauces - n’a rien avoir avec le fait qu’il soit Palestinien, non plus.

    Le sionisme obsessionnel de Szy*** est, par contre, bien entendu lié avec le fait qu’il soit Belge.

  • permalien Nathan :
    9 juin 2011 @21h19   « »

    Deïr Yassin : 9 juin @20h00

    En effet, la seule chose qui fait de Nathan un Juif, est la haine imaginaire (Amalek) qu’il perçoit chez l’Autrui.

    C’est imaginaire jusqu’au moment où ça devient réel. Les juifs ont payé pour le savoir.

    Pour en revenir au film, j’attends de le voir dans son entièreté pour me forger une opinion. Mais le peu que chez vu m’interpelle. Pourquoi n’y a-t-il aucun commentaire (sur les séquences que j’ai visionnées) ? Ne pas mettre de commentaires est une arme à double tranchant. On peut se dire 1. Tiens, le réalisateur nous propose une réalité brute de décoffrage, à nous de nous faire une opinion en toute liberté. Ou 2. Tiens, le réalisateur a suivi un cahier des charges bien précis et nous fourgue la propagande du Hezbollah sans aucun recul ni regard critique.

  • permalien elbé :
    9 juin 2011 @22h04   « »

    Quand Alain Gresh appelle, non à ne pas critiquer le scoutisme libanais mais à faire preuve d’un minimum d’ouverture. De comprendre ce qui amène ces jeunes à devenir scout. De ne pas oublier que le scoutisme a aussi été en Europe une conséquence des guerres qui l’ont agitée. Non une cause de guerre.
    A lire certains, il semble bien que ce reportage n’aura pas chez les sourds et les aveugles , ce résultat. Qu’au contraire, cela les confortera dans leurs opinions obtuses ,indécentes, prévisibles.
    J’ai lu les commentaires du site juif.org. Oser comparer ces scouts libanais aux jeunesses hitlériennes ! Ils ne s’épargnent aucune imbécilité, ni outrance .

    Décider d’ apprendre à des enfants à se défendre,et à s’enroler pour ce faire, cela peut choquer en effet. L’enfance devrait être à l’abri des combats et vivre une vie d’enfant avec ses joies et ses apprentissages scolaires et autres. Mais qu’ont vécus ces enfants libanais ?
    L’agression israélienne et de leurs supplétifs contre leur vie d’enfants, en les assassinant , souvent, ou contre ce qui la constitue:leurs parents tués devant leurs yeux, leurs maisons détruites etc...
    Et les hargneux de s’exclamer qu’on les éduque à la haine.
    Mais qui les a ravalés au rang d’inhumains, au point de les massacrer par milliers ainsi que leur famille ? Il faudrait qu’ils aiment ceux qui ont ruinés leur vie d’enfant ?

    C’est pas trop demander ?

    De plus, d’après les extraits postés par Deïr Yassin, au moins ne leur est pas enseigné l’intolérance religieuse. Ce n’est pas rien !

    Quand on voit la haine vis a vis des arabes et de leurs religions, (en particulier l’Islam) qui anime certains israéliens (et non-israéliens sionistes), l’apprentissage de cette haine à leurs enfants, alors que ce sont eux , Israéliens, qui ont violés les terres , les corps et les âmes de ces arabes, c’est vraiment se f. tre de la gueule du monde que de se prétendre choqué de la haine qu’on essuie en retour de la part des victimes.
    Je connais de nombreux juifs qui haïssent encore les allemands. C’est compréhensible, même à plus de soixante ans après la guerre.
    A quand remonte le traumatisme de l’envahissement du Liban par Israel avec son corollaire de massacres ? Sans parler de cette probabilité, pas du tout irrationnelle, que cela se reproduise ?

  • permalien elbé :
    9 juin 2011 @22h37   « »

    Nathan, vous avez dit :

    "Pour eux,(les arabes ) la création d’Israël est un traumatisme énorme, d’abord parce qu’en effet, cela s’est fait au détriment de populations autochtones arabes qui ont été chassées de leur terre ; et ensuite parce que ce pays a été fondé par des juifs. Des juifs. Ça, ils ne l’avalent pas, et ils ne l’avaleront jamais. Il y a là derrière ça une envie et une jalousie de dimension proprement métaphysique."

    - Cela ne traduit que votre propre sentiment gonflé d’importance et votre propre jalousie.
    Le fait que les arabes ne digèrent pas la colonisation de la Palestine n’a rien à voir avec le fait que les colons soient juifs. Il me semble que ce sentiment s’est aussi exercé à l’égard des croisés. Où avez-vous vu que celui qui vous martyrise soit bien vu ? A moins d’être dans le masochisme intégral. Nulle part dans le monde, le conquérant pilleur, violeur, tueur n’a été accueilli les bras ouverts. Ni les indiens en Amérique avec les portugais, les espagnols puis avec les anglais, ni les vietnamiens avec les français,puis les américains, ni les chinois avec les japonais etc etc...

    Ce qui peut sans doute exaspérer un arabe, c’est le déni de victime. Ce sont, en revanche, les israéliens, qui mettent toujours en avant le fait d’être juif. Car en cette qualité de juifs victimes, ils jouent de la culpabilisation de leurs anciens pogromeurs pour s’adonner à leurs déprédations en toute impunité. Il se trouve aussi que le rapport de force des anciens pogromeurs complices d’Israel ne joue pas non plus pour les arabes.
    Alors, oui en ce cas, le fait d’être juif joue en la défaveur des arabes.Je ne vois là aucune jalousie ou antisémitisme inné. Juste un état des lieux.
    Et si je vous disais que c’est vous qui êtes jaloux parce que ces arabes sont nombreux , qu’ils ne baissent toujours pas les bras, qu’ils ont ,malgré toutes les propagandes et la force, quelques soutiens dans les opinions internationales, qu’ils n’ont jamais fait parti de ces peuples qu’on mène à l’abattoir ? Vous voyez , ce serait facile d’être fielleux comme vous.

  • permalien Farasha :
    9 juin 2011 @23h28   « »
    message sanguin

    pendant la guerre de 33 jours amenée par Israël dans le Liban on nous a montré dans les médias les images des jeunes enfants israéliens qui signaient des obus lancés par la suite vers le Liban pour semer la mort , et la terreur dans les coeurs des enfants libanais .

  • permalien Laurent Szyster :
    9 juin 2011 @23h42   « »

    @Deir Yassin,

    Pour expliquer pourquoi le discours politique dans le Monde Arabe est dominé par une obsession "antisioniste", vous nous dites en substance que ces deux rédac-chefs de médias panarabes "de référence" sont "obsessionnellement antisionistes" parce qu’ils sont Palestiniens.

    C’est ce qui s’appelle répondre à côté.

    Je vous repose la question.

    Est-ce normal que les rebelles Libyens traitent Khadafi de "sioniste", que Assad accusent ses opposants d’êtres des "agents sionistes" ou que le gouverneur de Charm El Cheikh émette l’hypothèse ridicule de requin tueurs entraînés par le Mossad pour ruiner l’industrie touristique égyptienne ?

    Pas vraiment, hein.

    Sauf à considérer que des décennies de propagande "antisioniste" délirante dans le Monde Arabe aient imposé ce thème aux opinions publiques.

    Et là, pour le coup, on comprendrait pourquoi Al-Jazeera et Al Quds Al Arabi ont choisi des Palestiniens comme rédacteurs en chef. Pour s’assurer que leur ligne éditoriale reste bien dans les clous du fantasme "antisioniste".

  • permalien s=exp(j*pi) :
    10 juin 2011 @01h04   « »

    @ elbé // 09-06 / 22h37

    Vous pointez fort bien diverses raisons de ce que vous nommez "la jalousie" des sionistes :

    - les arabes sont nombreux,
    - ils ne baissent pas les bras,
    - il leur reste du soutien dans l’opinion internationale,
    - ils réagissent lors des agressions (même avec des moyens dérisoires).

    Par ailleurs, vous exposez la situation sur deux autres sujets capitaux et je m’étonne que vous ne les rangiez pas dans les raisons du malaise de Nathan et des sionistes :

    - le bon droit est dans le camps arabe,
    - la population victime est arabe.

    Précisions indispensables :

    - les droits des populations arabes ont été violés par les milices sionistes et le sont encore aujourd’hui,
    - les populations arabes ont été victimes des milices sionistes et le sont encore aujourd’hui.

    Le premier de ces faits menace les prétentions sionistes suivant lesquelles l’Etat israélien serait une émanation du bon droit.

    Le second fait est particulièrement abominable aux sionistes : pas question pour eux de parler d’autres victimes que juives, surtout si, dans les responsables, il pourrait y avoir ... des juifs !!

  • permalien Jordi GRAU :
    10 juin 2011 @10h12   « »

    A Laurent Szyster

    Vous écrivez :

    Ce sont les USA et l’UE qui ont forcé l’Autorité Palestinienne à organiser des élections libres en 2005, contre l’avis des Israéliens et des barons du Fatah.

    Et si le résultat a pu déplaire aux Occidentaux, il n’ont coupé les ponts avec le gouvernement du Hamas que lorsque celui ci a refusé d’appliquer les accords passés par les institutions nationales dont les islamistes avaient pris la charge.

    Personne n’a contesté la légitimité des élections palestiniennes en 2005. C’est le Hamas lui même qui s’est délégitimisé en refusant d’assumer ses responsabilités démocratiques une fois au gouvernement.

    D’abord, sauf erreur de ma part, la victoire du Hamas date de 2006 et non de 2005. Mais ceci n’est qu’un détail. Plus important est ce que vous dites de la délégitimation du Hamas. D’après cet article de Wikipedia, le quartet (Etats-Unis, Union européenne, Russie et Nations-Unies) a coupé les ponts avec le Hamas parce que celui-ci refusait de renoncer à la violence et de reconnaître l’Etat d’Israël ainsi que les accords précédemment conclus entre ce dernier et l’Autorité palestienne.

    On peut estimer scandaleuse et/ou contreproductive cette attitude du Hamas. Mais si cette organisation est condamnable, comment se fait-il que le quartet n’ait pas condamné aussi sévèrement l’Etat d’Israël, dont la politique d’occupation et de colonisation violait constamment le droit international et rendait de fait impossible la concrétisation des accords d’Oslo ? Comment se fait-il que le gouvernement israélien actuel, qui a pourtant aggravé encore la situation depuis 2006 (notamment avec l’opération "Plomb durci"), soit toujours considéré comme un partenaire respectable par l’Union européenne et les Etats-Unis ?

    Vue d’un regard extérieur comme le mien, un telle partialité a quelque chose de choquant.

  • permalien Nathan :
    10 juin 2011 @10h19   « »

    elbé : 9 juin @22h37

    Le fait que les arabes ne digèrent pas la colonisation de la Palestine n’a rien à voir avec le fait que les colons soient juifs.

    Je crois tout de même que cela doit jouer. Etre spolliés et humiliés par ceux que naguère, on méprisait (pour des motifs religieux)... C’est un double traumatisme. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle ce conflit, somme toute limité dans l’espace, prend cette dimension et cette résonance épiques.

    Pour en revenir au film, les quelques minutes visionnées me font penser à ces voyages en URSS où l’on promenait des intellectuels humanistes européens, la plupart aveuglés par l’espoir que la révolution suscitait, d’usines-modèles en kolkhozes, d’écoles en dispensaires… “Hourrah l’Oural !” criait Aragon. Que de récits édifiants (dans tous les sens du terme), ont-ils ainsi rapportés dans leurs valises… pour mieux déchanter ensuite.

  • permalien gloc :
    10 juin 2011 @11h16   « »

    Nathan : Pour en revenir au film, les quelques minutes visionnées me font penser à ces voyages en URSS où l’on promenait des intellectuels humanistes européens, la plupart aveuglés par l’espoir que la révolution suscitait, d’usines-modèles en kolkhozes, d’écoles en dispensaires…

    Il est étrange que le visionnage de ce film ne vous ait pas fait plutôt "penser", à l’histoire dont vous vous revendiquez :

    Vidéo Ina - Jeunes gens d’Israël : 3eme partie : Du kibboutz au désert

    ... mais peut-être qu’en réalité ceci vous est étranger ?

  • permalien Deïr Yassin :
    10 juin 2011 @11h55   « »

    Nathan est à son troisième commentaire sur un documentaire dont il n’a vu que quelques minutes. Cela devient carrément hilarant.
    Il va donc nous pondre une thèse d’ici demain après le visionnage du documentaire entier.

    "Etre spoliés et humiliés par ceux que naguère on méprisait (pour des motifs religieux)"

    Entre ces âneries et celles de la semaine dernière - malheureusement modérées - sur les Palestiniens qui amènent leur enfants sur les champs de bataille en espérant qu’ils voient le maximum de violence, de préférence la mort, pour leur instiller la haine, je constate qu’on est face à un véritable raciste.

    Entre Nathan et Szy avec son ’racaille anti-sioniste’, la communauté juive de Belgique ne se montre pas sous ses meilleurs jours. Heureusement qu’on a Jacques Aron et beaucoup d’autres pour les contrebalancer.

  • permalien Nathan :
    10 juin 2011 @12h13   « »

    gloc : 10 juin @11h16

    Il est étrange que le visionnage de ce film ne vous ait pas fait plutôt "penser", à l’histoire dont vous vous revendiquez :

    C’est vrai. Rien ne ressemble plus à un film de propagande qu’un autre film de propagande. Les films de propagande sionistes ne dérogent pas à la règle et soit dit en passant, en Israël il y a aussi une instruction paramilitaire pour les jeunes.

    Le film de propagande est un genre bien établi, comme le gore ou le western. Il a sa rhétorique, ses codes, ses ficelles... Parfois, avec un peu de technique et de savoir-faire, il parvient même à se faire passer pour autre qu’il n’est... Par exemple un film humaniste, tout entier à la découverte de l’autre...

  • permalien Laurent Szyster :
    10 juin 2011 @12h25   « »

    @Jordi GRAU,

    Effectivement les élections législatives palestiniennes ont eu lieu en 2006 (ce sont les présidentielles qui se sont déroulées en 2005).

    comment se fait-il que le quartet n’ait pas condamné aussi sévèrement l’Etat d’Israël

    Parce qu’Israël acceptait et accepte encore le principe d’une solution négociée, de deux états pour deux peuples, que son gouvernement venait d’en donner une nouvelle preuve en quittant Gaza et en démantelant les implantations juives qui s’y trouvait.

    Rien à voir avec un parti de jusqu’au boutistes fanatiques qui sitôt au pouvoir a renié tous les engagements passés de l’Autorité Palestinienne et continue de refuser le principe même d’une autre paix que celle des cimetières.

  • permalien parkway :
    10 juin 2011 @12h45   « »

    "Ainsi, des jeunes, des enfants en uniforme ne peuvent que choquer des Européens, nous rappeler de mauvais souvenirs, alors même que le scoutisme a été une tradition européenne, inventée par les Européens, même si elle est en voie de disparition. »"

    et les écoles militaires ?

    dès l’âge de cinq ans(au CP) à Hériot, les gamins sortaient de l’école avec (ou sans) le bac à 18 ans...

    AET EMP Autun.

  • permalien Nathan :
    10 juin 2011 @12h47   « »

    Je ne vois pas en quoi c’est raciste de dire qu’on ne comprend pas l’attitude des parents qui envoient leurs enfants désarmés au devant des soldats israéliens dont on sait bien qu’ils ont la gâchette facile. Si c’est raciste de dire que ce culte du martyr me dégoûte alors pas de problème, je suis raciste.

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @14h44   « »

    Parce qu’Israël acceptait et accepte encore le principe d’une solution négociée, de deux états pour deux peuples, que son gouvernement venait d’en donner une nouvelle preuve en quittant Gaza et en démantelant les implantations juives qui s’y trouvait.

    Rien à voir avec un parti de jusqu’au boutistes fanatiques qui sitôt au pouvoir a renié tous les engagements passés de l’Autorité Palestinienne et continue de refuser le principe même d’une autre paix que celle des cimetières.

    Comment peut-on écrire encore et encore ce genre d’énormités ?

    Pour des lectures sérieuses, voir :

    La grande arnaque du processus de paix, par Henry Siegman

    http://www.lrb.co.uk/v29/n16/henry-...

    Traduit ici : http://www.ism-france.org/analyses/...

    Les mensonges d’Israel, par Henry Siegman

    également du LRB, traduit ici : http://revuedeslivres.net/articles....

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @14h58   « »

    On peut lire un article récent (avant-hier) de l’inlassable Henry Siegman, non encore traduit, ici :

    http://mideast.foreignpolicy.com/po...

    L’article met bien en évidence l’extraordinaire aplomb des sionistes qui ne se contentent pas de reprocher aux autres ce qu’eux-mêmes font au centuple (et non pas pour des raisons défensives mais pour des raisons d’asservissement d’autrui), mais souvent ce qui ne s’applique en fait qu’à eux ("unilatéralisme palestinien" en l’occurence.)

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @15h16   « »

    Je n’ose imaginer l’"ignobilité" des propos sionistes si Alain Gresh avait fait un documentaire de ce genre.

  • permalien K. :
  • permalien Alain Gresh :
    10 juin 2011 @15h29   « »

    Sur les enfants et leur rôle dans les conflits

    vous trouverez ci-dessous un extrait de mon livre Israël-Palestine, vérités sur un conflit (Hachette)

    « La manifestation a été très dure. Les affrontements se sont prolongés. À l’issue d’une journée d’émeutes, on relève 9 morts et
    44blessés graves. Parmi ces derniers, 18 sont âgés de 8 à 16 ans, 14 ont entre 16 et 20 ans. La presse dénonce alors ces parents qui se servent de leurs enfants comme « boucliers humains » ou
    qui les envoient au casse-pipe alors qu’eux restent tranquillement à la maison. »

    « Ces faits se passent bien en Palestine, mais en… novembre
    1945, à Tel-Aviv, sous mandat britannique. Les manifestants étaient alors des juifs qui protestaient contre les restrictions de l’immigration.
    Davar, le quotidien de la centrale syndicale juive (la Histadrout), publie une caricature qui lui coûte une interdiction d’une semaine : un médecin, aux côtés d’enfants blessés sur leur lit d’hôpital, dit à un collègue : "Bons tireurs, ces Anglais ! Des cibles si petites, ils ne les ratent pas" »

  • permalien Laurent Szyster :
    10 juin 2011 @16h57   « »

    @Alain Gresh,

    Lors d’une grêve générale à Tel-Aviv le 15 Novembre 1945 des adolescents juifs se sont attaqués aux bâtiments officiels britanniques et la troupe a tiré dans le tas.

    Voici ce que rapportait la très sioniste "Jewish News Agency" le 16 Novembre 1945 :

    Tel Aviv Quiet As Renewed Outbreaks Die Down ; Death Toll Reaches Four

    Tel Aviv was quiet tonight following a day of prantic clashes between Jews and British troops during which one Jew was killed, 13 Sercosly injured and three suffered slight wounds.
    The known death toll since yesterday rose to four when nine-year-old Eliahu (##) died late today. Leon was one of several children wounded during the disturbances. (...)

    SECRET JEWISH RADIO DEPLORES THE DISTURBANCES ; MAYOR WARNS POPULATION

    Members of the executive of the Jewish Agency and of the Jewish National Council hurried from Jerusalem to Tel Aviv tonight for consultations on the situation here, following a conference between Mayor Israel Rokach and the Acting High Commissioner John V. M. Shaw at an undisclosed point outside the city. The secret Jewish radio station "Voice of Israel" in a broadcast deplored the disturbances as "irresponsible", but added that the Jewish resistance movement would continue to fight the White Paper, though not by such methods.
    Following his meeting with the Acting High Commissioner, Mayor Rokach issued a warning to the population of Tel Aviv urging them to keep off balconies and away from windows as this is considered a breach of the curfew order. Later he visited the wounded in the hospitals.

    Combien de fois cela s’est-il produit après et avant ?

    Zéro.

    Etait-ce le fruit d’une politique délibérée de la part des autorités du Yshuv ?

    Non.

    Y avait-il des tireurs embusqués derrières ces jeunes pour s’assurer que les évènements dégénereraient ?

    Non.

    Les organisateurs de la manifestation avaient-ils conviés à l’avance le ban et l’arrière ban de la presse internationale pour assister aux violences ?

    Non.

    Ce qui est arrivé une fois lors de manifestation juives contre les troupes britanniques a été reproduit à l’infini par les milices palestinienne, mis en scène grâce à la complaisance des "gentils" mass médias et utilisé pour enflammer les opinions publiques contre les "sionistes" de Caracas à Karachi en passant par Paris.

    Pour nier que l’instrumentalisation des civils et particulièrement des enfants palestiniens à des fin de propagande est bien réelle, vous nous avez en fait sorti le contre-exemple parfait.

  • permalien Deïr Yassin :
    10 juin 2011 @16h57   « »

    @ Nathan

    "Je ne vois pas en quoi c’est raciste de dire qu’on ne comprend pas l’attitude des parents qui envoient leurs enfants désarmés au devant des soldats israéliens dont on sait bien qu’ils ont la gâchette facile"

    Cela n’est pas du tout ce que vous avez écrit. Si ce fut le cas, pourquoi votre commentaire ainsi que ma réponse contenant une partie de vos propos minables ont été modérés ?

    Vous avez eu des propos ce qui ressemblaient à un ’blood libel’ :
    Selon vous, les Palestiniens amèneraient leur enfants sur le champ de bataille pour qu’ils voient le sang couler, avec des morts de préférence, pour leur inculquer la haine de l’ennemi israélien (nous savons bien, en plus, de qui vous parlez en parlant de l’Israélien).

    C’est ce que vous avez écrit, et je vous ai répondu que les parents palestiniens n’ont pas besoin d’inculquer la haine des Israéliens qui s’en chargent tous seuls.

    - www.youtube.com/watch ?v=snRx...
    - www.youtube.com/watch ?v=EQdI...

  • permalien Laurent Szyster :
    10 juin 2011 @17h51   « »

    @Alain Gresh,

    Aurez-vous plus de courage que le gouvernement turc ?

    Anti-Assad protests hit more cities despite army crackdown ; some 2,800 Syrians flee Jisr al-Shughour area into Turkey.

    Anatolian news agency said the number of Syrians seeking refuge across the border had reached 2,792, with more crossing the hilly, wooded frontier on Friday.

    At the Yayladagi refugee camp, nestled in a scenic valley close to the Syrian frontier, children played football while families sat talking under trees sheltering them from the baking Middle East summer sun. Police kept journalists away.

    A lire l’interview complaisante que vous avez accordée à Bachar Al Assad en 2008, je crains que non.

    Rencontre avec Bachar Al-Assad

    l nous reçoit sur le pas de la porte, à l’entrée d’une maison d’un étage située sur les hauteurs de Damas. Aucun protocole, aucune mesure de sécurité ; nous ne sommes pas fouillés ni nos appareils d’enregistrement contrôlés. « Ici, c’est la maison où je lis, où je travaille. Il y a seulement ce salon, une salle de conférence et une cuisine. Et, bien sûr, Internet et la télévision. Ma femme Asma y vient souvent aussi. Ici je suis productif ; au palais présidentiel, ce n’est pas le cas. » Pendant près de deux heures, il aborde tous les sujets, n’élude aucune question. Il prend un plaisir évident à la discussion et utilise ses mains pour appuyer ses arguments.

    On comprend son plaisir manifeste, puisque vous vous êtes dispensé de lui parler du sort des Kurdes privés de nationalité en Syrie, de la torture dans ses prisons, de la corruption, etc.

    Non seulement vous n’avez pas posé les questions qui fâchent mais vous avez en plus relayé des prétentions réformatrices à usage externe ... déjà totalement discréditées à l’époque.

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @18h47   « »

    Rien à voir avec un parti de jusqu’au boutistes fanatiques qui sitôt au pouvoir a renié tous les engagements passés de l’Autorité Palestinienne et continue de refuser le principe même d’une autre paix que celle des cimetières.

    On peut lire aussi Akiva Eldar pour démonter une contre-vérité aussi grossière :

    Cependant, même si Meshaal avait signé les Accords d’Oslo et remis le contrôle de la Muqata de Gaza entre les mains de Abbas, la réalité politique ne changerait pas.

    Le gouvernement israélien - comme tous ses prédécesseurs et, doit-on supposer, ses successeurs - n’abandonnera pas Ariel et Givat Ze’ev, sans compter la vieille ville de Jérusalem. Et naturellement, on ne permettra pas au moindre vieux réfugié de visiter sa patrie.

    Ce n’est pas par hasard si Barak, qui a eu la prétention à une époque de poursuivre le legs de paix de Yitzhak Rabin, ne dit pas que l’opération plomb durci a pour objectif de promouvoir le processus de paix.

    Lors d’une réunion il y a quelques mois avec un groupe d’experts sur les affaires du Moyen-Orient dans son bureau, Barak a indiqué qu’il doutait considérablement du paradigme de la solution des deux états.

    La réalité des territoires, depuis la géniale invention de l’expression « Autorité Palestinienne », lui convient très bien. Le Dr. Menachem Klein, un fondateur de l’initiative de Genève, avait l’habitude de la qualifier amèrement de « protectorat israélien. »

    La tâche sera accomplie après que Barak fasse au Hamas à Gaza ce que un de ses prédécesseurs comme ministre de la défense, Benjamin Ben-Eliezer, a fait au Fatah lors de l’Opération Bouclier Défensif en Cisjordanie en avril 2002.

    La « nouvelle réalité sécuritaire » n’est guère plus que le camouflage linguistique sophistiqué pour la vieille réalité colonialiste.

    La destruction et la haine qu’Israël est en train de semer dans les territoires transforment ceux-ci en une réalité somalienne - un aimant pour les milices extrémistes (…).

  • permalien Nathan :
    10 juin 2011 @19h56   « »

    On est en droit de se demander quelle est la crédibilité du dénommé K qui nous inonde de commentaires mais qui n’a pas encore trouvé le courage d’en pondre un sur les événements de Syrie alors que ceux-ci se déroulent pas loin de chez lui.

  • permalien Deïr Yassin :
    10 juin 2011 @20h19   « »

    Quand La-Seule-Démocratie-Au-Moyen-Orient malmène un jeune Juif américain portant le yarmulke et le keffiyeh orné d’un drapeau palestinien. Quel jeune homme courageux.

    Il dit globalement : ’Pas en mon nom, en tant que Juif et en tant qu’Américain. Non à l’occupation, oui au Droit de Retour, et aux droits égaux dans l’Etat d’Israël. ’

    N’essayez même pas de lire les sous-titres. Ils viennent de google.il je pense.
    - www.youtube.com/watch ?v=zDjb...

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @20h23   « »

    Votre crédibilité est certes plus grande qui lisez K. quand il est écrit Siegman ou Eldar.

    Au passage, les sionistes et leurs amis yankees doivent savoir que le Liban n’est pas encore un territoire conquis, si tant est qu’il le soit un jour.

    Tollé autour du doctorat honoris causa que l’AUB veut accorder à l’ex-chef de la BM, James Wolfensohn

    Wolfensohn pulls out of AUB commencement ceremony

  • permalien avérros :
    10 juin 2011 @21h31   « »

    Apprendre aux enfants depuis leur plus tendre enfance à aimer leur pays à le chérir à se sacrifier pour sa liberté et son indépendance n’est pas un crime en soi au contraire c’est une attitude fort louable surtout dans un contexte semblable à celui du Liban exposé aux visions belliqueuses d’un voisin rompu aux méthodes musclées

  • permalien Nathan :
    10 juin 2011 @21h41   « »

    Deïr Yassin : 10 juin @16h57

    Vous avez eu des propos ce qui ressemblaient à un ’blood libel’ :
    Selon vous, les Palestiniens amèneraient leur enfants sur le champ de bataille pour qu’ils voient le sang couler, avec des morts de préférence, pour leur inculquer la haine de l’ennemi israélien (nous savons bien, en plus, de qui vous parlez en parlant de l’Israélien).

    D’abord, je n’ai pas généralisé à l’ensemble des Palestiniens et puis, si tel n’est pas le mobile, pourquoi des parents laissent leurs enfants désarmés affronter une armée alors qu’ils savent parfaitement qu’elle n’hésite pas à tirer ?

    Deïr Yassin : 10 juin @20h19

    Quand La-Seule-Démocratie-Au-Moyen-Orient malmène un jeune Juif américain portant le yarmulke et le keffiyeh orné d’un drapeau palestinien. Quel jeune homme courageux.

    Il est sans aucun doute courageux mais illogique. En effet, il ne peut pas parler dans la même phrase "d’application du droit au retour" et "d’égalité des droits en Israël". Car si le droit au retour des réfugiés est intégralement appliqué, Israël n’existe plus comme tel. C’est une contradiction dans les termes.

  • permalien gloc :
    10 juin 2011 @22h01   « »

    Nathan : « pourquoi des parents laissent leurs enfants désarmés affronter une armée alors qu’ils savent parfaitement qu’elle n’hésite pas à tirer ? »

    C’est ça le racisme, Nathan, c’est ne pas comprendre les traditions folkloriques des autres peuples.

    Si vous êtes incapable de répondre à une questionaussi évidente, vous avez raison, vous êtes réellement raciste.

  • permalien Rouzbeh :
    10 juin 2011 @22h18   « »

    Le courage et la crédibilité ce n’est pas à la porté de tout le monde, ce sont des « choses » innés, qu’on trouve bien souvent chez les pro-israéliens. Ben voyons, c’est vrai quoi, il faut être courageux de soutenir les fachos et les tueurs d’enfants en disant :« des soldats israéliens dont on sait bien qu’ils ont la gâchette facile ». C’est l’ « argument » qui fait mouche, et en plus c’est « crédible » !!!

  • permalien K. :
    10 juin 2011 @22h36   « »

    ....les parents palestiniens [et libanais] n’ont pas besoin d’inculquer la haine des Israéliens qui s’en chargent tous seuls.

    ’Ala, 8 ans, assis ci-dessus sur les décombres de son domicile détruit par le glorieux tsahal, deviendra un commandant de la "brigade al-aqsa."

    Quand ’Ala’ vient à l’école communautaire le lendemain de la démolition de sa maison, Arna insiste pour que lui et Achraf (qui habitait à côté, et dont la maison a également été partiellement détruite par les forces israéliennes) parlent de ce qui s’était passé. "Que voulez-vous faire aux soldats ?" demande-t-elle à Achraf. "Les tuez", répond-il.

    Une réponse qui par ailleurs fera bien sur plaisir à Nathan, qui, au lieu de merdouiller pitoyablement sur l’assassinat d’enfants désarmés, invoquera alors la légitime défense claire et nette, occultant allègrement au passage, grace à un formidable sens du déni, l’enfance détruite de ’Ala.

  • permalien elbé :
    10 juin 2011 @22h41   « »

    A s=exp(j*pi),

    s=exp(j*pi) :
    10 juin @01h04 «  »
    @ elbé // 09-06 / 22h37

    deux autres sujets capitaux et je m’étonne que vous ne les rangiez pas dans les raisons du malaise de Nathan et des sionistes :

    le bon droit est dans le camps arabe,
    la population victime est arabe

    Précisions indispensables :

    les droits des populations arabes ont été violés par les milices sionistes et le sont encore aujourd’hui,
    les populations arabes ont été victimes des milices sionistes et le sont encore aujourd’hui.

    Le premier de ces faits menace les prétentions sionistes suivant lesquelles l’Etat israélien serait une émanation du bon droit.

    Le second fait est particulièrement abominable aux sionistes : pas question pour eux de parler d’autres victimes que juives, surtout si, dans les responsables, il pourrait y avoir ... des juifs !!

    - Auraient-ils au fond ,mauvaise conscience ?
    Pour s’en défendre, prétendre au bon droit. En ce cas, les arabes sont les empêcheurs d’en jouir. D’où la rancune.
    Accuser sa victime d’être un sauvage donne également le prétendu beau rôle. Permet de se rehausser dans sa propre psyché.

    Ce sont des travers psychologiques communs à tous les colonisateurs.
    Ce qui est sans doute la particularité du sionisme, c’est qu’il est animé par un désir de revanche très fort ainsi que l’idée ( malheureusement accréditée par les pogroms ) qu’ils seraient le peuple élu, donc combattu pour cela. Faire payer au monde, le mal qui lui a été fait. Pour contrer d’une part sa mauvaise conscience vis à vis du colonisé mais aussi et surtout sa propre identité d’ancienne victime, dont il a honte. Sur laquelle pourtant il table en même temps (sinon comment faire payer ? )
    D’ailleurs, il ne souffre pas qu’un autre peuple puisse le concurrencer dans la souffrance .
    Suffit de voir le tollé qui est soulevé dès que des noirs parlent de l’esclavage. On les accuse très vite de faire de la concurrence de mémoires ! Sans oublier de leur rappeler au passage que les arabes ont aussi pratiqué l’esclavage. Avec trois points de suspension...Quand on peut taper encore une fois sur les arabes, histoire de détourner l’attention, on va pas se gêner...

    Parler d’armée la plus morale du monde - comment est-ce possible quand cette armée est au service d’une politique dégueulasse ?- c’est se voiler la face, refuser de se savoir dans le camp des tortionnaires.
    Tout ceci les range finalement dans le même camp que tous les peuples. La force les rend déraisonnables. Eh bien, oui messieurs les sionistes, vous êtes comme tout le monde...

  • permalien Deïr Yassin :
    10 juin 2011 @23h01   « »

    @ Nathan

    "Je n’ai pas généralisé sur l’ensemble des Palestiniens"

    Vous mentez - et cela n’est pas le fait que vous écriviez exactement la même chose que dans votre première réponse qui vous rend plus crédible.

    Vous aviez bien profité d’une rumeur d’un enfant tué sur le Plateau du Golan (le plus jeune tué avait 15 ans) pour sortir une théorie sur LES Palestiniens. Cela n’est pas la première fois, c’est plutôt tout le temps. Mais quand l’autre antisémite parlait ’des Juifs qui aiment l’argent’, vous étiez dans tout vos état pour dénoncer son racisme.
    ’Les Juifs qui aiment l’argent’ et ’les Palestiniens qui encouragent leur enfants à la haine’ c’est la même chose - sauf quand on est justement raciste.

    Et de là à votre incompréhension du droit de retour et des droits égaux en Israël, il n’y a qu’un pas.


    A propos des Palestiniens, Ilan Pappe vient de sortir un nouveau livre la semaine dernière : "The Forgotten Palestinians : A History of the Palestinians in Israel". Il y traite de l’attitude de l’Etat d’Israël envers ses citoyens palestiniens et vice-versa, ainsi bien entendu de la discrimination qu’ont subi les Palestiniens depuis la création d’Israël en matière de logement, éducation et des droits civiques.

    - http://yalebooks.wordpress.com/2011...

  • permalien elbé :
    10 juin 2011 @23h03   « »

    Nathan :
    10 juin @10h19 «  »
    elbé : 9 juin @22h37

    Le fait que les arabes ne digèrent pas la colonisation de la Palestine n’a rien à voir avec le fait que les colons soient juifs.

    Je crois tout de même que cela doit jouer. Etre spolliés et humiliés par ceux que naguère, on méprisait (pour des motifs religieux)... C’est un double traumatisme. C’est sans doute l’une des raisons pour laquelle ce conflit, somme toute limité dans l’espace, prend cette dimension et cette résonance épiques.

    - La spoliation, l’humiliation, oui c’est une raison pour les arabes de détester le sionisme. Mais on peut cette fois encore renverser votre argument :
    Le mépris religieux existe bel et bien. Mais le judaïsme en a l’antériorité. On sait combien les juifs se pensent le peuple élu et combien il peut mépriser ces chrétiens et musulmans qui leur ont tout "piqués" , ont plagié leurs livres, et n’ont pas été fichu de partir de zéro comme eux !

    Le mépris qu’ils ont pu s’attirer de cette attitude, le désir de leur "rabattre le caquet" en est une réponse. Une réponse que les chrétiens ont accompagnés continuellement de l’horreur des pogroms. Pas les musulmans .

  • permalien Deïr Yassin :
    10 juin 2011 @23h16   « »

    La photo d’Ala assis au milieu des décombres de sa maison est du film "Les Enfants d’Arna" de Juliano Mer-Khamis. Le meilleur film sur la vie des enfants sous occupation. Je dirai même le meilleur film sur l’occupation tout court.
    ’Ala est tué par l’armée israélienne quelques mois après être devenu papa pour la première fois.

    Le film entier en anglais :
    - http://video.google.com/videoplay?d...

    Partie 1/9, sous-titré en français :
    - www.youtube.com/watch ?v=DEoY...

  • permalien elbé :
    10 juin 2011 @23h26   « »

    Avez-vous remarqué que Nathan ne relève jamais mais jamais les erreurs "hénaurmes" (telles celle d’un L. S ) et ne discute jamais avec lui ou un autre sioniste de points de vues différents sur un sujet donné ?

    Ah c’est que l’objectif identique pardonne tout !

    Alors qu’ici, bien qu’étant contre le sionisme, il nous arrive de n’être pas d’accord sur certains points et de se prendre parfois le nez sur tel ou tel argument.

  • permalien Nathan :
    11 juin 2011 @10h05   « »

    Il en de la chance, le journaliste de Télérama. Il peut écrire tranquillement lui :

    Premier constat, évident, un terrifiant embrigadement marqué par l’instrumentalisation de l’histoire et du dogme religieux - le culte des martyrs originels du chiisme se prolonge dans celui des martyrs de la « résistance » à l’occupant israélien.

    … sans se faire automatiquement traiter de "sioniste" par le cerbère local (qui n’a probablement pas vu le film).

    Qu’il le sache ou non, le réalisateur de ce documentaire a tenté de faire avec les spectateurs ce que cette organisation totalitaire fait avec ces enfants : les manipuler et leur imposer un moule. Il n’a été rien d’autre qu’un instrument entre les mains du Hezbollah, lequel a estimé qu’un reportage sur des enfants serait une manière "soft" de faire passer son message.

    Le plus comique, c’est qu’on se permet de critiquer ici les MSM à longueur de journée, qui ne feraient, paraît-il, que distiller une sourde propagande. Eh bien, si ce genre de documentaire constitue un progrès par rapport aux MSM, ça promet… C’est faire un très mauvais usage d’une conception de la liberté chèrement acquise.

  • permalien Deïr Yassin :
    11 juin 2011 @11h48   « »

    Personnellement, j’ai trouvé le documentaire relativement inintéressant, sans la moindre approche sociologique.

    Par contre, d’y voir de la propagande pro-Hizbullah, il faut être un abruti. De toute façon, tout ce qui ne cherche pas expressément à diaboliser les Arabes est de la propagande pour notre Belge.

    Il se croit le seul d’être doté du sens critique, et se croit obligé d’expliquer aux autres ce qu’il fallait y voir.
    Si le journaliste de Telerama et notre Grand Humaniste ont pu y voir l’instrumentalisation, il n’y a pas de raison que le citoyen lambda ne le voit pas non plus ni que cela ne fut pas le but du documentaire.

  • permalien D.P :
    11 juin 2011 @12h10   « »
    Hassan Nasrallah, prend le parti des tueurs.

    (...) Face au massacre ordonné, planifié d’un soulèvement populaire, le Hezbollah libanais,dont le dirigeant est Hassan Nasrallah, prend le parti des tueurs. Espérons que cela suscite quelques réflexions chez ceux qui rangeaient, suite à un voyage dit de solidarité, le Hezbollah parmi les composantes d’un “front unique anti-impérialiste”.

    Le chef du Hezbollah appelle les Syriens à se tenir derrière leur président

    AFP, 25 mai 2011

    http://alencontre.org/?p=2861

  • permalien Nathan :
    11 juin 2011 @12h16   « »

    Deïr Yassin : 11 juin @11h48

    Par contre, d’y voir de la propagande pro-Hizbullah, il faut être un abruti. De toute façon, tout ce qui ne cherche pas expressément à diaboliser les Arabes est de la propagande pour notre Belge.

    Il se croit le seul d’être doté du sens critique, et se croit obligé d’expliquer aux autres ce qu’il fallait y voir.

    Je n’impose aucun point de vue aux autres, je dis ce que moi, personnellement j’y ai vu.

    Par ailleurs, j’ai horreur des films de propagande où l’on cherche à diaboliser les autres. Je préfère de loin les films où l’on montre, de préférence sans le vouloir (c’est mieux ainsi), une complexité des situations et des personnes. Car l’humanité, pour le meilleur ou pour le pire, c’est ce qui ressort de cette complexité alors que le film présenté hier soir ne montrait que des marionnettes manipulées par un ventriloque auquel le réalisateur a prêté sa caméra.

    Il est ironique qu’un Occidental tourne ce genre de film complaisant, alors même qu’un Jafar Panahi (en prison) montrait précisément l’envers du décor.

    Et pour ce qui est de l’humanité de sociétés différentes de la mienne, je préfère de loin de regard génial de Satyajit Ray dans la trilogie d’Apu, de Nikita Mikhalkov dans le merveilleux Urga ou encore de Mizoguchi ou de Ozu pour tous les chefs-d’oeuvre qui ont baigné ma jeunesse.

    PS. "djihad" était sous-titré "bataille". J’ai toujours cru qu’il s’agissait de "guerre sainte". Ah, on sait arrondir les angles quand c’est nécessaire...

  • permalien Deïr Yassin :
    11 juin 2011 @12h32   « »

    @ Nathan

    Vous êtes un menteur invétéré. Il n’y a rien à faire.

    Le mot "jihâd" était traduit par "combat" - ce qui est tout à fait exacte. Je viens en plus de vérifier dans le dico Larousse Arabe-Français.

    La racine ’j/h/d’ est bien trop complexe pour votre esprit rétréci. Il fait avant tout référence à un combat intérieur, mais inutile de vous expliquer. Quelqu’un qui nous pond trois commentaires sur un documentaire qu’il n’a à peine vu ...

    Encore une fois, je n’ai pas vu de propagande, et en cas que vous vous demandez : votre post de 01h03 avec vos propos racistes sur la culture arabe, la société arabe et la religion musulmane ont été modéré. Par contre, j’ai gardé vos perles. Donc inutile de les édulcorer à l’occasion.

  • permalien Nathan :
    11 juin 2011 @12h46   « »

    Deïr Yassin : 11 juin @12h32

    Encore une fois, je n’ai pas vu de propagande, et en cas que vous vous demandez : votre post de 01h03 avec vos propos racistes sur la culture arabe, la société arabe et la religion musulmane ont été modéré. Par contre, j’ai gardé vos perles. Donc inutile de les édulcorer à l’occasion.

    Mon post ne parlait pas de la culture et de la société arabe mais de la la culture et la société chi’ite libanaise, que l’on a pu voir hier soir et que j’ai effectivement qualifié de terrifiantes (tout comme le journaliste de Télérama, un magazine de gauche) et de mortifères. Je le maintiens. Mon post n’a pas été "modéré" mais censuré. Il vous est évidemment facile après ça, de traiter mon post de "raciste".

  • permalien gloc :
    11 juin 2011 @13h00   « »
    MORTIFÈRE, adj.
    Qui cause la mort. Synon. mortel, vénéneux, toxique, délétère. Poison, suc, plante mortifère (Ac. 1835-1935).
    ♦ En partic. Qui provoque ou entraîne la mort d’un grand nombre de personnes.

  • permalien Nathan :
    11 juin 2011 @13h09   « »

    Deïr Yassin : 11 juin @12h32

    La racine ’j/h/d’ est bien trop complexe pour votre esprit rétréci. Il fait avant tout référence à un combat intérieur, mais inutile de vous expliquer.

    En effet, c’est inutile. Je-m’en-fous ! Et si vous appréciez toute cette dévotion mortifère tel qu’il ressort du film, ce culte de la personnalité, cette adulation du martyre, ces discours formatés appris par cœur, ces formules rituelles psalmodiées, l’embrigadement des enfants, la transformation des femmes en bonnes sœurs, l’arrivée du douzième Mahdi (censé coïncider avec la disparition d’Israël, quel symbole !) ces reportages sous surveillance, ces documentaires complaisants… c’est votre problème.

  • permalien chamil :
    11 juin 2011 @14h01   « »

    La discrétion d’Alain Gresh sur la boucherie qui se passe actuellement en Syrie commence à interroger. Comment un des meilleurs journalistes sur le Moyen Orient de langue française arrive-t-il à éviter le sujet, sinon par des périphrases ?

    Quant aux manifestations palestiniennes au Golan, sauf être aveugle ou naïf sur les méthodes de la famille Assad (ou complaisant vis à vis d’elle), il est évident que leur chronologie correspond parfaitement à la situation intérieure syrienne.

    Ce qui n’enlève rien à la responsabilité criminelle (au sens propre du terme) du gouvernement d’union nationalistes/fascistes qui dirige Israël et assassine les manifestants palestiniens dont il a volé la terre, avec l’assentiment des occidentaux. Et à la veulerie de la famille Assad, qui ne sait envoyer son armée que pour cogner son peuple et jamais l’occupant sioniste.

  • permalien K. :
    11 juin 2011 @14h38   « »

    Mon post ne parlait pas de la culture et de la société arabe mais de la la culture et la société chi’ite libanaise

    Je ne sais ce qui de la fumisterie la plus éhontée ou de la “paltoqueterie” la plus sidérante l’emporte dans ce post.

    Combien de posts pitoyables avons-nous eu droit sur les musulmans depuis que ce triste sire crache son fiel bête et méchant dans ce blog ? Combien de fois a-t-il versé des larmes de croccodile sur les chiites qui faisaient l’objet d’attentats meurtriers au Pakistan ?

    Combien de posts ridicules avaient-ils consacré aux Iraniens, avant que ceux-ci ne subissent du jour au lendemain une fulgurante métamorphose “culturelle” après leurs soulèvements contre leur régime ? (et ce fumiste va lire ce passage comme un soutien au régime iranien)

    Combien pauvre est cet univers mental qui prétend connaitrela "société chiite libanaise" à partir d’un reportage sur les scouts du Hezbollah ? ET combien dérangé alors qu’il avait affirmé lui-même que la formation para-militaire d’enfants existait en Israel ?

  • permalien s=exp(j*pi) :
    11 juin 2011 @15h41   « »

    @ gloc // 11-06 / 13h00

    @ Nathan // 11-06 / 12h46

    "Mortifère !"

    MORTIFÈRE, adj.
    Qui cause la mort. Synon. mortel, vénéneux, toxique, délétère. Poison, suc, plante mortifère (Ac. 1835-1935).
    ♦ En partic. Qui provoque ou entraîne la mort d’un grand nombre de personnes.

    Voilà certes un terme que Nathan devrait éviter. A ma connaissance, les autorités israéliennes n’ont toujours pas transmis
    de renseignement exploitable sur les largages de bombes à sous-munitions. Dites donc, c’est pas Nathan qui demandait depuis quand l’armée israélienne avait quitté le Liban (question rhétorique) ? Elle, ça fait un peu plus de six ans, ses saloperies par contre y sont toujours. L’armée avait alors très chaud aux fesses ; la dispersion des saloperies, c’était une forme de vengeance. Nathan doit avoir oublié.

    La carte de gloc est visuellement frappante. Il ne faut pas oublier que ces centaines de milliers de "sous-bombes" tuent et mutilent. Il est évident que, la plupart du temps, les victimes sont des non-combattants. Il y a qq mois, ce fut un sous-off qui y laissa sa vie. Il appartenait à l’armée belge : nos hommes sont appréciés comme démineurs.

    http://www.lesdoigtsdanslacrise.inf...

    Ah, oui ! Si Nathan ou L Szwi*** voient une différence entre ces "largages à retardement et à l’aveugle" et certains tirs "à l’aveugle" qu’ils reprochent à d’autres, nous sommes prêts à nous instruire. Pour ma part, je vois deux différences :

    - le tir d’un obus ou d’un missile n’a pas le pouvoir de terreur et de paralysie de ces centaines de milliers d’engins diaboliques ;
    - les nuisances à escompter sont totalement disproportionnées.

  • permalien arndebian :
    11 juin 2011 @18h37   « »
    Tout est de la faute des scouts !

    Personnellement je ne comprend vraiment pas tant de réaction passionnées face à ce reportage que je trouve simple.

    J’ai lu toutes les remarques et pour ceux qui y voit de la haine je conseillerais de voir (entièrement) ce reportage ou le revoir en enlevant les lunettes idéologiques. Je met quiconque au défis d’en sortir une seule parole de haine.
    Le culte du martyr est évidement mais pour le cultiver il faut bien des martyrs et on sait qui les produits.
    Un camp de boy-scout d’orphelins de guerre ne paraît pas être une mesure inapropriée face à des décennies de guerre ; mais pour avoir des orphelins il faut bien tuer les parents avant.

    Tous les pays en danger de disparition ont agit de la sorte.

    Les tags racistes utilisant l’étoile de David comme une croix gammée avec des slogants comme "au four" ou "tuer les arabes", "one shot two deads" sur les T-shirt avec un dessin d’une arabe enceinte, ce n’est pas du racisme ? (les exemples ne manquent pas sur le net)
    http://reveil-des-consciences.over-...

    Pour ceux qui voit dans les boys-scouts des extrémistes : vouloir bombarder l’Europe avec des bombes nucléraires ce n’est pas un peu extreme ?
    http://www.iraq-war.ru/article/188125

    Enfin à se prendre toujours pour les victimes, n’y aurait il pas une ambiance de paranoïa las-bas ?
    http://www.dedefensa.org/article-l_...

  • permalien s=exp(j*pi) :
    11 juin 2011 @19h05   « »

    @ elbé // 10-06 / 23h36

    Les sionistes ne se disputent pas entre eux ; les contributeurs non-sionistes, si !

    C’est très exact. Ca ne signifie pas que les non-sionistes aient tort ni que les sionistes soient toujours d’accord entre eux. Simplement, les sionistes doivent se soumettre à un certain nombre de contraintes car ils relèvent d’une même idéologie.

    Dans ce cadre, il peut exister et il existe une large gamme de sionistes. Il existe même des sionistes si modérés qu’ils
    sembleront peut-être non sionistes à un oeil non averti. J’ai du respect pour Uri AVNERY mais je le tiens pour sioniste car il ne peut admettre un Israël qui ne soit pas défini comme très majoritairement composé de juifs et fondé sur des "valeurs juives" (qu’il serait sans doute bien en peine de définir). Bref, il est prêt à vivre dans une démocratie ... pour autant que les juifs puissent y avoir le dernier mot toujours.

    Pour s’assurer de cela, il faut mettre fin à ce qui est, pour lui aussi un cauchemar : le droit au retour des palestiniens. AVNERY admet que c’est injuste mais il n’en affirme pas moins que les palestiniens devront "avaler la pilule" !

    La version la plus "douce" du sionisme, mais aussi la plus fondamentale, c’est ça ! Là réside le "noyau dur" de l’idéologie qu’est le sionisme : les milices sionistes ont foutu les palestiniens hors de Palestine ; qu’ils y restent !

    Le retour des palestiniens, une évolution vers une solution "à un état", ne saurait être admis par les juifs israéliens. AVNERY et Nathan sont d’accord là-dessus ; cela signifie qu’ils se doivent d’ignorer les aspirations des victimes du nettoyage ethnique et celles des israéliens non-juifs.

    Certains analystes estiment qu’il existe un "péché originel" entachant la fondation de l’Etat d’Israël : le nettoyage ethnique ; mais que vaut un état où seule une composante de la population, définie sur des critères religieux ou communautaires dicte sa loi, et où des modérés exposent qu’il faut que cela soit maintenu ainsi ? Un tel état n’est-il pas affecté d’une épouvantable tare ?

    Au-delà de cette version dépouillée de l’idéologie, il y a de multiples variantes jusqu’à la caricature du sionisme des colons religieux violents agressifs et conquérants auprès de laquelle le Hezbollah passerait pour un ordre contemplatif.

    En passant, notez qu’il est arrivé à Nathan d’exprimer des opinions ou d’agir d’une manière qui n’était pas du goût de L Szy***, même s’il ne l’affrontait pas directement :

    - dans sa prise de position lors du dernier article sur Salah HAMOURI (27-04 / 13h21),
    - lorsqu’il m’adressa un post malgré une note de LSzy*** qui suggérait de m’ignorer.

    Les sionistes occupent en qq sorte quantité de "niches" différentes dans l’univers sioniste ; un peu comme les espèces sur terre.

  • permalien Cana :
    11 juin 2011 @19h49   « »

    ce documentaire comme disait un blogueur ici est simple , un peu coincé entre l’opacité du Tragique et la beauté des enfants et du peuple libanais sur fond de paysages magnifiques dans cette belle région du Sud.
    je n’ai vu nulle part une propagande pour le Hezb , au contraire des questions qui pointent - de manière faussement "gentilles"-un esprit de groupe, en survie, ancré dans leur culture socio religieuse pour affronter une possibilté répétitive de destruction totale avec des armes de destruction massive déjà bien rodées, dans une actualité qui dure depuis des décennies en Palestine occupée , puis au Liban.

    Ces enfants vivent dans un pays en guerre - j’insiste- car violé en permanence par des drones et des avions qui peuvent bombarder à tout moment. pour certains celà ne s’appelle pas état de guerre , mais une forme normale d’existence - de se faire pulvériser à tout moment, comme les victimes très soumises au sort qui les attendaient dans les camps de concentrations nazis - nommés à la fois par les allemands et par le Juifs des camps -les Muselman-

    Il se trouve que dans la pratique religieuse chiite , existe une pérennisation d’un culte antique de l’antiquité grecque , dont des éléments sont récupérés par la pratique rituelle de la Achoura , où se déroule un spectacle Tragique joué.
    On peut voir le film docu de Sabrina Mervin ( le cortège des captives) qui montre l’importance du jeu théatral dans ce rituel.Bien sûr on peut choisir de réagir épidermiquement et ne pas vouloir comprendre ce rituel traité avec un refus d’y voir autre chose que le disque rayé et répétitif des horrifiés par les barbares etc...Ce ne sont que des racistes à la vue bien courte.

    Mais là où ça dépasse le racisme , et où on est dans le déni du meurtre qui n’est qu’une répétition du meurtre - un insoutenable qui dure depuis un demi siècle- on est dans la normalité du crime de masse - une culture mortifère du 20éme et 21éme siècle.
    En effet ces enfants ne livrent pas leur détresse intime , pour qu’elle soit jetée en pature aux racistes et négationnistes. On leur a appris à se protéger. Dans le film "Plomb durçi" le réalisateur nous montre comment un homme interdisait à une femme qui venait de perdre sa famille de montrer sa douleur à la caméra. Il a raison.

  • permalien Laurent Szyster :
    11 juin 2011 @19h59   « »

    Florilège d’énormités, avalanche de sottises, haro sur ce pauvre Nathan :

    gloc

    C’est ça le racisme, Nathan, c’est ne pas comprendre les traditions folkloriques des autres peuples.

    Chasse, pêche et traditions.

    elbé

    Le bon droit est dans le camps arabe

    Got mit unz !

    s=exp(j*pi)

    il existe une large gamme de sionistes. Il existe même des sionistes si modérés qu’ils sembleront peut-être non sionistes à un oeil non averti.

    Un "antisioniste" sachant chasser le "sioniste" sans son chien ...

    Deir Yassin

    Vous êtes un menteur invétéré. Il n’y a rien à faire.

    Rien de rien.

    Rien au sujet de mon commentaire sur l’attitude de M. Gresh vis à vis du régime syrien, celui de D.P ou de chamil.

    Et rien non plus sur le choix malencontreux des évènements du 15 Novembre 1945 pour relativiser l’instrumentalisation des enfants aux service de la propagande "antisioniste".

    Visiblement les "antisionistes" radicaux de ce forum préfèrent s’attaquer en bande à un "sioniste" esseulé, évitent les sujets qui fâchent et se tiennent à bonne distance d’un contradicteur plus coriace, trop "sur de lui et dominateur".

  • permalien Deïr Yassin :
    11 juin 2011 @20h36   « »

    @ Szy***

    "Got mit unz"

    Cela s’écrit "Gott mit uns". Pour votre autoportrait de ’plus intelligent, plus instruit, plus éduqué’ on attend encore avec impatience ...
    Je suppose que par le contradicteur plus coriace, trop sur de lui et dominateur, vous parlez de vous-même aussi. Jetez vous des fleurs, personnes d’autres ici ne fera.


    Un autre documentaire dans la série "Permis de jouer" que K a posté hier.
    "La difficulté de grandir dans un contexte d’occupation".

    Le petit Tamer de dix ans du camp de Deheishe près de Beit Lahem et ses rêves de l’avenir. 12 min - sous-titré en français.

    http://vimeo.com/10891365

  • permalien gloc :
    11 juin 2011 @21h02   « »

    Laurent Szyster : « Chasse, pêche et traditions. »

    Ce n’est pas parce que Nathan répète en boucle la même imbécilité, qu’il faut vous croire obligé de vous joindre à la meute et d’en rajouter une couche.

    Votre remarque vexatoire pour Nathan est parfaitement inutile.

  • permalien Laurent Szyster :
    11 juin 2011 @21h39   « »

    @Deir Yassin,

    A moi l’orthographe !

    L’esprit vous manque ?

    Vous êtes bien ingrat de ne pas me jetter des fleurs, à moi qui vous jettes bien des perles !

  • permalien Nathan :
    11 juin 2011 @21h57   « »

    Je ne vois pas de quelle imbécillité je devrais me sentir coupable. J’ai dit et je répète que pour ce qui me concerne, il s’agissait d’un film de propagande. Une sorte de programme du Hezbollah en images.

    Le Hezbollah défend l’unité du Liban et n’a rien contre les Chrétiens ? Et hop, on montre une visite de courtoisie aux bonnes sœurs ? Le Hezbollah entend respecter les règles du jeu démocratique ? Et hop, on montre des images de militants attendant sagement devant les urnes ? Le Hezbollah veut montrer qu’il ne songe pas qu’à la guerre ? Et hop, on montre une discussion (quasi avec prompteur) entre deux types qu’on imagine être des universitaires et qui nous affirment qu’il y a beaucoup de médecins dans leurs rangs.

    Et tout à l’avenant. Y’a qu’à demander, mon bon monsieur. Le réalisateur y pourvoira.

    Ceux qui ne voient pas le caractère propagandiste de ce film sont tout simplement des gens qui ont perdu tout sens critique à force d’être immergés jusqu’à la glotte dans ce type de discours. Je les plains.

    Enfin, je me demande si ARTE a déjà eu l’occasion de diffuser un film de propagande israélien de ce calibre ? Ça m’étonnerait ! « Tsahal » de Lanzmann est certes passé sur France 2 mais pas sur ARTE.

    Maintenant comme je sais qu’on va sans doute à nouveau me bombarder d’injures – ce qui me laisse totalement indifférent, j’en ai vu d’autres - je précise que je ne mets pas du tout sur le même plan le documentaire sur les scouts et un film comme "Route 181", d’Eyal et Khleifi dont l’idée, assez géniale, consistant à suivre le tracé disparu de l’ancienne partition, fait émerger une réalité enfouie, physiquement et mentalement, celle de l’ancienne Palestine détruite par les sionistes. Les deux réalisateurs ont fait au moins œuvre de réflexion et je suis sûr qu’un Michel Khleifi aurait probablement la même opinion que moi sur le film d’hier.

  • permalien Laurent Szyster :
    11 juin 2011 @22h43   « »

    @Cana,

    Ces enfants vivent (...) comme les victimes très soumises au sort qui les attendaient dans les camps de concentrations nazis - nommés à la fois par les allemands et par le Juifs des camps -les Muselman-

    Vous êtes sur ?

    Je vous rappelle qu’à son arrivé à Auschwitz les nourrissons étaient gazés avec leurs mères, leurs grands parents trop vieux et les autres petits enfants improductifs.

    Ce n’était pas un risque, ce fut une quasi certitude.

    Vous niez le passé pour nier le présent et sans doute aussi un futur. Le passé des enfants dans les camps d’extermination nazis, le présent des orphelins embrigadés par le Hezbollah et le triste futur d’une République Islamique du Liban.

    PS : Primo Levi. « Si c’est un homme »

    Celui qui ne sait pas devenir Organisator, Kombinator, Prominent (farouche éloquence des mots !) devient inévitablement un « musulman ». Dans la vie, il existe une troisième voie, c’est même la plus courante ; au camp de concentration, il n’existe pas de troisième voie.

    Le plus simple est de succomber : il suffit d’exécuter tous les ordres qu’on reçoit, de ne manger que sa ration et de respecter la discipline au travail et au camp. L’expérience prouve qu’à ce rythme on résiste rarement plus de trois mois. Tous les « musulmans » qui finissent à la chambre à gaz ont la même histoire, ou plutôt ils n’ont pas d’histoire du tout : ils ont suivi la pente jusqu’au bout, naturellement, comme le ruisseau va à la mer. Dès leur arrivée au camp, par incapacité foncière, par malchance, ou à la suite d’un accident banal, ils ont été terrassés avant même d’avoir pu s’adapter. Ils sont pris de vitesse : lorsqu’ils commencent à apprendre l’allemand et à distinguer quelque chose dans l’infernal enchevêtrement de lois et d’interdits, leur corps est déjà miné, et plus rien désormais ne saurait les sauver de la sélection ou de la mort par faiblesse. Leur vie est courte mais leur nombre infini. Ce sont eux, les « Musulmänner ».

    .

  • permalien K. :
    11 juin 2011 @23h00   « »

    Et rien non plus sur le choix malencontreux des évènements du 15 Novembre 1945 pour relativiser l’instrumentalisation des enfants aux service de la propagande "antisioniste".

    Hé l’intelligent, vous n’aviez pas compris que c’était pour ne pas “relativiser” le meurtre d’enfants palestiniens désarmés ?

  • permalien s=exp(j*pi) :
    11 juin 2011 @23h01   « »

    Alerte ! L Szy : Etat de délire sioniste menaçant !

    Ainsi donc, d’après son auto-évaluation, L Szy*** serait plus coriace (que Nathan) : "sûr de lui et dominateur" ... au point qu’on le craindrait !

    Je m’en voudrais de l’embarrasser, mais j’ai cessé de m’adresser à lui après qu’il ait tenté de passer en force au-delà de la contradiction d’un de ses posts. Il n’a toujours pas répondu aujourd’hui. Petit rappel.

    s=exp(j*pi) :
    23 avril @01h07 «  »
    @ Laurent Szyster // 22-04 / 18h22 (2/2)

    "... différences entre l’immigration musulmane en Europe et l’immigration juive en Palestine Mandataire, ... pas si grande il y a 90 ans."

    Peu de différences donc, d’après Laurent Szyster !

    "... grandes différences sociales, culturelles, scientifiques et économiques entre immigrés Juifs de Palestine et immigrés Arabes en Europe."

    Cependant de grandes différences, donc, et sur de vastes domaines, d’après Szyster Laurent !

    Euuuuhhh ! Dites, la révision périodique des neurones assurant la cohérence des propos, c’est prévu chez les Hasbaristes ?

    Pcq, à mon humble avis, il y a nécessité et urgence absolues !

    Allez ! On fait une pause ici ! ... je ne voudrais pas avoir un AVC sur la conscience, moi.

    De son apostrophe sur la Syrie, j’ai cru saisir qu’il revient à ce contributeur (coriace, sûr de lui, dominateur, craint par tout le monde), de fixer le sujet du débat ... et, tant qu’on y est, de déterminer ce que chacun dira. Seraient-ce donc des prérogatives découlant d’un droit inaccessible à d’autres ?

    Et le calvaire de Nathan ! Rendez-vous compte :

    - on lui souligne le bon droit de la population palestinienne ;

    problèmes : c’est moi qui souligne en premier (01h04) et ça concerne les sionistes en général ! Le post d’Elbé qui reprend le sujet est également exposé de manière générale et ne nomme personne ; de plus, L Szy*** se plante sur son slogan ;

    - on le désignerait comme un sioniste modéré ; infâmie suprême aux yeux de L Szy*** ?

    problèmes : Nathan revendique ses particularités ; de plus, pour sioniste susceptible de n’être pas reconnu comme tel, j’indiquais AVNERY ;

    - il arrive à Deïr Yassin de le traiter de menteur ;

    avis personnel : il arrive en effet que Nathan cherche vraiment à promener son monde ; alors ...

    Questions (rhétoriques)

    - L Szy*** aurait-il qq difficultés à se comporter en contributeur égal aux autres ?
    - Aurait-il médité à l’excès les radotages de rabbi Yossef ?
    - Se verrait-il assis en seigneur régissant des goyim ?
    - Oublierait-il que, quelle que soit la couronne, ce n’est jamais qu’un chapeau qui laisse passer la pluie et que, si haut que soit le trône, on n’y est jamais assis que sur son cul ?

    Un grain de réalisme, un poil de modestie et un soupçon de sens du ridicule ne nuiraient certes pas à L Szy***.

  • permalien gloc :
    11 juin 2011 @23h05   « »

    @Laurent Szyster

    L’ignorance, peut-être feinte, que vous affichez de l’histoire, sous prétexte de lâcher une bonne grosse accusation de négationnisme envers Cana, est misérable.

    En confondant camp de concentration et camp d’extermination d’une part, et en laissant croire que les juifs auraient été les seules victimes du nazisme, d’autre part, vous vous tirez une balle dans le pied quant à vos accusations.

    Le musulman [Auschwitz, camp de concentration nazi]

  • permalien Laurent Szyster :
    11 juin 2011 @23h11   « »

    @s=exp(j*pi),

    L Szy*** aurait-il qq difficultés à se comporter en contributeur égal aux autres ?

    Ouais, et j’irai à la douche si je veux !

    Ce n’était pas une raison pour exacerber cette antipathie en arborant une étoile à sa veste pour bien montrer qu’on n’est pas n’importe qui, qu’on est le peuple élu, et pourquoi j’irais pointer au vélodrome d’hiver, et qu’est-ce que c’est que ce wagon sans banquette, et j’irai aux douches si je veux… Quelle suffisance !

    Pierre Desproges - Extraits Choisis

  • permalien Anastasia :
    11 juin 2011 @23h28   « »

    s=exp(j*pi) :
    11 juin @23h01

    Alerte ! L Szy : Etat de délire sioniste menaçant !

    Ainsi donc, d’après son auto-évaluation, L Szy*** serait plus coriace (que Nathan) : "sûr de lui et dominateur" ... au point qu’on le craindrait !

    Les gens "sûrs d’eux et dominateurs" feraient peut-être bien de se pencher un petit peu sur l’histoire... Les grands Khans mongols aux XIIIe et XIVe siècles ont régné sur le plus vaste empire territorial de l’histoire du monde, c’étaient des gens très expéditifs, pour le moins, qui commençaient par massacrer tous les individus du sexe mâle quand ils arrivaient dans une région, afin de ne prendre aucun risque, je ne pense pas qu’il y ait jamais eu dans l’histoire plus brutal et plus cruel qu’eux. Ils ont pourtant disparu... La puissance, la brutalité, la cruauté, le mépris et la haine d’autrui ne sont pas une garantie pour l’éternité !

  • permalien Cana :
    12 juin 2011 @00h02   « »

    @L Szy....
    je crois que vous avez un problème de lecture . soit vous ne savez pas lire , soit vous ne voulez pas lire .
    Il y a quelque chose qui vous fait enrager. serait-ce que votre déni du meurtre ne tient pas. Même si vous appelez à la rescousse des arguments issus de l’expérience effroyable de l’extermination des juifs, des étrangers , des communistes des malades mentaux des tsiganes et des homosexuels, dans l’Allemagne nazi, et en Europe.
    ce que je dis c’est que dans ces camps nazi l’usage par tous du terme Muselman appliqué au juif qui était prêt et soumis à la solution finale , n’est pas anodin.
    Les enfants scouts du hezb ne sont pas comparables aux enfants des camps nazis, même si votre lecture tordue de mon propos veut faire croire ça . par contre votre doctrine concernant le musulman a quelque chose à voir avec le Muselman des camps nazi.
    La normalité du meurtre d’enfants (au Liban et en Palestine ) s’appuies sur le fait de penser que ce sont des cibles , des choses , des bestioles jetées à la rue par des parents-animaux . ou des rien qui n’ont plus d’origine, dont les parents ont été éradiqués . ce ne sont surtout pas des humains. ça c’est une mentalité nazi qui produit un génocide lent en Palestine occupée.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    12 juin 2011 @00h21   « »

    Alerte ! L Szy : Etat de délire sioniste menaçant !

    "La douche !"

    Vous croyez que L Szy*** évoque symboliquement ce qui s’est passé entre 1933 et 1945 afin de faire mémoire des faits ou qu’il est victime d’hallucinations le transportant au milieu de ces abominations ?

    Et vous croyez que c’est moi qui aurais fait ressurgir ces événements dans une mémoire torturée, provoquant choc et hallucinations ? Mais comment donc ?

    A moins que ce soit un subterfuge afin de m’amener à lui adresser un post sans qu’il se soit justifié de son incohérence.

    Dites, que faut-il croire : L Szy est-il très malade ou n’aurait-il besoin que d’un grain de réalisme, un poil de modestie et un soupçon de sens du ridicule ?

  • permalien Laurent Szyster :
    12 juin 2011 @00h54   « »

    @Cana,

    ce que je dis c’est que dans ces camps nazi l’usage par tous du terme Muselman appliqué au juif qui était prêt et soumis à la solution finale , n’est pas anodin.

    Ah.

    En 1942, à Auschwitz, l’islamophobie rassemblait - je vous cite - "à la fois par les allemands et par le Juifs (sic)" ?

    Surement un effet de la propagande "sioniste" à la radio allemande depuis 1933 !

  • permalien K. :
    12 juin 2011 @01h06   « »

    Résumé :

    Un sioniste ne relativise pas quand il trouve des justifications à l’injustifiable, mais un “antisioniste” relativise quand il prouve que l’injustifiable ne peut pas être justifié.

    Un "antisioniste" reconnait la supériorité de son adversaire quand il choisit de ne plus répondre à un sioniste souffrant de cécité transitoire, mais un sioniste ne répond pas aux questions d’un “antisioniste” parce que ce dernier est antisémite. (Mais, mais...un "antisioniste" qui relève le racisme primaire d’un sioniste utilise de manière éhontée le thème du racisme comme moyen d’éviter de répondre aux posts débordant d’intelligence du dit sioniste)

    Un "antisioniste" s’incline devant l’intelligence du sioniste quand il ne répond pas à ses posts mais profite lachement de son surnombre pour persécuter le même sioniste quand il y répond.

    Etc..., Etc...

    Conclusion :

    L’intelligence c’est la chutzpah.

  • permalien Laurent Szyster :
    12 juin 2011 @02h20   « »

    @K,

    Oh, je vous avais oublié ?

    De quoi un sioniste est-il le nom ?

    De ce pelé, ce galeux dont venait tout le mal.

    Ainsi les sionistes, voleurs de terres, expulseurs et massacreurs d’Arabes, éduquant leurs enfants dans la haine et la paranoia, pervertisseur des mots, gardiens de l’abject ordre établi au Moyen-Orient, eux savent trop bien, et devraient être les derniers à donner des leçons, s’ils avaient encore le moindre sens de la pudeur.

    Haro sur le baudet !

  • permalien gloc :
    12 juin 2011 @07h02   « »

    Haro sur le berger autoproclamé.

    Et quant au Berger l’on peut dire
    Qu’il était digne de tous maux,
    Etant de ces gens-là qui sur les animaux
    Se font un chimérique empire.
  • permalien Nathan :
    12 juin 2011 @09h41   « »

    Dans le genre "Circulez, il n’y a rien à voir, il ne se passe rien en Syrie", la porte-parole de la dictature Assad, Reem Haddad est aussi bonne que sa consoeur israélienne Avital Leibovich lors de l’intervention à Gaza.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

    N’oublions pas que les massacres en Syrie ont reçu l’appui officiel du demi-dieu Nasrallah et probablement des conseils pratiques de la dictature iranienne.

  • permalien Rouzbeh :
    12 juin 2011 @10h18   « »

    Enfin, je me demande si ARTE a déjà eu l’occasion de diffuser un film de propagande israélien de ce calibre ?

    Soit BHL (Président du Conseil de surveillance d’Arte depuis maintenant seize années (soit le plus long mandat du Paf) a démissionné, soit il est devenu antisioniste, voir même antisémite.
    Donc, il faut être vigilant...

0 | 100

Ajouter un commentaire