En kiosques : mai 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Hezbollah, « les scouts d’Al-Mahdi »

par Alain Gresh, 8 juin 2011

La chaîne franco-allemande Arte diffusera, vendredi 10 juin à 23 heures un documentaire intitulé Les Scouts d’Al-Mahdi, réalisé par Bruno Ulmer.

J’ai participé à ce travail et j’ai écrit pour le site d’Arte un petit texte que je reproduis ci-dessous.

« Si vous fâchent les signes, combien vous fâcheront les choses signifiées ? » (Rabelais)

« La plus grande difficulté quand nous abordons une société étrangère est que nous la regardons avec des yeux d’étrangers. Nous la voyons à travers le prisme de notre culture, de notre histoire, de nos traditions et aussi de nos préjugés. »

« Ainsi, des jeunes, des enfants en uniforme ne peuvent que choquer des Européens, nous rappeler de mauvais souvenirs, alors même que le scoutisme a été une tradition européenne, inventée par les Européens, même si elle est en voie de disparition. »

« Ainsi, des jeunes et des enfants à qui l’on enseigne le nécessaire sacrifice pour défendre la patrie ne peuvent que choquer des Européens. Notre continent a tourné la page des guerres, de ces affrontements nationaux où rien n’était plus glorieux que de se sacrifier pour la patrie : les monuments aux morts de la Première et de la Seconde Guerre mondiale nous le rappellent dans le moindre village. Comment regarder alors un pays comme le Liban où la guerre reste omniprésente, où l’ennemi est clairement identifié ? »

« Avec Les scouts d’Al-Mahdi, nous avons voulu donner à voir le monde à travers leurs propres yeux, si l’on peut dire ; comprendre ce qui les fait agir, penser, et aussi rire. Et nous avons voulu passer au-delà du regard dominant sur l’organisation à la réputation sulfureuse à laquelle ils sont liés.
Nous devons regarder ces images et ces témoignages avec un esprit critique. Mais celui-ci sera d’autant plus acéré que nous comprendrons mieux le contexte dans lequel ces images ont été tournées. »

Evidemment, le fait que le film parle d’une organisation liée au Hezbollah va créer la polémique. On peut déjà la mesurer dans les commentaires qui accompagnent un article inénarrable intitulé « Tsahal : “Les manifestants ont causé leur propre mort” » (Juif.org, 6 juin 2011). Si l’on comprend bien le titre, les manifestants palestiniens du 5 juin sur le Golan sont responsables de leur mort ! Comme les manifestants morts en Syrie sont responsables de ce qui leur arrive, selon le gouvernement ! Comme les morts sous la torture au Bahreïn sont responsables de leur sort !

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016