En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Le « Diplo » caviardé au Vietnam

8 juillet 2011

Le Vietnam dispose de 745 organismes de presse écrite, dont 25 quotidiens ; près de 17 000 personnes y détiennent une carte de presse (37 000 en France). La quasi-totalité des publications est émise par le gouvernement, le Parti communiste ou des organisations de masse contrôlées par ce parti unique. Amendée en 1999, la loi sur la presse de 1990 indique que les journalistes doivent fournir « des informations domestiques et internationales légitimes conformément aux intérêts du pays et du peuple ». Devant le flou de cette définition, l’autocensure est omniprésente. Quand une critique trop véhémente se fait jour, la foudre frappe souvent – censure, interrogatoires de police, amendes, arrestations. La presse internationale diffusée au Vietnam est lue avec tout autant d’attention par des inspecteurs du ministère de l’information et des communications.

Le numéro de juin du Monde diplomatique a visiblement déplu à une paire d’yeux zélés : des lecteurs nous ont fait parvenir les exemplaires caviardés qu’ils ont achetés à Hanoï. L’article « Retrouvailles des Etats-Unis et du Vietnam » est soigneusement biffé au feutre noir – à la malencontreuse exception, comme on peut le voir sur les images ci-dessous, d’une partie des notes de bas de page.

Le Monde diplomatique a émis une protestation auprès de l’ambassade du Vietnam en France. A titre exceptionnel, cet article est d’ores et déjà disponible en version intégrale.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016