Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Feu sur les embargos

Feu sur les embargos

vendredi 29 juillet 2011, par Philippe Leymarie

La première moitié de cette année 2011 aura été marquée, sur le plan des équipements militaires, par la fin discrète de deux embargos de fait : l’un contre la Russie, ex-Union soviétique, à qui la France a fini par vendre quatre Bâtiments de projection et de commandement (BPC) – le premier équipement militaire majeur acquis par Moscou dans un pays occidental. L’autre contre Israël, l’Elysée ayant décidé de confier à son industriel de l’armement fétiche (Dassault) le soin de fournir d’ici 2014 à l’armée française les drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) dont elle manque – des engins sans pilote dérivés en fait du Heron TP, développé, construit et donc vendu par le groupe d’armement israélien IAI.

Ce que n’a pas manqué de souligner à sa manière par exemple - et parmi beaucoup d’autres - le site Jforum, « portail juif francophone » : « Après l’embargo honteux, la France achète ses armes en Israël. Signé en fin de semaine dernière, le “deal” avec Israël Aerospace Industries (IAI), le numéro un israélien, est estimé à environ 500 millions de dollars, selon des responsables de cette entreprise. (…) Pour les médias israéliens, l’interdiction de la vente et de l’achat d’armement décrété par le général De Gaulle en juin 1967, au moment de la guerre israélo-arabe, était vécue comme une blessure. A l’époque, la France était de très loin le plus important fournisseur d’armes d’Israël. » (Voir aussi le billet d’Alain Gresh, « France-Israël, comme en 1956 », Nouvelles d’Orient, 25 juillet 2011.)

«  (…) Ce contrat massif et officiel a donc un arrière goût de revanche. Les responsables de la défense israéliens ne manquent pas de rappeler que le boycottage français a en fait donné une formidable impulsion au développement d’une industrie aéronautique israélienne de pointe. Dans un premier temps, Israël a copié les plans du Mirage pour produire des avions de combat, avant de tenter de mettre au point le Lavi, un modèle original, dans les années 80. Mais le véto américain à la production d’un appareil qui risquait de faire concurrence aux avions américains a encouragé Israël à miser sur l’avionique, les systèmes de défense anti-aériens, ainsi que sur les drones (...), réussissant à exporter pour 7,2 milliards de dollars d’armes l’an dernier, grâce notamment aux ventes des drones. »

«  (…) Les médias israéliens oublient que la France utilise les technologies avioniques d’Israël depuis des années. Paris collabore discrètement avec Israël en matière de technologie de drones depuis au moins 1995, lorsque le ministre de la défense François Léotard a signé pour l’achat de quatre drones. La France utilise discrètement l’expertise israélienne dans le programme SIDM (système de drone moyenne altitude longue endurance), car le célèbre Eagle One est le fruit d’une collaboration discrète entre IAI et EADS. »

Pays pionnier

On ne s’étonnera pas de trouver, derrière cette apparente « solution de souveraineté nationale » à l’actuel manque (criant) de drones en France, la patte de l’industrie militaire israélienne – un pays pionnier dans ce domaine, immédiatement derrière les Etats-Unis : des entreprises de pointe comme Israeli Aeronautics Industries (IAI) et Silver Arrow (filiale d’Elbit Systems), ou encore Rafael, occupent une position-clé sur le marché mondial, avec leurs familles de drones tactiques Hunter, Hermes, Heron, Eitan ou leurs dérivés, développés en partenariat avec les pays européens – dont, désormais, la France.

A l’exception des Etats-Unis, la plupart des armées occidentales engagées en Afghanistan – notamment l’Allemagne, l’Australie, l’Espagne, le Canada, la France – mettent déjà en œuvre des engins sans pilote de fabrication israélienne. L’Inde, le Brésil, la Russie s’en sont procurés également. La vente de ces engins n’est pas soumise aux mêmes restrictions qu’aux Etats-Unis, où les engins UAV (Unmanned aerial vehicles) sont classés administrativement dans la même catégorie que les missiles de croisière, et soumis au Missile Technology Control Regime, un groupe informel de trente-quatre pays qui se donne pour but d’empêcher la prolifération des systèmes d’armes de destruction massive.

Cette procédure écarte nombre de clients, au grand dam de Gary Ervin, qui dirige la division « aerospace » de Northrop : « Si nous disons à nos clients qu’ils ne peuvent acquérir de Global Hawk [1], ils se rendent en Israël et achètent un Hermes 450. Ce n’est pas tout à fait un Global Hawk, mais c’est un engin assez efficace. C’est un de nos problèmes… » James Pitt, chef de la division des systèmes électroniques dans la même compagnie, remarque qu’alors que « les pays ont un appétit insatiable pour les drones, » les Etats-Unis – faute d’un changement de politique dans le secteur des UAV – risquent de dresser dans cinq ans un constat de carence : « Là aussi, nous avons manqué le bateau. »

« Combat proven »

Israël se pose en spécialiste des robots en tous genres, et ses universités, en lien étroit avec les entreprises spécialisées, se font fort de trouver des solutions techniques adaptées à tous les problèmes que rencontrent les forces armées de ce pays [2] : au fil des ans, et des tensions au nord comme au sud d’Israël, elles ont mis au point des robots escaladeurs de murs, des robot-serpents explorant des cavités ou abris, des robots blindés et armés pour patrouiller le long des frontières, des drones d’observation ou de tir, etc. Déjà, comme aux Etats-Unis, l’armée de l’air israélienne forme plus de contrôleurs de drones que de pilotes embarqués.

En quasi-guerre permanente, Israël ne cesse de tester des matériels en conditions réelles (« combat proven ») : un argument de vente décisif. Même si les dépenses militaires absorbent un dixième de sa richesse nationale, le secteur des industries high-tech – avec le plus souvent des branches défense fouettées par le climat guerrier du pays – est devenu la principale locomotive de l’économie israélienne. Une créativité qui s’explique aussi par l’osmose entre l’université et l’industrie de l’armement, et les liens avec « Tsahal » : les scientifiques comme les industriels sont souvent d’anciens militaires, et même d’ex-membres des commandos ou autres unités spéciales, partageant un même socle culturel et politique.

Une série de facteurs jouent, en Israël plus qu’ailleurs, en faveur de cette « robotisation du champ de bataille », qui serait près de toucher jusqu’à un tiers du parc terrestre et aérien de Tsahal :

— les contraintes du combat en zone urbaine, au milieu des populations, qui tend à se généraliser ;
— la nécessité politique d’éviter au maximum les victimes civiles « collatérales » ;
— le manque d’effectifs ;
— le souci de préserver la vie des soldats (mines, IED) ;
— les besoins en matière d’« ’assassinats ciblés », actions préventives, sabotages, etc. – facilités par le recours aux robots et drones.

Large spectre

« Les drones, avions pilotés à distance, sont devenus des capacités indispensables à tout système de défense, explique de son côté le ministère français de la défense pour justifier l’initiative prise en faveur de l’avionneur Dassault, tout en minorant l’importance du fournisseur israélien. Leur endurance assure la permanence de la surveillance des théâtres d’opération, sans engager de vie humaine. Leur large spectre d’emploi permet le recueil de renseignement de toute nature ou le ciblage d’objectifs. Leur système de communication raccourcit les boucles de décision et leur furtivité diminue leur vulnérabilité. Ils s’inscrivent parfaitement dans la mission de connaissance et d’anticipation, définie par le Livre blanc comme l’une des cinq fonctions stratégiques dont les forces de défense et de sécurité doivent avoir la maîtrise [3]. »

A l’issue d’un Comité ministériel d’investissement , le ministre français de la défense Gérard Longuet a annoncé « l’entrée en négociations » avec Dassault Aviation pour l’acquisition d’ un nouveau système de drones MALE, « destiné à remplacer le système de drones actuellement utilisé par l’armée de l’air (le système Harfang) en attendant l’entrée en service, à l’horizon 2020, d’une nouvelle génération d’appareils, développée dans le cadre de l’accord de coopération franco-britannique de novembre 2010 ». Selon le ministère, le développement de cette solution (à partir du F-Heron TP israélien) impliquera autour de Dassault Aviation plusieurs entreprises françaises, ce qui « va permettre de commencer à structurer une filière industrielle en préparation du futur système de drones MALE franco-britannique ».

Ce choix présenté comme « national » met fin à deux ans d’atermoiements, dans un domaine où la France est notoirement absente, sur le plan industriel comme militaire. Un choix stratégique, car il engagera le pays pour plusieurs décennies. EADS, qui a une longue expérience des drones, [4]. et a déjà fourni à l’armée française plusieurs types d’engins sans pilote, paraissait un candidat plus naturel, surtout au moment où les restrictions budgétaires imposent – recommande-t-on au sommet de l’Etat – de rationaliser les investissements, de restructurer l’industrie européenne de l’armement, de mutualiser la conception et la production de certains équipements.

Louis Gallois, le patron d’EADS, plaidait encore au salon aéronautique du Bourget, en juin dernier, pour une solution largement européenne, autour du bi-réacteur MALE Talarion, un programme destiné à répondre à la demande de l’Allemagne, de l’Espagne... et de la France. Mais la réorganisation en cours de la branche défense de son groupe, rebaptisée Cassidian, et penchant de plus en plus côté allemand, semble avoir compté dans la décision de Paris de se rabattre sur l’ami Dassault.

Sous prétexte d’éviter de se placer sous la coupe américaine (premier producteur mondial de drones), qui proposait des achats « sur étagères » de ses Reaper ou Predator, et pour éviter de dépendre de l’« allemand » Cassidian, Paris se retrouve dans les bras exclusifs de son fournisseur unique de chasseurs (constructeur des fameux, très bons, mais invendables Rafale). On renouvelle donc, dans ce nouveau secteur-clé des drones, le schéma suicidaire qu’on a connu avec celui des chasseurs, dans les années 1980 : une concurrence intra-européenne, et même partiellement franco-française, comme ce fut (et est encore) le cas entre l’Eurofighter d’EADS et le Rafale de l’avionneur tricolore [5].

Notes

[1] Un drone de haute altitude et longue endurance, champion du monde de sa catégorie.

[2] Cf. Jean-Marie Hosatte, « La guerre télécommandée », Le Monde Magazine, septembre 2010.

[3] Communiqué du ministère de la défense, 21 juillet 2011.

[4] Cf. la lettre TTU, supplément au n° 765, 30 juin 2010 : « Drones : EADS au service de l’autonomie stratégique » (PDF).

[5] Cf. Dominique Gallois, « L’Etat choisit Dassault plutôt qu’EADS pour sept nouveaux drones », Le Monde, 23 juillet 2011.

53 commentaires sur « Feu sur les embargos »

  • permalien Anastasia :
    29 juillet 2011 @22h10   »

    Il fut un temps où les dirigeants français avaient le sens de l’intérêt général, refusaient de se vassaliser et refusaient de cautionner des politiques criminelles. Ils pouvaient avoir la tête haute et leurs compatriotes également, ce temps est malheureusement manifestement révolu et l’on se demande quand le fond de l’ignominie sera atteint, c’est bien triste...

  • permalien DF 31 :
    31 juillet 2011 @14h47   « »

    Hélas, c’est aussi le signe d’une désindustrialisation de la France. Importation de drones israéliens : produits de haute technologie ; exportation de BPC type Mistral vers la Russie : ce ne sont que des ferry équipés de quelques mitralleuses... La France a raté le coche du marché chinois suite à l’embargo décrété après les événements de la place Tienanmen (orthographe non garantie) alors que la Russie n’était plus en mesure de satisfaire les besoins chinois mais aujourd’hui il est trop tard : la Chine est devenu exportatrice d’armes comme le sont Israel et l’Afrique du Sud. Les embargos ont cela de bon pour les pays qui les subissent : ils stimulent la recherche et la production locale. Comme quoi le protectionisme a des avantages, car un embargo subit, ce n’est qu’un protectionisme involontaire (grosso modo quand même...).

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @16h10   « »

    comment pouvez vous mettre sur un pied d égalité la russie et israel ?la russie ne fait que se défendre face au terrorisme islamiste aveugle au deguestan et en tchetchenie,et ne mène aucune politiqu
    e de colonisation de peuplement dans cette région,contrairement a israel en cisjordanie,a jerusalem-est et dans le plateau du golan !stop aux amalgames douteux !

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @16h12   « »

    daguestan,erreur de frappe

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @16h37   « »

    concernant le maintien de l embargo des ventes d armes destinées a la chine,cela prendra un tout autre tournant dans un peu plus de cinq mois en cas de victoire des indépendantistes a taiwan-l avenir,que nous reserve t il ?- http://www.iris-france.org/docs/kfm...

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @16h45   « »

    le risque d une confrontation entre la chine la corée du nord et le myanmar d une part,et les etats unis,le japon, la corée du sud,taiwan,la thailande,le vietnam,l indonésie,les philippines et l inde d autre part est préoccupant,comme le souligne cet article dénoncant les prétentions etats uniennes visant a liguer new dehli contre pékin www.mondialisation.ca/index.php

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @17h06   « »

    l embargo sur les armes devrait également etre de mise pour la turquie www.institutkurde.org/info/d...

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @17h10   « »

    en représailles,l armée turque risque de rayer de la carte la présence kurde en anatolie !

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @17h37   « »

    ces risques de "purification ethnique" n empechent pas l union européenne d appuyer l intégration d ankara ;ailleurs,au sahara occidental ou au sri lanka,le génocide des sahraouis et des tamouls est cautionné par nos dirigeants.....

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @17h50   « »

    un autre pays qui devrait etre sanctionné par un embargo sur la vente d armes:la colombie post-uribe,dont l armée et les paramilitaires auc assassinent les indigènes,les paysans pauvres,les syndicalistes-les médias ne parlent que des "méchantes farc",occultant les raisons intrinsèques de la lutte de la guérilla colombienne-et fait,des deux,puisque l eln-ejercito de liberacion nacional-mène également la lutte contre l oligarchie colombienne-cette formation est de type castriste et soutenue par cuba-le problème est que l antiaméricanisme primaire des djihadistes pose les etats unis en "rempart du monde libre" et permet de diaboliser les luttes révolutionnaires en amérique du sud...

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @17h59   « »

    les u.s.a ont pourtant promis de mettre un terme aux sanctions imposées contre les djihadistes somaliens pour permettre l acheminement de l aide humanitaire-qui dénonce ces affreux barbouzes barbus en france ?personne !pour l opinion publique qui n a pas d esprit critique les "mauvais" ce sont les "farc"-qui sont en fait les fiers héritiers de simon bolivar-,le djihadisme serait mort selon nos dirigeants depuis l assassinat par la c.i.a d un certain ouss....-veulent ils de cette facon salir l image de ernesto che guevara ?

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @18h10   « »

    pour les lobbies des puissances impérialistes qui appuient les bourgeoisies compradores des peuples néocolonisés et spolient leurs richesses,il est préférable de voir les intégrismes prendre le pouvoir-likoud en israel, f.i.s en afrique du nord,lord ’s resistance army en ouganda,............-plutot que des révolutionnaires qui font référence a la lutte des classes et proposent de créer le paradis sur terre,tandis que les intégristes pronent l élimination des "infidèles"-c est a dire de "l autre"-pour "avoir sa place au paradis" !ces intégristes s accomodent bien du libéralisme économique,que ce soit en iran-ou ahmadinejad prone "l anéantissement de la gauche"-ou en amérique latine-les évangélistes sont soutenus par le néocolonialisme etatsunien au guatemala pour faire disparaitre le catholicisme qui y est imprégné de la théologie de la libération-les élections qui auront lieu dans ce pays le 11 septembre de cette année,et qui maintiendront l apartheid contre les amérindiens,sera mis de coté part les dix ans des attentats du 11/09/2011 tout comme le 11 septembre 1973 au chili quand le socialiste allende a ete assassiné...

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @19h10   « »

    pour en revenir au fil du sujet,la vente de mistrals par la france a la russie de medvedev s inscrit dans la politique de paris et de berlin qui veulent ménager moscou,de la meme facon que nicolas sarkozy et angela merkel s étaient opposés a l entrée de kiev et de tbilissi dans l alliance atlantique.trois ans après la guerre d ossétie du sud-le 8/8/2008-,la russie va reprendre pied en géorgie dont les néoconservateurs américains voulaient transformer en tete de pont,en point d ancrage pour mettre la main sur le pétrole de la caspienne et affaiblir l influence de l héritière directe de l union soviétique-ou,vu le déclin du KPRF,de la russie des tsars..............

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @19h33   « »

    contrairement a georges walker bush ,qui pendant ses deux mandats apporta son plein soutien a saakachvili,barack obama a d autres préoccupations géopolitiques,car il a vécu sa jeunesse a hawai et en indonésie.et justement,il sera encore président de la première puissance économique mondiale quand auront lieu les présidentielles du 14 janvier 2012 a taiwan qui risquent d etre remportées par les indépendantistes,qui veulent officialiser la souveraineté de l ile par rapport a la seconde puissance économique mondiale(la république "populaire" de chine) et nouent des liens avec les organisations tibétaines et la mongolie revendiquée par certains courants nationalistes/irrédentistes de chine continentale qui tot ou tard remplaceront le parti "communiste" chinois -qui n a plus rien vraiment de communiste...les usa ont renoncé a recourir a recourir a la force contre la russie lorsque l ex armée rouge intervint en ossétie du sud pour empecher l expulsion des ossètes par les le pouvoir géorgien car moscou dispose d un arsenal nucléaire imposant-le deuxième au monde après les etats unis- ;renoncera t elle a intervenir manu militari contre l "Armée Populaire de Libération" chinoise car la chine constitue un marché de plus un milliard trois cent millions de personnes et parceque pékin détient une grande partie des bons du trésor u.s ?

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @19h48   « »

    ce marché de plus d un milliard de personnes,dont des centaines de millions de prolétaires qui pourront etre exploité(e)s par des entreprises u.s -elles délocalisent pour faire travailler a un salaire moindre-et la forte interdépendance monétaire n empechent pas obama de soutenir le dalai lama,aux risques de s attirer les foudres de pékin. www.lemonde.fr/asie-pacifiqu...

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @21h37   « »

    je crainds malheureusement que la misère des peuples du tiers monde ne profite aux djihadistes,qui veulent récuperer la contestation sociale-c est deja le cas en tunisie,en libye,en égypten,au yemen,en syrie..........je le redis,l intégrisme,quelque soit sa confession,annihile la luttes des classes,donc n est pas un obstacle au libéralisme économique.

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @22h55   « »

    en mars 2012,les présidentielles auront lieu en russie.les bourgeoisies francaise et allemande misent sur une victoire de "russie unie" de poutine medvedev,idem pour berlusconi.en 2013,des élections auront lieu en géorgie ;la djavakhetie ,l adjarie et les territoires de géorgie peuplés d azéris seront ils sollicités par moscou a se soulever,len bref la géorgie sera t elle dépecée par les néotsaristes pour prendre leur revanche sur un occident qui a utilisé l islam contre les serbes orthodoxes en bosnie et au kosovo en arborant son "casque colonial"-comme le disait poutine-une réelection de ce dernier durcira encore la politique moscovite vis a vis des pays de l ex guam(georgia,uzbekistan,azerbaidjan,moldova)qui rentreront dans le bercail.

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @23h02   « »

    cette recomposition d un espace panslaviste se fera avec des mistral fournis par la france,alors que la russie de poutine-medvedev,bien que ultralibérale et dont l impérialisme est lié a gazprom ,est soutenue par ces memes pseudomarxistes-minoritaires heureusement au sein du pcf-qui montrent du doigt les tibétains,accusés d etre "la cinquième colonne des etats unis".ces "pseudomarxistes" devraient donc devenir des nostalgiques d ivan le terrible et soutenir l impérialisme francais,puisque l industrie militaire hexagonale arme moscou !

  • permalien Tristan :
    4 août 2011 @23h23   « »

    @triangle rouge

    la victoire des révolutionnaires marxistes d’Amérique du Sud

    Là, vraiment, mort de rire. Est-ce que vous croyez vraiment que quelques fils à papa, universitaires ratés et pourris jusqu’aux os, puissent, seulement, mettre en place une révolution ?

    La Suisse tombera sous le maxisme révolutionnaire bien avant.

    Est-ce que vous connaissez un peu l’Amérique du Sud ? Parce que j’ai vraiment beaucoup de peine à voir de quels maxistes vous parlez. C’est pas avec leurs théories du temps de Mathusalem que les brigades Lénine arriveront à lever une armée. Même, si, ils arrivaient à sortir des armes de leurs universités.

  • permalien triangle rouge :
    4 août 2011 @23h34   « »

    c est simple,je parle des farc /ep et de l eln dont maurice lemoine demande le retrait de la liste des organisations terroristes par l union européenne.

  • permalien Tristan :
    5 août 2011 @00h14   « »

    @triangle rouge

    J’ai beaucoup de peine à croire que les FARC et l’ELN puissent être à la tête d’une révolution armée dans toute l’Amérique du Sud.

    Je sais bien que le sentier lumineux voudrait bien s’implanter, en Bolivie, pour renverser le gouvernement, mais, avec la démocratisation qui avance, dans le continant, les luttes armées n’ont plus trop de raisons d’être. Et, de plus en plus, les gouvernements coopèrent, pour faire face aux groupes armés (qui sont souvant aussi mafieux).

    Il semble qu’Ulser Pillpa Paytan a de forte chance de finir extradé au Pérou, après son arrestation de ce début de semaine.

    Bon, si Santos arrivait à un mettre en place un accord politique avec les FARC et l’ELN, je pense, que, dans un cadre démocratique, les choses peuvent aller bien mieux.

    Je pense que ca va finir de cette manière là, car Le Brésil ne veut, ni voir un guérilla prendre le pouvoir chez son voisin, ni que les tentions s’éternisent encore des décennies.

    Je pense, aussi, que c’est eux qui ont poussé Chavez à extrader un supposé membre des FARC en Colombie.

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @00h29   « »

    meme si l amérique latine se "démocratise",les inégalités y restent y criantes,et je ne pense pas que les guérillas colombiennes déposent les armes comme l ezln qui n était pas tout a fait marxiste.de plus,il y a la répression au chili contre les mapuches et au honduras contre toutes les forces progressistes. et la résistance s organise a l echelle continentale www.conbolivar.org

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @08h51   « »

    pour en revenir au fil du jet,la vente de mistrals a la russie s inscrit dans une logique de certains courants de la bourgeoisie francaise-notamment le front national de marine lepen et le mouvement national républicain de bruno megret-favorables a la sortie de la france et de l allemagne de l otan,et de l alliance avec la russie-une"europe impériale" débarassée de la tutelle u.s.on le voit dans les paroles du groupe de rock identitaire francais" fraction hexagone’ dans les chansons" yankees go home" ou "quatre vingt jours,quatre vingt nuits",l extreme droite francaise est proserbe,prorusse et antietatsunienne,ce qui est le cas des militants de ces deux partis-d anciens paras ou légionnaires qui ont refusé au début de combattre au kosovo contre les serbes,et qui continuent d appuyer les "tchetniks".

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @08h55   « »

    c est le thème de la "Troisième Rome",la russie orthodoxe,qui serait salvatrice,face aux etats unis et leur culture dite "décadente"

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @09h40   « »

    C est justement au kosovo,en exacerbant les rivalités entre impérialisme francais et allemand-les troupes francaises défendent les serbes de mitrovica tandis que l allemagne est proalbanaise -qui dirige la kfor-le dirigeant est erhard buhler et 1023 soldats de la force de l otan sur 5872 sont allemands-que les u.s.a espèrent briser l alliance germanofrancorusse-d évidence,la russie soutient les serbes. l allemagne appuie l ex uck-des nostalgiques d enver hoxha qui ont chassés les roms,turcs juifs et serbes des territoires qu ils controlent,qui veut expulser les serbes du nord du kosovo,tandis que la france est proserbe www.solidarite-kosovo.org/fr... la débacle de die linke,qui avait le vent en poupe avant de s entredéchirer au sujet du conflit israélopalestinien-les allemands ont encore mauvaise conscience pour la shoah-empeche tout retrait de la bundeswehr du kosovo,ou les multinationales d outre rhin convoitent les richesses en uranium.défaisant l axe paris-berlin-moscou,washington prend sa revanche sur le refus de ces trois capitales de voir l ukraine et la géorgie-ainsi que la moldavie-rejoindre l alliance atlantique en 2008-2009.

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @09h46   « »

    lors des frappes de l otan contre la serbie en 1999,un général francais avait ete radié de ses fonctions pour avoir révélé au "petit frère de la france" les plans d invasion du réduit yougoslave par l alliance atlantique.pourtant,selon le monde diplomatique de ce mois,l entrée de la serbie dans l otan serait a l ordre du jour.cela arrangerait les u.s.a,ce serait une tete de pont vers moscou qui est le principal allié de belgrade.

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @10h06   « »

    l euro 2012,qui se passera a la fois en pologne et en ukraine,va t il exacerber ce dernier entre l ouest catholique -la galicie- et l est russophone ?les u.s.a veulent cristalliser les nationalismes en ukraine pour déclencher une nouvelle guerre,comme en (ex)yougoslavie dans les années 90-qui se poursuit au nord du kosovo-dans ce contexte,la france appuiera elle la russie,protectrice des russophones de crimée et de transnistrie,ou bien se rangera t elle du coté des etats-unis,sachant que paris a vendu des mistral(s) a moscou au risque de lacher tbilissi ?

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @10h24   « »

    peine perdue pour varsovie,le belarus va s unir a la russie-en meme temps que l abkhazie et l ossétie du sud- www.lefigaro.fr/internationa...

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @11h10   « »

    les mistral francais vendus a la russie font effectivement servir a en finir avec saakachvili fr.rian.ru/world/20110804/190366831.html

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @11h14   « »

    l occident lache saakachvili fr.rian.ru/discussion/20110527/189631182.html

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @11h23   « »

    je vous rassure,le renvoi vers le lien "solidarité kosovo" ne fait pas de moi un nationaliste francais !

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @11h34   « »

    y a t il un embargo sur les armes a destination de l ethiopie,où la guerre faire rage dans l ogaden ?justement "le monde diplomatique" critiquait en 2006 l intervention d addis abeba en somalie-qui en fait correspond a celle du vietnam en 1978-79 au cambodge pour libérer ce pays des khmers rouges(et a mogadiscio des tribunaux islamiques)il va très certainement y avoir une nouvelle incursion militaire ethiopienne en somalie,les milices djihadistes y semant le chaos...

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @11h35   « »

    lassé de ce long monologue,j aimerais voir vos réactions !

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @12h11   « »

    l éthiopie est en fait surtout intervenue en somalie pour contrer les séparatistes de l ogaden www.onlf.org/news.php

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @12h16   « »

    autre minorité qui revendique son droit légitime a l autodétermination,le peuple oromo www.oromoliberationfront.org il faut donc un embargo sur les armes a destination de la corne de l afrique,d autant plus que la famine s ajoute a la guerre qui y prévaut !

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @13h25   « »

    il faudrait également combattre le mercenariat,qui sera de plus en plus utilisé par les usa en irak,notamment après leur prétendu "retrait" a la fin de l année-ils maintiendront 10.000 soldats-et quand ils attaqueront la syrie et surtout l iran ;mène l armée se privatise !

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @15h10   « »

    et un embargo sur les armes a l encontre de la junte du honduras fasciste,qui écrase le fnrp,la résistance conduite par manuel zelaya depuis le nicaragua.

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @17h15   « »

    "le multipartisme est une multicochonnerie",dit fidel castro il y a plus de 20 ans-je ne sais plus en quelle année- ;en tous les cas,il permettra l alignement de la syrie sur les u.s.a-il vient d etre reconnu par damas-et coupera le lien entre le régime des ayatollahs et le hezbollah chiite libanais pro-iranien.désormais,les etats unis sont en position de force au moyen orient,ils ne leur reste plus qu a désarmer cette "milice" et guerroyer contre l iran d ahmadinedjad-pas certain de l orthographe-,et le "grand projet de moyen orient"proné par les néoconservateurs u.s prendra forme-une nouvelle victoire en fait pour le "nouvel ordre mondial".

  • permalien Tristan :
    5 août 2011 @18h59   « »

    @triangle rouge

    Le Brésil ... va devenir un impérialisme régional

    Je ne crois pas que le terme d’impérialisme est adapté. Mais, Le Brésil est voisin de tous les pays d’Amérique du Sud (à part du Chili), et c’est le pays le plus peuplé, avec une économie très dynamique, qui est vraiment la locomotive du continent.

    C’est très clairement LA puissance régionale, et tout le monde en est conscient. Il a, donc, vocation à être à la tête de l’UNASUR.

    Je ne sais pas quand on va pouvoir parler de Brésil post-Lula, car il est toujours là, tel une icone. Tous les pays d’Amérique du Sud vont chercher à l’imposer comme secrétaire général de l’ONU, cette fin d’année. Je ne crois pas que les USA puisse accepter une chose du genre, mais, c’est un candidat qui risque d’avoir de nombreux soutiens, aussi dans le reste du monde.

    la dynamique révolutionnaire va se radicaliser,la c.i.a soutient les séparatistes fascistes de l Oriente-l est de la bolivie-tandis que Evo Morales revendique un accès a l océan pacifique en récupérant les territoires perdus

    Non, c’est presque fini, le séparatisme de la medialuna. La CIA a sérieusement perdu, et les politiciens qui sont rentré dans ce jeu sont presque tous mort politiquement. En plus, le Brésil a toujours offert son soutien au gouvernement d’Evo Morales, durant toute la crise. Alors que le gouvernement pouvait compter sur toutes ses organisations sociales, qui auraient été capable de prendre les armes, il n’a pas choisi cette voie. C’est encore l’armée qui a porté les plus forts coups contre les groupes armés fascistes.

    La revendications maritimes d’Evo Morales, je la vois comme beaucoup de poudre aux yeux. Une magnifique performence d’enfumage, très bien réussie, pour que les Boliviens se calment un peu, et arrêtent de rendre responsable le gouvernement de toutes les sécheresses, inondations et tremblements de terre apocalyptique (ceux qui nous étaient prédis pour le 21 mai de cette année, mais qui n’ont pas eu lieu).

    Là, lors de la prise de fonction d’Humala, Morales et Piñera se sont rencontré discrètement à Lima, pour parler de choses et d’autres. Pas de conférences de presse, mais, rien ne semble montrer qu’il y a un froid entre les deux dirigeants, au contraire.

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @19h19   « »

    et ,selon toi,le modèle de gauche modérée brésilien va l emporter sur le modèle venezuelien de gauche radicale,teinté de populisme ?

  • permalien triangle rouge :
    5 août 2011 @19h44   « »

    et donc le modèle brésilien devance le modèle castriste qui ne s exportera pas en amérique du sud ?au fait,vous parlez de l amérique du sud,mais vous oubliez les mapuches-ou araucans-pourchassés par les fascistes chiliens ;enfin,il y a l amérique centrale,le guatemala a vécu les horreurs de Rios Mont et l apartheid contre les indiens mayas quiches perdure,tandis que la junte hondurienne se maintient au pouvoir,avec l aval des etats unis.contrairement a ce qui est écrit sur le site ultramaoiste "regroupement communiste",le maillon faible de l impérialisme n est pas le monde arabe,mais bien l amérique latine,je vois mal les djihadistes qui récupèrent la contestation remettre en cause le capitalisme-le fplp en palestine ou le pcot en tunisie ne prendront jamais le pouvoir,ils sont devancés par ces barbus obscurantistes ,alors que le "continente olvidado"regorge de forces progressistes,meme l église catholique y est marxiste,le courant de "théologie de la libération" est prédominant dans la guérilla castriste de l eln en colombie,l unrg au guatemala est un péril pour les élites,qui s appuie sur les courants évangéliques u.s pour annihiler ce courant.reste le nicaragua,ou les présidentielles le 6 novembre vont très probablement aboutir a une guerre civile entre les sandinistes et la droite inféodée aux u.s.a.quand a chavez,chavez....il a livré un membre de l anncol réfugié en suède aux autorités colombiennes,et soutient la libye-qui n a plus rien de socialiste et menace de s allier aux islamistes et de répondre aux bombardements de l otan-qui font des centaines de victimes,il faut le préciser,surtout civiles !-en s attaquant a l europe-dont la france.entre l attentat de lockerbie et le soutien a l iran-qui est comparable justement a celui de chavez au dictateur judéophobe ahmadinejab-,le colonel kadhafi ne vaut guere mieux que le "cnt" composé de djihadistes recyclés par "notre" président de la république.de plus,chavez et dilma roussef sont proches de la chine qui,elle non plus,n a plus rien de marxiste !comme disait le premier dirigeant du premier pays ayant mis en avant les idées dévellopées par karl marx et friedich engels"que faire ?"

  • permalien triangle rouge :
    6 août 2011 @14h13   « »

    un lien sur les élections qui auront lieu le mois prochain au guatemala www.politiquemania.com/forum...

  • permalien triangle rouge :
    6 août 2011 @14h16   « »

    je pense que le journal"le monde diplomatique" y consacrera un article.

  • permalien Tristan :
    6 août 2011 @16h36   « »

    @triangle rouge

    Et ,selon toi,le modèle de gauche modérée brésilien va l emporter sur le modèle venezuelien de gauche radicale,teinté de populisme ?

    Je sais que c’est une habitude de parler de "gauche radicale", quand on parle de Chavez, de Morales, et de Costa. Mais, je trouve cette appellation fausse.

    Pour moi, jusqu’à présent, le modèle Chavez, comme Morales, sont des pots-pourris, qui avaient besoin de très larges soutiens, pour résister aux diabolisations et à toutes les actions entreprisent contre eux.

    C’est très drôle, parce que les oppositions à Chavez et à Morales, sont devenues, aussi, des pots-pourris la même chose, qui s’immaginent qu’en regroupant tout et n’importe quoi, ils pourraient gagner.

    Ces modèles ne peuvent pas l’emporter, car ils ne reposent que sur la confrontation, pour ou contre une figure, une personne, qui incarne, d’un côté, le messie, et pour l’autre côté, le diable.

    On a bien vu, lors de la maladie de Chavez, une panique, autant du côtè de ses supporters, que de ses adversaires.

    Si Morales et Linera avaient été assassiné par l’équipe à Eduardo Rózsa Flores, je pense que la parti gouvernemental (IPSP-MAS) aurait explosé, et là, il y aurait eu une guerre civile, mais pour l’héritage d’Evo Morales (parce que chaqu’un à une vision différente du modèle qu’il incarne).

    Bon, j’attends avec impatience la mue de ce modèle, avec l’apparition de vrais choix politiques (autant à gauche qu’à droite de l’échiquier politique).

    J’ai rien contre le populisme, à part quand il masque trop les véritables lignes politiques (et économique) de chaqu’un.

    Le modèle économique du gouvernement Chavez est, encore, lié à une économie de rentes (celui de Morales aussi, mais dans une bien moindre ampleur).

    Le modèle de gauche modérée du Brésil est bien plus stable, mais, il va, aussi, devoir ouvrir des espaces politiques à d’autres lignes.

    Juste que c’est plus trop le problème de Lula, qui, lui, à les mains libres pour agir dans le reste de l’Amérique de Sud, et, peut-être, même, dans le monde entier.

    Bon, là, j’ai le vague sentiment que Chavez est utilisé par le Brésil (et Lula), pour faire le brise-glace dans le monde arabe (comme il représente son pays à l’OPEP), et, aussi, avec d’autres membres comme l’Iran.

    Les BRICS montent, et le "B" compte bien, avec l’aide de toute l’Amérique du Sud, montrer que ce continent à aussi son mot à dire, dans les affaires du monde.

    Et c’est un pays qui voudrait bien attirer les technologies militaires qui sont sous embargo. Son petit voisin, La France, avec la Guyane, pourrait devenir un bon partenaire. Mais, je ne pense pas que les USA puissent être d’accord.

  • permalien Tristan :
    6 août 2011 @16h56   « »

    erreur d’écriture, dans mon post précédant : pas "Costa", avec Chavez et Morales, mais Rafael Correa...

    Décrire de "gauche radicale" Zelaya, aussi, je trouve très drôle.

  • permalien Tristan :
    7 août 2011 @01h22   « »

    @triangle rouge

    Tristan,vous parlez de l amérique du sud,mais vous esquivez l amérique centrale-surtout le guatemala,le honduras et le nicaragua

    Je n’ai pas pu prendre beaucoup de temps pour vous répondre, et, surtout, je ne connais vraiment bien que la situation de La Bolivie.

    C’est que les voisins du Brésil ont profité d’une sorte de bouclier, qui interdisait toutes tentatives de destabilisation. Lula a essayé de faire la même chose, au Honduras, pour protéger Zelaya, mais Le Brésil n’a pas encore le pouvoir de se projeter aussi loin (ca va venir, je pense).

    Chavez voulait aller trop vite, mais n’a pas vraiment les moyens de ses prétentions.

    Les USA gardant la mainmise sur l’Amérique Centrale et les Caraïbes

    Oui, c’est un grand problème. En plus, ils n’hésitent pas à utiliser tous les groupes armés mafieux du narcotrafique, pour neutraliser les quelques forces armées qui veulent s’opposer à eux. (c’est encore la situation du Mexique qui me semble la plus préoccupante).

    Mais, je pense que les pays de l’UNASUR savent très bien qu’ils doivent agir, tranquillement et par ordre :

    La Colombie est encore trop vulnérable face à tous les groupes armés, mafieux, et liés au narcotrafique. L’UNASUR doit, donc, l’aider à retrouver une certaine sécurité intérieur. Santos me semble très différent d’Uribe, et je le crois capable de jouer le double jeu : USA et UNASUR.

    Si des coopérations dans l’UNASUR arrivent à neutraliser tous les groupes armé et mafieux de Colombie (aussi et surtout les AUC), je pense que les USA perdent La Colombie. Et avec le bouclier brésilien voisin, les USA ne pourraient plus intervenir en Colombie

    Après, c’est Le Panama qui tombe. Et là, c’est la flotte des USA qui se retrouve coupée en deux. C’est, pour moi, seulement à ce moment là, que Le Brésil (peut-être soutenu par Le Chili), pourra rentrer sérieusement en Amérique Centrale et dans Les Caraïbes.

    Evidemment, j’aimerais beaucoup que soit possible le retour de Zelaya au Honduras, que le gouvernement du Nicaragua puisse continuer de travailler sur la même ligne, et que le Guatemala reste stable, avec une démocratie qui permette aux indigènes de se faire entendre (et de peser politiquement).

    Mais, j’ai très peur pour cette région du monde. Le statu quo me semble presque le moindre des mal, là, et j’ai de la peine à être positif.

    Par contre, pour l’Amérique du Sud, il me semble que les USA, pour une question d’image, ne peuvent pas s’attaquer au Brésil (qui me semble être son plus grand rival). C’est, donc, le meilleur bouclier que peuvent avoir ses voisins.

    Voila, pourquoi, je pense que la gauche modérée du Brésil est sur le chemin gagnant.

    Et, l’arme la plus importante, me semble de renforcement des institutions des états (déjà de tout l’UNASUR), pour que toutes les tentatives de déstabilisation ne puissent pas affecter le continent.

  • permalien triangle rouge :
    7 août 2011 @06h42   « »

    merci pour vos éclaircissements.

  • permalien Anastasia :
    7 août 2011 @17h04   « »

    triangle rouge :
    4 août @18h10 (...)

    Dire que la droite sioniste héritière directe de Vladimir Jabotinsky serait des intégristes est absurde, ils n’ont déjà strictement rien à faire de la religion, et pour ce qui est de la brutalité et de la cruauté de la politique criminelle de colonisation, de ségrégation raciale et d’épuration ethnique planifiée, la gauche sioniste a fait strictement la même chose et pendant plus longtemps encore d’ailleurs… Le sionisme, qu’il soit de droite ou de gauche, est une idéologie coloniale, raciste et criminelle, la politique là dedans n’est qu’une fioriture destinée à berner les naïfs…
    Quant aux qualificatifs "de terroristes", "d’islamistes", les britanniques ont un mot approprié pour les concepts fourre-tout de ce genre : "meaningless"...

  • permalien triangle rouge :
    12 août 2011 @13h39   « »

    www.tdg.ch/actu/monde/famine... le guatemala semble etre la dernière des préoccupations de nos dirigeants.............

  • permalien Eric38 :
    12 août 2011 @20h25   « »
    Feu sur les embargos ? Vraiment ?

    ???

    A l’origine, ce sujet de l’auteur traite de la vente de navires français à la Russie, une première, et de la nouvelle collaboration militaire entre la France et Israel sur les Drones.

    Quel rapport avec les nombreux messages de "Triangle rouge", nous faisant une sorte de panorama mondiale (intéressant par ailleurs) finissant par se focaliser sur l’Amérique du Sud, sur un tout autre sujet ?

     ??? donc !

  • permalien triangle rouge :
    13 août 2011 @20h56   « »

    meme si je me suis éloigné du fil conducteur du sujet,il faudrait se focaliser sur ce qui se passe au guatemala,ou les paysans pauvres indigènes,laissés pour coimpte,meurrent de la la meme facon que decèdent les somaliens dans la corne de l afrique.

  • permalien On se bat toujours pour ce qui nous manque le plus :
    18 août 2011 @21h40   « »

    Cher Philippe, si comme beaucoup je suis soulagé d’apprendre la décision politique de commande de drones envers notre avionneur national Dassault Aviation plutôt que des commandes sur étagères outre-Atlantique, je n’en oublie pas moins le coût exorbitant des trois Harfang précédemment aquis au prix de 100 millions d’euros l’unité pour l’AA qui n’a pas donné toute satisfaction opérationnelle et l’impossibilité de l’armer d’un vecteur de précision métrique... Alors que ce fût déjà réalisé sur le drone de Sagem Sperwer II / avec Elbit et Rafael avec ses missiles israéliens Spike ER.

    D’autre part d’écrire que le Rafale est "invendable" alors qu’il figure au catalogue des matériels exportables est pour le moins incongru ; en effet une enquête auprès de nos politiques au sommet de l’Etat s’impose et vous saurez pourquoi il ne se vend pas depuis 10 ans...

    L’erreur de Chirac eût été de mettre les capitaux que l’Etat détenait de Dassault dans EADS sans contre-parties en 2000, depuis cette situation imposée à Dassault lui posa de nombreux problèmes.
    Il est exact que de souligner les divergences politiques pour un choix unique de drone stratégique européen met un terme à la politique de l’Europe de défense (PESD). Stefan Zoller, patron de la division militaire Cassidian a dit que celle-ci avait déjà investi le tiers des 1,5 milliard d’euros des coûts de développement estimés et ne pouvait continuer ainsi sans commande du Talarion : "Si nous ne réalisons pas Talarion dans un avenir prévisible, la construction d’avions militaires n’aura plus d’avenir en Allemagne" (le projet Talarion est une version équivalente au RQ-4 Global Hawk de l’USaf).

  • permalien Amelia :
    30 décembre 2011 @20h24   «
    Soyez du bon côté de l’histoire

    Soyez du bon côté de l’histoire en signant la pétition contre l’achat des drones :

    http://bdsfrance.org/petition/

Ajouter un commentaire