Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Victime collatérale

Opération « Unified protector » en Libye

Victime collatérale

jeudi 1er septembre 2011, par Philippe Leymarie

On vient de s’en aperçevoir, sur les décombres encore fumants de la « victoire » en Libye … Cette guerre a fait une victime collatérale, parmi d’autres : l’Europe de la défense. Le président français Nicolas Sarkozy, plus va-t-en-guerre que jamais (il menace désormais l’Iran de frappes préventives, dans le style de l’ex-président George W. Bush !), a prononcé lui-même l’hommage funèbre, à l’ouverture de la 19ème Conférence des ambassadeurs, avant de présider à Paris avec le premier ministre britannique, M. David Cameron, la Conférence internationale de soutien à la Libye nouvelle : « Pour la première fois depuis 1949, s’est-il félicité, l’OTAN s’est mise au service d’une coalition emmenée par deux pays européens déterminés. »

Les deux « pays déterminés » sont le Royaume Uni et bien sûr la France, dont l’entente est d’autant plus cordiale qu’ils sont pilotés actuellement par deux gouvernements conservateurs : « A eux seuls, fait valoir Nicolas Sarkozy, la France et le Royaume Uni représentent la moitié des budgets et les deux tiers de la recherche de défense. Unis comme jamais depuis le Traité de Lancaster House, nos deux pays sont pratiquement les seuls en Europe à atteindre la norme de 2 % du PIB consacrés à la défense [1]. » Et de brocarder cette Europe menacée de « rétrécissement stratégique » : « Que voit-on ? Une baisse continue des efforts de défense ; l’invocation d’un “soft power” qui sert de paravent au renoncement ; et, trop souvent, l’aveuglement face aux menaces. »

Donc, pour le numéro un français, « les Européens ont démontré pour la première fois qu’ils étaient capables d’intervenir de façon décisive, avec leurs alliés, dans un conflit ouvert à leurs portes — un progrès remarquable par rapport aux guerres de Bosnie et du Kosovo ». Et bienvenu, au moment où la nouvelle vision de l’engagement militaire américain présentée par le président Barack Obama « implique que les Européens assument davantage leurs responsabilités ».

Deuxième étape du raisonnement, le plaidoyer pro domo. « C’est parce que nous avions repris toute notre place dans le commandement intégré de l’OTAN que cela a été possible. » Le président français omet bien sûr de rappeler que cette réintégration au sein de l’Alliance devait être compensée par la création d’un « pilier européen » de défense, autonome par rapport aux Etats-Unis. De cela, il n’est plus trop question. Ou alors, c’est bien d’un pilier au sein de l’OTAN qu’il s’agit. Les rêveurs des états-majors de l’UE, à Bruxelles, qui glosent depuis dix ans sur « l’Europe de la défense », n’ont qu’à se rhabiller...

Autre « victoire » que revendique le numéro un français : le viol du Conseil de sécurité. La résolution 1973 légitimant une opération en Libye avait été arrachée le 17 mars 2011, essentiellement sous la pression de Paris (qui en avait obtenu une autre du même genre sur la Côte d’Ivoire quelques mois plus tôt). « En mobilisant le Conseil de sécurité sur ces deux crises, nous avons concrétisé pour la première fois un principe d’action, que la France avait réussi à faire adopter à l’ONU en 2005 : la responsabilité de protéger. » Et c’est parti pour de nouvelles aventures, avec l’ONU en dispensatrice de bénédictions plus ou moins extorquées ; et l’OTAN comme bras armé d’une « communauté internationale » très occidentalisée...

Choc et stupeur

La fierté française est aussi militaire. Les Rafale et Mirage de la marine nationale et de l’armée de l’air, depuis le porte-avions Charles de Gaulle, ou les bases de Solenzara (Corse) et Sigonella (Sicile) ont effectué plus du tiers des sorties dites « offensives » de la coalition engagée sous la bannière de l’OTAN — soit une trentaine par jour durant cinq mois, avec des attaques sur un millier environ d’objectifs.

Mais surtout, alors que le conflit s’éternisait, l’engagement début mai des hélicoptères d’attaque de l’Aviation légère de l’armée de terre (Gazelle, Tigre), appuyés par les tirs d’artillerie de marine, a contribué à modifier la donne stratégique, avec un début de décomposition du système de résistance du régime libyen [2].

Les militaires français n’ont enregistré aucune perte en hommes ni en matériel. Sur le plan technique, les porte-hélicoptères de projection et commandement (BPC) Mistral et Tonnerre ont prouvé qu’ils pouvaient, dans certaines conditions, suppléer avantageusement à l’absence d’un porte-avions [3].

En revanche, l’absence de drones s’est fait sentir. Et le surcoût de la campagne de Libye a été important pour la France : plus de deux cents millions d’euros. Sur un plan plus général, c’est sans doute le relatif non-engagement américain dans le conflit qui explique sa durée (cinq mois et demi, plus du double de la campagne contre les forces serbes au Kosovo en 1999), et les risques d’enlisement redoutés à partir de mai-juin dans ce qui est finalement un conflit de « faible intensité » [4].

Il est vrai que, sous direction militaire américaine, l’opération aurait été sans doute plus rondement menée, dans le registre « choc et stupeur », avec tapis de bombes et destruction en quelques jours de l’essentiel des infrastructures du pays.

Les frappes et le béton

L’autre coup de pouce a été la décision française d’armer et former plus ou moins discrètement une partie des rebelles. Des parachutages ont été menés début mai dans le djebel Nefusa. Avec l’appui des Emirats arabes unis et du Qatar, des unités spéciales ont été constituées et entraînées ; certaines d’entre elles ont joué un rôle central dans la prise de Tripoli. Une centaine de commandos des forces spéciales de Grande-Bretagne, France, et du Qatar étaient présents lors de l’offensive sur Tripoli, où ils assuraient la liaison entre les unités rebelles et les moyens aériens de l’OTAN, et avaient préparé le débarquement sur une plage des unités venues par mer de Misrata.

Depuis avril dernier, une « cellule militaire » d’une trentaine de personnels avait été détachée auprès du diplomate français en poste à Benghazi, pour des activités de conseil et d’entraînement auprès du CNT libyen. Des éléments du Commandement des opérations spéciales (COS) avaient été repérés dans la région de Brega par un journaliste de l’AFP. Ces militaires spécialisés peuvent assurer le guidage des avions de l’OTAN et la désignation des cibles. Des éléments relevant du service action de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) seraient présents en Libye depuis plusieurs semaines. En outre, la France semble avoir mobilisé les moyens d’observation par satellite et d’écoutesde l’armée et des services secrets, pour tenter de localiser l’ancien président Mouamar Kadhafi.

Des commandos SAS britanniques ont également été déployés. En outre, plusieurs nations (dont l’Allemagne, la Turquie, la France) ont envoyé ces derniers jours des équipes de forces spéciales pour sécuriser l’arrivée à Tripoli de leurs ambassadeurs. Le porte-parole de l’opération « Unified protector » a d’ailleurs fini par reconnaître mercredi dernier que certains pays de la coalition avaient bien des soldats à terre, mais pas sous commandement OTAN.

La France compte bien retirer quelques dividendes de son engagement, comme elle l’a montré lors de cette conférence des « amis de la Libye nouvelle » : elle n’est, pour le moment, que le sixième partenaire commercial, et le troisième importateur de pétrole ( avec 15,7 % de la production de ce pays). Et après les destructions occasionnées par les frappes, il faudra bien couler du béton. Une rumeur court dans le « milieu » : l’imperator, chef des armées françaises, pourrait même se rendre en Libye : une tournée en forme de triomphe, dans Benghazi « sauvée par les français », et à Tripoli, nouvel obligé de Paris. Ce serait l’une des raisons du maintien sur zone du porte-hélicoptères Mistral, bien que les frappes de l’ALAT aient été fortement réduites.

En terre africaine

L’OTAN savoure également son succès ces jours-ci. Elle avait intensifié ses frappes ces dix derniers jours, pour accompagner l’offensive sur Tripoli. Pour l’heure, considérant que sa mission n’est pas terminée — il reste notamment la capture de Kadhafi, ainsi que la reprise de Syrte — elle compte poursuivre l’opération Unified Protector, dont le mandat court en principe jusqu’au 27 septembre prochain.

Engagée dans une réforme interne délicate, et devant gérer une transition hautement périlleuse avant un retrait d’Afghanistan prévu pour 2014, l’OTAN ne semble pas envisager de participer à une force de paix en Libye, ni même à une coopération dans le domaine technique. Une personnalité du Conseil national de transition libyen (CNT) a d’ailleurs indiqué récemment que le nouveau régime ne souhaitait pas l’établissement d’une base de l’OTAN, pas plus qu’il ne voulait du déploiement d’une force d’observateurs militaires et de policiers, envisagée par l’ONU.

L’organisation transatlantique, qui peut se féliciter d’avoir commandé avec succès sa première opération en terre africaine, devra cependant s’interroger sur le rôle à l’avenir du partenaire américain, sur qui l’essentiel reposait jusqu’ici sur le plan militaire comme financier. Sur la lancée de l’après-guerre et du conflit est-ouest, le « parrain » américain avait les moyens d’imposer sa loi à l’Europe de l’Ouest. Il est moins généreux aujourd’hui. Et aussi moins puissant. Et moins intéressé par cette Europe ingouvernable, nombreuse et morcelée, qui peine à se rallier à une posture commune, comme l’a prouvé l’hostilité de l’Allemagne et de la Pologne à l’opération Unified protector, la réserve de la Turquie, et l’indifférence d’une majorité des pays membres de l’OTAN.

Notes

[1] Ce qui est faux. Actuellement, la France tente de se maintenir à 1,6 %.

[2] Détails sur Secret défense.

[3] Deux autres bâtiments de ce type sont en projet ou en construction pour la marine nationale. La Russie en a commandé quatre exemplaires.

[4] Cf. Jean-Pierre Stroobants, correspondance de Bruxelles, Le Monde, 25 août 2011.

31 commentaires sur « Victime collatérale »

  • permalien Fortin :
    1er septembre 2011 @20h19   »

    Bonjour,

    Merci pour ce billet bien renseigné.

    vous dites :" Mais surtout, alors que le conflit s’éternisait, l’engagement début mai des hélicoptères d’attaque de l’Aviation légère de l’armée de terre (Gazelle, Tigre), appuyés par les tirs d’artillerie de marine, a contribué à modifier la donne stratégique, avec un début de décomposition du système de résistance du régime libyen"

    Pourtant dans le numéro de septembre du Monde Diplomatique, c’est un autre son de cloche qui se fait entendre. Patrick Haimzaden affirme que "ce ne sont ni l’avancée toujours annoncée des fronts de Brega et Misrata, ni le délitement proclamé du régime grâce au bombardement des sites stratégiques de Tripoli ou des résdences du colonel Khadafi qui ont eu une incidence décisive sur le cours de la guerre".

    La victoire des rebelles doit selon lui avant tout à l’entrée en jeu de la tribu arabe des Zintan début mai qui a fourni un bataillon de 3000 hommes, et a sa capacité à rallier d’autres bataillons des villes à libérer, selon une stratégie pragmatique qui fait primer le local, les compromis entre tribus... Stratégie qui a apparemment évité bien des bains de sang et qui parait l’inverse de la doctrine de l’OTAN...

    Qu’en pensez-vous ?

  • permalien K. :
    1er septembre 2011 @20h49   « »

    « Libération » :

    Tous ceux « qui n’ont eu de cesse de répéter que cette guerre n’avait d’autre but que de faire main basse sur les ressources pétrolières du pays » sont des « islamistes ».

  • permalien Yvan :
    1er septembre 2011 @20h56   « »

    Le président Sarkozy, suivant son habitude à minoré l’importance de la réussite du couple franco-britannique.

    C’est en effet grâce à le société française Amesys, filiale du Bull que les service du guide libyen ont pu intercepter les courriels et ainsi détourner des informations sur les rebelles.
    LIBYE • Dans les coulisses de la surveillance électronique de Kadhafi | Courrier international

    Quant au complexe militaro-industriel il a "explosé" ses performances en fournissant aux dictateurs dont Kadhafi, les armes nécessaires à la répression des revendications de leurs peuple.
    Pendant le printemps arabe, les livraisons d’armes continuent

    On peut appeler ça une "stratégie" du gagnant/gagnant.

  • permalien gantua :
    1er septembre 2011 @21h47   « »

    On est revenu à la guerre du canal de Suez et aux vieilles alliances entre France et Angleterre, comme avant L’UE. L’Europe, c’est bel et bien fini.

  • permalien gloc :
    2 septembre 2011 @07h41   « »

    « La France compte bien retirer quelques dividendes de son engagement, comme elle l’a montré lors de cette conférence des « amis de la Libye nouvelle » : elle n’est, pour le moment, que le sixième partenaire commercial, et le troisième importateur de pétrole avec 35 % de la production de ce pays. »

    Pour l’instant "la France" en est a se demander s’il faut supprimer les niches fiscales pour les aides ménagères...

    Mis a part l’entretien des infrastructures permettant l’acheminement le raffinage et le stockage des hydrocarbures, ainsi que sa clientèle "captive" et le détournement de son images au profit d’intérêts privés multinationaux, "la France", risque d’attendre longtemps le premier centime de ses dividendes... même si tout ça est fait avec les impôts des citoyens français sur décision de celui qu’ils ont mandaté à leur tête, avec l’accord de leurs représentants nationaux.

    En France, Total et Danone échappent à l’impôt sur les bénéfices - Libération

  • permalien HN :
    2 septembre 2011 @10h00   « »

    nos deux pays sont pratiquement les seuls en Europe à atteindre la norme de 2 % du PIB consacrés à la défense

    Et ben, il vaut mieux entendre ça qu’être sourd...
    "Pratiquement". Ça veut dire quoi pour lui pratiquement ?
    Y a que 10 autres sur 27 qui atteignent les 2% ?
    Vite 2012, qu’on dégage tout ça proprement... Pour un autre naze.

    Cdlmt

  • permalien sdz :
    2 septembre 2011 @10h20   « »

    La victime serait plutôt la république au final, quand on relie ce dossier à celui des pratiques illégales de la BCE sur le blanchiment d’actifs toxiques ou la monétisation de dettes publiques souveraines...

    Ils nous sortent tout de même de 2000 ans de civilisation du droit écrit...

    L’IRC vient d’entamer la promotion sur la scène internationale de son système de monétisation de notre dette publique sur projets, en coordination avec des partenaires francophones. On est à 180° des pratiques néo-impérialistes de nos élites...

    http://www.la-France-contre-la-cris...

  • permalien Lou :
    2 septembre 2011 @11h22   « »

    Les photos de tous les démocrates qui accompagnent la Libye :

    Libye : réunion du Groupe de contact à Paris

    Sur celle-ci , on se rend compte que le jus d’orange n’est pas pour tout le monde.

    Seul au milieu de la foule le démocrate Abdoulaye Wade

  • permalien Lou :
    2 septembre 2011 @12h56   « »

    Quelqu’un connait le monsieur qui semble ne pas s’en laisser conter par Sarkameron

  • permalien K. :
    2 septembre 2011 @14h25   « »

    - @ Lou, C’est l’émir du Qatar.

    - Profession : employeurs d’"humanitaires" et de seigneurs de guerre.

    An oil firm whose chief executive has bankrolled the Conservatives won valuable rights to trade with Libyan rebels during the conflict, following secret talks involving the British Government.

    The controversial firm has previously been fined for breaching sanctions and paid money to Arkan, the Serbian warlord, allegedly for oil contracts.

  • permalien Ph. L. :
    2 septembre 2011 @14h58   « »

    @Fortin

    Effectivement, les hélicos d’attaque britanniques et surtout français (et non pas les chasseurs, ou les tirs depuis les navires et sous-marins) ont contribué à retourner le rapport de forces, en apportant un appui rapproché, contre des blindés ou autres batteries mobiles. Mais ce n’est qu’une contribution, qui n’enlève rien à la "stratégie des tribus" exposée avec finesse par Haimzadeh dans le Diplo.
    La stratégie de l’OTAN sans les Américains a été de ne pas tout détruire, et notamment d’épargner les infrastructures économiques (raffineries,etc. ), et de laisser du temps au temps, ... et aux tribus, quitte à aider discrètement les combattants sur le terrain. Sous direction américaine, les choses se seraient sans doute passées différemment.

  • permalien Yvan :
    2 septembre 2011 @22h29   « »
  • permalien Houcine :
    3 septembre 2011 @10h37   « »

    @Gantua

    Oui, vous avez raison ! Dans ce même sens, sur les Blogs »International – le Monde« , j´ai situé l´origine de ces événements au début de la guerre mondiale (Erwin Rommel en Libye et les américains déclenchant leur »Opération Torche« au Maroc et en Algérie).

    Prière revoir ce site, concernant l´article du 30/8/2011 : »Une filiale française aidait Gaddafi à surveiller le Web« !

    Houcine__

  • permalien K. :
    3 septembre 2011 @11h53   « »

    La CIA et le MI6 doivent maintenant trouver un remplaçant à leur agent Mouammar Kadhafi.

  • permalien morse89 :
    3 septembre 2011 @12h42   « »

    La France pavoise, ou plutôt son petit maître, comme si tout était joué en Lybie. Personne n’est capable d’évaluer le soutien présent et à venir au colonel Khadafi dans les couches populaires et dans les tribus. La France risque surtout de futurs ennuis inattendus car la propagande de guerre et le contrôle des médias mainstream ne font pas tout.

    Les coalisés sous bannière OTAN, extrêmement courageux comme on le voit, puisque non impliqués au sol si ce n’est pour désigner les cibles à bombarder, et préparer les tribunaux d’exception, ont déjà des projets avancés de partage du pétrole et d’autres ressources. Il est vrai que leur soutien financier et militaire au développement de la guerre civile (il faut l’appeler ainsi, n’en déplaise aux tenants de la guerre humanitaire) a été sans faille. Le nombre des morts et des blessés Lybiens est incalculable en effet. Et, O joie, la preuve que "nous" sommes bons, "aucun mort Français : le pied, quoi ! Vive la France qui gagne !

    Il semble se confirmer définitivement que c’est le choix des SPONSORS DE GUERRE Occidentaux d’aller vers le soutien au chaos interethnique, intertribal, interconfessionnel : Liban, Afghanistan, guerres balkaniques, Congo RDC, Côte d’Ivoire, Irak (magnifique exemple d’éclatement programmé), Soudan (partition réalisée), Pakistan (différents attentats interreligieux, intertribaux, interethniques qui ne viennent pas au hasard), Syrie (en cours), Iran (dissidences soutenues militairement et infiltration d’espions, assassinats ciblés d’ingénieurs du nucléaire..), et d’autres pays dits sensibles. Quel qu’en soit le coût humain et environnemental !

    En résumé il est beaucoup plus facile pour une coalition d’Etats voyous de s’approprier le pouvoir, les ressources et la main d’oeuvre (dans tous les sens du terme) de pays en situation de chaos total, d’autant plus si le chaos a été préparé par des opérations secrètes et "une préparation des esprits" forcenée. Nous comprenons mieux pourquoi il y a eu cette impatience de la France (les atlantistes français uniquement avec leur chef de section) à réintégrer l’OTAN.

  • permalien Houcine :
    3 septembre 2011 @20h55   « »

    @Morse 89

    Vous savez comment fonctionne la politique d´ingérences et d´hégémonie internationale ! Je vous félicite. Nonobstant, cette alliance entre les ennemis d´hier qui se bagarraient pour s´approprier du reste du monde, aujourd´hui ils travaillent ensemble, détruisant les petits pays au nom de leur politique néo fasciste, sous la couverture la plus humaine et la plus démocratique !

    L´absence d´une contre force, elle permet aux patrons de l´Alliance actuelle de faire et défaire leurs objectifs à l´instar des circonstances du XIXème siècle. Désormais, le début de ce siècle qui a déjà trouvé son Héros, né pour refaire l´ère de l´absolutisme, abolir au moins une république et rétablir la monarchie qui fut avilie par le »Temple de Jaques de Molay« , ses premières victimes sont ces pays arabes qui depuis leurs indépendances fictives, il n´ont eu aucun droit à la démocratie et à la dignité humaine. Puisque l´idée »union méditerranéenne« qui aurait fait d´Israël le vrai gérant des vaincus, vus comme les seuls ennemis du progrès et des liberté à cause du voile de leurs femmes issues d´une autre tradition, cette supposée Union n´a pas vu son beau jour. À partir des drames libyens et comptant sur la présence des armes déjà semées partout, bientôt les services secrets de la Maison de l´eternel, comme d´habitude, ils commenceront à organiser des terribles actions afin de convaincre les drogués peuples en Occident et faire parler encore plus fort du danger de l´Islamisme et d´Al Qaeda.

    Sans citer chaque fois le 11 Septembre que plusieurs intéressés cherchent toujours à comprendre les dessous, souvenez-vous des attentas de 2003 à Casablanca, Madrid 2004, Marrakech 2011 et essayez de comprendre leurs finalités, sans oublier Noguès qui en Novembre 1942, il exigea au Sultan de Rabat d´organiser la Guérria contre ses adversaires et faire face à l´Opération Torche par les moyens les plus rudimentaires !

    Houcine__

  • permalien le journal de personne :
    3 septembre 2011 @21h56   « »

    Les salauds

    G : on t’a vraiment menacé ?
    D : pas un seul coup franc... que des coups tordus
    G : qu’est-ce que c’est ?
    D : ce n’est que du chocolat, c’est enrobé de chocolat... j’ai tout mangé le chocolat...
    j’en mange mais il ne faut surtout pas en manger
    G : les enfoirés
    D : non... des salauds

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/09/les-salauds/

  • permalien Houcine :
    3 septembre 2011 @23h58   « »

    @ Ce que dit Monsieur Jean-Claude Pugala dans sa longue dissertation

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2...

    Bonne lecture !

    Houcine__

  • permalien Juba :
    4 septembre 2011 @15h20   « »

    La destruction d’un pays est toujours regrettable et si le peuple Lybien a été contraint de faire cette guerre c’est pour sa survie et espérons le pour son émancipation. Le titre de cet article "Victime collatérale" n’est pas approprié car le contenu de celui ci traite de l’inexistence de "l’Europe de la défense" puisque toute réussite d’une opération militaire est conditionnée par la participation des USA et ce, jusqu’à cette derniére donc ce qui se passe en Lybie démontre que l’Europe est un géant aux pieds d’argile. Les USA, déjà embourbés en Afghanistan et en Irak ne pouvait se permettre le luxe d’une autre intervention. De plus, s’agissant d’un conflit déclaré à l’initiative de la France, les USA ont rendu la monnaie de sa pièce à la France qui n’a pas été partie prenante à la dernière guerre contre feu Saddam Hussein.Cette Organisation transatlantique, créee après la 2eme guerre mondiale dans le contexte de la guerre froide a t-elle un avenir dans ce nouveau monde ? ou bien est ce une nouvelle géostratégie qui est mise en marche dont la face cachée serait la création de micro Etats faciles à gérer. Ces peuples dont le souhait est de se débarrasser de ces tyrans doivent s’unir autour d’idéaux de démocratie, de liberté et surtout d’unité dans la diversité en faisant attention à ne pas reproduire ce, contre lequel ils se sont battus. Ce probléme d’aide à se débarrasser d’un dictateur qui se transformerait en dividendes est un non sens car ce pays ne dispose pas de la technologie nécessaire pour exploiter ses richesses et est contraint de le faire avec l’aide et l’assistance de ces pays et il est tout à fait normal d’accorder la priorité à ceux qui les ont aidé dans leur lutte, les affaires sont les affaires !

  • permalien Tristan :
    4 septembre 2011 @16h36   « »

    @Juba

    S’il n’y’avait pas eu cette intervention de l’Otan au jour d’aujourd’hui on parlerait peut être du peuple Lybien au passé comme les incas et autres peuples en voie d’extinction du fait du comportements des despotes.

    Vous me faites vraiment bien rire, vous. L’Europe est un géant d’argile, mais pas plus ses pieds que le reste. C’est une des victimes collatérales, comme il est indiqué dans le titre et comme ca l’est très bien présenté dans l’article.

    Et le peuple Kadhafi, qui est en voie d’extinction, ca ne vous fait pas mal au coeur ?

    Oui, la dynastie inca semble avoir sérieusement été génocidée, mais, rien n’est moins sûre. Túpac Amaru va sûrement bientôt revenir, et il sera des millions.

    Quand à tous les peuples préincaïques du Tawantinsuyo, ils sont loin d’être mort.

    C’est le géant d’argile nommé ONU, qui a des chances de faire partie, aussi, des nombreuses victimes collatérales de l’intervention de l’OTAN, comme il est indiqué, dans l’article.

    Mes frères Aymaras et Quechuas se posent beaucoup de questions, sur ce qui se passe en Lybie.

    Ils savent très bien qu’ils vont être les prochains sur la liste, à devoir être libéré de leurs "dictateurs" comme Evo Morales, Ollanta Humala et d’autres à venir, grâce à l’aide de l’OTAN, sous mandat de l’ONU, pour que les légitimes oustachis et autres japonais, puissent reprendre le pouvoir chez eux.

  • permalien Juba :
    4 septembre 2011 @16h50   « »

    Tristan,
    L’Europe dans la phase actuelle est quand meme orpheline d’une politique étrangère commune et d’une défense commune c’est cela qui l’empeche de jouer le role qui lui sied. Je ne connais pas le peuple Kadhafi mais le peuple Lybien, oui . Quand à l’ONU cela fait longtemps qu’elle est un géant aux pieds d’argile et on pourrait se demander s’il faut passer par cette institution pour sauver un peuple en danger ! Quand aux présidents que vous citez, ils ne sont pas aussi cruels qu’Assad ou Kadhafi puisqu’ils ont été élus democratiquement. Il me semble que l’Europe a été créee dans le but d’équilibrer les forces après la disparition du bloc soviétique ! Sans rancune.

  • permalien Tristan :
    4 septembre 2011 @18h13   « »

    @Juba

    Je ne connais pas le peuple Kadhafi mais le peuple Lybien

    he he, je voulais just faire un clin d’oeil, sur le terme "inca", qui désigne une dynastie, et, aussi, la civilisation qui a accompagné cette dynastie.

    Le terme "peuple" est aussi assez confus.

    "peuple Lybien", j’imagine que ca représente toutes les personnes qui peuplent l’entité géographique nommé Libye, non ?

    Ce matin, j’ai appris que "Les Suisse votent UDC", dans la pub de leur parti. Comme je ne vote pas UDC, j’imagine que je risque de ne plus faire partie des Suisses, si ils gagnent le pouvoir.

    Pour l’Europe, oui, moi aussi, j’avais imaginé que ca pouvait devenir un centre d’équilibre, comme une sorte de vieux continant, qui, après avoir fait des masses de conneries, pourrait se poser comme une sorte de vieux sage.

    Je pense que l’Europe à des racines et des pieds, puissants et profonds, mais que cette union politique a été crées, à la base, entiérement, d’un mélange d’argile et de fer (pas seulement les pieds).

    Comme l’ONU, c’est des géants, mais pas des colosses. Je n’arrive à voir, ni la tête d’or, ni le torse et les bras d’argent, ni les jambes de fer.

    En Amérique du Sud, aussi, beaucoup auraient bien voulu d’une Europe capable de faire un peu contre-poids au USA (et, aussi, d’une ONU). Mais, il y a de plus en plus le sentiment que l’OTAN, à l’image de la Wehrmacht, se permettra de sauver n’importe quelle peuple en danger, n’importe où dans le monde (comme les allemands de Dantzig, en 39, par exemple).

    Là, c’est les BRICS, qui risquent de se retrouver dans la position des alliés, pour faire contre-poids à l’axe (celui auto-déclaré du bien)

    C’est assez sinistre, comme vision, je sais, j’espère vraiment me tromper.

  • permalien K. :
    4 septembre 2011 @18h33   « »

    Selon Steven Erlanger du "New York Times" :

    The question, however, is whether European members of NATO will ever decide to embark on such an adventure again.

  • permalien Yvan :
    4 septembre 2011 @20h45   « »
    Victimes collatérales de "la lutte contre le terrorisme"

    La CIA de George Bush collaborait avec Kadhafi | RFI

    Les Etats-Unis fournissaient des renseignements sur les adversaires de Kadhafi se trouvant à l’étranger, et la Libye fournissaient aux Américains des renseignements sur les terroristes les menaçant. Au moins à huit occasions, la CIA a envoyé des djihadistes, affiliés à al-Qaïda, en Libye pour y être interrogés.
  • permalien Houcine :
    4 septembre 2011 @23h33   « »

    Au voisinage des gisements pétroliers libyens

    À l’est de Tripoli (120 km) se trouve l´un des bijoux les plus précieux de l´humanité. Il s´agit de »Leptis Magna« , connue par l´Arc de triomphe de »Septimus Severus« . Les vents parfois chauds, parfois secs et la brise salée, ils sont à l´origine de sa décomposition.

    Au VIIIème siècle avant J.C. cette ville fut un premier centre commercial phénicien. Après sa conquête vers l´an 46 avant J.-C, Leptis Magna avait acquis une grande importance économique, grâce aux ventes des animaux livrés par les marchands transsahariens, en particulier les lions et les éléphants. Pendant la guerre entre Pompée et César, ses habitants s´associèrent au premier contre César et furent obligés de verser 100 000 hectolitres d’huile d’olive au vainqueur. Ils n´avaient obtenu leur liberté que sous Trajan, devenant citoyens romains.

    Au milieu du troisième siècle, les incursions nomades causèrent son déclin, en attente d´être occupée vers 455 par les Vandales et en 533, Justinien Premier l´annexa à l´Empire. Vers 647, elle a connu l´arrivée des arabes. Plus tard, elle a perdu toute sa population et actuellement seulement 5 % de ses vestiges sont découverts, parmi lesquels la place du marché, où Sarkozy et Allies ont reproché au Colonel Gaddafi avoir mis à l´abri quelques chars et d´autres équipements militaires !

    Houcine__

  • permalien Thomas D. :
    5 septembre 2011 @19h44   « »
    Afghanistan bis ?

    Les occidentaux ont repris en Libye ce qui avait fait le succès de leur guerre en Afghanistan : appuyer dans les airs des combattants autochtones au sol. Espérons seulement que la ’’paix’’ ne sera pas afghane et que le CNT aura la force de refuser une implantation pérenne de l’OTAN tout en maintenant le niveau de vie (un mérite de l’ancien régime il faut le reconnaître).

    Sarkozy a été tour à tour meilleur ami et pire ennemi de Khadafi, tout comme les occidentaux jouent les islamistes contre les régimes autoritaires (Libye, Syrie) et inversement (Ben Ali ou les généraux algériens contre le FIS). Combien de temps allons-nous encore supporter cette opportunisme impérialiste ?

  • permalien Mimi :
    5 septembre 2011 @22h02   « »

    Le Diplo tombe toujours plus bas (j’étais abonnée depuis 1965 !!!).

    Cette fois il s’est distingué par son absence de réaction face à l’agression coloniale de la Libye.

    http://www.internationalnews.fr/art...

  • permalien Houcine :
    11 septembre 2011 @00h00   « »

    La Libye avant Moammar Al Gaddafi !

    En route escortant Adolf Hitler, à une de ses questions concernant sa sécurité, »Erwin Rommel« répondit : à votre place mein Führer, j´irai à Prague seul et dans une voiture décapotable ! C´est cet officier d´élite qui avait dérouté les forces italiennes et les françaises pendant la première guerre mondiale et qui fut reçu par des insultes proférées par sa population, après la défaite que Rommel reprochait aux politiciens et non à l´armée de son grand Führer.

    1- Le plus brave des Officiers allemands à Tripoli

    Traversant la Meuse et parcourant facilement la France, jusqu´à l´Atlantique, le 12 Février 1941, l´Officier le plus discipliné des germains se trouva à »Tripoli« , où il rencontra général Garibaldi. Malgré la réticence de cet italien, Rommel décida de faire des diverses opérations ayant pour but de tester la réaction britannique, et par la 5ème division motorisée, il attaqua le village d´ »Al Agheila« que les Britanniques abandonnèrent sans combats. De nouveau contre »Al-Brega« , faisant 800 prisonniers parmi les Britanniques qui tentèrent une autre initiative, se soldant par leur échec, face au 8ème régiment de »Bersaglieri« qui força les anglais à se battre en retraite, sous les tirs des canons du »Colonel Ugo Montemurro« , faisant prisonniers les généraux »Gambier-Parry, Vaughan« , arrêtant leurs 1.700 soldats et s´appropriant de 500 véhicules. Dans ces circonstances, les britanniques furent contraints d´évacuer »Benghazi« , se repliant sur »Tobrouk« . À cette défaite, s´ajouta l´emprisonnement des généraux »Neame, Combe et O’connor« . Le 15 avril, Rommel reçut le renfort d´une autre division. En même temps, les britanniques lancèrent deux offensives à partir de l’Égypte, forçant Rommel à lever le siège qui ne leur couta que 600 chars ! Sans succès, les forces britanniques tentèrent de sortir de Tobrouk et rejoindre celles de »Cunningham« Ce même jour, la localité de »Bir-Al-Gobi« fut attaquée par les Britanniques qui envoyèrent à cet assaut leur 11ème brigade mécanisée indienne, face au régiment de »Giovanni Fasciste« .

    2- Le retrait du renard des déserts

    Bien que les Germano-italiens fussent victorieux, la situation ne tournait pas à leur avantage et le 9 Décembre, Rommel organisa une réunion avec son homologue »Ettore Bastico« qui succéda à Garibaldi, lui faisant admettre l’idée d’une retraite, évitant de subir le même sort que celui des troupes italiennes avant l’arrivée des Allemands. Néanmoins, cette retraite s’effectua en ordre, laissant les britanniques envahir Benghazi, achevant leur opération par la perte de 800 chars, contre seulement 340 germano italiens.

    Houcine__

  • permalien Houcine :
    11 septembre 2011 @00h02   « »

    La Libye avant Mouammar Al Gaddafi (2)

    3- L´histoire ne fait que refaire ses propres circonstances

    Avant la fin de 2011, c´est »Nicolas Sarkozy« qui va refaire les anciens temps d´Erwin Rommel à Tripoli, jouant avec »Cameron« une des formidables pièces »Sykes – Picot« , sans pouvoir se débarrasser de leurs anciens conflits concernant l´Egypte sous les »Lakhdéwi« , remplacés par »Hussein Kemal« devenu premier Sultan anti ottoman, et le Maroc du tout jeune »Abdelaziz« , ne s´occupant que de sa belle bicyclette, pendant que l´élite ne faisait que des bonnes et personnelles négoces avec les européens, à son insu (ou profitant de son inconscience), leur vendant tout notre pauvre pays !

    Houcine en Autriche__

  • permalien Joe :
    13 septembre 2011 @05h23   « »

    Pour contrer la propagande officielle, un dossier très documenté sur la "guerre" en Libye :

    http://www.internationalnews.fr/art...

  • permalien K. :
    1er septembre 2012 @18h35   «

    France-Qatar : Un ticket gagnant-gagnant…pour qui ?

    http://www.marianne2.fr/France-Qata...

    C’est peu dire que depuis le début de l’ère Sarkozy le Qatar est devenu un allié indispensable, sinon le guide exclusif de la politique arabe de la France. En la matière, François Hollande n’a pas fait le « pas de côté » qui aurait pu marquer une inflexion dans la politique étrangère de la France, préférant s’inscrire dans la droite ligne de son prédécesseur et gardant le rythme effréné des rencontres officielles avec l’émir de la pétro-monarchie. Même si au-delà des amabilités diplomatiques, les services de renseignement français ne cessent de pointer le jeu ambigu de l’émirat vis-à-vis des mouvements islamistes et qu’au quai d’Orsay la politique du « tout Qatar » fait également grincer quelques dents.

Ajouter un commentaire