Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Les non-dits de Sarkozy sur la Palestine et Israël

Les non-dits de Sarkozy sur la Palestine et Israël

jeudi 22 septembre 2011, par Alain Gresh

Tenu devant l’Assemblée générale de l’ONU, le discours de Nicolas Sarkozy du 21 septembre sur la Palestine se veut constructif, plus ouvert que celui du président Obama, plus équilibré. En réalité, malgré tout ce qu’on peut en lire, il confirme l’ambiguïté de la politique française, pour ne pas dire son alignement sur Israël.

Analyse rapide (mes commentaires sont en gras)

Monsieur le Secrétaire général,

Lorsque nous nous sommes retrouvés, ici même en septembre de l’année dernière, lequel d’entre nous pouvait imaginer qu’en un an à peine, le monde, déjà bouleversé par une crise économique sans précédent, allait à ce point changer ?

En quelques mois, les « printemps arabes » ont fait se lever une immense espérance.

Depuis trop longtemps des peuples arabes soumis à l’oppression ont pu relever la tête [sic] et ont réclamé le droit d’être enfin libres. Avec leurs mains nues, ils se sont opposés à la violence et à la brutalité.

A ceux qui proclamaient que le monde arabo-musulman était par nature hostile à la démocratie et aux droits de l’Homme, les jeunes arabes ont apporté le plus beau démenti.

Mesdames et Messieurs, mes chers collègues, nous n’avons pas le droit de décevoir l’espérance des peuples arabes.

Nous n’avons pas le droit de briser leur rêve.

Car si l’espérance de ces peuples était brisée, cela donnerait raison aux fanatiques qui n’ont pas renoncé à dresser l’Islam contre l’Occident en attisant partout la haine et la violence.

C’est un appel à la justice qui a ébranlé le monde, et le monde ne peut pas répondre à cet appel à la justice par la perpétuation d’une injustice.

Ce miraculeux printemps des peuples arabes nous impose une obligation morale, une obligation politique de résoudre enfin le conflit du Moyen-Orient.

Nous ne pouvons plus attendre !
La méthode utilisée jusqu’à présent, je pèse mes mots, a échoué. Il faut donc changer de méthode [est-ce vraiment une simple question de méthode ?] !

Il faut arrêter de croire qu’un seul pays, fut-il le plus grand, ou qu’un petit groupe de pays peuvent résoudre un problème d’une telle complexité. Trop d’acteurs majeurs sont laissés de côté pour pouvoir aboutir [c’est une pierre dans le jardin des Etats-Unis, mais il ne dit pas en quoi le fait d’associer d’autres acteurs facilitera la résolution du problème].

Je voudrais dire que personne ne peut imaginer que le processus de paix ne puisse se passer de l’Europe, que personne ne peut imaginer que le processus de paix puisse se passer de tous les membres permanents du Conseil de Sécurité, que personne ne peut imaginer que l’on puisse se passer des États arabes qui ont déjà fait le choix de la paix.
Une approche collective est devenue indispensable pour créer la confiance et apporter des garanties à chacune des parties [encore une fois, il ne dit pas en quoi la participation de l’Union européenne ou du Brésil changera la donne ; la conférence d’Annapolis de 2007 avait vu une large participation internationale, sans aucun résultat].

Alors bien sûr, la paix sera faite par les Israéliens et par les Palestiniens.
Par personne d’autre.
Et nul ne peut prétendre la leur imposer [en gros, Israéliens et Palestiniens négocient d’égal à égal, comme si un occupant pouvait être mis sur le même plan qu’un occupé].
Mais nous devons les aider.

La méthode ne fonctionne plus.

Reconnaissons ensemble que fixer des préalables à la négociation, c’était se condamner à l’échec [une critique des déclarations d’Obama qui avait proposé le gel de la colonisation comme préalable ; négocions donc comme on le fait depuis 20 ans, tout en laissant les colonies prospérer].
Les préalables, c’est le contraire de la négociation. Si l’on veut entrer dans la négociation, qui est le seul chemin possible pour la paix, il ne faut pas de préalables [sur quelles bases négocie-t-on ? il faut négocier sur la base des résolutions de l’ONU, du droit international].
Changeons de méthode !

Tous les éléments d’une solution sont connus : la Conférence de Madrid de 1991, le discours du président Obama du 19 mai dernier, la feuille de route, l’initiative arabe de la paix et les paramètres agréés par l’Union européenne. Alors cessons de débattre à l’infini des paramètres et que les négociations commencent [c’est un raisonnement absurde qui cache l’essentiel : le gouvernement israélien n’est pas du tout prêt à accepter ces éléments de solution]. Adoptons un calendrier précis et ambitieux.

60 ans sans que cela avance d’un centimètre. Est-ce que cela ne nous impose pas de changer de méthode et de calendrier ?

— Un mois pour reprendre les discussions ;
— Six mois pour se mettre d’accord sur les frontières et sur la sécurité ;
— Un an pour parvenir à un accord définitif.

(En quoi l’adoption d’un calendrier change quelque chose ? Que ce passe-t-il si ce calendrier n’est pas respecté ? Le gouvernement français prendra-t-il des sanctions contre les responsables de l’échec qui sont déjà connus ?)

Et la France propose d’accueillir, dès cet automne, une Conférence des donateurs afin que les Palestiniens puissent parachever la construction de leur futur État. La France veut vous dire qu’il ne faut pas chercher d’emblée la solution parfaite, parce que de solution parfaite, il n’y en a pas !

Choisissons la voie du compromis, qui n’est pas un renoncement, qui n’est pas un reniement, mais qui permettra d’avancer, étape par étape [Quel compromis ? L’acceptation par la direction palestinienne de 22 % de la Palestine historique n’est-elle pas un compromis suffisant ?].

Voilà donc 60 ans que les Palestiniens attendent leur État. Est-ce qu’il n’est pas venu le moment de leur donner de l’espérance ?
Voilà 60 ans qu’Israël souffre de ne pas pouvoir vivre en paix.
Voici 60 ans que la question de la coexistence pacifique des deux peuples palestinien et israélien demeure lancinante.

Nous ne pouvons plus attendre pour prendre le chemin de la paix !

Mettons-nous à la place des Palestiniens.
N’est-il pas légitime qu’ils réclament leur Etat ?
Bien sûr que si ! Et qui ne voit que la création d’un Etat palestinien démocratique, viable et pacifique serait, pour Israël, la meilleure garantie de sa sécurité ?

Mettons-nous à la place des Israéliens.
N’est-il pas légitime qu’après 60 ans de guerres et d’attentats, ils demandent des garanties pour cette paix si longtemps attendue ?
Bien sûr que si ! Et je le dis avec force : si quiconque à travers le monde menaçait l’existence d’Israël, la France serait immédiatement et totalement aux côtés d’Israël. Les menaces à l’endroit d’un Etat membre des Nations Unies sont inacceptables et ne seront pas acceptées [Mais qui menace sérieusement la sécurité d’Israël ? Et comment définit-on la sécurité ? Pour l’establishment israélien, la sécurité d’un Israélien vaut la vie de dix Palestiniens].

Nous sommes aujourd’hui devant un choix très difficile. Chacun sait bien – et arrêtons avec les hypocrisies ou la diplomatie d’un jour – chacun sait bien qu’une reconnaissance pleine et entière du statut d’Etat membre de l’ONU ne peut être obtenue dans l’immédiat. La raison première en est le manque de confiance entre les principaux acteurs [entre l’occupant et l’occupé, peut-il y avoir une confiance réelle ?]. Mais disons-nous la vérité : qui peut douter qu’un veto au Conseil de sécurité n’engendrera pas un cycle de violence au Proche-Orient ? Qui peut en douter ?

Faut-il pour autant exclure une étape intermédiaire ? Pourquoi ne pas envisager pour la Palestine le statut d’Etat observateur aux Nations Unies ? _ Ce serait un pas important, nous sortirions après 60 ans de l’immobilisme, l’immobilisme qui fait le lit des extrémistes. Nous redonnerions un espoir aux Palestiniens en marquant des progrès vers le statut final.

Pour marquer leur engagement déterminé en faveur d’une paix négociée, les dirigeants palestiniens devraient, dans le cadre de cette démarche, réaffirmer le droit à l’existence et à la sécurité d’Israël. Ils devraient s’engager à ne pas utiliser ce nouveau statut pour recourir à des actions incompatibles avec la poursuite des négociations [Ainsi, les Palestiniens renonceraient à la seule carte que leur donnerait le statut de membre observateur, la possibilité d’aller devant la Cour pénale internationale (CPI), et de poursuivre des individus pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité ; rappelons que les statuts de la CPI disent explicitement qu’installer des colons dans un territoire occupé est un crime de guerre].

Mes chers collègues, nous n’avons qu’une alternative : l’immobilisme et le blocage ou une solution intermédiaire qui permettrait de donner de l’espoir aux Palestiniens, avec un statut d’Etat observateur. Parallèlement, une même retenue devrait être observée par Israël, qui devrait s’abstenir de gestes qui préjugent du statut final [et l’arrêt de la colonisation ne serait pas un préalable à la négociation ?].

L’objectif ultime c’est bien la reconnaissance mutuelle de deux Etats nations pour deux peuples [il serait intéressant de nous préciser lesquels ? Cela pose le problème de l’Etat juif ; mais si Israël est l’Etat du « peuple juif », les juifs français membres de ce peuple, sont une minorité nationale ?], établis sur la base des lignes de 1967 avec des échanges de territoires agréés et équivalents.

Que cette Assemblée générale, qui en a le pouvoir, décide d’avancer, décide de sortir du piège mortel de la paralysie, décide de renvoyer les rendez-vous manqués et les relances sans lendemain !
Changeons de méthode !
Changeons d’état d’esprit !

Que chacun s’efforce de comprendre les raisons de l’autre, les souffrances de l’autre, les angoisses de l’autre.

Que chacun ouvre les yeux et soit prêt à faire des concessions.

Et en terminant, je veux le dire avec une profonde et sincère amitié pour le peuple palestinien, je veux dire aux Palestiniens : pensez aux mères israéliennes qui pleurent les membres de leur famille tués dans les attentats. Elles éprouvent la même douleur que les mères palestiniennes à qui l’on annonce la mort brutale d’un des leurs.

Je veux le dire avec une profonde et sincère amitié pour le peuple israélien : Ecoutez ce que criait la jeunesse des printemps arabes. Ils criaient : « Vive la liberté ! ». Ils ne criaient pas : « à bas Israël ». Vous ne pouvez pas rester immobiles alors que ce vent de liberté et de démocratie souffle dans votre région.

Je le dis avec une profonde et sincère amitié pour ces deux peuples qui ont tant souffert : le moment est venu de bâtir la paix pour les enfants de Palestine et pour les enfants d’Israël. Mais il serait trop accablant que l’Assemblée générale des Nations unies ne profite pas de l’opportunité du réveil des peuples arabes au service de la démocratie pour régler un problème qui fait le malheur de ces deux peuples qui, de toutes façons, sont condamnés à vivre à côté les uns des autres. Si nous prenons une solution de compromis, nous redonnerons de la confiance et nous redonnerons de l’espoir.

Je veux le dire avec gravité aux représentants de toutes les nations. Nous avons une responsabilité historique à assumer. C’est l’Assemblée générale des Nations unies qui porte ce rendez-vous avec l’Histoire.

Rassurons Israël et donnons un espoir au peuple palestinien. La solution est sur la table. Préférer la solution du compromis à celle du blocage, car le blocage satisfera peut-être tout le monde ici mais il créera des violences, des amertumes et des oppositions qui mettront en péril le réveil des peuples arabes. La France vous dit que la tragédie doit cesser pour une raison simple, c’est qu’elle n’a que trop duré.

Je vous remercie.

Quelques dernières remarques. Ce que Nicolas Sarkozy n’évoque pas du tout c’est ce qui se passera si les négociations n’aboutissent pas d’ici un an. Ce qu’il n’évoque pas, c’est que c’est le gouvernement d’extrême droite israélien qui est responsable du blocage. Ce dont il ne parle pas, c’est toutes les mesures soutenues par la France en faveur d’Israël (rehaussement des relations avec l’Union européenne, adhésion à l’OCDE, adhésion récente d’Israël au Centre d’études et de recherche nucléaire alors même que le programme nucléaire israélien est militaire, etc.). Qui peut croire que de telles mesures apparaîtront pour autre chose que ce qu’elles sont : un encouragement à la politique d’annexion d’Israël ?

Université populaire

Organisée en commun par l’Institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient (Iremmo) et ce blog, un samedi par mois.
Il est possible de s’inscrire à l’ensemble des conférences de l’année.

La première conférence aura lieu (l’inscription est obligatoire compte tenu du nombre limité de places) :

Samedi 1er octobre 2011
Maghreb, Proche et Moyen Orient : une introduction générale

Séance 1 : Histoire de la région, de la première guerre à nos jours, avec Henry Laurens (Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe) ;

Séance 2 : L’économie du Proche et du Moyen Orient, avec Agnès Levallois (Journaliste indépendante) ;

Séance 3 : La géopolitique de la région et le rôle des puissances étrangères, avec Alain Gresh (Journaliste au Monde diplomatique, animateur du blog Nouvelles d’Orient).

Contact et inscription : universite-populaire[@]iremmo.org

331 commentaires sur « Les non-dits de Sarkozy sur la Palestine et Israël »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien Charlie L. :
    22 septembre 2011 @18h49   »

    Le Président Sarkozy nous fait sa petite crise habituelle d’égotisme, il est ravi que son homologue américain se soit volontairement humilié et définitivement déconsidéré aux yeux de la communauté internationale tout entière et est prêt à tenter d’en profiter à tout prix y compris celui de dire strictement n’importe quoi. En réalité le sort des Palestiniens l’indiffère totalement et les groupes d’influence sionistes sont prêts à le casser tels qu’ils ont brisé Obama s’il endossait un rôle que ne peux plus tenir l’Amérique.

    Ce n’est en effet pas très difficile de déconstruire ce discours creux et démagogique qui sent l’opération de communication à plein nez et qui ne repose sur rien de tangible ni de réalisable, son but n’est pas de réaliser quoique ce soit d’ailleurs mais d’en donner les apparences et surtout de s’en approprier les mérites.

  • permalien JC :
    22 septembre 2011 @19h27   « »

    Je partage totalement le commentaire précédent. J’y rajouterais qu’en plus ce discours de politique étrangère, domaine réservé du Président, est un coup de com pour montrer aux français qu’ils possèdent un vrai président supra normal qu’il faut réelire. La scène internationale, encore une fois, permet à Sarkozy d’envoyer un message interne. Le but de ce discours est largement si ce n’est uniquement tourné vers l’électorat de la présidentielle

  • permalien Lou :
    22 septembre 2011 @20h20   « »

    Mesdames et Messieurs,

    Si les « peuples arabes soumis à l’oppression ont pu relever la tête [sic] et ont réclamé le droit d’être enfin libres. Avec leurs mains nues, ils se sont opposés à la violence et à la brutalité. »

    ce devrait être l’enfance d’obtenir la liberté de la part d’une démocratie amie.

    Comme lumière parmi les nations je vous arrange ça en quatre coups de cuiller à pot .

  • permalien christian allard :
    22 septembre 2011 @21h37   « »

    Bonsoir,

    "Rassurons Israël et donnons un espoir au peuple palestinien" : tout est là, dans cette conclusion ; lire : Israél n’a rien à craindre et les palestiniens n’ont qu’à espérer : c’est comme ça depuis 67 ! (au moins...)
    Sarkozy est un cynique proisraélien, prend les palestiniens pour des cons ce que sont sans doute certains de leurs dirigeants, au Fatah comme au Hamas. Si Abbas tient sa ligne, il aura fait avancer les choses mais la tiendra-t-il ? J’ai comme un doute...

  • permalien Nathan :
    22 septembre 2011 @21h38   « »

    Je suis d’accord avec les commentaires d’Alain Gresh. Le discours de Sarkozy est hypocrite et représente un blanc-seing pour la continuation de la colonisation.

    Il y a cependant un point qui me semble discutable lorsqu’il dit à la suite de Sarkozy :

    La raison première en est le manque de confiance entre les principaux acteurs [entre l’occupant et l’occupé, peut-il y avoir une confiance réelle ?].

    Sauf qu’on peut être l’occupant et avoir cependant de bonnes raisons de rester méfiant. En effet, moins de 10 jours après que les Israéliens eurent quitté Gaza (unilatéralement, il est vrai), les roquettes du hamas commençaient à pleuvoir sur Israël. En d’autres termes, le hamas a tout de suite fait comprendre à Israël que le départ de ses troupes et de ses colons était un aveu de faiblesse. Le résultat est que les Israéliens n’ont pas l’intention de quitter une parcelle de territoire, si celle-ci doit devenir automatiquement une base de lancement pour des agressions. Donc, même si leur puissance militaire est très largement supérieure, les Israéliens ont peut-être de bonnes raisons de se méfier.

  • permalien Houcine :
    22 septembre 2011 @21h46   « »

    Monsieur Alain Gresh

    Contrairement à la démagogie de Sarkozy & Co. et concernant cet événement,

    écoutons ensemble ce que dit »Tariq Ramadan« s´exprimant en très bonne langue française, dans tous les sens dépassant ce Chef d´Etat qui est toujours »pro« des plus sauvages des colons et qui ne fait que cacher sa vraie volonté impérialiste, la déguisant par l´un de ses plus vides discours, au détriment du peuple français qui a été le premier dans l´histoire à combattre pour la fraternité, la liberté et la démocratie ( ),

    http://hespress.com/videos/38235.html

    Cordialement,

    Houcine en Autriche__

  • permalien Croa :
    22 septembre 2011 @21h57   « »

    Mon avis est que Monsieur Sarkozy n’est de toutes façons pas crédible en tant même que personnage. On ne peut donc pas croire à ses bonnes intentions ! Ce que ces détails révèlent c’est que derrière la langue de bois de ce Monsieur, une analyse est possible, et je remercie l’auteur pour cet éclairage.

    Car Nicolas Sarkozy est aussi un criminel en d’autres endroits du monde. Je pense évidemment à ses aventures en Libye : Hier au soir il y avait une présentation de la Guerre du Rif sur Arté ; Ces évènements historiques marocains rappellent étrangement l’actualité avec quelques protagonistes tels que Franco et Pétain (et d’autres moins connus) du même genre que notre Nicolas d’aujourd’hui.

  • permalien Lou :
    22 septembre 2011 @22h06   « »

    Paix au Proche-Orient : la Turquie veut une pression sur Israël

    NEW YORK (Nations unies) - Il est nécessaire de faire pression sur Israël pour faire la paix avec les Palestiniens, a affirmé jeudi le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan devant l’Assemblée générale des Nations unies.

    Ainsi, la communauté internationale montrera que clairement ils (les Israéliens, ndlr) ne sont pas au-dessus des lois, a ajouté le chef du gouvernement turc.

    Le soutien de la Turquie à la reconnaissance d’un Etat de Palestine (à l’ONU) est sans condition, a encore souligné M. Erdogan, pour qui une sécurité réelle n’est possible (entre Israël et les Palestiniens) qu’en construisant une paix réelle.

    Le président turc a encore affirmé que les Nations unies n’ont été d’aucune aide, puisqu’elles n’ont pris aucune mesure pour mettre fin à la tragédie humaine que connaît la population palestinienne.

    M. Erdogan a par ailleurs répété qu’Israël devait présenter ses excuses et lever l’embargo sur Gaza suite à la mort de neuf Turcs lors d’un raid israélien contre une flottille internationale qui tentait de briser le blocus autour de Gaza en mai 2010.

    Avant cela notre position ne changera pas, a souligné M. Erdogan qui s’exprimait alors que les relations entre la Turquie et Israël connaissent un sérieux coup de froid.

    (©AFP / 22 septembre 2011 21h37)

  • permalien CdQat :
    22 septembre 2011 @22h07   « »
    A Alain Gresh.

    Je me permets de ne pas être d’accord avec vous sur un point :
    Ce point porte sur les négociations entre deux acteurs de forces différentes. Dans les entreprises de décolonisations négociées, rare ont été les situations d’égalités. Disant cela je pense à l’Afrique du Sud bien sûr, mais surtout à la Nouvelle Calédonie. Les accords de Matignons puis de Nouméa se sont fait entre deux acteurs de forces radicalement différentes. J’irais même plus loin en disant que dans notre monde qui tolère de moins en moins les abus de pouvoir, la force peut devenir une faiblesse. On le voit bien aujourd’hui au PO ou, malgré sa supériorité qui lui permet tout, Israël n’arrive pas à "gagner" cette guerre.

    Sinon un point de plus me fait réagir :

    Il faut arrêter de croire qu’un seul pays, fut-il le plus grand, (peut) résoudre un problème d’une telle complexité.

    Nicolas Sarkozy oublie de rappeler que le but de ce plus grand pays n’est pas de résoudre le problème, mais d’apporter un support sans faille à l’un des acteurs. Alors un seul grand pays ne peut résoudre le problème, mais que ce pays n’agisse plus de la manière dont il le fait aujourd’hui changerait la donne dans la région. J’ai même la faiblesse de croire que cela accélèrerait le processus de paix...

  • permalien Ph. Arnaud :
    22 septembre 2011 @22h41   « »

    A tous

    Ce qui est agréable, avec la démarche de Mahmoud Abbas, c’est qu’elle met au pied du mur ceux qui s’étaient réfugiés dans l’ambiguïté. On le voit avec Sarkozy, qui propose des solutions de charité, comme la droite sait si bien le faire…

  • permalien X :
    22 septembre 2011 @23h11   « »

    Le commentaire de nathan sur gaza n’a aucune espèce de valeur à cause de sa parenthèse (unilatéralement il est vrai).

    Les israeliens quittent une partie du territoire palestinien, il le laissent sans structure propre de gouvernement sans statut reconnu par la communaité inernationale. La seule chose qui intéressait israel était de s’assurer de démolir leurs constructions avant de foutre le camps sans même néttoyer leurs déchêts. Ce sont tout simplement des sauvage et les réactions des gazaouis s’expliquent par cette sauvagerie.

  • permalien X :
    22 septembre 2011 @23h16   « »

    CdQat

    Dans le cas de l’afrique de sud la communauté internatioanle était du coté du droit en raison de l’embargo inernational ce qui établissait un certain équilibre qui manque ici.

  • permalien X :
    22 septembre 2011 @23h29   « »

    Je partage l’avis de christian allard concernant les dirigeants palestiniens surtout ceux de l’AP. Je pense qu’il n’ont aucune dignité. Ils ont désarmé la résistance palestinienne après oslo et madrid. Il est clair comme l’eau de rose qu’il ne vont pas obtenir un état sur 67. Cette situation dans laquelle leurs forces de sécurité continuent d’touffer toute résistance à l’occupation n’arrage que les sionistes dans leur occupation.

    Une seule chose s’impose au plus sacrant : dissoudre l’autorité palestinienne et se battre pour l’égalité des droits de tous et le retour des réfugiés. Çe ne sera pas facile mais l’unique solution passe par là.

  • permalien Orangerouge :
    22 septembre 2011 @23h45   « »
    Comment contrer les lobbys qui font l’impunité d’Israël

    Les lobbys pro-Israël pèsent infiniment plus dans les décisions des gouvernements des Etats-Unis, de l’Union Européenne ou de la France, que les peuples occidentaux eux-mêmes.

    Et cela alors que les juifs ne représentent que de l’ordre de 2% de la population, aux Etats-Unis comme en France, et encore moins dans les autres pays européens.

    Et alors même qu’une proportion croissante de ces juifs ne se reconnait pas dans l’état d’Israël et sa politique.

    - Sarkozy et Alain Juppé, tout comme Catherine Ashton demandent aux Palestiniens, en échange de la reconnaissance d’un statut d’observateur à l’ONU (comme le Vatican actuellement), de s’engager à ne pas engager des poursuites contre des Israéliens devant les juridictions internationales".

    http://www.lexpress.fr/actualites/1...

    http://www.leparisien.fr/internatio...

    Cela signifie l’impunité pour les responsables israéliens de l’opération "Plomb Durci", bombardement de population civile qui a tué des centaines de personnes dont beaucoup d’enfants et qui a laissés de très nombreux handicapés à vie. Cela signifie aussi l’impunité pour les colons et les soldats israéliens qui agressent quotidiennement les Palestiniens, détruisent leurs arbres et leurs maisons, et assassinent souvent, y compris des enfants.

    - Le Congrès américain menace les pays qui voteront pour la reconnaissance de l’état Palestinien à l’ONU de rétorsion, et il menace de couper les fonds à l’Autorité Palestinienne (les territoires occupés fonctionnement économiquement mal et ont besoin d’une aide internationale).

    En Juillet, 407 des 435 membres de la Chambre des représentants américaine ont voté la suspension de l’aide du Congrès à l’Autorité Palestinienne si elle poursuit son projet de demande de reconnaissance d’un état Palestinien par l’ONU. Vers la même époque, 87 des 100 membres du Sénat ont adopté une résolution similaire.

    http://israelpalestine.blog.lemonde...

    http://www.foreignpolicy.com/articl...

    - Que faire pour contrer les actions totalement anti-démocratiques de ces lobbys ?

    Le tabou et l’omerta est en train de se lever.

    Mais comment aller, par des actions pacifiques, au-delà de la dénonciation ?

    Il faut agir pour que les médias ne soient plus sous influence, ainsi que les grands partis politiques.

    Vos idées m’intéressent.

    * PS : les lobbys pro-Israël ne comprennent pas que des juifs mais aussi beaucoup de "goys". Aux Etats-Unis les chrétiens sionistes (ils sont 22 millions aux Etats-Unis) soutiennent Israël pour des raisons religieuses.

  • permalien
    23 septembre 2011 @00h08   « »

    Si Abbas tient sa ligne, il aura fait avancer les choses mais la tiendra-t-il ? J’ai comme un doute

    Abbas a-t-il aujourd’hui un autre choix ?...Abbas est orphelin de Moubarak, et bientôt d’autres "roitelets"...Alors, cette initiative c’est ou un ultime sursaut de patriotisme(dans le meilleur des cas et l’Histoire pourra lui en tenir compte), ou son "chant du cygne".

  • permalien X :
    23 septembre 2011 @00h15   « »

    Orangerouge,

    Dissoudre l’AP. Pas d’AP, plus besoin ni de l’aide de l’occident ni de l’aide des monarchies pétrolières et israel pourra garder l’argent des taxes. Je ne vois rien d’autre à faire.

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @00h25   « »

    pour faire suite au message de Christian Allard

    ONU : les Palestiniens favorables au plan proposé par la France

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Le plan présenté par Nicolas Sarkozy pourrait bien être la voie de sortie de crise pour les Palestiniens. Certes, Mahmoud Abbas déposera le 23 septembre 2011 comme prévu sa demande d’adhésion à l’ONU, mais la députée Hanane Ashraoui n’exclut pas que les Palestiniens acceptent ensuite un statut intermédiaire d’Etat non membre, comme le propose la France :

    « Lorsque nous en avons discuté avec le président ,nous avons jugé que c’était positif. C’est une idée créative qui peut injecter de la volonté politique et de l’énergie dans ce que nous considérons comme des efforts pour miner les Palestiniens de la part des Américains ».

  • permalien Yvan :
    23 septembre 2011 @06h38   « »

    Ce qui se profile derrière tout ce charabia, c’est un retour à 1956, au moment où les Dupont et Dupond du néo-colonialisme faisaient les garde-champêtres au Proche Orient.

    L’opération de Libye a montré que le numéro de duettistes de l’Angleterre et de la France fonctionne toujours.

    En France, la récente proposition de l’UMP, d’un "serment d’allégeance aux armes" qui en d’autres temps pourrait passer pour une conséquence de la lepenisation des esprits, montre qu’un recrutement probable de harkis fait son chemin dans les dits esprits.

    On oublie un peu trop dans cette histoire, qu’il ne s’agit que de matérialiser la résolution 181 des Nations Unis, qui semble-t-il n’a été qu’à moitié ratifiée et attend depuis 1947 que l’exemplaire destiné aux Palestiniens soit aussi signé.

  • permalien Noval :
    23 septembre 2011 @07h33   « »

    Il s’agit de ne jamais occulter et donc dire, clairement, calmement et sans relâche que : " le sionisme, comme vision du monde, est foncièrement raciste "

    http://www.michelcollon.info/La-Pal...

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @08h08   « »

    Des centaines d’intellectuels israéliens soutiennent l’initiative d’Abbas.

    http://www.haaretz.com/news/nationa...

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @08h43   « »

    A la décharge du Président Sarkozy, force est de constater que la politique étrangère et la diplomatie française navigue constamment depuis les années 70 dans ces eaux troubles et que ses prédécesseurs n’ont guère fait mieux.

    Même si avant cela sa politique néocoloniale en Afrique était déjà plus que critiquable et on ne peut plus trouble, la France était tout de même respectée dans le monde pour sa volonté d’indépendance et son souci de défendre une certaine éthique en matière de relations internationales.

    Il serait vain de rappeler toutes les pires compromissions, volte-face et sordides alliances d’intérêts intervenues depuis lors avec les pires tyrans de la planète, tout le monde les connait fort bien malheureusement, il est clair que cela fait bien longtemps qu’il ne faut pas s’attendre à ce que ce soit la France qui défende la paix et la justice dans le monde, pas plus chez elle d’ailleurs.

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @08h55   « »

    Le gouvernement israélien ne remerciera jamais assez les efforts méritoires d’Ahmadinejad pour voler la vedette à l’initiative d’Abbas en réitérant pour la tantième fois ses délires négationnistes à l’ONU. Un type comme ça, c’est vraiment une aubaine. Je pense que Netanyahou devrait lui décerner officiellement une médaille.

  • permalien Houcine :
    23 septembre 2011 @08h58   « »

    Le réveil de la jeunesse mondiale et la volonté sarkozienne !

    Avant Sarkozy & Co. Le sionisme s´appuyait sur les roitelets dits arabes. Il suffirait de revoir l´Egypte de Mohammed Ali Bacha et ses successeurs qui furent à l´origine de la déchirure des Ottomans en Arabie heureuse, la bienvenue des premiers colons russes financés par Rothschild, Abdallah en Jordanie, Faysal en Syrie, Farouk se déclarant »descendant du prophète« , Hassan II exigeant faire de l´ »Etat des sauvages« un membre privilégié au sein d´une League arabe qui reste sans aucune importance.

    Selon cette ambiance et même si Sarkozy a tous les pouvoirs pour chasser ceux qui s´opposent à son »Empire méditerranéen« , après l´usage de toutes les ruses et ce déchainement contre les plus instables, si il n´arrive pas à »détrôner Obama« et devenir Lafayette aux yeux des drogués nord - américains, il finirait lui et son fils à faire de longues prières au pied du mur des lamentations. Car son parcours, ses conflits au sein du clan de ses mentors gaullistes, les affaires et ses manœuvres dénuées de toute honnêteté, le soutien que fournit-il au roitelet du Maroc, son regard vers l´Algérie des généraux et les grandes richesses africaines, ils pourraient faire de lui un nouveau Hitler, ou un simple Mussolini vêtu de femme, ne souhaitant que fuir !

    Selon cette ambiance politique et manque de sérieux (légalité internationale), sachant que Sarkozy est un »adepte de Tocqueville« et Obama formé dans une école populaire, le réveil des penseurs à l´instar du XVIIIème siècle, il arriverait d´abolir le fascisme du XXème siècle et orienter notre temps vers un avenir plus juste et plus humain. Les interventions sur cet espace, dans leur majorité, elles résument la volonté d´une autre jeunesse rêvant et s´opposant à l´hégémonie des sauvages et à tous les criminels.

    À bas le fascisme !

    Houcine__

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @09h15   « »

    Personnellement, je pense qu’Ahmadinejad fait un excellent travail pour Israël. Un type comme ça, c’est du pain béni pour Netanyahou & C°. Je me demande parfois s‘il n’a pas été engagé par le Mossad. Pensez : ça fait des années que dans toutes les discussions entre Américains et Israéliens, il est en tête de l’agenda. C’est de lui qu’on parle. De lui, de ses délires, de ses rodomontades, de son uranium et de sa bombinette. Ça permet de ne pas parler des Palestiniens. Ou tout juste à la fin, quand il ne reste plus que quelques minutes. Et puis ça aplanit miraculeusement toutes les divergences susceptibles de surgir. Du pain bénit, je vous dis…

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @09h38   « »

    Actuellement et toute la journée, France-Culture en Palestine, sur la Palestine.

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @09h57   « »

    Pour ce qu’il s’agit de la démarche palestinienne à l’ONU en elle-même, contrairement à ce que j’aurais imaginé, je pense qu’elle a dors et déjà eu des effets positifs et significatifs et ce sans préjuger de ce qui reste à venir.

    Elle est déjà parvenue à mettre définitivement hors-jeu les Etat Unis en tant qu’architecte unique d’un processus de paix au Moyen Orient, qui s’est révélé aux yeux du monde entier sans fin et sans issue, du fait de la partialité et la faiblesse d’un prétendu médiateur qui n’en était pas un, étant lui-même partie prenante au conflit.

    Elle a également enterré un dispositif absurde qui n’a toujours brillé que sa plus parfaite inutilité et impuissance à savoir le dit Quartet, dont ne serait-ce que la composition dépasse les limites de l’ubuesque.

    Un groupe de médiation composé des USA, de la Russie, de l’UE et de l’ONU, c’est le summum du surréalisme, considérant que non seulement les USA, la Russie et l’UE appartiennent à la dite ONU et sont donc comptés deux fois, mais que par-dessus le marché les USA, la Russie et certains membres de l’UE font la pluie et le beau temps à l’ONU, compte tenu de leur siège permanent au Conseil de sécurité et de leur droit de véto, on est forcé d’admettre que les Shadoks et les Gibis à côté de cela c’est de la gnognote, là on a affaire à du lourd !

    Certains pensent même, et je ne serai pas loin moi-même d’en faire de même, qu’elle a également enterré la dite solution à deux États, celle-ci se révélant de toute façon de fait parfaitement irréalisable comme le constate fort pertinemment Dominique Vidal sur un autre fil...

  • permalien sdz :
    23 septembre 2011 @10h01   « »

    Je suis toujours un peu surpris qu’on n’élargisse pas le cadre en rajoutant la Jordanie dans l’équation. Pour ma part, la dynamique enclenchée en 1922 s’est révélée pernicieuse dès le départ, jusqu’à lèser largement la Jordanie, avec ensuite le plan de partage de 1947 compliquant encore plus les choses.

    http://www.la-France-contre-la-cris...

  • permalien Yann :
    23 septembre 2011 @11h38   « »
    L’Europe forteresse

    Lampedusa, EU cops violent with immigrants

    http://www.youtube.com/watch?v=br1X...

  • permalien rourou :
    23 septembre 2011 @11h46   « »

    je trouve l expression du patriarche elraai ( il faut pas nous envoyer au feu puis pleurer quand en brule explique bien le sens de ce discours

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @11h48   « »

    Il y a peut être eu aussi dors et déjà un autre effet positif de cette démarche palestinienne à l’Assemblée générale des Nations Unies que j’ai omis de mentionner.

    Certaines interventions à l’AG de l’ONU en ont d’ailleurs traité fort pertinemment mais n’ont bien évidemment pas été commentées dans les médias de masses, telle celle de Dilma Rousseff la représentante du Brésil.

    Ce que montre clairement l’impasse de la situation dramatique du peuple palestinien après toutes ces années, c’est l’inadéquation et l’iniquité des règles qui régissent le fonctionnement de la dite ONU elle-même, c’est bien l’ONU qui aurait dû être en mesure de déterminer le droit et de le faire imposer depuis toutes ces décennies interminables.

    Comme l’a remarqué également Recep Tayyip Erdoğan la liste interminable de résolutions qui ont été adoptées à l’ONU concernant ce conflit sans fin du Moyen Orient n’a pas eu plus d’effet que des notes que tout un chacun aurait pu coucher sur un calepin, sans même parler des situations x fois répétées où il n’y a même pas eu de résolution du tout du fait du véto systématique des Etats-Unis.

    Je pense aussi comme Dilma Rousseff et bien d’autres représentants de pays soi-disant représentés à l’ONU, une majorité très certainement, que le fond du problème réside bien là.

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @12h07   « »

    Gardons bien à l’esprit que Dilma Rousseff a déclaré :

    "Only a free and sovereign Palestine will be able to respond to Israel’s legitimate desires for peace, security inside its borders, and political stability in its region."

    Ce qui n’a bien sûr rien à voir avec l’expulsion forcée de la majorité des Israéliens juifs d’une future Palestine "libérée" tel que le prône Charlie L., ex-Afshin, qui se permet de citer la présidente brésilienne comme s’il était d’accord avec elle...

    Ceci pour les naïfs...

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @12h22   « »

    Plutôt qu’en extraire un maigre extrait de 27 mots plus ou moins soigneusement sélectionnés, pourquoi ne pas lire plutôt l’intégralité du discours de Madame Dilma Rousseff, les lecteurs du blog et de ses commentaires ne sont pas des imbéciles.

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @12h55   « »

    En effet, les lecteurs de ce blog savent lire et ils liront donc le passage intégral du discours de Dilma Yousseff consacré à la Palestine. Le voici :

    "I warmly welcome South Sudan to our family of nations. Brazil is ready to cooperate with the youngest member of the United Nations and to contribute to its sovereign development.
    But I regret that today I still cannot welcome Palestine’s full membership in the United Nations. Brazil already recognizes the Palestinian State within the 1967 borders, in a manner consistent with United Nations resolutions.
    Like the majority of the countries in this Assembly, we believe that the time has come for Palestine to be fully represented here.
    The recognition of the Palestinian people’s legitimate right to sovereignty and self- determination increases the possibilities for a lasting peace in the Middle East.
    Only a free and sovereign Palestine will be able to heed Israel’s legitimate desires for peace with its neighbors, security in its borders and political stability in its region.
    I come from a country where the descendents of Arabs and Jews are fellow countrymen and live together harmoniously – which is as it should be."

    Les lecteurs de ce blog constateront dans ce discours de Delma Youssef, aucune référence à :

    - L’expulsion forcée de millions de juifs israéliens d’une Palestine « libérée »

    Ni même à :

    - La création d’un Etat bi-national judéo-arabe

    Mais seulement – comme la très grande majorité des nations – à la constitution d’un Etat palestinien sur les frontières de 1967.

  • permalien HN :
    23 septembre 2011 @13h04   « »

    Les lobbys pro-Israël pèsent infiniment plus dans les décisions des gouvernements des Etats-Unis, de l’Union Européenne ou de la France, que les peuples occidentaux eux-mêmes.

    Tout à fait d’accord avec vous, en tout cas en ce qui concerne ce conflit. Car si on demandait à chaque citoyen de décider de la ligne de conduite de son gouvernement, je crois que ça ferait pas long feu. Ça ferait trop de monde à soudoyer...

    Deux remarques :

    1 - Les lobbys en général contournent la démocratie pour instaurer leurs plans au détriment du peuple. Il est d’ailleurs "amusant" de constater que les intérêts de ces connards vont la plupart du temps en sens inverse de ceux du peuple.

    2 - Que le sort de deux peuples puisse être joué à des milliers de kilomètres de chez eux, par d’autres personnes qui n’ont jamais foutu les pieds là-bas, pour des intérêts économiques ou géostratégiques, à coup de gros sous auprès de députés/sénateurs/présidents puis de chantage auprès de certains pays (par ex, les menaces de suspension d’aides financières en cas de désobéissance), ça me dépasse...

    Cdlmt

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @13h14   « »

    ("sélectionné" au singulier et non au pluriel)

    Dans un registre plus humoristique, il y a un intervenant à l’AG de l’ONU qui m’a bien amusé c’est David Cameron, quand il a expliqué que ce n’était pas parce qu’en Egypte et en Tunisie par exemple il y avait eu un capitalisme de copinage qu’il fallait rejeter pour autant le capitalisme maintenant.

    D’après lui l’économie de libre marché authentique, ouverte et transparente aurait fait ses preuves ; au moment où les marchés et les économies partout dans le monde n’en finissent pas de s’écrouler du fait des vices avérés du système authentique lui-même, je ne suis pas très sûr que l’occasion soit bien choisie pour en faire l’apologie…

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @13h25   « »
    Lobbies juif/sioniste/pro-israéliens

    Pour en revenir aux lobbies juif/sioniste/pro-israéliens (disons de manière générale pro-israéliens) aux US évoqués ici, il faut bien remettre ça dans le contexte politique US. L’organisation US est basée sur les groupes d’influence (lobby, qui n’est pas un gros mot là-bas), qui, si on devait faire une comparaison avec la France, ressemblent à nos syndicats. Les syndicats sont écoutés par l’Etat, mais en aucun cas ils ne dictent leur politique, même si leur influence peut évoluer au fil des pouvoirs en place.
    Aux US, le lobby pro-israéliens, petit lobby comparé à la NRA ou aux différents groupes représentant les industries ou les minorités, ne dictent pas la politique, contrairement à certains fantasmes, ils n’en sont que des éléments. Chaque lobby a sont contre-lobby, et ces force qui s’opposent, associé à une réflexion propre de l’appareil politique (qui en a ! Oui, oui, oui !), forment un axe politique.

    Dans le cas du lobby pro-israéliens, celui-ci s’appuie effectivement sur la (petite !) communauté juive bien organisée aux US, et sur une affinité dans l’orthodoxies religieuse et dans la tradition du pionnier.
    Par contre ne pas oublier le poids du contre lobby, beaucoup plus puissant, des pétroliers, amoureux des pays "modérés" du Golfe. Et c’est ainsi que toute la politique US du MO, née à la fin du 2e conflit mondiale, est basée sur une ambiguïté qu’elle n’a jamais levée : elle ne sait toujours pas si elle doit tout accepter d’Israël ou tout accepter de l’Arabie Saoudite, et en attendant de lever cette ambiguïté elle accepte tout des 2 !

    Dès lors, les théories selon lesquelles les Etats-Unis ont une politique dictée par ces lobbies, sont entrés en guerre en Irak pour satisfaire Ariel Sharon (rappelons-nous) ou qu’Israël est à la racine de l’émergence d’Al-Qaida sont à mon sens des croyances hostiles et irrationnelles (et obsessionnelles ??) sur les Juifs. Ca renvoie à certaine déclarations qui accusent le juif de manque de loyauté, de subversion, de trahison, voire de pouvoirs occultes et de tractations secrètes pour manipuler les institutions ce qui n’est pas juste à mon sens. Et quand on liste invariablement tout ce qu’il y a d’injuste, de laid et de faux dans un individu ou dans un collectif et en même temps exclut systématiquement toute information à leur décharge, alors peut-être est-on raciste. Et ce qui est valable pour les juifs, l’est tout autant pour les arabes.

  • permalien ANTOTILA :
    23 septembre 2011 @13h26   « »

    Mettons-nous à la place des Israéliens.
    N’est-il pas légitime qu’après 60 ans de guerres et d’attentats, ils demandent des garanties pour cette paix si longtemps attendue ?
    Bien sûr que si ! Et je le dis avec force : si quiconque à travers le monde menaçait l’existence d’Israël, la France serait immédiatement et totalement aux côtés d’Israël. Les menaces à l’endroit d’un Etat membre des Nations Unies sont inacceptables et ne seront pas acceptées [Mais qui menace sérieusement la sécurité d’Israël ? Et comment définit-on la sécurité ? Pour l’establishment israélien, la sécurité d’un Israélien vaut la vie de dix Palestiniens].

    Question :
    Parle-t-il au nom de la France et des Français, ou bien en son nom propre ? A ce genre de propos, je vous demanderais d’ouvrir le lien ci-dessous pour comprendre ce que c’est un HOMME D’ETAT.
    Je vous prierais d’aller jusqu’au bout de ce lien et vous en faire une idée car, c’est d’une pédagogie sans anicroches.

    http://www.dailymotion.com/video/xc...

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @13h59   « »

    J’ajouterai que je trouve très surprenant que des méthodes proprement crapuleuses et des propos tout à fait discourtois soient de toute évidence tolérés ici, ce n’est très certainement pas en le remarquant que cela y changera quelque choses, mais c’est indigne !

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @14h03   « »
    Nathan re. : 23 septembre @12h55

    A quoi faites-vous référence quand vous évoquez "l’expulsion forcée de millions de juifs israéliens d’une Palestine « libérée »", ou la "création d’un Etat bi-national judéo-arabe" ? Sur ce dernier point, il y a, il me semble, une volonté affichée des 2 parties pour 2 Etats.
    Cela n’est pas remis en question ici, même si on peut constater que le blocage de la situation amènera de fait un Etat binational. Ce qui est le pire cauchemar d’Israël !

  • permalien Serpico :
    23 septembre 2011 @14h16   « »
    Lâcheté de l’Occident

    L’occident est tout simplement d’une lâcheté de dimensions cosmiques : même un aveugle klingon verrait tout de suite l’injustice commise à tergiverser sur le dos des palestiniens, population qui souffre depuis 60 ans.

    L’occident nous matraque avec ses "principes", ses "grandes idées" et même ses "histoires" de bons contre les mauvais : on y est. En direct. On a d’un côté un peuple martyrisé qui essaie d’avoir un destin et de l’autre, les "forces du bien" qui papotent.

    Parce que c’est Israel et parce qu’il s’agit de juifs, les occidentaux se sentent automatiquement coupables s’ils reconnaissent qu’un Etat juif est en faute.

    Ils sont donc plus antisémites que ceux qu’ils accusent d’antisémitisme parce qu’ils partent du postulat qu’un juif, même s’il n’a jamais souffert de discrimination est d’office un juif intemporel, le même juif qui traverse les siècles et qui hérite les souffrances de ses ancêtres.

    On fait comme si chaque juif actuel avait été dans les camps de concentration nazi. Par conséquent, un juif a un permis de nuire à durée indéterminée.

    Pauvres juifs !

  • permalien co2monamour :
    23 septembre 2011 @14h29   « »

    Apparemment, CdQat, dans son post de 13h25, n’est pas du tout d’accord avec MM. Mearsheimer et Walt. Ceux-ci, dans un ouvrage qui a fait date (et scandale aux USA), expliquent au contraire que le lobby pro-israelien aux USA est nettement plus puissant, par exemple, que le lobby pétrolier, ce qui peut surprendre, mais les faits semblent leur donner raison.
    Un de leurs principaux arguments est que la politique étrangère des USA, qui, depuis 1967 au moins, a toujours, à une minime exception près (l’administration Bush diminuant -très légèrement- ses garanties financières à Israël en 1991, je crois, et ça n’a pas duré...), soutenu Israël inconditionnellement, a fréquemment desservi les intérêts du pays. Par exemple, on ne peut pas dire que leur appui systématique à Israël ne leur a pas valu l’hostilité de la grande majorité des pays dits "non alignés", et plus généralement, de celle des Etats membres de l’ONU.
    L’illustration la plus récente de cet alignement est, à mon avis, la volte-face du président Obama, que ce soit sur l’arrêt de la colonisation dans les territoires occupés ou sur l’opportunité de la création d’un Etat palestinien à laquelle il s’était promis de pousser pour qu’elle ait lieu précisément en cette année 2011.

    Il n’est que de voir comment B. Netanyahou est ovationné par le Congrès pour constater la puissance de ce lobby...

    Par ailleurs, je ne vois pas quel contre-lobby compense le lobby pro-israëlien aux USA. Ainsi, aucun(e) candidat(e) à quelque poste que ce soit ne peut formuler la moindre critique de la politique d’Israël sans risquer une cuisante défaite, du fait de la réaction immédiate et massive de toutes les associations formant ce lobby. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas constaté qu’un "contre-lobby" ait pu empêcher, par exemple, qu’un(e) éventuel(le) candidat(e) antisioniste, ou même légèrement critique d’Israël, soit battu dans les urnes.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @14h38   « »
    La défaite de l’occident est morale, c’est la défaite la plus grave et elle risque d’être lourde de conséquences

    Oui Serpico, je pense que l’occident, qui économiquement est progressivement marginalisé par la croissance très forte des pays émergents (Brésil, Inde, Chine et d’autres, mais déjà ça fait du monde, ces pays étant très peuplés), est en train de perdre une guerre extrêmement importante : celle de la morale.

    Les pays occidentaux du fait des politiques cyniques d’Obama, Merkel et Sarkozy, sont en train de perdre définitivement la bataille des valeurs morales.

    Plus jamais ils ne pourront se considérer comme porteurs des "Lumières", de la civilisation. Ils auront perdu toute légitimité à invoquer des principes moraux. (c’était dejà le cas mais l’élection d’Obama, avait redonné du lustre aux Etats-Unis, donc à l’occident.

    Et cela met en danger les peuples occidentaux.

    Parce que face à un pays comme la Chine, qui est capitaliste mais n’a pas de fonctionnement même un tant soit peu démocratique, cette défaite morale de l’occident peut avoir de très lourdes conséquences dans l’avenir.

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @14h38   « »

    CdQat : 23 septembre @14h03

    Sur ce dernier point, il y a, il me semble, une volonté affichée des 2 parties pour 2 Etats.
    Cela n’est pas remis en question ici, même si on peut constater que le blocage de la situation amènera de fait un Etat binational.

    Tout à fait d’accord avec vous. Je suis content d’entendre une voix raisonnable. Je mentionnais uniquement les deux autres options car il existe des partisans de ces deux options sur ce blog. Parmi ceux-là, il y en a qui l’expriment ouvertement et d’autres qui cachent leur jeu.

    Comme vous êtes arrivé récemment sur ce blog, je dois vous faire savoir que le dénommé Afshin qui signe désormais du pseudo Charlie L. discutait naguère, calculatrice en main, avec un autre intervenant du nombre de juifs israéliens qu’il fallait expulser.

    Demandez à Deïr Yassin puisqu’elle garde copie des archives.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @14h52   « »

    Votre post, [23 septembre @14h29], co2monamour est absolument pertinent.

    Concernant la politique au Moyen Orient, le pouvoir du lobby pro-Israël est exorbitant aux Etats-Unis (et en France il est très fort).

    Il faut souligner que, parce qu’Israël est une puissance économique importante, alliée à pays important que sont les Etats-Unis, de nombreux non juifs viennent renforcer ce lobby par opportunisme bien compris.

    Il faut aussi rajouter que les juifs qui n’ont ni fortune, ni poste dans les médias ou le show bizz, quelque soit leur opinion sur Israël, positive ou négative, ne pèsent pas, ne peuvent influencer la politique occidentale au Moyen Orient.

    Si ce lobby est terriblement efficace, c’est par le biais de personnes en situation de pouvoir, et de leurs actions de pression et d’influence (et peut être, certaines formes de corruption).

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @14h57   « »

    On peut avoir une petite idée de la puissance du lobby pro-israélien aux Etats-Unis (mais aussi du sentiment pro-israélien des politiciens américains) en constatant qu’en juillet dernier, la Chambre des représentants a voté une résolution condamnant la demande de reconnaissance de l’Etat palestinien par 407 voix contre 6 et 8 abstentions.

    Les représentants ayant voté contre : : Justin Amash, Earl Blumenauer, Ron Paul, Joe Rahall, Dennis Kucinich et Walter Jones

    Les représentants s’étant abstenus : Keith Ellison, Jim McDermott, Pete Stark, Betty McCollum, Lynn Woolsey, James Moran, Barbara Lee et Maxine Waters

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @15h06   « »
    A X re. : 22 septembre @23h16

    Tout à fait d’accord avec vous, et c’est bien pour ça que je prenais encore plus appui sur la Nouvelle Calédonie pour illustrer mon exemple.
    Et s’il est de bon ton de se moquer de la France, "terre de la déclaration des Droit de l’Homme mais pas des Droit de L’Homme" (ce dont je ne me prive pas), reconnaissons quand même que dans une situation particulièrement délicate (qui avait vu les événements dramatiques de la grotte d’Ouvéa) ou chaque partie, en d’autres lieux (suivez mon regard), en aurait profité pour accuser l’autre d’une escalade qu’il n’aurait pas freiné, une négo a été possible ayant amené à une solution toujours pacifique aujourd’hui et qu’aucune des deux parties ne dénonce.

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @15h41   « »
    @co2monamour re. : 23 septembre @14h29

    Ne pas confondre lobby pro israélien, et sentiment pro israélien. Parmi les voix ayant voté dans le sens d’Israël en juillet dernier, on retrouve les Etats où la population juive est inexistante (en gros Midwest et grandes plaines). A l’inverse, l’Etat ayant le moins voté dans le sens d’Israël (la Californie) est celui ou la population juive est la plus importante après NY !!!

    A mon sens la proximité US/Israël ne vient pas d’un lobby qui noyauterait la politique, elle provient beaucoup plus d’un partage de valeurs telles que : orthodoxie religieuse, esprit pionnier, culte du plus fort... Valeurs que l’on retrouve bien dans le Midwest.
    Et j’irais même plus loin, je ne suis pas sûr que tout ceux qui défendent Israël dans le Midwest soient bien conscients qu’il s’agit d’un Etat juif…

  • permalien Houcine :
    23 septembre 2011 @15h56   « »

    Le Maghreb dans la mire des petits Nicolas !

    À travers ce soutien inconditionnel aux sionistes et à leur Etat céleste, en honneur à Pétain, à Bigeaud et à Primo de Rivera, les ex puissances coloniales ne sont-elles pas en train de refaire le suivant :

    http://hespress.com/videos/38294.html

    Houcine__

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @15h56   « »

    à CdQat,

    Vous rigolez ! L’essentiel de l’efficacité du lobby passe par les financements venant de personnes fortunées et par les campagnes médiatiques (négatives et dissuasives ou positives et incitatives).

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @16h48   « »

    Extraits d’un très bon reportage de télévision sur le lobby pro-Israël aux Etats-Unis réalisé en s’appuyant sur le livre des universitaires John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt "The Israel Lobby ans U.S. foreign policy" :

    http://oumma.com/La-puissance-du-lo...

    L’intégralité du reportage (il est en 3 parties) se trouve ici :

    http://www.dailymotion.com/video/x3...

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @17h01   « »
    @Orangerouge re. : 23 septembre @15h56

    Je ne suis pas sûr que nous parlions de la même chose. De quel financement parle t-on ? De celui des lobbies ou de celui d’Israël ?

    Pour celui d’Israël, il est tout à fait institutionnalisé, inscrits aux comptes des Etats et au budget fédéral, et va de 10 à 20 milliards de $ par an depuis 40 ans (à $ constant). On note par là qu’Israël, qui se targue de son avance technologique, économique, militaire,… etc. est tout simplement sous perfusion à un niveau tel que peu de pays du tiers monde atteignent. Le montant brut de cette aide est même unique au monde !
    Cela fait que cet Etat n’est toujours pas viable pour le moment.

    La rumeur veut que des fonds de la diaspora soit levés. Mais serait-elle vrai, on imagine difficilement que cela atteigne le milliard, donc ils ne sont pas cruciaux pour Israël.

    Enfin pour ce qui est des lobbies officiels, leur financement obéit à des règles souples mais claires, et on n’est pas à ce niveau à ma connaissance.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @17h22   « »

    Je parle du financement des hommes politiques américains, membres du Congrès, par l’AIPAC d’une part et d’autre part par des gens fortunés très sionistes.

    Je pourrais retrouver le nom d’un donateur très important à la fondation Clinton, qui est très très favorable à Israël.

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @17h31   « »

    @ CdQat

    Orangerouge veut parler de l’argent versé par AIPAC à certains représentants politiques américains en soutien de leurs campagnes. Ces financements ne sont pas occultes mais officiels et autorisés par la loi. Une partie de cet argent est versé sous forme de voyages d’étude en Israël. Le montant total doit atteindre quelques millions de dollars par an.

    Sur cette question, on peut lire le document suivant : http://usc.news21.com/madeline/home

    Cela dit, l’argent n’explique pas tout. Les juifs américains font partie du tissu de la nation américaine. Les Etats-Unis sont la véritable terre promise des juifs et ce n’est pas un hasard si ceux-ci y ont émigré en masse et y ont remarquablement réussi dans de nombreux domaines jusqu’à laisser une empreinte très forte sur ce pays. Il est donc parfaitement normal que de nombreux Américains se sentent proches d’un Etat juif.

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @17h34   « »

    La meilleure intervention à l’AG de l’ONU pour le moment à mon avis, elle n’était pas disponible tout à l’heure, celle de Recep Tayyip Erdoğan représentant la Turquie, ou comment appeler un chat un chat !

  • permalien Deïr Yassin :
    23 septembre 2011 @18h06   « »

    @ Nathan

    "Demandez à DY puisqu’elle garde copie des archives"

    Non, je ne garde rien sauf mais j’ai bonne mémoire, certainement parce que je suis moins avancée dans l’age que vous, sinon je sais aussi utiliser le moteur de recherche interne ....

    Et puisqu’on parle de mémoire, si déjà vous pourriez au moins épeler le nom de la présidente brésilienne avec les mêmes fautes d’orthographes dans le même commentaire. A 12h15, on a eu droit à Dilma Yousseff et Delma Youssef. Ce n’est pourtant pas transcrit de l’arabe, et son épellation n’est donc pas sujet de controverse. Non, elle n’est pas d’origine arabe mais son père est bulgare, et son nom est Rousseff....

    @CdQat

    Vous vous trompez au sujet du lobby pro-israélien aux States. On vous a déjà mentionné le livre de Mearsheimer et Walt - indispensable pour comprendre l’ampleur du phénomène, il est traduit en français, c’est un vrai pavé avec autant de bas de pages que de texte. Un travail exemplaire.

    Sinon, si vous lisez l’anglais, je vous conseille "Mondoweiss", le site de Phil Weiss, lui-même juif américain et antisioniste, ex-journaliste dans les MSM. Il y a quotidiennement des articles qui traitent du lobby pro-israélien aux States, et cela prend des proportions que vous avez du mal à vous imaginer si vous ne connaissez pas vraiment le sujet.

    Si le sujet vous intéresse, je vous conseille de commencer par Paul Findley, ex-Républicain, qui comme un des premier s’est lèvé contre le lobby pro-israélien, et cela lui a couté sa place en politique.

    - www.youtube.com/watch ?v=O2Jz...

    Il y a aussi James Abourezk, l’ex-senateur démocrate et fondateur de American-Arab Anti-Discrimination Committee et même l’entrée "Israel Lobby in America" sur wiki vous donne des bonnes pistes.

    Les harcèlements qu’ont subi les intellectuels palestiniens dans les universités américaines - je pense à des gens comme Edward Said, Joseph Massad, Ibrahim Abu Lughod et Nadia Abu el Haj - ou des "pro-palestiniens" comme Norman Finkelstein ou Juan Cole pour avoir une poste d’enseignant titulaire, l’omniprésence des officines pro-israéliennes, CAMERA en premier, on sait que ce lobby n’est pas seulement en politique mais sur les campus aussi.
    Vous écrivez :

    "ne pas confondre lobby pro-israélien et sentiment pro-israël"

    et plus loin :

    "l’Etat ayant le moins voté dans le sens d’Israël (le Californie) est celui où la population juive est la plus importante après NY"

    C’est vous qui confondez ici : le lobby pro-israélien n’est pas égal ’juif’ comme vous le laissez entendre, et je me demande ce que vous voulez dire par ’ayant le moins voté dans le sens d’Israël’. J’ai comme l’impression que vous ne connaissez pas la politique américaine....

  • permalien Vitigis :
    23 septembre 2011 @18h08   « »
    Une approche bizarre de la démarche Abbas

    Il est bizarre d’approcher la démarche de M. Abbas par le biais de la critique d’un discours de circonstance de M. Sarkozy.

    Et à propos, que pense le Hamas ? Approuve-t-il cette démarche embarrassant très fort le gouvernement israélien actuel qui en sortira de toute façon affaibli sur le plan international ?

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @18h12   « »

    « Si une demande directe est présentée [par les Palestiniens], il n’y aura plus de place pour les négociations », a déclaré Avigdor Lieberman.

    Sachant que cela fait vingt ans que les Palestiniens négocient en pure perte avec une partie adverse qui ne veut strictement rien négocier, si ce n’est éventuellement leur reddition inconditionnelle et encore ce n’est même pas sûr et qui n’a cessé et ne cesse encore à ce jour de bâtir illégalement des constructions sur des territoires volés, je doute fort que la menace impressionne beaucoup les Palestiniens.

    Mais peut être essaie-t-il de faire de l’humour ?

  • permalien Deïr Yassin :
    23 septembre 2011 @18h14   « »

    Je ne trouve pas de sources fiables sur le moment, mais j’ai lu sur "Mondoweiss" à plusieurs reprises, articles et études sérieuses à l’appui, que jusqu’à 80% du financement du Parti Démocrate venait des donateurs dits ’juifs’. Les Juifs aux States constituent environs 2% de la population, et même si c’est leur droit le plus absolu de financer ce qu’ils veulent, cela montre sur quoi est fondé ’la démocratie américaine’ : l’argent, et celui qui en a pas .....
    En ce qui me concerne, cela n’a rien à voir avec la démocratie !

  • permalien morse 89 :
    23 septembre 2011 @18h15   « »

    Sarkozy est le plus sioniste de tous nos (ex) présidents, et pour cause ! Faire un pas vers les légitimes revendications des Palestiniens n’est pour lui qu’une posture pré-électorale quand les affaires politico-criminelles intérieures le ceinturent de plus en plus.

    Enivré par le coup d’éclat lybien (en fait c’est une aventure néocoloniale qui nous coutera très cher dans quelques mois), ce très petit président à la solde des lobbys capitalistiques cherche à brouiller les pistes par tous les moyens. S’échapper du bourbier électoral dans lequel il s’est mis par une politique étrangère et intérieure de moulin à vent et d’affaires sordides est le coeur de son agitation actuelle quand tout va très mal à l’intérieur (affaires criminelles en cours qui le concernent).

    Bilan Sarkozy : une pauvre politique d’opérations clandestines, de prédation, de mensonges accumulés, d’arrogance, la France s’embourbe dans l’expiation des erreurs fatales de ce mini président affilié au sionisme international . La Palestine n’a rien à attendre de ses "propositions" ridicules.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @18h16   « »
    Fonctionnement du lobby

    Les lobbyistes pro-Israël ont averti Obama, au printemps dernier, que s’il souhaitait faire voter sa politique de santé par le Congrès, il fallait cesser d’embêter Netanyahu :

    http://mondoweiss.net/2010/03/israe...

    Ici il est dit que les juifs américains sont particulièrement efficaces dans les collectes de fonds pour les Partis politiques :

    http://www.independent.co.uk/opinio...

  • permalien
    23 septembre 2011 @18h16   « »

    Oui on a largement le temps d’attendre.Donnons aux Palestiniens le droit d’être observateur.Ils ont 22% du territoire.Le temps que le fils de Sarkozy arrivera au pouvoir la colonisation aurait réduit de moitié ces territoires ...pour négocier une paix sans préalables.Sarkozy n’utilise pas la diplomatie d’un jour , il utilise la’’ Diplomatie Jetable’’.

  • permalien X :
    23 septembre 2011 @18h26   « »

    Selon le mari de mme Clinton, l’ex président :

    Israel n’est pas interessé par la paix.

    Bill Clinton : Netanyahu isn’t interested in Mideast peace deal

    Former U.S. President says a cynical perspective of Prime Minister’s calls for negotiations ’means that he’s just not going to give up the West Bank’.

    Pourquoi il n’ yaura pas de solution à deux états ?

    Bien que les deux parties disent vouloir deux états pour Israel l’état ne devrait comprendre la cisjordanie (comme le dit billy) alors que l’état palestinien pour les palestinien est sur 67.

    80% des habitants de gaza sont des réfugiés et doivent retourner en israel et en cijordanie tôt ou tard. c’est une question de droit. sans parler des colons. en cisjordanie. il n’y aura jamais deux états.

    L’échec de la démarche entreprise actuellement par les palestiniens en est une preuve.

  • permalien Yvan :
    23 septembre 2011 @18h44   « »

    Abou Mazen n’a peut-être pas choisi le meilleur moment...

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @18h48   « »

    La déclaration de Mahmoud Abbas à l’Assemblée générale des Nations Unis. (Très applaudi...)

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @18h54   « »

    Deïr Yassin : 23 septembre @18h14

    Je ne trouve pas de sources fiables sur le moment, mais j’ai lu sur "Mondoweiss" à plusieurs reprises, articles et études sérieuses à l’appui, que jusqu’à 80% du financement du Parti Démocrate venait des donateurs dits ’juifs’.

    On a vérifié si les donateurs individuels étaient juifs en leur demandant de baisser leur pantalon ? Ce chiffre de 80%, il faudra quand même que vous le prouviez. Avancer une info sans la moindre preuve me semble tout de même plus grave que de se tromper sur un patronyme.

    Au fait, je constate que personne ici n’a encore traité Abbas de traitre, de Pétain, de pétainiste, de vichyste, de vendu, de "Bounty"... J’ai comme l’impression que la consigne est de mettre provisoirement une sourdine sur l’équipe qui a pris l’initiative de faire reconnaître un Etat palestinien.

    Ceci explique sans doute cela, mais personne n’a encore mentionné le fait que le Hamas s’oppose à cette initiative, d’abord parce qu’elle ne vient pas de lui et que ce mouvement juge qu’elle n’est pas représentative du peuple palestinien mais surtout parce que le Hamas veut tout simplement récupérer la Palestine toute entière.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @19h15   « »

    à Deïr Yassin,

    Je ne trouve pas de sources fiables sur le moment, mais j’ai lu sur "Mondoweiss" à plusieurs reprises, articles et études sérieuses à l’appui, que jusqu’à 80% du financement du Parti Démocrate venait des donateurs dits ’juifs’

    Si vous retrouvez la source un de ces quatre, ça m’intéresse (un peu la flemme d’explorer Mondoweiss...)

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @19h17   « »

    Si le Hamas n’existait pas, il faudrait l’inventer ... rien que pour l’argumentation des Nathan.

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @19h18   « »

    Nathan, si vous pouviez donner le lien qui vous permet de savoir qui a voté quoi au Congrès des Etats-Unis, c’est intéressant.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 septembre 2011 @19h43   « »

    @ Nathan
    Je n’ai pas l’habitude d’avancer des propos farfelus - je vous laisse cela - mais comme je n’ai pas trop le temps de chercher, j’avais espéré que quelqu’un d’autres avait peut-être les chiffres sous la main.
    Je retire donc mes 80% jusqu’à ce que j’ai le temps de trouver les sources qui en parlent, et me contente de 66%, un chiffre avancé par JTA - Jewish Telegraphic Agency - donc deux-tiers des fonds du Parti Démocrate viennent des donateurs juifs.

    - www.mondoweiss.net/2011/06/j...

    Sinon, en googlant ’Mondoweiss + democratic party + jewish donors", vous trouverez un paquet d’articles.
    Contrairement à la France, et avec tout le mal qu’on peut dire des Ricains, leur société est dans certaines domaines bien plus transparente que la France, même si on n’est pas encore au système scandinave où le citoyen lambda peut voir sur le net ce qu’a dépensé un ministre en voyage à l’étranger, combien il a payé l’hôtel et le resto ...

  • permalien Orangerouge :
    23 septembre 2011 @19h50   « »

    Merci (j’avais juste mis la main dessus aussi et m’apprêtais à le poster !)

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @20h01   « »
    Les barbares tirent et tuent en Palestine

    En Cisjordanie, un Palestinien tué par l’armée israélienne

    Un Palestinien a été tué et trois autres blessés, vendredi, dans le nord de la Cisjordanie, par des tirs de l’armée israélienne. Issam Badrane, âgé de 37 ans, a été atteint par une balle réelle dans la nuque. Trois autres Palestiniens du même village de Kusra, près de la ville cisjordanienne de Naplouse, sont légèrement blessés par des balles caoutchoutées, d’après des témoins.

    Selon des sources hospitalières, les militaires sont intervenus à la suite des affrontements entre une cinquantaine de colons juifs et des villageois palestiniens. Les colons ont attaqué le village, brisant les fenêtres de plusieurs maisons, racontent des témoins. Les villageois ont riposté à coups de pierre.

    Israeli forces kill Palestinian in northern West Bank

    NAPLOUSE (Ma’an) - Selon des sources médicalesles forces israéliennes ont tué vendredi un homme palestinien et en ont blessé cinq autres au cours d’affrontements dans le village de Qusra dans le nord de la Cisjordanie.

    Issam Kamal Odeh, 33 ans, est mort après avoir été abattu par deux balles une dans la nuque et l’autre aux épaules lors d’affrontements après la prière du matin.

    Le maire Hany Abu Murad a donné le nom d’une personne morte comme étant Essam Kamal Badran, 35ans.

    Selon des témoins, les soldats israéliens ont attaqué Qusra, près de Naplouse, après que des colons sont entrés dans le village.

    Le responsable des colonies de l’Autorité palestinienne Ghassan Doughlas a dit à Ma’an que les affrontements ont éclaté lorsque les résidents de Esh Kodesh ont attaqué le village , portant des drapeaux israéliens.

    Les soldats sont entrés et ont ouvert le feu, a t-il dit, ajoutant que Sadeq Tayseer, 22 ans, recu une balle dans son cou et Jawad al-Shaer dans la main.

    L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que les soldats ont utilisé "les moyens de dispersion des émeutes et finalement, ont tiré à balles réelles lors d’un échange de pierres entre les civils israéliens et les Palestiniens. "

  • permalien Laurent Szyster :
    23 septembre 2011 @20h14   « »

    A la faveur d’une "analyse" d’un discours de M. Sarkozy à l’ONU, M. Gresh nous ressasse les lieux communs en Propalestine pour conclure que c’est "un encouragement à la politique d’annexion d’Israël".

    M. Gresh préfère "analyser" le discours de M. Sarkozy plutôt que de se farcir la difficile justification des délires de M. Abbas à l’ONU sur les cochons "sionistes" qui ravagereaient les cultures palestiniennes en Cisjordanie (voir Des Juifs, des chiens et des cochons).

    Tout aussi problématique aurait été l’interprétation des déclarations faites par l’ambassadeur palestinien au Liban, Abdullah Abdullah :

    Interview : Refugees will not be citizens of new state

    The ambassador unequivocally says that Palestinian refugees would not become citizens of the sought for U.N.-recognized Palestinian state, an issue that has been much discussed. “They are Palestinians, that’s their identity,” he says. “But … they are not automatically citizens.”

    This would not only apply to refugees in countries such as Lebanon, Egypt, Syria and Jordan or the other 132 countries where Abdullah says Palestinians reside. Abdullah said that “even Palestinian refugees who are living in [refugee camps] inside the [Palestinian] state, they are still refugees. They will not be considered citizens.”

    Abdullah said that the new Palestinian state would “absolutely not” be issuing Palestinian passports to refugees.

    Neither this definitional status nor U.N. statehood, Abdullah says, would affect the eventual return of refugees to Palestine. “How the issue of the right of return will be solved I don’t know, it’s too early [to say], but it is a sacred right that has to be dealt with and solved [with] the acceptance of all.” He says statehood “will never affect the right of return for Palestinian refugees.”

    (...) When we have a state accepted as a member of the United Nations, this is not the end of the conflict. This is not a solution to the conflict. This is only a new framework that will change the rules of the game.

    Sans ambiguité aucune M. Abdullah nous dit que un siège à l’ONU n’est ni la fin ni une solution au conflit mais simplement une autre façon de poursuivre le fantasme réjectionniste car même les descendants des réfugiés de 1948 installés en Cisjordanie et Gaza ne se verront pas accorder la citoyenneté palestinienne.

  • permalien CdQat :
    23 septembre 2011 @20h19   « »
    Lobby

    La question que je posais était de savoir si un lobby, le lobby pro-israéliens, dictent la politique des USA ?
    Or l’article de Mearsheimer et Walt ne répond pas à cette question par l’affirmative.
    Cet article dit seulement qu’il existe aux USA un "lobby puissant qui se donne beaucoup de mal pour infléchir la politique étrangère américaine de façon à ce qu’elle soit favorable à Israël." C’est vrai.
    Il soutient que "les décisions prises à cause de ces pressions ne sont pas dans l’intérêt national." Toujours vrai.
    Et cela renvoie au mode politique générale des lobbies que l’on peut aimer ou pas. Mais de là à dire que ce lobby est LA raison de la politique américaine au PO, je ne suis pas sûr.

    Et surtout de là à dire que ce lobby aurait une puissance ou des finances uniques, il y a un pas que ne franchi pas cette article.
    Ils dénoncent leurs agissements leur activisme et la cause qu’ils défendent, critiquable à raison, et au même titre que la politique israélienne est critiquable.
    Mais je n’ai pas entendu évoquer une espèce de puissance hors de commun.
    Non voilà un lobby (plutôt faible à l’échelle des lobbies US) qui va simplement dans le sens d’une politique US déjà établie, et qui au mieux l’accentue. C’est en substance ce que dit Tony Judt qui dit même que les temps changent aux US malgré l’activisme de plus en plus radical de l’AIPAC.

    Alors l’AIPAC traite Mearsheimer et Walt de nazi, ou d’antisémite ? Bien, et alors, combien sommes nous sur ce blog à avoir été traité des mêmes doux noms ?
    Que cela montre t-il ? Un lobby désemparé et en perte de vitesse aux US même, et parmi son soutien historique, les juifs d’Amérique. Et cela montre une chose, c’est qu’aux USA aussi, l’opinion se retourne, plus doucement qu’ailleurs, mais elle se retourne.
    D’où la peur panique d’Israël, qui sait parfaitement ce que ce retournement signifie. L’histoire est pavé de retournement de ce type.

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @20h20   « »

    Devant une assemblée à moitié vide Benjamin Netanyahu vient de faire un discours proprement surréaliste, il avait amené sa claque pour les applaudissement et il a bien fait car rares étaient les délégations tout de même présentes qui l’ont applaudi, par contre les membre de la claque doivent avoir des ampoules, c’est plus que sûr ! Mais ça n’a pas suffit pour faire illusion...

    A l’heure qu’il est la transcription n’est pas encore disponible, ne voulant pas déformer ses propos je n’en dis pas plus, surréaliste !

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @20h40   « »

    Discours historique de Mahmoud Abbas à l’ONU

    23/09 17:27

    Voici des extraits de son discours, un discours offensif qui devrait marquer les mémoires comme celui de Yasser Arafat en 1974 :

    Au coeur du problème, il y a le refus du gouvernement israélien d’appliquer les résolutions de l’onu. Le gouvernement israélien continue de coloniser, (…), c’est une discrimination raciale contre le peuple palestinien, une violation contre les droits humanitaires. Il y a eu des dizaines d’occasions manquées.”
    (...)
    “C’est une politique d‘épuration ethnique que mène le gouvernement israélien. (..) La puissance occupante s’est lancée dans une course pour redessiner les frontières, notamment autour de Jérusalem. La puissance occupante continue d’imposer un blocus de Gaza et continue de tuer des civils palestiniens. Elle poursuit une guerre d’agression contre la bande de Gaza et cela a entraîné des destructions d‘écoles, d’hôpitaux (…)

    Elle continue de mener des arrestations des assassinats, surtout ces dernières années.

    Les crimes commis par les milices et les colons, sous la protection des forces de sécurité israélienne, se sont intensifiés et cela vise nos peuples, nos maisons, nos cultures. La puissance d’occupation n’a rien fait pour empêcher ces attaques. Voilà quelques exemples de de leur politique de colonisation.

    Il avait mangé du Erdogan le sieur Abbas !

  • permalien Houcine :
    23 septembre 2011 @20h44   « »

    Netanyahou et »Ahmed Annajjad !« 

    @Nathan ! - Concernant tes thèses et celui que tu qualifies de »pain béni« d´ »Aata Allah Abderrahmane Shaoul Netanyahou« -le soudanais-, si ce que tu dis était seulement un peu vrai, tu aurais été parmi les premiers à vous rejoindre sur les lieux de ses déplacements et lui jeter de très belles roses sous les pieds.

    Vous vous souvenez de l´importance qu´accordait l´Agence au Shah, au petit Hussein de Jordanie, à Bourguiba et Hassan II ?

    Jusqu´à présent, ces fidèles à votre cause demeurent parmi les amis les plus glorifiés au sein de votre Establishment !

    Houcine__

  • permalien Handala :
    23 septembre 2011 @20h47   « »

    Le discours de Sarkozy est une mascarade, une sinistre mascarade ; aussi sinistre que celui d’Obama, je dirai même, plus, justement à cause de ce côté mascarade, exercice de fausse prestidigitation et poudre de perlimpinpin qui ne vise qu’une seule chose : que les "Palestiniens", c’est à dire Mahmoud Abbas et son "Autorité" reviennent dans le droit chemin du "jeu" voulu par Israël et ses "souteneurs" occidentaux( excusez-moi de l’expression, mais cela m’évite de les nommer tous), qui sont au Conseil de sécurité de l’ONU ; que les Palestiniens et la Palestine continuent de demeurer la tête sur le billot israélien, mais en sauvant les apparences...!
    Mais, si notre président, magicien magnanime, sort de son chapeau, la proposition d’accorder aux Palestiniens le statut d’Etat observateur comme Le Vatican, elle est immédiatement assortie d’une menace très claire, qui montre son vrai visage et sa véritable et inconditionnelle alliance ; en quelque sorte : mais, attention si vous vous prévalez des droits attachés à ce statut pour "ennuyer" Israël, par exemple, aller à la CPI, je ne serai plus votre ami et je me dresserai contre vous, car je soutiens inconditionnellement la "sécurité" d’Israël (on ne parle jamais de la sécurité des Palestiniens, alors que c’est elle qui fondamentalement est en jeu, de façon de plus en plus dramatique, depuis la création de l’Etat d’Israël et même bien avant - déclaration de Balfour et création d’un état national juif sous protectorat britanique).
    Et la menace, aux Palestiniens, à l’"Autorité", de la coupure des vivres, s’ils ne se conforment pas, va être un chantage et un moyen de pression qui risquent d’être de plus en plus utilisés...!
    La demande de reconnaissance de l’Etat palestnien a ceci de positif : le débat international qu’elle suscite et qui remet au premier plan de l’actualité, le drame de la Palestine et son droit légitime ; la réalité que les discours n’arrivent plus à cacher est de plus en plus claire et "l’mage d’Israël", si tant est qu’elle faisait encore ilusion, et des ses soutiens n’en sortira pas grandie, bien au contraire ! Oui Palestine, la route est longue des massacres, des spoliations, des emprisonnés, des réfugiés et de l’exil, mais tu vivras (d’ailleurs tu n’es jamais morte, tu es toujours vivante !) et le droit, ton droit plein et entier, triomphera !

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @20h49   « »

    sur RFI

    16h25 TU : Mahmoud Abbas évoque la mort d’un Palestinien ce vendredi 23 septembre. Il fait référence à Yasser Arafat : « En 1974, Arafat s’est prononcé ici même. Il a demandé aux membres de l’Assemblée Générale de ne pas laisser tomber le rameau d’olivier de sa main ». La salle applaudit.

    16h45 TU : « Après 63 ans de tragédie, je vous dis Assez, Assez, Assez. Il est temps pour le peuple palestinien de gagner son indépendance, qu’il mette fin à sa diaspora. Alors que les peuples arabes se soulèvent, le temps est aussi venu pour le printemps palestinien ».

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @20h52   « »

    incroyable ! sur BFM TV

    L’Intégralité du discours de Mahmoud Abbas à l’Onu, traduit en français.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 septembre 2011 @21h13   « »

    @ CdQat
    Il y a l’article de Mearsheimer & Walt dans London Review of Books, mais cela n’est que leur travail initiale [working paper]. Il faut lire le livre de 2007 : environ 400 pages mais il parait le double, tellement qu’il est compact et bourré d’informations sur chaque page. Jamais un livre m’a paru aussi long (pas dans le sens négatif). Quand je l’ai terminé, je me suis dit : ’c’est pire que ce que je croyais’.
    Les chapitres sur les autres pays du Moyen Orient sont interéssants aussi, et valent peut-être la peine d’être relu à la lumière des événements récents.

    Mearheimer & Walt sont des professeurs renommées dont un plutôt conservateur. Si vous lisez quelqu’un comme Jeffrey Blankfort, lui-même juif américain, il va bien plus loin que M&W. D’ailleurs, il a une véritable détestation pour Noam Chomsky - que je ne partage pas - parce que celui-ci est, selon Blankfort, totalement aveugle face au poids du lobby sioniste et préfère, comme le gauchiste radical qu’il est, de voir Israël comme une colonie avancée de l’impérialisme américain au MO, et ne voit pas que c’est Israël qui dicte la politique américaine, et non pas l’inverse, toujours selon Blankfort.
    The tail wagging the dog, comme disent les adeptes de cette approche, et les 29 standing ovations de Bibi aux Congrès leur donnent quand même de bons arguments.

  • permalien L’oeil de caîn :
    23 septembre 2011 @21h22   « »

    Une fois de plus , notre futur ex président s’agite inutilement devant les caméras.

    Beau discours en apparence que s’avère n’être qu’une suite de non sens, de formules creuses.
    Il ne fait que confirmer que l’état hébreux est au dessus des lois qui régissent la communauté internationale.

    Le grand ami etasunien étant déjà venu a la rescousse, ne manquait à l’appel que l’ami français, avec toute l’hypocrisie et la grandiloquence ridicule qui caractérise la politique du quai d’Orsai, pardon ( du maitre de l’Elysée )

    Patétique, l’état gruyère palestinien invité en tant que membre observateur , invité à observer la souris israélienne finir d’agrandir les trous dans la meule.

    Après avoir annonçé son désir de nettoyer les banlieues françaises au karcher, Nicolas premier veut à présent laver la palestine au cascher.

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @22h01   « »

    Palestine Intégralité du discours de Mahmoud Abbas à l’ONU

    mieux sur France 24, sans coupures.

    avec des images de Ramallah

  • permalien Nathan :
    23 septembre 2011 @22h22   « »

    Deïr Yassin :23 septembre @21h13

    Si vous lisez quelqu’un comme Jeffrey Blankfort, lui-même juif américain, il va bien plus loin que M&W. D’ailleurs, il a une véritable détestation pour Noam Chomsky - que je ne partage pas - parce que celui-ci est, selon Blankfort, totalement aveugle face au poids du lobby sioniste et préfère, comme le gauchiste radical qu’il est, de voir Israël comme une colonie avancée de l’impérialisme américain au MO, et ne voit pas que c’est Israël qui dicte la politique américaine, et non pas l’inverse, toujours selon Blankfort.

    Tout est ici dans les mots... D’abord, si Israël dicte effectivement la politique américaine, il faudrait ajouter... au Moyen-Orient. Car il est peu probable qu’Israël ait son mot à dire sur la politique US vis-à-vis de la Chine.

    Ensuite, il y a peut-être une différence entre
    les trois assertions suivantes qui vont en crescendo :

    1. Au Moyen-Orient, la politique américaine fait passer les intérêts d’Israël avant ceux des pays arabes.

    2. Au Moyen-Orient, la politique américaine fait passer les intérêts d’Israël avant ses bonnes relations avec le monde arabe.

    3. Au Moyen-Orient, Israël dicte la politique américaine.

    J’ai l’impression qu’on passe très vite de la position 1 à la position 2 et surtout à la position 3.

    Il y a encore une autre éventualité c’est la convergence d’intérêts entre les deux pays. La guerre en Irak (2003) était un cas de convergence d’intérêts. L’élimination du régime de Saddam Hussein, permettait aux Américains tout à la fois de redessiner et de contrôler une zone d’intérêts vitale et accessoirement, de liquider un vieil ennemi d’Israël. On ne peut pas dire (sauf peut-être après coup) que les Etats-Unis ont mené cette guerre pour servir les intérêts d’Israël mais contre leurs propres intérêts.

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @22h31   « »

    Le conflit israélo-palestinien vu par Alain Gresh

    Pour l’Union européenne, c’est différent parce qu’il y a différentes positions dans l’Union européenne mais on peut dire globalement que depuis quelques années plus ou moins les Etats européens, n’ont pas changé leur position sur la solution du conflit, c’est-à-dire qu’ils sont toujours pour un Etat palestinien à côté de l’Etat d’Israël, mais ils font comme si Israël n’occupait pas la Cisjordanie.

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @22h50   « »

    Des élus PS rejoignent l’UMP contre un Etat palestinien

    (...)
    Ainsi, on retrouve parmi les signataires, aux cotés d’une majorité d’UMP, quelques députés socialistes tels que François Pupponi, Jean-Marie Le Guen ou Jean-Jacques Urvoas. Ce dernier, joint par LEXPRESS.fr, précise : "C’est un choix personnel. Je suis favorable, depuis toujours, à l’existence de deux Etats. Mais je pense qu’une solution imposée par une seul partie n’est pas la solution et risque d’envenimer les choses."
    (...)
    François Pupponi, Jean-Marie Le Guen et Jean-Jacques Urvoas, tous trois strauss-kahniens, sont en totale opposition avec la ligne officielle du Parti Socialiste. Le 14 juin dernier, le Bureau national a clairement défendu son souhait d’une reconnaissance par l’ONU de l’Etat de la Palestine, comme il le rappelait encore jeudi : "Le Parti socialiste réaffirme sa position, adoptée par le Bureau national du 14 juin 2011.

    "tous trois strauss-kahniens" il va falloir préciser maintenant ce que signifie "être strauss-kahnien" ?

  • permalien Lou :
    23 septembre 2011 @23h17   « »

    Encore beaucoup plus mal que je ne pensais Monsieur Netanyahou,

    TV5 Monde

    17H43GMT. Netanyahu : "Ici, à l’Assemblée Générale, vous pouvez décider à la majorité quasiment tout. Que le soleil se lève à l’ouest par exemple. Ou qu’Israël est en fait un territoire palestinien occupé.

    La première fois que je suis venu au Nations Unies, le grand rabbin de Loubavitch m’a dit : "Vous allez travailler dans une maison de mensonges. Mais même dans la plus sombre obscurité, la lumière de la vérité peut tout éclairer.

    Je suis venu ici dire la vérité : Israël veut la paix. On ne peut pas atteindre la paix par le biais des UN mais avec des négociations directes. Les Palestiniens ne veulent pas dialoguer. Et il faut que ça cesse."

    17H45GMT. Netanyahu : "La première fois que je suis venu, Est et Ouest étaient séparés. Or, les échanges ont toujours été pacifiques.

    Les mots du président de l’Iran d’hier impliquait que le 11/09 était une conspiration américaine. Certains d’entre vous sont sortis de la salle. Vous auriez tous dû le faire. Depuis 11/09, le terrorisme organisé a fait des milliers de morts. Il faut stopper l’Iran avant qu’il soit trop tard, avant que le terrorisme ne devienne nucléaire,et que le printemps arabe ne se transforme en hiver iranien."

    Humainement, il ne faut pas le laisser ainsi, il faut le soigner.

  • permalien Deïr Yassin :
    23 septembre 2011 @23h33   « »

    @ Nathan
    Bien entendu qu’il s’agit de la politique américaine au Moyen Orient, quoique .... les militaires israéliens ne sont jamais loin derrière les Ricains en Amérique Latine et ailleurs. Et si vous avez suivi un peu les débats sur le reforme du système de santé aux States, le Lobby y avait bien son mot à dire aussi. Cela marche avec service contre service : je vote pour tes reformes, tu accordes des sous à Israël.

    J’ajouterais un quatrième point :

    4. Au Moyen Orient, la politique américaine fait passer les intérêts d’Israël avant ceux des Etats-Unis mêmes.

    C’est ce qui ressort des analyses de Mearsheimer & Walt.

    Le plus grand mérite du Lobby est justement d’avoir réussi à faire croire que les intérêts des deux pays sont les mêmes ou de mettre tellement de pression sur les politiques que mêmes ceux qui savent que ce n’est pas le cas n’osent s’y opposer (Paul Findley, l’ex-sénateur républicain en parle dans l’interview que j’ai posté plus haut)..
    Le lobby islamophobe (et ultra-sioniste) fait partie de cette machine à lavage de cerveau.

    Il suffit d’avoir suivi le trajectoire de quelqu’un comme Chas Freeman qui fut écarté pour avoir eu la lucidité d’exprimer que peut-être les intérêts des US et d’Israël ne sont pas les mêmes.

    La réaction américaine face à la demande d’un Etat palestinien prouve bien le point 4. Quel est l’intérêt des Américains per se de ne pas reconnaitre un Etat palestinien ? Il n’y a aucun, bien au contraire. Les Américains ont tout à gagner d’une telle reconnaissance, avant tout des relations améliorées avec les peuples arabes et musulmans.

    Entre l’interception de la Flotilla II par sous-traitance, l’impunité internationale totale par véto américain interposé, le chutzpah inégalable des Israéliens dans toutes les domaines etc etc le faux ’Protocoles des Sages de Sion’ paraît parfois prémonitoire.

    Comment ce nul qui a fait un discours de nul aujourd’hui à l’ONU a pu avoir 29 standing ovations au Congrès. Si ce n’est pas un prosternement devant le Maitre ....

  • permalien Charlie L. :
    23 septembre 2011 @23h59   « »

    L’ONU vient enfin de mettre en ligne la transcription du discours de Benjamin Netanyahu à l’AG de l’ONU, j’ai cru qu’il n’allait pas la mettre ! Il faut admettre qu’elle vaut le détour !

    Ceux d’entre vous qui maîtrisent l’anglais verront en outre que la traduction de TV5 citée plus des dires du dit grand rabbin de Loubavitch rapportée par Netanyahu n’est pas exacte, que ce soit volontaire ou non, ce que j’ignore. Au vu de ce qu’il a réellement dit, on comprend qu’il ai précisé à ses auditeurs qu’il ne voulait pas les offenser... Mais enfin s’il n’y avait que ça !

  • permalien Charlie L. :
    24 septembre 2011 @00h02   « »

    "qu’ils n’allaient" eut été mieux...

  • permalien Yann :
    24 septembre 2011 @00h17   « »

    L’intérêt national n’existe pas ; c’est un leurre.

    En revanche, les lobbies militaire et pétrolier transnationaux ont évidemment beaucoup d’intérêts croisés avec les sionistes.

  • permalien Charlie L. :
    24 septembre 2011 @00h26   « »

    Ceci dit, qu’un membre de l’ONU fustige (pour rester soft) ainsi l’Assemblée générale des Nation Unies en la qualifiant de "théâtre de l’absurde" (sic) et en faisant comprendre en substance par sa petite anecdote du rabbin Loubavitch, que ce ne serait qu’une vulgaire bande de menteurs, (mis à part lui bien sûr) ne doit pas encore s’être vu jusqu’ici je pense !

  • permalien Sergio Correa :
    24 septembre 2011 @05h23   « »

    Nathan :

    En tous cas, les 500 000 colons installés sur les terres des Palestiniens ne semblent pas vraiment se méfier, au point qu’ils continuent, sans crainte et sans remords, à brûler des oliveraies et à harceler les Palestiniens.

    L’État américain a su, pour intervenir et massacrer les habitants d’un territoire minuscule des Antilles, prétendre que l’ennemi était redoutable car allié des Soviets ...

    Je crains pour Nathan qu’il ne comprenne pas que la propagande culottée des "corporate medias occidentaux", a cessé de payer.

    D’après ce que j’entends ici et là, gens de droite et de gauche commencent à être sacrément agacés - voire écoeurés - du cirque des Blair, Sarko, Bush et Obama (et de tous les autres) qui se précipitent les uns après les autres pour se faire photographier de face et de profil avec la kippa sur la tête.

    L’ovation délirante des députés US au Congrès après le discours du chef d’État israélien a fait rire les trois quarts de la planète mais a irrité une bonne partie des Américains.

  • permalien Yvan :
    24 septembre 2011 @06h50   « »
    Les dits d’une certaine représentation nationale française sur la Palestine et Israël

    Ne pas importer le conflit israélo-palestinien...

    Parlementaires français de tout bord appellent Sarkozy à voter NON à une Palestine unilatérale - YouTube

    ... seulement le conflit palestino-israélien.

  • permalien yves cadiou :
    24 septembre 2011 @08h26   « »
    un discours calibré pour le JT

    Ce discours creux durait treize minutes, cinq minutes si l’on supprime les redites. C’est calibré pour que le JT en parle en illustrant le sujet par quelques brefs extraits. Personne ne s’y trompe : il s’agit évidemment d’un discours destiné à l’électorat français, un discours fait pour donner au téléspectateur-électeur l’impression que le petit monsieur est d’une stature internationale.

    Le problème vient de notre système politique et de nos partis incapables de présenter à nos suffrages des candidats compétents. Je ne veux pas prendre la défense de ce petit monsieur à qui je ne pardonne pas d’avoir insulté l’armée française à l’occasion d’un accident rarissime (Carcassonne 2008, s’adressant au général commandant l’Armée de Terre : « vous êtes des amateurs ! ») mais force est de reconnaître qu’on a un problème de présélection des candidats à la Présidentielle : souvenons-nous du pauvre choix que l’on avait en 2007, demandons-nous combien de fois depuis 1962 les partis politiques ont présenté à nos suffrages des candidats ayant un passé, une œuvre, le prestige suffisant pour incarner la France. Les partis sélectionnent des gens qui savent jouer des coudes pour obtenir l’investiture, qui sont des « communicants » n’ayant rien à communiquer, inconscients eux-mêmes de leurs lacunes. Ce n’est pas en étant maire de Neuilly que l’on devient expert en géopolitique. L’on ne peut donc que constater le résultat de ce mauvais système et l’on doit regretter que notre politique étrangère soit inévitablement marquée du sceau de l’incompétence.

  • permalien Orangerouge :
    24 septembre 2011 @08h54   « »
    Nuance sur la critique de la stratégie sarkoziste

    Il est possible que lorsque Sarkozy (et Ashton) demande aux Palestiniens de "s’engager à ne pas mettre en cause Israël devant les instances de la Justice Internationale", en échange d’un statut d’état observateur à l’ONU, ce soit seulement un engagement temporaire qui soit évoqué, le temps de la négociation (c’est ce que j’ai cru comprendre en lisant ici et là).

    Cela nuance des propos que j’ai pu tenir ici.

    Si un tel engagement avait pu convaincre Israël, et donc Obama, et les amener à accepter la reconnaissance de l’Etat Palestinien avec un statut d’observateur l’ONU, cette voie stratégique, selon moi, était légitime. La menace d’être mis en cause devant les instances de la Justice internationale à la fin de la négociation donne un certain poids aux Palestiniens face à Israël.

    Mais ni Israël, ni Obama, n’ont accepté même l’idée d’accorder un statut d’observateur à l’ONU à l’état Palestinien.

  • permalien Orangerouge :
    24 septembre 2011 @10h50   « »
    La position d’Obama à l’ONU est une position sioniste radicale

    Marwan Bishara, de la chaine Al Jazeera, sur la position d’Obama et son discours à l’ONU :

    Mais ce n’est pas une position juive. C’est une position sioniste radicale.

    Beaucoup de juifs, dont des juifs des États-Unis et d’Israël, n’adoptent pas de telles positions extrémistes.

    Mais qu’Obama ait surpassé son prédécesseur, George W. Bush, qui fut le plus radical partisan d’Israël de tous les Présidents US, cela a laissé tout le monde pantois en Israël. En écoutant le Président US sioniste, on croyait entendre les pères fondateurs d’Israël eux-mêmes.

    Jamais, on n’avait entendu un Président US lire directement les papiers du gouvernement israélien.

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Orangerouge :
    24 septembre 2011 @11h06   « »
    Sarkozy a proposé une voie médiane permettant la négociation. Mais, même cela, Israël le refuse absolument

    Un article du Nouvel Obs :

    Lors de son discours à l’ouverture de la 66ème Assemblée générale des Nations unies mercredi 21 septembre, Nicolas Sarkozy a soutenu une position de compromis pour les Palestiniens qui souhaitent que leur Etat soit reconnu par l’Onu : un statut d’"observateur" dit-il, en fait d’"Etat non membre" si on emploie le vocabulaire approprié.

    Cette position, qui correspond au "plan B" des Palestiniens et très certainement à ce qui va leur être octroyé, n’a pas plu aux Israéliens. Car proposer que les Palestiniens deviennent Etat non membre, comme l’a fait le président français, c’est encore trop pour les Israéliens.

    Autre source d’irritation pour les Israéliens : selon nos informations, Nicolas Sarkozy avait averti Mahmoud Abbas de ce qu’il allait proposer.

    De quoi expliquer, donc, l’accueil plutôt favorable fait par la délégation palestinienne à l’intervention des Français... et la conversation glaciale entre Netanyahou et Sarkozy après le discours de ce dernier.

    Simplification ?

    Soulignons que Nicolas Sarkozy en parlant d’Etat "Observateur" et non d’Etat "non-membre" s’écarte du vocabulaire officiel. S’est-il trompé ? A-t-il voulu simplifié ? Observateur, l’OLP l’était déjà notamment à l’UNESCO.

    L’Etat non-membre (comme le Vatican) ne permet pas de voter sur les résolutions de l’ONU mais permet d’adhérer à toutes les organisations, agences et Cours de justice des Nations Unies et donc à la Cour Pénale internationale.

    C’est d’ailleurs pour cela que Sarkozy, qui voulait faire un petit cadeau aux Israéliens, a dit dans son discours qu’il demanderait aux Palestiniens, s’ils obtiennent ce statut, de s’engager à ne pas trainer d’Israéliens devant la CPI.

    Nicolas Sarkozy a choisi une position intermédiaire qui donne des obligations aux Palestiniens, peu aux Israéliens. Le chef de l’Etat n’a parlé ni de colonisation –pourtant obstacle principal– ni de Jérusalem et des refugiés.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actu...
    Pour une fois que je trouve un article valable dans le Nouvel Obs ...

    L’état d’Israël, parce qu’il sait que ses lobbys de part de monde le soutiennent sans faille, refuse en réalité absolument toute concession et toute négociation.
    Ca, c’est pas dans le Nouvel Obs, vous l’aviez deviné ...

  • permalien Yvan :
    24 septembre 2011 @11h32   « »
    Surprise !
    Exemple balise MAP


    Pour éviter un affrontement au Conseil de sécurité, les médiateurs du Quartette pour le Proche-Orient ont lancé un appel aux Israéliens et aux Palestiniens à reprendre les négociations d’ici un mois, avec un délai maximum d’un an pour parvenir à un accord.
  • permalien Orangerouge :
    24 septembre 2011 @11h58   « »
    L’Etat Palestinien serait "ouvert à tous ses citoyens quelle que soit leur religion"

    Il intéressant de souligner que Mahmoud Abbas a bien précisé que l’État palestiniens ne se définissait ni comme un état arabe, ni comme un etat musulman…

    The future Palestinian state will be open to all its citizens, regardless of their religion, » Mahmoud Habbash, the Palestinian Authority’s minister of religious affairs, said in Ramallah. « We want a civil state, which in it live all the faiths, Muslim, Christian and Jews also if they agree, (and) accept to be Palestinian citizens. »

  • permalien Yann :
    24 septembre 2011 @12h17   « »

    Il est intéressant de souligner que...

    le collabo Mahmoud Abbas a bel et bien abandonné les droits des Palestiniens.

    16ème minute de son discours :

    "nous avons fait des concessions et voulons seulement [un Etat sur] les frontières de 67"

    Quid de l’apartheid en Israël et des réfugiés ?

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire